lundi 2 avril 2018

Erasmus en Ovalie

Ovalie. Notre patrie. Dont le nom fut trouvé en 1953 au petit matin, après une longue et vibrante discussion au sujet d'un match du XV de France, par un passionné, Raymond Gabaig, béarnais ami des chantres Denis Lalanne, Henri Garcia et Georges Pastre. On imagine les échanges oblongs, la mauvaise foi et la bonne humeur, ou l'inverse, une coda de mots d'auteurs pour donner naissance à cette expression qui nous accompagne depuis. Les Anciens signalent que notre patrie est celle où nous sommes parents. Ce lien familial ne s'est pas distendu.

A la question que fallait-il faire cette saison pour qu'un club français dispute une demi-finale de Coupe d'Europe, la réponse était : affronter un autre club français ! Le Racing 92 a donc (magnifiquement) passé l'écueil des quarts de finale; j'écris écueil car ni La Rochelle, ni Toulon, pourtant dominateurs en termes de statistiques (possession et occupation) ne sont parvenus à imposer leur jeu. Ce qui pose question(s) au moment où nous sortons d'un Tournoi des Six Nations où, là aussi, les moments de domination tricolore n'ont que très rarement été concrétisés au tableau d'affichage.

Marche intermédiaire entre le niveau international et la compétition domestique, la Coupe d'Europe est toujours riche d'enseignements quand déboule sa phase finale. Outre que le détail y est chassé comme les œufs de Pâques dans le jardin, ne pas parvenir à se défaire des mauvaises habitudes du Top 14 semble rédhibitoire. Telle est la cruelle leçon que retiendront les Rochelais. Qu'ils aient préparé leur quart de finale contre les Scarlets avec appétit n'est pas contestable mais par manque d'expérience - c'était leur première participation -, ils n'ont pas eu le temps ni l'idée de se débarrasser de leur gangue.

Laquelle consiste à abuser de la pénaltouche suivie d'un ballon porté, arme létale en Top 14 qui ne fonctionne pas à l'étage supérieur tellement les défenses sont performantes dans ce domaine. Toulon, lui aussi, en a fait l'amère expérience à Limerick face au Munster d'entrée de match. Utilisant les vieilles recettes de Guy Novès lorsqu'il entraînait le Stade Toulousain, le manager varois Fabien Galthié a changé d'ouvreur juste avant le coup d'envoi, préférant in extremis Anthony Belleau à François Trinh-Duc. Ca lui a réussi pendant soixante-quinze minutes. Le genre de martingale qu'apprécie Patrice Collazo. Mais qu'il n'a pas osé utiliser.

Pourtant, on imaginait qu'avec l'ailier Sinzelle à l'ouverture et l'arrière Retière au centre, le général Tapioca du Stade Rochelais avait préparé un coup de bonneteau comme il en a le secret. Et bien non. Les Maritimes se sont présentés à Llanelli avec une épine dorsale qui avait la scoliose. Il fallait oser aligner un quintet Bourgarit-Amosa-Balès-Sinzelle-Bouldoire pour diriger la manœuvre tactique en terre galloise et espérer ainsi entrer dans le dernier carré européen. Même de loin, ça semblait un peu trop juste.

Révélation du dernier Top 14, surprise de la phase européenne de qualification, le Stade Rochelais attendra la saison prochaine pour entrer dans la cour des grands. Mais sa progression marque les imaginations autant qu'elle suscite l'admiration. L'inexpérience rochelaise est compréhensible mais l'apathie toulonnaise l'est moins : le vidéo gag de la 28e minute à Thomond Park pose la loupe sur l'inexcusable panne de courant de quelques Toulonnais (Isa, Escande, Guirado, Bastareaud) derrière un ruck.

Comme au Principality Stadium de Cardiff où une poignée de Tricolores (Doumayrou, Camara, Poirot) restèrent cois quand le coup d'envoi mit un rebond pour franchir la ligne des dix mètres au point d'encaisser un essai casquette, que dire du couvre chef varois, essai de filou de Conor Murray au nez et à la barbe des Toulonnais à l'arrêt suite à un en-avant de Guirado ? Qu'il est vital de connaître la règle et de jouer au sifflet de l'arbitre au lieu de le chercher du regard. Les échanges européens ont ceci de bien qu'ils nous ramènent aux fondamentaux.

Cette bêtise et la double connerie Trinh-Duc/Tuisova qui vaut un hashtag (#trouvetatouche et #bloquetoncouloir) coûtent aux Varois un succès à Limerick. De même que l'entêtement à choisir avant l'heure de jeu la pénaltouche plutôt que les buts de pénalité aux pieds des poteaux fut fatal aux Rochelais. Espérons que dans l'avenir les cadors français retiendront leurs leçons européennes. On voit bien, surtout, ce qui manque aux Français pour se hisser là où se joue le rugby d'aujourd'hui, à savoir la connaissance du règlement, la maîtrise des gammes, une concentration de tous les instants.

On assure ici que le rugby est un sport d'éducation. Il ne suffit pas, fort heureusement, d'envoyer des gros bourrins casser la ligne d'avantage en même temps que les côtelettes adverses pour l'emporter. Vaincre demande une discipline individuelle et un regard panoramique. De l'intelligence en mouvement et pas seulement de la masse musculaire. Aucun sport n'a alimenté son cerveau en effectuant des tractions. Les gros bras rochelais et toulonnais seraient bien avisés de s'en souvenir au moment où le Top 14, toujours très content de lui quand il se mord la queue, retrouve pour un court instant ses droits.

J'ai retrouvé dans le beau petit ouvrage de l'ami Serge Laget - La Famille Rugby - publié en 2015 (éditions De Borée), un texte rédigé en 1953 (décidemment une grande année) pour L'Equipe par le prix Goncourt 1931 Jean Fayard (pour Mal d'Amour), lequel remarque au sujet des déboulés du jeune sprinteur francilien Alain Porthault que "la foule montre clairement qu'elle préfère la démocratie de la mailloche à l'aristocratie de la vitesse et qu'elle envisage une partie de rugby un peu comme un combat de boxe, c'est-à-dire un spectacle violent où il ne faut pas abuser des esquives..." Ce souci ne date donc pas d'aujourd'hui.

158 commentaires:

  1. Oui, tout çà paraît juste.
    Amusant, quand même, de penser qu’Érasme a été mis à l'index par l'église pour son "Éloge de la Folie" et ses critiques sur les structures et croyances même de celle-ci. Un peu, au fond, comme ici, les critiques sur les structures et les déviances de la religion rugby!

    RépondreSupprimer
  2. Confiance et equilibre , à La Rochelle surtout. A la compo d'équipe et au début du match je me demandais si la charnière pouvait aller en New Z en juin, à la fin du match j'en ai conclu que NON, devant son impéritie à conduire globalement le match en laissant les avants à leurs envies.
    Je l'ai dit par ailleurs, Tuisova n'est pas fautif,au contraire, sur sa montée il va vers celui qui devrait recevoir la remise de touche rapidement faite.
    Au chapitre précedent, au sujet de Tony Ward, pour dire tout simplement qu'il est pour moi l'un des plus grands joueurs de rugby et même s'il a relativement peu de capes, un peu le pendant de Jason Robinson, ceux qui enflamment ou font lever les stades

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Georges, sur un terrain, le première chose qu'on t'apprend c'est de ne jamais perdre le ballon des yeux. Tuisova n'a jamais regardé la balle. Son erreur est là. S'il avait regardé, il aurait vu que FTD avait visé loin et mal.

      Supprimer
    2. Au delà de ça, ce que je glisse en sous-texte dans cette chronique c'est qu'il y a trop de robots dans ce jeu, trop de mecs avec des œillères qui écoutent le coach alors qu'ils sont maîtres du jeu sur le terrain, trop de joueurs qui ne sentent pas ce jeu et se contentent de percuter. Je préfère mille Andreu à un seul Tuisova. Quand à Ward, que j'ai la chance de rencontrer régulièrement, c'est un mec adorable. S'il détruit ainsi Toulon c'est qu'il doit avoir des (ses) raisons...

      Supprimer
  3. Globalement, matches très regardables, avec quelques séquences de belle qualité. Si La Rochelle, Clermont et surtout Toulon avaient gagné, nul n'aurait crié au scandale. Seulement voilà, dans les trois cas, c'est la vitesse, l'imagination, l'audace qui ont fait la différence, face à un jeu plus bourrin. Les Celtes passent, les Godons non. Une sorte de week-end 'moral' avec deux ailiers, Conway et Andreu, en symboles. Dommage encore et toujours qu'aux yeux de certains, ce soit l'arbitrage (vidéo ou non) qui décide du sort du match. Leurs arguments ne sont pas méprisables.
    L'avalanche de joueurs intéressants vus lors de ces quarts mériterait un petit épanchement, de la der du meilleur '8' Jim Heaslip au retour provisoire du meilleur '10' Dan Carter, sans omettre la forte présence de nos Sinzelle, Chat, Lauret ou Andreu, ni le duel Parra-Machenaud.
    En fait, comme souvent, les motifs de jubilation et d'exaspération s'équilibrent.

    RépondreSupprimer
  4. Tiens un peu de provençal!
    https://www.facebook.com/133524890591913/videos/190114168266318/

    RépondreSupprimer
  5. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
  6. "In regione caecorum, rex est luscus"
    si chaque joueur pouvait comprendre la portée d'Erasme au travers d'Erasmus, nous serions pas loin des meilleurs de la planète rugby ! Oui j'ai raté le coche en mon temps ne comprenant pas l'intérêt de ces échanges universitaires ! Peut être est là toute la problématique de la jeunesse ovale ? Dire qu'aujourd'hui certains recruteurs français ne se gênent pas d'aller débaucher des jeunes de 14 à 16 ans chez les AB en particulier afin de contourner le règlement une fois de plus pour leur proposer l'Erasmus français autant dire pas grand chose qu'ils ne savent pas déjà ! Dans la logique du texte de Richard, il est bien simple de comprendre que toute la génération actuelle des entraîneurs n'a su profiter de ces échanges culturelles trop cupides pour cela, excepté Régis Sonnès. Pierrot, précurseur en son temps, nous en dira plus sur les voyages initiatiques.La question est de savoir si toute cette jeunesses est prête à s'ouvrir à cette philosophie ? Mais comme toute chose savante, il faudrait avoir quelques fondamentaux culturels sans parler de la pratique gestuelle. Ce qui a attiré mon attention sur le match perdu du RCT c'est la qualité des placages des irlandais aux jambes ! Demandez à Bastareaud, Nonu, Radrardra, Tuisova, voir Ashton, cloués au sol pas de décollage, pas d'intervalle sauf sur l'action de FTD. A contrario, nous continuons à plaquer au thorax à l'abdomen avec une efficacité toute relative obligeant d'être trois pour en arrêter un. La conscience du travail bien fait a ses limites celles de l'épuisement physique. C'est le vague à l'âme que nous constatons une fois de plus que nous n'arrivons pas à franchir le niveau supérieur. Et pour cause, nous évoluons depuis des année dans un carcan rugbystique stérile. La faute à qui ? Aux entraîneurs qui ne proposent aujourd'hui que des ruses de sioux et des affrontements digne de Verdun ! Aucun n'a la capacité de sortir du moule fédéral encore moins de celui de la ligue. Pour combler leurs lacunes héritées du temps ou ils étaient joueurs, ils s'appuient sur la logique industrielle des Présidents pour en venir à bout. Le R92 en est l'exemple type avec les Lolo's boys, entraîneurs que je suis depuis Montauban. Des Pros sympas, qui analysent, ordinateurs en mains, toutes les données des joueurs, des séquences de jeu, donc en possession d'une banque de renseignements hors normes.Hélas, à la dégustation, la maturation depuis Montauban ne donne pas en bouche le résultat escompté. Et pourtant avec le Président, oenophile confirmé avec l'AOC Pédesclaux, issu d'un terroir complexe du Pauillac, on aurait pu s'attendre à mieux lui qui jouxte les Rothschild ! Pour cela, il va chercher les cépages dans le Pacifique ou dans la pampa pensant que l’amalgame avec un cabernet sauvignon, un merlot, du petit Verdot et du cabernet franc permettra de venir concurrencer le plus noble des Pauillac à mon sens le Mouton Rothschild. "Error" des siècles de tradition ne succombent pas à l'alchimie moderne d'un altruiste qui a plus le palais de l'immobilier que celui de l'oenologue confirmé. Bien que brillant devant l'ASM (logique du top 14 respectée), il reste deux matchs au R92 pour montrer autre chose à déguster que de l'AOC 5e cru. En mon âme et conscience, je retiendrai que la meilleure des récompenses reste le travail mais que l'intelligence situationnelle est propre à chacun et qu'on devrait la cultiver chez les jeunes sans limites si on veut devenir un jour 1er grand cru !

    RépondreSupprimer
  7. Rassurez moi, vous avez tout compris 🤔

    Le comité directeur de la Ligue Occitanie s’est réuni autour d’Alain Doucet, ce mercredi 28 mars 2018. Dans un premier temps, le traité de fusion des six comités pour constituer la grande ligue Occitanie a été signé. Tout le monde attendait les propositions de la commission des compétitions pour savoir comment le championnat de la ligue Occitanie va s’articuler l’année prochaine. Le comité directeur souhaite proposer trois solutions.

    Pour l’ensemble des propositions, trois axes forts dans la politique des compétitions.La majorité des clubs joueront des phases finales.
    Fini les compétitions “chapi-chapo” de fin de saison. Les équipes qui ne sont pas qualifiées en phases finales du Tableau A (disons, les quatre premiers de poule) sont reversées dans le Tableau B (disons, les quatre clubs suivants). Il y aura une vrai carotte au bout de ce tableau B puisque les finalistes seraient qualifiés en barrage de championnat de France. Objectif : tenir en haleine la majorité des équipes quand les premiers rayons de soleil perçent.
    Une trêve hivernale
    Arrêt du 9 ou 16 décembre jusqu’au 27 janvier. Fini les matchs dans la boue par un froid de canard ? C’est une proposition qui sera lancée aux clubs. La ligue occitanie souhaite continuer à faire vivre une compétition des sélections U26 par départements à cette époque. Il ne sera pas compliqué de trouver des terrains si les compétitions sont arrêtés. A noter que le championnat reprendra mi-septembre, comme les compétitions fédérales.
    Des poules géographiques
    Le nouveau découpage des régions ne devrait pas rimer avec des déplacements plus lointains avant les phases finales. La volonté de la Ligue est d’organiser des poules géographiques, comme il en existe au niveau fédéral désormais.
    Venons-en aux propositions d’organisations des poules.

    Proposition 1
    Honneur : selon les descentes de Fédérale 3, l’Occitanie devrait se retrouver avec 45 à 50 clubs en Honneur. Cinq poules de neuf à dix clubs seront donc organisés.
    PH : Cinq poules de dix clubs
    1ère et 2ème Séries : Cinq poules de dix clubs ou six poules de huit (le championnat commence en octobre ou trêve plus longue)
    3ème et 4ème série : 69 clubs engagés. Option 1 : brasser 3ème et 4ème série (maxi poule de 5 ou 6) + 2ème phase par niveau / Option 2 : quatre poules de dix en 3ème série … et des risques pour la 4e série avec un championnat à 29 clubs.

    Proposition 2
    Densifier la “base de la pyramide”, alias la 3ème-4ème série.
    Honneur : quatre poules de dix clubs
    PH : quatre poules de dix clubs
    1ère série : cinq poules de huit clubs
    2ème série : cinq poules de huit clubs
    3ème et 4ème série : composition des poules en fonction de la géographie
    La grande différence est le nombre de clubs en Honneur et en PH, qui est réduit par rapport à la proposition 1. De nombreux clubs devront accepter de descendre d’un rang, comme à l’époque des réformes fédérales.

    Proposition 3
    Une élite Honneur, avec trente clubs engagés seulement. Proposition qui ne peut être acceptée dès l’année prochaine, étant donné qu’elle ne respecterait pas les conditions fédérales. C’est une option envisagée pour l’avenir.
    Pour les réserves de séries territoriales, la Ligue cherche encore les meilleures solutions. Il existe encore beaucoup de disparités selon les comités… La FFR devrait la rendre obligatoire en Honneur à partir de la saison 2019-2020. Mais quid de l’organisation de ce championnat pour les catégories inférieures ?
    Les présidents de clubs voteront en Assemblée générale pour choisir la formule de compétitions pour l’année prochaine. D’abord le 30 mai à Perpignan, puis le 17 juin à Gruissan, étant donné que le quorum ne devrait pas être atteint en Pays Catalan.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Très bon boulot, Tautor. Je te prends comme pigiste...

      Supprimer
    2. Sacrée synthèse, merci Tautor . J'aime beaucoup ces termes calqués sur les saisons, le rugby qui deviendrait bio ? Et la géographie en sus ! Tiens la géo ça nous ramène à des cartes ... Descartes, le discours de la méthode plutôt que l'éloge de la folie ? Joli match Erasme/ Descartes . L'en dit quoi notre philosochef Ritchie ?

      Supprimer
    3. si ce n'est que je ne suis pas payé à la pige ! ça te coûtera quelques cigares bien connus !!!

      Supprimer
    4. Concernant le club "Erasme" nous souhaiterions voir de la folie sur le terrain tout azimut, sans retenue, empreinte d'intelligence situationnelle tant qu'à faire mais là c'est le trismus pour le cas ! Au club "Descartes" sortis de la belote ou du tarot qui seraient appropriés pour illustrer le discours de la méthode à condition de comprendre voir de posséder les règles du jeu là aussi c'est l'ictus ! Parlons bio mais bio de quoi ? L'ère actuelle est à l'intelligence artificielle, peut être que nous aurions une chance mathématique d'être les premiers de la classe ! Qui va gagner Erasme ou Descartes ? J'ai une idée ....

      Supprimer
    5. De la folie selon Erasme, qu'on cherche tjrs en T 14, au château de cartes qui s'écroule encore trop souvent, mathématiquement, pas facile de se refaire situationnellement ou artificiellement !

      Supprimer
    6. et si on gardait les deux ? une intelligence à la fois méthodique, organisée ET aussi capable de créativité, d'invention bref ... de folie ? Pensez au jeu de Sexton terriblement classique comme buteur ( un "métronhomme") puis tout à coup trouvant la diagonale du fou qui va surprendre tout le monde ...Erasme homo viator toujours en mouvement, Descartes et le bon sens hé hé hé ... à creuser encore ... amis retraités au boulot ! Nous autres les damnés de la terre devons nous lever tôt !! 😫😉

      Supprimer
    7. Bonjour. Alors le match Erasme-Descartes. Bon déjà vous avez noté que ce n'est pas la même époque. C'est Luther qui combat Erasme et c'est Spinoza qui se paye Descartes. Erasme l'a emporté sur le tard (on dirait arbitrage vidéo aujourd'hui), et Descartes a perdu.
      Qui serait vainqueur d'un combat Erasme vs. Descartes ? Erasme. L'histoire et la postérité nous disent qu'Erasme a traversé les époques et que sa pensée est toujours d'actualité puisqu'elle accompagne les étudiants. S'il n'y avait qu'une chose à garder de lui ce serait la République des Lettres, ce Quinconces épistolaire. Le cartésianisme a vécu et a montré ses limites, surtout adossé à la religion catholique.
      Et vous, vous en pensez quoi ?

      Supprimer
  8. La Rochelle clairement pas invitée et Clermont nettement trop court d'un quart d'heure, mais Toulon au niveau quand même.
    Bien longtemps qu'à ce niveau on à une équipe française bousculée en conquête qui trouve des solutions, gagne du terrain et se met en situation de gagner.
    Ces tares congénitales topquatorzesques, naïveté, compo d'équipe "présidentielle ", n'en sont que plus criantes.
    Allez,faudra-t-il deux staffs, deux profils de joueurs , un pour le tout venant à Brive ou Oyo, l'autre pour les jours ou on se risque dans le bizarre à Limerick ou Cardiff?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est un peu ce qui se passe aujourd'hui déjà.

      Supprimer
  9. L'un, le genou à terre. L'autre s'en allant en lui tournant le dos, dépité malgré un chiffre 13 ne lui ayant pas porté chance. Il est où le bonheur ? Pas dans tes chaussettes, en tout cas. L'intelligence situationnelle voudrait que tu cherches du côté de ton cerveau et pas de la salle de muscu, comme on essaie de te faire croire, ni du côté des banques de renseignements. Initiatiquement, t'as pas du faire Erasmus... Du coup pas d'accès dans le 1er cru des grands.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. À propos de premier cru ... quelques Priorat très très intéressant depuis quelques années
      Et quelques éternels Ribera avec le Vega Sicilia si on est prêt à casser la tire lire ...

      Supprimer
    2. En Rioja mes préférés la Nieta et le Muga, souvenirs de noches muy calientes sinon d'après mes amis alicantais le Casa Castillo Pie Franco est un nectar de Murcia ... pour bientôt !! Ensuite j'adore le Malaga qu'Allan doit bien connaître !!!

      Supprimer
    3. Hum ! Yami ! Yami ! Le Muga je connais et je souscris , les autres à essayer au plus vite !

      Supprimer
    4. amis du clos des quinquonces bonsoir
      il est vrai qu au debut je m extasiais moi aussi pour les riojas 901 et 904
      puis je decouvris les ribera del duero
      et la rarement decu
      par contre la cuvee des crus du top 14
      ne merite pas un grand sommelier
      mais un bon videologue
      avoior l evolution un jour viendra
      pour l entree en jeu de vrais robots
      DARWIN si c est ca l evolution de l espece
      je signe pour l age de fer

      Supprimer
  10. Ébloui, Georges, j'ai que ça à glander en attendant le gros navion,10 fois que je repasse la vidéo ( idem l'en avant de Carter),Tuisova ne capte rien du changement de situation et reste sur ses rails.
    Il avait largement le temps de prendre l'info et fermer son couloir.
    C'est sur, Trin Duc aurait pu assurer, le neuf en re-commander une couche ou deux pour calmer le jeu, mais ça ne l'exonère de rien.
    Allez Chevreuse

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'attends avec une curiosité non-dissimulée de quel bois seront chauffés les articles de blogs divers au soutien de François Trinh-Duc.

      Supprimer
    2. De temps en temps, dans le prétoire, certains accusés se comportent de telle manière que la première chose qui vient à l'esprit, c'est de se dire que leur avocat a bien du mérite.
      S'il est évidemment hors de propos d'"accuser" François Trinh Duc de quoi que ce soit, on ne peut néanmoins s'empêcher de penser que J.Schramm a donc bien du mérite à soutenir le joueur, lui qui terminait son dernier billet en écrivant: "Je n’ai donc aucune idée du niveau que François Trinh-Duc affichera dans six mois puis dans un an. Je lui souhaite simplement de rappeler très rapidement avec le RC Toulon qu’il est un super joueur"...
      Sauf que 10 jours plus tard...


      (et on ne peut s'empêcher de penser également que le tropisme de l'ancien demi d'ouverture fait que certain(s) trouve(nt) rédhibitoire son jeu au pied alternatif et aléatoire...)

      Supprimer
    3. seront chauffés au bois de mon coeur : https://www.youtube.com/watch?v=ybvFVGSBegI
      allez François c'est quand même le plus beau ( beau et con à la fois ? ah mais c'est une autre chanson !)

      Supprimer
  11. Tiens Azéma ne décolère pas sur Mr Barnes "le coude de Le Roux sur Parra c'est carton rouge. Il y a 5 fautes du Racing en 20 miniutes et Dupichot doit prendre un jaune, il ralentit le ballon. Pour se mettre à l'abri de ces erreurs d'arbitrage on aurait du score plus avant ça" .... je n'ai pas vu le match entre la passe en avant et les dires d'Azéma cela aurait-il changer le cours du match voir le résultat ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Principe du bouc-émissaire, Tautor.
      Mais attention, Barnes n'est pas regardant sur les en-avant qu'il juge à l'aune de la théorie de la relativité, pour te dire si le mec est intelligent... Cf. France vs. All Blacks à Cardiff en 2007. Te dire qu'on est au courant depuis longtemps...
      Après, le résultat ? Le Racing serait passé sans cette passe cartérisée. La preuve, il marque tout de suite après.

      Supprimer
  12. J'ai regardé, hier soir, un documentaire sur Jeanne Moreau. Elle parle, un moment donné, avec Orson Welles à propos d'un mot "professionnel" et de ceux qui l'emploient; acteurs ou autres...."Moi, je suis un professionnel"...Et Orson Welles de dire:
    -"Je déteste le mot professionnel. Est-ce qu'il y a un mot plus triste que professionnel?"...
    "Alors qu'amateur est basé sur le mot amour"...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. En rugby mais pas que, j'ai connu des amateurs qui faisaient bien leur boulot et des pros qui salopaient le leur.

      Supprimer
    2. Professionnel vient de "se déclarer", sa racine est "déclaration". Déclaration et amour vont bien ensemble, non ? ;-)

      Supprimer
    3. Dans professio, il y a exemplarité et transmission. J'aime bien aussi.

      Supprimer
  13. Je recommence, mon message s'étant bizarrement évaporé....?!

    Nous sommes bien entendu d'accord sur le fond.
    Mais je suis las d'entendre à tout bout de champ ces formules sur le "professionnalisme" comme sur le "haut niveau", laissant entendre que le reste du l'humanité n'est que du petit fretin! Il est sûr que d'entendre dans la bouche de ses pairs: "Ça, c'est un pro!", ne peut que faire plaisir. j'espère, par ailleurs, que, sous tous les aspects du vrai professionnalisme, brûlent encore les braises du pur amateurisme issu de l'amour fou pour sa passion originelle.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Certes, André, mais quand on dit amateur, on entend aussi et c'est le revers (comme pour pro) le côté dilettante, pas abouti, relâche. C'est le symptômes d'Ingres. Lui pensait être meilleur au violon qu'au pinceau...
      Et puis franchement, je préfère qu'un professionnel vienne s'occuper de ma robinetterie ou de l'électricité chez moi plutôt qu'un amateur, même s'il a l'amour de ce qu'il fait chevillé au corps et à l'esprit.
      Tiens, pour te dire, je file maintenant prendre le café avec Marc Andreu. C'est un pro mais je peux te dire qu'il a l'amour du rugby en lui et que nous allons bavarder comme deux amateurs de beau jeu, j'en suis persuadé. En tout cas, je reviendrai vers vous pour vous en parler. Il habite à côté de chez moi. Comme quoi, ça peut arriver...

      Supprimer
  14. Au fond, pour reprendre ta réflexion ci-dessus sur un match Érasme-Descartes, dont le vainqueur serait, selon toi, Érasme, je tendrais à privilégier, en un premier temps, la passion réelle, l'amour des choses, de l'objet donc, avant d'y introduire le travail -au sens noble- sur ces dites choses, sur cet objet d'amour. Bien sûr la vie nous montre que tout ne se présente pas toujours sous cette forme idéale et que de nombreux détours existent. Par exemple des études nous montrent qu'entre les dons et les goûts, pour le choix d'une profession, il vaut mieux choisir les dons évidents à des goûts réels mais sans qualité -en faire plutôt dans ce cas un loisir- au risque de tomber sur des concurrents brillants -dons et goûts associés- qui vous dégouteront à tout jamais de ce que vous aimiez simplement.
    Mais peu importe l'ordre pourvu que la passion existe, ne serait-ce qu'à minima.

    RépondreSupprimer
  15. Amateur, mon père (descendant de Cosaques, cousin plus ou moins éloigné du grand mathématicien Rostislav) disait , quand une réalisation ne lui plaisait pas: "c'est du travail d'amateur"

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La synthèse serait l'esprit amateur et la précision professionnelle.

      Supprimer
    2. C'est un peu ce que je viens de partager avec Marc Andreu. De chouettes confidences.

      Supprimer
    3. Le temps de deux cafés en terrasse à Bièvres. Bon, c'est pas tout mais maintenant faut rédiger. A plus...

      Supprimer
  16. le constat est cruel mais les faits sont là : le Flop14 est majoritairement peuplé de "débiles", sur les bancs et sur le terrain.
    Aucune réflexion, aucune adaptation à l'adversaire sans même parler de l'adaptation à l'arbitrage.
    Aller tenter des mauls gagnants contre le Pays de Galles bis qui les nous avait consciencieusement détruits lors du Tournoi, fallait oser !

    On perd 2 matchs du tournoi sur 2 grosses conneries, et pan , idem en HCup ! Finalement je serais tenter de dire que Bernie a réussi son pari : l'EDF est bien la vitrine du rugby français ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

      Supprimer
    2. Si tu n'est pas en situation d'escarter correctement le jeu, il sera réduit au ma(é)rasme. Bon, un peu tiré par les cacahouètes, comme le glopflop 14...🛴🚦🛌🔇🗑

      Supprimer
  17. et en parlant d'amateurisme, que dire de la pantalonnade que nous offre l'EPCR dans son combat contre MB ???

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Hashtag#cherche-ton-usurpateur
      Hashtag#cherche-ton-mystificateur

      Supprimer
  18. Ce sport est extraordinaire ,en 1991 on a pu voir l'essai le plus long du monde de + 100 mètres et samedi un ,le plus court certainement ,de 4,5 cms et dans le même match heureusement d'ailleurs un essai gag avec un ailier toulonnais dont le surnom est peut être Rantanplan ,finalement on est arrivé à en sourire .

    RépondreSupprimer
  19. Alors, en y réfléchissant un peu, ne serait-il pas possible de piocher du côté de l'ami Blaise, Pascal de son nom, et d'utiliser ses Esprits, de Géométrie" et de "Finesse" afin de combiner ces discussions classiques et éternelles.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Moi je pense plutôt aux Essais de Montaigne, de quoi nous mettre tous d'accord...

      Supprimer
    2. Oui mais a son époque l'essai ne valait pas 5 points !
      Bernard

      Supprimer
  20. Je n"avais pas osé le dire....Je te le laissais.

    RépondreSupprimer
  21. Justement, le débat avec Pascal à Pâques je n'avais pas osé ... d'où ma pirouette vers Descartes, lu vos différentes contributions à ce vaste problème et j'étais certaine que Richard voterait Erasme ; humaniste avant toute chose, comment ne pas le choisir ? Et puis la filiation avec Montaigne .... du tout cuit .
    Néanmoins, ne pas fusiller le cartésianisme avec l'eau du bain du bébé . Pour Erasme l’humain
    s’améliore par l’éducation et il doit faire preuve de tolérance, Descartes soutient que
    la raison est le seul moyen de comprendre toute chose. J'aime dans Erasme ce goût du voyage et de la rencontre et j'aime chez Descartes cette rigueur en tout . Ils se complètent plus qu'ils ne s'opposent . Presque une métaphore à eux deux de ce que devrait être le rugby : un cerveau sur pattes !

    RépondreSupprimer
  22. Ou Rousseau et l'art de former les hommes..
    Sinon, dimanche l'enfer des pavés, et plutôt de la robustesse professionnelle, pas spécifiquement pour les grimpeurs des Pyrénées, où les biftons ne peuvent pas remplacer les bras pour garder bien en main le guidon, où L'intelligence situationnelle doit être une attention de tous les moments pour ne pas tomber, ne pas se faire piéger. N'est ce pas André ? Paris Roubaix, 1 épreuve cycliste tjrs dans la grande tradition, comme l'ovale, entre boue et poussières. Et des élèves de l'école horticole de Raismes pour refaire certaines portions qui s'enfoncent, comme les jardiniers de St Denis.
    Avoir fait pas mal d'essais, de la méthode aussi pour tenir la route, de la folie pour ce funambulisme sur pavés, où la géométrie est souvent le plus court chemin...

    RépondreSupprimer
  23. Tout est dit....Apparemment du moins. Peut-être continuer demain. Qui sait?

    RépondreSupprimer
  24. Dans tous les cas c'est Erasmus qui gagne. Son côté ouvert sans doute. L'Université de Malaga est le sommet de ma future école du champion parfait. On y travaillera, les habiletés,les défis, les efforts, les échecs pour grandir plus vite en trois langues. Treignac va être le sommet du changement...

    RépondreSupprimer
  25. Erasme Descartes Rousseau Montaigne ..... EUH !!!!!! Treignac nouvelle approche philosophique du rugby ??? Examen d'entrée ou possibilité d'avoir une wild-card ??? Pour départager les uns des autres, ou associer mieux les autres avec les uns, appel prévu à l'arbitage vidéo ???? Ou on peut venir comme on est ???
    Paris Roubaix, vestige d'un cyclisme qui disparait, loterie funambulesque qui laisse à penser, sur cette épreuve que les premières "adaptations" sur les machines en matières de suspensions de roues genre boeing.747 et montage de chaînes type assurance tous risques ont fait leur apparition, également les premiers moteurs électriques miniaturisés et camouflés dans les selles et cadres, les types aujourd'hui avalent les pavés en buvant la tisane magique dans leur bidon à potion.
    Attention, j'adore le vélo, je pratique encore et depuis tout petit, vécu quelques années à Roubaix, bénévole sur le truc et regardé avec respect les coureurs, mais c'était il y a longtemps, comment dire c'était une chose particulière, côté coureurs comme côté public, une saveur et un goût, aujourd'hui course édulcorée aux senteurs neutres, comme un match de FLOP.14 comparé aux rencontres des années de ..... avant ..... longtemps .... en arrière !!!!
    J'ai une interrogation pour le colloque philosophico-rugbystique de Treignac, (qui vole certes plus près du gazon sur lequel s'agitent les joueurs à la conquête de ce si petit objet ovale, que dans les altitudes prises ici en faisant appel à des esprits de haut vol), donc question toute simple: l'arbitrage vidéo ne tue t'il pas le rugby, son jeu, son image, son sens, hachant les parties au détriment et des joueurs et du public, et ne conviendrait t'il de revenir à moins d'interventionnisme, en limitant l'appel à la vidéo sur les seuls touchers en but ou pas ???? Hier 6 minutes ici, 4 là pour prendre une décision qui au final semble autant juste que fausse !!!!! Le jeu y gagnerait, et puis revenir au premier temps de jeu 1 à 3 minutes avant un essai pour voir si le bout du crampon de bidule n'était pas un peu devant le porteur ou la passe de machin à truc 3/10 de millimètres en avant, basta. Enfin ça redonnerait leur rôle principal de "directeur de jeu" aux arbitres, aujourd'hui déresponsabilisés dans leurs attributions et qui compensent donc cette perte de leur rôle par l'appel aux ingrédients de la vidéo et de l'arrêt du jeu, ce qui focalise l'image sur eux et leur redonne un peu de brillant et d'existence.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Une idée pour Treignac 3
      j'ai même trouvé l'interlocuteur
      Spécialiste de la vidéo. Mais réfractaire à son utilisation

      Supprimer
    2. Pour le vélo et Paris-Roubaix, j'habitais, dans mon jeune temps, Saint-Cloud et nos deux magasins de cycles se situaient essentiellement à Boulogne, chez La Gazelle et à Suresnes chez Le Grevès. Le frère ainé jouait pilier droit au Stade Français et le plus jeune était cycliste et a connu une petite carrière pro. C'étaient les neveux du fameux sprinter René Le Grevès dit "le Breton".
      J'y ai vu, avant les Paris-Roubaix, toute une flopée de coureurs qui venaient chercher leur vélo spécifiques et, en particulier, Rudy Altig qui faisait monter des roues avec des jantes en bois (comme des coques de bateaux) que conservaient les frères. Comme quoi, les recherches techniques sont toujours d'actualité...Et je pense que la course n'est pas si édulcorée que çà, Nini!
      Pour ce qui est des "progrès" entourant la chose elle-même, c'est un vaste débat que je ne vais pas entamer à l'instant mais dont je puis dire que, d'instinct, je suis d'accord avec Nini.

      Supprimer
  26. Définition de l'Ovalie !
    Pays où un ballon peut vous retourner la tête qu'il tombe du bon coté et vous vous en saisissez ou du mauvais coté et vous devenait fou !
    Pays peuplé de fous qui courent tous derrière un morceau de cuir , se congratulent avec élégance quand ce ballon est posé derrière une ligne ;
    pays où les gens se "foutent" sur la gueule puis vont boire un verre ensemble !
    Pays où aujourd'hui on enferme les artistes derrière les barreaux de la raison et de l'argent !
    Bonne journée

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. pardon pour les "fôtes " d'ortografes ....

      Supprimer
  27. En parlant de Descartes ,y sont pas bien les Michelin(s)...C'est pas ce Lillet s'il me convient bien !

    RépondreSupprimer
  28. ça prend forme .................
    ERASME a fait l'ELOGE DE LA FOLIE, donc me va très bien ici, sans doute talon ou ouvreur, à voir dans ses peises de positions - mêlée- et de risques -ouvreur-.
    DESCARTES lui a tenu un discours de la méthode, donc plutôt entraîneur avec son projet de jeu adepte du mouvement et de la réflexion, genre « je passe donc je suis », tiens on va le mettre en binôme avec PV.
    MONTAIGNE enfant du terroir de Dordogne et marqueur de nombreux essais, on te va le placer à l'aile pour de multiples débordements.
    ROUSSEAU adepte du contrat social et de l'éducation, allez ni une ni deux à l'EDR pour les jeunes pousses à éduquer.
    Nous manque donc 2 pilars, 2 secondes lattes, toute la 3° ligne, un n° 9, 2 centres 1 ailier et l'arrière, plus 1 talon ou 1 n° 10, une paille quoi !! Mais ne doute pas que vous allez, dans le panégyrique d'ici du monde philosophique toutes époques confondues, trouver les titulaires à-même de former ce collectif que nous espérons de tous nos vœux, un groupe qui joue, ose, s'amuse en faisant fi de toutes autres considérations.

    RépondreSupprimer
  29. Il me semble que nous avons déjà fait une équipe de ce genre...

    RépondreSupprimer
  30. Les Essais de Montaigne, d'accord, mais mieux encore avec les Transformations Silencieuses de François Jullien, surtout en Irlande d'ailleurs!
    Allez Jan Lou, culture, confiture.....

    RépondreSupprimer
  31. le systéme ne fonctionnant plus " en réponse" et donc réponse à Sergio au sujet de son Paris-Roubaix et à d'autres sur les difficultés particulières de cette épreuve, pour dire que le "blaireau" par sa victoire est pour moi le plus grand sportif français de tous les temps, même si il y eu des "aides" à la carburation interne

    RépondreSupprimer
  32. J'ai failli me demander si la vieille garde (je me flatte d'y appartenir) n'était pas encore plus douée pour le vélo que pour le rrrugueubi. Paris-Roubaix, malgré la mâle noblesse du Tour des Flandres, conserve son statut de course d'un jour n° 1, subtile mélange de mythe et de réalité où se greffent nos passions, mieux sollicitées par la succession des secteurs pavés que par la succession des monts. Ainsi, rappeler les jantes en bois d'Altig, quasi résurgence de la fourche de Christophe, fait volontiers dévier sur la byzantine question du matériel, même si Nini voudrait supprimer les dérailleurs (le prend pas mal, Nini).
    Il y a une foultitude de similitudes entre bécane et gonfle. Les deux poussent aux paroxysmes, dans l'attitude comme dans le ressenti. Un Paris-Roubaix me laisse les membres tétanisés, davantage encore qu'un après-midi à plaquer des golgoths. Donc, hiérarchiser les héros reste un exercice solitaire. Hinault fut magnifique à maints égards, mais les noms que la course appelle spontanément demeurent, dans l'ordre, ceux de De Vlaeminck, Boonen et Museeuw, par leurs qualités propres et par leur capacité à vaincre des oppositions déchaînées. Ah, De Vlaeminck seul dans les rafales de vent et de pluie, creusant l'écart sur une meute de cracks ! Toutes proportions gardées, c'est comme une paire de centres inspirée renversant à elle seule un XV dominateur dans la conquête.
    PS 1. Merci Gariguette d'avoir rappelé la complémentarité d'Erasme, maillot orange short noir et de Descartes, maillot bleu short blanc, probablement perplexes devant ce match les opposant sur un blog rugby.
    J'ai d'abord cru qu'il s'agissait d'Erasmus, troisième ligne aile springbok de belle valeur, mais non, il s'agissait bien de l'idole de Rabelais.
    PS 2. Progrès. L'arbitrage vidéo ne fait progresser qu'une chose : la mauvaise foi. Il a donc l'avenir pour lui.
    PS 3. Treignac. Mon SOS de covoiturage semble s'être heurté à un rude syndicalisme ferroviaire. Je persiste, tankilétan. Me contacter, même pour dire 'va te faire f.....", par charles.lecucq@orange.fr

    RépondreSupprimer
  33. Moser aussi, Charles,et comme André j'ai souvenir de sacrées parties se manivelle pourtant récentes;le Ronde, Paris-Roubaix, restent de sacrées références.
    Si on exepte la triche, mais aucun sport n'est épargné ,ce qui me gêne dans le vélo concerne les oreillettes.
    La toute puissance du manager y à gagné ce que la liberté du coursier à perdu, plus la peine de se creuser le chou ou économiser des forces pour garder une once de lucidité, big brother s' occupe de tout.
    Un peu comme chez nous avec les innombrables coupures, les remplacements et l'omniprésence du grand ordonnateur.
    Quand à la vidéo, on touche à l'absolu ridicule, la, non ?
    Allez véhiculer Charly !

    RépondreSupprimer
  34. OK JanLou, oreillette incluse. Je n'ai pas inclus le 'triple Moser' parce que j'ai surtout souvenir que, derrière le formidable rouleur italien, se cachait la passivité bienveillante de Roger De Vlaeminck, plus que probablement obligé de protéger son coéquipier. Marketing... Et sans oreillette. L'équipe (italienne) ne voyait pas l'intérêt d'une cinquième ou sixième victoire du 'Gitan d'Eecklo'. Ce qui ne retire rien aux mollets de Francisco.
    Je me suis longtemps demandé qui l'emporterait dans la course au parti-pris, de ma mère belge à ma grand'mère paternelle italienne. Jusqu'au jour où il fut évident que les Flahutes dominaient 'ses' Wallons. Entre les Polonaises du début du XIXème siécle et l'Anglaise qui m'a servi d'arrière grand'mère, on ne s'étonnera pas que j'ai épousé une Corrézienne. A l'étonnement de mes ascendants. En complément d'Arletty, j'ai le coeur européen.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Avec deux leaders,c'est le premier qui attaque, souvent, mais les deux autres du grand Francisco furent superbe.
      Ma préférée reste la victoire de Kuiper, début des 80', j'adorais ce coureur offensif, bon partout.
      Aucune trace de parti pris chez mes papys, respectivement Coppi et Cerdan, non négociable,
      Leurs descendants ovalesques n'avaient droit qu'à un vague sourire,limite méprisant.
      Par contre mes bourguignonnes epousailles durent retenir toute leur attention , de la haut.
      Allez Chevreuse

      Supprimer
  35. retour d'un séjour prolongé au Cambodge où la fraicheur de vivre des habitants ne fait pas oublier les sombres heures d'un passé récent.
    mais le contraste entre cette douceur et l'incongruité des pratiques de notre rugby hexagonal est énorme.
    on vire un jeune demi de mêlée titulaire payé 800 € par mois pour faire des économies et permettre d'acheter un fidjien pour apporter du poids. le jeune joueur se retrouve à rechercher un club pour la saison prochaine.
    on dit que les présidents gèrent leur club comme une entreprise mais les pratiques qu'ils exercent relèvent du fantasme de ce qu'ils ne peuvent pas faire dans une entreprise. En face d'eux, des gamins qui ne se projettent pas dans la vie future, n'apprennent pas de métier, ne réfléchissent pas, ni sur le terrain, ni en dehors, boivent les paroles des présidents, des agents, des entraineurs et se retrouvent sur le carreau.
    Pourtant, ils ont une carte d'étudiant en kiné ou autre, totalement bidon, mais qui permet de jouer en universitaire.
    et sur le terrain, l'absence de musculation du cerveau engendre une absence de concentration, d'anticipation.
    alors si le sport professionnel est de se lobotomiser pour agir sur ordre du manager sportif (on ne dit plus "entraineur"), doté d'une science infuse et d'une intelligence artificielle au-dessus de toute contestation, je préfère me délecter de voir un Ronaldo tenter un coup improbable et faire lever le stade de Turin.
    Dans tous les cas, on se prépare une belle catastrophe sociale pour ces joueurs de rugby entrainés à ne plus penser et à ne plus prendre d'initiatives.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je suis et je relance + 2000

      Supprimer
    2. Pour rester dans « l’esprit rugby ». Le Borgne a toujours snobé l’aveugle et réciproquement . La pantalonnade qui règne au pays basque entre le BO et l’ AB prouve que, décidément, les « intérêts supérieurs » du Rugby, passent largement après les intérêts particuliers. Continuez de vous ridiculiser en silence! Dans le même temps à un heure de voiture, Dax et Mont de Marsan essayent d’imiter les grands!!! Avec des mentalités pareilles datant du siècle dernier comment peut on à travers ces exemples (pareil avec Carcassonne, Narbonne) avoir l’ambition pour la France de devenir la première nation du rugby dans le monde ??????

      Supprimer
  36. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
  37. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
  38. Yato et Vahamina blessés (ce dernier sorti à la 69e avec fracture de côtes, entorse acromio claviculaire ..), Botia out ligament croisé, ... une hécatombe plus qu'anormale ...quels sont les fautifs ? Le championnat avec un rythme irrégulier, des rencontres qui engendrent des cadences cauchemadersques avec obligation de résultats, une préparation physique outrancière, une médecine de prévention sous l'eau, des managers tenus aux résultats, des joueurs aux hygiènes de vie aléatoires ...il est grand temps que des référentiels apparaissent pour avoir une traçabilité de qui fait quoi et d'instaurer des normes comme l'AFNOR pour des contrôles objectifs. De voir autant de "viandes machées et gaspillées", de jokers médicaux bodybuildés, le rugby est devenu une industrie vétérinaire (sans parler des produits illicites) ou les façades de club cachent la misère humaine derrière des paillettes et de l'enfumage. Le problème pour combien de temps encore ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tauleigne 4 commotions en 8 mois, arrêt 3 mois au moins, pas de tournée ...+1 / Que fait le syndicat des joueurs ? Absent du dialogue, pourquoi ? Peur du chômage ?

      Supprimer
    2. Oui mais bon, en même temps, toutes choses égales par ailleurs, en fin de compte,et au niveau du vécu fô bien avouer qu'ils sont un peu fragiles dans le 33, Docteur !
      Allez Marco, jeux du cirque, pas mieux 😭

      Supprimer
    3. C'est comme les virages dangereux : il faut attendre un dizaine d'accidents pour que soit installé un panneau.

      Supprimer
    4. Pire que 10 accidents (qui ne sont qu'un élément de statistique): un décès...

      Supprimer
  39. Bonjour réponses groupés a Philippe
    Le Cambodge , j'ai adoré pour y être allé plusieurs fois et la première fois il y a près de 18 ans ...C'est un pays fabuleux ou les mots "pardon" et "avenir" ont tous leur sens après ce qu'ils ont tous vécu !

    Tautor
    Tu sais bien toi le doc , que la muscu que font nos joueurs a une incidence sur leurs muscles dystrophiés mais pas sur leurs tendons , il est donc normal que les blessures au vu des chocs reçus soient plus nombreuses ; Le tendon d'origine ne peut supporter plus d'efforts que de nature ! Quand aux traumas crâniens , je suis vraiment étonné qu'il n'y ait pas plus de blessés au vu des chocs reçus là encore ! Ce sport qui était viril est devenu dangereux ; ce n'est plus un sport d'hommes , mais un sport de gladiateurs , il n'y a qu'a écouter les "houuu" exprimés par la foule lors de chocs violents , ce ne sont plus des supporteurs de rugby , ce sont des gens qui viennent aux jeux du cirque " Panem and circences "... Bises a tous de bastia où le soleil est enfin revenu

    RépondreSupprimer
  40. Bien OK avec vous. Dommage pour Marco qui demandait qu'à confirmer ses qualités. On se dirige droit vers l'incident majeur. Emoi médiatique, cellule de crise, replatrage,...
    Et c'est pas Mourad, Jacky, Mohed et les autres qui délivrera la médaille du mérite national !
    C'est comme pour les pesticides. Les constats sont là, alarmants, mais les propositions sont loin d'être conséquentes, survolées par les faucons (vrai cons pour le coup) financiers surveillant leur territoire.

    RépondreSupprimer
  41. bonjour tous,
    mon post de lundi, entre deux avions, s'est perdu dans le web, ce qui au final ne pourra que vous réjouir.
    Entre autres "âneries", j'y relevai l'entrefilet du Midol du même jour relatif au projet de la RFU de mettre à l'essai pendant 5 ans une formule de championnat anglais sans montée/descente... c'est à dire celui qui fonde l'essentiel des sports pro US.
    Bizarrement, je n'ai pas lu de remarque sur le fait que 3 des 4 finalistes de la CE sont organisés en franchise...
    Bizarrement aussi, il semble qu'en France en général, et ici en particulier, on continue à vilipender l'organisation pro de notre élite at/ou ses acteurs, pour des tas de raisons comme ci-dessus que je partage, mais en rêvant à Dieu sait quel miracle qui ferait que nos joueurs, leurs coaches, leur dirigeants et leurs phynanceurs redeviendront les parangons de vertu que nous avons connu dans nos années juvéniles...

    Bien sur que les franchises ne produiront pas de miracles et l'évolution sera pire si nous continuons à laisser faire.
    Tant que la LNR ne détient ses pouvoirs que de la FFR, il faut la mettre au pas!
    Lui laisser créer un championnat fermé, moyennant royalties à la FFR, mais lui interdire de gérer la formation, l'arbitrage, la discipline et la santé.
    Fixer un plancher d'age 23? 25? ans pour recruter des joueurs.

    Dans cette organisation la santé des joueurs des Franchises deviendra une priorité pour les phynanciers, pas "uniquement" par amour du prochain, mais par simple gestion efficiente du cheptel, prenant en compte les risques de procès en responsabilité.

    Actuellement, c'est la fuite en avant, les clubs risquant tout, (éthique, santé etc) pour éviter à tout prix la relégation, synonyme de dépot de bilan pour les moins fortunés et/ou de perdre la face pour les moguls aux bourses hypertrophiées.

    Une prise de conscience des enjeux et l'émergence d'une volonté politique pour réformer notre sport seront elles possibles? je ne suis pas très optimiste, à la lumière? des évolutions populistes dans toute l'Europe et aux Amériques, où la démocratie se dissout de plus en plus dans la démagogie.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. SI j’ai fait une remarque sur les franchises et l’impact positif pour ces nations
      Mais une fois tout ces constats a l’envie , je nous savons bien que notre influence n’existe pas
      Pour changer un système faut être dedans d’une manière ou d’une autre hors ...

      Supprimer
  42. 2 nouvelles commotions : Adieu Champagne, caviar, Higelin s'en est allé. Fini son cirque musical. Et surtout sans se retourner...
    Suivi aussi par Véronique Colucci, nièce du peintre Bernard Cathelin, régional Valentinois (Beaumont les Vlce) dont je suis fier et fan. Influence Matisse, beaucoup de couleurs et de lumière, il a peint la Drôme comme personne puis s'est exporté aux US, et surtout au Japon.
    Mais il fait tjrs soleil. Leur lumière est tjrs là...
    Y aura t'il encore des coeurs pour les restos ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. https://www.youtube.com/watch?v=tFTWVn7ouKQ

      Supprimer
    2. Comme on Gariguette, so one more !

      Supprimer
  43. Quel match de ouf👍 ça va ça vient, ça rebondit, ça argumente, ça cause, cç siffle, ça esquive, ça joue sur les mots, tout ça en anglais devant sa promotion et une bonne partie des étudiants de la fac ...une émotion difficile à contenir pire que les quelques matchs que j'ai pus jouer avec les pots de ma promo championne de France, c'est ma femme sur scène pour le plus grand bonheur de ses filles et le mien je l'avoue .. en direct de la MJC

    RépondreSupprimer
  44. L'aube d'un jour heureux a blanchi les hauteurs des contreforts alpins,
    Partout sonne l'appel clair des buccinateurs,
    Car malgré les augures quinconciennes, "Strawberry field forever" est née en ce jour printanier....
    Joyeux Anniversaire Gariguette

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai oublié ton cadeau sorry !
      https://www.youtube.com/watch_popup?v=bJhct9CPlPs

      Supprimer
    2. Merci très beau cadeau avec la poulette en vedette, sacrée Monique ! Future star celle-là !

      Supprimer
  45. Tiens 2e rupture du ligament croisé pour Palis à l'entraînement 🤔 trop de muscu ? Trop de médocs ? Technique chirurgicale ? Pas assez hydraté ? Ou pas de chance comme on dit souvent pour éviter de parler de ce qui fâche ! Une méta-analyse devrait être mise en place pour comprendre le pourquoi du comment ? Dire qu'en fédérale ça existe aussi ... Est ce que les lésions cartilagineuses induisent la rupture du ligament ou existe t-il une synergie ? Pourquoi en l'espace de 15 ans ces lésions apparaissent elles de plus en plus précocement et ce de façon anormale ? Les réponses: la muscu, le surentraînement, trop de matchs, la violence des contacts, le terrain synthétique, l'hygiène de vie, etc... Paradoxalement, les body builders n'ont que très rarement des ruptures du croisé antérieur ou des lésions cartilagineuses et pourtant ils se dopent. Est ce que le football ou autres sports à pivot sont ils autant pourvoyeurs de rupture de croisés ? Le ministère de la santé et jeunesse et sport devrait réfléchir à cette problématique qui coûte cher aux organismes sociaux ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. c'est pas surtout lié à la nature même du rugby avec accélérations-décélérations brutales plus torsions et pivotements incessants ? je dis ça parce qu'en handball ils /elles ont souvent ce type de blessures ...

      Supprimer
    2. Complètement d'accord... Il me parait évident que les trois causes principales de ce déferlement de blessures (graves !) a trois causes (qui plus est intercurrentes) : la muscu, la violence des chocs, et les pivots sur les articulations. Tout le monde sait depuis longtemps qu'hypertrophier un muscle lui fait exercer sur les tendons des forces que celui-ci n'est pas prêt à supporter... La violence des chocs se passe de commentaires, quand au pivot sur les articulations (notamment le genou) c'est un facteur accidentogène dans tous les sports de mobilité, foot, hand, ski, etc... Sans compter avec le dopage !

      Y a-t-il des remèdes ?? J'en doute, sauf à modifier radicalement les règles. Comment empêcher un joueur de faire de la muscu alors que c'est ce qui lui donne une chance de gagner sa croute ? Comment éviter les pivots sur le genou sauf à arrêter de courir et décider qu'on ne doit plus donner le ballon vers l'arrière mais vers l'avant (!?!), comment éviter les chocs puisque c'est ce qui excite le public (voir comment s'est construite la réputation de Chabal...)?
      Juste quelques idées dont je mesure bien tout seul la vanité:
      - des contrôles anti-dopage plus stricts
      - l'interdiction des déblayages dans les rucks
      - peut-être l'interdiction des prises à deux sur les placages (en plus, ça favoriserait l'attaquant, donc le spectacle...)
      - interdiction de plaquer au dessus de la taille (il me semble que ça limiterait les torsions infligées au bas du corps)
      Comment ça, je rêve !? Ben, si on peut plus rêver sur "Coté ouvert", où va-t-on ?!?

      Supprimer
    3. Daniel
      Ravi de te lire espérant te voir à Treignac. Sur le dopage, après 17 ans d'AFLD, les joueurs ne risquent pas grand chose, trop de magouilles en amont ... Les sports en pivot sont l'essence même des ruptures des croisés et du chirurgien de fait ! En ski, la musculation est essentielle mais le ratio de rupture n'est pas aussi important de mémoire ... Comme le dit Richard quid des staffs médicaux indépendants ou sous influence ?

      Supprimer
    4. Hélas, je n'aurai pas le plaisr de faire ta connaissance, ainsi que celle des "quinconçais" (?), car je ne pourrai pas être à Treignac... Fête de famille le même jour !
      L'an prochain peut-être...

      Supprimer
  46. EDF à VII au tournoi de Hong Kong une bérézina de plus ... 2 défaites, un nul,out de la Cup, on joue les 1/4 de finale (la consolante comme à la pétanque) du trophy contre les russes ou les samoans ... Arrêtons les frais au sens propre et figuré, nous n'avons plus une once d'orgueil à ce jour ce qui est le plus inquiétant. À quoi bon payer un staff et des joueurs à faire du tourisme planétaire ?

    RépondreSupprimer
  47. Nagusa qui préfère voir un guérisseur aux Fidjis plutot que le staff médical de Montpellier ..quel désaveu ... Il préfère les algues bio de son pays je le comprends0

    RépondreSupprimer
  48. Bah, p'têt envie de faire un bisou à sa mémé?
    Sinon attention hein, il ne faut pas sauver le soldat Scott, même pour service rendu à la nation, scrogneugneu, les ordres viennent d'en haut, exécution .
    Allez, d'ici qu'on hérite d'un arrêt Spedding, nous ferait ricaner, pas vous ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je trouve que le soldat Scott est pris pour une marionnette pour ne pas dire autre chose quand d'autres pour services rendus moindres ont obtenu bien plus que lui ... Pour la mise aux arrêts, Scott n'est pas en tête de liste, non ?

      Supprimer
    2. Mais il ne faut pas confondre JIFF et international français. Il veut les deux. Si on ouvre la règle, alors tout sera possible y compris le pire. Et je vois bien Spedding partir devant la cour européenne foutre le système JIFF en l'air... Ce serait sympa pour le rugby français ah ah oh oh eh eh

      Supprimer
  49. Moi, surtout, ce qui me choque c'est que le corps médical du Stade Rochelais ait autorisé Botia à s'aligner face à Llanelli avec le genou niqué et que sur un appui anodin, le ligament pète. Du coup, saison terminée.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ils ne pouvaient pas le laisser se soigner tranquillement ?

      Supprimer
  50. L'abcdaire de comment perdre un match! L'envie, le mental font la différence, bravo le CO

    RépondreSupprimer
  51. Tiens Camara, après Toulouse où il a eu une rupture du croise antérieur, au MHR fin de saison avec rupture partielle des croisés ..tiens tiens un de plus à Montpellier ...il suffit de regarder son physique depuis qu'il est parti du ST

    RépondreSupprimer
  52. Castres au courage, Paris qui déroule, Lyon au finish, Bordeaux aussi. Un chouette Agen-Oyonnax. Samedi rugby plutôt pas mal. Quand c'est bien il faut le dire...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui ! varié et divertissant, du panache pour certains, du labeur pour d'autres, de l'efficacité pour être dans les 6, des essais de belle facture, ca sent bon le printemps tout simplement 👍

      Supprimer
    2. Le rugby c'est officiel
      Crée de l'événementiel
      A la va comme je te pousse
      Saisi d'une sainte frousse
      L'ensemble de son cheptel
      Croit voir Tautor à ses trousses
      Joueurs et aréopages
      Arrêtez ce tapage
      Et vous arbitres pervers
      Courrez donc ventre à terre
      Prévenez de ma part
      Nos amis gribouilleurs
      Que bientôt ils sont attendus avec leurs cépages
      Voici mon message :
      Présidents, financiers démoniaques
      Laissez tomber vos caisses noires
      Et rendez vous à Treignac
      Tenue de liesse obligatoire ...
      Champagne !
      En hommage à Jacques Higelin ( musique ici https://www.youtube.com/watch?v=MzOTJ4KJ1Rs)

      Supprimer
    3. Oui Richard, il faut savoir louanger. Mais, au terme de Bordeaux-Pau, c'est dur. D'autant plus qu'il s'agissait de deux équipes de bonne réputation. Difficile de ne pas souligner que, même sans enjeu, l'UBB n'y arrive plus, ni que la Section, candidate aux "6", n'est pas foutue de battre une aussi légère opposition. Effondré par le spectacle obscène des visages épanouis à la sortie du stade. L'esprit Quinconces ne souffle pas fort...

      Supprimer
    4. L'esprit quinconces flotte sur la marmitte, nous t'attendons à Treignac où je l'espère tu seras aussi percutant et saccarstique avec Pierrot

      Supprimer
  53. Dis Ritchie, faudrait surveiller un peu tes jeunes collègues : Beauxis qui passe la transfo de la gagne et trouve la touche finale, nimporte quoi ,je vous prenais pour des gens sérieux !😂
    Allez Chevreuse

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et le festival continue!
      Sous la plume d'un certain RE , attention ça pique," Plisson à manqué l'immanquable ", même de mes yeux les deux j' le croirais pas !
      Allez, Boulogne-Billancourt me désespère!

      Supprimer
    2. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

      Supprimer
    3. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

      Supprimer
    4. Whaou piting le second degré... Jan Lou, j'ai pas capté. Sorry. Ma faute. Je sors.

      Supprimer
  54. Comment se fait-il que le champion de France en soit presque réduit à jouer le maintien et se prenne 100 points en 2 matchs ? Croyez vous sincèrement qu'ils soient devenus des quiches ou bien voyez-vous d'autres explications ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. On me glisse que le discours des coaches Azéma-Goutta ne passerait plus très bien. Friture.

      Supprimer
    2. Gariguette
      Perdu pour perdu, 50, 100, 200 points, qu'importe de la tole, ils sont en vacances, plus de motivation, aucun risque de descendre ... À mon avis, ils préparent la prochaine saison (transferts, vacances en famille, ...), devraient faire du coaching mental et cerner les problèmes inérants à la chute ...ca me rappelle le ST qui a mis plusieurs années à se remettre des sommets, strass et paillettes ... Va falloir purger grave chez Michelin, out les cadres du club, management à moderniser, arrêter les rustines dépassées, du neuf ça va être raide chez Bibendum 🚑🛢️

      Supprimer
    3. Z'ont un coach mental, mais ce n'est pas le bon... De toute façon, les additions montent vite quand tu te relâches un tout petit. Si McIntyre avait passé ses coups de pied, Oyonnax en prenait 47 à Agen sans avoir démérité.
      Reste que le pb de Clermont, c'est un souci de condition physique aussi, me signale un copain coach de Top 14. Tout le monde sait que les Clermontois craquent à l'heure de jeu. L'ASM a donc plusieurs soucis. Ce qui explique cela.

      Supprimer
    4. Sans motivation c'est déjà plus dur,sur.
      Ne soyons pas trop inquiets quand même, cette espèce de sérénité, marque de fabrique locale et qui les à sûrement un peu pénalisés par le passé devrait leur éviter une trop longue traversée du désert.
      Comme une contrepartie à leur exorbitant pouvoir, la date de péremption des entraîneurs semble se rapprocher , ou bien.
      Allez à Roubaix

      Supprimer
  55. ces ruptures de ligaments... au fait comment ça marche exactement pour les assurances, ainsi que pour la CPAM? Mon intervention là, au cas où vous ne remonteriez pas en amont.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. N'oublie pas la médecine du travail souvent occultee dans le rugby pro

      Supprimer
  56. MRH LR de bon augure cet essai d'école je cadre, je fixe, je donne et je redouble, essai et en suivant autre cas d'ecole essai de Mogg en plaquant aux oreilles ! Les fondamentaux 👍

    RépondreSupprimer
  57. Quand un AB troue un autre AB suave

    RépondreSupprimer
  58. Franchement, que La Rochelle puisse présenter deux équipes de qualité sur deux fronts m'impressionne.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Surtout les défenses ne sont pas serrés et ça joue ouvert et assez vite

      Supprimer
  59. Hines, entraîneur avec des diplômes français ???

    RépondreSupprimer
  60. Lecture du jeu AB et essai, limpide

    RépondreSupprimer
  61. Cruden récital joue confortablement aussi ça y fait ... déjà 5 essais en hors d'œuvre en 30 minutes...joli mais la main mise par les etrangers, Vito très discret

    RépondreSupprimer
  62. La machine bleue déroule, attention marée haute en prévision non ?

    RépondreSupprimer
  63. Je ne balance rien du tout et n'ai pas relevé de fautes!
    Vu que Beauxis avait plutôt tendance ces derniers temps à louper des trucs importants ça me faisait rire qu'il ait réglé la mire et que le journaliste le précise .
    Idem pour ton commentaire sur Plisson, ça se voulait du deuxième degré, vu que l'ami Julot à justement l'habitude de louper des trucs faciles,pas forcément fineau mais en rien désobligeant, j'aurais répondu" t'es sur ?", à un mec m'expliquant que Carlita n'as pas de voix.
    Je suis le plus souvent consterné par les commentaires sur l'Équipe ou Midol que je survole rarement, c'est pas pour m'y mettre maintenant!
    Allez, je ferait plus attention à mes potacheries aggravées.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ouais ! C'est vrai Jan Lou, tu fais potache, deviens carabin, reviens au bar de la plage voir les filles 👍👍😂😂 Carlotta t'attend

      Supprimer
    2. Jan Lou, t'es fou ! Tu me rajoutes des fautes.. Si tu me cites, sors le Becherelle ! La biz.

      Supprimer
  64. LR à sa place tout comme MHR...sans les étrangers, le match n'aurait pas eu peut être la même saveur, nous sommes loin du niveau européen, ceci explique cela l'EDF à VII vainqueur de la consolante à Hong Kong pas de quoi pavoiser.

    RépondreSupprimer
  65. 6 points perdus par TD, bel essai ou l'on ne plaque pas aux jambes

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. oui mais il est beau François ! et puis pas mal dans le jeu ... 💘🏈

      Supprimer
  66. il y a 141 Iliens dans le rugby français, sans eux, on fait comment pour les essais ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est Verdun !!!! La cryothérapie va faire du bien

      Supprimer
  67. Un match bien trop physique lent somme toute

    RépondreSupprimer
  68. hé ben voilà on a la solution la belle Isabelle est enceinte Docteur Tautor, d'où ce décolleté affriolant la semaine dernière ...💐😵

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et de qui ? Moi je crois savoir

      Supprimer
    2. www.youtube.com/watch?v=TgokkAeg8mg

      Supprimer
  69. Comme quoi la vidéo dans les vestiaires c'est efficace pour le meme essai qu'en 1e mi temps

    RépondreSupprimer
  70. Machenaud gourmand dans ses 22 !!!! Aïe !

    RépondreSupprimer
  71. LR j ai été étonné (comme Richie)et heureux de la prestation des jeunes pousses rochelaises ;deux magnifiques essais et d autres actions de jeu au top;je ne connaissais même pas ce jeune 15 Camou mais il a été excellent.
    Bernard Landais

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne connais même pas son prénom. Je suis obligé de me renseigner. Romaric (ni Albert, ni Pierre), pur produit du terroir. En tout cas beaucoup d'allure.

      Supprimer
    2. Bernard, on se voit à Treignac ?

      Supprimer
  72. R92 RCT ... un goût amer pour TD qui perd 6 points au pied ce qui aurait changé la face du jeu, bon sur les lancements en attaque, en défense ..... mais comme au Munster un pied carré ! Penny is "pennie", Mourad devrait le savoir, 2 matchs perdus faute de buteur, à mon sens pas de finale de top 14 en vue .... qu'on mette Belleau, dans les mains de Wilkinson et vite pour 3 semaines de stage intensif et avec sa sobriété il fera la différence plus que TD, même si ce dernier reste un excellent joueur

    RépondreSupprimer
  73. Peter SAGAN roi de Roubaix ! "le pavé" qui manquait à son palmarès ... malheureusement Goolaerts, 23 ans, risque de quitter la légende .... pas un français dans les 20 premiers ..... et Vettel encore vainqueur, Michael doit sourire ... Ferrari met un rouge à Mercedes qui fait grise mine .... Pouille qualifie la France pour les 1/2 de la coupe Davis, beau we varié malgré la flotte

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je te lis, Tautor, et pas besoin d'acheter le journal demain... Tu as manqué ta vocation.

      Supprimer