lundi 9 avril 2018

En route pour Treignac

Se présentant ensemble à la sortie du tunnel et s'arrêtant côte à côte avant d'entrer sur la pelouse du stade Alfred-Armandie, samedi soir dernier en prime-time, pour ce qui était un quart de finale de maintien, les deux capitaines, Antoine Erbani et Valentin Ursache, se sont regardés sans se toiser et se sont serrés la main. Image furtive mais symbole fort qui raconte ce qu'est aussi le rugby d'élite. Pas seulement un combat frontal d'athlètes bodybuildés mais tout un tas d'autres choses, certaines immarcescibles.

Je ne suis pas certain que le rugby de Première Division qui a compté jusqu'à quatre-vingt clubs était de meilleure tenue, avec ses bagarres générales, ses agressions volontaires et ses violences ciblées, ses amphétamines et ses rucks de muerte crampons en avant, ses derbys hystériques et son arbitrage maison, délégués sportifs aveugles et délégués financiers véreux (ou l'inverse), sans compter toutes les joyeusetés passées sous silence au nom de l'esprit de famille qui virait parfois à l'omerta.

Les maux actuels sont différents et chaque époque ne vaut que parce qu'elle a été vécue. Aujourd'hui, la rupture est ligamentaire, les salaires déments, les mutations naguère traquées deviennent des transferts incessants, l'étrange étranger débarque de l'autre bout du monde et non plus du village voisin, les chocs sont nombreux et intenses, qu'ils soient physiques ou médiatiques. La bête à buzz, à clics et à audimat est alimentée, les sponsors tapissent les maillots moulants. Nous sommes passés, forcés, de la bière-picon au ballon à picots.

Pour autant, les équipes se serrent toujours dans la difficulté, une équipe n'est pas composée de quinze, de vingt-trois, de trente, voire de quarante joueurs, mais par un état d'esprit collectif qui augmente la valeur des individus ainsi liés plutôt que réunis. Les regards sont les mêmes, les poignées de mains aussi. Le rugby a changé mais rien n'a changé. C'est notre perception qui se transforme en ne voulant pas s'accommoder, en tout cas chez ceux qui regrettent de ne pas retrouver ce qu'ils ont connu.

Ce samedi, les Quinconces, bien chanceux, entoureront Pierre Villepreux, une des légendes de ce sport, joueur, entraîneur, commentateur, chroniqueur, enseignant, penseur. Ceux qui seront de ce voyage ovale ont encore le temps d'acheter «Intercalé» (Hugo and Co, 2011), son autobiographie, histoire de repartir avec une dédicace personnalisée. Pierre Villepreux considéré comme l'un des derniers grands techniciens de ce jeu, avec Jean Dévaluez, Michel Peuchlestrade et Pierre Conquet, était le disciple préféré de feu René Deleplace : soyez certains qu'il aura des idées à transmettre, des confidences à distiller, des pistes à ouvrir.

Depuis le mois d'août 2011 et ma première chronique jusqu'à la prochaine, sept ans de réflexions ovales partagées nous amènent à vivre des moments comme celui qui s'annonce autour des spécialités culinaires que chacun aura pris soin d'apporter. C'est un honneur que fait l'ancien entraîneur du Stade Toulousain et du XV de France aux bloggeurs de Côté Ouvert de partager avec eux un samedi de rugby en petit comité choisi. Je sais que chacun ici apprécie cet accord et affine déjà ses questions. Nous devrions tous en sortir peut-être grandis, du moins comblés.

Le passage du virtuel au réel nous implique, certes, mais il est avant tout d'une évidence absolue, ainsi que nous l'avons perçu il y a trois ans, à Bordeaux. Découvrir l'altérité de visu et non plus via l'azerty, mais toujours avec le rugby en toile de fond. Le rugby ? Pas seulement : le golf, la musique, la littérature, la philosophie, la psychologie, la médecine, l'art de la table aussi, et j'en passe. Emmanuel Levinas affirme que l'on existe en se plongeant dans le visage de l'autre. Heureusement, les Quinconces proposent tous types de nourriture, terrestres et spirituelles. Certains vont avaler huit heures de route en guise d'apéritif : il faut avoir de l'appétit pour ce type de rencontres.

Pourquoi Treignac ? Parce que ce village de Corrèze est, peu ou prou, à équidistance de nos lieux de résidence respectifs. Que nous y avons trouvé fortuitement un havre où vivre en autogestion le temps nécessaire, épicentre qui vibre au rythme de nos élucubrations, melting-potes de grande amplitude laissé à notre disposition par le maître des lieux, Didier. A nos pieds, une plage où s'organisera un petit match à toucher samedi matin si la météo se montre clémente, ce qui n'a pas l'air de vouloir être le cas. Mais qu'importe l'ivresse de la dernière feinte puisque nous aurons à disposition les flacons. On vous attend à l'entrée du lac.

149 commentaires:

  1. Je n y serai pas mais je suis sur que vous allez bien profiter les uns des autres!
    Bernard

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Y'a mon ami La Matraque (supporteur du Stade Français) qui t'as trouvé. J'espère qu'il va venir nous rejoindre sur Côté Ouvert.

      Supprimer
  2. .... tout bu or not tout bu ... à Treignac ??? ...finalement Richard, on sera combien ? (c'est pour les appros !)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. "tout bu or not tout bu" : excellent. Il faudra faire des Hamlet aux cèpes, aussi, non ?

      Supprimer
    2. j'y serai avec Lulure Cricri !

      Supprimer
    3. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

      Supprimer
    4. Dix-huit, en comptant Jean-Louis, Michel Lizeaux et Jacky Courrent.

      Supprimer
    5. Bonjour à tous, s'cusez mais serai là, ai réservé chez l'hôte du lac un bon moment déjà, en ce moment pas trop le temps d'être ici et d'alimenter la chronique, mais raterai pour rien au monde le contact avec PV, d'ailleurs suis en train de réviser la révérence, bien que sachant que l'irrévérence envers tous les poncifs de ce jeu que nous aimons tant était plutôt la référence de notre illustre invité.
      Bon, CAB là suis sec pour encore y croire, mais l'espoir cette flamme jamais éteinte est encore là, vacillante et chancelante certes, mais bien là, et sur un courant d'air, un malentendu, un arbitrage-vidéo à la hou la hop ou un faux rebond allez pourquoi pas, mais quelle saison galère.
      Treignac, alors, c'était comment les appros avec votre vécu, faut surtout s'appliquer sur le solide, le liquide, les deux ????

      Supprimer
    6. Pour ce qui est de la composition d'équipe, a priori douze. A savoir Pimprenelle, Nini, Fred, Sergio, Georges, Pipiou, Michel, Le Gé, Tautor, Charles, toi et moi. Sans oublier Didier notre hôte, et sans doute quelques membres du club de Treignac le samedi après-midi.
      L'an passé, nous étions dix-sept.

      Supprimer
    7. Nini, appelle Didier, notre hôte, pour bien t'assurer de la chambre. Si toutefois tu dors à l'Hôte du Lac. 05 55 73 57 71

      Supprimer
  3. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
  4. Goolaerts dans un communiqué de presse "il est mort par arrêt cardiaque" ! Un euphémisme s'il en est un. Lorsqu'on voit le médecin en photo sur le bord de la route, il est certain que l'image est affligeante de le voir les mains nues ! Ce que je retiens, c'est qu'en 2e division, il était en difficulté et il se réjouissait d'avoir progressé physiquement et techniquement pour passer Pro. A t-il eu tous les bilans cardios utiles et nécessaires pour le suivi d'un sportif de haut niveau (en particulier l'échocardiographie) ? Pour avoir progressé physiquement, on sait en cyclisme ce que cela veut dire le recours au dopage ! Est-il mort d'un manque de dépistage ou de prises illicites de produits dopants ? Probablement, on ne le saura jamais. Néanmoins, devant une mort violente, il devrait y avoir autopsie. Enfin, quand je vois la photo du médecin à son chevet sur un Paris Roubaix, je pense que les moyens immédiats sont sous dimensionnés donc le pronostic de chance s'affaiblit d'autant. Cela me rappelle Casartelli, mort parce que les hélicos sanitaires étaient occupés par des officiels et non des médecins et qu'arrivé à Tarbes il était exsangue. C'était le temps du bon Dr Porte ....

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Whaou piting Tautor t'es en forme ! Mais tu as raison ô combien. Les gladiateurs modernes que sont les sportifs meurent souvent en ce moment, sur tous les stades et dans tous les champs. De toute façon, le sport de haut niveau n'est pas "corpore sano", ça devient même de moins en moins conseillé. Perso, si j'avais un fils je ne suis pas persuadé que je l'encouragerais à jouer au rugby. Ou alors à 7.

      Supprimer
  5. "Treignac or not Treignac, that's the Quinconces"
    Ou le retour aux valeurs traditionnelles du rugby non sans poser les fondements du rugby du XXIe siècle. Comme tout monument, il est important de savoir si les fondations sont saines ou rongées par le moisi ou le salpêtre ? Seul un architecte de la valeur de Pierre Villepreux pourra nous donner son sentiment.Ce week end, au lendemain des fêtes pascales, ressemble à s'y méprendre à la préparation que l'on faisait jadis pour la communion privé. Un moment de jouvence, entre communiants, dans un cadre idyllique ou le lac, la plage, la végétation, la cantine nous transportent dans une ivresse collective ou la philosophie de la vie atteint son point d'orgue en valorisant notre passion commune qu'est celle du rugby. Ici pas besoin de préparateurs physiques, ni de coach mental, ni de manager, ni de terrain synthétique, ni d'enceinte sophique, ni de présidents polissés, rien de rien, que des purs produits de terroir, ni bios ni dopés, élevés au grain et au maïs, issus de l'éclectisme et de la tradition rugbystique, penseurs libres et inféodés, porteurs des traditions ancestrales, tous ces "Quinconçais" seront chez notre hôte Didier pour signer un nouveau chapitre d'un roman qui pourrait s'intituler "Les Quinconces ou la guerre de Cent Ans".

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je confirme, tu es en grande forme...

      Supprimer
    2. ...attention Tautor, y'a des contrôles à Treignac ! ... qu'as tu "débouché" ???

      Supprimer
  6. avant toute chose et en réponse ou suggestion d'un apparté au chapitre précedent, relancé par Alain: la médecine du travail pour tous les clubs pro, où en est on?

    RépondreSupprimer
  7. Quelle belle photo de Pierre Villepreux, en train de déborder Brophy, il me semble, et surveillé du coin de l’œil et de la mèche par ce remarquable Mike Gibson, ouvreur ce jour là...! Lux et Dourthe ne sont pas loin...Victoire 11-6 en Irlande, cette année 1967.

    RépondreSupprimer
  8. Pour Tautor

    https://www.youtube.com/watch?v=8Y_xXsidSu4

    et Hommage a Higelin a travers Tao

    RépondreSupprimer
  9. Pas de nouvelles de Bertolico ni de Lulu de Paname ? Comptez-vous être à Treignac ? Partez-vous de Paris ou d'ailleurs ? Allo ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Vous êtes 45 abonnés au blog : quid

      Supprimer
    2. Et Zarmaou, il est où Zarmaou. En voisin, du Lot, ça ne fait pas loin, n'est-ce pas Roger ?

      Supprimer
  10. Richard, merci pour la compo, ma femme va préparer les "flognardes"!
    Pierrot sera-t-il du repas à midi (après le "toucher") et sait-t-il que J Courrent sera présent ?...y aura-t-il débat ?...
    ...à savoir qu' ils ne "jouent" pas dans la même équipe, dans la ligue Nouvelle Aquitaine,( PV étant dans l'opposition), et la discussion ,sur le 3° thème notamment,( la formation en France), promet donc d'être animé concernant le projet fédéral que met en place BL et la DTN.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu seras là vendredi soir, Christian ?
      Pierrot sera du repas de midi et sans doute pas Jacky Courrent.
      Pour le débat, en revanche, c'est ouvert. C'est même le credo (euh non, trop catho), c'est même la raison d'exister du blog (c'est mieux).

      Supprimer
    2. non, pas vendredi soir, indisponible (invitation), mais samedi vers 10h pour toute la journée. J'attend Michel vendredi midi au golf de Brive. On mange ensemble et bien sûr, on va parler golf (et certainement un peu rugby).

      Supprimer
  11. je suis vert de ne pouvoir, encore une fois, vous rejoindre. Les sujets et les acteurs vont être passionnants, les questions, pertinentes, le carbure, de première qualité. j'ai une petite question : compte tenu de l'évolution de ce sport vers un professionnalisme accompli, la solution pour faire évoluer nos jeunes joueurs et les finances des clubs ne passerait-elle pas par donner une valeur au joueur comme en foot, permettant ainsi de former des jeunes avec un "retour sur investissement" et intégrer des jeunes dans le grand bain ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah ben on va pouvoir faire 50 nuances de vert, Fifi la Fougère. ....
      C'est déjà un peu le cas, non, le defraiement des clubs formateurs.
      Après, ça me fout un peu les jetons, la bourse des joueurs.
      Allez à Treignac ( sans nous, sniff)

      Supprimer
    2. Bon, il faut éviter les dérives du foot notamment limiter le rôle des agents de joueurs. Mais, l'idée c'est de permettre aux clubs formateurs de faire de belles plus-values sur les transferts et ne pas seulement avoir une grosse masse salariale déséquilibrée et rien en face.
      Pour les 50 nuances de vert, si c'est du même accabit que le gris, ça va chauffer dans le string

      Supprimer
    3. Philippe
      Laisse un 06 sur mon mail
      Pour prendre contact si tu le souhaites

      Supprimer
    4. Ritchie,
      oui, je souhaite prendre contact, il faut juste que je retrouve ton mail

      Supprimer
  12. Par Confucius, le compte à rebours pour Treignac est entamé. Je viens de confirmer au gendarme Didier du lac. Mais pas trouver pour covoiturer, tant pis. Par contre, pour covoitirer le produit des bouteilles y aura pas de blems ! Y aura pas de liste de remplacements en cas de blessures, mais on sera assez pour tenir le crachoir à P.V., à la sortie du tunnel. Bon, pas pris d'amphés. J'y vais bio, certifié !
    Sinon, vu ces derniers temps, plusieurs témoignages entraîneurs, joueurs, EDF/Top14, satisfait de la défense solide, solidaire, exemplaire... Le jeu, vous avez dit jeu (je ?) ? On défend, nous. On est un groupe, unis dans l'uni, nous, mossieu. Le jeu, c'est pour les p'tit d'enfants, à la crèche. On s'envoie, nous ça pique. Bref, on continuera à se faire chier à regarder le R 92...
    P.V. 67, un autre monde ovale plus réel que virtuel, en tout cas, où on ne feintait pas le jeu.
    Si on suit Tautor, C'est parti pour "quinconçais et fier de l'être ou, coeur fidèle", comme vous voulez.

    RépondreSupprimer
  13. Je n'ai pas l'impression que la préparation du symposium soit très aboutie, ok on sent bien que question picrate et boustifaille il y a du level, mais quid des données techniques et du cahier des charges ?
    Avez vous avancé dans le traitement des big data compilées par le Gé ?
    Avez vous mis à jour votre cahier de chansons ?
    Richard va-t-il apporter son accordéon à touches ?
    Et Dieu dans tout ça ?
    Bon dans le souci de faire avancer le Schmilblic j'ai donc préparé quelques révisions de bases afin que vous ne passiez pas pour de super caluts devant Saint Pierre .
    *Tout d'abord des références utiles ainsi cette video "courte et synthétique" comme le gazon de la U Arena, vous permettra de vous égarer un peu plus dans les méandres de la Formation http://formation.ffr.fr/article/loffre-de-formation-pour-les-entraineurs-et-les-educateurs-de-rugby
    * ensuite ZE site à ne surtout pas manquer pour vous la péter en société, surtout en 3e MT quand tout le monde justement est pété, hop ! vous sortez vos stats du dernier Tournoi ! Effet garanti . Qui c'est qui a marqué le plus de points ? Hé ben c'est Machenaud pas Sexton ! Combien d'essais a mis Stockdale ? Hé ben 7 ! Plein de graphiques sur l'occupation, la possession tout ça ... Un petit souci cependant du bleu partout : pour l'Ecosse, l'Italie et la France et c'est 3 bleus assez proches, du coup on peut faire illusion jusqu'à ce qu'on réalise que ah mais non .... c'est l'Ecosse ! Bref vachement utile pour les ceusses qui s'y connaissent, moi ça m'aide pas trop pour mes posts, pas assez décalé tout ça, trop précis !! Ca s'appelle "le site de l'entraîneur et de l'éducateur" http://formation.ffr.fr/
    * Avant Treignac regardez des vrais joueurs français avec des essais comme celui-ci : https://www.youtube.com/watch?v=zZScVM8Ta-0&feature=related ... comme ça après vous pourrez pleurer sur le rugby français en connaissance de cause ! Bien penser aux Kleenex dans les appros ...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Les datas du Gé, lui seul sait
      Le cahier de chansons, ça peut se faire
      Mais que j'apporte mon piano électrique, pas question. On pourra pas s'entendre et parler rugby...

      Supprimer
  14. Et oui, surtout pas mélancolique du Rugby de tranchées qu'on veut oublier pour ne garder que les bons souvenirs.
    D'autant plus qu'un peu partout on pratique un jeu superbe même si nous sommes, Top 14 oblige, un peu à la peine.
    Et puis il suffit de retourner vers le pré de notre enfance pour y retrouver à peu près l'endroit dans l'état ou on l'avait laissé, les vieux clubs ne meurent jamais.
    Bien optimiste le gars de l'Indien ( hé Tautor, la serveuse du Bambou Bar t'embrasse ), parce que côté EDR, pour les clubs modestes, la base, c'est plutôt peau de chagrin.
    Alors ma question à Monsieur Pierre,si d'aucun veut bien la porter,sera de connaître son avis sur les moyens que la Fédé devrait inventer pour redonner de l'attrait auprès des petits, ainsi que d'une méthode pour accompagner les clubs dans leurs actions de recrutement.
    Allez, formation d'accord, mais si y à personne on va faire des économies de chocapic ...

    RépondreSupprimer
  15. Proposition d'organisation de l'intervention de Pierre Villepreux

    3 thèmes (son XV de France ; le haut niveau aujourd'hui ; la formation française) de 14h à 17h. Une heure par thème ainsi découpée : on laisse Pierre intervenir sur la durée qui est la sienne sur le premier thème. Et ensuite chacun pose une question (une seule de façon à ce que tout le monde puisse s'exprimer).
    En ensuite, après 17h, on la joue Barbarian, balle à l'aile, la vie est belle, pas de plan de jeu...
    ca vous va ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Impeccable ! RDV à 14 heures, ou dans la matinée pour un toucher ?
      Bien cordialement,
      Salutations d'Angoulême

      Supprimer
    2. Ouh là ! mais c'est qu'il faut être sportif pour venir aux quinconces ! Pour l'an prochain, vous pouvez me réserver la place de porteur d'eau (euh, pardon, de picrate !) ? Déjà que ma femme aime moyennement le rugby, si en plus elle me récupère en petits morceaux...
      Plus sérieusement, j'aurai une pensée pour vous samedi, vous que je ne connais qu'en messages électroniques... Et un petit sentiment de jalousie ! veinards qui allez rencontrer mon idole (ne lui dites pas ça, je pense que ça le fâcherait !)...
      Bon W-E à tous, bon rugby, bonnes discussions, bonne chère et bonnes boissons !
      Et à la semaine prochaine pour le compte-rendu !!
      Daniel

      Supprimer
    3. Vincent, vendredi soir si tu peux. Sinon samedi 11h.
      Pour le toucher sur la plage vu le temps ça risque d'être compromis.
      Encore que...

      Supprimer
  16. Si je venais à Treignac en ce moment ,je pense que je renverserais les verres et que j'aurais des problêmes intestinaux ,vu que je croise les doigts et que je serre les fesses ,en attente des résultats de la biopsie de mon épouse .Pas la meilleure période de ma vie mais l'an prochain ,peut être avec vous ,qui vous vantez de balles à l'aile alors que très souvent çà termine par des pics and go ,méfiez vous on le saura...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Une pensée sincère, Barto. Et des voeux.

      Supprimer
    2. Barto
      Si tu le souhaites laisse ton 06 dans ma boîte mail
      On prendra contact direct avec toi

      Supprimer
    3. On serre trois fois les fesses, de tout cœur avec toi

      Supprimer
    4. oui laisse ton 06 à Ritchie qui transmettra, le soutien c'est important en ce moment ...

      Supprimer
    5. Gariguette a raison,, tous au soutien et on t'emmène dans l'en but !

      Supprimer
  17. Réponses
    1. Idem François
      Tu peux glisser un contact téléphonique via mon mail si tu veux être associé aux Quinconces

      Supprimer
  18. Meteo, prévisions pour samedi à Treignac, soleil et passages pluvieux

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. tu as mal lu : c'est avis de soleil et vieux pas sages 😉🍓

      Supprimer
  19. Dans l'Echange, Paul Claudel écrivait un texte célèbre sur le théâtre, le voici un peu modifié : « Le rugby . Vous ne savez pas ce que c’est ? Il y a le terrain et la salle. Tout étant clos, les gens viennent là le soir, et ils sont assis par rangées les uns derrière les autres, regardant. Quoi ? Qu’est-ce qu’ils regardent, puisque tout est fermé ? Ils regardent le terrain après le lever de rideau . Et ce qu’il s'y passe après le coup d'envoi. Et il arrive quelque chose sur le terrain comme si c’était vrai. C’est comme les rêves que l’on fait quand on dort. C’est ainsi qu’ils viennent au rugby la nuit. Je les regarde, et la salle n’est rien que de la chair vivante et habillée. Et ils garnissent les gradins comme des mouches, jusqu’au plafond. Et je vois des centaines de visages blancs. L’homme s’ennuie, et l’ignorance lui est attachée depuis sa naissance. Et ne sachant de rien comment cela commence ou finit, c’est pour cela qu’il va au rugby . Et il se regarde lui-même, les mains posées sur les genoux. Et il pleure et il rit, et il n’a point envie de s’en aller. Je sais qu’il y a le caissier qui sait que demain on vérifiera ses livres, et la mère adultère dont l’enfant vient de tomber malade, et celui qui vient de voler pour la première fois, et celui qui n’a rien fait de tout le jour. Et ils regardent et écoutent comme s’ils dormaient. »
    J'ai pensé à ce texte l'autre soir en regardant Racing/RCT dans ce match d'improvisation à la U Arena, beau spectacle de théâtre certes, mais pitoyable rugby . Le rugby en salle n'a plus rien à envier au théâtre, les mêmes spectateurs-dormeurs les hantent . Comme ceux qui dorment leur vie ; c'est Shakespeare qui, bien longtemps auparavant dans "La tempête" avait décrit ainsi la vie “Nous sommes de la même étoffe que les songes, et notre vie infime est cernée de sommeil.”
    Curieusement le rugby devenu spectacle clos manque terriblement de vie ; il s'y déploie beaucoup trop d'artifices - écran géant, sono envahissante, spots sur les joueurs - et le texte reste pauvre encore mais plus pour longtemps . On sent les prémices de "jeu dans le jeu" ; ainsi ces incompréhensions coach/capitaine pour prendre ou non les 3 pts relèvent du quiproquo théâtral, comique de répétition, comique de situation . Je m'inquiétais il y a quelques mois de l'envie de scénarisation des matchs qui allait probablement s'emparer des édiles de ce jeu . Il me semble que la tendance se confirme .
    Mais que diable le rugby allait-il faire dans cette galère ?!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

      Supprimer
    2. Superbe, comme d'habitude, Sylvie
      Transcendant, hein ?
      A mon avis, le rugby est devenu spectacle depuis 1987 et la création de la Coupe du monde. Si David Lord avait trouvé télé et argent, il le serait depuis 1984.
      Un bail.
      Concernant Racing-Toulon, je te trouve (très) difficile. Trois essais magnifiques. C'est plus que ce que pouvait produire les Boni avec Mont-de-Marsan dans les années 60 dans un match de championnat. Je dis ça car vient de sortir chez Atlantica un ouvrage sur Dédé entraîneur dans les années 70 que j'ai lu en diagonale et qui reflète l'intransigeance du bonhomme. Son affrontement avec Benoit Dauga sur le sens de l'attaque et l'harmonie du jeu mérite le détour. Le jeu n'est-il que passe(s) ? Qu'est-ce qui passe à travers le jeu ? Ca méritera une chronique un peu plus tard, une fois les Quinconces III passés et relayés, et mon voyage en Irlande (pendant les demies de Coupe d'Europe ah ah) chroniqué. Il y a aussi le coup de gueule de Bala dont je voudrais porter témoignage. Bref, tu as (vous avez) là nos prochains rendez-vous. Sacré Claudel...

      Supprimer
    3. Merci pour Claudel et un peu pour moi; c'est mon challenge personnel d'amener le blog vers des auteurs (sans h ) inattendus ! Tiens encore une citation, que je reprends à mon compte tant ce qui est exprimé me convient : "Il est quand même dommage que le potentiel des joueurs de la rade ne soit pas exploité de manière plus riche. Le sous-emploi de ses forces, tactiques et techniques, n’autorise pas d’aller vers un style plus entreprenant, attirant, porteur des caractéristiques modernes d’un rugby qui incite à l’audace et donnerait un sens plus large à la notion de résultat. En accordant la priorité à la dimension physique, Toulon a quand même perdu. Cette vision en phase avec ce que l’on attend d’un spectacle sportif a été trop négligée par Toulon. Regrettable. J’ai du mal à croire que ce rugby puisse faire vibrer ces joueurs talentueux. »
      De qui est-ce ?

      Supprimer
    4. De qui est-ce, oh la maligne!
      Toulon semblait en progrès toutefois, et particulièrement lors du dernier match européen sur cet aspect du jeu, c'est pas la que ça à patiné.
      Allez, encore une devinette....

      Supprimer
    5. Sylvie, c'est marrant (ou pas), parce que c'est presque mot pour mot le contenu d'une discussion que j'ai eu avec Daniel Herrero quand il entraînait Toulon en 1989 et 1990. Ca avait chauffé entre nous car sous ses dehors humanistes bla bla il réduisait le jeu du RCT qui disposait à la fin des années 80 de joueurs hyper talentueux derrière, comme Bianchi, Jehl, Trémouille, Carbonel (le père), Fourniols, des joueurs qui regrettaient que le jeu de Toulon soit verrouillé à partir du dix.
      Dany de la Pivote m'avait vertement repris, et ce fut le début de nos embrouilles. Il a fallu que Jean-Claude Ballatore, qui n'était pas réputé pourtant pour ses envies de rugby complet, prenne la suite d'Herrero à la tête de l'équipe varoise pour qu'elle soit championne de France avec une jeune génération talentueuse et épanouie dans le sillage de ce pur joueur qu'était Yann Delaigue.
      Comme quoi, hein...

      Supprimer
    6. Bon ok la citation était de Villepreux, donc. Au temps pour moi.

      Supprimer
  20. Côté Ouvert compte de nombreux contributeurs qui ne se sont pas encore manifestés de visu aux Quinconces pour diverses raisons recevables (santé, famille, etc...)
    Alors je vous envoie ce message qui ne sera pas une bouteille à l'amer : comme François Barbier que je viens de contacter par téléphone, j'aimerais que Philippe Glatigny, Frédéric Coulon, Lulu de Paname, Bartolico, Allan 73, Nini, Charles Lecucq et Vincent Bernard puissent me contacter par mail (richardescot@hotmail.com) afin de me laisser un numéro de téléphone portable. S'ils le souhaitent.
    Rugbystiquement vôtre

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. richard
      je ne peux envoyer a ton adresse mail
      chaque essai se termine par une erreur se rajoute a hotmail.com ce signe;

      Supprimer
    2. Ah... bizarre
      Car Nini, barto et Charles y sont parvenus sans souci
      Au pire laisse moi ici ton adresse mail

      Supprimer
    3. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

      Supprimer
    4. Ce commentaire a été supprimé par un administrateur du blog.

      Supprimer
  21. Comme souvent évaporation du texte....
    Baste, comme on dit par ici..Ré-essai...

    Les éléments autour du jeu ayant nettement progressé on est en droit de supposer que le jeu aussi. L’étonnant c'est que le souvenir que l'on peut avoir et -par l'intervention objective de "Youtube", mieux que le souvenir, la réalité du jeu "d'époque"- au-delà et malgré ses imperfections reste, souvent, passionnant et marqué de faits et gestes inscrits historiquement.
    La "perfection" professionnelle du jeu actuel glisse dans ma mémoire comme le courant de l'eau du fleuve et le match d'après recouvre le match d'avant comme les équations mathématiques se succédaient au tableau noir à la suite d'un rapide coup d'éponge. J'ai un peu l'impression de vivre, comme Bill Murray, "Un jour sans fin".
    Je dois dire que cette sensation, cette réalité est relativement commune. A ce jour, tout ce qui restait dans le domaine du naturel, de l'inné, de l'instinct, du sensible, de la mémoire..., passe dans le domaine du travail, du professionnel, du scientifique, du raisonnable, de l'économique.... Même si certaines de ces notions sont interchangeable en surface, l'esprit haletant, palpitant ou la tyrannie de la commodité, le découpage du travail, l'effacement de l'historique restent sous-jacent.
    Alors oui, il est vrai que le jeu est devenu le représentant de son époque.

    RépondreSupprimer
  22. C'est marrant, parce que j'ai lu ce texte dernièrement et je n'arrive pas à me souvenir ni de qui, ni où....?! Comme un voile devant mes yeux.

    RépondreSupprimer
  23. Finalement après quelques recherches, j'ai trouvé.
    J'étais tombé sur cette analyse par hasard, d'où mes difficultés à la retrouver.
    Cette recherche m'a permis de tomber sur une réflexion à deux entre Daniel Herrero et Michel Serres passionnante "Le rugby a-t-il encore une âme?" et sur une autre que je viens juste d'oublier et que je ne retrouve pas car mes parcours sur internet sont souvent instinctifs et aléatoires.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Alors, elle est de qui, la citation ?

      Supprimer
    2. Pierre Villepreux, bien sûr!

      Supprimer
    3. Bravo André ! C'est effectivement lui - je crois que Janlou avait deviné aussi - j'avais lu ce billet dans le Midol l'an passé après Clermont/ RCT ; PV analysait le jeu des deux formations à l'avantage bien sûr de Clermont, l'anecdote c'est que j'ai retrouvé cette chronique publiée intégralement sur un blog de Toulonnais et que les blogueurs s'en donnaient à coeur joie ( drôle d'expression parce qu'en fait c'était plutôt à coeur triste !) évidemment en insultant PV .
      Presque un an a passé, il faudrait demander à PV ce qu'il pense aujourd'hui de l'évolution des 2 clubs ...enfin ... si on peut appeler ça une "évolution" .

      Supprimer
    4. Je ne sais toujours pas où je l'ai lu(e)...Sur internet, çà c'est sûr car je n'achète pas Midi Olympique.

      Supprimer
    5. André ne me dis pas que tu lis le blog non officiel du RCT ?! il est ici http://www.blog-rct.com/quand-pierre-villepreux-peste-contre-le-jeu-pratique-par-le-rugby-club-toulonnais/

      Supprimer
    6. Je ne sais pas...Mais, là, je viens de lire les commentaires...Çà vaut le détour!

      Supprimer
  24. Ritchie, je me propose d'emmener le pain samedi matin pour la journée, le petit -mais costaud- boulanger du village de ma fille, corrézien, pilier de mêlée de surcroit, fabrique un bien bon pain, et de la campagne pas de la ville, avec du goût, de la saveur et des parfums, et la boulangère ressemble à Maureen O'hara avec des airs d'Angharad ... de la saveur, du goût et des parfums ......
    OK ????

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. OK. Pour trois jours, donc, et vingt personnes à table midi et soir...

      Supprimer
    2. compte mieux ça ne fera que 4 repas, 1 vend, 2 sam , et 1 dim

      Supprimer
    3. Georges, keep cool. nini n'arrive que samedi...

      Supprimer
  25. "Mous des genoux"
    laissez moi rire quand je lis l'article ! Qui sont les plus "mous" ? Les joueurs les plus à plaindre à mon sens quoique ? Les préparateurs physiques, les staffs médicaux voir la commission médicale symbolique même du "mou de chez mou" ? Ça me rappelle le sketch de Fernand Raynaud "le chat à ma sœur : je voudrais du mou pour mon chat!" Que font-ils depuis des années en terme de prévention ? Plus inique que ça tu meurs ! La fourberie ronge le rugby et par essence même les joueurs et il faut attendre de voir trop de commotions, trop de ruptures ligamentaires (genou en tête !), trop de fractures pour s'émouvoir du fléau. Si chacun dit faire quelque chose dans son coin en terme de prévention pourquoi avons nous une constante augmentation des blessures ? Force est de constater que l'on est à côté de la plaque et que les résolutions et les bonnes volontés manquent ou pas de réflexions sur le sujet. A quoi servent les médecins de terrain et les médecins de prévention dans les clubs quand on sait intra muros que les uns ne sont que soignants laissant aux autres la responsabilité du suivi du joueur. N'est ce pas déjà une incohérence qui termine au tribunal civil (top 14) comme récemment ou l'affaire a démontré que chaque partie tire la couverture à soi et que les influences sont néfastes. La conclusion est que le joueur de 21 ans est inapte définitivement pour le rugby. Je tairai ma colère sur d'autres affaires du même accabit anciennes ou récentes ou l'argent et la cupidité font foi de transactions à huit clos. Bref ce qu'on omet de dire c'est que bien souvent les lésions du croisé s'accompagnent de lésions cartilagineuses associées à l'origine de visco-supplémentations chroniques voir d'infiltrations de corticoïdes sans parler des injections de PRP pour pouvoir jouer. Quand je lis que sur les tests isocinétiques de reprise après une chirurgie des croisés que le Dr Plotkine admet qu'on peut rejouer si on a moins de 15% de différence entre les deux genoux, je me dis pourquoi on nous emmerde avec le parallélisme des pneus de voitures pour 2% et qu'on vous refuse le contrôle technique. Comme quoi il vaut mieux être garagiste plus que chirurgien. Soyons encore plus cartésien que l'automobile quand il s'agit de la santé de nos joueurs. Faire des protocoles tue le protocole surtout quand il n'est pas appliqué et qu'il n'existe aucun organisme de contrôle associé. Nous sommes au stade de la préhistoire en terme de prévention et nous devrons laisser les acrimonies de chapelle de côté pour le bienfait de tous et du rugby.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Dans l'article suivant ils disent que pour éviter de s'esquinter les genoux, faut contracter les fessiers . Tu crois qu'ils vont instaurer un protocole fesses, histoire de contrôler la bonne contraction ? J'ai une idée pour ça : on leur amène des olives et s'ils arrivent à en tirer de l'huile c'est que c'est ok . ( ici on utilise plutôt des noix ) 🍓😉

      Supprimer
    2. pour l'huile j'ai une idée !
      https://www.youtube.com/watch?v=EqGkxj1pd9Q

      Supprimer
  26. Très sensible à tous vos mails de soutien ,pour le moment on a le vent de face mais j'espère qu'on l'aura avec nous en deuxième mi temps..je vous embrasse .

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. demande mon tel a Richard , si tu as besoin de quelque chose ! soutien au pays d’Ariège !

      Supprimer
    2. On vous embrasse aussi, Barto,de tout coeur.

      Supprimer
    3. Faudra éviter le vent d'autan. Pousse le vent...
      Pensée et courage.

      Supprimer
  27. A Gariguette...et à tous ceux cela peut intéresser, bien entendu...

    Comme tu aimes les idées et les auteurs qui peuvent s'immiscer dans le rugby, et, réciproquement, que le rugby peut alimenter comme une sorte de paradigme de la société, de résumé, d'extrait de celle-ci et, sans doute, plus facile à observer, analyser, tester, contrôler, je te propose deux auteurs:
    - Virginie Linhart, la fille de son père, et son "Travail dans la balance".
    A ce propos, comme je sais aussi que tu navigues aisément sur tous les navires qui te sont proposés et que ton ouverture d'esprit est quasi sans limites ainsi que ta culture, j'espère que, tout cela associé, te permettra de retrouver une interview de cette dernière, lue il y a une quinzaine de jours dans "Le Monde" internet -je suis presque sûr- et disparue depuis. Interview à propos des nouvelles formes de destruction du travail...Destructions que j'avais commencé à découvrir dans mon usine peu avant ma retraite.
    - L'autre, c'est un article du 24 mars (idem pour la question ci-dessus) d'Hubert Guillaud sur "La tyrannie de la commodité". Intéressant. Associé à ce concept, "La femme mystifiée" de Betty Goldstein Friedan. Déjà vieux, 1963....Du féminisme peut-être à revoir...Mais, au-delà du féminisme, cette idée -très certainement vieille comme le monde, mais particulièrement utilisée de nos jours sous la domination du capitalisme- de la création de besoins dont on veut faire croire qu'ils nous sont indispensables afin de mieux pouvoir en vendre et, surtout, créer des liens permettant une domination discrète et efficace par l'intermédiaire "des chiffres"!
    Pour ma part, l'idée, et, même plus, l'obsession de "connexion permanente", représente une sorte d'horreur absolue pour moi. L'anti Liberté personnifiée....
    Liberté = déconnexion totale, absolue!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour tes gentilles paroles André, mais je vais te décevoir car je n'ai pas réussi à retrouver cette interview, en revanche je mets l'article de Guillaud en lien car il est passionnant, pour tout te dire j'ai passé une partie de l'après midi à sauter d'une chronique à l'autre !http://internetactu.blog.lemonde.fr/2018/03/24/la-tyrannie-de-la-commodite/
      j'ai donc sélectionné aussi l'article ci-dessous sur mesure et démesure - m'enfin le bon nombre c'est 15 ! -
      http://internetactu.blog.lemonde.fr/2016/05/07/le-numerique-doit-il-demeurer-a-lechelle-de-nos-possibilites-daction/
      Et comme tu parles de féminisme je me suis demandée en lisant l'Equipe aujourd'hui si à force de cantonner leurs consoeurs dans les rubriques "soins aux blessés", les journalistes ( pas Ritchie non, les autres !) ne revenaient pas un peu en arrière ah la Femme, éternelle infirmière ! Ici Mme Issartel parle au Docteur es commotions et là, Lea Leostic interroge les blessés ( avec un gros morceau de psychologie parce que c'est bien connu les nanas sont psychologues ! ) ou alors il y a la (jolie) potiche (pas de noms ça ferait des jalouses ) Ca ne bouge pas beaucoup hein ? pourtant on y était ... presque .

      Supprimer
    2. Article sur la taille très intéressant.
      Sans en rajouter, juste dire que, lorsque j'étais enfant, je me disais que l'on pouvait, au mieux, vivre 100 ans et, par la même, au mieux encore une fois, connaître à peu près 300 personnes (à part Michel Drucker, évidemment).
      Après, qu'entend-on par connaître? De mon côté j'ai mes définitions...
      Et que fait-on des progrès techniques, comme le révolver, ou la voiture, ou le téléphone.... qui agrandissent les capacités corporelles? Là aussi, j'ai mes réponses..,

      Supprimer
  28. Treignac J-2. Et comme PV, bientôt intercalé (que je n'ai pas trouvé en kiosque) parmi vous pour 1 W.E. prometteur. Intercalé aussi entre un rugby de l'arche perdu et la proposition plus physique et violentr qu'on nous en fait aujourd'hui.
    Tautor, le doctor Machin chose spécialiste de la commotion, vaut quoi ? Et sa coupe de cheveux, résultat de l'écoute des Cramps ?
    Sinon, de ton post j'en conclus que commotions, ligaments croisés, tu passes à travers question de charte... ? Allez salut Fernand !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Chermann c'est une pointure je crois mais Tautor te le confirmera . Sinon l'itw est très intéressante, les photos surprennent un peu mais C'EST une affaire sérieuse - Sur ses photos les plus célèbres, Einstein tirait la langue et avait aussi une coupe de cheveux spectaculaire . Ca peut intriguer les jeunes et les inciter à lire ... enfin j'espère .

      Supprimer
    2. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

      Supprimer
    3. Sergio,
      ne pas confondre affidé et liberté ! Je n'ai pas pour habitude de passer à travers, ni de me trouer ou de me faire trouer ... relis bien, décortique entre les lignes et Fernand comprendra que la charte n'est pas une chatte sur un toit brûlant tout au plus elle est mouillée mais l'histoire ne dit pas dans quoi ! Jean François Chermann fût le premier à dénoncer les commotions cérébrales (2010, KO,le dossier qui dérange, livre préfacé par Dominici) si ce n'est qu'il bousculait la hiérarchie médicale établie d'omnipotents qui n'avait que cure des commotions .... Maintenant c'est le Pr CHAZAL, de Clermont Ferrand (affaire Cudmore) qui est le référent "commotion". L'histoire qui l'oppose au canadien en expertise médicale ne donne pas les conclusions ni d'un côté ni de l'autre. En somme une affaire de poker menteur ou chacun a ses raisons et ses torts et la commotion ne sort pas vainqueur loin s'en faut, il suffit de voir l'hétérogénéité des suspicions de commotions contrôlées pour t'apercevoir que Dupont pour sa rupture du croisé est sorti pour protocole commotion. Allez Fernand, à demain autour d'une chatte de plomb !

      Supprimer
    4. Ben c'est bien ce que je dis. Vaut mieux avoir de la chatte pour éviter la commotions! Quand on voit comment tout cela est géré... C'est plutôt l'inefficacité, l'inopérence, l'incompétence, qui sort vainqueur pour l'instant.


      Supprimer
    5. CHermann c'est en effet une pointure,à la LNR ça ferait un peu tache !
      Les chartes c'est bien, c'est gentil, c'est entre soi, basé sur la confiance et l'estime réciproque et dans un environnement professionnel ça sert à rien, sauf à faire rigoler les presidents marioles et les officines off-shore.
      Ce qu'il nous faut c'est des règles et les moyens de les faire appliquer, ça vaut aussi pour la santé des joueurs.
      Allez Chevreuse.

      Supprimer
  29. Je vais faire un hors sujet et de la promo. Que le maître de ces lieux veuille bien m'en excuser.
    Maintenant que je ne peux plus soutenir Intercalé, je vais profiter de cette offre 

    https://le1hebdo.fr/abonnement/311-offre-6-mois-d-abonnement.html
    Car ils souffrent eux aussi de la même situation.
    Ils ont même fait un numéro spécial sur Prestalis. A 15€ même si j'ai pas le temps de tous les lire c'est pas trop grave. A votre bon coeur messieurs dames.
    Et trouvez le temps d'écouter :
    https://www.franceinter.fr/emissions/l-instant-m/l-instant-m-04-avril-2018
    Bon week-end à Treignac ou ailleurs.

    RépondreSupprimer
  30. "Collectif" ou "Individualité"
    la vie réserve toujours des surprises. Bonnes ou mauvaises,elles font s'interroger sur la magnificence de notre destin. Hier midi, le soleil brillait, j'allais au TGI à une élection d'un pas léger et joyeux pensant à cette belle fin de semaine qui nous tendait les bras Lulure et moi pour revenir à Treignac culbuter bouteilles, cigares et pensées en tout genre avec les "Quinconçais" jeunes et anciens. Je me préparai à ce festin rugbystique, heureux de pouvoir échanger avec vous tous, prêt à m'occuper des fourneaux et à me délecter des mots et pensées de l'ami Pierrot. Zeus en a voulu autrement touchant le talon d'Achille de ma femme au meilleur moment de sa grande carrière hospitalo-universitaire. La révolution a donné 1789, la Marseillaise mais aussi les tribunaux et l’échafaud ou les têtes sont tombées sans compter dans une injustice probablement aveugle et assoiffée de vengeance. Etre girondin ou montagnard reste une certitude ce jour, la guillotine est toujours là pire qu'une lame lorsqu'elle vous décapite moralement et qu'elle pointe du doigt votre réussite par le travail, la droiture et la générosité. Brutalement, tout bascule, plus de soleil, plus d'âme, plus d'envie, plus de repères, plus de pleurs, un vague à l'âme comme si on traversait un brouillard dense et épais sans percevoir une quelconque lumière ni une quelconque explication crédible à une parodie de tribunal. Ainsi est la vie moi d'un côté au tribunal pour un mandat électif et de l'autre ma femme dans la solitude devant un tribunal d'exception savamment orchestré en quête de destitution. Zeus ne connait pas les "Quinconces", Zeus ne connait pas le rugby, Zeus ne connait pas la fratrie.Car Zeus n'a jamais joué au rugby et là est son talon d'Achille. On est Dieu parce qu'on est né Dieu mais on meurt pas toujours comme un Dieu mais parfois comme un gueux ... Alors, mes Amis, votre soutien indéfectible en cet instant, me touche profondément telle une mêlée qui s’arque boute pour dompter Zeus. Rien de plus réjouissant et chaleureux que ce moment là ou subitement vous vous sentez épaulé, soutenu et porté par une même et indéfectible communion d'esprit qu'est l'ovale et les "Quinconces". J'ai toujours cru aux valeurs morales du rugby et des hommes qui le composent. Dès l'âge de 5 ans, mon père me transmettait du bord de touche cette valeur pieuse du respect, de la droiture et de l'amitié qui naît sur un pré avec un ballon. Soyez heureux à Treignac, oubliez les sarcasmes de la vie, partagez l'amitié et ce moment de passion que seul le rugby donne. Je n'oublie pas ceux du blog qui souffre plus que moi d'une injustice pire que celle de l'homme qui est celle de la maladie. Ils se reconnaîtront dans ces maux pour avoir discuté au téléphone hier soir et ce matin. Plus que jamais je suis au soutien et ma dithyrambique sur l'injustice leurs est dédié avec le soutien de tout le blog. Voilà, le soleil est là, Fagot doit déjà saliver, l'Hôtel du Lac doit se parer de sa plus belle des robes et Didier sera là pour vous accueillir chez lui dans la plus grande des simplicités. Un Grand Merci.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu es tellement généreux dans l'effort qu'il fallait aussi que nous puissions te montrer qu'il y avait du monde à ton intérieur.
      Vendredi, samedi et dimanche, le premier toast sera en l'honneur de tous les absents à Treignac mais présents dans nos cœurs ovales...

      Supprimer
    2. Touchés que nous sommes (ici, là, ailleurs) par la douleur, n'oublions jamais la beauté. C'est elle qui guérit.
      Sous les bombardements en Syrie, un groupe de personnes a décidé de constituer une bibliothèque pour sauver les trésors qui allaient sans cela être détruits.
      "Les Passeurs de livres de Daraya", de Delphine Minoui. (non, non, ce ne sont pas les éditions de Minoui, mais le Seuil...)
      Et puis va sortir "Le Lambeau", de Philippe Lançon chez Gallimard. Qui s'annonce incontournable.

      Supprimer
    3. Mon Ami tautor

      Je suis à Treignac avec mes amis mais un être vous manque
      Du rugby sans ses gros, ses musclés, ce n’est plus du sport
      Ta faconde du matin, ta bonne humeur vaut de l’or
      Mais tu n’es pas là, un peu de grisaille dans notre planque

      Comme tous les blogueurs du quinconces
      Vont se sortir le cul des ronces
      Et boire ce grand verre de ce bon vin débouché
      Et tu sentiras dans ton cœur toute notre amitié

      J’ai un peu de temps ce matin pour enfin écrire
      Ce poème de béotien est pour toi pour ne plus souffrir
      Le monde des hommes bien souvent pas humains
      Mais de Treignac nous te tendons la main

      Voilà mon bon ami je suis à ton soutien
      Et je courais encore plus vite pour m’intercaler
      Et se trouver au plus près de toi main, main
      Pour te transmettre, Bonheur, joie, santé




      Supprimer
    4. Le Gé
      Ravi de lire le retour du poète qui est revenu à la raison en laissant sa "maitresse" à Paris 👍, Treignac un cadre idyllique pour versets et sonnets sans pamphlets 🐶💄🤣

      Supprimer
  31. O mon très cher amour, toi mon œuvre et que j'aime,
    A jamais j'allumai le feu de ton regard,
    Je t'aime comme j'aime une belle œuvre d'art,
    Une noble statue, un magique poème.

    Tu seras, mon aimée, un témoin de moi-même.
    Je te crée à jamais pour qu'après mon départ,
    Tu transmettes mon nom aux hommes en retard
    Toi, la vie et l'amour, ma gloire et mon emblème;

    Et je suis soucieux de ta grande beauté
    Bien plus que tu ne peux toi-même en être fière:
    C'est moi qui l'ai conçue et faite toute entière.

    Ainsi, belle œuvre d'art, nos amours ont été
    Et seront l'ornement du ciel et de la terre,
    O toi, ma créature et ma divinité !

    G. Apollinaire

    RépondreSupprimer
  32. Bonjour et encouragements à tous depuis le Bresil :
    Pour de bons et beaux moments aux Treignaciens, -quois, -cistes,-???
    Pour des moments moins lourds à ceux pour qui le sort a été contraire,
    Pensées spéciales à Bart et Tautor, même si j n’ai pas tout compris.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bois une caipiriha à notre santé et à celle des amis dans la difficulté
      On s'appelle à ton retour

      Supprimer
  33. Dans le magazine du Midol, bel angle d'attaque sur les "fils de .... père de ..." je n'ai pas souvent lu d'interviews aussi pudiques de Blanco et JBE . Où le rugby s'avère être davantage qu'une culture ou une philosophie de vie, c'est aussi une réparation . Sans fioritures, sans états d'âme mais avec un langage précis les auteurs ont abordé le sujet avec maîtrise et finesse . Je ne suis pas fan de Midol habituellement là c'est du travail d'orfèvre très bien amorcé dans l'éditorial d'Emmanuel Massicard appelant non pas aux valeurs, mais à l'éducation .
    Aucune mièvrerie, aucune sensiblerie déplacée non, une vraie sensibilité dans ces quelques pages où seul le papier est glacé . Tu vas aimer, Tautor .
    Pendant que j'en suis aux compliments j'aimerais savoir si Benoît Jeantet, notre Benoît, entend continuer son histoire "Gazelle" dont l'épisode 1 a été publié dans le dernier opus d'Intercalé ... OK je suis quoi qu'il arrive inconditionnelle de BJ mais sans déc', ça démarre tellement bien ...
    Bon Treignac à tous .

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonsoir Gariguette,
      Effectivement très bel article sur S. Blanco. Je l'ai fait lire à ma maman qui a été émue. En effet, elle a bien connu le petit Serge car fille d'immigrés Espagnols fuyant le régime franquiste, elle habitait sur les hauteurs de Biarritz, près d'Aguilera et "récupérait" le turbulent Serge sur le chemin de l'école. Beaucoup de souvenirs ont ressurgi lors de cette lecture...

      Supprimer
    2. Merci Sylvie
      J'espère que Benoît nous lit en ce moment...

      Supprimer
  34. Très touché par le sort qui frappe la famille de Tautor. L'injustice, déjà, régnait dans l'Olympe.

    J'ai attendu la dernière minute, dans l'espoir puéril d'un ultime changement : je ne serai pas à Treignac. Mais l'empêchement étant d'ordre professionnel, pas de larmes, juste la satisfaction de constater qu'à mon âge, on sert encore à quelque chose.

    Un salut chaleureux à toutes et tous. Cap sur 2019...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est noté
      Attention 2019 c'est demain

      Supprimer
  35. Môssieur le préfet de la riante Corrèze :
    Afin d'éviter ce que les journaux parisiens ne manqueraient pad de titrer "le procès de Treignac ",mon devoir citoyen est de vous informer des faits suivants.
    Une horde assoiffée du sang fédéral s'apprête à déferler sur votre lointaine contrée pour y créer une ZAR ( zone à Rugby)
    Soyez prudents, ils sont armés de bonnes intentions et n'hésiteront pas à s' en servir.
    Prenez les vivants, convenablement torturés au 12° ils vous livreront leurs complices , de Grenoble à la Fougère en passant par le Brésil, la grosse pomme ou les contrées insulaires, ils sont partout !
    Allez Treignac, bordel ...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah ah... Bien joué
      Mais Didier notre hôte est un ancien gendarme
      Nous sommes protégés...

      Supprimer
  36. la "Trés Gnac Académie" (signé Allan !) des Quinconces s'amuse ! Croisière oblige au bord d'un lac érigé sur la Vézère plus vide que jamais alors qu'il pleut des cordes depuis des mois ! Qui dit académie dit Platon "Que nul n'entre ici s'il n'est géomètre" selon le principe même de communion de vie et de savoir proclamé par Pythagore. "Vie et savoir" pourrait être une des devises des Quinconces peut être cet après-midi avec le Prince de Pompadour celui qui défit la royauté rugby par sa pensée libre, décalée et intercalée. Qui l'a connu dans les années 70 se souvient de ses montées intercalé entre 3/4 centre et ailier qui conduisait à dame bien souvent : une vision déjà moderne du jeu. Et ce coup de pied de mammouth de presque 60 mètres qui faisait trembler les plus hauts poteaux du monde aux Ponts Jumeaux ... que de souvenirs d'un homme simple, rieur dans sa 304 cabriolet comme si déjà il était le "Julie" de la cuisine rugbystique française. Éclectique à souhait dans tout ce qu'il a entrepris, il est avant tout un universitaire brillant (Professeur Agrégé d'Education Physique, Insep, Rugby de mouvement). Pierre Parlebas, Doyen de la Sorbonne disait de lui «un excellent travail, et une curiosité peu fréquente chez un sportif de sa compétence». "comprendre vite et mieux ce qui se passe sur un terrain" est son leitmotiv permanent comme si ce coujou descendait du pays du long nuage blanc ! Humble et rigoriste malgré les apparences, il a toujours su partir au bon moment laissant les imbéciles dans l'ignorance pour continuer à mieux apprendre et à écrire. Car, à mon sens, au delà du rugby, Pierrot est un écrivain talentueux si vous le lisez, journaliste pour la cause du rugby, mais poète du ballon et des idées car il est rempli de tendresse pour ce jeu. Ecrire est une passion comme celle du jeu car elle vous invite à réfléchir au mot, au verbe, à la phrase et à la pensée à intercaler entre deux phrases. Autant dire que ce savoir ne s'apprend pas dans les beuveries de 3e mi-temps, pierre tombale de notre rugby actuel ! J'en terminerai par Platon sur la "théorie des idées" dite "théorie des formes" celle qui nous intéresse à Treignac. Idée ou forme pourrait-on l'assimiler à de l'abstraction ou à un concept en matière de rugby ? Question qui pourrait se décliner sur les 3 thèmes prévus cet après-midi !! Mais j'en ai une plus personnelle, pour avoir suivi depuis quelques années déjà les U16 U17 sur "le jeu d'évitement est-il en adéquation avec la culture rugbystique actuelle" ou différemment dans la formation actuelle faut-il commencer par l'apprentissage de la tactique au détriment de la technique ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Beau texte et riche
      Comment souvent chez toi

      Supprimer
    2. Pierre finit sa carriere "scolaire" comme Professeur d'Université, avec ce qui va avec!

      Supprimer
  37. RCT 2 essais en 10 mn, 1 carton jaune pour le MHR, ATD sorti, le cadre est posé

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. FTD c'est l'épaule et Guirado c'est un genou ; quand ça cogne aussi fort faut pas s'étonner . Rugby casse pieds en plus pfff 😭😒

      Supprimer
  38. Équipe B du MHR ceci explique cela ... Comme s'il y avait eu un arrangement entre bons amis, une manière comme une autre de fausser le top 14

    RépondreSupprimer
  39. Le MHR me fait déchanter bonus offensif perdu pour le RCT avec une 2e mi-temps très ennuyeuse

    RépondreSupprimer
  40. Je supporte de moins en moins ce rugby de tanks !
    Bernard

    RépondreSupprimer
  41. Sur c’etait bourin et avec beaucoup de fautes techniques voire lent après les 20 premières minutes
    Galthié va devoir élever son niveau d’exigence si ils veulent arriver en finale ... Le jeune Belleau a encore du travail , il a du s’en rendre compte aujourd’hui
    Pendant ce temps Treignac sous le charme de PV

    RépondreSupprimer
  42. Petit coucou à tous les bloggeurs de Côté Ouvert qui n'ont pu se rendre à Treignac cette fois-ci. Beaucoup de défections. Du coup, nous étions douze. Mais petit jeu de ballon sur la plage la matin (3 vs. 2, ça use) et trois heures d'échanges avec Pierre Villepreux.
    A priori, nouvelle chronique dimanche soir après être rentré sur Palaiseau.
    On vous embrasse.

    RépondreSupprimer
  43. Paddy Jackson radié en Irlande c'est fait, arrivé en top 14 ou en Angleterre

    https://www.facebook.com/LeRugbynistere/posts/10157464699014782

    RépondreSupprimer
  44. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
  45. https://actu.fr/occitanie/toulouse_31555/toulouse-apres-nuit-agitee-quatre-joueurs-internationaux-rugby-fini-garde-vue_16341161.html
    Le XV mais aussi le XIII, l'addiction, un fléau grandissant sociétal sans garde fou. Dans le contrat professionnel,le dérapage devrait être inclus avec sanction financière lourde voir exclusion immédiate du club.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. oui c'est une confirmation des dérives actuelles du rugby, une de plus, une de trop ? Pour le cas des deux Irlandais, ça va encore plus loin dans la mesure où innocentés en justice, ils doivent à présent faire face à la foule déchaînée, pas du tout convaincue par le procès, je vous traduis ici une partie de l'article " Les manifestants se sont rassemblés devant le stade Kingspan à l'est de Belfast avant le match Ulster/Ospreys pour exprimer leur solidarité avec la femme au centre de l'affaire et réclamer des changements dans la façon dont les plaignants sont traités par le système de justice pénale.
      Ils ont également appelé à l'action contre ce qu'ils prétendent être une culture misogyne dans le rugby." Voici le lien https://www.telegraph.co.uk/rugby-union/2018/04/14/paddyjacksonand-stuart-olding-leave-ulster-rape-trialacquittal/
      L'article suivant ici https://www.telegraph.co.uk/rugby-union/2018/04/14/paddy-jackson-stuart-olding-have-contracts-irfu-ulster-revoked/?li_source=LI&li_medium=li-recommendation-widget démontre l'implication des sponsors pour faire virer les deux joueurs en particulier Bank of Ireland, qui avait anticipé sur le verdict du procès - assez courant dans ce genre d'affaire semble-t-il - et soucieux de ne pas être pris dans le piège . On peut lire aussi que les deux joueurs désirent reprendre le jeu en ... France ! J'avoue être perplexe .

      Supprimer
  46. "Très Gnac Académie des Quinconces"
    Le jour se lève, la brume nappe la campagne de sa robe blanche, les oiseaux gazouillent, le soleil rougeoit sur la cime des arbres, les Pyrénées pleurent ses dernières neiges ... Le printemps fait son nid, avec douceur et poésie, et Treignac, fier de sa gloire et de son "Pierrot" chante l'hymne et l'ire de l'ovale accompli. Non sans cœur, ni sans âme, que les regards se croisent pour se dire que l'an prochain sera demain, qu'une poignée de mains fera le lien et que le rugby, terreau des Quinconces, restera le cœur d'une amitié partagée au travers de nos terroirs respectifs et que l'Amour du jeu restera la "Très Gnac Académie des Quinconces".

    RépondreSupprimer
  47. Y a t'il 1 art de gnac, en tout cas y aurait un air... qui n'a.pas attendu le printemps pour gazouiller autour de l'intervention se P.V. Entre bonne chaire et bonne terre le quinconce, plante à 5 pieds, continue de pousser, treille de gnac au rythme de ces jardiniers.
    Sinon, 5 essais à 0 pour le ST enncore en 2e MT et pim pam poum, 3 essais du Racing, adieu le bonus. Attention au malus...

    RépondreSupprimer
  48. Je note que tu es bien rentré et j'espère qu'il en est de même pour tous.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Yes, bien rentré. Quel week-end ! Et maintenant y'a plus qu'à écrire la chronique...

      Supprimer
  49. Vu le match entre LR et CO et c'était bien avec un arbitrage reposant de M Garcès, sans cris ni videos ni petites phrases, du rugby agréable avec des joueurs heureux de jouer même quand ils perdent . Pour le Gé qui se fait bien trop rare ici, une tentative non de haute mais petite couture ...

    Comme un avion Sinzelle,
    a couru avec envie
    il a couru à l'aile
    il y a cru toute sa vie

    Même s'il n'peut pas s'envoler,
    Il ira jusqu'au bout,
    oh oui, il veut jouer
    même sans les atouts.

    On fait semblant de regarder ailleurs,
    On dit même qu'il fait pas peur,
    pourtant des fois il tient plus d'bout,
    aussi crevé qu'un danseur.

    Oh, il fait lourd, grand, grand match
    et grande grande vie de rage,
    le tonnerre gronde
    mais y a pas d'essais

    Ecoute la voix de Sinzelle
    qui glisse, glisse en ouvreur,
    écoute il a changé de ville, changé de club
    changé d'amis, mais il est pas seul

    Et même, même s'il ne fait plus rien,
    tu vois moi j'applaudis encore...
    et s'il s'endort sous le piano,
    jamais il ne joue faux

    Oh Sinzelle,
    toi, t'as pas les ailes fragiles,
    c'est la vie de La Rochelle
    toi t'as la carlingue froissée
    car t'as couru pour ta survie
    https://www.youtube.com/watch?v=068G1r0hP28

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Normal avant j'étais le seul et maintenant tu m'as remplacé et comme tu es bien meilleure que moi.
      Je me suis retiré comme un ermite errant.
      Tu es trop forte Gariguette, je m'incline devant tant de force d'écriture
      Merci pour ta prose et tes poèmes et tes chansons enfin pour tout.
      Tu es ma lumière.
      LE Gé

      Supprimer
    2. tiens écoute ça https://www.youtube.com/watch?v=KLhItMbB0WY il n'y a pas qu'une lumière, mais des lumières celles qui aveuglent, celles qui éclairent, celles qui guident dans l'obscurité ... là suis en mode veilleuse pour plein de raisons, mais j'espère bien revenir rayonnante !
      Amitiés lumineuses 🎆🎇🌟🌠

      Supprimer
    3. Le mode veilleuse c’est pour mieux te rallumer et venir nous illuminer on t’attend avec impatience
      Le Gé

      Supprimer
  50. Quinconces le flacon pourvu qu'on ait l'ivresse
    Et nous l'avons eu mais aussi loin qu'ils étaient nos amis du blog ont toujours été présents à nos côtés.
    On pense à vous

    RépondreSupprimer