lundi 15 avril 2019

L'avocat du jeu

Comme d'habitude, Sergio nous attendait peu après 16h, vendredi dernier, sous la vigne vierge, lieu-dit Le Champ, à Uzerche, cadre de notre quatrième Quinconces. Snaileater et Philippe inspirés à la guitare côté salon, Tautor et Lulure généreux au piano côté cuisine : "En avant, les moujiks !", lança Jean-Yves. Vedette américaine, le Lomagnol Jean-Louis Dupont fut à l'honneur, mêlant avec verve agriculture biologique et initiation rugbystique jusqu'au bout de la nuit.
Samedi, dix matinaux s'élancèrent autour d'une beuchigue délivrée par Pipiou (il n'apparait pas sur la photo d'équipe ci-dessus, appelé d'urgence à d'autres activités). Le quatuor des survêtement (François, Philippe, Tautor puis Lulure, Ritchie) fut battu, cinq essais à quatre, par la short team (Le Gé, Pom, Snail, Pipiou) sans que l'arbitrage de Georges, librement inspiré du modèle danois, ne soit contesté. La chronique retiendra qu'avant de se vriller le genou sur une figure libre, Tautor inscrivit le premier essai sur son premier ballon - la marque des grands attaquants -, que Le Gé planta d'une interception fulgurante au long cours l'essai de la victoire, et que François remporta le concours du meilleur vieux rugbyman (cf. photo ci-dessous) en pleine crise d'intervalle.
Ainsi s'ébrouèrent les Quinconces en attendant d'entrer dans le lard. Après la formation il y a deux ans, et le jeu de mouvement l'année dernière à Treignac, l'arbitrage occupait cette fois-ci notre journée, avec comme invité Joël Jutge (pour son CV, lire la précédente chronique), aéropage relevé par la présence de Christian Badin et de Pierre Villepreux, lequel donna le coup d'envoi aux agapes dès les figues farcies au foie-gras en rappelant le principe actionné dans les années soixante : "Nous étions tous d'accord avec l'arbitrage parce qu'on gagnait !"
Il y a, vous vous en doutez, tellement à raconter qu'une chronique n'y suffira pas (et d'ailleurs une autre suivra, n'ayez crainte...). Alors retraçons maintenant l'intervention de notre invité, Joël Jutge, arbitre puis dirigeant international. En préambule, "toute règle correspond à un des trois critères essentiels : équité, continuité, sécurité. Si la règle nous ramène toujours au jeu, le jeu, lui, a toujours un temps d'avance sur la règle. Dans ce contexte, l'arbitre fait ce qu'il peut, pas ce qu'il veut," nous précisa-t-il. Décryptant la règle de l'avantage, le Tarnais avoua qu'elle "avait été un changement terrible, qui ne correspondait pas aux principes" pré-cités, et que l'arbitre devait toujours "apprécier le gain tactique, à savoir si l'équipe porteuse du ballon pouvait jouer telle qu'elle l'entendait," aune subtile.
Concernant la zone de plaquage, il assura, en parlant du défenseur : "Mettre la main sur le ballon ne suffit pas. Il faut laisser deux à trois secondes pour que le rapport de force soit en faveur de l'attaquant plaqué et au sol. Le défenseur qui résistera alors sera récompensé, mais s'il est emporté, tant pis pour lui." Quant à la mêlée, il insista sur la notion de "stabilité". On signalera au passage que notre orateur fut à l'origine, en 2012, du premier signal donné par l'arbitre pour l'introduction, petit rappel historique.
Deuxième acte. Nous avons appris que seulement 20% des personnes compétentes réunies depuis 2012 tous les quatre ans pour faire évoluer ou changer les règles du jeu sont des arbitres ; que cette commission fut conçue en 2005 et qu'auparavant, les règles étaient présentées et testées par des étudiants sud-africains à l'université de Stellenbosch, puis à Exeter (Angleterre). Ce qui pouvait créer un décalage, les jeunes amateurs n'étant pas formatés comme les joueurs professionnels. L'accent fut ensuite mis sur la force de proposition néo-zélandaise et ses remarquables présentations qui captent l'attention des quinze membres de la commission chargée d'agir sur le règlement.
Joël Jutge nous rappela qu'aucune règle ne peut être modifiée un an avant une Coupe du monde, sauf si elle améliore la sécurité du joueur. C'est pourquoi on regrettera que rien n'ait été fait très vite pour rabaisser la zone de plaquage. Il nous confia - c'est un scoop - que la prochaine règle testée viendrait du rugby à XIII : "Il s'agira d'autoriser le coup de pied indirect une fois dans le camp adverse, en bénéficiant du lancer en touche. Le troisième rideau (défense profonde) devra ainsi être renforcé et le premier rideau (défense sur la ligne d'avantage) dégarni d'autant, créant donc des espaces pour les attaquants."
Et de conclure avec optimisme son intervention : "Le jeu va en s'améliorant. J'ai confiance dans le législateur et je crois en l'intelligence des entraîneurs. Après 2019, le jeu devra se pratiquer debout : il y trop de laxisme dans l'arbitrage au sol, trop de déblayages. Les pick-and-go à trois joueurs soudés face à la défense seront sans doute interdits. Il en va de la sécurité des joueurs qui défendent." Puis vint le tour de table ovale.
Le Gé : y a-t-il omerta au niveau de l'arbitrage ? "Une hypocrisie, plutôt". Tautor : les Néo-Zélandais changent-ils les règles à leur avantage ou pour le bien commun ? "Ils ont un réel pouvoir, mais aussi un temps d'avance. Ils réfléchissent en priorité à ce qui peut les avantager. Mais ils jouent tellement bien qu'ils sont écoutés." Pom : pourquoi les arbitres ont un tel déficit d'image en France ? "A cause de la focale des médias. La télé, à travers ses consultants qui sont d'anciens internationaux, devrait davantage éduquer le public." Lulure : pourquoi tolérer autant de percussions autour des rucks ? "L'arbitrage est faible dans ce domaine. On ne veut pas arrêter le jeu car on pense que ces chocs sont marginaux." Jean-Yves : les mêlées sont peu intéressantes pour le jeu. Les arbitres en ont-ils conscience ? "Les règles sont très précises mais nous sommes impuissants. Il faudrait que les piliers changent leurs attitudes. Et que les arbitres distribuent davantage de cartons."
Pierre Villepreux y alla, lui aussi, de sa question : ne pourrait-on pas changer la règle de la passe en avant ? L'autoriser à condition que le partenaire soit placé au départ en arrière du lanceur ? Réponse de Joël Jutge : "Ce serait un tel bouleversement... Mais on a bien permis les passages à vide..."
Puis vint le tour de Pipiou : puisque le jeu est en avance sur la règle, a-t-on de mauvaises habitudes, en France ? "Oui, les joueurs passent trop par le sol. Mais c'est de la responsabilité des entraîneurs. L'arbitre doit s'occuper de la règle, pas se poser des questions métaphysiques. Il n'en a pas le temps." Paco (François Barbier) : pourquoi n'y a-t-il pas à l'international la même interprétation du carton rouge qu'en France ? "Les différences sont culturelles, la faiblesse est humaine. L'arbitre vidéo devrait davantage challenger l'arbitre de champ. On y travaille..." Christian Badin : les obstructions et les antijeu sont insupportables. Que faire ? "L'arbitrage est faible sur les obstructions et les courses coupées sous les balles hautes. D'autant qu'on a constaté 25% d'augmentation du jeu au pied dans le dernier Tournoi."
Place à Sergio, maintenant : pourquoi les arbitres sont aussi laxistes sur les balles au sol qui tardent à être libérées par le plaqué ? "La consigne est d'accepter un roulement du plaqué au sol pour présenter son ballon à un partenaire. On en tolère deux, ça dure parfois dix secondes : c'est trop long..." Snaileater : comment relier rugby et arbitrage ? : "L'arbitre doit comprendre ce que veulent faire les équipes. Sinon, il est déconnecté et commet des erreurs." Devant la limpidité de cette réponse en regard de la complexité de la question, notre aréopage tomba alors définitivement sous le charme de notre intervenant.
Georges prit la relève : il faut instaurer la loi Molière ! Pourquoi parler anglais dans le Top 14 ? "L'arbitre doit se faire comprendre et pour cela parler dans la langue du joueur." Philippe : avez-vous le pouvoir de sortir du terrain un joueur anormalement énervé ? "S'il y a outrage verbal, oui. Mais le reste est affaire du médecin du match." La débat est alors parti vers le dopage, puis sur le cas Fritz : impossible à résumer. Puis Pimprenelle apporta la dernière touche : pourquoi le XIII a-t-il autant d'influence sur le XV ? "Parce que depuis quinze ans, les treizistes réfléchissent à l'évolution de leur pratique pour la rendre toujours plus spectaculaire. Principalement en Australie où le XIII est le sport numéro un, avec les meilleurs techniciens."
Se quitter fut difficile, dimanche. Nous avons fixé le Quinconces V à Uzerche le 24, 25 et 26 avril 2020. Notre acronyme sera désormais le style au BIC (Bienveillance-Intelligence-Convivialité), si Paco me permet d'essaimer ainsi et ici sa pensée. Nouveaux venus chaleureusement accueillis, visages sur des patronymes et des pseudos, plaisir de se revoir, impatience à se retrouver - un an, c'est long -, ce week-end en Limousin s'est hissé sur des sommets que nous n'attendions pas aussi dégagés. Il faudra juste penser à créer un atelier cuisine car il y avait à déguster pour trente personnes pendant une semaine : nous sommes donc repartis avec nos coffres davantage remplis qu'ils ne l'étaient à l'aller.
A coup sûr, a été affinée notre vision des règles et de leur influence, du rôle de l'arbitre et de la naissance des nouvelles règles jusqu'à leur application. Nous attendions, plantés sur nos convictions et aussi nos certitudes, un décryptage sur l'arbitrage de haut niveau : nous l'avons eu. Mais nous avons surtout été éclairés autant qu'enrichis par les lumières de notre invité, magnifique avocat du jeu. C'est bien simple, quand Joël Jutge est parti, et nous ensuite après lui, sont restées en écho du jeu dans nos esprits de belles phrases de rugby.





172 commentaires:

  1. Je ne peux commenter Uzerche sans vous faire partager mon émotion.

    Il est ressorti du Panthéon pour pleurer "Notre Dame de Paris"... Plusieurs siècles de l'histoire de France s'efface sous les flammes du désespoir ..."Paris brûle t-il" ... non c'est "la France qui brûle" notre sang impur qui a abreuvé des siècles de labeur, de sueurs, de chefs d'oeuvres ... une drôle de semaine Sainte ou le joyau de la religion catholique n'est plus qu'une terre consumée de souvenirs ou chacun a le sien. Voici le mien:
    "Car pour une mère qui a perdu son enfant, c'est toujours le premier jour. Cette douleur-là ne vieillit pas. Les habits de deuil ont beau s'user et blanchir : le coeur reste noir." Victor Hugo

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Heureusement qu'à Uzerche il y avait des flèches.

      Supprimer
    2. Victor Hugo, avocat de Dieu.
      Un arbitre avocat du jeu. Normal pour un jutge.

      Supprimer
    3. "Je crois à la mémoire des pierres.
      Elles absorbent l’écho des conversations, des pensées.
      Elles incorporent l’odeur des hommes.
      Les pierres sauvages des grottes et les pierres sages des églises
      rayonnent d’une force mantique .
      On est toujours saisi
      quand on pénètre sous une voûte de pierres
      qui a abrité des hommes...

      Quand je me suis relevé de cette chute je suis monté tous les jours en haut des tours de Notre-Dame par les escaliers alors qu'avant je passais devant sans trop la considérer. Ça a été pour moi la confirmation que la grande erreur c'est de ne pas considérer ce à côté de quoi on passe ...Chaque jour, je sentais les forces revenir. Il y avait quelque chose d’alchimique dans ces heures d’exercice. Comme si le mystère, la puissance de Notre-Dame irriguait mes chairs. À présent, je suis remis, je marche droit et je salue toujours les tours de Notre-Dame quand je passe à leurs pieds. Je leur rends bien modestement par ces lignes le bienfait qu’elles m’ont offert." ST

      Supprimer
    4. "Les pierres ont gardé les murmures
      Entre les mendiants qui regrettent
      Et les chiens qui rasent les murs
      Chaque fois qu'un mot s'évapore" FC

      Supprimer
    5. Ton genou t’inspire Tautor

      Supprimer
    6. Le Gé,

      "Notre Dame"est nue et Paris orpheline de son histoire. Plus qu'un genou à terre, incitant à la révérence et au respect de tant d'hommes et de femmes qui ont donné leur vie, leur cœur et leur âme pour donner une empreinte indélébile à notre nation, plus que le feu, le sang impur renaîtra de ces cendres pour donner la plus belle des parures à cette œuvre architecturale afin que la semaine Sainte soit l'une et indivisible symbole de la France. "Notre Dame de Paris" doit rester et doit demeurer notre mère patrie garante des lumières de l'architecture, de la religion et de l'humanité qui caractérise la culture française.

      Supprimer
    7. Je crois en l’homme et je pense surtout et avant tout qu’il est bon et je suis d’accord il y a des symboles comme un phare qui éclaire l’humanité toute entière et la cathédrale est l’un d’eux
      Je pense que l’unesco À raison de protéger tous ces symboles de notre peuple monde il n’y a que les abrutis pour se réjouir de la destruction d’un de ces joyaux.
      Vive l’humanité et toutes ces ethnies qui nous ont tant appris
      le Gé
      Ps : je vais arrêter d’être sérieux 😊

      Supprimer
  2. Uzerche, des figures, des visages, des figures qui dévisagent. Confluence programmée entre précurseurs et actuels des quinconces, qu’on n‘imaginait pas forte de café mais qu’on attendait surtout forte de passion ovale, dans l’attraction du week-end proposé. De fait, pas besoin de shaker plus que ça pour valider ce coktail, les ingrédients se complaisant à s’accointer naturellement et donc très rapidement, dans cette douceur limousine. Des souvenirs, des évocations tendance gordini dans un gîte bleu adossé à la colline. Le vintage est à la mode ces derniers temps. Tout cela sur fond de lippées et de lampées d’appellations régionales de chacun, il n’en fallait pas plus pour inviter l’empathie à la table du symposium.
    Et comme plat de résistance, un sans faute reconnu par l’assemblée pour la causerie sur l’arbitrage proposée par un juge sans bavure, badin (comme l’autre) et passionné. Du reste, il a déjà fait appel pour revenir au tour suivant (après coupe du monde), avec vidéo à l’appui. Un week-end haut de gamme-vert. Le plus réussi en tout cas.
    Les discussions ne resteront pas sur le parking, ni sur le bord de touche mais rangées bien au chaud dans le thermos de nos mémoires, à resservir à souhait dans nos tasses, hâtés par la fraicheur du soir qui tombe inexorablement après la chaleur du soleil sur nos épaules, le temps de ranger l'amer dans la boîte à gants.
    On se reverra par le temps qu'il reste. Un bel incendie de pensées, d'agapes et de BIC (voir plus haut), donc, difficile à éteindre dimanche vers midi. Moins dangereux et catastrophique que celui de Notre-Dame.

    RépondreSupprimer
  3. Pas question de se faire l'avocat du nous, mais M. Judje synthétise clairement nos interrogations désordonnés, nos exaspération souvent au fil du blog.
    Diplomate, l'homme de l'art nous dit croire en l' intelligence des entraîneurs, en off j'aimerais avoir son avis sur les nôtres ( t'avais qu'à être la, bruti! ).
    Bref du grain a moudre pour les prochaines chroniques, ou bien ?
    Et qu'on cause aussi du rôle de la mêlée, Jean Yves !
    Allez , z'ont eu beau temps en plus....

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne sais pas s'il a cru à l'intelligence des quinconces présents mais pour le moins il a été séduit par nos diversités interrogatives, au point de vouloir revenir. A moins que ce soit le repas de la figue à l' Uzerche.

      Supprimer
    2. Les nôtres d'entraîneurs du top 14 hein, je n'ai pas de doute sur le bulbe quinconçois !
      Allez la diversité, tiens...

      Supprimer
  4. Ouais, il y avait comme un micro climat,comme si le soleil en avait pas fini avec le mauvais temps, qu'il maintenait sous terre, assis sur la bouche d'égout.

    RépondreSupprimer
  5. Je voulais parler de Notre-Dame d’Uzerche mais un certain Joël a marqué ce monument d’une telle griffe de lion, que personne ne se hasardera de (trop) y toucher. Il a bâti, à côté de la vénérable cathédrale quinconçaise, une cathédrale de poésie règlementaire aussi ferme que les fondements de l’autre, aussi haute que ses tours...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et moins inflammable aussi, sauf à y mettre 1 Bernie pour sonner les cloches. Il te dézinguerait la flèche (du régle ment) en moins de deux !

      Supprimer
  6. Pour Tautor - mais pas que bien sûr ! - j'ai retrouvé ce texte de Charles Péguy :
    « De mon temps tout le monde chantait. Dans tous les corps de métiers on chantait. Dans ce temps-là, on ne gagnait pour ainsi dire rien. Et pourtant il y avait, dans les plus humbles maisons, une sorte d’aisance dont on a perdu le souvenir. Au fond, on ne comptait pas. Et on n’avait pas à compter. On ne gagnait rien; on ne dépensait rien; et tout le monde vivait. On pouvait élever des enfants, et on en élevait. Il y avait un honneur incroyable du travail. Tous les honneurs convergeaient en cet honneur : une décence, une finesse de langage, un respect du foyer. Un sens du respect, de tous les respects. D’ailleurs le foyer se confondait très souvent avec l’atelier, et l’honneur du foyer et celui de l’atelier, c’était le même honneur. Tout était une élévation intérieure, et une prière. Toute la journée, le sommeil et la veille, le travail et le peu de repos, le lit et la table, la soupe et le boeuf, la maison et le jardin, la porte et la rue, la cour et le pas de la porte, et les assiettes sur la table.

    Le travail était une prière. Et l’atelier un oratoire. Nous avons connu des ouvriers qui avaient envie de travailler. Ils se levaient le matin (et à quelle heure !), et ils chantaient à l’idée qu’ils partaient travailler. A onze heures, ils chantaient en allant à la soupe. Travailler était leur joie même, la racine profonde de leur être. Nous avons connu ce soin poussé jusqu’à la perfection, cette piété de l’ouvrage « bien faite ». J’ai vu toute mon enfance rempailler des chaises exactement du même esprit et du même coeur, et de la même main, que ce même peuple avait taillé ses cathédrales. Il fallait qu’un bâton de chaise fût bien fait. Il ne fallait pas qu’il fût bien fait pour le salaire ou moyennant le salaire. Il ne fallait pas qu’il fut bien fait pour le patron. Il fallait qu’il fût bien fait lui même, en lui-même, pour lui-même. Une tradition, venue, montée du plus profond de la race, un honneur voulait que ce bâton de chaise fût bien fait. Toute partie, dans la chaise, qui ne se voyait pas, était exactement aussi parfaitement faite que ce qu’on voyait. C’est le principe même des cathédrales. »

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, bon, ça marche pas que pour les chaises de M.Peguy ou les cathédrales du bondieuquesigentil.
      Pour
      Mon frigidaire
      Mon armoire à cuillères
      Mon évier en fer
      Et mon poêle à mazout
      Mon cire-godasses
      Mon repasse-limaces
      Mon tabouret à glace
      Et mon chasse-filous
      La tourniquette
      A faire la vinaigrette
      Le ratatine-ordures
      Et le coupe-friture
      A l'efface-poussière
      A la cuisinière
      Au lit qu'est toujours fait
      Au chauffe-savates
      Au canon à patates
      A l’éventre-tomates
      A l'écorche-poulet

      Ben c'est le même principe!
      Allez Boris, plus rigolo, non ?

      Supprimer
    2. Iconoclaste ! Quand même : passer de la confection d'une chaise à la construction des cathédrales, hein ? fallait oser ; du coup ton Boris joue petit bras . Sinon pour en revenir au rugby, t'aaurais pas connu un joueur ? Claudel qu'il se nommait . Ben le Paulo il se planquait derrière un pilier de Notre Dame pour faire sa conversion . Un peu comme si Wilkinson avait buté caché derrière Vunipola ...

      Supprimer
    3. Ben si,avec leur compère François Mauriac, une première ligne de combat 😆
      Allez, iconoclaste moi, rhooo !

      Supprimer
    4. le grand spécialiste du placage cathédrale ? oui je me souviens aussi ... jouait parfois à l'aile d'ailleurs, si religieux qu'il n'allait jamais "à dame", mais à Notre Dame .

      Supprimer
    5. Hegel : Le travail est désir réfréné, disparition retardée : le travail forme. Le rapport négatif à l’objet devient forme de cet objet même, il devient quelque chose de permanent, puisque justement, à l’égard du travailleur, l’objet a une indépendance”.
      Marx : Le travail est de prime abord un acte qui se passe entre l’homme et la nature. L’homme y joue lui-même vis-à-vis de la nature le rôle d’une puissance naturelle. Les forces dont son corps est doué, il les met en mouvement, afin de s’assimiler des matières en leur donnant une forme utile à sa vie.
      Voltaire : Le travail éloigne de nous trois grands maux : l’ennui, le vice et le besoin.
      A chacun son modèle de travail ....
      "Les plus grands produits de l'architecture sont moins des œuvres individuelles que des œuvres sociales; plutot l'enfantement des peuples en travail que le jet des hommes de génie" Victor Hugo.

      Supprimer
    6. Et de rajouter : "pour l'esprit, être en travail, c'est être en extase" Hugo

      Supprimer
    7. "Le travail, c'est la santé !" Salvador (Henri), philosophe germanopratin.

      Supprimer
  7. https://www.lerugbynistere.fr/videos/wtf-freddie-burns-reussit-cet-enchainement-que-vous-avez-toujours-reve-de-faire-video-1704191516.php
    ... qui n'a pas encore été validé par l'arbitrage.

    RépondreSupprimer
  8. "Il y a un gros travail qui est fait par le staff sur l’intensité : la prise de décisions à haute vitesse, à l’entrainement"
    Et aussi
    " Glasgow a dû s’employer sur 360 plaquages lors de la rencontre. C’est le double, voire même le triple que ce que l’on peut avoir à jouer nous, dans notre championnat quotidien."
    Doit nous lire en cachette le p'tit père Mola,non ?
    Allez Chevreuse

    RépondreSupprimer
  9. Mr Kaino 👍
    hattps://www.rugbyrama.fr/rugby/champions-cup/2018-2019/champions-cup-kaino-toulouse-je-veux-que-le-groupe-soit-heureux-de-jouer-ensemble-et-soude_sto7233726/story-amp.shtml

    RépondreSupprimer
  10. Faut savoir si on se fait l'avocat du jeu, où l'avocat du diable. Me semble quand même que Tekori aurait dû prendre de la suspension suite au choc avec le talonneur ASM ( trop compliqué son nom). 1 jaune pour avoir vu rouge et aucune sanction après citation, la com de discipline ne me paraît pas très blanche mais plutôt rouge et noir. Quand on voit que Jérémy Donzelle prend 3 semaines (initialement 6) pour avoir percuté avec l'avant-bras. Du 2 poids 2 mesures. Et la sanction pour le poids le plus léger et pas réputé vraiment viril dangereux. Et d'autres ont pris plus ou moins cher pour jeu dangereux plus ou moins ou pas maîtrisé, la question étant qu'il y a ou pas jeu dangereux, style O'Connor il y a quelque temps. Et là, il y a de quoi être offusqué, me semble t'il. Fallait il aller dans le sens de Poite, sensé ne pas s'être trompé ? Arbitrage de J. Jutge là-dessus : z'ont été faibles où pas à la com ? De quoi descendre cette décision en fléche pour une percute cathédrale. Le ST peut dormir tranquille sur la participation de Téko contre Leinster,devant cette sainte décision.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est le premier truc auquel j'ai pensé: demander son avis à Joël Jutge sur la décision de Romain Poite.
      Ensuite, que Beheregaray pousse un coup de gueule, c'est logique vu que c'est lui qui est sur la touche alors qu'une fin de saison avec de gros matchs débute (mais je trouve que c'est encore un -mauvais- signe d'évolution du rugby: il y a encore peu, aucun joueur n'aurait gueulé ainsi dans les médias parce que celui qui l'avait blessé s'en sortait sans suspension).
      Par contre, l'hypocrisie des médias irlandais et anglo-saxons est toujours au summum; s'il fallait faire la liste de toutes les décisions disciplinaires en Coupe d'Europe où les clubs et joueurs français se sont fait proprement enfler face aux britanniques, il faudrait au moins un bottin, et même plusieurs tomes...

      Supprimer
    2. Il nous faudrait un Judge à disposition tous les week-ends. On devrait faire une compilation de toutes les décisions "choquantes", puis en faire une sélection, et lui demander son analyse à notre prochaine rencontre. Prévoir pour cela une semaine à Uzerche et non plus 3 jours

      Supprimer
    3. Alors là, fait gaffe Lulurre, tu es en situation de dépendance...
      Bien que sur le principe, on peut présenter un cahier des charges (si je puis dire) à étudier !

      Supprimer
    4. Holmes jaune, Tuisova rouge, Tekori rouge. Ma seule dépendance c'est Uzerche

      Supprimer
  11. faut arreter avec cette histoire pour Tekori, d'abord ce n'est absolument pas flagrant, l'autre se baisse aussi. D'ailleurs à ce sujet on arrivera bien un jour à sanctionner ces placages au dessus du niveau de l'épaule en fonction aussi de la position du joueur touché; tout cela en attendant la mise en place du placage en dessous du diaphragme. Après savez vous , depuis qu'il l'arbitre, des sentiments de Poite envers Tekori... pour ne pas le priver d'une 1/2 finale.
    Ps pour Richard: une narration impeccable pour tous les absents de notre rencontre du we dernier

    RépondreSupprimer
  12. Déjà un talonneur on s' en approche avec déférence et prudence, sinon c'est rouge, direct.
    Pas comme un ouvreur ou tout autre maillot à deux chiffres qu'on a le droit, voir le devoir parfois de prendre a retardement.
    C'est quand-même dommage de passer un week-end complet avec ce qui se fait de mieux au sifflet sans évoquer les fondamentaux !
    Allez Chevreuse, fondamentalement parlant.

    RépondreSupprimer
  13. Non Georges. Si tu veux plaquer aux jambes tu plaques aux jambes. Déjà que les iliens plaquent haut et moins aux jambes. C'est pas ce qu'on apprend aujourd'hui. Il faut plaquer et récupérer le ballon ou le faire perdre. Même s'il se baisse un peu, si foncièrement il ne veut pas faire mal dans le mauvais sens du terme, il cherche à "désintégrer" dans le bons sens du terme (si ça existe ?) pour faire perdre le ballon. Si c'est au-dessus l'épaule c'est rouge. Point. Après, que le plaqué exprime son mécontentement sur la sanction, ça peut se comprendre. Par twitt, instagram, facebook, phénomène sociétal du progrès informatique... que je ne cautionne pas.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. j'ai surtout eu l'impression que la blessure au deltoïde vient du fait que Tekori lui retient le bras en le tirant vers l'arrière en fin de plaquage non ? donc ok pour le ko, ça arrive, pas ok pour cette vilaine clé de bras, aurait quand même mérité une sanction Jo ...
      Ben tiens en voilà une ; sur l'air de Joe le taxi ...
      Joe Tekori
      Y plaque toujours partout
      Y marche pas au soda
      Son pote en jaune
      Connaît toutes ses ruses par cœur
      Tous les coups bas
      Les attrape-gogo
      Et l'caramel
      Les arrêt-buffet qui blessent
      Avec sa caisse
      Sa musique à Joe
      C'est du hardcore
      Qui fait mal à ton corps ...

      Supprimer
    2. Pas si simple Sergio.
      Rappelle-toi la démonstration de Joël Jutge sur la ligne de placage.
      "Là, c'est illicite"
      puis descendant ses mains de 7 ou 8 cm,
      "Là c'est dans la règle"...

      Tu prends un joueur de 195 centimètres et un nabot de 180, tu mélanges bien tout ça en mouvement et à vitesse réelle, et là on te donne un sifflet: t'a pas le cul sorti des ronces...

      Pipiou, arbitre occasionnel et approximatif...

      (salut Pimprenelle !
      Alors, ce handicap ?)

      Supprimer
    3. Ou aussi, façon Jimmy...

      Hey Joë, que fais tu avec ton bras en avant
      Hey, je vais dézinguer le 2 devant
      Tu sais, je l'ai vu avec ce ballon
      Ca m'inspirait rien de bon
      Yeah, c'était pas cool pour de bon

      Oui, je l'ai fait, je l'ai dézingué
      Tu sais Joë, je l'ai vu en train de vouloir marquer,
      Marquer et porter son estampille
      Mais je l'ai black boulé comme une quille
      Hé Joë, une fois de plus je l'ai mis en vrille

      Hé Joë, que vas tu faire à la commission
      Bien sur, demander le saint pardon
      Lamentation pour qu'ils entendent raison
      Rédemption pour ma prochaine mission
      Et Joë, tu sais, il n'y aura pas de pendaison


      Supprimer
    4. https://www.youtube.com/watch?v=7zZzjVCGFo4 et même pas besoin de changer les paroles de Murray Head :

      Say it ain't so, Joe please, say it ain't so
      That's not what I wanna hear Joe
      Ain't I got a right to know
      Say it ain't so, Joe please, say it ain't so
      I'm sure they telling us lies Joe,
      Please tell us it ain't so.

      Supprimer
    5. On va simplifier : pour les toulousains, il y a la semaine dernière un attentat inqualifiable de Tuosova méritant le rouge, les oreilles et la queue voire un bannissement définitif à l’US Kerguelen tandis que dans le cas de Tekori, c’est cette andouille de Beregaray qui ne met pas la tête où il faut. Les méandres de la psychologie du supporter sont bien plus lisibles que ceux d’un arbitre sous pression. Je r’prendrai bien un sucre, tiens :-)

      Supprimer
    6. Tuisova et Beheregaray.
      J’ai dû subir un protocole commotion à Uzerche.

      Supprimer
    7. Tuisova, Tékori, même combat. Ça commence par la même lettre. Et pour le sucre, t'en as dans la betterave rouge !

      Supprimer
  14. Uzerche : Certains ne concevraient pas d’expliquer une règle de rugby sans se mettre en situation sur un terrain avec un ballon voire derrière un écran d’ordinateur. D’autres sont capables de faire la même chose avec une table basse de salon et un bol rempli de sucres en morceaux. Appelez ça comme vous voulez : de l’adaptation ou de l’intelligence situationnelle.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. ... bien vu Pimprenelle !... ahhh daptation et intelligence , crédo de Pierrot (des Quinconces maintenant), ..eh oui, une démo vaut mieux que toutes les explications verbales, quel que soit l'apprentissage !

      Supprimer
    2. J'ai la photo : je te l'envoie, Pimprenelle

      Supprimer
  15. Sinon pour les placages, si les joueurs faisaient tous les même taille, les choses seraient plus simple. Proposer une sélection selon mensurations comme pour les mannequins.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est bien la question ou le doigt pointé vers ce genre de réflexion par Olivier, l'autre Villepreux dans une de ces chroniques récentes dans "contre-pied". Tu l'as lu, non ?
      http://contre-pied.blog.lemonde.fr/2019/03/21/il-faut-degonfler-le-rugby/

      Supprimer
  16. Et là, c'est quoi la règle ?...
    https://surlatouche.fr/wp-content/uploads/2019/04/Ste-Germaine-1907.jpg

    RépondreSupprimer
  17. @ pipiou : J’ai joué .....hors compétition. Voilà. Ce sera donc pour une autre fois ...
    @ sergio : Non, je n’ai pas lu mais je vais le faire grâce à ton lien. En fait nous regardions en direct le sacre de Wood lorsque une question fondamentale a jailli : est ce que le fait d’avoir de longs bras favorise le jeu au golf ? Le débat amena une comparaison sur le problème survenu quelques minutes plus tôt au rugby : le placage haut entre je site : un géant vert et un Hobbit

    RépondreSupprimer
  18. Çà me rappelle Intervilles et Léon Zitrone...

    RépondreSupprimer
  19. Le bras long, ça c'est utile
    Le long bras, pour notre cher Abdel en 1995 du côté de Durban, ça nous aurait pas fait de mal.
    Au golf c'est plutôt la longue patience, non ?
    Allez Chevreuse

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et aussi long côté de l'arbitrage même année, et en 2011, bien qu'on revenait de loin...

      Supprimer
  20. Un moment hilarant entre Zitrone et Guy Lux. Zitrone ne pouvant pas régler un bras de fer entre deux costaud de Dax et Saint-Amand. La différence de longueur des bras étant trop grande. A retrouver dans les archives de l'I.N.A.

    RépondreSupprimer
  21. André
    Le bras long de Zitrone écoute 😉
    https://youtu.be/X8J0XvdnMHQ

    RépondreSupprimer
  22. C'est précisément l'archive de l'I.N.A. dont je parlais.

    RépondreSupprimer
  23. Sergio , ne fais tu pas une fixation sur Tekori, ? Vu sa position il n'avait que cette possibilité, et juste l'autre se baisse.... en fait c'est du rugby naturel un peu maitrisé , de plus en plus , par les iliens

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pas de fixation sur Tekori, mais la sienne sur beheregaray ( commotion+desintertion musclé deltoidale), si t'appelle ça du rugby naturel maîtrisé... Alors on a pas les mêmes valeurs. Au même titre que l'attentat de Tuisova.

      Supprimer
    2. à lire : http://nicerugby.blog.lemonde.fr/2019/04/16/toulouse-clermont-47-44-le-vent-mauvais-du-plaquage-toxique/#xtor=RSS-32280322 ... et dans les commentaires, cette réponse de l'auteur "Beheregaray a été cueilli par Tekori au mauvais moment pour lui. Il n’était pas du tout en position pour encaisser la collision sans dommages ou avec le minimum de dégâts.Tekori, ramassé sur ses appuis va pouvoir utiliser toute sa force musculaire et toute son énergie cinétique. N’est-ce pas le moment pour le joueur agresseur d’adapter son action finale ? Il me semble qu’un minimum de prise de conscience des dégâts possibles devrait s’imposer ou être imposé par les lois du jeu. Michel Desfontaines "

      Supprimer
    3. Sergio,
      Un joueur toulousain ne le fait que pour le bien de son adversaire il ne fallait pas que le numéro deux baisse la tête mais la lève comme un grand joueur cette leçon vaut bien une commotion 😊
      Tekori a fait de l’intelligence situationelle comme un grand joueur toulousain action réaction commotion
      D’autre
      Action réaction. Interception 😊

      Supprimer
    4. "Science sans conscience n'est que ruine de l'âme "( Rabelais), grand joueur certes Tekori, mais qu'en est-il de l'homme ? Mon frangin a retrouvé avec émotion le visage de JL Martin ( pas certaine du prénom) en couverture du dernier opus de "So tampon", il m'a raconté que ce gars là l'avait littéralement tenu pendant tout un match lors d'un match Béziers/Grenoble ; c'était son adversaire en mêlée et mon frangin débutait .. . Il ne cherchait nullement à le déstabiliser mais à le rassurer, il se souvient encore des encouragements prodigués pendant la rencontre ! Voilà ça pour moi c'est rugby, pas les attentats sur des talonneurs qui plus est ( voir post de Janlou plus haut ) Sinon j'ai bien aimé cette réponse de Desfontaines sur la prise de conscience ; je me demande si gagner à tout prix en vaut la peine ...

      Supprimer
    5. Plus haut Jan Lou, plus haut Jan Lou, plus haut 🎵🎵🎵🎷
      Dans notre Rugby ,modeste mais appliqué, nous avons tous participé au traditionnel quart d'heure de bienvenue, histoire de voir à qui qu'on cause.
      Mais même si personne ne l'aurait avoué sous la torture,au fil du match les "gentlemen agreements "fleurissaient, le respect tempérait la virilité .
      Pas toujours, et conserver la garde haute quand même, mais la troisième mi temps venait à point nommé dissiper les contentieux.
      Voilà ce qu'était le Rugby pour moi, et pour ce que j'en vois deux-trois fois l'an le long de nos modestes talenqueres ça n'a pas trop vieilli .
      Jean Louis Martin, oui, un mec bien..
      Allez Chevreuse

      Supprimer
  24. Bon, grosse journée ovale ce samedi... Non-stop me concernant...

    RépondreSupprimer
  25. Bonjour
    Puisque l'arbitrage est sur le devant de la scène, sur ce blog, et le WE dernier par différentes décisions (ou non décisions) j'en profite pour en rajouter une couche puisque j'ai plaisir à me faire l'avocat de l'arbitre compte tenu de ses conditions de travail et du contexte parfois difficile dans lequel il doit exercer.
    J'ai donc choisi un "angle" à partir d'une personne que je ne connais pas du tout à titre personnel, mais que des décisions au fil de sa carrière l'ont mis sur le devant de la scène médiatique: http://vrac.2cbl.fr/arbitre/
    Il y est aussi question de Tekori, qui semble avoir déjà par le passé échappé aux foudres d'une commission de discipline à la veille d'un grand match...contre le Stade Toulousain.
    En tous cas, je ne suis pas mécontent qu'on rende la pareille aux irlandais, question clémence (coupable?) d'une commission de discipline à la veille d'un match important.

    RépondreSupprimer
  26. "Edmond Novès ruminait sur son sort enchaîné dans les geôles de Marcoussis . Aujourd'hui cependant il entendit rouler et grincer du fond de son cachot certains préparatifs, qui faisaient en haut beaucoup de fracas, mais qui, en bas, eussent été des bruits inappréciables pour toute autre oreille que pour celle d’un prisonnier accoutumé à écouter, dans le silence de la nuit, l’araignée qui tisse sa toile, et la chute périodique de la goutte d’eau qui met une heure à se former au plafond de son cachot.
    Il devina qu’il se passait chez les vivants quelque chose d’inaccoutumé : il habitait depuis si longtemps une tombe qu’il pouvait bien se regarder comme mort...."
    Ouais ben en fait le comte de Monte Christo va bientôt passer à l'attaque : ça va chauffer ! Et pourquoi je vous le dis ? Parce que ceci :
    http://sport24.lefigaro.fr/rugby/xv-de-france/fil-info/guy-noves-allume-laporte-et-annonce-vouloir-soutenir-la-liste-d-opposition-954277

    RépondreSupprimer
  27. Un bien joli article qui parle de ce blog, et du WE à Uzerche
    https://jeanyvesviollier.com/2019/04/20/le-cote-ouvert-de-richard-coeur-dovalion/

    RépondreSupprimer
  28. Mola, molasson, et surement l'ensemble du staf toulousain....la composition de l'équipe, avec en premier lieu un 10 qui ne l'est pas, conduit dans ce cas à un reniement de ce qui fait actuellement le jeu toulousain. Holmes indisponible, restait Ntamack. Je me demande de temps en temps si Ramos est suffisant dans ce jeu.
    Merci à Letiophe pour ta signalisation

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tekori 3e ligne, Dupont 10 erreur de casting, pas de ballon pour Kolbe encore une erreur, et quand tu es bouffé devant tu joues au pied pour les ailiers et infléchir le schéma de jeu adverse

      Supprimer
  29. Collectif, cohésion et organisation
    Une trilogie que le ST n'a pas su mettre en pratique devant des Irlandais point lunaires mais méthodiques à souhait. La messe, ils la connaissent par cœur et comme c'était Pâques nous avons eu droit à un supplément d'ame dans la récitation du jeu à XV. Et ceci n'est pas propre au Stade Toulousain mais à l'ensemble du rugby français incapable de s'acaparer sa propre identité. A croire que nous n'avons pas les bases fondamentales du rugby moderne actuel. Alors, oui les joueurs sont les premiers concernés mais les coupables qui sont ils ? Les managers, engoncés dans du copier coller de ce qui se fait dans l'hémisphère sud, veulant donner une signature personnelle à l'équipe et au club sans en avoir la culture. Prenons les AB, la référence tout de même, des petits à l'équipe nationale, les schémas de jeu et les gammes sont récités pendant des années à tel point qu'ils peuvent quasiment jouer les yeux fermés. En France, la cohésion rugbystique de nos managers est inexistante. Bien souvent, le jeu proposé reflète l'image des joueurs qu'ils furent. D'ailleurs, depuis la nuit des temps, on parle de l'école montoise, lourdaise, toulousaine, bittéroise mais jamais de l'école française. Et pourquoi ? Parce que nous sommes des latins crétins ou tout le monde a raison. Le dernier en date Galthié qui n'entraîne que par intérim avec un rendement financier probant. La FFR et la LNR cultivent cyniquement ce paradoxe afin de pouvoir garder leurs prérogatives et l'argenterie qui les fait vivre. La cohésion et l'organisation ne sont pas les points forts et prioritaires de nos institutions tels des poissons rouge dans un bocal. Le collectif doit passer par une méthodologie propre à notre identité nationale sans besoin de s'avilir aux autres systèmes de jeux proposés. Être anglo-saxon n'est pas être latin. Avons nous des penseurs, des visionnaires du rugby de demain sortis des chapelles existantes? A ma connaissance, aucun. Trop de partisans à ce jour, les mains dans les poches, préférant sentir la douceur de billets qui crissent que de relever la tete et sortir du bocal."Un sot est un imbécile dont on voit l'orgueil à travers les trous de son intelligence". Victor Hugo

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mon Tautor je te cite : "on parle de l'école montoise, lourdaise, toulousaine, bittéroise " nous ici on parle volontiers d'école berjallienne, romanaise, valentinoise, grenobloise, lyonnaise, toulonnaise et je suppose qu'à Paris aussi ils ont une façon particulière d'envisager le rugby ... on me dit même qu'à Vannes ... Comment bâtir une "école française" sans tenir compte de toute la France ? Ce qui est possible au niveau d'un blog avec la réunion annuelle localisée dans le sud-ouest - du calme je ne relance pas la polémique 😉c'est juste un exemple - ce système ne peut fonctionner pour le pays entier, sinon ça va gueuler à tous étages . Tu sais bien ... "Comment voulez-vous gouverner un pays où il existe 258 variétés de fromage ?" 😉😉
      Sinon, je ne suis pas certaine que les anglo-saxons aient davantage de visionnaires que nous, plutôt des équipes cohérentes de techniciens pragmatiques ( considère l'apport de Lancaster au Leinster ...), des choix "politiques" forts - comme par exemple limiter le nombre de joueurs "étrangers", nous ça nous choque, pas eux ! - On pourrait aussi parler de la formation anglo-saxonne ( là encore Lancaster a mis 10 ans à recréer un fonds de roulement pour les Rosbeefs ; bien mal récompensé d'ailleurs mais c'est un autre débat ! ) Bref, une gouvernance plutôt que des idées, ils savent où ils vont et nous, le savons-nous ?

      Supprimer
  30. Il est vrai que Schmitt n'avait pas tant à faire que ça avec des irlandais un coin britannique quand méme rapport à la discipline, en gardant la grosse pincée de fighting spirit, tu rajoutes le travail des gammes, avancée en percussions, off loads,temps de jeu infini sans perdre ou tomber le ballon, soutien déblayages,une petite (...) pincée de trichage. Ils ont les gabarits pour au Leinster, Munster où Connacht. Partant de là, championnat ou équipe nationale même combat. Les gars ne sont pas surpris ni paumés. Ils ont la chance d'avoir un Sexton à l'ouverture élu 4 fois meilleur joueur international (et un des meilleurs ouvreur et jeu au pied) qui a fait la jointure avant/Après Schmitt. Un truc bien pragmatique, sécuritaire tant que tu as la main pour le faire. Et comme ils ont les mains bien balladeuses...
    Si tu disputes le gain du ballon au moins à égalité tu peux faire quelque chose en dérogeant pas au C.C.O. de Tautor. Sinon t'es mort. Et avec le choix de Dupont à l'ouverture (Holmes blessé), c'était mal embarqué. Comme celui de Téquori en 3e l. De plus, ce groupe de rouquins à l'expérience d'évoluer à ce niveau depuis quelques temps.
    Donc, on attend un vrai systéme de jeu collectif. Toulouse à commencé à en mettre un en pratique. Mais la maîtrise, la régularité au plus haut niveau n'est pas encore là. Encore du travail sur la planche dont on voudrait bien qu'elle disparaisse après du pain blanc bien prétranché.

    RépondreSupprimer
  31. Mon ami Tautor,
    Voilà ce que nous appelons le verrou mortel,
    La même chose pour tous et une seule voie ou voix comme les blacks ou bien ce rugby de village où chacun ramène son expérience et sa vue du rugby.
    Centralisation Kommiterm plan à 5 ans ou 20 ans ou décentralisation avec plein de pousses de bambou partout le French flair sans plan pour laisser la liberté au joueur.
    Villepreux que j’admire versus Irlande ST versus Leinster
    Moi je suis pour ST, le jeu appartient aux joueurs et à leur intelligence pas à des ordinateurs ou des plans machiavéliques
    L’intelligence et l’adaptation de chacun vaut mieux qu’un plan à 10 ou 20 ans qui laisse les joueurs dans un carcan.
    Bien sûr cette intelligence ne doit en rien négliger la préparation physique de haut niveau l’un n’est pas incompatible avec l’autre
    Ce n’est que mon avis de Béotien
    Le Gé

    RépondreSupprimer
  32. CCO, Tautor, ok mais il manque une lettre, essentielle, le V de rapidité.
    C'est pour ça qu'ils n'ont pas pu mettre en place leur trilogie.
    Tricheurs, p'têt, mains partout oui, mais surtout en avance.
    Allez Chevreuse

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Une élitelligentsia du jeu en somme

      Supprimer
    2. "Je propose beaucoup de sessions les plus déstructurées possible,
      avec un très haut tempo. L’idée, c’est d’arriver à des zones de fatigue
      très proches de celles d’un match. Plus tu travailles en “simulation”,
      mieux tu pourras prendre les bonnes décisions le jour J. À
      l’entraînement, je mets en place des scénarios pour soudainement
      mettre l’équipe sous pression." déclaration de Lancaster hier, donc oui la vitesse d'abord.. Ca me rappelle les 3F des All Blacks : "faster, faster, faster !"
      j'aime bien aussi l'idée de déstructuration, plutôt inattendue de la part d'un adepte des systèmes .

      Supprimer
  33. Le Gé
    point de béotien ici, de la Poésie oui voir de la Béotie ! Le French Flair" des essais de 100m d'anthologie tous les 10 ou 15 ans avec une victoire probante .... des miettes, des scories d'un rugby décadent depuis bien trop longtemps qui nous laissent sur le cul ! Quand Pierrot nous disait, il y a une semaine, qu'il ne donnait aucune consigne aux joueurs laissant libre à l'intelligence situationnelle c'est toujours vrai mais pas que. Quand on change un joueur de poste en EDF alors qu'en club il joue dans un autre registre n'est ce pas un verrou mortel au jeu ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui pour le coup je suis d’accord on ne change pas un joueur de poste sur ce genre de match

      Supprimer
  34. Ce commentaire a été supprimé par son auteur.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Intelligence de jeu bien sûr, mais en ayant aussi la maîtrise sur le collectif, la cohésion, la technique et l'organisation de jeu, pour faire basculer les défenses revêches, chacun à son poste of course.

      Supprimer
  35. Pour l'instant qu un style de jeu de poisson rouge bocalisé, les branchies en souffrance en attendant un plus alligaîtor.

    RépondreSupprimer
  36. ... d'accord avec Georges et Tautor !
    Mola, plus que molasson !... son passage à Brive a déjà montré ses limites, notamment dans les compos d'équipes, .. mais pas que ... pourquoi Dupont en 10 ? (9 en EDF), pourquoi Ntamack sur le banc ? (10 en EDF), pourquoi Tekori en 3°ligne aile ? (plus souvent 2°ligne)... des choix pour perturber et déstabiliser même les meilleurs !!! J'ai trouvé aussi Kaino transparent (méforme? âge?capitanat?)
    ...des limites également (à ce niveau) de Ramos, voir Guitoune, Bezy, sur le plan "athlétique", pour rivaliser dans ces matches au niveau vitesse et affrontement (dans les duels)
    ... des limites aussi dans les lancements de jeu, peu efficaces pour déstabiliser, parce que le jeu de passes ne suffit pas sans l'application des principes d'efficacité, invariables et indispensables pour espérer réussir !
    .... alors intelligence : oui , adaptation : oui , liberté d'action : oui , .... mais PÂ...QUES !!!
    Malgré cela , cette équipe possède des jeunes joueurs de talent, certains sur le banc, avec un bel avenir en Top 14 tout d'abord, avant d'espérer rejoindre leurs glorieux ainés en H'cup.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je suis déçu que tu ne sois pas d’accord avce moi Christian 😭😭 😊
      Moi je le suis et je pense comme toi et Tautor qu’il fallait les joueurs à leur poste de prédilection pour un match aussi important
      Merci de vos éclaircissements
      le Gé

      Supprimer
  37. Bonjour Tautor
    Tout ce que tu écris est vrai. Mais dans le même temps je me surprends ce matin à me sentir plus à l’aise avec le marasme (diversité?) du rugby français me demandant même si j’étais en Irlande si je ne m’ennuierai pas ferme .
    En Irlande on doit s’ennuyer ferme. Pas de blogs ou de réseaux sociaux où chacun apporte sa réflexion pour améliorer ce qui peut l’être. La presse n’en parlons pas. Est-ce qu’il en miroir ils écrivent des articles à faire peur du type « comment le stade Toulousain sera différent de celui que le Leinster a plumé en son antre et failli battre à l’extérieur ? »
    Nous au moins entre les blogs et la presse spécialisée on ne risque pas de s’ennuyer avec un effet yoyo que j’adore. Une cathédrale qui risque de s’écrouler qui devient en quelques jours source de résurrection et de projets enthousiasmants qui rassemble le peuple hormis quelques connards qui finissent par dénaturer complètement le mouvement hétéroclite des gilets jaunes. Ça ressemblerait pas au rugby français ça ? Ou à l’esprit français où l’on passe allègrement du « on est foutus » à « on est les meilleurs » avec sa version récente « Et si Mola devenait entraîneur de l’EDF? » à « Finalement en creusant un peu on découvre ses faiblesses ». J’attends avec impatience le moment où non seulement on nous dit déjà que l’objectif est d’être champions du monde en 2023 (c’est certain on va tout faire pour et les autres à l’inverse vont tout faire pour arrêter de progresser) mais on va nous dire que l’EDF peut sortir de sa poule. Ce qui n’est pas faux en soi.
    Tout comme je peux écrire que si l’UBB gagne à Toulon dimanche, une spirale positive va s’enclencher qui va l’emmener à aller battre Lyon et La Rochelle chez eux, balayer à la maison un Toulouse redevenu ordinaire après sa défaite contre sa bête noire (Castres), jouer un barrage à Chaban avant de battre à nouveau Toulouse au Matmut et battre Clermont qui n’en finit pas de perdre des finales.
    Des doux rêveurs comme moi, j’ai peur qu’il y en ait aussi chez des gens soi disant « sachants » et compétents.
    Je ne vais pas concurrencer les penseurs poètes et philosophes de ce blog, mais je me dis que peut être l’equipe de France et ses résultats toujours fluctuants jamais constants sur un long terme comme peuvent l’être ceux des blacks, des irlandais et des gallois sont à l’image d’une vie ordinaire. Où tout semble enfin tourner du bon côté (première mi temps contre Galles) avant d’être « balayés » par un événement fâcheux (deuxième mi temps).
    Et si bien entendu comme tout le monde j’ai besoin de vivre des moments de réconfort (France Ecosse, regarder Toulouse Clermont Racing jouer, comprendre comment Castres maîtrise « son rugby »), pour ma part une domination outrancière de tel club sur le rugby domestique ou de l’EDF sur le rugby mondial m’emmerderait au plus haut point. Je suis tellement bizarre qu’il me plairait assez qu’une équipe ne puisse pas remporter une compétition plus de deux fois de suite.

    RépondreSupprimer
  38. J’ai supporté Agen mais je suis certain que par un trait de caractère qui m’échappe encore je me serai emmerdé à supporter l’équipe de Béziers.
    C’est pour cela que j’aime tellement cette équipe de Toulouse actuellement, pas invincible, pas indestructible, perfectible, avec des erreurs de staff, des coups de moins bien pour certains joueurs, des joueurs qui sortent du lot alors qu’ils étaient numéros 4 ou 5 en début de saison.
    Les équipes d’Irlande et leurs clubs m’emmerdent. Étonnamment quand je vois les Blacks ou le Pays de Galles jouer je ne ressens pas cela. Peut-être que des spécialistes pourront m’expliquer ce sentiment.
    En tout cas imaginer que Galthié puisse imposer au club de Toulouse de faire jouer Dupont en 9 et Ntamack en 10, de faire muter tel ou tel joueur pour qu’il ait plus de temps de jeu, c’est vraiment pas mon souhait.
    Pas plus que de voir chaque club adopter les mêmes schémas de jeu... Beurk!
    Et pour finir je vous encourage tous à regarder le Late rugby club avec Urios comme invité.
    J’ai hâte de savoir comment ce mec va adapter son management à l’environnement de l’UBB comme il semble le promettre.
    Ce mec a l’air d’incarner à lui tout seul toute l’histoire du rugby des dernières années : la rugosité à l’ancienne dans le jeu (qui revient avec la claque à Galthié), le retour au bureau le lendemain d’une finale gagnée jusqu’à la grande professionnalisation des staffs avec un « supplément d’âme et d’intelligence relationnelle » qui optimise les joueurs au service d’une équipe et/ou d’un plan particulier de jeu.
    http://vrac.2cbl.fr/files/2019/04/urios_13_04_19-equipe.pdf

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Si j'ai bien compris Tautor, il ne s'agirait pas d'imposer les mêmes schémas de jeu plutôt avoir un fond commun, une culture rugbystique française identique ; il écrit "Le collectif doit passer par une méthodologie propre à notre identité nationale " reste à définir "identité nationale" et là on n'est pas rendu !!
      Et si tout simplement nos Toulousains étaient un rien trop minots encore ?

      Supprimer
    2. Oui, entre autre. Mais les Kaino,Tekori, Huget... trop neutres pour les encadrer. Dommage.

      Supprimer
    3. Kaino et Tekori ont été sortis assez tôt du match je trouve, pas bien compris pourquoi ... Kaino a très peu plaqué, peut être blessé ?

      Supprimer
    4. @Letiophe, peut-être parce qu’ils sont méthodiques et que tu sais que s’ils ont besoin de 14 temps de jeu pour parvenir à leurs fin, ils les feront, sans s’éparpiller, sans un en-avant, inéluctablement. Usants, les gens sans défauts :-)

      Supprimer
  39. De Paco Barbier qui n'arrive pas à publier:
    👍👍 Les Anglais et les Gallois ont su faire tomber l’Irlande qui joue comme le Leinster et inversement , peut être une source d’inspiration ?
    Ensuite le match retour de poule nous avait fourni des indications et nous ( ST ) sommes arrivés comme si tout cela n’existait pas ...
    Le jeu du Leinster est méthodique, précis , il est très rapide , vitesse de libération , vague après vague d’assaut multipliant les temps de jeu sans faire tomber le ballon ... Quand nous avons eu le ballon nous étions lents et prévisibles.... Nous avions fait avec l’ASM un match de gala où ça courrait partout pendant ce temps le Leinster était au repos en tout cas la plupart des cadres ....
    C’était le niveau international, on a pas rivaliser point barre , Mola peut être mais Sonnes et Servat et les autres aussi n’ont pas su préparer cette rencontre , ils le savent et les joueurs aussi , la marche est encore haute

    Allez place au Top 14 ... va falloir se remettre la tête à l’endroit pour que cette saison soit sanctionner par un titre
    Commençons par battre le CO j’y tiens pour avoir la preuve que l’on retient les leçons

    RépondreSupprimer
  40. Ceci est un test de publication avec un compte google

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Letiophe version démoniaque ? et en version ange ça fait comment ? 😇😈😉

      Supprimer
  41. Me revoilà...avec mon compte habituel. Ceci est une démo pour changer de compte ou se connecter avec un identifiant blogger lié à un compte Google.

    RépondreSupprimer
  42. Mais oui,trois fois mam' zelle!
    Ces toulousains sont sur la bonne voie pour recoller au peloton de l'élite européenne et ils partaient de loin, laissons leurs un peu de temps.
    Cette campagne est un succès et le mérite en revient pour beaucoup à son staff.
    D'autre part, chers blogueurs, nous pronons ici sans réserve l'intelligence situationelle, l'adaptation, l'initiative. ....
    Si on considère aussi que dans le jeu courrant il n'y à plus vraiment de poste, devons nous condamner quelques évolutions de ceux-ci?
    Allez, une petite contradiction, non ?

    RépondreSupprimer
  43. Des renforts pour Galthié : Labit, Servat et Shaun Edwards et Ibanez manager. Mignoni disant non(vaut mieux être premier de son village que second à Rome). Autant dire que plus hétéroclite que ça tu ne fais pas mieux. "On ne devrait pas quitter Montauban" Mr Labit car depuis je ne vous ai vu point progresser sur le CCO. Toujours la même chose, toujours les mêmes outils avec son compère Lolo Travers pour quels résultats en 13 ans (2 Brennus) ? Bien trop peu avec l'armada dont ils disposent depuis 2006. Quant à William Servat, élève et clone de Novès, il éclot peu à peu au contact de Sonnès et de Bouilhou. De là à dire que la mayonnaise va prendre, lui l'homme du "Salat", loin de ses bases c'est osé mais qui sait ? Les meilleurs crus restent exceptionnels malgré le cépage, l’œnologue et le soleil !!! Edwards le maître à penser de la défense galloise qui connait Ibanez pour avoir jouer aux Wasps ensemble. Va t-il tenir jusqu'en 2023 quand on vient de passer plus de 10 ans à côtoyer excellence avec Gatland surtout s'il est champion du Monde !! Bref, la FFR se dote de compétences complémentaires ou pas, le temps le dira, pire les résultats. Pour répondre au sens commun d'un fond de jeu national alors que nous avons 236 sortes de fromages, rares sont ceux qui s'exportent car ils ont les critères attendus comme le Roquefort c'est à dire qu'ils répondent à des normes non contestables internationales. Reste de trouver le bon fromage ! Il y en a qui ont flairé le bon coup sans le rosé perlé !!! Pauvre Lartot son staff est décapité à moins qu'il ait touché des pots de vin pour solder. Qui vont être les nouveaux faillots d'A2 ? Quant aux toulousains, ils sont sur les rails SNCF mais pas encore sur les railways ! Changer de poste comme de chemise ? Pour faire le playboy ! Ca va bien au Bambou Bar pas contradictoire du tout non ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. N'exagerons rien, mon cher Robespierre, et ne confondons pas désordre et bordel !
      La polyvalence est un attout et, sans en abuser,reste confortable pour un entraîneur.
      Comme pour les TGV on se souvient que de ce qui n'a pas marché, mais sur ce coup les causes de la défaite sont ailleurs.
      Sinon au Bambou Bar, tout bien, aucune contradiction entre nos verres et le climat 🌞🍺
      Allez Chevreuse

      Supprimer
    2. Sinon, pour le confort du propriétaire, de la polyvalence au Bambou Bar ?

      Supprimer
    3. Ooooh, ce qui se passe au Bambou Bar reste au Bambou Bar
      Pas comme à Uzerche ou si j'en crois quelque photo indiscrète autant qu'implacable, y en a deux que M. Judje a fait sombrer dans un sommeil profond 😆😆
      Allez Chevreuse

      Supprimer
  44. Les bookmakers expliquent :
    Les gains des équipes du top 14 sont repartis selon plusieurs critères :
    – Le classement à la fin de la saison.
    – La participation et le parcours en Coupe d’Europe
    – Les indemnités liés aux joueurs qui jouent pour le XV de France ( - de 20 ans compris )
    De la peuvent naître des objectifs pour chacun des participants.
    Faites vos jeux ....

    RépondreSupprimer
  45. https://www.radio.cz/fr/rubrique/sport/hockey-jagr-le-seigneur-de-kladno
    Allez, pour me faire plaisir, une évocation d'un des plus grand sportif de l'histoire du sport, tout domaine et vu son âge...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. de l'histoire du sport... tchèque ? Allez, boutade. Un exemple à l'international. En France, on a eu Longo jusqu'à 60 ans...

      Supprimer
  46. Pour rebondir sur ce match pascal, qui a sérieusement pu croire que Toulouse pouvait battre le Leinster ?
    on parle quand même de la moitié du XV du Trèfle (GC2018 et 3 HCup ces dernières années) chez elle, et qui depuis des années ne fait qu'un seule chose et le maitrise à la perfection ( cacher le ballon, empiler les temps de jeu en attendant que l'adversaire 1/s'emmerde 2/ fasse une connerie).
    en face on avait une équipe que se débattait en challenge l'an dernier, se faisait lourder par le CO en barrage, fêtait l'an 2 de son manager et les 20 ans de la moitié de sa ligne de 3/4 et venait de se faire 80 minutes de hourra rugby le week end d'avant.
    ils avaient autant de chance de réussir que de battre des mormons à "je te tiens par la barbichette" un jour de pluie.
    s'il y avait une leçon à en tirer ce serait juste qu'il faut du temps. du temps pour accoucher d'un projet de jeu, du temps pour bâtir l'équipe pour le pratiquer et du temps pour le rôder. ensuite, seulement, on peut espérer en tirer les bénéfice.

    Mais les rugbys celtes et français sont tellement différents qu'aucune comparaison ne peut être valablement tirée de ce genre d'opposition (en dehors bien sur du résultat comptable du match) ni rien à rechercher comme source d'inspiration technico-concrète chez eux.

    ce qui m'amène à la nomination du futur staff de l'EDF. la question n'est pas de savoir qui mais de savoir pour quoi faire ?
    il n'y a aucune identité de jeu "à la française" : qu'y a-t-il de commun entre, par exemple, nos grosses écuries passées et présentes ? à part le nombre de joueur sur le terrain et la forme du ballon, rien.
    Comme dit plus haut, on a autant d'école que de clubs.
    Et si on devait prendre comme référence celui qui gagne, pourquoi pas, mais je rappellerai que la dernière finale du TOP14 c'était quand même CO/MHR... on est assez loin du Pays de Galles ou des Sarries. et je ne parle des sudistes...
    Je ne vais pas (re)tomber dans les y faut qu'on et y'a qu'à mais le problème du manque de victoire du XV de France, c'est pas son staff. on peut faire des rayures sur un chat, ça n'en fait pas un tigre.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pour rebondir sur Lulurre..., et oui, tout le monde s'est em presse é de les mettre sur 1 piedestal. Mais à la sortie, gros incendie comme Notre-Dame, et le ST tombe en flèche. Bon, la structure a tenu mais les toulousains se sont fait décoiffés comme Notre-Dame. Et dire que Fardy a remplacé Ruddock l'australien malade au dernier moment. Bien lui en a pris, puisque l'irlandais plante 2 essais. C'est ton destin...
      Restent les travaux de consolidation. Faudra mettre un peu plus de laque au jeuveu. Pour l'instant, pas de bienfaiteur(s) du CAC 40 en vue. Faut dire qu'il y a pas d'exonération fiscale proposée par Macron...
      Comme je disais plus haut, Leinster (avec super tonsexe) et Munster, où on retrouve tous les internationaux irlandais pratiquent le même jeu que le XV national, identitaire je sais pas mais convenu depuis un certain temps, pour moi convenable mais super efficace à leur niveau. La routine quoi. Et Toulouse avec 1 français dans le pack de départ. Elle est où l'identité française ?? et Dupont balancé en 10. Ils ne pouvaient pas accoucher d'une victoire. Juste d'un match mort né.
      Toulouse est en phase de reconstruction avec un projet de jeu. Mais reste effectivement le temps pour fignoler ce qui pourrait éventuellement succéder au Leinster ou Sarracens dans l'avenir.
      Allez, clin d'oeil pour toi : https://www.lesgrappes.com/domaine-salel-renaud-le-temps-qui-reste-rouge-2015

      Supprimer
    2. Tu sais à quoi me fait penser cet "identité" irlandaise ? aux tennismen des années 80 (Lendl, wilander, Muster, Vilas, Courrier,... où tu voyais des 30/40/50 échanges liftés pour faire un point à te faire chier. Et là aussi des oppositions de style avec des serveurs volleyeurs pas toujours à leur avantage avec la prise de risque comme Lendl/Mc Enroe, Wilander/Edberg, ou aujourd'hui Nadal/Federer.

      Supprimer
    3. Lulure de Paname,

      Bien sûr que la victoire du ST était improbable puisque déjà, en poule, il avait ramassé 40 pions en Irlande et gagner à domicile sur un coup de dé. Et les changements de joueurs à leurs postes prédictifs ne pouvaient qu'annoncer une désorganisation soutenue. Tout le monde pointe du doigt la défaillance de Ramos instigateur de la défaite (mauvais renvoi au centre du terrain, essai derrière, dégagement des 22 approximatif et tentative de drop de Sexton ratée ouf, et un renvoi au 22 contré) et Kolbe raffûté par Lowe comme à l'école, un huit de devant loin des standards irlandais avec pourtant Kaino, Elstadt, Faumuina, Gray ... une charnière de deux demi de mêlée avec Sexton en face ... une hérésie dont Jonhatan a su jouer à merveille. Bref, des contrepèteries tout le long du match dont la plus évidente Kolbe qui a touché 3 ballons, absurde à ce niveau là.

      Comme souligné fort justement de ta plume, on est loin du Pays de Galles ou des anglais. Cela dénote bien que les carences sont là à tous les étages de la fusée et que le patchwork Galthié pour 2023 n'est pas au bout de ses peines. Un qui doit se réjouir de sa venue doit être Mohed Altrad, sponsor de l'EDF, sorti par la petite porte le voilà qui revient par la grande porte !! Le rugby est facétieux par certains côtés. Reste à connaître la compo du ST contre le CO et on connaîtra ainsi les intentions du Mollah de lâcher ou pas le match ....

      A propos du Tigre il disait ceci "Donnez-moi quarante trous du cul et je vous fais une Académie française" ! Nous sommes loin du compte.
      Et il ajoutait "La guerre ! C’est une chose trop grave pour la confier à des militaires". Il en va de même pour le rugby "c'est trop grave pour le confier à des rugbymans" !

      Supprimer
    4. Je garde de vos interventions l'idée du temps, du temps qu'il faudra pour reconstruire, oui bien sûr la cathédrale mais aussi le rugby, l'EDF . Vous voulez un scoop ? Ca va durer 107 ans ...

      Supprimer
    5. A la limite, je me fais moins de souci pour le ST où les carences à tous les niveaux semblent maintenant moins criardes que pour l'EDF. De sérieux réglages au ST, alors qu'on est tjrs dans le replatrage qui se désagrège aux premières pluies, en EDF.
      "Il faut d'abord savoir ce qu'on veut faire, il faut ensuite avoir le courage de le dire, puis il faut l'énergie de le faire" : une autre du tigre pour Bernie.

      Supprimer
    6. pour Tautor :la meilleure du Tigre pour moi:a la mort de Felix Faure dans les circonstances que l on connait il s’écria "Il se voulait César,il ne fut que Pompée"...
      Bernard

      Supprimer
    7. Bernard oui sublime je ne m'en souvenais plus ...
      celle que je préfère de lui, en carabin qu'il fût "Le meilleur moment de l'amour, c'est quand on monte l'escalier". C'est toujours vrai !!!

      Supprimer
    8. il y a aussi celle sur Lyautey qui ferait scandale aujourd'hui, mais sinon celle ci n'est pas mal : La plus petite unité de mesure de poids, c’est le milligramme, la plus petite unité de mesure de volume, c’est le millilitre, la plus petite unité de mesure de l’intelligence, c’est… le militaire !

      Supprimer
    9. pour plagié le plagiaire je dirais juste que "Lulurre c'est l'autre". moi c'est juste Lulu.

      Supprimer
  47. Ah ben si, pour le coup il y a bien une identité forte du jeu à la française, et on a gagné le gros lot!
    Depuis bientôt deux décennie notre wagon de tête à entraîné les suivants vers un jeu musculeux, lent et peu inspiré, voilà l'identité française, ça ne vous aura pas échappé?

    Retrouvons le minimum syndical requis par le niveau international, deux ou trois clubs s' y emploient , avant de reparler d'identité française "positive"
    Allez Chevreuse

    RépondreSupprimer
  48. Ce commentaire a été supprimé par son auteur.

    RépondreSupprimer
  49. mmmh... de nombreuses métaphores ferroviaires, depuis le joueur SNCF de Tautor ( Matabiau sans doute ) jusqu'au TGV et le wagon de tête de Janlou . Faut-il en déduire que le bout du tunnel est proche ? Que Galthié en chef de gare ne nous laissera pas à quai ? Que le passage à niveau supérieur de nos jeunes cheminots s'annonce ? ( notez le "minots" dans cheminots ... un signe ? ) A moins que TGV ne signifie "très grosses valises" ... celles que nous allons prendre en CDM ... Mais non je déraille !
    Allez tiens Glenn Miller https://www.youtube.com/watch?v=QgVpHYZKCTk ...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Les minots attraperont-ils le bon wagon, celui du chemin vers les A ?
      https://youtu.be/cb2w2m1JmCY

      Supprimer
    2. itinéraire bis ou plan B, Pom, nul doute qu'ils y parviendraient avec le Duke !

      Supprimer
  50. Pierrot lucide comme d'habitude
    https://www.rugby-addict.com/fr/article/general/rugby-xv-de-france-pierre-villepreux-au-figaro-le-staff-du-xv-de-france-est-dans-un-deni-de-realite/5cbf34baf02e7c39436889dc?utm_campaign=post-auto&utm_medium=facebook&utm_source=rugby-addict-fr

    RépondreSupprimer
  51. Le futur staff de Galthié vire à l'armée mexicaine . La preuve : il vient de recruter un Grenoblois !! Mais où qu'on va ? Manque plus qu'une gonzesse pour corser l'affaire . Bon je vous vois venir ... why not une Grenobloise ? Que dis-je THE Grenobloise ! Je sais, je sais ... Mais il aurait tort car il se priverait ainsi d'une expertise unique au monde sur les champignons ( meuh non pas hallucinogènes, les vrais ! ) et Shakespeare ... Quoi ? Ca sert à que dalle en rugby ? Et mon analyse de la performance ? Et mon suivi personnalisé des joueurs ? Ouais ok, pour l'instant c'est limité à Arnaud Méla mais on peut élargir . Quoi ? Il joue plus ? Ben mince alors ... comment voulez-vous travailler dans ces conditions ! Vraiment je te comprends Fafa, c'est pas facile le travail en équipe quand tu es entouré d'incompétents .
    Demande à Urios : il doit tout faire à Castres, même la pub pour le derby contre ST . Quoi ? Tu le connais pas ? Mais si voyons c'est celui qui t'a collé une baffe ! Tu vois qui j'veux dire ? Ah non ? Pourtant j'aurais bien cru ...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ben, on lit que du bien sur cet isérois... Et il serait proche des joueurs en plus. Pas négligeable avec Galthié à l'inverse. Peut être enfin un programme physique en corrélation avec le haut niveau. Une amélioration qui pourrait se sentir un peu avec le futur stage avant la CPM, qui sait. Après, si c'est pour pouvoir jouer à 120 % en EDF, et ensuite retourner en club jouer à 80 %... IL faudrait qu'il y ait harmonisation avec le top 14.

      Supprimer
    2. Mais oui, et c'est bien la raison de ma surprise ! Pour rester dans notre coin, j'ai vu/lu que le VRDR tient bon, ce sera un peu au détriment de Romans car s'ils montent en ProD2 les matches auront tous lieu à Valence ... A Romans font la pogne et (un peu ) la trogne !!

      Supprimer
    3. A Valence on fait aussi la pogne, mais le suisse fait pas la grogne.
      Les anciens de Romans doivent encore grincer. Mais Guillermoz n'est pas aux normes Pro D2. Et dire qu'il y a la tribune St-André P. qui n'accueillera personne... Mais restent les phases finales, oû ça passe ou ça casse. Les jeux ne sont pas faits non plus . Sans froid, humilité, seront pas de trop face Bourgoin et... Albi sont là aussi avec Rouen.

      Supprimer
    4. Bourgoin montée impossible car veto de la DNACG seuls 4 clubs sont éligibles : Albi - normal vu leur excellent coach ! - Dax, Rouen et Valence-Romans .

      Supprimer
    5. Dax ne montera pas non plus.

      Supprimer
  52. BL ou le mépris du monde amateur. A diffuser, inacceptable une telle facon de faire et de dire ....

    https://actu.fr/sports/rugby/pro/bernard-laporte-dans-une-ville-15-000-habitants-vous-etes-pas-capables-avoir-une-ecole-rugby_23299786.html

    RépondreSupprimer
  53. A propos d'amour, d'escaliers et toujours de l'ami Félix à la question d'un médecin après la pompe funèbre :
    Le président à t'il toujours sa connaissance?
    Non, elle est partie par l'escalier de derrière !
    Allez France

    RépondreSupprimer
  54. carton rouge à 4 contre 1
    https://www.minutesports.fr/index.php/2019/04/24/une-rixe-eclate-a-toulouse-entre-rugbymans-4-hommes-interpelles/?utm_source=dlvr.it&utm_medium=facebook

    RépondreSupprimer
  55. Encore une triste nouvelle ... 16 ans, nouvelle injustice, la fatalité dira-t-on .... Mais pour qui ? Il est temps de revoir le principe du certificat de non contre indication au rugby ou au sport en général ou pas 🤔
    https://www.minutesports.fr/index.php/2019/04/24/drame-un-jeune-joueur-fait-un-arret-cardiaque-en-plein-entrainement/?utm_source=dlvr.it&utm_medium=facebook

    RépondreSupprimer
  56. Il faut chercher longtemps dans l'Equipe ce matin pour trouver la rubrique "rugby" finalement 2 articulets ( 1 page !) et c'est tout ...Alors on flâne dans le foot et on tombe sur le compte rendu hallucinant du match Milan -Lazio (1/2 finale de la Coupe d'Italie ) ça s'appelle "nouveau scandale en Italie" avec un hommage appuyé des supporters romains à Mussolini - banderole déployée - et comme si ça ne suffisait pas, injures racistes ( cris de singe et bananes géantes agitées en direction des joueurs noirs ) . Bien sûr il y aura des poursuites judiciaires, sans doute des condamnations .... il n'empêche c'est arrivé hier en Europe en 2019 et ça laisse pantois .
    En dépit de tous ses défauts - et ils sont légion - le rugby n'a pas à rougir de son public et les joueurs de couleur y sont non seulement respectés mais adulés, oui je sais ici ou là il y a eu des insultes proférées par des cons vite remis au pas par leurs voisins de tribune . On ne peut cependant que s'alarmer de la tournure des événements dans le sport italien . De nombreux incidents émaillent à présent les rencontres sportives voire même des agressions hors stade https://www.sudouest.fr/2018/07/30/agressions-racistes-en-italie-une-athlete-noire-blessee-a-l-oeil-5273430-4803.php . Déployer une banderole portant des termes carrément fascistes est un pas de plus vers un bien triste avenir .
    On pense alors à Gerard Holtz qui terminait chacune de ses interventions par "Vive le sport ! " sa candeur faisait sourire .... Aujourd'hui alors que les barrières tombent et que tout semble permis, il faudrait s'écrier "attention au sport" .

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah oui, "ça fout les jetons les cons", disait Marielle pour qui le rideau vient de se baisser.
      Car "ça ose tout et c'est même à ça qu'on les reconnait". On peut pas les louper dans les tribunes italiennes.
      "C'est drôle les cons, c'est comme le feuillage des roses.
      Mais "si la haine rendait intelligent, les cons seraient une espèce en voie de disparition".
      Attention à nos tribunes ovale, un con peut toujours en cacher un autre.

      Supprimer
  57. Enfin 1 sprinbock intelligent en choisissant de signer à Sale au lieu du Top 14 à UBB !
    Sinon m, Jacquou autorisé à diffuser une 1re liste de 36 élargie à 37 en juin. Ego ou entente sous table d'ore et déja avec F.G.

    RépondreSupprimer
  58. Candide, t'es sûre ?
    Quant aux supporters (je déteste ce mot),pour une large part des braillards peinturlurés , acheteurs d'emotion ,sectaires et vindicatifs, ils sont déjà depuis longtemps dans nos stades, sois en persuadée .
    Pose un oeil, pas trop c'est nocif, sur les forums de l'Équipe ou du Midol, édifiant !
    Tiens, le Midol justement, suis toujours en retard de trois jours, je sais....
    A la lecture des compte-rendus on comprend déjà mieux les choix de Mola, non ?
    On peut en discuter, être en désaccord même, mais il y a une logique.
    Allez Chevreuse

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Dans nos stades de foot peut-être, mais en rugby même s'il est clair que les spectateurs ne sont pas forcément connaisseurs ils se tiennent à peu près bien ( pas de banderoles politiconnes par exemple ) ...
      Les choix de Mola c'est surtout "pas le choix !" pour le reste tu connais le dicton de Chirac ? Les emmerdes ça vole en escadrille ...

      Supprimer
    2. Et les choix de Laporte seront : Galthié à la sélécion et chef d'escadrille, Labit pour le train arrière, Servat pour le train avant, Ghezal pour la touche, S. Edwards à la défense, Giroud à la pré pa ration et Ibanez pour man nager(ménager?!...) tout ça. A 7, y cherchait une équipe performante, depuis le temps. La voilà !
      Reste plus qu'à. Mais rien n'est signé. On a le portefeuille, quelques idées à la con...). Pas sur qu'il con tienne assez. On con sulte le banquier aussi... Et en tribune ? Déjà sur le gazon...

      Supprimer
  59. A peu près, oui, jusqu'à quand?
    Ce ne sont pas les clubs et leurs abrutis qui causent dans le micro qui invitent à des attitudes sportives.
    Pour Mola,sur, pas trop d'options, mais c'est toujours le même débat, huit jours avant de te farcir la crème de l'Europe fô t'infuser ce qui se fait de mieux en France, sans oublier les objectifs domestiques à venir , ingérable !
    Allez Chevreuse

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. et puis tu sais pas que des abrutis sur le forum de l'Equipe, nous sommes nombreux à avoir fait nos 1ères armes là bas : j'y ai été "recrutée" par Eric ASM et Pom pour venir sur le blog de RE, bon c'est vrai que ça fait un bail il m'arrive encore d'y faire un tour sous un autre pseudo, et certains autres blogueurs y sont encore ... mais je balance pas !! 🍓😉

      Supprimer
    2. Jan Lou, sur les choix de Mola, on comprend mieux qu'il s'est trompé!
      A part l'absence de Holmes (sur blessure) et le match contre l'ASM huit jours avant (handicap tactique et physique), la préparation tactique du match et (de fait) la composition de son équipe sont des erreurs!

      Facile à dire après, c'est vrai, mais quand tu te focalises trop sur le jeu de l'équipe adverse, que tu veux rivaliser dans un secteur où tu es plus faible (quoi que tu fasses),... tu perturbes tes joueurs, tu installes le doute dans l'esprit de tes joueurs, du groupe tout entier, sur sa capacité à imposer son jeu prioritairement, pour espérer vaincre avec ses forces et ses atouts.

      Ils avaient su le faire au Racing et contre l'ASM, ..et puis, il n'y a pas de honte à perdre "les armes à la main", en essayant de jouer son jeu, même si le Leinster est un vainqueur logique, la production toulousaine est un peu décevante. "Il n'y a pas de citadelle imprenable, il n'y a que des citadelles mal attaquées !" / J Fouroux J Liénard

      Supprimer
    3. Gariguette ;Pom et moi écrivions sur le blog et nous nous étions donner rv a Mayol. Eric ASM s'est joint a nous .puis un 4°.Mais nous ne nous connaissions pas ! J'attendais sur le terre-plein du café RCT et des que je voyais un mec seul je lançais "Pomasson ?"
      J'en ai essaye quelques uns comme ça jusqu’à ce que le bon arrive .Mais je n’écris que rarissime ment sur L'Equipe.
      Bernard

      Supprimer
    4. Belle anecdote Bernard, ça me rappelle plein de souvenirs : notamment cet été où Richard était en Afrique du Sud et nous avait laissé carte blanche sur le blog, ça partait en vrille tous les soirs. Pom déchaîné nous envoyait des videos olé-olé ; ça fusait dans tous les sens, on se faisait des compéts' de ouf ( pour arriver à 1000 posts on écrivait n'importe quoi mais c'était vachement drôle ) Nous sommes devenus beaucoup plus sages ... 😇😇🏈

      Supprimer
  60. La couleur est annoncée ... Je vais à Castres résigné, une défaite honorifique
    https://www.ladepeche.fr/2019/04/26/yoann-huget-aujourdhui-les-castrais-sont-meilleurs-que-nous,8167575.php

    RépondreSupprimer
  61. Hello du blog,
    de retour de Bruges je vous lis, plongés dans l'actualité ovale.
    Une solution apparait comme une évidence et la prochaine chronique devrait la dévoiler.
    Je m'y attaque.
    A suivre...

    RépondreSupprimer
  62. ... eh ! Bernard, ...tu ne consultes pas les clubs pour enrôler un anglais à la défense ???... y'a pas d'entraîneur français pour apprendre à défendre ?... (p...... et personne ne dit rien)....
    ....va faire quoi alors Fabien ?.... les chambres ?... les sacs ?... les convoq' ?.. ah! oui (j'suis con) ... : l'animation offensive bien sûr !!!
    ... bon, allez, on va espérer quand même que tous ces techniciens parlent le même langage, parlent du même jeu, des mêmes principes, offensifs et défensifs ! ( facile à dire , pas facile ....... z'avaient pas tout compris à Montpellier et à Toulon)
    T'inquiètes pas Georges, S Edwards parle français !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je me souviens avoir lu ( en 2017 je crois ) un article sur la composition du staff d'entraîneurs Rosbeef A l'étonnement général, Eddie Jones s'était entouré d'une bonne vingtaine d'experts dont une dame spécialiste de la vision périphérique ( son titre était "vision coach" ) elle avait interdit l'usage abusif des portables qui d'après elle, détérioraient les niveaux de concentration des joueurs . Un autre s'occupait du bien-être des joueurs, incluant hydratation, nutrition, des exercices d'étirements, des entretiens perso . Pour expliquer cette "bizarrerie" - car c'était perçu comme tel - Jones disait que le rugby n'est pas qu'une science, c'est un art à 60% et 40% de science , il y avait aussi un psy, des analystes travaillant avec des drones ... Les clubs anglais étaient perplexes devant cette débauche d'entraîneurs - au moins autant surpris que nous aujourd'hui - et tous se demandaient "à quoi ça sert ? pourquoi une telle dépense ? deux types suffiraient bien " ... aujourd'hui on sait à quoi ça a servi !
      Bien sûr il y avait des coachs plus traditionnels dans son équipe ( skills, defense, mêlée etc ) mais il s'était attaché à composer selon ces critères : "
      'Leurs personnalités fonctionnent ... Gustard est extraverti, Borthwick est introverti; l'un est analytique, l'autre émotionnel, donc c'est un mélange parfait. On a besoin de gars qui veulent être à l'avant du bus et d'autres à l'arrière. Si tout le monde veut être à l'avant, ça ne marchera pas."
      Demandons nous donc pour ce futur staff d'EDF : Qui est l'émotionnel ? Qui est l'analytique ? Qui est à l'avant du bus ? Je ne les connais pas assez pour me prononcer ... et vous ?

      Supprimer
    2. Bonsoir Gariguette,
      j'avais lu également cet article, et je crois bien qu'il s'agissait du Dr Calder, un Sudaf' qui avait évalué des joueurs dans d'autres sports (golf, foot US, course auto,..) et qui avait constaté un déclin dans les prises d'infos, et surtout dans la vision périphérique, parce que leur vision était trop centrée sur les écrans (tél, tablettes,...).
      Pour lui, nous développons des aptitudes en grimpant aux arbres, en marchant sur les murs et en tombant, dans des jeux "sauvages",etc .. c'est à dire que c'est là qu'on apprend toutes ces compétences visuelles et motrices que les gens (joueurs) n'apprennent plus aujourd'hui !... et ces aptitudes naturelles et instinctives disparaissent !
      La coordination yeux-mains par exemple, à partir d'infos visuelles surtout, permet une prise de décision plus rapide, et c'est donc toute la psycho-motricité qui est handicapée !
      Bon, va avoir du boulot Fabien !!!.... y'a encore des places dans le staff ???

      Supprimer
    3. oui c'est bien elle, Dr Sherylle Calder, une pointure on dirait ! En tout cas chapeau à elle, parce qu'enlever leur doudou-téléphone aux joueurs c'est pas gagné . Je viens d'ailleurs de voir l'avant match de ProD2 à Sapiac, ils étaient tous sur leur tél comme des zombies .

      Supprimer
  63. Lu dans le dernier Télérama l'interview de l'excellent cinéaste/documentariste Frederick Wiseman. Il dit, entre autres....:

    -"Je me suis retrouvé un jour sur le tournage de "Tootsie (1982), le film de Sidney Pollack avec Dustin Hoffman. Deux cent vingt-cinq techniciens étaient là pour tourner une séquence à deux personnages. Le résultat obtenu justifiait-il d'aussi gros moyens? Je ne crois pas. J'aime l'idée de filmer la vie quotidienne, le vie non jouée. Pour ça, l'équipe doit être petite et les personnes filmées en confiance".

    Pour moi, idem pour le sport en général. Et pour le rugby en particulier. Le déploiement de ces armadas ne m'intéresse guère et ne peut que provoquer le rejet de l'activité que certains semblent considérer comme essentielle au vu de ce qu'ils y investissent. Jamais le sport ne devrait devenir une profession à l'image des industries dont les grands dirigeants se sont permis d'en prendre les rênes. Il est clair que l'ensemble du monde sportif est devenu une économie telle qu'elle remplace quasiment les activités paysannes et industrielles du vieux monde.
    J'en resterais à la passion qui se nourrit, non pas de perfection, de compétition, de résultats chiffrés....mais de rêve, de beauté, de hasard...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah pour le coup, le hasard est censé être ficelé et baillonné. Mais il peut revenir par la fenêtre. Parce qu'en définitive ce n'est que de l'humain. Et puis, le destin reste le destin, parfois. Pourquoi une vingtaine de personnes dans le staff anglais ? Qui peut dilluer le message. Parce qu'il faut toujours rester sur la même longueur d'onde. C'est pas ce qu'il faut copier. Mais bien mettre en place un projet de jeu auquel adhérent les joueurs et unes osmose qui se passe, que les joueurs aient envie de jouer ensemble. C'est le côté qui doit faire rêver.

      Supprimer
    2. J'ai repensé à cet article en observant ce qu'il se passe en ce moment pour l'EDF : un nouveau nom chaque jour . Je présume toutefois qu'ils vont s'arrêter avant de devenir une armada comme le dit si bien André, d'autant que les invincibles armadas, ça finit mal !
      En revanche certains des "experts" recrutés par Jones me paraissent intéressants ; on sent justement un intérêt bien sûr pour la performance mais aussi pour les hommes, les joueurs hors terrain ... Comme si en plus d'une préparation à la victoire et à la réussite collective, on envisageait aussi la possibilité d'un échec ou d'un mal être individuel . Cet aspect est parfaitement ignoré en France ( cf R Poulain ) . Eddie Jones de par ses origines - japonais, australien, américain - a probablement apporté aux British une vision différente, une ouverture ( le rugby comme un art ! ) . Mais c'est compliqué à faire passer, regardez comme les amateurs se sont raidis à l'idée d'un entraîneur étranger ...
      Je vous mets le lien vers le fameux article retrouvé à grand peine dans mon bazar : https://www.dailymail.co.uk/sport/rugbyunion/article-4183750/The-experts-Eddie-Jones-England-backroom-team.html

      Supprimer
  64. Christian, refuser la bataille des rucks aurait été suicidaire,la deuxième ligne plutôt en place lors des derniers matchs et Tekori est un leader dont la presence rassure ses partenaires .
    Cette option était défendable même si en fanatique de la vitesse d'intervention j'aurais aussi préféré Cros, c'est un choix, pas une erreur à mon sens.
    N'tamack sur une jambe toute la semaine, si erreur l'y a c'est de ne pas l'avoir laissé au repos complet à la rigueur.
    Pour le reste, laissons un peu de temps à cette belle formation en devenir qui fait une saison magnifique, mais sincèrement, même avec son équipe type tu y à cru une seconde contre le Leinster ?
    Allez Toulouse

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. ... alors, pas vu qu'avec cette compo qu'ils aient rivalisé dans les rucks, ...et un mauvais choix de joueur, c'est pour moi une erreur !...
      .... et je te confirme ma pensée, c'est que ce n'était pas la meilleure compo pour espérer produire leur meilleur jeu, celui qui fait d'eux les leader du Top14 !..... même si effectivement, je ne les voyais pas favoris, (y compris avec une autre compo d'équipe).
      Mais oui, laissons leur du temps pour confirmer ce renouveau du jeu toulousain, le résultat de la fin de saison et la saison prochaine surtout , nous apporteront certainement des réponses !/ gestion de l'effectif, choix tactiques, et recrutement (profil des joueurs)

      Supprimer
  65. Sinon, et sauf erreur, le manager à la britannique n'a pas chez eux la moindre charge de terrain.
    Dans ce cas pourquoi obligatoirement un homme du sérail ?
    Pourquoi pas un pro du management, un mec qui à fait carrière dans la "société civile ", comme on dit,une pointure de l'industrie ou du commerce ?
    Allez Chevreuse

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. parfaitement Jean Lou, une pointure qui a fait ses preuves dans un autre milieu, ou par exemple un des ceux qui ont conduit la "campagne" de Macron, mais.. reste le pb des pepettes pour la FFR.
      pour la vision périphérique il ya déjà le fils à J Fauroux qui est intervenu et puis ce manque de vision-observation est redhibitoire pour prétendre à une sélection

      Supprimer
  66. L'humain, évidemment, bien entendu et par dessus tout.
    Et l'indécision plutôt que le hasard...
    Et pour préciser ma pensée, je vois et ressens le jeu d'aujourd'hui comme une machinerie qui recouvre totalement les êtres humains en les empêchant d'apparaître, sinon nus du moins libres de leur corps, de leur gestes, de leur pensée...Un peu comme les tenues des femmes, disons du XVIII ième siècle. Des couches de robes sur des paniers qui les supportaient.
    Et pour voir la femme...Là?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. le jeu comme un corset alors ? quelque chose qui entrave le mouvement et empêche de respirer

      Supprimer
  67. ... j'sais pas, jamais mis de corset !!!

    RépondreSupprimer
  68. Vu la compo du ST, ils vont à Castres pour ne pas perdre ... peut être la bonne surprise du WE

    RépondreSupprimer
  69. Entre collegues, plus ou moins voisins faut bien se faire des politesses....mais qui pour qui? Et Castres reçoit lors de la derniere journée Montpellier, que bcp voient terminer la saison en boulet de canon

    RépondreSupprimer
  70. Voir un article intéressant: "la mode au XVIII ième Google Arts § Culture".
    On y voit les robes "à paniers" ...D’où l’expression, je suppose, de mettre le main au panier!...
    ...les vêtements féminins deviennent amplifiés par des accessoires contraignants...Paniers, donc, ronds ou ovales -décidément-...Corps à baleines..(d'ou Rire comme une baleine..?)...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La main au panier, par extension, jeux de mains jeux de toulousains ?

      Supprimer
    2. d'autres explications ici http://lafeedulogos.blogspot.com/2010/12/mettre-la-main-au-panier.html et vu la gravité du problème, je propose que la Commission d'étymologie de la Fédération se réunisse au plus vite afin d'élire un délégué qui, cela va de soi, siègera avec le nouveau staff de l'EDF .

      Supprimer
  71. Cette dame s' est fait connaître en collaborant avec "Big Easy", un dieu vivant du côté de Jo'burg!
    Effectivement une pointure, en même temps Calder, pour un jeu mobile. 😂😂
    Allez, je sais, mais juste après la sieste....

    RépondreSupprimer
  72. Ces dits paniers, ces "bourrelets", se retrouvent souvent dans les mots croisés sous le vocable de "vertugadins". Beau mot un peu contradictoire entre la vertu plutôt rigide et morale, et le gadin relativement léger drôle -on rit le plus souvent à la chute du voisin- et faible puisqu'il se laisse aller à ses désirs..."J'ai chuté" quasi synonyme de "j'ai fauté"...A voir avec l'arbitre, l'avocat et le ju(t)ge.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu peux aussi manquer de vertu en se laissant aller à ses désirs, et te "ramasser un gadin"... prendre un gros vent,quoi.

      Supprimer
    2. à moins de lui rouler des gadins pour pas t'en prendre un, curieux d'ailleurs comme rouler une pelle peut éviter de se prendre un râteau ...

      Supprimer
  73. encore une passe laser d'Iribaren pour le dernier essai du Racing, ce qui leur permet de prendre 1 point

    RépondreSupprimer