lundi 18 décembre 2017

Petite note bleue

Etage entre les joutes domestiques parfois obtuses et peu fécondes et le niveau international dont on sait qu'il ne fonctionne plus désormais - pour notre plus grand plaisir - que sur les longues séquences de jeu debout, la Coupe d'Europe a parfaitement rempli sa fonction qui consiste à alimenter le spectacle de la meilleure des façons, à savoir en additionnant les initiatives et les essais. J'ai surtout aimé le couplet de l'arbitre irlandais, M. Clancy, admonestant les Rochelais Rene Ranger et Vincent Pelo coupables de critiques envers son arbitrage : «Messieurs, gardez votre calme ! Le jeu est plus important que nous...» Tout est dit.

La nostalgie est une maladie, c'est acté, mais on peut avoir aimé ce qui se jouait avant et apprécier ce qui nous est proposé aujourd'hui. Tout en veillant à ce que demain ne bascule pas dans l'idolâtrerie et le préfabriqué, à ce que les valeurs hormonales vantées par le Docteur Pack, alias Lucien Mias, ne deviennent pas l'hormone de croissance du docteur Jabuse, c'est-à-dire un assommoir pour bêtes de somme.

Pourquoi donc appuyer sur la touche rembobinage ? Parce qu'il était question samedi dernier, Racingmen et Olympiens mêlés, de dire adieu à Colombes entre tribunes d'Honneur et Marathon, sur ce terrain meuble et bombé large à n'en pas voir la ligne de touche, long comme le souvenir d'un match des Cinq Nations perdu dans un virage vide d'apparence mais chargé d'histoires puisque nombreux furent ceux, comme François Moncla, qui découvrirent l'endroit et la magie du Tournoi debout dans cet arrondi de ciment.

Je vous parle de François Moncla parce que dans un entretien qu'il m'a accordé pour lequipe.fr, l'ancien capitaine du XV de France et sociétaire du Racing-Club de France, club d'élégance aujourd'hui disparu et remplacé par une entreprise de spectacle sportif, a fait sonner chez le musicien que je suis une petite note bleue dont l'harmonique ne cesse de  m'interroger depuis, et que je voudrais vous faire entendre.

Imaginez les Tricolores espacés au moment des hymnes, chacun dans son monde intérieur pensant qui à son père, qui à son premier éducateur, que sais-je encore. Quand c'est au tour de La Marseillaise, aucun joueur ne chante. C'était ainsi à l'époque et ça n'a changé qu'en 1977 à l'instigation de Jacques Fouroux. François Moncla, qui compte déjà une poignée de sélections, constate dès la première mesure que l'une des tribunes a commencé deux temps plus tard et deux tons plus bas.

Artiste dans l'âme derrière une rude écorce de Béarnais intransigeant, rigoureux et secret, Moncla a gardé ces mesures dans son armoire aux souvenirs à la plus belle place. Etonnant, émouvant. Voilà comment quelques notes captées dressent en creux le portrait intimiste et subtil d'un sportif visiblement hors du commun qui a, entre 1959 et 1961, remporté dans ce stade olympique trois Tournois consécutifs et fait trembler les Springboks d'Avril Malan, mais considère la musique comme le meilleur des viatiques.

Chacun d'entre nous garde en lui son Colombes intime. Pour moi, c'est un premier et minuscule compte-rendu de quatre phrases pour L'Equipe en septembre 1985 lors de la visite du Stade Toulousain en Challenge Du-Manoir. Puis la montée au terrain en passant par le fameux tunnel à l'initiative d'Eric Blanc et de Franck Mesnel. Plein de flotte, le tunnel, pas éclairé, glissant, étroit, courbe. Mais quelle récompense de sortir en pleine lumière derrière l'en-but gauche...

Nous avions hurlé comme des gamins les prénoms de plusieurs de nos héros, «Dédé! Jo ! Jeannot ! Walter ! Benoît ! Pierrot !», et ces cris du cœurs résonnent encore en moi. J'avais vingt-cinq ans et découvrais qu'écrire sur ce que ce jeu a de plus noble, de plus profond, de plus riche et de plus généreux, allait me remplir d'éthique, de réflexion, d'expérience et d'altérité à un point que je commence juste aujourd'hui à mesurer.

Joueur à oublier devenu par chance et culot passeur de mots, j'ai essayé depuis cette inoubliable sortie du tunnel de rester un honnête messager, honnête dans le sens de fidèle. Fidèle à mes premières convictions, lesquelles sont souvent les plus belles : soit, pour résumer, le rugby comme un art de vivre, le rugby au centre, le ballon au milieu et tout autour des êtres passionnés, habités, certains - peu mais choisis - devenus des amis.

La chance d'utiliser tous les quinze jours, samedi matin, le terrain annexe numéro 1 avec l'équipe de la presse - Deltéral, Schramm, Rivière, Calmejane, Lemoine, Bouzinac, Margot, Danne, Planquart, Clévenot, Crépin, Tynelski, Holtz - et d'avoir pris possession du vestiaire de l'équipe de France pour enfiler un maillot ; d'avoir partagé sur le terrain olympique chaque lundi la séance de jeu à toucher du Racing-Club de France version showbiz et apprécié les monstrueux appuis de Mesnel, les géniales inspirations de Cabannes, les «cab-debs» irrésistibles de Lafond, tel est mon Colombes, mémoires sauvés du temps.

Le magazine Flair Play devient désormais Intercalé. Pensez à vous abonner : c'est la meilleure façon de le recevoir. http://flair-play.com/

115 commentaires:

  1. Excellent! Je pourrais peut-être en rajouter....Une autre fois.

    RépondreSupprimer
  2. il me semble avoir écrit un commentaire....! Disparu...Tant pis...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ritchie, plusieurs fois que ça m'arrive également, et depuis environ une semaine, le commentaire est bien publié avec sa notification, puis il se volatilise dans l'espace.. D'autres ???

      Supprimer
    2. ... interception Nini !
      ( rare aujourd'hui sur les terrains! eh! oui, il faut un bonne lecture du jeu pour intercepter)

      Supprimer
    3. le coquin qui m'a intercepté était certainement hors-jeu, j(en appelle à la vidéo, m'enfin, c't'une honte de se faire ainsi intercepter une passe en bout de ligne comme ça, allez carton rouge pour l'intercepteur, protocole commotion pour le passeur traumatisé, et on renvoie du jeu côté ouvert, du jeu et du texte, nom de d'leu !!!!!!!!!!!!

      Supprimer
    4. ...coquin oui, certainement,...peut-être hors-jeu?., mais, pas de vidéo à Colombes ! .... alors, place aux "joueurs passeurs", pas traumatisés, et pourtant, c'était rude quelques fois ... mais quels joueurs !!!

      Supprimer
  3. mais mon cher Richard , je pense que celui qui n'a foulé que le pourtour du pré de Colombes est un des plus grands sportifs de tous les temps l'immense Jules Ladoumègue

    RépondreSupprimer
  4. Ritchie
    Merci de nous retranscrire ces moments de vie personnels à Colombes à la sauce Moncla ! N'ayant pas connu Colombes hormis à la télévision en noir et blanc, cela me renvoie à Wallon ou j'allais enfant avec mon père soit au pesage près des joueurs dans l'ambiance populaire de gens "Connoisseurs" soit sur les banquettes en bois des tribunes ou l'on côtoyait le gratin des anciens du ST. De tout ça ne reste qu'une stèle à l'emplacement de l'ancien Wallon inondé de lotissements .... Ces souvenirs ancrés dans notre chair nous permettent de continuer à vivre intact notre passion surtout quand on voit les affres proposées aujourd'hui sans saveur ni odeur. Il faut se résoudre au fait que les stades disparaissent mais que les hommes ne changent pas telle une musique immortelle.

    RépondreSupprimer
  5. 1971;je monte a Colombes pour France-Galles avec la très grosse équipe de Galles venue pour un Grand Chelem.Peu de souvenirs de Colombes mais des à-côtés oui !
    Nous sommes 4 étudiants de Bordeaux dans une 2 Cv :3 gros et moi .J'ai cru que nous ne passerions jamais la cote de Dourdan sauf à pousser la Deuch. C'est le trésorier de la FFR de l’époque Bourrier d’Angoulême un ancien du Racing je crois qui nous a fourni les billets.1° participation a un match international et quelles équipes !Le soir Gallois et Français dans un bar en train de boire calmement pour les vainqueurs.Seul John Taylor s amusait avec Benoit Dauga de même que ce magnifique 8 de Merwyn Davies.
    J avais retrouve ce soir-la JL Bérot le dacquois.
    Bernard Landais

    RépondreSupprimer
  6. ...COLOMBES , pour moi, (qui malheureusement n'ai pas foulé son historique pelouse) , c'est d'abord le souvenir du Tournoi des 5 Nations des années 60, que je regardais à la télé, avec les commentaires de Roger Couderc, magnifiant les talents des Boniface, Gachassin, Crauste, Dupuy, ....
    ....et plus près de moi, Walter, Paul, Elie, René, Jo, Jacques,.. avec qui j'allais partager 2 matches en bleu, le premier contre les Gallois de G. Edward, Phil Bennet, JPR Williams,... dans le tout nouveau Parc des Princes en 1973, ... et après contre les Irlandais de Gibson, Kennedy, Slatterry, Mac Bride,...dans le vieux Lansdowne Road.

    Mon 2° souvenir, c'est une image télé que j'ai gardée de la sortie des joueurs de ce fameux tunnel, et du petit personnage en imperméable gris (télé en noir et blanc) qui se tenait là comme un gardien des lieux, attendant la montée en pleine lumière des légendes de cette époque.
    Ce moment que les caméras ont transformé en rituel, à une époque ou le rugby était plus confidentiel qu'aujourd'hui, je l'attendais comme un cadeau le samedi après-midi à 15h, jour de tournoi, comme le début d'une nouvelle aventure, d'un nouvel épisode de mon apprentissage du rugby, pour aller juste après le coup de sifflet final ( ah!!! ce arbitres britanniques !!! ) essayer d'imiter nos idoles avec les copains du quartier, sur la pelouse interdite de la cité ou la terre battue des zones de jeu.
    On débordait comme Gachassin, on croisait comme Boniface, on plaquait comme Crauste, on débordait comme Darrouy, ....
    Et puis, (pour l'anecdote), dans les années 90, j'étais éducateur des cadets Brivistes, participant à un tournoi du Racing à Colombes, sur les terrains annexes. J'ai voulu voir (en vrai) ce fameux tunnel de légende, et j'ai emmené tous les cadets avec moi sur ce terrain. Et là, j'ai descendu les marches qu'avaient gravies tant de géants du rugby et du sport, avant de leur expliquer les raisons de ma démarche, véritable pèlerinage dans mes souvenirs d'adolescent.
    Aucun d'entre eux ne pouvait comprendre,aucun ne connaissait tous ces grands joueurs que je citais, comme d'ailleurs, l'histoire olympique de ce stade, que je leur ai racontée.
    Mais moi, j'ai vécu un moment marquant, bien en place dans ma mémoire quand je me retourne sur mon passé.

    RépondreSupprimer
  7. Jouant dans la région parisienne (Stade Français, P.U.C. et Massy pour finir) j'ai eu souvent l'occasion de pratiquer à Colombes; mais, comme pour Christian, sur des terrains annexes...Et, comme lui, j'ai fait le périple..Une fois, nous étions en avance et sommes montés dans les tribunes. En bas, sur la piste, s'entrainaient des athlètes? C'était Piquemal et Delecour qui faisaient des lignes droites au sprint dans un sens et en marchant, au retour...Impressionnant.
    J'y ai vu quelques matches...dont un La Voulte-Narbonne en Du Manoir..Je pense que Narbonne avait gagné..Bénésis, des Spanghero, Quillis, Sutra, Barthez, Maso, Viard, Bénacloï...Noble, De Grégorio, Savitsky, Lira, en seul Cambé, Guy, j'en suis presque sur...
    Par ailleurs, et pour répondre un peu à Tautor, il me semble que le jeu s'améliore nettement -en France, je veux dire- ces derniers temps. Je n'ai aucune chaîne payante, mais les deux derniers matches de Clermont m'ont beaucoup plus.
    Cela dit, il n'est même plus possible de comparer les époques. En tous les cas, pour moi, j'abandonne. Autre mœurs, autre jeu. Étant un vieux sportif, je m'intéresse et pense ressentir ce qui peut se passer et apprécier le spectacle. Avoir encore quelques émotions dans ces structures professionnelles qui n'ont plus rien à voir avec le sport que j'ai pu connaître, même les plus structurés. Les motivations ne sont absolument plus les mêmes etc...comme nous le répétons à l'envie ici.
    Alors, oui, d'accord avec Richard, apprécions le spectacle, et basta!

    RépondreSupprimer
  8. pas le temps de commenter mais j'ai trouvé ceci et ça pourrait vous plaire : https://www.youtube.com/watch?v=4oDaPS4D2G0

    RépondreSupprimer
  9. Il y a des villes où les équipes grandissent plus vite que les stades et celles où c'est le contraire. Il y a donc aussi des points d'équilibre, où se concentrent nos souvenirs. Où sont mes émois, à Musard, à Lescure-Chaban-Delmas où au World Company Arena ? Ayphassorho, Clarkin ou Tauleigne ? Au fait ladies and gentlemen, on dit rugbys ou rugbies ?

    RépondreSupprimer
  10. Merci Gariguette pour cet excellent reportage sur ce Colombes qui m'a, toute ma vie -jusqu'à 1972, au minimum- accompagné.
    Le Stade est né en 1907, mon père en 1908...Il avait 16 ans ans en 1924, 30 ans en 1938 -il aimait le foot, il y était-...et il m''en parlait. Et puis, tout le reste, comme montré et dit là...Un peu un coin de ma maison, de chez moi,... de moi-même, finalement.
    Comme le dit Walter, "on ne peut rien oublier", et comme Brel, "on s'habitue, c'est tout".
    Et puis, Colombes rasé, alors n'en parlons plus!
    J'ai vu, hier, à la télé, le stade de Clermont et il m'a paru très beau, très fort, très puisant. Il donne envie d'y aller.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et aussi Boni qui parle de "la terre de Colombes" et Michel Crauste avec cet essai marqué après que toute l'équipe ait touché le ballon et Michel Jazy parlant avec émotion de la cendrée, de cette piste si douce aux articulations ... Même Michel Drucker trouve les mots justes "un stade habité ", les gens mélangés ... les joueurs qui prennent plaisir à s'allonger dans l'herbe pour écouter parler Robert Paparemborde . La transmission c'est aussi transmettre des sensations, l'odeur d'une terre, le son d'un public, le passage dans ce tunnel de l'ombre à la lumière : que de symboles !

      Supprimer
  11. colombes messsager de la paix
    nostalgie des commentaires de Couderc
    sans l aide de consultant il nous rendait chaque match epique
    il nous faut emerger de ce long tunnel et emmerger en de nouveaux pres
    pour honorer le culte de ce jeu

    RépondreSupprimer
  12. quant à moi je me souviens de 1972 pour un France-Irlande, mais je ne me souviens que d'y être allé. Je me souviens aussi y être allé lors de la venue de Beaumont de L vers 1976.

    RépondreSupprimer
  13. Ah, je vois que vous êtes lancés. Quel plaisir. Continuez ! Moi, je suis un peu occupé en ce moment avec l'annonce de la retraite de Fred Michalak à la fin de cette saison...

    RépondreSupprimer
  14. AH colombes, pour moi entre mes 14 et 17 ans, déjà avec Noisy le Sec joué tout au fond là-bas, sur un cloaque de chez cloaque, un dimanche matin, le brouillard empêchait de voir les poteaux du camp adverse, et sur le terrain, contre les minimes et cadets du RCF on prenait la foudre !!!!!
    Au lycée j'avais un bon copain (lycée porte de Pantin, les trains des abattoirs passaient devant les classes en préfabriqué en hurlant à la mort, OH temps suspend ton vol et le prof suspendait son cours, un prof qui fumait comme une centrale et qui nous faisait découvrit Boris Vian, pourtant pas au programme) on jouait au billard et au baby-foot pendant les cours de maths avec les forts des halles, jamais payé une partie ni un café .... Bref mon pote jouait au RCF demi de mêlée (déjà j'aurais du me méfier ...) en équipe 1 de sa catégorie d'âge, je le badais un peu jusqu'à ce qu'il me pique ma copine de classe, jolie blonde dont j'étais très amoureux, le salop tiens encore un venu hors-jeu et qui te pique le ballon. Le RCF avait un peu perdu de sa magie ??? Pas grave, hein, la petite futée est partie avant la fin de l'année scolaire avec un qui grattait de la guitare, les blondes !!!!!!!!!!!!!
    Colombes, j'y allais voir quelques rencontres me souviens avoir vu Fumel, Toulouse, Dax, surtout en 1975 finale Yves Du Manoir CAB contre Narbonne et encore une défaite en noir et blanc. Dans le stade me rappelle surtout ces P...... de poteaux en fer qu'étaient partout et qui t'obligeaient à une gymnastique de tous les instants pour voir ce qui se passait sur le terrain.
    Le magique de Colombes pour moi c'était aussi le bus jusqu'à porte des lilas, et le poinçonneur du métro, et le train, et la procession pleine de bruits vers le stade, ce gros vaisseau impressionnant pour un môme.
    Colombes, et puis les grandes messes des samedis de tournoi, mon père devant l'écran, la musique de l'eurovision, Roger étendard brandi sus à l'Anglais, OOOOHHH monsieur l'arbitre, allez les petits, je vais mourir, voilà c'est fini quel match, à vous les studios et vive la France !!!!!!

    RépondreSupprimer
  15. ...1974 Nini, la finale DU MANOIR CAB - NARBONNE ! (ah! la mémoire !!! )

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est aussi un peu facile quand on a été acteur (joué la finale ???) alors que les pôôôvres supporters doivent faire phosphorer leur mémoire qui patouille un peu .... Parfois .... Des fois ..... De plus en plus !!!!!!!!!!
      1975 oui c'était le championnat, Béziers et le parc des princes, y étais encore, cette dernière relance de Roques, les Biterrois battus, foutus, coulés, dépassés, et une passe de je sais plus qui dans les chaussettes de je sais pas qui non plus, et on vient mourir à 1 point, l'est vache ce sport parfois, hein ?!?!?!?!.

      Supprimer
    2. non, malheureusement, pas acteur, saison blanche, merci à Tonton Ferrasse, licence rouge pendant 1 an, même pas le droit de jouer en B, c'est long une saison sans rugby à 24 ans ! ... et pour ça, si on avait été pros... fini l'avis favorable du Pt du club quitté et du Pt du Comité, conditions pour pouvoir muter dans le club de son choix à l'époque !

      Supprimer
    3. oups !!!! pas glop !!!! So sorry le savais mais l'avais oublié, comme quoi par beaucoup d'aspects le rugby de notre jeunesse comportait des côtés pas très francs du collier, malgré tout le mal que l'on peut penser parfois de celui d'aujourd'hui.
      Michalak qui arrête un poète de moins, va plus en rester beaucoup et surtout n'entrevoit pas très clairement les Rimbaud ou Mozart de l'ovale du futur, mais souvent quand l'on croit tout perdu dans ce pays la fin n'est que le début, alors contre vents et marées je crois toujours que le jeu va retrouver tout son bon sens, et si on joue tous toujours dans le même sens, ça va bien finir par passer !!!!!!!!!!!!!!!!
      Bonne fin de soirée et vive Colombes et son tunnel d'où sortirent tant de joie et de fureur de jouer.

      Supprimer
  16. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
  17. Colombes, c'est d'abord la plaine de jeu, derrière, et ses vestiaires bidonville ;
    C'était pas nos potes les cerclés, trop propres sur eux,trop forts, mais on les badait un peu, quand même.
    Et puis le Tournoi ,les bocks monstrueux qui nous en passaient 50, la dédicace de Walter,la visite des vestiaires grâce au gentil Monsieur Francotte, l'âme du stade.
    Plus tard la D1 à 80 clubs, 200 spectateurs les bons jours mais on refaisait le match avec les joueurs, Taffary, August, bien d'autres, au bar du chalet.
    Allez, c'était bien nos vingt ans.

    RépondreSupprimer
  18. Au fond, on est un peu comme les vieux motards à l'enterrement de Johnny...

    RépondreSupprimer
  19. Entre ‘79 et ‘85 (ma période parisienne) quelques matches parmi moins d’un millier de spectateurs contre Montferrand, Toulon, Toulouse, le stade Montois pour ceux dont je me crois me souvenir ... surtout le souvenir d’un désert souvent boueux avec de larges portions de tribunes « égaillées » de rubalise blanche et rouge car celles-ci menaçaient de d’effondrer.

    En fait le souvenir le plus marquant a été mon premier concert de Dylan, assis dans l’herbe avec mon K7 et une amie - qui remplaçait -juste pour le concert ;-) - mon épouse retenue à la maternité. A cette époque, les concerts de Dylan étaient... audibles ...
    Désolé pour les puristes du Colombes ovale... mais pour moi le Parc a toujours eu une autre ferveur que le SDF fait énormément regretter

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. On etait plutôt dans le souvenir,Snail .
      Pour moi le Parc c'est la tranche d'après mais on est d'accord.
      Hormis les vrais stades à l'anglaise dont je suis fan, quatre falaises autour d'un pré, on à pas fait mieux que le parc.
      Allez au stade.

      Supprimer
    2. À propos de stade à l'anglaise, on en a un pas mal à Sainté mais malgré quelques efforts ... le rugby n’y a pas bien pris ... pb de jardiniers?

      Supprimer
  20. Colombes toujours et encore, je retrouve ces mots d'André Boniface évoquant le stade : " ce stade non fermé, aux virages bas, ouvert vers le ciel, vers l’infini, où l’on s’en va inscrire des essais de mille mètres (!!!!) ».

    RépondreSupprimer
  21. Mais, pareil sentiment du passé en évoquant l'ancien Twickenham, ses tribunes hautes, sa solennité...le temple du rugby! Et l'Arm's Park de Cardiff et sa "cour de ferme", Murrayfield d'avant le chauffage de la pelouse, et ses grands courants d'air favorisant les dribblings sauvages des secs et rudes avants écossais, Lansdowne Road, ses sièges en bois et le train qui passe sous la tribune présidentielle! Tout çà est fini...Rasé, rénové, reconstruit.

    RépondreSupprimer
  22. Le Parc des Princes actuel, je n'habitais plus la région parisienne et je n'y ai été qu'une seule fois avec mon père et mon ami Jean-Yves y voir un match amical de Foot, France-Roumanie (deux en fait, les B avant les A), en 1974 je crois, avec Stephan Kovacs comme entraîneur des français. Ce que j'en ai vu et entendu, par la télé, m'a paru être très bon. Grand stade pour le rugby à travers les commentaires des joueurs...Très bruyant...Le béton qui résonne...
    Pour ce qui est du précédent (celui de 1932 à 1970), celui avec la piste cycliste, j'y ai été durant des années une, voire deux fois par semaine et je pourrais en écrire des tartines...Mais bon, passons!

    RépondreSupprimer
  23. Moi Colombes , ce sont les après midi de tournoi quand mon père venait me chercher à midi au lycée de Rambouillet dans les années 60 ( nous habitions Chartres ) alors que d'habitude je prenais d'habitude mon train pour rentrer ! Ce souvenir de mon père reste très fort en moi !
    Le parc , c'est l'inauguration Bastia / OM finale coupe de France 72 ( malheureusement perdu 2/1 ) le grand Skoblar et le royal Magnusson ayant été impériaux ....puis le parc , c'est pour moi 3 finales 74 , 75 , 76 avec le grand Béziers ...
    Ce n'est pas de la nostalgie, ce sont juste des souvenirs ..
    Bises à tous de Bastia et une particulière a notre Gariguette car c'est quand même mieux d'embrasser les femmes que les hommes .....

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. ah ben ça c'est marrant : moi je préfère embrasser les hommes ! comme quoi ...

      Supprimer
  24. T'avais pas classe le samedi aprem .Nous on avait musique de 14 h à 15 h en 64 65,et quand la cloche sonnait on n'était rapidement ,plus que des points à l'horizon ...si on voulait voir les coups d'envoi du tournoi.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, 1967 1968 au collège ça bossait le samedi ap-m, moi les cours duraient plus longtemps, on avait des petits transistors avec des écouteurs, pas trop perfectionnés mais on arrivait à saisir l'essentiel, comme c'était quand-même pas le bagne les profs pas trop méchants regardaient par la fenêtre. Le match était plié avant que l'on rentre, alors les radios puis la télé le soir, le dimanche tous les commentaires des gens du club du matin jusqu'au soir, tu rattrapais le retard.
      Et puis après y'avait le midol, et aussi "miroir du rugby", enfin tu pouvais revivre le match avec tous les commentaires de tous ces poètes de l'ovale dont l'ami Ritchie ici me semble le digne héritier.

      Supprimer
    2. Non je n'avais pas classe le samedi après midi c'était en 67 68 69 !
      Le lycée de Rambouillet à l'époque était pilote ...pilote de quoi je ne sais pas , mais pilote quand même car j'ai quand même réussi a me faire mettre dehors .....
      Les études pas terribles , mais l'équipe de rugby et de foot , top niveau ...

      Supprimer
  25. En causant Colombes et des mœurs de jadis, pas toujours très élégantes, de la dictature de nos dirigeants fédéraux et de l'omnipotence du président de la fédé de ces années-là, il me revient une sacrée histoire dans laquelle là-encore quelque briviste a eu à pâtir du bon -mauvais- vouloir du roi Albert: 1980, on perd à Colombes donc, contre l'Angleterre 13-17. Dans la semaine Elie Pébeyre, briviste et pdt du comité de sélection annonce l'équipe pour jouer l'Ecosse.
    Mais l'équipe, et bien elle ne plait pas mais pas du tout à Albert, alors ni une ni deux le prés' y met son véto et te convoque manu-militari (du jamais vu) les illuminés du comité de sélection !!!!!!!
    Nouvelle liste, pan pan cucul 5 joueurs sont écartés (pourquoi, critères, raisons ???) -pour mémoire Y.Duhard, A.Maleig, A.Mournet, P.Pédeutour, P.Salas-, et puis pour faire bonne mesure Elie Pébeyre est démis de ses fonctions.
    Et le monde du rugby hexagonal de continuer de tourner, sans anicroche !!!!!!!!!!!!!
    Vous imaginez aujourd'hui un Pdt de la fédé (par ex) balancer l'encadrement du XV de France aux orties, virer les joueurs jugés insuffisants, ou pas plaisants, ou qu'on aime pas, et puis avec un voire 2 petits assistants dresser une nouvelle liste et puis tiens pendant qu'on y est, mettre le survèt et te m'en aller un peu leur expliquer la grandeur de leur mission et la grosseur du chèque aussi, pour qu'ils soyent bien motivés ?????? Impensable, non ???? Quoi ???? Si ?????? AAAAAAAAAHHHHH on m'aura tout fait !!!!!!!!!!!

    RépondreSupprimer
  26. HE HO !!!!! Me suis fait encore intercepter un texte, je proteste, en même temps je demande à l'arbitre de bien surveiller que l'adversaire n'est pas hors-jeu !!!!!!
    Alors je le refais, mais bon, hein, si ça continue on va ouvrir la boîte à gifles et vous l'aurez bien cherché.
    Oui, alors on causait de l'omnipotence du président de la fédé qui dans le temps jadis faisait pluie et beau temps, et mauvais temps s'il lui en prenait l'envie, d'aucun briviste en ayant payé le prix fort. Et bien, me revient une autre histoire: 1980 l'EDF perd à Colombes contre l'Angleterre 13-17. Le match fini, le lendemain le prés' du comité de sélection, le briviste Elie Pébeyre annonce l'équipe pour rencontrer l'Ecosse.
    Mais ça plait pas, mais pas du tout au roi Albert la compo, alors il te met son véto, convoque manu-militari ce comité de sélection incompétent et une liste remaniée est présentée à la presse.
    Exit 5 joueurs (raisons, critères, choix ????) -pour mémoire Y.Duhard, A.Maleig, A.Mournet, P.Pédeutour, P.Salas-, écartés de la sélection, et tant qu'on y est à la fin du tournoi Elie Pébeyre est démis de ses fonctions.
    Non, mais vous voyez ça aujourd'hui, le prés de la fédé limogeant l'encadrement de l'EDF, et puis virant les joueurs qui trop ceci ou pas assez cela, et puis tiens pour faire bonne mesure remettre le survèt et expliquer avec l'aide de quelques serviteurs à ceux de la liste la valeur du maillot et le montant de ce qu'on leur donne pour le porter ????
    Non, impensable, hein ????? Quoi ????? Si ?????? Non ???????????????????

    RépondreSupprimer
  27. https://youtu.be/gKfMljD0Dc8
    Le dopage dans le rugby amateur ... Effrayant

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. hallucinant. Des stéroïdes pour un enfant de 8 ans !!!!!!!! Et pour toutes les disciplines, ça fout la trouille et ça démolit un peu plus les valeurs et certitudes que l'on croyait immuables.

      Supprimer
  28. Encore un ballon que j'envoyais à la relance et intercepté, ça commence à bien faire !!!!!!!!!!
    Pour info, ça arrive à d'autres, dans ce cas voir si virus pas installé, ou qu'à moi et dans ce cas remettre de l'ordre ici avec mon staff, parce-que si tous mes lancements de jeu sont vérolés ça va pas l'faire !!!!!
    Bon je disais hallucinant, des stéroïdes à un gamin de 8 ans, pas de doute le pognon rend fou, les apprentis sorciers sont certes des criminels mais les "sportifs" qui succombent au truc sont des idiots doublés de tricheurs.
    Alors là j'envoie le ballon, m'sieur l'arbitre, bien surveiller l'adversaire siouplait .....

    RépondreSupprimer
  29. le pc me dit commentaire a été publié, j'attends encore un peu voir si l'arbitre vidéo trouve un truc ou un machin pour se faire mousser.
    Y'en a qu'ont le commentaire sur leur écran ??? Pac'que écrire pour des prunes pas glop !!!!!

    RépondreSupprimer
  30. Je tiens à préciser à toutes fins utiles que personne sur ce blog n'aurait demandé à Fagot de bouffer la box , sauf à considérer que le sus nommée aurait pris quelque malencontreuse initiative canini, pardon, canine 😆
    Quant au dopage chez les amateurs, z'enfants...., mi souvient un boug 60 balais y gagne dopette pou vélo-vilazz, alors !
    Allez Fagot

    RépondreSupprimer
  31. Salut à tous, fait un temps de chien ici, et je vois en lisant vos échanges, que mon maître - et mon ami- fait un peu le cabot avec ses interceptions. Faut pas trop lui en vouloir, l'est un peu chien fou le type, déjà sur un terrain voulait tout exploser et révolutionner, persuadé que chaque adversaire lui en voulait personnellement !!!!!! S'est pas vraiment arrangé en devenant entraîneur, la gueule grande ouverte sur des canines en avant pour te sur-motiver ses joueurs et vilipender arbitres et directeurs de match. Ce rugby qu'il pratique à la passion et malaxe depuis sa naissance lui a certes rendu le poil luisant et blanchissant sur les tempes, mais n'a pu engendrer la sagesse qui sied aux vieux clébards, papattes en rond le soir devant la télé et la queue enroulée sous le museau. Bin non jusqu'à peu passait ces soirées à inventer, imaginer, synthétiser des lancements de jeu, des exercices propres à rendre fous les pauvres joueurs qu'un inconscient lui avait confié un soir de ribotte !!!!!! Bon, allez c'est l'heure des croquettes ici, m'en vais réveiller le Nini c'est lui le préposé à la gamelle.
    ps: merci rester discret ici sur nos échanges, l'est susceptible le Nini, comme tous ces vieux cabots.

    RépondreSupprimer
  32. Notre élégant ami Popaul,qui ose tout est optimiste !
    Notre meilleur championnat qu'on a bien à nous est aux standards, pis d'abord il propose 38,47 mn de jeu, alors !
    Allez, manquerait plus que ça joue vite et bien , jamais content le Zan Lou, mauvais Français!

    RépondreSupprimer
  33. Ouais, viens de lire du popaul dans le texte, donc on travaille sur le court, le moyen et le long terme, notre FLOP.14 est le TOP du TOP, on ne change rien dans l'organisation de notre rugby, dans la préparation des internationaux, et sur un malentendu, un faux rebond et un fort vent de travers ça pourrait, juste juste mais ça pourrait passer, et on conserverait nos mandats et nos prébendes, on garde quand-même l'ovale du ballon épicétou, circulez manants y' a plus rien à voir ni à manger, on a tout bouffé !!!!!!!!!!!!!!!!!
    Pas de nouvelles des cahiers de doléances de SS et de la déclaration d'une nouvelle gouvernance de BL ??? GN s'est-il déjà exilé avant que de passer sur la guillotine promise ??? Insupportable attente, tiens m'en vais déguster un p'tit noir.

    RépondreSupprimer
  34. 8O minutes sur le pré, 38 occupées à jouer, font quoi des 42 restantes ???
    Remarquez, sur ces 42 minutes de loisir et confort, on peut déjà en imputer 10 à l'arbitre et ses assesseur en mal de reconnaissance faciale sur les grands écrans ad-hoc, 15 aux mêlées faites et refaites, temps égaré bêtement et que le jeu pourrait retrouver s'il se mettait sérieusement à la recherche de ce temps perdu, il nous reste 17 minutes pendant lesquelles on accepterait volontiers les remises en touche les soignements (à revoir quand-même, ça devient une litanie ces petits bonhommes verts jaunes ou bleus qui speedy-gonzales à tout bout de champ (de jeu ???) et tous ces petits faits de jeu qui appartiennent aux aléas du ballon et des joueurs.
    Pas confondre non plus temps de "JEU" et présence du ballon sur le terrain, Popaul, faut réfléchir là-dessus, là-haut, avant de raconter des salades au quidam de bas, quidam connaisseur !!!!!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bon les 10 minutes de l'arbitre, vraie mauvaise foi puisque le chrono l'est arrêté pendant ce temps de l'auto-contemplation, mais les 10 minutes on les trouve facilement dans les remises en touche et tous ces petits temps morts qui additionnés font au final du temps perdu -encore- pour le jeu.
      Je suis pas pour les travaux forcés et un extrémiste des cadences de travail (!!!!) sur le terrain par nos forçats de l'époque, m'enfin faut pas non plus forcer le trait en nous présentant la bouillie de rugby de notre championnat comme le nec plus ultra de l'ovale, non Popaul, non, pas drôle, pas glop !!!!!!!!!!!

      Supprimer
    2. il me semble que la pendule s'arrete qd les arbitres sont occupés à regarder l'écran, par contre 15 mn pour les melées faites et refaites, c'est en moyenne bien plus que ça

      Supprimer
  35. tiens pas D'Iribaren dans l'Equipe pour son sondage sur le XV du top 14 en 2017, ils s'y connaissent au moins? grrrrr.....

    RépondreSupprimer
  36. "Le plus nécessaire et le plus difficile dans le Rugby, c'est le tempo",c'est pas du Ludwig Van Zan Lou, c'est du Wolfgang Amadeus Mozart, à un mot près.
    Sait pas pourquoi ça me bouscule le neurone, d'un coup sans prévenir, pis en plus nous en causâmes plus avant, mais si successeur il y à merci de transmettre.
    Mon petit doigt qui à gardé une oreille en métropole me susurre que nos bordelais seraient les mieux placés pour cette mission de la plus haute importance.
    Allez Chevreuse

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui oui oui mais le bordeaux de derrière les fagots que l'on subodore au détour des non-dits des cavistes, pas sûr que ce soit un grand cru, les grands millésimes ce sont beaucoup de conditions à remplir, et des années de bouteille font pas forcément le nectar.
      Après la piquette toulousaine, - qui à force de garde inconsidérée et croyant que l'étiquette suffirait à vendre la récolte, se traduit par le rejet des consommateurs pour cette cuvée madérisée-, gaffe à ce que le cépage du bordelais que l'on veut nous vendre ne soit indigeste.
      Bon, en l'état tout ceci n'est que supputations gratuites, manque quelques dégustations pour sentir le goût, la profondeur, le gouleyant, mais depuis que l'on "déguste à l'aveugle" notre rugby, espérons que les prochaines vendanges seront d'un bonne teneur, qualité et quantité mêlées.
      D'ailleurs au-delà des grandes appellations il existe de ci de là quelques arpents de territoires sur lesquels poussent de grands cépages méconnus, les grands maquignons de la filière seraient bien inspirés d'aller humer et goûter de ces côtés-là !!!!

      Supprimer
    2. le cave se rebiffe
      pour nous servir la meme piquette qu anterieurement
      n importe quel tavernier fera l affaire
      va t on assister au debut d un commentateur selectionneur entraineur
      cumulus de mandats non

      Supprimer
  37. Bonjour, un peu long donc 2 parties (je sais, mais pas moyen j'y arrive pas !!!)

    Les bruits de couloirs et de chiottes courent plus vite dans notre ruguby que pour envoyer la balle à l'aile.
    Donc on cause satellisation de l'encadrement actuel et mise en orbite d'un nouveau vaisseau tout neuf pour aller chercher la lune.
    Oublions les noms un instant, regardons la situation : la fusée EDF est en perdition, les types sont en perdition, l'oxygène se raréfie et si on laiise faire les perturbations prévues dans la constellation des VI nations ont toutes les chance de fracasser définitivement le frèle esquif aux couleurs nationales. Alors un coup de rétro-fusée on fait redescendre tout le monde et on renvoie illico le nouvel engin aux couleurs chatoyantes.
    Bon, sur cette situation je suis plutôt d'accord.
    Maintenant il va faire quoi le vaisseau tout rutilant dans l'espace rugby international ???? Les pilotes subodorés, en fait ce sont pas les plus importants, l'équipage choisi non plus, c'est le mariage et l'union des deux qui fera la réussite ou non.
    L'encadrement, on lui demande pas d'être des petit comptable avec un cahier de schémas de lancements de jeu diluvien, juste d'avoir un projet de jeu clair, de choisir les joueurs susceptibles de le mettre en œuvre, d'avoir un ballon pour que ce petit monde s'amuse sur le pré, et par-dessous toutn comme disait Henri Broncan qui s'y connaissait en hommes et en rugby d'être «  des entraîneurs entraînants ». Repasser à tout ce monde de nantis quelques cassettes sur Fourroux par exemple, et comprendre ce que c'est que d'être, non pas un super-diplômé et reconnu technicien manager affilié, non pas un ex-super-grand-joueur, mais être charismatique, meneur d'hommes, avoir l'envie et le pouvoir de persuader et d'entraîner derrière soi les joueurs avec des mots simples et justes sur le jeu et l'humain, être le timonier qui donne le cap et le garde dans les tempêtes comme sur les mers d'huile.
    On ne leur demande pas d'être les meilleurs, mais des meneurs d'hommes, d'embarquer avec eux des volontaires pour une aventure humaine bien épaisse.
    Les joueurs à prendre, bon ils connaissent le matériel dont ils disposent, à eux de choisir ceux qu'ils estiment les plus aptes à vouloir vivre l'aventure, si le tout bon de chez tout bon il renacle parfois ou se livre à minima ou vient pour la gamelle, pas besoin de lui, être cohérent sur le choix des joueurs en rapport avec le projet de jeu, en somme je te prens alors soit tu adhères soit tu rentres chez toi.

    RépondreSupprimer
  38. Suite ............... et FIN
    Et puis redonner sa place au jeu, moi je verrais bien les types choisis dire à leurs ouailles, paraphrasant P.Villepreux en 1985 avant un Galles/France de légende (0/51) « Le message est clair : joueurs vous avez toute liberté pour jouer tous les ballons. Il n'y a aucune réserve sur les initiatives d'où qu'elles viennent. Les erreurs font partie de la progression »
    Ne pas accorder non plus de crédit trop grand aux gars, pas de contrat sur plusieurs années, 2 ans me semblent suffisants pour qu'à ce stade on réalise vraiment ce qui se construit, ou pas. Ce crédit de CDM à CDM c'est débile, les derniers encadrements l'ont prouvé
    Alors choisir les personnes capables de stimuler nos joueurs, de reprendre tout à zéro, je sais c'est pas le plus facile, certes aussi ce FLOP.14 n'engendre pas les meilleurs joueurs du monde, mais on a quand même des joueurs de grande qualité, ne les dévalorisons pas trop vite et revenons à une conception de jeu ou le JEU est premier et retrouvons des espaces, des croisées des redoublées des pénétrations plein fer des courses et des main-main, du collectif de la bravoure de l'entraide, de l'amour quoi à la fois du jeu et de ses partenaires.
    Mais en chemin pas oublier de revoir toute la copie en-haut : organisation des compétitions, remiser le pognon à la fin des fins, après le jeu les rencontres et tenir compte des résultats, supprimer ces stages et séminaires apparemment inhibateurs, réformer le duo dan ses attributions FFR/LNR, bref faut révolutionner, ça tombe bien on est le pays de toutes les révolutions !!!!!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. bon, bin la première partie encore enfuie au-delà des lignes de touche, en ai plein le dos de voir ainsi mes lancements de jeu contrariés, allez m'en vais plus écrire ici puisque l'adversité est trop forte.
      Adichats drôles !!!!!!!!!!

      Supprimer
  39. Salut à tous,
    De retour de Paris, (expos RUBENS et GAUGUIN... ) après 3 jours d'absence, ça dort sur le blog des Quinconces ????.... p........ les gars (et les filles!) .... Novès est débarqué.... vous ne savez pas ??? .... que veut dire votre silence ?.... je m'attendais à une rafale de commentaires.... les claviers sont cassés ?

    RépondreSupprimer
  40. Notre rugby est dans la tourmente. GN déchu comme il le fut au ST laissant une amertume certaine quand on connait son palmarès d’entraîneur. Maintenant place au grenouillage et au réseau des copains pour reconstruire ! Quelle erreur magistrale de la part de Bernardo et de Saint Simon, sous la coupe de Mourad et de Mohed que de vouloir construire du neuf avec du vieux. Certes le dicton populaire assène une vérité flagrante connue de nos grands mères "c'est dans les vieux pots que l'on fait de la bonne soupe". Effectivement, la soupe est d'actualité avec le réseau d'influence que l'on connait. Est ce suffisant pour sortir le rugby français de l'ornière et du marasme des affaires en tous genres ? NON. Faudra t-il un homme neuf, visionnaire, décalé, et non "intercalé", consensuel, architecte moderne d'un vieux temple qui s'écroule ? Les affaires portent aux affaires dit-on, le rugby français ne sera pas une exception hélas surtout en vue de 2023. Les portes sont verrouillées et étanches comme dans un sous marin qui vogue l'âme en peine dans les profondeurs des océans. Malgré le périscope, le commandant est-il capable d'avoir une vision limpide du champ de bataille ? OUI parce qu'il navigue depuis des décennies dans les eaux troubles et mouvementées se laissant attraper trop facilement dans les mailles du premier pêcheur venu parce qu'il n'a pas ajusté la mire par cupidité. Son équipage n'est pas plus futé que lui faute de lumière et de vivre confiné dans le camp retranché de Marcatraz. NON parce qu'il n'est pas préparé comme stratège à faire la guerre et qu'il reste seulement un bon centurion capable de faire marcher des légionnaires pour aller de défaites en défaites. Bien sûr, les licteurs avisés diront qu'il a les pleins pouvoirs de la plèbe et qu'il n'est pas commandant par hasard. Certes, l'armée regorge de commandants, tous soldats et exécutants, sans pour autant être des généraux voir des maréchaux. On dira qu'il n'est pas sorti de Saint Cyr !

    RépondreSupprimer
  41. Suite ...
    D'avoir tous les pouvoirs pour diriger n'est pas une force en soi quand on ne sait pas s'entourer. Napoléon l'avait bien compris et a su avec brio choisir les meilleurs dans leur domaine pour construire l'Empire. Mais comme tout empire il y a un début et une fin. L'empire des "pardessus" continue jusqu'au jour le peuple procédera à son exécution. L'histoire, hélas, nous le rappelle tous les jours dans tous les domaines même chez les narcotrafiquants ! Compte tenu de notre situation actuelle, cette coupe du monde 2023 n'est elle pas un cheval de Troie ("timeo danaos et dona ferentes") ? L'avenir nous le dira. Donc aujourd'hui qui a l'étoffe pour prendre les reines de l'équipe de France ? Ni les copains du Président ni les détracteurs. Soyons lucide et objectif. Ce n'est pas parce que certains commencent à avoir une aura en top 14 que demain ils seront géniaux au niveau supérieur. Il faut du temps pour former, beaucoup de temps pour apprendre et encore plus de temps pour pratiquer et récolter les fruits de son travail. Le décalage commence là c'est à dire que l'apprentissage au métier se fait de très bonne heure et non pas à la fin d'une carrière. Avoir été un grand joueur ne veut pas dire que l'on sera un grand entraîneur comme osent le croire certains. Aujourd'hui, comme la filière apprenti dans l'artisanat, nous manquons cruellement de vocations. C'est un métier comme un autre d'être entraîneur, bien sûr d'avoir joué est surement un plus pour mieux comprendre le jeu mais ne nous trompons pas, la stratégie s'apprend à l'école, la pratique sur les champs de bataille et seuls les meilleurs sont couronnés d'étoiles ou pas. On n'est pas MOF par hasard en cuisine ou ailleurs cela reste le fruit du travail quotidien , de l'amour de son métier et de l'abnégation sans faille loin de la cupidité. Alors l'homme providentiel, le rédempteur existe t-il vraiment ? Bernard Laporte, peu chrétien sur le sujet, fera l'annonce après Noël ! Tout un symbole.

    RépondreSupprimer
  42. quoiqu'il en soit, ce n'est pas qu'un pb de staff, même si ça fait déjà longtemps que j'avais annoncé le futur , ceci dit entre parentheses, c'est un pb d'importations dans le vivier, ou on résoud ce pb ou on ne met plus en avant le XV de France pour attirer dans ce vivier! heureusement qu'on est qualifié pour 2023, et si ça continue ainsi on trouvera des billets à 5€ pour remplir les stades

    RépondreSupprimer
  43. Ah ben Christian, trois jours à Paris et déjà un langage de poulbot,bravo !
    Que veux tu qu'on en dise encore,comme Georges ci dessus quel staff aurait fait mieux?
    Perso j'avais milité pour Mam 'zelle Soubirou, ou Attila, dans un autre genre, mais déjà qu'ils ont peur des gros yeux de Môssieur Guy !
    Le mieux c'est encore de tout coller sur le dos de ces enfoirés d'étrangers qui viennent boire le demi pression des Français, on sait faire, et passons à autre chose.
    M'étonnerais pas que ça soit un peu plus compliqué cette affaire.
    Pour s' en persuader regardons donc un peu, en douce, comment sont organisés nos frères du Hand,par exemple, qui ramènent plus de titres que leur fraise, d'ailleurs.
    Alors qui, pour quoi faire, un commando sur-protégé jusqu'au Japon, suis pas sur que ça réglé le problème.
    Allez, tout reprendre à zéro, de la quatrième série à Marcoussis, vaste problème !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. ici un article sur le hand qui donne quelques clés : http://www.europe1.fr/sport/handball-pourquoi-la-france-est-elle-si-forte-3524525 ... en gros, un nombre de pôles très important, refonte de la formation mais pas que, bref il leur a fallu 30 ans d'efforts de haut en bas de la pyramide pour arriver où ils et elles sont ... s'il faut attendre 30 ans pour le rugby ça va faire très long ( surtout sur la fin )

      Supprimer
    2. Mais nous aussi, en rugby, on avait tout çà...
      Les écoles de rugby de Tyrosse, Beaumont, Dax etc., du Racing, du P.U.C....sur le terrain des lycées (à l'époque un seul bloc de la sixième à la terminale), des universités, plus les sélections régionales et les entraîneurs mythiques qui formaient leurs successeurs, les C.T.D., les C.T.R., les stages organisés dans les C.R.P.S. (j'en ai fait quelques uns à Mâcon, par exemple, dans le comité du Lyonnais), le tout sur un terreau de jeu dans la rue, dans les cours, dans les prés, dans les parcs (de Saint-Cloud, pour moi)....
      Bien sûr, un peu plus limité régionalement, un peu plus "amateur", pas vraiment national, mais quand même très structuré, très efficace. Et toutes les équipes et championnats: scolaires, universitaires, militaires, corpos et les équipes régionales, de France, des juniors à la meilleure. Tout ce tissu existait.
      Ce que je veux dire, c'est qu'il suffisait de peu de chose pour simplement améliorer tout çà...Que s'est-il passé? je n'en sais rien.
      Je publie en espérant un succès à la loterie du Dieu Internet...

      Supprimer
    3. Ah André, le tissu est déchiré, je crois que l'esprit du jeu est mort : tu vas voir jouer des handballeurs, les parents sont là ( ils ont joué eux mêmes et trimballent la marmaille partout) les dirigeants sont là, les entraineurs sont là et même parfois les sélectionneurs( le nombre de fois où j'ai pu voir Claude Onesta à Chambéry alors qu'il n'y avait aucun enjeu majeur pour lui si ce n'est aller voir jouer des jeunes dont on lui avait parlé ) c'est vivant ça cause handball . Côté rugby c'est devenu un monde hyper professionnalisé, sans chaleur humaine - à moins qu'on ne considère le parcage des talenquéristes loin des VIPs comme une preuve d'avancée sociale ? Ca cause business, transferts et pognon . Tu te souviens du docu sur Colombes ? On suit parfaitement ce changement ( de paradigme dirait Ritchie) de l'émotion réelle des premiers joueurs à témoigner sur ce stade, à la dernière interview - et du coup elle est très symptomatique - celle de Thomas Lombard : oh il y a bien une émotion mais elle sonne faux, c'est l'avènement du factice, celle aussi du spectacle . Et je crois que le spectacle s'accommodait mal du côté un peu ringard que pouvait avoir le rugby d'autrefois . Dans le même ordre d'idée imaginerais-tu LIDL, cette chaîne de magasins à prix plus que populaires, comme sponsor du Top 14 ? Hé bien les handballeurs eux n'ont pas eu peur de la ringardise ; leur championnat c'est la Lidl Star Ligue !

      Supprimer
  44. Le Télérama des fêtes revient sur les années 58/68. En gros, sur le début de la fin des trente glorieuses et sur un certain âge d'or de la société française..Une pleine expansion suivie d'une l'explosion en plein vol.
    L’éditorial de Fabienne Pascaud marque 1918 (fin de la première guerre mondiale), 1958 (V ième République) et 1968 (Révolution). A chaque fois, fin d'un monde...Elle se demande si 2018-2028 pourra "penser et recréer" avec autant de liberté.
    Sur "L'Age d'or" de Léo Ferré qui passe juste à cet instant sur FIP, je me reposais exactement cette même question -de l'âge d'or- déjà abordée ici même.
    Question d'actualité en effet, il faut le croire, à la lecture de cette note bleue des jazzmen, en particulier, théoriquement rois de l'improvisation. Question qui dépasse nettement le cadre de la nostalgie, je pense.
    C'est bien que Richard parte du présent avec l'arbitre Monsieur Clancy disant aux Rochelais de garder leur calme et d'affirmer que le jeu est plus important que tout...Il fait, par ce biais, la liaison avec un autre arbitre, Monsieur Gwinne Walters, l'arbitre du France - Springboks de 1961- resté dans les annales pour avoir calmé les premières rudes mêlées par quelques phrases aux deux capitaines dont notre cher François Moncla...Le fil rouge entre Prat, Mias, et Crauste...Cela peut-il vouloir dire que rien ne change? Que le jeu de rugby, à l'image du chêne, reproduit, par ses glands enterrés, d'autres chênes, à l'identique et inlassablement..? Je ne sais pas...Difficile de juger sur la durée..La notion du temps est tellement variable, incontrôlable.
    Pour une sorte de perfection il faut une manière, d'alchimie, un composé plus ou moins hasardeux d'équilibre, d'harmonie -là aussi, nous en avons déjà parlé- entre l'amateurisme éclairé, un sérieux dans le travail -un professionnalisme certain, donc- permettant d'étayer le feu de la passion, une sorte de nouveauté, d'allant, d'entraînement vers le plaisir, la joie, le bonheur, la plénitude, captant l'attention des spectateurs -eux-mêmes éclairés, on le suppose- et, certainement encore, beaucoup de liberté.
    Le passage à l'intérêt d'entourages -tels des loups féroces découvrant une bergerie pleine de moutons bien gras sans aucune protection- extérieurs au jeu originel lui-même, jeu relativement bien structuré, régulé et équilibré d'un certain monde, comme on parle d'homéostasie, a bousculé tout cela. Intérêts divers, économiques entre autres, étayés et justifiés par toutes sortes de fausses idées que je m'éviterais de rabâcher ici. Peut-on retrouver ce qui était ce monde global décrit ci-dessus? Je me pose très sérieusement la question..Et vous?
    Dans ce Télérama, encore, une interview très intéressante d'Hélène Cixous, la créatrice, entre autre et pour simplifier, de l'Université Libre de Vincennes. Une petite phrase attire mon attention:
    - "La culture est indépendante de la bassesse dans laquelle les évènements historiques peuvent la traîner. Elle est toujours au-dessus, ailleurs. Je l'ai toujours su."
    Comme le jeu pour notre rugby, je veux le croire...
    Et, à la fin, à propos de 68:
    - "C'était quand même un moment de bonheur...Un bonheur à la Saint-Just! Il peut y avoir des âges d'or dans la vie humaine, mais il ne faut pas les rater. Il vaut mieux être jeune à ce moment-là pour en jouir complètement."
    Pour répondre à Christian, je pense que Guy Novès -bien au-delà de sombres magouilles- est arrivé trop tard, trop vieux et, de plus, au mauvais moment...Pas vraiment son âge d'or, déjà bien dépassé à Toulouse. L'anti tout de ce que souligne H.Cixous!




    RépondreSupprimer
  45. Le jeu est riche quand le rugby est pauvre.

    RépondreSupprimer
  46. Une heure d'écriture...Une demi page d'efforts...Vu le texte publié et imprimé...Vu 56 commentaires pour bien vérifier...Je sors...Je reviens...Plus rien!!! 55 commentaires!!! Où est le problème technique? J'abandonne.

    RépondreSupprimer
  47. Les libellés de "la petite note bleue" étaient: aventure, DISPARITION, musique.....J'aurais dû faire attention....

    RépondreSupprimer
  48. ... mon commentaire Tautor, ben, va falloir essayer de résumer tous mes précédents (pas facile) et répéter également ce que tous ici, sur le blog, ont dénoncé maintes fois !
    - un rugby français sans PROJET véritable depuis des lustres (malgré les dires de circonstances, dossiers, programmes, études, analyses, évolutions, etc.... aux AG ou avant les élections !)
    - une gestion fédérale Ferrassienne, Lapassienne, Camousienne, (toutes sur le même moule, sans vision) dont on paye les effets aujourd'hui.
    - côté formation, quand on pense que même P Villepreux, alors DTN, n'a pas pu faire bouger les choses, c'est dire !
    - l'EDF, rien que la nomination "ubuesque" des entraîneurs par le seul président de la FFR (depuis des lustres) est une vaste fumisterie, la dernière en date, celle de GN était de la même veine (je rappelle qu'il n'était pas candidat), et donc l'échec programmé, (qui plus est, avec l'arrivée aux commandes de BL), malgré son palmarès "trompeur" en club qui pouvait le légitimer, mais qui a trompé tous ceux qui ne connaissaient pas les conditions réelles de son fonctionnement et de sa réussite à Toulouse, et ,plus encore, de son arrivée à la tête de l'équipe de France.

    Perso, je n'étais pas dupe, et même si je me doute de son intérêt premier pour occuper le poste, je m'étonne quand même un peu qu'il soit allé entacher son crédit toulousain dans cette galère !

    Bon, "tout reprendre de la 4° série à Marcoussis" dixit Jan Lou, ben y'a du boulot hein les gars !!!
    Et puis "attendre 30 ans après avoir réformé " ...comme le hand, hein Gariguette, ....et ben, même mes petit-enfants passeront à côté.... dommage !

    Beaucoup de choses à dire, à redire, mais place aux autres bloggeurs ! (à toi André )

    RépondreSupprimer
  49. Plus le rugby est riche, plus le jeu est pauvre.

    RépondreSupprimer
  50. André. Une explication des "disparitions" : il faut réinitialiser les mots de passe, en particulier si tu as nettoyé ta bécane par 'Historique". En tout cas, c'est ce que je viens de faire, avec un succès qui confine au triomphe et sans l'aide de Delmas.

    RépondreSupprimer
  51. Salut à tous et spécial à Ritchie pour signaler quand-même qu'y'a comme un problème sur la parution des commentaires, perso j'en ai un paquet qui sont partis dans l'espace. Après vérif de mon poste, pas de soucis ici, semblerait qu'y'ait un virus installé dans le schmilblick, ce serait bien de régler tout ça, parce-que écrire et phosphorer en tentant de susciter de beaux sujets et réactions c'est seulement bien si y'a des quelqu'uns pour les lire alimenter le blog et développer les débats..

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. même en réinitialisant les mots de passe le problème persiste, pour ma part 2 commentaires sur 3 sont shootés, c'est énervant !!!!

      Supprimer
  52. Comme les poubelles, le tri sélectif 😂😂😂 paie ton abonnement voyons! Une tournée au club housse 🥂🥂🍾
    Allez 🎂🍸🎅🎅🎅🎅

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Brunel "on m'a rien demandé mais si on me demande je dirai oui"
      Galthié "je démens que l'on m'ait demandé quoi que ce soit"
      Azéma ..... il n'y a pas d'abonné au numéro que vous demandez ........
      Les autres managers entraîneurs du FLOP.14 "pourquoi qu'on m'a pas encore rien demandé ?????"
      Les équipes nationales de tous les autres pays: "ils sont fous ces Français !!!!"
      Mais où qu'on va, où qu'on va ???????????????
      Nini "le grand ziguouigui va t'y publier mon texte ou une fois de plus l'envoyer ad-patres ????" suspens .............

      Supprimer
    2. Tautor, si tu retrouves mes commentaires dans les poubelles, je paye le fût à Treignac prochainement.

      Supprimer
    3. Avec joie mais seras tu la cette fois ci ?🍾🥂🥂

      Supprimer
  53. Hier soir discussion animée ici et sujet de controverses pas tous tranchés, chacun est reparti avec ses convictions mais instruit des autres, je pense qu'entre FFR, LNR, encadrement EDF et joueurs, ça doit aussi se passer comme cela, une bonne -mauvaise- raison pour ne pas avancer.
    Alors voilà le sujet l'EDF et pourquoi donc que le schmilblick y fonctionne pas ?? Plusieurs avis
    --- Le projet de GN était beacoup trop ambitieux pour l'EDF : je m'oppose à cette idée, because quel projet, parce-que on ne voyait pas très bien le fil conducteur du truc : pas de continuité dans le choix des joueurs, pas de direction technico-tactique vraiment affirmée, chaque rencontre était un nouveau départ sans lien avec la précédente ni la suivante, pas d'axes de progression visible. J'y reviendrais plus avant mais c'est d'un bon entraîneur de penser son projet de jeu, puis d'analyser comment ça se passe sur le terrain, et de moduler et d'adapter ses exigences en fonction des faiblesses et forces de son équipe.
    --- Corollaire : pour ce projet et ses ambitions, GN ne disposait pas des joueurs nécessaires et de niveau, on est dans un creux générationnel et les jueurs de talent pour le moment n'y sont pas. J'en reviens plus haut, tu choisis tes joueurs, t'es le maître en la matière, c'est quand-même un sacré luxe, donc ou tu les as pour ce que tu veux ou tu adaptes , encore une fois se remettre en question, rester modeste devant la réalité du terrain, et tenter de tirer la quintescece de ton collectif.
    Changer l'encadrement c'est évident, on voit bien que rien ne passe dans l'EDF, ni les messages ni les demandes ni les envies ni l'ambiance, les contenus techniques et tactiques rendus dans les rencontres sont d'une indigence à pleurer donc penser que quiconque fasse mieux n'est pas idiot. J'irais moi plutôt dans ce sens.
    --- Notre FLOP.14, plus riche championnat du monde dans les coulisses des salles de réception et de conférence, est le plus pauvre en terme de jeu. Ajouté à cela l'invasion massive, à l'aide de ces richesses sonnantes et trébuchantes, de joueurs étrangers qui barrent l'accès aux matchs de haut niveau à nos meilleurs jeunes, sans, à de rares exceptions, relever vraiment le niveau de jeu et ainsi entraîner les meilleurs joueurs Français vers l'excellence. C'est pas tout faux, ceci, même s'il faut moduler sans doute, mais autour de la table limitation de joueurs étrangers sur feuille de match et quota obligatoire de JIFF recueille l'unanimité.
    --- La filière formation n'est pas à la hauteur des enjeux -mon dada à moi-, autour de la table y'avait des éducateurs (EDR Séniors) ayant suivi les formations du comité. Là on est tous tombé d'accord sur l'insuffisance de la formation, et ce qui est grave c'est que tous ressentent vraiment que l'on sacrifie à une obligation réglementaire mais qu'à la fin des cycles on n'est pas beaucoup plus avancé dans la manière d'apprendre et perfectionner le jeu de rugby à ses protégés.
    --- Conclusion, lorsque le débat prit fin faute de ressources liquides mais surtout de l'heure avancée : on est au fond du fond du seau, les crampons envasés comme les ergots d'un vieux coq déplumé, mais comme on ne peut plus s'enfoncer encore davantage, ça va forcément rebondir et remonter, patience et longueur de temps font plus que force ni que rage, alors la FR LNR les clubs et les joueurs au boulot. !!!!!!!!!!!!!

    RépondreSupprimer
  54. Noves a touche le pactole
    alors qu il aurait du par decence demissioner
    son aura de grand entraineur je ni croie pas
    la preuve 4ans avec Picamoles et aucune amelioration du joueur le meme l an passe en 6mois en angleterre apprit a faire vivre le ballon
    il semblerai que l on debaucher facilement les entraineurs du top 14
    le montant du renvoi de Noves est si attirant en tant de crise
    de l argent que le rugby amateur regardera passer

    RépondreSupprimer
  55. Ce matin suite des débats d'hier soir, bon on est au café croissants c'est un peu plus calme.
    Un article sur le net du parisien met le feu aux poudres et c'est reparti avec comme explosif premier une réflexion de JP.Elissalde : « On change le conducteur du train alors qu'il est sur la mauvaise voie. C'est de l'esbroufe. Cela ne sert à rien. C'est juste pour amuser les vaches qui le regardent passer ».
    Dans le même article, intervention tranchante de P.Villepreux, intercalé dans la ligne comme il a toujours su si bien le faire avec à-propos : « Le président place ses hommes, c'est son ami. Comme ça, il va avoir les coudées franches. La manière dont ils se sont débarrassés de Novès, en faisant un audit auprès des dirigeants et entraîneurs du Top 14, c'est moche ».
    Et voilà, le café coule, les croissants se dévorent et le rugby rassemble autour de la table même les derniers éveillés, ça vaut tous les mauls et rucks de pacotille du rugby d'aujourd'hui, en chaleur humaine et communion autour de la béchigue.
    Premier sujet, de l'amusement sur les problèmes d'opposition de mentalités entre le ''vieux'' GN 63 ans et les joueur, et le choix de JB 64 ans !!!! Réducteur bien sûr, mais pas tout faux, JB sur le tour de table ne rencontre pas beaucoup de partisans.
    Dans ce même ordre d'idées la majorité regrette la frilosité de la FFR, le petit bricolage entre copains, le choix d'un proche et les adjoints également pris dans ce petit cercle. Dans cet inédit épisode de renvoyer l'encadrement en cours de mandat, pourquoi ne pas être allé au bout d'une réflexion plus vaste, innover, surprendre, par exemple aller chercher une référence hors de l'hexagone, ou si française en-dehors FLOP.14 et PRO.D2.
    On causait il y a peu du temps de Ferrasse et de l'omnipotence des dirigeants FFR, est ce que les temps finalement ont changé les choses ??? Pas sûr, hein !!!!!!
    Alors autour de la table qui se vide vite et bien de ses croissants, on est partagé sur les actions de BL et SS, certains leur voient un profil de carnassiers qui veulent tout régenter et tout organiser autour d'eux ( FFR cadenassée comme jamais, pensée unique, un chef et des affidés ), cercle fermé non accessible aux «autres», quelques-uns (moi) veulent croire encore que tout doit changer, que c'est difficile, que ça tâtonne et patouille, mais que d'erreurs en fausses pistes, ça bouge ça remue, et s'il reste tellement de choses à faire on prend petit à petit la bonne direction …. Naïf, imbécile, crédule ????.

    RépondreSupprimer
  56. Avez vous bien regardé l'action qui emmene l'essai de Lauret hier soir? C'est la passe stratospherique d'Iribaren au 3éme joueur à sa gauche. Pour voir cela il faut être un grand , un trés grand joueur. Il a l'un des meilleur periscope de tout le top 14.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui c'est de plus en plus évident que l'on tient là un tout bon, en tous cas bien au-dessus de Serin, et qu'avec Dupont ça nous fait un bien bon et beau duo de demis pour un jeu plein à ras bord

      Supprimer
  57. 2° envoi, c'est pénible, obligé de sauvegarder les textes maintenant, m'enfin, ça devient les travaux d'Hercule z'ici !!!!!!!!!
    Ce matin suite des débats d'hier soir, bon on est au café croissants c'est un peu plus calme. Un article sur le net du parisien met le feu aux poudres et c'est reparti avec comme explosif premier une réflexion de JP.Elissalde : « On change le conducteur du train alors qu'il est sur la mauvaise voie. C'est de l'esbroufe. Cela ne sert à rien. C'est juste pour amuser les vaches qui le regardent passer ».
    Dans le même article, intervention tranchante de P.Villepreux, intercalé dans la ligne comme il a toujours su si bien le faire avec à-propos : « Le président place ses hommes, c'est son ami. Comme ça, il va avoir les coudées franches. La manière dont ils se sont débarrassés de Novès, en faisant un audit auprès des dirigeants et entraîneurs du Top 14, c'est moche ». Et voilà, le café coule, les croissants se dévorent et le rugby rassemble autour de la table même les derniers éveillés, ça vaut tous les mauls et rucks de pacotille du rugby d'aujourd'hui, en chaleur humaine et communion autour de la béchigue.
    Premier sujet, de l'amusement sur les problèmes d'opposition de mentalités entre le ''vieux'' GN 63 ans et les joueur, et le choix de JB 64 ans !!!! Réducteur bien sûr, mais pas tout faux, JB sur le tour de table ne rencontre pas beaucoup de partisans.
    Dans ce même ordre d'idées la majorité regrette la frilosité de la FFR, le petit bricolage entre copains, le choix d'un proche et les adjoints également pris dans ce petit cercle. Dans cet inédit épisode de renvoyer l'encadrement en cours de mandat, pourquoi ne pas être allé au bout d'une réflexion plus vaste, innover, surprendre, par exemple aller chercher une référence hors de l'hexagone, ou si française en-dehors FLOP.14 et PRO.D2.
    On causait il y a peu du temps de Ferrasse et de l'omnipotence des dirigeants FFR, est-ce que les temps finalement ont changé les choses ??? Pas sûr, hein !!!!!!
    Alors autour de la table qui se vide vite et bien de ses croissants, on est partagé sur les actions de BL et SS, certains leur voient un profil de carnassiers qui veulent tout régenter et tout organiser autour d'eux ( FFR cadenassée comme jamais, pensée unique, un chef et des affidés ), cercle fermé non accessible aux «autres», quelques-uns (moi) veulent croire encore que tout doit changer, que c'est difficile, que ça tatonne et patouille, mais que d'erreurs en fausses pistes, ça bouge ça remue, et s'il reste tellement de choses à faire on prend petit à petit la bonne direction …. Naïf, imbécile, crédule ????.

    RépondreSupprimer
  58. Pour avoir discuté en privé avec un staff de top 14 hier soir, le problème n'est pas GN, les problèmes sont: trop d'étrangers venus faire du showbizz plus que du rugby et prendre de la fraîche (la faute à qui), des jeunes mis au placard trop vite, un niveau technique faible en particulier le placage quasi rare au niveau des jambes, des joueurs à quelques exceptions près trop fainéants pour faire du foncier tous les jours, des avantages en nature qui ne donnent pas le goût de l'effort puisque tout est servi sur un plateau il suffit de demander ! Une soirée sympa sans retenue ni tricherie. Après chacun fait son job sans aller au delà afin d'être dans les clous du contrat de travail en vue d'un éventuel licenciement ... Triste d'en être là.
    De Joyeuses Fêtes de Noël et de Fin d'Année, familiales, gastronomiques ou l'Amour fera place à l'Ovale 🎅🎅🎅🍾🥂🍸☀️⛵

    RépondreSupprimer
  59. Je retente un résumé succinct de mes vagues réflexions disparues dans les limbes...
    Elles tournaient autour du dernier Télérama (double pour les fêtes), décennies 58-68, de la notion d'"âge d'or" déjà traitée ici, sur une chanson de Léo Ferré passant comme le hasard ou la destinée, qui sait?, à la radio, et la chronique de Fabienne Pascaud, la rédactrice en chef, se demandant si "cette décade formidable" sera source d'inspiration pour la nouvelle époque 2018-2028, et si elle pourra "recréer avec autant de liberté"?
    Évidemment, le parallèle avec le rugby était facile à faire...Je l'abandonne et vous le laisse développer vous-mêmes...Plus la force, plus le temps..
    Parallèle d'autant plus facile en s'appuyant sur la "petite note bleue" de Richard, nous tendant la perche de l’harmonie (dont nous avons là aussi parlé), aussi bien en musique jazzy qu'en style de jeu. Et en se recentrant sur Colombes et François Moncla, ce possible autre âge d'or, correspondant à la même décennie...Et cela dépasse, à mon avis, le simple cadre de la nostalgie.
    D'ailleurs, Richard nous tend une autre perche en citant, immédiatement, l'époque actuelle par l'intermédiaire de George Clancy conseillant aux joueurs de se calmer devant le Jeu qui est "plus important que nous". Il rejoint, là, le magnifique Guynne Walters, arbitre du célèbre France-Springboks de 1961, à Colombes, précisément, appelant les deux capitaines, dont le sus-nommé François Moncla pour la France, et leur susurrant quelques phrases apaisantes à la suite de deux ou trois mêlées un peu trop virulentes!
    Je continuais en parlant de l'interview intéressante d'Hélène Cixous fondatrice, entre autres choses, de l'Université Libre de Vincennes...Je cite:
    - "La culture est indépendante de la bassesse dans laquelle les évènements historiques peuvent la traîner. Elle est toujours au-dessus, ailleurs. Je l'ai toujours su."
    Comme le Jeu, donc, pour notre cher vieux Rugby, je veux le croire...!? Et elle conclue par cette phrase, à la question de savoir ce qui reste de ce passé, proche, malgré tout (la notion de temps, du temps est tellement complexe, relative...):
    - C'était quand même un moment de bonheur...un bonheur à la Saint-Just! Il peut y avoir des âges d'or dans la vie humaine, mais il ne faut pas les rater. Il vaut mieux être jeune à ce moment là pour en jouir complètement".
    Et je rajouterais, car je pense que c'est important, que l'âge d'or, comme elle le laisse entendre, n'est pas forcément lié à la jeunesse, ce qui fausserait le raisonnement. C'est simplement que l'on risque d'en jouir un peu plus pleinement, intensément, en pleine force de l'âge.
    Ce qui ouvrait ma conclusion pour répondre à Christian (22/12 à 10h19):
    - Je pense que Guy Novès est arrivé trop tard, trop vieux et au mauvais moment. L'anti tout de ce que souligne H.Cixous!
    Je vous laisse quitte du corps du texte évaporé...Je le garde sous le coude..On ne sait jamais...Et je pars faire quelques kilomètre à vélo pour tenter de décoincer ma hanche folle.
    André


    RépondreSupprimer
  60. Extraordinaire!!!
    Ce texte dont je parlais ci-dessus vient de réapparaître! Et à sa place, de plus...
    Donc, ces quelques derniers efforts pour quasi rien..
    Tautor, qui semble parfaitement connaître les arcanes du Tri Sélectif, pourra sans doute m'expliquer ce mystère.
    Mais, bon, pour moi tout est bien qui finit bien.

    RépondreSupprimer
  61. Beaucoup, sous le coup de la réussite du hand, comparent avec notre rugby du misère du moment, certes sans doute des leçons à prendre et regarder d'un peu plus près comment ça marche, après magnifier l'appel au sponsor LIDL, pas glop quand-même, cette chaîne de magasin s'apparente pour beaucoup à un vrai cénacle pour esclaves, pas de considération pour le personnel, celui-ci multi-tâches et voué aux horaires démentiels, mais la chaîne reine des pages de pub qui doivent coûter tellement plus cher qu'une, même mince, petite augmentation ou prime qui reste du domaine de l'absurde dans ce monde.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ben non, Nini, déjà un bout de temps , on va bientot compter en décennies ,qu'ils brillent et qu'on merdoie.
      Donc tout sauf un constat d'opportunité, après le sponsor et sa respectabilité, vaste programme .....
      Allez Chevreuse

      Supprimer
    2. Ah bon ? J'aurais magnifié l'appel au sponsor LIDL ? Ben si tu le dis ... Non, lis-moi mieux que ça : je disais que le handball a réussi là où le rugby est en train d'échouer notamment en se coupant de sa base . Quand tu veux établir un sport new look en ne misant que sur l'apparence, le spectacle, le show, hé ben tu t'arranges pour avoir un maximum de spectateurs, car jouer devant des salles vides ... pardon des STADES vides ça va pas le faire . A force de rester dans l'entre soi - ah ces journalistes C+ et leurs marottes, ce côté showbiz ...- Le rugby professionnel n'a plus rien de populaire, il n'attire pas de monde, les gens ont quitté Canal ( trop cher) et vont peu à peu vers d'autres enseignes . Le hand est diffusé sur Bein beaucoup plus à portée financièrement des bourses plates et du coup le hand garde son attrait, son public et comme les joueurs -euses ne sont pas mauvais, ça gagne ! du coup ça attire du monde etc etc
      Je trouve que c'est un sport cohérent qui ne pète pas plus haut que son c...; les abonnements dans les salles sont corrects, les joueurs sont très abordables . Et je ne parle même pas tactique, fond de jeu, entraînement et équipe nationale car sinon ça va pleurer .

      Supprimer
    3. Puisque faut toujours faire attention à ce qu'on dit, et c'est bien normal, jamais dit que la réussite du hand était nouvelle, bien au contraire et je suis persuadé que l'on devrait voir d'un peu plus près leur organisation.
      Magnifier je pensais au sens de donner, au hand et à cette chaîne des qualités que leur collaboration n'a pas, à mon sens. Les handballeurs n'ont pas signé un contrat avec des ringards, l'argent a la même odeur qu'il vienne de celui-ci ou celui-là, y'a pas de saints dans cette matière, et que Lidl ou C+ s'affiche sur les maillots pour moi c'est du pareil au même, et je persiste sur la condition peu enviable des personnels des magasins, en rapport avec le chiffre d'affaires global, mais comme sagement dit par JAN LOU ceci est une autre histoire..

      Supprimer
  62. En ce qui concerne vos textes cachés qui apparaissent, je suis allé faire un tour dans le back office. Surprise, une quinzaine de pépites oubliées. Trois clics et hop, miracle !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. ça c'est bien !!!! Du coup, remonter pour trouver ces inédits et rebondir à loisir dessus.

      Supprimer
    2. bin je crois qu'il faut y retourner dans le back office, of course !!!!!!!!!!!!!

      Supprimer
    3. Moi aussi ce matin je suis dans le back Office !

      Supprimer
    4. déjà en cuisine ? vas-y Jojo, chauffe !
      https://www.youtube.com/watch?v=oh_3JUDY4Tc

      Je m'appelle Alain
      Je suis né à Toulouse
      Vous me connaissez mieux
      Sous le nom de Tautor
      Un soir de septembre en 1959
      Je suis né dans la cuisine
      Dans une famille de gourmets

      Oh oui, je suis né dans la cuisine
      Oh oui, je suis né dans la cuisine
      Je suis né dans la cuisine

      Je suis né dans la ville
      Où les murs sont toujours roses
      Derrière des terrains vagues
      Pleins de salmonelloses
      Dans un berceau d'arômes
      Je devais grandir
      Ne vous étonnez pas
      Si je ne fais que sourire

      Parce que je suis né dans la cuisine
      Oh oui, je suis né dans la cuisine
      Je suis né dans la cuisine

      Je n'ai pas eu de chef
      Pour me montrer les bases
      Et bien, souvent tout seul
      Je cuisinais la nuit
      Je jouais aussi du piano
      Avec les accessoires
      Déjà fin gastronome
      Je commençais ma vie

      Parce que je suis né dans la cuisine
      Oh je suis né dans la cuisine


      J'ai dû battre des oeufs
      Pour connaître la neige
      J'ai dû battre des oeufs
      Encore plus fort pour qu'elle tienne
      De tous les côtés de la ville on me cherchait
      Les gens m'applaudissaient
      Depuis je n'ai pas changé

      Parce que je suis né dans la cuisine
      ....
      Maintenant je ne vis plus
      Où les murs sont toujours roses
      Ma toque est en argent
      Et ma marmite est en or
      Mes grands plats d'hier
      Sont bien les mêmes qu'aujourd'hui
      Mais quand la nuit arrive
      Je retourne dans la cuisine

      Parce que je suis né dans la cuisine...

      On me parle avec respect
      Je fais dîner des rois
      Je choisis mes grands crus
      Les meilleurs qui soient
      On voudrait me faire changer
      Mais c'est une cause perdue
      Vous perdez vot' temps
      Je reviendrai à la cuisine

      Parce que je suis né dans la cuisine ...

      🎅🎅

      Supprimer
    5. Un GRAND MERCI MARQUISE
      🎅🎅🎅🎅🎅

      Supprimer
  63. Vous connaissez Antoine ALBEAU ? Sportif français le plus titré 24 fois Champion du Monde et riche comme un mendiant ... Je vous laisse chercher.
    Très rusés SS et BL pour déstabiliser PG avec le soutien de MB et de MA, piller les meilleurs entraîneurs du top 14 pour la bonne cause acte 2 après JB, F Azéma c'est à dire le copain du copain avec argent et notoriété ... Affaire à suivre Je pense que la zizanie va être semée au sein des Présidents du top 14... Le tremplin idéal pour Mourad. Mais la ficelle est tellement énorme que vont ils arriver à leurs faims ? Sûrement avec Atcher et Altrad comme TPG.Debut des négociations aujourd'hui ������ pas très chrétien tout ça."Le Petit Prince" à toute sa place dans ce monde mafieux.

    RépondreSupprimer
  64. Tiens un bonus pour servir de réflexion
    https://www.facebook.com/veronique.fontan/posts/1939880782708588

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Marche pas .... Encore un coup de la FFR ou du back office ?????

      Supprimer
  65. à lire "Drôle d'endroit pour une rencontre" titre excellent et chronique non moins excellente des débuts du rugby dans l'ère du spectacle ... M Antoine nous régale une fois de plus sur renvoiaux22... Une suggestion aux prez qui viendront se pavaner dans l'U Arena : il faudrait maquiller les joueurs à présent, ouais comme les artistes de music-hall qu'ils sont devenus ah et puis quelques paillettes sur les maillots, ça ne mange pas de pain et ça prend bien la lumière . La FFR a déjà imposé un générique au Top14, à quand la scénarisation des matches ? Avec cliffhangers pour relancer le suspense, des blessures spectaculaires et de belles infirmières sur le terrain allez encore un effort, le public n'attend que ça !

    RépondreSupprimer
  66. Très bon, effectivement....Si je me souviens bien c'était le titre d'un film avec Deneuve et Depardieu sur une aire d'autoroute

    RépondreSupprimer
  67. ...bonne suggestion Gariguette, mais t'as oublié , les plumes dans le c.... aussi, c'est mieux avec le maquillage et les paillettes !!! ....
    ...mais je suis comme toi, dépassé, certainement "has been" comme ils disent, ...

    ...je vois bien que notre rugby (enfin ce n'est plus le notre) a pris la route du "grand barnum", ... et ce qui va suivre comme ce qui arrive, (matches délocalisés en Chine, aux US, joueurs acteurs de séries TV, aux bras de starlettes dans les pages people, ...) préfigure sa disparition sous la forme qu'on a connu, en ce qui concerne le haut niveau, ...espérons quand même que nos petits-enfants pourront aller au stade, voir encore, comme Ritchie l'a fait récemment, des matches entre équipes de villages pour goûter à la réalité de ce jeu (son essence formatrice) et de ses valeurs .

    RépondreSupprimer
  68. Ce soir avenement
    dans la creche emmaillote le nouvel entraineur et son staff
    a leurs cotes leurs chers geniteurs DON san bernado et don SIMON
    CHANTRES DU BLE EN TOUTE SAISON
    ET NOUS PAUVRES PECHEURS ELOIGNONT NOUS VITE DE CETTE HERESIE

    RépondreSupprimer
  69. Remake du bac à sable de ce matin !
    Connaissez vous Antoine ALBEAU, 24 fois Champion du Monde, le sportif le plus titré tous sports confondus ? En voilà un qui ne s'est pas ou qui ne sait pas enrichi !!
    Gros comme une ficelle de grand-mère, sous l'instigation de Saint Simon, BL a nommé son ami Jacques "Brubrunel" à la tête de l'EDF alors qu'il est manager de l'UBB (quelle sera la contre partie à L Marti ?)et que récemment il a démenti avoir été approché (quelle probité en début de mandat !). Mais le machiavélisme du cardinal ne s'arrête pas là. Après avoir limogé son ami de toujours Guy Novès, il a échafaudé avec les frères Mohed et Mourad de prendre les citadelles du top 14 pour affaiblir le prélat Paul. Ça commence par le copain du copain, que dis je, l'ami de l'ami de Jacques, Franck Azéma (objectif 2023 avec un contrat en or, comptez sur Mohed et Claude pour faire le nécessaire). Puis Mourad va jouer le jeu et la comédie et va prêter gracieusement Fabien d'A2 pour n'éveiller aucun soupçon puis dans la phase 3 on va s'attaquer aux protestants de La Rochelle mais là le mauve ne fait pas autorité. La finalité c'est que le top 14 va être décimé de ses entraîneurs phares et qu'au moment des élections, Mourad, futur Président de la LNR (je vous l'annonce en avant première) va sortir le plan Marshall concocté par Mazarin ! La "M Connection" va donc engloutir le rugby français dans une boite à Pandore confiée au jésuite Claude, séminariste de la première heure comme Saint Simon. Le rugby français n'aura plus de conclave mais 3 concils ! 11 shérifs sur les 13 élus ne seront pas de trop pour faire appliquer la loi cardinale celle qui converge vers Marcatraz sous peine d'être mis aux fers. Un beau Réveillon en perspective ! Tout dépend de quel bois on se chauffe ? on verra ....

    RépondreSupprimer
  70. Ah oui, les pages Pipol, Urios avec Boseline Rachelot,Atonio avec Loana,j'ai les sex-tapes !
    Sinon, Gariguillerette grande magnificatrice,j'en était sur !
    On à les photos à la caisse de Lidl,des chariots pleins, insoutenable 😂
    Allez, joyeux Noël à tous et aussi aux autres.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. ô sage Janlou sache qu'à 7 euros les 40 cl de bière - cf M Antoine - le rugby parigot ne va pas faire recette ... je vois bien les titis se ravitailler en fûts avant d'arriver au stade ! Joyeux Noël les pauvres ! 🎅🎅🎁🎇🎶🍸🍸🍹🍺🍷🍻

      Supprimer
  71. Remake du bac à sable de ce matin !
    Connaissez vous Antoine ALBEAU, 24 fois Champion du Monde, le sportif le plus titré tous sports confondus ? En voilà un qui ne s'est pas ou qui ne sait pas enrichi !!
    Gros comme une ficelle de grand-mère, sous l'instigation de Saint Simon, BL a nommé son ami Jacques "Brubrunel" à la tête de l'EDF alors qu'il est manager de l'UBB (quelle sera la contre partie à L Marti ?)et que récemment il a démenti avoir été approché (quelle probité en début de mandat !). Mais le machiavélisme du cardinal ne s'arrête pas là. Après avoir limogé son ami de toujours Guy Novès, il a échafaudé avec les frères Mohed et Mourad de prendre les citadelles du top 14 pour affaiblir le prélat Paul. Ça commence par le copain du copain, que dis je, l'ami de l'ami de Jacques, Franck Azéma (objectif 2023 avec un contrat en or, comptez sur Mohed et Claude pour faire le nécessaire). Puis Mourad va jouer le jeu et la comédie et va prêter gracieusement Fabien d'A2 pour n'éveiller aucun soupçon puis dans la phase 3 on va s'attaquer aux protestants de La Rochelle mais là le mauve ne fait pas autorité. La finalité c'est que le top 14 va être décimé de ses entraîneurs phares et qu'au moment des élections, Mourad, futur Président de la LNR (je vous l'annonce en avant première) va sortir le plan Marshall concocté par Mazarin ! La "M Connection" va donc engloutir le rugby français dans une boite à Pandore confiée au jésuite Claude, séminariste de la première heure comme Saint Simon. Le rugby français n'aura plus de conclave mais 3 concils ! 11 shérifs sur les 13 élus ne seront pas de trop pour faire appliquer la loi cardinale celle qui converge vers Marcatraz sous peine d'être mis aux fers. Un beau Réveillon en perspective ! Tout dépend de quel bois on se chauffe ? on verra ....

    RépondreSupprimer
  72. Nouvelle tentative pour s'engueuler (mais c'est perdu d'avance, vous êtes trop consensuels). Warum ? Je crains que nous dérivions vers un forum à la rugbyrama, avec moins de gros mots et de fautes d'orthographe et davantage de références style 'elle est pas belle ma culture'. Pourtant, et sans flagornerie, nous serions en droit de nous recentrer sur le jeu lui-même, sur ce 'je ne sais quoi' qui nous a fait prendre le chemin du stade et que nous en sommes encore éblouis. Aujourd'hui - et tout est là - lesquels d'entre nous bondiraient de joie en entendant leur fils ou petit-fils leur annoncer qu'il va jouer au rugby ? Quant à nous, probablement aussi incapables de peser réellement sur le cours des choses que de fixer le cours du bitcoin, je crois (à vous de dire) que nous devrions nous recentrer sur un objectif simple mais vital : insuffler du bonheur, de la générosité, voire de l'amour, afin de vivifier le dernier fil qui nous lie à ce putain de jeu. Tiens, une confidence pour démarrer : le peu que j'ai vu de Christian Badin, à la télé bien sûr, a provoqué une vive sympathie pour ce centre dont le positionnement, le port de tête, le souci du geste, me rappelait les plus grands. Aux antipodes d'un Dourthe (dont je ne nie pas les mérites), mais dont la dégaine constituait une terrible contre-publicité. Merci Christian pour ces quelques instants ! En fait, je ne dissocierais jamais le jeu d'une esthétique, celle que l'on retrouve systématiquement chez les cracks du jeu, qu'ils soient '1', '12' ou '8'. André Herrero, Ondarts, Le Droff étaient des chorégraphes, au même titre que Boni ou Arnaudet. Il est de vilaines passes et de beaux uppercuts. Je veux croire que Gwynne Walter le pensait aussi. Tentons, par la parole, de rendre au rugby sa beauté. Je refuse comme vous de passer mes vacances avec Laporte, Goze, Altrad, Bachelot ou Loana, Je refuse même de parler d'eux. Mais j'aimerais que mes petits-enfants tripotent l'ovale avec gourmandise. Arrêtons de tirer la gueule, ça leur fait trop plaisir et l'ulcère c'est pas bon !

    RépondreSupprimer
  73. Antoine ALBEAU, 24 fois Champion du Monde, record français absolu ... Bravo lui qui est plus mendiant qu'autre chose.
    Pour le réveillon la ficelle est un peu grosse à avaler. Monseigneur, le glauque Saint Simon, déroule une stratégie machiavélique pour l'EDF et la LNR. Primum, remerciements solennels pour le chanoine Guy Novès. Appel aux ordres de la paroisse de Jacques Bru Brunel, promu jeune vicaire. Comme enfants de coeur, Franck Azéma, Fifi Galthié, les copains séminaristes de la première heure. Bref tous les amis de l'évêché de Saint Bernard. Il a pris avis, lors du conclave à Marcatraz, près des frères Mohed et Mourad, 2 ecclésiastiques notoires, argentier de la paroisse.Le but piller le top 14 de ses meilleurs entraîneurs. De telle façon que le Rédempteur Mourad puisse s'installer à la Présidence de la LNR (souvenez vous en j'ai dit). Je détaillerai plus tard.
    Repas en cours
    Bon Reveillon

    RépondreSupprimer