jeudi 6 avril 2017

Terre rare

En cette période ovale irrespirable de médiocrité sportive et de guerres picrocholines, l'air de l'Atlantique et le jeu des Rochelais aussi à l'aise en Challenge européen qu'en Top 14, sont à l'évidence pour beaucoup autant de bouffées d'oxygène. A l'évidence car j'entends et lis depuis quelques semaines à quel point la saga maritime fait des heureux. Comme diraient Michel Audiard et René Fallet, le drapeau noir flotte sur la marmite. Laissons-le voleter. Pour ma part, je vais profiter de cette marée pour prendre le large pendant une dizaine de jours.

L'apparition de ce maillot remonte à 1967. Les médias, qui s'intéressaient peu au Stade Rochelais à cette époque, surnommèrent les coéquipiers d'Henri Magois et de Dominique Bontemps les All Blacks de l'Atlantique. Depuis l'école de rugby, priorité était donnée au jeu d'avants, à l'occupation du terrain et à la rigueur défensive. Les premiers conseils distillés par MM. Bas et Puyfourcat, nos éducateurs, étaient périphériques : nettoyer et cirer nos chaussures à crampons après chaque entraînement ; bien serrer nos lacets au début de chaque séance en les faisant passer sous le talon ; aller régulièrement chez le coiffeur. Le rugby n'était pas un sport de «beatnik» - plus tard, les tenants de la coupe courte diront «Pink Floyd» - entendait-on du côté de La Grenouillère. 

Jadis un marais, cette plaine des jeux était séparée du stade Marcel-Deflandre par une zone de HLM, Port-Neuf, terreau du club. Toute une génération d'attaquants sortira de ces cages d'escaliers aux côtés des frères Morin, Elissalde et Désiré. L'axe constitué de Marcel-Deflandre, Port-Neuf et La Grenouillère se prolonge par les Terres Rares, zone industrielle dont le joyau fut longtemps constitué d'une usine de produits chimiques d'où montait une fumée opaque. Quand le vent vient du large - c'est souvent - elle enveloppait la plaine des jeux. J'ai encore son goût acre dans le palais quand je repense à mes débuts, poussin jaune et noir.

Dans les années 60, le Stade Rochelais aurait pu devenir champion de France. Son pack compact assurait l'essentiel du travail, mené à l'arc à souder par Arnaud Elissalde depuis son poste de demi de mêlée. Aucune fioriture,si ce n'est les paraboles de Nono, paroles d'Evangile. Pas d'internationaux au club où il n'est question que de camaraderie et de foi. Malheur à qui dérogeait aux règles édictées. Trois fois, la promesse fut stoppée par l'US Dax en quart de finale. Une malédiction. Aujourd'hui, les Dacquois sont en ProD2. Qui arrêtera le Stade Rochelais ?

Les années 70 furent celles des juniors. Trois fois champions de France entre 1971 et 1974 avec des gamins formés à l'école de rugby rochelaise, épanouis par un éducateur hors-pair, Jacky Adole, ancien troisième-ligne centre, période Nono. Ils jouaient en lever de rideau de l'équipe première et les tribunes de Marcel-Deflandre étaient garnies dès 13h30 pour admirer leur vastes mouvements, apprécier leurs initiatives collectives, et il n'était pas rare qu'ils marquent plus de cinquante points à leurs adversaires à une époque où l'essai n'en valait que trois.

Jacky Adole* et mon père sont amis. Il est en quelque sorte mon parrain de rugby. Â la maison, chaque test-match des All Blacks en France était décortiqué devant la télé les samedi après-midi de novembre. C'est à ce festin de miettes que je fus nourri, enfant. Devenu entraîneur de l'équipe première, Jacky Adole participa en 1977 à la célèbre controverse Graham Mourie dans le club-house de la tribune d'honneur. Fallait-il ou non accepter la venue du capitaine des All Blacks pour six mois ?

Jacky suggéra un vote ouvert à tous, dirigeants, éducateurs et joueurs. La réponse démocratique du club à l'intégration de Mourie fut négative au motif que ce visiteur prendrait la place d'un enfant du club, en l'occurrence Dominique Dieu, troisième-ligne aile de petit format, taillé dans un triangle, plaqueur féroce et ami de tous, en particulier des juniors de sa génération. Pas question de sacrifier un Rochelais pour le capitaine d'une équipe mythique. Autre temps, autres mœurs. Aujourd'hui, les dirigeants rochelais recrutent Kerr-Barlow, troisième demi de mêlée All Black quand ils disposent de Jules Le Bail formé au club, le Springbok Rico Januarie, mais aussi Alexis Balès et Arthur Retière, international moins de vingt ans.

Cette même année 1977, un différend irréconciliable sur l'avenir du rugby rochelais entre Jacky Adole et la famille Elissalde déboucha sur le départ de Jean-Pierre vers Bayonne. Trois ans plus tard, son retour fut synonyme de révolution stratégique : liberté aux trois-quarts dans la mesure où le pack n'était plus dominateur. Le club s'ouvrit au large, l'Irlandais David Hickey et les Néo-Zélandais Jim Kururangi et Steven Hansen (si, si, l'actuel coach des All Blacks) élargirent la palette rochelaise, qui eut aussi par la suite sa période argentine (Graco, Merlo, Llanès, Giannantonio). Mais ce sont principalement les hommes du Long Nuage Blanc qui permirent au Stade Rochelais de grandir.

Pierre Albaladejo l'assure : «Un bon dirigeant vaut trois internationaux». Le Stade Rochelais, en élisant régulièrement Vincent Merling à la présidence depuis l'été 1991, s'est donné le meilleur viatique qui soit. Ancien troisième-ligne aile passé par Mérignac, champion de France juniors, équipier premier (son frère Yves-Marie jouait centre), chef d'entreprise, Vincent Merling structure le club autour d'un principe : «Pas d'homme providentiel, le Stade Rochelais appartient à tous». Cinq cents partenaires plutôt qu'un mécène, ne dépenser que ce dont on dispose, agrandir l'enceinte étape par étape (de 5 000 à 16 000 places assises en vingt-cinq ans).

Je l'avoue, le 22 août 2015, j'ai douté du bien fondé de toute cette émancipation. En ouverture du Championnat, l'équipe rochelaise, sifflée par son public, se rendit sans combattre face à Clermont, encaissant cinq essais sans en inscrire un seul. Fallait-il vouloir grandir dans l'élite en recrutant tous azimuts et en attirant le chaland deux cents kilomètres à la ronde pour en arriver là ? Mais les enfants de La Grenouillère ne se sont pas gonflés d'aise et d'orgueil jusqu'à exploser : deux ans plus tard, le Stade Rochelais leader du Top 14  avec un budget à l'équilibre et un stade à guichets fermés a décidé de verser une partie de ses bénéfices billeterie à l'association «1% pour la Planète». Sur l'ancien marais s'élevera bientôt un centre de formation dernier cri à l'usage de toutes les équipes du club.

* Pour mieux connaître le Stade Rochelais, je vous conseille «Mon sac de rugby», écrit par Jacky Adole, préface de Pierre Albaladejo. Editions Atlantica (2002).

246 commentaires:

  1. Bonjour Richie,

    Dois-je comprendre que ta modestie a mis un peu de temps à résumer cette belle histoire? J'ai plaisir à constater que La Rochelle donne l'exemple non seulement par le jeu qu'elle fait mais aussi par les messages qu'elle transmet.
    Son histoire avec les All Blacks est plus simple qu'il n'y paraît. J'ai envie de dire qu'à La Rochelle on parle Rochelais, le club a grandi avec les valeurs de son identité. Pour résister au vent du large mieux vaut rester bien accroché au sol.
    Depuis quelques semaines nous cherchions des idées pour retrouver le rugby que l'on aime. Ce que tu nous raconte aujourd'hui est l'exemple qui pourrait être suivi par beaucoup d'autres clubs , même les plus petits. Michalak vient au même moment appuyer tes dire sans se gêner, un joueur qui a mon sens n'a pas été lui non plus apprécié à sa juste valeur....

    RépondreSupprimer
  2. De la controverse Graham Mourie à celle de Treignac, Ritchie est notre Las Casas ...
    Ok, retires-toi pendant dix jours à Valladolid si tu veux, mais pas pendant 12 ans ... et ne te croies pas obligé de devenir moine non plus...

    RépondreSupprimer
  3. Salut Richard, et merci pour cette "belle histoire" d'un club comme beaucoup d'autres et qui évolue, malgré tout, dans le même sens! Combien de jeunes joueurs formés au club?... à la "culture club"? .. quelle place pour eux? .... (guerres picrocholines.... merci et bravo, j'ai ouvert ce matin mon Larousse, y'a pas d'âge...même mon ordi a souligné en rouge...) A+

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

      Supprimer
    2. Ritchie n'a pas le râble laid.

      Supprimer
    3. oui mais il a un grand gosier 😉

      Supprimer
    4. à la Rochelle, le train arrive à la gare Gamelle ? c'est bon, je sors

      Supprimer
  4. Je suis dacquois,à La Rochelle depuis plus de 30 ans et je me souviens à peine des 1/4 de 1961 et 1963.Par contre j’étais à Bx en 1973 quand les futurs champions juniors de LR gagnaient leur1/2 finale (et Dax ensuite contre l'ASB après avoir battu le CAB à Bayonne)Quelle équipe effectivement! Pendant longtemps je suis allé à Deflandre (tribune Smam) voir mes dacquois avec une grande chaussette blanche a gauche et une rouge a droite ;parfois je chantais les points.
    aussi, plus longuement pour les dacquois et juste ce qu il fallait pour LR.J'ai arrêté de chanter autant pour calmer mes amis que parce que les résultats des dacquois ne m'y autorisaient plus .Et petit à petit je suis devenu supporter rochelais :cette saison m'enchante autant qu elle me surprend -a l'instar de tous les supporters -Un ami m'avait dit fin aout "Tu verras LR sera dans les 6 à Noël" J'en acceptais l'augure par politesse me demandant si le gars ne ripipillait pas un peu ;vous connaissez la suite...Je serai à Marseille et à Paris aussi.
    Bernard Landais

    RépondreSupprimer
  5. Bonjour à tous !

    La leçon que nous pouvons en tirer ( pas forcément nous , mais des dirigeants ) est que l'amour d'un club vaut mieux que des chefs d'entreprise qui investissent !
    La Rochelle pour moi c'est André et ses coquillages, institution mondiale pour ceux qui aiment les coquillages et le Stade Rochelais ! De toujours , LR est inscrit dans le rugby national pour moi comme pouvait l'être le RCT , bastion du sud dans une région de foot , ou le PUC et le Racing club de France à Paris , région économique mais sans âme sportive !
    merci a tous ceux qui font vivre LR et son rugby même si quelques étrangers viennent manger le pain des Français comme dirait Fernand Raynaud !
    l'amour il n'y a que ça de vrai pour bâtir et consolider dans quelques domaines que ce soit !
    Je dirai pour notre ami Richard " VIVE LA ROCHELLE " et surtout qu'ils soient Champions de France !
    bises de Bastia où le Sporting file vers la ligue 2 et peut être la Nationale ( trou dans la caisse ) à moins que V Merling ne veuille reprendre le club et en faire un modèle ....

    RépondreSupprimer
  6. Merlin has depuis 91 !!! Un indice fort qui incite à en savoir plus ... 26 ans de pouvoir partagé j'imagine , d'un système démocratique avance ? D'une grande capacité à aligner tout le monde derrière une vision ? Apparement quelqu'un qui ne lasse pas !
    Donne envie de le rencontrer , il aurait pas envie de prendre la FFR un jour ?

    RépondreSupprimer
  7. Très beau conte de fées Ritchie, on a envie de lire la fin : ils se marièrent et eurent beaucoup d'enfants ... de la balle évidemment . En plus avec Merling l'enchanteur c'était facile . La quête du Graal - car c'est bien de cela dont on parle ? - c'est une histoire superbe, Arthur (Rétière ? ) qui réunit les Chevaliers de la Table Ronde bref ... ce n'est pas de la camelote . Vont-ils réussir malgré les pièges tendus par les infâmes Mordred et Morgane ( non pas Parra ) ? Vous le saurez en suivant les phases finales de la mort qui tue du Top 14 .

    RépondreSupprimer
  8. Et les Lords of the Ring , " vous prendrez bien un peu de long nuage dans votre café Merling " semble être un métissage culturel qui marche , . Le long nuage et ses petites suites se sont densifiés , faut que le café garde son gout quand meme pour la continuité de cette oeuvre et des titres dans la durée

    RépondreSupprimer
  9. Comme quoi les algues marines font du bon humus naturel et de pays, une appellation contrôlée en sorte. Un club avec du jaune, du noir, pour aujourd'hui du jaune et noir qui redevient la place forte d'un riche lieu. Me rappelle de Magois à l'arrière, l'époque à Pierrot, Jo, Jean, Claude et les autres. Pas de Merlingue : devait pas encore enchanter... un LR aujourd'hui géant des flandres qui va être difficile à rattrapper pour la place finale. Surtout garder en mémoire qu'un club (joueur) phare est là pour éclairer, pas pour éblouir (dixit J.P. Ellissalde). Et ne pas faire comme la grenouille.

    RépondreSupprimer
  10. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
  11. Je vous lis depuis Paimpol
    Ému

    RépondreSupprimer
  12. Depuis que l'UBB ne sait plus comment jouer pour satisfaire les promesses hâtives de Bouclier de son bon président, on pouvait craindre qu'un "certain rugby" disparaisse. Et le Stade Rochelais s'est pointé, riche d'une tradition d'originalité frisant l'autonomie, riche des leçons intelligemment tirées des couillonnades de grands clubs et riche d'un art consommé d'aller dénicher ailleurs ce que l'on n'a pas sous la main.
    Donc La Rochelle est populaire. Par son jeu, par la nique faite aux gros, toujours appréciée en France, et par le capital d'antipathie accumulé ailleurs.
    Tout de même, Hansen et ses frères doivent observer qu'un Eaton et un Vito, excellents garçons et excellents joueurs, mais qui n'ont pu s'imposer indiscutablement chez les Blacks, emmènent leur nouveau club à caracoler en tête du championnat de France.
    Va-t-il aller au bout ? A cette question sans réponse, j'ai envie de dire : peu importe, ils ont déjà fait l'essentiel. Pöur nous, croire que c'est encore possible. Une victoire finale serait un sacré pied de nez.

    PS. La rivière de Paimpol est un enchantement. Veinard !

    RépondreSupprimer
  13. En songeant à la Paimpolaise
    Qui l'attend au Pays Breton ..

    RépondreSupprimer
  14. Bonsoir, juste petite contribution moins enflammée dans ce concert de louanges, mérité à tout le moins au vu des résultats et de la progression, pas penser quand-même que LR fonctionne autrement que les autres, l'entreprise est là, avec ses prévisions, ses courbes de croissance, ses instruments qui mesurent, ses investissements qui -demain ou après demain- ne sont placés que pour rapporter et encaisser des bénéfices. Ce qui va bien pour l'instant c'est l'évolution et la recherche du graal donc, le Brennus. Ce qui pose problème à la plupart des prétendants qui accèdent à ce graal c'est l'après, la gestion de l'entreprise et des égos, le statut des merveilleux joueurs dont le talent monte du mollet à la tête en grossissant de manière exponentielle, la valeur de l'encadrement remise en cause par ce nouveau statut des joueurs, et l'envie irrésistible, même chez les purs et durs, de s'empiffrer un peu de ce gâteau dont la crème semble légère, aérienne et gargantuesque. Loin de moi de rabaisser les performances de LR sur le terrain ni ergoter les valeurs dont se réclament ses dirigeants, simplement je crois que partir d'en-bas ou du milieu et vouloir monter tout en haut c'est normal, motivant et c'est quand-même le but d'être un compétiteur, c'est collectif et resserrant, émotionnel et entraînant, mais si ne jamais atteindre ce graal était la solution pour conserver valeurs, envie, et toutes ces choses que le rugby trimballe depuis la nuit des temps ????

    RépondreSupprimer
  15. LR donc au top, d'autres au flop ....Le F.C.Auch en perdition, l'herbe du Moulias doit frissonner, je vous parle pas des mannes du petit/grand Jacques !!!!!!!
    Ca pose questions quand-même, au-delà de ce vieux club auscitain de terroir et de traditions, la poule élite avait été créée si je me rappelle bien, précisément pour les clubs qui présentaient toutes les garanties (équipements, finances, structures …) pour notamment entretenir (le bon mot!!!) une équipe pro, alors ????
    Autre crève-coeur, ce club emblématique pour le Gers, ce club ou fallait jouer des coudes et des relations pour avoir ta place quand tous les politiques, affairistes et autres coquins s'y invitaient pas cher pour célébrer le rugby de l'équipe gasconne qui brillait en haut de l'ovale gaulois !!!! Pour avoir longtemps vécu à Auch, ça fait des années que la maison FCA était brinquebalante, arrangée tant bien que mal ici et là, des budgets en constante hausse et la course à l'armement que des dirigeants pas assez sages ont suivi et escaladé jusqu'à la chûte.
    Le monde pro l'avait déjà chassé du rugby d'en-haut, ce FCA de l'ancien temps, mais le rugby « amateur » semble bien aussi pourri et gangrené, la course aux budgets de plus en plus conséquents -inconséquents- entraîne tout ce joli monde des terroirs et des traditions vers un abîme pourtant bien visible et signalé où, pourtant, ils se précipitent tous comme les moutons de Panurge. Pourtant le monde des pro aurait du les alerter, comme l'état de leur voisin le « grand » ST, 1° budget du FLOP.14, en déficit chronique depuis 4 saisons !!!! On peut d'ailleurs, à ce propos, se poser la question de « comment un club en situation de dêpot de bilan peut-il jouer en TOP.14, PRO.D2 ou poule élite » ????????
    Les trésoreries de nos clubs sont exsangues, les « partenaires/mécènes » désertent et on finit un peu partout par ne dépendre que d'un seul partenaire majeur. Au moindre toussotement de ce dernier, retirant quelques billes ou décidant d'aller voir ailleurs pour perdre moins de fric à faire courir une quarantaine de mercenaires l'équilibre vole en éclat.
    Pensons aussi aux salariés du club, à leurs emplois, à ces centaines de donateurs qui ont mis la main à la poche pour que simplement leur club de cœur puisse terminer sa saison, et tous ces bénévoles qui ne demandent rien mais qui font tourner les boutiques. Je lisais un truc sur le CAB, mais à vérifier, il semble que chez les Coujous le ''sponsoring'' soit organisé de manière à ce que chaque partenaire voit sa contribution limitée à 5 % maxi du budget total. Si c'est vrai, ça me paraît sensé, la fuite d'un partenaire majeur ne remettant pas ainsi tout l'équilibre en question.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonne chose que la gestion Coujou si c'est le cas !
      Derichebourg et Andros semblent avoir pas mal de visibilité
      En tout cas très bon principe , c'est du boulot mais ça protège mieux ...
      Le truc c'est la défiscalisation quand tu donnes 100 à une association , tu deduis 60 ou 50 d'impôts
      Si avec ça tu as un peu de pub , des places pour tes RP ... À vérifier en tout cas

      Supprimer
  16. bon, moi, je suis voileux. Ritchie à Paimpol, tu loues un voilier, tu fais un petit tour à l'ile de Brehat et là tu files droit vers l'Irlande, les gens de Cork t'accueilleront avec plaisir. Ensuite retour au port des minimes, ils ont sans du l'appeler comme ça parce qu'ils ne sont pas faciles à dompter les minimes de La Rochelle.
    Et puis pour une ville qui se distingue par ses grands plongeons, c'est tout de même la seule équipe qui sort la tête de l'eau avec l'équipe des pneus 4 saisons-sauf la finale.
    Je suis heureux de voir que ce club, c'est totalement l'exemple de ce que les autres auraient du suivre, au lieu de confier les clés du camion à des pilotes de formule 1.
    Si seulement ils pouvaient aller à dame jusqu'au bout, moi je vote pour eux. Je vote pour des staffs qui gueulent pour faire progresser et qui savent pleurer devant le jeu produit par leurs ouailles.
    Collazo - Garba, c'est l'épanouissement de certains internationaux bien dans la philosophie du club.
    et puis les requins, à La Rochelle, on les connaît, on les étudie et on les admire....derrière le plexiglas de l'aquarium

    RépondreSupprimer
  17. la roche elle resiste au concassage du jeu stereotype
    son style afine ses claires intentions
    la roche elle peut etre volcanique
    et gare aux retombees
    le port du maillot jaune appele le port du brennus

    RépondreSupprimer
  18. Avec la belle histoire de La Rochelle pour nous apporter quelques idées de plus sur le futur du rugby, dans Midi Olympique belle interview de Fred Michalak. Il donne quelques pistes supplémentaires sur le "Comment mieux jouer français". Ce jeune homme a de la suite dans les idées et quelques projets; de quoi rester optimistes.
    Egalement,une statistique à l'Américaine sur le % de victoires (sur leur carrière) des coaches du Top 14,
    des chiffres mais en filigrane, le parcours de l'homme et la vie des clubs...
    En même temps que le Masters de golf à Augusta suivre les matches du weekend sera compliqué; avec Toulon-Toulouse de quoi rester éveillé!

    RépondreSupprimer
  19. Notre monde merveilleux, qui fait placer l'article de Ritchie et tous nos commentaires dans la rubrique « le petit prince » :
    --- La Kényane J.Sumgong, qui avait fait se lever la planète au bout de son marathon du feu de dieu aux JO de Rio, contrôlée positive à l'EPO dans cette même course, allo Coubertin, non mais allo quoi ??????
    --- Un cinéaste poubelle, des acteurs de basse cour, un film navrant (« à bras ouverts » de Ph.de.Chauveron), une caricature sur les rom que n'aurait pas reniée Leni Riefenstahl, c'est déjà pas facile de vivre en ce moment pour des millions de gens en transit éternel sur cette planète, mais que chez nous, ici, ce genre de choses soient possibles et rencontrent un public, choquant et révoltant, les tenants et participants à ce bouillon infâme ne se sont pas grandis. --- Le grand combat des âmes pures, Boudjellal et Bouscatel même combat, allons z'enfants, unissons nous contre l'hydre LNR qui, je cite car c'est fort : « ... a mis en place le Top 14 des milliardaires » …. Et nous pauvres péquins de basse extraction on souffre qu'y larmoient les deux bénévoles !!!!!! Sous-entendu : « Faut virer ce Goze, prendre sa place pour que le rugby -et nous ...- retrouve toute sa -nos- place(s) ». Où qu'on va, quelqu'un le sait ???
    --- Pour Gariguettte -et les autres- entendu dimanche autour de la main courante suite à jolie action de tamponnade-rentre dedans-boum boum-percussion mal emmanchée : « l'avant malheureux a perdu pas mal de mètres dans la foulée ».

    RépondreSupprimer
  20. LR est en train de réussir là où notamment Grenoble, Oyonnax, l'UBB ont échoué. Certes LR bénéficie d'une situation flop maraicageuse qu'ils maitrisent : R92 qui tousse, RCT en rade, SF plus de bande son, ST en berne, MRC échaffaudant difficilement l'afrikaner, l'UBB qui écope, ... reste que Clermont (que je vois pas bien champion d'europe). Des bons choix avec Gourdon, Sazy, Atonio (quand même), Pelo, Qovu, Eaton, Holmes, Vito, James, intégration des Retière, Lacroix, Rattez, Barry... Un parterre pas rare mais intéressant. Des entraineurs qu'on attendaient p'têtre pas là. Bref, LR l'ouvre et y a pas de goût trichloroanisole, même pas besoin de carafer. Tant que ça vogue, que ça tangue pas et que tu t'fais pas pirater... Mais attention à la garde (dans tous les sens du terme).
    Virer Goze ne changera rien. La LNR doit rester partenaire dans sa gouvernance mais véritablement sous autorité FFR, pas dans la rivalité et l'antagonisme.

    RépondreSupprimer
  21. La Rochelle dans le feu des projos a rejeté Auch dans l'ombre. Merci Nini de l'en avoir sorti, même si nous aurions préféré un autre motif. Que dire, qui n'a déjà servi tant de fois pour d'autres "bastions", pour d'autres armoires à souvenirs... Le Gers qui perd son porte-drapeau, ça n'est pas rien, c'est foncièrement plus important que les aléas un peu grotesques des clubs artificialisés dont on nous rabat les oreilles douze mois sur douze.
    J'en arrive à ne même plus être triste. Au train où vont "les choses", ce sera un titre de gloire (de probité, de fidélité, de respect des "valeurs"...) de mettre la clé sous la porte, à l'heure où la qualité première d'un dirigeant est de connaître un milliardaire mécène à l'ego consolidé comme un bilan financier.
    Désormais, les nombreux jeunes talents gersois pourront directement se faire recruter par les écuries, sans perdre leur temps dans les clubs locaux sans avenir. Elle est pas belle, la vie ovale ?

    RépondreSupprimer
  22. Au pied des Pyrénées, les usines ont fermé (j'ai dû aller dans le Nord pour travailler), les sponsors sont éparpillés ou ne veulent plus participer, gestion délétère et manque d'idées, le rugby ne fait que prendre le même chemin. Heureusement il reste l'Armagnac, mais il y a déjà longtemps que la Bigorre est aux abonnés absents

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pareil pour Bourgoin qui va descendre en F1, Valence/Romans qui se maintient en F1 uniquement suite à restructuration des F1/2/3. Les coffres sont vides et les sacs de rugby s'étiolent. Mais on a Hermitage, Cornas, Côte-rotie, Condrieu...
      Vu en tribune au tournoi à 7 de Hong Kong, Obama les pouces en avant et tchic et tchac, à côté Trump dansant du popotin, et plus loin Kim-Jong-I inhibé, chacun de leur côté. On aurait dit un montage vidéo. Vous avez dit fédérateur, le rugby ? Manquait Poutine, qui (sy)rit pas trop ces temps, "I'm not happy"
      https://blogs.mediapart.fr/vilmauve/blog/010616/russie-au-coeur-du-goulag-moderne-de-poutine

      Supprimer
  23. Michel, néo-chti, les usines ferment et les paysans sont passés en un siècle de près de 20 millions à 700.000. Tu le vis, tu le sais.
    Au rayon Loisirs, la Gironde est passée de 100.000 chasseurs en 1955 (sur moins d'un million d'habitants) à 40.000 aujourd'hui (sur 1.300.000). Les Babas, les Bobos, les Geeks et les Neuneus préfèrent se mirer dans leurs bottines vernies plutôt que d'ôter la boue de leurs bottes. Et puis, quand on joue au rugby, on peut parfois dire "Aïe" ou "Ouille". C'est terrible. Tout ça laisse du temps pour dire du mal de la corrida, de la chasse et du rugby, qu'on n'a le courage ni de comprendre ni de pratiquer.
    Ce ne sont que des exemples et il y en a peut-être de meilleurs, mais ils me ramènent invariablement vers ce que je raconte ici depuis déjà assez longtemps, mi blagueur, mi sérieux : on retourne insensiblement vers un rugby élitiste, pratiqué par des zèbres partageant un certain état d'esprit, qu'ils soient éleveurs, plombiers, étudiants ou fils à papa.
    A moins qu'une révolution culturelle ne fasse remonter à la surface le goût de l'effort, de l'amitié, voire de l'excellence. Il reste des parents pour le croire, ainsi que quelques blogueurs farfelus.
    J'espère ne pas être hors-sujet à tes yeux, mais qui dans les débats (sic) de la présidentielle évoque l'intérêt national ? Quel journaliste oriente les échanges vers le bien public ? Et on voudrait sauver le rugby !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh! Charlie : dire que la chasse et la corrida ne sont pas des loisirs mais des vices, c'est pas "dire du mal" mais juste la vérité vraie ! Dure à entendre certes mais bon...
      Ca me rappelle une anecdote avec un de mes meilleurs potes du rugby, qui me dit avant un match important qu'à la place il ferait l'ouverture .... après que je lui ait dit, finement, "Qui va à la chasse... est un con!" on est resté fâchés à mort ... pendant une semaine.

      Pour le rugby, est il vraiment immoral d'en dire du mal, en tous cas de son incohérence chez les pros?

      Supprimer
    2. perso, pas un grand aficionado ni fan de chasse mais j'ai eu l'infime honneur d'assister à une corrida à Dax (une corrida à Dax, c'est la Tour Eiffel à Paris) et un voisin disait que la fin de la corrida, c'est la fin de la race des toros de combat. Ce voisin s'appelle Pierre ALBALADEJO, il ne me paraît pas être un psychopathe avéré. De même, les chasseurs, quand ils ne se tirent pas dessus, sont aussi des régulateurs de population animale, notamment vis à vis de la prolifération des sangliers dans certaines régions. Mais tout cela doit se faire en toute modération.

      Supprimer
    3. Comme le rugby, la chasse et la corrida sont des traditions voir des cultures tout dépend de la croyance, de la pratique et de l'expérience que nous en avons .... Je rappellerais aux bonnes âmes sensibles que primitivement l'homme n'a subsisté que grâce à la chasse et à la pêche, développant son physique et son ingéniosité pour toujours capturer plus gros. Ainsi naquirent les outils de chasse ! Ce qui m'étonne le plus c'est la faconde des anticorridas ou des antichasseurs à se mobiliser plus que pour des animaux que pour des humains qui s’entre-tuent au grand jour dans la passivité la plus totale (sarin, bombes, "enolagay", kalachnikov, camions, couteaux ...).Excusez moi de mettre le curseur un peu haut tellement je trouve que parfois la colombe est bafouée .... N'oublions pas que les jeux du cirque existèrent pour la plus grande joie du peuple .... Le goût de l'effort et l'amitié sont un des ciments de la cohésion d'une équipe ...le meilleur exemple cet après-midi LR/UBB pas un grand match désolés BLR et Ritchie mais bon l'effort était là les coudes serrés. Je glisserais sur les bobos, les geeks, les babas, car je préfère avant tout une bonne tartine beurrée avec une lamelle de confiture maison ! Quant aux neuneus, nous touchons là au gratin ! Et plus on vieillit et plus il yen a !!!! Allez sans rancune pour ceux qui se sentent visés !

      Supprimer
    4. Ceux qui se tirent dessus dans notre paysage rugbystique à grands coups de médias, tchats, twits et autres, ils régulent quoi ???
      Sinon, La Rochelle bafouillant son jeu, a eu du mal a beurrer ses tartines mais à évité la déconfiture.

      Supprimer
  24. Euh, y a bien la Marine qui peine de moins en moins... OK je sors !!!

    RépondreSupprimer
  25. Et paf, encore la faute des Bobos....Et les plombiers,Géorgiens ce coup la, j'en jurerais !
    Sacré Charlemagne...
    Allez, Philou,voileux aussi, tu exagère, va falloir qu'on cause !
    Nous on partait de Lezardrieux, à deux pas de Paimpol, quels souvenirs !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu sembles avoir une sacrée belle vie Zoulou : golf, voile, voyages, vins fins et plage à toute heure, tu permettras aux tâcherons de base qui continuent encore -malgré tout - d'alimenter la machine d'avoir de temps à autre une opinion ? Sans aller jusqu'au Grand Soir il est des jours et même parfois des nuits où des envies de vie meilleure ça peut atteindre le prolo voire la prolote ...tu sais un peu comme ces poulains qui tout à coup se mettent à cavaler comme des dératés dans le pré ... Bah ... ça ne dure que le temps d'un galop et puis il retourne à sa pitance .
      Les Bobos m'emmerdent encore plus que les Bourgeois de nos - enfin mes - luttes d'antan . C'est te dire à quel point le commentaire de Charles m'enchante en cette belle soirée de mes 58 ans, je ne mets que 3 bougies, j'ai la flemme de souffler plus fort 🎂🎂🎂

      Supprimer
    2. Bon anniversaire alors, insupportable Gamine!
      Bises!

      Supprimer
    3. Ben juste un prolo qu'a vendu des engins de chantier toute sa vie, mon épouse était infirmière marchande de sable, des français moyens quoi , qui assechent leur pension chaque mois !
      Si tu avais vu les voileux, on nous appelait les clodo des pontons, et le golf s' est bien démocratisé, vas y voir mais fait gaffe, c'est addictif.
      Le grand soir , ben oui mais c'est mal barré non,alors essayer de se construire une vie harmonieuse, y à pas d' mal, madame Musquin.
      Avec Charly, c'est amical, on se connaît maintenant, c'est juste que j'aime pas trop qu'on enferme les gens dans des cases, et puis Bobo,depuis le concept bourgeois -bohème, ça a évolué, on sait plus trop ce que c'est mais tout est de leur faute, avec l'Europe aussi.
      Dans un autre temps, des boucs émissaire. ...Bon, je m'égare.
      Du haut de mes quatre ans de plus , pas assez pour faire un vrai soixante guitare,je t'en claque deux sur chaque joue.
      Allez Chevreuse

      Supprimer
    4. Happy birthday + 1, Gariguette. Bourgeois, bobos, bobs, laissent tomber et laisse toi séduire plutôt par les crus bourgeois du bordelais : Chasse-Pleen (féminin), les Ormes de Pez, Phélan-Sgur, Maucaillou, Potansac, Siran, que de la bonne... roture.
      https://www.youtube.com/watch?v=ztIEogFr9j4
      Garde cette énergie... https://www.youtube.com/watch?v=AsnsRS0kckY

      Supprimer
    5. Exact mon Zoulou , y a les gens avec qui on partage des choses et avec qui on se sent bien
      Je vais pas disserter sur les valeurs qui vont bien avec et y a des gens biens bien partout et des m'avais cons aussi
      Allez enjoy

      Supprimer
    6. Si tu aimes les bourgeois du Médoc, tâtes de Tour Haut-Caussan, Les Ormes-Sorbet et Montbrison. Difficiles à surpasser.

      Supprimer
    7. Si tu aimes les bourgeois du Médoc, tâtes de Tour Haut-Caussan, Les Ormes-Sorbet et Montbrison. Difficiles à surpasser.

      Supprimer
    8. Alors Zoulou, tu fricotes avec les 40èmes rugissants, dans les mers australes, veinard et courageux ! l'été dernier, 2 mois sur la Baltique, 2 mois de quiétude. La remontée jusqu'à Stockholm, c'est la remontée du Trieux x 500, interminable mais toujours un peu venté, pas de problème de courant. Je me rappelle avoir fait 3 heures de mer dans le golfe de St Brieuc, et avancer de 25 m, tellement le courant était fort.
      Bref, quand tu arrives, la capitainerie se réjouit de ta venue et te propose un ensemble de services pour le bateau d'abord et pour toi ensuite, pour te récompenser d'être arrivé jusque là.
      tout est pratique, scandinave, quoi !

      Supprimer
  26. Ah mais quelle insolence cette jeunesse !
    Happy Birthday young Lady ! 🥂🍸🗽

    RépondreSupprimer
  27. J'savais qu't'étais une gamine ! Mais : pleine de promesses.

    PS 1. Y a longtemps que je ne mets plus qu'une bougie.
    PS 2. Serai demain à Bazas à l'assemblée générale des chasseurs de la Gironde. Avec infiniment de plaisir et même une pointe de fierté. Ce qui donne le droit de ne pas me parler pendant huit jours.

    RépondreSupprimer
  28. Happy birthday que jeunesse te dure, à un chouïa près t'avais la bedaine de notre 5° République, pas sûr qu'elle survive (la République 5° du nom) à ta radieuse soixantaine qui se mijote..
    Perso ni ole-ole ni pan-pan, mais pas couture ni cuisine on vit avec -ou sans-.
    Petite dédicace aux méchants chasseurs ( pas des perdreaux d'trois s'maines) qui là-bas, par dessus les temps, jouissent du passage des oies sauvages: " ...A la marquise dont la meute évolue, le chasseur fait admirer deux superbes pièges sous l'averse ..."

    RépondreSupprimer
  29. Ola ola qSylvie ,je te pète la bise même en retard car on sait bien que les derniers seront les premiers.
    Bernard Landais

    RépondreSupprimer
  30. Voulais faire une p'tite chanson pour anniversaire de la muse d'ici, ai eu la trouille que ne me revienne, comme la réponse des supporters Irlandais au sweet chariot énervant des English, la jolie poésie ci-après, que n'aurait pas reniée notre Angharad que nous aimons bien ici " ... you can shove your fucking song up your ass ..".
    Allez le CAB, c'est le bon moment pour enfin terrasser le bibendum dans son antre, z'ont déjà la pétoche les types du massif, tombent pâlots les uns après les autres, pourvu qu'il en reste une petite quinzaine !!!!! Et comme on dit en pays Coujou " Le petit poucet ne craint pas les beaux ogres ".

    RépondreSupprimer
  31. Guarriguette 58?Quand j'en aurais 110 tu en auras 104.... Happy truc (je sais jamais ou l'on met le h)

    RépondreSupprimer
  32. garriguette
    j espere que ton gateau d anniversaire fut un fraisier le top(14)
    feliz cumpleanos

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. un moelleux au chocolat 😉😋 et merci à tous pour vos voeux 😉😉

      Supprimer
  33. C'est vrai qu'étiqueter c'est pas beau. Heureusement que les chasseurs échappent à cette sale manie.

    RépondreSupprimer
  34. C'est vrai qu'étiqueter c'est pas beau. Heureusement que les chasseurs échappent à cette sale manie.

    RépondreSupprimer
  35. Oui mais éthiqueter , c'est mieux !
    Les Inconnus avaient un sketchs sur l'éthique des chasseurs, non !
    Mais t'inquiètes, Charly,j'aime pas plus la chasse que la corrida,et ça me souvient de sacrés débats , mais je serais des vôtres si on, celui qui est un con, voulais vous en priver.
    Allez, le gibier manque et les femmes sont rares. .....🐇🐰🍻🍷🎵🎵🎵🎵

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le gibier manque ? Non. Les femmes sont rares ? Non.

      Supprimer
  36. J'ai trouvé un nouveau nom pour le rugby du Top 14, suis bien certaine que comme moi vous êtes persuadés que ce qu'on nous donne à voir* n'a rien à voir avec ce noble sport . Qu'il n'en est qu'une version édulcorée à la portée du premier quidam venu .
    Donc bienvenue au ROGUEBY,de "rogue" qui signifie "scélérat" ou "dévoyé" . Le pire c'est qu'il y en a qui vont trouver ça cool et vont essayer de le décliner en gamme de produits du style T shirts avec mines patibulaires pour se la jouer bandidos ... mais non pas touche ! Ritchie je te confie le copyright, nom de domaine etc
    Pour le Calendrier des Villains du Rogueby on fait comme d'hab' : on appelle Max .
    *La Rochelle mis à part bien sûr !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. On peut aussi appeler ça du ROGNEBY, entre ce qu'on nous rogne, ce qui nous met en rogne.

      Supprimer
  37. Quand je vous dit que les taloneurs ont du cœur
    Allez Brian

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. ... et de l'humour : à peine remis il tweette "
      «J'essaie de savoir si avoir près de 5000 likes quand j'annonce que j'ai eu une crise cardiaque est de la compassion ou de la jubilation malveillante» ...

      Supprimer
  38. chers zauditeurs, le disque du dimanche matin c'est a Sunday smile ha ben ça tombe bien non ? https://www.youtube.com/watch?v=dbGiDxg8kwM&list=PL00101F84529D5DF4&index=3 allez on valse !!

    RépondreSupprimer
  39. A quand la "Quinconces cup" ?
    Punkette ( Déjà sur le fairway, enfin dans le rough plutôt...)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ma mère arrête tes prières
      Ton zoulou retourne en enfer
      Et vous mes mains ne tremblez plus,
      souvenez-vous quand je vous pleurais dessus
      Pinpin est revenue !
      Bon sinon, dans le rough, c'est la qu'on à du se voir...
      Allez , The Quinconces Cup..

      Supprimer


    2. Quinconces cup : scramble
      Jean Lou et Pimprenelle font équipe.
      Alors, vous jouez quelle balle ?
      Ben, c'est à dire que pour l'instant, on ne sait pas trop, on fait le tour des zones à trèfles...
      Punkette ( le retour )

      Supprimer
  40. Gariguette, si tu aimes danser , je veux bien t'inviter...très nostalgique la valse des jeunes, great sunday et avec un peu de retard, bon anniversaire!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. merci Michel, euh danser why not ? mais surtout en ligne tu sais genre Madison où on fait tous ensemble des pas un peu compliqués ( hum !) en se trompant beaucoup et c'est ça qui est drôle ... https://www.youtube.com/watch?v=hhdu-MJ-TRQ

      Supprimer
    2. Le madison, la danse qui a séparé les dames des hommes, une part du romantisme s'est envolée, plus rien n'a été pareil... heureusement le rock et la valse ont résisté. cela se voit que tu es jeune...A bientôt

      Supprimer
  41. Cher Charles,

    Merci de ton petit billet...J'ai fini d'être Ch'ti (pour un Tarbais, Agen c'est déjà le nord) mais j'y ai beaucoup appris. Les gens du Nord c'est quelque chose... Il n'y a pas qu' Enrico qui peut le chanter.
    Quand je dis que la Bigorre a perdu son rugby je ne me plains pas d'en être parti, d'ailleurs je ne me plains de rien. La vie m'a gâté, j'ai juste le regret que les hommes n'aient pas encore compris que nous pourrions avoir un monde meilleur. Je le voulais alors je me le suis fait .
    Je ne reviens pas pour la chasse dans les Pyrénées, je dois être le seul de la famille à ne jamais avoir chassé (sauf les idées...) mais j'aime traquer la truite et c'est grâce à elle que j'entretiens mes racines. Pour les toros j'ai baigné dans la corrida de Toulouse puis de la Camargue , de Bayonne à Dax, même à Vic-Fezansac. Séville et Madrid m'ont fait rêver de la même façon qu'un match des 6 Nations. Tautor à raison, c'est une tradition. La respecter c'est accepter l'histoire des hommes. Chacun est libre de prendre ses responsabilités sans juger.
    Puisque la présidentielle est là, chacun devrait porter sa voix, c'est un luxe que tout le monde n'a pas. Se plaindre ne suffit pas "à m'endonné" faut savoir dire ce que l'on veut. Trop longtemps que l'on a pas réagi. Je trouve dans la cacophonie ambiante que la campagne électorale a beaucoup à voir avec les matches de rugby que l'on n'aime pas. Ce qui change vraiment pour les élections, c'est que c'est le public qui est l'arbitre et les joueurs ne le respecte pas, nous au rugby on fait mieux que cela.
    A ce sujet j'ai raté LR-UBB, mais j'ai vu de très beaux matches hier à la télé: Bath-Leicester et Saracens-Harlequins, comme le weekend dernier, jeu clair et engagé pour... gagner.
    Bon écoute, bonne chasse ne te fais pas mal; j'ai une grosse semaine de golf et puis je préparerai ma valise pour Treignac. Avec tout ça , je n'aurai pas le temps de ramasser les œufs de Pâques. Bon dimanche, je suivrai les débats en rouge et noir de Marseille.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu sais que tu me fais bien plaisir ! A prononcer avec la voix de Pierre Fresnay. Certains ont une collection de lépidoptères ou de boîtes de camembert, j'ai une collection de témoignages de gens du sud revenant d'un séjour entre Bergues et Le Cateau. Un petit trésor personnel qui valorise celle ou celui qui en est à l'origine et fait momentanément disparaître mon vilain tassement de vertèbres.
      Il est de bon ton de rester "rugby" et je m'en voudrais de paraître lourd sur la chasse, d'autant plus que je pratique peu et mal, que je n'ai jamais eu de chiens et que je ne possède qu'un Simplex qui fait sourire les copains. Pourquoi acquérir un Purdey quand on ne tire jamais plus de cinq cartouches par an qui atterrissent toutes dans d'improbables broussailles ? En fait je chasse comme j'ai joué au rugby, en dilettante paresseux lors des échauffements afin d'en garder un peu sous le pied pour le match...
      Mais, à la chasse comme au rugby, j'ai rencontré des gens comme peu d'autres loisirs m'en aurait révélé. Un mi chti, mi wallon chez les Gascons. Pour te parodier, la vie m'a gâté. Et hier, quand van Avermaet a gagné, j'ai fait un bond de jeune homme et vidé deux Kriek.
      Que peut-il y avoir de mieux qu'un rugbyman bigourdan ou un routier flamand, je vous le demande un peu ! (OK, je me serais adapté si t'avais été basque, landais ou varois, liste non exhaustive).
      Ce qui m'embête, c'est d'entendre un journaliste "football" traiter le rugby de "sport mineur". Ou d'entendre les éternels poncifs sur la chasse de ceux qui n'ont jamais construit une palombière, passé une nuit à la tonne, fait de son chien un pote pour l'éternité ou traversé seul une forêt la nuit en plein hiver.
      PS. Silence radio sur la corrida : je n'y comprends rien.

      Supprimer
  42. On m'a offert "du bruit sous le silence " un polar qui se situe dans le milieu du rugby, une curiosité je vous mets la 4e de couv' histoire de se faire une idée ... c'est amusant là aussi il s'agit de l'axe Nord-Toulouse !!!
    "Maurice Tamboréro figurait au nombre des meilleurs, ils étaient les meilleurs. Pour la quatrième année consécutive, ils allaient jouer le titre et le gagner. A nouveau, du balcon du Capitole, souriant à une foule en délire, il brandirait à bout de bras le Bouclier de Brennus, le ciel en serait témoin : ils étaient bien les meilleurs." Février 1997. Maurice Tamboréro, demi de mêlée du Racing Club toulousain, est abattu d'une balle en plein cœur. Le meurtre a été commis dans la rue. La victime est une star. L'enquête est confiée à deux hommes : Elie Verlande, commissaire principal, né à Dunkerque, fraîchement débarqué à Toulouse, peu sensible aux subtilités d'un sport dont il ignore tout, et Benoît Terrancle, capitaine de police, né dans le sud-ouest, ancien rugbyman...." c'est paru en poche ( Rivages / Noir ) pas récent récent mais bon ...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. "Vous vous rendez compte tout ce qui a d'imprimé dans son cuir !". C'est un peu pareil au foot, non ?"... "Qu'est ce q'ils peuvent sentir, hein ? leur ballon à eux, il est sans âme ! Le nôtre, il sent notre sueur... Le ballon, c'est l'idée pour laquelle on se bat tous... notre secret... J'avais marqué la page.
      On me l'avait offert aussi, ce bouquin de Pascal Dessaint, il y a un moment déjà. Je l'avais cité il y a un moment, je ne sais plus pourquoi. Le 1er polar se passant dans le milieu du rugby. La victime, le demi de mélée, n'était pas un saint. Faut que je le relise.
      On trouve aussi cette pensée d'Henri Garcia p 121 : "le rugby a quelque chose de mystérieux, d'envoutant même. Celui qui n'a pas eu la chance de percer ce secret ne comprendra jamais rien à nos exaltations, à nos enthousiasmes, aux joies qui montent. Je crois que le rugby, avant d'être le sport que l'on sait, est surtout un état d'âme".

      Supprimer
    2. "le demi de mêlée n'était pas un saint " le contraire serait une faute professionnelle non ? :-)

      Supprimer
    3. C'était pas anodin, bien sur.

      Supprimer
  43. Oui, il me semble l'avoir lu il y a au moins une petite dizaine d'années...

    RépondreSupprimer
  44. Oui, je ne me souviens plus très bien...C'est drôle, parce que, juste hier, un ami à qui je l'avais passé il y a x temps l'a retrouvé et ma dit qu'il était en train de le lire et que çà lui plaisait beaucoup..Sur le coup je ne me souvenais plus.. Et Gariguette qui reparle de ce bouquin! Coïncidence et loi des séries.
    A cette époque, j'avais aussi lu un très bon bouquin d'un stéphanois, Jean-noël Blanc "Le tour de France n'aura pas lieu". Excellente analyse des époques Armstrong. Parfaitement traité.

    RépondreSupprimer
  45. Pour un jour de Rameau, même avec 30 pièces d'argent, le miracle n'a pas eu lieu ... autant dire que le ST s'est sabordé à Toulon. "le drapeau noir flotte sur la marmite" ... après les funérailles d'ici peu, les crêpes rangées au vestiaire, les tontons flingueurs vont sortir du bois à la volée !! Mais pour quelle cause ? Pire dans quel but ? N'Tamack part de l'UBB c'est pour mieux revenir au ST ! La consanguinité, comme je l'avais soulignée, dans un commentaire détaillé plus haut a fait son oeuvre. "L’intelligence situationnelle" n'a plus sa raison d'être .... De là à ce que Grenoble nous passe devant ça ne serait pas impossible. L'aristotcratie, l'autocratie, la gérontocratie, la médiocratie, la théocratie sont autant de tares qu'il va falloir abolir. Nenni de croire que la solution viendra de l'intérieur car le ver a pourri les fruits de la gloire. Ce printemps 2017 sera t-il le témoin d'une nouvelle démocratie ? J'en doute tellement l'argent et le pouvoir rendent aveugles les omnipotents. Je suis sans voix pour mon club de cœur mais la crucifixion pourra t-elle faire sortir le venin de chacun afin que le sang impur abreuve nos sillons ? Des états généraux sont nécessaires pour faire tomber le clanisme afin que le rouge et noir retrouve la couleur ancienne du firmament des étoiles. "Voilà l'effet des vaines pompes du monde vous êtes accoutumé apparemment à des visages riants, véritables théâtres de mensonge. La vérité est austère, Monsieur" Stendhal, le Rouge et le Noir.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Citer un grenoblois ! Faut-il que tu sois désespéré ! Bon mon copain faut se soutenir dans le désarroi, d'abord n'aie crainte Grenoble n'a plus la grinta, ni les troupes pour vous grignoter le croupion . Non on va se laisser mollement glisser en ProD2 .
      Haut les coeurs les Toulousaings ! " “On raconte que le battement d'une aile de papillon à Honolulu suffit à causer un typhon en Californie. Or, vous possédez un souffle plus important que celui provoqué par le battement d'une aile de papillon, n'est-ce-pas ?” c'est d'un toulousain ami des fourmis .

      Supprimer
    2. Enfin, ça papillonne plus qu'un travail de fourmis. Y a plus grand chose dans la marmite aussi toute noire au fond, car le cuistot a oublié d'arrêter le feu du gaz. Désolé Tautor, pour le coup je te suis d'aucun réconfort !

      Supprimer
    3. Merci Sergio ...le ST recherche un MOF étoilé bien sûr ! histoire que les cuivres puissent nous délecter le gosier ... Enfin soyons patient peut être que le jeu va tourner sur 3 matchs "belote, rebelote et dix de der" qui sait pour être dans le bon wagon ... Sinon, peut être que la meilleure recrue au RCT c'est Giteau comme entraîneur joueur des lignes arrières, à surveiller peut être des surprises à venir ... les matchs ne sont plus rugueux mais sont devenus violents ces dernières semaines pourquoi ? Avec la casse que l'on connait .... effet Novès ?

      Supprimer
    4. "Le Racing survit toujours à ses dirigeant et à ses entraineurs parce qu'avant tout le Racing est avant tout un phénomène culturel et parce qu'il est en harmonie avec sa ville. si nous gagnons, les toulousains sont au Capitole et font la fête. Si nous perdons, la ville tout entière souffre avec nous. Ce jour là, même la Garonne change de sens !"
      extrait "du bruit dans le couloir".

      Supprimer
  46. Au moins on aura de quoi lire .... parce que question jeu ... Une jolie 2e MT des Palois ( dommage qu'il leur ait manqué 2 minutes ) un Clermont-Brive honnête sur le mode derby et un RCT- ST calamiteux ; on dirait que le chat noir bayonno-grenoblois a des envies toulousaines : que de blessures !
    Un constat et une esquisse de théorie ; tout est une question de gueule . Je m'explique : les meilleurs coachs sont ceux qui gueulent très fort . La palme à Collazo, Simon Mannix pas mal - en plus avec un prix pour la coiffure la plus originale - le trio briviste - Carbonneau, Godignon, Casadei vraiment en progrès ; leur activité sur la touche est digne des Marx Brothers et c'est un compliment - côté voix, c'est Casadei qui a la plus gro ... forte ! - Urios gueule de moins en moins est-ce l'explication de la panne castraise ?
    Et puis il y a ceux qui font la gueule, tout le temps, Mola en tête mais on le comprend, Ibanez qui est là mais plus là, pas très joyeux non plus, le coach de Toulon ? Désolée mais ça va trop vite c'est qui cette semaine ?
    Mention spéciale au public Clermontois étonnamment calme et courtois, acclamant la sortie de Péjoine et là on se dit que parfois quand ça ne gueule pas, à l'image des publics britanniques et irlandais .... c'est reposant . Bonne soirée .

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pour ce qui est de lire, je relis, pour la énième fois, et toujours avec le plus grand plaisir, "La rage de l'expression" de Francis Ponge. En particulier, "Au lieu dit "La Mounine"...Celle de Roanne, du 13 juillet 1941!
      Et j'ai acheté, encore une fois, L'Equipe de ce jour, pour Paris-Roubaix principalement.
      J'y ai lu l'interview de Jack Nicklaus par P.M.Bonnot.
      Bien qu'ex Clodoaldien et grand ami d'un vieux collègue de Lycée habitant près d'un des golfs de Sain-Nom-la-Bretèche, je n'ai jamais prisé ces lieux. Mais les similitudes avec un certain rugby sont nettes.
      Je ressors de ce long entretien cette phrase:
      -"Mais c'est vrai que les parcours plus longs demandent plus de temps. Pour le golfeur moyen, il faut que cela prenne moins de TEMPS et que cela soit plus AMUSANT et moins CHER. Si nous ne faisons pas attention à ces facteurs, le jeu va régresser."
      Rien de tout cela ne me transcende.

      Supprimer
    2. André tu as raison d'extraire cette citation, exemplaire illustration d'une époque qui commence à me courir sur le haricot avec sa passion pour le moindre effort. Enfin, tu as pu te requinquer avec les pavés et les Flahutes.

      Supprimer
    3. Ben oui, mais St Nom,forcement, c'est comme la Boullie,y à plus que des dinosaures la bas.
      Ce que nous dit le grand Jack,qui le prouve en créant des parcours dans le monde entier,c'est que ce jeu à besoin d'élargir sa base, et c'est bien.
      Le tennis a du faire ce choix plus avant.
      Allez Chevreuse

      Supprimer
    4. Suite, je vous fait du Nini.
      Tout parcours de golf se doit d’être un challenge pour les meilleurs joueurs. Cependant, un golfeur amateur doit aussi y trouver son compte: facilité de l’approche et plaisir du jeu. Et en fin de compte-ce qui est important c'est qu' il offre à la fois risque et plaisir!
      Peter Matkovitch, Golf Course Designer

      Supprimer
    5. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

      Supprimer
    6. "Ce serait un jour de grand vent. Oh ! de vent à trousser toutes les robes aux arbres de la terre. Et la mer serait folle à tordre ses vagues comme de la dentelle brassée par des mains de femme. Les graines des fruits cliquetteraient au fond de leurs gousses. Il y aurait des râles d'eau, des plaintes d'arbres, des roulements de pierres. Il y aurait des moiteurs dans l'air, des senteurs de vanille et de sel, du rose de luxure aux joues du ciel. Vous seriez là, assis au milieu de tout cela et vous entendriez tonner la voix du poète."

      Supprimer
    7. Énormément de mal à suivre.
      Quelques constantes:
      -la linguistique, le Zarma en tête.
      -Du coup et presque par conséquence, le Polar.
      -Coiffant l'ensemble, Platon d'un côté, Claude Mesplède de l'autre.
      -Et puis, posséder une bonne constitution, une bonne condition physique...
      En lisant cette .."inscription dans la pierre"..., je ne peux m'empêcher de faire ressortir de ma mémoire ce remarquable texte: "La Pierre" de Jean Giono dans "Le déserteur et autres nouvelles".
      Et puis, pour conclure, quelque chose de Pierre Marcelle dont j'aimais beaucoup les critiques et les chroniques...

      Supprimer
    8. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

      Supprimer
    9. Pour ce qui est des huîtres, Ponge en connaissait un rayon. En tout cas une vision. Sans O.G.M., je pense.
      Par ailleurs, je ne suis spécialiste de rien, si ce n'est de mes propres humeurs, et encore.

      Supprimer
  47. j'sais pas s'ils travaille leur voix en semaine, ou du moins le oeur... Me suis toujours demandé (comme en foot d'ailleurs, où y en a des pas mal aussi) comment y avait pas plus d'attaque cardiaque, AVC, avec tous ces violents coup de gueule...

    RépondreSupprimer
  48. Gariguette, j'arrive après la bataille mais tout le monde s'y est mis, même le CAB, pour te souhaiter un bon anniversaire, à moi de te souhaiter un super millésime 2017,

    RépondreSupprimer
  49. Oui le golf, mais dangereux quand-même, en-dehors des maladroits, à preuve cette manie du propre et de l'herbe peignée, du clean et du bien correct, où l'on voit qu'à cause d'un seul trou de sale, ce ballot de patron du golf s'est fait emballer par les flics. Quel culot !
    Plus rugbystiquement causant, CAB SF et LOU nous ont concocté une fin de saison que l'on n'espérait plus, ça relance un peu l'intérêt que l'on cultivait déclinant sur ce FLOP.14 désespérant.
    FFR/LNR, ça goze dans les alcôves, patron LNR sur siège éjectable, patron FFR glouton va tout avaler, le rugby y trouvera t'il son compte ????
    Trouvez pas bizarre tous ces internationaux qui se blessent ?? Fragilisés par quoi ?? Les développements physiques anormaux que l'on stigmatise ici notamment, cette course à l'armement au gros au compact au musculeux, ce doute qui instille logiquement la réflexion, mais qui visiblement n'effleure pas les pros de notre rugby, comme si tout le monde complice, des clubs à l'EDF, encadrements médicaux aux abonnés absents, complicités des médias vendeurs du spectacle, encadrements sportifs qui recrutent des gros iliens et élèvent en basse-cour les jeunes poulets d'ici, poussés à quelles hormones, poussés à quelles extrémités, poussés à quelles tragédies bientôt ???
    Pour les entraîneurs qui s'égosillent, il ne faut retenir que le spectacle, ils ne s'agitent, ne s'étranglent, ne suffoquent, ne s'indignent, que stimulés par les caméras complices, gros plan sur la colère qui se vend et se répand sur les réseaux sociaux, spectacle. Feraient mieux de cultiver le jeu de rugby avec leurs groupes que cultiver leur image. Mais que veux tu faire contre cette dictature de l'image ?? Si t'es sage dans ton coin, réfléchissant à la vitesse de la lumière aux problèmes que rencontre ton équipe sur le pré en cherchant les solutions, t'es pas vendeur, pas spectacle, pas intéressant, alors tu sémaphores, tu bondis, tu t'agites. Mé fach caga lou drôllés !!!!
    Regardé dimanche match honneur entre 2 clubs que j'ai entraîné, une équipe à 100 kg de moyenne devant une autre plus déliée, domination de la première et .......... victoire de la seconde 39 à 13. Des ballons n'en veux tu n'en voilà pour les gros et leurs arrières élevés aux mêmes schémas, aucune imagination pour varier leur jeu autrement que par le contact répété, du déchet payé cash et dès que le jeu adverse s'enfonce plein fer ou déployé avec le souci de continuité, les gros vite dépassés, alors sur la fin sortent l'artillerie, des coups de poing comme sonne le glas, triste un peu pour les uns et heureux pour les autres, carrément dépité ensuite dans une 3° mi-temps où pas trace des vaincus, heureusement les vainqueurs s'en foutaient et ont dignement rendu honneur à toutes les gloires paillardes de l'ovale.
    Y'en a un d'ici plus avant qui s'est moqué du Nini et de ses textes avec "suite", alors je réduis maintenant la voilure pour satisfaire mon lectorat.

    RépondreSupprimer
  50. D'autant plus bizarre de sacrifier à ce dogme du muscle et de la consommation de trucs qui aident à le faire pousser que, dans les revues spécialisées, confrontés à l'évolution générale de leur état physique et physiologique, d'aucuns l'affirment: " la dope, ça empire" !!!!!!!!!!!!
    Alors ????

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. encore une de Saint Claude ? pour les amateurs non avertis le Nini s'amuse : intervertissez les syllabes mises en majuscules et vous saurez tout "la DOpe ça emPIre " ... je ne vous dis pas les autres, elles sont trop shockingue .

      Supprimer
  51. Moqué, qui ça, qu'il se dénonce tout de suite ou se taise à tout jamais!
    Ben oui, la dope, secret de poligauzelle maintenant.LE gros cadavre dans le placard et ça fait un bout qu'on en cause, ici, continuons.
    Allez Benezech.

    RépondreSupprimer
  52. Ami(e)s contrepéteurs et péteuses, petites insertions dans les derniers textes, relevées ????

    RépondreSupprimer
  53. On a mal à notre Rugby hein ! C'est devenu une rubrique RH , machin part , il se dit que , truc pousse vers la sortie , bidule et chose aux prudhommes , une rubrique faits divers et d'été , des Présidents dont on parle plus que du jeu ou de leurs joueurs on est pas loin des tabloïds anglais par moment , de temps en temps on parle jeu , au moment du VI nations et des tournées , vivement celle des Lions que l'on puisse voir du beau jeu !
    La dope grand dommage , tant pis pour eux , adultes consentants
    Le golf longtemps pris en otage en Europe mais les grands champions ne sont pas nés avec une cuillère d'argent dans la bouche , très drole ce décalage d'image entre ce que ce sport véhicule et la réalité des mecs qui le pratiquent à haut niveau , sans parler des anciens joueurs de Rugby qui y excellent dans de franches parties de rigolades

    RépondreSupprimer
  54. Je suis d'accord François, quand tu joues au golf tu sais que tu es responsable de tout ce que tu fais. Tu peux choisir de rigoler ou d'essayer de jouer comme un professionnel et chaque jour changer.
    Notre rugby s'est trompé à tricher avec l'esprit français (faut pas copier, c'est laid!) et si les joueurs se blessent c'est qu'ils ne sont pas dans leur assiette.
    Tautor pourrait nous dire l'influence du mental sur les possibilités de blessure (Je l'ai appris à mes depends)...
    En attendant que FFR/LNR mettent de l'ordre dans la maison, c'est moi qui ai les nerfs. J'ai regardé Garcia s'habiller de vert à Augusta et avant cela visé les matches anglais. Lundi matin j'étais crevé mais ravi de ce que j'avais vu. On en parle à Treignac!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Du même bled que ma belle Mère le Sergio même si en fait il est parti tôt aux US , la revendication Espagnole est forte comme tu peux l'imaginer
      De Catsellon ombre ! De El Campo de la Méditerranée ! Bon c'est vrai qu'ils en ont des tout bons en Espagne !

      Supprimer
  55. Dope, dope, dope ! Tout le monde adopte dope... (avec références youtube gracieusement fournies par dopinette).
    Bon, sérieux : si on veut pas que nos mini-poussins soient chargés demain comme des camions péruviens, faut s'activer. Y a une solution toute trouvée : quand un analphabète raconte sa dernière biture à la télé, l'animateur agrégé de lettres conclue : "avec modération". Et le tour est joué. Depuis, l'alcoolisme est en net recul dans les garderies.
    Des esprits chagrins préfèrent la sélection naturelle (si peu de gauche !), une sorte de régénérescence à tendance anarchisante, celle qui, reconnaissons-le, a fait la splendeur de nos forêts, la qualité de nos amis et la beauté de nos femmes.
    Reste plus à la FFR et à la LNR à s'accorder pour dire que 5% de morts par saison, c'est tout-à-fait raisonnap'. C'est pas gagné. Quelle époque !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. 5%,ça paraît raisonnable.
      En plus si c'est des Géorgiens ou des Fidjiens et assimilés, un paquet cadeau à la famille et hop, classé.
      Allez, le mieux c'est encore de pas les compter.

      Supprimer
    2. Quand on aime, hein Jan Lou... A-dope-té !

      Supprimer
  56. https://corpsetculture.revues.org/470 ça s'intitule "La professionnalisation du rugby français. Pouvoir économique et lien social" dit comme ça ça paraît un peu aride mais non ... pas le temps d'en discuter mais on en recause asap .

    RépondreSupprimer
  57. Partagé la dernière partie des vacances sur un parcours banlieusard avec ce qui s' avèrera un Gallois exilé à Jo' Burg.
    Le mec, né natif de Pontypool se souvient de ces jeunes français braillards qui venaient regulierement prendre 40 grains les années paires !
    Mon Madam à pigé instantanément que son dernier shoping en serait grièvement affecté.
    Come on,little world isn't it , comme non dit en terminale B1 du lycée Karren Cherryl de Grenoble.

    RépondreSupprimer
  58. LNR révolution annoncée, le Prés' au cachot, les courtisans au créneau, et puis ................... les baudruches dégonflées, les alliances renouées, les promesses (lesquelles ???) en sous-mains, le Montpelliérain qui s'abstient - comme si Robespierre avait utilisé un bulletin blanc (!!!!)- le Fouqier-Tinville de la rade qui y reste, et se voit même couronné/couillonné dans la commission relationnelle avec l'autre parti, le rugby dans tout ça ???? Quoi le rugby, et puis quoi encore, c'est pas assez compliqué comme ça ????? Voudrait bien connaitre les fils et leur épaisseur que PG tient dans ses pognes pour que tous ces hauts et beaux parleurs la mettent en sourdine si vassalement.

    RépondreSupprimer
  59. Nini, quand ta version est plus crédible que la vérité officielle, on te croit. Surtout quand elle est plausible. Cela dit, qui à la place de Gozz ? Magozz ?

    RépondreSupprimer
  60. Paul plus malin qu'il y paraît mais surtout l'idée de " lvrer " la LNR sur un plateau à BL à du suffire à mobiliser autour du Paulo tout en reprenant la main sur le sujet avec cette commission de conciliation
    En même temps si je suis honnête je m'en fous un peu beaucoup et pas passionnément

    RépondreSupprimer
  61. Ben alors les fainéants on n'a pas fait ses devoirs ? et mon article à lire hein ? Bon interro écrite : dans son texte finalement assez prémonitoire, l'auteur Jean-Bernard Marie Moles repérait plusieurs changements qui selon lui allaient amener une crise du rugby français, lesquels ? allez juste une ou deux pour voir ...
    Parce que pour savoir où qu'on va, faut savoir d'où qu'on vient .

    RépondreSupprimer
  62. Texte vieux de 20 ans (1998) et pourtant toujours d'actualité.
    Très intéressant et facile à lire malgré quelques termes un peu "techniques" et parfois bizarres comme:
    - "conflits entre néophiles et misonéistes".
    -"une daraise".
    -"philosophie anachorétique".
    -...,
    bien que finalement peu nombreux et compréhensibles à la seconde lecture.
    Au final, comme mes propres analyses ont toujours été de cet ordre, je ne peux qu'approuver ce texte.
    Pour donner un résumé concis de mon point de vue -déjà exprimé "x" fois- je dirais que j'ai toujours approuvé les changements inhérents au jeu, tirés de la pratique du jeu et des joueurs, et dans l'intérêt de celui-ci et de ceux là,
    et réprouvé les transformations imposées de l'extérieur par des agents dont les intérêts n'avaient rien à voir avec la pratique sportive mais guidées par de bas intérêts économiques et financiers. De plus, et pire que tout, sous couvert de maines et moults justification plus ou moins philosophiques (et quand le dis philosophie, c'est par pure charité humaine).


    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mais oui André moi c'est pareil mais on a eu 20 ans pour les avoir ces idées, les construire petit à petit . L'intérêt de cet auteur c'est d'avoir tout envisagé dès 1998, j'avoue que je suis tombée de ma chaise lorsque j'ai vu la date de parution .
      Tout y est : la bipolarisation du rugby en rugby-élite braquée sur les droits télévisuels et rugby- de masse ou de partage ...le changement de vocabulaire aussi ; le charisme et la notoriété des joueurs disparaissent au profit de rendement et contrat "La bravoure est quantifiée et la vaillance n'est que subséquente à la rigueur et à la méthode" ... il parle enfin d'une véritable césure sociale, chamboulement des valeurs des uns et des autres et 20 ans après comme dirait Dumas tout s'est encore accentué .
      Les problèmes financiers tout d'abord avec l'endettement des clubs, l'inflation salariale si peu contrôlée par le salary cap etc . Surtout tout devient extrêmement violent : les rapports entre Ligue et Fédé bien sûr mais aussi les conflits joueurs- présidents, joueurs- entraîneurs, présidents- mécènes et présidents- entrepreneurs . Les pétages de plomb successifs auxquels nous assistons en ce moment sont révélateurs de cette crise latente depuis 20 ans .
      Pour le langage particulier de l'auteur je crois que c'est typique du langage universitaire de l'époque, plutôt agréable de s'y replonger non ? J'aime bien aller faire un tour du côté des dictionnaires .

      Supprimer
    2. Je dirais qu'il n'y a rien de tellement surprenant dans tout çà. C'est tout simplement purement mécanique; la mécanique du capitalisme bien huilé à la recherche du profit là où il peut exister. A la façon du vampire qui se jette sur tout ce qui palpite et lui fournit sa réserve de sang.

      Supprimer
  63. L'Antonin l'avait bien dit entre 2 pastagas ; "Le rugby n'est pas un jeu de société, il est le jeu d'une société, qui exige un code d'une complexité extraordinaire afin d'éviter de dégénérer.
    L'on bien fait sauter, ces nantis qui veulent goûter notre pain sans connaitre l'origine de la farine (P. Albaladéjo).
    Dans un autre sytle plus boucher chevalin... http://boucherie-ovalie.org/2017/04/11/top-14-pognon-financer-club/

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. tu as lu les commentaires des lecteurs de l'article des bouchers ? "trop long j'ai pas lu " ! ça aussi c'est un signe des temps ... mais il est plutôt pas mal - un peu long quand même 😉
      Sinon sur les codes du rugby Tautor m'a envoyé un article du gars que j'ai cité plus haut dans la même revue "corps et culture" ça s'appelle "le corroboree du rugby " et c'est extra !

      Supprimer
    2. Pas mal sur le constat pas grand chose voire rien pour les solutions comme celle évoquée ici avec des Franchises jouant au niveau Européen avec des matchs de haut de niveau , plus de doublons , un calendrier plus apporprie pour les Équipes nationales
      " droit de vie ou de mort sur 80 salariés " suis pas copains avec ces nouveaux Présidents mais faut pas deconner quand même ....

      Supprimer
  64. Je rentre chez moi.
    J'ouvre la télé et j'apprends que Dortmund-Monaco se joue...?! J'en suis scandalisé. Et quand même perplexe, malgré le fait de savoir que, dans les jeux du cirque, tout est possible en regard du profit.
    Et j'apprends aussi que Sonny B. Williams est autorisé à jouer sans logo publicitaire. Souvenir de Nathan et d'autres...Eux, pour ne pas jouer les dimanche. Réflexions nombreuses, là aussi, mais trop longues et complexes pour les développer ce soir.

    RépondreSupprimer
  65. Curieux comme les Thénardier - Laporte et Simon- n'ont pu avoir la peau de Gozette ; pas faute de la terroriser la pauvre petite ! Bah ... ce sont tous des misérables .
    On sort le papier timbré et on agite les avocats, ou l'inverse, on fait appel aux instances supérieures - non mais quand même le Conseil d'Etat ?! pourquoi pas l'ONU ?

    RépondreSupprimer
  66. Le conseil d'état autorise donc les clubs concernés à jouer 2 rencontres en 4 jours, équité sportive s'il en est !!!!! La LNR va faire un banquet, la FFR lamper sa soupe froide, mais au final le rugby perdant, le sport aux abonnés absents, les égos démesurés en train de préparer la future sortie de tranchée, les calendriers et compét' de la saison prochaine bloquées par la FFR. Beaucoup de faux-culs quand-même dans cette LNR qui ressemble de plus en plus au Sénat de notre République, sert pas à grand chose mais a des pouvoirs de nuisance considérables.
    Lu ce matin que le NZ que chacun appelle SBW veut pas porter le logo d'un partenaire de son équipe pour convictions religieuses, et tout le monde pas révolté. Bon, venant de ce pays d'où l'on glorifie -à juste titre- le jeu pratiqué, mais qui est quand-même le premier fossoyeur de notre sport dans sa dimension financière et affairiste, perso je n'y trouve rien d'étonnant. J'espère à tout le moins que le pognon de ce sponsor injecté dans son équipe, le type le refusera, au nom de ses croyances. Je supporte déjà limite les simagrées de signe de croix et autres génuflexions pour un essai ou une pénalité, alors ces caprices de "stars". Comme tout un chacun ici, dans mes différents clubs les joueurs étaient de toutes confessions et opinions et jamais cette diversité n'a occasionné le moindre souci, je pense simplement, et très idiotement sans doute, que vraiment notre rugby glisse sur une pente que ses pratiquants et serviteurs savonnent à loisir !!!!!
    A part ça le CAB toutes cartes en main et voiles dehors pour monter à l'assaut du graal, ça peut marcher, sur un malentendu, un mauvais rebond, une biscouette d'Irribaren et les fusées de Germain, va savoir, un match reste un match !!! Et puis 20 ans après l'Europe gagner la France ça aurait de la gueule non ????

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Faut une part de rêve... t'enflammes pas non plus. Bon juste un plaize pour Arnaud !
      Heureusement qu'il y a Brive en Corrèze, parce que Tulle... sont à l'image d'Hollande !!
      Veulent de plus, descendre en F2 pour mieux remonter en F1 d'ici 4 ans. Faut dire qu'avec un sponsor comme "Les caves de la Croix Rouge"... Plus beaucoup de vaches à lait, tout pris par le CAB !
      Tiens vu qu'Henri Garcia avait été joueur à Tulle...

      Supprimer
    2. Ah oui, alors,un tantinet mercantiles les Kiwis.
      Peut on leur en vouloir, ils n'ont que ça et le mouton à vendre, et leur obstination vers la reconnaissance planétaire, ca tourne même un peu au complexe, reste attendrissante, non ?
      Allez l' ONU, Organisation des Nanas Uniques,présidente Gariguette .

      Supprimer
    3. Mercantiles les Kiwis, mais attendrissants, attendrissants ??? Comme leur viande de mouton de là-bas ???
      Y'n a sur le planète à revendiquer la reconnaissance universelle, pas tous complexés, certains ayant plein de choses à vendre et d'autres rien du tout à proposer, peu me paraissent attendrissants, strabisme divergent ou aveuglement sociétal ???
      Rêver fait aussi partie de la panoplie de l'humain "Le rêve, c'est la roue libre de l'esprit" qu'y disait le poète P.Reverdy de Narbonne là où que le rugby reste le rrrrrugby !!!!!

      Supprimer
  67. A croire que Mr G. a plus d'un tour de malices dans sa poche que Bernie et son major d’homme ! Le Conseil d'Etat a donné raison politiquement à la LNR .... pas de signe ostentatoire religieux ou autres pour arriver à ses faims ! Ce qui montre bien que notre FFR sonne creux, parle beaucoup pour un résultat piètre. Pire Mr G. a eu le quitus de l'ensemble des Présidents (Top14 et Pro D2) excepté Mourad ! Le message est donc clair pour SS&BL, ce n'est pas demain que la FFR va siphonner le butin de la LNR. Comme je l'avais dit précédemment, les avocats vont s'enrichir. Quand aux AB, AIG est devenu partenaire en 2012 depuis la victoire en 2011(la 1ère fois vers 1990 avec une marque de bière, les bloggers initiés de la tireuse donneront la marque), permettant à la NZRU d'avoir des revenus substantiels pour pouvoir garder ses meilleurs joueurs, de renflouer les caisses de la fédération et de pérenniser l'image des AB sur la planète. La fédération n'a pas le problème du monde amateur à gérer comme chez nous car la culture est différente, tournée vers le maillot AB à tous les étages. SBW fait le show mais pour combien de temps car il y a du monde à son poste ! Des 1/2 finales avec des clubs nouveaux LR , CAB, voir le SF donneraient une fraîcheur inattendue et un goût subtil au jeu. Je peux rêver ma foi !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Extraordinaire : "Le recours de la LNR contre la décision de la FFR annulant le report des matches du Stade français et du Racing 92 du 18 mars ne relève pas du Conseil d'État mais du tribunal administratif en premier ressort», explique dans un communiqué la plus haute juridiction administrative française devant laquelle la LNR avait déposé lundi un recours en annulation assorti d'une requête en référé-suspension pour débloquer le sort de ces deux matches". Dixit l'Equipe du 4/4/17.
      Et maintenant il tranche !!!! Mais qui fait quoi ???
      A part recycler ce T 14 de moins en moins Coq 14 en créant un championnat propre (je veux dire par là à part entière !!...) "rugby/Dieux du stade body buildés & Co" hors Fédé/World rugby, je vois pas comment s'en sortir. Jamais la LNR passera sous la coupe de la FFR, ce qui devrait être cependant globalement le cas.

      Supprimer
    2. Ça se fera au moment de le renégociation de la convention en 2020 je crois !
      C'est la ou BL n'a pas été très malin on revient difficilement sur des contrats qui ont valeur légale
      On en connaît un ici qui a beaucoup beaucoup parlé , affirme pendant la campagne et qui se confronte maintenant à la réalité de gouverner
      Comment dire .... l'atterrissage est brutal ...

      Supprimer
    3. Je n'ai jamais compris la stratégie de BL vis à vis de la LNR , a minima tu regardes scrupuleusement si le rapport de force est en ta faveur et tu fais un poil de " si j'étais à leur place je ferai quoi " ben non , bourrin ! " c'est moi le Patron " ..... aie aie
      C'est une chose d'être élu en chauffant les électeurs à blanc , c'en est une autre que de gouverner .... faut un poil de jugement et maîtriser sa parole ...

      Supprimer
  68. Je viens de lire Jean Bernard Marie Moles et la Boucherie.
    Intéressant; tous les deux. L'un se répondant à l'autre; ou, plutôt, l'un s'encastrant dans l'autre: Moles, l'intériorité, le bouillonnement, la lave du jeu face à la Boucherie et ses structures externes, ses nouveaux cadres.
    Moles, pour un (psycho)sociologue, un descendant de l'école de Palo Alto, apparemment, est plein de bouillon. Il s'enflamme même souvent un peu, se laisse aller à pas mal de lyrisme. C'est sympathique. Son alter-égo, Abraham Moles, psychosociologue, lui aussi, me paraissait un peu plus "scientifique" dans sa "Micro psychologie de la vie quotidienne". Mais ceci est une autre histoire.
    Il parle du rugby comme d'un monde conventionnel et fédéraliste. Je trouve çà assez juste. Il souligne que le rugbyman oublie ses références sociales quotidiennes pour rejoindre un monde monstrueux et fantastique grâce à une inversion provoquée par certains rituels classiques et répétitifs. On pense, là, au "costume" de l'acteur de théâtre qui, subitement, se retrouve totalement autre. "Je est un autre", pourquoi pas?
    La trivialité du jeu d'aujourd'hui, c'est qu'il est à l'image du monde. Comme ces jeux que l'on donne aux enfants à Noël et qui ne sont que des répliques du monde réel. Non, ce que l'on désire c'est la possibilité de rêver un peu ou beaucoup, mais de faire émerger notre vie intérieure, pas de faire des photocopies. Mais cela, une fois encore, risque de nous entraîner trop loin.
    Au fond, quand on dit que le rugby est représentatif du monde dans lequel on vit, c'est plus ou moins vrai. Aujourd'hui, oui, il me semble particulièrement l'être. Cela sous l'emprise des forces, disons économiques, pour résumer, et qui s'appliquent à tout et n'importe quoi du moment que la rentabilité et le pouvoir soient au rendez-vous.
    Le jeu d'hier, représentatif également du monde de son époque, permettait quand même les échappatoires dont parle J.B.M.Moles car il était plus symbolique et imaginaire qu'inscrit dans les processus économiques du réel.
    C'était surtout et avant tout un JEU.
    Ces activités anecdotiques qui gravitaient autour de la planète sociale sérieuse et qui permettaient à ses adeptes de créer, de recréer le monde. Monde quand même bien différent du monde traditionnel que l'on nous présentait et dans lequel on nous demandait de rentrer.
    Ainsi, et pour conclure pour le énième fois de la même façon, je pense que le rugby, mais pas que le rugby d'ailleurs, est mort. Il existe encore un peu des traces de son existence à l'image de la lumière d'étoiles que nous recevons encore, alors que la plupart sont déjà mortes.
    Ce qui m'intéresserait, c'est de savoir quel est le sport d'aujourd'hui qui pourrait représenter le rugby d'hier?


    RépondreSupprimer
  69. Une municipalité et un département d'un bord politique, une région, d'un bord opposé.
    Cette forme de contre pouvoir est il de bonne facture ou nuit il au bon déroulement de la mise en place de programmes ou autres projets?
    Interrogé, en privé, sur cette question, un député- maire expliquait que globalement les mésententes telles que perçues par les administrés et relayées par les médias n'étaient que factices. Mairies, départements et régions se retrouveraient aujourd'hui avec les mêmes problématiques et qu'à l'exemption de quelques subventions données plus aux uns qu'aux autres selon leur couleur politique, ils essayaient ensemble de trouver des solutions durables aux difficultés rencontrées.
    En serait il de même pour la LNR et la FFR ?
    Et si tel n'était pas le cas, un contre pouvoir réel ne nuirait il pas plus qu'il n'amènerait de solutions aux déboires du rugby français.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La réponse du député maire se comprend foncièrement puisqu'on est dans le cadre circonscriptions administratives civiles territoriales de l'Etat dans l'exercice de leurs fonctions. Pas tout à fait la même chose pour la FFR et la LNR, tous les 2 organismes nationaux, l'un déléguant à l'autre (également délégué par le ministère des sports) la gestion du rugby professionnel = plutôt 2 entités qui cohabitent... de plus en plus difficilement. Le contre pouvoir étant finalement le Conseil d'Etat, mais que par rapport à une position définitive d'un point de vue juridique sur la forme. Ce qui ne solutionne rien sur le fond = Punk de travers

      Supprimer
    2. il est bien connu que la ligue et la fédération ne font pas de politique !! et qu'ils mettent les œufs dans le même panier ... il parait même qu'ils parrainent le lancer d'espadrilles !!

      Supprimer
  70. Ce soir : Championnat de France du lancer d'espadrille à Nimes.
    Qualification pour la coupe d'Europe.
    Punkette ( part s'entraîner )

    RépondreSupprimer
  71. "Mère Nature reconnue comme personne".
    Petit texte lu dans le dernier Télérama (page 14), faisant penser au supposé discours d'un chef indien prédisant l'effondrement du monde occidental et son retour vers des valeurs plus essentielles.
    Ce texte parle des droits et des devoirs de l'air, des forêts et des rivières, comme le Whanganui, en Nouvelle-Zélande, "qui s'est vu accorder...les mêmes droits qu'une personne".
    A quand le Rugby, reconnu lui aussi comme une personne devra être sauvé?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. On peut demander au Conseil d'Etat... !!
      Sinon, on creuse sous nos pieds et on atterrit pas chez les chinois mais bien au niveau de la Nouvelle-Zélande...

      Supprimer
  72. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
  73. J'ai consulté mon oracle préféré, nous avons sacrifié 2 ou 3 boeufs dont nous avons lu les entrailles ( beurk ! ) bon en fait j'ai un pote vaguement juriste lorsqu'il est à jeun, d'après lui le Conseil d'Etat a été saisi en référé pour régler une situation urgente sa décision n'est que provisoire ( me demandez pas pourquoi, c'est COMME CA ! ) c'est Le tribunal administratif qui jugera sur le fond ( ça va prendre plusieurs mois.) le CE a donc débloqué la question à savoir la tenue des 2 matchs. Ils seront joués. Pour ce qui est des relations FFR/ LNR c'est le tribunal administratif qui est effectivement compétent pour s'en occuper . Et c'est là qu'on va rigoler - ou pas ! Parce qu'en gros si Gozette a gagné la 1ère manche, il va y avoir quelques rounds encore ...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Voir le très bon papier d'Antoine dans Renvoie au 22 sur le sujet ( legal ) Effectivement quelques rounds à venir mais la convention signée par l'ancienne équipe sera comme le sparadrap du Capitaine Haddock sur les doigts de BL et SS jusqu'en 2020 ..
      D'ici la hein ... Y aura eu une coupe du Monde et ils prépareront la prochaine election .. Le monde amateur éclairé pourra alors mesurer les progrès accomplis vs le programme de BL concocté par SS

      Supprimer
  74. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
  75. Les NZ seraient-ils plus tolérants que les français? N'est-ce pas M. Jones bien connu d'une autre aire du rugby (de notre ère de rugby?) en l'an 1987 qui a refusé de jouer le dimanche, jour du Seigneur tel qu'on nous l'a appris? On se bat encore pour lui dans bien des pays.
    Quant aux moutons reçus à bas prix de NZ par bateaux hebdomadaires, merci à M. Mitterrand et son Gouvernement. Ce n'est que le prix de compensation des dégâts collatéraux de l'attentat du Rainbow Warrior dans le port d'Auckland où nos espions se sont fait croquer. Une passe mal adressée.
    Même le rugby est politique pas étonnant que les plus hautes instances s'en mêlent dans les affaires FFR/LNR
    Puisque l'on est en campagne, les moutons sont en liberté en NZ, on n'y voit ni bergerie ni berger. Dans pas longtemps, je vais les retrouver et suivre avec attention comment seront gardés les Lions du Brexit et de l'Irlande réunis. On aura la composition du troupeau la semaine prochaine...,vivement l'hiver!
    En attendant, rendez-vous à Treignac

    RépondreSupprimer
  76. feuilleton ligue ffr
    dallas parodie
    manque plus que le tribunal international de LA HAYE
    ou une fatwa ou une entremise boudhiste
    que de temps perdu
    belle faillite non
    bientot des tee shirt nous sommes tous ligues
    ce que les JOUEURS NZ AIMENT LE MIEUX DU TOP 14 SES EUROS

    RépondreSupprimer
  77. Et pendant ce temps, Nicolas Jeanjean international reconnu et reconverti (entre autres activités) coach d'entrainement personnel, dit simplement que les joueurs de rugby s'entrainent trop et mal( cf. Midi Olympique). Nous ne sommes pas si loin d'une vérité.

    RépondreSupprimer
  78. Et pendant ce temps, Nicolas Jeanjean international reconnu et reconverti (entre autres activités) coach d'entrainement personnel, dit simplement que les joueurs de rugby s'entrainent trop et mal( cf. Midi Olympique). Nous ne sommes pas si loin d'une vérité.

    RépondreSupprimer
  79. Et pendant ce temps, Nicolas Jeanjean international reconnu et reconverti (entre autres activités) coach d'entrainement personnel, dit simplement que les joueurs de rugby s'entrainent trop et mal( cf. Midi Olympique). Nous ne sommes pas si loin d'une vérité.

    RépondreSupprimer
  80. Et pendant ce temps, Nicolas Jeanjean international reconnu et reconverti (entre autres activités) coach d'entrainement personnel, dit simplement que les joueurs de rugby s'entrainent trop et mal( cf. Midi Olympique). Nous ne sommes pas si loin d'une vérité.

    RépondreSupprimer
  81. tu as la tremblote !!!! pas bon pour le swing !!

    RépondreSupprimer
  82. Je constate qu'il y a beaucoup plus de casse ces derniers temps après le tournoi ... que ce soit des internationaux ou non d'ailleurs ..... Avez vous remarqué depuis la fin du tournoi que la vitesse de jeu n'a pas changé mais que les contacts sont de plus en plus violents voir âpres et que le fond de jeu n'est basé que sur ça actuellement ... j'ai l'impression que les consignes ne sont que détruire pour construire secondairement du jeu ... idem que en Pro D2 ! comme si les entraîneurs recevaient une feuille de route de la ligue et de canal pour que le spectateur en redemande ..... ou au contraire se sont ils basés sur les standards du tournoi notamment avec l' Angleterre et les Irlandais pour châtier l'adversaire ... Finalement, le rugby ne commence t-il pas devant ? mais quel rugby ?

    RépondreSupprimer
  83. Un salut amical depuis la Normandie.
    Je débarque...
    Zéro pour cent ovale et ça fait du bien
    Retour au blog lundi
    Bons matches. Ou pas.

    RépondreSupprimer
  84. Ben moi j embarque ... visite au Pays
    Bon post !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Visite guidée à Treignac ?

      Supprimer
    2. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

      Supprimer
    3. Malheureusement non .., c'eut été avec grand plaisir

      Supprimer
  85. Bonjour à tous, soleil de feu ce matin qui peut faire croire que le monde est beau et bon et le rugby volage et libre.
    Après tous ces sombres propos sur LNR, FFR, autres coquins qui veulent des maroquins et les ceusses qui veulent aménager à l'Elysée, la morosité ambiante et le pessimisme affichés, la peur du demain, toutes ces couillonnades que dirigeants, entraîneurs et joueurs de l'ovale sèment à loisir chaque jour, entre procès et viol, corticos et poudre blanche, musculation et dope, accidents en séries de biceps triceps et autres ceps de basse consommation, pâles copies de jeu rendues à chaque journée, rencontres reportées puis pas, puis grève, puis justice et travaux forcés annoncés pour certains, bref si qu'on reparlait un peu de ce P de jeu avec ette 24° journée du FLOP.14 ????
    Miserais bien quelques piécettes sur le CAB et le LOU. L'équipe de Mignoni arrive à la plénitude de son rugby au tout bon moment, après beaucoup de boulot et une navigation qui n'a jamais variée ni sacrifiée à des options qui auraient pu paraître plus pragmatiques. Le CAB bon c'est à la fois le cœur et la réalité du terrain, certes pas un rugby enchanteur et enthousiasmant, même pour les purs de dur comme moi, mais je remarque que ceux qui s'intéressent encore à notre championnat sont des supporters, pas des amateurs du jeu, c'est vrai que si t'a pas la fibre d'ici ou de là l'intérêt du jeu pratiqué te fait pas aller vers les stades et écrans de canal-.
    Vois bien le Racing enterrer le fantôme du ST, le BO et son Etcheto ramener 80 pions à la maison, pour le reste je pense que ça reste ouvert, peut-être quand-même que pour le CO au RCT la marche sera un peu haute.
    Quant au derby LNR/FFR, les prolongations qui s'annoncent font saliver d'avance tous les spectateurs qui ne comprennent rien au rugby, pour les autres c'est morne pleine, désolation, nous serons bientôt ici comme dans un abri atomique, bien au chaud quand là-haut les champignons de la gangrène attaquent le corps vivant de l'ovale.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Nini tu nous parles du CAB rugby de terroir c'est une qualité oubliée. Il y a dz l'espoir dans un coin de France!

      Supprimer
    2. Nini tu nous parles du CAB rugby de terroir c'est une qualité oubliée. Il y a dz l'espoir dans un coin de France!

      Supprimer
  86. Hier petit tour de vélo dû à une grande fatigue...
    J'en ai ramené une petite trilogie.
    En un, et pour reprendre François Barbier du 12 Avril à 13:06, qui conclue par:
    -"En même temps, si je suis honnête, je m'en fous un peu, beaucoup et pas passionnément.",
    je dois dire que "çà me saoule" comme on dit par ici, du côté de Saint-Étienne.
    Nous rabâchons inlassablement et sommes, me semble-il, globalement d'accord sur le fond, c'est-à-dire sur les changements, transformations, modifications irréversibles du rugby. Que ce soit de notre part, par nos propres réflexions ou bien par de remarquables textes dont les deux ou trois derniers proposés par Gariguette et Tautor, par exemple. Et il y en a bien d'autres...déjà lus ou à lire. Bien. Et on fait quoi, maintenant?
    En deux, je me rends bien compte qu'à part quelques soubresauts du jeu, durant certains rares matches, réussissant à soulever la chape de plomb qui le recouvre, ce que l'on me présente du rugby actuel ne me satisfait pas...Voir ci-dessus (1, le chef a toujours raison. 2, si le chef risque de se tromper, que fait-on? 3, s'en référer à la règle n°1).
    En trois, donc, et en combinant un et deux, je ne vois plus qu'un seul intérêt à mes (nos?) réflexions: que peut-on faire, techniquement pour redonner du souffle au jeu? Autrement dit, aujourd'hui, peut-on jouer autrement? Et cela, en l'état des règles actuelles (le changement des règles pouvant être une solution radicale bien entendu). J'ai un certain éventail d'idées, de possibilités mais, n'étant plus sur le terrain, dans la pratique, je ne peux avoir de certitudes. J'aimerais donc avoir quelques points de vue sur cette question. Merci d'avance.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. André, avec un tel spleen tu vas tomber malade. Avec les mêmes règles je regarde les anglais et je vois du jeu. Nos entraîneurs ont des oeillères.

      Supprimer
    2. +un, Michel, trop franco/français tout ça.
      D'autres, beaucoup d'autres s' accommodent de la règle et proposent du jeu.
      Allez balancer le décodeur à la poubelle.

      Supprimer
  87. pour répondre à tes interrogations de cyclotouriste confirmé, étant moi même béotien de la technique vélocipède mais aussi de l'ovalesque, j'aurais un trépied à proposer : en premier pour jouer il faut être une rate pendant 80 mn, secondo : être adepte de l'évitement et non du rentre dedans, tertio : avoir les bases du rugby le placage, le mental, le goût de l'effort, le coup de pied, l'esprit d'équipe .... dans un corps au ratio poids/taille acceptable .... retrouvons la spontanéité de l'enfance quand nous jouions dans le pré sans entraîneur ... à croire qu'en grandissant on est formaté à la stéréotypie et à la médiocratie ne laissant aucune place à "l'intelligence situationnelle" ..... Avons nous des esprits créateurs ? Hélas non ! Tous récitent le tableau noir "connement" exceptés de temps en temps les îliens .... C'est comme tu ne grimpes pas le Galibier avec 500 bornes dans les pâtes, un vélo qui pèse 20 kg, un plateau en 54x46x42, une gourde et une polaire sur le dos !!! Quoique ? La sélection se fait naturellement au fil des virages et de l'ascension ..... pas besoin d'avoir fait le tour de France pour comprendre cela ! faire simple c'est compliqué de nos jours.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Même que pour assurer le développé avant d'aller se coucher, Fignon recommandait de ne jamais mordre sa chique en lâchant trop tôt sa dernière dent ; question d'hygiène autant que de tactique au sein du p'loton . Sauf les chronophages ou à mépriser superbement la montagne, of course ! Ah ! l'échappée de Floyd, pas Pinkée des vers celle-là ! Epique & poc ! et plein de médiocres envieux pour dire qu'il était chargé ou bipolaire !

      Supprimer
    2. Avec quelques centaines de kilomètres dans les pattes, et un vélo -tout compris- de 30 kilos, je suis assez bien passé par le Ventoux (côté Sault, en 2 heures 30 pour les 26 km) en 30*23/26/30. Mais là n'est pas le propos.
      Tautor, merci de ta réponse même si elle ne correspond pas exactement à ma question (voir Marchais...!). Je vais sans doute passer pour un couillon, avec mes réflexions primaires, mais tant pis.
      Pour revenir au match Angleterre-Italie qui a fait jaser du fait de la non participation des italiens aux rucks, qu'est ce qui empêchait les anglais de jouer "droit devant" en "groupé pénétrant"?
      Les réflexes collectifs immédiats du temps ou je pratiquais étaient intégrés, simples et efficaces pour "châtier" l'adversaire. Ainsi, le but du jeu des avants était de FIXER ceux d'en face -et même plus si possible- afin de libérer l'espace pour les 3/4. Si l'opposition n'était pas suffisante on continuait jusqu'à ce qu'elle le devienne, ou alors danger pour eux. Tout le monde essayait (ou tentait d'éviter), également les opposition avants-3/4 (ou l'inverse). Aujourd'hui, je vois bien que cette notion est obsolète dans la mesure ou les gabarits sont tous identiques. Mais certaines techniques collectives oubliées me semble-t-il aujourd'hui (comme cet excellent vin trouvé dans la remarquable épicerie de Longueuil à Maisons-Laffitte -"Le vin des Cépages oubliés", pourraient certainement être remises au goût du jour. Et, particulièrement tout ce qui concerne cette idée de fixation abordée ci-dessus.
      Et puis toutes ces techniques individuelles et collectives comme 1/2 tout contact-passe, petites passes courtes entre avants juste avant contact etc...Je parle des avants essentiellement dans l'idée -sans doute trop vieille- qu'ils doivent avoir un rôle à part et non cette bouillie de jeu ou tout le monde doit être l'exacte copie de son semblable. Et loin de moi l'idée qu'un avant ne saurait pas passer une balle ou un 3/4 extraire celle-ci d'un maul.
      En tant qu'(ex)entraîneur, ma volonté était que chacun des 15 joueurs sache exactement quel était "le travail" des autres et qu'il soit éventuellement capable de le réaliser. Ceci, entre autre, dans le but que tout un chacun puisse "visualiser" ce qui se passait à un endroit ou un autre du terrain, dans le but de pouvoir se placer en fonction de la suite des évènements. Mais pas, ou quasiment pas, de jeu automatisé à l'Australienne; les premiers, pour "x" raisons disons historiques, à mettre en œuvre ce nouveau jeu. Ce qui était quand même plus rare il y a trente ans. D'ailleurs, pour bien expliquer ce que j'essayais de faire passer, j'avais pris l'habitude de distinguer les phases statiques, d'une part, avec les avants et les arrières, des phases dynamiques, d'autre part, dans lesquelles il y avait les "AVANT" (qu'ils soient avants ou 3/4) et les "APRÈS"(l'inverse, donc) en fonction de ceux qui possédaient le ballon et ceux qui l'attendaient; ces derniers devenaient, au moment de l'éventuelle possession les nouveaux "AVANT", et les précédents; les "APRÈS". Et ainsi de suite.
      J’arrêterais là mon propos qui me semble suffisamment clair pour montrer l'orientation des derniers intérêts que le jeu peut encore me proposer et de la question que je posais un peu plus haut.
      Inutile de rajouter -mais je le fais quand-même- que j'ai un bon paquet d'exemples concrets et précis sur les techniques -plus spécifiquement collectives, mais également individuelles- les gabarits, les capacités physiques, intellectuelle et toutes ces sortes de choses, comme on dit pour faire British.

      Supprimer
    3. Depuis l'ère du professionnalisme, on privilégie la défense (organisation, contre rucks, grattages,...) afin de mieux rebondir, surprendre l'adversaire. C'est ce que l'on voit la plupart du temps dans le Nord et en France en particulier, afin d'éviter de perdre et se trouver en situation de descente à l'étage inférieur. Au contraire du Sud où l'on joue plus debout, moins de temps au sol. Où l'on voit aussi que c'est redondant chez nous sur le 7 où l'on n'y arrive plus, non plus, au contraire de la plupart des autres nations majeures du Nord et l'émergence d'autres nations où le rugby à XV n'est pas prédominant. Tant qu'on restera sur cette idée de jeu, cette structuration de ce sport, et la dictature de la finance, on régressera.

      Supprimer
  88. Salut les amis,
    La mort dans l'âme (enfin, pas loin!) je suis forfait pour les Rencontres de Treignac. Des contraintes de taf que je n'ai pu tackler ne me rendront pas ma liberté avant le samedi matin et il sera trop tard pour aller vous casser les c... zoreilles avec des histoires de franchises, entre autres (le vendredi soir je serai encore à Ornans, qui beaucoup plus que la gare de Perpignan est le centre incontesté de l'origine du monde).

    Si la réservation que j'avais faite au TeaPot Cottage interesse l'un d'entre vous (qui bénéficiera d'un bonus de 50€ prépayé), qu'il me contacte sous 2/3 jours: vpays@free.fr. Après j'annulerai ma résa auprès de la charmante (quoique très British) hôtesse Ann.
    Rongé de remords, regrets et excuses...
    Vincent (aka snaileater/snoringidiot)

    RépondreSupprimer
  89. Pour l'aide à dé-faker, va falloir songer à monter une cellule psychologique .

    RépondreSupprimer
  90. Faudrait pas que les forfaits se multiplient à Treignac...
    Mus à part ça on relâche un peu l'attention et hop des que je retrouve de la wi fi on m'apprend qu'une troisième guerre mondiale est imminente ?
    Moi qui quitte Utah Beach et me prépare pour le grand bunker d'"huitreham" juste vous dire que ça fait pas envie...

    RépondreSupprimer
  91. T'inquiète les plus passionnés seront là ... Laisse faire ... les sondages le montrent ... On peut se tromper... Dis donc LR ne serait pas entrain de fossoyer le championnat en allant au LOU avec une équipe 2 et Uini en 2e ligne étrange non

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Dis donc, Tautor! ta grande ouverture d'esprit va presque me faire un peu moins regretter de vous lâcher...
      Quant à Zarma, même si ce n'est plus de saison, que le cul lui pèle et, s'il le peut encore, qu'il continue à jouir de son prétentieux onanisme literomane ...

      Sinon, cet après midi à Mayol, pourvu que Castres ait de nouveau envie de jouer à ce jeu, car si on compte sur Toulon, sauf par erreur ou par inadvertance, on risque d'avoir plus de bouillie que de rugby...

      Supprimer
    2. Vincent,
      ne sois pas susceptible .... je réponds à Ritchie nous avions tablé une 20 avec un delta aussi fiable que les sondages point barre. Après les impératifs de la vie ne sont pas pris en comte dans ces fameux sondages .... dommage que tu ne puisses venir tout simplement. Quant au CO, il voyage mal et va se concentrer sur les matchs à domicile pour assurer une place en top 6 avec bonus .... Et le LOU risque de finir qualifié aussi ... Tout dépendra des tactiques de chaque manager et des arrangements occultes .

      Supprimer
    3. Pas de sushi,Tautor : juste une petite chicaillade matutinale pour me booster les neurones ...
      après, ton pronostic m'irait bien pour le LOU

      Supprimer
    4. c'est comme l'érection matinale, parfois il faut booster et pas que les neurones !! rire .... si le LOU ne gobe pas l’huître, ses chances vont s'amenuiser .

      Supprimer
    5. ah je relève ( hum hum!) une petite faute de frappe Tautor : c'est une éLection matinale bien sûr, comme dans la chanson "Voter de bon matin voilà ce qu'il y a d'meilleur au mooonde ! " https://www.youtube.com/watch?v=HsOibCnS_5o

      Supprimer
    6. Merci Gariguette,
      au Lever je bats de L ... je préfère Georgette ! https://www.youtube.com/watch?v=YZczcXmK7MI

      Supprimer
    7. Voilà Vincent bon pronostic en se mangeant le bonus quand même 😉

      Supprimer
  92. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
  93. Intermittents des Présidents de clubs, les entraîneurs ne sont jugés que sur les résultats. La faute à qui finalement ? Car si l'entraîneur reste le fusible de circonstance, aucun président, à ce jour, n'est capable de se remettre en question voir de démissionner Président oblige !! La similitude avec la politique n'est pas des moindres. Tant qu'un Président met au pot (quelque soit la méthode), il n'est pas inquiété à quelques exceptions près. Si Auch est porté disparu en honneur ou fédérale 2 ou 3, c'est la faute des joueurs, des entraîneurs ou des Présidents successifs ? Je me demande encore pourquoi Cockerill accepte une mission temporaire au même titre que Giteau pour créditer les humeurs visionnaires de son président ? Ne doit-on pas parler de responsabilité partagée ? Un président peut-il être ingérant en permanence ? si c'est le cas, au delà de l'aspect financier, et devant des résultats peu satisfaisants, c'est que ses choix sont mauvais à la base. Il doit admettre qu'il s'est trompé et devrait démissionner ou coopter un Président associé. A deux on est toujours plus fort. Quand je vois le président Marti, en milieu de saison, changer de cap, pour des résultats peu encourageants, n'est-il pas à lui tout seul le fossoyeur du club ? L'effet choc est-il toujours salutaire ? Si on regarde l'ensemble des clubs le résultat n'est pas probant dans le temps exception faite le ST. Mais là encore, l'hégémonie est pire encore que le cancer détruisant le socle d'une institution. En fait comment des capitaines d'industrie arrivent-ils à pérenniser à long terme une entreprise ? Est ce en changeant les cadres dirigeants, les ouvriers ou en s'adaptant à la concurrence ? Peut être que demain pour être Président, il faudra avoir un master en Economie et Sciences de la vie ... et non plus sortir de sa poche gauche des millions pour les faire rentrer dans sa poche droite ou son contraire pour n'offenser personne en cette période !! Regardez le CO, mane de feu Mr FABRE, altruiste précurseur et grand industriel s'il en fût un ! jamais le club n'a eu le plus gros budget professionnel mais aussi jamais le club n'a eu le palmarès de son rival toulousain ! Pourquoi ? Serge Kampf a été un plus heureux en choissisant le BO mais en restant en retrait quoique ? Finalement, ne pas être son propre patron n'est pas un gage de réussite ! Et si le Président soumettait au votre des joueurs l'arrivée d' entraîneurs et de leurs staff, projet contre projet, ce dernier ne serait pas ou plus sur la sellette directement mais aussi avec les joueurs eux mêmes partie prenante dans le choix ! Le Président aurait la main moins lourde sur un ensemble que sur une seule personne non ? A vous lire en attendant le retour du soleil temps maussade, frais avec un brouillard épais en montagne un temps de saison finalement!

    RépondreSupprimer
  94. Toulon n'est pas au mieux depuis le départ de BL, en fait depuis qu'il a commencé sa campagne électorale. M. Boudjellal a bien parlé de démissionner puis s'est ravisé et dernièrement avec humour a dit que toutes les péripéties qui arrivent à Mayol c'est la faute à Galthié...Pas mal mais ça va devenir vrai!
    Pour être Président il faut savoir s'entourer, on n'a jamais toutes les qualités. Les cadres sont là pour faire avancer les idées mais encore faut-il qu'il y en ait. Quand c'est le budget qui commande on n'est pas arrivé. Le seul objet qui fait bouger, c'est le projet et les hommes complémentaires pour réaliser. Les ouvriers en font partie, mais leur rôle est d'exécuter. La politique du club dépend du président et de son environnement à chacun dans l'entreprise de comprendre et de décliner pour son secteur sa part de responsabilité. La cohésion de l'équipe est à réaliser de la présidence au dernier des employés.
    Depuis trop longtemps on a décidé de les virer plutôt que de les lieux former. Sans projet comment savoir où aller? Voilà où l'on en est.
    Comme tous un Président doit fatiguer et pourrait imaginer passer le relais avant d'être dépassé. Il faut une sacré dose d'humilité. Le bon exemple en ce moment c'est le ST...et ça j'ai du mal à le digérer.
    Heureusement LR donne une autre idée de ce qui est à réaliser pour faire des progrès.
    Bon, au petit déjeuner, en direct Hurricane-Blues, mi-temps 5 essais. Je trouve qu'aux antipodes ils courent plus vite qu'en Europe et qu'ils ont quelques kilos de moins. Peut-être l'attraction de la Terre?
    Dites moi combien on sera à Treignac, la cave va fermer, pour le fromage c'est fait!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. McGeechan le disait déjà en 1993 au sortir d'une défaite des Lions.

      Supprimer
  95. president ce nest pas que du beurre
    en ce monde les titres s imposent
    toute structure n est que la copie royale
    un territoire un chef supreme un sceau pour des sots
    la gouvernance des clubs evoluera quand d autres lois regiront le pouvoir
    vive les cooperatives rugbystiques
    soumettre les decisions aux employes
    c est comme si les ouvriers elisaient le meilleur trader
    les financiers ont le CAC 40
    l ovalie a son CACA 14

    RépondreSupprimer
  96. Il y a deux sortes de président.

    Le président et sa danseuse. Son choix de choisir la danseuse et les petits rats qui vont avec, est de son pur plaisir et dépend de son porte-monnaie. Qu'avons nous à redire ? Cela existe depuis si longtemps. Le petit notable qui mettait de l'argent dans son club pour se faire mousser. Là, il s'agit de gros notables plus riches qui veulent donc une danseuse en proportion de leur ego.

    Donc si la danseuse et les petits rats ne sont pas assez représentatif de leur force de leur personnalité. On change la danseuse. Cela existe depuis que l'opéra existe.

    Puis il y a les présidents salariés, qui eux dans la réelle économie devraient être virés en fonction des résultats financiers et sportifs. Et je reviens à mon club de coeur et de fan, le ST. Je pleure depuis des mois voire des années, sur ce qu'il est devenu et j'en veux clairement à son président. Pas de vision, changement de stratégie, finance exsangue, spécificité de jeu perdue, je suis tellement dégouté que je reste sans voix et sans écrit.
    Quand je vois ce que le président dit sur les entraineurs et le reste je me dis

    "Tout homme est sujet à se tromper, mais persister dans son erreur, c'est signe d'ignorance."

    Le Gé

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bien raison le G , tu te demandes aussi ce que fout , b..... le conseil de surveillance , 5 ans que ça va pas bien , connais pas la durée de son mandat mais quand même ça fait bien 3 ans qu'il aurait dû être débarqué
      Pour les autres et un au moins c'est d'avoir de la visibilité médiatique et donner son avis sur tout ce que certains media comme RMC , Canal ils adooooore Mourad

      Supprimer
  97. Ritchie,
    tu m'avais parlé de Pomarel comme l'homme de la situation ! 6 défaites en 8 tournois ! heureusement qu'il est pote avec BL !!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. et sinon Castres qui joue aujourd'hui et mercredi soir, il en dit quoi notre toubib ? je ne parle même pas d'équité sportive mais simplement de la santé des joueurs ; bon l'excellent M Revol se fendra peut être d'un commu-niqué soulignant le caractère "facheux" ( sic) de la chose mais renverser la table des fois ... non ?

      Supprimer
    2. j'en pense rien quand tu vois que les footballeurs enchaînent des matchs tous les 3 à 4 jours mais après le match ils ne vont pas en boite de nuit ... et ne boivent pas de l'alcool comme certains .... Vu le match CO RCT, en terme de vitesse on ne peut pas dire qu'il y a eu dépense d'énergie ... ni violence physique majeure ....c'est donc arrivé d'autrefois d’enchaîner des matchs d'un certain niveau ... au staff de faire qu'ils récupèrent .... l'hydratation, la cryothérapie, le massage, le drainage, l'alimentation, l'éLection matinale ... voilà Gariguette

      Supprimer
    3. Oui ben cryomachin,incantations ou massage entre les orteil, deux matchs de Rugby en quatre jours, c'est une connerie pis c'est tout.
      Allez oser tout.

      Supprimer
    4. Au passage aimerait que le monde du rugby pro se mobilise aussi quand les équipes des Tiers 2 et 3 jouent deux matchs de CDM - autrement plus exigeants physiquement - en 5 jours.

      Supprimer
    5. une fois dans l'année pas grave ce sont des pros mais bon j'avoue qu'en fin de saison avec un calendrier tendu ou les enjeux financiers priment plus que le jeu .... les courbatures sont décuplées ainsi que la fatigue .... heureusement le jeu est lent, bien lent et triste de ce que j'ai vu hier LOU/LR et RCT/CO .....yech grave de la bourinade de top 14, pas d'attaque flamboyante rien que du brise menu ...

      Supprimer
  98. A propos de Président , Moad est un mec dont l'honnêteté intellectuelle pourrait prête à discussion
    Il dit dans une interview du Midol Paul Goze etait au courant puisque il a signé un " non disclosure agreement " et pourtant il a dit non qu'il n'était pas au courant
    Quand tu signes un non disclosure agreement tu dois légalement ferme ta gueule puisque tu es tenu légalement , Moad qui passe sa vie le sait puisqu'il passe sa vie à faire des fusions et foutrait un procès à n'importe quelle personne qui aurait signé un tel accord et qui en parlerait à la presse
    Je sais tout ça n'est pas très intéressant pas très Rugby mais j'ai du mal avec les mauvais reproches
    Je ne connais ni Paul Goze , je trouve cette fusion pitoyablement gérée mais je n'apprécie pas la façon de faire du Moad
    Rien à voir avec la chose mais pour ceux que ça interresse aller voir " Tête Haute " de mon jeune camarade Stephan de Freitas , si si y a des jeunes qui font de belles choses
    Hors sujet , je sais donc selon la formule consacrée je sors ...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pardon " à voix haute " ou avais je la tete qui est aussi un très bon film avec ce gamin incroyable

      Supprimer
  99. Pour la journée dans L'Equipe un très bon papier de Julie L'Hostis sur le métier fragile d'entraîneur de rugby... pas que nous qui pensons

    RépondreSupprimer
  100. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
  101. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
  102. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
  103. Merci François pour le tuyau, les jeunes de "A voix Haute" peuvent sortir "Tête Haute". Remarquable travail et moment passionnant. Pas le ciné à portée, mais internet est plein de secrets; j'ai trouvé une adresse: https://youtu.be/VUTEG23QL7Y. Superbe moments!

    RépondreSupprimer
  104. Richard, le St Georges à Ouistreham 🍷🍜🎂

    RépondreSupprimer