mardi 17 décembre 2019

L'autre challenge

Cette semaine, dans le sillage de L'Etape du Tour (24 et 25 juillet 2019), chroniques rédigées par Christophe Shaeffer qui faisaient suite à celles de Sylvie "the first one" Colliat (9 aout 2017), Benoit Jeantet (8 octobre 2018) et Laurent Bonnet (17 novembre et 9 décembre 2018), carte blanche est donnée à notre bloggeur et Quinconces Philippe Glatigny, ancien trois-quarts centre de Rouen et de Mutzig devenu éducateur à Metz puis à Tyrosse, pour nous parler du rugby des écoles, de la formation et du ruissellement des pratiques du Top 14 sur les jeunes pousses.
"Durant ma modeste carrière de joueur en Fédérale, j’avais été impressionné par l’intelligence de certains de mes coéquipiers qui manœuvraient d’une telle manière à ce que le ballon qu’il m’offrait était accompagné d’un boulevard.  Devenu papa, condition ni nécessaire ni suffisante pour frapper à la porte d’une école de rugby, j’ai proposé mes services à Tyrosse. Le premier rassemblement d’avant-saison fut marqué par l’envoi d’un document sur la pédagogie du rugby destinée aux jeunes écrit par René Deleplace. J’ai découvert comment ce mathématicien passionné de musique et pédagogue hors pair, a théorisé et modélisé la pratique d’un jeu de mouvement où le joueur sans ballon est plus important que le porteur, imprimant aussi un mouvement perpétuel au jeu de rugby.
Pour l’apprenti éducateur que j’étais chez les moins de 7 ans, l’influence du Top 14 était très faible. Par contre, les petits arrivaient en armure : casque, protège-dents, épaulières, short renforcé. Pour autant, la règle d’or de l’école de rugby, c’est de jouer sans se faire mal et sans faire mal. Chaque catégorie est dotée de règles spécifiques privilégiant la circulation du ballon, le jeu dans les espaces, le plaquage progressif et raisonné, l’interdiction pour l’attaquant de rentrer bille en tête dans le défenseur arrêté. Il favorise les idées de Deleplace et permet aux enfants de se positionner en véritables joueurs d’échecs sur les portes à prendre en attaque et le quadrillage du terrain en défense.
Penser que le « gros » puisse être défavorisé dans ce type de jeu est totalement infondé parce qu’il va devoir se concentrer sur d’autres solutions que de péter bêtement dans le buffet du « petit ». Le règlement a d’ailleurs interdit ces raids solitaires truffés de poussées, de raffuts et d’écrasements. Puis arrive le temps des tournois et la pression du résultat. A Tyrosse, bien figurer, c’est reproduire ce mouvement total basé sur la vitesse de circulation du ballon et mettre en avant la qualité des soutiens. On gagne, on est heureux, on revient avec le bouclier ; on perd, on pleure trois minutes et on se reprend vite parce que l’important, c’est de jouer avec les copains.
Mais la pression du résultat est d’autant plus forte qu’un enjeu vient se greffer dans le déroulement de la saison en moins de 14 ans avec le Challenge fédéral, qui regroupe les 30 clubs pro plus 11 clubs amateurs invités, et le Super Challenge de France. Ces challenges se préparent avec des enfants qui ont entre 10 et 11 ans. A cet âge, les différences de morphologie sont très marquées. Et les premiers tournois triangulaires le théâtre des premières stratégies basées sur la puissance des plus costauds que l’on place derrière la mêlée en attaque et en défense.
Et là, nous arrivons dans la banalisation du rugby pro. La mêlée chez les jeunes a été étudiée, travaillée, organisée pour qu’elle soit sécurisée. Les commandements sont respectés, la poussée s’arrête dès que le ballon est talonné. Le demi de mêlée défenseur ne suit pas la progression du ballon, il peut se placer derrière sa mêlée. Comme on a vu à la télé que les demis de mêlée ont tendance à introduire dans les pieds des deuxième-lignes, notre jeune relayeur va imiter son aîné avec l’assentiment du directeur de jeu, rendant systématiquement le ballon à celui qui introduit.
Inutile donc de mettre dans la mêlée des costauds : nous avons donc en premier centre le plus fort de l’équipe dont l’objectif est de chercher le point faible de la ligne adverse. L’attaquant crée un second temps de jeu et nous arrivons dans la reproduction du top14 sur des organisations où l’on crée des points de fixation pour mettre l’arme fatale sur orbite.
En moins de 14 ans, s’annonce la première configuration du « vrai » rugby, à 15, sur grand terrain et sans aide au sauteur en touche. C’est aussi l’âge des premières « générales » ! Les gamins déclarés « avants » passent un passeport, atout de sécurité. Mais certains éducateurs intensifient la préparation par de la musculation qui, de facultative passe à incitative. Les clubs se dotent de salle de musculation et les gamins, sous la surveillance d’un préparateur physique, « travaillent ».
Certains clubs arrivent avec des joueurs de taille impressionnante, à la musculature déjà formée. Qu’un éducateur ait une génération sans gabarit et il vous dira qu’il n’a pas de « matériel ». Voilà une belle définition d’une équipe d’enfants. Les éducateurs veulent des titres et se constituer un CV. Mais c’est au détriment de la santé des gamins : certains se font opérer des croisés ou de l’épaule dès l’âge de 15 ans, d’autres ont déjà six mois d’arrêt pour commotion répétée au même âge. Il y a sans aucun doute une réflexion à mener sur le comportement des éducateurs.
La règle chez les jeunes est de plaquer de la taille aux pieds sans plonger dans les pieds. Hors, que voit-on ?  Des plaquages à la poitrine, des plaquages offensifs pour faire mal, des plaquages à deux, des têtes mal placées, des plaquages anticipés… Dans les écoles de rugby, les mêlées sont des lancements de jeu, les rucks, des accidents de jeu. Mais il n’est pas rare de voir des Bakkies Botha en herbe déblayer sur le côté, des joueurs arriver l’épaule ou la tête en avant pour le gain du ballon, interdit. Des lourds mais lents qui la jouent à la minute irlandaise, on s’ennuie ferme sur la touche.  
Les raisons d’espérer ne viennent pas des parents ni des éducateurs mais de ce qu’ils voient à la télé. Nos gamins ont besoin de héros pour s’identifier, celui qui tient la palme actuellement, c’est le meilleur, Cheslin Kolbe. Il faudrait juste que le maillot soit celui d’un joueur français, et les licences repartiraient à la hausse. D’où l’importance d’une équipe de France forte avec un comportement exemplaire, sur et hors du terrain."

152 commentaires:

  1. "Les raisons d’espérer ne viennent pas des parents ni des éducateurs (...)"

    Quand le 1er et 2nd éducateur de l'enfant ne sont pas les modèles à suivre, il y effectivement du souci à se faire. Hâte de voir comment nos "copains" néo-zélandais, qui font également face au problème de la désertion des jeunes, vont trouver un remède (s'ils le trouvent). Ils sont pourtant plus avancés que nous en la matière il me semble.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ils ne trouveront pas le remède miracle sous l'arc en ciel du mont Taranaki, Diogène.
      Eux aussi prennent de plein fouet la génération 2.0,l'individualisme triomphant et la ringardisation des notions d'altruisme,d'esprit d'équipe. ....
      Même leurs facultés des plus prestigieuses s' enlisent dans des guerres de recrutement dignes de Jacky et Mohad.
      Pour autant la cohésion de leur société, la qualité de l'enseignement , l'organisation de leurs compétitions domestiques, pas que, laisse de la marge.
      Allez,quant ils seront maigres, nous serons morts !

      Supprimer
    2. Jan Lou je m'éloigne un peu du sujet initial, mais pour rebondir sur la notion "d'esprit d'équipe", as-tu remarqué comme elle a été galvaudée depuis quelques décennies, notamment au travail ? Pas une entreprise ou presque qui ne s'en réclame. On travaille effectivement souvent en équipe en entreprise ou ailleurs, mais on est loin de la notion d'équipe (je mets mon corps pour protéger mon équipier)qu'on trouve dans le sport. Le fameux "team building" est souvent une parodie voire une blague. L'entreprise a fait beaucoup de mal à la politique, mais aussi au sport.

      Supprimer
    3. Ah, tu prêches un converti !
      Mais quel gâchis de ne pas enseigner les sports d'équipe comme une matière principale.
      L'entreprise, la société aussi auraient beaucoup à y gagner.
      Allez Chevreuse

      Supprimer
    4. quand le gamin montre des aptitudes, les parents deviennent intenables et vivent le succès par procuration, et ce, quel que soit le sport.
      un bon éducateur, c'est celui qui gagne le samedi en tournoi, quels que soient les moyens. on en voit même avec l'ordi portable sur le bord de touche avec le logiciel tech XV, qu'il a payé une blinde. Bientôt le GPS

      Supprimer
    5. Nous avons les enfants que nous méritons, disait le penseur. Alain, je crois. Je n'en suis pas certain. Mais cet axiome est tellement vrai.

      Supprimer
    6. Diogène, je te rejoins sur ce que tu dis. Le team building est une catharsis collective parfois subventionnée qui sert à faire naître un soit disant esprit d epique par le biais d une purge alcoolisée à base de mauvais mousseux. L intérêt étant les ragots du lendemain et principalement qui a hedonisé physiquement avec qui et aussi de pouvoir exiger plus de rendement sous peine d etre tricardisé...

      Supprimer
  2. merci Philippe pour ton intervention très motivée à l'instar des exemples donnés et qui nous montre l'esprit général de notre temps. Je rappelle cependant qu'actuellement le XV ce n'est pas que des joueurs de l'arrière, ou alors le 7 va prendre de plus en plus de place, est ce l'avenir? mais ce n'est plus du XV

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Nous cherchons à rendre les avants de plus en plus mobiles pour pouvoir être au soutien. Mais, il faut relativiser. Mon premier objectif est de faire en sorte que les petits reviennent avec plaisir le samedi suivant.
      Ensuite, sur les tournois le samedi, dans les Landes, il y a sur les grands tournois qui couvrent 3 catégories, entre 700 et 1000 gamins, pareil dans le Pays Basque.
      Plus de la moitié est encore présente en moins de 14 ans. Comment peut-on considérer que 4 ans plus tard, on soit dans un manque d'effectif.
      il y a l'impatience des éducateurs qui veulent gagner pour briller dans le quartier. Alors, on ressert les effectifs, on écrème et les laissez pour compte sont envoyés dans les petits clubs pour constituer des équipes afin de permettre à l'équipe senior de figurer dans le championnat.
      en ce qui concerne l'avenir, il va y avoir en effet des rugbys : le XV, le 7, le touch, le rugby à 5, le beach, tout simplement parce que le XV n'est plus attractif et les chercheurs de grands espaces vont se replier sur d'autres jeux.
      demande à un entraineur s'il a envie d'avoir des gamins prêts pour le rugby loisir ?
      en poussins, j'avais décidé que notre but était de marquer des essais, quelle que soit la défense, parce que j'avais des petits gabarits et des rapides.
      j'ai pris les parents sur la tronche parce que nos joueurs avaient une défense de porte de saloon mais les gamins jouaient sans pression alors ils s'amusaient. y a même un papa qui m'a menacé de mettre une cartouche pour m'apprendre le placage...j'attends encore.
      sauf que cette génération de poussins est devenue bien des années plus tard, championne de France Teulières A en cadet. Et ces petits cons sont venus chez moi pour me présenter le bouclier...

      Supprimer
    2. En confidence , ce sont les parents qui m'ont fait bassement intriguer pour fuir l'EDF et passer s' occuper de la réserve, insupportables!
      Je peux affirmer sans crainte que du côté de Durban ou sous le long nuage, les géniteurs et trices ils sont aux grillades ou à la découpe des gâteaux,selon la météo, pas sur la touche!
      La refonte totale du Rugby des jeunes est indispensable, et c'est d'abord d'une stratégie de recrutement dont nous avons besoin, puis d'un état d'esprit, d'une vision claire de ce qu'on souhaite pour ces marmailles .
      Après les méthodes , les outils ,c'est pas compliqué.
      Le comité IDF propose une innovation à ce sujet,fô que je retrouve l'article pour pas écrire des connerie,ça changera un peu 😆😆
      Allez Chevreuse




      Supprimer
    3. Encore un lot de parents frustrés qui projettent ses desiderata sur les épaules de pauvres gamins qui pensent justement à s amuser.
      J aime bien l idee que le rôle des parents c est sur le parking avec le barbecue. Sans la bière parce qu avec un peu d alcool on ne sait plus se tenir dans ce pays.

      Supprimer
    4. Te connaissant un peu, tu as dû être sacrément ému, Philippe, quand ces gamins sont venus te voir avec le bouclar, non ?

      Supprimer
    5. euh comment dire ? pas de mot ! une bière, juste une, et ils m'ont raconté avec leurs mots à eux tout le déroulement de la journée de la finale.
      j'étais très heureux pour eux parce que, durant toute l'école de rugby, ils sont passés pour des losers parce qu'ils ne gagnaient pas de tournois. ils nous ont toujours fait confiance, d'autres entraineurs ont pris le relais et les ont fait progresser pour arriver au top. Alors, tu comprends, le bouclar en main, putain...

      Supprimer
    6. Ah bon, tu me rassures.

      (Quand tu as parlé des "petits cons", j'ai cru qu'ils étaient venus te réveiller à 4H du mat' après la fiesta pour te montrer le bouclier ...)

      Supprimer
    7. Ha ha ha. Ca aurait été rigolo. ;-). Mais trop jeune encore...

      Supprimer
    8. je les ai croisés aux fêtes de Soustons, ils étaient toujours en train de fêter le bouclier...

      Supprimer
  3. Ce commentaire a été supprimé par son auteur.

    RépondreSupprimer
  4. Uzerches fin d’après midi, séance de dédicaces :
    Un petit garçon un peu enrobé s’approche avec son ballon de Joël Judge : Et toi, à quel poste joues tu ? -Ben moi je joue pilier ou talonneur ou ... centre. A ce dernier mot, l’arbitre marque un trait d’étonnement puis souris et lui dit : c’est bien ça de pouvoir d’être polyvalent sur un terrain...
    A la réflexion on peut tout de même se demander pourquoi les éducateurs du jeune garçon lui ont choisi ces 3 postes d’apprentissage . Peut être ont ils anticipé sa courbe de croissance, le formant pour le port d’un numéro qui lui conviendra mieux dans 2 ou 3 ans ; à moins que ce ne soit pour une toute autre raison.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Effectivement, mais je ne me souviens pas précisément de ce qu'à dit Joel Jutge. Ah, Uzerche... Dans quatre mois. Ca va aller vite.

      Supprimer
    2. Baille ze ouais, Ritchie, sais-tu s'il peut venir cette année ?

      (il me semble que l'an dernier, il avait dit que ce serait volontiers et qu'il reviendrait avec des tas de vidéos à nous montrer sur les règles, notamment celles que font les entraîneurs pour demander leur modification)

      Supprimer
  5. J'aime beaucoup cette contribution Philippe ! Tres humain, touchant parfois et éclairant, d'une lumière tiède, parfois chaleureuse, parfois froide de réalisme!
    On en apprends des choses avec ce blog! 😁

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Steph, j'ai passé quelques mois dans un lycée anglais (Mill Hill School, banlieue nord ouest de Londres) et je pense qu'ils sont plus patients avec les enfants sur l'apprentissage de la technique individuelle et collective quitte à prendre des branlées. Mais, quand toutes les techniques sont acquises, ils sont très efficaces chez les jeunes.

      Supprimer
    2. Pour les Anglo-saxons, le rugby est une discipline d'éducation, voire éducative. Ou l'inverse. Ce qui fait une énorme différence. Il suffit de voir les comportements au plus haut niveau.

      Supprimer
    3. Tout a fait d'accord avec vous! L'anglo-saxonne a cette notion de fail fast. Tu te casses la gueule, remonte sur tes pieds et repart.
      Il y a quand même eu une notion élitiste du rugby ... un sport ou les biens nantis et bien sous tout rapport pouvait se donner un de petits moments de castagne sous l'autel du sport ...
      Ce n'est que relativement récemment que le rugby s'est popularisé...

      Les entraîneurs de club de premiership n'hésitent pas à faire quelques séances d'entraînement pour les jeune U12 etc.
      C'est bien dans la mentalité de partage anglo-saxonne en droite ligne avec leur "charity" ... qui parfois ne manque pas d'hypocrisie car l'angleterre a une différence de classe très marquée...
      Mais c'est l'angleterre, plein de contradictions qui cohabitent sur une même île. On aime souvent on s'agace parfois ...

      Supprimer
  6. Cher Philippe
    Tu dois bien enseigner car tu explique bien ...j'ai tout dit ...
    En revanche , moi je peux t'enseigner l'art de la sieste ....
    amitié de Bastia
    Marc

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. je confirme Marco très bon maître en sieste, jamais aussi bien dormi qu'à Bastia 😂😂

      Supprimer
    2. Marc, je suis certain que tu m'en apprendras sur bien des spécialités corses. l'art de la sieste, la bonne préparation des figatelli, la dégustation du brocciu. j'ai passé un mois de vacances à Macinaggio, puis eu l'occasion de faire le tour de Corse en bateau.
      j'ai aimé ce mélange de fierté, d'hospitalité, de caractère et d'abandon

      Supprimer
    3. Je ne te savais pas si lyrique, Philippe... ;-)

      Supprimer
    4. une fulgurance, Ritchie, rien de plus ;-)

      Supprimer
    5. Certes, mais tu as les "cannes" intellectuelles pour traverser le terrain sur une percée lyrique au cas où l'attaque serait déclenchée depuis l'en-but et l'intervalle ouvert dans tes propres vingt-deux mètres...

      Supprimer
  7. Petite parenthèse, mais vidéo adorable sur Rugbyrama ce matin de Jean Mi Gonzalez.
    Allez l'écouter

    RépondreSupprimer
  8. D ailleurs dans la presse, on a un très bel exemple d éducation
    http://sport24.lefigaro.fr/rugby/coupes-d-europe2/actualites/l-entraineur-anglais-de-sale-qualifie-des-arbitres-francais-de-salauds-la-ffr-monte-au-creneau-985472

    Le manager de salle se laisse un peu aller
    Et notre VP de la FFR qui... regrette de n etre plus sur un terrain pour rappeler les valeurs du rugby...
    Donc en plus du formatage lobotomique on a aussi que l education commence par l exemple (voir l aspect neurocognitif des neurones miroirs) et la encore...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu as raison, Olivier. L'exemple vient d'en haut. La réponse de Serge Simon : tu vas voir ta gueule à la récré... Edifiant...

      Supprimer
  9. Tres beau post Philippe, un brin désespérant mais éclairant

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. merci Oliv, mais je ne voulais pas être désespérant. j'ai beaucoup échangé avec Titou Lamaison lors d'un tournoi en Espagne et nous devons réapprendre aux enfants à chercher des solutions par eux mêmes et par les copains.
      le rugby de collision a eu lieu même chez les petits parce que des éducateurs avaient trouvé cette martingale pour gagner. ça commence à s'estomper et la solution passe aussi par le fait de surclasser les gros gabarits sans oublier leur age. Le syndrome du gaillard avec son doudou existe aussi.

      Supprimer
    2. Pas désespérant : lucide. Le désespoir, c'est quand il n'y a plus de solution. Et là, au contraire, nous en avons plein.

      Supprimer
  10. Je ne suis peut être pas tout à fait dans le sujet mais en te lisant Philippe j'ai immédiatement pensé à Pascal, j'ai simplifié un peu mon propos trop long dans la 1ère version, j'espère que celle ci sera plus agréable à lire ...
    Mon père était un grand lecteur de Deleplace, pas étonnant il avait l'esprit de géométrie dont parle Pascal, ce même esprit qui réussit si bien chez les maîtres tacticiens peu importe le jeu, que ce soit du rugby ou du Scrabble ou encore le bridge . Savoir se positionner ou positionner ses lettres sur un tableau c'est un peu pareil, il faut savoir anticiper le jeu de l'adversaire ou des adversaires ."Les géomètres ont l'esprit droit, mais pourvu qu'on leur explique bien toutes choses par définitions et principes" c'est le langage de la raison, c' est la faculté de l'universel et du général.
    Or l'anticipation n'est pas l'apanage je crois, des moins de 7 ans ; à cet âge-là il est clair que péter droit devant est plus naturel et donc plus facile à enseigner d'où ces éducateurs un rien bourrins dont tu parles, qui vont dans le sens de l'enfant au lieu de l'élever vers plus difficile . Car nous sommes bien d'accord n'est-ce pas ? Le rugby est un jeu très difficile à enseigner, tu as cent fois raison de le comparer au jeu d'échecs .
    Dans votre sud ouest le jeu "sauvage" permettait lui, plutôt de développer l'esprit de finesse, autre idée de Pascal ou l'instinct selon maître Tautor, ou la connaissance intuitive "On voit à peine ( ces principes de finesse), on les sent plutôt qu'on ne les voit; on a des peines infinies à les faire sentir à ceux qui ne les sentent pas d'eux-mêmes." C'est le langage du particulier celui du French Flair aussi !

    Le problème c'est que Pascal n'a jamais joué au rugby - terrible erreur !- et que son duo "esprit de géométrie / esprit de finesse" nous embête un peu car le rugbyman - le bon rugbyman s'entend - doit avoir les deux pour jouer "juste" sinon il va juste jouer .
    Et on arrive au 3e esprit souvent oublié mais qui est primordial , l'esprit de justesse, les principes sont simples pour l’esprit de justesse ; bien définis, mais nombreux et peu habituels pour l’esprit de géométrie ; familiers, mais nombreux et subtils pour l’esprit de finesse. Ton travail d'éducateur se fait avec ces 3 profils plutôt que les gros, les véloces etc . Et si les "géomètres" et les "fins" sont légion, les "justes" sont très rares .

    Détecter un Kolbe au plus jeune âge a dû être difficile, il me semble d'ailleurs qu'il n'était pas dans les 1ers choix Sudafs . Ni tacticien, ni seulement intuitif mais un mélange des deux il est celui qui joue juste. Pour lui le rugby est simple, comme inné , il coule de source .
    Tes gamins ne se sont pas trompés, Philippe, et s'ils l'aiment, s'ils le copient c'est qu'ils ont senti le génie de ce joueur et ça ... c'est probablement grâce à toi .

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce commentaire a été supprimé par son auteur.

      Supprimer
    2. Ah ah, Gariguette, je te reconnais bien là. "Je ne suis peut-être pas tout à fait dans le sujet"... Tu parles, tu es en plein dedans. Pascal a joué au rugby, forcément, et c'était même un cinq-huitième chez les jeunes à l'ASM. Ou alors au Stade Clermontois. Je me renseigne. Après, il a signé au PUC, il me semble.

      Supprimer
    3. sur la photo illustrant cette chronique, l'éducateur s'appelle Caco BERNIZAN. Bienvenue à Tyrosse où les gamins peuvent s'ébattre sur les terrains au milieu des pins. ça sent bon la résine et la fougère, emblème du club. Elle n'est pas argentée comme au pays du long nuage blanc mais beaucoup de similitudes avec l'océan à 3 drops de là.
      Caco, c'est l'âme de cette école de rugby et même s'il s'est mis en retrait, le flambeau est transmis et notre combat, c'est de faire perdurer cette tradition du jeu.
      la géométrie du terrain, la rectitude des lignes et les paraboles des courses, la coordination des gestes.
      pour les petits de moins de 6 ans, c'est moi et le ballon. l'objectif, c'est de lui apprendre à déclencher une passe à un copain. moi, le ballon, et les copains.
      après, la vraie récompense d'un éducateur, c'est quand ses gamins commencent à faire des gestes déroutants, la passe intérieure, le coup de pied rasant qui va bien, la libération idéale, là, bah c'est con, mais tu as les poils qui se dressent, les larmes pas loin (pas viril mais terriblement efficace auprès des mamans...)et tu sais pourquoi tu passes ton samedi à faire le malin en survêtement.
      le choix des maillots, je n'y suis pour rien, mais si les gamins se dressent quand ils voient à la télé une accélération du petit Cheslin, ils vont répliquer cela dès que possible. c'est pourquoi le jeu du top14 est extrêmement important.
      Nous, on est juste là pour transmettre les moyens pour idéaliser le jeu.

      Supprimer
    4. eh oui Phiphi ; "JUSTE là" tu l'as dit !
      Sinon on reste dans nos thèmes de prédilection avec cette recherche du héros - à ce sujet sur France Culture ne pas manquer "Joseph Campbell et son monomythe aux origines de la saga Star Wars " - avec cette idée passionnante selon laquelle le rôle du héros ( Cheslin Kolbe) n'est pas de nous apprendre à changer le monde ( le rugby ? ) mais de nous transformer nous mêmes ( devenir de meilleurs joueurs ...)
      J'aime beaucoup le vocabulaire que tu emploies "idéaliser le jeu " par exemple ou l'âme, le flambeau .... Ibanez se met à parler ainsi, à vouloir reconstruire le mythe en EDF . C'est bien tout ça, ça signifie que ça bouillonne dans le chaudron !

      Supprimer
    5. Philippe, tu imagines bien que le choix de la photo n'était pas anodin ;-)

      Supprimer
    6. Merci Gariguette, mais je suis persuadé que les mecs qui acceptent de passer leur samedi avec les gamins sont pour la plupart dans la même configuration que nous. Et les plans d'entrainement pour que les gamins soient heureux sur le pré sont très travaillés dans tous les clubs.
      ceux qui m'inquiètent, ce sont les pseudo pros qui se font les dents sur les gamins pour devenir entraineurs professionnels. il leur faut des résultats et la fin justifie les moyens. Mais la grande majorité des éducateurs sont très investis dans leur mission.
      Et puis, les hommes de la fédé sont des types très bien formés et certains ont fait du boulot considérable dans des régions pas trop rugby.

      Supprimer
    7. Ritchie, je te demande l'autorisation d'imprimer la photo pour la montrer à Caco quand je le verrai

      Supprimer
    8. En tous cas, il a une dégaine d'enfer avec les chaussettes rayées, la parka et le chapeau...

      Je te rejoins sur le travail de l'ombre de ces éducateurs; ce sont les copains de mon équipe, et ils sont à cent lieues de penser haut-niveau (et Tech XV !!): ils pensent d'abord jeu, apprentissage, rugby, ce qui n'empêche pas d'avoir des exigences et de faire les choses avec sérieux. Et leurs gamins sont contents de venir à l'entraînement avec eux. Parce que pour la rigolade, là pour le coup ce sont des pros !!
      L'essentiel n'est-il pas là ?

      Supprimer
  11. Une association d idee suite aux 2 dernières chroniques m a conduit à une recherche internet et m a fait tomber sur l article suivant qui résume bien la grandeur et la décadence du rugby de France et d ailleurs

    Allongé sur son lit à l'hôpital parisien de la Pitié-Salpêtrière, torse nu, Thomas Castaignède sourit à sa femme, Céline, qui semble plus marquée que lui par l'insigne malchance qui a frappé son mari samedi sur la pelouse du Stade de France à l'échauffement du match contre les Australiens. Opéré lundi par le professeur Gérard Saillant d'une rupture au tendon d'Achille du pied gauche, l'arrière des Saracens de Londres et de l'équipe de France doit maintenant prendre son mal en patience. « Dans l'ordre, la bonne nouvelle : opération parfaitement réussie. Et, maintenant, la moins bonne : j'en ai pour six mois à neuf mois », lâche Castaignède. Ce qui l'amènera au mois d'avril et, dans le cas le plus extrême, en juillet. Ce qui signifie qu'il lui faut faire une croix sur le prochain Tournoi des Six Nations (4 février au 7 avril), mais qu'il conserve une chance de participer à la tournée dans l'hémisphère Sud de juin 2001 (16 et 23 juin contre l'Afrique du Sud et le 30 contre la Nouvelle-Zélande). Mais, aujourd'hui, Castaignède veut surtout remettre certaines choses en place.

    « Mon accident est simplement la faute à pas de chance ! »

    « Je tiens à préciser après le fatras de choses erronées qui ont été dites sur mon compte que je me sentais parfaitement en état de livrer le match contre les Australiens. Comme l'IRM que j'avais passée m'encourageait à le faire. Nous étions bien d'accord avec Thierry Hermerel, le toubib de l'équipe de France, pour que je joue. Il faut que les choses soient claires : personne ne m'a forcé la main pour que je tienne ma place. On a respecté ma santé et mon accident est simplement la faute à pas de chance ! » Avec la sérénité d'un fataliste franchement optimiste, Thomas relit « le Rouge et le Noir » de Stendhal et attend la visite d'André Boniface, son grand frère de Mont-de-Marsan qui va lui apporter « le Temps des Boni », le livre de Denis Lalanne dans lequel il a hâte de se plonger...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Thomas Castaignède le Montois. Elevé à la mamelle des Boni et de Darrouy via son papa, qui était parfois leur ouvreur...
      Grand fan aussi du rugby gallois des années 70.
      Quand il évoluait aux Saracens - il a fait trop de musculation, là-bas -, nous avions visité la Tate Gallery, et principalement l'aile Turner. Joli souvenir. Qu'il avait ressorti à Guillaume Durand, devant un Pires médusé.

      Supprimer
    2. C est pour le point que tu soulèves sur la muscu et qui rejoint cette chronique que j ai collé cet article. Thomas Castaignede c est l exemple des errements du rugby. 70kg a peu ou prou tout mouillé quand il a commencé a jouer en pro.

      Une fois ceci dit, j apprecie de découvrir ces autres facettes des joyaux du rugby de France. Ca aère le "jeu".

      Supprimer
  12. Dans ce bel et simple article -simple au sens noble du terme- quelques beaux noms également:
    - Tyrosse et mes souvenirs de cette formidable école de rugby -qui a donc l'air de continuer- et ses joueurs vus,... J.P.Lux, J. Rupert et bien d'autres que vous connaissez tous...
    - René Deleplace, connu pour ma part au P.U.C...Là aussi, grande référence.
    - Pédagogie, dans la foulée et dont l'importance est capitale. Il suffit de relire l"A.B.C. du Rugby", dont je parlais dernièrement, pour en être convaincu. D'ailleurs beaucoup d'autres notions, comme celle de vitesse, essentielle à Saxton, ressortent dans le corps de ton texte.
    Et puis, l'éducateur. Celui de la photo, nommé; Coco Bernizan, donc. Il me rappelle mes premiers pas sur un terrain à 10 ans et Monsieur Gonon. Comme quoi, les bonnes choses peuvent perdurer!
    Malheureusement une partie de la suite est un peu moins drôle avec cette "pression du résultat", par exemple. Mais, dans les clubs d'aujourd'hui, il doit bien encore exister, en dehors de "la première" et de quelques autres équipes préparées à la haute compétition, toutes une flopée d'équipes dont le but n'est pas "que" de gagner.
    - Identification. Aux grands joueurs, bien sûr, vus à la télé ou sur le terrain. Normal, me semble-t-il. Pour ma part je balançais entre Michel Crauste et les Boniface et pas mal d'autres aussi...
    En découle cette conclusion que je trouve parfaite, celle d'une "Équipe de France forte et au comportement exemplaire, sur et hors du terrain". Mais avec le doute et la question que tu te posais dans la chronique précédente sur la "finalité de notre sport et sur la formation des jeunes" qui en découle.
    As-tu une réponse là-dessus?

    RépondreSupprimer
  13. le rugby, traditionnellement, est un sport de brutes joué par des gentlemen. il fait partie de l'éducation, comme le mentionne Ritchie, dans les pays anglo saxons. Quand on voit les noms qui ont décoré les bancs d'Oxford ou de Cambridge et qui les décorent encore, on peut faire les deux. Sauf en France.
    Jean Marcellin BUTTIN, à Clermont, a essayé de concilier le monde pro et les études. un enfer ! Pourquoi ? parce que les clubs demandent l'exclusivité à leurs joueurs. Et je ne parle pas de la catégorie Espoirs où les gamins des centres de formation sont livrés à eux-mêmes et sortis des cours pour aller s'entraîner. ils sont dans la totale incertitude de leur avenir, que ce soit en rugby ou dans leurs études et on fait tout pour qu'ils n'y arrivent pas.
    ce sont les entraineurs qui doivent se plier aux exigences de cet age et non l'inverse.
    ou alors les présidents de club pro, dans leur omnipotence, peuvent créer de vraies filières de formation professionnelles ou organiser des conditions idéales pour former les joueurs

    RépondreSupprimer
  14. A regarder la photo, et lire la suite, chapeau bas Caco, Philippe et les autres tee rosse ou d'ailleurs. Le challenge c'est effectivement bien comme tu le dis d'assurer la transmission des moyens pour idéaliser le jeu. Et tu démontres qu'il y a (peut y avoir) encore quelques arbres à cames qui culbutent bien pour façonner les bonnes cannes.
    Où l'on voit que ça n'est pas toujours du gâteau d'éviter les canes laid(e)s, le pastis(che) landais, fouace de basco-landais pour faire prendre la bonne croustade.
    Et le Caco, me fait penser à un Bachehung sur gazon, aussi à l'aise que sur scène pour apporter la bonne parole sur la bonne musique. Un vrai apiculteur donnant les moyens à ses petites guêpes pour produire le bon miel toutes fleurs. Faites que ses apiculteurs là ne se meurent pas. Happy apiculteurs...

    RépondreSupprimer
  15. Bien sur de la géométrie, la vision périphérique, les angles de course,ce n'est rien d'autre.
    Et ça se travaille,même et surtout chez les petits, avec des gros bouts de ludique dedans.
    Pour peu qu'on cherche a y rajouter des bases de cohésion, d'entraide, on pourrait p'têt appeler ça du jeu, c'est joli ça, jeu, non ?
    Des coups a passer une belle jeunesse , juste jouer quoi,c'est déjà bien!
    Et si par malheur vous dégotez le futur Kolbé, le prochain bankable,il faudra s' en débarrasser au plus vite, l'envoyer sans délais vers un monde à sa taille, car il se fera yech et fera yech tout le monde.
    Allez Chevreuse ( m'ont gardé, j'était pas yanch )

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est bien de commencer par les petits effectivement, je vous avais montré la video des Brits lorsqu'ils avaient présenté l'équipe pour la CDM et tout le film reposait sur les photos des joueurs lorsqu'ils étaient jeunes dans leur club d'origine lequel était mis à l'honneur .... Les Brits continuent d'exploiter cette veine, et c'est plutôt pas mal fait .
      Voici un premier document avec les photos des joueurs du XV quand ils étaient jeunes - sous entendu toi aussi tu peux devenir comme eux ...https://www.ruck.co.uk/throwback-photos-england-players-kids/
      et un deuxième très malin destiné à convaincre les parents des bienfaits du rugby https://www.ruck.co.uk/reasons-why-children-should-play-rugby-union/ ( intéressant : le rugby ça apprend à ... perdre ! )

      Supprimer
    2. Leurs vendre un avenir radieux s' apparente à une escroquerie pour au moins 95% d'entre eux,c'est pas la star ac non plus !
      Convaincre les parents qu'on en fera juste des bons gamins bien dans leur tête et leur carcasse,c'est plus honnête.
      Allez Chevreuse

      Supprimer
    3. Avenir plus radieux, tel ne sera pas celui d'Ibrahim Diarra..
      AVC : très généreux dans son investissement sur me terrain, trop ?pas de cad déb chez lui, plutôt un carreau sur place,chocs ou commotions en causes ?

      Supprimer
    4. Triste nouvelle en effet. Corrélation avec le rugby ? peut-être pas. mais il était un bon exemple de joueur bosseur et de joie de vivre.
      en ce qui concerne les gamins, c'est aussi le bon moyen pour leur faire passer une adolescence agréable alors que c'est une période de la vie plutôt difficile. Mais les gamins sont entre eux, s'acceptent comme ils sont et vivent les mêmes tourments. c'est vrai dans tous les sports mais le rugby ajoute sans doute une abnégation collective et apprendre à savoir perdre ensemble les aidera énormément dans leur vie future.

      Supprimer
  16. Je profiterai de ce post pour faire part d'une autre expérience d'éducateur (en plusieurs parties faute de place).
    J'ai joué de 6 à 11 ans mais ai toujours gardé un œil sur le rugby, mes filles ne jouent pas mais viennent au stade ou regardent les matchs à la TV.
    Il y a 7 ans, j'ai été sollicité par un copain de boulot pour lancer une section rugby dans une asso multi sport.
    2 ans après, et après avoir fait sécession (la vie associative étant ce qu'elle est....), nous avons monté une EDR autonome.
    Notre contexte est particulier : nous somme implanté dans un arrondissement lyonnais de 40.000 habitants, plutôt CSP+ tendance "bobo". les infrastructures dédiées au rugby sont inexistantes, les seuls terrains de rugby à l'époque étaient ceux du LOU (et je vous parle d'avant Gerland....), ceux du campus universitaire et celui d'un collège, tous aux 4 coins de la ville.
    On a donc débuté avec 12 gamins en U9 et U7 (pour 7 éducateurs ...) sur un city stade de foot qui ne fait même pas la taille réglementaire d'un terrain U10, avec une demie journée par semaine le samedi matin. On a maintenant des créneaux mercredi,vendredi soir et samedi, sur 3 stades dont un grand (6 ans de lobbying à la mairie pour avoir 2h sur un 1/2 terrain de foot...).
    Notre public est composé de gamins hyper urbains multi actifs, qui ne sont dispo pour le rugby que le samedi matin parce que le mercredi c'est piano, échec, judo, piscine, basket, etc... et qui ne connait le rugby qu'à la TV, souvent grâce à un parent ancien joueur ou "simple" amateur.
    Nous n'avons donc aucune histoire à transmettre, aucun centre de formation, équipe de jeunes ou équipe première à alimenter, on est une bête école de rugby avec zéro pression de résultat.
    5 ans après on avait 200 licenciés, de U6 à U14 et une quinzaine d'éducateurs, tous bénévoles (si les stats du comité sont justes, on avait l'an dernier le 2° effectif de gamins sur le territoire après le LOU).
    La base de notre club, c'est le plaisir de jouer. le résultat, OSEF.
    on n'a pas d'objectif sportifs comptables, seulement du contenu. Notre mission est de faire en sorte que le gamin aime ce sport et s'il veut continuer à jouer après 14 ans, on lui ai inculqué les bonnes bases (techniques et mentales) qui lui permettront de continuer à s'amuser et de s'intégrer aisément dans un autre collectif.
    C'est l'avantage et l'intérêt de la feuille blanche : on a créé l'identité qu'on voulait, on ne s'est pas coulé dans un moule avec les compromis que cela implique et on n'a aucun poids de l'histoire (le derby perdu en 67 contre les connards d'à coté ....). Chez nous, tu veux jouer et y'a de la place sur le terrain ? tu joues. notre seule limite de recrutement, c'est l'espace disponible et le taux d'encadrement.
    Comme dit plus haut, nos gamins n'ont pour la plupart aucune culture rugby autre que celle de la TV et des tribunes de Gerland, les fils ou filles de joueurs sont largement minoritaires et la plupart sont là parce que les parents trouve qu'au rugby "y'a un esprit sympa".

    RépondreSupprimer
  17. Toute médaille ayant son revers, on est souvent perçu comme une garderie ou un club de loisir "comme les autres", on est une variable d’ajustement dans les emplois du temps entre plusieurs activités "plus importantes" (scoutisme, échecs, théâtre, autre sport, etc...) et c'est compliqué d’insuffler aux enfants l'esprit d'équipe. Pas par individualisme mais parce que le rugby n'est qu'une activité parmi tant d'autres et qu'ils ne voient pas pourquoi (et ont-ils forcément tort ?) ils devraient faire équipe au rugby plus qu'aux scouts ou au judo ? A la différence des environs de l'agglomération où pour diverses raison les activités proposées aux enfants ne sont pas pléthoriques, les nôtres sont confronté à des "problèmes de riches" avec un choix infini.
    L'autre revers (oui, on a des médailles spéciales ici) tient à la sociologie de notre environnement. les gamins sont couvés (parfois trop), ont (presque) tout sur un plateau, nourris aux graines bio et au tofu (je caricature à peine) et je dois vous dire que la confrontation sportive et culturelle avec les clubs extérieurs est .... piquante. On n'a clairement pas des guerriers, l'agressivité est un gros mot et en 7 ans on a eu 2 joueurs qu'on pourrait qualifier de "physique dominant".

    RépondreSupprimer
  18. Le décor posé, j'en viens à l'évolution récente du rugby de "jeunes" vue de notre abri bus.
    Les 5 premières années ont été compliquées parce que confrontés sur les plateaux à des clubs "historiques", dont les gamins sont les enfants des joueurs qui sont eux même les éducs, etc.. L'écart de culture rugby, et notamment sur la notion de combat (vous n'imaginez pas à quel point nos gamins sont loin de ça .....), a été compliqué à gérer mais il ont appris (un peu). On était connu comme les bisounours du coin, les gringalets à qui ont allait passer des branlées à pas cher (la palme du bon goût étant la "coupe du fair-play" qui nous été spécialement été réservée sur un tournoi invitation....).
    Depuis 2/3 ans, sous couvert de sécurité, les règles et le jeu chez les enfants ont été profondément remaniés : abaissement drastique de la limite de plaquage, jeu à toucher généralisé, jeu avec 1/2 effectif donc énormément d'espace, etc...
    J'ai constaté une montée en gamme très visible sur le plan technique, un volume de jeu bien plus élevé et surtout un jeu plus collectif et qui implique et concerne tout le monde quel que soit son gabarit. En toucher, le gros, il ne fait pas tout le terrain contre les minus, il s'arrête comme tout le monde et passe son ballon au petit d'à coté.
    Ça à l'air de rien mais ça nous décoincé un paquet de gosses qui passait leur temps en orbite autour du jeu et qui se sont rendu compte, bien forcé, qu'ils savaient et pouvaient faire des trucs aussi bien voire mieux que ceux qu'ils badaient.
    Je trouve les confrontations plus équilibrées et surtout, même en fin de saison U10 quand on passe sur du rugby complet , les réflexes collectifs nés du toucher, où la passe obligatoire, sont toujours là et on ne trouve plus que rarement des équipes de 3 gros qui font tout tous seuls.
    Accessoirement, on s'est mis à avoir des résultats sportifs, on n'est plus les petits rigolos-bobos qu'on va écraser (au sens propre).

    Alors certes, il y a toujours des clubs cons, des "éducs" cons, ceux qui bourrinent, qui vont à la guerre (si si même en U10 il y a des "éducateurs" qui remontent les gamins comme des coucous), font l'impasse sur les plateaux de "toucher" parce que c'est pas du vrai rugby, des parents cons (j'ai proposé mon sifflet il y peu et curieusement personne ne s'est dévoué)
    Mais d'année en année ils sont de moins en moins nombreux et surtout ceux qui persistent commencent, pour ce que j'en vois à ma petite échelle, à être marginalisés et ringardisés.

    Je pense que la clé du développement de notre sport passe par cette nouvelle approche du jeu qui lui permettra de renouer avec ce qu'il a été (et Dieu sait que je ne suis pas du tout nostalgique) : un sport qui peut-être pratiqué par tout le monde.
    Le rugby, c'est un sport qui demande de l'intelligence, c'est compliqué.
    Mais tout le monde peut le faire, pour peut qu'on lui donne sa chance et qu'on lui laisse le temps.
    Et je fais une distinction fondamentale entre le rugby des EDR et amateur, et le rugby de performance et professionnel (limite Fed1/2), qui n'est pas le même dans son jeu et dans ses pratiquants (et personnellement ça ne me dérange pas).

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Lulu, c'est un magnifique conte de Noël qui devrait redonner de l'espoir à tous les amoureux de ce sport . J'ai bien ri aussi, notamment avec l'évocation très réussie de tes bisounours-bobos joueurs en herbe ! 🤣🤣 En te lisant je me suis dit que la fédé aurait tout intérêt à muscler sa communication envers les jeunes et très jeunes ...

      Supprimer
    2. génial Lulu, et bravo pour ce parcours de création d'une EDR avec cette philosophie du plaisir avant tout.
      j'ai essayé de développer une approche du jeu par les flags pour développer les courses et les intervalles et cette pratique est très répandue dans l'hémisphère sud, avec championnat scolaire chez les jeunes.
      certains m'ont dit que ce n'était pas du rugby (poids de la tradition), d'autres m'ont interpelé pour dire que leur fils ne faisait pas un sport de tapettes, j'ai même organisé un match de flags à la fête du club pour les parents : 2 côtes cassées !!!??
      Et la solution passe par là, tu as raison, un rugby d'ouverture, le 5 aussi est intéressant.
      Mais on doit continuer en ce sens

      Supprimer
    3. Il y en a des Lyonnais très bien ! 😁
      Si j'étais resté sur lyon je serais venu vous donner un coup de main! Un projet noble! Du super boulot que vous faites 😁
      Entre philou et toi, je suis admiratif de la clairvoyance de vos discours ! Ca fait plaisir et c'est rassurant ! Beaucoup de "common sense" ...

      Supprimer
  19. ..... formidable témoignage Lulu, tout est dit en 20 (euh... 30) lignes, belle histoire, magnifique investissement de passionnés "intelligents" (bon, ça aide) pour ce sport, ... enfin ce jeu (qui en demande de l'intelligence)..., rien à rajouter, dans la continuité du post de Philippe ! Bravo,.... y'a de l'espoir comme dit Gari ! ...ça fait du bien, moi qui suis souvent très (trop) pessimiste pour l'avenir de ce jeu !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Lulu, Philippe et toi aussi Christian, qui a beaucoup donné pour ce jeu en tant qu'éducateur.

      Supprimer
  20. Dans la continuité enseignementale de Philippe, bel article d'Olivier Villepreux sur l'alternative vélo citadin, notamment suite aux placages grévitant au garrot. Un autre beau challenge à relever par tous, compliqué mais parfois l'occasion du larron évite de conduire en rond, dans le genre Alceste à bicyclette. C'est pas André qui me dira le contraire... Je parle bien sur de la vrai pédale, pas celle électrique du récurrent progrès polluant. Ceci dit, c'est juste ce que j'en dis.
    https://www.lemonde.fr/blog/contre-pied/2019/12/19/comment-la-greve-ma-reconcilie-avec-le-velo/#comment-16689

    RépondreSupprimer
  21. "distinction fondamentale entre le rugby des EDR et amateur, et le rugby de performance et professionnel".
    Allez, tout est dit !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et les autres fédérastes qui cherchent le nouveau Chabal.....
      Allez, tout faux !

      Supprimer
  22. Hier soir j'avais l'intention de regarder Grenoble-Oyonnax en ProD2, et j'écoutais les 2 commentateurs de Canal, quand Thomas Lièvremont s'est mis à parler de Rory Grice et en a dit ceci " Rory Grice a eu quelques petits soucis extra sportifs... il a pu rebondir à Oyonnax ...où il s'épanouit " . J'ai bien retenu les termes je crois, il s'est ensuite extasié sur la saison exceptionnelle du joueur .
    Un peu abasourdie je me suis demandée si j'avais raté un épisode de cette lamentable affaire et j'ai donc vérifié sur Internet quels étaient les "petits" soucis ; et j'ai trouvé ceci entre autres http://www.francesoir.fr/societe-faits-divers/viol-en-reunion-par-des-rugbymen-bientot-la-tenue-dun-proces en fait de "petits" soucis il s'agit de renvoi aux Assises .
    Il faudrait peut être informer Thomas Lièvremont ? Il n'est certes, pas responsable de la situation mais au moins s'imposer une certaine réserve serait quand même la moindre des choses . Sur le fond je me demande aussi comment on va faire pour l'exemplarité quand on permet à un Grice de rester dans une équipe française . Loin de moi l'idée de moraliser, mais bon la simple décence ...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. comique mis à part, on repense au sketch des Inconnus "cela ne nooouuus regarde pas !". Mais oui, ça nous regarde parce qu'on finit par tout pardonner au mépris en effet de la décence.
      il y a cette satanée présomption d'innocence et sans doute que le joueur n'a pas le droit de quitter le territoire s'il est renvoyé aux assises.
      Après, il y a le comportement des mecs et...des nanas. On sait que dans certaines 3èmes, l'alcool et la testostérone ne font pas bon ménage, pour peu que les nanas s'y mettent aussi, c'est l'histoire du couple, du gorille et de la migraine.
      Enfin, y a surtout le côté viol en réunion, ça met pas une bonne couleur sur le tableau.
      enfin, il est certain que les soirées rugby des années 80 étaient chaudes, un peu refroidies avec l'apparition du sida, mais j'ai un peu l'impression qu'il y avait un certain respect envers les jeunes femmes qui venaient "s'encanailler avec les rugbymen".

      Supprimer
  23. Ce commentaire a été supprimé par son auteur.

    RépondreSupprimer
  24. C'est qu'en vertu de la loi tant qu'il n'est pas (comme ses deux collègues) définitivement jugé, il est censé être innocent.
    Après, l'idée c'est justement de "moraliser"; par rapport à ce qui a été fait cette nuit-là, sans doute serait-il préférable de faire profil bas. Et là je pense moins aux commentaires pas très fut-fut de Lièvremont qu'au "rebond" de Grice à Oyonnax (je ne sais pas ce que sont devenus les 2 autres joueurs): quelle peut être la crédibilité éventuelle d'un dirigeant d'Oyo à parler "valeurs" (du rugby et du reste) après avoir fait signer Grice ?
    On peut aussi voir les choses sous un autre angle; quand un plombier ou un employé est accusé de la même chose, lui reproche-t-on ensuite, dans l'attente de son procès, de faire son métier de plombier ou d'employé ? C'est pareil pour Grice, qui est joueur professionnel de rugby. La différence, c'est qu'en tant que tel, il est amené à passer à la télé, et que l'on parle donc de lui, alors que le plombier quand il fait sa plomberie, hé bin c'est sans caméras.
    Alors oui, Lièvremont aurait sans doute dû dire "gros soucis judiciaires" plutôt que "petits soucis extra-sportifs". C'est d'un procès en assises dont il est question, et la conséquence pour les mis en examen peut être à la mesure de ce que la jeune femme, alcoolisée ou non, "consentante" ou non (ça sera le point crucial du procès), a subi cette nuit-là.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ses co-accusés ont aussi retrouvé un club : Coulson en Irlande dans un club amateur puis il est revenu en France au Stade Français ( joker médical) quant à Loïck Jeammes il est passé par Agen, puis Brive qu'il va quitter pour Provence Rugby .
      Ca va donc faire un paquet de dirigeants de clubs qui comme ceux d'Oyo vont regarder leurs chaussures au moment du procès ...
      Les joueurs du Racing ont très mal supporté les absences-retards de Nakarawa, je me demande si les équipiers des 3 accusés se sentaient à l'aise avec eux . Et puisque nous sommes à parler de nos très jeunes joueurs d'EDR, on leur dit quoi ?

      Supprimer
    2. Que la banane n'est pas dans le pantalon, bien sur !!!..

      Supprimer
    3. Ah... pas de gra(i)ce à tes yeux...

      Supprimer
  25. Pourquoi c'est toujours les plombiers qui prennent?
    Allez Chevreuse

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. en rugby ? c'est plutôt les peintres et les coiffeurs qui ramassent

      Supprimer
    2. c'est sans doute un rapport avec le concept de tuyau ? les coiffeurs pour dames, ça fait moins...rugby. Après j'ai connu un polytechnicien, intenable dès qu'il avait bu, qui dirige une grande société aujourd'hui et il ne faisait pas que dans la dentelle...

      Supprimer
    3. Pourquoi un plombier ?
      Chais pas, p'têt à cause de: "C'est l'plombier !!", parce que l'expression "saoul comme un polonais" (polonais = plombier, je sais, faut suivre l'association d'idée)
      (aparté historique: c'est marrant, d'ailleurs, chez nous c'est les polonais, au Portugal, ils disent "bebido ingleso", rapport à la bonne descente des soldats anglais venus secourir l'armée portugaise au 18ème contre les Espagnols).

      Sinon pour le côté "intenable quand on a bu", dans toutes les équipes il y a toujours celui qu'a le vin mauvais, se fourre dans toutes les embrouilles et là faut toujours venir au soutien, faire le pompier et assurer le retour au bercail de la bête; des fois, c'est lourd, mais bon, c'est un copain...

      Supprimer
    4. Par ce que j'avais pensé exactement la même chose et bien sur la même corporation, bref tu m'as coupé l'azerty sous le pied .
      Sinon, Barto,je t'explique,c'est juste quilssontcons.
      Allez Chevreuse

      Supprimer
  26. Parfois j'aimerait assister aux réunions de la fédération,et surtout je voudrais qu'ils expliquent certaines de leurs décisions,savoir ce qu'ils ont mangé avant(surtout bu) ; fédérale 2 ;Saint Girons Auch joué le 22 septembre gagné par Saint Gi 25-22 .A' qqs minutes de la fin du match ,l'arbitre assistant fait rerentrer un carton jaune saint gironnais deux minutes trop tôt,l'action se déroule une trentaine de secondes qui aboutit à une pénalité pour Auch.Le carton jaune n'a pas touché le ballon,n'a plaqué personne et l'assistant (fédéral) se rendant compte de son erreur, fait ressortir le carton jaune saint gironnais.Le match sera rejoué dimanche ...Je n'y comprends vraiment pas grand chose,c'est comme çà et pis c'est tout .Seule bénéficiaire la fondation Ferrasse à qui sera reversé la recette ,décision prise par Saint Girons .Sinon tout va bien !!!

    RépondreSupprimer
  27. Un truc me vient ,pour ceux qui on demandé à ce que ce match soit rejoué ,çà aurait été "sympa " de les inviter à venir au match et au moment de leur arrivée dans les tribunes, les annoncer; mesdames messieurs ..La cour.. Ovation,selfies,je suis à peu près sûr qu'ils auraient du succès ,ils se seraient fait des amis ,le couseranais est accueillant..Quelle bande de c...

    RépondreSupprimer
  28. https://actu.fr/occitanie/toulouse_31555/xv-france-laurent-labit-devoile-raisons-forfait-controverse-thomas-ramos-lors-mondial_30337178.html

    Plus pédagogique que ça tu meurs 🎅 digne d'un grand stratège employé municipal ! Je trouve que c'est une insulte au joueur et que ça pointé les carences d'un staff à la dérive.

    RépondreSupprimer
  29. Ce commentaire a été supprimé par son auteur.

    RépondreSupprimer
  30. https://actu.fr/sports/rugby/xv-de-france/le-xv-france-est-tres-retard-sur-laspect-athletique-lannonce-forte-preparateur-bleus_30337564.html

    Au vu du CV de TG, on ne peut pas dire qu'il a côtoyé l'élite mondiale. Le dernier en date le RCT laisse même amer sur les résultats de la performance avant d'intégrer l'équipe de France. Vitesse, énergétique, accélération sont des paramètres qui s'apprennent dès l'adolescence et non pas au moment d'une coupe du monde d'une part. D'autre part, il faut pouvoir échanger avec un médecin physiologiste de la performance et ils sont peu nombreux mais connus en France mais sûrement pas avec un médecin de club. Je me souviens à l'époque de JPR à Beaumont qui courrait quasi tous les jours dans l'anonymat. Un début, une base. Quand on voit la préparation que demande la diagonale du fou, l'iron man, etc. nous sommes à des années lumières de la performance. En fait, pour revenir à la chronique de Philippe sur le rôle et la place de l'éducateur, l'autre challenge devrait déjà commencer à ce niveau. Ou du moins en jeter les bases. Merci à Lulu de Paname d'avoir su expliquer simplement que le rugby est un jeu de mains, un jeu de copains et qu'avec les bases, il est possible de s'amuser et de jouer sans se prendre la tête. Bravo.
    Merci à Philippe d'avoir su montrer que le rugby est une chaîne, faite de mains et d'amitiés.
    Enfin, en marge de ce qui précède, je rejoins Gariguette sur les trois grenoblois qui continuent de prospérer alors même qu'ils ont des comptes à rendre à la société et qui sont loin de l'esprit rugby.
    De joyeuses fêtes de Noël, familiale et épicurienne où l'énergétique fera de vous la reine ou le roi de la performance. 😂🍷🥂🙈🎅🎅

    RépondreSupprimer
  31. Eddie Jones se creuse la tête pour trouver un nouveau spécialiste de la mêlée, de l'attaque et des avants. Tous partis ou presque. XV de la rose avec quelques épines moins saillantes au stade de France? ... je ne pense pas ... peut-être plus prenable qu'à la CDM mais toujours une division au dessus ... ça devrait être un bon match quand même!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est de l'intox, une Fake news 😂😂🎅🙈

      Supprimer
    2. Pas du tout c'est l'exacte vérité je dirais même deux divisions au-dessus ! Rule Britannia 🥳🥳💖💖🎅🎄🍾🥂🍺🍻🍭🍬🧁🍰😻😻

      Supprimer
    3. Si ca continues comme cela je vais t'appeler strawberry l'unberry-ble 😁

      Supprimer
  32. Ah La perfide Albion ! 😉😁
    Les fake news ca a marché pour Boris alors tout le monde copie ! 😁

    Non visiblement les spécialistes quittent le navire pour voguer vers d'autres contrées...
    Peut-être que 5 ans de Jones c'est eddiefiant! 😉

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Prêtons lui T Giroud 😂😂🎅 ce n'est pas une Fake News mais un cadeau 🎅🎅🥂🙈

      Supprimer
  33. https://inews.co.uk/sport/rugby-union/england-rugby-coaches-coaching-staff-six-nations-2020-eddie-jones-1346800

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ok ok... visiblement c'était "ancient news "
      Je vérifierai mieux mes sources la prochaine fois car je sais que j'ai Gariguette qui me guette ! 😉😉

      Supprimer
    2. No offence c'est juste très classique chez les djeuns de ne pas vérifier les dates ... 🤣🤣

      Supprimer
  34. https://www.sain-et-naturel.com/aider-les-gens-joueur-de-liverpool.html

    Noël et sa magie mais pas que .... Je pense à Scott Spedding qui donnait loin des radars pour les townships de son pays. Qu'est il devenu ?

    RépondreSupprimer
  35. Sinon y a la tempête Fabien en approche. 18 départements au lieu de 42 dont concernés. En alerte orange.
    En passant, page sympa sur Didier Codorniou qui n a jamais suivi un seul plan de jeu...
    Mouhahha, j ai bien rigolé.
    D ailleurs on y parle de grille sur le papier pour indiquer les zones du terrain.
    Donc en fait les zones sur le terrain C est ptet parce qu aujourd'hui les mecs so t infoutus de transposer sur le terrain ce qu ils voient en dehors. Bien on leur greffé une puce et 15 guignols avec une manette pour les diriger... ça sera du vrai rugby playstation.^^

    Et puis la petite page sur Wilfrid Hounkpatin (un nom de chef indien ca )pour résume ces débuts au rugby: t es grand t es gros t es fort, tu prends le ballon et tu culbutes le mec en face... 😂👌

    RépondreSupprimer
  36. https://www.facebook.com/53366179781/posts/10159429535534782/

    De la chair à canon, encore et toujours, nos jeunes sont sacrifiés bien trop souvent. Tiens qu'en pense le grand mamitou de la condition physique TG ? Lui et le staff qui ont brisé quelques pépites durant la préparation de la coupe du monde.

    RépondreSupprimer
  37. Il y avait une notion de rattrapage pour la CdM. Donc j'imagine que les corps de nos pépites en ont pris un coup. Est ce que les pousser plus longtemps plus souvent prépare mieux les corps? Je ne sais pas ... mon instinct me dit que l'on pousse la machine toujours plus loin. Comme dit oliv, on s'approche de la robotisation dans les stratégies et l'utilisation des joueurs.
    Comment font les autres nations? Visiblement mieux mais avec autant de blessés ?
    Je ne sais pas ... mais c'est inquiétant quand tu entends des joueurs qui mentionnent que la seule façon de se reposer c'est la blessure ... le monde à l'envers!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Plus progressivement et plus longtemps steph, je suis d accord.
      Le développement physique devrait s etaler sur plusieurs années avec un objectif défini de qualité en fonction du jeu et un plan avec des étapes et des périodes de repos.

      On bade les fidjiens mais en plus du potentiel de base, il y a les habitudes, jouer pieds nus,développer la force du pied, sur du sable, depuis tout petit. Tu développes naturellement des qualités d explosivité et de gainage.

      Développer du muscle et decouenner en 3 mois c facile. 3 shakes protéinés par jour en plus du kilo de bidoche. Le pb ce sont les articulations.

      Ce sont les articulations qui font la transmission de puissance. Et les pathologies qu on voit, les crises qui pètent, les tendons qui lâchent c est significatif.

      Et pour les articulations c est la progressivité qui importe quand tu veux bâtir solide.

      Jones a cassé du monde lui aussi en 2016. Mais c est monté brutalement en niveau. Les plus solides sont restés.

      tous les 4 ans on entraine les percherons pour en faire des compétiteurs pour le grand national de Liverpool.

      Supprimer
    2. Ce commentaire a été supprimé par son auteur.

      Supprimer
    3. Oui. Soulager les tendons et autres ligaments par un gainage musculaire autour des articulations. Orienter l'entraînement en accord avec l'ambition rugbystique, tout a fait d'accord avec tout cela!

      J'ai toutefois l'impression que nous sommes dans un cercle vicieux. On demande à des iron men qui doivent tenir sur la longueur du top 14 de courir des 5 et 10 km pdt les 6 nations et les test matches de l'été et de novembre.
      Pas la même chose !

      Alors les joueurs se sont prêtés au jeu pour la CdM mais ne veulent pas pousser la machine trop fort, de peur de la blessure.
      Qui dit blessure dit donner sa place à une autre pépite en club, qui risque aussi de se révéler et prendre sa place en EDF.
      On les comprends un peu.

      Alors comme tu dis oliv, il y aura du darwinisme et quelques surhommes survivront jusqu'en 2023 ... et sur l'autel du rugby explosif, rapide, endurant, agile, multiphasé, Fabien et TG vont se transformer en machine à viande, 70,80,90 joueurs sacrifiés pour trouver les 31 surhommes, ninjas et léopards au bout de 4 ans ...

      Comme Tautor je crains l'hécatombe d'ici 2023 et des tensions entre EDF et clubs ... incompatibilité entre l'entraînement d'un coureur de fond et de celui de demi-fond voir d'un sprinter.

      Tant que le top 14 ne se rapproche pas du niveau international, il y aura un cercle vicieux.

      Gari a peut-être raison. Le top 12 et le jeu rapide des brits en premiership les préparent mieux. Les joueurs se plaignent déjà du top 12 alors nous avec notre top 14.

      Pourtant il y a du mieux en top 14. Les clubs français s'en sortent pas trop mal en Europe.

      Hummm

      Entre espoir et désespoir
      Je ne sais lequel boire.

      Supprimer
    4. Je prendrai l exemple clermontois. Jusqu'à en 2017 ils ont montré de belles choses ne gagnant pas plus de titres la faute à plein de pas de chance. Mais ils ont quand même tenu le haut du pavé un long moment avec une identité assumée.et après une éclipse, ils sont de retour dans le haut du panier.
      Toulouse fait son retour aussi.
      Le dénominateur commun : un groupe pro étoffé ne perdant pas de niveau quand il y a du roulement.
      Ca demande un budget conséquent ne serait ce que pour faire tourner les joueurs et garder son niveau.
      Pour que ce soit viable sur le long terme tu es obligé de détecter des jeunes.
      Donc il faut un bassin économique et humain assez conséquent autour du club.
      Et c est pas faisable partout.
      Donc sans parler de stratégie ou autre, le top 14 est trop gros rien que pour ça.
      Les errements du stade français étant une erreur de l histoire on dira. En sachant que comme on l a dit, a ce jeu il faut une identité et donc des hommes partageant une envie commune.

      Supprimer
    5. Si les clubs français s'en sortent pas trop mal so far, c'est parce que certains ont eu un bon tirage au sort de poules ( ST) et d'autres ( Racing) quoique ds la poule de la mort ont bénéficié des ennuis des Saracens ... Sont ils au niveau ? Encore difficile de juger moi je reste dubitative faudrait pas grand chose pour que cette embellie s'évapore ...

      Supprimer
  38. Je viens de voir la 1eMT de Leicester Exeter beaucoup de jeu, 5 essais construits c'est rapide et beau à voir je vais enchaîner sur le Top 14 pour voir ...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Non Gariguette fais un World Blitz 😂😂🙈

      Supprimer
    2. Regarde Bayonne Brive une pluie d'essais 😂😂😂

      Supprimer
    3. Fake news, et mot pas bon pour Word blitz.
      Rien que de la pluie qui efface les grands espaces. Déjà qu'il ont du mal à les trouver.😭🤣

      Supprimer
    4. Ben Agen Toulouse c'est pas triste ...

      Supprimer
  39. Et une panne ? De courant ...bienvenue en France 🤪

    RépondreSupprimer
  40. Comme Tautor , on pouvait lever un sourcil inquiét quant au choix du préparateur vu les standards physiques de Toulon la saison dernière !
    Il ne s'en est pas si mal sorti, en considérant que l'EDF n'est pas sur le même mode que les nations dominantes.
    Le pauvre s'est employé à dégrossir quand les autre peaufinaient, pas pareil!
    Il a du faire des choix, un pari forcément risqué, il serait injuste de lui faire porter le chapeau.
    Pour la suite, quand tous les clubs auront compris qu'à puissance égale, autrement dit les possibilités optimales de l'intéressé,c'est le facteur vitesse qu'il faut privilégier au détriment de la force, le prépa physique des bleus pourra faire son boulot.
    Plus que des adaptations de l'entrainement, c'est d'un ramonage du bulbe dont ne doivent pas faire économie les techniciens, les présidents ( surtout!)
    Allez, les gros ( joueurs, staffs....), ça rassure le banquier !

    RépondreSupprimer
  41. Pour en revenir au Tyrosse à Philippe...
    Pas de souvenir de ce match de légende, apparemment plus que âpre. Béziers finaliste cette année là, perdant contre Pau, champion. Et Tyrosse,... pas qualifé. Je me rappelle (je pense) vaguement la poule de Valence, car à cette époque là vu avec mon père l'ASM (gros brouillard sur le terrain), le Racing (avec le centre Lagrange dont parlait mon père) et le TOEC d'Elie et Jean Salut.
    https://boucherie-ovalie.org/2019/12/07/bouquin-2-matchs-de-legende-tyrosse-beziers-1963/?utm_source=rss&utm_medium=rss&utm_campaign=bouquin-2-matchs-de-legende-tyrosse-beziers-1963

    RépondreSupprimer
  42. Sinon, où l'on voit que le rugby sous la pluie ça donne juste envie de sauter au plafond pour enlever l'ampoule...
    Pas de rugby de lumières, pas Noël. Peut-être UBB-La Rochelle ??? si le temps le permet. RCT/ASM, à veaux l'eau ou endiablé ?
    A propos de RCT, Serin à l'aise au comptoir du bar, les tournées sont pas encore tombées...
    https://www.lequipe.fr/Rugby/Article/Baptiste-serin-reussit-ses-debuts-a-toulon-et-reve-de-phases-finales/1092629

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Les clubs se réservent pour la champions cup. Ca touche tout les publiques avec france 2 et c'est le rugby francais qu'ils défendent. Le top 14 on relève la pédale. Ce sont les mordus du rugby qui lorgnent ... ils comprendront.
      Je pense que la météo ne fait pas de cadeaux... de Noël !
      Interessant l'interview de Pollard après son premier match en France: "ca jouait vite " ... il a utilisé l'excuse du revêtement synthétique comme explication... ou bien quelqu'un lui a glissé à l'oreille que le top 14 c'est pas des plus rapides ..

      Supprimer
  43. Qui aurait lu les déclarations de Guazzini sur Heineke Meyer ? Pas pu avoir accès à son itw dans le Parisien...

    RépondreSupprimer
  44. Je ne peux que redire ce que nous avons déjà dit il y a bien longtemps me semble-t-il:
    "Un poète doit laisser
    des traces de son passage,
    non des preuves.
    Seules les traces font rêver."
    René Char, bien sûr.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour cette poésie qui fait rêver.
      Suivons ta trace et celle de René

      Joyeux Noël 🎅🎅🍷🏈🥂

      Supprimer
  45. UBB/LR guère mieux avec des conditions difficiles. Des intentions, mais le soufflet est retombé. Beaucoup de fautes. Des scories à défaut de scores. Jalibert, Lucu, Roumat, Poirot, Vito, Sazy, Plisson essaient d'émerger.

    RépondreSupprimer
  46. Je ne vois rien émerger, de la lenteur, du gâchis, du rugby tampon, un essai ou Prison est du mauvais côté en défense .... Plus qu'à attendre le commentaire d'Urios

    RépondreSupprimer
  47. une bouillie bordelaise pour un petit cru indigne du top 14 ... Chez nous on dit "de la piquette"

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ouais et pas de piquette pour l'UBB.
      Un des 2 commentateurs à appelé N. Ducoing, Duquin, tout le match. De plus, c'est pas 1 inconnu... Personne ne lui a glissé l'erreur à l'oreille. C+ Pro !!

      Supprimer
    2. et voilà on se gave de Coupe du Monde et de Coupe d'Europe et après on fait la fine bouche si c'est pas une honte ! voyons les points positifs : déjà grande maîtrise de la générale, quand ça part ça s'arrête très vite, ensuite y'avait des pom pom girls, un peu bof bof mais bon ...Urios n'a pas mis de baffe à Jono Gibbs moi je dis que somme toute on progresse ... maintenant trouver - combien déjà ? 42 joueurs ? - pour le Tournoi .... on n'est pas rendu !

      Supprimer
    3. Pour l'instant ça temps pête. Mais on a trouvé 1 ouvreur.
      J'essaierai bien Irribaren et sa passe stratosphérique, hein Georges...

      Supprimer
    4. 42 fastoche ... Tel à Emmanuel qui va naturaliser tous les étrangers, on règle ainsi le problème. 🎅🎅🙈👍🏾

      Supprimer
  48. Ça plaisante pas à Toulon .. Etzebeth montre ce que c'est le niveau mondial et Slimani toujours en travers pfffff... un festival d'essai ...à ce rythme, Clermont va prendre la fessée. Enfin une coïncidence, Mourad plus propriétaire, ni Président ?, on dirait que la sérénité est là 🎅🎅🏈👍🏽🙈

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Absolument d'accord avec toi : Mourad parti les souris dansent. Celles de l'azerty ici aussi...

      Supprimer
    2. Pas besoin de danser, la "Mourad Party", c'est écrit, souris 😂🎅

      Supprimer
  49. Mayol dégonfle Michelin pour l'instant. 1er essai pour Etzebeth... sur interception. Collazzo n'a pas encore en retraite.
    L'après Boudjellal reste dans les rails

    RépondreSupprimer
  50. Quelques joueurs galactiques 🎅🎅🎅

    RépondreSupprimer
  51. Victoire avec panache autour de Parisse, Etzebeth, Serin ...partis pour aller loin; de voir Mayol dans l'ivresse fait plaisir, un vrai cadeau de Noël 🎅🎅🍾

    RépondreSupprimer
  52. Ah ce Sergio,sacrée carrière quand même!
    Allez, changement d'herbage réjouit le veau 😂🐂🐂

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Sinon, Parisse, l'autre Belzebuth déjà, l'en manque plus que quarante 😂😂
      Allez Fabien !

      Supprimer
    2. Si on peut suggérer des noms y compris étrangers j'ai vu Ravaï un Fidjien de Bordeaux pilier adroit et rapide .

      Supprimer
  53. Pardonnez-moi ce retour vers un point crucial de cette discussion fondamentale dans la formation de la psyché du jeune homme testostéroné : « pourquoi c’est toujours les plombiers qui prennent ? »
    Ben parce qu’il me semble que certains ici font mine d’oublier que les plombiers sont toujours ceux qui donnent beaucoup...

    Sinon, hier soir, le RCT a su jouer du tuyau tandis que l’ASM se présentait en victime un poil trop consentante.

    RépondreSupprimer
  54. Ce commentaire a été supprimé par son auteur.

    RépondreSupprimer
  55. Je fume trop de datura ou j'ai bien lu une nouvelle chronique, avec JPR en photo sur l'ordi que je ne retrouve pas sur la tablette?
    Allez, surmenage, burn-out,crise de la cinquantaine ??😂😂

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. gros doigts ? la photo de JPR est sur la 1ere chronique de juin 2016 après l'exode ...

      Supprimer
    2. Ben non, une autre, célèbre du joueur juste après l'effort, avec chronique, joyeux Noël. ...
      Allez, nous autres de ce côté de l' Équateur ,on marche sur la tête!

      Supprimer
  56. Beaucoup plus intéressant que nos combats dans la boue : https://www.rugbyrama.fr/rugby/premiership-angleterre/2018-2019/premiership-la-lecon-de-bath-northampton-tombe.-le-resume-de-la-6e-journee_sto7587109/story.shtml

    RépondreSupprimer
  57. Bonnes fêtes a tous les Quinconces santé pour toutes et tous,bises,
    Bernard Landais

    RépondreSupprimer
  58. .... idem Jan Lou !!!! ...que se passe-t-il ???? ...je n'ai pas fumé pourtant ??? ... que dit le patron ???... juste eu le temps de lire cette nouvelle chronique et hop : disparue !!! ... mystère mystère !!! .... bon Noyeux Joël à tous !!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Heureusement qu'il y en a deux qui suivent !
      Allez, bon Noel à tous, bises à vos proches.

      Supprimer
  59. La nouvelle chronique vient de réapparaître...

    RépondreSupprimer