lundi 6 mars 2017

S'affranchir du rugby con

Direction Rome. Afin de poursuivre ce Tournoi des 6 Nations moins con qu'on ne l'a engagé. Car ce qu'il y a de particulièrement intéressant dans cette rencontre romaine, c'est d'imaginer ce que les Italiens - qui viennent de piéger le XV de la Rose - préparent aux coéquipiers de Guilhem Guirado, samedi au stade Olympique. Le rugby n'est pas un sport (on le répète), c'est une façon supplémentaire d'aborder la vie. Sinon, avouez que ce serait très chiant à pratiquer comme à regarder.

Quand face au Stade Toulousain, référence d'intelligence situationnelle, le staff rochelais titularise au dernier moment et dans l'urgence Levani Botia, solide centre fidjien remarqué pour son rôle à contre-emploi, non seulement il rend hommage aux penseurs ovale de la Ville Rose inspirés par René Deleplace mais il replace l'innovation au bon endroit. Je me souviens, il y a trente ans, de Pierre Villepreux m'expliquant pourquoi il souhaitait titulariser un flanker, Hervé Lecomte en l'occurrence, à l'aile: pour faire rebondir le jeu. Samedi dernier, le Stade Rochelais a inversé l'idée. Avec succès.

Botia déplacé du centre sur le côté de la mêlée, dans les rucks et au plus près de la zone d'impact, le Stade Rochelais a ainsi déstabilisé les Toulousains pendant cinquante minutes. Assez pour prendre l'avantage dans tous les domaines, instillant surtout le poison du doute chez l'adversaire. Que faire ? Voilà la question centrale. Les Anglais, qui n'ont pas assez du bulbe de leur skipper Dylan Hartley pour réfléchir en temps réel, s'en sont remis dans le vestiaire à leur coach Eddie pour trouver la parade au "no ruck" italien.

Vous pensez bien qu'on attend avec impatience samedi de savoir ce que les coéquipiers de Sergio Parisse, reboostés par Conor O'Shea, vont proposer d'étonnant, d'innovant et de déstabilisant à la sagacité du XV de France. Une équipe qui bat l'Afrique du sud et noie l'Angleterre ne peut pas se permettre d'accueillir ses adverses en victime expiatoire, comme ce fut le cas face aux Gallois et aux Irlandais. Le rugby est intelligence et, il faut le répéter là aussi, le muscle le plus important d'un joueur sera toujours le cerveau. De préférence à tout autre morceau.

Il y a toujours une petite portion du règlement dans laquelle il est possible de se faufiler. Une faille à distinguer. J'aime cette prise d'intervalle. Surtout voir le désarroi de l'adversaire en temps réel face à une stratégie qu'il n'a pas anticipée. Tout le sel de l'affrontement se situe dans la réponse apportée. Et quand on prend le temps de s'y pencher, l'histoire du rugby est parsemée de ces prises d'intervalles, inventions qui souvent en modifièrent durablement la pratique.

Il y a deux siècles, les Anglais proposèrent la passe une fois le ballon sorti des rucks plutôt que de taper dedans (up and under). Puis les Gallois placèrent un centre supplémentaire dans la ligne de trois-quarts en retirant un avant du pack. Les Néo-Zélandais, eux, choisirent de disputer la mêlée avec seulement sept joueurs, libérant un troisième-ligne aile (Dave Gallaher fut le premier dans ce registre) appelé "rover" et chargé de suivre la progression du ballon en défense, pressant ainsi la charnière. Du coup, ils obligèrent vingt ans plus tard le législateur à modifier la règle et imposer trois joueurs en première ligne.

Ils installèrent aussi deux ouvreurs, les All Blacks, formule arithmétique (cinq-huitièmes) reprise actuellement par les Anglais d'Eddie Jones. On se souvient aussi de Pierre Berbizier grattant en 1986 dans le règlement pour inscrire un essai de filou en Ecosse après avoir joué vite une touche sur la ligne médiane à la suite d'un ballon tombé hors du terrain sur l'envoi. René Deleplace, lui, avait perçu la possibilité d'effacer les numéros dans le dos des joueurs pour faire d'eux des polyvalents capables d'effectuer la tache idoine qui se proposait devant eux dans le jeu. Exploration devenu leitmotiv toulousain sous l'égide du duo Villepreux-Skrela.

Rencontrer René Deplace dans son chalet de Fontenay-aux-Roses reste un des plus grands moments de ma petite carrière. Il sortait ses cahiers, ses dossiers, ses fiches, ses graphiques, ses diagrammes, parlait aussi musique et offrait une bière de Noël. Il s'était rêvé astronome et se retrouvait à défricher l'univers ovale. Il est allé jusqu'aux confins d'un jeu dépouillé de ses contingences, un jeu d'intelligence, de déconstruction (élargir pour percer, percer pour concentrer) qui force l'adversaire à reconstruire dans l'urgence.

Villepreux, Fourcade, Coste, Berbizier aussi à sa façon : les héritiers de René Deleplace ont permis à l'Italie de grandir et d'entrer dans le Tournoi devenu des 6 Nations. C'est un sacré legs. Après l'influence du Gallois Roy Bish (l'un des mentors de Gareth Edwards) et du Français Julien Saby, l'Italie s'est donnée maintenant à l'Irlandais Conor O'Shea et au Sud-Africain Brendan Venter. A coup sûr, ces deux-là réservent au XV de France un accueil particulier. A quel moment du match l'Italie obligera-telle les Tricolores à réfléchir, à franchir la frontière qui nous éloigne du rugby-con des percussions frontales et des consignes aveugles ?

Je reste volontairement sur une interrogation. Elle symbolise la montée au match. Ce moment que nous aimons qui consiste à anticiper, nous projeter, imaginer. Ce moment entre ami(e)s avant la composition de l'équipe et après aussi. Cet état de veille à l'orée de l'événement, grand ou petit. L'heure de marche pour se rendre au stade, lentement, et entouré, afin de mieux profiter de ce prélude traversé par les thèmes du jour, cette exposition en concentré qui explosera au moment du coup d'envoi et affranchira enfin la partie, découvrant la partition, la répartition. Rome, voie grande ouverte.

291 commentaires:

  1. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
  2. Bonjour

    J'aime autant les Italiens au rugby que je les déteste au foot !
    Comme ils font partie de la famille , ils vont bien nous recevoir car quoi de plus normal qu'honorer les gens que l'on aime en les recevant bien ! donc après midi surement chargé !
    Pensée pour le Légende Raymond KOPA , qui fut plus qu'un joueur de foot , une Icône du sport ,donnant du jeu Flamboyance et Amour !
    C'est peut être ce qui manque à l'EDF tout simplement sans chercher ailleurs !
    Bises de Bastia
    Marc

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Marc, il manque sûrement un joueur capable de prendre le jeu à son compte, de faire la différence sur un coup de patte, d'être un phare sur le terrain. Nous ne l'avons pas en rugby. Quel Tricolore peut se mettre dans la peau d'un kopa de l'ovale ? Les derniers ? Blanco. Berbizier. Magne. Lamaison. Yachvili. Harinordoquy...

      Supprimer
    2. Prenons les Italiens par surprise ! sélectionnons Astérix et Obélix !

      Supprimer
  3. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
  4. Sergio,
    tiens pour le feu aux poudres !! le ST est dans le collimateur peut être à juste titre non ?
    http://www.20minutes.fr/toulouse/2025387-20170306-video-stade-toulousain-ko-alexis-palisson-revient-terrain-ca-fait-polemique
    le pire c'est que les 2 arbitres de terrain et de touche ne voient rien et que l'arbitre vidéo ne signale rien ? Entre le choc à la limite du dangereux (Botia), à discuter, et le moment ou l'arbitre revient vers le joueur 50 secondes !!!! Inquiétant lorsqu'on analyse la vidéo au ralenti ... Que vont dire les commissions médicales respectives et Dr Jekill ? Va t-on prendre des mesures sine qua none de bon sens pour protéger les joueurs ?
    Pour rebondir sur la chronique, les génies ou les philosophes ne sont jamais écoutés de leurs vivants, trop utopistes, trop caricaturaux et trop cartésiens pour qu'ils soient décodés à leur juste valeur. En fait, il faudrait faire des universités d'été avec les joueurs et entraîneurs pour apprendre le langage et les codes du jeu proposé ....l'idée de quinze joueurs sans numéro sur le maillot serait une excellente initiative pouvant créer une émulation de chacun à vouloir s'essayer aux contraintes des autres ce qui pourrait souder une équipe ! Utopie probable !! Quant au ST, symbole de l'intelligence situationnelle, il serait grand temps qu'un vent nouveau souffle sur Ernest WALLON apportant toute l'intelligence nécessaire à redorer un blason bien terne et à recréer une âme bien en peine !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tautor, l'idée du jeu de maillots sans numéro dont tu parles et que tu souhaites avait été lancé par Deleplace, justement, avec l'équipe de rugby de l'Ecole Normale. Et c'est ce qu'ils faisaient sur le terrain. Jusqu'à battre l'Université de Cardiff. Imagine !

      Supprimer
  5. J'ai l'impression que tu nous lances sur plein de pistes Ritchie tiens j'en rajoute une ; le surnom de Conor O'Shea c'était Julius Caesar pas étonnant qu'il ait franchi le rugby con lui ! ( http://www.irishtimes.com/sport/rugby/international/conor-o-shea-loving-life-in-italy-but-knows-rome-wasn-t-built-in-a-day-1.2971140)
    je dois dire que pour moi le fil conducteur de ton article ça reste la musique, le jazz plus précisément avec cette idée sous jacente que l'improvisation sur le terrain, ce n'est pas une preuve d'amateurisme mais bien de l'intelligence situationnelle . Alors je me régale à remonter toutes les pistes, Deleplace - 1er prix de solfège, violoniste et corniste - ET mathématicien, ça fait un background de choix pour le jazz ces aller-retour entre ordre et désordre, et surtout quelle ouverture d'esprit ! C'est bien ce qu'il lui a fallu à O'Shea pour challenger les Brits ainsi ; aurons nous la même liberté, le même génie créateur ? Trop cartésiens nous souffle Tautor et il a raison . Jazzy mais pas trop . Au fait il est musicien Guy Novès ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. "l'improvisation sur le terrain, ce n'est pas une preuve d'amateurisme mais bien de l'intelligence situationnelle ",ben voilà!
      Ça se travaille un peu, hein, quand même, rajoutes les fondamentaux , s'cuse a moin mais c'est obligé,et t'es la Petrucciani du FCG,du top 14, du Tournoi,du mooonde , alors, pas belle la vie?
      Allez, c'est cadeau.

      Supprimer
    2. ah mais l'improvisation ça se travaille : j'ai eu un voisin saxophoniste jazz je peux te dire qu'il jouait - très bien d'ailleurs- sans arrêt . je faisais cette remarque parce que le mot "improviser " a parfois cette connotation péjorative (hors musique s'entend) ...il faut bosser sans cesse pour arriver à cette fluidité et ce naturel .
      PS : non n'insiste pas, je ne prendrai pas Petruccianette comme pseudo 🎹🎷🎼🎸🎶😉

      Supprimer
    3. Moi qui pianote un peu, je vous le confirme, l'improvisation, ça se travaille en amont.

      Supprimer
    4. Tous les jours, je me mets au clavier et je cherche des pistes nouvelles, des idées, des accords, des enchaînements mélodiques, parfois à l'aveugle, juste pour voir (pardon, entendre)... On peut reprocher à la plupart des joueurs et coaches de ne pas chercher.

      Supprimer
    5. L'improvisation n'est qu'une création du moment ; elle ne peut s'appuyer que sur de réelles connaissances techniques ; ces dernières, individuelles, se révèlent d'autant plus lorsque on a à faire à l'improvisation au sein d'un groupe ou elle devient collective.
      Transposé au rugby, un joueur ne procédant pas l'ensemble des compétences étant associé à son poste et n'en maîtrisant pas la technique ne saurait être réactif avec le reste de l'équipe.
      Si tel était le cas, la réussite ne pourrait venir d'une improvisation libre mais " cadrée".
      Les entraîneurs se trouveraient alors dans l'obligation, pour palier à la faiblesse de leurs joueurs d'imaginer toutes formes de cadres et de multiplier ainsi par exemple les combinaisons de jeu possible.

      Supprimer
    6. Pimprenelle, je ne sais pas si tu pratiques un instrument de musique et que tu t'adonnes à l'improvisation, mais s'il s'agit d'une création du moment, elle s'appuie effectivement sur des connaissances techniques, mais pas seulement. Il y a la perception de ce que fait l'autre, en rythme, en mélodie, en harmonie, en tempo. Et surtout ce qu'il va faire en réponse à ta stimulation, en ainsi de suite. C'est une chaîne. La technique n'a pas toujours le premier rôle ni même un rôle tout court. Jouer des notes est la portée (ah ah) du musicien pour peu qu'il ne soit pas trop branque. C'est l'ajustement des notes qui compte. Et pour cela, la perception. Tout ouïe.

      Supprimer
    7. un point de vue intéressant sur le sujet ici http://theconversation.com/limprovisation-programmee-le-jazz-le-planifie-et-lindetermine-61063 appliqué à l'entreprise mais ça pourrait donner des idées aux managers sportifs qui sait ?

      Supprimer
    8. Mouais.
      Pas vraiment convaincu.
      Une vision pleine de poncifs sur le jazz (c'est courant), par des Mr Jourdain qui pensent que puisque l'on ne joue pas de la musique écrite sur une partition (ce qui est d'ailleurs souvent le cas en jazz), on improvise forcément.
      Sauf que cette part d'improvisation est très encadrée, codifiée, "harmonisée".
      Qu'il n'y a pas Le jazz, mais des styles de jazz, dans lesquels l'improvisation sera plus ou moins importante. Ritchie parle de la perception de ce que fait l'autre, mais s'il y a des styles et des musiciens pour lesquels ça importe, alors que dans d'autres cas ça importe moins. Dans le New Orleans il y a une sorte de polyphonie qui oblige effectivement à écouter l'autre, mais dans le big band d'Ellington, quand Ben Webster ou Hodges prennent leur chorus, ils demandent surtout que la rythmique derrière assure, pendant que les copains jouent l'arrangement (l'écrin, l'écrit) composé par Ellington ou Strayhorn. Alors que lorsque c'est Monk qui "improvise" sur ses thèmes, ce sont surtout ses accompagnateurs qui doivent "suivre", et alors que s'il s'agit de Bill Evans, il y aura par nature beaucoup d'écoute ou d'interaction entre lui et LaFaro ou Paul Motian parce que c'est l'essence-même de leur trio et de leur musique. Bill Evans comme Ahmad Jamal, ou Monk comme... Monk (Monk est unique, c'est bien connu).
      Et lorsque le pianiste est tout seul, il ne peut plus s'appuyer que sur sa mémoire, et sa technique.
      On en revient donc à ce que disent conjointement plus haut Ritchie et Pimprenelle, que l'improvisation c'est surtout beaucoup de sueur et de travail au quotidien, faire ses gammes, ses accords et ses enchaînements inlassablement, jusqu'à ce que ça vienne dans les doigts et le souffle.
      Ou les jambes et les bras, au rugby: c'était le même principe de répétition dans les après-midis lourdaises sous la férule d'Henri Laffont, jusqu'à ce que le ballon arrive en bout de ligne vite et bien dans la course. Huilé.
      Après, après seulement, on peut "improviser", prendre l'intervalle qui se présente, taper profond parce que l'ailier est monté haut et son arrière à la bourre, se lancer dans la jolie phrase qui vient en tête parce que ça vient tout seul et à ce moment-là sous les doigts, etc, etc...


      (mais le jour où une banque créera un truc inutile et qui ne rapporte pas, comme l'art, alors je voudrais bien y croire, à cette histoire de Gariguette...)

      Supprimer
    9. j'ai écrit "l'improvisation ça se travaille " et il faut bosser sans cesse pour arriver à cette fluidité et ce naturel . " rien de contradictoire avec ce que tu avances ...

      Supprimer
    10. Tout à fait, mais je parlais de l'article auquel tu renvoies sur l'"improvisation" appliquée en entreprise...

      Supprimer
    11. oui je l'avais posté au titre de "curiosité " j'étais étonnée qu'on puisse rapprocher les deux et comme je ne suis pas spécialiste je voulais avoir d'autres avis ...

      Supprimer
  6. Ce qui est étonnant, c'est que c'est un ancien rochelais JB Ellisade qui entraine les arrières du ST et c'est un ancien Toulousain Garba qui entraine ceux de La Rochelle.

    Comme disait CHAT qu'espire "il y a quelque chose de pourri dans ce royaume. Un petit coup de griffe pour le ST." Quoique on ne fait pas d'Hamlet sans casser des oeufs.

    Tautor pour Serin en 10, j'approuve mais Dupont n'était pas dix avant aussi alors pourquoi pas Dupont Serin et chacun devient numéro 10 en fonction de l'inspiration du moment (comme les buteurs) j'ai inventé le Dix cinq sons. (10 Sainson). Son pour la musique bien sûr le Jazz pas la bourrée auvergante. Non Richard je ne vais rien dire de plus. Je te jure. je ne voudrais pas que tu me donnes une bonne leçon :-)

    Pour ton article, le Rugby con, très poétique j'adore.

    J'aurais préféré le rugby haut. Pour que nos français soient un peu plus verts et que la pollution du french flair et le réchauffement de la planète rugby s'arrêtent.

    Quoique certains en disent le Rugby hier ne faisait pas plus de mousse.

    Après le rugby 2.0 il nous faudrait le rugby 3.0, ou le rugby ter au goût amer mais pétillant sur le terrain.

    RépondreSupprimer
  7. Après, le numéro, quand le jeu s'y prête rien n'interdit à personne de l'oublier non plus, les gars!
    Allez, le néo réalisme de la Squadra fera t'il de notre en but une ville ouverte?

    RépondreSupprimer
  8. L'innovation rugbystique en France ??? en berne. Faudrait que la situation soit à l'intelligence, french flair le cas échéant. Après, franchir le rubicon, c'est pas gagné avec la fuite des cerveaux à l'étranger. Avec ou sans numéros, tous les chemins mènent à Rome pour le voyage des cloches. Mais manque un gros bourdon, style vespérale du campanone ou celui de Notre-Dame pour donner le la. Comment éviter le silence des agneaux pour passer au seigneur des anneaux ? Pas de Parissé chez nous. Devant, on aura peut être pas de 8 de métier. Par contre quatre 2e ligne. Pas évident pour être dans le bon ton et la bonne (ré)partition.
    L'impro, sur qu'il faut pas la perdre de vue, puisque c'est l'éclair la situation qui va aussi mettre à l'unisson. Ca se stimule limite ça se travaille, comme en jazz Ibrahim Malhouf (désolé, j'y reviens !).
    https://www.youtube.com/watch?v=RMCuB9o-Rd0.
    Sinon, la montée au match, je la verrais pas trop montée des marches de la basilique de Montmartre, mais plutôt jaillissements de bulles quand tu sabres une bouteille de champ. Mais surtout pas se faire mettre en bouteille pour faire du vinaigre, comme le Stade Français avec Bordeaux... Mais c'est une autre histoire.
    .

    RépondreSupprimer
  9. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
  10. Eh bien voilà, on commence à se faire peur en anticipant sur le match de Rome. On a peur d'une équipe qui a (bien) appliqué une tactique de battus, comme la seconde mi-temps, dont on parle peu, l'a prouvé. On part encore à l'envers. Et on continue en faisant appel à je ne sais quelle faculté d'improvisation sortie on ne sait d'où. Mais, comme l'a dit Richard lui-même, on improvise au piano parce qu'on est pianiste. Commençons par faire de nos timbaliers des pianistes (en pensant à Pierre Danos et en conservant en mémoire que le cerveau est le muscle le moins sollicité dans les salles de muscu), qu'ils sachent faire une passe, se positionner en fonction des copains, imaginer la meilleure façon de désarçonner les autres, etc. Qu'ils jouent au rugby, comme les Anglais en seconde mi-temps, et l'Italie comptera les points.
    Lu l'ITW de Barcella dans Midi Olympique. Accablant, si nous n'étions déjà suffisamment accablés.
    Lu la réaction de l'entraîneur après que ses Hurricanes ont passé 71 points aux Rebels : "Ils n'ont jamais joué aussi libérés". Tout en une phrase. Mais là-bas, le rugby-con est un genre inconnu.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ouais, un rugby fécond, moins abscons. Ce qu'il faudra à Rome, pour une voie grande ouverte.

      Supprimer
  11. Avant l'Italie, retour sur le FLOP.14, ce qui m'a étonné et frappé dans ce que j'ai vu des rencontres, c'est l'absence, chez les joueurs, du simple plaisir, plaisir de jouer de marquer et d'être ensembles, l'absence également sur les bancs d'entraîneurs d'émotion, entre les schémas de lancements de jeu, les statistiques qui sortent des radars gps, le tableau d'affichage et le respect des consignes, pas de place pour l'impro, pas de place pour la prise de risque, pas un joueur pour envoyer tout balader et s'éclater ballon en mains, pas un entraîneur pour dire "allez les gars le jeu vous appartient, alors jouez", non non non des calculs, des intérêts (perso, collectifs) même à ménager, à préserver. Après ici les aléas de la partie font que le remplacement d'un ou deux joueurs fait passer le staff pour des petits génies ou que là un collectif de joueurs encore ambitieux terrasse une équipe d'étoiles gavée de titres et donc sans plus d'appétits, bon ça donne un peu de saveur à un plat tiédasse et sans épices, mais ça ne suffit pas !!!!!!
    Mahlouf, oui, sublime avec son instrument en pleine lumière, moins respectable quand ça lui titille son outil du côté obscur, semble t'il. Saleté d'époque, tout toujours sali, c'est dommage.
    L'absence de numéros sur le maillot améliorerait le joueur dans ses prises d'initiative ?? C'est triste de penser qu'ils sont prisonniers à ce point là d'un jeu qui est devenu leur boulot, ouvrier pilier affecté à l'atelier combat/conquête et ouvrier centre affecté à l'atelier percu/tampon, non peut pas le croire, le rugby c'est espace et liberté, l'un et l'autre indissociables comme la deuxième ligne Scottish d'y'a longtemps, Campbell-Lamerton pour les avertis, que nos fins limiers de l'EDF cherchaient, en vain, à distinguer l'un de l'autre !!!!!!!!!!!!
    Inquiétant tous ces accidents, commotions, la course à la mort prochaine, Palisson dernier exemple, et ça s'étend, à St-Raphaêl féd.3 je crois, un joueur victime de plusieurs commotions dans plusieurs rencontres est dans le coma, le seul dirigeant qui cause dit "un gosse de 2O ans qui joue, bon un choc, il ne veut pas sortir" !!!! Bien sûr qu'il ne veut pas sortir, t'es là pour ça gogol préserver la santé de tes joueurs, quelle inconscience .......
    Bon ASR vont s'arrêter où ???

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pas bien compris s/Malhouf "moins respectable quand ça lui titille son outil du côté obscur" ??

      Supprimer
    2. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

      Supprimer
    3. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

      Supprimer
    4. Nini, le SR (zont virés le A) va s'arrêter une fois qu'ils auront amené le Bouclier sur le Port.

      Supprimer
  12. Agissement et propos déplacés avec une mineure de 14 ans , faits reconnus par lui mais plainte des parents quand même ... une improvisation malancontreuse ...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. "faits reconnus mais plainte des parents quand même ..." : Ce que je comprends votre propos : il reconnait avoir commis un délit pénal(agression sexuelle sur mineure de 15 ans) donc on efface l'ardoise et on repart ? vous plaisantez ?

      Supprimer
    2. Pas du tout et je précisais le propos de Nini pour Sergio !
      De ce que j'ai compris des quelques articles justement " on efface pas l'ardoise et on repart pas " et non je ne plaisante pas

      Supprimer
  13. Je crois que l'excellent et imposant Campbell-Lamerton était un seul et même joueur, un des rares Scots à posséder un gabarit dit "moderne". L'aurait bien vu en kilt...

    RépondreSupprimer
  14. Je crois que l'excellent et imposant Campbell-Lamerton était un seul et même joueur, un des rares Scots à posséder un gabarit dit "moderne". L'aurait bien vu en kilt...

    RépondreSupprimer
  15. Bien vu, effectivement un joueur, bien "épais", comme un scotch des Highlands !!!!! J'ai lu une anecdote un jour sur un joueur EDF (??) qui croyait dur comme fer que l'étaient deux en seconde ligne et que c'étaient Campbell et Lamerton, sans "qu'il n'ait jamais pu les reconnaitre l'un l'autre dans la bataille" !!!!!!!!!!!!!!

    RépondreSupprimer
  16. Bien sûr ça va pas nous redonner le sourire, mais intéressant et impitoyable article dans MO sur Barcella et les coulisses du rugby, le problème c'est que l'on voit bien aujourd'hui toutes les dérives, on en mesure chaque jour, à chaque rencontre, les dangers, les excès, mais rien ne bouge dans les instances dirigeantes, à croire que le sport est devenu le dernier souci de ces derniers.

    RépondreSupprimer
  17. "Le rugby doit rester un bien commun comme la sécurité sociale ou la sncf : un service public pour que la société vive mieux". Et voilà le travail :
    http://www.francetvsport.fr/long-format/rugbymen-le-physique-de-l-emploi/


    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. très intéressant Sergio, ça fait quand même peur ce néo-rugby, on a l'impression que la dimension "plaisir" est absente, pas étonnant que les joueurs fassent la gueule . Plus un sacerdoce qu'une vie épanouissante .

      Supprimer
  18. lors du dernier ANGLETERRE ITALIE
    renvoi pour les italiens le 2 ligne anglais s empare facilement de la balle et voyant que personne est monte prend l initiative de percer droitet s ensuit une belle progression
    prime a la reaction
    DUPONT le le 9 de CASTRES quelle fraicheur quelle vitesse merite la selection
    certains retorquent son manque d experience
    nait on avec de l experience le talent prime sur tout
    l experience au rugby sert surtout a cacher les manques et a tricher
    BARCELA se livre mais on le sait bien que tous les joueurs sont des rats de laboratoires
    mais al inverse de ces animaux eux le font volontairement
    ROME ville ouverte ou ville des fetes

    RépondreSupprimer
  19. Pour ce qui est de Campbell-Lamerton, son gabarit et sa gueule à faire un peu peur, je l'ai vu jouer à Jean-Bouin avec les Combined Services contre l'Armée Française, en 1964, face à un Benoît Dauga débutant entre autres joueurs de grande valeur....Il faisait -pas dans ce match- équipe avec Ten Bos. Très belle seconde ligne...entre autres grands joueurs, là aussi...
    Et puis, en parlant de beauté, je pense qu'il faut apprécier le beau visage de René Deleplace, écouté attentivement par un Richard Escot à la chevelure de lion.




    RépondreSupprimer
  20. J'ai pu avoir les images de la tactique enItalie https://www.youtube.com/watch?v=rPxryaAPuV8 ... bon a priori c'est assez classique : on balance des prunes ( enflammées c'est la tactique de mettre le feu, aka la "Johnny ") on fait la tortue ( avec des boucliers, innovation intéressante qui pourrait bien déstabiliser nos Bleus, sauf que là ils sont prévenus ) mais la ruse c'est arriver sur le Stade à cheval et dans le dos des Bleus, ça c'est nouveau on entend bien Sergio Parisse stimuler ses troupes "Hold the line ! " pas la peine Sergio on t'a reconnu sous ton casque au balai brosse ! Les figurants censés jouer le rôle des Bleus sont un peu frustes ; ça sent le Chabal tout ça : je fais pousser mes cheveux et je fonce dans le tas ... Ha ! Ha ! Ha ! Ca fait un moment que c'est passé de mode le Caveman ! Donc les Bleus, faut faire gaffe aux bourrins qui arriveraient dans le dos, et avoir un extincteur à portée de main . Roma victor ! Tu parles Charles ...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. faut des glaives, sans glaive, on sera un peu vulnérable... pis des arcs avec quelques braseros sur le terrain pour enflammer les flèches, à défaut du public.

      Supprimer
  21. Pour improviser, il faut déjà savoir utiliser son instrument. on n'en est pas encore là !!
    le niveau de pauvreté technique des joueurs présents à Dublin était à se pendre !
    Et je ne parle pas de l'absence d'intelligence sur le pré (remarquez que la deuxième meilleure équipe du monde ne semble pas mieux dotée : "c'est une équipe et y'a un (mauvais) esprit, alors ils partagent") : personne pour tenter des trucs à coté d'un schéma qui manifestement ne fonctionnait pas, rien.
    Maintenant, je tempèrerai un peu ma déception : les Irlandais forment un club depuis 3 ans, pourraient se trouver sur le terrain toutes lumières éteintes, leur charnière a 50 capes au compteur, etc.. en bref, on s'est fait donner la leçon par des maitres à jouer juste qui ruminent un projet de jeu depuis 3 ans et qui ont tout un pays ENTIER (fédé, franchises, etc..)dédié autour d'eux. le choc ne pouvait qu'être rude.
    il faut être patient avec ce XV Bleu, ils partent de tellement loin, doivent en apprendre tellement par rapport à ce que leurs clubs/centres de formation ne leur apprennent pas. Je me rappelle juste que Wilko et consorts ont débuté leur campagne par un 72-0 contre l’Australie...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui sauf qu'a peine posés les valises, bien pleines,ils ont réformé leur championnat, repensé les relations avec les clubs.
      Nous ça merdoie depuis 5/6 ans, quand même. ...
      Allez, bienvenue Lulu.

      Supprimer
    2. c'est aussi et surtout que leurs clubs n'ont pas le pouvoir, c'est la RFU. et ça change tout pour remettre l'EDF au centre du village

      Supprimer
    3. ce qui me fait considérer que je ne verrai pas d'EDF gagner une CDM : il faudrait pour cela que ceux (les clubs) qui ont le pouvoir le lâche. ce qui n'arrivera pas donc soit Bernie va au bout de sa "dinguerie" et met la LNR à genoux, soit c'est mort.
      Pour moi, c'est mort, je me sens plus condamné à misé sur le mal entendu que coq gaulois sur de sa force.

      Supprimer
  22. Le cheval, les romains et les cracheurs de feu c'est plutôt la tactique Maxou, ça.
    Sur que le dotoré ( en Italie des que t'es un peu queq -chose,t'es Dottttoré )Parisé connaît la musique.
    Plus sérieusement, comme le souligne Richard, cette combine éculée peu utilisée car facilement contrable , ça peut fonctionner une fois où deux sur la surprise, y en a plein comme ça.
    Mais toute une mi temps face au N°2 de la galaxie, c'est préoccupant, ou bien !
    Rajoutons au débat nos braves bleus qui ont passé une heure avant d'envisager les Scotts un peu plus efficacement, et on peut penser si le grade de capitaine, c'est juste pour la photo.
    Allez Chevreuse.

    RépondreSupprimer
  23. Oui Lulu, il faut être patient avec ces petits Bleus qui n'ont connu que la méthode globale. Mais, comme me le disait un jour Yves Saint-Martin : "Tu vois cet Aliboron ? Cela fait cinq ans que j'attends et il n'en a toujours pas gagné une". "Faut pas désespérer Yves, regarde les Italiens, z'ont mis quinze ans à comprendre qu'il fallait la faire à l'italienne, c'est-à-dire pas appliquer les règles. Z'ont couru en tête jusqu'à 1.500 mètres du poteau !" Saint-Martin est parti se noyer dans la rivière des tribunes.

    RépondreSupprimer
  24. comme tactique un peu surprenante,je propose l'idée suivante : dès qu'on est dans les 22 italiens, on décale un joueur dans le ballon mort azzurri. petit coup de pied rasant en direction du joueur qui n'a qu'à aplatir sans rentrer sur le terrain, si besoin.
    article 22.4 alinea G : si un attaquant est en touche ou en touche de but, il peut aplatir le ballon s'il n'en est pas porteur lorsque le ballon rentre dans l'en-but.
    comme le joueur est en touche, il n'est pas hors jeu, pas besoin de faire de la muscu

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Touche ou touche de but, Philippe, pas simple en-but...
      Il faudrait donc que le joueur soit en dehors du terrain, et qu'il le soit avant que l'action soit déclenchée, sinon hors-jeu au départ du ballon. Ça fait quand même beaucoup de contraintes...

      Supprimer
    2. la situation s'est déjà produite où le joueur courait en touche et est passé à l'extérieur du poteau et a plongé sur le ballon ensuite. l'important est que le joueur ne porte pas le ballon quand il rentre dans l'en-but

      Supprimer
    3. sans compter que le poteau parfois ....https://www.youtube.com/watch?v=Agycs0b4iqQ

      Supprimer
  25. Pas au courant de cette règle , mais bon si nos joueurs arrivent à mieux se trouver et arrêtent du coup ces en avants qui nous tuent , je prendrai ça comme un progrès avec le victoire en prime bien sur
    Pour les propos plus haut et déjà évoqués à mainte reprise , oui il faut absolument que la FFR reprenne la main , c'est la condition sine qua non aux réformes nécessaires dont tu parles Jean Lou
    C'est un projet passionnant et très intéressant que ce redressement du Rugby Français . Il s'agit maintenant d'attaquer les vrais problèmes avec des solutions sérieuses sur la formation et les compétitions et les calendriers ; les contrats , très bien , il le faut mais ça ne réglera en rien notre problème de niveau ... U 18 , U 20 pas folichon , le 7 bof , bof bof , les féminines pas terribles non plus
    A t on les hommes pour fédérer autour de ce beau projet , pour l'instant on est parti ( mal ) dans une guerre de tranchée , dommage , nous allons perdre beaucoup de temps . Je serai sans être connaisseur beaucoup plus intéressé de comprendre quels moyens vont être mis en place sur la formation , quel est notre systeme actuel et qu'est que l'on va change pour commencer à mieux figurer en U18 et U 20 et donc en toute logique chez les grands ...
    Cet histoire de contrat avec les vielles recettes de " je vais te montrer qui c'est Raoul " ça fait rire dans les films , pas quand on voit la situation dans laquelle se trouve le Rugby Français

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il nous annonce des formateurs en nombre, c'est bien, c'est vendeur, c'est convenu ça fait très promesse de campagne mais on en cause un peu moins, maintenant.
      Et comment, pourquoi, avec quel discours, si c'est pour multiplier les théoriciens de la théorie, les sachants qui savent, des formateurs de formation. ...
      Faudrait demander à Philippe, il a du vécu la dessus.
      Et puis rien n'interdit un peu d'imagination non plus, voir de déterrer de vieilles recettes.
      Tiens, un exemple, demain on va voir le ministre de l'éducation, on demande à celui des sports de passer vu qu'on apporte les croissants et on leur demande 100 places par an pour former des profs de gym, gratos.
      Jeudi on va voir les 30 clubs pro , avec des pains au chocolat ça change un peu, et on leur dit de se bouger à trouver 100 ados méritants qu'ont le profil, ça doit exister, bordel !
      Ah au fait, c'est vous qui payez, hein, vu qu'on a amené le p'tit dej,que c'est nous Raoul et que si ça plaît pas au gros Popaul on l'emmerde pis c'est tout.
      Et c'est ainsi que le Rugby retrouva la place qu'il n'aurait jamais dû perdre chez le mammouth.
      Allez,c'est qu'une piste, hein, z'avez saisi l'idée.

      Supprimer
    2. les formations des éducateurs sont assez soporifiques. l'auditoire est composé de mecs qui arrivent après leur boulot, plein de bonnes volontés mais pas trop non plus. Et puis il y a l'orateur, enfin quand je dis orateur, on va dire que c'est celui qui anime la réunion.
      il branche l'ordi et là, il met 10 minutes à trouver le dossier qui traite du thème de la soirée. un power point et 20 vidéos illustrant le powerpoint.
      le propos est basé sur un ton monocorde de celui qui fait mine de rien, à la limite, on a un peu honte de l'avoir dérangé et on pose une question
      Réveil ! bah moi, je vais vous en poser une autre : à partir de quel moment, il y a ruck ? ah ah, j'attends les réponses ! vous voyez cela à tous les matches ! vous DEVEZ savoir !!!
      là il vient de nous dire : "me faites pas chier avec vos questions à la con, on va aborder le thème de la soirée : la chute"
      on attend la chute de l'histoire mais non la chute, c'est le thème
      le gainage, bien mettre les mains comme au judo, tenir le cou, et pis le mieux, c'est de ne pas tomber hein les gars !
      et là, y a le vieux qui gueule tout le temps, qui commence à poser les questions le concernant, pis faut l'écouter, il est arbitre, prof de gym, alors tu comprends la pédagogie, ça me connait.
      on le retrouvera dans le courant de la saison en train d'engueuler ses joueurs, l'arbitre, l'adversaire, le public, sa femme, encore ses joueurs.
      il est 23h, on part, comme on est venu, on signe pour montrer que les clubs sont bien venus assister à la formation.
      déjà, si on pouvait donner quelques cours de communication et de conduite de réunions à ces chers formateurs, on ferait déjà un gros progrès.

      Supprimer
    3. AH, du vécu !!!! J'avais en d'autres termes mais dans la même ligne commis il y a peu un petit commentaire, j'adhère tout à fait à ce panorama de la formation, d'ailleurs Christian en la matière avait renchéri en modérant un peu, mais le problème est d'importance, je pense que tout commence là, mais vu le paysage actuel, effectivement il nous faut une évolution, une révolution, celle entamée dans le projet FFR me semble pertinente, après voir au-delà des mots, et des projets toujours tellement bien, ce que le concret nous réserve.

      Supprimer
  26. Je regardai la liste des U20 , très très peu de joueurs ,venant des 6 premiers du TOP 14 , 8 ou 9 viennent de club de Pro D2
    Les gros clubs ne forment plus apparement ou mal .... , je serai curieux de savoir combien d'anciens U20 sont dans les effectifs du TOP 14 actuels sur le nombre de joueurs total . On y revient sur la prise de risque minimum des gros en prenant des joueurs déjà confirmés

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

      Supprimer
  27. Tautor

    une réaction à l'article de Serge Simon sur l'équipe à propos d'Alexis Palisson
    Marc

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Marco
      Au delà de s'émouvoir sur Palisson, il y a longtemps que j'ai pris position sur les commotions cérébrales et les tests actuels ne sont que de la poudre aux yeux mais ont le mérite d'exister histoire de dire qu'on fait quelque chose. Si tu visionnes au ralenti l'action de Botia je pense qu'il y a jeu dangereux. Là encore, il faudra des personnes plus que compétentes pour trancher, des professionnels entraînés à ce genre de situations vidéos. Un traumatisme crânien avec perte de connaissance (TC + PC) ou commotion cérébrale ou coma avec signes neurologiques d'emblée doit être traité selon les référentiels des sociétés savantes. Pourquoi tous les jours les urgentistes du SAMU ont une prise en charge codifiée sur le TC + PC ainsi que les pompiers et pourquoi en top 14 on fait différemment ? Depuis 17 ans, nous sommes sur les bords de terrain pour collaborer ou accompagner les médecins de club à leur demande devant des situations d'urgence. Jamais les commissions médicales n'ont eu le réflexe de s'ouvrir à des professionnels de l'urgence pour la commotion cérébrale ou autres pathologies de l'urgence. Seul un décès ou un cas grave avec plainte fera avancer les choses .... ça vient à moins que les règlements ne changent pour protéger intelligemment la santé des joueurs. Là aussi, il y a une réflexion de fond à avoir. Le Dr SIMON, du temps de Provale aurait pu avoir eu cette réflexion sur la santé des joueurs ainsi que ses confrères .... Personne excepté Nini ne parle de ce jeune joueur de fédérale dans le coma après plusieurs commotions cérébrales .... l'indifférence est reine ... Quand tu sais que les commotions cérébrales en fédérale et séries inférieures sont sous la responsabilité de l'arbitre entre autre et que bien souvent il n'y a aucun médecin tout juste un paramédical .... et que tu as trois heures pour évacuer la commotion vers une service d'urgence ... et quand tu lis le Midol, sur les déclarations de Barcella, entre les lignes, tu t'aperçois que le barnum ne remplit pas son office loin s'en faut ... Bref il est temps que Serge Simon s'émeuve ainsi que son président, le même qui, il n'y a pas si longtemps que ça, était manager d'une équipe de top 14 et qui n'a rien dénoncé sur les commotions cérébrales .... A quand les entretiens de BICHAT sur la médecine du Sport !

      Supprimer
  28. Une réation en tant que docteur... en politique !!!
    Sur le fond ils sont OK tous les 2. Sur la forme, c'est dire des choses et ne pas les faire ou faire des choses et ne pas les dire.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le complément du jour
      http://renvoiaux22.fr/WordPress3/protocole-fantome/

      Supprimer
    2. Entre cocaïne dopage commotion cérébrale notre sport fétiche le rugby est bien malade même les pesticides n'arrive pas à tuer le ver dans le fruit il est temps qu'on passe au bio ...sans sulfites

      Supprimer
    3. mais si les pesticides c'est efficace, et si tu n'en mets pas assez tu y repasses. Va voir du coté de la mouche Suzuki, si tu ne fais rien, tu ne manges pas de cerises, pas de produits bio là.Et le mildiou, dans les zones pluvieuses ou humides comme le Bordelais ou le Roussillon, ils doivent passer avec la "sulfate" plus d'une fois par semaine, moi j'utilise un systémique, une fois,et donc pas de surcharge de cuivre dans le sol. Et en tant que toubib tu es plutôt homéo ou allo...

      Supprimer

  29. L'autre versant du problème (VP) est que je ne suis pas certain que Botia ait compris pourquoi on parle de son placage dangereux (PD).

    RépondreSupprimer
  30. Tu as raison de mettre l'accent sur ce point, parce qu'on ne plaque plus aux jambes. Déjà que chez les iliens ca a tjrs été de plaquer haut, ou défendre avec l'épaule.
    Because, aujourd'hui faut plaquer tout en empêchant la passe après contact et donc mettre la main sur le ballon le cas échéant. Un placage aux jambes c'est un mec éliminé et souvent le ballon qui poursuit sa course vers un autre. On voit d'ailleurs aujourd'hui beaucoup de commotions tête contre tête parce que le plaqueur ne se baisse plus, notamment.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Sans parler des plaquages à deux. Pas de chocs entre têtes de partenaires.

      Supprimer
  31. Bon ben la, éloignez les z'enfants, ça va piquer un peu, mon Nounours en était tout tripoté ce matin.
    Le jeune Sanconnie nous annonce sans déconner que les éventuelles combinazionnes transalpines, même pas peur, à cause qu'on à des gens dans les tribunes avec des ordinateurs pour nous dire ce qu'il faut faire, ni plus ni moins!
    Je vous avais prévenus , hein, v'nez pas pleurer, et c'est à pleurer , non ?
    Du coup suis parti à la plage avec ma tablette, pas un bull-dog, ça marche ! ( Oui, Sylvie, elle était bonne, merci)
    Allez, aurait mieux fait de lire la revue des deux mondes, ce matin le Zanlou !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. hélas Janlou, il y a de fiers pédagogues qui t'expliqueraient sans rire que la tablette va sauver l'Educ Nat de son marasme actuel, on voit d'ailleurs les Régions et les Conseils départementaux rivaliser ; c'est à celui qui équipera le plus vite tous les élèves de la tablette magique . Les parents d'élèves sont convaincus du bien fondé de la chose et nous reprochent notre conservatisme ; va leur expliquer que leurs mômes nourris aux jeux video ont une fâcheuse tendance à confondre l'étude et l'amusement . Sanconnie est le produit de cette époque de dingues, pas sa faute : sont tous comme ça , persuadés qu'ils vont résoudre tous les problèmes grâce à Internet . z'ont toujours pas pigé que la tablette il faut lui coller d'abord des trucs dedans pour qu'elle marche . Le plus simple ça serait quand même de les équiper eux d'un cerveau avant et si possible en état de marche . C'est marrant avant ce concept révolutionnaire fonctionnait à donf chez tout le monde . Alors s'affranchir du rugby con c'est pas demain la veille ! Ce qu'on a perdu c'est le bon sens, la bonne vieille jugeote . j'arrête, je sens que je m'agace ! Ici -2° ce matin, on va se baigner en chaussettes je crois ...

      Supprimer
    2. AH l'informatique qui va nous redonner la poésie que l'on croyait partie de ce monde de l'ovale !!!!! J'ai lu un petit papier dont j'ai retenu ceci, attention tenez-vous bien, pour un sportif le recours au dieu de l'informatique «CA PROTEGE LE CERVEAU» !!!!! HENAURME, NON ????? Les chercheurs -oui oui y'en a même qui cherchent- ont une hypothèse grandiose, disant que les sportifs utilisant un ordinateur sont en meilleure santé et plus disciplinés !!!!!! OUAHHOUUUU, bon pour la discipline, là pas photo sont disciplinés nos golgoths, jusqu'à l'ennui et l'indécence, pour la santé c'est mal embarqué, en attendant le premier mort (patience, ça vient) les combats de gladiateurs dans les arènes de rugby ruinent la santé des joueurs à vitesse atomique, sans parler de la santé des quidams -comme nous- encore spectateurs -pour combien de temps??-. Le postulat de ce que ça protège le cerveau, …............ j'en reste coi, ça me sèche là !!!!!!!!!!! Nos chercheurs y disent aussi que ces activités sur les écrans muets bénéficient directement au cerveau des joueurs, pac'que ça produit d'la croissance dans les cellules nerveuses, et que donc ces activités stimulent et augmentent le nombre de connexions dans le cerveau, rendant possible une plus forte résistance aux déficiences et troubles mentaux.
      Le monde ce matin m'apparait sous un nouveau jour et l'horizon se dégage dans ce monde ovale que l'on croyait voué à l'infinie tristesse qu'il dégage depuis l'avènement du professionnalisme et des ses affidés.
      Petit bémol, mais petit hein, autant j'ai connu et vu évoluer des joueurs avec cerveau, caractère, personnalité, du temps d'avant l'ordinateur, des qui étaient sur un terrain comme dans la vie, avec défauts et qualités mais en fil rouge l'aventure humaine et la culture du jeu de rugby dans toutes ses splendeurs, autant je suis sceptique en regardant les joueurs du jour, poulets élevés aux farines et engrais chimiques, clos dans leur univers sans goûts ni saveurs, absents d'émotions, traînant leurs journées de salariés entre salles de muscu et séances vidéos collectives, pouis révisons sur PC à la maison, oui l'est sceptique le NINI, l'a tort ??? Vieux con des neiges d'antan ou malgré l'âge encore p'tit con d' la dernière averse, va savoir ????????????????????

      Supprimer
  32. Après me faites pas dire ce que je ne veux pas, non plus, z'enfants.
    Qu'on travaille, qu'on communique avec les outils d'aujourd'hui,ok, je suis pour et milite sur ce site pour que la fédé fournisse aux clubs des outils modernes et standardisés de compta, de gestion,etc...
    De passage dans ma verte vallée natale le mois dernier, j'ai vu les mecs grifonner la feuille de match comme on le faisait quand j'étais poussin ( mignon d'ailleurs), hallucinant!
    Allez Chevreuse

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je vais te dire : j'adore bosser sur mon pc, préparer mes cours en lisant des trucs dans des bibliothèques du monde entier, lire les journaux etc mais ça ne remplacera jamais le plaisir d'écrire seule la trame d'un bon cours . Ce que l'on parvient à fabriquer avec son cerveau et son clavier est toujours beaucoup plus gratifiant . Internet favorise le copié-collé, la répétition à l'envi de trucs lus 1000 fois (et encore on a de la chance s'il n'y a pas de déviation du propos principal). Oui ça va plus vite que se coltiner des dizaines de bouquins mais au final quelle perte de substance .
      Moi c'est cette absence de créativité partout qui me dérange . C'est comme un clonage généralisé, les mêmes émotions, la même apparence, des zombies . Colle leur une plume, de l'encre et du papier et immédiatement l'individu surgit : il fera des schémas ou des dessins ou il écrira mais ne se contentera pas du prêt à penser actuel .
      Pareil au rugby, le formatage ( restons dans l'informatique) le formatage des joueurs qui nous désole tant tu le retrouves dans leur langage, leur look, plus grave dans leur jeu ! Au point que parfois on a du mal à les distinguer les uns des autres . Celui qui ressort en ce moment c'est Gourdon parce qu'il n'est pas très formaté, pas complètement . Il a clairement dit que s'entraîner ça le fait ch ... et qu'il préfère jouer des matchs, il a quelque chose celui là je trouve, mais qu'en restera-t-il une fois qu'on lui aura bien fait comprendre qu'il ne faut pas trop sortir du rang ?

      Supprimer
    2. "J'vais t'dire une bonne chose "( faire les gros yeux,dodeliner un peu le tête )
      Ben oui, m'dam,on est raccord.
      Allez Gourdon ( Jean François, le vieux)

      Supprimer
    3. Tu as raison d'ou l'importance de mettre les gamins à la pratique de l'art , quelqu'il soit
      J'en ai " sauvé " un avec le Théâtre , une tannée pour le faire lire avant et après c'était " au fait tu as lu machin " ouf ...
      Vrai pour Gourdon et à video n'a jamais empêché les talents d'improviser plein d'exemple même dans notre championnat , disons que pris à la lettre ( oups ) c'est le risque mais quand même
      Certain s'en affranchisse avec talent

      Supprimer
  33. l'ordinateur est assez con pour ressortir les conneries que l'on a mis dedans. les krachs boursiers se produisent parce que les institutions financières intègrent les mêmes logarithmes avec les mêmes variables parce que les mecs sortent des mêmes écoles. Résultat, comme l'ordinateur dit qu'il faut y aller, les achats se font en masse sur un marché porteur pour arriver à saturation et voir le chateau de cartes se détruire.
    Pour les entraineurs, c'est pareil, on a mis en équation le jeu de rugby, avec des profils type sur chaque poste et roule ma poule. du géorgien en tronche, du sudaf en deuxième latte voir troisième latte, du français à la mêlée (le coté gueulard et roublard, sans doute) du all blacks derrière, du fidjien aux ailes et du britannique à l'arrière.
    la défense monte vite ? on se recule ? on crée 2 lignes ? on tape par dessus ? Non, non, l'ordinateur a dit que la meilleure solution, la moins risquée, celle qui nous permet probablement de conserver le ballon, c'est de créer un "point de fixation" pour fixer la défense qui est déjà replacée pour monter vite afin que l'ordinateur nous dise qu'il faut créer un point de fixation pour ne pas perdre le ballon, qui va fixer la défense adverse, rronr zzzzz rrronrr zzzzz.....
    tiens au fait, pourquoi les jeux de rugby sur consoles de jeux ne sont pas terribles ? parce qu'il est inutile de développer un jeu qui n'intéresse pas le marché américain et asiatique. Alors que c'est l'un des sports les plus mis en équation.
    Alors avec mon fils, on joue à FIFA17, oui, je sais, c'est pas bien mais notre cerveau fonctionne sur la tactique à mettre en place, la coordination des doigts sur la manette, l'anticipation des actions et puis on devient incollable sur les compositions des équipes européennes.
    fonctionnement du cerveau : l'émission sur les pouvoirs extraordinaires du corps humain nous montre que l'un des meilleurs exercices pour le cerveau, c'est encore la méditation

    RépondreSupprimer
  34. Demain, notre bon docteur Tautor sera dans L'Equipe.fr. Après Gariguette sur le quiz, interview commotion : ça va frapper fort ! A Treignac, notre centre préféré, Christian Badin, apportera ses lumières sur la formation. Je vous le dis : les bloggeurs de Côté Ouvert ont du talent.

    RépondreSupprimer
  35. au sujet des tablettes et assimilés, j'ai lu qq part que notamment à la Silicon valley, les cadres mettaient leurs jeunes enfants en scolarité dans des écoles où tout ce matériel "moderne" n'entre pas et n'est pas utilisé pédagogiquement. Peut ^etre qu'ils s'y connaissent ......

    RépondreSupprimer
  36. Des fois heureusement il y a des ordis "déconneurs",comme il y a 2 ans quand les anglais ont fait sortir leur demi de mélée qui faisait un super match ,car il avait trop de bornes au compteur ,et ils ont perdu...

    RépondreSupprimer
  37. Absent la semaine derniere ,pas vu Garriguette à léquipe ,et comme je suis un peu faible des pattes de derriere en tout ce qui est nouvelles technos ,pouvez vous me dire comment aller voir ce grand moment merci

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. c'est ici https://www.lequipe.fr/Rugby/Quiz/maitrisez-vous-le-dirty-rugby/1450 pas un grand moment, plutôt un petit moment rigolo ( j'espère )

      Supprimer
  38. DuPont ! En voilà un qui s'affranchit de l'ordinateur et qui joue les coups comme il les sent
    J'espère qu'on aura l'occasion de le voir in situe à Rome

    RépondreSupprimer
  39. Pour Tautor,

    9 dupont 10 serin ou 10 dupont 9 Serin, notre prophétie se réalise. :-)
    Faute de bière ou whisky nous sommes devins (pour moi St Estéphe) et pour toi?
    Le Gé

    RépondreSupprimer
  40. Est ce que "l'ordinateur" improvise et pratique l'intelligence situationnelle sur toute cette gestion du jeu et des joueurs ?? Hein Pierrot !!!

    RépondreSupprimer
  41. Jean Borotra, tennisman et sportif émérite. Savait pas qu'il avait maraichalé avec Pétain à Vichy. Bondissait droit devant le basque, le tennis d'attaque lui était resté. Tout à la volée, le mec. S'emmerdait pas avec le rubicon, ni l'ordi. L'affranchissement était vite fait. Rien à voir avec la politique du fait accompli à Bernie et Simon. Autre temps, autres moeurs. Et question protocole, rien à voir avec cuilà. http://renvoiaux22.fr/WordPress3/protocole-fantome/
    "Durant l'Occupation, il est désigné commissaire général à l’Éducation et aux Sports, de juillet 1940 à avril 1942, dans les gouvernements du régime de Vichy16. Il part en tournée en Afrique du Nord, et emmène avec lui le champion de France de natation, Alfred Nakache, juif, ce qui lui est reproché. Partisan de la pratique populaire du sport et opposé à sa professionnalisation, il cherche à promouvoir le sport amateur. C'est pourquoi, dès octobre 1940 avec Joseph Pascot, il prend des dispositions pour :
    -interdire avec effet immédiat le professionnalisme pour deux fédérations : tennis et lutte pour revenir à la pratique d'amateurs ;
    -interdire dans un délai de 3 ans le professionnalisme pour quatre autres fédérations  : football, cyclisme, boxe et pelote basque ;
    -interdire avec effet immédiat puis saisir les biens d'au moins cinq fédérations : rugby à XIII, tennis de table, jeu de paume, badminton, multi-sports FSGT ;
    -interdire et saisir les biens, en avril 1942, avec effet immédiat, de deux autres fédérations multi-sports : UFOLEP et USEP. (En la circonstance les mesures contre les fédérations multi-sports sont purement motivées par l'idéologie - La FSGT est une organisation proche des milieux syndicalistes d'obédience communiste, en particulier la CGT,tandis que L'UFOLEP et L'USEP, où les enseignants laïcs sont nombreux, sont proches du Parti Socialiste SFIO, et ces trois organismes sont tournées vers la pratique amateur et la diffusion du sport dans les milieux populaires)".
    Y allait pas avec le dos de la cuillère pour affirmer sa politique contre le professionnalisme.
    Il parvient à imposer une très forte augmentation du budget consacré aux sports dans le cadre d'un Secrétariat d'Etat à la Jeunesse et aux Sports, rattaché au ministère de l'Education Nationale, un triplement des horaires de sports dans les emplois du temps scolaires et un recrutement massif de professeurs et moniteurs sportifs.
    Patriote avant tout, il ne cache pas qu'il a été impressionné par l'embrigadement de la jeunesse allemande au sein des organisations sportives satellites du parti nazi et qu'il souhaite, par sa politique, pratiquer une sorte de réarmement moral de la jeunesse et une éventuelle revanche de l'humiliante défaite de juin 1940.
    Quand même épargné par l'épuration d'après guerre car arrêté par la Gestapo puis déporté, s'est retrouvé titré déporté-résistant. Bien résisté fond de court pour finir encore à la volée !
    Allez Bernie fait tout pêter à la LNR !!!

    RépondreSupprimer
  42. Supporter Coujou pourtant pas ultra, même si pas si loin, un peu froissé de ce petit article lu dans l'équipe, où qu'il est dit que « Doussain et Bézy sont potentiellement laissés à la disposition de leur club, en grande difficulté en championnat et qui joue une grande partie de sa saison à Brive samedi soir ». Copains et coquins, manne inépuisable et toujours renouvelée, de ce côté-là on n'est décidément jamais déçu !!!!!!!!!!!!!!!
    Pour Dupont, c'est bien et même très bien, et puisque "l'on prépare l'avenir" ce serait bien d'ouvrir le groupe à d'autres espoirs, quitte à se passer -temporairement / Définitivement ??- de quelques autres en souffrance ou en statut durable de séjours banquette, non ??? Reste à savoir si c'est un vrai cadeau d'être appelé aujourd'hui dans un collectif très aléatoire et dont les pilotes ne maîtrisent pas plus que ça, semble t'il, les instruments de bord !!!!!! Allez, les bleus estampillés JO et revigorés par le marchand d'échafaudages s'attaquent à la colline italienne, parfois les petits obstacles recèlent en leur sein des pièges bien plus grands que la vue d'ensemble faisait apparaitre, à suivre donc, demain la composition de la cordée.
    Mais demain c'est donc Tautor dans le journal de Richard, et voilà copains/coquins .... air connu !!!!!! là ça me presse de lire. Bonne soirée.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je croyais qu'on disait "copain co pine" 😉

      Supprimer
    2. mais non la gentillesse de Novés c'est de laisser Iribaren à la disposition de son club pour le match contre le Stade.....

      Supprimer
    3. Oui parce que lui pèse sur le match , les deux Toulousains franchement pas sur que les laisser à disposition va aider ... c'est tout le club qui est dans une grande déprime

      Supprimer
  43. Me semble surtout que Doussain n'est plus dans les plans et Bezy n'a pas refait surface depuis longtemps
    Après chacun l'interprète mais franchement je ne les vois pas figurer dans le futur sauf peut être Bezy si il remonte à la surface
    En tant que Cojou je suis sur que tu es ravi de voir Sanconnie figurer sur la feuille de match puisque Ollivon est forfait

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est pas faux tout ça !!!!! Sanconnie, oui, c'est comme pour Dupont et d'autres qui piaffent derrière, un jour ou l'autre il faudra bien donner toutes les clefs à des joueurs en devenir, tout en gardant quelques tauliers aguerris, comme d'ailleurs nos amis Britanniques savent le faire. Nous on reste très timides dans les changements, reflet de notre vie publique et de nos comportement protecteurs. J'aimerais bien voir un bouleversement des choses établies, une intelligence situationnelle dans le choix des hommes et une vraie volonté de construire une équipe, pas de dire que l'on construit et que petit à petit gnagnagna ..... Mais le faire dans une perspective d'amener un groupe vers son meilleur, ça prend du temps, ça ne se reflète pas forcément en bons résultats tout de suite, mais c'est ainsi que de tout temps les entraîneurs, de la 4° série à l'EDF, ont bâti des collectifs s'affirmant à petites doses et finissant par atteindre leur plénitude.

      Supprimer
  44. On ne peut pas reprocher à Novès sa gestion du groupe depuis sa prise de fonction, et au vu des infos dont nous disposons je n'y vois rien d'illogique.
    Il a recrée un noyau stable, y agrège des espoirs régulièrement, rien à dire.
    En cherchant un peu lui reprocher quelque lenteur dans l'adaptation au jeu adverse serait recevable, le dernier France /Ecosse me reste un peu en travers, l'Irlande nous a terriblement laissés sans réaction, aussi.
    On vit, plus que jamais, dans le culte de l'homme providentiel mais vue le boulet de 14 qu'on trimballe ( rien à voir avec la tige de 8 ou le boulon de 33 ), c'est Bernadette Scoubidou qu'il nous faut.
    Allez Lourdes

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. tiens en voilà des Bernadette, sacrée ruse non face aux Italiens ? Comment vont-ils résister aux bella ragazza, sono carini ! http://www.lerugbynistere.fr/videos/court-metrage-non-le-rugby-nest-pas-quun-sport-dhomme-0803171805.php ... (bon on passe sur le baratin journée de la femme, parce que c'est tous les jours qu'elles sont des femmes pas seulement le 8 mars )

      Supprimer
    2. Les filles de Charleroi ?
      Ce qui se passe dans le vestiaire doit rester dans le vestiaire -)))

      Supprimer
    3. Dis voir Jean Lou si avant de venir dans le NJ tu passes dans le pays basque et que j'y suis je te monte une ou deux parties avec un pilier ou deux pour pas que tu te sentes seul et un très bonne arrière pour te montrer que quand on est élégant c'est dans tout les sports -))
      Je t'attend si t'es un homme !

      Supprimer
    4. Ben, jusqu'à preuve du contraire je ne pars pas encore des bleus, encore moins des rouges, donc ça devrait aller!
      Izango da, atsegin handiz

      Supprimer
    5. Ben oui je me doute ! j'évoquai des gens très sympas , hein pas d'histoires de boules mais en tant qu'ancien Talon tu ferais bien équipe avec celui la et moi l'autre
      Bref si un jour tu es de passage , tu me dis , bons moments garantis

      Supprimer
  45. J'ai acheté, un peu exceptionnellement, "L'Equipe" du jour et lu l'ensemble des pages Rugby.
    Tout est dit, d'un côté comme de l'autre.
    Les chiffres ne trompent pas et les faits sont têtus...
    La lente et longue descente de notre équipe, de notre jeu, de nos résultats, de nos joueurs...La place -juste/juste- de 7ième, ric-rac devant l’Écosse, et je me demande bien pourquoi, devant les Argentins que je considère bien meilleurs que leur classement. J'aimerais les voir à la place de l'Italie, et je n'imagine même pas les Italiens dans les Four Nations....
    Et l’interview de Saint-André, excellente et, certainement parfaitement juste. Je suis content parce que j'aimais bien le joueur et l'homme qu'il laissait entrapercevoir. Son passage désastreux comme entraîneur m'avait beaucoup peiné. Je pense qu'au vu de ce qui ce passe aujourd'hui, son échec et ses raisons reprennent un peu de justesse. Tout le monde était tellement effondré, lui le premier, que la lucidité faisait défaut. Là, il s'exprime clairement, honnêtement, sereinement et, je le crois, avec beaucoup de vérité.
    Par ailleurs, l’équipe de France choisie pour jouer contre l'Italie semble belle et bonne sur le papier. nous verrons sur le terrain...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Effectivement , il a pris cher St André , s'est enfermé tout seul , mal conseillé ou n'écoutes rien ...
      Pas à hauteur du joueur qu'il a ete
      Cette EDF avec les limites déjà évoqué est peut être une des plus jeunes en âge moyen et nb de sélection totale ... Que Serin et Lopez se conduisent en Patron et que le banc amené un supplément de rythme seraient deux progrès importants
      Allez une victoire encourageante cette fois avant une apothéose contre Galles !

      Supprimer
    2. Après la fausse touche, le faux ruck, pas de fausse joie !!!

      Supprimer
  46. Combat d'une violence insoutenable entre Nini-le-Progressiste et Jan Lou-le-Conservateur. A la pesée d'avant match, leurs arguments s'équilibraient au gramme près. Dès le premier round, Nini sort une rafale de vidéos toutes plus accablantes pour le niveau global de l'EdF. AU deuxième, Jan Lou riposte à la sournoise en exhibant des ralentis sur les actions des capés de frais. Nous en sommes au cent-trente-sixième round selon le chronométreur officiel et le temps joue alternativement pour l'un et pour l'autre, selon que l'on considère la fidélité dans la contre-perf' ou le niveau de bathyscaphe des têtes nouvelles.
    Partisan notoire du juste compromis, en un seul mot, qui m'a valu le surnom de Macron ovale, je fais valoir à Nini que le sang neuf Laporte-Simon a déjà coulé et à Jan Lou qu'il faut d'abord savoir écrire Vahaminaa (?), Wakatawawa (?) et Niakouétaci (?) avant de passer à Jedarsziak (?) ou Sandéconnié (?).
    Les prévôts des deux combattants jettent l'éponge simultanément.
    Le speaker prend alors le micro pour annoncer que les combats suivants sont annulés, faute de combattants. L'Italie dépose une réclamation.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. BRAVO !!!!!!!!!!!!! Juste après avoir rendu l'antenne à Cognacq-Jay, le malheureux arbitre, acculé (!!!) dans un coin par les tristes duettistes, a rendu la feuille de match en même temps que son âme bien noire, le speaker en a avalé son micro et l'Italie mal inspirée par sa déclaration, après visionnage vidéo et interprétation des images par le collège des obscurtrateurs, s'est vu infliger un carton rouge définitif et sans appel possible à quelque commission.
      Au jeu de l'anagramme du couillon qui n'en veut, la paire "LaporteSimon" a remporté le premier prix avec un joli "trampolines", seul le O n'a pas trouvé grâce, le jury n'a pas apprécié qu'on les lui brise avec ce vulgus O comme Oser, Ouverture, Original, Offrande, alors vive le rugby sur ce trampoline qui va, n'en doutons pas, rebondir de plus belle !!!!!!!

      Supprimer
  47. Réponses
    1. tu ne devais pas apparaitre dans l'équipe ?

      Supprimer
    2. Remplacé par un jeune. L'avait une come(i)ossion à faire. Mais l'a gardé une place sur le banc (implant player)

      Supprimer
    3. no stress les anciens !!! ça vient mais le boss is buzy !!! Jan Lou se dérobe par la petite porte Blablabla ... pendu par maman !!!! On en a connu des comme ça !!! Allez boubouche 97400 arrête la fumette .... nous ferons le comptoir à ta santé !!!!! Sois prudent avec les requins ils nagent plus vite que toi maintenant !!

      Supprimer
  48. 😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂😂

    RépondreSupprimer
  49. Mes séjours en France sont maintenant fonction de la santé de mon Papa, et pour l'instant tout va bien. Je pense donc faire un petit tour de France en Septembre, alors une étape de plus, tout bien; Et si t'es pas la je fais des repérages en cachette.
    Donc pour Treignac c'est un peu mort et vous m'en voyez fort marri, amis.
    C'est con, j'avais réservé deux mètres de bar pour expliquer à Charly ce qu'est un "conservateur"façon Jan Lou, et un peu de l'autre ...... de Borotra avec Sergio, aussi, partie remise.
    Allez, vous fumez d'la bonne la haut en ce moment, non ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ouais à la chicha. Mais bon, un peu calumet de la plaie. J'ai vu Borotra en 40 et ça m'a pas fait bondir !

      Supprimer
  50. Je souhaite que la (bonne) santé de ton papa te rende toute ta mobilité sur deux mètres. Egalement bloqué le week-end de Treignac-les-Bains, je répète que nous avons plein de points communs, dont un progresso-conservatisme du meilleur ton. Si une erreur d'aiguillage te conduit en Gironde en septembre, on passera aux produits locaux.

    RépondreSupprimer
  51. Je souhaite que la (bonne) santé de ton papa te rende toute ta mobilité sur deux mètres. Egalement bloqué le week-end de Treignac-les-Bains, je répète que nous avons plein de points communs, dont un progresso-conservatisme du meilleur ton. Si une erreur d'aiguillage te conduit en Gironde en septembre, on passera aux produits locaux.

    RépondreSupprimer
  52. Ah ben en v'la une bonne idée!
    Eh, sur la photo le ci-devant Ritechaye l'était pas un peu dans le progresso-conservatisme pondéral à l'époque où c'est un pli de la liquette 😃
    Allez, je sais de quoi que j' cause.

    RépondreSupprimer
  53. Le ravalement de façades continue avec t(S)anconnié et Dup(l)ont avec le jeanba, la baille, le ziak, wallis et tolofa, la gourde, dudule. Ca va t'il réoxygéner les "grognards" Maestri, Pique la mole, Hug, Trimeduc ? Du sang neuf, frais, chaud, mais qui devra garder son sang froid devant les ruses italiennes.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Des fois on rit ,des fois on est tristes comme aujourd'hui quand on apprend qu'Aldo Quaglio s'en est allé.Un homme extraordinaire ,toujours de bonne humeur ,plaisantant avec tous ,avec ses trois mots d'anglais qu'il refourgait sans arrêt,qui ne se prenait pas pour "un autre".J'ai le souvenir d'un retour de Toulon avec Lavelanet et on s'était arrété à Carcassonne chez Jean Barthe ,quel moment ...On était autour d'eux et on les écoutait.Salut Aldo

      Supprimer
    2. Hello Bartolico,
      oui parait-il que l'Aldo était drôle et chaleureux. Je ne l'ai jamais rencontré. En revanche, passer si vite du XV au XIII, lui et Barthe, c'était seulement financier ou avaient-il envie de découvrir autre chose. T'en parlait-il ? Dis moi. Cdlt

      Supprimer
  54. Bartolico, merci de ces quelques lignes sur l'épatant Aldo Quaglio, aussi sympathique qu'herculéen. Quaglio, Roques, Domenech... Trois pour deux places et de sacrées polémiques à chaque match. Un excellent exemple de ce que l'Italie a apporté au rugby des autres avant de se mettre à son compte.
    "De retour de Toulon avec Lavelanet". Phrase magique...

    RépondreSupprimer
  55. Bartolico, merci de ces quelques lignes sur l'épatant Aldo Quaglio, aussi sympathique qu'herculéen. Quaglio, Roques, Domenech... Trois pour deux places et de sacrées polémiques à chaque match. Un excellent exemple de ce que l'Italie a apporté au rugby des autres avant de se mettre à son compte.
    "De retour de Toulon avec Lavelanet". Phrase magique...

    RépondreSupprimer
  56. Bien aimé la phrase de Parisse : "en France il y a besoin de résultats et il n'y a pas beaucoup de temps" ! Pas facile de suspendre son vol, euh, du temps, pas de Sergio P. Déjà qu'on se plaint de ce qui est, que parce que nous regrettons ce qui n'est plus.
    Sinon, le médecin du match (à Toulouse, ailleurs ??) sera équipé d'une tablette tactile afin de rien louper du post commo avant sortie du joueur, histoire de ne plus être chocolat sur les décisions pourtant satisfaisantes sur le respect du protocole (tjrs à Toulouse). Bon sang mais c'est bien sur, c'est la faute à tata béblette qu'était pas là au bon moment. L'était où avec ses p'tites roulettes ?? Qu'est ce qui faut pas faire pour éteindre tout ce barouf.

    RépondreSupprimer
  57. Ivan Petros de Rugbyrama nous prévient
    " en cas de mésaventure romaine le Rugby Francais plongerait dans une immense crise "
    On est prévenu ! On pourra pas dire qu'on ne savait pas ...
    Allez good game les gars Rugbyrama est immensément derrière vous !
    vous

    RépondreSupprimer
  58. J'aime bien les petits reportages de Guillard à la MT, c'est chaleureux et il parvient à donner une image agréable de l'EDF . Là je viens de l'entendre gentiment chambrer Lamerat sur ses "ratés" c'était bien dit et en même temps pas méchant du tout ; pas facile de trouver le ton juste parfois et je trouve que lui sait le faire . Sinon ce soir j'ai appris qu'il y avait des rucks fantômes, des mauls furtifs et des joueurs vagabonds . Qui a dit que le rugby était un sport de brutes ? Tous des poètes !!

    RépondreSupprimer
  59. Les vagabonds et le rugby, c'est une vieille histoire : en témoignent les All Blacks et leur fameux "rover" au tournant du 20ème siècle ou les "wanderers" anglais, équipe montée à la hâte et descendue à Paris pour disputer les JO de 1900.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Exact. J'ai immédiatement pensé à ça. Mais ce n'était pas pour les mêmes raisons que surnommait le zébulon un rover. La règle lui permettait de suivre la progression du ballon. Je plains la charnière avec un Dave Gallaher sur le dos...

      Supprimer
    2. j'aurais préféré le terme" maverick" à "rover" pour le côté franc-tireur, non conformiste ... ( à la base c'est un veau non marqué )

      Supprimer
  60. Quaglio, l'un des chevaliers qui m'ont fait découvrir la dimension du rugby à travers l'épopée de l'EDF en AFSUD, que je dégustais dans le "grand combat" de Denis Lalanne. Un de la bande au docteur (es-rugby) Lucien Mias qui au nom du collectif avait supplanté l'Amédée du CAB, et ça c'était pas rien. Un homme plus tard, en tant qu'entraîneur, que j'ai croisé dans sa fonction de directeur de match, sans à ce moment-là réaliser que je côtoyais un géant en même temps qu'une de mes idoles de gamin, mais comme dans les mêlées de l'époque où les "forts en tête" s'affrontaient sans concession, il était d'une discrétion rare. Pas vraiment le beau temps en ce moment pour les vieux de l'ovale, mais remarquons que les joueurs de ces temps anciens font précisément de bien jolis vieux, s'en vont sur la pointe des pieds, et nous laissent avec nos souvenirs.
    Ce serait bien que nos bleus pâlots du jour lui rendent un hommage à travers leur jeu et les émotions qu'ils vont bien finir par partager avec nous, même si Aldo et Quaglio ça sonne aussi Italien, pourvu que ces derniers ne se mettent pas en tête de lui rendre hommage au détriment de nos coquelets !!!!!!.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Effectivement, il y a un d'Italie dans le XV de France. Chez les géants. Sella et Spanghero entre autres...

      Supprimer
    2. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

      Supprimer
    3. Alberto, Rinaldi, Venditi en leur temps, Grosso. Ritchi... c'est pas du jeu, triple nationalité !!!

      Supprimer
    4. et oui plein de gars au nom italien, sans compter ceux dont la maman était d'origine italienne...

      Supprimer
  61. Hello !
    grosse journée ce samedi.
    Italie-France
    Angleterre-Ecosse
    Racing-La Rochelle
    Que du gros, que du lourd... Enfin j'espère. 14h-minuit non stop. Quelqu'un a-t-il du lait de coco ? C'est pour un ami ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est pour l'expo au soleil ? Parce que fait grand beau sur le Rhône septentrional, va falloir mettre la TV dehors.
      Sinon des ritals qui vont mettre la pression mais les rucks fantômes... trop parlé, faut pas les prendre non plus pour des jambons !! Et on serait sensé être favori, non ??
      Sinon grand jeu politicien LN/FFR, Mohad (à se rouler par terre), Mourad et consorts, sur que les bourgeons vont pas être en avance ! Enfin, on l'espère sur le terrain.

      Supprimer
  62. 2017 L AN PIRE DE L EDF
    L ITALIE ET SA BOTTE SECRETE
    DES LIRES OFFENSIFS
    DU JEU DU MOUVEMENT
    ET DU ROME PARDIEU
    QUEL PLAISIR CE GALLES IRLANDE
    DES MELEES QUI NE S EFFONDRENT PAS
    CE MAL BIEN FRANCAIS
    MAIS GRACE A ALTRAD
    QUI VA REECHAFFAUDER ET ETAYER NOS STRUCTURES
    ON VA S ELEVER

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Petite strophe wampas(i)
      Un jour avec tous les pirates
      Tu reviendras crier vengeance
      Le bandana sous les étoiles
      Pour réduire Rimini en cendres

      Supprimer
  63. Regardé Galles-Irlande en pensant à l'équipe de France. Très peu de choses nous séparent, malgré certaines apparences. Essentiellement a) le vrai rôle moteur des "9", libres et expérimentés ; b) la qualité d'ensemble des deuxièmes lignes ; c) un rhinorthcéros à l'aile droite galloise ; d) la sécheresse des placages ; e) la confiance qui anime chaque joueur.
    L'impression dominante est le resserrement des valeurs dans ce Tournoi qui ne laissera guère d'images impérissables. Cinq équipes pouvaient espérer l'emporter, Ecosse et France comprises. L'homogénéité et la constance anglaises sont notables et payantes mais ne font pas lever du siège. Chaque équipe véhicule un petit air de médiocrité, en dépit de la valeur de quelques individualités.
    Depuis plusieurs semaines la Nouvelle-Zélande joue à se faire peur dans la perspective de la tournée des Lions, puisqu'il faut bien se trouver un rival depuis le fléchissement des Aussies et des Boks, mais il y a toujours trente points d'écart.
    En fait, le plus rageant, c'est que nous pouvions faire un bond en avant dans la configuration mondiale actuelle et que nous ne le faisons pas.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Très vrai et j'ajouterai chez les Gallois capacité à s'adapter à cette défense très haute des Irlandais
      Le rythme était très soutenu j'ai cru que les Gallois allaient flancher notamment devant et puis ...

      Supprimer
  64. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
  65. Je n'ai pas vu le match hier soir peut être lassé par les contres performances des uns et des autres qui n'incitent finalement guère au délire ... Même si nous gagnons cet après-midi avec la manière au bas mot par moins fort que nous, cela restant à prouver, ce n'est pas pour autant qu'il faudra encenser l'EDF. "Un chose ordinaire deviendrait elle subitement extraordinaire" ?.... Arrêtons cette hypocrisie collective de coqs insatisfaits qui se raccrochent à un détail pour oublier que la misère est là. Un détail important la chaleur à Rome ... nous risquons de tirer la langue à moins qu'un peu de coq en patte nous serve à nous sublimer !!! Hier soir nous avons évoqué avec quelques amis la "transmission" ce dogme philosophique qui fait que l'homme après avoir reçu transmet son savoir ou sa science.... Autant dire qu'aujourd'hui depuis "l'intelligence situationnelle", plusieurs générations sont passées sans laisser de traces .. c'est assez préoccupant quoiqu'on en dise .... Et ce n'est pas la pensée platonique qui va inverser le courant de la pensée rugbystique .... nous nous en éloignons au mieux et au pire nous revenons au néandertalien.

    RépondreSupprimer
  66. Mohed et Mourad même combat, hommes aisés, fortunes faites, à la recherche de pouvoir supplémentaires et d'augmentation de leur capitaux tendant la main au désargenté Salagoïty (qui voulait la réunification des clubs basques souvenez vous !) qui voit une manne en ces deux hommes pour redorer son blason de Président taille Pro D2 .... 3 sur 12 pour faire infléchir PG ... l'argent ne fera pas le bonheur de tout le monde dans cette situation et risque d'appauvrir ou de ruiner le rugby français à contrario de ses mentors qui vont continuer à s'enrichir . Belle image du pouvoir qui se répète depuis des siècles ou les civilisations ont laissé plus de ruines que de bienfaits ... au delà de cette image caricaturale ou d’Épinal se pose le problème de la culture de notre sport à qui la donne t-on ? Vaste débat ...

    RépondreSupprimer
  67. On ne pouvait pas plus mal commencer... Nous n'avons que la mêlée en ce début de match. Côté droit. Et le contre en touche. Revenir aux bases. Tout ça pour ça.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Après 16 mn j'avoue ma honte.

      Supprimer
    2. Heureusement Dulin et Fickou. Quelle feinte de passe...

      Supprimer
  68. Pas mieux que les Anglais pour le moment et Lartaud ou Lartaud toujours aussi stressant et négatif

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Surtout pas très bon... Quand je l'entends, j'ai envie qu'il m'adresse un chéque avec le montant de ma redevance.

      Supprimer
    2. A du bol d'être sur À 2 comme dirait Tautor -))

      Supprimer
    3. À par Clementine on est au cirque comme dit GN

      Supprimer
  69. 35e, on mène au score 11-16 mais la domination territoriale est italienne. La possession du ballon aussi. Au deux tiers.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce qui est inquiétant, c'est que mis à part une relance de Dulin pour l'essai de Fickou, le XV de France ne propose pas grand chose. Attendons de voir la suite... Heureusement la mêlée... Garuet et Ondarts likes it.

      Supprimer
  70. Mais on panique pas , impression que ca communiqué mieux , mais le dernier mouvement fait chier !! Donner au mec le mieux placé m....!!!!

    RépondreSupprimer
  71. Matériaux et bricolage surtout bricolage la !!!

    RépondreSupprimer
  72. Du Altead 😂 ... On gagne sans dominer en étant loin des fondamentaux heureusement que ce n'est que l'Italie ... On a soif avec la chaleur 😉

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Les Tricolores commencent à échafauder quelque chose.. 47e

      Supprimer
  73. La chantilly est vite redescendue

    RépondreSupprimer
  74. Branlant l'échafaudage .... 57 ieme

    RépondreSupprimer
  75. un peu la purge, surtout qu'en face c'est l'adversaire idéal pour s'éclater un peu !!!!!!

    RépondreSupprimer
  76. Essai Picatchou, c'est de tout temps, quand t'a pas de jeu, ni le fonds ni la sauce ni la garniture, tu t'en remets au plus costaud pour que la défaite -ou la victoire- soit "encourageante", pour le cochon de payant passe ton chemin !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

    RépondreSupprimer
  77. A vaincre sans péril on triomphe sans gloire

    RépondreSupprimer
  78. Le qui cause dans le poste avec Galthié, vient de nous dire que l'objectif de finir 3° du tournoi est le graal à atteindre !!!!!!!!!!!!!!!!! AH bin Merde alors, voilà que l'on se contente d'un objectif qui il n'y a guère aurait été jugé insignifiant et nettement de bas étage.
    On se nourrit des fautes italiennes en cette fin de rencontre, mais même là pas trop de positif, allez l'essai du pilier. Y'en a combien de Picamoles dans l'équipe ???? Pas intérêt de s'en séparer, hein, derrière c'est un peu en quinconce l'organisation !!!!!!!!!!!! Servent à quoi les arbitres de touches ??????

    RépondreSupprimer
  79. Ma prémonition ne s'est pas réalisée dommage pour les Italiens ....

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La charnière à ete plus présente , a pris plus le jeu à son compte , va falloir corriger ces passes à la con ... Encore du boulot mais bon on fait mieux que les Anglais -)))

      Supprimer
  80. AH enfin Dupont, tenu en haute estime ici, j'espère voir de quoi qu'il a l'air, même si je ne ressens pas son entrée comme un cadeau, dans ce rugby de balbutiements !!!!

    RépondreSupprimer
  81. Franchement, victoire avec bonus à Rome. Comme le pays de Galles et l'Irlande. Quarante points, c'est bien. Des fautes, oui, mais du liant. Mis à part les 20 premières minutes indignes du haut niveau, c'était bien sur la fin. Nous ne sommes pas champions du monde pour autant mais après Dublin c'est un vrai progrès. Face à un adversaire de petit calibre, certes. Mais en 2011 et 2013 nous avions chuté. Alors là, disons qu'on ne va pas faire la fine bouche.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Exactement !!! Du mieux , beaucoup mieux et encore du travail pour résister aux Gallois Samedi prochain .... Allez je ne boude pas mon plaisir et à St Denis la semaine prochaine ...

      Supprimer
  82. Dulin Spedding, ça relance, mais c'est bien le seul rapport, quand l'un donne le ballon l'autre le garde, quand l'un lève la tête l'autre la baisse, quand l'un enchaîne et continue, l'autre s'enchaîne et tombe.
    Bel essai de nos voisins latins, victoire encourageante des uns (!!!!!!), prestation courageuse des autres, les coqs de France encore des plumes sur le dos, je sais pas vous, mais si comme le dit Guirado "on construit on construit" et que c'est mieux de construire en gagnant, le chantier m'apparait quand-même encore conséquent, ce qui est dommage c'est qu'il commence à dater.
    Allez, à plus, je m'en vas débriefer avec Fagot qui s'étonne à chaque match du calme de son maître devant le spectacle.

    RépondreSupprimer
  83. Beau final italien on gagne le 14e mondial ... uniquement des points positifs Mr Ibanez ? ... Laissez moi rire ...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. le meilleur c'est le môme Gedimat ; comment il le feinte le Vincent Clerc ! et 3 fois par match ! allez Gedimat !

      Supprimer
    2. Je lisais un phrase du " white shark " Jeffrey a qui on demandait si il était heureux dans sa ferme des borders il répondait " I have only one regret when I am up on my hill I see England "
      Come on Scottland !!!!

      Supprimer
    3. On en parlera à Treignac mais nos attentes évoluent. A l'époque de Denis Lalanne, une relance comme celle de Dulin, la croisée pour Vaka, la feinte de Fickou, il en faisait une demi-page. Quarante points auraient été un geyser. Les scores étaient plutôt du type 18-6 dans les grands jours. Mais bon, c'était en 1960...
      Une deuxième période, certes parfois brouillonne, mais dominée partout en bleu. Et le dernier essai italien n'est qu'une anecdote. On ne peut pas tout et toujours se plaindre. Surtout après Saint-Denis face à l'Ecosse et Dublin devant l'Irlande.
      Allez, un peu de joie, mes ami(e)s. D'autant que se profile la Calcutta...

      Supprimer
    4. Excellent François... J'aime cette phrase. Jeffrey, il est a Kelso. Là où s'élève le chateau qui a servi de cadre au "Greystoke" de Hudson. Et devant coule une rivière.

      Supprimer
  84. Vous êtes ch... ! Vous avez tout dit !
    Quand le manque de talent assombrit un match contre une très forte équipe, on peut toujours se mentir (comme disait l'autre) en félicitant le vainqueur, mais là... Serin ? Picamoles ? Dulin ? Gourdon ?
    Novès lucide (c'est la moindre des choses). Finira peut-être par nous dire qu'il en a marre de driver des brêles.
    Au final, l'homme du match a été le public romain, qui mérite de soutenir un XV enfin compétitif.
    On a gagné ! On a gagné !

    RépondreSupprimer
  85. Vous êtes ch... ! Vous avez tout dit !
    Quand le manque de talent assombrit un match contre une très forte équipe, on peut toujours se mentir (comme disait l'autre) en félicitant le vainqueur, mais là... Serin ? Picamoles ? Dulin ? Gourdon ?
    Novès lucide (c'est la moindre des choses). Finira peut-être par nous dire qu'il en a marre de driver des brêles.
    Au final, l'homme du match a été le public romain, qui mérite de soutenir un XV enfin compétitif.
    On a gagné ! On a gagné !

    RépondreSupprimer
  86. Laissez moi rire pas de quoi sansjouer de cette victoire à la Pyrrhus contre le 14e mondial .. trop de fautes pour dire que tout va bien certes la victoire est là avec des essais ... seul point positif c'est le moral qui ne sera que meilleur pour affronter les gallois ! Finalement l'Italie est un bon sparring partner pour les V nations .... Je me suis régalé de voir Parisse comme joueur et comme capitaine un Monsieur rempli d'élégance et de connaissance du jeu.Un excellent arbitrage sobre pour une 1ère de Mr Ben O Keeffe ça ne s'invente pas !!

    RépondreSupprimer
  87. Réponses
    1. Personne n'est dupe sur cette victoire c'est n'est ni à rire ni à pleurer , c'est la ou on est sans grosse surprise et donc beaucoup de boulot notamment sur ces passes qui occasionnent les pertes de ballons idiotes

      Supprimer
    2. Moi, je suis dupe.
      Je ne fais pas la fine bouche.
      Je suis content de cette victoire, pour les joueurs -sympas- qui me semblent commencer à ressembler à une équipe et à manifester quelque chose entre eux, pour Guy Novès et ses acolytes, et pour moi, qui ai eu souvent tendance à douter et qui, aujourd'hui et depuis quelque temps voit un semblant de quelque chose.
      Un peu comme l’Équipe de France de foot quand elle a été reprise en main par didier Deschamps.

      Supprimer
  88. Bon vous je ne sais pas mais moi je me fais chier en regarder Angleterre-Ecosse à Twickenham. Assez mauvais dans l'ensemble. Mis à part la formidable combinaison en supériorité numérique, première main, pour l'essai de Joseph. Le reste est plutôt chiant.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et au moment où j'écris ça, boum, essai de Joseph, toujours en première main derrière touche. A quinze contre quinze. Lui, il est dans mon équipe du Tournoi...

      Supprimer
    2. Essai écossais : le match démarre ?

      Supprimer
  89. Joseph mieux que Fickou ... Je pense que l'Écosse va prendre cher...

    RépondreSupprimer
  90. Fighting spirit écossaises yes 😀

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. vont prendre cher mais vendront chèrement la peau de leurs kilts les Ecossais !

      Supprimer
    2. Encore un mi temps pour ne pas solder les Kilts à 50%
      Ca joue à pleine balle chez les Anglais difficile à bloquer ....

      Supprimer
  91. Le frigo lui a fait du bien à Joseph !
    Allez Scottland quand même

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Joseph, charpentier de la victoire anglaise ??

      Supprimer
  92. Oui, l'Italie un bon sparring partner avec un Parisse qui a fait ce qu'il a pu pour que ses troupes ne se désunissent pas trop, mais bon. Un 8 rassembleur, joueur, pression sur l'arbitrage contre un 8 français uniquement perforateur. Certes bien aujourd'hui mais c'est tout. Sur l'essai refusé sur un poil du gros orteil en touche, s'il donne juste avant au lieu de faire mine de et donner en étant pris, ben y avait essai de la même manière. Et Huget sur un départ de relance paraissant dynamique qui redresse pour s'emplatrer tout de suite sur 2 défenseurs au lieu de donner : Pas les bons tuyaux Huggy. Plein de petits trucs comme ça, des tentatives d'off loads où il vaut mieux parfois aller au sol plutôt qu'un avant ou donner à l'adversaire, des mauvais réflexes, on dirait que c'est imprimé dans leur carte mère. Résultat, tu coures après le ballon. Et agacement après cet essai refusé : la réaction italienne à la suite du dernier essai français alors qu'on aurait dû leur avoir mis définitivement la tête sous l'oreiller. Mais bon, du mieux pour une victoire qui doit mettre en confiance contre des poireaux qui ne le feront pas (le poireau) pour valider des occasions. Rien n'est acquis pour une 3e victoire bleue. Mais ça laisse augurer, du moins on veut y croire Tautor. La charnière intéressante face à celle italienne, branlante. Dullin aussi, mais comme Spedding, garde trop le ballon. Programmation assez proche sur ce point. Fickou repointe enfin son nez. Vaka, choix pour des appuis dynamiseurs le cas échéant, mais pas un finisseur témoin l'action où il se fait reprendre. Même Huget le marque. Et je garde la Gourde pour la fin. S'il y en a un sur qui s'appuyer pour mener une action à bien, c'est bien lui. Seul bémol, ne monte pas assez vite et se trouve à la bourre défensivement sur le 1er essai rital.
    Sinon, s'il y en a un pour qui il faut tout revoir c'est bien le mec qui essaie de causer dans le micro avec Galthié. Dire qu'il a débuté (pratiquement) avec Simon pour la coupe du monde (2011 je crois) : question formation, zéro pointé.

    RépondreSupprimer
  93. Plus que du flottement chez les écossais, ça fond. Sans glaçons le whisky.

    RépondreSupprimer
  94. C'est plus du whisky c'est de la tourbe voir ça sent la marée noire

    RépondreSupprimer
  95. Un plaisir d'écouter l'analyse technique de Cazalbou sombre et clairvoyante

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Sobre bien sûr nous 😉

      Supprimer
    2. D'accord avec toi, Alain. Sobre et précis au possible. Un plaisir effectivement.

      Supprimer
  96. Salut, regarde pas les Anglais je sais que vous me direz tout ici, et puis le ciel est si bleu et le soleil si jaune ce serait dommage de s'en priver.
    Retour donc du débrief d'avec Fagot, et tout bien réfléchi, nous croyons que le "staff" (c'est nul ce terme, ça veut dire que dalle dans le contexte du sport) l'équipe des entraîneurs donc, veut faire jouer à l'EDF un jeu que les joueurs n'ont pas appris, et tentent donc de réciter tant bien que mal sans formation, sans appétit, sans envie. Je m'explique, je lisais cette semaine que Dubois disait "le jeu de passes notre credo" ou quelque chose d'approchant. Et bien, non, les joueurs du FLOP.14 ne savent pas jouer un rugby de passes, comme le ST des années 80 et le SF des 90 le pratiquait. Ils ne savent pas parce-que le championnat français et les coupes d'Europe diluent un rugby de tampons, de cartons, d'affrontements dans le plus petit périmètre possible, de tas et tas, de pick en go, avec le pourcentage du buteur en exergue, épicétou. Vous allez me rétorquer que c'est réducteur, et bien pas du tout, quand tu éduques et entraînes, à l'EDR puis après dans les catégories d'ados et enfin avec des adultes, tu radotes, insistes, répètes et ressasses à l'envie que le rugby est un jeu de passes et d'affrontements, de franchissements et de contournements, soit tu perces plein fer et tes soutiens main-main par ta passe avancent et un peu plus loin font de-même ...etc, soit tu attaques en profondeur en fixant-donnant pour aller sur les ailes faire voyager tes ailiers vers le paradis de la terre promise. Quand tu regardes les rencontres de nos championnats, on perce aussi mais on ne donne pas -quand le soutien est là et disposé à jouer plutôt que de tamponner en périphérie- on attaque mais à plat avec UNE passe pour ........... renvoyer un gris de l'avant pré-positionné (j'aime bien la poésie de ce mot dans notre jeu) pour un tampon en périphérie éloignée !!!!!!! Alors les joueurs ils jouent ce qu'on leur demande, parce qu'ils sont salariés, ouvriers qualifiés, les contremaîtres surveillent et le patron analyse les résultats, c'est le monde du rugby pro. Donc sélectionner des joueurs de ces clubs, et vouloir leur faire jouer un rugby qu'ils ne connaissent pas c'est un tantinet prétentieux, ou irréaliste, voire même idiot, l'intelligence situationnelle de l'encadrement laissant alors à se questionner.
    L'EDF est le juste reflet de notre championnat, pas s'en étonner, en plus ce mode de fonctionnement engendre des générations de joueurs tous pareils, comme dans le meilleur des mondes, tous connaissant par cœur leur rugby de combat, récitant bien leurs acquis, mais aucun dans le marigot, malheureusement, ne se distinguant des autres, les personnalités rabotisées, initiatives zéro, inventivité inconnue, rugby jeu de liberté pas marqué dans les cahiers de tactiques.
    Bon, les joueurs font ce qu'ils peuvent dans tout ça, aujiourd'hui, parfois plaisant, souvent plan-plan, j'ai bien aimé entre la 45° et la 65° mn de jeu où ça ressemblait à quelque chose que l'on devine, là-bas, derrière la brume.

    RépondreSupprimer
  97. Tautor et Ritchie me donnent l'envie, je m'en vais voir les 10 dernières de Ang/ec.

    RépondreSupprimer
  98. Je vous trouve très pessimistes, très négatifs, très chiants et radoteurs finalement.
    Tous, sauf Ritchie, me semble-t-il.
    Pas bien plus brillants et amusants que l’Équipe de France elle-même que vous critiquez tant et systématiquement.
    De mon côté, au-delà du fait que j'ai envie d'y croire, certains éléments, certains signes -voire certains chiffres- me laissent à penser qu'un petit frémissement existe et que, lentement, très lentement, un mieux, assez net quand même, de profile.
    Par ailleurs, j'ai trouvé Angleterre - Écosse, sans intérêt. Beaucoup trop d'écart, aucun suspense, très brouillon,....Une sorte de match de gala sans enjeu.

    RépondreSupprimer