jeudi 17 août 2017

Tourner l'étable

A l'époque d'Albert Ferrasse, c'est à dire de 1966 à 1991 tout de même, le rugby français était dirigé d'Agen plutôt que de Paris. On disait "Agen même" pour différencier l'épicentre de Boé, Bon-Encontre ou Le Passage d'Agen qui recueillaient du coup quelques éclats de notoriété. C'est à Agen que naissaient les formules de championnat - dont celle à quatre-vingt-clubs, idée particulièrement populiste de Jacques Fouroux pour élargir l'élite et donc la base électorale - et s'adaptait le règlement des mutations - on ne disait pas transfert, laissé au football.

Une de ces règles, particulièrement claire, comportait trois volets : un joueur sollicité par Agen ne peut pas refuser cette offre ; quiconque veut partir d'Agen ne pourra plus jouer en Première Division jusqu'à nouvel ordre voire en équipe de France ; le joueur muté dans un club dont le président n'est pas un ami des dirigeants d'Agen sera interdit d'élite. On exagère à peine... Les autres alinéas pouvaient bouger au fil des saisons, ces trois commandements, eux, restèrent longtemps gravés dans le marbre.

Dans la préfecture du Lot-et-Garonne se rassemblait régulièrement le XV de France, c'est d'Agen où se construisaient ou se défaisaient les compositions d'équipes nationales et les staffs, tout cela sans oublier que le président de la commission de sélection, Guy Basquet, était d'Agen même. Tout cela était parfaitement compris de tous - on y inclura les journalistes - et celui qui sortait du cadre savait à quoi il s'exposait.

Quand Jacques Fouroux, fils putatif d'Albert 1er, décida de tuer le père pour prendre à son tour le pouvoir en 1990 après avoir été le sélectionneur-entraîneur-manager tout puissant du XV de France pendant dix ans, il se fit découper en morceaux avant de migrer vers le XIII. Et qui hérita du trône un an plus tard ? Bernard Lapasset, dont le père était un ami d'Albert, l'épouse agenaise et lui-même deuxième-ligne des juniors du SUA.

Pourquoi s'étonner du peu d'éthique du nouveau président de la FFR puisqu'il s'agit toujours, dans la saga ovale, de ne jamais s'éloigner des fondamentaux. On trouvera que l'origine du terme "éthique" remonte à la guerre de Troie, sa racine (éthos) signifiant "étable". Là où, après en être sorti le matin revient toujours le soir le bétail, bœufs, vaches, moutons, chèvres et ânes. L'éthique, ce serait donc le retour ; métaphoriquement, en soi-même.

Filons donc la métaphore : de la Cité d'Antin au CNR de Marcoussis, les pratiques restent à l'identique. Les têtes changent mais les mœurs sont stabilisées. Du latin "stabulum", étable encore. La coutume veut que les puissants se servent plutôt que de servir. Après chaque montée de bonnes intentions suit un retour à la normale, ce point de départ qui consiste à profiter des leviers qu'offre le pouvoir. On parlerait d'homéostasie, docteur.

Tout est circulaire, imaginaient les Anciens. De forme oblongue, pour ce qui nous distingue. De Ferrasse à Laporte, les présidents et leurs séides ont toujours trouvé leur brassée - plus ou moins grosse - de foin. Je vous l'accorde, aujourd'hui c'est un peu plus compliqué dans la mesure où Bernie le Dingue a fait de Mohed Altrad son obligé, à moins que ce ne soit l'inverse. Les deux personnages s'acoquinent dans leur désir de dominer : l'un dispose de l'argent, l'autre des clés du système et des codes qui vont avec. Cela permettra-t-il à Montpellier de devenir le cœur du rugby français ?

Il faut que tout change pour que rien ne change. Telle était notre conclusion, sur Côté Ouvert, au temps des dernières élections, reprenant la fameuse antienne lampédusienne. Pas de surprise donc à l'heure du retour aux affaires. Pas même de lassitude ni d'affliction ou de résignation tellement ces avatars étaient prévisibles. Heureusement, en amont des écuries d'Augias demeure le rugby, celui du ballon et du terrain, et de poignées d'hommes et de femmes autour.

Coupe du monde féminines, puis Four Nations Championship, ProD2 et bientôt Top 14: dans le vestiaire se serrent les habits. Chacun se dépouille des siens, ce qui reste la meilleure façon de se retrouver. J'ai toujours pensé que cette mise à nu était un endroit de vérité. Avant de se constituer en équipe, ceux qui s'y retrouvent descendent en eux-mêmes, et personne ne peut le faire à leur place. Question d'éthique personnelle, et c'est un pléonasme.
 
C'est ainsi, certainement, que le Stade Rochelais, est parvenu à se hisser en demi-finale la saison passée. Je regrette seulement qu'aujourd'hui, en regardant la feuille des transferts (j'y succombe moi aussi), une douzaine d'Espoirs ne trouvent pas leurs places à Marcel-Deflandre. Ils ont entre 17 et 22 ans, se nomment Vaslin, Benjamin, Poences, Pili, Picquette, Destruels, Francoz, Bendjaballah, Dubié, Fuertes, Dubois, Luteau et Gerbaud, et partent vers Dijon, Brive, Nantes, Vannes, Angoulême, Paris, Oyonnax, Agen, Niort et Castres quand débarquent au port les All Blacks René Ranger et Tawera Kerr-Barlow.

Ironie du destin pour un club qui refusa en 1977 la venue du capitaine néo-zélandais Graham Mourie pour privilégier ses enfants. L'un d'entre eux se nommait "Bébert" Dieu, troisième-ligne aile champion de France juniors sous la férule de mon parrain Jacky Adole avec une génération mise ainsi en confiance et qui allait terrasser ensuite coup sur coup les clubs cadors de l'époque, Brive, Agen, Béziers. Mais j'imagine que ces jeunes talentueux cherchent du temps de jeu pour revenir plus forts ensuite.

Ce choix de nourrir des pousses, c'est celui de l'AS Béziers en Pro D2 qui mise sur une poignée de gamins. La ProD2, c'est aussi Narbonne et j'aime le choix de son coach, Christian Labit, de laisser tomber les ordinateurs, les GPS et le toutim informatique d'accompagnement à l'entraînement pour privilégier la piste du houblon. "Boire deux ou trois bières ensemble, c'est apprendre à se connaître. Ca ne fait pas gagner des matches, mais ça ne les fait pas perdre non plus..." C'est donc avec ce tirage que j'ouvre le club-house de Côté Ouvert, saison 2.

239 commentaires:

  1. Grâce à Altrad, le MHR va se retrouver au centre de le chéquier du rugby, ce rugby moins éthique que toc auquel on a ouvert grand Laporte.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Antoine
      Il ne faut pas échafauder le pire...

      Supprimer
    2. S'il s'agit de boire deux ou trois bières ensemble pour jouer au rugby, j'aurai pu faire une carrière internationale (pilier de bar par exemple).
      Allez Richard, laisse tes tiques tranquilles et profite bien de la prochaine saison.
      Car si je te suis bien, pour devenir "Agen", il faut gagner plusieurs titres, et fournir l'équipe de France en joueurs. Autant dire que Montpellier joue avec handicap

      Supprimer
    3. C'est pas parce que c'était prévisible, ,ô combien, que ça fait pas un peu yech, quand même!
      Allez les filles.

      Supprimer
  2. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. ha ben celui-là je le connais - ouf ! - le Cavalier Marin j'y suis arrivée par hasard en passant par l'astronomie .. Je vais te contester - pour rire- l'étymologie de Montpellier tu vas comprendre pourquoi : pour moi c'est « mons petrosus » en latin, devenu en vieux-français Monpeirié (la montagne – en fait colline- de « peire », à savoir de pierre) mais en raison des circonstances rugbystiques actuelles je concède que le "mont des épiciers" est particulièrement goûteux ! Me semble que Frêche ne voulait pas d'Altrad ou je me trompe ?

      Supprimer
    2. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

      Supprimer
  3. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

      Supprimer
    2. Roger
      Arrête de supprimer ce qui est beau car j'ai eu la chance de te lire. Si tout le monde fait pareil, quel intérêt d'écrire et de faire un blog passionnel ? Marie devrait te filer un coup de pied là où je pense. Sic.

      Supprimer
    3. Je l'ai trouvé ce matin dans ma boîte mail comme un cadeau j'en Beyle de joie !

      Supprimer
  4. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
  5. Ça risque de pas suffire contre les Rosbifs, vraiment impressionnantes,et plus de variété en attaque ne sera pas de trop.
    Mais savourons l,instant, les top14esques Irlandaises n'ont pas existé et s' en tirent même plutôt bien.
    Allez, y à une petite place.

    RépondreSupprimer
  6. Ce n'est pas Noël et l'étable prend tout son sens avec Barcelone d'ou mon coup de gueule car toute pensée ovalesque ne peut s'affranchir du rebond capricieux de certains individus ....
    Depuis 1992, JO flamboyant sous le chant de Freddy Mercury et de Monserrat Caballe, tel un Picasso ou un Dali, Barcelone a su grandir comme une grande métropole revendiquant son identité catalane. Mais pourquoi faire aurait pu s'interroger Don Quichotte devant ce nième drame de l'horreur ? Barcelone est exsangue, saignée par le fanatisme mortifère de pseudos religieux qui n'ont de soif que dans le symbolisme abscons de tuer pour tuer. Pire que la grippe espagnole, la croix sera dure à porter et restera indélébile pendant longtemps pour tous ces innocents et leurs familles. La Catalogne ne fait plus qu'une avec l'Espagne devant ce crime humanitaire. L'indépendance est dépassée par le socle d'un pays à nouveau meurtri après des années de lutte contre l'ETA. Combien de temps où d'années encore allons nous vivre dans la peur de mourir pour des illuminés illégitimes ? Ce fléau politico-financier et pseudo religieux doit cesser coûte que coûte. Il est insupportable de voir des innocents payer de leurs corps et de leurs âmes l'addition d'une barbarie moyen ageuse. Nos clivages politiques doivent cesser au nom d'une cause nationale pour se donner les moyens absolus d'éradiquer le mal et la gangrène afin que la mort d'innocents ne soit pas qu'un beau parterre de fleurs et de pleurs. Ma pensée première s'adresse aux morts et à leurs familles et ma colère au monde politique plus préoccupé du quand dira t-on de leur image personnelle que de l'intérêt national. " Le règne, la puissance et la gloire pour les siècles des siècles " c'est celle de ces innocents morts en ce jour à qui nous devons un devoir de mémoire au même titre que tous les autres que l'histoire a connu mais aussi un devoir régalien afin que " liberté, égalité et fraternité " ne soient pas de vains mots gravés sur le fronton de la République.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. L'Espagne au coeur de Georges Moustaki

      Fils de Tolède ou de Grenade,
      Tous mes ancêtres séfarades
      Ont pris la route des nomades
      Ont pris la route des nomades

      L’Espagne au cœur de ma guitare
      Des Asturies à Gibraltar
      L’Espagne au fond de ma mémoire
      De la Galice aux Baléares

      Ma sœur latine et africaine,
      Ma sœur méditerranéenne,
      Le même sang coule en nos veines
      Le même sang coule en nos veines

      L’Espagne au cœur de ma guitare
      Des Asturies à Gibraltar
      L’Espagne au fond de ma mémoire
      De la Galice aux Baléares

      Terre inconnue et familière
      Où surgissent dans la poussière
      Mes souvenirs bimillénaires
      Mes souvenirs bimillénaires

      L’Espagne au cœur de ma guitare
      Des Asturies à Gibraltar
      L’Espagne au fond de ma mémoire
      De la Galice aux Baléares

      Impératrice sans empire,
      Pasionaria, sainte et martyre,
      Ivre de vivre et d'en mourir
      Ivre de vivre et d'en mourir

      L’Espagne au cœur de ma guitare
      Des Asturies à Gibraltar
      L’Espagne au fond de ma mémoire
      De la Galice aux Baléares

      https://www.youtube.com/watch?v=SiTjTxdXH-I

      Supprimer
  7. faut d'abord et surtout renforcer et opérationnel les services secrets français, qui ont surtout, depuis la nuit des temps, fait souvent du n'importe quoi. Avec qq exemples, en 1812, ils croyaient que la capitale politique de la Russie était Moscou; en 1914 on a surtout vu des pantalons rouges face à des mitrailleuses, en 1940 ,ils ne devaient pas percer par les Ardennes.et j'en passe

    RépondreSupprimer
  8. Hier soir face à l'Irlande ce n'est pas une joueuse à donner comme la meilleure, mais presque toutes, les secondes lignes avec notre Beaumontoise notamment. Heureux aussi de voir qu'O'Driscoll était assis dans le camp des français, juste devant Retiere....

    RépondreSupprimer
  9. pour moi unemauvaise evolution du jeu feminin se produit
    recours comme pour les hommes atrop de percussions inutiles
    l attrait de la vitesse de la spontaneite se perd
    ces fanatiques de paradis pierre a pierre tentent de nous dominer
    leurs legions sont nombreuses en embuscade
    leurs ventres sont feconds de haines et de vengeances
    trop de complaisances trop de charite de misericorde chretienne
    les ont laisses croitre
    ce fleau cette epidemie a coup de canadair de revolte il faut l eradiquer et cette ADN de fanatisme l incinerer

    RépondreSupprimer
  10. En terme de "c'était mieux avant", pour le coup cette oligarchie ferrassienne ne l'était pas quant à la gestion du ruby de l'époque et du XV de France. Gestion à Bébert plutôt XVe siècle avec Guitou à ses basques, ses seigneurs et vassaux. C 'est qu'il en a fait tourner des tables et autour des tables. Hors Agen, tous les dépités de l'époque pouvaient dire "il y a des pruneaux qui se perdent !!" face à cette tontine armandienne. La peau de vache ne possédait pas de bovins (que je sache), mais une belle cave à vins et ... à cigares. Pas suffisant pour s'en rapprocher.
    Le coeur du rugby reste bien tous ces clubs plus modestes réussissant (encore) à attirer des jeunes séduits par le miroir du rugby... Mais certainement pas la
    félonie des nababs de la thune ayant déclenché une philosophie actuelle dissonnante et trébuchante, globalement. On préfère lire les lignes (chez ces nababs c'est
    plutôt entre...) de Michel sur cette terre zélandaise encore eldorado ovale en terme d'épistémologie comme de jeu.
    Sinon, vu à Ré, Atonio, Pelo, et d'autres, en stage avec L.R., et aussi un jeune (français) d'au moins 2,05 m (2e ligne ?) au gabarit impressionnant mais ne sait pas
    qui est ce. Il ne passait pas par la porte d'entrée de la salle de musculation sous la tribune du stade de St Martin. D'ailleurs, il s'était légèrement cogné et entaillé le
    crâne ! Salle impressionnante d'altères en tous genres, au moins 20 vélos,... musique à donf. Ils venaient de finir leur séance. Mais j'ai raté Gourdon déjà reparti, tant pis.Et toujours à propos d'étable, du bon steak saignant à table.Je me serai bien invité ! Je préfère ça que de voir saigner Barcelone.
    Soit dit en passant, c'est encore arrivé en Europe et on le condamne bien entendu vivement, mais pour autant cela arrive aussi en Afrique, Philippinnes, Pakistan,... mais là ça ne fait pas la une au passage de l'information !
    Quant aux féminines, les masculins devraient en prendre de la graine, surtout en terme de jeu debout/ Même si ça sera dur pour elles en 1/2 contre les anglaises championnes du monde sortantes et derrière les NZ qui ont mis 44 pts aux canadiennes, finalistes sortantes.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. ton 2e ligne, était-il roux ?

      Supprimer
    2. J'aurai dit plutôt blond, environ 25 ans...

      Supprimer
    3. Il s'agit de Thomas Jolmes (2,04m) en provenance de Grenoble. D'où le clin d'œil de Sylvie. Sergio, tu n'es pas sur tes appuis. Tu aurais dû te douter qu'elle allait tel faire un crochet intérieur, la Gariguette...

      Supprimer
    4. Mon pote Milou, un Rochelais très lagavulo-compatible devant chez qui m'a pétardante ( ne lui dites pas, ces vieilles yankees sont susceptibles ) tombe souvent en arrêt ,me susurre un dénommé Jolmes, grand espoir des bagnards semble t'il.
      Allez , vivra España.

      Supprimer
    5. Sergio,
      Bien sûr que tous les crimes de la terre ne sont pas relevés ni punis,mais ces barbares agissent en toute impunité sous l'aile du Qatar, lui même instigateur de la poule aux oeufs d'or dénommée Neymar et adulée par le plus grand nombre. Comme quoi l'homme demeure un paradoxe fait d'intelligence et de crétinisme.

      Supprimer
  11. Me suis quand même douté qu'il devait y avoir un lien avec Grenoble. Symp, comme mec au demeurant. M'a pas fait de crochet pour me serrer la main, direct.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est bien le problème : trop gentil pour un 2e latte ! Manque de hargne . Mais il bouge bien . C'est le neveu d'Olivier Brouzet .

      Supprimer
  12. Nous voilà donc devant le premier "gros" match de la saison, Wallabies vs. All Blacks. Et août n'est pas encore terminé...
    Montauban, Massy et Colomiers se sont déjà illustrés. Une pensée pour l'ailier briviste Didier Faugeron, dont l'équipe s'impose à Carcassonne avec le bonus offensif, ce qui n'est pas rien. Il y a une dénommé Sella au centre. Associé à un Delage. Back to the future (Agen) ?

    RépondreSupprimer
  13. Ça sent le grand match je frissonne

    RépondreSupprimer
  14. Pas plein le stade quel dommage à ce niveau 😥😥😥

    RépondreSupprimer
  15. Un baryton taillé 3e ligne la classe

    RépondreSupprimer
  16. Ça démarre fort pour les hymnes

    RépondreSupprimer
  17. Quelle détermination dans le regard australien !

    RépondreSupprimer
  18. Deltéral toujours aussi talentueux dans l'esprit et la règle

    RépondreSupprimer
  19. En avant de passe non? Mais après notre comment ...un 3e ligne lévrier ...

    RépondreSupprimer
  20. Trop de fautes de mains qui font le malheur des Australiens .... Et cet ailier de 20 ans tonitruant waouh

    RépondreSupprimer
  21. Ça sent la tasse ou le bouillon 🥂

    RépondreSupprimer
  22. 26 minutes, 26 points... Face à l'Australie, hein, pas l'Italie ou la Géorgie... Impressionnant de précision technique.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Une seule question : comment les Wallabies vont-ils marquer ? Faut bien amuser la partie...
      Tiens au fait, Tautor, hier soir découvert d'un robusto du Nicaragua.

      Supprimer
  23. Et on veut gagner un test match 😂😂😂 à moins d'un arrangement en novembre, je ne vois pas comment À moins de faire jouer les 20 ans?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce pourrait alors signifier la fin de Novès à Marcoussis si l'on en croit l'ultimatum du prez...

      Supprimer
    2. Oui un enterrement All Blacks 😉

      Supprimer
    3. le prez de Montpellier ou son salarié ?

      Supprimer
  24. Fais une distribution de robusto aux Australiens 😉

    RépondreSupprimer
  25. 1 point par minute ... Ça va piquer ..tiens une réunion de famille ou ça cause ...sourire .. toute la gamme rugbystique est déployée sans concession ...80 minutes ça devient long parfois

    RépondreSupprimer
  26. Des fautes de mains inexcusables à ce niveau voir incompréhensibles ..

    RépondreSupprimer
  27. Ou trouver la motivation après 8 essais ? Bien pour le spectacle et bravo aux Australiens qui ont profité de la relâche AB .... Testudo peut se la raconter mais surtout ne lui offres pas un robusto 😉

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Les cigares c'est pour les amis connaisseurs... ;-)

      Supprimer
  28. Au fait, Tautor, quid de la commission "Grenelle de la santé" lancée par la LNR ? Des précisions ? Des informations ? Parce qu'il me semble que nous n'avons que deux médecins dans ce groupe de réflexion qui se réunit le 5 septembre...

    RépondreSupprimer
  29. Aucune information radio off de la médicale, un médecin qui a un pied dans chaque sabot, cela évite les conflits et un expert invité ? Donc 2 médecins sur 15 personnes .... On parle de la grenouille de la santé 😉

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Dis moi, Alain, il y a Bernard Dusfour (prez com médicale LNR) et Jean-Philippe Hager (medecin du LOU). Mais qui est l'expert médical proposé ?

      Supprimer
    2. Dufour n'était pas sur la liste donnée au départ, peu importe d'ailleurs, l'expert : Prs Touchon Montpellier, Decq Paris, Lagarrigue et Pariente Toulouse, Loiseau Bordeaux ou Dr Cherman Paris ou un copain du préz 😉, Hager ayant les pieds dans les 2 sabots ...

      Supprimer
  30. Tu m'étonnes que Kaino soit en forme, il utilise un mannequin tous les jours .... Peut être le secret des AB ... Reste à voir le modèle 😂☀️😎

    RépondreSupprimer
  31. Pas le même rythme que ce matin ...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mais sympa quand même. Sont enthousiastes dans le jeu, les Boks.

      Supprimer
  32. Méconnaissable les Boks par rapport aux matchs de l'EDF ou alors les Argentins dont plus imposants que nous 🤔

    RépondreSupprimer
  33. Le druide est en vacances 🤔😂🥂

    RépondreSupprimer
  34. Moi je les trouve joueurs comme en juin. Mais il faut dire que la défense argentine est un peu plus solide et mieux organisée, plus concernée aussi, que celle des Tricolores.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Lesquels Tricolores pensaient surtout à ne pas se blesser pour bien profiter de leurs vacances à venir...

      Supprimer
    2. Sinon comment expliquer les trois fois 35 points sauf à considérer que nos internationaux sont d'un faible niveau individuel et que l'organisation collective est défaillante... et donc se mettre en colère !

      Supprimer
  35. Il y a du vrai mais pas que ..

    RépondreSupprimer
  36. Un meilleur collectif argentin mais trop lent des 2 côtés ..

    RépondreSupprimer
  37. On va arriver aux 35 points ça se dessine mais c'est plus compliqué ...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il me semble qu'on y est : 37-15 à 7 mn de la fin... Ca doit rappeler de mauvais souvenirs aux Tricolores de Guirado...

      Supprimer
  38. Toujours miser sur les réactions argentines... J'en sais quelque chose... elles sont souvent sublimes...

    RépondreSupprimer
  39. Extraordinaire domination australienne en tous domaines, gâchée par l'arbitrage ahurissant de M. Joubert, qui devait refuser quatre essais aux Néo-Z et expulser Read, Barrett, Taylor et McKenzie.

    Sinon, il se trouve que j'ai passé une année d'internat avec le (sympathique) fils de Guy Basquet. A Agen, Basquett joue au baské. Encore ulcéré au spectacle d'une classe entière à plat ventre devant le fils du grand homme. A ce stade, la veulerie c'est inné !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Marrant comme histoire. Raconte...

      Supprimer
    2. Ben, comme souvent dans des cas comme ça, y a pas grand'chose à raconter. Sauf à vouloir humilier des p'tits gars qui s'en chargent très bien tout seuls.
      A Agen, les héros du quotidien étaient les champions en titre, à commencer par Lacroix, qui possédait un magasin d'articles de sport où les gens faisaient la queue dans l'espoir d'apercevoir le grand petit homme. Sinon, grosse admiration pour le Cinq de devant, Sitjar et Zani. Ferrasse était comme Dieu : lointain sinon invisible, omnipotent, impénétrable comme les chemins... Basquet tenait le rôle du premier ministre, courait les rues et serrait les pognes.
      Notre pensionnat était l'institut Saint-Caprais, adossé à la cathédrale et aux vertus bretonnes des Assomptionnistes, en mission en terre cathare. Bien que le sport y fut roi (comme nous le montrions à chaque occasion aux petits cons de Bernard-Palissy), le rugby était tricard. Le fils Basquet disait qu'il allait s'entraîner au basket pour pouvoir sortir. Donc, j'allais régulièrement m'entraîner au basket. Comment dire oui à l'un et non à l'autre ?... En revanche, il n'y eut jamais de troisième basketteur. L'année suivante, j'étais en fac à Bordeaux et le jeune Basquet, toujours au SUA lui, n° 8 comme papa, devenait champion de France juniors en lever de rideau de Montauban-Bègles à Lescure. J'étais en tribune de presse avec Ducos et Dutein.

      Supprimer
  40. Colin Meads alias "le pin" a rejoint la terre promise, sans lignes de touches ni en-but ni écrans-géants ni arbitres-vidéos. Rugueux et même plus que ça à certaines occasions, le Marquis de Pompadour doit s'en souvenir, ce fermier dur au mal, dur pour ses adversaires, éleveur de moutons mais pas vraiment un mouton dans l'enclos d'un terrain de rugby, c'est encore un sacré joueur qui s'en va, et n'en déplaise aux tartuffes ovales de notre époque, un vrai joueur de rugby qui nous tire sa révérence dans une ultime échappée en prenant un intervalle dans lequel malheureusement beaucoup de nos idoles s'engouffrent goulument !!!!!!!!!!! Bon dimanche à tous.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Nini, effectivement, l'épisode Villepreux n'est pas à oublier. Ni son expulsion bien sûr en match international. Et sa participation à la tournée des Cavaliers en Afrique du sud malgré l'interdiction de son gouvernement...
      Mais sa bio est dans L'Equipe ce matin : il a fallu se lever tôt...

      Supprimer
    2. Et malgré la part d'ombre du grand Pinetree, ne pas lui rendre hommage aurait été cavalier...

      Supprimer
  41. Par ailleurs, Colin Meads est parti grand côté. Je me suis fendu d'un hommage dans L'Equipe, sans pour autant occulter les zones d'ombres.

    RépondreSupprimer
  42. Ce commentaire a été supprimé par un administrateur du blog.

    RépondreSupprimer
  43. Piting, c'est la première fois qu'un troll entre dans ce blog. Inquiétant.

    RépondreSupprimer
  44. coucou !
    2 choses :
    la première est que cette légende restera une légende pour tous ceux qui ont plus de 60 ans ! Le deuxième en général a toujours été un homme de devoir comme la première ligne , à l'époque on ne les voyait pas faire les beaux au centre de l'attaque ..."Le Pin " fut de ceux qui ont distribué généreusement comme le furent le "grand Benoit et autre Elie " mais ils ont aussi reçu ! c'est ça être un bon catholique , donner pour mieux recevoir ...

    quand a la deuxième , Ritchie , un troll a peine aujourd'hui , c'est vraiment un exploit car dans tous les blogs il y en a et nous avons été préservé ..

    Bises à tous et bon dimanche

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Marc, je ne sais pas si c'est vraiment un "troll". Plutôt une publicité déguisé pour des assurances, un "bug" plutôt, visiblement émanant de quelqu'un qui n'existe pas. D'où mon inquiétude concernant cette "pollution"...

      Supprimer
  45. Au pub où j'étais autour du 46 ème parrallèle sacrée soirée. Championnat des provinces l'après midi avec des matches serrés et disputés puis le soir les AB en concert pendant 48 minutes. Hansen ce matin pas tout a fait content surtout après Kaino. Mais s'il préfère le mannequinat celui qui l'a remplacé n'a pas démérité. Un sacré Squire (j'allais écrire squale tellement il découpe). Ce que j'ai essayé de vous dire depuis que je suis là c'est que Hansen impose à ses joueurs un rythme infernal. Il est au dessus de tous les standards d'entraînements du Super rugby et ce niveau n'est déjà pas rien. Alors chaque équipe adverse met plus d'une mi-temps pour s'adapter. C'est la leçon de la tournée des Lions (Gatland est néozélandais , il a ses entrées d'autant que Hansen a des opposants). Les Australiens étaient entraînés mais ...avec un rythme que Cheika ne connait pas. Il revient d'Europe. Les Argentins ne sont pas anodins ils jouent le super rugby et ils sont effectivement de plus en plus consistants. Comme les Sud Af. Je serai à Dunedin samedi prochain, ça va valoir le coup car les Australiens vont rectifier, Hansen le sait. J'espère que Novès a compris mais je ne sais pas si nos guerriers sont au niveau , en tout cas il devront le monter et surtout le montrer au lieu de parler.
    Vivre un match au pub de Stewart Island avec des pêcheurs néozélandais c'est plus compliqué encore que d'assister à une réunion du parti communiste russe. Les pêcheurs n'ont pas le cigare mais le gosier en pente et il faut assurer, j'étais presque en difficulté. En toute amitié je suis remonté au 44ème parallèle avec la marée.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je vois que tu te régales, Michel. Et que tu nous régales avec tes aventures kiwis. Raconte, raconte... Je te ressers une mousse ?

      Supprimer
  46. Pour ceux que ça intéresse, il y a deux fois plus de clics sur l'article (reprise du JDD) avec Mourad qui trouve la relation Altrad-Laporte plutôt glop (après avoir passé trois jours avec Laporte en Corse, cela dit...) que pour lire la nécro d'un des géants du rugby mondial... Je pense qu'on a tous compris qu'en rugby il n'y a pas que des cons, mais que tous les cons y sont.

    RépondreSupprimer
  47. Les mêmes cons qui adulent le Qatar et Neymar et qui vont déposer des fleurs sur le linseul des victimes du terrorisme .....

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Laissons Neymar là où il est... Mais pour le Qatar, il serait temps que nos élus se posent quelques questions.

      Supprimer
  48. Colin Meads n'était ni Willie-John McBride ni John Eales, ni même le père Benoît. Mais il était black à bloc. L'ai pas connu, juste vu engloutir des Kronenbourg à la terrasse du Régent, puis mettre une rouste aux garçonnets du sud-ouest, toujopurs à Lescure. En revanche, le rouquin Arnold, dont je vous ai déjà parlé avec la fierté du gamin qui fait visiter Bordeaux à un demi-dieu, me disait qu'entre eux, ils se demandaient lequel était le plus fort : Colin ou son frère Stan ? Dans les années suivantes, j'ai vu que la question revenait régulièrement en Néo-Z. P't'êt même que Michel Prieu l'a encore entendue !
    De sir Colin se dégageait quelque chose de rare, une impression d'indestructibilité au service de la certitude qu'il prenait toujours les bonnes décisions. En 1963, le capitaine était l'immense Wilson Whineray, ausssi remarquable sur le terrain qu'à la fin des banquets. Mais la star, c'était le bonhomme recroquevillé sur sa chaise dans un coin de la salle. Un colosse qui, à l'image de Gray, Tremain, Stan ou Lochore, savait tout faire et ne s'en privait pas. Pas de Barrett ou de Ben Smith pour tirer la couverture, uniquement des Whitelock, Retallick, Read ou Squire, assez sympas pour laisser Herewini, Arnold ou Caulton faire mumuse avec la baballe.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Charles, je peux dire qu'aujourd'hui en NZ c'est deuil...Tous les journaux et TV titrent sur la perte du Pin qui ici n'était qu'un colosse (Sir Colin Meads quand même) reconnu pour sa qualité d'amateur et d'honnête néozélandais.
      Barrett et Smith sont du même tonneau; ce que nous ne comprenons pas c'est qu'avant tout un joueur néozélandais n'est qu'un joueur. Il n'a rien d'acquis. Les jeunes sont formés pour chercher un métier. Même un type comme Richie McCaw au sommet de sa gloire s'est journellement occupé de sa reconversion. Ne pas juger, d'abord comprendre (tu as tous les éléments sur le blog variationsetideesrugby.blogspot.com). Tu as dernièrement mes réflexions sur le Super Rugby de 2017 depuis samedi matin, on pourra en parler.
      Les français ont intérêt à bien s'entraîner pour rivaliser en Novembre au lieu de penser à gagner de l'argent. Les NZ n'en sont pas encore là.

      Supprimer
  49. Peut-être aussi parce que l'immense majorité des internautes a beaucoup moins de 60 ans...une population jeune (ce que nous ne sommes pas) beaucoup plus avide de l'instant et pour laquelle, un joueur, un homme ne s'inscrivant pas l'actualité immédiate n'est rien.
    Aussi immense fut-il.
    Peut-être aussi, la faute de journaux qui, par facilité, à l'article de fond préfèrent "l'info" générant du clic...

    RépondreSupprimer
  50. Pour le coup retour sur la planète Ovale tristounet!
    L'éloignement, un petit coup de noir et blanc tout les pas souvent nourrissaient notre imaginaire.
    Walter, Benoît, c'étaient nos héros de tout les jours, mais eux, la bas,des demi-Dieux, et celui la le premier.
    Allez, un prem's des demi-Dieux ça meurt pas.

    RépondreSupprimer
  51. Je viens d'arriver à Dunedin, la NZ est un peu perturbée, ce qui se titre dans les journaux est assez émouvant concernant Sir Colin Meads. Hommage du gouvernement mais en premier de Kieran Read. Cela va donner un piment particulier au match de samedi prochain. Je ne sais pas si le dribbling de Colin sera à l'honneur mais le match promet d'être sérieux, l'échec n'est pas permis aux jeunes joueurs du moment face à la perte de ce qui ici est un monument.
    C'est assez touchant de voir la sincérité des gens, cet homme faisait l'unanimité par sa droiture et les histoires qu'il savait raconter . Un type ouvert comme on en aimerait pour faire flipper les jeunes.
    Toute la semaine pas un match ne sera commencé sans un hommage émouvant à ce grand Monsieur... Pas certain qu'un Lucien Mias ou un Denis Lalanne ne soit particulièrement touché de ce départ annoncé, il était malade tous le savaient.

    RépondreSupprimer
  52. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
  53. Perso, je n'ai pas vu la 1re journée du 4 nations. Car petit périple provençal ce week end. Sur la Via Domici encombrée de pas mal de chars à essence, rencontré beaucoup de pierres qui parlent surtout dans les Baux de Provence aux carrières de lumières. Vu l'expo actuelle : extraordinaire défilés d'images sur ces parois taillées. Vision fantasmagorique et féérique de la peinture de Bosch, ses triptiques et personnages, paysages et vie paysanne des Brueghel, et le monde fantaisiste d'Arcimboldo, peintres du XVIe. Tout ça sur fond musical qui se termine devine comment Gé : "Stairway to heaven". De quoi verser une petite larme style "rain song". Egalement des images sur le ciné de bric et de broc de Méliès et un docu en noir et blanc sur la vie de Cocteau. J'avoue être resté un peu scotché, devant toute ces lumières sur tant de surfaces. Une autre support pour découvrir l'art d'une autre manière. Fini par le Ventoux et la tombe de Simpson pas si loin du sommet, au milieu de toute cette pierraille.
    Pour en revenir à l'ovale, Il semble que les Blacks n'aient pas fait beaucoup de simagrées (à part Kaino) devant les australiens. Juste agréé des salutations distinguées. Je ne sais pas s'ils prennent quelque chose, en tout cas si oui, faudrait regarder les effets secondaires, parce qu'il semble qu'il y en ait certains sur leur comportement sexuel... Epoque différente semble t'il de celle du défunt roc(k) Colin Meads (to be a rock and not to roll).
    Mis à part ses effets et faits, petit questionnaire musicovale : sachant que bien que partis en Afsud à la recherche d'un jeu en or et revenus hors jeu, vous les voyez comment nos orpatirailleurs français cet automne :
    Toujours Pink Floyd
    Mieux mais encore Rolling Stones
    Plutôt scarabées dorés (Beatles)
    Enfin Guns & Roses comme les Blacks
    ??

    RépondreSupprimer
  54. Michel Prieu,
    Ecris tes souvenirs en dix volumes. J'achète. Et ne serai pas le seul.
    Colin Meads. Appartient au patrimoine à la fois matériel et immatériel de la Néo-Z. Mais aussi et tout autant au patrimoine de l'Ovalie globale.
    Pour mesurer l'écart qui nous sépare, au lieu de compter les heures de muscu, comparons les yeux d'un p'tit Néo-Z quand on lui parle de Pinetree avec ceux d'un p'tit Français devant qui on évoque Jean Prat. "Jean qui ?"
    Le rugby chez nous aurait pu rester sur la voie royale auquel il semblait promis, il a préféré se footballiser, laissant le regard des filles glisser des hématomes à la décapotable sur le parking. En voilà un indice qu'il est bon : en soirée, le label rugby était insurpassable. Les demoiselles ont toujours quelque chose à nous apprendre. Ce sont peut-être elles qui nous diront comment arrêter de déconner.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bien vu ! la femme est l'avenir de l'homme !!!

      Supprimer
    2. Elles font pendant que l'on cause...

      Supprimer
  55. J'ai eu la chance de le croiser trois fois lors de mes séjours en Nouvelle-Zélande. Pas le genre rigolo, Colin Meads. Au contraire de Brian Lochore, très agréable, et Wilson Whineray, très classe. Meads, c'est le fermier dur au mal. Les kiwis en ont fait leur modèle au point de lui ériger une statue de son vivant. Pas vraiment ma tasse de thé, Sir Meads. Mais il faut dire qu'ils ont tellement de grands joueurs et de grands messieurs, en Nouvelle-Zélande.
    Non, moi, ma rencontre (pour ceux qui ont lu "Rugby Land") au pays du Long nuage blanc, c'est celle avec Vic Yates. Si Meads ressemble à John Wayne, Yates c'était Jack Palance !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Richie, tu as raison c'est ce qu'on lit sur Sir Colin Meads, un paysan dur et pas toujours causant. Ils aiment leur terre et la font suer a en déraisonner. Maintenant ils font toujours des efforts importants pour éduquer les enfants et ne rien perdre de leur mémoire commune. Jean Prat, bien d'accord on ne sait plus qui c'est, à part les initiés...nous n'avons pas assumé nos responsabilités.

      Supprimer
  56. Ah Jack Palance tellement inattendu dans Bagdad Café ...
    Bien sûr Meads , Lochore , Whineray , Don Clark beaucoup entendu parler d'eux par mon Pere mais j'affirmerai pas sur de les avoir vu jouer ... Ça change rien à leur légende

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

      Supprimer
  57. Je me souviens du stado gagnant le bouclier en 73 avant le début du grand Béziers ; mais je me souviens peu de Christian Paul DCD ce jour !
    Il est dommage que nous oublions ces anciens qui ont fait les légendes des clubs !
    bonne nuit à tous

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La mémoire des uns n'est pas celle des autres Marc:je me souviens parfaitement de lui puisque je suis dacquois et que ce titre de 73 qui nous tendait les bras après des victoires contre Brive et Béziers,est parti en Bigorre .Très grand joueur et un homme bien.
      L ASB avait déjà commencé sa domination puisque championne en 71 et 72 puis 74 et 75 etc...
      Bernard Landais

      Supprimer
    2. Effectivement, Marc, Christian Paul est à la frontière ténue qui sépare les internationaux des grands joueurs de club.
      Qui connait Serge Palito ? Jacky Adole (bon, lui, il a écrit 3 ou 4 bouquins) ? Adrien Pla ? Henri Magois ? Pour ne parler que de La Rochelle, bien sûr.
      Christian Paul était un mec délicieux dans la vie, gentil, doux, serviable, agréable. Et sur le terrain une terreur. La Masse ? Ses poings. Un seul à la fois, ça suffisait.
      Hier, j'ai appelé mon ami Thierry Janeczek qui a débuté à ses côtés en 1979. Emu aux larmes, Thierry.
      Il m'a dit :"Pépé, c'était la voute plantaire du Stado". Compliment imaginé. Mais je n'ai pas entendu mieux pour évoquer la place d'un joueur dans un club. Et vous ?

      Supprimer
  58. Je perds un copain et Nano (Marin) ne doit pas être bien...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Michel, moi ça me gonfle d'écrire deux nécros en deux jours...

      Supprimer
    2. La faucheuse est aiguisée, cette semaine...

      Supprimer
    3. Oui.
      Des cinq doigts de la main, on est plus que trois, Jeannot est parti rejoindre Gégé.

      Supprimer
  59. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. A qui me conseilles-tu d'envoyer une carte postale, cette semaine ?

      Supprimer
    2. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

      Supprimer
  60. le rugby à 15 s'appelle encore et toujours, football-rugby....

    RépondreSupprimer
  61. Je prends enfin le temps d'écrire que j'ai beaucoup apprécié l'édito de Richard, encore une fois bon mélange de sourires en coin, de vérités exhumées d'un oubli coupable et se sujets de réflexion. Le devenir des espoirs en est un, majeur.
    Colin Meads et Christian Paul n'avaient tout simplement pas le droit de partir. Maintenant; on se sent encore un peu plus fragiles. Ici, on abat des chênes, là-bas des pins et partout ce sont les roseaux qui tremblent.
    Statues. Ils sont innombrables, les bleds du sud-ouest où il reste un peu de place dans les parcs, sur les placettes ou sous le mail pour loger une statue grandeur nature, tout bêtement figurative, à la gloire de ceux qui ont donné corps à nos rêves et dignité à ceux qui en ont bien profité. A Tarbes, Paul ne ferait pas d'ombre à Joffre. Le cas échéant, je cotise. Seul préalable : garantir qu'à 5 plombes du mat', ils dorment.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

      Supprimer
    2. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

      Supprimer
    3. Holà Charles, tu vas te mettre et les bigourdans et les catalans à dos...
      A Tarbes, c'est Foch, Joffre c'est les PO et Rivesaltes.

      Supprimer
    4. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

      Supprimer
  62. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
  63. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
  64. Excusez-moi d'intervenir mais Foch est né à Valentine, il est comme moi Commingeois pure souche au même titre que Galliéni né à Saint Béat, la statue du 1e trône sur la place du village à côté de sa maison natale .. pour mémoire, 3 maréchaux pyrénéens se sont distingués lors de la Première Guerre Mondiale Foch, Joffre et Gallieni, à croire qu'on apprend plus l'histoire à l'école 😂🤔🤔🤔 ... Ça pourrait faire l'objet d'une belle carte postale 🤔 🥂

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

      Supprimer
    2. Sa devise était "la joie de l'âme est dans l'action" pour le twirling, il aurait été champion ... comme quoi plus con vivial que 3 bâtons une majorette n'est ce pas 😉🤔 Merci Georges pour la ballade des imbéciles heureux qui sont nés quelque part !

      Supprimer
    3. À choisir Roger entre "quand on est con" et "mourir pour des idées", je retiens la 2e formule qui me permettra de voir d'où tombent les obus 🤔
      htpps://www.youtube.com/watch?v=iZpNgSaYWts

      Supprimer
    4. Ton amour du Comminges t'aveugle, Tautor; Foch est bien né à Tarbes (ce que précise d'ailleurs le site auquel tu renvoies plus bas), et si côté paternel et maison de famille, on est commingeois de Valentine (qui-avait-de-touts-petits-petons, que-je-tâtais-z'à-tâtons...), la famille de sa mère était d'Argelès, dans le Lavedan.

      Supprimer
    5. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

      Supprimer
  65. http://valentine.archeo.free.fr/foch/visite/page1.php

    RépondreSupprimer
  66. Comme dit un ami "les obus tombent de plus en plus près"Christian Paul ,drole de joueur et de gaillard,se genre de personnage que l'on croit indestructible comme il l'était sur un terrain.

    RépondreSupprimer
  67. Sauf que les pierres ont des fissures et que comme les solides Christian avait quelques failles qui l'ont précipité où on le suivra... mais passons à autre chose , le plaisir pourrait nous sauver.

    Dans cette perspective, quand on voyage, à force de regarder, on en devient distrait et ces derniers jours j'ai vu des choses capables de vous tournebouler; perdu dans Dunedin , je me suis retrouvé (comme quoi le subconscient...quel ami) au stade qui attend les AB et les Walabies demain. A bien y regarder le stade est fermé. Du coup le commentaire de Steve Hansen lors de la présentation de son équipe est devenu plus clair. Je vous ai dit qu'il demandait à ses joueurs une extrême intensité dès le début du match. Les joueurs sont sûrs qu'il ne pleuvra pas et donc il a demandé de se tester, de jouer vite afin de s'entraîner pour la suite de l'Investec Championship...Ne manquez pas le début du match pour voir comment les Australiens vont montrer qu'en une semaine, ils ont fait des progrès.
    J'espère que Guy Novès suit de près comment tout cela est préparé, Novembre sera vite arrivé.
    Allez le top 14! tout va s"emballer. Enfin on va pouvoir parler.

    RépondreSupprimer
  68. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je reviens rapidement sur la défaite des féminines, puisqu'aucun commentaire dessus sur leur
      1/2 finale de coupe du monde. L'histoire ne les retiendra pas comme celle de vos maréchaux, à part encore une fois ce mal qui touche les équipes nationales françaises, à savoir ne pas atteindre complètement les objectifs fixés, et dans leur cas une place en finale jamais atteinte. Elles restent donc encore en carafe, à espérer une éventuelle 3e place. L'obstacle anglais était quand même plus conséquent. Mais avec le travail et les résultats réalisés, on pouvait envisager mieux. Elle n'ont pas su le contourner ni faire avec les conditions de pluie exécrables. Encore une fois la gestion du jeu et de la partie finale de la compétition revient dans le débat puisque c'est bien ce qui les fait perdre globalement, au point que le score 21/3 ne reflète pas vraiment le match. Pas un non match, mais un match décevant où elles n'ont pas pu mettre en exergue leurs qualités développées jusque là. Un pallier reste toujours à franchir, ne serait ce que par rapport aux 2 finalistes, anglaises ou même les blacks qui ont l'air costaudes aussi. Pour autant, on se contentera en terme de positif que l'EDF reste dans le dernier carré mondial... Et retour à l'étable à manger du foin en attendant mieux !!!

      Supprimer
    2. Sergio,
      les féminines françaises sont amateurs, au sens noble du terme : à savoir un boulot et du rugby. Là aussi, la France ne parvient pas à doter des bonnes structures et sur le terrain, quand les matches difficiles surviennent, il y a comme une volonté de réduire le jeu, d'aller au minimum, dans l'affrontement. Dommage. Pour en avoir parlé avec Fred Michalak (principal actionnaire de Blagnac, club de Top 8), il n'y a pas assez de moyens pour faire en sorte que la section féminine soit semi-pro.
      Nous sommes loin du compte.
      La France ne fait pas partie du dernier carré mondial et est en train de devenir une petite nation de rugby, petit à petit, saison après saison : XV masculin, 7 féminin et masculin... En espérant que le 7 féminin parvienne à rester à son niveau actuel, qui est à la 5e place mondiale...

      Supprimer
    3. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

      Supprimer
    4. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

      Supprimer
  69. Et bien qu'elles gardent cette noblesse !
    Sont pas bien,la, décontractées du gl..., heu non, mais à quoi bon en faire un commando de pros super bodybuildées, juste pour ramener une médaille.
    Une belle jeunesse, quelques avantages pour aider l'avenir, être des exemples pour les gamines des banlieues qui en ont bien besoin, voilà de nobles objectifs.
    Allez les filles, mes demoiselles, mesdames, mais pas " les féminines ", c'est pas joli !

    RépondreSupprimer
  70. Achh !!! Des commentaires de la Boucherie globalement dans le même sens, en plus aiguisés...
    sur celles qu'on peut appeler aussi "les filles" :
    "les Anglaises gèrent la partie sans trembler comme si elles étaient parfaitement conscientes de la cruauté du scénario en train de se dessiner. On se demande même si l’une d’elle ne va pas lâcher un petit « You’re so french… », avec un sourire en coin." !!
    C’est cruel, rageant, mais en même temps le sport ne peut pas toujours être fait de belles histoires. Les Bleues s’inclinent donc pour la septième fois en demi-finale d’une Coupe du monde. La leçon pour cette fois sera probablement que, même s’il est très romantique de s’obstiner à faire des passes quand il pleut, sans un jeu au pied correct et un minimum de réussite en touche, gagner un match de rugby est tout de suite plus difficile. D’ailleurs, si elles avaient joué en jaune et bleu, les moqueries n’auraient pas tardé et on aurait sans doute aussi plus sérieusement pointé l’échec sportif que représente ce manque de réussite. Mais, contrairement à leurs adversaires du jour et bien malgré elles, les joueuses françaises continuent de bénéficier d’un statut bâtard qui ne laisse peu de place à un début de professionnalisme et donc, à la progression. Pour changer de dimension et espérer un jour soulever la coupe, il faudra probablement un peu plus que l’état d’esprit irréprochable qui a été le leur tout au long de la compétition. Par exemple, un président de Fédération qui ne change pas d’entraîneur six mois avant une compétition et qui met de vrais moyens à leur disposition pour leur permettre de vivre du rugby et d’avoir le niveau qui en découle.
    "D’ici là, et comme depuis des années, tout le monde continuera de s’extasier devant le courage « de ces filles », qui se priveraient probablement bien d’un peu de compassion surjouée et des tweets de leurs collègues masculins contre un peu plus de moyens. Et à défaut de pouvoir accuser les étrangers et le Top 14, reste l’éternelle question : d’ici là, on fait quoi ?"...
    Juste "regarder les filles" ... à la plage avant la fin de vacances.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La plage mi sa va dans un instant, mais pas facile de regarder les filles, y à les baleines qui nous disturbent!
      Sinon, travailler la touche, entre autres, et se montrer pragmatique face aux éléments, on apprends ça en minimes, hein, pas besoin d'être pro non plus.
      Allez, les moyens fastoche, on demande à l'echafaudeur.

      Supprimer
  71. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
  72. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
  73. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
  74. Démission d'un membre de la commission d'appel de la FFR suite à la modification (par qui et comment ?) de la décision concernant les sanctions infligés à Montpellier.
    La présente chronique risque d'être longtemps d'actualité... On peut (vraiment) le regretter.

    RépondreSupprimer
  75. Par ailleurs, qui aurait cru que les Wallabies pouvaient mener 0-17 à Dunedin au bout d'un quart d'heure ? Pas moi.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Question : les All Blacks sont à 7-17 à quatre minutes de la pause. Vont-ils revenir et l'emporter ? Ce serait presque plus énorme qu'un 34-54... A suivre.

      Supprimer
    2. Entre nous, j'ai trouvé leur hommage à Sir Colin Meads (une pauvre minute de silence) indigne du personnage qu'il fut et de la légende qu'il restera.

      Supprimer
    3. Non Ritchie en avant match une vidéo sur sa vie a été passée au Stadium, sur ses matches, son expulsion , son travail et a sa vie à Te Kuiti. Dans la semaine un long reportage à eu lieu à la télévision nationale sans compter les journaux encore ce matin. Hommage spécial chez ANZ avec toute l'Equipe de AB.

      Supprimer
  76. Que faut-il observer d'abord ? La capacité australienne à perdre un match gagné ou la capacité néo-zélandaise à gagner un match perdu ? Le résultat donne du sens à un troisième match a priori superflu. Je note qu'en fin de rencontre ce sont les trois superstars Barrett-B. Smith-Read qui font basculer le score. Perenara probablement supérieur à A. Smith, Ioane impeccable, les piliers épatants, Squire encore meilleur que Kaino. SBW décidément surcoté. Admirables Australiens, Beale, Folau, McMahon et Foley en tête. Et dire que cet étonnante rencontre pourrait se résumer en "les poteaux étaient noirs"...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et la capacité des Blacks à adopter rapidement la bonne tactique, aussi.
      Mais pour les faire douter, par contre, à part leur rentrer dans le chou jusqu'à les faire pleurer des dents,je vois pas!
      Allez, et enquiller aussi, ça peut aider.

      Supprimer
    2. 1 plaquage raté sur 4 côté australien. 11 pénalités aussi, ce qui est la limite à ne pas atteindre en match international. Mais bon, que dire du dernier essai, celui de Barrett : c'est du génie à l'état pur made in Read. Les AB ont des joueurs stratosphériques et ces deux-là étaient sur une autre planète samedi. Pour notre plus grand plaisir...

      Supprimer
  77. Super rencontre dans un stade fermé très agréable où l'on y voit bien . Peu d'Australiens. Super match des Australiens qui ont confirmé la seconde mi-temps de la semaine dernière. Enorme pression defensive (plan tactique qui apporte le premier essai de Folau et ils ont choisi d'aller tout droit car les AB laissaient des espaces pour attaquer au plus vite qui explique les erreurs des Blacks à mon sens un peu condescendants en debut de match. SBW pas à la hauteur comme depuis quelques temps, je ne comprends pas que Hansen le garde sur la ligne alors qu'au poste il a des réserves ...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bon s'il n'y a que SBW comme souci, je pense que ça peut aller... Mais c'est vrai qu'il ne joue pas la meme partition que ses partenaires. A ce niveau de jeu, ça jure, effectivement. Mais c'est juste un bémol...

      Supprimer
  78. Suis en train de regarder les 4 matches de 18 h ! Grosse technique individuelle de Carter, Tuitavake, Cruden. Et exploit de Battle. Celui-là, à Castres, il va falloir le suivre. 50 m en solitaire au milieu de tous !!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et que dire de Lyon et de Castres qui mènent en région parisienne à la pause (ou presque) ?

      Supprimer
    2. Quant à La Rochelle, et bien pour l'instant avec une équipe bric et broc (sans James), c'est un joli 3-7 avant la mi-temps. Pas si mal pour le bluffeur...

      Supprimer
  79. Quand je vois les "hommages" que l'on réserve à nos grands défunts, j'ai un peu de mal à dénigrer les Néo-Zélandais qui, eux, n'ont pas attendu le dernier soupir du Pin pour l'installer à sa place.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ouh là, je ne parle pas du rugby français qui a du mal à savoir qui était Jean Prat, et encore moins Maurice. Non, juste que lorsque tu as Colin Meads chez toi, en Nouvelle-Zélande, tu trouves autre chose qu'un petit montage vidéo et une minute de silence. Il me semble. Mais bon.

      Supprimer
    2. Quand je compare le foin autour de Lomu et la relative discrétion concernant Meads, je me dis que notre époque ne sait pas analyser ce que les médias font des uns et des autres et percevoir un champion d'une star.

      Supprimer
    3. Si le critère est désormais Lomu, tu as raison à 300 %. Tout en reconnaissant qu'un Maori a droit à une double portion d'hommages.

      Supprimer
  80. Je remarque aussi qu'à Côté Ouvert, nous sommes plutôt pas mal question pronostic. Montpellier leader ? Oui. Manquent deux matches mais ça devrait, au pire, se jouer à la différence de points. Je savais qu'il y avait des connaisseurs parmi vous !!!

    RépondreSupprimer
  81. Autre petite remarque (je suis en bourre pour le retour du Top 14 après 5 semaines sans ballon): la fin de match du Racing 92. Face à Castres qui a presque toujours mené à Colombes. Enorme réaction. En huit minutes. Deux coups de génie : Iribaren (ah, je sens que ça va lancer le débat) et Nakarawa. ah ah...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ben oui mon cher Richard. J'ai regardé le multipex et ensuite, la 2éme mi-temps du Racing-Castres. C'est sur que les 2 Lollos avaient prévu les changements, et qu'on peut dire que la hauteur du banc du racing fait, un peu,la différence. Quant à Iribaren il confirme bien ce qu'il est. Je lui trouve cependant un changement, apperçu déjà à Brive en fin de saison, il ne fait plus cette passe stratosphérique ou rarement. Pourquoi donc, il y a de quoi se questionner, je peux penser que beaucoup ne sont plus aptes à recevoir et contrôler de telles fusées. Vaut mieux faire de la fonte que s'entrainer à recevoir et à passer... non?

      Supprimer
  82. Sortir de l'étable !
    Je viens de regarder l'emblématique match de la Bledisloe Cup ! Une apothéose rugbystique .... qui montre que l'ovale demeure un jeu de mains et de vitesse avant tout, qu'un buteur vous fait gagner ou perdre un match, que l'état d'esprit d'un groupe survient aux carences individuelles, que la rage de gagner reste inébranlable en toute circonstance et que la magnificence de ce jeu surpasse tous les critiques indues. 10 essais pour le plus grand plaisir de nos yeux enfantins .... Incroyable la lucidité et la sobriété des joueurs malgré l'évolution du score et de l'intensité féroce due au combat ! Grand respect aux 30 joueurs et à leur coach pour un mémoriam à Sir Colin MEADS ! On ne pouvait rêver mieux que de lui offrir 80 minutes de rugby total ....
    Alors, je mesure profondément la chance de Michel d'avoir assisté à ce match alors que je me morfondais devant ST USO... en ayant l'impression, malgré les nouvelles règles, de n'avoir vu aucun changement .
    D’où le retour à l'étable ! Plus de 30 ans que notre bétail vit en vase clos lié à la consanguinité manifeste des individus ! Il est grand temps de comprendre que la race bovine régresse insensiblement mais bien sûr pas pour tout le monde ! Ne soyons pas dupe ! Les vaches ont un besoin urgent de sortir de l'étable, non pas pour brouter de l'herbe et faire de la viande et de permettre aux maquignons de faire de substantiels profits mais surtout pour se rendre compte qu'elles n'ont rien d'exceptionnels et que la race est en vie de disparition ! D'avoir de belles stabulations dirigées par des experts financiers qui ne pensent que coutures de pantalons au détriment de l'AOC fait qu'aujourd'hui la viande n'a plus de goût malgré les ingrédients, les excipients et les liquoreux ! Et ce n'est pas l'importation massive de races protégées et labellisées qui va faire que la dynastie des pardessus va s'éteindre ! Bien au contraire, moins on est nombreux, plus la part du gâteau est grande .... Les étables se vident un peu partout, les stabulations sont en béton maintenant et bientôt nous aurons de la viande pas cher !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah Tautor, j'apprécie que tu puisses relier avec talent le titre de cette chronique et le cœur de ton texte. Quel talent ! Tu as pris le thème par les cornes, copain...

      Supprimer
  83. Pour un amoureux des taureaux et de la corrida, parler des étables et des vaches avec talent, c'est de l'humour pur!

    RépondreSupprimer
  84. Joyeux Anniversaire Michel 🥂🍾🏈
    Garde de la corne sous le pied et saches que sans taureau, les étables seraient vides 😂😎☀️🏈🏈🏈

    RépondreSupprimer
  85. J'apprécie d'autant plus le fond et la forme du maquignon Tautor que je viens de me taper France-USA et Angleterre-Black Ferns. L'entraîneur devait être Merling.

    RépondreSupprimer
  86. Des blacks qui ont su finalement toréer à leur avantage des australiens très combatifs. La cuadrilla noire a eu du mal a bien préparer la mise à mort kiwi, avant d'y arriver en fin de corrida dans une ultime chicuélina mortelle. Une superbe action avec des course rentrantes à montrer dans toutes les écoles de rugby. On décernera pour autant qu'une oreille, vu la pugnacité australienne.
    Sinon Toulon/Pau, des maritimes plus à l'aise sur la 1re mi temps qui propose un jeu assez dynamique et plus aéré avec un bon Belleau. Vont ils voguer aussi facilement en 2e, ou ramer ?
    Ben voilà, essai palois par manque de rigueur défensive...

    RépondreSupprimer
  87. Testudo et la morale !
    http://www.europe1.fr/sport/rugby-les-nouveaux-aveux-qui-fragilisent-bernard-laporte-3419750
    http://www.20minutes.fr/sport/2122039-20170826-affaire-altrad-laporte-mysterieuse-demission-pourrait-mettre-boss-ffr-sales-draps
    http://sports.orange.fr/rugby/article/rugby-bernard-laporte-au-c-ur-d-un-scandale-magic-CNT000000MIkzm.html
    manque l'article de Mr Kallenbrunn ...
    Madame le Ministre diligente une enquête .... Si elle est positive, Jupiter va foudroyer Testudo .... Comme quoi même amateur éclairé et non armateur, on peut se prendre les pieds dans le tapis ....

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et il semblerait que l'édito de jacques Verdier dans Midol soit sujet à bcp de commentaires, ce lundi, concernant "le complot contre Laporte"...

      Supprimer
  88. Salut, arrivée à Auckland , plus d'avion à prendre en Nouvelle Zélande. Voyage en pays maori: Tauranga, Rotorua en attendant New Plymouth et les Argentins. Bout de match des Sud Afs pas mal; du suspens prévu à Auckland le 16 septembre. En attendant découverte sympa de Dunedin, des gens surprenants comme les gens du Nord chez nous. Bien vécu durant la semaine. Des nouvelles du rugby AB en direct et du voyage sur les blogs. Je vous embrasse.

    A quand un juge mains propres pour faire le ménage ?

    RépondreSupprimer
  89. Willie Duggan est parti lui aussi. 67 ans. Crise cardiaque. Gros fumeur. Après Colin Meads et Christian Paul, l'été est meurtrier pour les avants de devoir.

    RépondreSupprimer
  90. Et ben, série en cours ?
    Toujours dans les bons coups celui la, avec son compère Slattery.
    Verdier, ça sera pas avant Mercredi pour moi, mais sur le site, leur silence était ...( selon la formule habituelle)
    Allez, à propos de silence, nos "féminines" à nous, z'ont pas payé l'abonnement, ou bien ?

    RépondreSupprimer
  91. Complot contre Laporte ? Quand on lit les faits , si ils sont avérés et j'en reste au contrat entre Altrad et BL events il y a à minima conflit d'intérêt ou alors est ce que cette pratique est répandue dans les autres fédérations ?
    Un Président de club propriétaire d'une société et d'un club de Rugby passé un contrat avec un individu qui est Président de la Fédération garante de la bonne gestion de ce sport et de ses valeurs et il y a complot ?
    Bon j'ai rien compris par contre et désolé du retard quel bonheur d'avoir vu les australiens à ce niveau et des Sud Af en plein renouveau , ça cale un peu pour les Pumas par contre ...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Cette affaire Laporte-Altrad n'est pas prête de s'éteindre. C'est sans doute là qu'il va perdre sa réélection.

      Supprimer
    2. A moins qu'il n'échaffaude un plan avec Altrad.

      Supprimer
    3. Elle est bonne 😉 Y aura un peu de vent quand même et d'échafaudage à échafaud hein ... .. beau dossier pour Laura la fine lame ... 2023 et ou les valeurs d'exemplarité ...

      Supprimer
    4. Sur le fait qu'il ne soit pas réélu, j'en doute. Depuis très longtemps, le rugby nage dans les eaux peu reluisantes des magouilles.
      En plus, le passé de BL est connu par tous, casinos, camping, le Stade Français, alors une affaire de plus ou de moins.
      Je pense que nous sommes contraints par notre passé d'amateurs payés en dessous de table.
      Le genre de contrat avec Altrad n'est ni plus ni moins passé dans un régime d'affaire connu de tous et accepté par de nombreux rugbymen.
      Il faut d'abord nettoyer chez nous, ne plus rien n'accepter "d'anormal".
      Aurons nous le courage de le faire. Ou la soupe étant assez bonne, nous continuerons. Je dis nous car je me sens aussi responsable de cet état de fait.

      Bon j'ai déjà arrêté Canal Plus, et comme Tautor je me désole du jeu du club de mes rêves.

      Je me déplacerais plus de Paris ou Menton pour voir un match du ST. Terminé.

      Mais je me délecterai de lire notre blog et tes articles. rugby un jour Rugby toujours.
      Et je me dit que cela ne peut qu'aller mieux, on a touché le fond.
      Le Gé

      PS je me suis régalé de voir les AB contre les Aussies.Grand bonheur.

      Supprimer
  92. Bon, je m'en veuillez pas mais lundi c'est pas chronique. Entre le décès de Duggan, l'affaire Laporte et deux papiers à écrire, c'est compliquer d'avoir la tête libre pour écrire. j'ai le thème, l'articulation, mais pas assez de temps devant moi. Ce soir peut-être, avec un peu d'inspiration, genre cigare-whisky à la fraîche après dîner. Car j'ai aussi une soirée rugby, petit comité, mais sympa. C'est dur la vie d'artiste. Vous compatissez ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. OH QUE OUI TA VIE EST TRES DURE RICHARD .
      DÉSOLE

      Supprimer
  93. À propos de série, de tout noir, de femmes et de rubrique nécro, ce n'est pas sans un gros pincement au coeur que j'apprends la disparition de Mireille Darc.
    Non, parce que depuis toujours -et ce n'est pas très original- je voue un culte sans borne aux Blacks mais question tenue noire, franchement, par rapport aux émois bouillonnants qu'à l'époque suscitèrent en moi la robe Ungaro de la si jolie Mireille...et ben, y a pas photo.
    So long Mireille.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. JMP, La robe c'était une création Guy Laroche. Elle avait été cachée jusqu'au moment du tournage de la scène. Effet de surprise total pour le grand blond de l'époque...

      Supprimer
    2. Tu as raison Sergio, rendons à Laroche ce qui lui appartient ! 40 après, cette mémorable chute de reins me fait (encore) perdre la tête ��

      Supprimer
  94. T'as raison, Gé,rien ne peux nous étonner de ces gens là.
    Sans trop d'illusions quand même, le début de mandat semblait pourtant encourageant, le constat sur l'état de notre rugby sans concessions, certaines décisions logiques.
    Mais chassez le naturel...
    En tout cas on aura au moins appris qu'à la commission d'appel de la FFR, y avait qu'une paire de cojones pour trois;reste à connaître le nom des deux valets !
    Allez Chevreuse

    RépondreSupprimer
  95. Testudo ou l'art de retourner sa veste à son avantage ! S'il renonce aux 4 prestations signées avec MA pourquoi, de fait, le reste serait faux selon ses dires ? Il prend les gens pour des jambons pour ne pas dire pour des cons et cerise sur le gâteau, lui, le plus grand filou, veut créer une Haute Autorité de Lutte pour la Transparence et l’Equité dans le Rugby 😂😂😂😂 ... Là c'est le pompon du faux derge qui s'achète une tenue de 1er communiant, on n'est pas sorti de l'église voir de l'étable, ça continue les maquignons de grands chemins 😉😎🥂🍾🏈🏈🏈

    RépondreSupprimer
  96. on peut dire ce que l'on veut ; le BL est fort car le lien financier était avéré et il le supprime ; mais on n'efface pas le passé pour autant car contrat il y avait et il demande une haute autorité etc etc ... très fort ....
    ça me fais chier de voir tout ce fric dans le sport , toute cette incompétence de nos politiques , mais je ne peux quand même pas aller vivre dans une caverne a cause de tous ces cons ....
    ronchon le corto
    bises a tous

    RépondreSupprimer
  97. L'opposition caricaturale entre ceux qui ont accepté la primauté du pognon et en en ont tiré les conséquences et ceux qui feignent d'être les garants d'un esprit amateur continue de donner des confrontations puériles. Ne tombons pas dans l'éternel piège ! Un sport qui s'est donné un Laporte ou un Altrad en figures de proue mérite soit le désintérêt, soit un festival de coups de pompes dans le cul. C'est sur ce terrain qu'il faut désormais se prononcer.
    Nouvelle-Zélande-Australie. Ouais. Beaucoup d'essais, quelques phases comme on n'en voit que là-bas, mais (si j'ai bien compris) un Hansen fort mécontent. Jamais les Blacks n'auraient du avoir recours au miracle, ils auraient du se concocter un petit 30-6 tranquillote. Sir Colin n'aura guère tardé à se retourner dans la tombe. J'attends le troisième match avec gourmandise.

    RépondreSupprimer
  98. L'été est trop chaud ? l’hécatombe se poursuit...

    Marc, c'est quand même bien de pouvoir en parler ici , c'est sans illusion mais au moins il me semble que l'on a l'air moins con.

    Maintenant si vous voulez on peut se mettre à jouer au golf, la Fédération n'est pas plus compétente mais pour se marrer, à ce jeu je pourrai vous aider. Pour le rugby ça devient très compliqué...Allez les All Blacks au 15 jours repos!

    RépondreSupprimer
  99. Il y avait donc bien contrat et donc conflit d'intérêt
    Faute avouée faute à moitié pardonnée ...
    Le mec se retrouve sous surveillance et sous tutelle
    Il a intérêt à être sacrément solide dans la deuxième partie du dossier sur l'abus d'influence ...
    il devrait aussi faire le ménage dans son entourage ...
    Pour en revenir au jeu , Steve Hansen peut sûrement être mécontent notamment du déchet de début de partie avec SBW mais reconnaître aussi que les Kangourous ont haussé le ton en défense et en agressivité offensive quand les siens ont commis des fautes grossières sur au moins 2 essais Aussie

    RépondreSupprimer
  100. Merci François. Tu me donnes un bon prétexte pour revenir à mon dada, le jeu, donc aux Blacks. Vendredi, les avants ont gagné le match en faisant une julienne de leurs vis-à-vis. Derrière, Aaron Smith n'est pas encore tout-à-fait sorti des pissotières, Ben Smith est gaspillé à l'aile, Crotty pourtant presque aussi malin que Conrad, a du mal à finir un match, Fekitoa n'a pas de véritable successeur et McKenzie doit arrêter d'admirer son nombril. Seuls Ioane et Barrett ont été irréprochables.
    Etre favori est un statut très spécial, presque incompatible avec l'esprit du jeu ; être grandissime favori match après match exige de vivre sur une autre planète, que l'on a taillée à sa mesure. C'est pourquoi je suis admiratif : sur leur jeu, sur leur mental. Quelle autre équipe au monde aurait battu les Australiens ? L'essai final de Barrett, bien que visuellement différent, faisait penser à l'essai final de Crotty contre l'Irlande. Les vaincus ont gagné, poil au c.. poil au nez.
    Petit mot spécial Michel : qu'il suive de près le match de Todd.

    RépondreSupprimer