jeudi 8 mars 2018

La poésie en action

 
J'ai rêvé que le XV de France habitait un éclair, que le soleil était bleu, et les pesanteurs transpercées par le fer de l'imagination. J'ai rêvé d'une révolte unifiée, fugitive et résolue, de convictions liées les unes aux autres sur un sentier qui favoriserait l'audace, celle des exclus s'agrégeant à celle des comblés. J'ai rêvé que René Char reprenait son poste, deuxième-ligne, pour enflammer la boue dans sa forge. J'ai rêvé.
 
Il disait : «L'homme est capable de faire ce qu'il est incapable d'imaginer». Il disait aussi : «Les êtres exemplaires sont de vapeur et de vent.» Il disait encore pour se soustraire à la géante torpeur et chasser l'hébétude : «Vie de moins en moins patiente, désigne-moi ma part si tant est qu'elle existe, ma part justifiée dans le destin commun au centre duquel ma singularité fait tache mais retient l'amalgame.» Regardant autour de lui ses frères d'âmes, il disait enfin dans le couloir qui mène à la lumière :«Nombreux sont ceux qui attendent que l'écueil les soulève, que le but les franchisse, pour se définir.»
 
J'entends depuis l'élection de l'open les enfants de la balle souffler sur leur «travail», et s'y «remettre» après chaque défaite. Mais à quoi donc utilisent-ils les jours ouvrés à huis-clos ? Prennent-ils encore du plaisir à donner ? J'apprécierais chaque jour qui m'avance vers les locaux du quotidien qui me supporte si je pouvais m'écrier : «Attendez-moi : je viens jouer !» Ceux qui lèvent les boucliers ne devraient pas oublier qu'il y est gravé «Ludus Pro Patria».
 
Aucune mesure ne s'accorde au large ni au ras de ce métier. Mais tout y est précision. Passons. Celles qui ne sont pas ajustées, qui arrivent dans le dos et pas dans le berceau, de quoi sont elles le témoin ? D'un vide de pensée, d'une absence de messagers. La passe délivre en ce sens qu'elle transmet dans l'élan une injonction. Sans vitesse point de salut : impossible de prendre le dessus. Vitesse du geste, course et décision aussi. Même si plus vite que les joueurs se déplace le ballon.
 
Que chacun gagne un mètre et nous l'emporterons ! Allons donc... Les adeptes du pick-and-go remontent à l'Antiquité. Alignez dix premiers temps de jeu sans franchir la défense : vous voilà en position de tout perdre. Tête baissée, épaules rentrées, prêt à tomber au sol, l'attaquant français creuse son déficit. Il est temps d'inventer. En 1978, Lucien Mias écrivait : «Tout l'art d'un responsable d'équipe est de savoir préserver l'esprit créateur du "découvreur" qui transformera le jeu par ses trouvailles
 
Voilà qui fait écho à ce que nous avons lu de Clive Woodward et de Pierre Villepreux, récemment, dans L'Equipe. Docteur Pack poursuit : «En se penchant sur l'histoire du jeu depuis les temps plus anciens, on s'aperçoit que l'évolution du rugby s'est effectuée par bonds successifs, dus à ces "découvreurs" qui ont imaginé des actions nouvelles. Par comparaison à d'autres sports aux règles figées, c'est là un des attraits du rugby, qui autorise une création renouvelée.»
 
Et Lucien Mias de conclure : «Je regrette de n'avoir pas su à vingt ans tout l'historique de ce jeu. Cela m'aurait aidé à projeter sur le futur et à oser plus encore inventer l'action et catalyser les éléments, car l'une des caractéristiques du rugby réside dans le fait qu'il est le fruit d'une tradition technique, gestuelle, transmise de génération en génération, et d'une tradition historique, orale, transmise de même avec tout ce que cela comporte de poésie, mais aussi d'interprétation en fonction du conteur
 
Oser. Noter à quel point la tradition permet d'imaginer le futur, parler d'art quand on évoque l'entraînement et surtout celui qui sera à même de transfigurer l'équipe en libérant le joueur. Constater que l'évolution du rugby est source de sa jeunesse à travers le renouvellement. Un mot s'impose à moi : génération. Celle que nous suivons a envie de connaître les mêmes joies que celles qui l'ont précédé. Mais il lui faudra pour cela se débarrasser de carcans.
 
Je ne cesse ici de le répéter : les grandes équipes entourent de grands capitaines et ça fonctionne dans l'autre sens aussi. On fête cette année les cinquante ans du Grand Chelem 1968 - le premier en bleu. Il a pu s'inscrire dans l'Histoire du Tournoi qu'à travers l'impact positif du tarbo-toulonnais Christian Carrère, son intelligence, sa culture ovale, son charisme, son sens des relations humaines, sa personnalité...
 
Tout ce qu'on souhaite au XV de France actuel, c'est de prendre sa place au sein d'une lignée tricolore qui va de Marcel Communeau à Thierry Dusautoir, en passant par René Crabos, Jean Prat, Lucien Mias, Walter Spanghero, Jacques Fouroux, Jean-Pierre Rives, Philippe Saint-André, Abdel Benazzi, Raphael Ibanez, Fabien Galthié, Fabien Pelous et j'en oublie, qui surent selon leurs qualités encourager, favoriser, galvaniser, libérer, encadrer, stimuler, inventer !
 
Mercredi soir, nous étions quelques amis choisis à dîner en compagnie de Dimitri Yachvili, qui lui aussi eut l'honneur d'entrer sur un terrain à la tête du XV de France, à Port Elisabeth en 2005 face aux Springboks. Sur le chemin du retour, celui qui fit tomber en six buts de pénalité les Anglais à Twickenham - toujours en 2005 - me confia : «Il faut regarder par combien de capitaines de club une équipe nationale est composée pour avoir une idée de sa force. Car les capitaines sont ceux qui dirigent le jeu. Réunis et associés en équipe de France, c'est donc plus facile pour eux d'effectuer naturellement des choix sur le terrain.»
 

174 commentaires:

  1. La poésie en action, joli programme, mais y'a du boulot pour y arriver.
    Un -petit- exemple, dernière saison où j'entrainais encore, entrainement de la semaine, pas de rencontre le dimanche, donc le coach (sans doute un peu bu ou sniffé un truc pas propre): "Bon, on joue AV éq.B ARR éq.A c AV éq.A ARR éq.B consignes, on ne dispute pas la conquête mêlée et touche et pas de jeu au pied en première mi-temps, les ATT prenez des initiatives cherchez du soutien, le but porteur toujours des soutiens de chaque côté et dans l'axe pour continuer l'action, si arrêt debout ou sol qui dure plus de 2s pénalité".
    Que croyez-vous qu'il arriva ??? Dès que le ballon s'écartait des zones de contacts ou de forte densité de joueurs, place à la pagaille, celui qui perçait se voyait vilipender par les ceusses - non pas plus lents- mais qui n'avaient pas lu le jeu initié, celui qui était au soutien à hauteur ne recevait jamais le ballon du porteur, ce dernier attiré comme mouche sur une crotte par le premier adversaire pour lui rentrer dedans, résultat suite de petits tas ou actions individuelles sans concrétisation.
    Situation de 2 c 1, le porteur met "un cul" magistral et inutile au dernier défenseur, l'ensemble est ravi c'est la fiesta sur le terrain, le joueur démarqué lui on ne l'entend pas !!!!
    Pratiquement, avec mon alter-ego, sur chaque lancement, chacun d'un côté on jouait les poissons-pilotes pour que ça ressemble à quelque chose, mais malgré toute la bonne volonté, des arrêts sur actions, explications, mises en situation avec la défense en retard ou en avance, toujours et sans cesse le retour intérieur ou la passe un chouïa trop tard ou le soutien 1 mètre en retard par manque d'anticipation ou très souvent la recherche du contact le plus rapidement possible comme pour se protéger de trop d'audace et frileusement congeler ce jeu qui ne demandait qu'à respirer.
    Et je vous cause pas des rucks, ces points de rencontres que l'on voudrait furtifs pour mieux rebondir à pleine vitesse, mais qui deviennent des enterrements de ballons, encore moins des touches et mêlées que l'on ne dispute pas (consignes) mais que toujours un ou deux olibrius taquins transforment en cour de récréation !!!!!!!
    Bon, c'est quand-même la féd.3, mais OK l'EDF ce sont des pros, et bien franchement à voir leurs prestations, je me demande bien où se cache la poésie, quant à l'action qui devrait la sublimer on est en droit de demander de quelles actions précisément ils sont porteurs, nos bleus à l'âme en berne.
    Allez FTD le sauveur, le dernier messie LB en cale sèche, confiance à MM en 9 pour ne pas donner trop de vitesse au jeu et ainsi comme mes p'tits gars de fédérale se retrouver perdu dès lors que le ballon s'éloigne de plus d'un mètre du tas, dis papa pourquoi ça grince toujours autant chez nous la charnière ????

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Parce qu'on ne forme pas les ouvreurs à être maîtres du jeu.

      Supprimer
  2. J'ai éprouvé une parfaite satisfaction à la lecture de ce remarquable texte en soi. Je veux dire qu'il se suffit entièrement à lui même. Cependant, et c'est quelque chose qui multiplie mon enthousiasme, il correspond quasiment parfaitement à des réflexions que je me faisais, ce matin, sur mon vélo, lors de ma première sortie de reprise depuis l'opération de la hanche. Mes pensées voguaient, comme souvent, sur les effets de mode et les motivations économiques sous-jacentes à toute les activités humaines dès qu'elles permettent de les monnayer et de faire tomber dans l'escarcelle de ces marchands de soupe de la monnaie sonnante et trébuchante. Et, pour cela, ces mêmes commerçants, maquillent leurs mauvais penchants sous toutes sortes de formes morales, sociales, éducatives, sécuritaires, renouvelables...pour ratisser large.
    La fatigue me prenant subitement après ces efforts nouveaux et printaniers, je vais me faire une petite sieste, nommée pranière par ici, avant de vous retrouver, si cela peut vous intéresser -cela va de soi- et tenter de rejoindre, dans mes divagations, les rêveries poétiques de Richard, étayées des fortes pensées du Docteur Mias. Il y a largement de quoi faire, de quoi réfléchir, de quoi rêver...comme nous le conseille notre chroniqueur.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci André. Sache que mes chroniques sortent très souvent de rêveries. Comment va ta hanche ?

      Supprimer
  3. "la logique voudrait que...", "normalement, là, il doit faire ceci ou cela...". Ce sont les pensées de l'adversaire qui sont devenues les pensées des coaches, transformées en consignes, plans de jeu, procédures, espérance mathématique de ne pas perdre.
    ça me rappelle l'époque où il n'y avait pas de GPS dans les voitures, quand les parents se référaient à la carte et aux panneaux indicateurs, pas toujours bien suivis, ce qui provoquaient des dissensions dans le couple sur la direction à suivre. Mais finalement, on retrouvait la route en ayant, au passage, découvert un itinéraire plus sympa. Maintenant, le GPS, selon le paramétrage, nous propose de privilégier l'autoroute puis la voie rapide, et ainsi de suite. Ou bien, au contraire, de prendre les chemins vicinaux si on a opté pour l'itinéraire le plus court.
    En cuisine, nombre de recettes sont nées d'une erreur...mise à profit pour revisiter le plat autrement.
    Notre société nous impose des normes, dans tous les domaines, parce que chaque acte sous-entend un investissement.
    Alors on met nos équipes de pro sur des rails, des rails de TGV pour des raisons de sécurité, le problème est que nous les faisons avancer à la vitesse d'une Micheline (je parle de la loco pas de Tata Micheline, la soeur de ma mère), pas besoin de réfléchir. Nos adversaires forment de nouveaux pilotes pour maîtriser les avions pour élargir le théatre des opérations.
    j'ai apprécié la conviction de Jacques Brunel sur la composition de son équipe...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. On se pose actuellement la question de savoir s'il ne faut pas enlever le GPS aux joueurs durant les matches.

      Supprimer
  4. si nos joueurs sont des poetes
    le cercle s est sacrement agrandi
    aucun geste ne genere une rime riche
    ils manient mieux les verres en soiree
    l alexandra a detrone l alexandrin
    qui a eut cette idee folle d inventer ce jeu statique de percussion
    a lui l oscar de la degenerecance

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Effectivement, on pourrait parler de phase statique quand ils percutent...

      Supprimer
  5. Plus un, André, un bonheur.
    Mais avant de réinventer le jeu, se remettre au niveau, déjà serait pertinent.
    Un exemple parmis tant d'autres, pourquoi à l'instar des meilleurs n'envisageons nous pas le concept du 5/8ème ou peut-être Trin Duc serait plus légitime.
    Ce n'est qu'une piste, mais l'animation offensive est tellement en jachère !
    Allez,Ludus Pro Patria, un côté Panem et circense, non, pas trop mon truc .

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. L'animation offenspive, Jan Lou, elle doit partir du 8 et aller au 12 effectivement. A défaut de 5/8, un centre créateur, inventif, découvreur, sur les deux.

      Supprimer
  6. Certes, René Char fut un des rares grands poètes du XXème, certes, il est louable de continuer à s'en délecter en 2018, mais il ne fut pas que cela. Quand il s'est mêlé d'autre chose que de poésie, il est entré tête baissée, comme d'autres de sa génération, dans un univers 'rêvé' où je ne le suis pas, même avec des bottes d'égoutier. Cela ne le disqualifie pas forcément quand il ovalise son propos, cela jette seulement un gros paquet de bouse sur ses avis. Lorsque Céline se mêle de parler de société, on sort (à juste titre) les couteaux, n'est-ce pas...
    Alors, notons que Quinconces-Treignac accueille Char. Je lui offrirai un verre de rouge.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Associer Char et Céline, je n'avais jamais lu ça avant. Faut oser. Tous les avis sont libres.
      Char a été résistant au moment de l'Occupation, et pour moi ça le qualifie d'entrée. Char n'avait pas d'avis mais de la poésie, ce qui est très différent.
      J'aime les deux et lis les deux car je suis attiré par les contraires quand ils se rejoignent dans la création. Suis-je disqualifié ?

      Supprimer
    2. Piting, là, on attaque à la sortie du tunnel, Charles ! La blog n'est pas lancé que déjà la première balle fuse...

      Supprimer
  7. Il n'y a pas de règles figées au golf.
    Si les clubs sont prédéfinis dans des fonctions, chacun est libre de les utiliser comme bon lui semble voire de les détourner de leur fonction première au grès de leur ressenti.
    S.Ballesteros était le maître en la matière. Tiger Woods disait de lui :
    "Sa créativité et son inventivité sur le terrain pourraient ne jamais être surpassées". Capitaine de la Ryder Cup une année il a amené ses coéquipiers sur le podium non sans avoir gagné cette même compétition à plusieurs reprises en simple membre de l'équipe.
    "Créer" c'est ça "jouer" au golf dit on dans le milieu, avoir confiance en soi pour oser, se libérer ; "Écouter son enfant intérieur" comme l'on l'entend encore de ceux qui maîtrisent parfaitement leur sujet.
    La créativité en golf comme en rugby fait elle partie intégrante du leader et doit elle être une qualité requise pour être un bon capitaine ?
    Dans d'autres domaines tels que la littérature, la peinture ou encore la musique l'activité créatrice à toujours été historiquement liée aux drogues. Les plus grands noms cités toujours en référence aujourd'hui avaient trouvé les "paradis artificiels" pour oser oser.
    D'où vient la créativité de ceux pour laquelle elle est reconnu aujourd'hui ?
    Une transmission de génération en génération, une éducation, une formation, une volonté de chacun d'aller la chercher où elle se trouve ou toujours dans des substances illicites ?

    Punkette : Pimprenelle prendre le bois 5 au départ du 2 ce n'est pas de la créativité, c'est une connerie.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ouaip, mais au Rugby, la créativité se doit d'être collective, c'est plus contraignant.
      Allez, Driver trop long au deux égal bunker de droite, c'est pas bon non plus !

      Supprimer
    2. Pimprenelle bonjour,
      ...pour le golf, bois 5 au 2, demandes à Michel !
      ... pour le reste, littérature, peinture,sculpture, musique,... golf, rugby, ... quand on écrit, quand on peint, quand on joue, on est dans le "processus", ceci est très réel, ... besoin de substances ?... le "processus" est ce dans quoi on vit !
      Lorsque le livre, le tableau, la partition, la sculpture, ... est terminé,ce sera le produit qui vient à la fin. Parfois il est bon, parfois moins bon ! ... mais c'est le "processus" qui procure le bonheur !... on est heureux et on doit être heureux pendant le "processus", la réalisation !
      ... alors, bon "processus" à nos bleus demain, et vainqueurs ou vaincus, bon match !!!

      Supprimer
    3. Pimprenelle, JanLou, Christian, ce blog sort du bois et des sentiers battus avec vous... A vous lire, on va loin, c'est sympa. On a l'impression que ça part dans tous les sens alors qu'en fait le propos est le même, mais sous différents tons.

      Supprimer
  8. Certes, je me suis énervé sur René Char, pouvant donner l'impression que je 'tirais une balle'. J'en tirerai toujours infiniment moins que ceux qu'admirait tant notre grand poète, que ce soit contre ces salauds de nazis ou contre les peuples mal convertis à la stalinolâtrie. Les principaux traits de sa vie ne sont pas inconnus, il a atteint au sublime, peut-être même au génie, si l'on ose utiliser le mot. Ni trop tôt, ni trop tard, il fut résistant et sut utiliser son courage, son discernement, ses convictions. Evidemment, je le préfère dans ce registre à Eluard ou Aragon mais, plus de soixante-dix ans après les faits, je m'étonne qu'il soit encore et toujours tabou de mettre en question ses fascinations politiques. En cela, il n'y a en effet aucun rapport avec Céline, dont les côtés crapuleux sont copieusement étalés sans que quiconque ne s'en lasse. Que veux-tu, mon cher Richard, quand on dit Char, je vois aussi un T 34.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Charles ce n'est pas un tabou, c'est juste que je n'y avais jamais pensé avant . Probablement victime d'un certain consensus ou plus exactement d'un grand silence autour de ce sujet . Depuis ton post, j'avoue que je réfléchis sérieusement à son contenu . Je viens aussi de lire un livre de Sylvain Tesson ( L'axe du loup) qui raconte son odyssée sur les traces des évadés du goulag à travers la Sibérie jusqu'en Inde . La résurrection d'un monde disparu, qu'on a laissé disparaître en fait . Effrayant .
      Je voulais te dire cela car même si je ne suis pas toujours d'accord avec toi, j'apprécie toujours autant ton écriture incisive et élégante .

      Supprimer
  9. Et la pour le coup était il en première ligne ou en deuxième ligne le Rene ?
    Une époque compliquée n’est ce pas ...
    mais toujours intéressant de savoir quel homme se cache derrière , le poète , le romancier , le peintre
    Souvent innatendu , quelque fois décevant voire plus ...
    en attendant ce texte Ritchie fait du bien , il met le Rugby à un niveau qui est loin de sa réalité , a un niveau conceptuel , idéologique qui te ferait passer pour un doux rêveur dans un comité de la FFR , de la LNR et n’importe quel vestiaire
    Je suis preneur et garde ma part de rêve , bien plus qu’un sport , un rapport a l’homme , à l’amitie et à la vie , soyons réaliste la déception nous guette
    Merci pour cette jolie parenthèse

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour cette belle passe à hauteur, François.

      Supprimer
  10. Ce vendredi matin pour la conférence de presse du capitaine Guirado : trois médias de presse écrite seulement : l'AFP, L'Equipe et Sud-Ouest. Avant le Crunch. Je n'ai jamais vu un tel désintérêt pour le XV de France avant un événement de cette importance.
    Il faut dire qu'au même moment, l'Angleterre donnait elle aussi sa conférence de presse obligatoire du vendredi...
    C'est bien organisé, tout ça...

    RépondreSupprimer
  11. Est-ce qu'on peut rêver à la victoire des Français ?
    Et si dans un jour de grâce ils retrouvaient leur French Flair...Légende ou réalité on sera vite fixé!!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour ICO. Ici, on aime bien savoir à qui on a affaire. Boutique en ligne à Istres, pas de souci. Mais qui êtes-vous ? Un prénom et un nom sont les bienvenus. Merci.

      Supprimer
    2. C'est Hugues Aufray : hisse et ho !

      Supprimer
  12. Allez, France-Angleterre. Comme tout le monde, j'ai une chance sur dix de voir juste, ce qui autorise le pronostic. Suis pas anglophobe, même si comme tout le monde encore, j'aime bien quand Ecossais (surtout), Irlandais, Gallois et Français les battent. Y a que les Ritaux que je ne supporte pas. Faut bien remettre le temple au centre des Commons, n'est-il pas ?
    En fait et le plus honnêtement possible, m'impressionnent pas plus que la Sky sur un biclou. C(est très professionnel, c'est très représentatif de l'idée que l'on se fait de leur nation, inextricable mélange d'attirance et de repoussoir, mais surtout, ils manquent de gueules. Sont au rugby ce que Montgomery est à l'art militaire. M'étonnerait que le french flair ressuscite c'w-e. On va vers le viril. Et faudra pas péter un plomb ni même une table de nuit innocente. Evidemment, on peut lire tous les jours qu'ils nous foutent la trouille, qu'ils vont nous coller une trempe. Je n'accorde aucun crédit à ces blagounettes pour pucelle anorexique. Z'ont aussi peur, voire plus comme tous les grands favoris des foules en délire. L'arrivée de Ben Te'O le démontre. On va avoir une chance bien réelle, surtout si Trinh-Duc se met à la hauteur. Madame Irma : 'Match serré, laid, violent avec une victoire par deux-trois points'. Pour qui, la victoire ? 'ça fera cent euros de plus'.

    RépondreSupprimer
  13. Peut on apprécier, voir trouver une oeuvre belle, si on connait les vicissitudes, les penchants, de son auteur?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu penses à qui en particulier Frederic ?

      Supprimer
    2. Je réponds oui. Céline, Aragon, Sartre, Chostakovitch, Rebatet (son histoire de la musique, une pure beauté), Bukowski, par exemple. L'Art n'est pas lié à tel ou tel auteur qui devrait se situer sur telle ou telle hauteur. L'Art existe en soi, c'est pour cela qu'on lui met une majuscule. Comme pour la Raison ou pour l'Etre. L'Etre n'est pas le verbe être. L'Art est transgressif, l'Art est sublime, l'Art touche. L'artiste est derrière son œuvre, parfois il n'apparait même pas. Pas besoin de connaître la vie de Chopin pour aimer un nocturne, de la même façon que tu n'es pas nazi si tu écoutes Wagner (écoute le prélude de Parsifal, parfait exemple de musique transcendante) et antisémite si tu lis Voyage au bout de la nuit ou pédophile si tu écoutes "Petite" de Ferré ou lis Lolita de Nabokov, détraqué sexuel si tu aimes "Ton style".
      Notre époque devient lisse.
      I Puritani... Les Anglais nous emmerdaient déjà...

      Supprimer
    3. j'avais plutôt pensé à Heidegger ... j'en ai d'autres : Caravaggio, assassin, Villon, bandit, Rousseau qui a abandonné ses enfants, et les drogués ( http://www.topito.com/top-ecrivains-drogues) ... en fait c'est à se demander si ce n'est pas le vice qui fait l'artiste, bon bien sûr faut pas le dire aux enfants - enfin pas tout de suite -
      Plus actuel : Cantat, ben j'ai beau dissocier l'oeuvre et la vie de l'artiste là ça coince . Non JE coince .
      Je ne crois pas que l'époque soit si lisse que ça Ritchie, moins laxative ( oui c'est le nouveau mot pour "laxiste" ) certainement . Normal ; cf nos études du balancier et de son retour... Ou alors un coup de boomerang ?
      PS : pour Wagner j'ai des doutes quand même hi hi hi ! 😈

      Supprimer
    4. Je n'avais personne en tête, et si quelque chose me plaît, c'est d'abord l'émotion qui parle. Mais après il m'arrive d'avoir mauvaise conscience.
      Pour Cantat, son oeuvre n'est peut être pas assez importante pour que tu puisses passer outre.

      Supprimer
    5. Moins vrai pour la littérature ou nous lisons derrière un ou des écrans ne serait ce que celui du livre ou du support, devant une œuvre d'art et une peinture en particulier, nous sommes directement liés à l'émotion.
      Si nous aimons une œuvre plus qu'une autre dans une galerie, si elle " nous parle" c'est parce que ce qu'elle cache nous fait écho, comme si elle savait quelque chose sur nous.

      Rappelle toi ta réflexion devant une peinture à laquelle nous ne pouvions échapper : " il faut être en bonne forme pour la regarder "
      L'émotion qu'elle nous transmettait était négative . Sans en connaître l'auteur, tu savais pourtant qu'il n'avait probablement pas acheté une golf récemment ; qu'a la regarder tu pouvais en faire facilement une interprétation et comprendre la problématique de son auteur, au moment où il l'avait faite.
      Aussi si un artiste au passé tumultueux ou présent tumultueux ou juste " sombre" ne faisait que retranscrire ses tourments dans ses oeuvres, il est fort à parier que tu ne les apprécieraient probablement pas si elles ne " résonnaient " pas en toi.
      Toute la question est de savoir si un tumultueux ne peut peindre que son ressenti de tumultueux ou te proposer un grand vase de fleurs coupées multicolores, détournant ainsi tes yeux des visiteurs de tous ses tourments et donc de t'usurper en donnant de lui juste l'image de celui qu'il voudrait être.

      Punkette : Pimprenelle, va te coucher t'es fatiguée.

      Supprimer
  14. Comme l'écrivait Sir Winston Churchill plus vous aurez regarder loin dans le passé, plus vous verrez loin dans le futur. On devrait enseigner l'Histoire, poétique ou plus terre à terre, du rugby français à nos internationaux. Qu'ils sachent qu'ils s'inscrivent dans une longue lignée pour enfin écrire leur Histoire du XV de France. C'est vrai aussi pour les clubs.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonsoir Frédéric (rugby en mêlée), on laisse passer le Tournoi et je t'appelle concernant l'épopée bleue découpée.

      Supprimer
    2. J'ai presque tout lu ! C'est passionnant, bravo monsieur que je ne connais pas ! Une petite tendresse pour l'article sur "le Rugby et la Franc-Maçonnerie" à rapprocher de la dernière livraison du toujours excellent Antoine "Mythes et mythologies rugbystiques" ... A croire qu'à défaut de produire du jeu, le rugby français produit de la littérature - et de la bonne cré nom de d'là ! -

      Supprimer
    3. En Gironde il y a une forte concentration de pesticides et de blogueurs. Bien content que les connexions se fassent. En plus Frédéric est croyant et pratiquant. Il initie au rugby dans les deux écoles...La primaire et celle de rugby...ville à côté de chez moi..et on se connaît pas non plus mais on est vraiment tout près

      Supprimer
    4. Bonsoir Frédéric,
      L'histoire est une invitation au voyage comme le dit Racine et mieux une introspection. Par extension l'histoire du rugby devrait faire partie intégrante de la formation du joueur de rugby professionnel. On peut toujours rêver...

      Supprimer
    5. Frédéric, je pense que tu seras le bienvenu chez toi à Treignac entre le 13 (ça va découper) et le 15 avril.

      Supprimer
  15. A toutes et tous, rendez-vous demain samedi à 14h45 pour Montpellier-Racing, Irlande-Ecosse et ensuite France-Angleterre. Je pense qu'on aura de quoi échanger en direct.
    D'ici là, good evening, ladies and gentlemen !

    RépondreSupprimer
  16. Churchill il disait aussi " no sport", hein!
    Nos braves bleuets, vaillants en diable mais aussi indigents que leurs aînés en attaque ont ramassé une leçon de réalisme,mauvais présage ?
    Allez les Bleus

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Churchill, moi, j'aime bien le module.

      Supprimer
  17. Viens de regarder les p'tits coquelets, tout juste sortir de la pouponnière de la filière élite et nourris au biberon de la DTN et ses grands principes, et bien .............. Ai cru voir jouer leurs aînés, les madrés issus de la même machine à broyer l'adversaire, broyer le ballon, broyer le jeu, l'amateur -éclairé lui- !!!!!!!!!!!!
    Pas attendre de cette relève qu'elle nous redonne des couleurs, plutôt repartis si rien ne change, pour 10 ans d'emmerdements .....
    Donc copie conforme de leurs aînés, disais-je, pas de score sur les temps forts, incapacité de jouer avec le ballon dans le camp adverse en se faisant des passes, la recherche quasi-religieuse et fanatique du contact avec l'adversaire, et des techniques individuelles déficientes.
    L'impression en entendant coach puis n° 9 d'entendre SA ou GN ou JB et MM ou GG "c'est dommage, on fait des fautes, on ne marque pas, cette défaite va nous faire du bien, au prochain match on va corriger ce qui n'a pas marché ... etc .... etc".
    Alors cet après-midi, entendu la météo et crains que l'EDF ait peine à me fasse bondir du fauteuil, m'en vais acheter un pack de 8, de ceux comme en 1977 qu'ont d'la mousse et d'la cuisse, et qui se tiennent bien droit sous l'averse adverse, hésite entre une chope de "KRO", tradi mais légère de chez nous, et une pinte de "brillant ale" offerte il y a longtemps et qui, la traîtresse anglaise, doit avoir à ce jour des qualités sublimées. Crois que pas besoin de "pile ou face" j'ai déjà choisi et l'engagement et la réception, épicétou !!!!!!

    RépondreSupprimer
  18. Ah ben on nous les avait annoncé avec un grand chelem , le Reitiere qui en disait tant de bien dans Libe ce matin doit déchanté ....
    «  Espérer moins et aimer plus «  À méditer ....

    RépondreSupprimer
  19. Et Bastareaud par ci et Bastareaud par la ...
    Le test ultime ... bon ben good game Mathieu et non tu n’as pas la pression , c’est juste que si tu es pas au niveau ce sera cuit pour toi ....
    la aussi «  espérer moins et aimer plus « 
    Vais finir par le défendre tiens !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bastareaud, peut être une des clés pour ces partenaires. C.est ce qu.on peut espérer. Pas que FTD soit un 10 maître du terrain...

      Supprimer
  20. Lorsqu’on lit ce petit pensum nous faisant rêver, sur qu’on entre dans un autre monde que celui de nos rugbymen actuels. Et au regard de ce maquignonnage ambiant, que peut il y avoir sous leur casque stéréo les abreuvant de standards bien moulés ? Certainement pas une traversée d’interrogation existentialiste rugbystique comme celle de ce brave Dr Pack. On est plus dans des interprétations physico-physiques que dans une interprétation poétique du jeu. Normal, z’ont pas la clé de sol. Et le jeu qui a pris la clé des champs...
    Avant, on parlait de poète, pour celui qui faisait pas dans la dentelle...
    Sinon, il serait urgent que l’EDF soit capable de faire ce qu’elle est incapable d’imaginer... serait ce trop rêver ? Où va t’on encore crever l’oreiller ?... Ben pourrait pas participer cet aprèm à vos (d)ébats poético-ovales, car plus d’internet pour l’instant. Suit discrètement sur
    celui de ma wife... Bonnes gammes !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Attention aux faux amis, Sergio, un pensum est une punition... ah ah

      Supprimer
    2. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

      Supprimer
    3. Mais te connaissant, j'avions traduit, no souci. C'est ce qui est fort sur Côté Ouvert, c'est que dans la mesure où on se connait et on s'apprécie, même si nos avis divergent et que nos claviers dérapent, nous pouvons mettre une intonation derrière une phrase, un sourire sur une humeur.
      Je pense que c'est un privilège des Quinconces qui donne à ce blog un relief emprunt de beaucoup d'humanité.

      Supprimer
  21. Enseigner l'Histoire du rugby en France, c'est simple et presque inutile, nous avons changé totalement de Civilisation et en un mot je vous dis pourquoi: avant notre rugby d'élites venait du Terroir, et ce terroir n'existe plus.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Si Georges, il existe et constitue la base solide du rugby. C'est qu'aujourd'hui nos regards sont tournés vers l'élite, le sommet de la pyramide, le Top 14. Comme dans la caverne de Platon, nous voyons des ombres et nous pensons que c'est la réalité.

      Supprimer
    2. Ombres et lumières, par St Denis ?,

      Supprimer
  22. Des terroirs enterrés et des cépages oubliés... Et une production de jeu AOP largement encadrée, musculairement parlant.
    Tiens, je viens d’adhérer hier, au sein d’une assoc. « Terre de treille » qui essaie de faire redécouvrir des cépages oubliés pour certains parents de cépages actuels. Elle organise chaque année un salon découverte sur 2 jours, avec des producteurs les cultivants

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ca mériterait un détour...

      Supprimer
    2. Ça donne envie !!! Copain avec Terre de Liens ?

      Supprimer
  23. Bonjour Richie...Peux tu nous décrire ton dispositif de visionnnement pour ce jour ?
    Tu seras au stade de France ?
    Tu fais comment pour regarder Montpellier Racing et Irlande Ecosse en même temps.
    Et les autres....vous aurez vu combien de matchs dimanche soir, vous vous y prenez comment? Moi j'en compte 9...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Suis en soutien au desk. C'est un autre journaliste web (j'essaye de partager) qui sera à Saint-Denis. J'ai deux télés devant moi, et je découpe mes écrans. C'est la NASA... De 14h45 à 22h45...

      Supprimer
    2. ben faut juste choisir, impasse sur le Top machin pour moi, je vais certainement regarder Irlande Ecosse après on verra bien, mais probablement les filles ce soir ... ah zut ! je viens de rater Moldavie Portugal !

      Supprimer
    3. Salut, juste regardé ce matin en accéléré les jeunots d'hier soir, tout à l'heure l'EDF épicétou ........... Le FLOP.14 ne m'intéresse pas, et puis je refuse de payer un droit de regarder mon écran, donc ou ça se passe sur les chaînes gratuites ou ça se passe sans moi.
      De plus, s'enquiller des heures et des heures de rugby, à part si t'es payé pour ça bien entendu, pas mon truc, en toute chose il faut raison garder, si encore l'indigestion se faisait avec des mets de qualité certifiés ...........
      Allez, à tout', là tout de suite c'est balade avec Fagot, l'ovale bien tenu dans les crocs et les courses chaloupées qui me mettent à chaque fois la tête à l'envers.
      Moldavie/Portugal, le résultat ????

      Supprimer
    4. Faudra que tu nous envoies une photo...alors ce soir c'est France Angleterre filles et Brive Clermont ?
      Et combien de "papiers" à produire avant de rentrer chez toi?

      Supprimer
    5. La Moldavie, en vrai ça existe pas en vrai, juste dans Tintin !
      Tin, pas vu la tronche à Galtier depuis longtemps, la pris, non ?
      Allez, Scotland, del..., Scotland !

      Supprimer
    6. La Castafiore te dit Moldavie/ Portugal c'est 10-29 .🏈😁

      Supprimer
  24. https://www.lequipe.fr/Rugby/Actualites/Toulon-vincent-clerc-et-josua-tuisova-titulaires-devant-agen/882774
    Allez Agen ce soir on se repose, on lâche le match ou du moins on entre dans l’histoire en laissant Vincent Clerc pulvériser le record d’essais.... Il le mérite le garçon pour service rendu au rugby français. Ça fera plaisir à son beau papa.

    RépondreSupprimer
  25. Galtier super costume manteau un geek 😂 ...place aux délices du tournoi

    RépondreSupprimer
  26. Le ton est donné et Cazalbou royal aux commentaires

    RépondreSupprimer
  27. Marée verte et opportunisme écossais 3/0 pour l'Écosse

    RépondreSupprimer
  28. le rugby en réalité Hoggmentée

    RépondreSupprimer
  29. La machine bleu se met en route ....

    RépondreSupprimer
  30. Opportunisme plaisant qui réussit aux verts cantonnés dans un jeu trop stéréotypé 7/3 pour l'Irlande

    RépondreSupprimer
  31. On parlait d'invention dans cette chronique, de créativité. Vous avez vu cette combinaison irlandaise en attaque ? Partir dans le fermé pour croiser le jeu et percer dans le côté ouvert (ah ah). Il y a quelques années, ce sont les Français qui auraient inventé cela.

    RépondreSupprimer
  32. Zont pas de chance avec leurs centres, les Ecossais. Deux passes totalement nazes. Dignes du XV de France. Je sais, je suis dur. C'est pas gentil. Je retire.

    RépondreSupprimer
  33. Les bleus sont de plus en plus prégnants sur le jeu malgré la vendange d'un essai de cadets

    RépondreSupprimer
  34. Ringrose déchaîné ... il a plein de matches en retard dans les guibolles

    RépondreSupprimer
  35. Un peu déçu de ne pas voir plus d'essais tout ça parce que la technique fait défaut ....Bon l'esprit est la ainsi que le haut niveau

    RépondreSupprimer
  36. 3 essais, ca coupe les pattes à ce niveau-là

    RépondreSupprimer
  37. Allez en route pour le grand chelem ...

    RépondreSupprimer
  38. Scottish Blair mieux que le French Flair

    RépondreSupprimer
  39. Eh bien non ! essai écossais enfin. Et si le match était relancé

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mais ils se bouffent le match tout seul quand même !!!
      C’zst Fou ça 2 essais vendanges et un cadeau !!!!

      Supprimer
  40. Trop pénalisés, les Ecossais ! 10 fois. On sait que c'est le maximum autorisé au plus haut niveau.

    RépondreSupprimer
  41. l'Irlande lentement mais sûrement maîtrise son rugby dans tous les compartiments ... Quand on voit la prestation de Ringrose et son gabarit, avec nos coffres à ballons, on peut retourner à l'école

    RépondreSupprimer
  42. Je file, un avion m'attend ...pas pour moi le Crunch cette année sorry ! Et pas envie de voir de la soupe à 4 balles

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je pense qu'il te suffira, Alain, de lire les commentaires ici pour avoir une idée assez précise de ce qui se sera passé à Saint-Denis...

      Supprimer
  43. Ca commence bien. 3e : Slimani pénalisé en mêlée et l'Angleterre ouvre le score. Oups...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Puis énorme séquence offensive anglaise à partir d'une pénalité contre les Français au sol (5e-7e). Bastareaud arrête la marée blanche.

      Supprimer
    2. L'alignement français deux fois contré (9e et 10e). Aïe.

      Supprimer
    3. Pardon, trois fois (12e)... C'est juste pas possible. Et pénalité contre Vahaamahina au sol. Ca commence bien (mal, je veux dire)...

      Supprimer
    4. Il faut une interception de Grosso pour que la France commence enfin à jouer (14e). Mais l'en-avant de Slimani plombe ce temps fort. KO de Bonneval... Pas de premier round d'observation.

      Supprimer
    5. La première demi-heure : le XV de France est dominé territorialement, n'a pas de touche ni de mêlée. Ca va pas être facile.

      Supprimer
    6. Tout est à l'équilibre, stats et score. L'attaque anglaise se heurte à la défense français. 9-9. Un deuxième match va démarrer en seconde période. Mais pour empêcher l'Irlande de remporter le Tournoi dès ce soir, ça va être coton.

      Supprimer
  44. Réponses
    1. LEs Anglais ne sont pas au mieux sur ce tournoi et ça se voit ...
      Aucune de ces deux équipes ne pratiquent un bon rugby ... nous très imprécis et eux ont du mal à déstabiliser notre defense
      La fatigue va désigner le vainqueur

      Supprimer
    2. Oui. Un plaquage manqué, un espace et hop. Faudrait pas que ce soit sur une faute française au sol...

      Supprimer
  45. Carton jaune ! Essaie de pénalité
    Pas bien les amis Anglais ...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Belle passe au pied de FTD pour Grosso. Carton mérité. 16-9 et une autre occasion initiée par Grosso. Mais elle est vendangée à 4 vs 2. Quel dommage...

      Supprimer
    2. Et 3e pénalité en mêlée contre Slimani. Il faut le sortir d'urgence, sinon on va le payer cher très bientôt.

      Supprimer
    3. 58e : ça y est, enfin, Slimani est remplacé.

      Supprimer
  46. C’est fou de prendre autant de temps pour prendre cette décision !!!
    Déstabilises nos meilleurs amis ... doit être fou le Eddie

    RépondreSupprimer
  47. Quel match de fous ! Et c'est papy Beauxis qui marque le but qui fait du bien en toute fin de match... 22-16. ON va tenir ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. On a tenu. Mais dans la souffrance. Oh piting...

      Supprimer
  48. Mon dieu qu'il est con ce Beauxis... Pied court.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Comment dire ? Autant d'innocence dans le jeu à son âge, c'est rafraîchissant ..... Mouhahaha !

      Supprimer
  49. comment dire ... allez une belle victoire avec de l’envie quand même , bien pour les joueurs ..
    Des Anglais qui reparte avec un gros mal de tête .. mauvais tournoi pour eux , victoire à l’arrachée contre Galles , défaite contre l’Ecosse et la France et une Irlande survoltée la semaine prochaine
    Pour nous Galles serait une confirmation du début d’une amélioration

    RépondreSupprimer
  50. Bon allez, direction Cardiff ! Je prépare ma valise...

    RépondreSupprimer
  51. Bouvines, ce devait être un peu comme ça.
    Fine connaisseuse, Madame Irma : moche, tendu, violent, petit écart. Les cochons roses, qui avaient beaucoup d'atouts mais perdu le mode d'emploi, n'ont pas su battre les coeurs vaillants. Bastareaud, Grosso, Guirado, Machenaud : oh, oh, oh, oh ! Sans oublier Camaro.
    Pour une fois, personne ne vilipendera l'arbitre. Pour le rugby, voir Irlande-Ecosse.

    RépondreSupprimer
  52. Vol retardé ... Ne faisons pas la fine bouche, victoire solidaire basée sur la défense, avec un mental fort, hélas 2 poissons rouge Slimani et Beauxis ... Laporte reprend du poil de la bete

    RépondreSupprimer
  53. C'est encore une fois Monsieur Antoine qui avait raison lorsqu'il a décrit le syndrome Jean-Claude Dusse
    « On sait jamais, sur un malentendu, ça peut marcher »...

    RépondreSupprimer
  54. La succession d'Eddy Jones est ouverte. Bon dimanche

    RépondreSupprimer
  55. Et ce matin festival des frères Barret à Wellington. Tandis que Woods revient dans le jeu...

    RépondreSupprimer
  56. Le monde change...

    livenbs2018inside.blogspot.com
    Je vous embrasse.

    RépondreSupprimer
  57. Bon, hé, pas bouder le plaisir quand-même, depuis tout petit battre les Anglais m'a toujours fait battre le cœur un peu plus vite. Et bien voilà, c'est fait, moi qui critique souvent les bleus, franchement m'ont rendu un peu de la fierté qui s'en était allée, pour une fois j'ai bien aimé les ingrédients qu'ils ont mis dans la partie.
    Bon la victoire pas faire la fine bouche, mais vraiment je me demande ce que viennent faire à ce niveau Slimani et Beauxis, pas vu non plus qu'il y avait un arrière en EDF ?? Si ?? Ah !! Qui ??. Quel énervement et agacement devant la faculté de Machenaud pour ralentir tous les ballons et ne pas savoir mettre de la vitesse après une dynamique de départ, c'est bien de mettre des points au pied mais marquer des essais sur nos points forts c'est pas mal non plus.
    J'ai failli exploser le poste au coup de chausson de minime de Beauxis à la 81° pour rendre un dernier ballon aux autres, dernier ballon qui a bien failli se transformer en défaite, s'en est pas fallu de grand chose.
    Camara c'est du tout bon, hein, et le petit Couillou en quelques minutes sur le pré a bien montré la différence entre un joueur de rugby avec de l'appétit et un gestionnaire du jeu, même avisé.
    Allez, j'ai regardé ce soir les extraits de IRL/ECO, quel gâchis les Scottish sur des actions gagnantes, j'aime bien qu'ils ne dévient jamais de leurs principes de jeu et leur envie toujours vivante de faire respirer leur rugby, les soldats de la verte Erin me font pas rêver, c'est sérieux, appliqué, sans génie, bons travailleurs, ça gagne souvent mais ça donne pas envie plus que ça.
    Bon, j'espère que la 3° mi-temps EDF ce soir sera joyeuse et animée, même un peu déchirée je le leur souhaite, z'auront certainement droit à la tournée du prés', et comme ils n'ont pas pris la fessée sur le pré ils éviteront ce soir de vouloir la rendre !!!!!!
    Allez vive la France, oui oui oui je suis content, une semaine et Galles, on a voir s'ils grandissent ensemble, chaque match un peu plus, mais vraiment que JB et ses adjoints se débarrassent des ceusses qui nuisent au collectif, puisque l'on bâtit, prenons des matériaux solides et quelques innovations autour, pas avoir peur de changer, ils ne sont pas là pour gagner le tournoi et la CDM, sont là pour construire l'avenir !!!!!!

    RépondreSupprimer
  58. Camara, Poirot, guirado, la charnière, les ailiers, vraiment à la hauteur et ne boudons pas notre plaisir, on a l'impression que l'on a ouvert des verrous dans les têtes.
    match référence ? moralement, j'espère, qu'ils ont conscience de ce qu'ils sont capables.
    Beauxis ? j'aime bien son petit côté hitchkockien...
    Slimani ? y a pas quelqu'un qui peut lui dire que tous les arbitres le connaissent et qu'ils ne vont pas le rater...et corriger sa position en mêlée.
    une confirmation à Cardiff ?

    RépondreSupprimer
  59. https://www.youtube.com/watch?v=biPktc8kdNw

    You're just a Guirado and everywhere you go,
    People know the part you're playin'.
    Play every relance, oh what a puissance
    Ooohh what they're sayin'?
    There will come a day, when youth will pass away,
    What will they say about you?
    When the end comes you know, there was just a Guirado
    Life can't go on without you .



    RépondreSupprimer
  60. Lors de ces dernières années la détestation de cette équipe de France sans intelligence (je ne parle même pas de génie et autre révélation transcendantale, encore moins immanente) est montée crescendo surtout depuis ces dernières semaines. Là y'a une pause car ce sont les Anglais et c'est suffisant à lui même comme dirait l'autre. Et de fait c'est le gros voire l'énorme tronc d'arbre de 10m2 qui cache la misère rugbystique...

    RépondreSupprimer
  61. C'est curieux mais pour la première fois peut-être, une victoire sur l'Angleterre ne me cause aucune joie particulière. Content, bien sûr, mais pas plus que si l'EdF avait battu une autre nation. Ce rugby à l'ancienne, celui que d'aucuns haïssaient suffisamment pour désirer une déculottée face aux Farrell's boys, a peut-être trouvé une seconde jeunesse, confirmée par l'absence presque totale de mecs capables de pratiquer un jeu plus moderne, plus rapide, plus technique, plus créatif. Pour n'illustrer que par un seul exemple, quel Brunel sortira Machenaud pour imposer un Couilloud ? D'autant que les points forts de Machenaud ont bien fonctionné et que ses points 'faibles' arrangent bien les bidons de ses coéquipiers. Pour le dernier round, Madame Irma mettra une piécette sur les Gallois, mais pas davantage. Imaginez que les Bleus étouffent les Rouges et nous sommes repartis pour des années. Ceux qui pensent sérieusement que nous pouvions (devions) battre Irlandais et Ecossais rappelleront en ricanant le Grand Chelem envisagé par papy Brunel. Pas mal pour une nation classée dixième dans la Voie Lactée...
    En fait, je ne vois que l'Ecosse à avoir suivi les leçons dispensées entre Wellington et Christchurch. L'Irlande gagne en réduisant la voilure et l'Angleterre perd en tenant de l'augmenter. Ce qui revient à dire (tiens, tiens) que l'essentiel dépend de la qualité des joueurs disponibles. Michel a foutralement raison de souligner le rôle des deux Barrett, vainqueurs de Crusaders dont la légendaire solidité fut insuffisante. Et, au niveau international, rappelons que les AB alignent 'quinze Barrett' avec quelques autres sur le banc. Pourvu que Ben Smith soit intact !
    Cela dit - et j'en prends Michel à témoin - la hargne et l'engagement De Beauden et Jordie sont dignes de Guirado, sinon ils n'existeraient pas. Différence : ils ont eu leur bac à Louis-le-Grand, pas à Saint-Mesnoix sur Midouze.

    RépondreSupprimer
  62. Soirée parfaite. Les garçons et les filles... Vincent Clerc 100ème, UBB qui perd son 3ème match à domicile avec un entraîneur qui a l'outrecuidance d'avoir dit que l'an prochain ils seront évidemment dans les 6.
    Ben non personne ne peut garantir une place dans les 6. Demandez à La Rochelle qui risque de ne pas y être.
    Marty va devoir se poser les bonnes questions car le public bordelais pourrait se lasser de venir voir des matchs perdus... Un peu d'humilité dans ce top 14 où les petits ne se laissent plus faire...
    Ah au fait je suis pour un top 16. Deux poules de 8 de "brassage", puis une poule de 10 pour phases finales (mais matchs déjà joués première phase pas rejoués, et pris en compte, ce qui donne de l'importance à la première phase)et poule de 6 pour descente (là on remet les compteurs à zéro et on joue 10 matchs). Deux journées gagnées seulement ce qui ne fâchera pas l'opérateur TV. Constitution des poules selon le classement de l'année précédente avant phases finales selon pointavérage (1-3-5-7-10-12-14-16 ; 2-4-6-8-9-11-13-15)

    RépondreSupprimer
  63. Bon, battre les rosbifs, même petitement, même en se faisant pipi dessus pendant les dernières minutes, ça fait plaisir... Merci les gars !
    Sinon... une petite équipe d'angleterre à part quelques séquences, Slimani qui coûte 6 points (comment ? 9 ?), Beauxis qui déconne comme un junior... Pas de quoi grimper aux rideaux ! Ca n'est pas un hasard si les écossais les ont battus aussi...
    Mais il y avait quand même du mieux dans l'envie et l'engagement, individuellement certains on montré qu'ils ont le niveau...
    Content pour Bastareau qui a montré qu'il est bien meilleur joueur de ballon que ne le dit la rumeur publique, pour Grosso (où avait-il disparu celui-là ?!), pour Couilloud qui a un Machenaud dans chaque jambe et deux dans chaque oeil, pour FTD qui fait un match solide...
    Un truc m'a frappé, les anglais sont revenus juste après un changement massif chez les français, comme s'il avait fallu aux nouveaux un moment pour se mettre dans le truc. Pourquoi ne pas échelonner les remplacements ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Comprends pas vraiment les remplacements, on l'a déjà dit ici, mais si l'équipe tient bien, pourquoi remplacer un ou plusieurs joueurs ??? On ressent dans ces remplacements presque l'obligation de donner un petit temps de jeu aux cireurs du banc. Eh bien, non, par exemple FTD était très cohérent dans sa conduite du match, le remplacer à 8 minutes de la fin ne rime à rien, le temps de t'y mettre en passant la première quand les adversaires sont en surmultipliée, le moteur s'étouffe, d'autant quand t'as plus 20 ans.

      Supprimer
    2. oui totalement incomprehensible, à moins de remerciements qui peuvent donner vers la défaite

      Supprimer
  64. Un petit bout déjà que les Rosbifs se francisent,non ?
    Un championnat anxiogène, des mécènes exigeants, ça vous rappelle rien ?
    Et le demi-jaune serait il passé de précis à tatillon,de leader maximal à casse noisettes ?
    C'est pas une bonne nouvelle pour le Rugby qu'un de ses plus beaux fleurons qui nous à quand même sorti quelques symphonies ces dernières années retombé dans le bal musette.
    Sinon, coups de pompes en moins, Lartot en plus ( enfin ...), un bon vieux Montchanin /Lannemezan.
    Allez, le Rugby c'était deus heures plus tôt.

    RépondreSupprimer
  65. Réponses
    1. On se réjouit notamment de voir quelques joueurs avec un très bon niveau pendant 80’
      Mais que se passe t il chez les Anglais ? Poussifs , désorganisés , lents , une impression d’equipe au bout du rouleau ... battent les Gallois grâce à une erreur de TMO , deux défaites consécutives et une troisième qui se profile Samedi prochain si ils évoluent comme hier ? Les joeurs n’ont plus de peps
      La confiance grâce à une belle défense pour nous , une belle intensité pendant 80’ mais toujours de grosses lacunes qui ont été relevées
      Mon impression est que , sans rien enlever à la victoire , ce match contre l’Angleterre loin de son standing n’a pas la valeur qu’on veut bien lui donner
      Galles sera un test plus probant et les fameuses tournées nous diront si l’on progresse sur les chantiers en souffrance , je ne parle pas de résultats mais de progrès à matérialiser ...
      JB revient avec son «  on est pas loin «  je maintient qu’il se trompe , je sais il fait de la comm ...
      hier c’est l’angleterre qui s’est rapproché de notre niveau , pas l’inverse ...
      le fait marquant de ce tournoi sera l’accident industriel Anglais qui pourrait finir 4’eme

      Supprimer
    2. Une victoire en trompe l'oeil devant des anglais de plus en plus moribonds qui aura le mérite d'etre confirmée à Cardiff. Le registre défensif sera t-il suffisant pour passer ce cap ? J'en doute. À voir.

      Supprimer
    3. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

      Supprimer
  66. Petite revue de presse "en face"
    le Daily Mail : "Liberté! Egalité! Catastrophé! Forget ‘Le Crunch’, England suffered ‘Le Crash’ as their stock hit an all-time low under Eddie Jones." Je mets aussi le lien vers l'article pour les anglophones, il y a des stats intéressantes http://www.dailymail.co.uk/sport/rugbyunion/article-5485403/France-22-16-England-Ireland-win-Six-Nations.html
    Sunday Express : "France vs England RECAP: How Ireland won Six Nations as Eddie Jones' men lose AGAIN"
    The Guardian : "The battle was lost and the war long gone with barely a shot fired in anger until the closing stages. Thus did England unravel in Paris to the extent they are now at their lowest ebb under Eddie Jones...But make no mistake, the clouds looming over English heads have blackened."...

    Connaissez vous le sens du mot "COMPOSURE " ? Ca signifie le calme, la maîtrise de soi, voire le sang-foid ... Ce mot revient sous la plume de la plupart des commentateurs britanniques ; ils font observer qu'à la différence des Irlandais plus tôt dans l'après midi, les Brits ont manqué de composure . C'est presque une trahison de l'idéal rosbeef : nous sommes maîtres de nous ( accessoirement maîtres du monde ) et nous sommes flegmatiques, rien ne nous atteint .... On les disait arrogants justement car ils ne montraient aucune émotion, on a vu hier en fin de match des Anglais défaits dans tous les sens du terme . De plus fins analystes vous expliqueront les autres raisons de cet échec mais pour moi il est là . Je ne crois pas que l'EDF a gagné, je suis persuadée que les Brits ont perdu ... tout seuls ou presque ( nombre de fautes ).
    En perdant leur mental, ils ont permis à une France rocambolesque de s'imposer - tant mieux au moins on a rigolé ! - Après tout c'est sympa de penser que cette EDF si déglinguée parvient à contrarier l'excellence ! Face à la fougue galloise, je me demande quand même si nos à peu-près, nos n'importe quoi et autres foucades rugbystiques suffiront . Bah ... il paraît qu'il n'y a rien de plus déstabilisant pour un bon joueur de tennis que de jouer contre un mauvais, il en perd ses moyens, s'énerve et finit par perdre son jeu . Travaillons donc le baffling rugby à donf, baffle ça ne veut pas dire mettre des baffes non .... ça signifie "déconcerter" .





    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et 'kon' en polonais ça veut dire cheval. Comment dit-on jument ?

      Supprimer
    2. C'est sur que quand tu maitrise la conquête et que tu perds autant de ballons au sol,que tu pige nib tout le match à un arbitre exotique mais cohérent, tu peux que t'en bouffer les...., pardon, t'en vouloir.
      Trop bons soldats, un trop grand chef en tribunes, pas de vrai leaders sur le pré?
      Au fait, paraît qu'à Grenoble on à retrouvé des bleuettes dans les bouges à fesser de jeunes ephebes, info ou intox.
      Allez, la Castafiore mène l'enquête. 😊

      Supprimer
    3. Tu as raison, Sylvie. les Anglais nous donnent le match. je vois les commentaires signalant la qualité de ce XV de France. La qualité des hommes mais le jeu ? Les Anglais ont deux fois l'occasion en fin de match de l'emporter d'un point à la dernière seconde et se plantent par précipitation... Ah, Beauxis...

      Supprimer
  67. Ah je m’en suis pris de work on your composure ...
    Très drole Charles comme d’hab
    Merci Gariguette pour la revue de presse J’avais la flemme
    Bon quand même on a l’air tous d’accord même sur la jument sur notre performance réelle

    RépondreSupprimer
  68. Enfin, quand même, Messieurs et Madame, le fait du jour ou du we c'est à Grenoble, plus de 18000 présents et un match de haut niveau, avec des actrices dignes d'oscars.
    Au fait Monsieur le patron du blog, j'espère que tu as toujours une certaine hauteur au sein de l'Equipe voire l'Equipe.fr, pour te dire que beaucoup sont déçus, de n'avoir à lire qu'un semblant d'article, peut être tiré de l'AFP, sur la narration de cette soirée Grenobloise. La femme est toujours l'avenir de l'homme, voire et surement des écoles de rugby

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah Georges
      Je ne peux pas être partout
      Tournoi masculin et Top 14. Pour le reste je ne gère pas. Sinon ce serait des journées de 14 heures... Sorry. Je ne pense pas qu'il y ait d'ailleurs seul envoyé spécial de L Équipe à Grenoble... La aussi on joie à effectif réduit. Crise papier oblige.

      Supprimer
  69. 49e mn, et toujours rien sur la scène à St Denis. Pas de lumière qui brillait, entre une équipe qui la cherchait toujours et l’autre qui essayait de ne pas la perdre. Le crunch n’avait pas de goût, même pas praliné... Puis il y eut ce coup de pied à suivre qui ne s’imposait pas forcément mais ce fut le choix. Déclenchant cet essai de pénalité qui ne s’imposait pas non plus à mon sens, car sévère. Mais ce fut le choix de l’arbitre. Et on ne vas surtout pas y revenir dessus. D’ailleurs curieusement, personne n’en parle. Sachant que ce fut l’issue du match. La rose ayant perdu de surcroît, un pétale. Ajoutez 19 fautes anglaises contre 11 françaises (quand même, n’est ce pas Slimani). Et les rosbeefs entraient en boucherie. Même si tout ne fut pas rose pour déglinguer toutes ces épines, et faner la rose. Enfin, la lumière fut et dans ce halo, Rastastresse en vedette. Finie la détresse, déstresse. Et l’EDF de broder une rose sur le gazon, poésie ! Le monde changerait il, Michel ? Un match qui aurait pu finir avec plus de 10 points de différence, si l’EDF avait su conclure à son avantage sa supérorité numérique dans le jeu. Mais restaient quelques épines, et une dans le pied de Beauxis et son dégagement de poussin. Mais Bastazorro était là, comme la clef (une) du match (comme je l’avais évoqué plus haut), avec son fidèle Bernaguirado. Le vrai rassembleur de cette équipe. Tout ne fut pas abouti dans le jeu, notamment dans la conquête qui pèche toujours. Mais dans la victoire ce le fut avec une grosse volonté et défense, devant des anglais sans envergure, certes. Ce qui permet d’envisager d’aller blanchir le poireau, qui ainsi ne cacherait pas la forêt, même si elle paraît encore vaste.... Bref, un orgueil coquelard revenu. Confirmé par des féminines vainqueurs de justesse mais avec de beaux essais à la clefs. Et chez qui les garçons devraient aller chercher de la ressource... en terme de jeu.

    RépondreSupprimer
  70. j'étais un peu inquiet sur la pertinence de mon commentaire d'hier soir, posté après un repas amical prétexte à une dégustation de produits locaux (Saint Péray blanc, Crozes-Hermitage rouge, Hermitage blanc et rouge)... Ben à relecture et après avoir revu plusieurs séquences du match, je persiste et signe :
    - l'équipe anglaise a été surprenante de médiocrité, sauf dans quelques moments comme l'essai de la 70°, et de passivité. L'impression qu'il considèrent que leur classement devrait leur valoir match gagné d'office, que ça les fait ch... d'avoir à se défoncer pour être meilleurs que les mecs d'en face.
    - Une équipe de France qui ''s'est envoyée''comme on dit pour faire initié. On en avait un peu l'habitude, mais ce qui a été nouveau c'est qu'on a vu quelques séquences intéressantes avec des combinaisons qui fonctionnaient et des joueurs qui se trouvaient enfin.
    - l'importance d'avoir quelques ''caractères'', du genre Bastareaud, pour dynamiser les autres. C'était étonnant de voir Basta tenir le rôle de capitaine tout au long du match... Au-delà de sa performance individuelle, je pense que le leadership (Gariguette je te laisse le soin de traduire !) qu'il a assuré a pesé lourd dans le résultat. Il a fait le boulot que Guirado (excellent par ailleurs) ne sait pas faire.
    - le coaching de Brunel a déstabilisé une équipe qui tournait rond et a failli conduire au désastre.
    - C'est sur que ce résultat a fait plaisir (Ah ! la tête des anglais au moment du ''sorry, good game''!), mais ne rêvons pas trop !! Un essai de pénalité un peu tiré par les cheveux, des anglais fébriles et poussifs, ça fera du bien aux statistiques, mais c'est loin de faire de nous les favoris de la coupe du monde !
    - j'identifie trois difficultés à résoudre rapidement si on veut vraiment améliorer cette équipe :
    * la charnière. Evidemment que Machenaud a été précieux par ses tirs au but. Mais qu'il est lent ! on a vu tout de suite la différence quand Couilloud est rentré ! FTD n'est pas un génie, mais il est bien au-dessus de Beauxis et même, par son expérience, de tous les petits jeunes qu'on a blessés les uns après les autres. Mais il est urgent de choisir une charnière et de s'y tenir !
    * les phases statiques. On a été plutôt mauvais en mêlée et en touche. Mais ça ne m'inquiète que moyennement, on n'était clairement pas à notre niveau.
    * la discipline. Et particulièrement Slimani. Je ne l'ai pas trouvé très bon dans le jeu, mais c'est pas possible de se faire systématiquement pénaliser en mêlée. S'il n'est pas capable de se corriger, il faut le virer !

    et, en guise de conclusion, une évidence que ce match a parfaitement illustré d'un côté comme de l'autre, l'important c'est pas d'avoir des joueurs de génie ballon en main, c'est d'avoir des joueurs au soutien du porteur de la balle. C'est beau le rugby, pas vrai !?

    Bon, je vais de ce pas finir la terrine de foies de volailles d'hier soir avec un fond de Crozes que je dégusterai à la santé de vous tous !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Daniel, de la région septentrionale des CDR ??

      Supprimer
    2. Oui bien sûr ! en l'occurence il s'agissait d'un crozes 'les jalets' de Jaboulet...
      Si tu veux quelques adresses, pas de problème !
      Richard, à quand un raout à Romans, vieille terre rugbystique et proche de quelques unes des meilleures appellations de notre beau pays qui en compte pourtant beaucoup ! Je peux me charger de la tournée des caves !!!

      Supprimer
  71. "J'ai rêvé que le XV de France habitait un éclair, que le soleil était bleu, et les pesanteurs transpercées par le fer de l'imagination. J'ai rêvé d'une révolte unifiée, fugitive et résolue, de convictions liées les unes aux autres sur un sentier qui favoriserait l'audace, celle des exclus s'agrégeant à celle des comblés."
    Il faut rêver, parfois. Souvent.

    RépondreSupprimer
  72. Donc, une victoire qui génère d'abord de l'insatisfaction. Si j'ai bien tout compris, un France-Italie bis, soit deux matches d'où ressortent les faiblesses de l'opposition. Il est vrai que, même en tenant compte de la difficulté à encenser les résultats des Pieds Nickelés Laporte-Simon-Brunel, la performance anglaise pose question. Si nos avants avaient joué comme les leurs, qu'est-ce qu'ils entendraient !
    Mais, ce qui pose le plus question, c'est le jugement que l'on se permet, à tous niveaux, sur la qualité supposée de certains Français. Bastareaud ne sait qu'être un coffre à Ballons : il fait des passes comme je n'en avais pas vues depuis longtemps sous le maillot bleu. Trinh-Duc est notre ouvreur par raccroc ou par défaut : on loue sa direction de jeu et on déplore son remplacement. Machenaud, certes, butte bien, mais il est effroyablement lent. Ce qui revient à dire qu'il est le clone d'un Parra dont on souhaitait le retour. J'insiste : sa 'lenteur' est, hélas peut-être, le rythme qui convient à ses avants, voire ses arrières, elle les préserve et de l'asphyxie et du devoir de prendre des décisions rapides.
    Ce XV sans idée force, sans supers talents, sans capitaine visible, est certainement médiocre, mais il a le mérite de constituer une vraie équipe qui, la plupart du temps, fait plutôt bien le peu qu'elle sait faire. Je ne sais pas ce qu'ils ont fait de leur troisième mi-temps, mais chacun a pu ruminer tout son saoul: 'J'ai deux victoires et deux (petites) défaites au compteur, qu'est-ce que ce serait si j'étais moins nul...'
    Autrement dit, ce n'est pas demain qu'un président et un entraîneur adulés aligneront l'équipe de nos rêves. Au fait, laquelle ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. à défaut d'All Blacks, les Ecossais ça me plairait bien .

      Supprimer
  73. Bonjour à tous, et bien je trouve que les jugements des uns et des autres, et le mien aussi parfois, sont très sévères pour notre EDF.
    Et d'une, arrêtons de toujours appuyer sur le négatif -même s'il faut ben sûr en parler- et sachons apprécier, même du bout des lèvres, une prestation qui a rendu un peu de fierté au coq bien déplumé ces derniers temps.
    Vrai que le contenu de la rencontre, en matières d'initiatives, d'idée collective, de constructions, sur le plan technique (individuelle comme collective) notamment a été d'une indigence peu commune au niveau international. Mais ça ne doit pas cacher le cœur qu'ils y ont mis, bien entendu aujourd'hui la force principale de notre EDF c'est la lassitude de se faire traiter de petits joueurs et d'incapables, et donc le remède c'est de se resserrer autour de la fierté tous ergots déployés et du combat à délivrer pour ne pas mourir un peu plus à chaque rencontre.
    Bien sûr que ça ne suffit pas pour faire un grand projet et un grand XV de France, mais ils ne sont pas là pour gagner le tournoi ni la prochaine CDM, les joueurs choisis sont chargés de reconstruire un groupe, un collectif, autour d'un projet de jeu librement consenti et adopté, l'EDF est bien plus grande que les individus appelés à la servir c'est cela l'essentiel à ne pas perdre de vue.
    Dans ce cadre là, il devient évident match après match que certains n'ont pas - ou plus - leur place dans ce projet, que par exemple Slimani, Beauxis, Bonneval, voire à un degré moindre Machenaud, ne servent pas l'équipe. Pour ce dernier, même Laidlaww, grand-père peinard et malin avisé, donne plus de vitesse au jeu par le simple fait de l'anticipation du placement et de la passe instantanée, c'est dire !!!!!
    Pas d'accord non plus pour dire avec vous que c'est l'équipe anglaise qui a baissée son curseur pour nous permettre d'exister, jamais vu une équipe de là-bas brader une rencontre, quel que soit l'enjeu.
    Je crois plutôt, qu'en dépit de toutes ses imperfections, cette EDF a plutôt été cohérente dans sa conduite de match, certes bien meilleure défenseure qu'attaquante, mais laissons la mise en place se faire.
    Etonnant aussi l'apport terrible et presque décisif des changements pour les Anglais quand l'entrée de nos remplaçants a semblé plutôt plomber l'EDF. Ce culte de vouloir à tout prix donner du temps de jeu à tous est une belle connerie, ex FTD qui maîtrisait bien sa partie dans toute la palette du jeu d'ouvreur sorti pour donner des miettes à Beauxis, c'est nul, à 7 minutes du terme pour un ancien qui va mettre 2 à 3 minutes pour être dedans, à la 4° te met un coup de chausson de minime qui a bien failli nous refaire un second Waterloo.
    Allez, hauts les cœurs quoi, à trop vouloir qu'ils nous ressemblent, ou ressemblent à nos souvenirs, on risque de passer à côté de l'essentiel, de rester des ronchons perpétuels, n'attendons rien d'autre des prochaines saisons que de la construction, des tâtonnements, des hauts et des bas, des ajustements, souhaitons simplement que le staff, même inspiré, ne se prenne pas, à l'orée d'un succès anecdotique, pour autre chose que des bâtisseurs de l'avenir.
    Hier soir aussi, regardé les 10 dernières minutes de FR/ANG féminines, ça m'a scotché, et juste après, surprise, très beau sujet sur le "Crunch", magnifiques témoignages de Will Carling et Johnny Wilkinson, c'est quand tu vois que le rugby engendre des types pareils que tu comprends pourquoi ce sacré jeu de couillons nous fait tant remuer de sentiments, ici comme dans des vestiaires ou autour de talanquères remuantes.
    Allez hauts les cœurs, allez les bleus.
    Je vous cause pas trop du CAB ce matin, pas le coeur, ma fille, fidèle jusqu'à hier
    soir dans un stade A.Domenech de plus en plus creux -comme le jeu des Coujoux- n'ose pas m'appeler, c'est vous dire !!!!!!!!!!!!!!!!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Nini, sans dire que l’EDF a démérité et sans parler de sévérité des critiques mais plutôt de lucidité, les anglais sont bien au dessous de leur top et Eddy Jones en convient. Donc avenir à travailler encore et encore puisqu’on parle de travail en pro., et surtout sur la conquête, soutien au porteur du ballon... et vitesse, prise d’initiative pour Machenaud sauf à le remplace, d’autres assurant au pied. Et faudra bien que ça se fasse si on veut éviter « l’arbre cachant la forêt »...

      Supprimer
  74. Coucou, petit message pour nos amis et amies anglophiles, sans être ni sectaire ni anglophobe, mon petit niveau d'instruction ne me permet pas d'être au niveau des érudits d'ici et donc je n'entrave pas grand chose aux écrits dans la langue de Shakespeare, aussi souhaiterais humblement qu'il y ait la traduction de vos textes lors de vos envois, sont déjà assez énervants comme ça sur les terrains sans continuer à m'enquiquiner ici !!!!!!!!!!!!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Est ce que tu es d’accord pour dire que les Anglais font un tournoi medicocre compte tenu de leur statut ? Ça me parait un fait objectif au delà du match contre nous ...

      Supprimer
    2. Oui, absolument, sont en perte de vitesse après avoir carburé au super très longtemps, et ce n'est pas étonnant, les saisons durent 12 mois dans l'année, maintenir les joueurs au top des top continuellement n'est pas possible, seule la refonte de tous les calendriers redonnera du goût et de la saveur au jeu, le système NZ et ses mystères me paraissant surtout l'exemple à ne pas suivre, n'en déplaise à ses contempteurs.
      Mais cette manie (à laquelle je sacrifie aussi) de voir toujours l'herbe plus verte dans le pré du voisin, et dévaloriser ce qui se passe dans notre minuscule hexagone -tous domaines confondus- devient pesante, critiquons pour avancer.

      Supprimer
    3. Je pensais qu'on t'avait mis au courant Nini, mais les entretiens de Treignac se déroulent en langue anglaise ; serait donc temps de t'y mettre, mate . Pas vrai les copains ?

      Supprimer
    4. allez je vais t'aider, voici une phrase prise au hasard de la presse rosbeef ce matin ( The Telegraph ) ben je parie que tu vas tout comprendre : "England were emasculated in Paris, 22-16, failing the test of manhood that Eddie Jones had set them, unable to prove that they had any sort of virility in their game. "... fastoche l'anglais non ? 😉

      Supprimer
    5. Bon, au moins ils ne feront pas de choses que la morale réprouve dans leur chambre d'hôtel !

      Supprimer
    6. Bien compris Daniel ! Au passage, imaginez la presse française écrivant :
      "L'Angleterre a été émasculée à Paris, 22-16, échouant à l'épreuve de virilité qu'Eddie Jones leur avait imposée, incapables de prouver qu'ils avaient le moindre échantillon de virilité dans leur jeu." ...

      Supprimer
    7. Bo, chacun fait avec ses moyens, alors :
      Not manly so the friends, despite their great mahout E. Jones, from there to cause emasculation !!!!!!
      The bedside table at home, just good to collect the Bible of E. Jones, morning interro and if not good answers is spanking
      What else ?????
      épicétou !!!!!!!!!!!!!!!

      Supprimer
    8. Sorry, le BO pas glop, à votre bon choix m'sieurs dames "BON" "BOF" "BON DIEU" "BORDEL DE MERDE" "BOUDU L'AZERTY".
      Allez, bonne fin d'après-midi,à + de vous lire avec un plaisir sans cesse renouvelé.

      Supprimer
    9. et voilà Nini, tu vois comme tu progresses à vue d'oeil ? Suffisait juste de trouver le bon thème de discussion 😉

      Supprimer
  75. Viens d'écouter le débrief encadrement EDF, Slimani bon pilar en FLOP.14 des soucis à l'international (oui, et ??????), Beauxis on ne voit que ses erreurs mais fait aussi de bonnes choses ( ???? ), la touche et la mêlée problématiques faut qu'on en cause ( !!!! ).
    Me voilà rassuré, on cerne les problèmes, pour les corriger prière de prendre un billet dans la file d'attente.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et oui, sinon on en serait pas là ou on en est, même s’il y a eu soubresauts. Reste à jauger la file d’attente pour les voir grimper dans le quatuor mondial...

      Supprimer
  76. Sinon, où l’on entend parler de « nervous breakdovn » chez les anglais... et de chambrage de Woodward, dixit « la plus mauvaise EDF » après le match en Ecosse... et donc lui depuis, le plus mauvais connaisseur ??

    RépondreSupprimer
  77. L'important me semble de savoir si ce type de prestation peut nous amener à concurrencer durablement les cinq premiers mondiaux et je ne le crois pas.
    Plutôt l'impression d'une récession vers un jeu sécuritaire qui marchera une fois de temps en temps selon comme indiqué plus haut le syndrome Jean Claude Deusss.
    La c'était l'essai de pénalité, justifié car imparable sans la faute, tant mieux mais faudrait peut-être penser à se procurer plus d'occasions.
    N'y voyez pas une critique du staff, ni même des joueurs qui font plutôt bien ce qu'ils savent faire, à savoir remuer de la barbaque, mais nous savons tous ici d'ou vient le problème.
    Ne rêvons pas, le grand soir n'est pas pour demain matin, le chantier de notre Rugby pro colossal, alors la bastarisation des esprits, ça risque de durer encore un bout, que voulez vous qu'il fasse d'autre papy Brossard?
    Aller Chevreuse

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. "JULIE
      Que vouliez-vous qu'il fît contre trois ?
      LE VIEIL HORACE
      Qu'il mourût,
      Ou qu'un beau désespoir alors le secourût...."
      Oui bon sans doute un peu excessif Papy Corneille ...

      Supprimer
    2. J’aime bien la Bastarisation ds esprits
      Mais Papy pourrait puisqu’il a la confiance de Bernard , installer quelques espoirs pour qu’ils s’aguerissent au plus haut niveau , on s’obsede trop avec du résultats immédiat alors qu’on devrait se focaliser sur les progrès qui nous permettrons de rivaliser dans la durée .
      Allez commençons par Samedi prochain dans la capacité à tenir le rythme !

      Supprimer
  78. 'Un peu excessif' ! Complètement à la ramasse tu veux dire. Ce père de guerriers ne sait même pas que l'actuel général commandant suprême consul en chef vient d'expliquer aux foules hébétées que le métier de soldat comportait une 'spécificité unique'... Sait même pas le Normand que son fils aîné partait à la bigorne sans avoir réévalué son assurance-vie ni signé un contrat obsèques en pensant aux générations suivantes. Sait même pas que le fiston n'avait que trois jours pour profiter des occasions de vendre sa vieille diesel nationale contre un ultra-plat chinois à double percolateur intégré. Sait même pas si le testament protège les enfants d'un quatrième mariage ! Largué le Rouennais. Et qu'est-ce qui vient nous emm....... avec ce sort qui de l'honneur nous ouvre la barrière ? Quel sort ? Quelle barrière ? Quel honneur ? Doit spiker godon l'aut'con.

    RépondreSupprimer
  79. Je lis dans l'équipe du net, sous le clavier d'un nommé R.Bergogne qui s'exprime sans vergogne: " ... il est parfois reproché à Slimani d'effectuer sa prise au niveau du bras de son adversaire, effectuant ainsi une clé de bras qui déstabilise son rival et l'envoie au sol. Ça peut passer en Top 14, où tous les piliers truquent selon un cliché vieux comme le monde, mais rien ne lui est pardonné au niveau international".
    Alors là, soufflé le Nini, " TOUS LES PILIERS TRICHENT dans le FLOP.14 " ????? La règle ne serait-donc pas la même, et nos bons arbitres qui brillent à l'international disposeraient de deux bréviaires, l'un ou l'autre à utiliser selon affinités et compétitions ???
    Notre meilleur championnat de tout le monde entier, décidément, me semble rempli de telles tares qu'il ne faut pas s'étonner des soucis que nos EDF rencontrent.

    RépondreSupprimer
  80. un symbole de l'évolution de notre rugby de clubs pro ayant perdu leurs racines : la probable descente en fédérale 1 de l'US DAX, bien mal partie en pro D2. Mais Béziers avait connu le même sort, il y a quelques années, en espérant qu'ils remontent vite.
    pour en revenir au match de l'EDF, je trouve très sévère que l'on considère que c'est plus une défaite anglaise qu'une victoire française. On part de très loin, d'un match nul contre les Japonais, aux relents de défaite, après avoir mangé quelques branlées auparavant.
    il faut reconstruire, et ça commence dans les têtes, alors, soyons un peu positifs et optimistes et comme disait Churchill, un pessimiste est une personne qui voit les difficultés dans chaque opportunité, un optimiste voit les opportunités dans les difficultés.
    Quant à Machenaud, moi je veux bien avoir sa lenteur

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Machenaud son jeu au pied et sa défense sont irréprochables ! Il se fait prendre une ou deux fois à cause de sa lenteur dans la décision
      Les Anglais ne sont pas au mieux , une opportunité de se ressaisir en empêchant le grand chelem des Irlandais la semaine prochaine ... Eddie Jones ne dit pas autre chose et nous on validera nos progrès la semaine prochaine en accrochant les Gallois chez eux en répétant un match de haute intensité
      La frontière entre le pessimisme et l’optimisme pourrait s’appeler le réalisme , bien appréhender elle nous permettra d’etre de plus en plus optimiste pour enfin rêver

      Supprimer
    2. Si on est sévères ce n'est pas tant envers les joueurs que le contexte général dans lequel ils évoluent.
      Un état d'esprit remarquable, du moins ce coup ci, un coup de bol ( ou de vice, remember la vrai/ fausse blessure d'Atonio ), peut on vraiment construire dans la durée avec ces seul arguments?
      Difficile d'être optimiste à court terme sans réforme profonde de notre Rugby, c'est pas d'actualité.
      Quand à la Coupe du Monde, une opération commando peut être une quarantaine de joueurs en immersion pendant un an, genre cyclistes GB pour les JO, de l'élevage quoi, beurk.
      Allez rester optimiste vu comme ça!

      Supprimer
  81. Irlande-Écosse, du classique...France-Angleterre, une sorte de guerre de cent ans...Et une aimable distraction pour les remplaçants Gallois devant l'Italie...
    Au delà de la surprise de la victoire française devant une équipe anglaise soit bridée, soit usée, c'est le faible niveau de l'ensemble des matches qui m'a frappé. Je pense que nous assisterons à des prestations d'un autre niveau la semaine prochaine au vu des enjeux présents à chacun des trois matches à venir.

    RépondreSupprimer