jeudi 7 février 2019

Sorry, good game






Dans le hors-série spécial Crunch réalisé par L'Equipe et qui exhale cette semaine tout son arôme, les anecdotes, les citations et les déclarations ne manquent pas pour alimenter la machine à détester les Anglais. Et penser qu'ils nous le rendent bien. Mais je garde en mémoire les propos que m'ont tenu deux hommes, deux joueurs, deux légendes - Jean Prat et Will Carling - sur ce sujet. Concernant Jean Prat, je vous laisse découvrir le contenu d'une interview que j'ai recueillie en 2002 alors qu'il visitait Twickenham à l'initiative de L'Equipe Magazine.


En ce qui concerne Carling, j'aimerais profiter de l'occasion pour tordre définitivement le cou à une conviction selon laquelle le capitaine de la Rose aurait passé sept saisons de sa carrière à se foutre ouvertement de la gueule de ses adversaires français. Il y a vingt-cinq ans, Will Carling m'avait invité à son domicile, situé entre Hyde Park et Harrods. Ma première rencontre avec le capitaine anglais remontait, elle, à 1988. Nous avions en commun d'avoir suivi des études de psychologie, ce qui avait été suffisant pour sympathiser autour d'un menu thaï.


Là, c'était différent : j'avais envie qu'il me livre le secret de son "Sorry, good game" qui faisait couler tant d'encre et d'aigreur dans la mer des sarcasmes. C'était un jour de décembre 1995. "J'ai toujours pensé qu'intrinsèquement, les Français étaient plus forts que nous, m'avoua-t-il, en guise de prologue à notre conversation. Quand ils jouent bien, ils peuvent battre n'importe quel adversaire." Ce qui forçait son respect et son admiration. Mais je n'avais pas perçu, sur le moment, lequel des deux sentiments était chez Will Carling le plus fort.


Aujourd'hui, avec le recul, je crois bien que pour le capitaine de la Rose l'admiration envers les Tricolores l'emportait. Car Carling avait peur d'affronter le XV de France, peur de perdre, mais aussi peur d'être détruit à l'impact, d'être transpercé en défense, humilié. Il faut dire qu'à l'époque, il se coltinait Laurent Rodriguez, Eric Champ et Marc Cécillon qui fonçaient droit devant eux et directement sur lui, si possible. Il devait surveiller aussi les inspirations de Philippe Sella et de Serge Blanco, pour ne citer qu'eux. "Chaque fois que j'ai joué, nous n'avions pas confiance en nous, derrière, et j'avais peur qu'on prenne une volée," concéda-t-il en toute humilité. Et il me resservit du thé.


Il faut dire qu'entre 1989 et 1995, il n'a jamais perdu face aux Tricolores, Carling. Et les secrets de ces succès sont sans doute transposables au XV de France actuel qui se rend à Twickenham, dimanche, dans la perspective d'encaisser une défaite fleuve, voire record. L'écart à battre, coté anglais, est de trente-sept points. Il faut remonter à 1911 pour en trouver trace. Autant dire qu'une défaite tricolore par un écart supérieur serait doublement humiliante. Mais cette équipe de France n'est pas à une chute près.


Les secrets du succès, donc... Ecoutez Will Carling, devenu entre temps membre du staff d'Eddie Jones, chargé du développement du leadership au sein du XV de la Rose. "Pour battre les Français, il faut mettre la pression maximale d'entrée en conquête et provoquer des fautes. Il s'agit de briser leur confiance au cours des vingt premières minutes. Interdiction aussi d'effectuer des coups de pied croisés et prendre le risque de les voir relancer. Il faut balancer le ballon dans l'axe, haut, et pas trop loin. Tout doit rester sous contrôle. Notre culture, c'est l'organisation."


Une organisation qui fut en tous points supérieure, le week-end dernière à Dublin, à celle des Irlandais réputés rigides depuis une poignée d'années pour avoir enfoui leur jeu de velours dans un gant de fer. Dimanche, je connais des Tricolores - ceux qui vont découvrir le Temple et ceux qui y reviennent sans jamais y avoir gagné  - dont le poil va se hérisser au moment du God save the Queen et de Swing Low Sweet Chariot, chair de poule garantie avant ce Crunch qui risque de faire date. Le score, après tout, quelle importance, du moment qu'on marque : on se souvient de ce 55-35 de toute beauté, douze essais, en 2015. Seulement cinq internationaux actuels ont vécu cette orgie : Atonio, Guirado, Fickou, Huget et Bastareaud. Le temps passe sur un pas.


"Longtemps, je n'ai vu que des images de défaites anglaises contre la France", racontait, désolé, Will Carling. Pour lui, tout avait commencé en 1976 avec la fameuse combinaison auvergnate baptisée "Carwyn", en hommage au technicien gallois de ces années-là, ballon porté sur un plateau par l'ouvreur Jean-Pierre Romeu feintant trois passes pour marquer seul en coin. Pour finir en apothéose au moment d'échanger avec Philippe Sella le maillot du match de 1988 dès le coup de sifflet final dans un Parc dont il était devenu prince. "C'était ma première sélection... sourit l'ex-capitaine anglais. Son maillot, je ne voulais pas qu'il le donne à quelqu'un d'autre."


Dans ce contexte, vous imaginez bien que son fameux et controversé "Sorry, good game" n'avait rien d'ironique. "Nous n'avons pas de naturel, confesse Carling en conclusion. Ce qui nous caractérise, c'est le masque de froideur. C'est pour cela que nous envions les Français et que nous aurions tout fait pour les battre. A la fin de chaque match, leur serrer la main en leur disant : "Sorry, good game", c'était ma façon de leur signifier mon admiration." Qui se jettera avec frénésie sur Owen Farrell, dimanche, pour récupérer sa tunique ?

135 commentaires:

  1. Et vous annoncer, ici, l'accord de principe de Joel Jutge, patron des arbitres de World Rugby, pour venir évoquer au Quinconces III, le présent et l'avenir du rugby à travers la modification de ses règles.
    Devraient être présents aussi - en plus de Lulure, François, Tautor, Le Gé, Pipiou, Georges, Sergio, Philippe et Ritchie -, Christian Badin, Pierre Villepreux, Jean-Louis Dupont, Max Barrau et Jean-Michel Aguirre.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Sans compter que d'autres membres du blog n'ont pas encore donné leur réponse... On l'attend... La présence de certains de nos prestigieux invités n'est pas encore complétement actée mais leur intérêt pour ce samedi ovale particulier est très marqué.

      Supprimer
    2. Salut les filles! pas présent à la V3 des Quinconces, sorry, le programme est bel et bien alléchant pourtant. Milledieu, quelle brochette de noms prestigieux. N'oubliez pas les photos surtout... et sur Instagram, vous pouvez filmer en direct!

      Supprimer
    3. Je n'ai pas pu te répondre avant @richard, je suis en mode "soirée de l'ambassadeur ce soir"..., en moins fun.

      Supprimer
    4. Jules, on a annoncé la date depuis longtemps déjà... Tu pouvais pas bloquer le truc ?

      Supprimer
  2. Vincent le jeune fera tout pour être présent pour cette rencontre !
    Bon crunch à tous.
    À bientôt, Vincent

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Super, Vincent le Jeune. Tu arrives le vendredi soir ? Ou le samedi matin ? Tu restes dormir le samedi ? Quelques précisions ne sont pas de trop. Sauf si c'est trop tôt pour décider. Dis moi...

      Supprimer
    2. Autour de Joel Jutge seront présents au Quinconces III Lulure, François, Tautor, Le Gé, Pipiou, Georges, Vincent le Jeune, Sergio, Philippe et Ritchie et aussi Christian Badin. Sous réserve, Pierre Villepreux, Jean-Louis Dupont, Max Barrau et Jean-Michel Aguirre.

      Supprimer
    3. Bonsoir Ritchie, je viendrai pour la "conférence" de Joel Jutge et quelques bières. En résumé, pour la journée et un début de soirée :)

      Supprimer
  3. Ritchie,
    "Les Quinconces III" ça ne s'invente pas, Trois étoiles Michelin, nourris de passions, d'orfèvres du rugby, d'amitiés, de cultures ... l'ivresse et l'essence même d'un Noël décalé, l'apothéose d'un vestiaire plus qu'improbable, la vision d'un jeu moderne et réfléchi, la gouaille d'un rugby décalé, l'esprit cardinal d'une ovalie occitane, la terre de nos ancêtres, le rugby sera plein d'étoiles, celles du "Petit Prince", ou la table ne sera que prestige et simplicité où nous pourrons lever verres et âmes à la gloire de nos coeurs ovales. Trinquons.

    RépondreSupprimer
  4. Carling pas mon sandwich à cruncher ni ma tasse de thé Lipton. Il a su être dans le good game quand même, à la sortie.
    Sinon, menu étoilé au programme si tout se passe bien avec des top chefs.
    Je suis pas inquiet sur les produits qui seront amenés pour accompagner.

    RépondreSupprimer
  5. Moi je viens où que ce soit mais en fait je ne sais pas ce que vous avez décidé je vais essayer de descendre avec Richard dans tous les cas je serai là vendredi soir
    En plus de tous les amis de l’annee Dernière je serai très heureux de voir mon ami Tautor
    Enfin que du bonheur
    Alors vivement ce week-end d’avril.
    Au fait la vie est trop courte pour être triste et sérieux ! super de vous voir
    C’est vous amis du blog qui êtes des stars
    Merci à Richard de nous avoir réunis
    le Gé simplement heureux

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Avec Le Gé, François et Philippe, un solide carré descend par Paris vers le Quinconces IV...

      Supprimer
  6. Ça fait paisir de vous lire les copains

    RépondreSupprimer
  7. Je retiens plusieurs choses dans ton texte, Ritchie :
    la peur de perdre : j'ai l'impression que nos joueurs français ont perdu la peur de perdre, comme si ça faisait partie du job, du train train du championnat. On a perdu, bon...tant pis...Pis vous, les anciens internationaux, arrêtez de vous foutre de notre gueule, vous aussi, vous n'avez pas fait que gagner !!!
    oui, mais nous mon gars, on savait foutre la trouille à nos adversaires et créer l'incertitude. quand Will CARLING avait la trouille de se faire destroncher par Champ, Cecillon, Rodrigues et se faire humilier par Sella et Blanco... tu imagines la nuit du vendredi au samedi.
    là, la question est :"combien on va en prendre ?" ça pique un peu.
    Pour en revenir aux Quinconces IV, j'ai la fugace impression d'être Jacques VILLERET dans "le diner de cons du rugby". Mais c'est beaucoup d'honneur que je fais de ressembler à Jacques VILLERET et en face, ce ne sont ni Thierry Lhermitte ni Francis Huster mais des vrais légendes du jeu avec l'humilité qui leur sied. Impatient !!
    Ritchie, j'ai bloqué l'agenda pour le jeudi soir

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Top... Avec Le Gé, et François on devrait passer un bon moment en amont du Quinconces

      Supprimer
  8. Rėpétitions d’avant-crunch sur l’air (entendu) de La Damnation de Faust.

    Merci messieurs. C'était très bien ! C'était très bien !...Vous c'était bien là-bas. Vous c'était bien ... heu ... c'est comme ci comme ça. Dites moi, vous ! On ne vous a pas entendus, on ne vous entend jamais ! Vous n'arrêtez pas de bavarder, faites attention, faites très attention ! Écoutez, j'ai une conception personnelle de l'ouvrage, ce n'est pas assez triomphal, pas assez orgueilleux, de l'orgueil bon sang !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah l'orgueil. En rugby, ça dure les dix premières minutes, le temps d'une générale...

      Supprimer
    2. But alors, if I go to the crunch, I risk, I risk énormément :-)

      Supprimer
    3. Tu feras le max pour être présent au Quinconces IV, Pom, hein ?

      Supprimer
  9. Ritchie, tu pourrais pas appeler Carling pour lui demander ce qu'il pense de la sélection de Brunel ?!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Daniel, j'ai appelé Carling, tu penses bien, mais dans son sms il m'a dit : "je bosse pour Eddie, tu comprends bien que je ne peux pas te donner d'interview..." Authentique.

      Supprimer
  10. Bon, du blog, ceux qui ne peuvent pas se rendre au Quinconces IV, vous n'êtes pas sûr de pouvoir décaler vos rendez-vous et autres obligations pour passer le week-end à inventer les nouvelles règles du rugby ? Parce que ce Quinconces IV promet d'être juste génial.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. À titre personnel, je bosse en moyenne 3 WE sur 4 et, ainsi que je te l’ai dit, mon planning n’est fixé que le 20 du mois pour le mois suivant. Difficile donc de me prononcer à l’avance ( quand bien même j’ai émis un desiderata repos pour le WE concerné). Je le regrette d’autant plus que le programme s’avère très alléchant, qu’il y a de nombreux blogueurs que je ne connais pas que j’aimerais rencontrer et parce qu’à ce jour je n’ai pu participer qu’au seul premier Quinconce bordelais.
      Suis obligé d’attendre. Désolé!

      Supprimer
    2. Pas de souci, on t'attendra. Il y a de la place pour dormir.

      Supprimer
  11. Donc à la vue et à la reflexion, notre rencontre se fera en Correze et sans doute à Loubersac

    RépondreSupprimer
  12. Je bisque de ne pas être la , mais tant que la date sera vers le 13 avril , je ne pourrai jamais être des vôtres pour raison associative et de dates bloqué annuellement..dommage pour moi

    RépondreSupprimer
  13. Sans relancer le débat, et par souci de franchise, j'ai moi aussi eu le sentiment que l'affaire était pliée pour Lubersac. Je me suis alors dît que c'était plus la peine de passer du temps à chercher un lieu de retrouvailles.
    Je n'ai pas réagi dans l'immédiateté, mais depuis la maladie, je suis colère avant toute chose.
    Les écrits de Gariguette me manqueront, mais rien ne m'empêche de garder contact avec elle.
    Pour autant, je persiste et signe, et j'ai contacté la propriétaire du gîte sur Uzerche.
    Elle nous le fait à 940 € du vendredi 16h00 au Dimanche 14h00. A prévoir taxe de séjour en sup. Les draps sont fournis et la piscine chauffée est à disposition. Seul le ménage au moment du départ nous incomberait.
    Elle s'engage à me rappeler si elle a une demande de réservation autre avant le 12/02, date de notre prise de décision

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Lulure. C'est vrai que Lubersac est pratique. Mais ça fait un peu colonie de vacances. C'est pas aussi sympa que Treignac. Reste que comme personne n'avait appelé Didier pour savoir s'il vendait, et que le Quinconces IV arrivait à toute allure sans que personne ne l'évoque, il fallait s'en occuper derechef, et en plein Tournoi, en ce qui me concerne.
      Gariguette, Lulure, Sergio, Georges se sont mis en quête, en parallèle à mes recherches.
      Nous avons trois sites : Lubersac, Uzerche et La Chazelle.
      On décidera le 12.
      Mais merci à Sergio et Lulure pour leur effort et leur suivi (agréable) du dossier.

      Supprimer
  14. Je pense qu'à la fin du weekend il sera interdit de partir sans avoir fixé une date, et à défaut d'un lieu, un secteur géographique. Probablement plus du côté de Sergio, par esprit de conciliation et de partage

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. On est parti soit pour Uzerches (joli village médiéval au bord rivière a priori) ou la Chazelle (la Canourgue ) plus bucolique.
      On pourrait essayer la convivialité du beaujolais la prochaine fois...

      Supprimer
    2. j'avais une adresse du côté de Belleville sur Saône, où nous avons fait le jour de l'an en famille pour 20 personnes, pour un prochain quinconces (5 ou 6 ou 7)

      Supprimer
    3. Je vois que le Quinconces V est lancé...

      Supprimer
    4. Sergio et Philippe, on va vous donner les clés pour trouver le lieu du Quinconces V...

      Supprimer
  15. De mon côté, le gîte la Chazelle en Lozére est nettement moins cher : 518 €. Location draps en +. Petit déjeuner éventuels : 2 x 7 € en +. Grosso modo ça fait du 65 € tout compris/personne sur ma base de 10 Pour 3 j/2 nuits. Ménage fin de séjour à faire. Ça serait le gîte du RDC qui fait 200 m2 chambres grand séjour/repas cuisine salon hall entrée.pouvant accueillir 20 p. Arrivée vers 16h30. Facile d'accès car à côté de l'A75 p/Paris et sud ouest. Lits individuels mais dans chambre de 5 ou 6. 1 seule chambre de 2, voire d'en louer 1 autre petite dans gîte du dessus ( compris dans le tarif d'ailleurs). Toutes sont équipées sanitaire WC.
    C'est à 800 m altitude. Par contre bien que les gîtes soient individualisés, il peut y avoir donc d'autre personnes dans les 2 autres niveaux du bâtiment. Vous pouvez vous rendre compte sur internet en tapant http://gîteslachazelle.com ou fr, j'sais plus.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. 2 Terrasses/jardin gazon aussi. Mais pas de piscine chauffée trés tentante c'est sur, les samedi et dimanche matin. Voire pour bain de minuit !

      Supprimer
  16. Ritchie, j'ai un problème technique avec le blog... Quand je veux poster une réponse à un commentaire, elle apparait en fin de liste comme une nouvelle contribution...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah là, je n'y peux pas grand chose. Sorry. Au fait, tu n'as pas moyen de te libérer le 12, 13 et 14 avril. Vraiment pas moyen. D'autant que ça fait dix mois qu'on a arrêté la date...

      Supprimer
  17. Programe alléchant en effet. la qualité du panel fait écho à l'échange dans le précédent post. J'avais posté une réponse à la réponse de Tautor mais cette dernière s'est perdue dans le cloud... Pas grave, le sujet demeure plus que jamais d'actualité.
    Enfin, soyez toutes et tous assurés que les Quinconces IV (A New Hope) font et feront des envieux, quelque soit le lieu choisi.

    RépondreSupprimer
  18. Je dis Lubersac, en pensant qu'il ya de prestigieux invités qui n'en sont pas trop éloignés, de Villepreux à Jutje en passant par le Max ou Christian. Voila

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Uzerche est plus proche de Treignac que Lubersac, par la route.

      Supprimer
    2. Attention, attention, Nini et Fred Coulon n'ont pas dit leur dernier mot concernant le Quinconces IV...

      Supprimer
    3. Bartolico et Snaileater eux n'ont plus...

      Supprimer
    4. Faut dire que t'as pas lésiné sur l'appât, le poisson frétille !
      Aĺez faut atteindre un bon quorum.

      Supprimer
    5. Le bon quart de rhum, plutôt. Et puis on l'a bien vu l'année dernière, c'est pas le nombre qui compte, c'est la présence.

      Supprimer
  19. Ben non, vraiment pas moyen hélas ! ça fait 70 ans que ma maman a choisi le 14 avril pour me mettre au monde ! ça serait une autre année je me débrouillerais, d'autant que le casting est séduisant, mais là c'est une dizaine, je ne peux pas laisser mon épouse avec les copains qu'elle a invités pour l'occasion !!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est pour ça, exactement, que je ne fête jamais mes anniversaires...

      Supprimer
    2. Normalement, tu as un super cadeau pour les anniversaires en dizaines. Alors, le cadeau de ton épouse, c'est de te laisser aller au Quinconces IV. Quelle belle preuve d'amour ce serait ah ah. Nan, j'déconne.

      Supprimer
  20. Je ne sais pas ce que sera mon cadeau, évidemment, mais je doute que ce soit celui là ! ma femme est imperméable au rugby..
    Remarque elle est passionnée de plongée sous-marine alors que je déteste l'eau... Même dans le pastis, d'ailleurs je ne bois que de l'ouzo, qui se boit sec !

    RépondreSupprimer
  21. Pastis ou Ricard? Parce qu'il paraît que c'est pas pareil

    RépondreSupprimer
  22. Le Ricard, c'est une marque de Pastis..
    Je le sais par un ancien représentant de chez Ricard, Jacky Chantelouve.
    Cet ancien champion cycliste -indépendant- a beaucoup frayé du côté du château La Voisine Ricard, avec d'autres de ses confrères, très souvent d'anciens champions (normal pour des commerciaux), tel Jacky Bouquet, pour rester dans le rugby, Christian Carrère...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Serge Blanco & co.
      Perso, je préfère le Casanis, Berger blanc,
      voire Pernod. Mais surtout le Raki.

      Supprimer
    2. Et moi l'anis pur qu'on trouve à Cullera en Espagne.

      Supprimer
  23. François sera donc le représentant émérite de la diaspora, lourde responsabilité !
    Plus qu'un changement des règles dont les autres s' accommodent plutôt pas mal, ne serait il pas judicieux d'évoquer l'organisation de la Fédé, que modifier pour aider aux mieux les clubs de base, quelles actions pour assurer la promotion du Rugby ?
    Ça m'interpelle plus que cette équipe en déshérence,ou on cherche désespérément un fil conducteur!

    Allez Chevreuse

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Effectivement , lourde responsabilité ! J'ai une grande capacité d'écoute , d'observation en même temps que de parler pour ne rien dire , ces deux qualités incomparables m'aideront j'en suis convaincu à représenter au mieux la Réunion et l'Ouganda !
      Sinon ouquonva , pour qui et comment me parait un bon sujet

      Supprimer
  24. A priori le game pour les rosbeefs, c'est de mettre tpit de suite l'EDF le nez dans la merde. Donc une cuisson rapide. Pour continuer à l'étouffée.
    Les ailiers n'ont qu'à bien se tenir.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pas oublier qu'on les a battus l'an passé

      Supprimer
    2. Lors du before du Quinconces IV à Palaiseau, François, Le Gé et Philippe vont y goûter, à coup sûr...

      Supprimer
    3. Je veux parler de l'anis de Cullera

      Supprimer
  25. Pour Richard et son appréciation des distances, Treignac est 2 fois plus loin d'Uzerche que le gite de Lubersac. A part ça quelque soit le lieu d'Uzeche ou de la Canourgue ça m'est égal, je viens
    Ps: je suis diplomé en géographie.... entre autres

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. OK Georges, mais tout dépend du point de départ Treignac n'étant pas le point de départ. Mais n'étant pas diplômé, je me trompe peut-être

      Supprimer
    2. Tu as donc appris sur le terrain ?

      Supprimer
    3. Pour moi, le point de départ, c'est-à-dire l'épicentre, c'est Treignac. Si Didier n'avait pas vendu, nous y serions jusqu'à ce que le toit s'écroule. L'idée, c'est de trouver dans les environs dans un premier temps. On verra plus tard. Si Uzerche ou La Chazelle plaisent, on peut aussi y planter notre décor pour les années à venir. Sauf si Daniel ou Sergio nous trouve un truc classe proche de chez eux. On parle aussi de Belleville sur Soane. Bref, à suivre...

      Supprimer
    4. Parce que, franchement, l'idée c'est d'éviter de se faire ch... comme ce fut le cas récemment à vouloir changer de lieu tous les ans pour faire plaisir à quelqu'un en particulier et à l'arrivée se retrouver à échanger des commentaires pas sympas parce ci, parce que ça. L'unanimité n'existe pas. Et je pense avoir quand même mon petit mot à dire sur le lieu et la date en dernier ressort, non ? ;-)

      Supprimer
    5. Mardi matin, je ferai un petit tour des popotes auprès des présents, à savoir Lulure, Tautor, Sergio, Philippe, Le Gé, Georges, François, Christian et Vincent-le-Jeune (sans oublier Bartolico, Snail, Pom, Nini et Fred, qui sont sur le banc, prêts à jaillir...). Et on tranchera entre Lubersac, Uzerche et La Chazelle.
      En attendant, je regarde les Bleuets se faire secouer par les Rosettes.

      Supprimer
    6. Vous choisissez et je te donne ma voix Richard
      Tu as tout à fait raison tu as un droit en plus donc je te donne le mien

      Supprimer
    7. C’est mérité , quand je suis incapable de faire mieux je m’incline
      Donc tu es le meilleur et c’est grâce à toi que nous sommes tous là
      donc tu choisis les amis doivent aussi savoir reconnaître quand ils sont moins bons et pour le coup je reconnais ton adresse beau 10 et moi je suis un 3ieme ligne qui te défends
      On ne se refait pas
      Le Général à tes côtés

      Supprimer
  26. Oui alors on va ou vous voulez , je ne suis plus à quelques km prés ... Lulure tu es forcement diplômé ! A minima du permis de conduire que je te demanderai d'ailleurs de produire quand nous nous rencontrerons .. au cas ou ...

    RépondreSupprimer
  27. Normalement on compte les distances par rapport au centre du monde, soit le club house de Chevreuse dont je suis diplômé, ça compte?
    Sinon y à 15 verts et autant de bleus ( foncés hein, fô suivre) qui se sortent les doigts pour nous montrer comment c'est bien, aussi, le Rugby d'aujourd'hui.
    Allez, et même un Français dans l'affaire, alors !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Toi, ça serait bien que tu puisse t'arranger pour revenir de tes voyages à temps pour être aux Quinconces. Comment as-tu fait pour oublier ainsi cette date ?

      Supprimer
    2. Rien oublié, foi de talon !
      Mais c'est quand-même le voyage d'une vie, un peu, avec pas mal de contraintes sur les dates pour tout ce qu'on veut faire, et le croirez vous, suis pas seul concerné!
      Allez Chevreuse

      Supprimer
    3. Justement, on cherche une serveuse au bar...
      Et quelqu'un qui tape sur les bambous.

      Supprimer
  28. Arretons quand mème de tergiverser plus sur le lieu. On se fait de la peine. On sait qu'on a 2 ou 3 lieux. Reste à donner notre choix à tous. Et le plus grand nombre l'emportera. Point. Gardons cette sagesse. Il restera juste ensuite les derniéres contingences pour le lieu choisi. Et surtout de profiter de ce qui aura été concocté, et de se voir, surtout, au delà du blog.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. on pourra faire une fenêtre "Whats App" pour les absents !!! au moment de l'apéro et de la table !!! pour leur montere qu'on pense à eux ....

      Supprimer
  29. En attendant, j'ai de la peine pour les Italiens (face au pays de Galles), comme j'en avais pour les Ecossais qui butaient sur le mur irlandais quelques heures plus tôt.

    RépondreSupprimer
  30. L'équipe Côté Ouvert IRL se densifie jour après jour : après Lulure, Tautor, Sergio, Philippe, Le Gé, Georges, François, Christian, Vincent-le-Jeune et Ritchie, Pimprenelle m'annonce qu'elle rejoindra à coup sûr le Quinconces IV.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. On attend les réponses fermes de Bartolico, Snail, Pom, Nini et Fred (qui a quand mis une grosse option)...

      Supprimer
    2. Fred, si tu nous lis et je sais que oui, à toi de jouer ici même d'un petit commentaire...

      Supprimer
    3. ravi de lire que tu as les faveurs de Pimprenelle plus que le blog !!! Super nous voilà 11 plus les invités ça va faire du taf en cuisine !!!

      Supprimer
    4. Du taf mais pas pour faire du fat...

      Supprimer
  31. Le match des U20, déja dans le couloir je croyais qu'on avait le team fanion des Anglais. Donc ils ont déja tout le matériel pour 2023. Surement que la Blédine est trés trés améliorée outre Manche...
    Pourquoi pas un des sujets de discussions sur les baby-beaf aux hormones?

    RépondreSupprimer
  32. Je viens de comprendre la tactique d'avant match, ils attendent la deuxième mi temps pour jouer

    RépondreSupprimer
  33. Rien à dire, hein, si quelq'un est surpris qu'il se dénonce.
    On s' en fout, nous c'est 2023, alors....
    Tiens, suis pas seul à penser que le jeu au pieds sera déterminant au Japon, le père Eddy,à moitié jaune, semble s' y préparer.
    Allez Chevreuse

    RépondreSupprimer
  34. et un demi de melée du niveau de fédérale, et il y a 3 niveaux de fédérale....

    RépondreSupprimer
  35. occupation du terrain, profondeur, puissance, vitesse, pression, pression, pression... 30 à 8, et rien à dire...
    si ! bravo !
    Et Brunel qui explique parfaitement en quoi on est battus... Ça, pour expliquer les branchées, il est bon !

    RépondreSupprimer
  36. Les jeunes ne rentrent pas, sans doute parce que le manque d'expérience pourrait nous faire perdre le match

    RépondreSupprimer
  37. Plan de jeu, vitesse, jeu au pied...
    Déjà dit, ben oui mais quoi d'autre ?
    Match d'entraînement , avec de bons sparring partners.
    Oui, bons, et c'est bien la le drame, du talent chez beaucoup de bleus, mais pas une équipe.
    Allez Chevreuse

    RépondreSupprimer
  38. Rien à dire sinon que le calme règne sur le Tournoi.
    Tout est clair depuis 15 ans et, donc, tout est normal.
    Normal pour les trois matches. Aussi bien du côté des Irlandais, que des Gallois et, bien entendu, à Twickenham. Trois équipes en première division et les trois autres en seconde (si ce n'est en Fédérale...pour certaines!).

    RépondreSupprimer
  39. Le rugby c’est l’intelligence pas de la programmation
    Certains ont cru que les gammes suffiraient
    Les gammes c’est pour les débutants
    Les sonates c’est pour Mozart
    Voilà la différence
    Si apprendre le solfège te fait devenir Chopin alors on serait tous Chopin
    Sauf que nous c’est chopine la bière à 5 degrés
    Désolé,
    Le Gé

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. S'il y a la programmation ET l'intelligence ben c'est les Anglais cette après-midi. Quant aux gammes, même les génies en ont besoin ( demande aux blacks qui font des heures et des heures de passes). Apprendre le solfège ne te fait pas devenir Chopin mais Chopin n'est pas devenu Chopin sans travail.
      Pour nous c'est même plus chopine mais un machin sans alcool et sans saveur.
      Suite à la prestation de notre équipe de France, je n'ai même plus d'adjectifs ou pire plus la force d'en trouver un. C'est le néant...

      Supprimer
    2. Ah Chopin. Allez vois "Green Book". On y a parle de Chopin d'une façon... étonnante !

      Supprimer
  40. "Sorry no game"
    nous atteignons le fond du "sot" à grands pas ! Toutes nos lacunes ont été passées en revue par nos amis anglais : le physique, la vitesse, la puissance, la touche, la mêlée, l'intelligence situationnelle, la paire de demis ... Tout ce qui peut être la marque d'une équipe voir d'une nation. Nos valeurs gauloises ancestrales sont quasi néantes et bafouées. Nous n'avons plus d'amour propre, nous n'avons pas plus de joueurs de niveau international, nous n'avons plus d'équipe de France. Nous avons des salariés, pitoyables dans l'attitude, à vomir dans le mental, sans physique notoire, "sans dents" .... et ce n'est pas Penaud, Dupont, seuls, qui vont relever le niveau. Pitié n'interrogez plus Brunel à la télévision dans un souci de respect tellement la médiocrité de la pensée rugbystique atteint un niveau abyssal. Idem pour Guirado, Capitaine "Flamme", brûlé par les défaites successives n'est plus que l'ombre de lui même. Et je ne parlerai pas du tandem d'A2, de plus en plus catastrophique dans ses analyses et dans leurs commentaires. 10e rang mondial la chute n'est pas terminée à mon sens. Il est même possible que l'Italie dans un grand jour puisse nous battre. Je suis fou furieux de perdre mon temps à regarder des veaux sans tête ni cornes, de voir un staff et un manager de niveau de fédérale, de voir notre fédération couler tout ce qui fit notre gloire. Il est manifestement évident que nos jeunes ne sont pas au niveau et que, même en accumulant des matchs, ils ne vont pas acquérir la dimension de dinosaures du rugby. Idem pour les U 20, remis à leurs places, toujours par les anglais comme les filles d'ailleurs. Je ne parlerai pas du VII tellement anecdotique. Arrêtons de tricher, de mentir, de faire croire que le top 14 est le meilleur championnat de la planète. Repartons à ZERO des écoles de rugby avec des éducateurs diplômés non pas d'opérette mais de connaissances validées par des universitaires et non par les copains. Faisons de l'évaluation, protégeons nos petits pour les faire grandir dans la bravoure, dans le combat et dans l'exigence du soi ! Changeons les discours larvés et fossoyeurs de tous nos dirigeants. Nettoyons la vérole tant qu'il est temps. Tolérance zéro à partir d'aujourd'hui pour les joueurs pas au niveau, sanctions financières pour les fautes stupides commises, uniquement défrayés pour les sélections et payés si matchs gagnés. Etablissement d'un grenelle immédiat ouvert à tous. Il y va de l'honneur du Coq. Liberté, Egalité, Fraternité pour le rugby français. Redevenons une nation forte de la planète rugby tout en sachant qu'il faudra au moins une dizaine d'années pour récolter les fruits de la semence. "Sorry" à tous pour cette colère plus contenue tellement il y a "no game".

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Que dire de plus
      tautor avec toi toujours
      Le Gé

      Supprimer
    2. Effectivement ! Mais bon sang Tautor , France 2 , France 2 du temps de ll' A2 on jouait beaucoup mieux et il n'y avait les deux peintres , alors non de dla France 2

      Supprimer
  41. Tautor président !
    de la FFR, bien sur !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tellement evident. Heureux de constater que je ne suis pas le seul à le penser :-)))
      Une petite pensée siouplait pour celui qui va se coltiner les commentaires de ses "potes" anglais ce soir à l'entraînement...

      Supprimer
  42. Pas vu le match pour cause répétition THEAAATRE. Mais rien manqué. No surprise,on s'y attendait plus que l'inverse. Mêmes sur les commentaires, aucune surprise. Tous convergent. Et il y a bien que là que la convergence fonctionne. On est dans le no future. Eddy Jones avait misé sur la pression d'entrée. Ça n'a ps traîné puisque le bouchon à sauté au bout de 3'. Et la mousse à envahi la pelouse. Z'ont fini par se rendre à l'évidence que tout le monde constate depuis 2 ans. On est pas au niveau. AAAAhhhh, quand même. Mais de se rattraper en disant qu'en coupe du monde, le conditions ne seraient pas les mêmes. Grande vocation à l'optimisme, et il en faut, certes. Mais cache la forêt de problèmes divers avariant toujours un peu plus les résultats. Et ça ne sera certainement pas un claquement de doigt qui les remettra dans le bon chemin. Là, ils sont dans le caniveau et il faudra d'autres experts et médecin spécialistes divers, là aussi, pour retrouver l'été, indien de préférence. Comment peut on accréditer 1 coaching aussi inapproprié. Juste de finir de pourrir la génération en cours et d'attaquer la nouvelle. Sur ce match, on était plutôt sur un hara kiri. Et l'autre haras (de pur sang anglais) qui rie, roulé par terre devant tant d'amateurisme. Et le chardon qui s'ammène pour venir flagéler les fesses françaises déjà bien rougies. Il n'y a même plus d'irréductibles gaulois. Reste juste le barde, celui qui chante toujours faux...

    RépondreSupprimer
  43. Remarque même les gauloises se sont fait allumer et sans filtre en plus
    On vire dans le P4

    RépondreSupprimer
  44. Je vous confirme que Dupont sera avec nous vendredi soir, repartira samedi après midi pour cause de cousinades, Max Barreau c'est quasi mort ...

    RépondreSupprimer
  45. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
  46. Les baveuses commencent à sortir du bois, difficile de tomber plus bas surtout quand on n'a pas été bon sur le terrain 😥😥🤬

    https://www.minutesports.fr/index.php/2019/02/10/morgan-parra-remet-en-cause-les-entrainements-diriges-par-jacques-brunel/?utm_source=dlvr.it&utm_medium=facebook

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est sur que Parra , avec le match qu'il a livré , n'a pas assez bossé ....

      Supprimer
    2. je connais bien Morgan, c'est un gamin honnête, il ne triche pas et a gardé un caractère impétueux. il a raté son match, était perdu, et submergé par une équipe qui jouait 2 niveaux au-dessus.
      je pense que le rugby français coule depuis que Laporte en a pris les rênes, 2007 en tant qu'entraineur et le premier raté en CDM, caché par la victoire contre les Blacks, ses titres en trompe l'oeil avec Toulon et une dreamteam. Et maintenant, aux commandes du rugby français avec ses manoeuvres de basse politique.
      ce qu'on a vu dimanche n'est que l'illustration de tout un système de chateau de carte qui ne sert qu'à ponctionner la FFR du peu de pognon qu'elle possède.
      la cocotte minute est sous pression, est-ce que Parra est en train d'ouvrir le couvercle ?

      Supprimer
    3. D'accord avec toi, Philippe, mais pour moi la rupture intervient dès que Laporte arrive après Villepreux-Skréla. C'est l'opposition rugby fédéral-formation-profs de gym contre rugby de clubs-gros chèques-chefs d'entreprise. Le début des années 2000 est trompeur, parce que sur l'"inertie" et avec les acquis et le réservoir de talents l'équipe de France est encore performante, et parce que Laporte sait mener ses hommes (il le prouvera à Toulon). Mais le rugby français prend d'autant moins le virage du professionnalisme que la main-mise des clubs, dont Laporte est le parfait relais, instaure un professionnalisme tourné vers la réussite financière des clubs, à l'image de n'importe quelle entreprise, et relègue la réussite sportive au second plan; le niveau de l'EDF baisse donc petit à petit, et les quelques réussites en Coupe du Monde ou d'Europe ne sont que les arbres qui cachent la forêt. Avec le recul, la fameuse victoire en quart de finale de 2007 doit plus à cet essai validé par Wayne Barnes et à l'aveuglement des All Blacks trop sûrs d'eux qui fait suite qu'à une véritable supériorité française, et la finale de 2011 le dernier sursaut d'un groupe de vieux grognards vilipendé de toute part et brouillés avec leur entraîneur qui leur laisse la bride sur le cou. Depuis, c'est une descente inexorable, les jeunes générations contaminées par le rugby du Top 14 s'acharnent à réduire, en vain, l'écart qui les sépare des autres équipes mondiales, d'abord l'hémisphère sud, maintenant nos rivaux du Tournoi (Iturria: "L'Ecosse va venir pour nous taper, comme tout le monde maintenant..."), bientôt les 3èmes couteaux ?

      Supprimer
  47. Brunel: 22% de victoires avec l'Italie, 28% avec l'EDF ...allez manque 5% ...on n'y est presque 🤣🤣😂

    RépondreSupprimer
  48. Ah les valeurs gauloises. ...
    Toujours préféré les Gitanes, mieux roulées!
    Tautor le souligne à juste raison, cette équipe n'est que le reflet de notre Rugby, les maux profonds, les solutions pas si compliquées pourtant.
    Mais les mettre en place, trouver les dirigeants qui en ont la volonté, autre histoire....
    Pour autant n'accablons pas trop les joueurs, ils sont loin d'être les principaux fautifs , juste pas nés au bon endroit.
    Allez Chevreuse

    RépondreSupprimer
  49. personnellement, hier, je me suis régalé. Les Anglais m'ont réconcilié avec le rugby, comme les Français ne montaient pas en défense, le jeu au large s'en trouvait avantagé, l'organisation des Anglais dans les rucks était un modèle, le soutien était omniprésent et la mise sur orbite des finisseurs était efficace. l'impact timide de la troisième ligne française était telle qu'Owen Farrell a pu montrer sa science du jeu avec un maximum de temps de réflexion.
    La mission de Guy Novès était de gagner, il a failli, la mission de Jacques Brunel est de faire briller l'adversaire et je pense qu'il est en pleine réussite sur l'objectif de son projet

    RépondreSupprimer
  50. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Aux dernières nouvelles, nous serons onze au Quinconces IV :
      Fred, Lulure, Tautor, Sergio, Philippe, Le Gé, Georges, François, Christian, Pimprenelle et Vincent-le-Jeune.
      Avec Jean-Louis Dupont vendredi soir, Pierre Villepreux samedi, et Joël Jutge comme invité pour nous parler des règles, présentes et futures.

      Supprimer
    2. Donc, demain choix du lieu, comme pour les J.O. !

      Supprimer
  51. A mon avis, c'est faire fausse route que de tomber sur les joueurs à bras raccourcis.

    La différence principale, elle se fait pour moi sur le plan collectif. Là, on est à la ramasse, immédiatement approximatifs alors que les anglais font dans la haute précision. Jeu au pied, placements, occupation, réactivité (voir le 3ème essai de Johnny May avec Huget qui va sous la chandelle sans y aller et déserte totalement le côté droit).

    Belle chronique de M.Desfontaines sur le blog des Niçois, claire dans la synthèse du match lui-même, et des plus lucides dans son analyse du pourquoi et du comment on en arrive là.

    Sinon la journée n'a pas été totalement perdue: je suis tombé hier matin dans un salon de bouquinistes sur le livre d'Andy Mulligan "Ouvert l'après-midi: 10 ans de rugby". Un peu d'ancienne fraîcheur dans un monde de brutes...

    RépondreSupprimer
  52. Tout simplement hallucinant que le système français soit administré, géré de cette manière.
    Les joueurs sont sur le terrain. Mais c'est aussi comme si on ne leur avait pas donné les bonnes cartes pour jouer. Certes les anciens ont du mal a être à l'heure, à l'orée d'un jeu plus efficace et éblouissant. Mais les jeunes sont là semblent ils, sauf que le bus de brocante utilisé ne peut pas leur permettre d'être au RDV pour remporter la mise. Tout le monde s'accorde à reconnaître un niveau français bien au dessous les nations majeures dont l'Angleterre.
    Sauf la présidence FFR, absente en terme de com sur le sujet. Force est de reconnaître que son rojet FFR est déficelé, que le staff n'est pas au niveau de compétence exigée. Et également, que le fait d'être sélectionné en équipe nationale ne hausse pas le niveau des joueurs, au contraire.
    Et maintenant les U 20 et les féminines qui s'y mettent. En espérant qu'il s'agisse d'un faux pas, qu'ils sont passés au travers.
    Dis c'est encore loin le fond. Parce que là, ça commence à être abyssal pour une nation censée représenter le gotha du rugby. On se croirait revenu début 20e quand les français apprenaient à jouer au rugby...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. à l'observation des body-buidés anglais des U20 je vous interroge

      Supprimer
  53. Mais je pense, comme le suggère Sergio, que l'on se retrouve, au début du XXI ième siècle, avec un nouveau sport dont les français ne possèdent plus -ou très mal- les clefs. Alors qu'au XX ième, il y a eu une correspondance fulgurante avec l'esprit français et le rugby tel qu'il était à cette époque. Je vous épargnerais mes réflexions sur la question.
    Je vous épargnerais également, cette fois, le développement de ma vieille rengaine comparative entre le XIII des années 1945 à 1970 (deux fois finaliste de la coupe de monde) puis son déclin avec le XV, et sa stagnation à partir de 1995 et son déclin net et précis depuis 2011 (et sa dernière victoire -et grand Chelem- en 2010).
    Effectivement, le problème semble structurel. Et l'on peut dire que le passage au professionnalisme passe mal!

    RépondreSupprimer
  54. Tenez, les anglais font pas dans la dentelle ... des arguments irréfutables ... la honte totale. Mrs BL, SS et JB vont ils réagir ? sans parler des trompettes ...
    https://www.minutesports.fr/index.php/2019/02/11/les-journaux-anglais-couvrent-de-honte-le-xv-de-france-et-demandent-la-tete-de-brunel/?utm_source=dlvr.it&utm_medium=facebook

    RépondreSupprimer