lundi 15 mai 2017

Jour de fez

Un feu d'artifice du début jusqu'à la fin. Comme je n'en avais jamais admiré en Coupe d'Europe depuis l'automne 1995 qu'existe le rugby professionnel. On râle assez souvent sur ce blog devant des prestations indignes pour ne pas saluer maintenant comme il se doit le spectacle haut de gamme fourni par les Saracens, samedi, à Edimbourg. Murrayfield n'était pas plein, et il aurait fallu offrir les 12 000 sièges vides à tous les gamins des écoles de rugby des Borders, leurs parents et leurs éducateurs, tellement c'était inspirant.

Dans la chaleur du salon familial, entourés de passionnés, les poussins venus au rugby ce samedi devant leur écran de télévision sont nés sous une bonne étoile. La deuxième d'affilée des Sarries. Sans aucun doute - à mes yeux tout du moins - la plus belle de toutes les finales européennes. Je ne vois que celle de 2011 au Millennium Stadium de Cardiff entre le Leinster et Northampton (33-22) avec ses six essais et son revirement de situation pour lui faire concurrence.

Comme lorsque les All Blacks s'y adonnent, j'ai l'impression d'avoir vu en quatre-vingt-minutes toute la palette de couleurs ovales, les angles de course les plus inventifs, les passes les plus précises et les plus folles, un mouvement continu, permanent, jaillissant de la plus petite opportunité. J'imagine que dans les années 50 furent ainsi stupéfés ceux qui découvraient l'orchestre lourdais en action, les passes dans le berceau, le «plus un» en bout de ligne, coup de pied de recentrage en coda pour les avants replacés dans l'axe prenant le sillage de Jean Prat, Jean Barthe et compagnie.

Un aveu : je n'ai pas été ainsi emballé par un match de club depuis ma découverte du jeu toulousain en 1984 façonné par Robert Bru et Pierre Villepreux avec des joueurs polyvalents, Erik Bonneval et Philippe Rougé-Thomas premiers dans les regroupements pour étayer, les frères Portolan sur un pas dans le côté fermé. Lourdes, Toulouse, Saracens : tel est donc mon arbre généalogique.

Ecrins à ce joyau, la finale russe du Continental Shield et celle chargée d'émotion du Challenge européen entre le Stade Français et Gloucester ont multiplié les émotions dans le vent froid et sous la pluie. Qu'importe, Roy Laidlaw m'attendait avec un pinte de lager au comptoir du Murrayfield Hotel. Nul n'étant prophète en son pays, son fils Clark entraîne la sélection nationale néo-zélandaise à 7. Et son neveu Greig rejoindra Clermont en août après avoir fêté sa sélection avec les Lions britanniques et irlandais au pays du long nuage blanc, tournée majuscule qui débutera le 3 juin, veille de la finale du Top 14. On la suivra avec appétit.

Clermont se relèvera-t-il en deux semaines de son échec en finale de Champions Cup pour affronter le vainqueur du défi frontal que ne vont pas manquer de se livrer Montpellier et le Racing 92 en barrage ? Nous y serons, à Marseille. Pour le plaisir. En amoureux du rugby entouré de d'amis rochelais. C'est bien de cela dont j'ai envie de vous parler, cette semaine : de plaisir, d'amour du jeu, de passion. A la lumière de ce qui m'a été donné de voir de près le week-end dernier.

Le vrai beau sourire trempé d'averses de l'ouvreur russe de Enisei-STM, Yuri Kushnarev, touchant le Shield devant une centaine de spectateurs transis de froid ; la furia incontrolable de l'ailier du Stade Français, Djibril Camara, laissant échapper un mois de colère et de frustration dans une simili bagarre générale ; l'humour du nouveau recordman d'essais, Chris Ashton, le nez devant la Coupe d'Europe pour rendre hommage au "rasant" de son coéquipier Alex Goode en lui lançant : «C'était ton seul coup de pied potable de la saison». Unité de temps, de lieu et d'action: Murrayfield était une pièce de théâtre antique.

De retour au bureau, j'ai pu apprécier Agen et Biarritz s'affronter en demi-finale de ProD2 sous un soleil éclatant; guichets fermés, tribunes colorées, herbe coupée du matin tellement fraîche qu'on pouvait la sentir devant l'écran. Et ce diable de Blin encourageant ses joueurs à être «fous» ! La folie, c'est sans doute ce qui manque à l'AS Michelin, club trop lisse, trop corporate, trop patrimonial pour permettre à son équipe d'être liée par autre chose que le livre de combinaisons. Pour jouer au rugby, il faut ce ciment qui n'est pas induit par le jeu mais par les hommes.

Même quand ils sont revenus à 18-17, et ce petit point d'écart leur offrait une nouvelle perspective, les Clermontois n'ont pas donné l'impression qu'ils pouvaient l'emporter. Il leur manquait cette étincelle, cette inspiration, cette respiration collective, ce génie qui allume les exploits. Seuls une organisation tactique millimétrée et une choix stratégique surprenant auraient pu contrebalancer l'élan anglais. Reste maintenant à imaginer Sisyphe heureux sur les flancs du Puy de Dôme à cracher ses raisins de Corinthe.

Nous voilà récompensés de notre longue attente. Surgissent Montauban-Agen en ProD2, Toulon-Castres et Montpellier-Racing, sans oublier Stade Français - Cardiff placé sous le signe du président puisque son premier voyage est pour l'Allemagne. Monte le parfum de phase finale sans lequel ce sport ne serait pas tout à fait lui-même. Nous qui cherchons l'excellence et l'élévation sommes au moins rassurés sur un point : le rugby n'est pas mort avec le professionnalisme car il déborde encore.

162 commentaires:

  1. Bon, je le remets, parait que "le geste technique" était néanmoins clermontois ; d'ailleurs, un émissaire des Crusaders spécialement diligenté en urgence à Doh ... euh, Marcoussis, est en passe d'atterrir façon très "gnaque" pour en racheter les droits !
    https://youtu.be/obMRKMbiWT4?t=4s
    Le The geste ? Le pif de Lopech' qui vient chercher "la percée" façon oufti load dans un hard ruck classique bien dans le tempo modélisé à la française, "l'inspiration", sur une fulgurance de Parra ... ça vaut un n° d'hors série à Galactic'Comics .
    J'espère que Retière va nous la mettre sous scellés pour conceptualiser dans les académies la sécurité technique en vidéo .
    Sinon, faut investir dans un abonnement même numérique à l'Equipe : Laidlaw, adoubé par Picamoles (décidément !), remplacera Ben Young pour la Tournée .

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Sinon, un léger bémol dans l'histoire récente de la maestria : qui n'a pas vu la tournée des Aussies dans les Iles britanniques en 83 est définitivement un orphelin du jeu . Sûr qu'un seul éclair de Mark Ella donne encore le frisson même à un Rougé-Thomas .

      Supprimer
    2. J'avoue, Laidlaw est passé sous mes radars. Un moment d'égarement coupable...
      Quant à la tournée australienne, oui, d'accord avec vous. Précision pour précision, elle s'est déroulée en 1984.

      Supprimer
    3. Concernant les Wallabies du coach Alan Jones, il faut surtout signaler l'articulation autour d'un génie, Mark Ella. Il touchait trois fois le ballon sur chaque action tranchante. Passe vive en ayant pris la ligne d'avantage (ou juste devant), relais en redoublée, puis présence en bout de ligne soit pour marquer soit pour décaler un partenaire pour l'essai. Magique. Mais un jeu centré autour de son soliste.
      Grand Chelem à la clé.
      Pour moi, les Saracens 2017 ne s'apparentent pas à cette équipe d'Australie 1984.

      Supprimer
    4. Tonton, qui n'avait pas encore fait son hernu, confessait toujours sur ses écoutes se méfier de la météo néo-zed quand le Rainbow Warrior était à quai . Chez les 'beefs, les Wasp comme Exeter font aussi du très costaud complet, le doublet est loin d'être fait . Et regardez le 7, Young gallois des Wasp, un Cabannes pur jus pour les amoureux .
      Orwell serait d'accord pour 84 , mais pas sûr que toute la 3ème ligne, Roger Gould, ou les jeunes Farr Jones & Lynagh (centre alors) se sentent exclus du coup du ballet ...

      Supprimer
    5. Il n'y avait pas de cinq de devant impliqué dans le jeu wallaby de 1984.

      Supprimer
    6. Et ça fait toute la différence. Les Wallabies de 1984 ne travaillaient pas sur les angles de course mais sur la prise rapide de la ligne d'avantage dès le 10 ou la 12 mais sans entrer dans la défense.
      Il faut attendre Bob Dwyer en 1989 pour voir poindre la prise du milieu du terrain (Horran-Little) avec trois solutions autour du porteur du ballon sur la ligne d'avantage. Mais toujours pas d'implication du cinq de devant dans le mouvement général sur les premiers temps.
      Ca c'est la marque des All Blacks de Hansen.

      Supprimer
    7. Richard, mous ne sommes pas dans l'énervence, juste gans l'excellence ! Je ne parle pas du V de devant, m'arrête au 6, 7 , 8 . Pourtant, le "no scum, no win" existait déjà malgré la faiblesse souvent soulignée de la 1ère ligne Aussie, & que Eales n'a pas toujours été là . C'est Poidevin ton collègue qui m'explique, tu sais, le Barbarian magnifique . Sinon, appelle Serge qui se fait un plaisir de croiser Berbize pour jubiler . Ou regarde les finales Toulouse-Toulon des années 80 .

      Supprimer
    8. Oui mais des le debut des 90'la donne change un peu avec les Eales ( mister Nobody),Ofahengaué, avants de fort tonnage, très mobiles.
      Cette équipe la , malgré les rouges de Garreth,les bleus d'Abdel et les noirs de Richie reste mon plus beau souvenir.
      Allez,Gé, pas le moment de nous faire une p'tite déprime,on est pas encore au Japon,,mais à Mur, c'était bô, ,ou bien ?

      Supprimer
    9. L'autre grosse différence, comme pourrait le suggérer Noves, c'est que notre sport se jouait du début à la fin à XV . Et pas comme pourrait témoigner Mr Barnes, "à j'chais plus combien si on compte le docteur" .
      Pour se remettre du coup de mou !

      Supprimer
    10. Zarma, pour Toulouse, c'est exactement ce que j'ai écrit. Le Toulouse des années 80. Whaou. Pour les Saracens, jeu complet du 1 au 15, partout, dans toutes les lignes, à tout moment. Regarde l'action de la 66e de cette finale contre Clermont. C'est unique. Berbize me parle "d'un ballet". Pour qu'il dise cela, lui qui est toujours réservé, c'est qu'il est monté au plafond du salon.
      J'ai écrit un article dans l'équipe papier d'aujourd'hui avec Accoceberry, Travers et Yachvili en plus de Berbizier. Assez édifiant. Leurs avis éclairent ce jeu des Saracens éblouissant.
      Tu peux en dire ce que tu en veux mais cette finale 2017 marquera son époque. Et seuls les All Blacks sont au niveau de ce qui a été produit en terme d'organisation offensive. Mais il est toujours douteux de comparer club et équipe nationale. Alors restons au Stade Toulousain des années 80, tu as raison.

      Supprimer
    11. Merd... v'là la terreur Zouloudumanoir . l'Hector Patrocle du talon qui va nous recouvrir le tour d'astragale à l'affichage pour envoyer du Serrière façon madrigal .

      Supprimer
    12. Mais non, Richard, c'est toi qui a raison, n'abandonne pas la gonfle ! C'est vrai que cette finale en était une, avec des envies et de l'envoi au renvoi aux vestiaires, au moins beaucoup de beau jeu . Mais les Anciens à seulement XV en ont envoyé aussi, sinon, nous aurions disparu y'a longtemps .
      Est ce que quelqu'un ici pour clamer ici "que ça serait pas dommage" ?
      https://youtu.be/xaAHHWz9zbU

      Supprimer
    13. Et ben mon pépère , mais je t'aime toujours, moi !
      Allez Albertine.

      Supprimer
    14. à toi mon chéri, je sais qu'on ne la fait pas façon Brian en 91, mais pour les autres, tu penses que c'est l'effet ventilateur, after chèvre, ou la simple odeur ?
      "à regarder l'amer" qui miaulait l'autre ; tiens, te le mets, pleasure, pisse et toux pour tous les gars.
      https://youtu.be/Tv7yTyN_1I4

      Supprimer
  2. Très joli article, je ne me lasse pas de le lire.
    Merci
    Quand on voit le niveau de Saracens, nous partons de très loin pour la coupe du monde au Japon.
    Pour les Français au pays du soleil levant, il n'y aura pas de Japonais au numéro demandé du quart. On va prendre d'ailleurs le bus vite fait pour l'Aéroport après les matchs de poules.
    Je ne sais pas comment allons nous nous améliorer en 2 ans.
    Triste
    Le Gé

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci le Gé.
      Partir de loin c'est pas grave. L'idée c'est de savoir où arriver...

      Supprimer
  3. quelle maitrise ces anglais du bel ouvrage
    pas de tsunami mais de fortes vagues repetitives
    mais pour moi trop de renvoi au pied
    bientot le match se jouera au 36 chandelles
    SPEEDING a un probleme sur les courbes serreees il part souvent en aqua planning
    peut que MICHELIN peut y remedier
    un grand bravo a LOPEZ ardent combattant et animateur
    PARRA qu il est lent et hesitant mais si courageux

    RépondreSupprimer
  4. Effectivement Michelin pourrait y veiller -)) Bien vu !
    Richard j'espère que les Sarries pourront lire ton bel hommage largement mérité , quelle vitesse d'exécution , de précision , chanson de geste
    Complet dans toutes les lignes et chacun pour le coup sai ce qu'il a à faire et quand le faire , beau et très très efficace
    Hommage à Clermont et à l'unique Nigel car pour un match d'aussi beau niveau , d'aussi belle intensité il faut etre 3 voire 5 avec les arbitres de touches

    RépondreSupprimer
  5. Personnellement j'ai beaucoup apprécié le "répondant" des clermontois, qui leur a permis de rester longtemps dans le match.
    La différence, c'est que les Saracens ne leur ont jamais donné la moindre opportunité de passer devant, que ce soit avec leur solide mêlée ou leur défense très propre dans le jeu au sol. Donc si au niveau du jeu et des intentions Clermont n'a pas à rougir, il leur a manqué cette rigueur défensive impeccable qui caractérise les anglo-saxons, ce haut-niveau maintenu dans tous les compartiments du jeu dont les Saracens ont fait preuve.
    Sur place Ritchie a été enthousiasmé, vu au fenestron c'était moins évident, même si certains lancements de jeu étaient absolument splendides; comme analysé sur le blog des Niçois, les lancements de jeu des Saracens reposent essentiellement sur la puissance de Vunipola et de Barritt venant péter dans la zone 10-12, ce qui n'a rien de très original. Par contre, la rapidité de la transformation du jeu après coup est une merveille de précision huilée. L'activité du n°6 Rhodes a été impressionnante (perso je ne le connaissais pas, c'est une vraie révélation), et Farrell est devenu un vrai patron. Par contre, Itoje a fait son boulot sans se montrer aussi en évidence que dans le Tournoi.

    (Il faudra quand même se pencher un jour sérieusement sur le jeu sans ballon dans la ligne; sur l'essai de Goode, c'est la course rentrante de Bosch venant vraiment péter dans Abendanon qui libère le couloir pour Goode, avec passe dans son dos. On est au-delà du jeu en leurre sans ballon quand on vient ainsi cogner dans la défense).

    Et pour finir, je lance encore ma bouteille à la mer: Zarma et Ritchie évoquent plus haut la tournée des australiens de 1984, je cherche depuis longtemps, mais sans succès, les vidéos des tests (entiers) de leur tournée; ça doit bien exister chez les anglo-saxons, ça, non ? Si quelqu'un a des pistes...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. pof ... laisse tomber, c'était presque même pas du rugby, une pantomime à peine digne des "Harlem Globe" au basket ; du cirque . Lapasset aurait été intraitable façon Bourgoin de la grande époque s'ils s'étaient aventurés à charcuter son esprit de Lyonnais ; heureusement pour eux, z'ont filé à l'anglaise, fait comme des branquignols qu'ils étaient l'autruche, ces pleutres couards sans oser violer not' territoire . Z'ont aucune existence . Des ploucs . Depuis, ces mauviettes se sont d'ailleurs dispersées .
      Allez allez Paris 2032 !
      Ps : 12 000 euros ou une inscription à La Diagonale 2016 les 4 cassettes VHS . Gratos, une dédicace smurf de Brigitte en plumes au meeting de Lons le Saunier & une brève vidéo d'André qui pédale sans toucher à son dérailleur, ni au trottoir, ni même au courrier qu'il est censé distribuer (mais ça, c'est salaud de le dire, sauf qu'on le voit bien rigoler en jetant avec casquette à logo sur la tête le courrier dans des endroits pas possibles à voir sur la bande ) .
      Sinon, j'ai bon pour m'inscrire au concours de collabo échelon 1 en macronite validée FnLrPcPq ? L'épreuve de délation paraissait inquiétante, mais la perspective de 850 euros par trimestre suffit à donner l'envie de se surpasser à une ancienne raclure déclassée de la classe moyenne . Tant que je suis on god ondes, je peux passer un coucou à Toinou & sa sylvestre partenaire ?
      https://youtu.be/AfTwyutT5pM?t=2m20s

      Supprimer
    2. Lapasset parce qu'en tant que lieutenant aux Finances, c'était déjà lui qui délivrait les passes droit ou gauche façon négoce à St Denis pour le 'sortium .

      Supprimer
    3. En écho à la penchitude du jeu sans ballon pour faire écran dans la défonce hors contrôle selon les règles modernisées .

      Supprimer
    4. Même dans le poste, aucun espoir tant la maîtrise londonienne fut évidente.
      Mais le leurre aboutissant systématiquement à une obstruction, le replis " fainéant",aussi nécessiterait rapidement une reprise en main arbitrale ( rien à voir avec l'autre pratique chère à notre ami Mourad, hein)
      Allez Chevreuse ( toujours en course, il est bon de le préciser)

      Supprimer
    5. Hello Pipiou,
      oui c'est de bonne guerre de prendre le contre pied. Surtout venant d'un ancien journaliste de l'Equipe qui était il y a peu dans la position de l'observateur avisé. Passons. Cela dit, il a le droit de ne pas avoir vu le même match devant sa télé que ceux qui étaient au stade. Voire même que l'arbitre, les joueurs eux-mêmes et pourquoi pas le ballon s'il avait des yeux.
      Ce qui marque c'est le jeu sans ballon. De l'avis non pas d'observateurs avisés mais d'anciens internationaux et d'actuels entraîneurs. Et ça, le jeu sans ballon on ne peut l'apprécier qu'en étant au stade. Ou en ayant un oeil particulièrement avisé car les caméras de télévision ne le permettent pas facilement focalisées qu'elles sont sur le ballon et ceux qui le portent.
      Oui, Barritt et Billy, certes, et le rugby demeure un sport d'affontement. Mais un sport collectif d'affrontement et si Barritt et Vunipola brothers sont efficaces ce n'est pas parce qu'ils sont plus costauds que leurs adversaires mais parce qu'autour d'eux il y a en permanence trois options de sortie qui bloquent les défenseurs et créent de l'incertitude.
      Parler de puissance quand on parle des Saracens, c'est s'arrêter à la première phrase d'un livre. C'est l'incipit.
      Je remarque juste que Zirak, Kayser, Lamerat, Rougerie, Yato, Lee et Vahaamahina ne manquent pas de puissance eux non plus. Mais qu'elle n'a pas été utilisée de la même façon. On en revient à l'organisation générale du jeu qui mérite le grand angle du stade et non la petit focale de la télé.

      Supprimer
    6. Pardon, ils sont deux anciens de L'Equipe, Julien et Michel, sur Nice Rugby. Leur avis fait sens, bien entendu. Et ils ont tout à fait le droit de voir, de là où ils sont placés, dans le jeu des Saracens la puissance qui prédomine.
      Pour ma part, quitte à aller chercher de la nourriture ovale ailleurs que sur ma propre table, je préfère l'interview sur Midi Olympique (p. 6) de Dimitri Yachvili qui suit les Saracens toute la saison sur les deux compétitions. Et que je vous conseille, Julien et Michel...

      Supprimer
    7. Ca me rappelle une discussion avec un ancien rédacteur en chef de L'Equipe en charge du rugby. Il me certifiait que le jeu des All Blacks était basé sur la puissance. Et que ça faisait la différence. Et il me soutenait que parmi les trois préceptes All Blacks, Power était un des 3 P. J'avais fait mes devoirs avant d'entrer à L'Equipe et je lui ai tenu tête. Il ne me croyait pas. Power était forcément la clé. Il s'entêtait. C'était d'ailleurs une de ses caractéristiques premières.
      Je suis donc allé chercher le livre de Fred Allen dans lequel était citée la règle édictée par son ami Saxton : Pace, Possession, Placement. Aucune trace de la puissance. Elle n'est que la résultante. C'est une erreur communément commise.

      Supprimer
    8. Mais ça fait très longtemps que je regrette le peu d'inventivité des réalisations TV pour le rugby, notamment arriver à nous faire "voir" cette organisation générale du jeu sans que ça se résume à un grand rectangle vert avec des points qui courent au milieu (actuellement ce serait plutôt le contraire avec une loupe façon voyeur qui ne manque rien de chaque détail, fût-il insignifiant).

      Pour autant, hors de question de "minimiser" la victoire, l'emprise et le jeu des Sarries sur cette finale. Mais en se gardant de faire de même avec Clermont; "ils auraient pu en prendre 40", sauf que justement... ils ne les ont pas pris, et que la maîtrise des Saracens n'a abouti qu'à la 73ème, après que leur domination de fin de match n'ait pas réussi à les mettre à l'abri pendant 20 mn.
      C'est plutôt là que je vois la véritable différence entre les 2 équipes: cette capacité des Sarries à jouer au meilleur niveau dans toutes les phases de jeu et jusqu'au bout, qui assoit une domination territoriale et n'a donné aucune opportunité aux clermontois de scorer, ou toujours en réaction, et d'inverser -éventuellement- la pression.
      Mais on a bien compris que le jeu des Saracens t'a enthousiasmé, comme tout le monde: moi-aussi à la 66ème, bien arrimé à ma bière, j'ai gueulé "mais que c'est beau !!" parce qu'effectivement, c'était splendide.

      Supprimer
    9. Tiens, sur les 3 P des Blacks, j'ai beaucoup aimé l'entrevue avec Gary Braid dans le n°2 de Flairplay; on en apprend plus sur le P de Pace que dans toute autre explication, quand le bonhomme nous livre sa vision de la différence entre rugby français et rugby néo-zélandais.
      Nous par culture du jeu pour le jeu on prend le moindre intervalle quand il se présente, au risque de s'isoler et de perdre le P de Possession, alors que les Blacks, toujours par culture, "posent" d'abord le jeu appris et récité, sans risques, et quand l'adversaire prête le flanc, s'engouffrent alors dans la brèche à fond et collectivement.
      Un peu comme les Saracens samedi, quoi...

      Supprimer
    10. Du pragmatisme anglo-saxon dans le texte...

      Supprimer
  6. et maintenant un mec à Matignon qui ressemble à Mola!
    Allez Tautor, y reste plus que le maquis Lomagnol........

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Deconnes pas on est 5'eme et ce serait con de finir 12'eme 😱😱😱😱

      Supprimer
  7. chaud l'attaque d'Azema sur l'équipe à propos d'un titre « Aurélien Rougerie, le roi de la loose ».

    Ce n'est qu'un titre, personnellement cela me gonfle cette critique des journalistes.

    J'ai toujours été d'accord pour dire que les journalistes sont et doivent être le quatrième pouvoir. Donc laissons les rédiger ce qu'ils veulent, c'est de leur responsabilité.

    Ce genre d'attaque "J’aimerais bien avoir le CV du mec qui a écrit ça, quelles sont ses compétentes" est stupide.

    « Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai jusqu’à la mort pour que vous ayez le droit de le dire »

    Azema a tout à fait le droit de dire qu'il n'est pas d'accord et de justifier son propos mais de là à s'en prendre à la compétence du journaliste. Ceci est bien vil et indigne d'un entraineur (qui doit montrer l'exemple). Cela me rappelle un certain président qui si ce n'est pas dans son sens dit "fake news" or "he/she is bad". Super les arguments.

    Le Gé Enervé

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah, l'attaque d'Azema. On aimerait qu'il mettre autant d'énergie à faire jouer son équipe qu'il en a pour la défendre. Cela dit, le titre concernant Rougerie est décalé. Mais aujourd'hui, on ne peut pas chambrer les joueurs, ils sont dépositaires d'une image. Donc pas touche. Sinon c'est crime de lèse majesté. Il faut plutôt être dans le lêche majesté pour leur plaire. Bref.
      Si on regarde bien, Rougerie détient le record du nombre de finales perdues avec l'ASM. "Roi de la loose", ça fait référence à une série télé humoristique. Je ne vois pas où est le problème, vraiment. Sinon qu'il ne faut pas faire d'humour avec Clermont,plutôt suivre la procession la main dans la corbeille de roses.
      Je n'ai rien à voir avec cette page statistique, ni avec la titraille mais j'avoue de "fait néant" m'a bien faire sourire. Je ne vois pas d'insulte.
      Azema, c'est le même qui en conférence de presse, quand je lui pose la question de savoir s'il a pensé à un 6-2 sur le banc (six avants et deux demis-arrières) me demande s'il n'est pas plus pertinent de faire un 8-0 considérant la puissance des Saracens. Bref, il me prend pour un con. pas de souci. Il s'en est excusé à l'issue de la conférence de presse. Non, c'est juste que l'idée venait de Guy Accoeberry. Et que quelques heures plus tard, Bernard Laporte évoquera ce choix du 6-2 pour briser la défense adverse, choix qu'il a effectué quand il entraînait Toulon avec le palmares que l'on connait.
      Voili, voilà, mon Gé. Ainsi va la vie duraille.
      Ah, si j'oubliais, mettre en doute la compétence des journalistes. Moi je réponds faut-il avoir été astromaute pour commenter un alunissage ?
      A plus...

      Supprimer
    2. tu peux compter sur moi pour être toujours à vos côtés. La liberté d'expression est un droit fondamental.

      Supprimer
    3. En plus, Ritchie, je suis sûr que tu es meilleur que lui pour parler de rugby. EN tout cas, moi, c'est ce que je pense.

      Supprimer
    4. Ceci étant, Ritchie, est-il inhérent au métier du journaliste de faire nécessairement dans le bon mot (qui donc forcément n'est pas toujours bon), le titre accrocheur, la métaphore ou l'envolée pas toujours lyrique ?
      Azéma aurait-il réagi de la même manière si au lieu de l'intertitre "Aurélien Rougerie le roi de la loose", ton confrère avait écrit "Aurélien Rougerie l'éternel perdant" ?
      Chuis pas sûr...

      Supprimer
    5. Pipiou c'est pire...
      A chacun son métier....
      Un roi on peut le détrôner
      Éternel c'est foutu 😊

      Supprimer
    6. J'sais pas, approcher l'éternité, quand même, c'est pas donné à tout le monde.
      Au point où il en est, Rougerie a peu de chances de faire mentir les moqueurs.

      Bah, le temps passera.
      Sa carrière parlera pour lui, personne n'aurait l'idée de traiter Albaladéjo de looser parce qu'il a perdu ses 4 finales avec Dax.

      Supprimer
  8. D'accord, oh combien sur le fonds, Gé,mais une remarque toutefois:
    La presse dite "traditionnelle "à de plus en plus tendance à singer les tabloïds dans ce qu'ils ont de plus sordide, entre autre dans le choix de titres "accrocheurs" !
    Allez Gé, serein !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ouais accrocheur, c'est le principe de la pub. Au pire Gé, ça aurait pu être "roi de la bouse" !!!

      Supprimer
    2. Jan Lou,
      OK mais si ces tabloids ne plaisent pas nous sommes pas obligés de les lire; et l'équipe est un journal lu. Donc ils ont raison.
      Comme je suis le roi du jeu de mot laid, je ne crierai pas Haro sur le baudet et j'avoue que mon mauvais goût ne me permet pas de donner de leçon. D'argumenter certainement quoique ? mais pas de juger.
      "Rouge Egérie de la défaite" :-)
      Sara rince les jaunards.
      Tu vois "pas mieux". Mais laissons faire nos amis journalistes.

      Supprimer
  9. S'en être non plus le Vésuve et l'Etna, un rugby plus intéressant en ces phases finales. Le moins qu'on puisse attendre en ce monde de professionalisme notamment, au regard de la concurrence du super 18. Un top avec la finale coupe d'europe, plus mitigée avec celle du challenge européen.. Sarracens top dans son jeu s'appuyant sur sa puissance devant dans le port du ballon et des courses orchestrées parfaitement derrière. Perso, un peu différent du jeu black. Du cousu main en
    fonction de tactiques et shémas de jeu alliant physique et rapidité, plus que d'inspiration. Plutôt des gammes répétées, exécutées, ciselées parfaitement L'inspiration ?? chez l'ASM un peu pour s'en sortir. Trop difficile à contrer quand on arrive pas à mettre suffisamment la main sur le ballon. On s'expose à des lames qui font forcément mouche au vu de la dextérité d'exécution, surtout derrière. "Les discothèques, on est censé s'y amuser, prendre du plaisir. Le rugby ça doit être la même chose : pas ennuyeux, il doit aider à l'expression de soi-même",
    disait Strettle. Ben, le plaisir, z'ont dû aller le chercher en box of night, tard dans la nuit.
    Enfin, d'accord avec Pipiou, JLou,..., sur la légalité de leurres plus que limite qui avantagent grandement le déroulement de l'attaque, comme je le soulignais sur le post précédent.
    Mais encore une fois au pied du mur, au regard de la prochaine CPM et du niveau des meilleurs. L'inspiration, oui, mais déjà l'aspiration à des gammes parfaites.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Sergio,

      Merci pour ton site, mais il y a une chose qui m'a impressionné, c'est qu'il n'y avait aucune passe en avant chez les saracens. Même si ils ont lourds, ils ont tous une technique individuelle et gestuelle bien supérieure à la nôtre.

      Donc OK pour dire qu'ils jouent la destruction mais elle est super technique dans tous les cas.

      Le Gé

      Supprimer
    2. Ce que je voulais faire ressortir par cet article, c'est que leur jeu est basé d'abord sur ce défi physique compresseur
      devant, auquel ils allient effectivement et superbement cette orchestration de courses et combinaisons derrière, connues sur
      le bout des doigts qui leurs permettent d'avoir le cas échéant plusieurs solutions (comme l'explique D. Yachevili
      dans le Midol) et donc un jeu moins stéréotypé permettant des décalages et surtout des prises d'intervalles tjrs dangereuses. Globalement, ça reste de la programmation, mais en tout cas dans une justesse technique irréprochable sur ce match, qui a forcément compté en finalité. On ne trouve pas d'équivalence en France ou du moins, on est pas sur la même pratique... Est qu'on cherche à aller dans ce sens ???

      Supprimer
    3. oui pour les passes et le déplacement mais sur le physique ? je ne sais pas.

      Supprimer
    4. Ils sont incontestablement sur les traces des Blacks, mais quoi de plus normal.
      On est tous d'accords que c'est la voie à suivre mais encore faudrait-il s' en donner les moyens, eux sont en tout cas sur la bonne voie.
      C'est déjà un bel hommage, mais de la à comparer une equipe de club aux champions du monde, il reste un peu de marge quand même.
      Outre l'organisation collective,on parle beaucoup de puissance pour cette équipe.
      Encore reste il à determiner le ratio force / vitesse, si les Sarries rivaliseraient probablement sur le premier ingrédient ça semble plus compliqué pour le second.
      Allez, le fameux " Pace", fô qu'on lui consacre un chapitre un jour.

      Supprimer
  10. Ci dessous, article pour contrebalancer ton post Ritchie, effet de balancier..
    http://nicerugby.blog.lemonde.fr/2017/05/15/saracens-les-garcons-bouchers/#xtor=RSS-32280322
    qui n'enlève en rien la supériorité des Sarries, et effectivement qui diffère du jeu NZ. Appliqué à ce niveau en CPM et les anglais seront là en finale... contre les blacks

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Sergio, remonte un peu plus haut, tu liras ma réponse au blog de Nice.

      Supprimer
    2. Je me met hors sujet mais suis tombé sur " chasing the great " qui retrace la trajectoire d'un fils de fermier , enfant introverti qui est devenu Richie mc Caw
      Partie très intéressante entre autre sur le mental et la transformation apres l'échec de 2007 à la fois sur le plan personnel et collectif
      Je sais qu'il y a un intérêt ici de certains sur le travail mental donc je le souligne tout en me disant que vous l'avez déjà vu ce documentaire
      L'homme ordinaire qui fait des choses extraordinaires , bonne description du mec par sa copine

      Supprimer
  11. En effet Christian, excellent, édifiant, émouvant reportage sur McCaw. Du Frank Capra ovale. Il faudra d'ailleurs tenter de lui faire savoir qu'il y au moins deux Français qui ont apprécié, ça le fera sourire.

    Pour revenir à Fez, je n'ai pas pu me libérer pour voir les Maures contre les Arvernes, mais ça me fait rudement plaisir de lire ici une forte majorité de commentaires satisfaits. Pas d'antidépresseurs cette semaine, c'est déjà ça de gagné.

    Et pour revenir aux Antipodes et aux comparaisons, les Anglais étaient certainement aussi organisés ce week-end qu'à Dunkerque en 40, mais je doute qu'ils possèdent les six ou sept génies du jeu néo-z.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'aurai aimé etre Christian Barbier animateur d'Europe n' 1 qui a bercé les nuits avec " la nuit est à vous " mais non seulement Francois , peut être d'ailleurs qu'avec ce prénom j'aurai davantage brille au centre de l'attaque
      Oui on leur dira que l'on etait deux et que l'introversion de ce guerrier tête haute nous a touché au plus profond

      Supprimer
    2. Pour Mac Caw, nous serons trois français et j'espère bien le voir chez lui au repos pour le lui dire...Il n'a pas travaillé seul et son gourou s'occupe aussi des autres joueurs All Black

      Supprimer
  12. en passant par Labro Philippe, via google, vous trouverez un article concernant Sapiac et l'amour du rugby de Philippe.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Déjà dans le supplément l'Equipe de ce début de mois, aussi.

      Supprimer
  13. Ce commentaire a été supprimé par son auteur.

    RépondreSupprimer
  14. Ils ont été 51 à porter le maillots d l'ASM cette saison, parait il. Et Azéma tjrs dans le pastis pour un titre !
    Sinon, à ce qu'on lit d'à droite, d'à gauche, centre droit, centre gauche, finalement président si extrémiste sans foi ni loi que ce qui a été balancé après l'histoire fusion ? Mais j'suis comme St Thomas, tant que j'ai pas vu...

    RépondreSupprimer
  15. Félicitations pour vos temoignages à charge sans aucune preuve. Journaliste est donc être partial et "disgressieux", néologisme qui vous sied à merveille tant votre critique pseudo acerbe ciblée n'a d'équivalent que votre rancœur. La preuve d'un échec personnel certainement.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Unknown,
      la règle ici, même et surtout si vous laissez des commentaires, consiste à vous identifier. Merci

      Supprimer
    2. Sachez pour votre gouverne, Unknown, que pas un dirigeant, technicien ou joueur de l'ASM n'imagine que je sois l'auteur de cette saillie "Rougerie, roi de la loose" et de cette page. Cela dit, ils pensent que les chiffres en mentent pas mais qu'effectivement, concernant Rougerie, ça méritait autre chose. Sans pour autant renier le fait que faire son maximum en finale n'est pas source obligatoirement de succès. Et qu'il leur manquait pas mal de choses pour battre les Saracens. Lucides.
      Bien entendu, il aurait été plus pertinent d'analyser pourquoi l'ASM a perdu, encore, cette fois-ici. Comme en 2015 et 2013, encore que ce ne soit pas les mêmes contextes, les mêmes équipes et les mêmes matches...
      Il manque à chaque fois quelque chose à Clermont. Et ce n'est jamais la même chose qui fait défaut. Du coup, c'est compliqué mais passionnant à analyser.
      J'ai déjà écrit à de multiples reprises ce que je pense que la notion d'entreprise accolée à celle d'équipe et de club. Ce qui fait la force de l'ASM fait aussi sa limite.
      Voulez-vous que je développe ?

      Supprimer
    3. Ce commentaire a été supprimé par son auteur.

      Supprimer
    4. Vous pouvez vous référer, si vous le souhaitez, cher Unknown, à l'article que j'ai écrit(et signé) sur le web à ce (vaste) sujet. Le format (court) web ne permet pas d'aller au fond des choses mais il y a là quelques pistes...

      https://abonnes.lequipe.fr/Rugby/Actualites/Clermont-coupe-d-europe-quelle-defaite-en-finale-fait-le-plus-mal/801266

      https://www.lequipe.fr/Rugby/Timeline/Les-20-finales-perdues-des-clermontois/799300

      Supprimer
    5. Et pour continuer sur la veine clermontoise : mettre Lapandry sur le banc au lieu de Kole, garder Rado remplaçant, ce sont des erreurs. Faire sortir Parra aussi. Chouly n'est pas un capitaine de jeu. Lopez est moins bon que Fernandez. Abendanon est meilleur que Spedding à l'arrière. Iturria n'a pas encore la densité requise à ce niveau.
      Rien que sur la compo d'équipe il y aurait bcp à dire.

      Supprimer
    6. Difficile de dire si Fernandez aurait fait mieux puisque pas vu mais il aurait été sacrément bon car j'ai trouvé Lopez bon Face a une grosse opposition , on sent qu'il a engrangé de la confiance
      Oui pour la compo et manque un leader devant et un 8 de gros calibre , Fritz lee a mal soutenu la comparaison avec son vis à vis qui n'est pas que puissant mais aussi excellent dans le tempo
      Donc Oui à dire sur la compo et Le banc
      Clermont sait pratiquer un bon et beau Rugby malgré tout manque pas grand chose pour avoir leur destin en main et surtout arrêter cette idée d'être " maffre " ou mal arbitre ce qui soyons honnêtes n'a pas été le cas cette fois ci
      comme ils sont sus le reconnaître

      Supprimer
    7. Mais quelle est donc cette excursion "disgressive" au coeur rance et de main inconnue ?
      Un moment d'égarement sur l'azerty ??

      Supprimer
    8. Le rugby c'est n premier lieu le respect de l'adversaire.

      Je suis un fan du ST et de Toulon mais je trouverais normal et sain que Clermont soit champion de France (ou d'Europe). Ce serait largement mérité surtout que Clermont a beaucoup apporté à notre rugby national.

      J'en dirai de même pour mon ami Richard que je respecte par ses points de vue et surtout sa connaissance encyclopédique du rugby.

      Chacun a le droit d'avoir son point de vue mais toujours dans un véritable respect de l'autre.

      Chaque remarque est bienvenue mais toujours dans la bienveillance et l'humour. C'est le credo de ce blog.

      Respectons nous d'abord puis argumentons ensuite.

      L'un ne va pas sans l'autre dans ce blog.

      Donc SVP pas de jugement de valeur. Merci et comme Sergio, je mettrais cela sur un mauvaise touche "Enter".

      Supprimer
  16. bon j'ai un peu parcouru ici et là, les commentaires sur Sarracens/ASm, et je n'ai vu aucun commentaires sur la domination écrasante des sarries en Touche, même, faut revoir les stats, si l'Asm a eu presque tous ses ballons. Ce qui m'a frappé c'est le nettetéée des prises et leurs exploitations; Que je sache la touche est le domaine le plus technique à travailler et interpreter et ça les sarries ont su faire et donc l'entrainement général doit surement porter sur ce domaine

    RépondreSupprimer
  17. Cette défaite, Ritchie n'est pas de même nature que les deux précédentes. Elle est implacablement logique et le score est déjà une bonne performance à mon sens.
    Lopez est sûrement moins doué que Fernandez ( notons au passage que c'est bien la pharmacie Gomez qui est de garde à Santiago du Chili ce week end)mais au vu de sa saison, peut être est il plus utile à l'équipe en ce moment ?
    De plus il serait bon de préciser à l'anonyme énerve qu'ici on se présente et on cause gentil, sinon on retourne sur les forums.
    Et enfin, pour le p'tit jus dans notre riante vallée, c'est possible la semaine prochaine, voilà.
    Allez Chevreuse

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Combien de temps tu restes ? Si jusqu'au 20 Juin on pourrait en boire un autre

      Supprimer
    2. Jan Lou, get ready ! Cela dit, je pars vers La Rochelle effectuer la trajet jusqu'à Marseille avec les copains. Et oui, c'est la voyage qui compte, pas la destination. Arrêt Chez Claude Spanghero au passage. Ca promet. D'être raconté... Alors pour la café la semaine prochaine, c'est mardi en fin de matinée sur le chemin du départ ou alors la semaine d'après. Et là ce sera semaine de finale... Et j'espère des Quinconces en fusion !!!

      Supprimer
  18. j ai vu un bon lopez agissant sous la pression essayant de creer quelques breches heroique en defense par contre l ami parra retarde tous les mouvements il decompose il joue a la suisse
    en face les anglais donnerent du rythme de la continuite ils firent tout bien
    l asm valeureux mais limitee face a ces techniciens engages
    ah ze mal a la tete
    ah ze ma faute
    si ils se courroussent pour des jeux de mots
    le jeu appele la faute
    et le mot appele le jeu

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Lopez bon en défense en comparaison à un Plisson ou FTD, devant tous les gros déferlants pour donner leur bon jour. Parra, emprunté et plus lent qu'à une époque, qui n'avait pas de couteau suisse...
      Sinon, "faut respecter le jeu si tu veux qu'il te respecte" (proverbe africain). Le lion ne meurt pas, il dort... (autre proverbe africain). Va se réveiller ou mal de tête pour le final T 14 ??

      Supprimer
    2. Mes amis quel match.
      Alors que Unknown arrive sur le coté du regroupement, de je ne sais d'où, il prend une poire de
      Richard Mac Know (bien connu celui là).L'arbitre AZEMA ne bronche pas, encore une finale perdue.
      Pour la finale je me suis régalé. Ces Saracens ils maîtrisent tellement bien l'intelligence situationnelle qu'ils sont passés à l'automatisme situationnel.
      Félicitations aussi à Clermont qui aurait pu prendre 410 points, ce qui n'est pas le cas parce que c'est Clermont.

      Supprimer
    3. Ah Lulure II, belle intervention dans le Côté Ouvert... Richard Mac Know, bien trouvé. L'automatisme situationnel aussi : c'est intelligent.
      A suivre...

      Supprimer
    4. Ah voilà, exactement ce que je cherchais : "l'automatisme situationnel" (à garder dans le jargon), pas loin de l'intelligence situationnelle, mais caractérise bien ce jeu d'allulure Sarries, plutôt II fois qu'une.

      Supprimer
    5. bof ! désolé, mes amis, automatisme situationnel est un oxymore (aux vaches bien sûr).

      Je pencherais plutôt pour gamme situationnelle. (désolé Richard, je parle de musique"

      "La gamme est l’ensemble des rudiments pour l’acquisition de la totale maitrise d’un savoir." voilà la définition (pour ne pas me faire planter par Richard :-)
      et comme disait Audiard

      "Dans les situations critiques, quand on parle avec un calibre bien en pogne, personne ne conteste plus. Y'a des statistiques là-dessus."

      Le Gé

      pour Richard :

      "En réalité, les seuls musiciens que j'aime sont les miens ! Ils s'adaptent à toutes les situations."

      Supprimer
    6. Pour les musiciens Le Gé c'est exactement ça

      Supprimer
  19. Il y a des journalistes dont les écrits deviennent des références : il a été entendu aujourd'hui autour d'un green et d'un putter, à des centaines de kilomètres de toute rédaction : " Pense au balancier d'Escot, c'est la même chose..."
    M.,Unknown peut il en dire autant ?

    Punkette (en mode pom-pom)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah, Primprenelle, je ne savais pas que j'étais ainsi devenu un fils de putt...

      Supprimer
    2. Avec tous les honneurs de la fonction et ses privilèges.

      Supprimer
    3. On dirait que ton swing s'améliore, Pimprenelle,...
      Pom,pom,pom,pom,
      Pom,pom,pom,pom,

      Supprimer
    4. J'y travaille Rintintin, j'y travaille...

      Supprimer
  20. Ouaip ben en ce moment c'est plutôt putter de mes Fez !
    Semaine d'après si on peut Ritchie,full dispo for me.
    Je ne reste que 15 jours, François, sinon mes cocotier se désespèrent, on finira par y arriver...
    Allez Chevreuse

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah non mais j'ai compris ... mais je l'aurai un jour , je l'aurai
      D'ailleurs on fera un parcours avant la cafe et avant le café un déjeuner , vais quand même pas me laisser déborder par un talon quand même

      Supprimer
  21. Jan Lou
    On dit mercredi 31 mai
    11h
    A Chevreuse
    Tu me donneras le nom et l'adresse du café.
    Je bloque le RV

    RépondreSupprimer
  22. Par ailleurs serai vendredi 26 et samedi 27 à Marseille pour les demies. En supporteur du Stade Rochelais. Deplacement perso avec des amis rochelais anciens joueurs. Ce serait sympa de croiser quelques Quinconces. Qui sera au Vélodrome ?
    Éric ça je sais je l'ai eu au téléphone. Mais qui d'autres ? Bernard . Who else ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je serai les 26 et 27 mai à Marseille mais pas pour la même raison, et j'avais pas calculé ces 1/2 finales. Si on peu se voir en dehors du stade, à l'extèrieur, s'il y a un village sponsors/Bar/restauration, pourquoi pas : vendredi soir peut être pas, je suis en B N B aux Goudes et tout seul. Le samedi en fin matinée, à voir...

      Supprimer
    2. Une des meilleures Pizzéria aux Goudes
      Que de souvenirs d'enfance !
      Veinard !

      Supprimer
    3. Je voulais dire en loc aux Goudes, mais pas tout seul, évidemment. Ce qui n'empêche pas...

      Supprimer
    4. Je prends le train en marche... j'étais en balade avec des gens charmants 'j'ai tenté deux recrutements de jeunes pour le Quinconces III). Vous avez été très bons dans ce que j'ai lu. J'espère que mes places sont au milieu des Rochelais (le grand fils amène son père, quelle époque! Avant c'était le contraire mais je vais en profiter). Je serai à Marseille le 26...
      Pourquoi Clermont ne gagne pas (plus)? Quand vous jouez sur le golf des volcans, pas question de folie, du sérieux, pas d'emportement sinon vous prenez une rouste par le parcours. A Clermont on gère...pas si mal mais pour se transcender faut changer de logiciel comme ont dit encore sur BFM/TV
      Les athlètes de haut niveau savent perdre, Roro s'en remettra mais Azéma se sent peut être en faute. Donnez lui à lire "La force du paradoxe (En faire une stratégie?)" de Pierre Fayard et Eric Blondeau. Il entraînera avec son sérieux, de discernement et un peu de folie, mise au bon moment (là c'est l'art de l'art martial) les anglo saxons savent faire mieux que nous...

      Supprimer
  23. Ok pour moi, Ritchie mais l'oisif que je serais à quelques remords, je peux aussi faire mouvement vers l'Essonne !
    François, avec Cindy , Naomi et Claudia les RDV ont toujours échoué, mais nous ça va se faire, c'est sur !
    Allez, tu sais pourquoi les Basques trinquent toujours à l'intelligence ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Attention Jean-Lou:) le Landais a du sang basque !
      oui je serai aux demies ,évidemment, allez La Rochelle !

      Bernard Landais du 17 40 et 64

      Supprimer
    2. Parce que la santé on l'a !

      Le vent rend fous les basques et cons les autres

      Allez les Basques et je serai patient

      Supprimer
  24. Au fait je relance au ras mais le Unknown en question quelqu'un a de ses nouvelles. Sorti sur commotion d'accord. Mais après ?

    RépondreSupprimer
  25. Le 26 et 27 à Marseille
    Le 31 à Chevreuse.
    D'autres dates pour les concerts ?
    Punkette ( Billeterie FNAC)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. 23 à La Roche sur Yon
      24 à La Rochelle
      25 à Castelnaudary
      26 à Montpellier (en matinée, seulement)

      Supprimer
    2. Et bien sûr le 4 au Stade de France
      Après j'effectue une tournée en Espagne du 12 juillet au 6 aout.

      Supprimer
    3. si tu passes pour le sud de l espagne une(au minimum) tournee nous partagerons

      Supprimer
    4. Si vous y allez comme ça:

      L'ophtalmo m'a dit que j'ac=vais un fond d'oeil de 20 ans, j'ai un nouveau copain à Lyon aujourd'hui.
      Le 20 , Suze la Rousse Université du vin
      23 au 25 Seilh golf avec des Pyrénéens
      26 Marseille avec les Rochelais (redite)
      24 juin Auckland Lions-All Blacks (au stade de Rugby Land)...jusqu'à finale du Super Rugby
      15 octobre Andalousie jusqu'au prochain Quinconces. Je ne reviendrai que pour embrasser les copains de temps en temps...

      Supprimer
    5. Michel
      AB vs Lions tu nous raconteras en direct c'est obligé
      Veinard

      Supprimer
    6. Allan
      Je ne descends pas plus bas que Valencia

      Supprimer
    7. dommage pour toi Ritchie, c'est après Valence que c'est le plus beau... ! ... pour moi, c'est à Altéa du 22/07 au 12/08 avec gendre, fille et petits-enfants.

      Supprimer
    8. Christian, j'ai eu l'occasion d'aller à Calpe et Moreira. Des amis ont une villa là-bas. C'est effectivement beau. Mais nous avons trouvé un petit coin de paradis du côté de Cullera qui nous convient très bien. Plage de sable presque blanc à perte de vue, pas de touristes puisqu'il faut laisser sa voiture à 1km pour passer au milieu des dunes et des oliviers. Notre appartement est dans un petit immeuble résidentiel qui est juste derrière les dunes, unique. La plage est à nos pieds. Pas de voiture. Un petit bar abrité du vent au rez-de-chaussée. Lieu familial peuplé de valenciens qui nous ont adoptés depuis maintenant plus de dix ans. J'y ai deux ou trois amis. On organise volley, rugby et foot sur la plage. C'est mon idée de la beauté... Je dirai qu'elle est harmonie.

      Supprimer
    9. Mais Tautor ne manquera pas de passer te voir puisqu'il est à Denia fin juillet, il me semble.

      Supprimer
  26. Ce commentaire a été supprimé par son auteur.

    RépondreSupprimer
  27. Allez, on se prépare pour la grosse soirée : Stade Français vs Cardiff puis Toulon - Castres. Commentaires ici même. En direct.

    RépondreSupprimer
  28. Ce soir c'est l'ouverture de la chasse aux demi finalistes institutionnels, autant dire le début du vrai championnat, celui qui fait penser que nous sommes les meilleurs. J'étais un peu en retard, j'ai fait le tour des popotes de Nice matin au Monde et j'en sors avec l'impression d=que chacun voit le match de sa fenêtre. Nous sommes des drôles de mecs, les vieux du rugby.
    Azéma n'a pas su mettre les ingrédients en place pour contrer les Sarries et les joueurs n'ont pas pris leurs responsabilités pour faire durer les temps forts de la seconde mi-temps. J'ai dans l'idée que les joueurs ne savent pas se préparer comme le font les anglo-saxons pour un tel événement.
    Entre latins, voyons comment va s'y prendre le colosse Urios pour mobiliser ses joueurs pour défier Toulon. En face (encore) des anglo-saxons aux manettes avec le rude (et talentueux) Cockerril et le fin (et solide) Giteau. Mourad dans ses choix malheureux de l'après BL a créé un beau tandem de raccroc. Pas sûr que ceux qui aiment le jeu d'évitement soient enchantés de la rencontre.

    RépondreSupprimer
  29. je pense que toulon va passer apres une belle empoignade et une superbe prestation de castres
    le labo fabre face a la macedoine varoise
    hip hip hip mourad

    RépondreSupprimer
  30. En attendant, quel match à Jean-Bouin ! Un Stade Français vraiment magique. Paris, quoi ! Sept essais. Et certains d'une rare beauté. Des regrets, donc, en évoquant ce que cette équipe-là était capable de faire. Championne de France en 2015 et ensuite plus rien, comme si tout avait été éteint. Impensable. Et puis l'electrochoc, la rebellion et l'esprit d'équipe qui ressort libérant tous les talents en même temps. Un régal. Bravo à eux, bravo à ces Parisiens, qui méritent un vrai bon repreneur, un président à la hauteur, un projet qui rassemble et un futur radieux.

    RépondreSupprimer
  31. Formidable Toulon qui sort sa plus belle attaque en infériorité numérique pour marquer et l'emporter. Qui pouvait l'imaginer ? La passe de Nonu est une merveille. Castres a lutté, mais craque sans rougir. Gros match. La Rochelle - Toulon : la guerre des ports.
    Reportez-vous au magnifique passage dans le livre de Jacky Adole, "Déjà..." Le compte-rendu littéraire d'un match d'une rare intensité. Ca promet !

    RépondreSupprimer
  32. Barrage bloquant puis barrage filtrant
    Effectivement intense , boum , bang et une lueur effectivement avec cette passe de Nonu
    J'ose espérer du jeu avec et grâce à Larochelle

    RépondreSupprimer
  33. Ah, au fait, au moment où j'allais quitter les locaux de L'Equipe, tombe une dépêche AFP selon laquelle Mourad Boudjellal envisage d'appeler Bernard Laporte au téléphone pour lui parler de l'arbitrage de M. Ruiz. Maintenant, c'est ligne rouge directe entre la rade et Marcatraz. On dirait du mauvais Trump. Quelqu'un peut dire à Mourad Boudjellal de se taire. Il va nous polluer la phase finale, ce bouffon. Qu'il laisse les arbitres tranquilles et qu'il s'occuper de son club, ça sera déjà ça. Il me fatigue à un point... Ca et l'épisode de la LNR qui se plante et permet à Jacques du Plessis de jouer, ça sent l'arrangement à plein nez. Comme c'est la FFR qui détient l'arbitrage, ça va forcément jeter un trouble sur les demies. Du moins celle entre La Rochelle et Toulon... Quelle mascarade...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. "Je vais le dire au président."

      Vous ne trouvez pas que cela fait cours d"école.

      "Si tu m'embêtes encore, je le dis à mon papa" . Il ne manque plus que "tralalalalala"

      Quand il dit qu'il ne croit pas à la malhonnêteté de l'arbitre ou même qu'il est conscient qu'il ne fait pas exprès. quel sujet va t'il aborder dans sa lettre.

      L'arbitre n'était pas un bon jour "it's bad". Comme Trump, "c'est une chasse au sorcière" "je suis le président le plus harceler du MONDE ONDE ONDE ONDE". A moins qu'il veuille se faire arbitrer par un robot.

      C'est le rugby. L'arbitre fait partie du jeu comme le vent et la pluie.

      J''en ai vraiment marre que les gens protestent sur les arbitres puisque justement c'est l'élément essentiel du rugby. ëtre jugé par un HOMME avec tous ses défauts et ses grandes qualités.

      D'accord avec toi Richard. Quelle mascarade ?

      Le Gé

      Supprimer
  34. Le retour du Djellal !
    Allez Chevreuse

    RépondreSupprimer
  35. Avec sa saillie, Mourad, il a failli me gâcher une belle journée. Lui, Altrad, Lorenzetti, Savare, ils ne savent pas le mal qu'ils font à ce jeu.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. MB n'est jamais content de rien même quand il gagne , à dessein , victimisation et toujours en lutte contre LNR à la moindre occasion
      Pas la même opinion que toi sur Savare , il s'est perdu en route et embarqué par Lorenzetti , un échec personnel comme dirait unknown qu'il devra méditer ....
      les autres ont un ego ennorme , vienne assouvir une soif de quelque chose donc ils savent pourquoi ils sont la et essaie d'influencer autant qu'ils peuvent via la FFR pour tuer la LNR avec la même stratégie de victimisation y inclus le racisme pour MB et MA
      On connaît la chanson et leur Rugby est triste à se faire mal au yeux mais surtout au cœur

      Supprimer
    2. Malheureusement oui, François. Savare perdu, certes, mais sans état d'âme quand il s'est agi de vendre. Prêt à sacrifier un tel club. Et je ne te parle pas de son épouse qui donne des leçons d'économie à qui veut l'entendre. Pathétique.

      Supprimer
    3. Alors la si Madame s'en mêle
      Nous avons déjà parlé ici , le mécène sauf homme ou femme exceptionnel n'a rien à faire dans ce sport sur le plan économique
      60 millions avec quel objectif ????
      On verra avec l'homme de Capri Sun mais la aussi quand ça tient à un seul hommme aussi motivé qu'il soit pas sur que ça dure plus longtemps ... on verra

      Supprimer
    4. Un jour prochain (next Quinconces à Treignac), je vous raconterai l'épisode avec Mme Savare et Mlle Lorenzetti. La doublette. M'expliquant pourquoi les gens ne comprennent rien à ce que les grands investisseurs font pour le rugby, en particulier quand ils ont la bonne idée de fusionner le Stade Français et le Racing 92, tout cela validé par quelques anciens joueurs et quelques anciens journalistes, et j'ai l'âme charitable donc je ne citerai pas de noms, mais les piques assiettes et les lêches bottes dans ces deux catégories-là, s'ils ne sont pas légion, sont néanmoins très visibles et ne s'en cachent pas.

      Supprimer
  36. arbitrage apparemment juste de Alexandre Ruiz. Comme certain d'entre vous , et en plus, le FAIt du match c'est la passe de Nonu, pour l'essai. D'autant qu'on a eu comme impression qu"au cours de la saison il faisait le minimum syndical, et encore.
    Quant à Tillous-Bordes je me demande , encore une fois, pourquoi il est dans l'équipe...
    Auront ils suffisament récupéré, naturellement , contre La Rochelle?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'espère que non. Mais je n'ai pas l'impression qu'ils ont laissé trop de plumes à Mayol. Ils sont dans une dynamique, les Varois. Aie, aie, aie...

      Supprimer
  37. Comment dire : j'avoue que ça ma fait plaisir que le club de Mohed Altrad, qui tire un peu trop sur toutes les ficelles, ne soit pas à Marseille. Le jeu des Héraultais est limité, le registre de leur président irritant, et ce club va méditer durant l'intersaison sur le chemin qu'il lui reste à parcourir dans tous les domaines. J'espère que Vern Cotter saura mettre un peu d'ordre dans cette écurie d'Augias.

    RépondreSupprimer
  38. Ce commentaire a été supprimé par son auteur.

    RépondreSupprimer
  39. Jour de Tarbouche Mr Fez !
    Point de comparaison possible entre la finale H Cup "Sarries sur le gâteau"et des barrages "Commotions rien au cerveau" ... Effectivement Lulure a trouvé le mot "automatisme situationnel" à tel point que Travers n'a pu s’empêcher de nous la faire ! D'un coté Mohed et le "gros Feztout du top 14" et de l'autre perdu au milieu des supporters "Jacky la banane" enrobé dans la soie pur bleu ! Ne parlons pas de hier avec "Wonder Mourad" le TMO de la Rade .... De trop rares actions n'ont pu effacer un rugby commotionnel ou l'on se pose la question de savoir à quoi servent les médecins indépendants (médecins retraités de la FFR) par rapport aux médecins de club ? Seul moment anachronique fut de voir les "iliens" communier ensemble dans l’indifférence la plus totale ... belle image fugace de l'état d'esprit qui animent ces gens là aux salaires décalés par rapport aux dites stars. White peut repartir avec une carte jaune en dessous du par et Urios, plus blanc que noir, peut affiner le swing et le put dès à présent afin d'éviter de tomber dans le rough ou de s'enliser dans le bunker ! Finalement, Macrorad a su trouver le tandem gagnant "Max Richard" du plus bel effet style poire "Belle Hélène" plutôt qu'un "Edouard Philippe" !!!! Bientôt pour jouer au rugby il faudra sortir de "Sciences Popo" ou de "l'Etna" pour être certain d'avoir de la "yech en béton" plus que de la "yech en croquette" question de palais et de saveurs ! Heureusement, il nous reste le fruit des feuilles de vigne pour saliver et se délecter d'un rugby champêtre que l'on peut classer au patrimoine national du souvenir ..... ce sera un devoir de mémoire auprès des jeunes que de leur raconter "l'intelligence situationnelle" .... D'Altéa, Christian, va à Tabarca une île pour les pénitenciers ! Qui sait nous pourrions nous y rencontrer ! Le couvre chef est levé je peux jeter la tarbouche pour un jour de Fez !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Whaou le Tautor, le commentaire que voici. Que dis-je, un éditorial ! Du plus bel effet, pas un mot de trop, pas un seul qui manque. Serré comme une défense francilienne. Impec.

      Supprimer
  40. Ce qui est sur ce que l'on entend plus le mot commotion et protocole qu'essai
    Le physique des mecs se pretent à la lenteur des sorties de balles et choix mauvais souvent des 9
    Ou l'inverse le jeu manquant Le plus souvent de vitesse Le mieux est d'avoir des costauds capable d'assomer l'autre pour espérer marquer
    Il y a le Rugby et le Top 14
    Vivement le 3 Juin et la tournée des Lions
    Quelle chance Michel

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le mauvais choix des neuf, le mauvais choix vite dit. Et puis il n'y a pas de mauvais choix en rugby, il n'y a que des partenaires qui y croient.

      Supprimer
  41. François, moi qui bois tes paroles (avec une paille), je ne suis pas tout-à-fait certain que le "physique des mecs se prête à la lenteur des sorties". En bon néo-z maniac, j'ai regardé Force-Highlanders à Perth (légère supériorité des gars d'Otago, 6-61), avec des mastards en première et deuxième ligne, rapides, souples, techniques et coordonnés, jouant avec leur n° 9 comme Read avec Smith. Il y aurait donc le goliath à l'ancienne et le goliath moderne. Quand j'étais môme (sous Louis-Philippe), les connaisseurs assuraient que Beugnot (l'aïeul) était trop grand pour être adroit et j'ai ensuite entendu dire que Crancée ne pouvait pas tenir 80 mn. Le problème, c'est qu'un pilier d'Otago (ou d'ailleurs, ce n'est pas une AOC) apprend mieux le rugby qu'un ouvreur chez nous.
    J'aimerais que le Rochelais Richard nous offre une longue et technique ITW de Vito. Son avis sur la lenteur des frères Franks, de Coles et Mealamu, de Moody, Hames, Seiuli ou Crockett serait instructif.
    Mais tout ça, c'est du passé. Y a un p'tit mec d'Amiens qui va nous faire entrer dans la modernité.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Hello Charles,
      bonne idée mais pour avoir une interview de Vito, il faut passer sous les fourches caudines du seigneur Collazo, le Richelieu du Stade Rochelais. C'est lui qui distribue les sorties de balle et les bons d'interviews. Et le pauvre rochelais que je suis n'est pas en odeur de sainteté auprès de Coach 1er, mais alors pas du tout, pour avoir décortiqué le jeu de son équipe et dit que : l'idée consistait à s'approchait de la ligne pour décrocher une pénal touche avec ballon porté derrière, et que le poids des gros sur la ligne d'avantage était la condition première au développement des mouvements. Ca et gueuler comme un putois sur Twitter pendant mes vacances quand j'ai vu le Stade Rochelais prendre 44 points la saison dernière lors de la première journée sans la moindre révolte.
      Du coup, persona non grata le Ritchie à Marcel Deflandre. Une pelouse sur laquelle j'ai joué et pas lui. Bref.
      Mais c'est une bonne idée. Mais j'ai la réponse anyway.

      Supprimer
  42. Je me suis mis la paille dans l'œil et effectivement tu le résumés bien , en fait c'est derrière le plus choquant avec ces percussions qui n'ont pas le charme des drums de Montclair , la au moins il y a une forme de chorégraphie

    RépondreSupprimer
  43. Je trouve que l'effet fusion a de drôles de prolongements. L'impression que les joueurs se prennent en charge comme les cristaux de matière au fond du creuset de briques réfractaires...Ils jouent indépendamment de leurs patrons.
    Montpellier m'a paru très lourd, mais Racing n'a plus joué comme hier depuis l'an dernier (Le Stade Français depuis encore plus longtemps!). Des joueurs Ciel et Blanc motivés et conscients de leur plan de jeu (même le coaching était prévu, les 2 Laurent avaient planché correctement). Ils ont raté (au moins 3 essais et 2 pénalités) sans se décourager et sont repartis à l'attaque. Un Rokocoko de gala et Nianga saignant... Superbe Nakarawa comme au rugby à 7...Les demies de Marseille sont assez ouvertes avec tout ça...
    La semaine de préparation va être essentielle pour chaque équipe, j'aimerai être petite souris.
    Il faudra être plus de 23 dans chaque équipe pour tenir la distance des deux matches, les supporteurs auront leur rôle, faudra pas trembler, ne pas douter pour gagner...Croire jusqu'au bout ... à la britannique!
    Bon dimanche pour connaître un petit nouveau de ProD2 en Top 14

    RépondreSupprimer
  44. Vous êtes quand même un peu méchants avec notre Top 14, personnellement je me régale ! Oh pas avec les matchs non, faut pas pousser mais il suffit de focaliser son attention sur un joueur et de le suivre lui, et lui seulement, pendant les 80 mn .
    Prenez Teddy Thomas par exemple, en voilà un rapide, souple, technique et coordonné comme dit Charles . Sa prestation d'hier outre qu'elle n'a servi à rien pour ses partenaires, était un festival . Il me fait penser à Rantanplan, le chien fidèle de Lucky Luke : "allez Rantanplan, cours ! Va chercher les Dalton ! " et le brave cabot de foncer dans tous les sens, au mieux il rapportera une vieille godasse mais de Dalton, point .
    Teddy Thomas c'est pareil : il court, court, pas vraiment dans la bonne direction, se fait un petit coup de pied à suivre pour lui même - mais pourquoi ? y'a personne ! - Mais il est content d'être avec ses copains, on le sent bien, il est tout frétillant ! Avec ça taquin, et rieur . Mignon aussi avec sa choupette sur la tête . Pas eu l'idée d'aller voir combien de croquettes ça lui rapporte chaque mois mais hein entre nous ... un gros nonoss ... ? Ca suffirait pas ?

    RépondreSupprimer
  45. Ah Rokocoko, il n'a que 34 ans cette année, alors le voir évoluer encore de temps en temps, les trés grands, pour lui depuis longtemps, ne meurent jamais et sont là pour le plaisir de tous...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. exact, Georges, il les mérite ses croquettes, même une double ration !

      Supprimer
  46. Le rapprochement macronesque Rokocoko (pur produit de la formation à la NZ)-Thomas (pur produit de la formation à la française) vaut bien nos échanges ailés sur les gros.

    Je ne connais pas Colazzo (Collazo ? Colle à zoo ? Kolaso ?), mais quelque chose me dit que le jeu va vous réconcilier. Un gars qui n'aime pas les journalistes ne peut être foncièrement mauvais.

    RépondreSupprimer
  47. Tu l'as dit Charly, certains suent pour que la force soit en eux, le pot de "vitamines" jamais bien loin, d'autres qui bossent le dynamisme, l'explosivité, pas les mêmes fibres ,y à que le pot qui change pas !
    Mais bon, et c'est l' ayatollah auto proclamés des pourfendeurs du Goze Circus qui vous l'affirme, on a quand même deux, presque trois équipes joueuses au dernier quarteron.
    Et puis on à le vilain qu'on va pouvoir détester, c'est bon.
    Z'avez remarqué, Toulon c'est comme Esteve, on les aime que quand ils equimosent du rosbif, mais ça doit leur plaire,Mourad comme Rahan,seul contre tous .
    Mais l'évènement planétaire, ce samedi, fût le choc Chevreuse versus Bagnolet, 1/4 finale cadets Idf.
    17 spectateurs au bord de l'yvette, dont 16 en tee-shorts ,des nordiques assurément , quatre "éducateurs "dont trois abrutis, un arbitre dont un brave type que j'espère sourd ou stoïque, rayer la mention inutile.
    Et puis une quarantaine de boutonneux volontaires, enthousiastes, qui se la donnent sans retenue.
    Rien de changé, quoi, et c'est bien, sauf p'têt une technique individuelle et collective bien pauvre qu'on aurait pardonnée à des minimes, en notant large, jamais content !
    Allez Bagnolet ( si ça existe ), bon parcours.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Jan Lou, qui a gagné ? Visiblement pas le rugby si j'en crois ton introduction.

      Supprimer
  48. moi ça me défrise quand même un peu de voir que sur ces 4 équipes en demies, 2 ont animé toute la saison ( ASm et LR ) et 2 en assurant sur 2 à 3 matchs seulement se retrouvent en phases finales ... ça va, ils sont "frais à jouer" et après on s'étonne que les supporters se barrent ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Sylvie, je ne pense pas qu'on puisse dire que Montpellier et le Racing n'ont joué que 2 ou 3 matches cette saison. Mais bon je vois l'idée. On ne peut pas dire que leur jeu est emballant. Sauf que là, le Racing a disputé une rencontre haut de gamme.

      Supprimer
    2. oui en gros - et je pense que tu l'as bien compris en filigrane de mon post - ça me ferait vraiment gros sur la patate que soit La Rochelle soit Clermont se fasse souffler le titre ! Pour avoir croisé les supps de Clermont au retour de Treignac ils y croient dur comme fer et je suppose qu'à La Rochelle c'est pareil ... bon j'ai tort bien sûr de mettre de la morale où par essence il n'y en a pas - plus ? - mais on ne se refait pas !

      Supprimer
    3. viens de m'apercevoir que tu as oublié Toulon !! Mourad va appeler Bernie, et tu seras tricard au RCT mouahaha ! 😉

      Supprimer
  49. Exactement ! Du foutage de gueule ... je serai curieux de voir les audiences Stade et télé
    un ancien du Racing , à tort à raison me disait ils sont préparés pour 4 matchs .....
    ça laisse rêveur et je reviens sur ma théorie du boum bang aie , commotion le jeu à tellement peu de vitesse que tout le monde se rentre dans la gueule sauf à avoir effectivement un ou deux magiciens du offf load et de l'automatisme situationnel'( superbe formule )
    Comme ce blog sait rester poli je n'en dirai pas plus
    sur ce que me suggère le Top 14 et ses mœurs

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pour suivre le Racing d'assez près, François, je ne sais pas quel ancien du Racing t'as dit ça mais il doit être très éloigné du Plessis-Robinson...
      Le Racing a souffert cette saison, de l'intérieur et de l'extérieur. Le groupe a failli exploser, le staff aussi. Ca partait dans tous les sens pendant l'épisode de la fusion. Et puis les joueurs sont revenus à l'essentiel mais ça n'a rien à voir avec une soit-disant préparation pour ne disputer que 4 matches car ils ont failli passer à la trappe.

      Supprimer
  50. Agen "pruneau" 5 étoiles ... Bravo à Montauban qui n'a pas fermé le jeu une excellente finale avec des commentaires soulants

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. t'as suivi sur quelle chaine????

      Supprimer
    2. C'était pas mal, Eurosports 2... Olivier Magne est bon, je trouve.

      Supprimer
    3. Comme d'habitude j'ai éteint le son, match clair et plaisant, un bon point pour la Pro D2. On va revoir Sella l'an prochain , pas si mal , il a appris un peu plus....

      Supprimer
  51. Richard , bien évidemment , il n'est pas au Plessis Robinson donc de ce point de vue il est effectivement éloigné , donc à tort , puisque j'ai écrit à tort ou à raison , il a été à la fois content et surpris de les voir à ce niveau , d'ou son commentaire , " ma parole ils sont préparés pour jouer 4 match " Il est viscéralement attaché à son club et les suit régulièrement et donc à ce titre a eu plus qu'une pointe de déception sur cette saison à la fois du jeu , des évenements dont nous avons eu tous connaissance y inclus cette fusion . Après ca n'en fait le connaisseur de ce qui se passe dans les coulisses effectivement , voila pas plus que ça ;impliqué au club dans l'association des anciens , point barre

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je peux t'assurer, François, qu'ils ne sont pas préparés pour disputer uniquement 4 matches. Mais même le staff ne comprend pas toujours comment leur équipe fonctionne. Elle est pétrie de talents et de talent, mais joue quand elle le décide, et par petits bouts. Le titre a été digéré difficilement, pour de multiples raisons (intersaison sans rugby ni physique, blessures, internationaux convoqués, baisse de régime en hiver, affaires diverses, fusion, confusion). En témoigne la non qualification en Coupe d'Europe... Etre demi-finaliste du Top 14 c'est un exploit. Le club avait même envisagé la non qualification.

      Supprimer
    2. Ah mais je te crois sans l'ombre d'un doute ! Les fans n'en espérait pas autant , c'est clair !
      Tout ça dit hein Le Top 14 doit sérieusement se remettre en question à tout point de vue , jeu , mœurs , communication
      Je l'espère en tout cas et comme tu le dis bien plus haut y en a quand même 2 ou 3 qui gâche la fête !

      Supprimer
  52. Merci Mr Tingaud de dire qu'une finale porte les vraies valeurs du rugby plus qu'un accessit direct ... Bravo Mathieu Blin

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah les vrai de vrai sacro saintes valeur qui devaient nous protéger de l'apocalypse selon Saint Murdoch,entre autre!
      Pas facile non plus d'affirmer que le meilleur sur la saison en est moins pourvu que ses vassaux.
      Allez Tautor,t'as des potes dans l,Ain ?

      Supprimer
  53. Un clin d'oeil à mes amis du staff médical agenais aussi efficace que discret

    RépondreSupprimer
  54. et avant SUA/USM il y avait plus de 100 000 personnes au Mans pour admirer les artistes qui dépassent qq secondes les 315km/h......

    RépondreSupprimer
  55. Tu parlais moto, Georges. Je pensais proto.

    RépondreSupprimer
  56. 2 matchs de gros tonnages, méritant bien le nom de barrages en terme de retenue de jeu. Un premier ou Toulon a fait du Toulon devant un Castres qui s'est envoyé sans être capable d'assurer la victoire. Juste éclairé par cette passe dans la course, de Nonu inflammant le score que l'anti inflammatoire fabro castrais n'a pas su médicamenter.
    Quant au 2e, à défaut d'être trop casse couille, c'a été très casse briques, juste sauvé par les passes iliennes pour faire vivre un peu ce ballon, au dessus du béton. A la vue de ce qu'ils se sont envoyés, me suis posé quand même la question, comment ne sont ils pas en surchauffe commotionnelle respiratoire ??... Mais ça c'est un autre problème.
    Arbitrage de qualité. Juste exercer l'oeil des arbitres de touche (pourtant idéalement placés, 1 fois contre Castres 1 fois contre Montpellier) afin de détecter le pied en touche. Bienvenue la vidéo garante, en attendant la détection électronique comme au tennis !! Par contre, le geste de Travers c'était direct la tribune. Digne d'un méfait de nabab. Juste indigne d'un entraineur de ce niveau. Serait il à ce point pressuré par l'ouate blanc bleue Lorenzettienne ?
    Sinon, LR/Toulon, une histoire de sardine bouchant le port ? Clermont va t'il mettre enfin la gomme pour faire tomber les noeuds paps ? En tout cas, une préférence pour du rugby champagne plutôt que sabrer du jeu...

    RépondreSupprimer