dimanche 18 août 2019

L'écume des joueurs

C'est l'été, pleine chaleur d'août étouffant. Vous avez été invité pour la première fois à une soirée barbecue, l'occasion de revoir quelques amis choisis. Vous imaginez l'ambiance par le menu : soleil couchant, côte de bœuf à la plancha, du nectar en flacon et une poignée de cigares cubains pour finir. Déception : vous avez droit à un vilain rideau de pluie, des chipolatas cramées au feu de bois, un rosé de pays et basta.
Face à l'Ecosse tirant sur le blend (sept titulaires seulement), que fallait-il attendre de cette équipe de France millésime Galthié ? Juste passer un after sans prétention en pays de connaissances, un galop d'essais - cinq - en prenant soin d'éviter la blessure (on a craint pour le genou de Wesley). Ce France-Ecosse de préparation au Mondial était au test-match ce que Flower of Scotland exécuté par l'orphéon de Théoule-sur-Mer est à la Symphonie Ecossaise interprétée par le Philarmonique de Vienne. 
"Il ne faut pas désespérer Billancourt", aurait écrit Jean-Sol Partre. En cette année où nous célébrons le soixantième anniversaire de la mort de Boris Vian, cette rencontre ne fut qu'une promenade vite recouverte par l'écume des joueurs en apnée au bout des trente premières minutes de cette partie d'entraînement somme toute bien raisonné. Alors, oui, bien sûr, les déboulés de Raka et de Penaud, la mobilité de la troisième-ligne Cros-Alldritt-Ollivon bien faite pour servir un jeu débridé, l'autorité de Dupont sur les sorties de camp, sans oublier le doublé de Médard...
Tout cela a enchanté le touriste de la Côté d'Azur venu en famille enclencher ses olas et occupé la soirée pluvieuse du téléspectateur enclin à beaucoup pardonner à ces petits Bleus qui n'ont jamais inscrit autant de points depuis 2016 et un test de novembre contre des Tongiens réfrigérés et pressés de retourner sur leurs îles. L'occasion aussi de gagner une place au classement mondial - septième - au détriment de l'Ecosse, justement. Progression qui pourrait être annulée dès samedi à Edimbourg face à, cette fois-ci et on l'espère, une sélection scottish pur malt, bien tourbée, capable de nous enivrer dans le mouvement.
Si les observateurs éclairés s'échinent à trouver déjà un coussinet de la patte Galthié dans cette promesse niçoise tenue, j'attendrai pour ma part le match retour pour verser si besoin dans l'ivresse. Il y a encore loin de la coupe aux lèvres, et cette mousse a besoin de retomber avant que nous puissions savourer à l'occasion ce que d'aucuns considèrent être une progression. Cela dit, si changement il y a, on le trouvera dans l'attitude, dans les mots livrés à l'issue de ce succès par le nouveau capitaine tricolore, ce pilier d'équilibre girondin nommé Jefferson Poirot, prénom de président et nom d'hercule.
Il a parlé de "socle" et de "scories", vocabulaire choisi, et aussi de "régularité" et de cet "état d'esprit" sans lequel rien n'existe en rugby. Derrière l'écume de la fiche technique avec ses mètres parcourus (639 contre 374), ses points marqués (32 à 3), ses pourcentages d'occupation du terrain (53) et de possession du ballon (55), émerge une nouvelle figure d'autorité, choix judicieux souhaité lors du dernier Tournoi par le vice-président de la FFR, Serge Simon, ancien flanker pataud puis rude pilier niçois revenu prophète sur ses terres. Capitaine par intérim riche, cet enfant de Lalinde mériterait de voir son CDD prolongé et plus puisqu'affinités...
Juste avant que le XV de Poirot livre donc une performance bien emballée, le XV du Poireau, lui, s'était hissé à la première place du classement mondial et vous choisirez entre l'aspect historique ou la portée anecdotique de la chose. Son capitaine Alun Wyn Jones est définitivement entré dans le gotha au moment où s'inclinait l'Angleterre à Cardiff. Je ne sais pas s'il faut se réjouir d'avoir vu aussi l'Argentine tomber à Pretoria face aux réservistes springboks. Restons lucides : tout ceci n'est qu'une série de préliminaires avant l'ouverture.

212 commentaires:

  1. Toute cette réflexion/analyse me parait bien juste et résume très certainement la situation. Attendre et voir comme le disent si bien nos amis britanniques!

    RépondreSupprimer
  2. Sacré André, toujours prompt. Le premier. Comme un rituel. A croire que tu lis plus vite que ton ombre. Vivement samedi.

    RépondreSupprimer
  3. les reservistes Springboks? tu voulais peut être dire l'équipe C, n'est ce pas

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Non, non, équipe 2. Bon allez, 2,5, si tu veux ;-)

      Supprimer
  4. pour Tautor, et Napo, On persiste à employer le nom d'Austerlitz en lieu et place de Slavkov.
    Le code Napoléon ou code civil ou code des propriétaires, dont je suis, mais bien rogné quand tu es bailleur....

    RépondreSupprimer
  5. J'ai quand même eu l'impression que la condition physique était déjà au rendez-vous. Je ne me rend pas bien compte, à la télé, de l'intensité, du rythme... Plutôt raisonnable me semble-t-il. Mais les Écossais n'étaient pas non plus au mieux. On verra çà, effectivement, samedi prochain: contre une autre équipe, à coup sûr, et sous un climat certainement plus frais et favorable aux locaux. J'aurais tendance à penser que nos joueurs ne pêcheront pas de ce côté là au Japon.
    Par ailleurs, face à une équipe plutôt faible et dans un engagement sans grande intensité, j'ai eu plaisir à retrouver un jeu, disons "normal". Classique, pour ne pas dire basique, mais correctement interprété. Le minimum demandé à n'importe quelle équipe dans un sport collectif.
    De la condition physique, donc, de la technique individuelle et collective, pas trop de fautes, de la stratégie, de la tactique et une certaine force morale se manifestant par des attitudes manifestement positives et complètement différentes de ce que ces mêmes joueurs nous montraient cet hiver et depuis quelques années déjà. Par exemple, rien que pour le sourire de Guirado en tribune et les nombreux échanges entre les joueurs durant les interruptions de jeu il m'a semblé y sentir une petite révolution. Avec tout çà, une défense correcte et une finition enfin efficace.

    RépondreSupprimer

  6. Le principe des préliminaires est de s’offrir du plaisir sans avoir pour but de parvenir immédiatement à l’extase quand bien même on n’est jamais à l’abri d’une bonne surprise.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. On tente en effet d’y faire joli, savant mais pas figé, suffisamment flou pour faire émerger des possibles.
      Mais ce qui est embêtant avec ces préliminaires c’est qu’ils induisent une temporalité spécifique donc un ordre dans lequel le futur « bon match » se déroulerait plus tard.
      Or, cette temporalité a-t-elle toujours raison d’être ?
      S’agit-il donc de ne faire que monter le désir de jeu ?
      S’agit-il d’exciter les potentialités des partenaires-concurrents ?
      S’agit-il d’optimiser leur lubrification relationnelle ?
      Car on considère ces préliminaires comme une préparation des joueurs au plaisir futur, ce qui sous-entend 1) que les coqs seront prêts, comme de bons petits soldats, 2) que le plat de résistance viendrait après (quand on sait que les maîtres du jeu atteignent l’extase collective dès les préliminaires) cette qualification devient absurde : si on devait être techniquement exacts, les préliminaires préparent au plaisir sado-maso du coach, pas du joueur.
      Par ailleurs, en employant ce mot fourre-tout, nous renvoyons à l’indistinction de pratiques méritant d’être distinguées, sous peine de réduire notre répertoire à une bouillie informe de « momentum». Ainsi entend-on régulièrement des joueurs dire qu’ils « adorent les préliminaires », ce qui est aussi informatif que vanter son amour de « la fonte» ou de la « Vo2max ».
      Marre donc de ces situations absurdes, comme deux partenaires ayant eu du plaisir ensemble, mais sans faire de « vrai jeu ».
      Déconstruire l’idée que le jeu n’est plein et complet sans compétition– et conséquemment, donner un véritable souffle à des préliminaires enfin libres de s’exprimer dans toute leur variété et leur intensité – ne relève pas de la lointaine utopie. Il suffit de changer nos habitudes : tout simplement par la pratique.
      Lors du prochain match, faites enfin tout ce que vous aimez.
      Cela vous laisse quelques millions de combinaisons possibles, et tout bêtement : qu’est-ce que vous avez à y perdre ?
      Parce que cet été devait nous donner du temps et subvertir trop d’habitudes.

      Quitte à abandonner ce mot de « préliminaires » sur la pelouse de Murrayfield.

      Supprimer
    2. Je vois que le mot "préliminaires" et toutes les acceptations de ce terme t'a inspiré... Je m'attendais bien à ce qu'un Quinconces attrape cette balle au bond.

      Supprimer
    3. ou le rugby expliqué par Masters et Johnson ... sinon Docteur Pomasson c'est quoi au juste la "lubrification relationnelle" en rugby ? à moins que le carabin des montagnes n'ait une explication ? ...

      Supprimer
    4. La lubrification relationnelle, un truc de mecs qui se passe dans les vestiaires notamment, mais plateau nique quand même... !

      Supprimer
    5. ah bon ... a priori j'aurais plutôt pensé à un truc favorisant les mauls pénétrants mais bon hein tu dois mieux savoir 😇

      Supprimer
    6. En Ecosse, les Tricolores auront l'occasion, dans le sillage d'Iturria, d'éviter de prendre une fessée. Remember Edimbourg. D'ailleurs, combien de joueurs de cette époque ont-ils pris une claque en n'étant pas dans la liste des 38 ?

      Supprimer
    7. ces dialogues sont de trés haut niveau(tout est relatif bien sur), mais au rugby match pour du beurre ou non il vaut mieux partir sur des idées à la hussarde

      Supprimer
  7. A Murrayfield, ce sera certainement plus rugueux...Plus dans le rentre dedans pour continuer sur tes métaphores.
    Par ailleurs, il n'est pas interdit de penser que les matches préliminaires -donc- soient, avant toute chose (résultat, spectacle,...), une réelle préparation, mise en place plus exactement, d'un jeu final à venir. Car, malgré le précepte d'Horace: "Cueille le jour présent en te fiant le moins possible au lendemain", il s'avère que, dans des compétitions comme des Championnat du Monde, datés, le but est d'être au top dans cet avenir et non un mois avant. Alors, pourquoi ne pas imaginer que chaque matche puisse permettre de travailler, en réel, certains points plus précis, comme on le fait dans les sports techniques comme le ski, par exemple. On découpe la technique globale en exercices spécifiques, réduits à un seul geste, des items et, de point en point on enchaîne jusqu'à la technique parfaite globale.
    Je suppose qu'en amont tout à été à peu près vu et revu pour notre XV de France et que l'on en est aujourd'hui aux derniers travaux, aux dernières mises en place.
    Alors, comme le dit Richard, à samedi pour vérifier tout çà!

    RépondreSupprimer
  8. Ah, cet Horace, il en a inspiré, du monde. Ronsard, Kant, etc...

    RépondreSupprimer
  9. Pour compléter et contredire Jean Michel, je vous renvoie à l'article du Monde sur la question...
    https://www.lemonde.fr/m-le-mag/article/2019/08/18/il-est-temps-d-en-finir-avec-les-preliminaires_5500398_4500055.html
    La seule conclusion que j'en tire, c'est que rien ne compte sinon le plaisir... Et, désolé, j'ai pris du plaisir à voir de beaux mouvements de rugby hier après-midi ! Et tant pis s'il ne s'agissait que de préliminaires !!!
    Blague à part, je maintiens ce que j'ai écrit hier. Certes le match était facile, mais c'est aussi parce que l'EdF se l'est rendu facile, ce qu'elle n'aurait pas su faire il y a quelques mois. On voyait qu'ils prenaient du plaisir (encore !) en mettant tranquillement en place des combinaisons bien maitrisées alors que cet hiver, s'ils avaient marqué cinq essais, ils auraient eu l'air triste et dubitatif du mec qui se demande par quel hasard il gagné 10 € au loto. Moi, comme tout le monde (ou presque !), j'ai bien aimé le boulot d'Aldritt et d'Olivon (franchement, Ritchie, tu regrettes ton ami Lauret !?), le tranchant de Penaud et de Dupont (j'espère qu'on va lui laisser le temps de s'installer à celui-là !), le soutien souvent (pas toujours, c'est vrai) bien en place, la solidarité et la technique (l'une ne va pas sans l'autre !) en défense...
    Alors bien sur, il y a des scories (la touche entre autres, et quelques cagades individuelles), bien sur c'était pas les AB ni même les anglais en face, mais contentons nous de plaisirs (encore) simples : depuis combien de temps on n'avait pas vu les joueurs sembler heureux de jouer ensemble et de marquer ?
    Pour l'anecdote, le seul qui semblait toujours aussi triste, c'est Jacques Brunel ! Lui, au moins, est resté fidèle à ce qui vous énervait tant l'hiver dernier. Je m'étonne que personne n'ait songé à le féliciter de sa constance !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Fortiche sur le pastiche le Jean Mi !

      Supprimer
    2. J'ai à disposition l'article (Elle) qui prône l'inverse, à savoir "l'amour sans pénétration". Intéressant. Instructif. A portée de main.

      Supprimer
    3. Je suis d accord avec Daniel:il y a du mieux même si nous ne sommes pas encore,et de loin,au top.On a vu des gars se faire des passes sans que le ballon ne tombe ,des joueurs jouer au rugby, surtout avoir un fil conducteur etc...Ils ont repris confiance en eux et c'est énorme.C'est 2023 que Galthié prépare et cela commence maintenant.Ils partent de très loin et ils le savent

      Supprimer
    4. Le pastiche, c’est mon postiche :-)

      Supprimer
    5. le pastiche c'est le 51 auvergnat

      Supprimer
    6. je ne sais pas si je suis dans le sujet, mais ce midi pour moi, c'est moules-frites...

      Supprimer
  10. Joli titre.
    On peut pas parler de tontons flingueurs, plutôt de ronrons flingueurs. Style châtelain du coin orgasmisant une chasse au gibier tout frais lâché sur le gazon, zonzon. Donc pas d'extase des quinconces habitués à des jeux maisons bien maîtrisés mais pas en maison close. Pour le rugby caviar et champagne d'après match, on attendra via la CDM. Pour l'instant, on est sur du pic poul huitres maîtrisés, en VIP. Sinon, la 3e ligne telle qu'elle a débuté, Dupont, Penaud, Medard dans le ton. La 2e ligne pas loin. Raka à pointé son nez en attaque. Défensivement, c'est vaseux. Mais on compte sur la lubrification relationnelle ! beau terme qui interroge les femmes...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pour le titre tu comprends que je sois fan du grand Boris, mon idole de jeunesse. Rien à jeter : chansons, poésie, romans. Tout le lot de Vian.

      Supprimer
    2. Bison ravi ( anagramme) fait partie de la liste interminable de ses pseudonymes ... j'aime bien aussi Lydio Sincrasi, S. Culape et Aimé Damour .

      Supprimer
  11. Victoire à la Pyrrhus ou comment le Vice Président du tournoi des VI Nations B Laporte a négocié avec le Président Jeffrey; à Nice la France gagne donc tu nous mets l'équipe C et à Édimbourg on inverse. En contre partie, tu viens passer quelques jours sur la côte d'Azur avec la famille aux frais de la FFR. Tout le monde est content, on remplit les caisses et la comédie continue. Ni vu ni connu je t'embrouille. Voilà, voilà.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. L'accord remonte au vote e ossais pour l'attribution de la coupe du monde 2023. Séjour gratis et match à Nice

      Supprimer
  12. Peut-être bien faudrait-il aller voir du jeu à sept!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. du jeu ascète ( consulter Christophe S. )

      Supprimer
    2. Non, du je assette, pour en finir. Mais pour le moment, savent pas bien s'en servir nos triques à l'or, dans leur assiette à gazon.

      Supprimer
  13. Colin Maillard,
    Colin en référence à Boris Vian dont on peut lire "Son peigne d’ambre divisa la masse soyeuse en longs filets orange pareils aux sillons que le gai laboureur trace à l’aide d’une fourchette dans de la confiture d’abricots" et Maillard au jeu du loup qui doit deviner celui qui touche .Improbable coïncidence dans les deux cas. Autant "L'écume des jours" fut une purge littéraire pendant mon adolescence moi qui me délectait de la poésie du XIXe et début XXe, autant "J'irai cracher sur vos tombes" fut une bienfaisance intellectuelle proche de la "lubrification relationnelle" ou les préliminaires avaient du sens ! La salade niçoise à la sauce cap d'ail n'a pas eu le piquant attendu faute de chefs malgré les ingrédients annoncés. Bien sûr, à vous lire, chacun est politiquement satisfait du résultat de la colonie de vacances de notre XV national. Voir des joueurs rendrent bonne copie quand il n'y a rien en face c'est féliciter un cancre parce qu'il a fait moins de fautes d'orthographe qu'à l'accoutumé après avoir écrit un sujet un verbe et un complément. Quand un chef parle d'écume en cuisine, il sait que les scories, les impuretés, la mousse ne sont pas la signature d'une grande assiette. Aujourd'hui on veut nous faire croire qu'on nous sert du caviar alors que c'est une bouillabaisse revisitée ! Quant au pur malt, sans être un "connoisseur" averti, seul celui qui a fumé un H.Upmann sait. Arrêtons ce grotesque enfumage qui tend à nous faire passer des vessies pour des lanternes ! Nous avons eu droit à un entrainement médiatique savamment orchestré ou même Vincent Clerc, le parfait gendre idéal, nous a assénés de politesses bien senties. De voir Fabien Galthié, en tribune à côté du "Papé", cela m'a évoqué Hugolin et Jean de Florette alias Bernard. Pauvre Manon, avec ses chèvres, elle n’a pas tari d’éloges sur les joueurs ! Reste qu'il faut revenir à la source pour comprendre que les préliminaires ovalesques n'ont rien de chevaleresques. Antinomique ce Colin Maillard dans l'esprit et la forme. Le premier nous renvoie à l'amour, au travail, à la maladie, à la mort avec en fond de toile une atmosphère jazzy celle de la Louisiane chère à Napoléon et à Lafayette. Maillard, au delà du jeu d'enfance, nous renvoie à ce valeureux hutois qui combattait les yeux crevés. Alors de Vian au XV de France, l'écume attendu d'un jour ressemble à un jeu aveugle ou les incertitudes dominent plus qu'une quelconque certitude. Hugolin et Jean ressemblent à Maillard alors que le Papé écume sa moustache à la recherche d'une recette pérenne. Je terminerai par un clin d’œil en citant cette aphorisme de KIERKEGAARD : "on a plus perdu, quand on a perdu sa passion, que quand on s’est perdu dans sa passion."

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce ne sont que quelques pattes Don Tautoro, des pattes de coq .
      Je me suis plus amusée des savantes sexlucubrations de Pom que du jeu(sic !) de nos Bleus .
      Bah ... enième version de la 7e compagnie et ses errements ; pas de quoi fouetter ni fesser Lily la Tigresse . Rappelons qu'il s'agit de leurs seuls exploits à nos maudits Blues .
      Plus repos que guerriers ; au moins sont-ils esthétiquement plus présentables et pourront donc poser pour le Calendrier des Dieux du Stade . Sont pas top, sont pas des modèles, alors pourquoi pas top models ?! Il leur manquera toujours 4 ou 5 ans de maturation pour jouer dans la cour des grands, il leur reste à conquérir le bac à sable .
      PS : je suis moi aussi complètement hermétique à L'écume des jours ! Plus sensible aux chansons de BV .

      Supprimer
    2. Hutois ou Hussite, tu veux parler de Jan Ziska, considéré comme un des plus grands capitaine de tous les temps, Bohemme quand tu nous tiens....les seuls écrits, en français, sont de George Sand

      Supprimer
    3. Remarquable texte Tautor. Cest exactement le genre de prose que j'imaginais en commentaire quand jai rédigé ma chronique.

      Supprimer
  14. Socle , scories, état d'esprit, régularité, préliminaire, enfumage, un vocabulaire moyennement engageant pour ce 1er before. Et pas de quoi faire couler de l'écume sur les joues. Mais ça avance. Ils y travaillent avec un Brunel peu prolixe, pas très engageant, enfin pas très lubrifié. Mais question lubrification faudra cacher les gonzesses, car y z'y crachent pas dessus. Allez, j'suis muet comme une tombe.

    RépondreSupprimer
  15. Champ (M)agne aiment bien cette 3e l. Cros, Ollivon, Aldritt. Ils y croient pour l'avenir.

    RépondreSupprimer
  16. Cher Papa, chère Môman,
    On est bien arrivé à la colo, après le stage en Espagne où on a transpiré comme des malades parce que le prof de gym en est un ( malade ) . Le nouveau dirlo n'est pas commode, heureusement on a Papy pour rigoler un peu . On court beaucoup et on mange rien, j'ai déjà perdu 3 kilos même plus la force de jouer à la Play le soir avec les copains . On a reçu les nouveaux maillots ceux avec le gros coq rouge, ça nous va bien vu qu'on est tout maigres même les avants . Si on travaille bien on ira au Japon, mais avant, faut faire des matches pour bien comprendre ce que c'est le haut niveau .
    Alors on a battu les Ecossais et Papy était bien content mais pas le dirlo, il dit que c'est pas ça le momentum . Môman tu pourrais pas regarder dans le dictionnaire ce que ça veut dire ? J'ai pas osé poser la question parce que le dirlo il me fout trop la trouille . Des fois il patrouille dans les couloirs la nuit mais comme on est claqués et morts de fatigue on risque pas de sortir faire les cons . Môman je te promets qu'on se tiendra tranquilles à Edimbourg, pas comme la dernière fois où on était quand même un peu bourrés . Je te ferai coucou à la tv si le dirlo ne me regarde pas mais faut faire gaffe, il en a viré pour moins que ça . Bon là ils nous appellent pour le cross du matin alors je vous laisse ; Môman si je marque je ferai un coeur pour toi avec mes doigts ... enfin si je me mélange pas les doigts ... Bisous à toute la famille .

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Au fait, môman, regarde aussi sur le dico ce que ça veut dire maturation... bisous
      Môman :
      Rien à voir avec masturbation mon fils !
      Bisous aussi

      Supprimer
    2. Des idées, des idées Sylvie, si tu pouvais en faire passer qq' une au XV national.....

      Supprimer
    3. Ce commentaire a été supprimé par son auteur.

      Supprimer
    4. Fiston,
      Ta Môman a demandé à ton Pôpe :il a dita "as oun moument a quo le fiston". Alors, prends ton temps avant le monumentum du Japon. 👍🏽👍🏽🏉. Rassure toi mon Chéri,le dirlo pompe rien au patois "t'es oun couillouns" répond lui

      Supprimer
  17. « Contrairement à ce qu’on veut vous faire croire, le rugby tue ».

    Coup de gueule. Médecin du sport et grand spécialiste du dopage, Jean-Pierre de Mondenard s’insurge contre la dangerosité du rugby.
    Propos recueillis par Gwendoline Dos Santos et Jérôme Vincent
    Vigilant. Jean-Pierre de Mondenard, médecin du sport, dans son cabinet, à Chennevières-sur-Marne (Val-de-Marne), le 31 juillet. Jean-Pierre de Mondenard est un monument du sport. Ne le cherchez pas sur les lignes d’arrivée ou les podiums. A 76 ans, s’il entretient toujours sa forme, c’est dans la critique du sport qu’il excelle. Fort en gueule depuis ses débuts comme praticien chargé du contrôle médical sur le Tour de France en 1973, 1974, 1975, il est surtout connu pour son combat contre le dopage dans le cyclisme, son sport de prédilection. Quand il ne court pas, il pédale : « J’en suis à 340 000 kilomètres à vélo, encore 40 000 et j’aurai fait la distance Terre-Lune à vélo », crâne-t-il. Et la douzaine de vélos en expo dans son hall d’entrée, jadis une salle d’attente, sont là pour en témoigner. Mais il n’est pas monomaniaque, voilà des décennies qu’il note, classe, recense presque frénétiquement tout ce qu’il trouve dans toutes les disciplines. Chez lui, dans un pavillon sans prétention de Chennevières-sur-Marne, en banlieue parisienne, sur trois niveaux, s’empilent boîtes d’archives, classeurs, cartons remplis de documents, livres par milliers, dossiers, journaux… Des allures de capharnaüm. Pourtant, tout est méticuleusement organisé. Levez ou baissez les yeux, les étiquettes vous donnent le tournis. Elles sont partout. « Voilà quarante ans que nous habitons ici, avec tout ce que mon mari a accumulé, il serait presque impossible de déménager », souffle sa femme, Martine, tour à tour secrétaire, standardiste, archiviste, rédactrice, correctrice pour monsieur. Cette fois, Jean-Pierre de Mondenard s’attaque au rugby, dont la nouvelle saison de l’élite professionnelle du Top 14 débute ce samedi 24 août. Non pour dénoncer le dopage aux vestiaires, mais, las de voir les fédérations passives, pour dénoncer les coups, la violence perpétrée sur les terrains de l’ovalie. Pour cela, et puisque personne ne le fait, il s’est mis en tête de dresser la liste des « gladiateurs » morts au « combat » depuis plus d’un siècle en France. Rien que ça. Attention, plaquage !
    Engagement. Le match de Top 14 Stade toulousain-Union Bordeaux Bègles, le 5 novembre 2018. Viril, trop viril ?
    Le Point : Vous avez dénoncé pendant des dizaines d’années le dopage dans le cyclisme. Pourquoi aujourd’hui vous passionner pour le rugby ?
    Jean-Pierre de Mondenard : Je me suis piqué de rugby il y a bien longtemps. Déjà en 1979 je dénonçais le dopage des joueurs ! Mais, depuis novembre 2018, je travaille sur les décès et les commotions cérébrales dans ce jeu. Comment ça m’est venu ? Depuis 1970, je recense les morts dans tous les sports, pour avoir des statistiques, sans les étudier, les analyser. J’ai également récupéré toutes les thèses de médecine du sport que j’ai identifiées, depuis 1784 jusqu’en 1995. J’ai complété ce recueil jusqu’en 2004 et je m’aperçois en lisant l’une d’elles que le premier mort sur un stade de rugby est un joueur de l’Etoile sportive bordelaise, datant de 1904.

    RépondreSupprimer
  18. Ça et le fait que Bernard Laporte [président de la Fédération française de rugby à XV, NDLR] minimise les dangers de l’ovalie. Alors j’ai ressorti toutes les thèses sur le rugby depuis un siècle, une vingtaine. Ce premier mort est le début d’une longue liste. Comment retrouvez-vous ces victimes ? Il avait 20 ans et 5 mois. Il jouait pilier. Lors d’une mêlée, il subit une fracture de la 5 e vertèbre cervicale avec lésion de la moelle épinière. Son nom : Adrien Luirette. Tombé aux oubliettes. Au club de Bordeaux, personne n’en avait connaissance. En 1912, je trouve trois morts et je relève dans la presse de l’époque un journaliste qui écrit : « Ça fait trop. » Je cherche qui sont ces joueurs. Je retrouve l’acte d’état civil de l’un d’entre eux, un Anglais, il a 23 ans et 8 mois. Il reçoit un coup au ventre lors d’un match entre le CA Périgueux et l’US Cognac, et décède d’une rupture de l’estomac. Systématiquement, j’essaie de remonter à l’état civil. Ce n’est pas toujours simple.
    A quelles difficultés vous heurtez-vous ?
    Prenez 1938 : je lis dans une thèse qu’un pilier de l’US Jarrie est mort sur la pelouse, « après une violente entrée en mêlée. Perte de connaissance. Fracture de la partie haute du rachis ». Pas de nom, rien. Je téléphone, je demande à parler à la « mémoire » du club. Chaque fois, je fais ça. Ils sont vieux, entre 80 et 90 ans, et ils savent tout sur tout. Cette fois-là, au bout du fil, mon « historien du club » en a entendu parler : un joueur est mort à Ugine. J’appelle alors la mairie de cette commune, demande qu’ils fassent des recherches sur les décès entre septembre et mars, soit la saison de rugby, entre 1922, date de création du club, et 1932, les joueurs ayant en général entre 20 et 30 ans. Bingo, la mairie le retrouve. Il s’appelle Charles Liotard, de Jarrie, mort à Ugine. Je consulte les Pages blanches, j’arrive à avoir une femme au téléphone qui me confirme le décès de ce membre de la famille. Les circonstances de sa mort étaient totalement ignorées. La Fédération française de rugby, née en 1919, n’a jamais tenu aucun registre de ses blessés, encore moins de ses morts.
    3 victimes en huit mois Arrêt cardiaque. Nicolas Chauvin, 18 ans, du Stade français.
    Arrêt cardiaque. Louis Fajfrowski, 21 ans, ailier d’Aurillac (Cantal). Commotion cérébrale. Adrien Descrulhes, 17 ans, Rugby club de Billom (Puy-de-Dôme). Alors
    pour chaque mort, vous faites une véritable enquête de police ?
    J’ai dépensé une énergie folle. Pendant cinq mois, j’ai téléphoné aux « historiens » des clubs, aux descendants des morts et blessés. Plusieurs fois, j’apprends à des clubs qu’un de leurs licenciés est décédé. Systématiquement je leur demande s’ils connaissent un autre cas, et systématiquement ils me répondent oui. Et l’enquête repart. Il y a un autre moyen de les retrouver. Les blessés à la tête sont souvent transportés dans les centres de neurochirurgie, et ces centres sont peu nombreux.

    RépondreSupprimer
  19. En 1972, la thèse en neurochirurgie de Jean Andrieu, à Toulouse, fait état de sept morts en une seule année. De plus, il ne faut pas tenir compte que des commotions cérébrales ; je découvre que des joueurs souffrent, un ou deux mois après leur dernier match à la suite de coups dans le ventre, de lésions mortelles, de ruptures de la rate, de péritonites. Ils ne tombent pas sur le terrain, mais c’est tout comme. Et ça arrive encore ! En 2014, il est constaté chez un joueur une hémorragie digestive à la suite d’une rupture de la rate. Donc, les morts sur les terrains d’ovalie ont toujours existé, et dès le début ils ont été déniés.
    A quel nombre de morts en France dus au rugby êtes-vous parvenu ?
    A ce jour, mais l’enquête continue, j’ai identifié 113 morts sur les terrains de rugby à XV en France depuis 1904 avec mes seuls petits moyens. Ça veut dire qu’il y en a bien plus. Probablement au moins 200. Cela fait cent quinze ans qu’on minimise les risques traumatiques du rugby. De 1904 au 8 mai 2019, je comptabilise 76 morts pour traumatisme céphalique ou abdominal : fractures de la colonne vertébrale avec lésion de la moelle épinière, fracture de la base du crâne, hémorragie méningée, hématome sous-dural, péritonite, méningite, rupture de l’estomac, déchirure intestinale, éclatement du foie et/ou de la rate. Plus 37 morts d’origine cardiaque ou vasculaire : syncope, malaise, accident vasculaire cérébral, infarctus du myocarde, embolie pulmonaire, œdème pulmonaire. Et ce ne sont pas des vétérans qui meurent de crise cardiaque sur le terrain ! Non, la moyenne d’âge des morts sur le terrain est de 24 ans et 10 mois. Il y a beaucoup plus de morts qu’on veut bien le dire. Beaucoup sont passés sous silence. Quand je regarde mes statistiques, pas de morts au rugby entre 1938 et 1945, c’est logique, mais ensuite, jusqu’à 1956, je n’en trouve pas un seul ! Aucun mort pendant dix ans, je peine à le croire. La vague actuelle de trois victimes en huit mois en 2018 – Adrien Descrulhes, 17 ans, du Rugby club de Billom (Puy-de-Dôme), Louis Fajfrowski, 21 ans, ailier d’Aurillac (Cantal), Nicolas Chauvin, 18 ans, du Stade français – n’a rien à voir avec la professionnalisation du rugby, c’est le rugby lui-même qui est en cause. On nous met sur une fausse piste en nous faisant croire que le rugby n’est pas dangereux. Le constat est accablant : l’omerta règne sur les victimes du jeu, la Fédération française de rugby est incapable de colliger ses morts. Un peu plus de 100 morts en cent ans, ce n’est pas tant que ça… C’est plus que dans la voile ou dans l’alpinisme, des sports pourtant considérés comme très dangereux. Là, on est dans un stade, sur une pelouse. Dans le football, le handball, le basket, il n’y a pas de morts à la suite de coups portés à la tête, aux cervicales, à l’estomac, au ventre. Personne ne dit rien, car les gens qui savent sont dans le milieu et les gens qui ne sont pas dans le milieu ne savent pas. Le rugby prend le chemin du football américain, le sport d’équipe le plus dangereux du monde. Et personne ne fait rien. Les fédérations ont quand même pris des mesures ces dernières années pour protéger la santé des joueurs. Le protocole commotions, par exemple. Face au problème récurrent des commotions cérébrales, les instances fédérales – afin de détourner l’attention tout en occupant le terrain médiatique – bottent le plus souvent en touche en annonçant, avec tambour et trompette, création d’une commission, organisation d’états généraux, mise en place d’actions de prévention, présence de médecins indépendants à chaque match, meilleure préparation musculaire des joueurs… Et au bout de quelques semaines tout est oublié jusqu’au mort suivant. On connaît l’histoire.

    RépondreSupprimer
  20. C’est comme pour le dopage, les affaires s’enquillent les unes derrière les autres depuis cinquante ans. Non, la Fédération française de rugby ne fait rien, car c’est la santé de sa discipline qui l’intéresse. Le nombre de licenciés, les résultats des clubs et des sélections. Pas la santé de ses sportifs ! Aucune fédération au monde n’a fait d’étude sur la dangerosité, la mortalité, la morbidité du rugby. Aucune. Les protocoles commotions cérébrales mis en place sont insuffisants. Ils sont post-traumatiques, c’est avant les chocs qu’il faut agir. Tous les spécialistes le disent, le professeur Jean Chazal l’a écrit. La Fédération française est acculée. Attention, danger !
    Lésions de la colonne vertébrale, K.-O. à répétition, commotions cérébrales, le neurochirurgien et professeur des universités à Clermont-Ferrand Jean Chazal, à la retraite depuis un an, a la passion du rugby. Ancien expert auprès de la Ligue nationale du rugby, il s’alarme de l’évolution de ce sport dans « Ce rugby qui tue » (Solar). A vous entendre, c’est un déni complet. Vous n’exagérez pas ?
    A chaque décès dans le rugby reviennent les mêmes réactions des ministres des Sports, présidents de fédération et autres autorités : les « plus jamais ça », les condoléances officielles, une minute de silence dans les stades, la mise en place accélérée d’une cellule d’aide psychologique, une plaque du souvenir apposée ici ou là, le nom du défunt donné à une rue, un stade, une tribune, un challenge sportif. Et terminé. C’est traité en famille. C’est surtout le silence qui est omniprésent. Les dirigeants conseillent aux familles de ne pas porter plainte. La presse spécialisée tait les décès. La langue de bois fait partie intégrante du mode de communication du milieu du rugby, que ce soit à l’attention du public ou des journalistes. Le milieu du rugby invoque trop souvent la fatalité. C’est le même mécanisme de défense qu’avec le dopage dans le vélo qui est déployé par les instances officielles du rugby. « Il n’y a pas beaucoup de cyclistes dopés, ce sont les brebis galeuses de notre sport qui, lui, est propre. Il n’y a pas beaucoup de morts sur les terrains de l’ovalie, c’est la fatalité, ceux qui disent le contraire en veulent à notre sport. » Imaginez un fou qui se frappe la tête avec un marteau. Soit vous mettez du Mercurochrome sur ses plaies, soit vous lui enlevez le marteau. Face à la multiplication des blessures, aucun dirigeant décideur ne semble prêt à retirer le marteau aux rugbymen.

    J'adhère totalement à cet article pour l'avoir dénoncé à plusieurs reprises sur le blog. Merci Docteur de Mondenard.

    RépondreSupprimer
  21. Dis moi Alain, avec tes relations, tu ne pourrais pas savoir, à son contact, si c'est bien lui, Jean-Pierre qui était au lycée Ingres,ou son frère? Il ya bien un n° de tel de son cabinet à Chennevières, mais ça ne repond pas

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Fais le 22 à Asnières, ligne directe 👍🏽🏉

      Supprimer
    2. merci beaucoup!, tu es plein de sollicitude... mais j'ai trouvé et dial avec, et donc je vais entrer en contact avec son frère

      Supprimer
    3. Ce commentaire a été supprimé par son auteur.

      Supprimer
    4. Super! Georges, ravi que tu retrouves un violon d'Ingres

      Supprimer
  22. et comme un pied de nez à cet article Bamba reprend l'entraînement collectif #nimportequoi

    RépondreSupprimer
  23. en tant que supporteur/teuse/trice officielle du XV de la Rose j'ai l'honneur de vous présenter my squad ... mais bon comme j'avais la flemme regardez donc ici https://www.englandrugby.com/news/article/england-men-announce-squad-for-rugby-world-cup ... après le baratin d'Eddie Jones, on peut écouter il fait même pas peur ! et donc après cette introduction, on voit tous les joueurs quand ils étaient petits c'est mignon tout plein ... non en fait sont déjà très convaincants minots, alors maintenant ... Swing low sweet chariooooot ! 🍓🌹💋

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. j'ai oublié de vous dire de bien regarder le générique à la fin, les noms des joueurs sont suivis de celui de leur tout premier club genre Dan Cole Petaouchnok .... double effet kiss cool : les joueurs paraissent plus humains et ça suscite l'attendrissement général du coup les gens de ces clubs postent des messages de soutien ... nous ne sommes plus dans l'équipe nationale comme vitrine du rugby, non là c'est tous unis contre le reste du monde . Holala qu'est ce que vous allez prendre !! 🍓🌹💋

      Supprimer
  24. https://www.facebook.com/1642537042692130/posts/2474220056190487/
    20 ans, trouvé mort dans sa chambre à Toulouse, un de plus ....

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mort sans bruit, mauvais rebond sur l'oreiller.
      L'hôtel dégage toute responsabilité. Les autres, pas loin derrière.
      Encore la faute du ballon, faut arrêter de respirer ce cuir...

      Supprimer
  25. Plus un, Tautor, et on a souvent évoqué ce cancer sur le blog.
    La tartufferie de nos fédérations, nationales et mondiales , des institutions de lutte anti dopage aussi est un pur scandale.
    Savez vous que l'Agence Mondiale Antidopage, sous la pression des grandes fédérations , refuse d'appliquer partout les protocoles du cyclisme, jugés trop performants?
    Allez Chevreuse

    RépondreSupprimer
  26. Et, pendant ce temps, je suis le parcours des copains sur Paris-Brest-Paris...sur lequel j'avais rêvé d'y être encore une fois...!
    Les premiers sont déjà à Loudéac, sur la route du retour...
    Et Fiona Kolbingber, la vainqueuse de la 7 ième Transcontinental Race (4125km, quand même!) en 11 jours et quelques, m'a l'air un peu dans les choux. Un coup de mou certainement dû au fait qu'elle a terminé à Brest (en provenance de Bourgas, en Bulgarie) cette dite Trans le 8 Août. Et qu'elle est repartie de Brest, vers le départ de Rambouillet, à vélo. Une sacrée bonne femme de 24 ans, diplômée de Médecine...Çà parlera, je pense, à Tautor...Et aux autres.

    RépondreSupprimer
  27. https://actu.fr/nouvelle-aquitaine/langon_33227/federale-2-une-malformation-cervicale-oblige-talonneur-stade-langonnais-arreter-carriere_26618569.html
    6 ans pour lui dire stop après une IRM à 16 ans qui avait décelé une malformation cervicale et après plusieurs commotions cérébrales les années suivantes jusqu'à ne plus sentir ses bras .... Incroyable de pouvoir lire cela, ce qui montre à quel point la médecine est incompétente. Il aurait pu mourir 10 fois où être tétraplégique ... Décidément, le Dr de Mondenard est dans le vrai. Merci à l'IRM une nouvelle fois qui permet de sauver la vie de ce gosse et Merci au Neurochirurgien d'avoir su dire stop là où d'autres n'ont rien dit. Bravo au Président, aux dirigeants et aux joueurs d'avoir su lui donner une 2e vie au sein du club. Cela me rappelle les confidences d'un confrère avouant que la moitié des joueurs de 1e ligne en top 16 ou 14 ne remplissaient pas les critères pour obtenir la licence. C'est vous dire le malaise. Le Pr Chazal devrait pouvoir corrober ou pas cette hypothèse.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui mais bon, déjà dans le bordelais sont pas bien gaillard,alors un talon en plus !
      Claire Chazal devrait pouvoir corrober ou pas cette hypothèse.
      Allez, on est dans le G7 😃🏈🍷

      Supprimer
    2. Ou race Poutine... (rapport au G7)

      Supprimer
  28. Pour l'instant, il fait peur au à la ligue, provale, et le top 14. Il n'est pas forcément le bon invité...
    https://actu.fr/sports/rugby/pro/mon-seul-scene-sera-vrai-je-veux-me-foutre-poil-me-raconter-entretien-exclusif-raphael-poulain_26111315.html?utm_source=actu.fr&utm_medium=alireaussi
    Voir sa vidéo conférence vers 3'25, il parle d'un mec...

    RépondreSupprimer
    Réponses

    1. Sinon Sergio, à ton avis quand il parle de "se foutre à poil" c'est une image ou il le fait pour de bon ? Non mais tant qu'à se déranger autant que ça vaille le coup ... 😇😵

      Supprimer
    2. Oui mais bon le médiatique Poulain a peut être encore des leçons d'humanisme a recevoir , morceaux choisis( de mémoire ), concernant Raka :
      " Je suis pas raciste, d'ailleurs ma mère était assistante sociale "
      "C'est mon point de vue et il est partagé au coin des bars "
      Allez, manquerait plus qu'un plombier polonais!

      Supprimer
    3. Paraît que la serveuse du Bambou Bar est polyglotte 🤔😹🍷🎶

      Supprimer
    4. Aaaaahhh, va savoir Gariguette, il est jusqu'au boutiste le gazier. Sinon, tu peux toujours fantasmagorer... ou demander à la serveuse du bambou bar, si elle est au courant...
      Janlou, du style "j'suis pas 1 imbécile puisque j'suis douaaniais". En tout cas,peut donner 2/3 leçons aux p'tits jeunots quand même histoire d'éviter toutes ces bouses, de vaches qui traînent dans leur sillon. Et puis histoire d'humanisme, à créé (ou aidé j'sais plus) l'assoc. "Coeur ovale ouvert"

      Supprimer
    5. C'est "Ovale citoyen ", Sergio, et c'est pour ça que je comprends mal, parce que cette association me semble justement dans le droit fil de ce que je pense du sport et de sa mission sociale.
      Allez Rapha, donc, mais de la cohérence ou j'en cause a la serveuse!

      Supprimer
  29. https://www.minutesports.fr/index.php/2019/08/20/on-sait-de-quoi-et-mort-le-jeune-rugbyman-anglais-a-toulouse/?utm_source=dlvr.it&utm_medium=facebook

    Selon les 1e résultats de l'autopsie mort par asphyxie sans avoir inhalé (vomissements). Analyses toxicologiques en cours .... Œdème aigu du poumon, embolie pulmonaire, troubles du rythme ... ? Prise de substances .... Attendons

    RépondreSupprimer
  30. Compo pour samedi. Il y avait matière à plus tourner, notamment au centre, à l'ouverture, en pilier.
    Y aura encore de l'écume à enlever, avant que la confiture soit bonne...🙄😋😋

    RépondreSupprimer
  31. De l'écume écossaise jusqu'au tsunami japonais, point de confiture à mon sens. Il y a tellement de lacunes dans les recettes que la "Table Ovale" nous sert du réchauffé, du décongelé ou du recomposé peu digne de la collerette de MOF. Tant que le désir ne sera pas le fil conducteur de l'esprit ne cherchez point une quelconque recette du bonheur sur le terrain. Spinoza explique que la volonté et la raison sont impuissantes face au désir et que c’est ce dernier qui fera naître en nous la progression. En fait, tout est initié depuis l’encéphale quel que soit l’hémisphère. Donc, sans parler de l’usage du ou des pieds qui ne sont que la résultante de la gestuelle des mains, du désir et de la joie, la probabilité fumeuse d’un rugby incestueux et orgasmique que nous attendons depuis des lustres n’est que chimère et peau de chagrin vu l’androgénicité galopante de nos joueurs et l’atrophie verbale de la gestuelle de nos entraineurs. WUNDT, père fondateur de la communication non verbale, disait "je retiendrais que la langue parle aux oreilles et les gestes aux yeux. Les gestes, lors d’une communication, ne trouvent pas leur raison d’être dans la motivation de communiquer un concept, mais bien dans l’émotion ressentie à propos du concept". Et bien évidemment, le geste est le vrai miroir de l’âme.


    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. pas compris "l'androgénicité galopante de nos joueurs" je sais bien que les compotes Andros sont sponsors du Top 14 y aurait-il un rapport ?

      Supprimer
    2. y a l'android pour le smartphone, l'andropause pour d'autres, le trophée Andros pour les voitures sur glace et l'androgénécité "musculaire" des joueurs, exemple C. Cha ! Capito ! En clair contraste entre l'hypertrophie musculaire des joueurs et l'atrophie cérébrale du staff .... Chez les personnes âgés, un des critères du risque de chutes c'est la vitesse mesurée en terme de pas et pour le Papé et son staff, c'est le nombre de mots usités. Ecoute bien et calcule moins de 100 mots dans le répertoire du vocabulaire c'est te dire la complexité de la situation entre un cancre (cf. plus haut) et le Papé et son staff ..... d'ou l'atrophie verbale de la gestuelle sur le terrain à quelques exceptions près.

      Supprimer
    3. j'me disais aussi ... pour une fois que quelque chose galope chez eux c'est leur tendance à fabriquer du gros muscle ... Brunel a peut être abusé du saut à l'élastique ?

      Supprimer
    4. Ils se seraient encore gourrés à l'insu de leur plein gré ?? Faut arrêter l'élastique.
      Allez, y a aussi Andromaque pour l'amour, mais à l'EDF c'est plutôt Andro mac avec Laporte

      Supprimer
    5. Incroyable, faudrait pas trop écumer quand même. Gabrillagues prend 6 semaines suite à un déblayage dangereux (mini 2 semaines), arbitre Nigel Owens. Alors que Scott Barett a pris que 3 semaines après une action jeu dangereux ayant abouti à carton rouge, il y a 15 j environ. Est on dans le même monde arbitral. Quid du retour de bâton suite à la sanction infligé par Jérôme Garcès et largement critiquée par la NZ.
      La serveuse du bambou bar peut pas faire quèque chose en appel ?

      Supprimer
    6. Si ça pouvait servir de leçon. On n'est pas en top 14 et TMO a raison de pointer ces gestes inutiles. Pour la sanction, 10 000€ un jaune, 20 000€ un rouge comme sur les circuits pro de tennis ou en F I. Et sanction financière sur les indemnités versées par les fédérations. Double lame. En cas de récidive, exclusion 3 mois pour un jaune, 6 mois pour un rouge. On est là pour voir du rugby et pas des vachettes landaises péter dans des rucks. Allez servez moi un 51 !

      Supprimer
  32. Ce commentaire a été supprimé par son auteur.

    RépondreSupprimer
  33. Ils sont parfois bien surprenants les gens de World Rugby : ils viennent de s'apercevoir qu'en Septembre au Japon, c'était la saison des typhons ... Encore des rigolos qui allaient jouer au billard pendant les cours de géo - je dis billard mais si ça se trouve c'était à la belote, vu que le billard c'est pour éviter les cours de philo . Donc en cas de temps pourri, les matches seront purement et simplement annulés avec un score déclaré nul sur tapis vert .
    Et j'entends monter la clameur du fin fond des profondeurs d'Ovalie : " oh putain ... mais ... si ça se trouve ... on va les passer les poules !!! .... et alors ... Champions du Monde ...!!!" L'espoir parfois ça tient à peu de chose... bon ne plaisantons pas avec les typhons ... Je connais bien, j'ai vu "Typhon sur Nagasaki" avec Jean Marais et Danielle Darrieux .
    Rien que d'écrire leurs deux noms, ça me fait plaisir . Je croyais qu'ils étaient mariés ensemble . Eh bien pas du tout ! Bon je cause, je cause ... mais ça ne vous dit rien sur les typhons, ni sur le Japon d'ailleurs et moi je dis qu'à quelques semaines de la CDM il serait temps de s'y mettre . Surtout que c'est pas World Rugby qui va vous informer, rapport à la belote ! Si ça se trouve ils n'ont même pas regardé la carte . " Bon alors on la fait où la Coupe ? Chais pas moi y'en a qui disent que le Japon c'est pas mal ? Bon ok, Bill, on va faire comme ça ..." Non mais sérieux ... Heureusement il y a Jean Marais et Danielle Darrieux ; tiens le film est sur Youtube ce soir je vais réviser mon Japon et mon typhon .
    Mata kondo .

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. la belote, c'est la FFR Ferrassienne, pas sûr que Bébert, il ait initié l'International Board aux pratiques agenaises.
      Jean Marais, il était marié à Jean Cocteaux, la belle Danièle pouvait y mettre tout ce qu'elle voulait, la place était prise, je parle du coeur bien sûr, précaution scripturale par rapport aux esprits mal tournés.
      quant aux typhons, revenons à l'importance du toss (et non pas du toast). en tant que capitaine, vous choisissiez le vent favorable en première ou en seconde, sachant qu'en troisième, vous l'aviez de toute façon.
      Gariguette, le terrain de rugby de l'Albenc, après Tullins, accuse une forte déclivité, il serait intéressant de savoir si le capitaine de l'équipe locale prend la pente favorable en seconde période.
      et si un énième tremblement de terre provoque une secousse au moment d'aplatir et fait bouger la ligne de touche, quelle décision va-t-on prendre ?

      Supprimer
    2. L'Albenc c'est peanuts ! Le pire question déclivité c'est Vaulnaveys + de 3 mètres de dénivelé sur la diagonale du terrain !
      T'as oublié Fukushima dans ta liste des risques majeurs - après Danielle Darrieux -

      Supprimer
    3. Ah Fukushima, les éléments radioactifs n'ont pas franchi la frontière, ah non, ça c'est Tchernobyl et le politiquement correct avant les accords de Schengen
      Danielle Darrieux, elle a quand même passé la centaine, épuiser 3 maris et sans doute beaucoup de prétendants. le seul risque était de se faire larguer, sans doute plus insidieux et douloureux qu'une cartouche de la part d'Etzebeth.
      y avait du lourd à l'époque, pendant l'occup et après avec les jeanne Moreau, Martine Carol, Michèle Morgan, Bardot, Deneuve, Maillan, Presle, etc. pas une bonne tenue en mêlée mais un mental de fer

      Supprimer
    4. si tu veux rester copain avec Pom, ne pas oublier de citer Mireille Darc ; il me semble qu'il a gardé un souvenir émerveillé de son passage dans Le grand blond, pourtant elle était de dos ! 😵😵 et puis la Sophia, la Gina, la Claudia ...

      Supprimer
  34. Salut à tous
    personne ne dis rien sur la compo de samedi ? exit médard pour ramos ....parait il besoin d'un buteur ? et pourquoi pas essayer ramos en 10 ? pas sur qu'il soit plus mauvais que lopez ..

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ramos est un 10 à la base ce qui lui a pas mal réussi cette saison au ST mieux que Lopez puisqu'il est Champion de France. Lopez bon ouvreur de club, n'a pas la pointure au dessus comme bon nombre de 10 français. Regardez les 9, un seul au niveau international Dupont, vu il y a 3 ans au CO en début de saison où il éclaboussait de son talent reléguant Kockott sur le banc .... Avouons que nous n'avons pas la culture du haut niveau mais celle du portefeuille du top 14 plus lucrative. Paul Goze un 3e mandat, un symbole bafoué.

      Supprimer
    2. vu la prestation de Lopez en finale, match sous la pression et les coups de pied de dégagement de canari, je suis surpris qu'il soit encore sur une feuille de match international.
      la formation des 10 commence à l'école de rugby, et je m'insurge que nombre d'éducateurs fassent l'impasse sur le jeu au pied en partant du principe que "les gamins ne vont faire que ça, taper au pied".
      Combien d'éducateurs sont capables de faire un bon coup de pied, en tapant sur la pointe ou sur le ventre du ballon, rasant avec un rebond étudié, par dessus, chandelle, le tout à vitesse supersonique, en courant, des deux pieds.
      tout commence ici

      Supprimer
    3. Exactement Fifi, l'exemple ... Comprendre le ballon, sa pointe, son ovale, son rebond, savoir doser son coup de pied, savoir marquer un drop, savoir buter, savoir l'envoyer en profondeur, savoir faire un coup de pied de recentrage, savoir se servir des deux pieds comme on court avec ... Bref, comme tu dis, une mécanique pour tous qui s'apprend comme les tables de multiplications dès l'enfance. Le souvenir de John Eales, merveilleux 2e ligne et buteur des Wallabies .... On en fait plus ... En fait, une chronique dédiée aux buteurs serait la bienvenue.

      Supprimer
    4. Exit tout court car besoin d'un buteur quasi fiable pour l'Argentine et matchs à suivre 😂😂 dixit le meilleur des buteurs de gobelets Denis Charvet 👍🏽🏈

      Supprimer
    5. ben si y'en a des bons : Biggar, Sexton, Ford, Farrell ...

      Supprimer
    6. tu peux remarquer Gariguette dans la présentation de l'équipe d'Angleterre le petit Ford qui tape déjà alors qu'il a à peine 12 ans. Parra emmenait son père très souvent pour taper des coups de pied, trouver le bon élan, le bon appui, etc... le Yach avait Larqué comme coach pour la frappe de balle. Même si taper dans un ballon est naturel, le faire bien est un apprentissage

      Supprimer
  35. Spéciale André
    https://www.facebook.com/1823834111197197/posts/2438102269770375/
    👏👏👏👏

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci, Tautor. Ce sont des amis à toi? De mon côté, j'en suis quelques uns... encore en course...

      Supprimer
    2. Non, un clin d'oeil amical pour ta passion première

      Supprimer
    3. je viens de les croiser, ils sont en ce moment sur le retour vers Paris, à hauteur de Mortagne au Perche, grosse performance

      Supprimer
  36. Ils n'ont peut-être pas choisi la bonne charnière, mais au moins ils la font jouer parce qu'on est quand même à deux matchs de l'ouverture du bal !
    Allez Chevreuse

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Faudrait pas faire comme Cendrillon perdre un chausson avant minuit 😂 une soupe à la citrouille meilleure que dix mille grimaces ou 40 limaces

      Supprimer
  37. j'en conclue que Brunel , si c'est bien lui , continue dans ses erreurs , d'autant plus que mettre ramos en 10 c'est préparer 2023...mais qui sommes nous pour faire les sélectionneurs ? peut être simplement des hommes qui pensent juste rugby et pas autre chose ...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. regarde l'équipe d'Ecosse ce samedi : Hogg - Seymour, Harris, Horne, Maitland - (o) Russell, (m) Laidlaw - Watson, Thomson, Wilson - Skinner, Cummings - Nel, Turner, Reid.
      Remplaçants : Stewart, Dell, Berghan, Gilchrist, Barclay, Horne, Hutchinson, Kinghorn.
      On leur a fichu une trouille bleue ( ?!) , du coup ils ne gardent que Hogg de l'équipe de Nice ...
      Les choses sérieuses pourraient bien commencer maintenant .

      Supprimer
    2. j'espère que l'on ne prendra pas une tôle ...

      Supprimer
    3. Pourquoi pas du! Ça mettrait du piquant entre le Papé et Hugolin 😂

      Supprimer
    4. je me souviens que lors de leur dernier passage à Edimbourg ils avaient pris une tôle puis certains avaient failli finir en taule ...

      Supprimer
  38. Laporte est passé chez Moscato (absent pour l'heure), Di Méco, Charvet, Maryse Ewange Epée et le journaliste de l'émission l'ont un peu chatouillé. BL s'est emporté et a fini par lâcher au journaliste : "combien de titres tu as remporté pour connaître la solution ? et oser parler rugby ?"
    On peut en tirer 2 conclusions : 1° les problèmes ne sont pas réglés et l'Ecosse pourrait nous le rappeler samedi 2° BL n'est pas malin et a montré la limite de sa communication en cherchant à éteindre l'interlocuteur et non à le convaincre par des arguments forts.
    Depuis les 4 chroniqueurs se moquent souvent de lui et sur sa façon de sortir des arguments dignes d'une cour de petite école.
    Galthié n'est donc pas l'artisan du nouveau jeu mais c'est bien Brunel, il ne faut pas oublier l'apport du préparateur physique, quant aux autres, ils sont a priori cantonnés à disposer les plots, gonfler les ballons, et mettre du savon dans les douches

    RépondreSupprimer
  39. je l'ai entendu en direct dans la voiture , il avait l'air assez remonté et pas convaincant !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. j'ai apprécié la passe d'armes avec Di Méco qui ne s'est pas démonté.

      Supprimer
  40. tu as raison , car di Meco n'a pas peur de grand monde et surtout pas de Laporte , même s'il est pote avec moscato!
    Tu connais cette anecdote de thierry roland au sujet du match France Bulgarie de triste mémoire, il dit " si Di meco avait joué ce jour là le bulgare ne serait jamais passé , il l'aurait découpé en deux "

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. comme Eric Champ alors ? Celui qui savait comment battre les All Blacks "il faut leur gratter les yeux et leur écraser les couilles" je sais pas dans quel ordre ... Je me demande si les hoquets actuels de l'EDF n'est pas en fait un problème de vocabulaire ...

      Supprimer
    2. https://www.facebook.com/1642537042692130/posts/2476651562614003/
      Écoutez Giroud, cela vous permettra de comprendre pourquoi le RCT était aux fraises et l'EDF au milieu du gué sans vrais repères. Le pire c'est la pauvreté de la sémantique et du vocabulaire. Quand tu écoutes Villepreux, tu vois qu'il est professeur agrégé, Thibaud tu vois rien, un œuf et c'est l'un des meilleurs dit on.
      Gariguette, tu vas remettre le tablier et sortir la baguette et leur apprendre le développement de texte entre autres choses, tu as carte blanche, cours du soir à petites doses. Pour les chiffres et le calcul, tu siffles Vince, l'expert. Dis lui de ne pas aller au de là du 51. Phiphi avec Francois, tu reprends les fondamentaux, ballon, gestuelle, placements, placages, coups de lattes; Sergio avec André, séances bikes, routes et coteaux matin et soir à hautes intensités; Pour le footing et les plus récalcitrants, de la poésie pur jus de Pom. Jan Lou avec Jean Louis, tu les files dans la boue à l'ancienne qu'ils bouffent de l'herbe, du joug, de la mêlée et de l'ail; François avec Cricri, vous me les formatez simple (on cadre on donne), pas de jeu latéral, pas de couilles dans le paté ; Pipiou, après Gariguette, contrôle des connaissances et s'ils sèchent, ouste dans les Pyrénées pour quelques dénivelés très positifs ; Lulure et Pimprenelle aux fourneaux, diététique, contrôle qualité, régime crétois comme Brigitte. Vous demandez à Georges d'apporter la gnôle des coteaux pour les plus bavards; Le Gé, pas de poésies,pas de finesse d'esprit, du chant par cœur à haut débit; Joël, revue complète du règlement, interros surprises et le 1e qui sait pas retour à la casba; Marco, massages, étirements, cryo pas de glaçons à sucer, cordages; Bernard, piquouses dans le cul, pas de cachetons, pas d'anesthésie, comme à la guerre et ceux qui miaulent tu me les envoies, ils vont aboyer comme des loups; Ritchie et Jean Yves, culture générale, philosophie,, psychologie, mentalisation, je veux des tronches pas des idiots; Pierrot avec Cricri, vous m'en faites des toros, des miuras, pas des vachettes landaises, dans l'arène avec les tertio qui vont bien, pas de bandérilles à la con sur les flancs sinon au bercail, de la cape tout le match, mouiller leurs le slip s'ils sont secs, la tête en haut, les cornes relevées, le buste en avant, les canes qui gaudillent et le museau en pointe putain de dieu .... Avec ça à Hombros, les loulous, sur le toit du monde, Côté Ouvert, on va la ramener la gamelle, le trophée parce que nous, on est une équipe soudée, on bouffe les couilles à tout le monde, on coupe pas le jambon en 4, on tortille pas du cul, on se la gomine pas devant le miroir, nous on partage le dur et le mou, le maillot on le tricotte avec la sueur pas avec la savonnette, le corps et l'esprit sont bleu, blanc, rouge et on va pas là bas pour chinoiser, yaka faucon et compagnies, on va pas pour niker, on va là bas pour gagner foi de Gascon 👍🏽🍷🎶🏈

      Supprimer
    3. Je sais pas pour les autres mais moi je bouffe les couilles à personne .😇🍓

      Supprimer
    4. Le rugby masculin est plein d'images et tout dans l'excès. N'oublie pas que je suis Gascon 😂

      Supprimer
    5. faudra gouter celles d'un mouton, c'est un plat plutôt apprécié dans certaines contrées

      Supprimer
  41. Ce commentaire a été supprimé par son auteur.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. ha ben tiens je venais de parler de vocabulaire ...

      Supprimer
    2. J'avais pas lu, en pleine écriture 😹👍🏽🏈

      Supprimer
  42. Z'avez d'la bonne en ce moment, fô m'en garder un peu !
    Sinon je'peux les faire nager avec les requins, aussi, pour l'accoutumance au danger, si on met Giroud en premier , pour les suivants ça devrait aller.
    Allez Chevreuse

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Nutella et Armagnac !!!😋🤗🤣😜😤😤💪💪🖕🖕🤙👌👋👋

      Supprimer
  43. Ce commentaire a été supprimé par son auteur.

    RépondreSupprimer
  44. https://blog.guillermou-avocats.fr/articles/impact-des-commotions-cerebrales-chez-les-jeunes-adultes

    Lisez, effarant ! Si ca s'avère vrai, le rugby français a du souci à se faire. Nous sommes très loin de la réalité à la vue de cette étude. La capacité de contrôle des fonctions cognitives telles que l’attention, l’inhibition, la performance, la flexibilité, la stabilité, la mémoire de travail et la planification est altérée de façon significative. Publication du 29.12.2018. Quand je repense à ce jeune de Langon, malformation cervicale depuis l'âge de 16 ans et victimes de plusieurs commotions cérébrales, l'avenir, pour lui, n'est guère brillant selon l'étude américaine. Ceci montre bien le fossé qui existe entre la réalité des terrains et la fiction de nos commissions médicales. Le travail de fourmi du Dr de Mondenard reste une base de données unique. Ça va bientôt coûter très cher aux Assurances maintenant que l'on sait et que c'est publié. Les médecins de club et des commissions médicales peuvent trembler, les plaintes risquent de s'accumuler. Une nouvelle filière pour les avocats !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Sans nier la gravité du problème, attention quand-même aux motivations profondes des cabinets d'avocats.
      Ils ne rêvent pour la plupart que d'un statut à l'américaine ,et pas forcément la défense de la veuve et de l'orphelin.
      Allez Chevreuse

      Supprimer
    2. Hormis le côté avocat, c'est avant tout une publication médicale

      Supprimer
  45. Quand le Papé est malade, tout le rugby français est malade pour une simple virose estivale. Attention aux brumes écossaises.

    RépondreSupprimer
  46. https://www.facebook.com/100001520590753/posts/2524596694267659/

    Le rugby de clocher que zaco? Escouchas
    Amistad

    RépondreSupprimer
  47. A 37mn 30s, écoutez le parler d'Ercole Trainini comment il ouvre les livres, Jan Lou, tournée au Bambou bar .... Ça va te faire remonter les frissons 😹😹🏈🏈🍷

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pas su faire fonctionner le lien, mais le nom me causait .
      Petite verif sur Google et vu aussi un Bergamasco, ,une famille originaire du même village que mon grand père, des Piemontais,montagnards, rudes.
      Forza Italia

      Supprimer
    2. tiens c'est plus direct ici https://www.youtube.com/watch?v=Lgxf1JNL5Pc&feature=share ... c 'est top mais pas 14 !

      Supprimer
    3. Trainini, Bergamasco, Peccolo, le triangle d'or Beaumontois, et Lasserre international quand il eut signé a Agen comme Barrau, Biemouret était de Valence d'Agen me semble t-il, une belle époque celle de mon enfance, le rugby rugueux de la campagne, celui des clochers, porter le maillot avait un sens. Sinon Jan Lou oui des immigrés italiens du Piémont. Belle époque.

      Supprimer
    4. C'est surtout leur arme secrète qui était redoutée : nourris au pan tintat, ils rendaient l'air irrespirable sous la mêlée . ( le pan tintat est du pain frotté d'ail )

      Supprimer
    5. Exact Gariguette et les "Pan Tintats"sont 2 fois Champion de France tournoi UFAR dont le Président est Jean Louis Dupont, un talon
      Allez la Lomagne 🏉🏉🍷

      Supprimer
    6. Et si ça suffit pas un peu de Gorgonzola envoyé par la Mamma, l'arme fatale.
      Allez Jean Louis, ben oui, forcément !

      Supprimer
    7. Je voudrais bien voir ( voir OK mais pas sentir !) nos gracieux piliers/talonneurs d'EDF pousser le dévouement au maillot national aussi loin : ail + gorgonzola ! A part les Ch'tis et leur maroilles au petit déj, personne n'aura fait plus pour le rugby que les Lomagnols .

      Supprimer
  48. eh Tautor, pas oublier Guillas (sacré gabarit et que Georges82 connaît bien) à cette époque, qui jouait 10 ou 8 en fonction des matches (ou de l'effectif), comme quoi, le cas Basta (12 et futur 8 au LOU) n'est pas nouveau...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Dans le film il n'en parle pas. Michel Guillard, un sacré client, en indélicatesse avec son poids et ses genoux. Mon père était le médecin de famille et celui du club .... En 8 pas trop souvent car il fallait courir 😉, sinon bon coup de pieds et excellent demi d'ouverture, international B

      Supprimer
  49. ... Guillas , il me semble, non ? ... j'ai joué à Beaumont avec Chalon en ..... 68 ou 69 ??? ... ouah ! c'est loin tout ça ...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. pff ... me demande ce que vous feriez sans moi ! les voilà vos ancêtres !! https://www.ladepeche.fr/article/2015/05/22/2109878-le-pan-tintat-garde-la-memoire-du-stade-beaumontois.html

      Supprimer
    2. 1ère remarque : ils ont l'air de joueurs de rugby, des vrais, pas des créatures de calendrier ... pas l'air commodes non plus, tiens demain si les Ecossais voyaient entrer des mecs comme ça sur le terrain pas sûr qu'ils voudraient pas aller se cacher dans les vestiaires !
      2e remarque : le maillot bien ficelé, tous ! un peu comme un noeud pap de terrain bref ... la classe !

      Supprimer
    3. Ce commentaire a été supprimé par son auteur.

      Supprimer
    4. dommage car la photo est superbe de plus c'est ton copain Jean Louis qui raconte les Pan Tintats ... essaie de copier l'adresse et de la coller sur ton navigateur directement

      Supprimer
    5. C'est bon, réussi, l'émotion, en 68-70 j'y étais et en 2015 j'assurais la médicale avec Valérie Dupont, Médecin à Beaumont et Morellato fils, chef des Sapeurs pompiers comme du temps de son Père et du mien, 4 ans en Fédérale avec Jean Louis et toute la Lomagne, une émotion encore vive et présente dans mon cœur. Battu en 70 au Stadium par Agen avec la complicité ouverte de Tonton, un scandale inoubliable car nous pouvions aller beaucoup plus loin, 50 000 spectateurs au Stadium, l'ire totale pour une Lomagne pleine de terre, pleine de générosité et pleine de cœur ....
      Au delà des joueurs, un grand Merci à Gaston et à Marceau pour leurs vies consacrées à leur Lomagne natale.

      Supprimer
    6. Merci Gariguette👏👏👍🏽🏈🍷😘

      Supprimer
  50. https://www.rugbyrama.fr/rugby/coupe-du-monde/2019/coupe-du-monde-mas-on-partait-en-sucette-on-passait-pour-des-cons-en-france_sto7417835/story.shtml
    Il faut écouter les anciens....
    Oui Michel Guillas ... Merci Gariguette

    RépondreSupprimer
  51. Hou la, séquence émotion!
    Un samedi frileux début 1973, mes parents m'imaginent plancher sur un concours de la Sncf,à Cachan.
    Une erreur d'aiguillage probablement et je me retrouve au Parc pour voir mes idoles, , Béné et les deux basques, Walter, Going aussi.
    Et bien le grand Sid( un petit tonneau en fait), celui qui traitait à l'égal avec le Gallois que vous savez, devra reconnaître que du côté de la Lomagne on sait en faire aussi, des 9 !
    Le Max dont on cause, avec quand-même un certain Jérôme, restera pour moi le meilleur.
    Et c'est pourquoi Bébert 1er etait tres con quand il voulait.
    Allez, les chemins de fer s'en sont remis, moi aussi.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. ... EXACT Jan Lou ! .... très con, sauf pour le SUA ....

      Supprimer
    2. Je confirme et Max aussi qui sera avec nous l'an prochain accompagné de Jean Louis, foi de Lomagnol

      Supprimer
  52. où l'on reparle de Faber ...http://premium.lefigaro.fr/societes/les-grands-patrons-debloquent-1-milliard-d-euros-contre-les-inegalites-20190822

    RépondreSupprimer
  53. Max Barrau et Jérome Gallion , pour moi les deux 9 qui n'ont jamais été remplacé dans le coeur des supporteurs parce qu'ils ont été malmené à l'époque et n'ont pas eu la carrière mérité ; s'ils avaient duré peut être que notre imaginaire serait différent ...mais les légendes se créent souvent sur le malheur ...et là le malheur fut qu'ils étaient des personnalités pas bien en vue du pouvoir central stalinien ...et ce n'était même pas Doumeng le milliardaire rouge qui dirigeait la fédé ..ahahah

    RépondreSupprimer
  54. Flowers of Scotland.....j’pourrai jamais m’empêcher de verser une petite larme..

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. jamais été amateur d'hymnes, mais celui-là, wouaouww...

      Supprimer
  55. Si Hogg est électrique, Lartot est chiatique waouh .... Pom, je suis comme toi, les poils dressés ...

    RépondreSupprimer
  56. Seymour aurait dû sortir de suite sur commotion, une fois de plus incompréhensible ..
    Hormis l'essai, les carences habituelles sont là ...

    RépondreSupprimer
  57. Raka balles hautes et défense une perle

    RépondreSupprimer
  58. Pom, on dirait les maillots Air France 😂

    RépondreSupprimer
  59. quel festival de maladresses de chaque côté...

    RépondreSupprimer
  60. mais je suis pas sur le terrain !

    RépondreSupprimer
  61. Enfin ... Sur l'essai ou sont le 12, 13, 14 et 15 ?

    RépondreSupprimer
  62. pas grand chose de construit d'un côté comme de l'autre, la différence se fait sur des erreurs... les deux équipes risquent de prendre cher au Japon !

    RépondreSupprimer
  63. Une interception ne leur suffit pas putain faut être con à bouffer du foin. Et nous des fautes encore niveau top 14 putain, des brêles à ce niveau-là

    RépondreSupprimer
  64. Capitaine, Vice capitaine sortent à la 50e, yaka qu'en France con voit ça 😹

    RépondreSupprimer
  65. Dupond mauvais, mêlée fermée on recule ...

    RépondreSupprimer
  66. Réponses
    1. Je le prête aux Fidji quand je pense que Radradra n'est pas dans la sélection 😢😢😢

      Supprimer
  67. Pic de forme contre l'Argentine, je ris ... On se fait trouer comme des dèbutants, aucune vision du jeu, triste à mourir, trop lents ....

    RépondreSupprimer
  68. On dirait un simple match du Tournoi et encore ...

    RépondreSupprimer
  69. Notre banc est très faible, pas de physique, heureusement les écossais ne sont guère mieux que nous

    RépondreSupprimer
  70. Arrêtez de vous faire du mal : il y a Angleterre / Irlande sur RMC2, avec de vrais joueurs !!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu nous feras un résumé, régale toi

      Supprimer
    2. RE en a fait un parfait sur l'Equipe ( hi hi hi "un cavalier seul de la Rose !) ; la Rose monte en puissance ( 57/15) en tant que supporteure officielle du XV Rosbeef je peux te dire qu'ils sont prêts mes poulains !

      Supprimer
    3. Bien lu, bien vu... "Un cavalier seul de la Rose". Il n'y a que toi pour percevoir ça...

      Supprimer
  71. A part Penaud avez vous vu un bon français ? Victoire logique des écossais devant un XV de France qui présente toujours les mêmes lacunes, pires qu'avant en terme de phase de coupe du monde. Cazalbou est très lucide sur l'EDF, sourire en coin

    RépondreSupprimer
  72. Mais qu'est-ce qui se passe dans cette équipe ? pourquoi un tel écart de performance en une semaine ?
    1° l'opposition n'était pas la même, les écossais ont été très agressifs et l'EdF n'aime manifestement pas jouer sous pression. Ceci étant dit, le niveau des écossais n'était pas terrible non plus !
    2° des joueurs métamorphosés : Raka peut efficace en attaque et désastreux en défense, Dupont impérial à Nice et transparent aujourd'hui...
    3° des individualités pas au niveau : Guirado a montré qu'il a fait son temps, Lambey transparent, reculant à tous les impacts, N'tamack invisible à sa rentrée...
    4° un collectif complètement absent, et dès le début...
    5° seules satisfactions : Penaud (même si pas irréprochable en défense, il est dangereux chaque fois qu'il touche la balle), Chat, Olivon
    Ma conclusion : faire jouer les jeunes... Ils prendront quelques bâches, mais de toutes façons c'est foutu pour cette année (on le savait depuis longtemps !)
    Et rêver que la FFR s'attaque enfin au niveau consternant du top 14 !

    Au fait, il n'y a pas une règle qui dit qu'en mêlée il est interdit d'introduire directement en 2° ligne ?

    RépondreSupprimer
  73. La défaite était attendu c'est tout dire mais la manière est pire que le résultat. Ce ne sont pas 2 essais qui vont cacher la misère. Pas de fond de jeu, trop de fautes de mains, pas conquérant en mêlée fermée, pas de soutien sur le porteur de ballon, trop d'en avants et de passes en avant, aucune innovation, une défense absente des la 20e minute, un physique de vachettes landaises, une paire de demi niveau Fédérale, des placages manqués à foison, pas une attaque digne ... Mais où est le bénéfice Galthié (le python des Prudhommes), Labit (le couteau suisse du R93 !), Servat (la bûche du ST), Giroud (le terminator du RCT)? Aucun, néant. Il faut se résigner à dire que nous avons de bons joueurs de clubs mais aucun de niveau international, excepté sur les 2 matchs Penaud, constant, alors même que Dupont pourrait y prétendre. Il faillit lui aussi. Depuis quand un capitaine et un Vice capitaine baissent le slip à la 50e ? Plus acceptable à ce niveau de voir des nantis se comporter comme des gougnafiers sur le terrain. Pauvre Jacques Brunel, convalescent, depuis trop longtemps, pour sortir de telles banalités à la mi-temps. Seul Cazalbou, sourire en coin, n'ose point dire ce qu'il pense très fort. Lui veut aller au Japon 😂😂👍🏽.

    RépondreSupprimer
  74. Les samedis se suivent et ne se ressemblent pas.
    Tous ceux qui se sont montrés à leur avantage il y a 8 jours ont été bien transparents cette après-midi.
    Le plus inquiétant reste le déchet technique toujours aussi important. J'ai été très étonné d'entendre Brunel expliquer il y a 15 jours que son groupe n'avait pas encore commencé à travailler ses lancements de jeu. Quand les autres les ont intégrés et les peaufinent depuis 2 ou 3 ans, nous, on n'en a toujours pas. Pas étonnant qu'après 3 ou 4 temps de jeu, on soit un peu perdus.

    On entend trop comme un mantra que la préparation physique doit amener cette équipe à son meilleur niveau pour le premier match de la CDM contre les argentins; comme si on n'avait que cet espoir auquel se raccrocher... (et de toute façon, être en pleine bourre physique, Ok, mais pour quoi faire après ?)

    Un dernier mot sur le collègue de Tautor, le professeur De Mondenard; je veux bien croire à son combat, mais quand il affirme que le rugby, depuis 100 ans, a fait plus de morts que la voile ou l'alpinisme, ça jette du coup un sérieux doute sur tout le reste.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Que veux-tu, on est en retard sur tout, le physique c'est encore le plus simple pour occuper tout ce beau monde, faire semblant d'y croire !
      Nous sommes d'accord, c'est affligeant.
      Allez Chevreuse

      Supprimer
  75. Ce commentaire a été supprimé par un administrateur du blog.

    RépondreSupprimer
  76. On n'a pas encore eu de réaction de Ritchie... A mon avis la prochaine page du blog va être sanglante !!! 🤣🤣🤣

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai bien envie de passer à autre chose que le XV de France...

      Supprimer
    2. La littérature? la musique? les champignons? C'est pas les sujets intéressants qui manquent !
      Je suggèrerais bien la musique grecque, mais je crains de ne pas faire l'unanimité !

      Ce qui est terrible, c'est qu'on sait bien qu'au prochain match on sera tous devant le poste...

      Supprimer
  77. exploit de Bayonne au racing BRAVO les basques !!!! quand à l'EDF , que dire car les Ecossais n'étaient pas bon non plus ...faut voir ...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Essaie de regarder Ang/ Irl ... vitesse et rythme hallucinants, lecture du jeu incroyable : tout est en place . Une autre dimension du rugby . Sans vouloir assommer nos Bleus qui font ce qu'ils peuvent .

      Supprimer
    2. je n'ai pas les chaines adéquats , juste la 2 et canal qui ne marche pas ...je vais d''ailleurs tout arrêté ...dommage car je me doute que ce match fut beau ...

      Supprimer
    3. alors si tu es encore abonné, tu devrais voir sur ton ordi "mycanal" normalement tu devrais y avoir accès, perso je ne regarde jamais la télé je vois tout sur Internet .

      Supprimer
    4. Pauvres fous, ils brûlent leur influx,dévoilent leurs plans, alors que nous on avance masqué, vachement bien, même.
      Seront contents quand Lambey va marcher sur Kruis, Lopez désespérer Farrel ( Farell ?)
      Come on Gariguette, tell to Eddy, collabo 😂

      Supprimer
    5. https://www.youtube.com/watch?v=4T-gBon3tCY

      Supprimer
    6. youtube.com/watch?v=Ws0ZONTErR4 ...
      mais no comment !

      Supprimer
  78. Faut accepter l'évidence. On n'a pas franchement de talon, exit Guirado qui semble être à côté de la plaque tant en EDF qu'en club et Chat pitbull sans mains. Leurs collègues de 1re alterne le bon et moins bon. Poirot pas bon en mélée, Slimani oui et sand faute mais absent dans le jeu, Baille pointe son nez et doit montrer plus si on l'emmène, ce qu'il faudrai Lambey ayant été au four et au moulin toute l'année peut payer pour l'instant la prépa indigeste pour lui. Exit Gabrillagues privé par la commission d'arbitrage et des Iliens trop statiques,c'est pas d'aujourd'hui. En 3e ligne (Cros, Aldritt, Ollivon, Itthuria, voire Camara en défense, mais exit Pica) ça tiendrait la route, mais ne peuvent pas forcément combler les déficiences du 5 de devant. Dupont seul 1/2 mélée, emmêlé samedi. Grosse erreur que n'avoir pas emmené Bezy à la place de Serin ou Machenaud. Pas d'ouvreur. Dommage que le coup Jalibert ne soit pas tenté et je pense qu'il le fallait. Il ne se sentait pas avec l'ancien coaching UBB, il l'avait dit et là repart au quart de tour si on lui fait confiance. Derrière Guitoune marque des points comme prévu et il faudrait l'emmener, quitte à mettre Fofana à l'aile. Raka, beaucoup trop fantasque assurance touriste plus que tout risque. Mais qu'ils essaient donc Rattez. Et il verront la différence. Laissez tomber Huget. Médard vaut 100 fois mieux que Ramos n'ayant rien à voir à ce niveau et à ce poste (sinon au ST), à part montrer le bout de son pied. Rattez peut remplacer à l'arrière. Les choix seront chauds derrière compte tenu de celui du buteur qui ne détermineront pas forcément les bons.
    Épine dorsale très faible à part Alldritt ou Ollivon en 8.
    Sinon, à l'Equipe, l'old malté Richard avec des commentaires bien barriqués largement au dessus de ses comparses et leurs écrits insipides de production industrielle où les quelques jeux de mots ne suffisent pas à remonter la sauce. Allez, pour l'écume, mer d'huile. Au bambou bar, la serveuse n'est pas emmerdée.

    RépondreSupprimer
  79. OK Sergio, Tautor, Pipiou,Pom', Gari,Jan Lou...( et les autres) ...tout comme vous, pas mieux à dire, ....m'évites des commentaires plus "acides", .....pffffft....pauvre prestation, pas sûr qu'ils comprennent tout du jeu de Galthier, fort discret d'ailleurs.... je crois que je vais faire comme Richard, je vais décrocher... ah! si, j'allais oublier, les commentaires des joueurs ??? ....désespérants !!!!

    RépondreSupprimer
  80. Vous vous rappelez de Joueur de blues ? https://www.youtube.com/watch?v=w1CPsQVIIRA

    Ils s'mettent pas d'cambouis sur les mains
    Ou ils mettent le cap sur les îles
    Une mauvaise note au destin
    Ou un p'tit point si c'est facile
    Ils sont sur l'terrain comme en ville
    Ecouteurs sur les écoutilles
    Petits gamins fans de Toulouse
    Tous ceux qui chantent : "I was born to lose".

    (Refrain)
    Joueurs de lose
    On a des joueurs de lose
    Joueurs de lose
    On a des joueurs de lose
    Joueurs de lose
    On est des joueurs de lose

    Joueurs de lose
    On a des joueurs de lose


    RépondreSupprimer
  81. To lose qui s'est d'ailleurs fait taper par l'Ubébé d'Urios

    RépondreSupprimer