samedi 4 mai 2019

Citoyens d'Ovalie



L'averse est glacée mais il ne pleut pas dans les cœurs, loin de là. Au pied du grand totem parisien que certains découvrent, une soixantaine de demandeurs d'asile, de réfugiés, de sans-abri, de migrants, de précaires, de mineurs en marge, de jeunes - et de moins jeunes - en difficulté d'insertion, filles et garçons, femmes et hommes, découvrent un nouvel univers à l'initiative d'Ovale Citoyen, association d'insertion par le rugby née en juillet 2018 à Bordeaux. "Mais comment on va jouer au football avec ce ballon ?", s'interroge l'un des participants dans le vestiaire du centre sportif Emile-Anthoine.
Pas de coup de pied : tout à la main, y compris en avant, ce qui reste le meilleur moyen d'initier à la pratique d'un jeu facile à simplifier. Basket-handball-rugby, ce premier contact à quinze contre quinze organisé dans le gymnase tellement la pluie tombe drue est d'une déconcertante virtuosité : quelques adolescents slaloment sur le plancher qui crisse, d'autres trouvent des espaces en défrichant des passes. L'impression, privilégiée, d'assister à l'invention du jeu.
L'ancien talonneur du Stade Français, Mathieu Blin, et le flanker francilien Yannick Nyanga ont répondu présent à l'appel du parrain de cette manifestation, Raphaël Poulain, pour animer les ateliers. Du sérieux, puisqu'il est aussi question de pompes et de gainage. Les Parisiens Kylan Hamdaoui, Laurent Semperé et Pierre Rabadan sont au soutien en bord de touche. On croise même une journaliste du New York Times... A la veille du derby, les mascottes des deux clubs circulent au milieu d'une cinquantaine de spectateurs qui ne cachent pas leur bonheur d'être partie prenante de cette riche initiative.


 
Si le rugby français traine sa morosité comme un boulet, deux passionnés, le voyagiste Jean-François Puech, ancien pilier droit, et le kinésithérapeute Christian Iacini, talonneur de son état (photo ci-dessus), ont choisi de transformer l'utopie. Leur idée est née devant une entrecôte aux Capucins, le marché aux halles de Bordeaux, à sept heures du matin. Puis les deux solides contactèrent un troisième larron, l'ancien demi de mêlée Pascal Noailles, préparateur physique en Fédérale, pour entraîner fin août ceux qui, venus de Syrie, de Palestine et d'encore plus loin, s'étaient déjà constitués en équipe.  
La connerie humaine étant bien partagée, ce trio de bienfaiteurs se heurta à autant de résistances politiques et sportives autour d'eux à Bordeaux qu'il y avait de bénévolat et de passion partagée dans leur projet. Mais l'énergie des altruistes l'emporta sur les freins locaux, cette peur de l'étrange et de l'étranger qui ne repose que sur l'incompréhension. Partout refusé, Ovale Citoyen trouva au sein de la ville de Bègles et du club de l'Union Bordeaux-Bègles, grâce à son président Laurent Marti et son directeur financier Jean-Paul Geneste, l'accueil et le soutien utiles et nécessaires.
Cours de français, bilan de santé, soutien administratif, aide à l'emploi (déjà quelques CDI signés)... Migrants, SDF et personnes en difficulté savourent l'esprit de solidarité qui n'est certes pas l'apanage du rugby mais dont ce sport peut s'enorgueillir. Ils sont régulièrement soixante-dix, représentant vingt-deux nationalités, femmes et hommes mêlés et présents à chaque entraînement hebdomadaire au centre de performance de l'UBB devant plus de deux cents spectateurs, et disputent des rencontres amicales mixtes durant lesquelles ils parviennent à exister, chacun trouvant une place dans le collectif. Ils ont même composé leur hymne...
La Section Paloise, boostée par l'ancien deuxième-ligne international Julien Pierre, a rallié ce projet. Montpellier - avec la Fondation Altrad - , Nantes et Perpignan ne vont pas tarder à en faire autant d'ici septembre. En attendant, l'acteur et auteur Raphaël Poulain (à droite, ci-dessus), parrain officiel d'Ovale Citoyen, va tenter de créer, comme l'ont fait les Girondins, une équipe en région parisienne avec l'aide du Racing 92 - à l'initiative de l'ancien deuxième-ligne international Patrick Serrière - mais aussi du Stade Français et de Bobigny, dans un premier temps.
Autant que possible, nous le soutiendrons dans cette tâche exaltante. Dans le sillage de Maryse Ewanjé-Epée et de Jean-Pierre Rives, les bonnes volontés sont bien venues. Le rugby n'est pas que de compétition, il est d'abord un lien social, un état d'esprit, un art de vivre, une façon d'être au monde. Les mots ne sont rien sans les actes. C'est dans ces moments-là que nous sommes fiers d'être rugby. Pour montrer à ces gamins, dont certains sous la menace de la radicalisation rampante vivent dans des camps sordides sous le périphérique, Porte de la Chapelle, d'Aubervilliers et de Clignancourt, dans des squats, ou sortent de prison sans perspective d'avenir, que le soutien n'est pas seulement un placement.
Oui, c'est vrai, les gâtés de la vie que nous sommes se plaignent souvent ici de l'état déliquescent du rugby français, du XV de France enlisé dans sa propre médiocrité, d'un Top 14 auto-suffisant, de dirigeants à paillettes. Avec raison. Mais que valent ces regrets face au sourire d'un enfant qui joue chez nous, entouré, et voit se poser sur lui un regard qui n'est pas de pitié mais de solidarité ? Il serait bon que les joueurs professionnels du rugby, archi couvés, viennent donner un peu de ce qu'ils reçoivent, soit un après-midi par semaine, pour épauler Raphaël et ses bénévoles pour construire des citoyens par l'ovale.


132 commentaires:

  1. Excellent.
    Malheureusement représentatif d'un monde en pleine déliquescence et autour duquel quelques bonnes âmes telles que celles dont tu parles se démènent. Le cadre de mon enfance et de mon adolescence n'a vraiment rien eu à voir avec çà et le monde de l'époque, bien entendu, non plus: loin de là! C'est là que l'on se rend compte qu'il est quasi impossible de ressentir une continuité dans le développement du jeu. Trop de ruptures violentes et brutales qui ont modifié le cadre, l'esprit, l'âme de ce sport, de cet art.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ou pas. Car l'essentiel existe. Ce qui a changé c'est que 14 clubs prennent toute la lumière. Mais le reste du rugby œuvre. En silence, dans l'ombre, sans rien attendre en retour. C'est nous qui sommes attirés par ce qui brille. L'époque est toujours belle si on sait la regarder.

      Supprimer
    2. La photo parait bancale, poussée par le vent... Mais c'est un beau roman, c'est une belle histoire, c'est un phénomène d'aujourd'hui. Tu as lu le dernier post de Benoit sur son blog ou quoi ? Le problème c'est que "l'amour étend ses bras dans l'attente de la rédemption", mais que d'en bas. En haut, on s'expose uniquement pour le bienfait du paraître, histoire de tirer les marrons du feu. Là, il est quasi impossible de ressentir une continuité dans le développement... de la vie, André, plus que du jeu. Le sport restant trop souvent qu'un ersatz de cette société d'intérêt non collectif. "Dans la vie, rien n'est vraiment gratuit... La jeunesse s'agrège à quelques cris d'Apache... La vie tricote ses petits dribbles de pute à la vitesse d'un mélodrame... Les fixations de leurs skis, bien qu'un peu dures, ne les empêchent pas de s'arrêter en chasse-neige sur les causes héréditaires de la mélancolie". Encore une fois, du grand Benoit, et un beau post citoyen de toi aussi Richard. Pour autant, à cette initiative sociale parrainée par Raphaël Poulain ayant mordu plusieurs fois la vie dans la poussière, on espère que les gros du Top 14 qui s'associeront, le feront plus par esprit de bienveillance que pour le dire de dire, poussés par le bas... L'époque n'est pas toujours belle, mais on peut la rendre agréable à regarder.

      Supprimer
    3. Formidable, Sergio. Oui. Beau texte que le tient. Je n'ai pas lu Benoit (c'est pas bien). Mais ce que tu en écris va me pousser à le faire. Il nous manque, celui-là, aux Quinconces des origines...

      Supprimer
    4. Joli coup d'œil d'artiste que tu es, Sergio, sur la photo, effectivement...

      Supprimer
  2. Il me semble qu'il faut avoir bonne vue.

    RépondreSupprimer
  3. Une belle initiative qui ajoutée les unes aux autres , la pensée du Colibri nous revient . Effectivement " époque est toujours belle si on sait la regarder " et j'ajouterai pour s'en convaincre prendre du recul sur un siècle , 50 ans et regarder les faits . Je suis à peu près certain que mon cher Grand Père trouverait que cette époque avec toutes ses imperfections , ses manquements est bien meilleure que la sienne , qu'il n'a pas été envoyé au casse pipe pour rien . Question de regard effectivement ... " Un pessimiste voit la difficulté dans chaque opportunité et un optimiste voit l'opportunité dans chaque difficulté " disait Churchill , pas faux .. Je pense à Bibliothèques sans frontières , à la discussion que j'ai eu il y a 2 ans avec le photographe Reza sur les déplaces par les guerres , et à plein d'autres que j'ai la chance de côtoyer ou de travailler , ils répondent bien à cette définition de WC ... Poulain , Julien Pierre , Tordo et d'autres par le Rugby apporte leur contribution avec leurs parenthèses joyeuses dans un moment bien compliqué de la vie de ces gens !
    Allez jeu de mains jeu de gamins !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Jeu de mains, jeu de citoyens...

      Supprimer
    2. La classe, là-aussi, Paco ! Beaux prolongements que les vôtres, mes amis.

      Supprimer
  4. Je vous invite à lire ceci https://www.letemps.ch/sport/raphael-poulain-redemption-rugbyman, mais ça a peut-être déjà été proposé

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il aurait pu faire partie de la liste sur le thème rugby, entre rêve et réalité. Mais il en faisait peut être partie ???

      Supprimer
  5. Le sport , objet de communication politique depuis les JO de Berlin en 36 , à la différence de Berlin, cette initiative est positive car elle veut redonner du sens à l'homme et a son intégration dans la vie sociale d'un pays.
    Question : il y a t'il eu un film de la journée ? si oui serait il possible que la chaine équipe 21 puisse en diffuser quelques images ? si non , il faudra y penser la prochaine fois afin que le plus grand nombre soit au courant de cette initiative.
    Il faut montrer que les sportifs et dans ce cas les rugbymen sont au service des hommes en leur rendant ce que ces mêmes hommes leur ont donné par la notoriété.
    Parfois je suis jaloux de vivre dans mon île si belle que les gens envient car je ne peux être là où il faut être et samedi j'aurais aimé être aux cotés de tous nos amis.
    Bon dimanche

    RépondreSupprimer
  6. Sans verser dans le pessimisme tel que défini par Churchill (qui n'était pas vraiment -litote- un grand sportif), on ne peut que déplorer que ce genre d'initiative relève de l'exception. Comme le suggère Marc, aux médias de relayer en nous parlant de sport autrement qu'en termes de stars z'et paillettes, exploits inouïs à la demande et records en tous genres.
    Et puisque Ritchie fait le lien avec le sport comme lien social, état d'esprit, et "simple" développement personnel, attirons l'attention sur ce projet du gouvernement, tout à sa politique de libéralisation, qui risque de se traduire par l'éradication de l'encadrement technique de l'ensemble des sports en France, ce lien nécessaire entre le sport amateur et le haut-niveau.
    Ou, à 5 ans des Jeux organisés en France, soit au-delà de leur réalité économique, de cette occasion rêvée de promouvoir le sport dans le pays, comment scier la branche sur laquelle le sport français est assis.

    RépondreSupprimer
  7. ... en effet, et en réponse à notre ami Le Gé, il y a 50 CTS env. au rugby ( 1600 env. ttes disciplines), projet gouvernemental pour faire des économies ( entre 5 et 6 millions pour le rugby ), ... en laissant la charge aux fédés , ce qui ne va pas arranger les affaires du trésorier de la FFR !

    RépondreSupprimer
  8. Hy Marco, même dans les îles on peut se rendre utile, ou bien ?
    Sinon, ben comme d'hab, ces initiatives isolées cachent l'incurie des institutions.
    Fait un peu penser aux ONG, tiens,le monde sera guéri quand on en aura plus besoin,pas pour demain.
    On ne rabachera jamais assez que la fonction première d'une fédération est de promouvoir son sport.
    Un sport dont la finalité est d'être bien dans son corps, bien dans sa tête, bien avec les autres.
    Ça passe par des stratégies de recrutement , puis de formation avant tout, la aussi on en est loin.
    Vu l'etat des lieux dans ce domaine,la réorganisation des CTS, même si on peut ne pas l'approuver, ça nous pendait au nez, non ?
    Allez Chevreuse

    RépondreSupprimer
  9. Cher jean Lou
    être président de la ligue contre le cancer en haute corse me prends du temps et à mon âge ( j'ose le dire 68 ans , avant l'année fatidique de Gainsbourg ) je n'ai plus autant d'énergie à m'occuper d'autres choses , je le regrette mais c'est la réalité du corps et du cerveau qui dicte le quotidien.
    Je soutien d'autres actions mais sans y être partie prenante.
    Tu vois tu sais tout aujourd'hui et c'est pour cela que je regrettai de ne pas être à Paris , juste pour apporter ma pierre à l’édifice , elle n'est pas de voute ( comme a notre dame ) mais de base ...
    bises à tous

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne doute pas de tes engagements, Marco,mon introduction se voulait un clin d'oeil ( maladroit) entre insulaires!
      Allez, 4 ans moi pour Gainsbourg, mais ton propos me cause , bordel....

      Supprimer
  10. J'aime quand vous avez ses hauteurs de points de vue, ces commentaires profonds, riches, qui apportent des éléments de réflexion à tous et à chacun. C'est exactement pour ces moments de lecture que j'ai créé ce blog. Merci. Et surtout à suivre...

    RépondreSupprimer
  11. l'affaire Parisse
    Sergio a eu le tort de passer directement au Président pour se plaindre du projet , mais auprès de qui aurait il pu se plaindre , à l'entraineur ?
    Des joueurs de cet acabit devrait être respecter par les entraineurs comme la mémoire du club ; peut être que Sergio a tort mais le président pas chic de faire le petit rapporteur ...

    RépondreSupprimer
  12. En tout cas, il n'y a pas que la cathédrale qui brûle. Le feu couve aussi au Stade français dont le jeu est devenu un peu de la SF et ne devrait pas leur permettre de se qualifier.
    Ça pique pas que sur le terrain. Meyer contesté mais soutenu semble t'il par son président. La discussion passe telle entre joueurs et Meyer ? Y en a t'il une, si Parisse s'adresse au Pdt ? Mais faudra pas attendre que les flammes sortent de l'édifice pour donner l'alerte.

    RépondreSupprimer
  13. Marc, Sergio, ce que je sais de "l'affaire" Parisse :
    A 25 ans passés, Parisse n'est plus dans le projet de jeu de Meyer. Il lui reste un an de contrat et Meyer veut le placer dans le staff technique, ce qui libérerait beaucoup de sous dans la masse salariale et permettrait de recruter au moins deux joueurs de qualité. Parisse ne veut pas : il souhaite encore jouer. Comme d'autres (Blin, Poulain, Dupuy, etc...) qui ne sont plus au club mais dans les meidas, Parisse veut faire entendre son point de vue. Il a donc été voir le président pour demander la tête de Meyer. Son putsch s'est retourné contre lui. Il a été sorti de la feuille de match (il aurait une légère tendinite au genou gauche diplomatique) et sera averti lundi qu'il ne disputera pas les deux derniers matches de Top 14.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le préz Wild croit davantage en Meyer qu'en Parisse (doté d'un ego à la mesure de son immense carrière). C'est pourquoi il a averti Meyer que Parisse complotait dans son dos.

      Supprimer
  14. c'est quand même dommage que la carrière de Parisse se termine ainsi ; le SF lui doit tant comme capitaine exemplaire

    RépondreSupprimer
  15. Bien sur , quand bien meme les clubs pro ne sont pas des entreprises comme les autres , elles sont des entreprises , il est possible que les stars de ce jeu ne l'aient pas encore compris .... La comprehension du rapport de force reste un élément clé avant de faire un pucth , peut être Sergio ( l'autre ) a cru que " son immense carrière " pesait lourd vis à vis de Meyer , apparement pas assez ..
    On en parlera plus à la rentrée

    RépondreSupprimer
  16. Une entreprise comme une montgolfière qui doit se délester de salaires encombrants afin de reprendre de l'altitude pour se donner de l'air, vu le déficit financier. Sergio P se trouve donc actuellement au mauvais moment au SF et de sa carrière. L'égo ne faisant pas l'écho de ses désidéraras, taratata. Après, un putch tout seul, plutôt 1 pitch. Faut pas déconner non plus. Je dirai qu'il a peut être voulu la jouer solo sur son aura, qui fait plus recette.
    Sinon, encore un match qui éclaire pas grand chose pour l'instant (15 mn de temps de jeu effectif), un derby qualifiant.
    Et l'omerta de C+ sur la réalité de l'épisode Parisse : blessure physique... pas de l'égo...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Après la blessure (légère tendinite du genou, selon l'entourage de Parisse) arrive au bon moment. En d'autres temps, Parisse aurait joué, avec infiltration et bandage de momie. Vous allez voir : la thèse de la blessure va l'emporter sur le reste. Cela dit, c'est de bonne guerre. Mais j'ai connu des joueurs qui allaient sur le terrain avec une main cassée... (PSA dans le Tournoi face à l'Irlande au Parc des Princes)

      Supprimer
    2. En 72, Mike Molloy est sorti contre la France avec une fracture de la malléole péronnière et re rentre sur le terrain. Même match, après une entorse au genou, le Dr Ken Kennedy est resté sur le terrain avec une entorse du genou.

      Supprimer
  17. À partir du moment où un président décide de quelque chose et que tu es salarié avec un salaire plus que conséquent soit tu te plies soit tu t’en vas.
    C’est la loi de la société si une société te payé normalement tu fais ce qu’elle te demande ou propose c’est un des principes fondamentaux de la vie d’entreprise.
    On ne peut pas avoir le beurre et l’argent du beurre

    RépondreSupprimer
  18. En plus le président a renouvelé son entraîneur donc il ne va pas se déjuger.
    Et puis CAPRI SUN toujours deux fois
    Donc Meyer est maintenant dans le jus et devra se presser à ramener des résultats
    Le Gé

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ca ne vous surprend pas que Wild, sans conférence de presse et d'annonce officielle, utilise le micro de C+ pour annoncer, juste avant le coup d'envoi, qu'il prolonge son coach et va glisser 100 millions d'euros dans le club sur les cinq prochaines années ?

      Supprimer
    2. Le feu couvait en interne. Il est désormais éteint.

      Supprimer
    3. C’est plus retentissant devant la télé où tu es à peu près sûr d’être écouté que de convoquer des journalistes
      L’emprise télévisuelle est plus conséquente
      Non ?
      Et là en direct t’es sûr que tout ton message sera bien retransmis sans coupure ni commentaire 😊

      Supprimer
  19. Oui, mais faudra aussi faire tourner le groupe différemment que par des biffetons. Sachant que les joueurs aiment bien aussi avoir un coach sachant leur parler

    RépondreSupprimer
  20. Ce n'était pas du tout une sanction. Sergio s'est blessé à l'entraînement. C'était un entraînement ouvert au public, certains d'entre vous étaient là, a assuré l'entraîneur des avants Pieter de Villiers aux journalistes après la rencontre. Il était blessé au genou et n'a pas pu jouer le match."

    Article de La Croix
    Les voies du seigneur sont impénétrables
    Ou la voix de Parisse (si la bonne soupe) sont impénétrables surtout au niveau du genou
    😊

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Juste une histoire de genou. Et tout de suite faut qu'on en fasse tout un foin. Tu m'étonnes que le feu parte vite. Perso, je comprends. Moi aussi j'ai pas pu jouer à Uzerche, à cause de mon genou droit récalcitrant. Et le Gé qui en profite pour faire le coup de l'interception !
      Et question genou, j'en connais 1 rayon. Quand t'es mou du g'nou, t'es mou du g'nou, tu joues pas. J'ai pas joué. Sergio P, non plus. Puisqu'on vous le dit. Et on n'est pas des imbéciles ! Allez, j'aime tes g'noux, quand même, hein Heinké.

      Supprimer
    2. Une légère tendinite... Tu parles que tu ne peux pas jouer avec ça, bien strappé, avec une infiltration, pour un derby vital pour l'avenir du club... Petite douleur le mercredi, bien soignée pour jouer le dimanche dans un match crucial... Ce ne serait pas la première fois que Parisse jouait blessé... Le ligament diplomatique, plutôt. Le staff ne veut pas de lui sur le terrain la saison prochaine, lui veut continuer. Dilemme. D'autant qu'il faut partie des joueurs qui râlent après Meyer. Mais bon, j'imagine que rien ne devait transpirer et que le club doit râler parce que la petite cuisine interne est sortie dans la presse. Bah...

      Supprimer
  21. Les Capucins 7 heures du matin devant une entrecôte : soit on ne sait pas encore couché soit on s’est levé très tôt ; dans tous les cas, un lieu et une heure manifestement propices à de grands projets. Comme pour bon nombre d’entre eux d’ailleurs qui naissent souvent hors des quatre coins d’un bureau même si ce dernier sert généralement toujours à l’apposition des signatures.
    Les grandes décisions familiales se prendraient peu de temps après les fêtes de Noël.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Les bonnes décisions c'est comme les gros matchs, faut prendre des forces.

      Supprimer
    2. D'autant que là, Jeff et Christian sont deux beaux poulets de première ligne... On ne nourrit pas des bestiaux comme eux avec des chips et des tomates naines.

      Supprimer
    3. les Capucins, conclusion de ma dernière cuite, c'était en 1996, fin d'un séminaire international où nous faisions une visite guidée des différentes régions françaises en matière d'alcool fort avec des collègues australiens. Un directeur pour le coup, bien entamé mais pas imbuvable, ah non, celui-là, c'était un vrai monsieur, polytechnicien, joueur de rugby, et un beau caractère, actuellement, PDG de Generali, d'ailleurs, Philippe, si tu lis le blog, souviens-toi de cette Marseillaise envoûtée pour répondre à un Waltzing Mathilda plein de....fraicheur.
      rugby citoyen, c'est aussi l'association de Sébastien Bouey, Colosse aux Pieds d'argile, association pour lutter contre la pédophilie dans le sport.
      de belles initiatives mais sans doute que les présidents de club pro sont présents pour promouvoir ces initiatives dans le respect des valeurs d'un sport cher à leur coeur.

      Supprimer
  22. Henri Fourès s'en parti là haut rejoindre Michel Crauste , lire très bel article sur rugbyrama ( pardon Richard)
    https://www.rugbyrama.fr/rugby/historique-la-magnifique-campagne-d-henri-foures_sto7255523/story.shtml
    Je ne connaissais pas son passé , il est de certains hommes qui font leur devoir sans rien étaler par pudeur alors que de nos jours certains étalent une platitude tel le plat pays du grand Jacques, la différence d'une époque révolu.
    Bonne semaine
    Marc
    Ps bises a gariguette que je n'ai pas salué depuis longtemps de mon île

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Grand monsieur, Henri Fourès. Quand il était patron des sélectionneurs, il m'a fit un jour (et j'ai gardé ça précieusement en mémoire) : "Richard, tu râles parce qu'on ne sélectionne pas tel ou tel bon joueur de club qui brille en championnat (Delage, Bourguignon, etc...). Mais il faut que tu saches ce qui sépare le bon joueur de club et l'international. Tu as deux secondes pour faire ton choix en championnat (c'était avec le rugby pro) alors que tu n'as qu'une fraction de seconde au niveau international. Et ça change tout."
      Depuis, je en regarde plus les "bons" joueurs de la même façon.

      Supprimer
    2. Quant à Sylvie (Gariguette), pour des raisons qui la regardent et que je respecte, elle ne souhaite plus commenter dans le blog. Lit-elle encore Côté Ouvert ? Je ne sais pas.

      Supprimer
    3. Coco Delage il doit avoir une poignée de sélections, non ?
      J'ai souvenir d'un ouvreur racé mais la concurrence était fournie, autres temps....
      Allez Chevreuse

      Supprimer
  23. Ok , passe lui le bonjour si tu le peux !

    RépondreSupprimer
  24. Article remarquable d'Olivier Villepreux sur non seulement l'avenir des Conseillers Techniques Sportifs CTS, mais l'avenir tout simplement du sport français, s'agissant tout simplement d'une nouvelle gestion financière et humaine, toujours par les fédés et avec la création d'une Agence Nationale du Sport mais un désengagement de l'Etat vers le privé. Le statut à venir de ces CTS n'étant pas clairement déterminé mais leur action et leur rôle va changer et pas forcément dans l'éthique et l'intérêt sportif et national en général. Et un poids financier supplémentaire pour les fédés qui pourront se le permettre.
    Ou comment saborder l'image du sport français. Mais le cas échéant, Macron saura bien utiliser les évènements sportifs qui tourneront bien, pour son image.
    http://contre-pied.blog.lemonde.fr/2019/05/05/le-demontage-du-modele-sportif-francais/#xtor=RSS-32280322

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et bien entendu rien sur une convergence ou corrélation appropriée avec le système scolaire et universitaire. Et quant au travail sur le terrain...

      Supprimer
    2. Olivier, digne fils de. Excellent journaliste et bassiste.

      Supprimer
  25. Hier sur stade 2 , la ministre des sports a démontré qu'elle était meilleure dans une piscine qu'en politique ...c'est navrant de voir démolir quelque chose qui fonctionne bien , tout cela pour le fric que l'état ne veut plus mettre dans le sport.

    RépondreSupprimer
  26. Le Président,ou plutôt l'investisseur Wild, nous y voilà, ça y est, on a le rugby d'élite géré comme une entreprise, sans états d'âme, un Directeur nommé avec des objectifs et plus une tête qui dépasse. on te presse comme un citron et quand il n'y a plus de jus, on te jette, et j'en passe. Et vous voudriez qu'un investisseur qui va encore mettre des dizaines de millions il voit d'un bon oeil ses salariés aller faire des piges pour l'Equipe Nationale...On est mal barré de ce coté.Par ailleurs, Est on sur qu'il connait le parcours de Parisse

    RépondreSupprimer
  27. Ca peut effectivement déplaire Georges , ceci étant dit " le citron est bien rémunéré " et de ce que j'ai entendu de l'interview de Wild a été cohérent . Encore une fois ça plait ou ça ne plait pas mais on ne peut pas d'un côté prendre un gros salaire dans l'Entreprise Stade Français et aller faire un putch contre le manager , Wild a très clairement choisi . C'est Parisse avec tout le respect que j'ai pour le grand joueur qu'il a été , pour moi dans les 3 meilleurs mondiaux mais il n'a franchement pas été malin . Il avait un role à venir dans le staff , la .......

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh comme j’aime ces réponses mon ami Paco
      Georges dans ce pays de jaloux c’est et ce sera toujours le pognon qui mène la barque
      Souviens toi de notre rugby d’amateurs marrons
      Le Gé

      Supprimer
    2. François, SP ne l'a peut-être pas joué fine, où trop à l'égo mais pas à égalité face à l'argent. Le discours de Wild passe forcément dans le cadre de la gestion d'une entreprise. Est ce cela qu'on attend forcément dans le sport, et faut il absolument s'en tenir là ? Bien que le lien de subordination soit là. Du coup, un rôle à venir mais dont il n'a peut-être pas envie, vu la tournure et le profil que ça prend au SF. Un lien qui s'étire entre président/coach manager et joueurs. Tu fais selon ce qu'on te dit et tu bosses sans l'ouvrir pour 1 salaire pouvant être certes substanciel. Mais marge de manoeuvre trop faible, ou pas suffisamment dans l'idée de l'avenir qu'il ce qu'il se faisait dans ce club.
      Gé difficile de faire sans le côté financier mais qui pèse sur la gestion en général. Amateurs marrons, certes financièrement, notre époque n'était pas au professionnalisme. Mais marrons humainement, je dirai certainement plus aujourd'hui. La preuve au SF. Heureusement que le collectif fait partie intégrante de ce sport. Mais aujourd'hui un collectif d'intérêt financier et de moins en moins dan l'humain. En fait, la discipline est en train de passer d'abord et surtout sur la relation employeur/salarié, puis conditionne la discipline sur le terrain. On va voir avec le temps l'évolution de la gestion des iliens, lorsqu'ils retournent en vacances chez eux.

      Supprimer
    3. L’argent n’a jamais empêché la vision humaine.
      Je n’ai pas dit que le pognon rien que le pognon je dis qu’il mène la barque mais si tous les passagers se mettent sur le même bord La barque chavire.
      Le sport n’est pas l’alpha et l’oméga de la relation humaine.
      Toutes les entreprises prennent de plus en plus le côté humain en compte quelque fois pour leur profit et toujours avec une arrière pensée.
      Tu ne peux plus gérer un club un club pro à 36 millions d’euros de ÇA à la petite semaine et avec de gentils amateurs (marrons)
      Et je suis sûr que ces entreprises sportives prendront de plus en compte le futur du sportif.

      J’ai en mémoire pour parler de l’ancien rugby de Cécillon. Alors ?

      Supprimer
    4. Oui suis OK avec toi sur les principes dont tu parles. Mais je constate que le côté humain dans les relations entreprises et en rugby (puisque clubs entreprises aujourd'hui), est de plus en plus étiré pour ne pas dire étriqué. Et c'est bien suite au mode de gestion entreprenarial de plus en plus aiguisé dans le rugby. Alors bien sûr bizness is bizness, mais bon...
      Je n' ai pas dit que l'argent empêchait la vision humaine. Mais globalement je constate que toutes les entreprises ne prennent pas justement de plus en plus le côté humain.. Certaines, oui. Mais c'est pas la panacée. Ou ça dépend où tu mets le niveau d'humain. Rentabilité plutôt qu'humain En règle général. Le rugby est passé aussi à l'image de notre société qui n'engendre pas quand méme beucoup d'humanisme, au nom de la rentabilité. L'écho est quand général. Et il y a tjrs des salariés qui se suicident. Mais je vais pas rentrer dans un débat politico économique.
      Je n'ai pas bien compris ce que tu voulais dire dans ta dernière phrase.

      Supprimer
    5. Ben Cécillon le rugby l’a laissé tomber et n’a pas essayer de l’aider dans son alcoolisme.
      Donc ce n’etait pas mieux avant

      Supprimer
    6. Le Gé , difficile d'aider un alcoolique quand celui ci est dans le déni , on ne sait pas si les copains ont essayé ou non pour Cecillon , mais pour avoir travaillé pendant 20 ans avec une population en difficulté , je peux te dire que les alcooliques ne s'en sortent que lorsqu'ils sont au fond du trou et qu'il n'y a pas d'autres voies que l'arrêt ou la mort! un exemple simple , un de mes amis proches a provoqué un accident qui a tué une femme , il a fait 3 ans de prison , il a lu la bible pendant ces 3 ans , et tous nous pensions qu'il s'en sortirait , et bien non, il a recommencé et boit toujours. Il y a des fléaux ou l'amitié est impuissante a les contenir.
      bonne journée

      Supprimer
    7. D'accord avec toi Marc, sur ta dernière phrase.

      Supprimer
    8. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

      Supprimer
    9. Oui c'est vrai , quand on parle de MC , je ne peux pas m'empêcher de penser à ses filles ... et ensuite à lui ....

      Supprimer
    10. MC plus solaa(i)r depuis longtemps, malheureusement. Et ses filles qui l'ont quand même soutenu au procès... Et qu'il assignera en justice, estimant qu'elles ont mal géré, pendant son incarcération, les comptes de la famille dont l'héritage de son épouse. Mais laissera finalement tomber.

      Supprimer
  28. T'as peut être pas pris le meilleur exemple avec Cécillon. Lorsqu'il avait trop bu, personne ne pouvait le contrôler à part son père. Quand tu voyait le bonhomme : impressionnant pour l'avoir croisé. Avec le déni, pas évident pour en parler. Et avec toute ses frasques dont l'assassinat de sa femme, sûr que dans n'importe quel milieu, pas grand monde te tend la main. Il était complètement en fin de carrière. Je me rappelle plus s'il jouait encore à Beaurepaire (à côté de Bourgoin). Ça se serait passé aujourd'hui, il en aurait été de même. A sa sortie de prison, il a travaillé chez un propriétaire viticulteur du Languedoc. Sympa qu'il l'accueille. Mais peut être pas le meilleur choix de réinsertion... Et il a dérapé 1 soir, mais ça a été vite étouffé. Je ne sais pas s'il y bosse tjrs. Le rugby pro ne t'aide pas franchement aujourd'hui quand tu arrêtes. A part d'entrer dans 1 staff. Mais très limité. C'est bien pour ça que R. Poulain y a mis le doigt de dessus dans le sens de la prévention, lui qui est passé par là, sur blessure. Parce qu'il y a aussi ce risque qui n'est pas le moindre aujourd'hui.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et d'ailleurs Raphael Poulain va monter au théâtre un "one man show" sur ce sujet.

      Supprimer
  29. "Le sport n’est pas l’alpha et l’oméga de la relation humaine". Que nous dit Le Gé.
    Mais la relation humaine, c'est l'alpha et l'oméga du rugby. Et de pas mal d'autres choses essentielles.
    Arriver à sauvegarder ça dans le rugby pro, finalement c'est toute l'histoire de ce jeu depuis 25 ans.
    Comme le dit Sergio, l'exemple de Marc Cécillon est peut-être mal choisi. Ce n'est que l'exception qui confirme une règle qui veut que pour un Cécillon (et son contexte, individuel et local), combien de joueurs, à tous les niveaux, ont été pris en charge, accompagnés, aidés, poussés du pouce, favorisés, après avoir arrêté de jouer ?
    Certes il y a des ratés; l'esprit rugby et la solidarité ne peuvent pas tout. Mais dans le contexte actuel, sauvegarder ça, c'est essentiel.


    (je veux bien comprendre les exigences du rugby pro; le fait que Wild privilégie l'autorité de Meyer, fusse contre le poids "historique" de Parisse. Mais il y a des limites à ne pas dépasser. Il y a justement en ce moment un procès qui met en lumière toutes les extrémités auxquelles, sous couvert de management et de GRH, une autorité qui fait passer l'intérêt économique avant toute chose, peut aller, quels que soient les ravages humains que ça engendre).

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La situation au Stade Français est bien plus complexe qu'un coup de force de Parisse et que les euros de Wild. Hier soir, je dinais avec Heyneke Meyer et ses éclairages furent intéressants.

      Supprimer
    2. Peut être que mon cas n’est pas le bon exemple à cause du fléau de l’alcoolisme.
      Et je vous demande de m’en excuser.

      Je ne connais pas Cécillon, je l’ai vu plusieurs fois quand il était joueurs de près pas intimement bien sûr et je ne suis pas sûr qu’il ait été alcoolique avant.

      Ce que j’avais compris comme le Raphaël, l’a décrit c’est que tu vas droit vers des substances quand tu passes de l’ombre à la lumière et que ce n'était pas mieux gérer avant que maintenant.
      Je suis sûr que dans le professionnalisme ils vont être forcés de le faire juste par éthique et pour être sûr que les bons joueurs choisiront aussi l’éthique du club.

      Et pour Pipiou exact pour ta premiere phrase mais même lors de l’amateurisme marron suivant ton niveau, les sièges étaient plus dorés pendant ta courte carrière.

      Je pense que la déchéance de certains joueurs s’est moins vue car la moyenne des joueurs de rugby était plus instruite que celle d'autres sports donc moins dépendante du rugby pour leur après.

      Mais pour ceux qui comptaient que sur le rugby. Une fois la retraite sportive sonnée, la vie n'était Pas si belle qu’auparavant.

      Je pense que nous vivons sur un mythe du c'était “Mieux avant” et je suis sûr que c’était aussi pourri (mais moins sur les sun light des journaux).

      Et je l’ai déjà sur plusieurs foi dans

      Supprimer
    3. Gé, le "c'était mieux avant" n'est que sophisme essentiellement, OK. C'est vrai qu'un certain nombre de joueurs avaient un niveau d'étude autre qu'aujourd'hui, sauf qu'ils étaient amateurs et qu'ils avaient donc plus de temps à y consacrer. Aujourd'hui, ne parlons pas du haut niveau où s'ils sont intelligents (et sans faire les taupes...) des opportunités peuvent quand même s'offrir à eux même sans de solides études. Par contre, dès que tu descends plus bas, Féd. 1 où un certain nombre sont aussi en contrat pro (voire Pro D2), pas mal vivent la fleur au fusil et ne se soucient en rien de leur avenir. Sans parler d'éthique, c'est aux R.H. des clubs ainsi que Provale, voire la fédé, de prendre en charge et gérer ce problème socio professionnel. C'est certainement en train de venir, notamment via R. Poulain, un des rares qui se démène sur le sujet pour que cela évolue dans le bon sens.

      Supprimer
    4. Bonsoir a tous
      Juste 7ne question pour le maitre des lieux. On en saura plus sur les luminaires sudafricains ? Si oui une date de livraison ? J imagine bie que tout ne peut pas etre dit mais forcement c est interessant.
      Surtout qua d on voit le battage e. Regle du diffuseur pour dire que tout va bien. Proteger le produit pour eviter que les clients croient que y a des vices caches c est passible de reibunal cette affaire.

      Supprimer
  30. Vu beau film The rider de Chloé Zhao, sur Canal (à la demande, reste 3 j.encore). Histoire d'un cow-boy amérindien qui essaie de retrouver un sens à sa vie après 1 accident de rodéo. Anachronisme des temps modernes aussi qui voudraient contraindre à travailler en supermarché (puisqu'il retrouve 1^petit job en supermarché), fantômes hoolywoodiens dans ces décors de réserves sioux dans le Dakota sud. A voir, intéressant.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est ce que l'on m'a dit aussi. Je vais essayé de me le procurer.

      Supprimer
    2. Retenez ce nom , Chloe Zhao ! Un talent fou , j'ai été très emballé , pas de spoil donc j'arrête la ....
      Pipiou vivement que l'inqualifiable soit qualifié et lourdement chez FT , excellent film sur le sujet d'ailleurs qui vaut documentaire sur le stratégie mise en place par le management de l'époque

      De la à faire le lien avec Sergio P et le Rub pro , il y a un pas que je ne franchirai pas . Je le redis Wild cohérent sur la stratégie de l'entreprise du SF , les hommes et les moyens et effectivement si tu te repends en permanence dans la presse et que tu discutes les hommes mis en place par Wild , tu t'exposes ... On est quand même pas dans un drame social , SP n'est pas viré , il a 35 ans comme Julien Arias qui a bien dirigé son groupe apparement ..
      Rappel quand meme le SF à la rue sous Max , BL trouve un mec bidon , voire marron , Savarre arrive ( on se demande ce qu'il est venu foutre la ) 7 million par an et au bout de 6 ans les sisters disent stop , le fusion plus que maladroite et arrivée de Wild
      Ni vous ni moi n'avons décidé que le Rugby deviendrait pro , il y a beaucoup de mieux et encore beaucoup d'imperfections qu'ils vont devoir régler , sur le plan défaut managérial MB garde le pompon et de loin . La jeune generation qui arrive est quasiment la seule qui soit né au Rugby avec le professionnalisme , on va bien voir comment ils vont gérer le rapport au club
      Je crois par ailleurs que le SF est avec le RCT sont les clubs les plus bavards , du President aux joueurs , voire femme de joueur

      Tout ça va s'arranger ... FT par contre beaucoup , beaucoup de dégâts

      Supprimer
    3. FT, pas compris de qui tu parles Paco.

      Supprimer
    4. "On est quand même pas dans un drame social"
      Ah Paco tu m'as bien fait rigoler sur ce coup-là (j'imagine pas trop Parisse se suicider demain, et le fait est que son avenir ne m'inquiète pas outre mesure...)

      Supprimer
    5. Il sait jouer à la main, au pied, de la langue. Il devrait pouvoir retourner son mètre 96 vers d'autres objectifs s'il se confirme que la situation est bouchée au SF, du moins pour ce qu'il en considère.

      Supprimer
    6. Pipiou c'est la fin de ton post ou tu fais ce rapprochement qui m'a fait écrire ce que j'ai écrit ... mais content de t'avoir fait rigoler

      Supprimer
    7. Ce que dit Paco me semble realiste. Dans tout ca, j aimerai savoir quel est le reel retour sur investissement a part la notoriete. Parce que ok les droits tv augmentent pour le top 14. Ok y a la champions cup, mais c est pas encore la Ligue 1 ou la ligue des champions. Donc le mec qui met de l argent, il a peut etre le droit d attendre un minimum qu on respecte ses decisions. Parce que pour l instant c est pas du capitalisme qu il fait, c est du renflouage de caisse a fond perdu. Ce qu il y a a gagner au fond et ben ce sont des titres.et c est pas la contestation a tout va qui va aider. Et si la methode sudafricaine n est pas forcement la preferee en ce pays, il y a des lois et des droits qui l autorisent. Et la fraternite rugbystique serait peut etre aussi d accepter qu un autre y soit avec son point de vue qu il soit bon ou mauvais selon l angle dans lequel on se place.

      Supprimer
    8. Le discours de Paco est réaliste sur le principe. Après la méthode, le style et les hommes choisis (dans le staff) sont ils les bons ? Il y a peut-être d'autres choses qu'on ne connaît pas et qui n'incitent pas franchement à la fraternité.
      Le renflouage est aussi une action capitaliste. En tout cas, le retour sur investissement attendra. Et les salariés peuvent aussi partir, si cela ne leur convient pas ou plus.

      Supprimer
  31. Les belles valeurs sociales du rugby, on voit comment elles se passent ne serait ce qu'avec Dal Maso au RCT, où tout est fait pour qu'il n'intervienne plus malgré le fait qu'il puisse reprendre son activité.
    Donc, encore du travail social pour rester citoyen.
    Sinon, d'après les dernières déclarations de J.B., il faudrait croire que c'est lui qui l'a fait venir et signer en tant qu'adjoint pour l'instant et futur citoyen sélectionneur EDF...
    Pour finir, bien triste nouvelle que la mort du jeune marmandais qui n'a pas survécu à son accident cardiaque.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. https://actu.fr/nouvelle-aquitaine/marmande_47157/carnet-noir-jeune-pierre-launet-est-decede_23590130.html

      Supprimer
    2. Avec Brunel tu peux avoir l’anagramme Burne
      Oups 😬

      Supprimer
    3. Burne, mais pas El burn !

      Supprimer
  32. A l'échauffement ... Terrible choc ! Le Doc nous dira si il y a eu un problème prévention ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Une détection sur les problémes cardiaques ?

      Supprimer
    2. Le gamin était très sportif, en section sportive rugby, capitaine de son équipe cadets en club, faisait aussi du cyclisme, et subitement est victime d'un arrêt cardiaque alors qu'il fait un petit footing d'échauffement avant un entraînement.
      C'est terrible, certes, mais à partir de là, parler prévention de problèmes cardiaques, c'est faire faire un test d'efforts pour tous les gamins qui veulent pratiquer un sport. Tous les sports.
      Que mon toubib juge utile de me le faire faire parce que j'ai dépassé 50 berges avec une (petite) surcharge pondérale et que malgré tout je veux continuer à tâter de l'ovale le vendredi soir en vétérans, c'est logique quand on arrive à un âge où il faut commencer à se surveiller.
      Que ce soit exigé pour tout gamin qui s'inscrit dans un club, que ce soit de rugby, de ping-pong ou de judo, c'est entrer dans une psychose de principe de précaution.

      Supprimer
    3. De toutes manières un test d effort ne montre pas tout:plein de dysfonctionnements "électriques" ne sont pas détectés et c'est eux qui entraînent la mort.Ceci dit le test d effort est très utile par ailleurs.
      Bernard Landais

      Supprimer
  33. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
  34. Bonjour à tous
    Peut être qu'il faudra montrer aux joueurs de l'EDF rugby le match d'hier soir Liverpool Barça ; afin de leur inculquer que rien n'est jamais perdu , que tout peut se conquérir avec une volonté sans faille ; Liverpool était donné perdant presque a 100/100 a cause de l'absence de Sala et Firmino ; mais Liverpool a toujours cru en son destin .
    Et donc il faudrait que l 'EDF croit dans le sien
    Bon 8 mai à tous avec un souvenir a tous ceux qui nous ont permis de vivre libre aujourd'hui

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce que j’aime chez les anglais (mais pas que cela) que rien n’est jamais perdu (we never surrender) à l’image de leur premier ministre.
      J’adore leur KOP qui chantent et entraînent leurs joueurs vers la victoire.
      Je pense qu’avec ces chants derrière toi tu ne peux juste que te tuer sur le terrain et ne jamais abandonner.
      Et dans ce 8 mai, on peut les remercier de “never surrender”
      Le Gé

      Supprimer
    2. A toi aussi Marc , bon 8 Mai et le devoir de mémoire et de gratitude qui l'accompagne

      Supprimer
    3. au sujet de Liverpool FC, et de la comparaison avec l'EDF rugby, il faudrait y associer l'énorme poids des supporters en tribune, qui plus qu'apparemment portent leurs joueurs au maximum de leurs possibilités, est ce que tu verras ça au Stade de France?

      Supprimer
  35. "un souvenir a tous ceux qui nous ont permis de vivre libre aujourd'hui"

    ceux qui ont saccagé l'Arc de Triomphe et le tombeau du Soldat Inconnu devraient s'en souvenir.

    Merci Marc

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tautor, sans émettre d'avis sur la symbolique de l'Arc de Triomphe, et donc de son occupation par certains "gilets jaunes"(je ne parle pas de la tombe du Soldat Inconnu qui non seulement n'a fait l'objet d'aucune dégradation mais a même été protégée par des barrières lors de l'occupation en question), il faut arrêter de parler de saccage: 3 graffitis, une simple réplique en plâtre d'une statue de Rude trouée et du matériel informatique volé ou dégradé, pour l'intendant que je suis, en 8 jours les choses sont remises en état. Loin, très loin des chiffres délirants de remise en état avancés dans la presse.
      Même logique de communication pour les occupations étudiantes (notamment au Mirail, tiens) il y a un an: à entendre certains, le coût des réparations avoisinait presque le budget d'un club de foot de L1, avec une escalade de chiffres délirante de jour en jour; alors qu'il s'agissait de repeindre quelques cloisons et de remplacer certains mobiliers et matériels (notamment due aux charges de CRS délogeant les étudiants et administratifs occupant les locaux -le nombre de portes bousillées à cette occasion, je te dis pas...-).

      Cette surenchère de communication catastrophiste s'est encore retrouvée autour de cette affaire d'"attaque" de La Pitié-Salpétrière, sauf que trop, ça commence à faire trop (il paraît que même Macron suggère à Castaner d'en faire un peu moins question communication, c'est le monde à l'envers...).

      Alors, d'accord pour que le 8 mai, on se souvienne de ceux qui se sont battus, qui ont résisté au péril de leur vie, par principe et conviction (et surtout dans un monde actuel pas si différent que ça et qui manque justement de principes et de convictions), mais sans mélanger certaines choses qui sont sans rapport. En tous cas à mon sens.

      Supprimer
    2. Contre information, désinformation le lot quotidien des dominateurs.
      Pourtant, le dénominateur commun reste la citoyenneté que la sociéte (ainsi que celle de consommation) contribue à dévaluer régulièrement par l'esclavagisme des cerveaux. Hugh !

      Supprimer
  36. D’accord avec toi Tautor c’est pire que tout
    Des femmes et des hommes se sont battus pour que notre génération et les suivantes puissent parler librement et puissent vivre sans toutes ces guerres au dessus de leurs têtes.
    Voilà pourquoi je paierai toujours les impôts en France que je déclarerai tout ce que je gagne car je ne me suis jamais battu pour mon pays comme tous ces soldats donc
    J’estime que je dois bien cela pour eux et pour les générations suivantes.
    Je ne peux être que reconnaissant vis à vis de
    Tous ces femmes et hommes de m’avoir Permis de vivre dans ce pays je leur dois beaucoup.
    Saccager ce monument est comme une atteinte à ma plus grande valeur ce que nous ont légué les générations précédentes.
    le Gé pour une fois sérieux

    RépondreSupprimer
  37. Qu'est ce que je trouve pas en taillant la haie ce matin?
    Un emballage de Capri Sun, il est fort ce Wild,quand-même!
    C'est pas Savare qui aurait déposé un billet de cent €.
    Allez, ce commentaire aurait du être supprimé par l'auteur....

    RépondreSupprimer
  38. T'a regardé dans l'emballage ? on sait jamais ...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Euh vaut mieux pas. Tellement chargé en sucrés. Ça va l'irradier et le rendre diabétique !!

      Supprimer
  39. Bon alors on va tacher de revenir au Rugby , ce nouvel adjoint qui arrive avec son préparateur physique et qui aura un droit de regard sur la liste des joueurs , c'est de l'information , de la désinformation , du foutage de gueule ou les trois ...On y aura droit jusqu'au bout .. Est ce que les Anglo saxons ont aussi droit aux états d'âme de celui ci , et de celui la , du couple de coach qui se sépare , des colères de celui ci , de la perte d'ADN de tel club ... ? Allez ce weekend on va parler Rugby à haute intensité , du jeu de très haut niveau Saracens / Leinster , ça va nous changer un peu !

    RépondreSupprimer
  40. Je suis peut être un peu reclus sur mon île , mais c'est quoi ce "capri sun " dont vous parlez ? connais pas

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Marque jus de fruits multivitaminé (soit-disant, surtout multisucré) qui fait partie du groupe Wild Pdt du S.F.

      Supprimer
    2. ok je comprends maintenant pourquoi vous parlez de capri sun ...c'est le dopage du pauvre ahahahah

      Supprimer
  41. https://actu.fr/sports/rugby/amateurs/video-yves-ancien-rugbyman-raconte-premier-match-preparez-vous-rire_23606418.html

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. c'est vrai qu'à Bastia , même en série inférieure , ils n'étaient pas farouches à la mailloche ... bonne journée

      Supprimer
  42. Olivier Magne,(90 sélections), reconverti en consultant, scanne tous les dysfonctionnements du rugby français. Des points de vue et des prises de position fortes, à un an des élections de la Fédération française de rugby (FFR). Le Parisien en publie les bonnes feuilles.
    Le symbole Chabal. « Au pays de Codorniou et de Blanco, on a érigé une autre représentation du joueur modèle et Sébastien Chabal est devenu la star nationale de notre sport. […] Comment s’étonner, dès lors, que les audiences des matches télévisés soient en baisse, comme le nombre de licenciés, et que les accidents graves – et hélas, parfois mortels – soient en augmentation ? […] J’adore Sébastien ; il a su garder une grande humilité tout en faisant son chemin dans les médias. Mais, en termes de jeu, on n’aurait pas dû en faire l’archétype du joueur français. Le jeu physico-physique lui allait très bien, mais le problème est venu quand les gamins ont voulu l’imiter. »
    Maudit physique. « En passant de plus en plus de temps dans la salle de musculation, le rugbyman français s’est forgé un corps plus puissant que de nature, au point de se sentir assez gaillard pour privilégier le défi physique. Ne croyez pas que ça ne concerne que les avants, beaucoup de trois-quarts en raffolent aussi. Ce temps passé à se muscler, c’est autant de temps qui n’a pas été consacré à la technique individuelle. »
    Les éducateurs abandonnés. « Je loue le bénévolat mais on a des éducateurs qui n’ont pas, pour la plupart, les moyens pédagogiques et tactiques pour aider nos jeunes à se développer dans de bonnes conditions. Ce sont certes des amoureux du rugby mais ils s’inspirent des matches du Top 14 et des entraînements des équipes professionnelles. On voit ainsi les gamins s’entraîner avec des boucliers, des protections, alors que ça n’est pas du tout adapté à leur stade d’apprentissage du jeu. »
    De faux professionnels. « En Nouvelle-Zélande, il y a 170 contrats professionnels mais, derrière, ceux qui arrivent s’entraînent comme des pros. Et dès qu’un joueur part pour l’Europe ou le Japon, celui qui le remplace est déjà prêt. Ça n’est pas le cas chez nous où, pourtant, nous avons plus de 1150 contrats professionnels. Moi, j’entends par professionnel, non pas un joueur payé pour jouer au rugby et ne rien faire d’autre, mais un joueur autonome, capable de s’entraîner seul et qui n’attend pas le contrat pour être prêt à intégrer le plus haut niveau. » XV de France : «Je ne vois pas Galthié cantonné à un rôle subalterne», prévient Magne
    Halte à la phase finale. « Je ne suis pas favorable à une réduction de l’élite à douze clubs. Je suis bien conscient qu’il faut réduire le nombre de matches dans la saison et, pour cela, la suppression des phases finales serait une meilleure solution. Récompenser l’équipe la plus régulière tout au long du championnat me paraît une bonne chose. De plus, ça supprimerait les impasses qui font tant de mal à notre image. »
    L’erreur de Laporte. « Aujourd’hui, on se focalise sur les erreurs de communication du président de la FFR. La façon grossière dont il s’est séparé du sélectionneur Guy Novès comme la précipitation avec laquelle il a rompu le contrat de construction du Grand Stade sont deux dossiers qui risquent de coûter très cher à la FFR. Ils sont l’illustration du principal reproche que je fais à Bernard Laporte : avoir accédé à la présidence de la FFR sans s’être préparé sur le fond. Il lui a manqué le plus important : un projet. C’est aussi ce que j’ai dit à Florian Grill quand il m’a contacté : il faut bâtir un projet avec les bonnes personnes. Je suis persuadé que si Bernard Laporte avait rassemblé autour de lui une équipe sur la base des compétences et non de la connivence, la situation aurait pu être bien différente. Mais il a choisi de s’entourer de trop de gens qui suscitent la polémique ou le rejet. Bernard est un passionné, mais j’ai peur, pour lui, que le prochain train le laisse sur le quai. » « J’ai mal à mon rugby », par Olivier Magne. Éditions Solar. Sortie aujourd'hui

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. la video " premier match en premiere ", une pépite !

      Supprimer
    2. Ca fait neuf mois qu'il est sur ce livre. Un autre international, biarrot celui-là, en prépare un de son côté.

      Supprimer
  43. Malveillance volontaire ou pas que dit le corps arbitral ?
    https://www.lerugbynistere.fr/news/wtf-victime-dun-stamping-un-rugbyman-gallois-evite-lamputation-et-appelle-a-une-prise-de-conscience-0905191033.php

    RépondreSupprimer
  44. https//www.google.com/amp/s/sports.orange.fr/divers/article/buzz-un-ancien-rugbyman-remporte-la-medaille-d-or-au-concours-lepine-CNT000001fvl4e.amp
    Un ovale à la tête bien pleine

    RépondreSupprimer
  45. https://actu.fr/sports/rugby/pro/coupe-monde-on-connait-arbitres-coupe-monde-2019_23633514.html

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. A priori, un cocorico pour nos arbitres. Cruel dilemme : pas d'arbitre français en finale si l'EDF va au bout. OK, ça devrait pas arriver.

      Supprimer
    2. Si l'EDF va en finale ?
      Sergio, répète la question à voix haute: si t'éclate pas de rire, faut consulter...

      Supprimer
    3. Ah, mais tu l'as pas pris pour 1 boutade ?
      Pour autant avec les brittons à voir si on en aura 1 pour la finale. Ça dépendra aussi de leurs prestations sur les matchs éliminatoires.
      Allez 1 autre boutade, sur 1 malentendu, sera ce plutôt 1 arbitre français en finale ou l'EDF ? Mais tu te par des déjà...

      Supprimer
    4. J'en connais deux ou trois qui en rêvent d'être en finale et qui se le disent entre eux sans rire et ils rajoutent " on va fermer la gueule de tout ces mange m... " Tu vois qui c'est ?

      Supprimer
  46. Olivier Magne n'est pas le seul à avoir mal à son rugby. Ça se soigne docteur ? D'après quelques grandes lignes de son bookin, il fait un constat qui s'approche de ce qu'on a pu dire jusqu'à présent. De la famille à Antonin Magne, qui a longtemps été sur Arcachon et portait le béret basque ? qu'a dû connaître André notre vélocipédiste. Tonin le sage, Tonin la méthode, Tonin le taciturne, sont des surnoms qui pourraient lui aller au Charly. Pas l'alter égo de B.L., mais surement une alternative intéressante dans l'opposition qui monte face au même B.L. A voir, à lire bien sur, mais de quoi s'inspirer, à priori. On y aspire à fond. Vais être obligé de l'acheter puisqu'un de mes joueurs préféré avec Lolo Cabannes.

    RépondreSupprimer
  47. "On ne lâche rien" ..Bravo les gars 👏👏
    Fier d'avoir travaillé avec eux, l'élite du secours en montagne. Pas comme au rugby, un groupe soudé sans faille au prix de tous les dangers ....
    On peut rêver côté ovale
    https://www.ladepeche.fr/2019/05/09/une-femme-blessee-passe-4-jours-sans-boire-ni-manger-en-montagne-dans-les-pyrenees,8189865.php

    RépondreSupprimer
  48. Clermont vs La Rochelle, H-3 et des chouilles... Ca devrait jouer. Pour le fun, au moins. Car La Rochelle et Clermont sont certains de disputer la grande Coupe d'Europe, la saison prochaine...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pas sûr c’est quand même un titre dans la vitrine

      Supprimer
    2. Ce sont surtout les Rochelais qui en ont besoin. Mis à part deux Coupes de la Ligue (compétition depuis disparue), ils n'ont rien pour remplir la vitrine, comme tu dis. M-25

      Supprimer
    3. Vingt points d'écart. Ca me semble normal. Et encore, l'ASM n'a pas semblé à bloc. En revanche, souci pour Parra. Reviendra-t-il à temps pour la phase finale ? Il faut l'espérer.

      Supprimer
    4. Rendez-vous demain 18 h pour la grande finale.

      Supprimer
    5. Et immédiatement après, une nouvelle chronique.

      Supprimer
  49. Quelques éléments de réflexion à partager avec des entraîneurs français avant la finale de Champions Cup entre le Leinster et les Saracens
    Laurent Travers : « Le Leinster aime mener au score. Mais s'ils sont menés, les Irlandais peuvent sortir de leur cadre de jeu. »
    Pierre Berbizier : « Les Saracens peuvent faire douter le Leinster. Mais il faudra rien leur donner. Surtout pas les laisser se structurer, s’organiser. Les Saracens, c’est le miroir du Leinster. Ce sera un bras de fer à partir d’un jeu direct pour préparer les mouvements après le 9 et le 10 qui font jouer à une passe. Avant de déclencher… »
    Philippe Benetton : « les Saracens, c’est une belle équipe en maîtrise dans ses capacités défensives et offensives. Le Leinster, lui, est capable d’accélérer collectivement. S’il est dans l’avancée, il génère une forme d’aspiration collective.»
    Jean Guibert : « Les Saracens et le Leinster se ressemblent. Il y aura beaucoup de combat… Celui qui perdra cette finale sera celui qui commettra, forcé par l'adversaire, des petites fautes sur ses temps forts.»

    RépondreSupprimer
  50. On m'a diagnostiqué un cancer du sein au stade 3 en août 2010. Un ami précieux m'a parlé du Dr Itua Herbal Center en Afrique de l'Ouest. Elle m'a donné son numéro de téléphone et son adresse électronique. Je l'ai rapidement contacté pour qu'il me garantisse que ses médicaments à base de plantes je guérirai de mon cancer et je guérirai pour toujours j'ai dit OK.Je lui demande quel est le processus de guérison, il me demande de payer les honoraires que j'ai fait et dans les 7 jours ouvrables, il m'a envoyé le médicament à base de plantes, puis il m'a demandé J'ai dit à mon ami Gomez à propos du médicament à base de plantes afin qu'il me donnât d'aller le boire.Alors après l'avoir bu pendant deux semaines, j'ai été guéri, je suis tellement reconnaissant et je promets que je le ferai Je recommande à quiconque est atteint d'un cancer et que ce que je suis en train de faire. La phytothérapie Dr Itua me fait croire qu'il existe un espoir pour les personnes atteintes de la maladie de Parkinson, de la schizophrénie, du cancer, de la scoliose, du cancer de la vessie, du cancer colorectal, du cancer du sein et du cancer du rein. , Leucémie, cancer du poumon, cancer de la peau, cancer de l'utérus, cancer de la prostate Fibromyalgie, une
    Syndrome Fibrodysplasie, Epilepsie, Maladie de Dupuytren, Diabète, Maladie cœliaque, Angiopathie, Ataxie, Arthrite, Sclérose latérale amyotrophique, Maladie d’Alzheimer, Carcinome adrénocortique.Asthme, Maladies allergiques.Aide du VIH, Aides au VIH, Herpès, Maladie inflammatoire chronique, Trouble de la mémoire,
     Voici son information de contact ...... [Email ... drituaherbalcenter@gmail.com/ info@drituaherbalcenter.com. Whatsapp ... 2348149277967]

    RépondreSupprimer
  51. Thanks for encouraging information you have shared with us through this post. It is really productive, explanatory and useful. The efforts are highly appreciative you made here to sharing this wonderful post. Hope that you will come with more useful articles in future. Thanks for fruitful sharing
    CWC 2019 Live Cricket Streaming
    ICC Cricket World Cup 2019 Live Streaming
    ICC Cricket World Cup 2019 Live Streaming
    copa america 2019 match schedule pdf
    2019 Copa America Official Broadcast TV Channels and Live Streaming
    ICC Cricket World Cup 2019 Live Streaming Free Online

    RépondreSupprimer