lundi 11 février 2019

Russe de l'esprit

Tout n'est pas si terrible. Après avoir enfanté le rugby, l'Angleterre règne et domine. Ce fut au tour de la France de subir cette dure loi, le week-end dernier. Femmes et enfants s'inclinèrent avant que les hommes ne tombent à leur tour. D'habitude Londres affiche sunday's closed. Pour l'occasion, les Anglais ont ouvert l'après-midi. Ils n'ont pas débordé pour autant, laissant le XV de France à 44-8, soit à un point du record d'écart au score concédé (37-0) par les Tricolores en 1910.
On peut donc considérer que le rugby de France est revenu en arrière d'un siècle. A l'époque, il n'y avait que les clubs pour maintenir la pratique du rugby hexagonal. Le public français, méconnaissant les règles, conspuait l'arbitre d'une rencontre du Tournoi dès lors qu'il sifflait au désavantage des Tricolores. La FFR n'existait pas, les dirigeants de l'ovale français s'insérant dans un organisme omnisports.
Il y a plus d'un siècle, les avants investissaient les phases de conquête, les trois-quarts s'égayaient en ordre dispersé et la charnière maintenait un semblant d'organisation qui n'avait de structure que le nom. Cette équipe de France était l'égale, aujourd'hui, de l'Italie, c'est-à-dire un aimable partenaire dont la présence dans le Championship donnait l'occasion aux joueurs et aux dirigeants britanniques de s'encanailler à Paris, comme on visite Rome aujourd'hui.
Un héros, l'ailier Pierre Faillot, faisant les titres des gazettes - une figure emblématique soutient toujours l'activité - après avoir marqué deux essais aux Ecossais et scellé à la dernière seconde la victoire tricolore (16-15) à Colombes en défendant son en-but comme si sa vie en dépendait. Mais ce succès fut sans suite pendant les dix années suivantes, la France se contentant d'apprendre ce qu'était le rugby international au fil des défaites. Un siècle plus tard, rien n'a changé, donc.
Durant cette première décennie du siècle dernier, le XV de France était commandé par Marcel Communeau, avant de haute stature intellectuelle, major de sa promotion à l'Ecole Centrale, licencié au Stade Français mais titularisé en équipe réserve du club parisien au motif qu'il prônait un jeu révolutionnaire dans lequel les avants se placeraient dans le sillage des trois-quarts pour récolter à leur soutien les fruits des mouvements d'attaque.
Hérésie, hurlèrent les élus parisiens ! Sans écouter ces Pharisiens, Marcel "les bons tuyaux" modélisa son idée. Premier penseur de ce jeu et nommé capitaine du XV de France - tous les dirigeants n'étaient pas obtus -, il transposa sa stratégie de club en équipe nationale ce que Jean Prat, autre géant, fit quarante ans plus tard avec Lourdes et les Tricolores.
Dimanche, avant le coup d'envoi d'Angleterre-France - que j'ai suivi en différé sur l'écran d'un ordinateur via une chaîne russe avec des commentaires portugais, une expérience kaleidoscopique - je me trouvais à Charleroi non pas sur les traces d'Arthur Rimbaud mais devant le musée d'art de la province du Hainaut où ma fille Lucile nous faisait découvrir les œuvres de l'artiste russe Erik Bulatov. Sa sculpture monumentale en quinze lettres - tout est symbole - teintée d'ironie slave résume l'attitude des dirigeant français devant le marasme, et qu'il nous faut recevoir avec détachement puisqu'en l'état des choses rien ne nous permet, observateurs, d'infléchir cette chute vertigineuse.
Qui le peut, alors ? Les joueurs eux-mêmes... Quand ils en auront assez de passer pour des buses. Tout n'est pas si terrible, pensent-ils eux aussi. Quand se rendront-ils compte, acteurs, qu'ils peuvent agir en soulignant la médiocrité du staff technique tricolore, son absence de stratégie, la pauvreté des contenus d'entraînements, le management transparent ? Quand regretteront-ils aussi leur inertie et leur silence au motif que l'image et le gain l'emportent sur l'honneur et la vérité ?
Si l'un d'entre eux annonçait qu'il ne répondra plus, désormais, à l'appel des sélectionneurs, la secousse tellurique alors générée serait si intense qu'on pourrait peut-être espérer un changement. Du moins de mentalité, au mieux une remise en question plus profonde. Mais ne rêvons pas : quinze jours nous séparent du rendez-vous écossais et le temps qui passe va agir comme un baume sur cette jambe de bois.
Quelques modifications (exit Aldegheri, Bamba, Lambey, Doumayrou ; Dupont-Ntamack à la charnière, Fickou-Penaud au centre) alimenteront la chronique, et une courte victoire face au Chardon enlèvera à la troïka Laporte-Brunel-Guirado une épine dans le siège. Samedi, le Top 14 que le monde entier nous envie, reprend ses droits, business as usual. Allons, tout n'est pas si terrible.




210 commentaires:

  1. Si, tout est terrible, et il vous appartient en tant que journaliste sportif et donc contre pouvoir d'écrire la vérité sur le mal qui ronge le rugby Français. Le top 14 et son principal sponsor Canal+ sont responsables de la crise actuelle il faut un championnat à 10 clubs, ne durant que 8 mois max et ou le premier et le deuxième s'affrontent en finale pour le titre. Mais je comprend que se fâcher avec Canal+ est un peu plus dur que de philosopher sur le rugby du temps jadis.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour, qui êtes-vous ? Votre propos est intéressant mais ici, sur ce blog, on se présente; C'est notre règle. Sans doute avez-vous des difficultés à vous inscrire, pas de souci, mais au moins signez de votre nom. Merci d'avance.

      Supprimer
    2. Juste pour information et avant que vous ne montiez dans les tours, mon propos était ironique; Comme l'est le thème de la sculpture de l'artiste russe qui me sert de support métaphorique ici.

      Supprimer
    3. Artistes originaux, belle expo.
      Il me semble que l'oeu vre dont tu parles est de Erik Bulatov, l'autre artiste exposant au Hainaut avec Molodkine qui lui répond par ses oeuvres intitulée "Young Blood".

      Supprimer
    4. tu as raison. Bulatov a conçu son œuvre monumentale dans l'atelier de Molodkine. Je me suis entremêlé dans mes notes. Ballon tombé. Heureusement, le flanker grand côté ouvert que tu es a ramassé la balle pour prolonger l'action. Je vois que tu suis...

      Supprimer
  2. "Tout n'est pas si terrible " .. Merci pour la découverte de cet Artiste talentueux . Tout n'est pas si terrible et la question est aussi de savoir si l' on peut faire pire ....

    Dans le denier post , Jean Lou , Pipiou soulignait que nous ne devions pas accabler les joueurs , pas faux et Sergio de parler de la remise en cause du système en profondeur , oui à tout ça avec un bémol pour les joueurs que quand bien même le système et un staff pas à la hauteur , tu peux quand même t'envoyer un peu plus et perdre avec honneur si je puis dire et nous épargner des fadaises et autres conneries à longueur d'interview

    Pour revenir à l'essentiel , au de la des joueurs et du staff , le déni , je ne vois pas à la FFR ou la LNR une personne de " haute stature intellectuelle capable de repenser le système et de mettre en place les hommes capable de gérer le court moyen terme qui permettrait de ressaisir et comme l'a fait EJ , avoir une stratégie et " un programme d'acquisition des compétences " pour que les joueurs sachent l'exécuter le moment venu ... Non et sans faire injure à qui que ce soit , je ne vois pas dans les hommes en place avec cette capacité .... "Tout n'est pas si terrible "
    Allez retrouvons le gout de jouer, de s'envoyer , prenons une décision sur le jeu et les joueurs , sachons perdre dans la gaité en mesurant les progrès sur le jeu que l'on veut proposer . Tout n'est pas si terrible si on se regarde bien en face et que chacun arrête de mettre la responsabilité sur l'autre et d'en faire un projet collectif ... Refuser ce statut quo , mettre les joyeux à la place des tristes , pas de grand projet sans vision , stratégie , convictions et enthousiasme , on a tout sauf ça ...

    RépondreSupprimer
  3. quand on n'a pas de fond de jeu, quand on est perdu sur le terrain, quand le tableau d'affichage est déséquilibré, il reste la dignité, y aller comme des chiens, répondre à la provocation, aller au conflit.
    Hier, les joueurs se sont faits bousculer, intimider, moquer. C'est inadmissible, quand tu es mangé, il te reste l'énergie du désespoir pour se colleter, emmerder. On a 2 cerveaux, un en haut, un dans les tripes, quand le premier lâche prise, c'est le second qui doit prendre la relève.
    Si ce n'est pas le cas, c'est qu'on n'a pas envie de jouer avec cette équipe. Si le sélectionneur n'a pas de plan de jeu, il fait appel à l'affectif, le naturel revient au galop et on sait vite s'adapter.
    Je crois que Farrell a fait visiter le stade aux Irlandais. Pourquoi ne pas avoir mis une stratégie d'emmerdement sur lui ? couper les extérieurs ? laisser le fond de terrain en place ?
    Pourquoi un joueur français se défoncerait pour l'équipe de France et peut-être aller au Japon pour se prendre un camouflet par l'Argentine et une énième branlée par l'Angleterre ?
    les joueurs commencent à remettre en cause la préparation, l'entrainement, bientôt c'est le bus de l'équipe de Domenech qu'ils vont occuper pour aller ne pas jouer

    RépondreSupprimer
  4. Ouh là là, Richard ! Dupont / N'Tamack à la charnière ? Fickou / Penaud au centre ? et pourquoi pas des ailiers à l'aile et un arrière en 15 !?! Tu ne serais pas un peu anarchiste des fois ?

    Blague à part, avec un peu de recul je ne vois pas grand chose à dire sur le match de dimanche, je suis d'ailleurs frappé par le peu de réactions sur Côté Ouvert. Ca en dit long, me semble-t-il...
    Juste deux remarques quand même :
    - les anglais se sont promenés pendant une mi-temps en jouant à 100 à l'heure et avec une maitrise impressionnante. En deuxième mi-temps, ils se sont mis à jouer un (gros !) cran en dessous (Ah ! la tête d'Eddie Jones alors que son équipe menait de 30 points ! ils ont du se faire dire deux mots après le match !) et ils nous ont passé quand même un 14 à 0... C'est dire le niveau de l'équipe de France. C'est devenu une équipe contre laquelle on peut même jouer en roue libre !
    - Je suis effrayé par le physique des joueurs anglais... Ils doivent passer leur vie sous des barres de fonte, ce qui n'est pas vraiment la conception que je me fais d'un jeu de ballon, sans compter les passages en pharmacie. On ne se fait pas une musculature comme ça sans des aides plus ou moins licites (le faciès de Farell est assez révélateur)... Ca aussi, ça n'est pas l'idée que je me fait ni du sport, ni du jeu...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. pour répondre sur le physique anglais, il suffit de se rappeler que les manager de Premiership se sont plaint l'an dernier du contenu des stages de préparation concoctés par Jones, quand leurs joueurs majeurs s cassaient les uns après les autres.

      Supprimer
    2. bonjour en ce qui concerne les Anglais,je vous rejoint sur un point :: les Anglais jouent a 100 a l'heure!! ce ne sont pas des surhommes,il y a explication a cela ....

      Supprimer
  5. Richard, tu essayes de me joindre, mais je ne sais plus pour ton n° de tel.
    Tu comptes +1 à l'endroit que t'as choisi!

    RépondreSupprimer
  6. je dirais qu'on récolte juste ce qu'on a semé :
    - confier l'EDF encore et toujours l'homme providentiel qui apporterait une vision, une idée, etc...qu'il s'agisse d'un Fourroux, d'un Berbizier et même d'un Bernie le dingue à son époque. le commandeur parti, il n'en reste que la statue qui comme bonne statue, n'évolue pas et reste figée.
    - on a professionnalisé les formations et on a deux ou trois générations qui ont été non pas formées mais formatées au rugby pro, avec comme alpha et omega le respect des consignes du chef. si tu les respecte pas et improvise ou fait preuve d'imagination, ouste ! si tu la ramène, ouste ! du coup il ne reste que des joueur dociles et bégayeurs d'éléments de langage prémachés, les autres s'étant fait dégager à des stades divers et variés.
    - mélanger les deux et hop, on y est.

    Je rajouterai à ce constat une divergence avec certains post lus plus haut ou ailleurs : le jeu actuel ne s’accommode plus des 3 "C" ni de l'opération commando sur 4 mois avec un chef de meute (que nous n'avons de toutes façons pas en magasin), blablabla.
    on s'est pas fait défoncer par une meute hier, on s'est pas fait couvrir de honte par une meute vendredi dernier ni en novembre.
    on a juste perdu contre des mecs qui jouent avec leurs cervelles quand nous on n'utilise pas les nôtres.
    la vitesse, ou plutôt l'absence de vitesse, en TOP14 fait que "ça passe", que les borgnes sont rois et qu'on se berce d'illusions sur la scène européenne, grâce aux stratégiques non-sélectionnables.
    Mais la scène internationale est cruelle et ne pardonne rien : les anglais ne sont pas seulement meilleurs que nous (c'est déjà arrivé et ce n'est pas un drame en soi) mais on est concomitamment très mauvais, incapable de faire quoi que ce soit avec la balle.

    J'en viens à souhaiter une fin spectaculaire, une euthanasie propre et nette : une cuillère de bois enchainée par une sortie calamiteuse au Japon sur la base de 3 défaites en poule.






    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. L'arbre de la finale de 2011 cachait en fait le déclin d'une forêt.
      Pour en avoir parlé longuement ce matin avec des acteurs ovales proches du XV de France, on peut cibler à 2006 la fin de l'ère tricolore.
      Le Mondial 2007 fut calamiteux à l'exception d'un match et annonçait la fin.
      Mis à part France-Ecosse 2008 et un Tournoi 2010 qui furent de sursauts, puis la finale 2011 qui doit beaucoup à la volonté des joueurs de ne pas mourir idiots, les ères PSA et Novès (pourtant deux bons managers-entraîneurs qui avaient fait leurs preuves) prouvent que la talent de quelques individualités, le nombre de licenciés et la puissance d'un championnat ne peuvent rien face aux impératifs du rugby international.

      Supprimer
    2. je suis tout à fait d'accord : 2011 nous aura fait plus de mal que de bien, à part pour les joueurs qui se sont sortis les mains de poches pour s'offrir ce qui restera je pense notre meilleure chance de titre de l'Histoire.
      la puissance du championnat, c'est à mon sens le problème majeur et la source de tout car comme le disait le philosophe italien : sans maitrise, la puissance n'est rien !
      "on" a laisser la LNR complètement s’accaparer les finances du rugby français et faire de lui sa chose, à son unique profit et jamais la FFR n'a (re)pris la main là dessus. ON ne tire par sur les morts mais j'en voudrait toujours à P. Camou d'avoir laisser faire.

      maintenant que le pli est pris, .....

      Supprimer
  7. et toujours en mémoire ces managers du bord de touche, en top14, qui élèvent le bras avec 3 doigts, au cas où les joueurs sur le terrain ne sauraient pas quoi faire....

    RépondreSupprimer
  8. Esprit : le sourire de l'intelligence

    A regarder les 15 trompettes sur le terrain, le banc de touche et le staff, le sourire n'était pas au rendez vous voir plus du tout. Peut être que BL continue de l'avoir dans la perspective de 2023 mais peut être aussi le perdra t-il lors des prochaines élections ? La gouaille n'est pas synonyme d'intelligence ni d'esprit. La meilleure réponse à apporter dans l'immédiat c'est de boycotter le stade de France pour la venue des Ecossais. Au moins on entendra "the May of Flowers", le cri d'un peuple qui chante le rugby derrière une équipe de mordus de faim qui ne renoncent jamais. Des "Braveheart" en somme. Ce qui nous manque à tous les niveaux. De ne pas accabler les joueurs est une grossière erreur? Ils commettent une faute professionnelle en tant que salariés. Le même renoncement dans une entreprise finit aux prudhommes et pas toujours d'ailleurs c'est la porte directe.
    Le manque total d'amour propre du maillot bleu, de porter le Coq, devant la nation et de ne montrer à notre future jeunesse, celle de 2023, que l'important c'est le bulletin de salaire du club et les indemnités du XV de France. Désolé mais le rugby ce n'est pas ça. Les vrais professionnels des pays dominants ont un tout autre comportement d'abord le maillot, le drapeau, le pays. Tout est dit sur ce blog depuis longtemps, dénoncé haut et fort, et le rugby français continue de vivre de ses miasmes. La contamination est totale, profonde, et culturelle car la priorité est donnée à l'argent, au profit et à la richesse sans compter après. Le ballon ovale se meurt d'esprit. Dans la vie on peut sourire de tout, même de la mort, mais jamais de la défaite. C'est ahurissant de lire voir d'écouter tous les commentaires qui fusent de la part des internationaux, du staff tricolore comme s'ils étaient invités à déballer leurs esprits alors qu'ils viennent de prendre un zéro pointé sur la feuille de match. Comment redonner le sourire au rugby français ? Tel pourrait être un des sujets de notre prochain séminaire sans empiéter sur l'arbitrage ! Bien entendu, le monde du top 14 et de la ligue restent silencieux donc coupables des faits. Et la FFR leurs emboite le pas incapables de sortir de ce marasme. Le terrain a parlé depuis longtemps, trop longtemps sans que ça n'engendre une quelconque révolte de gens asservis à un système. Le purgatoire a quelques belles années devant lui au moins jusqu'en 2023. Arrêtons ces guerres intestines de chapelles, cette hypocrisie délétère nauséabonde, servons nous de cette intelligence et de cet esprit qui résident en chacun de nous pour redonner le sourire à l'ovale. Comme dit Saint Jean, pour les puristes, "c'est l'esprit qui vivifie".

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. "La lettre tue, l'Esprit vivifie". Saint-Augustin.

      Supprimer
    2. Mais il est dans la Bible avant cela, tu as raison, Tautor.

      Supprimer
  9. Vous avez été prompt à répondre à mon sms. C'est le vote le plus rapide de l'histoire de la démocratie.
    Douze bulletins.
    Vous dire en préambule qu'il y a trois pouvoirs et un vote blanc.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Lubersac a récolté deux votes : Vincent-le-Jeune et Fred Coulon.

      Supprimer
    2. La Chazelle a récolté un vote contre : Christian

      Supprimer
    3. Uzerche a récolté cinq votes directs : Tautor, Sergio, Lulure, Pimprenelle et Ritchie.

      Supprimer
    4. Un vote blanc : François Barbier

      Supprimer
    5. Et les trois pouvoirs (Le Gé, Philippe Glatigny, Georges) qui m'ont été amicalement transmis n'ont même pas besoin d'être utilisés puisque Uzerche l'emporte 5-2 sans besoin de temps additionnel.

      Supprimer
    6. J'ai l'avantage, donc, de vous annoncer que le prochain Quinconces, quatrième du nom, se déroulera à Uzerche, à l'initiative de notre ami Lulure II, qui a trouvé ce gite.
      Nous serons douze, plus J.-L. Dupont et Joël Jutge, notre invité. En attendant la confirmation de Pierre Villepreux et de Jean-Michel Aguirre.

      Supprimer
    7. Voici l'adresse
      https://www.gites-de-france-correze.fr/location-vacances-Gite-a-Uzerche-Correze-19G3185.html
      Tout au bout de la rue du 18 juin 1940, à Uzerche. Ou, si vous préférez, à côté du Moto Club Uzerchois (qui doit être bien indiqué).

      Supprimer
    8. On attend la validation de Lulure demain (Lubersac en stand-by) avant de clore le dossier.
      On part sur 50 euros la nuit par personne.

      Supprimer
    9. Bon, le profilage s'esquisse.

      Supprimer
    10. Ca y est, Lulure a confirmé auprès de la propriétaire qui adore le rugby, elle et son mari. Nous sommes en terre ovale, donc.
      Bon ben ça c'est fait.
      Restera à se caler avec qui apporte quoi pour tenir deux jours, soit deux petits déj et trois repas.

      Supprimer
    11. Faire le choix d’un gîte tout au bout de la rue du 18 juin 40, c’est tout de même étonnant pour le type de rencontre qu’il va héberger durant 3 jours.

      Supprimer
    12. C'est pas l'Aubrac, mais on entre en résistance ! Encore une rus(s)e de l'esprit.

      Supprimer
    13. @Ritchi : Sans rien en attendre ...
      @Sergio : Me demande si je ne préfère pas encore l’Aubrac au Larzac

      Supprimer
  10. Un des problèmes du jeu vu couramment c'est son incroyable uniformité.
    Je parle, bien entendu, des français et du championnat de France. Tout ce que l'on voit, entends....les salles de musculation toutes les mêmes, les exercices identiques...quelques passes et un avant se jette à terre sans opposition (?!)...., un entraîneur, Bruno, explique à un pilier comment se positionner....(?!)...A-t-on affaire à des professionnels internationaux ou à des cadets?
    Et les discours: convenus. Avant, pendant et ensuite... et que l'on peut résumer en deux mots bateaux: "voilà" et "après"...Et puis cet incroyable mantra, répété encore par Fickou "il va falloir qu'on se dise les choses"!!!! Mais, malheureux, qu'est-ce que vous pourrez bien vous dire à ce niveau? Et quand bien même, ce que vous vous direz actuellement aura-t-il un effet magique? J'en doute fort. Bon, j'espère que tout ce joli monde est un peu différent en interne et hors caméras.
    A l'aune de cette misère, quel bonheur des voir le jeu anglais qui, cette fois, s'est nettement démarqué du monostyle treiziste à la mode chez nous -percussions en guise de tenus et ouverture systématique et prévisible sur une ligne ensuite. Du jeu au pied, encore du jeu au pied, toujours du jeu au pied. Comme un bon film pour Gabin: "Une histoire, encore une histoire et toujours une histoire". Mais, bien entendu, bien plus que cela. Juste l'armature mise en place pour ce samedi. Mais on devine bien qu'ils peuvent largement faire autre chose. Il y a de la chair, et bien épaisse autour des bases. Je pense d'ailleurs qu'Eddy Jones récolte l'excellent travail de Stuart Lancaster qui n'a malheureusement pu aboutir en 2015 par un incroyable concours de circonstances malheureuses. Je continue -et ce que je vois me confirme dans ce sentiment- à penser que si l'Angleterre était sortie des poules elle aurait pu être à la hauteur des nations du sud.
    Pour conclure mes sombres pensées et pour revenir au jeu français et à l'axe de réflexion qui me parait essentiel "uniformité/créativité", je ne vois pas comment, aujourd'hui, à part peut-être le Stade Toulousain, on pourrait trouver dans le top 14 un style de jeu différent d'une équipe à l'autre.
    Il est sûr que, dans les années 50...60, et même bien après, les sélectionneurs avaient le choix entre moult styles de jeu allant d'une utilisation quasiment exclusive des avants comme le Brive de Domenech, à un jeu absolument déployé -disons à la Lourdaise- que ce même "Duc" conseillait d'aller voir aux spectateurs mécontents du spectacle que son équipe offrait. Et, à cette multitude de styles se combinait un nombre important de joueurs originaux hors ou dans ces systèmes dont cet Amédée Domenech, justement ou un Jacky Bouquet pour les arrières.
    Ma réflexion autour de l'uniformité/créativité a trouvé, dans le jeu de l'Angleterre, un début de réponse tendant vers une ouverture, une amélioration du jeu que je trouvais sinistre ces derniers temps hors les Blacks. Je pense même avoir quelques autres pistes que ce jeu au pied de samedi. Et si j'ai, moi, ces quelques pistes, je pense que les grands penseurs du jeu, les Hansen, Jones, Gatland, et consorts, doivent en avoir eux aussi sous le coude.
    Je pense même que nous ne sommes pas au bout de nos surprises et c'est tant mieux.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour d'accord avec vous, dans ma jeunesse(je suis de 41 ) je regardais le tournoi des Cinq nations (tèlè noir et blanc) oui,les Domenech,Roques Gruarin, Bouquet ,les frères Bonifaçe (2 gènies ) Lacaze ,Darrouy, et beaucoup d'autres ,joueurs sortis de la France profonde,ètaient de sacrès bonhommes !!! Ce que je regrette à notre èpoque,c'est que notre formation,qui produit de bons jeunes joueurs,ne soit pas utilisèe!! on prèfère faire venir des joueurs de l'ètranger,pour ètre compètitifs,mais cela au dètriment de la formation !!

      Supprimer
  11. Des trompettes, mais pas de la renommée. Un ailier arrière, des centres ailiers, un ouvreur qui a avoué depuis sa reprise qu'en raison d'une cheville ayant été mis bien à mal, il ne joue globalement qu'à 80 %. Eddy Jones ne pouvait que s'amusait avec ce qui était juste une rus(s)e de l'esprit, certainement pas une ruse de guerre.
    ils sont fous ces français. Mais voilà JB a voulu faire tapis comme au poker. Pari perdu sur tapis vert. On ne peut pas continuer avec ce staff. Envoyer comme ça du "Young blood" et jongler avec pour faire du boudin, c'est juste irresponsable. Un certain nombre de joueurs ne sont donc pas foncièrement coupables. Les conditions dans lesquelles on les prépare sont juste inadadéquates. C'est encore plus dur de ne pas perdre la face sur le terrain devant les 5/6 premières équipes mondiales phares.
    Et Laporte/Simon en sont responsables. Leur vitrine n'a plus de gueule et dégueule d'indigence mais certainement pas d'apparât. C'est facile d'aller faire le barbillon dans les petits clubs, histoire de solidifier l'ossature. Et pendant ce temps, personne fait la poussière dans la vitrine, et aucun véritable regard au fond du rugby. Juste de la com pour 2 cancres.
    Ca me rappelle Giscard quand il s'invitait chez les français "ordinaires".
    Si tout n'est pas si terrible, j'aimerai pas être à la place des joueurs, comme je l'ai déjà dit.

    RépondreSupprimer
  12. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
  13. Comme dans tout métier, un pro reste un pro, un MOF reste un MOF, pas de place pour de l'à peu près ! Un grand vin, même les années pluvieuses, reste un grand vin sinon le château ne sort pas de bouteilles ce qui reste exceptionnel ! Alors plaider que les joueurs ne sont pas coupables et que la faute revient au staff, c'est pire que des trompettes ce sont des cancres notoires, des veaux sans tête ni cornes quoique !! pour l'avoir dit précédemment ..... les joueurs sont devenus de bons salariés rien de plus, aucune tête ne doit dépassée du moule et c'est le manager et le président qui commandent. Quand sans diplôme notoire, le bac en poche, un BTS voir plus pour certains et peu nombreux, et que tu gagnes des sommes rondelettes de très hauts fonctionnaires presque au prorata de ta masse musculaire, le principe même c'est "pas de bruit, pas de vague", tout le monde est gentil et on s'en met plein les fouilles. Personne ne parle des spectateurs trop concentrés sur les mauvais résultats de l'EDF. Le public a bien changé aussi. Si jadis les tribunes étaient garnies d'aficionados confirmés,exigeants, aujourd'hui place aux fétards, ignares de cultures et de traditions rugbystiques qui viennent par le biais d'un sponsor pour bouffer et boire avant tout et brailler comme des idiots notoires. Ce qui renforce la cupidité intrinsèque de ces sponsors en cheville avec les ténors et les argentiers du système. Bref, là aussi, on tire vers le bas. En fait si on décline l'analyse de la mauvaise santé du rugby français, on s'aperçoit de l'effet pyramidal qu'engendre l'échec. Quand le ver est dans le fruit, il est pourri.

    RépondreSupprimer
  14. Bien le bonsoir
    J abonde deja dans le sens de Tautor: elle est ou la responsabilite individuelle des joueurs.
    Je m esplique :
    D abord j ai lu l article sur Johnny May... merde j etais admiratif... le gars se paye un sejour chez Michael Johnson pour retrouver son sprint. Moi ca m en bouche un coin. C est la base du sport pro. Owen Farrell est fan de Tom Brady... 6 bagues NFL a 41 ans... et devore tous ses conseils... work work work, le grand magic johnson disait qu il rajoutait toujours plus a ses entrainements parce qu il savait que qque part qqn pouvait s entrainer plus que lui. Nous Basta. Le bonhomme que j apprecie humainement te dit qu il a autre chose a foutre que penser rugby 24 24. Alloooooo. Y a qqn au bout du fil? Ah et puis je constate que Fickou prend un jaune mais que quand meme il est pas largué par Ashton au sprint. Ah mais c est bien sur... Heineken Meilleur lui a dit qu il etait pas fit for purpose... ben oui t es gros et lent alors fais qqch... une derniere chose... il faut pas des heures de muscu pour tanker et pas besoin de produits... il s agit pas de masse musculaire... il s agit de densite. Quand je lis qu on sinquiete pour ntamack et ses 86 kgs tout mouillés...je rigole... qu il change de sport alors. Et je pense a beauden barrett qui refuse de prendre du poids parce qu il se traine... alors oui le staff frise l amateurisme... un capitaine improvisé... comme la composition du dimanche d apres... des joueurs black listés au nom d une paire 12 13 demodé. Mais quand meme... anima sana in corpore sano...

    Nota : ca me fait gerber de me dire que... le kick and rush est a la mode.

    RépondreSupprimer
  15. Ps : je pensais que mon blaze apparaitrait. Je vais corriger ca des que je peux...

    RépondreSupprimer
  16. Bon Machin grouille toi de mettre un nom à ton blase avant que le père fouettard te choppe ! Sinon tu vas finir au jaune mais pas à celui que tu penses !!! Notre manager n'a pas de moustache, quasi chauve, vat'en savoir pourquoi, un peu raide sur le formalisme, par contre très érudit en rugby comme ses vieux moines d’antan. Une bibliothèque a lui tout seul et si tu lui file les clés tu vas entendre l'harmonium. Sinon, trêve de conneries, bienvenue au pays des "Quinconces". Ici on parle gaulois, on mange gaulois, on boit gaulois .... voilà galapia !

    RépondreSupprimer
  17. machin s appelle oliv1979 a la base... mais il n a pas encore trouvé le truc sur l intelliphone.. tache (de rouge) en cours

    PS : le premier inconnu ce n etait pas moi.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. mais reconnaissant l'inconnu, ils disaient toujours non, c'est ça qu'est triste

      Supprimer
  18. oui on le sait on suit un peu !!! envoie l'olive on te servira un verre !

    RépondreSupprimer
  19. Réponses
    1. à ta guise, jaune traditionnel, vins cuits locaux, whisky, bulles, jus de fruits ou eau gazeuse ou plate !

      Supprimer
  20. J’informe : A tous les Astérix de Luzerche : pour rôtir le sanglier et le dépecer vous vous débrouillez : sans moi.

    RépondreSupprimer
  21. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
  22. Je sens ce Quinconces lancé sur des bases olympiques.

    RépondreSupprimer
  23. Je vois surtout que vous n'avez pas saisi les perches lancées dans ma chronique. Mais c'est pas grave. Relisez, il y a de la piste. Voire même plusieurs.

    RépondreSupprimer
  24. Tautor, bien sûr que les joueurs ont aussi l part part de responsabilité, vis à vis d'une hiérarchie FFR, président, staff, et de la même maniére en club. Il est arrivé un temps où ils semblent devoir avoir un autre alternative sur leur avenir pro que celle de leurs agents. Et que Provale serve à autre chose qu'entériner les stratégies FFR. Bref, qu'ils soient plus gilets jaunes. Parce que si c'est pas si terrible, en continuant dans cette voie (je parle aussi des risques du métier : blessures,commotions...), ils vont avoir le feu au cul. Et Yvan de se réveiller.

    RépondreSupprimer
  25. Je ne suis pas certain que de nos jours, l'amour du maillot ou se sortir les tripes suffisent pour gagner un match. En tout cas il faut casser les codes
    Si tout n'est pas aussi effrayant c'est donc qu'il y a de l'espoir. Ruse de l'esprit ou réelle conviction
    D'ici 2023, parti pris de la jeunesse afin d'acquérir de l'expérience. A défaut d'un mode de jeu il en ressortira peut-être une équipe.

    RépondreSupprimer
  26. Bonjour Richard,

    Excellent article comme d'habitude, avec néanmoins un bémol que je souhaiterais apporter. Cela ne bougera pas au niveau des joueurs - au mieux refuseront-ils les sélections sous couvert d'anonymat - et je doute que cela soit mieux au niveau de la ligue et de la fédération, chose que nous attendons depuis trop longtemps maintenant. Sauf si les médias - car oui vous les journalistes disposez d'un véritable pouvoir qu'il serait temps de commencer à exercer - prennent une décision certes radicale mais qui en fin de compte risque de ne choquer presque personne vu la situation actuelle.

    Quelle est cette décision? FAIRE DANS LA PROVOCATION!!! J'ai déjà exprimé cette idée sur votre blog suite à la tournée ratée en Nouvelle-Zélande mais je me permet de la répéter. A savoir qu'à votre place en tant que journaliste, j'ai envie de parler de ce sport en termes positifs. Dès lors j'accorde plus de temps aux femmes, aux U20 et au rugby étranger. Une fois seulement que ces sujets ont été abordés à fond, alors je ne parle d'une victoire des bleus que l'espace de 15 secondes (genre : "victoire des bleus face à ... sur le score de ... avec des essais marqués par ..."). Mais dans le cas d'une défaite je n'en parle même pas tellement cela laisse finalement presque tout le monde indifférent.

    Dès lors, les instances du rugby verront les médias déserter leur sport petit à petit et seront au pied du mur. Soit ils ont ENFIN le courage de prendre des décisions qui ne vont clairement pas plaire à tout le monde, soit on va vers la mort d'un sport qui ne méritait tout simplement pas mieux en France.

    Il est déjà trop tard pour 2019, et certainement aussi pour 2023 si des décisions fortes ne sont pas prises RAPIDEMENT (préparateur mental, top 12, ...). Dès lors, il serait temps que vous commenciez à faire ce que j'ai décrit plus haut dès la réception de l'Ecosse. Si vous pouviez discuter de tout cela avec vos amis et collègues journalistes ça serait vraiment sympa parce que oui c'est bien de vous que peut venir - indirectement certes mais quand même - le salut du rugby Français dans son ensemble.

    Vous l'aurez compris, j'en viens à imaginer des trucs dingues pour que les choses changent. Mais que peut-on faire d'autre à part ça et ironiser? Merci d'avance de considérer mon idée, qui certes je le reconnais volontiers vaut ce qu'elle vaut.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Thibault, et welcome back sur le blog.
      "A votre place en tant que journaliste".. Ah, oui, bien sûr. Beaucoup de personnes aimeraient être à notre place, ce métier est fantasmé pour ce qu'il est et aussi pour ce qu'il n'est pas.
      Ce qui est fantastique avec "journaliste", c'est jour. Quotidien. Il faut se réinventer tous les jours. Car l'actualité bouge.
      Il faut vivre le présent à la lumière du passé et en imaginant le futur. Ce n'est pas de moi mais de Saint-Augustin dans les Confessions. (pour ceux qui on "le dico des penseurs", ce passage est un de mes préférés).
      Thibault, j'apprécie votre sollicitude mais que croyez-vous que nous faisons ?
      Tous les jours, ou presque, j'ai au téléphone ou je rencontre des personnes impliqués dans le rugby, dirigeants, joueurs (anciens ou actuels, internationaux ou pas), entraîneurs, agents, médecins, préparateurs physiques et mentaux, etc. Tous les jours nous échangeons, je recueille leurs avis, opinions, confidences, projets.
      Tous les jours (ou presque), j'essaye d'instiller moi aussi des idées, d'ouvrir des perspectives, de décrypter.
      il y a ce que vous lisez, Thibault (et c'est valable aussi pour d'autres), ce qui est imprimé et/ou diffusé, et le reste, la partie qui ne se dévoile pas au public mais qui fait aussi avancer les choses. Tout ne peut être divulgué sans filtre, et le temps est un filtre, lui aussi. Alors oui, ne vous inquiétez pas, le journaliste remplit son office. Mais il ne peut pas tout faire tout seul et vous lui prêtez un pouvoir qu'il n'a pas toujours ni vraiment.

      Supprimer
    2. Prenez la politique fédérale.
      Je suis entré à Drop International (dont le patron était Robert Paparemborde et le rédacteur en chef Pierre Salviac) en 1984, puis à L'Equipe en 1985. J'ai vu Albert Ferrasse à l'œuvre et Jacques Fouroux aux manettes, puis Jacques Fouroux à l'œuvre et la guerre tout autour (Jean Fabre, Robert Paparemborde, Christian Carrère, Giu Basquet, Michel Crauste, etc.) pour le pouvoir, pour que ce soit finalement Bernard Lapasset qui l'emporte. En 1991.
      J'ai suivi Daniel Dubroca et Jean Trillo auprès du XV de France (magnifique TOurnoi 1991 et terrifiante Coupe du monde en suivant, comme quoi...) puis Pierre Berbizier comme consultant pour L'Equipe puis comme coach tricolore : jamais XV de France n'avait été aussi fort en 1993 et 1994. Et entre les deux, deux échecs.
      Puis ce fut l'ère Skrela-Villepreux, avec deux Grands Chelems et une finale de Coupe du monde. Là, il a fallu œuvrer pour qu'ils y soient et nous acons su le faire. Nous, c'était Delteral, Bru, Cormier, Lalanne, Garcia, Montaignac. Du journalisme de poids, de contacts, de confiance.
      Et puis après Bernard Lapasset a placé Bernard Laporte à la tête du XV de France : Grands Chelem 2002 et 2004 entre une Coupe du monde terminée en eau de boudin. Mais au moins, il y avait du jeu, de l'idée, des concepts.
      C'est après que les choses se sont gâtées.
      Toujours avec l'appui de Lapasset, Laporte reconduit avec l'appui des Barbarians français, alors que Guy Novès était à son apogée : erreur. Payée en 2007.
      Pierre Camou, dirigeant sans stature, transparent à l'international, devient patron de la FFR, et choisit Marc Lièvremont (zéro expérience) alors que Lapasset lui a suggéré Philippe Saint-André, alors en pleine bourre : nouvelle erreur. La finale de 2011 sera l'arbre qui cache la forêt.
      Puis ce sera au tour de Philippe Saint-André (qui n'a pas choisi ses adjoints) avec le fiasco majuscule du Mondial 2015 (là, je me suis trompé sur toute la ligne : connaissant bien PSA et étant en contact régulier avec lui, je pensais qu'il mènerait le XV de France sur d'autres hauteurs : mea culpa).
      Et ensuite Camou, avec dix ans de retard, a choisi Guy Novès qui avait atteint une forme de limite et n'a jamais trouvé le management adapté, s'entourant aussi d'adjoints qui, pour l'un, n'était pas au niveau requis, et pour l'autre, se perdait et perdait tout le monde dans un trop plein de statistiques et de schémas.
      Et voilà maintenant que Laporte (élu, il ne faut pas l'oublier, pour mettre fin aux mandats de Camou qui ne voulait pas quitter le siège présidentiel et sa suite à Marcoussis et le bar aussi) appelle Jacques Brunel (un chouette mec, mais lui aussi dépassé par les impératifs du rugby contemporain et mal entouré par un trio Elissalde-Bonnaire-Bruno qui découvre le métier à Marcoussis, ce qui est ennuyeux) parce qu'il ne veut personne d'autre...

      Supprimer
    3. Pourquoi Brunel ?
      Parce qu'ainsi, Laporte, qui a tissé des liens forts avec le Gersois du temps où il était coach tricolore et Brunel son adjoint, peut reprendre le fil de sa passion, à savoir entraîner.
      Il pouvait lancer (enfin) Fabien Galthié, ou Fabrice Landreau, ou Raphael Ibanez, ou Laurent Travers, et même Clive Woodward. Non, il a préféré rester en terrain conquis et connu, histoire de peser un peu sur le XV de France.
      Et voilà le travail...
      Nous avons perdu, disons, quinze ans. Depuis 2004.
      Le 44-8 de dimanche, pour moi, il remonte à cette époque. Ses racines sont enterrées dans des choix malheureux, des choix politiques pour la plupart.
      Voilà.
      Et maintenant, il faudrait que je vous parle, Thibault (et les autres aussi), de la dimension doublement bicéphale du rugby français (amateur-professionnel, équipes nationales-clubs) qui plombe tout. Sachant que la France est le seul pays dans cette configuration, et que ça commence à se voir et à se savoir...
      Allez, je vous laisse, je vais me mettre à écrire (ah ah). J'ai un livre sur le feu.
      Bonne journée

      Supprimer
    4. La encore je suis pour l initiative des personnes. Une forme de desobeissance civile. Ca ne concerne que moi ou plus mais je m etais reabonne a Canal il y a 2 ans pour suivre clermont. 2018 n aura pas ete un grand cru. Soit. 2019 peut etre. Mais je ne suis interesse qie pat le sport sur cette chaine. Le cine je m en tape. Merci Netflix et tor... ^^. Ce sera mon mode de protestation. Et j vais m abonner a rmc sport pour le championnat anglais.

      Supprimer
    5. La dimension bicéphale du rugby, c'est aussi la même en... Angleterre, avec amateurs-pros et clubs-équipe nationale. La différence, c'est que manifestement les anglais savent et ont su très vite définir des priorités autour de l'équipe nationale. En devenant Champions du Monde en 2003, ces priorités ont été validées, et n'ont plus été discutées pour l'avenir.
      En France, il y a historiquement une dimension politique (dans tous les sens du terme) du rugby français qui empêche de définir une ligne unique et partagée par tous ses acteurs autour de l'"intérêt supérieur" du rugby.
      Ritchie nous en donne d'ailleurs une preuve, quand il écrit qu'avec ses compères journalistes, leurs amitiés, carnets d'adresse et influence, ils ont oeuvré pour que le duo Villepreux-Skréla arrive aux manettes. Ce n'est certainement pas moi qui vais sportivement m'en plaindre (c'est pour moi la meilleure période de l'EDF "moderne"), mais il y a là un mélange des genres qui ne devrait pas être, si les choses étaient gérées comme elles auraient dû l'être, et par ceux dont c'est le boulot.
      Justement, il serait intéressant de savoir dans le détail comment le rugby anglais, depuis 30 ans, a pris le virage du professionnalisme, et géré cette dualité clubs-équipe nationale. Pourquoi eux ont réussi à maintenir leur équipe nationale au meilleur niveau de l'escalier mondial pendant que nous nous en descendons inexorablement les marches.

      Supprimer
    6. Pipiou, sans jouer sur les mots, les Anglais n'ont qu'une tête qui dépasse, c'est le XV de la Rose. C'est leur priorité, leur manne, leur vitrine.

      Supprimer
    7. Et il n'y a pas de séparation entre amateur et pro en Angleterre. Les Espoirs des clubs pros vont jouer en D3 anglaise pour se forger. Et la formation des clubs amateurs est reconnue et valorisée par les clubs pros.
      Il n'y a rien de bicéphale chez eux. S'ils ont deux cavaliers, il n'y qu'une seule monture. Ils ont fait leur révolution en 1995.

      Supprimer
    8. Puis un audit en 2004 après leur titre mondial, car ça n'allait pas fort. Mais en en tirant rapidement les conséquences. Puis un deuxième en 2015, là aussi en accélérant le processus de transformation du XV de la Rose.

      Supprimer
    9. Et ouais, l'anglais est pragmatique.
      Nous on discutaille comme des maquignons à la foire, on fait semblant de s'engueuler puis on fait semblant de se réconcilier, la main sur le coeur et l'oeil sur le pré du voisin pour compter ses poulets sud-africains, prêt à en chaparder un à la moindre occase...
      Puis on se retrouve comme toujours autour d'un gueuleton pantagruélique avec force bouteilles, et quand tout le monde est rentré chez lui cuver, rien n'a changé.

      Supprimer
    10. Il ne faut pas oublier que la RFU "achète" la paix avec la ligue grâce à sa machine à cash qu'est leur temple Twickenham.
      Ca aide quand même à porter une politique accès sur leurs équipes nationales (aides aux académies, prise en charge des féminines pro, mise à dispo des internationaux, plans de développement, etc...). Un vrai business plan à l' anglo-saxonne. Pouvez-vous imaginer une telle politique conduite par les actuels caciques de la FFR ? Un bizzenesse plan ! Risque y avoir du nervous break-down à Marcoussis...

      Supprimer
    11. Tu as raison, Fred, j'en parlais avec Pierrot Villepreux au téléphone ce matin : la RFU donne environ 1,5 millions d'euros par club par saison, tout compris (mise à dispo des internationaux et titularisation d'internationaux moins de vingt)

      Supprimer
  27. Bien vu et bien dit.
    Ce beau triptyque est un excellent résumé de la situation.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci André
      J'ajouterai que Bernard Lapasset a choisi seul (mais bien aidé par les Barbarians) de reconduire Bernard Laporte. Il l'a annoncé lors d'un comité directeur fédéral, sans en référé à qui que ce soit. Pierre Villepreux, qui était alors DTN, a décidé de démissionner suite à cette reconduction.

      Supprimer
    2. Parlant de DTN, voilà un paramètre dont on parle peu ces temps-ci. C'est pourtant son rôle, il me semble, de "penser" le rugby, si possible de demain, et les structures de formation qui vont avec. C'est la mention de P. Villepreux qui m'y fait penser, le seul, à ma connaissance, à avoir un diplôme de 3ème cycle en la matière.....Je n'ai rien contre D.Retière mais on n'entend pas énormément de réflexions du DTN sur le jeu et son futur. Ok, à son époque, il nous a construit une mêlée qui mettait toutes les autres sur le toit, bon travail d'entraîneur des avants. Sauf qu'il n'est plus entraîneur des avants...Vous qui êtes dans le secret des dieux cher Ritchie, y-a-t-il du mouvement côté DTN pour tenter de sauver ce qui pourrait l'être (l'honneur au moins) ?

      Supprimer
  28. Et pour confirmer que les journalistes prennent leurs responsabilités, je vous conseille l'édito de David Reyrat (troisième-ligne de l'équipe de la presse) dans Le Figaro :

    http://sport24.lefigaro.fr/rugby/6-nations/actualites/xv-de-france-maintenant-ca-suffit-!-944535?utm_source=app&utm_medium=sms&utm_campaign=com.sport24.android

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tres interessant comme edito. Je rajouterai Raka a terme quand il sera revenu de blessure. N en deplaise a certains.Mais oui Il est temps d oser. Les autres sports le prouvent. La gamine de 19 ans championne du monde de ski de bosses n a pas froid aux yeux.

      Supprimer
    2. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

      Supprimer
    3. Oui effectivement intéressant. Après, est ce que le staff tendra vers ce choix, ou faudra t'il des évènements ou faits particuliers l'acculant à le faire ? En tout cas, un placage offensif de journaliste, normal pour u, 3e ligne. Je suis raccord avec Pipiou sur la dimension politique en France ovale, qui ne permet pas une gestion judicieuse en faveur de l'intérêt supérieur du rugby. Quant à la dimension bicéphale " amateur-professionnel", "équipes nationales-clubs", elle est engendrée justement par cette dimension politique.
      Car il serait plus rationnel au nom de l'intérêt collectif de ce sport et non de celui des clubs pros : - que la FFR ait vraiment la main sur la LNR ayant un rôle délégataire certes mais avec une tutelle au dessus. Et pas l'inverse, et que cette dernière le comprenne.
      - que les joueurs internationaux soient les salariés de la fédé, comme en hémisphère sud
      - qu'il y ait un vrai centre national de formation, et 1 DTN qui soit un véritable garant de la cohérence de la politique sportive et de la FFR, tjrs dans l'intérêt supérieur du rugby.
      - redévelopper le rugby dans les écoles primaires mais sans plaquage.
      Ces points me semblent essentiels pour remettre le XV de France non pas qu'en vitrine mais au centre de l'administration, avec des clubs pour le servir pas pour mettre des battons dans les roues à des fins personnelles.

      Supprimer
    4. Thibault, es-tu en France le 12, 13 et 14 avril ?

      Supprimer
  29. Je trouve toujours pertinent ce qu'écrit David Reyrat, mais ce qu'il propose, c'est depuis dimanche la tendance générale des commentateurs: remplacer Brunel et faire jouer les jeunes pour sauver ce qui peut l'être de la CDM 2019 et préparer celle de 2023 chez nous.
    Ok, mais à mon sens (et je crois bien l'avoir écrit à ce moment-là), c'est dès le désastre de la CDM 2015 qu'il aurait fallu le faire, pour préparer 2023 (l'écart sur cette CDM était tel que 4 ans me paraissaient insuffisants pour le rattraper). La nomination de Novès a un peu noyé le poisson ensuite, et quelques résultats de l'EDF ont pu alors faire illusion; je me souviens de discussions ici avec Ritchie qui attendait des résultats qui ne venaient pas alors que je prônais la patience, mais j'ai fini par perdre moi-aussi patience, et avec le recul, il y avait continuité avec l'ère Saint-André. Depuis, c'est devenu n'importe quoi à tous les niveaux. 4 ans à l'échelle du jeu d'une équipe ça peut paraître long (ça vous pas cette impression quand vous lisez des compte-rendus de matchs internationaux avec des noms de joueurs disparus corps et biens depuis ?), mais finalement, le rugby français est descendu tellement bas que même en 2023 et même chez nous on ne sera pas au niveau.

    RépondreSupprimer
  30. Au fait Ritchie, petit aparté: j'ai pas reçu de Sms pour le vote-gîte, et tu as dû me perdre en route dans les mises à jour de la liste des Quinconces IV: j'y serai bien !!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Exact. Ma faute. Tu votes pour qui ?

      Supprimer
    2. Merci Pipiou, je n'aurai pas à annuler la réservation. Attention aux distraits qui taperaient Luzerche sur leur GPS, ils risquent de ne jamais arriver.

      Supprimer
  31. Sinon le ministre de l education nationale souhaite que du temps soit libere l apres midi dans les etablissements scolaires pour la pratique du rugby... euh du sport. Dans 20 ans on est presque sauvés

    RépondreSupprimer
  32. Je ne sais si c’est la période qui veut cela mais question Confessions, l’oecuménique “vivre le présent à la lumière du passé en imaginant le futur”, serait moins proche de la réalité du moment que l’orwellien “celui qui a le contrôle du passé a le contrôle du futur, celui qui a le contrôle du présent a le contrôle du passé”.
    Et question contrôle de toutes choses, nos amis russes, grands connaisseurs, nous expliquent par l’entremise du facétieusement tragique Boulatov s’inspirant de la propagande locale, “l’utilisation du langage comme instrument de commande et de contrôle, du fondement de la loi écrite et de contraintes” nourrissant une peinture synthétisant, subtilement, l'histoire de l'Art....(rugbystique ?)

    Pour en terminer par l’un de ces merveilleux hasards (commis d’office ?...parce qu’avec Ritchie, je me méfie :-) ), les Quinconces, appelés de la première heure d’une aventure rugbystico-libertaire, se réunissent tout au bout, tout au fond de la rue du 18 juin 40, tels le groupe du Boulevard Sretenski dont les membres se rencontraient pour discuter, échanger, toutes choses leur étant interdites en milieux...officiels.

    Question vodka et bibines diverses, les avis semblent en revanche consensuels et sans frontières.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Superbe, Jean-Michel, tu régales...
      J'espère que les voies aériennes te laisseront à terre afin que tu nous rejoignes..

      Supprimer
  33. Le Rugby Français n'a jamais structuré son " system " comme dirait nos amis anglo saxon , pas de vision , de stratégie et les moyens qui vont avec . On a fait de la petite politique avec l'accent qui va bien , les formules à la con et puis ... , bam ! le virage professionnel et la on est dans l'exception Française , " vous comprenez on est pas comme les autres nous ....on est imprévisible et le french flair , la révolte , et sur un match tout peut arrivé , la preparation de la CM met tout le monde à égalité , on est pas loin , c'est une défaite encourageante , on a rivalisé " Et depuis on navigue en permanence dans du non choix avec un TOP 14 qui a pris le pouvoir et noie tout dans un océan de non dit et de silence assourdissant , sauf MB qui a toujours un point de vue sur tout et sur n'importe quoi ... et quand on navigue à vue sans conviction , sans but à part de sauver ses sous ou son cul on échoue et on y est bien , encalminé big time ! Pas plus tard que maintenant je regarde les autres équipes avec plaisir et beaucoup de tristesse car l'effet miroir est dévastateur mais au fond ce n'est pas si terrible , c'est un jeu au fond et on ne sait plus y jouer , le plus triste c'est que plus personne n'y prend du plaisir , ni les joueurs , ni le staff , ni les supporters de moins en moins nombreux ( gare aux finances )
    Au risque de me répéter nous n'avons pas les hommes à la FFR pour porter la refonte du Rugby Francais , sauf une révolte des principaux intéressés ... qui très timidement à l'air de surgir . Ne pas décider pour un pays comme le notre que l'EDF est la priorité est juste pas croyable .... Alors oui dans 20 ans peut - être mais rien n'est sur ....à moins qu'une autorité , laquelle je n'en sais rien siffle la fin de la récrée pour de bon ...

    RépondreSupprimer
  34. Sinon, juste pour revenir à l'art rapport à Bulatov, allez faire 1 tour sur le site des supporters de Castres www.puissancecastres.com, et regarder les affiches des rencontres créées et dessinées par un autodidacte, Gérard Guiraud. Pas une russe de l'esprit, mais juste vraiment sympas. Là encore Castres joue gagnant. Elles pourraient avoir de la valeur dans le temps.

    RépondreSupprimer
  35. "Il faut arreter de vendre de la peur"
    K. Mbappe, 20 ans
    C est pas beau ca ?
    Alors vis a vis de l envie de Jeunisme proné precedemment j ai quand même repensé au match des Barbarians contre les Tongas. Ca m a fait réfléchir a la différence de maturité physique.
    Et puis se rappeler le Japon 2015 face aux tanks Sudafricains c est avoir un debut de reponse. De l audace, de la vitesse, de l organisation collective...saupoudré d un peu d experience a qurlques postes. Il manque juste le cuistot en chef... un gars entrainant... je vote scott robertson (ok je sors..). Mais au moins il sait breaker et ca parle aux jeunes ca. Il a des resultats avec les crusaders. Il aime la France. S il est pas pris chez les blacks apres le depart de Hansen...
    Une autre question... due a ma meconnaissance... on pourrait pas envoyer qques U20 2018 faire une ou deux saisons pour france sevens ? Bon voila. On a deja dit enormement de choses. On pourrait en dire encore tout autant. Toute cette cogitation c est comme devant le match dimanche : l esperance d un ultime sursaut d orgueil meme a la 78eme minute.

    Semperfi...

    RépondreSupprimer
  36. Quiz du jour!
    JB ne change rien pour le prochain match de l'EDF. A votre avis?
    1- Changer ne ferait qu'empirer les choses
    2- On ne change pas une équipe qui perd
    3- A quoi bon?
    Réponses multiples acceptées :-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Paraphrasant en inversus Lampedusa : il faut que rien ne change pour que tout change.

      Supprimer
    2. Citons Heraclite, tant qu'on y est: Rien n'est permanent sauf le changement.

      Supprimer
    3. Il y a aussi :  Le changement c’est maintenant. Une vraie réussite à la française :-)

      Supprimer
    4. "la croyance que rien ne change provient soit d'une mauvaise vue, soit d'une mauvaise foi. La première se corrige, la seconde se combat" Nietzsche

      Supprimer
    5. Et pourtant... je lisais un ouvrage sur Maurice Boyau ce matin et depuis un siècle rien n'a changé : le recrutement des clubs, le XV de France, les All Blacks...

      Supprimer
  37. Voire aussi Fredo Nietzsche : "la croyance que rien ne change provient soit d'une mauvaise vue, soit d'une mauvaise foi. La première se corrige, la seconde se combat". Si Bernie a corrigé sa vue en portant des lunettes, il est totalement de mauvaise foi en érigeant le changement. Et ça se combat.
    Sinon, on aimerait croire pour les joueurs, que "le savon est gris, mais il lave blanc..."proverbe russe.

    RépondreSupprimer
  38. Il n'y a pas que le savon qui aigri

    RépondreSupprimer
  39. Siècle dernier : un élève brillant, une tête pensante d’où émane un projet novateur de jeu. Son pouvoir de convaincre lui permet de bien le défendre pour en acquérir l’adhésion ; même partielle, elle est suffisante pour qu’ il obtienne la confiance nécessaire pour le mettre en place.
    Sa réalisation est finalement couronné de succès et son contenu sert même d’exemple en d’autres lieux.
    Qui pour créer une Start Up loi 1901 pour améliorer les résultats de l’équipe de France aujourd’hui ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Y a t'il 1 ingénieur en industrie ovale dans l'avion ? Une start up pour refaire l'histoire de la star hop 1910, véritable enfant de l'ovale le Marcel. L'était premier partout, le gazier. Major de promotion Arts et Manufactures (depuis Centrale Paris), participe au 1er match officiel international EDF en 1906 et au 1er tournoi v nations et en tant que capitaine, et dans la première EDF à gagner 1 match contre 1 équipe britannique. Le 1er aussi à dépasser les 10, puis 20 sélections (à l'époque, y jouait tous les 36 du mois). Il a également instauré le port du coq sur le maillot.
      On a plus ça en stock, maintenant ? Et start up oui, loi 1901 : inadaptée pour une activité lucrative, évoluant en mode World rugby maintenant...
      Mais si ça doit améliorer les résultats, faut il vendre l'âme du rugby au diable ?

      Supprimer
    2. Eh eh bonne idée Pimprenelle peut-être pas une start up mais un " think tank " à neurones rapides , crédibilité et légitimité indiscutable ferait l'affaire ... Ego laissé au porte manteaux et avoir bien compris que l'on réfléchit pour le prochain gouvernement du Rugby pas l'actuel ....

      Supprimer
    3. Juste avant le remake d’Alerte sur la banquise ...

      Supprimer
  40. Sinon, on attend Novès devant les Prudes hommes. 3 millions d'euros pour 1 licenciement abusif pour les mauvaises relations entretenues par le staff des Bleus avec ceux des différents clubs pourvoyeurs d'internationaux, ainsi que les mauvais résultats bien sur. Ces derniers on les connait. Il met en cause et se défend que sur des points perso (harcèlement, préméditation, caractère vexatoire) ou conséquences (perte d'annuités retraites, réglement des heures supps et repos compensateurs, atteinte à l'image). Rien pour répondre aux mauvaises relations avec les autres staffs.
    Et Collazo qui se mouille pour écoper le bateau France. Des vues sur l'EDF après Moustache ?

    RépondreSupprimer
  41. l'émotion et la colère sont mauvaises conseillères meme si elle se comprend ... Mais l a FFR sera condamnée , il y aura des faits entre parenthèse qui seront reconnus de manière objective comme tel et ce sera ça sa grosse victoire , il aura jamais ses 3 patates !
    Mauvaises relations ? Vu le nombre de caractériels au cm2 dans le Taupe 14 ça va être dur à démontrer .... tellement subjectif ...
    d'autant plus qu'on ne demande pas aux gens de s'aimer mais de se respecter ... et la y a du boulot ... Quand je pense que l'on est sensé prendre du plaisir en pratiquant un sport ...

    RépondreSupprimer
  42. Nos joueurs se disent qu’il vaut mieux Bon à rien que mauvais en tout 😊
    J’ai joué dans plusieurs clubs, je pense surtout que nous avons hérité de cet esprit de chapelle et d’amateurisme marron et nous n’avons jamais su nous en dépêtrer.
    Tu veux l’esprit village et les bourre pifs et aussi bien sûr le bo pognon qui va avec et des joueurs étrangers internationaux du coin de la ville du département parce l’esprit club quand même
    Mais boire ou conduire il faut choisir.
    Le pognon et le capitalisme ne se marie pas avec l’à peu près.
    Ben non!
    On veut bien payer les joueurs mais malheureusement si les capitalistes les payent bien et ben il faut qu’ils jouent et paf. Un joueur en France joue par an 30 à 40% de plus Que tous les autres. Sauf que quand tu joues ben tu ne te formes pas tu te reposes pas et surtout tu ne réfléchis pas .
    Bon pognon, vîllage, coq, honneur, et petite bourgade ça ne va pas ensemble,
    Il faut revoir tout le paradigme du rugby français ou choisir un rugby des grosses métropoles qui s’appuient sur le département et qui bien sûr se régénère des petits clubs en les aidant ou un Bayonne Biarritz
    Choisissons et nous verrons
    Le Gé viva la révolutionne

    RépondreSupprimer
  43. BL ... c'est pas moi c'est le système. Il en a bien profité du système avec un salaire exhorbitant à Toulon, s'est servi du rugby pour ses affaires, etc ... Des joueurs pas au niveau, des entraîneurs et leur staff pas au niveau, une FFR et une LNR pas au niveau, etc. Dans ce cas, on se "casse" la famille Rapetou.
    "Vous savez, ça fait dix ans que le rugby français est dans la difficulté. Ça fait dix ans qu'on ne gagne pas. On me dit toujours que c'est la faute des entraîneurs » a expliqué le président de la FFR. « Je veux bien que tous les entraîneurs ne soient pas hypercompétents, mais au bout d'un moment, il faut se rendre compte que c'est le système qui fabrique des joueurs qui ne sont plus au niveau. C'est pour cette raison qu'il faut changer les choses. On a déjà évolué, mais il faut aller encore plus loin ».

    RépondreSupprimer
  44. Voici le lien
    https://le10sport.com/rugby/xv-de-france/rugby-laporte-cest-le-systeme-qui-fabrique-des-joueurs-qui-ne-sont-plus-au-niveau-435144

    RépondreSupprimer
  45. "Ça fait dix ans qu'on ne gagne pas"

    Sous-entendu: depuis que je ne suis plus le manager de l'EDF.
    La ficelle est grosse comme une cuisse de Bastareaud...

    RépondreSupprimer
  46. CQFD ... message aux adversaires , la FFR et les clubs se parlent , voyez comme ça va beaucoup mieux ... Dormez tranquille les gars on est pas prés de vous faire trembler ... Gaston la gaffe quelques heures avant le jugement aux prud'hommes de Toulouse et pour nous la bonne nouvelle c'est que le super Rugby commence Vendredi , qu'il y a deux ou trois beaux matchs à venir dans le tournoi , encourager les brave hearts en ce qui me concerne pour le ratio nombre de jouer , qualité du jeu produit et leur sourire y compris devant leur balourdise

    Allez , pas surpris Olivier voire je me demande si on a vraiment toucher le fond ....

    RépondreSupprimer
  47. c'est le système qui a engendré des joueurs qui ne sont pas au niveau. qui a raté sa coupe du monde en 2007, se gargarisant d'avoir battu les Blacks mais oubliant de s'être fait ridiculiser par les Argentins, il suffit d'en parler à Ibanez.
    Qui est devenu ensuite Secrétaire d'Etat aux Sports où son seul fait d'armes est de s'être rapproché de Rachida Dati
    Qui a ensuite manoeuvré entre la LNR, la FFR, fait fructifier des affaires un peu hum hum, puis appliqué le système qu'il a mis en place et qu'il rejette aujourd'hui lorsqu'il était à Toulon.
    Qui, enfin, est à la tête d'une fédération qui, à défaut de compter ses défaites, dresse une liste macabre des jeunes morts sur le terrain tout en pompant allègrement le pognon de la Fédé en pleurant la main sur le coeur qu'il est bénévole.
    il faut s'appeler Moscato pour le défendre encore mais la batterie de cuisine que ce mec traine depuis 15 ans devrait tout de même fourbir la puissance de feu d'un croiseur et des armes de concours pour le désarçonner.
    tous les anciens internationaux tirent à boulets rouges sur l'équipe de France, le système, le Stop, Flop, Taupe, etc 14, il n'y a pas moyen de construire une vraie alternative, non pas rampante façon gilets jaunes, mais construite et organisée pour faire un putsch ?

    RépondreSupprimer
  48. Nous aimerions tous que Jacques Brunel (en fait Bernard Laporte) choisisse un nouveau capitaine pour le XV de France. Guilhem Guirado est cuit à force de perdre. Il incarne le fiasco tricolore, malgré lui. Il faudra installer Dupont à la mêlée et lui donner les clés.
    Moi, je pense à une équipe rajeunie, vraiment, avec quelques anciens pour stabiliser. Mais en pensant à 2023. Parce que 2019, c'est mort.
    Avec Fickou et Penaud au centre, Ntamack-Dupont à la charnière, Macalou, Joseph et Camara en troisième-ligne, Iturria et Maestri en deuxième-ligne.
    A l'arrière, aux ailes et en première-ligne, on doit trouver de quoi compléter avec les champions du monde U20 de l'an passé et quelques grognards aussi, non ?
    Votre avis ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Euh...désolée !!!
      Je m’efface de la !!

      Supprimer
    2. Ramos à l'arrière, Lebel à une aile, Raka à l'autre.
      Bamba, Bougarit, Priso

      Supprimer
  49. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
  50. .... euh..manque du monde pour faire 15 Richard, ... d'accord avec toi, (sauf Maestri, pas le profil "joueur", dans un projet jeu de mouvement ) OK pour les noms ci-dessus, les joueurs à leur poste de formation, Iturria en 2° ligne (comme toi) lui il a le profil à ce poste, faut trouver des ailiers (pas des fidjiens SVP !! ), un arrière et des premières lignes, ... allez, au boulot, des noms ...

    RépondreSupprimer
  51. ... AH ! j'oubliais... mais avec quel staff ????? .... bonne question , non ????

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ramos - Lebel (ou Lacroix, ou Rattez), Fickou, Penaud, Raka - (o) Ntamack, (m) Dupont - Camara, Jospeh, Macalou - Maestri, Iturria -Bamba, Bougarit, Priso.
      Et hop !
      Entraîneurs ? Un pool Travers-Mola-Urios-Garbajosa.

      Supprimer
    2. Capitaine ? Iturria. Il est indiscutable, mature et intelligent.

      Supprimer
    3. Piting, c'est quand même pas très compliqué, non ? Mais qu'est qu'on a à garder des types marqués par la défaite, usés, et qui seront cuits en 2020 ?

      Supprimer
    4. J'irais plus loin : carbonel en 10 , Ntamack en 12 (5/8) puis un 2nd centre avec des cannes soit Fickou soit Penaud ou même Wakatawa. Quand on y pense y'a du choix quand même ! À la mêlée, Dupont en alternance avec Couilloud. En 2eme ligne, un combattant comme Geraci? (Maestri me semble un peu usé). Le reste pareil. Et on joue à 10.000. On prend (ils prennent du plaisir). Les résultats viendront ensuite. Le but est toujours de marquer plus que l'autre, n'est-ce pas ?

      Supprimer
    5. La je vais a tapis dans cette affaire...

      Supprimer
    6. Le staff ? Celui des U20 + Hansen et Villepreux en consultant

      Supprimer
    7. .... p..... Mola ???... non, je peux pas, c'est trop .... beau parleur (y'en a beaucoup), malin certes, filou, ... la couverture à lui, il sait faire,... non, pas possible !....
      ....je pense qu'il ne faut aucun entraîneur du Top 14, point barre !... malgré quelques gars de qualité sur le lot, (rares) j'en conviens!... allez chercher de la compétence ailleurs, à l'étranger,.. côté NZ par exemple... qu'il fasse autorité avec un CV "costaud", ....et que les entraîneurs français s'occupent de leurs équipes,... y'a du boulot pour le peu de matches que je vois, c'est quand même pas terrible !... même s'il y a quelques exceptions, de temps en temps ...
      .... je pense aussi comme Fred' (et d'autres) qu'il y a des joueurs, jeunes, ...et de qualité pour rivaliser au plus haut niveau!

      Supprimer
    8. Suis pas très partisan d'un entraîneur venu de l'étranger. On a assez de techniciens de talent en France.

      Supprimer
    9. .... des noms ?...
      ... un technicien français n'aura jamais "l'adhésion" du milieu, même avec un talent plus ou moins confirmé .... d'où vient-t-il ?... qu'est-ce qu'il a fait, ou pas fait, précédemment,.... avec qui ? ...comment ?...c'est le copain d'untel... il a dit ça... ou pas dit... et j'en passe, .... typiquement français, ... de l'ordre de 'c'est la faute au système".... ou "c'est la société qui veut ça"... mais pas de responsables, ...c'est pour ça que je doute fortement de la réussite d'un entraîneur ou manager français !

      Supprimer
  52. Si c'est pour 2023 pourquoi éliminer Marchand d'entrée avec pourquoi pas Chat dans l'intérim ?

    RépondreSupprimer
  53. Son orgueil démesuré selon l'avocat de la FFR ne passerait pas

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Alors prions pour saint bernard pour que son avocat fasse bien le boulot. Je serai pas surpris qu en 2020 on ait qqch comme une petite revanche. Question d orgueil...

      Supprimer
  54. Et ben....
    Longue escale oblige, j'ai tout lu, si on prends du retard,après c'est foutu !
    Ça fuse grave, gravelotte même, si on s' en sort pas avec tout ce jus de neurones!
    Bon, entraînement du captain des Blues ce matin, vous raconterais. ...
    Allez Chevreuse

    RépondreSupprimer
  55. Mettre tous les joueurs potentiels dans un bus.
    Regarder qui s’assoit à côté de qui, qui joue aux cartes avec qui.
    Arrivés sur le lieu de villégiature, les laisser libres sur le choix de qui partage la chambre avec qui.
    Même chose pour le dîner, qui mange avec qui.
    Pour la soirée, regarder qui va faire la tournée des grands ducs avec qui et s’il s’avérait qu’il y ait un problème, regarder qui sera solidaire de qui.
    Si le préposé au numéro 9 n’a rien échangé avec le préposé au numéro 10 durant tout ce temps l’idée en premier lieu de les aligner ensemble n’est peut être pas très judicieuse.
    S’il s’avérait qu’il devait en être pourtant ainsi, un travail en amont se verrait peut être nécessaire et pas simplement sur l’apprentissage de phases de jeu.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Super pimprenelle
      Bon tu viens au quinconce je t’attends personnellement ne me déçois pas et bravo pour cette approche
      Le Gé

      Supprimer
    2. Par les temps qui courent mettre des joueurs dans un bus c'est risqué, il se pourrait qu'ils ne veuillent pas en descendre.....

      Supprimer
    3. T’es quand même très très en forme !!!

      Supprimer
    4. On va tester ça aux Quinconces

      Supprimer
  56. La nouvelle piste c'est Galthié pour "épauler " Elissalde ..... La FFR a perdu la tête mais comme le canard elle court encore
    et pour que le coup sans réfléchir puisqu'elle a perdu la tête ...

    Pendant les règlements de compte entre attaque sur l'homme et demandes de reparation excentriques entre la FFR et son ancien coach , et autre tentative de rustine avec Glathié , de justification que le Taupe 14 est top , la preuve les Fidjiens ... les autres travaillent , avancent avec un effectif quasi stable hormis les blessures , sur un jeu décidé il y a bien longtemps en étant capable d'avoir des plans B , ils sont dans les réglages et les clubs et autres provinces sont à l'unisson ou quasi .....

    Sur les compositions avec les jeunes allons y , ça nous donnera un brin de fraicheur , maintenant qu'on est en pleine décomposition c'est la recomposition , la refonte qui m'intéresse et quels hommes pour la mener . Je ne vois pas l'équipe fédérale actuelle la mener donc ....

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Galette a de très bons rapports avec Moustache, souvenir du débuts des années 2000 en bleu

      Supprimer
  57. Perso, 1 groupe élargi bien sûr :
    Bamba, Poirot, Priso, Baille, Gomes Sa, Ben Arous (?) en piliers
    Chat, Marchand, Bougarit en talon
    Itturia, Lambey, Vahamina, Gabrillagues, Holmes, Rebbadj en 2e ligne
    Gourdon, Jellonch, Macalou, Sanconnie, Alldritt, Lauret en 3e ligne aile
    Tauleigne, Joseph, Galletié, Picamoles (?) en 3e ligne centre
    Dupont, Couilloud, Retière (qui peut jouer en 15 aussi) à la mélée
    N'Tamack, Jallibert, Carbonel, Belleau(?) à l'ouverture
    Fickou, Penaud, Fofana, Wakatawa, Bastareaud (?) au centre
    Lacroix, Raka, Huget, Thomas, Rattez à l'aile
    Médard, Ramos, Fall à l'arrière
    Comme entraîneur, c'est plus coton, à part Urios...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bah, le jeu c'était de composer notre XV vs Le Chardon

      Supprimer
    2. Hé bin alors les jeunes cités ci-dessus dans la liste (fournie) de Sergio. Histoire de s'apercevoir qu'il y a du talent brut chez nous. Et à leur vrai poste, hein...
      Et même si c'est une pièce rapportée, Raka à une aile (avec des ballons si possible...): sa capacité à franchir est exceptionnelle.
      Pour le reste on a l'embarras du choix.

      Supprimer
    3. Gourdon a disparu des écrans radar, il est devenu mauvais, il avait un abattage impressionnant

      Supprimer
  58. Quand on voit l'allusion, (la pique du Midi) de H.P. Wild dans son entretien à l'équipe, sur Pau et les Pyrénées à propos de l'image, ou c'est de la provoc, ou le mec n'est (surtout) pas dans le même monde. Voilà bien un loup dans la bergerie malheureusement plus très top 14 et ovale.
    Les joueurs roses ont intérêt d'être forts. Ça pue l'industrie à fric et ses placements panaméens, pour laquelle les joueurs ne sont que des hommes sandwichs, des burgers bouffés par le système.
    Aucun intérêt fondamental pour le sport.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C est malheureux mais il n a pas tort. Sinon le grand stade aurait ete envisagé ailleurs sur d autres terres que la region parisienne. Les anglo saxons ou autres ont acceptes paris parce que c est chouette. Et prefereront toujours Rome a la Georgie. Et les tour operators aussi...

      Supprimer
  59. A quoi bon avoir un groupe avec tous les jeunes talents du rugby français s'il s'agit de les replonger ensuite dans la purge du Top 14 ? Même foutre une paix royale au staff de l'EDF pendant 2 ou 3 ans serait illusoire: les joueurs seraient encore plus désorientés qu'ils ne le sont actuellement entre des logiques de jeu et d'entraînement opposées ("le jeu d'abord, le résultat ensuite" contre "il faut gagner à tout prix ce match").

    C'est le système qu'il faut réformer, et tel qu'il est actuellement organisé, ça doit partir du haut.

    Sinon pour entrer dans le staff de l'EDF, un nom me vient spontanément à l'esprit: Olivier Magne.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Olivier Magne est sur un autre projet. motus.

      Supprimer
    2. C'est le sujet du changement de système qui m'intéresse de discuter , entre autre bien sur .... et les hommes ( sans casseroles ) pour le porter
      Y aurait il une possibilité de voir le Rugby amateur soutenir une équipe dont on ne peut discuter leur connaissance profonde du jeu , des systèmes , de réseau auprès de grands techniciens étrangers libres ( Hansen ? ) pour y arriver tout ça pour la prochaine élection ou c'est à côté de la plaque ? Si ça n'est pas du rêve ; sont ils au boulot et comment mener campagne , y compris auprès des amateurs non électeurs pour créer un mouvement

      Supprimer
  60. Je suis bien sur d'accord avec les propositions ci-dessus... place aux jeunes, donnons leur le temps de se construire une histoire ensemble, de devenir une équipe et pas seulement une juxtaposition d'individus.
    J'ai par contre une interrogation : faut-il faire le changement tout de suite et les envoyer découvrir le haut niveau en prenant une raclée au Japon, ou bien laisse-t-on Guirado et ses fantômes aller au bout de leur descente aux enfers à la CdM pour lancer la nouvelle génération après et laisser les jeunes progresser avec moins de pression ?
    Je ne sais pas trop quelle option choisir !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pour moi l'important n'est pas de savoir quand les envoyer au casse pipe, l'important c'est de leur assurer une place en EDF quelque soit leur prestation

      Supprimer
    2. Ah Ah, Fred, et tout recouvrir de gros sel pour que rien ne repousse...

      Supprimer
    3. Le gros sel je le réserve pour le rosbeaf

      Supprimer
    4. Ou pour le bar (le poisson, hein!)

      Supprimer
  61. Allez faites un pronostic:
    Combien de spectateurs payants au SDF contre l'Ecosse, j'ai dit payants pas invités

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le public aime le sang... Il se pourrait que le stade soit plus garni que pour France-Galles.

      Supprimer
    2. Un autre pronostic : quelle équipe contre l'écosse ? ; une équipe de mastodontes avec poirot, guirado, atonio, willemse, vahaamanina, Leroux, picamoles, camara, parra, Lopez, bastareau, doumeyrou, ...?
      Quelle va être la stratégie du staff français? Contrer la vitesse et la vivacité des écossais par de la puissance ? C'est quoi leur ligne directrice ? Les matchs les uns après les autres jusqu'à l'élimination en coupe du monde ?
      En ce qui concerne les spectateurs, Richard a raison et je rajouterai qu'ils n'attendent pas grand chose de cette équipe si ce n'est de se foutre de leur gueule...Abistis, dulces caricæ

      Supprimer
    3. Sauf, si entre temps Galthié dit la galette est nommé par Moustache comme adjoint, suggestion qui circule dans le panier de crabes FFR...
      Manque plus que Moscato comme soigneur et animation et le bateau sera complet.

      Supprimer
    4. Sinon, la stratégie à adopter : des coups de pieds dans le dos de la défense, après le coup de pied au cul des anglais. Basta y teavaille au chevet de ses camarades.
      Et les jupes des mamans pour se réfugier, quand le chardon va se réveiller en 2e M.T.

      Supprimer
  62. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
  63. Ça cavale et ça rigole, surtout le p'tit vieux, un certain Nonu, Ma a pour les dames, mais pas un ballon par terre !
    Des exercices de cadets, juste pour dérouiller les guiboles, mais vite, très vite, les mecs sont "fit" comme des coups de trique .
    Pas de staff à l'horizon, juste le captain qui la ramène un peu, pas trop, on fignole rien, on se détends .
    M'étonnerait qu'on destronche la porte des gogues , ici.
    Va p'tet falloir s' affoler un peu la bande à Read s' annonce en bout de piste, des predateurs.
    Sinon un peu chagrinasse la Mecque du Rugby , une forteresse emballée par Christo , pour boire un canon histoire de causer un peu, zob, on est pas à Pretoria ici...
    Allez , ah si, les mouettes,pas une légende ..

    RépondreSupprimer
  64. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
  65. Soyons les sentinelles du vertige abyssal dans lequel BL et ses acolytes ont plongé le rugby français pour sortir du silence et lutter contre cette guerre fratricide mortelle à tout point de vue. Cette mort lente, asphyxiante, inexorable et machiavélique, forte de 4 jeunes qui ont donné leur vie au rugby l'an dernier, n'est plus invitée au panthéon de l'ovale. Cette symbolique du cyprès, sorte de sentinelle et de symbole d'un catharisme révolu, doit faire place aux champs de blé, pas ceux qui ont fauché nos ancêtres, mais ceux qui sont le germe de l'avenir, ceux qui vont donné le goût de l'effort et de la réussite. A la place de la soif et de la haine, de la volonté de nuire en meutes anonymes et malfaisantes, chassons cette malveillance de cupides avertis et méchants, sans oublier ce que disait Victor Hugo des dits méchants "qui envient et haïssent, c'est leur manière d'admirer" pour faire renaître la foi et la magie d'une ovale perdue. L’ensauvagement des mots, des maux et des actes actuels, doit être balayé du silence, de la complaisance ou de la résignation pour laisser place à la liberté, celle écrite en 1789 sur tous les frontons de France "Liberté, Egalité, Fraternité". Rien et quiconque ne peut détruire la patrie par égoïsme. La guerre des chapelles, tout au long de l'histoire a conduit à faire plus de croix dans les cimetières que d'édifier des églises ou des cathédrales. Le soleil est là aujourd'hui, divin, rayonnant, chaleureux, à la recherche du "Coq" terni par le scorbut. Le rugby français devrait s'inspirer de Christophe Colomb, longtemps aveugle du mal qui rongeait ses bateaux et de la révolte de ses marins, en distribuant des citrons à tous évitant ainsi émeutes et sabordage. Fini les prédateurs en tous genres, fini les conspirateurs plus cons et boursicoteurs que fédérateurs, fini les prédicateurs plus sécateurs qu'éducateurs, place aux rédempteurs, aux constructeurs, aux conciliateurs, aux valeurs, le rugby de demain doit être inspirateur. Comme disait Victor Hugo "le bonheur est parfois caché dans l'inconnu".

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. et à part ça on s'en sort comment?.......

      Supprimer
    2. Georges
      Fais nous des propositions sauf Iribaren 👍

      Supprimer
    3. Pour cela remonter plus haut, commentaire du 14 février, à 19h33

      Supprimer
    4. ... super Tautor !!! .... beau discours, comme je les aime ... et que j'aimerais écrire... mais, bon,... "chacun joue à son niveau"...

      Supprimer
    5. Moi j'avais lu mais je pense que Georges faisait allusion au rédempteur et à des propositions pour sauver le rugby frznczis et non l'EDF.

      Supprimer
    6. Effectivement, Tautor, joli texte. On voit bien que tu aimes le grand Victor. D'où ton surnom, choisi par Boris Vian.

      Supprimer
  66. Salut, Ritchie, suite ton coup de fil, te confirme pas possible être présent au prochain Quinconce, le menu et les invités annoncés laissent envisager de frugaux échanges qui à n'en pas douter seront bien plus intéressants qu'une journée de FLOP.14 ou une rencontre internationale de notre EDF.
    Petite question à toi et aux autres contributeurs, nous paraissons désenchantés et surtout sans vrai espoir de voir les choses changer, au fur et à mesure de nos commentaires et échanges, ne serait-il pas que nous tournons comme des cons, genre gilets jaunes autour des ronds points, sans apercevoir la moindre échappatoire pour notre jeu, et tous nos brillants propos ne sont-ils pas que vent porté par la nostalgie et désespoir de se venger de ce qu'ils ont fait de notre sport ???
    Je suis assez sec depuis des semaines pour continuer à disserter, nous voyant plus dans un tunnel à plusieurs entrées mais sans issue, trouver à parler de notre EDF requiert un courage hors du commun, et s'extasier sur les autres nations sans souligner leurs hors-normes physiques et physiologiques ressemble à un aveuglement.
    Je crois que c'est foutu, à preuve la presse "spécialisée" en rugby ne nous parle plus de JEU mais, sacrifiant à l'époque pas si épique que ça que la nôtre, nous gave d'à-côtés sans intérêts autres que le sensationnalisme des titres et le vide abyssal des contenus.
    Alors, certes ici causer et échanger, et s'enrichir des autres, mais le RUGBY est-il encore le pôle central d'ici ?????
    Merci Tautor de tous ces textes qui nous tirent vers le haut, je plussoie à tous tes propos, mais qui va porter tout ceci au-delà de nous ????

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bon ben Nini on te regrettera.
      Concernant notre impact ici même sur le blog, même s'il est lu considérons qu'il n'est que facultatif, à la marge. Quand je vois que ceux qui détiennent le pouvoir ne sont pas capables de faire avancer les choses à bonne vitesse, comment veux-tu que nous, bloggeurs, puissions par nos écrits internet transformer la chienlit en rose des vents ?
      Quand des médias reconnus comme Midol, Le Figaro, Sud-Ouest, le Dauphiné et L'Equipe, qui publient jour après jour des constats précis, des idées, des avis de spécialistes et des conseils pertinents, ne parviennent pas se faire entendre des élus fédéraux et des ligueurs, notre blog a-t-il du poids ?
      J'ai la faiblesse de croire que le lien qu'il opère entre plusieurs centaines (disons plutôt un millier) de personnes et de personnalités ovales est un aubaine pour chacun d'échanger et de s'enrichir. Nous sommes comme les colibris : chacun apporte une petite goutte pour éteindre l'incendie. Si tout le monde s'y met, alors on pourra arrêter le feu.
      Alors il ne faut pas cesser de porter le fer dans la plaie et imaginer Sisyphe heureux.

      Supprimer
  67. Pour se changer les idées...
    Cette chroniquer de mon ami Léon Mazzella, moitié Harrison, moitié Hemingway.
    Au sujet d'un Havane...

    "Le décapiter et retrouver aussitôt le fruité fort, le Sauvage, ce sous-bois des sensations comme on le dit d’un scent de bécasse sous le flair d’un setter bien créancé et statufié tout à trac. Un côté fumier aussi, mais point entêtant ni désagréable : on ne hâte pas le pas, on le ralentirait plutôt afin d’en savourer les flaveurs mâles et primitives, et de fourrure aussi mais qui possède un certain vécu, un usé rassis pelé patiné soyeux. Montecristo Open Master. Robusto robuste. Sa dégustation à cru. La meilleure. Les narines absorbantes collées contre sa tête qui exhale, enfin libérée, tant de cèpe d'octobre, de mûre de septembre écrasée par inadvertance, de primevère de décembre foulée sous la botte et dont la semelle se souviendra tout le jour, de blouson de cuir pour la moto, de cheval en sueur, de chien dans la voiture, de sauvagine, de draps dans la cabane au bout d’une semaine de bivouac. Que voulez-vous, les habanos sont ainsi lorsqu’ils sont bien... nez. Minute, je l’allume. La suite appartient aux murmures, aux yeux fermés, aux pensées, au baroque - Jordi Savall et ses fougueuses Follias de España, à une aube ici - dans les barthes de l'Adour sans doute, un crépuscule là - à La Barbade peut-être, aux sensations furtives un peu partout, un éclair dû à un subtil trait d'esprit lancé par un ami comme une ligne pour le bar, disséminées par notre oublieuse mémoire tout à coup rassemblée, au rapport comme pour prendre son quart. Passerelle."

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Richard, colibri t'est encore en Guadeloupe.
      Sont marrant ces petits zoziaux. Nini, bonjour, dis toi que le colibri et comme 1 messager et 1 bouchon du temps. Le seul oiseau capable de voler en arrière, nous apprenant que nous pouvons regarder notre passé. Extrêmement têtu. En Martinique chez des amis, il y en avait 1 qui venait régulier. Comme tu vis tout ouvert, il rentrait dans le salon et voulait absolument faire son nid dans le lustre.
      Petite histoire :
      Seul le petit colibri s'activait,aller chercher quelques gouttes d'eau avec son bec pour les jeter sur le feu. Après 1 moment le tatou agacé par cette agitation dérisoire lui dit : colibri tu n'es pas fou ? Ce n'est pas avec 1 goutte d'eau que tu vas éteindre le feu. Et le colibri lui répondit : je le sais mais je fais ma part. Aller, de la patience Nini. T'es bien sur que tu peux pas venir ? Bon j'insiste pas...

      Supprimer
    2. C'est bien ce qu'il écrit Léon Mozzarella...

      Supprimer
    3. Oui. C'est un super mec avec lequel nous déjeunons de temps à autres, avec Benoit Jeantet, Vincent Père-Lahaille, Sébastien Bouly, Nemer Habib et Christophe Schaeffer. Notre réunion de "Transcendantalistes" ah ah. Juste en face de Chez Castel...

      Supprimer
    4. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

      Supprimer
    5. Et on termine toujours par un cigare.

      Supprimer
  68. Oui c'est pas mal ce qu'il écrit, ça me téléporte. A travers la baie vitrée, je regarde Ritchie et Tautor déguster un Arturo Fuente Hemingway sur la terrasse. Je ne suis pas cigare, mais le rhum m'apporte cette même sensation, celle de vivre l'instant présent tout en étant ailleurs.
    Nini tu vas me manquer, comme d'autres, car pour moi ce blog est avant tout un lieu de rencontres dont le thème central est le rugby, mais pas que....

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah Lulure, tes cadeaux étaient des régals, surtout dans le moment difficile que je traversais. Bolivar, si mes souvenirs sont exacts.

      Supprimer
    2. C'est vrai que nous aurions aimé que Bartolico, Landais, Nini, Letiophe, Lulu-Paname, André, Allan, Benji, JanLou, Jack, Pedro, Benoit, Marc, Michel, leBoeuf et Eric soient là. Gariguette aussi. Mais la vie est ainsi fête que les présents auront toute notre attention.
      Sans compter que je vois bien Kudekask, Pom et Snaileater débarquer au dernier moment. Qu'ils se rassurent, il y aura de la place...

      Supprimer
    3. On leur fera gonfler des matelas pneumatiques en guise de bienvenue

      Supprimer
  69. Pour compléter, Nini, le spectre du dopage est toujours la , chez nous aussi, on le sait et peu être qu'une chronique ou un fait divers nous y ramènera spécifiquement.
    En attendant on va pas non plus l'évoquer en introduction de chaque post !
    En plus ça change rien au rapport de forces, boosté ou pas, certains s' entraînent bien, d'autres mal .
    Allez Chevreuse

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Nous, on s'entraine à l'humain au W,E, Quinconces... Mais on se dope aussi !

      Supprimer
  70. Lisez ou mène les mots et les maux du rugby bien loin de Pagnol
    https://www.minutesports.fr/index.php/2019/02/14/lavocat-de-la-ffr-dezingue-guy-noves-pendant-laudience/

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Préjudice d'orgueil de partout. Il faut retourner boire à la source, celle de Manon.
      Pendant ce temps, rien ne va plus au casino 14. Coup de gueule des petits, même Perpignan gagne et à l'extérieur. Les gros (SF, RCT, MUC,) au tapis. Des coups de gueules des cols blancs, du coup. Parce que quand même, c'est mon flouz qu'on (les joueurs) dézingue. Pas que Novès. Mais un coup de chiffon poussière et tout va bien re briller.
      Et Bernie a mis aussi le sien de coup de gueule en vestiaires : https://www.minutesports.fr/index.php/2019/02/16/12703/
      Mais on change rien, hein, et on continue. Baissez la tête, ça passe plus. Ta gueule et avance, sinon tu te casses.
      Sinon, le Wisniewski, ça serait peut être la solution dans l'urgence, à l'ouverture ?

      Supprimer
    2. Pas lui. S'il te plait. Mental de biscotte.

      Supprimer
    3. Je préfère encore Plisson, tiens.

      Supprimer
  71. La forme olympique le Tautor, du Lomagnol de combat !
    Ça tombe bien,la forme à Tautorrr , j'adorrr...
    Le fonds du brûlot me les décale un peu au fonds du sac, par contre!
    " le vertige abyssal dans lequel BL et ses acolytes ont plongé le rugby français ", tu n'aurais pas un peu l'impression que les décennie Lapasset /Camou nous les auraient déjà mis un peu profonds, les abysses ?
    Comme souvent dans l'histoire les longues incuries conduisent aux extrêmes.
    Pour rester dans notre pré carré l'analyse de Laporte était bonne sur l'état de notre sport, portée par un candidat plus "clean", l'histoire eut été parfaite, mais on ne la refera pas, dommage !
    Le déclin à commencé, à mon sens le jour ou l'infamie , la traîtrise, le complot, ont coupé la tête de Jean Fabre, le reste n'est qu'une lente régression qu'on à tous souhaité ignorer, drapés dans nos fameuses valeurs, notre "sport roi "et toutes ces conneries.
    Lui était de la classe des Marcel Communeau.
    S' il nous reste un combat à mener, pour se faire pardonner, crever la gueule ouverte aussi, c'est pour les Edr, pas l'Edf .
    Allez Chevreuse

    RépondreSupprimer
  72. Jan Lou,
    Lomagnol de coeur autant que stadiste, Jean Fabre, aveyronnais et rodézien avant tout, fut prophète à Wallon mais point à la FFR trop naif du machiavélisme qui existait déjà du temps de Ferrasse et de ses meutes rue de Liège. Alors pour le brûlot je vais te répondre : l'incurie est humaine surtout quand il s'agit de pouvoirs et maintenant d'argent. Laporte en est bien le symbole. Si son analyse était aussi bonne que cela, nous n'en serions point à ce niveau de désastre actuel, sans parler du mélange affaires personnelles et rôle de Président pour ne point dire que je manie le brûlot à outrance.Au moins un point pour lequel nous convergeons, c'est l'abysse qui a débuté avec Marcel Batigne et les pardessus Ferrasse et Basquet (commerçants et maquignons plus que mathématicien comme Jean Fabre sauf pour l'argent !). Désolé mais le seul qui n'a tiré aucun profit de sa situation personnelle c'est bien Pierre Camou . Il n'a pas su faire les réformes de fond qui s'imposaient à l'époque. Plus près des amateurs auxquels ils rendaient souvent visites parce qu'issu du lui même du monde amateur, il n'a pas su mettre les pieds dans le plat surtout après la cuisante défaite devant les AB en coupe du monde. Être homme de cœur n'est pas être homme de fer. René Crabos fut probablement le dernier grand Président qui a œuvré pour le rugby français dans un état d'esprit globalement sain. Pour rappel, il fut l'initiateur de la défense glissé. D'accord avec toi de mener le combat pour les EDR car c'est le socle du rugby de demain. Les réformes entamées par BL et son équipe ne visent qu'à placer ses copains et fils de copains avant tout. Il suffit de regarder la liste des 200 techniciens. Après tout, ça ne me dérangerait pas outrageusement s'ils étaient un tant soit peu compétents pour avoir eu des échos de la ligue. Bref, qu'on le tourne à l'endroit ou à l'envers ou en diagonale, le constat sera le même et comme la politique il est usant de voir toujours les mêmes têtes et leurs prophéties personnelles. Alors oui pour le combat avec Chevreuse ! Dommage que tu ne sois pas là aux Quinconces IV et que tu ne les remues pas plus que ça au fond du sac !

    RépondreSupprimer
  73. Nini, je pense à toi.
    En lisant la chronique de mon ami Leon Mazella sur la (re)montée inquiétante de l'antisémitisme en France :
    "Un tsunami de tweets outrés sortis des smartphones immédiatement dégainés de l’Élysée, d’anciens ministres, de penseurs, de stars du show-biz, de vous et moi ne doit plus suffire à contenter notre fausse bonne conscience. L’onguent numérique, cette bougie Ikéa de la compassion low cost, ne signifie aucun passage à l’acte, n’indique aucun signal ferme et fort."

    RépondreSupprimer
  74. L'hypocrisie du système sous prétexte de préserver la liberté de chacun. Lorsque que Finkielkraut se fait insulter, pourquoi flouter le visage de son agresseur. Au contraire, montrons son visage, qu'il assume ses idées devant sa famille, ses amis, ses voisins.

    RépondreSupprimer
  75. Cette époque pue... Vague de tweets indignés, de manifs où on se tient chaud, mais bon dieu que la police (qui a les vidéos non floutées) et la justice (qui a les textes de loi) fassent leur boulot !
    Les actes d'antisémitisme, comme les actes de racisme (ça n'est pas la même chose, cf le récent bouquin de Delphine Horvilleur) soient sanctionnés comme il se doit et comme la loi en donne les moyens... L'indulgence à l'égard de cette bêtise crasse est le début de la déliquescence morale !
    (Je précise que j'apprécie moyennement les prises de position de Finkielkraut...)

    RépondreSupprimer