mercredi 3 juillet 2024

Un pour tous

Le rugby a, depuis longtemps, - et au-delà du cas particulier de la balle ovale le sport en général - associé la loi du sang et celle du sol. Argentins, Tongiens, Ecossais, Anglais, Australiens, Japonais, Américain, Espagnol, sans oublier un Français évoluant pour l'équipe nationale d'Italie, illuminèrent la dernière finale du Top 14 remportée de façon spectaculaire par le Stade Toulousain face à l'Union Bordeaux-Bègles dans un stade vélodrome porté à incandescence. Œuvre au rouge, au noir et de toutes les couleurs que cette rencontre - le mot est beau - dans la nuit marseillaise dont on sait qu'elle porte à toutes les exagérations.

La première édition de cette quête du Bouclier de Brennus en 1892, et celles qui suivirent, associaient sur le terrain Brésiliens, Péruviens, Anglais et Allemands, tandis qu'en coulisses, un Ecossais, Cyril Rutherford, et un Américain, Allan Muhr, tentaient de rallier à la cause du rugby français le sévère aréopage britannique qui était alors à la tête de l'IRB, réfractaire à l'entrée d'un peuple Bandar-Log - c'est ainsi que Rudyard Kipling que l'on qualifie généralement d'humaniste décrivait les Français - sur la scène internationale. Il y parvinrent. Merci à eux.

Avant de venir au monde en janvier 1906, le XV de France portait donc en lui un métissage salutaire. Et il a continué dans la foulée. Il n'y a qu'à se rappeler du capitanat d'Abdelatif Benazzi en 1996, pour ne prendre qu'un seul exemple qui signale qu'en rugby les frontières sont abolies, et je ne parle pas là seulement de barrières géographiques. Je pourrais évoquer aussi la Nouvelle-Zélande, qui trouva au XIXe siècle dans la pratique du rugby le lien capable d'unir colons et maoris sous un même maillot pour le résultat que l'on connait, rehaussé hier par la diaspora samoane et aujourd'hui par l'immigration tongienne et fidjienne.

En ces temps troublés où, au pays des Lumières, le rejet de l'autre fait malheureusement débat, où le droit à la différence - religieuse, sentimentale, etc. - est bafoué au nom de principes conservateurs et rétrogrades, il est bon de se replonger dans ce qui fait société. Eduqué dans mes jeunes années selon les principes de liberté, d'égalité et de fraternité au sein d'un club de rugby, - comme tous les lecteurs de ce blog, j'imagine -, j'ai compris très tôt que ce qui nous rassemblait en tant que partenaires d'une même équipe était beaucoup plus fort que ce qui nous éloignait par ailleurs.

Mais surtout, j'ai éprouvé au plus haut point la notion d'émancipation par le collectif à travers la solidarité et l'équité. Tous pour un, un pour tous, écrivait le coach Alexandre Dumas au tableau noir. Etre là où se trouve le ballon mais aussi l'autre, l'équipier, ou plutôt le coéquipier, celui avec lequel on partage le jeu. Donner et recevoir. Ne jamais s'accaparer le ballon mais le transmettre. Autant de valeurs qui deviennent au fil des matches des vertus. Accepter, aussi, le nouveau venu, celui qui vient pour jouer avec nous, l'intégrer, lui faire place. S'apercevoir qu'aussi fort qu'est le meilleur d'entre nous il n'est pas grand chose sans ceux qui l'entourent.

De tous temps, l'équipe de France a tendu la main à ses adversaires. Elle a aidé les nations éloignées du courant britannique dominant à émerger, je pense ici à l'Argentine - où elle est actuellement en tournée - mais aussi à l'Uruguay, dont elle a soutenu l'éclosion ovale et pour lequel elle a trouvé un rendez-vous en milieu de semaine. Chili, Brésil, Maroc, Tunisie, Algérie, Madagascar, Espagne, Portugal, Italie, Roumanie, Russie et Géorgie, entre autres, doivent beaucoup au rugby de France. A l'heure où s'érigent des clôtures afin d'empêcher les voyageurs de traverser une planète qui, rappelons-le, n'appartient à personne en particulier, il est bon de savoir que notre patrie, c'est le rugby.

99 commentaires:

  1. Etre là avec l'autre ou ne pas être là,
    Etre là, par êtres,
    Être là pour paraître,
    Pas de métaphysique mais un principe de vivre ensemble sans être spécialement mousquetaires, mais loin des mousquetons.
    Sous un même maillot, mais loin du rouge sang et du noir de la guerre.
    Et toujours pareil, côté ouvert pour faire vivre le ballon, l'espoir,
    côté fermé, les passages en force, les 49-3, taper en touche.
    Bataille des mots et celle des maux aussi.
    Où l'on voit, au-delà EDF qu'il devient de plus en plus coûteux de s'éclairer correctement par ces temps qui ne courent pas dans le même sens.
    Raisins blancs, raisins noirs c'est comme un mauvais mildiou qui s'attaque à la vigne, ces derniers temps...


    RépondreSupprimer
  2. Lunettes un brin roses? Pas certain qu'en rugby les frontières s'abolissent si facilement. Pour reprendre l'exemple de Benazzi, j'ai cru comprendre que beaucoup de ses partenaires d'Agen n'ont pas aimé le voir débarquer dans son nouveau club, et le lui ont fait lourdement sentir. Dont certains de ses futurs partenaires en EdF. Ne nous voyons pas trop beaux. Même le Sud-Ouest se met à voter pour l'extrême droite.

    RépondreSupprimer
  3. Je sors du rugby simplement pour dire mon admiration pour cet anglais de l'île de Man Cavendish , qui hier a 39 ans a réalisé l'exploit de battre Monsieur Eddy avec 35 victoires ....il a quitté le tour la dernière et tout le monde espérait une dernière apparition sur la grande boucle ..."veni vedi vici" ...quelle victoire et quel sprint ..MAGNIFIQUE

    RépondreSupprimer
  4. Sur le pré, l'herbe fait 2/3 cm. Impossible de se cacher, de mentir, de se mentir... Est-ce que cela fait de nous des Hommes meilleurs ? Je le crois, sincèrement. Est-ce que cela fonctionne pour tous? Non, assurément pas.
    Comme c'est compliqué d'être un homme bien dans un monde d’hypocrite... Tous au rugby!, cela ne sauvera pas le monde, mais c'est déjà une bonne base pour essayer 😁

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. 2 cm , chaussures moulées alors, Xavier, nous c'était les18 toute l'année, gadoue de 10cm,l'herbe, oui, un peu en début de saison !
      Ou alors chez les gendres idéaux du Racinge, du Puque ou autre Stadalonszenfants .
      Ces cons la les craignaient un peu, nos semelles de banlieue , pas trop pour le joli gazon parigot d 'ailleurs , comment leurs donner tord !
      Allez, hors sujet, d'accord.

      Supprimer
  5. Tous les politiques (certains l'ont fait) auraient du jouer au rugby et bénéficier du partage au sens large exposé ci-dessus.

    RépondreSupprimer
  6. Après, hommes meilleurs, je veux le croire, partage et amitiés pour la vie aussi.
    La cohésion des peuples sous le long nuage blanc,l'inspiration de Mandela , et pas que,voilà bien la gloire du Rugby, ses hauts faits d'arme.
    Pour autant , bien peu protégé par ses fameuses valeurs, vendu souvent pour un plat de lentilles, avalé par cette société qu'il était sensé éclairer, j'ai bien peur de l'aliénation pour notre cher ovale.
    Plus de braillards en tribune que de gaillards sur le pré, c'était pas le but !
    Allez, ça va passer.

    RépondreSupprimer
  7. Sympa de savoir que cette chronique a été la plus lue de ces six derniers mois. Il faut dire que nous entrons dans le money-time...

    RépondreSupprimer
  8. Ben voilà l'oeil est dans le tour, où quelques french risquent le bout du nez histoire de faire péter des couleurs plutôt endolories en d'autres moments politico-sociaux des plus compliqués.
    En plus rond, Deschamps et ses mecs assez exaspérants aussi.
    Plus intéressants les olympiques de Thierry Henry plus vifs et dans la profondeur que les ronrons des nationaux (pas dit nationalistes).
    Sinon, des U20 dans les montagnes russes contre les baby blacks. Du talent, des arguments pour le haut du pavé mais encore trop d'approximations.
    Déjà dit mais qu'est allé faire Calvet à Agen avec (je tairais le nom d'oiseau) Aldigé ? Rémunération plus intéressante certainement.
    Allez, l'eau limpide encore compliquée...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le tour dans les cépages pas du tout oubliés aujourd'hui.
      Allez les Côtes

      Supprimer
  9. Retour ovale avec ces tournées de trop ou pas. Les blacks passent d'un brin de fougère devant les anglais perdant d'un pétale. Les gallois pas au niveau des australiens pas au niveau des blacks et anglais.
    A Mendoza capitale vigneronne argentine, point de cépages oubliés à part B. Serin, mais de jeunes plants dont on attend que la récolte apporte de bonnes espérances.
    Située en hauteur, ça promet quand même d'être chaud pour les fesses des pampres françaises.
    Comme ce W.E. particular loin d'être un pour tous.

    RépondreSupprimer
  10. Bien payés encore les Bocks, sur ce coup !
    Solides mais foutraques, un peu sur l'alternatif aussi ,p'têt l'exemple du réseau électrique !
    Sauvés par Kolbé encore, leur Monsieur +.
    Des Irlandais plus organisés, comme d'hab, bien malheureux d'un essai refusé ,d'un autre de pénalité plutôt vite concédé dans une fin de match improbable.
    Allez Chevreuse

    RépondreSupprimer
  11. Belle et evidente victoire ces joueurs ne sont pas la relève mais de véritables concurrents
    Les pumas félin sans griffes

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ben oui, belle surprise !
      Pas trop inquiet sur la première ligne, non plus derrière ou ça va vite, j'étais plutôt réservé pour la deuxième ligne, et surtout les jeunes flankers.
      Pas encore vu le match mais content de voir le réservoir se remplir encore un peu plus.
      Allez, c'est le but.

      Supprimer
  12. Même si leur mêlée a été plus dominante, des boks brouillons, toujours aussi raides dans le combat, et qui s'en sortent pas mal ainsi qu'avec l'arbitrage par moments...

    RépondreSupprimer
  13. Au final, avec 2 essais refusés, des faits de jeu (l'essai de Kolbe) évitables, je trouve que l'Afrique du Sud s'en tire plutôt bien. L'Irlande est toujours aussi solide et se renouvelle dans ses joueurs sans changer de style de jeu.
    C'est pareil pour l'Af-Sud (sauf qu'eux ne changent pas de joueurs !).

    Pour ce qui est de nos jeunes (et moins jeunes) français, on voyage toujours bien; on a quand même un réservoir de joueurs impressionnant depuis 5 ans, et à tous les postes. De quoi se demander pourquoi avec ça on arrive pas à être plus performants qu'on ne l'est, et à convaincre Galthié de faire bien plus tourner qu'il ne l'a fait ces dernières années. Gailleton est un futur patron de défense en puissance, le cinq de devant a fait reculer la mêlée argentine tout le match (et y'en a pas beaucoup qui peuvent s'en targuer...), la 3ème ligne défend et court tout autant, il y a du talent dans toutes les lignes et une fraîcheur de jeu bienvenue. En face, pâles argentins, sans consistance; le prochain match sera intéressant, il y aura forcément réaction.

    RépondreSupprimer
  14. Ah ben dis-donc, Jaminet perd son siège !
    Allez Chevreuse

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mouais, à mon avis ça va devenir ce que l'on appelle un sortant...
      Décidément, depuis dimanche dernier, y'a comme un naturel qui sort du bois sans vergogne.

      Supprimer
  15. S'en passe des choses sous le casque quand-même..
    C'est le fromage français qui va pas bien avec le vin de Mendoza.

    RépondreSupprimer
  16. Puisque c'est à la mode de publier ses pensées les plus sordides sur les réseaux sociaux et encore plus à la mode de les débusquer, et les relayer sous l'excuse de la dénonciation, ça serait bien en effet de comprendre tout ce qui s'est passé au sujet du besoin de Melvin Jaminet de se filmer en train de dire ça.
    Bien sûr de tenter de comprendre pourquoi il dit ça. Et quand ça été fait. Une vieille vidéo présente sur son téléphone qu'il publie par erreur?
    Il semblerait qu'il soit en état d'ébriété.
    Faut-il interroger la maman? Quel lien entre "faire la fête" et "le premier que je croise, je lui mets un coup de casque "?
    Ça ressemble beaucoup au sens de la fête de certaines personnes: fête = alcool + bagarre, agression gratuite à caractère raciste, homophones, etc. plus ou moins assumé.
    Pipiou et Sergio nous ont soumis des "conditions" possibles pour cette "expression décomplexée".
    J'en rajoute une autre. "L'esprit rugby en Argentine" au risque de faire un fâcheux raccourci et de fâcher Richard.
    Espérons qu'il pourra "purger sa peine", s'engager sur des actions utiles pour combattre ce fléau et revenir dans quelque temps, en club et en équipe nationale.
    Comme eux:
    "Hitler", "bonnes", "nègres"... Ces tweets pour lesquels Petti, Matera et Socino risquent gros https://actu.fr/sports/rugby/pro/hitler-bonnes-negres-ces-tweets-pour-lesquels-petti-matera-et-socino-risquent-gros_37817469.html
    Quand je parle de manière volontairement provoquante de "l'esprit rugby argentin" c'est parce que j'ai immédiatement fait le rapport entre ce cocktail "alcool, besoin d'agresser physiquement un inconnu" et ce fait divers tragique :
    Argentine : prison à vie pour les rugbymen amateurs jugés pour le meurtre d'un étudiant
    https://www.lequipe.fr/Rugby/Actualites/Argentine-prison-a-vie-pour-les-rugbymen-amateurs-juges-pour-le-meurtre-d-un-etudiant/1379279

    RépondreSupprimer
  17. Mouais, 🤔, tu as l'azerty très tourmenté mon cher Tophe...😁
    Sinon y risque gros, n'est-ce pas Jean-Baptiste 😄
    Espérons qu'il pourra "purger sa peine", s'engager sur des actions utiles pour combattre ce fléau... Tu parles de TIG ??
    Et tu nous as pas fait l'étude de ce qui peut se passer sous le casque de ceux qui voit rouge trop vide, n'est-ce pas Wardi ?

    RépondreSupprimer
  18. Rien n'indique qu'il était bourré et il a reconnu immédiatement la chose, qui date de la nuit succédant à la victoire de Mendoza.
    Et même bourré:
    - ça n'excuse rien
    - des tas de gens picolent plus que de raison et ne tiennent quand même pas ce type de propos raciste

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Sur la vidéo, il y a de fortes présomptions sur son état de "fatigue". Pas assez certes pour s'abstenir de prendre son téléphone pour enregistrer quelque chose qui est inexcusable certes. Mais il faudra bien qu'il "s'explique" "paye", "s'amende", "se soigne", etc.
      Car sinon on fait quoi au juste ?
      Il ne vous a pas échappé que les agressions "pour motif de différence" sont en augmentation dans notre pays.
      En tout cas Mathieu Bastaraud devrait pouvoir aider un peu Melvin Jaminet à traverser cette période qui s'annonce.

      Supprimer
  19. On a certainement échappé au pire hier soir, même si ça va être un beau bordel dans les semaines et sans doute les mois à venir. Mais on devrait s'inquiéter quand on voit avec quel aplomb et quelle facilité les écrits racistes (sur un compte dit social, ce ne sont plus de simples paroles) s'affichent. Pour reprendre mon commentaire écrit plus tôt, je crois vraiment que dans le rugby nous nous voyons trop beaux. Alerte, alerte!

    RépondreSupprimer
    Réponses

    1. Le rugby ne vit pas en vase clos, comme disait Lacouture c'est un monde, mais un petit monde au milieu du grand.

      Supprimer
  20. bien sur Jaminet a derape mais le pire est cette delation qui s est fait fort de le denoncer
    dans un pays ou 10 millions de francais ont voter pour le RN il faudrait que le rugby echappe a ce climat
    certains hurlent agitent la morale mais j aimerai les voir aussi mordant pour reprimer les actes de certains qui ont caillasse une ambulance et les pompiersla semaine derniere que les anathemes soient distribues equitablement
    que sont les pumas devenus bravo pour cette convaicante victoire

    RépondreSupprimer
  21. Il faut voir le bon côté des choses ça permet à Boudjed de s'exprimer encore !
    Allez, l'était pas mort donc !

    RépondreSupprimer
  22. tournée réussi !!!

    XV de France: Oscar Jégou et Hugo Auradou, accusés d'agression sexuelle, ont été arrêtés en Argentine..

    Comment est ce possible de ne pas éduquer ces joueurs a rester tranquilles ...Depuis le temps que l'on sait que les 3ème mi-temps peuvent déraper , on n'a rien fait pour éviter cela ...il en est de la responsabilité de la FFR de mettre en place des ateliers éducations ...

    RépondreSupprimer
  23. Oscar Jegou déjà réhabilité suite positif à la cocaïne.
    Tournée aux allures rocambolesques quand même, paraissant assez incroyable. Sachant qu'à preuve du contraire le groupe est briffé.
    Avant de condamner, à se demander à quoi ils étaient positifs pour agir quand même de la sorte... Car ça paraît tout à fait irréaliste, comme une bonne manipulation à la KGB/FSB. Comme pour salir, et ainsi diluer les faits des Matera/Soci/Pucino. Sans oublier les actions et propos racistes des footeux argentins champions du monde 2022 à l'égard des footeux français, M'Bappé notamment. Ca m'interroge quand même et ça va pas être facile de faire la lumière là-dedans

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Hé ben laissons donc les responsables de tout ce cirque faire la lumière!
      Et comme disait le sage ( pilier droit de surcroit):
      " Sur l'engagement allume une chandelle , on verra plus clair!"
      Allez, rien a voir.

      Supprimer
    2. Là, les chandelles ont claquées mais ont aveuglé à priori😞 maintenant faut passer à l'écumoire pour voir où est le bon, n'est-ce pas Jean ?

      Supprimer
  24. "Le rugby ne vit pas en vase clos, comme disait Lacouture c'est un monde, mais un petit monde au milieu du grand."
    Il aurait mieux valu alors instaurer un vase clos pour cette tournée, une "bulle", un "confinement" pour se protéger de tout dérapage (voire pire) honteux, ou d'une manipulation destabilisatrice (selon Sergio) tellement ça semble incroyable.
    https://www.ladepeche.fr/2024/07/09/xv-de-france-agression-sexuelle-victime-battue-et-etranglee-scene-sauvage-ce-que-lon-sait-de-larrestation-de-deux-joueurs-en-argentine-12070799.php

    RépondreSupprimer

  25. https://www.ladepeche.fr/2024/07/09/xv-de-france-bagarre-alcool-agression-quand-les-joueurs-de-lequipe-de-france-derapent-a-letranger-12070956.php
    Tiens Sergio, mon azerty dépendance 🙃 t'offre deux autres "manipulations".
    Pour Auckland Émilie Dudon écrivait pour rugbyrama:
    "L'affaire, déjà très médiatisée, a donc pris une tournure politique et une ampleur proprement hallucinante. On parle maintenant "d'affaire d'Etat" alors que la presse néo-zélandaise ressort l'affaire du Rainbow Warrior pour alimenter la polémique et continue d'évoquer les mille cas de figure possibles autour de la soirée." 

    RépondreSupprimer
  26. Azerty pour Pipiou...
    Dans
    De la sidération à la sanction au coeur du XV de France après la vidéo de Melvyn Jaminet
    https://www.lequipe.fr/Rugby/Article/De-la-sideration-a-la-sanction-au-coeur-du-xv-de-france-apres-la-video-de-melvyn-jaminet/1481126
    On peut lire
    "Ostensiblement éméché, celui-ci y déclare : « Le premier arabe que je croise sur la route, je lui mets un coup de casque ! ». Relayée sur X, la séquence est devenue immédiatement virale. Lundi encore, la raison et le contexte de son enregistrement demeuraient inconnus auprès des gens avec lesquels nous avons échangé sur place. Quant à la teneur des propos, elle relevait du non-sens, toujours selon ces mêmes personnes. Passé l'effet de sidération au sein de cette équipe de France multiculturelle et confessionnelle, l'ébriété était la première raison invoquée pour expliquer ce comportement sans l'excuser pour autant."

    RépondreSupprimer
  27. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
  28. J'espère ne pas trouver dans la presse dans quelques jours "Selon les analyses toxicologiques, un (ou les deux) des suspects est positif à la cocaïne" car ça va avoir une incidence sur l'image du rugby français. Et la phrase de Lacouture ne nous consolera pas pour expliquer qu'il n'y a pas de raisons que les pratiques et dérives dans notre société (consommation de drogues, racisme) ne soient pas présentes dans le petit monde du rugby. On ne parlera plus jamais alors des valeurs du rugby qui semblaient préserver encore un petit peu le "petit monde" des turpitudes du "grand".
    Pour faire de l'humour noir, je pense que Mohed, malgré son histoire personnelle si particulière et ses valeurs aux deux sens du terme ; il va finir par se lasser d'accueillir tous les "repentis" dans son club.
    On a donc un joueur qui est reparti plus tôt que les autres et deux autres qui ne sont pas prêts de repartir.
    Azerty a lu dans
    https://www.rugbyrama.fr/2024/07/09/xv-de-france-que-risquent-oscar-jegou-et-hugo-auradou-une-longue-detention-provisoire-potentiellement-jusqua-20-ans-de-prison-12070933.php
    "De surcroît, cette affaire concerne deux ressortissants étrangers et deux joueurs de rugby dans un pays où l’ovalie n’est pas extrêmement appréciée à cause de plusieurs affaires concernant ses pratiquants."
    Azerty avait déjà de quoi être tourmenté😉, mais là il est franchement catastrophé☹️...

    RépondreSupprimer
  29. Ca interroge cette vidéo. Qui la prise ? selon son déroulement, pas lui. Alors pourquoi ? Comment ? Quel contexte ? A quoi il a tourné, alcool ou drogue ?
    Qui l'a effacée ? Peut-être pas lui. Même s'il est en tort selon ces paroles est-ce qu'il s'est rendu compte dans un premier temps qu'on le filmait ? Quel est le rapport avec sa phrase sur "sa daronne", exclue pratiquement chaque fois par les médias relatant les faits ?
    https://www.20min.ch/fr/video/france-la-video-raciste-qui-a-mis-le-rugbyman-melvyn-jaminet-dans-la-tourmente-103145557

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne suis pas expert pour me filmer moi même en train de marcher et de parler , mais les plus jeunes font ça facilement.
      A moins qu'il soit avec un pote qui fait 30cm de moins que lui, il fait peu de doute sur le fait qu'il est seul et qu'il se filme et qu'il envoie ça sur sa story Instagram sans trop réfléchir.
      En clair un jeune de 25 ans même éméché est beaucoup plus doué que moi (et toi vraisemblablement vu ton questionnement) pour se filmer en solo.

      Supprimer
  30. Ebriété, vidéo qui "interroge", cocaïne, etc...
    Moi je ne m'interroge plus: quand on dit depuis des années que le rugby perd de son âme et de ses éventuelles valeurs, là pour le coup on en a un exemple, et qui va faire date.
    Ce qui me chagrine le plus, c'est cette connerie qui imprègne: le rugby n'est pas forcément différent des autres sports, mais on pouvait encore conserver cette idée que les valeurs éducatives inhérentes à ce sport de contact dans les règles permettent au moins à quelques gosses d'avoir la tête sur les épaules et que ça fasse tilt avant l'irréparable.
    Là, on a l'impression que même ce travail éducatif est voué à l'échec.

    RépondreSupprimer
  31. Un pour tous titrait Ritchie….
    J’en ai touché un mot à ma daronne (scusez-moi, j’ai pas filmé mais vu que “Popopo, elle est de là-bas, dis” y’avait plus que de fortes chances que je ne franchisse pas le ruby-con) qui me rétorque : “il ne relate plus, il devine, il devance, la Pythie des Quinconces!”
    Pas au point tout de même de voir, chaque jour de tournée, la Patrie un peu plus se dépeupler.
    Ôracle, ô desespoir….

    RépondreSupprimer
  32. Le rugby des champs est devenu le rugby des villes , les joueurs ne sont plus les mêmes , d'amateurs
    ils sont devenus pro avec les mauvais coté des footeux , ce sont des sportifs de hauts niveau , des athlètes , mais ne sont plus les rugbymens que nous avons connu nourri au cassoulet et au confit de canard ...il faut croire que la diététique et la muscu attaquent le cerveau ...avant c'était pastis et bière maintenant c'est cocaïne et autres ...si la fédé ne remet pas de l'ordre à la base dés les petits clubs formateurs et pourvoyeurs ...alors le rugby deviendra un sport comme certains sans valeurs essentielles ...mais bon c'est peut être le cycle de la vie , et nous "vieux cons " on essaye de garder l'ancien monde ....celui que nous avons connu et qui n'est plus !

    RépondreSupprimer
  33. Hello "Tous pour Un"
    ça tangue grave et ça chavire plus que de raison dans notre rugby. Racisme, viol aggravé parait-il, l'émoi des pucelles et des puceaux qui sont juges et partis de faits graves sociétaux pour des sportifs qui portent le maillot français. Tiens ça nous rappelle Bastareaud en Nouvelle Zélande ! perdu dans des quartiers chauds, alcoolisé et tombé dans un guet-apens sexuel, il suffit de faire escale dans les ports pour savoir ... violences conjugales, cocaïne, viols en bandes organisés, alcool, ce n'est plus du rugby, c'est l'histoire des cartels de la drogue ! La planche est pourrie depuis longtemps et la Pythie est en danger. Bizarre, nul n'est ému par ici, chacun raconte la sienne ! Eh bien, vous savez, allez à Heart Reef, le dépaysement sera total, pas de coke, pas de gonzesse, des plongées avec de belles sirènes aquatiques et Circé peut dormir tranquille. Pensées pour Pom et sa daronne ! Et Allan et la délation ! Partager un carré au milieu de rien sous voile d'ombrage, à l'abri du soleil, les risées, la pêche, les ronflements, les rires et la convivialité, pas besoin d'additifs supplémentaires, la joie de vivre sucrée salée ! Ah, quelques quilles pour le bowling du soir ! Seul problème, impossible de courir et de plaquer sans tomber à l'eau. SOS à Cyrulnik pour travailler le mental, on compte sur vous ! Eh le Boss, il fume un joint ? rires ... Allez les rameurs, soufflez dans la voile et n'oubliez pas de sniffer ! Ici Londres à vous Côté Ouvert !

    RépondreSupprimer
  34. Dominique S. qui a jugé bon de donner son avis sur un domaine dont il est expert
    https://www.francetvinfo.fr/elections/legislatives/legislatives-2024-dominique-strauss-kahn-appelle-a-eliminer-le-candidat-d-extreme-droite-quitte-a-voter-lfi-en-se-bouchant-le-nez_6625467.html
    Va probablement nous livrer son analyse et ses préconisations dans un autre de ses champs de compétences, sur la situation vécue par Jegou et Auradou.

    RépondreSupprimer
  35. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
  36. Les grandes barrières ça ne manque pas non plus, ici !
    Pas du corail,des sécrétions de certitudes plutôt.
    Celles des valeurs, tiens, comme Pipiou je ne les prends pas pour certaines, a ranger plutôt au rayon "images d'Epinal", avec le "panache", le " bô jeu ", des trucs de regardants.
    Le sport, le Rugby surtout grâce à son combat collectif si exigeant, c'est fait pour s' approprier les valeurs de la vie, de la société, pour se civiliser.
    Et sûrement pas pour créer une bulle vertueuses d'élus en lévitation au dessus du bas monde.
    Et sûrement pas imperméable a ses turpitudes
    Allez, il ne l'a jamais été, fût il des villes ou des champs.

    RépondreSupprimer
  37. Quelqu'un pourrait-il me rafraîchir la mémoire?
    Dans son communiqué à la presse largement relayé par divers médias dont le journal l'équipe, le candidat à la présidence de la FFR, Didier Codorniou écrit
    ""Ces attitudes inadmissibles (si elles sont avérées pour les deux joueurs accusés d’agression sexuelle) viennent entacher gravement la réputation de notre XV de France, qui a déjà connu, lors de la dernière Coupe du Monde, d’autres affaires préjudiciables pour la réputation de notre rugby."
    Y a t-il une maladresse dans son propos, ou bien de quelle affaire préjudiciable parle- t-il qui concerne le XV de France et qui se serait passée durant la dernière coupe du monde en France🤔?
    On est en train de constater comment les médias en France, et donc en Argentine, ont du mal à faire un travail sans parti pris ou interprétations. Ça devient une cacophonie. Et quand il s'agit d'élections (législatives, FFR), n'en parlons pas...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. On me parle par ailleurs de Atcher... C'est donc pour le moins maladroit de mélanger tous types d'affaires secouant le rugby français car ça peut entraîner de la confusion chez ceux qui ne suivent pas le rugby au jour le jour et peuvent finir par croire que des affaires de racisme et de dérapages plus ou moins graves lors de troisièmes mi-temps trop arrosées, c'est une habitude dans le rugby français. Si la campagne pour les élections à la FFR pouvaient être "esprit rugby", ça nous changerait des européennes ou des législatives.
      A moins que je n'ai finalement rien compris à ce qui vient de se passer ces dernières semaines?
      Que justement c'est dans "l'esprit rugby" ce qui se passe entre hommes et femmes politiques?
      On se rentre dedans, on se castagne, on exprime toutes ses oppositions de style et d'idées sur le "jeu à mettre en place", et on se retrouve à la buvette de l'assemblée à boire des coups, voire à dîner ensemble lors d'un repas organisé, voire à jouer ensemble au rugby.

      Supprimer
    2. En fait j'avais oublié "la polémique Chalureau" en pleine coupe du monde. Dont acte, Codorniou faisait bien un parallèle avec toutes les affaires de mauvais comportements de joueurs, très souvent la nuit, en état d'ébriété avancé.

      Supprimer
  38. quand j entends certains dire que le rugby devrai former les joueurs les eduquer je crois qu ils se trompent de boutiques .les clubs n ont qu une unique missioin transmettre le jeu
    apres que se developpent de grandes amitiees de forts partages que l on nonme valeurs c est splendide
    si il faut des gardes chiourmes pour encadrer les sorties de joueurs bonjour 1984
    le joueur ne represente la France que sur le terrain en dehors il ne represente que sa personne

    RépondreSupprimer
  39. Bonjour,
    L'esprit rugby c'est une vue de l'esprit, il faut arrêter de toujours se référencer à ces fameuses vertus du jeu de rugby, penser que dans le petit microcosme ovale tout est bien, les gens bien, l'esprit bien, le jeu bien, le public bien !!!!
    Le rugby n'est pas un Eden en marge de notre société, paré de toutes les vertus, il en adopte benoitement et naturellement les bons et mauvais à-côté, ça a toujours été comme ça d'ailleurs, les barrières n'existent que dans les têtes de grands utopistes, si je ne me trompe pas tous ici, ou prou, avons pratiqué ce jeu et connu les avant-matchs les matchs et les 3èmes mi-temps, alors arrêtons d'idéaliser un jeu dont nous connaissons tous les travers, et évitons de vouloir à tout prix que nos sportifs et autres acteurs des vies politiques, culturelles, sociales, soient des anges et des parfaits, ça n'existe pas tout simplement.
    Pour l'affaire en question, pas se précipiter non plus à monter l'échafaud, il est urgent d'attendre et voir, puis en toute connaissance de cause éventuellement commenter.
    2 interrogations cependant: responsabilité des clubs dans la formation sociétale de leurs gladiateurs ??? Qui encadre qui et comment dans les tournées ???
    A vous lire
    PRO.D2 la prochaine on commence avec CAB/OYO, ça promet

    RépondreSupprimer
  40. Moi j'avais cru comprendre que c'est la nature du jeu lui-même qui était formatrice et "éduquait": parce que la réalité du jeu (et donc du reste), c'est d'abord de se la prendre physiquement, que ce soit parce qu'un gros costaud (ou un petit vif) te vient dessus et qu'il faut l'arrêter, ou parce qu'ayant le ballon tu dois avancer alors-même qu'en face tu vas être reçu avec les honneurs...
    Avec la répétition de tout ça et les efforts nécessaires, me semble qu'à force, y'a comme une analogie avec l'éducation qui se fait: on n'a rien sans rien, sans effort, sans travail, sans frustration, et si on se cogne dans un mur on apprend à recommencer pour passer dans les trous ou à contourner. Même que quelquefois c'est un type avec un sifflet qui t'arrête et t'explique que non, ça c'est pas possible parce qu'il y a une règle et qu'il faut la respecter. Tu râles, bien sûr, mais bon c'est comme ça, et tu apprends à respecter ça "parce que c'est comme ça". Comme les feux rouges.
    Bon, ça marche pas toujours, et visiblement, ça marche de moins en moins et y'a de plus en plus de feux rouges qui sont allègrement brûlés; mais pour les quelques-uns qui s'arrêtent encore comme on le leur a appris, le jeu en vaut la chandelle.

    Et je sais pas vous, mais moi quand je vais voir un match de rugby au stade, c'est plutôt un bon moment. Y'a de tout, des grande gueules, des familles, des papys, des gamins, ça picole et ça pisse (put... qu'est-ce que ça pisse !), ça chambre et ça fraternise plutôt qu'autre chose; bon, ouais, quand tu descends dans les échelons et que tu vas dans certains coins réputés (et Dieu sait qu'il y en a, des coins réputés...), tu sais qu'il y aura accueil et que le local est susceptible sinon ombrageux. On est chez nous, quoi, mais bon, on est tous un peu chez nous quand c'est ovale. Suffit juste d'éviter d'être plus c... que le voisin, en général ça passe crème.

    RépondreSupprimer
  41. Jacques ce qui semble évident pour nous ici (attendre et voir) ne l'est pas/plus pour la presse où tout doit être immédiatement "rapporté" et "commenté".
    Maintenant entre attendre un peu et attendre 7 ans (voir à la fin) il y a une juste mesure...
    Le fait que ça se soit passé en Argentine n'est pas une bonne chose. Les vérités y ont parfois du mal à "émerger". En France aussi, il faut le reconnaître.
    Cf l'attentat raté contre Cristina Kirchner en 2022, elle même "menacée" par les révélations du procureur Nisman en janvier 2015. Mais la veille de son audition, il est retrouvé "suicidé" dans sa salle de bain.
    Dans un article du journal Le Monde de cette époque on pouvait lire:
    "Le 20 janvier, ce procureur devait présenter devant le Congrès les preuves trouvées après une enquête de plus de 10 ans sur les attentats contre l'Association mutuelle israélite argentine de Buenos Aires. L'attaque avait fait 85 morts et 300 blessés, le 18 juillet 1994. Fortement soupçonné de l'avoir organisée, l'Iran a toujours démenti toute implication."
    Cela veut dire que la situation est plus que complexe, car d'un fait divers sordide, ou d'une manipulation sordide, on peut se retrouver avec une affaire où des instances officielles (FFR, mais pas que, cf épisode d'Aukland) vont devoir "marcher sur oeufs" car la presse là-bas semble déjà avoir pris fait et cause pour la victime présumée.
    Ce n'est pas uniquement l'image d'une équipe de rugby en tournée qui est "écornée", mais celle du rugby français et du rugby en général et celle de la France à travers le comportement "erratique" de certains de "ses représentants sportifs".
    Il est hélas évident Allan que ton point de vue "Le joueur ne représente la France que sur le terrain en dehors il ne représente que sa personne" ne peut être utilisé pour minimiser les faits et enlever toute responsabilité aux encadrants de toute sorte et aux instances diverses à commencer par la FFR.

    L'un d'entre nous ici, a écrit par ailleurs :
    "Je ne sais pas à quel point vont les directives FFR/Staff, mais compte tenu des zones troubles que l'on peut traverser, les tournées étant ce qu'elles sont, la nuit restant la nuit et au petit jourles tribunaux restant parfois suffisamment compliqués, j'interdirais de base des relations avec des filles."
    Je trouve que c'est une mesure radicale mais de bon sens, même si elle semble a priori se mêler de la vie privée du ou des joueurs.
    Je rappelle qu'une victime bordelaise attend depuis 7 ans qu'on lui rende justice, le procès a été reporté.
    https://www.20minutes.fr/justice/4096569-20240617-bordeaux-trois-rugbymen-accuses-viol-collectif-accident-voiture-proces-reporte

    RépondreSupprimer
  42. Ah ben mon bon Allan je ne me contente pas de le dire, je l'écris aussi , et si je pouvais je le graverais sur le mur de toutes les écoles " faites du sport, vous serez de meilleures personnes "
    Et puis tant qu'on y est j'aimerais préciser qu'avec le maillot du CA Chevreuse je n'ai jamais représenté que le CA Chevreuse, pas Chevreuse, et que sur celui de Serge, Pierre,Jean Pierre ou Antoine c'était marqué FFR, pas République Française.
    Allez, on lit aussi Altrad maintenant, mais c'est une autre histoire.

    RépondreSupprimer
  43. "...C'est la première fois que l'équipe de France est invitée dans un ancien dominion britannique. De la tenue de cette équipe sur le terrain et en dehors du terrain découleront sans doute d'autres invitations, d'autres tournées dont profiteront vos successeurs."....
    Extrait de la lettre que Serge Saulnier avait envoyé aux 27 joueurs de la première tournée française en AFS, citée au début du livre de Denis Lalanne '"Le grand combat du XV de France".

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Yess André, de la bonne tenue de chacun sur et en dehors du terrain dépend l'image française en général, de son rugby, de ses joueurs et du général Galthié.
      Tu reviens quand tu veux...



      Supprimer
  44. A propos de l'allusion de Codor sur la coupe du monde 2023, il y a eu l'histoire d'injure raciste de Tom Curry non condamnée finalement contre le sudaf Nbonamby, et ce que t'aurais dû te rappeler Tophe, c'est le viol d'une supportrice irlandaise à Bordeaux (lors de la 1re rencontre je crois), mais qui ne concernait pas des joueurs (normalement).😉

    RépondreSupprimer
  45. Hello les Penseurs !
    ça bavardasse grave sur nos deux pupilles de la Nation. Le Barde Conteur vous rappelle qu'il y a une dame qui attend depuis 7 ans que 3 joueurs de top 14 passent en cour d'assise, vous avez du oublier ! Dire que ces jeunes puceaux se sont embourbés avec une femme de 39 ans est un euphémisme et que de conclure est un peu hâtif. Les Frères Jacques, représentants légaux de la 3e mi-temps, sont des Ponce Pilate qui ne voient que le verre à moitié plein. Et l'autre moitié, celle de l'alcoolisme festif et plus, celui de la cocaïne, du cannabis et autres substances psychogènes ce n'est pas l'image du rugby et pourtant c'est la réalité des mœurs actuelles. Allan, tout ce qui sort du terrain relève de soi même, ok, que fais tu des valeurs, de l'éthique, de l'éducation que le rugby doit léguer à tous ces joueurs ? Ou est passée la police de la FFR attablée dans un bon restaurant laissant la marmaille vagabondée alors qu'il y a encore 2 matchs internationaux ? Là aussi, une incurie de Ponce Pilate qui se défilent devant le grain de sel qui pointe un encadrement défaillant ! Eh, prenez des bouteilles d'oxygène, plongez pour voir les fonds marins encore indemne de la bêtise humaine quoique pas toujours vrai non plus ! Boire à la santé de l'autre est une courtoisie de courte durée qui révèle que le monde a plus de lâches et de blablateurs qu'il ne croit. N'oubliez pas qu'il y a des parents derrière ces deux gamins et que personne n'en parle pas plus que la victime. Allez tchin tchin les orateurs de la 3e mi-temps, voile réparée, largage des amarres !

    RépondreSupprimer
  46. Allan Marcel écrit "quand j entends certains dire que le rugby devrai former les joueurs les eduquer je crois qu ils se trompent de boutiques .les clubs n ont qu une unique missioin transmettre le jeu"

    tu te trompe d'époque , car aujourd'hui beaucoup de parents ont démissionné pour la plupart et quand les gosses ont la chance d'être bon au foot et au rugby et ailleurs , il est le devoir des fédés de les éduquer , non pour représenter la France mais simplement pour leur donner l'éducation qu'ils n'ont pas eu ...c'est un devoir moral car les fédés se servent d'eux comme joueurs , font du fric sur leur dos et il est donc normal qu'il y ait un retour d'ascenseur ....nous sommes en 2024 et non plus en 1970, 80 ...au cas ou cela vous aurait échappé les enfants d'aujourd'hui ne sont pas ceux d'hier ...et notre monde n'est plus celui que nous avons vécu , je parle ainsi car je pense que les écrivains du blog ne sont pas des perdreaux de l'année

    RépondreSupprimer
  47. Pour plussoyer avec d'aucun lu plus haut, des années durant j'ai enfilé le maillot rouge et noir RC Noisy le sec, et c'était bien la tunique du rugby-club que j'endossais, et je vais vous dire, enfant ado puis adulte ce maillot et l'appartenance au CLUB qu'il représentait, c'était bien bien bien plus grand que la commune, la fédé la France et tout le saint-frusquin, et puisqu'on en est à la confidence, au crépuscule qui arrive me revoyant prendre ce maillot dans le sac marin en cherchant le numéro que le père LEON m'avait attribué l'émotion est la-même, allez pas découvrir non plus que les pratiquants de notre jeu sont pas tous des angelots à l'abri des turpitudes de l'être humain.
    La vie continue et le rugby aussi, c'est aussi vraiment dommageable pour ceux qui se sont pelés l'Uruguay.
    Enfin continuer à croire que d

    RépondreSupprimer
  48. Sorry .... à croire que dans les EDR on forme et on éduque, c'est rêvasser, et pour les ambiances des stades c'est également souvent le réceptacle de défoulements pas forcément raccord avec ces valeurs du jeu de rugby, fraternité, combat, respect, éthique, doux sentiments que l'on fredonne comme une vieille rengaine d'un chanteur oublié, sur un air nostalgique qui nous dit quelque chose mais que l'on a du mal à se souvenir.

    RépondreSupprimer
  49. l affaire de Mendoza plus compliquee qu annonce en effet cette femme de 39 ans s encainaillant avec ces jeunes
    les faits ayant eut lieu dans la matinee pourquoi a t elle attendue de nombreuses heures avantde denoncer les agressions donc beaucoup de choses troubles donc
    instruction difficile on me dit que le monde a change mais non c est l homme qui a change
    un copain du club m araconte que pour disputer les 32eme de finale certains joueurs avaient decliner le RDV pretextant des sorties amoureuses ou familiales l entraineur eut de la peine a former une equipe et voila pas qu au mois de juin ils etaientune trentaine a s entrainer une gabegie non
    le club n est plus leurs priorite etrange non

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. L'âge ne fait rien à l'affaire.
      Pas plus celui de cette jeune femme, qui s'"encanaille" avec qui elle veut (pourquoi donc ce verbe dépréciatif lié à son âge voire à son genre ?), que celui des deux joueurs, qui, comme l'a dit Calvet, sont eux-aussi adultes, majeurs et vaccinés.

      Supprimer
    2. Il est évident que l'avocat brillant des joueurs va appuyer là ou ça fait mal pour cette dame. L'avocate de la plaignante ne semble pas à la hauteur. C'est digne de la finale ST Ubb, ce qui va se jouer dans les prochaines semaines. Elle a presque "fait du Yannick Bru" en déclarant espérer que la renommée et l'expérience de cet avocat n'allait pas être défavorable à la recherche de la vérité. Ben pardi.
      La dame, si elle a dit la vérité, ça va être compliqué, si elle s'est embrouillée dans ses explications ça va être l'horreur pour elle. Je n'imagine même pas possible la troisième option où elle fait tout ça pour faire parler d'elle et que les traces sur son corps, elles les avait avant...ou se les est faites après. Ou "fait faire" par un compagnon contrarié découvrant ses "écarts". Mais ce sera une option "travaillée" par l'avocat Rafael Cuneo Libarona.
      Bref l'avocat va expliquer que quand on est victime non consentante, on crie "au secours". Il est possible tant qu'on
      y est, qu'on vérifie aussi l'audition des joueurs endormis des chambres 602 et 604... 🤔lire ce qui est relaté dans l'article ci-dessous, paragraphe 9h26.
      Ça risque de vraiment beaucoup ressembler au déroulement et à la médiatisation de l'affaire DSK du Sofitel de New-York.

      https://www.rugbyrama.fr/2024/07/12/direct-affaire-jegou-auradou-suivez-en-temps-reel-les-derniers-details-de-laffaire-des-deux-joueurs-accuses-dagression-sexuelle-en-argentine-12078014.php

      Supprimer
    3. Merci Pipiou. Et j'en rajouterai une couche. Et si on découvre que le garçon a découvert trop tard qu'il avait affaire à une prostituée, que ça l'a fortement contrarié ce qui aurait entraîné tout ce qui se passe à la suite?
      Est ce que ça explique, justifie, minoré ce qui s'est passé ?
      Il est bien évident qu'il y a beaucoup de choses difficiles à croire comme celle d'une femme qui déciderait d'accompagner un homme au cœur de la nuit dans sa chambre d'hôtel juste pour boire un dernier verre et discuter du prochain match de l'EdF en anglais puisque le garçon ne parle pas l'espagnol.
      C'est pour cela que je trouve l'avocate de la plaignante un peu "légère" dans ses communications ("la victime serait arrivée à l’hotel aux alentours de 4h30 du matin dans l’optique de "boire un verre […]
      Mais la légèreté de jugement supposée de cette femme et encore moins son âge, ne doivent être des arguments pour "minorer" ce qui semble bien plus que des "débordements fâcheux au cours d'une relation librement consentie"
      Et si tout cela est une immense machination la responsabilité de celui et ceux qui la subissent reste quand même particulièrement engagée.
      Donc pour la question de l'âge, on laisse Brigitte tranquille svp. Les deux matelots sont majeurs.
      D'ailleurs on pourrait imaginer les mettre en résidence surveillée sur le bateau de Philippe Pierre, ça leur serait assurément plus profitable.

      Supprimer
  50. Et si tu laissais travailler la justice Christophe plutôt que de proposer la tienne ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. 🤣 C'est pas forcément la mienne😉 C'est un petit hommage à Michel Jaouen.
      https://www.lemonde.fr/disparitions/article/2016/03/07/mort-du-pere-jaouen-le-pretre-qui-reinserait-des-jeunes-sur-des-trois-mats_4878054_3382.html

      Supprimer
  51. Ah ces Anglais.. peut être les favoris du Tournoi 2025... Et Smith le jeune et souvent un peu fou n'est il pas devenu encore meilleur depuis qu'il a fait diminuer sa frange...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Même si on ne pleure pas quand leur arrogance en ramasse 50 à la maison de temps en temps, il n'est pas anormal que les Rosbifs reviennent dans le peloton.
      Et ça n'aura pas duré une décennie , si tu vois à qui je pense?
      Allez, un rayon de soleil dans la tempête la bas,la visite de Roberto Canessa ,survivant du crash dans les Andes.

      Supprimer
  52. Cocaïne, légèreté du staff, absence de joueurs d'expérience pour encadrer les jeunots, génération dorée qui n'a pas les pieds sur terre, discipline collective flageolante, mythe de la tournée où tout est permis, fin de saison synonyme de lâcher prise : tout est réuni pour un cocktail qui fait passer le festif du ludique au sordide.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Attention. Même si le fond est plutôt juste, tu vas vite en besogne.
      Cocaïne ? C'était une autre histoire.
      Légèreté du staff? En quoi exactement?
      Absence de joueurs d'expérience? Serin, Briatte, Barlot, Frisch, etc ne sont pas des perdreaux de l'année.
      Génération qui n'a pas les pieds sur terre? Qu'en savons nous? Ce n'est pas ce que j'ai cru voir chez les épatants moins de 20.
      A cet instant même, on ne sait même pas si les faits reprochés aux deux gus sont vrais.
      Ce qui est certain c'est qu'une 3ème mi-temps (sans les adversaires, qui plus est) ne devrait jamais avoir lieu au milieu d'une tournée.

      Supprimer
  53. Et ensuite vient le temps de l'enquête, des faits, des rumeurs, du travail ingrat et partial des avocats, des failles dans la plainte et des vices dans la défense.... temps court (3 mois en prison adaptée) ou long (12 mois en résidence surveillée) avant que la procureur ouvre le jugement

    RépondreSupprimer
  54. Pendant ce temps-là des élections fédérales sur fond de cette situation terrible pour l'image du XV de France, delà FFR et du rugby français...

    RépondreSupprimer
  55. Programme toujours en demi teinte, voulant mousser plus que de raison, avec une fermentation trop rapide... Toujours avoir la surveillance du produit
    Et le brasseur et le directeur de la brasserie pourraient y laisser leur place à court terme...
    U7

    RépondreSupprimer
  56. Allez,attention une Bello peut en cacher un autre !

    RépondreSupprimer
  57. Les pumas enfin felins malgré la défaite de belles confirmations il ne faudrait pas que les dérivés de la tournée soient un argument à l encontre de Gril alors qu il s est montré très classe dans ses interventions Lievremont ostensiblement touche mais les plus malheureux sont les deux joueurs

    RépondreSupprimer
  58. Ce matin de lit douillet comme disait Georges j'y pensais aussi.
    Quand les petits princes se mettent a tirer sur les ambulances, ce qui reste des "valeurs " se ramasse au raz du caniveau.
    Allez Chevreuse

    RépondreSupprimer
  59. Pas un lit douillet aussi pour les baby français.
    Mais qui dans l'ambiance ovale actuelle maîtrisent bien les baby zélandais pour aller en finale contre les anglais, avec quelques valeurs hors caniveau...
    Pour autant au cran en-dessus, Serin s'est comporté en chef de groupe et a montré le chemin.
    Colombe, Pesenti, Nouchi, Frisch Gailleton, M. Guillard , voire Atissogbé et Tuilagui n'ont pas perdu leur temps...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah oui , quel enthousiasme, beaucoup de maîtrise aussi.
      Dans un si beau stadium un peu beaucoup vide ,dommage.
      Allez, au tout des Rosbifs ?

      Supprimer
  60. Faudra-t-il prendre en référence les troisièmes mi-temps du rugby féminin pour que le rugby (re)trouve une virginité ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mouais, la peine et tractations reste plus difficile, pour le s...' ex féminin. Je sais, je sors... Du mauvais Jaminet sans vide eh ho.

      Supprimer
  61. Réponse à Sergio sur le viol d'une Irlandaise dans Bordeaux en soirée post match.
    Là on est dans le cas d'événements festifs où se produit hélas ce genre d'événements dramatiques (agressions sexuelles, agressions physiques). Tape viol Bayonne dans Google...déjà des faits relatés pour cette année.
    Tu peux remplacer Bayonne par Pampelune. Tu tomberas sur ce genre de lien
    https://www.radiofrance.fr/franceinter/podcasts/affaires-sensibles/les-violeurs-de-la-meute-6387254
    Donc là non, on ne peut pas chercher des responsabilités du côté du rugby (instances, éducateurs, joueurs).
    Et je fais aussi la distinction entre deux potes rugbymen joueurs de l'EDF, en vacances à Mendoza qui feraient de "très grosses bêtises" et les mêmes dans le cadre d'une tournée officielle qui auraient fait de "très grosses bêtises".
    C'est bien les circonstances et le cadre (ou l'absence de cadre😔) dans lesquelles ça s'est passé qui "engage" diverses responsabilités au niveau des "encadrants", puisqu'on aura j'espère définitivement compris avec cette dramatique affaire, qu'il faut "encadrer" les joueurs dans leurs pratiques lors d'événements directement liés à la pratique de leur sport (troisième mi temps, nuitée lors de matchs à l'extérieur, tournée, stage, etc.)
    Bon puisqu'on convoque l'histoire je vais demander ici qui se souvient de cette tournée où un joueur n'étant pas prévu pour le dernier match de la tournée avait passé sa nuit à festoyer plutôt que dormir. Jusqu'à ce qu'il apprenne le matin même du match qu'on avait besoin de lui pour remplacer un joueur indisponible.
    On avait ri de la situation et le joueur s'en était pas mal tiré...
    Impossible de retrouver son nom et donc de te dénicher un lien internet mon bon Sergio😉

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Patrick Salas. Fameux test du 14 juillet 1979 en Nouvelle-Zélande.
      Rentré à pas d'heure le matin du match (il n'était pas sur la feuille de match), on le sort du lit pour lui apprendre qu'il sera titulaire l'après-midi en n°8, alors qu'il joue 2ème ligne (voire pilier) à Narbonne. Il remplace Béguerie qui s'est cassé la main et se rend compte la mort dans l'âme qu'il ne pourra vraiment pas jouer.
      Salas avale deux tubes de Guronsan et plaque tout ce qui bouge et porte maillot noir l'après-midi.

      Rugby différent, pratiques de 3ème mi-temps peut-être identiques, mais société autour et mentalités différentes maintenant, 45 ans après.

      Supprimer
  62. Patrick Salace !
    OK je sors aussi.
    Allez, t'es ou Sergio, sous le préau ?

    RépondreSupprimer
  63. Pipiou, excellent résumé
    "Rugby différent, pratiques de 3ème mi-temps peut-être identiques, mais société autour et mentalités différentes maintenant, 45 ans après."
    Le web le confirme. Avec peut être une nuance sur le slogan "boire ou .... il faut choisir"😇 et une interprétation du "loin des yeux, loin du coeur" qu'on préférait cacher.
    Cet article
    https://www.lequipe.fr/Rugby/Actualites/L-ancien-international-patrick-salas-s-est-eteint-a-62-ans/767162
    renvoie à un autre article dans lequel il raconte:
    ...
    Ce ne fut pas une nuit d'ivresse, comme la légende le raconte, mais une nuit câline.
    Le soir - il vous faudra un peu romancer ce que je vais vous dire, hein -, j'étais avec Serge Blanco, qui n'était pas retenu lui non plus pour le test. Dans les hôtels d'Auckland, il y a des pubs avec, disons, des demoiselles. J'ai bu une demi-bière, puis j'ai causé avec cette fille. Il y avait l'interprète de l'équipe de France et je possédais aussi un petit dictionnaire d'anglais, mais on n'a pas eu le temps de faire de grands discours. Je n'ai pas beaucoup dormi, j'ai fait parler la kalachnikov toute la nuit, mais je me suis quand même pointé à 7 h 30, au petit déjeuner. C'est là que j'ai commencé à entendre que la main de Christian Beguerie (n° 8 du premier test) était infectée et que je risquais de jouer. Sur le coup, j'ai été pris d'une peur panique. Jean-Pierre Rives m'a rassuré, ça m'a encouragé. J'ai commencé à prendre des cachets de Guronsan. La légende dit que j'ai avalé un tube tout entier. La vérité, c'est que j'en prenais un ou deux chaque heure avant le match...

    RépondreSupprimer
  64. Connaissait pas cette expression salace "faire parler la kalachnikov"...🤔

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et bien entendu le journaliste n'a pas compris la demande de Salas (romancer), sinon nous n'aurions jamais eu à nous interroger sur cette expression.
      Puisque donc ce journaliste a préféré, on le comprend, laisser l'expression d'origine, je propose en jeu d'été la question suivante:
      "Et vous, si vous aviez compris la demande de Patrick Salas, comment auriez vous raconté cette fameuse nuit de manière romancée ?"
      Car ce qui est nouveau c'est ça.
      Autrefois "on" faisait tellement le lien entre relations sexuelles et sentiments amoureux, que quand ce nétait pas le cas, "on" trouvait ça "péjoratif" et "on" pouvait avoir envie de se chercher des explications:
      "Bien sûr tu pris quelques amants
      Il fallait bien passer le temps
      Il faut bien que le corps exulte"
      Ou de romancer la chose...

      Supprimer
  65. Aujourd'hui ce qui a changé c'est que les relations sexuelles consenties (je simplifie) peuvent être considérées comme une activité au même titre que jouer à la Play, ou faire une partie de cartes.
    Il est évident que Richard Escot dans sa liste du 13 juillet 22h a donc oublié un autre élément non négligeable.
    Cette génération de joueurs fait partie de ces jeunes qui accédent depuis leur plus jeune âge en toute facilité et avec beaucoup de "régularité" à des sites pornographiques variés dont les marqueurs forts sont plus la domination/violence sexuelle que le romantisme😔
    10 ans âge moyen de visionnement fortuit ou volontaire affirme cette autrice:
    https://www.radiofrance.fr/franceinter/podcasts/l-invite-de-6h20/anne-de-labouret-il-est-completement-illusoire-de-penser-que-nos-enfants-ne-verront-pas-de-pornographie-5046198

    Et si par hasard, le nom Israël Nisand ne vous dit rien, je vous propose un rattrapage rapide de son "combat" dans le désert (depuis tant d'années déjà).
    Le fait qu'il n'ait jamais réussi à provoquer une réelle prise en compte de "cette bombe à retardement" est possiblement un facteur aggravant de ce qui aurait pu déraper dans une chambre d'hôtel à Mendoza.

    Un article:
    Israël Nisand : « On a confié l'éducation sexuelle de nos enfants au porno »
    https://www.elle.fr/Societe/Interviews/Sexualite-informer-les-enfants-3083110
    À partir de quel âge les enfants commencent-ils à regarder du porno ?
    Israël Nisand. En moyenne, 11 ans. Mais il y a des enfants de 9 ans qui sont addicts et en consomment jusqu’à trois heures par jour.

    Une vidéo :
    https://youtu.be/rqQ9WLpsWCw?si=clsDBzjRt_vFs3oJ

    RépondreSupprimer
  66. Et si je comprends bien la remarque de Bernard
    "Et si tu laissais travailler la justice Christophe plutôt que de proposer la tienne ?" ; je me demande quand même objectivement si la justice travaille, ou si elle a les moyens de travailler avec efficacité et rapidité sur ce type d'affaire. Car j'espère qu'ici personne ne trouve normal (voire a peut être oublié) que ça fait 7 ans qu'une jeune femme complètement bourrée s'est réveillée avec une béquille dans le vagin... et qu'elle attend de savoir si c'était bien normal.
    Un des articles ci-dessous, au delà de raconter les faits crûment comme je le fais a le mérite via les avocats de poser les bonnes questions.
    L'autre article qui relate un nouveau fait divers récent du même type ne fait juste que confirmer que le rugby, ses déplacements et ses "soirées" n'est qu'une condition favorable pour ces excès (alcool, drogue, sexe).
    Mais ce n'est pas la pratique de ce sport en particulier qui génére ces comportements.
    Le rugby ne doit par contre désormais ne plus se contenter d'une "charte de bonne conduite"...
    Mais les éducateurs, parents, encadrants ne sont-ils pas complètement démunis face à des gamins/jeunes qui en plus de ce que j'ai décrit par ailleurs (éduqués-biberonnés par la pornographie) ressentent une certaine forme d'impunité car la justice a du mal à faire son travail et les médias "n'en font pas des caisses" (dommage) sur ce type de fait divers.

    https://www.lamontagne.fr/grenoble-38000/actualites/rugby-alcool-et-viol-en-reunion-cinq-joueurs-grenoblois-devant-la-cour-d-assises-de-bordeaux_14519497/


    https://www.lequipe.fr/Rugby/Actualites/Des-espoirs-de-bourg-en-bresse-vises-par-une-plainte-pour-viol/1472654

    RépondreSupprimer
  67. Hello, franchement c'est peut-être moi qui suis à-côté de la plaque, mais quel intérêt de commenter des commentaires et disserter longuement (trop, beaucoup trop) sur des faits divers et d'été en faisant l'historique, genre l'ancien canard "détective" du ce que l'on sait, que l'on suppose, de source sûre, et par-dessus l'indignation les leçons et le comment l'aurait fallu faire, et puis tous en accusation les acteurs, pas un pour racheter l'autre, sincèrement on se lasse de remuer la grosse soupe qui n'apporte rien du tout à nos débats, voilà mais sans doute moi qui comprend plus rien ??

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. «Les faits sont sacrés, les commentaires sont libres»
      Deux visions de l'information qui s'opposent:
      https://www.sudouest.fr/redaction/journal-des-lecteurs/deux-visions-de-l-information-3570363.php

      Supprimer
    2. Et sinon un judoka à l'essai à Brive... Reconversion possible ou pas? 🤔
      https://www.lamontagne.fr/brive-la-gaillarde-19100/sports/courtney-lawes-est-arrive-ce-lundi-au-ca-brive-qui-met-a-l-essai-un-triple-champion-de-france-de-judo_14536509/

      Supprimer
  68. J'aimerais bien vous proposer une nouvelle chronique. Mais je suis dans le Midi. Alors aujourd'hui peut être. Ou alors demain... sinon je demanderai à l'ami Tonin

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Qui nous l écrira
      Aussi bien lui même.
      Ce n'est pas que l'on soit fainéant par ici
      Mais il fait si chaud dans notre midi.
      Allez Sardou ( père !)

      Supprimer
  69. Ca m'a toujours surpris cette envie d'aller "dans le midi"....

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Parce que c'est un beau roman, c'est une belle histoire...😉
      🤔🤔Mmmouais...

      Supprimer