mercredi 21 mars 2018

Un train d'enfer

Il en coûte trente-huit euros et trente centimes pour faire le trajet Oyonnax-Toulon en train. Un peu plus de cinq heures de voyage. Et deux changements. Si j'avais été joueur du RCT, je me serais payé mon billet et j'aurais profité de cette parenthèse pour penser à tout un tas de choses, mais pas au rugby. De la même façon que si j'étais entraîneur du Racing 92, je regarderais attentivement ma feuille de paye à la fin du mois pour savoir si mon président ne va pas de retirer une journée de salaire pour être intervenu dans le vestiaire à la mi-temps du derby.

Le pire, c'est que le coup de sang de Jacky Lorenzetti devant la caméra du diffuseur a été payant. le Racing 92 l'a emporté. Cela dit, plus rien n'est gratuit, en rugby. Ses entraîneurs passent maintenant pour des larbins, et ses joueurs pour de vulgaires salariés. Car en se plantant avec véhémence dans l'axe de l'objectif, le président avait déjà mesuré exactement l'impact de son intervention. Le message n'était pas subliminal, plutôt grossier : je paye donc tu sues.

Son homologue toulonnais, lui, a attendu la dernière mêlée explosée à Oyonnax pour envoyer une lettre de convocation préalable à un licenciement aux pauvres couillons - Landreau, Dal Maso, Whitford - qui, l'Ain dans l'autre, vont payer cher pour les absences répétées de leur patron, Fabien Galthié, manager sportif libéré de ce déplacement casse-gueule pour commenter - c'est dans son contrat - la rencontre d'une équipe de France à Cardiff dont il aimerait tellement prendre les rênes.

Pendant que l'huissier œuvrait sur la Rade, les entraîneurs du Top 14 - moins ceux de La Rochelle retenus en stage - ont prêté de bonne grâce allégeance au sélectionneur en chef Jacques Brunel. C'était lundi à Marcoussis; nous y étions. Pas bien nombreux. Pourtant, le moment était historique. Pour la première fois depuis 1906, les techniciens de clubs ont décidé de se mettre au service du XV de France. Du jamais vu. Rien ne leur a été imposé. Ce sont eux, d'ailleurs, qui ont exprimé, validé et expliqué leur choix, avec leurs mots.

Pendant les six heures que dura leur réunion, ils se sont "foutus à poil", dixit Christophe Urios. Pas à la mode d'Edimbourg, non, mais les tripes sur la table. Et plus particulièrement le staff tricolore. Quand j'ai interrogé Fabien Galthié sur ce qu'il considérait comme le moment le plus fort de cette journée particulière, il m'a répondu : "Le déjeuner". Ce n'était pas une pirouette. Déjeuner au sens d'agapes. De partage. C'est souvent autour d'une table qu'on travaille le plus, le mieux, le plus authentiquement. Le mot "confiance" est revenu. Acceptons-en l'augure.

A l'heure du bilan, le XV de France s'est donc incliné face à l'Irlande, l'Ecosse et le pays de Galles. Pas de quoi pavoiser. Mais il a battu l'Angleterre, ce qui réjouit toujours et tout le monde. Remporter un Crunch dépasse la simple comptabilité. Le flacon n'est rien quand on a l'ivresse de battre l'Anglais. D'autant que les Tricolores n'ont été enfoncés que par deux coups de pied : un réussi et un foiré. Un drop-goal de Sexton et un but de pénalité de Trinh-Duc. Voilà tout ce qui sépare la quatrième de la deuxième place dans ce Tournoi de faible cuvée.

Aristote posait la question de savoir qui est premier du grain ou de l'épi. Les techniciens français, et nous aurons Pierre Villepreux pour en débattre le samedi 14 avril prochain, à Treignac, ont décalé la problématique vers le jeu et le joueur : "Construit-on un système en fonction des joueurs dont on dispose ou doit-on d'abord imaginer un jeu pour y agréger ensuite les joueurs ?" Si j'en crois Olivier Magne, qui a joué pour les London Irish, et à qui je demandais de m'instruire au sujet des facteurs clés de la réussite irlandais dans ce Tournoi, "le système prime sur les joueurs."

On voit donc bien toute la richesse kaléidoscopique du rugby, ou plutôt le spectre qui va du bétail sommé de rentrer en deuxième classe après une défaite chez la lanterne rouge à l'implication totale de joueurs dans un maillage tactico-technique qu'ils se sont approprié. Le président d'un club qui a déréglé le marché des transferts depuis maintenant dix ans perd les pédales et confond l'accélérateur avec le frein. Jacky Lorenzetti et Laurent Marti aussi. Ils devraient être rejoints, au train où vont les choses.

153 commentaires:

  1. Salut Ritchie
    que retenir de ton papier si vivant ?
    Que le rugby d'aujourd'hui n'est vraiment plus celui d'hier dans la prise en charge des clubs et des joueurs !
    Que l'équipe de France devient une priorité par rapport au championnat ! En ce qui me concerne je vibre plus au Brennus qu'a gagner le 6 nations
    que Galthié est bie ce mercenaire que l'on décrit malgrè sa sympathie naturelle !
    En lisant ton papier ce matin, (très tôt), je ne suis pas optimiste sur ce sport , peut être est il trop tôt et que mon cerveau n'est pas assez réveillé ..
    Bonne journée et bises à tous

    RépondreSupprimer
  2. Bonjour. Oui le rugby est devenu fou, ça ne s'est pas fait comme ça en un tour de passe-passe, tous les acteurs de ce sport autrefois si humain ont consciencieusement creusé la fosse dans laquelle il se trouve aujourd'hui englué, par la faute d'un mercantilisme exacerbé, les rares prophètes qui alertaient sur les dangers de la dérive n'ont pas été écoutés, ou regardés comme des empêcheurs de faire sa pelote en paix et des gêneurs.
    L'EDF une priorité, il est grand temps !!! Toutes les réussites autour de nous sont issues de ce simple constat et de la mise en œuvre des moyens pour atteindre le but fixé.
    Reste à savoir si, au-delà des mots les actes suivront, j'ai bien peur qu'en l'absence de réformes importantes des compétitions et des calendriers, attentatoires à la santé des joueurs mais faiseurs de richesses, il soit difficile de véritablement construire une chaîne de détection, formation, développement, de la base des clubs au sommet de l'EDF, qui serait un fil conducteur.
    Les intérêts et enjeux colossaux de cette "affaire" qu'est devenu le rugby ne se laisseront pas enlever un peu de leur gros manteau pour un intérêt national dont ils n'ont que faire.
    De plus, nos entraineurs de l'élite sont sur des sièges éjectables, les recrutements n'ont aucune logique tactico-tactique, le président omnipotent recrute à prix d'or une "star" pour plus de recettes, l'entraineur s'adapte avec des joueurs parfois peu complémentaires, à la culture de jeu différente, ça marche et ça dure un peu, ça marche pas et pan sur les doigts vilain coach. Alors l'intérêt de l'EF, là-dedans !!!!!!!
    Modestement sur la question du système de jeu, je pense que l'on doit imaginer un jeu, ensuite le mettre en place en y agrégeant les joueurs susceptibles/capables de le pratiquer sur le terrain, d'où l'importance du choix des joueurs, choix qui doit être le fait des entraineurs porteurs du projet, et pas du président ou tout autre matamore aux bourses gonflées.
    Retour sur le tournoi, oui un drop au milieu une pénalité à gauche et la face du tournoi changée, comme quoi ça reste quand-même un jeu.
    Pour les entraineurs pro, pas d'accord sur le terme mercenaires, sont des professionnels, ont de l'ambition, jusqu'à présent pas un n'en a tué un autre, trempent dans le même marigot que les autres acteurs, à quel titre devraient-ils se démarquer, je n'en vois pas un plus modeste que les autres, ont tous la même ambition/envie de réussir avec leur groupe, que l'EDF soit aussi leur graal, rien de plus normal, c'est la crème de la crème non, s'ils n'en rêvent pas alors quel est leur rêve ????

    RépondreSupprimer
  3. Concernant le système et les hommes, l'intelligence est peut-être de n'avoir pas de religion, au sens du dogme, sur le sujet.
    On ne fait d'un âne un cheval de course, c'est acquis. alors quand on n'a que des ânes, que fait on ? on s'assoit et on pleure sur la fin des temps anciens ?
    Ou on se remet-on en cause et s'adapte-t-on à son troupeau pour en tirer le meilleur possible , et j'insiste sur le possible.
    il me semble que sur ce point, on peut accordé la "victoire" à J Brunel face G Novès : l'un semble (de mon point de vue extérieur mais, peut être que Richard pourra m'éclairer) avoir débarquer avec un projet clé en mains et aux joueurs de s'y fondre ou à lui de prendre les joueurs adaptés. Sauf qu'il n'a pas trouvé ces joueurs. et donc tout ce petit monde est allé dans le mur.
    l'autre semble (là encore, je suis loin ) avoir pris le problème dans l'autre sens : j'ai ce réservoir de joueurs, que sont-ils en mesure de faire ? défendre dur ? OK, je prend ça. Un bon buteur ? OK, je prend aussi. un jeu rapide, léché et ambitieux ? non, pas tous ? tant pis, on prend les 2/3 qui savent et on verra. Et on a vu. Les mecs se sont battus comme des chiffonniers sur le terrain, depuis quand une EDF n'avait-elle pas été aussi vaillante ? Même ce minimum on ne l'avait plus !
    Et pour paraphraser JLM, à 3 points près, c'était bon ! 3 points !!! depuis quand n'a-ton pas été si près sans que cela ne soit dû qu'à l'échec de l'adversaire ?
    La bonne nouvelle, c'est que cet échec à 3 points nous montre cruellement nos lacunes sans qu'on puisse se cacher derrière le petit doigt d'une deuxième place "historique".
    Et, cerisier sur la pâtisserie, comme par hasard, un sélectionneur qui n'est pas un "Commandeur", arrive à obtenir ce que ses prédécesseurs n'ont pas eu : l'accord des entraineurs du Top14 pour mettre l'EDF au centre du village.

    le métier de l'entraineur, c'est d'entrainer un groupe. le métier du dirigeant, c'est de fournir le groupe.
    Soit le patron, c'est l'entraineur et le dirigeant lui fournit ce qu'il demande. Mais il n'est plus seulement entraineur.
    Soit c'est le dirigeant qui dirige et l'entraineur fait avec ce qu'il a. A lui de s'adapter. C'est à ça qu'on reconnait les talents.

    RépondreSupprimer
  4. Tout-à-fait d'accord avec"Lulu de Paname" dont la réflexion me parait saine et pleine de bon sens.
    Qu'un entraîneur puisse avoir un idéal de jeu dans un coin de sa tête, c'est une chose; qu'il veuille à tout crin l'appliquer à des éléments -des joueurs- non adaptés à ce style de jeu, c'est une autre chose et c'est la dure réalité du terrain. Alors, il faut faire avec et montrer, à ce moment, ses propres qualités d'adaptation: c'est-à-dire tirer le meilleur parti possible de ce que l'on a. Si l'on a 20 joueurs lambda et, disons, trois entraîneurs différents, le meilleur de ceux-ci, à mon avis, sera celui sachant tirer le meilleur parti du matériel qu'il a sous la main..Obtenir la meilleurs combinaison possible des 20 joueurs dans le cadre donné des règles du Rugby. Par exemple, Raoul Barrière avec sa grosse génération d'avants, ne pouvait pas les faire jouer comme les Lourdais de Jean Prat! Bref, éternel débat.
    Par ailleurs, je constate que la réflexion de Richard durant ses cinq heures de voyage entre Oyonnax et Toulon correspond à peu près aux six heures de concertation entre les cadres techniques du rugby français. Concertation que je souhaite aussi fructueuse que les pensées Ritchiennes... S'appuyant sur Descartes et Aristote que peut-il vous arriver?... Je suis réellement et totalement favorable à ce genre de choses: puissent-elles fonctionner et porter leurs fruits!

    RépondreSupprimer
  5. L’erreur de GN c’est d’avoir pensé qu’il aurait du temps ... pour mettre en place son sytème
    On ne se refait pas , on fait ce que l’on sait faire ...
    Toulouse faut il le rappeler c’etait ( c’est ? ) une grosse conquête , une grosse défense , et une grande vitesse sur les ballons de récupération et dans le désordre
    Jacque Brunel est un pragmatique qui lui sait qu’il n’a pas le temps et donc est allé à l’essentiel avec le soutien de ses «  boss «  grosse différence par rapport à GN qui avait bien compris qu’il n’etait pas le mec souhaite ... ça n’aide pas ... on l’a déjà dit la connerie c’est d’avoir fait durer ça 18 Mois de trop ... la du temps l’EDF en a perdu .. mais laissons ça de côté ..
    Si le système pour être facile à ingérer par les joeurs doit s’inspirer du Top 14 , même en prenant les plus «  joueurs «  il y a de fortes probalites que l’on finisse à 3 point souvent et plutôt 5 eme que 4 eme car les Anglais ne seront pas tout les ans dans cet état de meforme ...
    Le point de vue de Pierre Villepreux à cet égard sera intéressant , que ferait il lui dans le contexte du Top 14 pour tâcher de développer un sytème de jeu Français qui nous donne une chance de gagner à nouveau un tournoi et apparaître dans le dernier carré n’en coupe du Monde ? Allez tiens rajoutant Spinoza que devrait lire les Présidents fous

    RépondreSupprimer
  6. Quand on sort les faits de leur contexte - bêtement et systématiquement conflictuel - on est atterré. Réunir l'ensemble des entraîneurs de première division pour leur apprendre l'importance de l'équipe nationale est digne de Pierre Dac, comme le souligne à mes yeux la vanne du malin Galthié sur le déjeuner. Parenthèse : savait-il à ce moment-là que ses adjoints embarquaient sur le Pitalugue ?
    Autre sujet de haussement de sourcils, celui-ci digne de Francis Blanche : tous les commentateurs de ce blog s'ingénient à construire leur argumentation sur une certaine idée du rugby, tout en acceptant de ne s'intéresser qu'à une autre. 'Il peut le faire, mesdames et messieurs, il peut le faire'.
    Certes, il est un peu réconfortant d'apprendre que les enfonceurs de portes ouvertes étaient au chômage depuis 1906, comme il est un peu moins réconfortant de constater que l'excellent Jacques Brunel use du stratagème pour s'asseoir sur la mémoire de l'excellent Guy Novès. L'excellent Philippe Saint-André doit apprécier.
    Dans ces conditions, je m'étonne de l'utilité de s'appuyer sur Aristote ou Confucius pour traiter du misérabilisme ambiant. C'est l'Ecole des Cyniques menée par Altrad, Lorenzetti et autres saigneurs de moindre envergure qui doit ricaner ! Quant aux diplômés des écoles de commerce qui dirigent les rédactions, ils se frottent les mains.
    Désormais, condamnés à faire du rafting sur le flot incontrôlé du rugby dit moderne, il reste à suivre les trajectoires des p'tits gars supposés aimer le sport qu'ils ont choisi, à brûler des brassées de cierges pour que la joie l'emporte chez eux sur la déception tarifée et, in fine, à cultiver l'espérance que quinze gaziers de cet acabit se retrouvent sous le même maillot. On appellera ça Equipe de France. Après, il sera temps de faire un symposium à Marcoussis pour expliquer qu'un ballon ovale ne rebondit pas toujours là où ça qu'on veut.
    Dac-Blanche, quelle paire de demis (sans faux col) !

    RépondreSupprimer
  7. Tout à fait d'accord avec Lulu, André et François... Le talent d'un manager, qu'il soit entraineur d'une équipe sportive ou patron d'une boîte, c'est d'avoir une vision stratégique. Mais on ne peut pas l'imposer du jour au lendemain ! Il faut d'abord se débrouiller avec les gens qu'on a et en tirer le meilleur. Après, on peut commencer à travailler pour les convaincre qu'on serait encore plus performants en s'y prenant autrement, et éventuellement recruter pour ça. Mais de toutes façons, on est obligé de faire avec les caractéristiques des gens qu'on a sous la main !
    On peut toujours rêver sur le rugby pratiqué par les maoris, qu'ils soient néo-zélandais ou autres... Mais les caractéristiques du paysan corrézien ou basque (au hasard, hein ! que personne n'y voie de mauvaises intentions...) tant physiques que culturelles, ne sont pas celles d'un îlien des Samoas... Optimisons donc nos qualités propres !
    A propos de rugby maori, j'ai regardé tout à l'heure Higlanders/Crusaders sur Eurosport... Ca m'a inspiré trois remarques :
    - la vitesse est omniprésente. vitesse globale du jeu parce que vitesse de passe, vitesse de course, vitesse de replacement... z'ont trois poumons ces gars-là ? Je ne peux pas m'empêcher d'être dérangé par la dimension athlétique de ces types. Courent comme des lapins pendant 80 minutes en prenant des tampons mémorables, et sont frais comme des gardons d'un bout à l'autre..
    - la qualité des passes... Elles sont rapides, spontanées, mais longues, tendues et parfaitement ajustées. Elles font 20 mètres, mais elles arrivent pile dans les mains, pas dans les pieds, au-dessus de la tête, pas deux mètres devant ou derrière. Pile au bon endroit. Sur ce point là, c'est sûr, on a des progrès à faire ! Ca me conforte dans ce que je pense depuis longtemps, le rugby c'est un jeu qui consiste à se passer le ballon, ce qui ne peut marcher que si on sait faire une passe et si les soutiens sont au bon endroit et au bon moment...
    - les turn-overs... Chez nous, chaque perte de balle est pratiquement une faute professionnelle ! Or j'ai été impressionné par le nombre de turn-overs dans cette partie. Manifestement ça ne les contrariait pas plus que ça, comme si c'était le prix à payer pour ce jeu hyper rapide qu'ils cherchent en permanence...
    Qu'en pensez-vous ?
    Au fait, Richard, est-ce que tu as reçu mon @mail à propos du projet "quinquonces à Romans" ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. il y'a un aspect formation qui prime : les joueurs kiwis sont biberonné depuis toujours au jeu rapide et doté d'un bagage technique complet dès le plus jeune âge. ce qui n'exclut pas les types costauds du schéma, qu'ils soient samoans ou corréziens mais en fait un atout complémentaire.

      Et le super rugby, c'est "que" 5 mois de compétition, avec certes une pause internationale en juin. les internationaux vont enchainer un championship, se poser un peu et puis faire la tournée des grands ducs en novembre.
      A comparer avec nos 10 mois ininterrompus de Top 14..... ils peuvent courir, ils sont préparés pour ça et préservés pour ça aussi.

      Supprimer
    2. complètement d'accord !

      Supprimer
  8. "Imaginer un jeu pour y agréger ensuite les joueurs" est une solution qui me semble possible en club car l’entraîneur a plus de temps pour cela. Il me semble que Pierre VILLEPREUX dans son parcours Toulousain, outre mer, Italien, Anglais (je plaisante) et Français, a toujours mis en avant la vision de "son jeu" quelque soient les joueurs. Par contre en sélection nationale, il y a urgence, et il est peut être bon de tirer le meilleur des joueurs dont on dispose. Lors du dernier tournoi on a pu voir la limite des équipes "titulaires" (tributaires) d'un jeu. En l'absence de joueurs pour blessures, ou de fraîcheur physique, plus de jeu. Vous me direz alors que les All Blacks arrivent toujours à gagner en pratiquant leur jeu. Donc, l'idée d'imaginer un jeu ne doit pas seulement s'appliquer à l'EDF mais elle doit aussi faire partie de la formation.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je souscris entièrement à ce propos.
      la mise à disposition d'un fond de joueurs disponibles pour un projet de jeu particulier, c'est de la responsabilité du dirigeant, en club ou en fédération.
      l'idéal étant qu'entraineur et dirigeant soient sur la même longueur d'onde, travaillent en bonne intelligence, avec du temps, etc...
      En équipe nationale, le poste, c'est sélectionneur, pas entraineur national. et ça change tout !!
      Mais c'est à la fédération de faire en sorte que le rugby français dans son ensemble dépote des joueurs collant au jeu qu'elle entend produire. C'est la philosophie des kiwis, qui leur permet d'avoir des doublures opérationnelles tout de suite en cas de besoin (abstraction faite du talent individuel des joueurs).

      Supprimer
  9. Pierre Villepreux aura forcément son mot à dire à Treignac quant à exprimer ce qu'il se serait vu faire aujourd'hui en tant que sélectionneur/entraîneur (les 2 pour moi, Lulure, je t'assure, l'un ne va pas trop sans l'autre), lui qui a exercé en ce sens autant en France qu'à l'étranger au niveau national et club. Et qui sait voir loin au cul des vaches...
    C'est un amalgame à mon sens. Car la fédé peut envisager des actions dans le cadre de types de jeu s'adaptant au rugby actuel, et si possible innovant, comme a tjrs su le faire les AB. Maintenant, à un moment donné, les sélectionnés doivent forcémment sortir des moules ou en connaitre quelque chose. Sinon, c'est le grand écart et risque de contracture des isquos du cerveau. Après, Je dirais l'à propos si c'est nouveau et compliqué, devrait inciter à composer avec les spécificités de joueurs et voir pour les faire monter en charge dans la mesure où ils en sont capables. Ce qui nous manque c'est bien le fond... de commerce des AB par exemple : soutien, replacement, justesse des gestes techniques, qualité dans les rucks, vitesse de jeu, anticipation... Si les joueurs n'entrent que moyennement là dedans, sur qu'elles autre qualité on travaille en attendant une montée en charge. C'est ce qu'à l'air d'avoir essayé de faire JB, même si au début on avait les boules...
    Par contre, le partenariat avec les coachs T 14 est intéressant si comme je le disait dans le précédent post, leurs patrons Békés ne viennent pas couper le gazon sous les pieds.

    RépondreSupprimer
  10. Tout dépend de ce qu'on cherche !
    S' il faut sauver le soldat Laporte, justifier le molloch 14, regagner deux trois places dans le ventre mou du classement mondial, la méthode Papy est la bonne.
    Pour refaire des Bleus la formation imprévisible et redoutée de tous, titulaire indiscutable du top 5 , par contre , je suis moins sur.
    Sans même être si exigeant, juste espérer revenir à un jeu plus moderne, plus complet, conforme à la tendance lourde de la dernière coupe, il conviendrait de sortir les joueurs de leur zone de comfort, mais selon Dusautoir, dépité, Novés, remercié, c'est pas possible, ces petits sont trop sensibles , trop formatés.
    Finalement merci Jacky et Mourad de nous rappeler qu'ils sont des petits garçons, et de les traiter comme tels.
    Allez Daniel,la vitesse, l'arme absolue!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Alors là je dis Monsieur JanLou ! Parfaitement synchronisés les Monsieur Madame : 18h38 pétantes !

      Supprimer

  11. Tout ça me fait curieusement penser à l'Education Nationale : le niveau des élèves ayant plongé, on a courageusement décidé de "simplifier" les enseignements pour les rendre plus accessibles . Vous vous rappelez de "l'idée du passé simple "? Tu n'y arrives pas mon poulet ? C'est pas grave tu auras une bonne note quand même .
    C'est pareil avec Brunell : les joueurs"de haut niveau"(sic) n'arrivent pas à se conformer au système choisi ? Hé ben aux chiottes le système - avec l'arbitre, ça lui fera de la compagnie -
    Malheureusement pour ce pôvre rugby, les résultats insolites au Tournoi semblent avoir donné raison à cette aberration ; pardi ! N'a-t-il pas réussi le cher Jack ? Aux chiottes Novès - oui, c'est un endroit très fréquenté - Vae victis et Vive Jack le nouveau guru .
    Alors le symposium à Marcoussis, ça ne mange pas de pain et ça permet aux pisse-copie d'alimenter la machine ! Me demande si mon feuilleton de l'été dernier "Comme en terre des Gaules" ne les a pas un peu inspirés - rappelez vous j'envoyais tous les Instructeurs des Légions, les Druides et les Proconsuls du rugby se tartignoler à Marcoussis ! Bref vieilles ficelles et vieux matous mais ça marche toujours depuis la nuit des temps .
    Je me surprends à penser qu'il aurait mieux valu une véritable branlée aux 6N plutôt que cette semi victoire au goût de Canada Dry : ça ressemble à de l'alcool, mais ce n'est pas de l'alcool . Pour la refonte du rugby français on est prié d'attendre ... 20 ans ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Alors la je dis Madame Gariguette!
      Allez,quand on aime on peut attendre vingt ans !

      Supprimer
  12. Je retiens ici une question : est-ce que c'est le système de jeu qui prime ou les joueurs ?
    Vous donnez, Ritchie, un début de réponse avec le témoignage de Olivier Magne, c'est très bien.
    La question que je me pose maintenant, c'est comment Jacques Brunel arrive t-il à mettre en forme un jeu si rapidement ? La deuxième place tient effectivement à deux coups de pieds : je mettrai celui de Trinh-Duc... Et celui de Belleau (avant Sexton).
    A ce sujet, je me permets une petite auto-promo : https://culturerugby.com/xv-de-france-6-nations-2018-un-probleme-de-botteur/

    Ce résultat de seconde place aurait été cohérent car quelque chose semble ENFIN se construire.
    Alors oui effectivement Brunel veut "faire simple"... Simple n'est pas toujours mieux mais ici c'est particulièrement adapté !
    Il ne possède que deux ans avant la CdM et ne peut par conséquent pas "sacrifier" un ou deux tournois pour construire un plan de jeu sophistiqué !
    Par ailleurs, et je ne vous apprend rien, les joueurs se pètent de plus en plus, Cf Dupont et Jalibert qui se blessent au je-nous, comble pour une charnière...
    Un plan de jeu simple permet d'intégrer facilement de nouveaux joueurs (souvent appelés suite à une blessure donc...) mais aussi d'augmenter l'adhésion de ces derniers au projet !
    C'est plus facile d'assimiler un projet que l'on comprend...
    Je pense que Brunel, peut, avec ses méthodes, en surprendre plus d'un !!!
    Qu'en pensez-vous Ritchie ? Et les autres blogeurs bien entendu ? :)
    Cordialement, Vincent

    RépondreSupprimer
  13. Jacques Brunel c’est un élément du puzzle du Rugby Français et il n’a pas toutes les cartes en mains comme ses prédécesseurs d’ailleurs
    Effectivement il fait avec ce(ux ) qu’il a dans le temps imparti , ce pragmatisme semble être sa marque de fabrique et comme cela a été dit engagement , défense , contest on a embrouille tout le monde , pas loin de gagner un ou deux match de plus .... mais voilà on ne les a pas gagné et peut être que ces 3 points en disent plus long sur ce qui nous manque ... que la distance est bien plus grande que ces 3 points car ce tournoi , sans remettre en question le boulot fait par Jb et les comportements des joeurs , ce tournoi est «  de faible cuvée «  comme le dit Ritchie ...
    Les Écossais se sont sûrement dit que si ils avaient réussi 2 fois leur deux contre un d’école à 10 m des poteaux et qu’ils n’avaient pas donner un essai ils auraient battu les Irlandais et .....
    Nous connaissons tous le dicton «  si ma tante en avait on ne serait pas entrain de parler des 3 points ...
    Je serai ravi d’etre surpris par JB et son équipe cet été ..
    Si on arrive à embrouiller les AB et que l’on perd de 3 points , allez même de 6 je me dirai que l’on tient le bon bout et je serai heureux d’avoir tort

    RépondreSupprimer
  14. Encore adoré la dernière pentalonade de la commission de discipline sous influence de la CCA: ces deux là se battent avec la Commission d’Appel pour le podium du burlesque pathétique et malhonnête.
    M Ruiz aurait du s’infliger un carton blanc pour Professional Foul, pour son placement erratique et être remplacé par un coupeur de citrons pendant son auto-sin-bin. Cela lui aurait donné le temps de rédiger sa lettre de démission ou à minima d’etre Promu en compétition Danet voire Phliponeau, après un stage, à ses frais en SH mais plutôt chrez les coupeurs-réducteurs de tête enflée néon-calédoniens ...

    Évidemment mon commentaire (SnoringIdiot) sur le forum de l’équipe a été mis au congélateur. Avant équarrissage ...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Amende honorable: le plus soft de mes trois messages à échappé aux ciseaux ou au congelo...
      Pas celui qui mettait en cause les commissions croupions (dont des membres influents sont restés aux ordres des feodaux pré-Bernie et hoquètent à chaque occasion, un troisième tour électoral...)

      Cf à ce titre la cabale menée par D Falque -80 ans environ dont plus de 50 à servir bcp et parfois bien et à se servir, goulûment - et ses porte-couteaux (Banizette etc) pour faire échouer le processus de création de la ligue régionale RAA, au prétexte que la dot apportée par les clubs du Lyonnais est plus importante que celle des auvergnats entre autres ...!

      Ça se saurait si ceux ci, à défaut de chardons, n’avait pas des bogues de châtaignes dans les poches. Des trucs d’ecole Maternelle ...
      Lamentable

      Et nous pouvons bien continuer à disserter technico, tactique et éthico éducatif, tant que l’assainissement drastique des 2 structures qui organisent le rugby ne sera pas fait nous continuerons à faire des moulinets chers à Cervantes.

      Il faut aider la fédé à remettre au pas sa délégation LNR, qui a presque réussi la fusion a l’anglaise (le petit bouffe le gros en utilisant le patrimoine notamment immatériel de la cible pour faire le gearing de l’absirbtion).
      J’ai déjà esquissé ici les grandes lignes de cette remise en ordre :
      Lâcher aux tycoons sans racines mais bien burnés l’organisation en Franchise du rugby élite pro: « les gens » comme dit JLM veulent du grand spectacle - les entrepreneurs de spectacle savent faire et mobiliser les capitaux (au-delà de leur cassette à danseuse) si le risque sportif est éliminé : donc Franchise Fermées -sauf banqueroute, y en aura-
      Interdiction à ces entreprises de toucher à la formation, sauf par un financement centralisé - des royalties sur ÇA TV, Billets. Merchandisings .
      Interdiction aux franchises d’egager des joueurs de moins de (22-24 ans) lesquels seront obligatoirement engagés par des clubs du nouveau chzmpionnnat domestique assaini, voire aussi par FFR si haut potentiel.
      Bien sûr, arbitrage, santé, prévention, discipline et donc Centres de formation re viennent sous giron fédéral... voir si CCA ne gagnerait pas à être intégrée dans une structure inter sportives rattachée au ministère des sports ou de la santé ; peut être aussi pour discipline !
      Si un club du championnat domestique s’etoffe suffisamment, il prend le place d’une franchise défaillante ...
      Les joueurs d’elite se forment d’abord dans les clubs et les sélections et centres de formation régionaux puis Federal, sont quand on leur propose et qu’ils l’acceptent, salariés par les clubs de l’elite Fédérale, complétés par salaires fédéraux pour la réserve de l’EDF. À 23-25 ans, ils peuvent postuler à un pont d’or en Franchises, France ou overseas, et poursuivre en EDF si invités ...
      L’aspect juridique notamment celui interdisant aux franchises de faire des offres aux moins de 23-25 sera sûrement ardu - surtout pou l’imposer aussi aux franchises étrangères.

      Une fois ses structures en place, on pourra je crois travailler intelligemment et efficacement avec les jeunes ...
      Je vois bien PV jouer un rôle de Penseur suprême avec droit de forcer le destin dans le système de formation.
      Pourquoi ne pas le solliciter pour recueillir l’avis du grand juriste de Limoge, pionnier du droit du sport et du rugby, sur la faisabilité de l'organisation.

      Je suis confiant que la Ffr, malgré les casseroles réelles ou attribuées de ses dirigeants détient encore le pouvoir, mais plus pour longtemps - le renouvellement de la délégation, de mettre au pas les tycoons en leur donnant ce qu’ils attendent : gagner de l’argent et des honneurs avec du grand spectacle qui plait aux gens.
      Ils sont prêts à (faire) financer par les médias et les partenaires majeurs une grande part du rugby fédéral /pro et amateur- puisque c’est leur fournisseur unique de matière première/main d’oeuvre/cheptel de qualité qui est un peu l’or et les diamants des joaillers ...
      (À suivre)

      Supprimer
    2. suite ... (promis, je fais court, presque...)
      Faut pas dépasser 4096 caractères et sur un phone moyen smart un perf, qd même ...

      J’ai cru comprendre que le grand Charles, entre autres -plutôt rares- n’est pas très éloigné de ces hypothèses, même si elle ne sont pas sa priorité.

      J’au cru comprendre au fil de vos contributions, y compris philosophiques, que parfois ayant épuisé ou entrevu la fragilité de remèdes technico tactiques ou philosofico historiques in vitro que cette restructuration globale de toutes les pratiques du rugby n’est pas à balayer du revers en la laissant aux “par-dessus” ...

      Bien amicalement
      Bonne soirée

      Supprimer
    3. J'ai lu et relu car je n'y comprenait que couic! Je suis sans doute trop loin des réalités du terrain ou des bureaux, c'est selon. Au final, une vision m'est apparue: celle du basket américain. Serait-ce quelque chose d'approchant?

      Supprimer
    4. Il ne s’agit pas de copier servilement mais de constater qu’en acceptant le sport pro et l’organisation de ce sport en spectacle à haute valeur capitalistique ajoutée, les acteurs (tycoons, médias, entremetteurs et autres proxénètes) ne savent pas concilier capitalisme et glorieuse incertitude du sport ! Cf les échecs répétés du PSG au plus haut niveau !
      (Reprise du mail interrompu 1h+ )
      Comme le choix des acteurs/cheptel est de préférer des rémunérations d’artistes connus à 6 chiffres, plutôt que le smic amélioré . Tous le monde est d’accord pour continuer ...

      Sauf nous et sauf la Fede- surtout si on l’y aide- et il est urgent de ne pas rater la mise en place du financement par le rugby spectacle de l’rnsemble du rugby Federal, y compris la formation.
      Les tycoons seront prêt à suivre surtout s’ils n’onr pas le choix et surtout parcequ’au final c’esr le grand public gogo qui paiera par médias et sponsors interposés (quand nike ou les autres mettent qq millions dans le rugby c’est pas de la philantropie, c’est notammment pour vendre des torchons en polyester coûtant 2€ à des fils de gogos au prix de 75 a 100€+ ( et comme ça ne suffit pas en rackettant les autres sponsors dont les logos “ornent” les torchons)

      Bernie a des défauts -surnuméraires- n’à pas forcément tout compris, mais ne se laissera pas rouler dans la farine comme Kamou et ses sbires-contre prebendes-

      Supprimer
  15. Allez, on y va !...
    1. Encore une fois, Richard a pondu de quoi faire une belle omelette. Il sait mettre le doigt là où... Où vous voudrez en fait.
    2. Limite AVC en lisant Lulu de Lutèce et JanLou. Le premier conclue par 'abstraction faite du talent individuel des joueurs' : je serais Néo-Z, je romprais immédiatement les relations diplomatiques. Dans la même veine, le second écrit "pour refaire des Bleus la formation (l'équipe) imprévisible et redoutée de tous'. Si cette imprévisibilité doit être le fruit d'une formation (l'école), elle ne surprendra que les lecteurs de Rugbyrama. Bouquet, Vignes, Pardo, Codorniou et quelques autres seigneurs des pelouses ont certainement reçu une excellente formation dispensée par de remarquables personnes, mais ce qui a fait d'eux des gaziers que nous avons toujours dans l'oeil dépendait uniquement d'eux-mêmes. Il s'en est même trouvé pour accéder au panthéon en désobéissant aux consignes et aux savants savoirs. Le jeu à la française ne doit rien, absolument rien, aux 'formateurs', en revanche, ceux qui l'ont illustré ont appris les fondamentaux jusqu'à la nuit tombée. Soit seuls, soit avec un gentil papy débordant d'affection pour ces mômes. Et merde pour le syndicat des instituteurs ! Mot d'un joueur connu sur trois continents, en voyant officier la paire David-Fritz 'Tu nous pompes, Adour'.
    Snaileater, t'es pas seul. Enfin, si ça peut apprendre aux p'tits gars dans quel monde ils entrent...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Charles, une panne de batterie à eu raison de ma réponse -danger imminent évité-.
      En bref, alors que parfois divergent de tes réflexions, il me semble que nous nous retrouvons souvent sur la synthèse...
      Bravo pour ton courage sur le formation, même si permet à la masse d’apprrndre un alphabet et aux plus doués de troussser de parfois belles ritournelles, elle se révèle parfois éducastrice pour les surdoués qui quittent ou se gaspillent. Seuls les plus forts et créatifs savent passer outre ...
      Ou bénéficient de formateurs / sélectionneurs eux-mêmes exceptionnels : il y en a...

      À tous : malgré mes efforts pas su mettre un comprimé de Doliprane en pièce jointe à mon pensum just au-dessus... ni même un Jura 15 ans de bonne distillation et vieillissement ...

      Supprimer
    2. les mots ont un sens : formation n'est pas formatage. et ne doit pas l'être.
      utiliser son cerveau et faire appel à son intelligence, ça s'apprend. Faire confiance à son ressenti, son instinct, aussi.
      Et le bagage technique nécessaire pour être un "clutch player", il ne tombe pas du ciel, il s'apprend.
      le contraire aussi : la preuve avec une part significative du Flop14.

      Quant à ma remarque (abstraction faite du talent individuel) elle visait à souligner le fait la formation reçue par ces joueurs kiwis, commune à tous par volonté fédérale notamment, permet que leur intégration en sélection et leur efficacité sur le terrain ne dépende pas QUE de leur talent. Stephen Donald,c'est le 4° choix en 10, c'est pas Carter, c'est pas Barett, c'est même pas Cruden et pourtant il leur fait gagner une finale de CDM au couteau avec une pression de tous les diables. Parce que même s'il n'a pas leur talent, il a la même base commune à la maison noire.

      La formation ne fabrique pas les talents, elle les fait éclore.
      Aux éducateurs d'être intelligents et pas éducastreurs (voir à se sujet les propos de PSA sur la mue de Machenaud à son arrivée au RM92)

      Supprimer
    3. Heureusement que formation n'est pas formatage, ce qui est pourtant tendance pour l'instant chez nous.
      Et elle devrait donc bien être à même de détecter les talents et pas de les "fabriquer.

      Supprimer
  16. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
  17. AVC, diantre,pourquoi pas la déshydratation tant qu'on y est.
    Je ne faisais qu'exprimer un souhait, une ambition pour qu'une des fédérations des plus fournies et des plus riches retrouve son rang, c'est tout.
    Surprendre l'adversaire, Charles n'est pas le fruit du hasard où l'intervention du divin, mais le résultat d'une grande aisance technique individuelle et collective.
    Pour cela point de salut sans une formation de qualité, précédée d'un recrutement efficace et d'une détection pointue, vaste problème!
    Allez, Avec Vôtre Considération

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ok pour avoir une base suffisamment skillée infividuellement pour bâtir un collectif et, rêvons, un style de jeu ... cela n’empêche que les quelques surdoués, decision-makers et qui font lever les tribunes n’en ont rien à carrer : c’est leurs skills individuels innés et auto travaillés plus l'esprit du jeu -l’âme des peuples, merci Dany- et la prise instantanée de decision- parfois à haut risque - qui sont l’essence et le piment de ce jeu.
      L’intelligence situationnelle ne s’apprend pas mais les formateurs -et l’arbitrage- peuvent lui donner les moyens d’eclore et prospérer-merci PV-
      Autrement dit on peut bénéficier d’un Machenaud à condition d’avoir un Lamaison en dix et un 5/8eme talentueux aussi ...
      Mais si toute la saison, leur coach de club leur inculque, sous peine d’etre viré que l'indispensable c’est de ne pas perdre ou à l’exterieur, avec le BD dur dur qu’il s’y filent en EDF ...

      Supprimer
  18. Et puis, j'en profite, puisque j'y suis et que l'on parle ici globalement de mouvement, pour faire un petit clin d’œil à un autre mouvement auquel j'ai, sinon participé du moins côtoyé, celui du 22 mars, à Nanterre. Il ne dira sans doute plus rien à personne, mais il restera quand même dans mes souvenirs...A cette époque, le grand gymnase de la Faculté était quasiment vide et la piscine itou....Quel bonheur! Et nous continuions à jouer au rugby avec quelques bons éléments...Mais ceci est une autre (et vieille) histoire!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mais si! Ça nous parle, enfin au moins à ceux qui avaient +/- 18 ans en ‘68 . Pour moi pile en mai ‘68 !

      Et même ma chère Môman a pris soin de mourir à 94 ans, le 22 mars’16, à l’heure de la manif, après avoir envoyé ses derniers mails et sms ...

      Ce qui est intéressant c’est d’observer le parcours des meneurs : pour un Sauvageot (et un Boeuf) restés pur et durs, combien de KohnBendit ou de July, sans compter ceux qui sont allés garnir les conseils d’administration des pétroliers, chimistes et autres marchands d’armes ...

      Supprimer
    2. Du mal à vous suivre quand même. Alors oui un vieux Château Chalon de chez Macle ou vin jaune Arbois de chez Tissot, ou un vieux paille. Tiens, allez même 1 macvin. A tant faire de choper un mal de tronche !

      Supprimer
  19. Ah les trajectoires .... Tout ça pou ça nous a ton dit à l’epoque , pas faux hein ....
    Sinon il n’ y a pas à opposer formation , détection , talent , inné et acquis , faut un bon coktail de tout ça pour une grande équipe et surtout l’intelligence d’un staff pour laisser s’exprimer l’artiste .. aujourd’hui un Bauden Barrett et les camarades qui s’adaptent ...
    Les plus doués sont formés et bouffent des skills depuis le plus jeune âge dans un sytème qui commence .... à l’ecole
    Vive les instituteurs et les entraîneurs dont on se souvient tous !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. I’ve read your message, and I approve it ! Surtout quand les instits et les éducateurs sont intelligents -ce qui est le cas général- et surtout sont suffisamment libres, ce qui est moins fréquent ...

      Supprimer
    2. Suffisamment libres = moins fréquent, pour ne pas dire cas général. Mais si on s'en souvient... des bons bien sûr

      Supprimer
  20. Thanks for your approval snail , appreciate it comme il se do it !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah oui ! Fritz plus haut Charles , celui la je sais cabochard , tête de lard , désobéissant mais je préfère sortir de la tranchée avec lui plutôt qu’avec un créatif ...
      Tout ça pour dire que faut de tout et que d’accord l’association des deux est pas très maline mais lui le Florian avec les réserves exprimées quel caractère ! À lui tout seul il te remet l’équipe dans le sens de la marche ...

      Supprimer
    2. My pleasure, Dear!

      Au fait, où sont passés Fraisounette, Tautor, Nini, Allan etc...

      Peut-être mes laïus obstinés sur les questions de structures et de recadrage nécessaire des tycoons et de leurs obligés qu'ils ont trouvés réfrigérants ... Alors qu'ils n'hésitent pas à rebondir sur d'autres facettes du billet de Ritchie ou sur un topic qui leur tient particulièrement à coeur... J'adore lire chacun mais ne peux me risquer sur du technico tactique... chacun ses misères...

      Supprimer
  21. Un des fondamentaux l'intelligence situationelle , ça s' appelle juste jouer au Rugby qui sans ça n'est qu'une alternance de phases de conquêtes et de lancements stériles.
    Créer le doute et l'incertitude, fabriquer des situations dangereuses et savoir les exploiter dans le bon tempo bien sur que ça s'apprend.
    C'est du travail collectif, de plus en plus rapide qui apportera la vista au porteur et les bonnes courses aux soutiens.
    Ça concerne tout le monde,et tends à élever le niveau général, c'est le but.
    Après les Charvet,les Barrett, c' est du rab, tant mieux mais on doit pouvoir jouer sans.
    Allez, c'est que mon avis,faudrait voir avec M'sieur Pierre, vous me tenez informé.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Apprendre à créer des situations dangereuses, OK. Sentir la bonne décision, le bon geste, au bon moment, c'est le talent naturel intelligent qui débloque la situation mais qu'on apprend pas.
      A un degré moindre, tous les dimanches tu vois des mecs qui porte le ballon côté défenseur au lieu du côté opposé pour pouvoir raffuter le cas échéant. Si tu sens pas ça, tu vas jouer au foot !

      Supprimer
  22. Les interviews de Mourad sur le fond et sur la forme
    Je n’y arrive pas mais vraiment pas ... Cette façon de mettre en scène son management sur la place publique !!! Ce même Mourad qui expliquait que BL n’aurait pas dû s´y prendre comme ça .... Allez dis moi qui tu fréquentes ...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bibi Fricotin, les pieds nickelés, Donald, Picsou, Joe Dalton,... les bandes dessinées !

      Supprimer
  23. Allez, on y va !
    Pas mécontent d'avoir mis la formation sur le tapis. Aucun doute, ça chatouille et ça gratouille. j'ignore si ça va rapprocher les opinions, mais ça va les clarifier.
    D'abord merci de m'apprendre qu'il ne faut pas confondre formatage et formation, potage et potion, alunissage et à l'unisson.
    Restons sur la formation. Comme vous tous, I presume, j'ai vécu quelques années en compagnie de 'formateurs', que nous n'appelions pas comme ça mais peu importe. De valeur variable, bien entendu, mais même le plus contesté avait notre sympathie, ne serait-ce que parce que peu d'entre nous auraient aimé être à sa place. Le meilleur comme le pire d'entre eux nous ont appris des tas de choses, à commencer par l'art de sortir vivant d'un match contre ...... (mettez le nom qui vous brûle les lèvres), disons les fondamentaux, ces petits savoirs aussi insignifiants que nécessaires qui permettent de distinguer en cinq secondes celui qui a joué au rugby. Comme je vous parle d'un temps 'd'avant mai 68', vous devinez que, dans l'ensemble, nous étions plutôt polis, disciplinés, soucieux de bien piger plus vite que les copains et dignes de jouer le week-end suivant. Et je dois dire qu'en fin de saison, nous étions plutôt moins nuls qu'au début. Une part du mérite revenait de droit au 'formateur' (qui n'hésitait pas à nous le faire sentir). Tout cela a fait de nous des rugbymen honorables, capables de quelques éclairs dans l'année, comme de belles bourdes telles qu'on continue d'en voir en EdF, surtout vers la fin du match. A l'époque, l'athlétisme n'était pas encore le sport de parias qu'il est devenu et nous mettions un point d'honneur à entretenir notre condition physique, au besoin en faisant du rab sur la piste. C'était l'époque où on tenait 80 mn.
    Confidence (essentielle, voire plus) : à Agen, un 'formateur' que le salaud que je suis ne sait même plus nommer, a pris à part trois ou quatre gars, dont mézigue, pour leur dire 'si vous voulez continuer à aimer le rugby, surtout ne vous prenez pas au sérieux'. Divins propos ! Au point que je suis devenu un blogueur qui continue à ne pas se prendre au sérieux. Vous vous en étiez aperçus, canaillous.
    Mais, comme on lui parlait d'Arino, Razat et autre cracks du SUA, ce même 'formateur' avait précisé 'ceux-là, je peux rien pour eux'.
    Alors oui, la formation est vitale, mais au niveau (supposé) des quinze meilleurs joueurs de France, il ne lui reste qu'à déterminer un style de jeu commun, et encore... D'où le jeu d'analphabètes actuel. Mais quelque chose me dit que Brunel est un malin, très conscient de la valeur réelle des gaziers dont il dispose, comme de sa propre capacité à leur faire gagner l'Arc de Triomphe. Quand je disais que le récent Tournoi avait été intéressant...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. On disait entraîneur, passeur eût été plus vrai, p'têt.
      Sans autre formation que l'expérience, soucieux de transmettre ce que le club leur avait apporté, ils nous ont rendu meilleurs.
      Divin hasard,je viens d'embrasser le plus beau spécimen sur les venteux trottoirs de Vladivos.., pardon, de Chevreuse.
      92 printemps, silhouette de patineur,un p'tit pull et la gouaille au bec ( ça te profite les tropiques, on à bien fait de te faire jouer d'vant,met toi près de moi Dimanche, si tu comprends pas tout....)
      Un bonheur .
      Allez André.

      Supprimer
  24. moi, j'aime bien Mourad, comme Max en son temps. Ils ont apporté un renouveau au niveau européen! Dommage que leurs suiveurs "de la famille" ou pas soient autant dépourvus d'humour et de disruption!

    Vous révez de passer un w-e avec de Cromières, Revol, surtout Jlo et meme un peu Marti ? quand à l'enchanteur Merling, je trouve surtout qu'il transpire le stress- mais je suppose que je me trompe...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. 'Tis the time's plague when madmen lead the blind" King Lear

      Supprimer
    2. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

      Supprimer
    3. At least, some men, may-be not the best ones, do care for them...

      Good Day, SunShine !
      (en fait, météo neigeoteuse et brouillasseuse ici, mais suffit de mettre les bons filtres, comme avec Mourad, na na nère!!!)

      Supprimer
    4. Puis aussi, Gobe, même si ça me coûte de te le dire, me balancer direct au foie du grand Willie à 22 h du soir, c'est quand même limite jeu déloyal, type corde à linge ou même coup de saton à la Ferrasse!
      mais bon, j'y survivrai, même si je dois lécher longtemps mes blessures...

      Supprimer
  25. Non et avec Mourad non plus .. pas sur que son staff goute son humour ... sur la disruption , tout dépend ce qu'on entend par la ...
    Pour la provoc il est champion , y a pas de doute mais de toute façon il s'en fout et il a bien raison ! Sais pas ce qui me prend de me mettre à la place du mec qui apprend par la presse qui pourrait être potentiellement viré , ça c'est pas une disruption puisque BL l'a fait avant lui dans le Rugby mais c'est un manque absolu de consideration totale pour les gens , j'ai beau me le tourner dans tout les sens à part une crise megalo hystérique " I am the boss , I am the boss " je vois pas .. On se doute bien qu'il peut virer et sait virer .. même si c'est à la fin de la saison , " je suis pas fou " nous rassure t il .. Ouf ! Allez assez parler de lui et tant qu'à passer un weekend avec un fêlé , j'irai plutôt avec Lacroix , il m'intrigue davantage ... l'autre est tellement lisible avec ses running gag

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Des goûts et des couleurs... François !

      Mais tu as raison sur Lacroix : il me fait penser à Don Quichotte qui reprend le combat avec sa Rossinante associative - avec laquelle avaient pourtant été gagnées de prestigieuses et nombreuses batailles équestres - mais maintenant contre les divisions de panzers : Bacharzetti, Von Kromières, HusseinTrad, etc... dont certains ne répugneraient pas aux gaz chimiques...

      Et pire, son fournisseur exclusif de selles de tournoi Fiducial a scié la ventrière...

      Peur que le spectacle passe rapidement d'épique à désespéré, voire morbide...

      Supprimer
  26. Ça doit être les couleurs 😉
    C’est Dax qui a perdu des couleurs ... réalité bien triste et triste réalité pour ce club , le Rugby capitalistique balance le passé glorieux en pertes et profits sans sourciller

    RépondreSupprimer
  27. D'où ma marotte de cantonner les capitalistes, histrions, bateleurs de foires, organisateurs de spectacle burlesques et sanglants et proxénètes d'éphèbes survitaminés dans leurs franchises, en leur soutirant la phynance -laquelle n'a pas d'odeur- nécessaire pour remettre l'équilibre dans le monde fédéral , jeunes, amateurs et pro raisonnables et l'église (ou les arènes, selon ses croyances) au centre du bourg.
    Et Dax (et Bourk) y retrouveront leurs couleurs !

    RépondreSupprimer
  28. Bonjour à tous, ça me fait sursauter associer 2 mots antinomyques "système" /"joueur". Si t'es joueur , évidemment tu viens pour jouer, en respectant les régles du jeu, mais pas pour t'emmerder à t'intégrer dans des coercitifs.A moins d'avoir été façonné pour te plier au système, on a vu ce que cela a donné historiquement dans les dictatures.Et puis il ya tant de choses et pratiques à maitriser parfaitement avant d'entrer dans un système, et puis j'ai horreur des systèmes .....montés par qq'un pour justifier sa présence et ses émoluments

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. OK, avec toi Georges. Dictature dans le sport, j'y fait justement allusion ci dessous.

      Supprimer
    2. Hé Georges,c'est un sport d'équipe quand même!
      Allez, ça ne t'auras pas échappé.

      Supprimer
  29. Quoiqu'il en soit, à l'ancienne (que j'ai connue), c'était bien sûr 1 autre contexte, "philosophie ", pour ne pas dire 1 autre monde. Où d'ailleurs l'athlétisme et d'autres n'étaient pas des parias, mais pour autant Quid des circuits, méthodes et pratiques des pays de l'est avant le grand coup de pied dans le mur ? Aujourd'hui, sans correllation sport, formation et professionnalisme difficile d'être au top. Et plutôt aux taupes en rugby. Et ce ne sont pas les taupes qui vont nous parler du ciel bleu (proverbe gascon)... En tout cas comme le S.T. à sonné Régis (je le préfère à La croix plutôt scotch double face, mais ils ont joué ensemble...) pour venir à son chevet, ça mériterait un appel de la godasse à des Juras...issues comme P.V. Pour débattre, analyser, et épiloguer enfin avec pertinence. Ça reste que mon avis. La transmission de l'ancien aux modernes. Retrouver les pédales pour remettre 1 train d'enfer, en evitant les grèves, afin de rattraper le retard. En somme une sorte de mission de service public à l'heure où celui ci est en cours de dézinguage. Sinon, ils feront comme menaçait Mourad pour ces joueurs pour rentrer d'Oyo, ils se préoccupe pas de savoir à quelle prendre l'avion, ils rentrent par leurs propres moyens. Des pieds nickelés, quoi !

    RépondreSupprimer
  30. Les effets de la retraite se font apparemment sentir chez certains, nettement plus présents depuis quelques temps; et c'est très bien.
    J'en profite pour peaufiner mon vocabulaire..certains mots m'étant inconnus comme "tycoons", "disruption", par exemple....
    -Tycoon = grand seigneur, grand prince, magnat...Je comprends mieux!
    -Disruption = perturbation, innovation technologique, rupture. Rien de bien neuf sous l'horizon; c'est le principe du Progrès qui brise le principe de continuité...Du moins en apparence. Le côté amusant c'est l'idée que la découverte et l'exploitation soit associées. Contrairement aux cas classiques, et nombreux, des créateurs/inventaires largement blousés, dépouillés de leurs idées par des exploitants, pour ne pas dire exploiteurs, mal intentionnés. Je m'amuse de voir les critiques sur le manque de concurrence imposée par ces créateurs qui en auraient -et pourquoi pas?- le monopole.
    Quel lien avec le rugby? Je ne sais pas trop...Certainement que les notions de "magnat" et de "monopole" peuvent aujourd'hui intervenir.
    La substantifique moelle a disparue; il ne reste plus que la structure et tout ce qui peut tourner autour...les règlements, le sport, l'argent, le pouvoir....
    Je pars prendre l'air, il le faut.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah la baronnie aujourd'hui,André... C'est bien de découvrir (en faisant son marché) et d'exploiter cette moelle jusqu'à l'os. Mieux vaut l'air des Baronnies... !!

      Supprimer
  31. Oh! Richard, tu boudes ??? les commentaires de tes fidèles te navrent au point que tu te mures dans le silence ?
    Comme dit Stromae, ''Papaoutais ?''

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. A propos des quinconces en vallée du Rhône Valence ou Romans, regardé un petit peu. Pas évident de trouver 1 gîte mas trop éloigné 15/20 p. avec des lits simples.

      Supprimer
    2. Ritchie a de “bonnes” raisons de nous laisser un peu la bride sur le cou... Sûr qu’il récurera (j’avais écrit “recadrera”) les navrants et réconfortera les navrés dès son retour.

      Snail, deputy navrant,

      Supprimer
    3. Sergio,
      j'ai trouvé quelques endroits du côté de Romans, et je les ai envoyés à Richard en lui demandant ton adresse pour te les transmettre aussi. Il suffit d'aller lire un peu plus bas pour comprendre qu'il avait d'autres chats à fouetter...
      Je pense qu'il prendra connaissance de tout ça dans quelques jours, et que nous pourrons en parler tous ensemble pour oublier que la vie est décidément une chienne...

      Supprimer
  32. André, le lien est que, comme vous les puristes vous en désolez céans et repetitivement, l’affairisme putréfié du “meilleur” championnat du mondes complètement pollué l’ensemble du monde fédéral : la formation avec des usines à chômeurs dans les clubs, l’arbitrage, le système de santé préventive ou réparatrice, oú même des sommités perdent toute sagesse qd il s’agit de leur club, les compétitions fédérales, l’equilibre des clubs de fédérale 3 avec leurs fidjiens jusqu’a ProD2, et jusqu’a certaines têtes pensantes ou ex-dirigeantes !
    Alors voilons nous la face et continuons à nous chicailler sur les mérites comparés de la passe vissée, de la cloche à fromage, du fromage de tête et des crampons fluos : JLo et ses copains de tripot s’occuperont de servir la soupe qu’ils aiment aux cerveaux disponibles et avides de sang des “gens” aka les paysans et citadins moyens-pauvres ... post maoïstes !

    Ce qui nous renvoie au 22 mars, mais peut-être plutôt situationniste, tendance trotskiste, non ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. “ du monde a complètement” le “a” était omis ...

      Supprimer
    2. Mais je suis tout-à-fait d'accord.

      Supprimer
  33. Bonjour à toutes et tous
    je ne boude pas
    mon cousin Philippe, qui était comme mon frère, est décédé à 56 ans d'une rupture d'anévrisme alors qu'il était en vacances en Martinique.
    Je me suis occupé de son épouse et de diverses formalités, y compris de rassembler la famille.
    Je reviens de Balma et j'y repars dimanche soir jusqu'à jeudi.
    Merci Tautor, ami, pour l'intervention à hauteur sur la prise de balle.
    Je reviens bosser au desk pour bosser sur un 22e journée dont je me fiche éperdument.
    Juste vous dire de savourer chaque minute, chaque heure, chaque jour.
    On ne sait jamais quand on part.
    Aimez vos proches, dites-leur, n'hésitez-pas.
    J'ai vu trop de larmes ces derniers jours, entendu trop de détresse pour avoir envie d'écrire rugby.
    Sorry.
    A plus.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Sorry pour ton cousin , sa famille et toi donc
      Tu as bien raison de dire à ceux qu’on aime qu’on les aime et de leur montrer
      Cette fin et début d’annee est éprouvante avec une cascade de mauvaises nouvelles ...
      Le blog est une belle diversion avec ces quinquoncais bienveillants

      Supprimer
    2. Désolé, Jan Lou, on devait se voir mais j'ai complétement oublié notre rendez-vous. On peut se voir samedi midi à Chevreuse, si tu es ok...

      Supprimer
    3. Samedi 31, of course. Parce que demain, je suis tellement crevé que...

      Supprimer
    4. Tautor, au plaisir de te voir mardi aprem à Balma. Les cigares seront de sortie.

      Supprimer
    5. “C’est tellement mystérieux, le pays des larmes.” Le Petit Prince

      Si les larmes servaient de remède au malheur,
      Et le pleurer pouvait la tristesse arrêter,
      On devrait, Seigneur mien, les larmes acheter,
      Et ne se trouverait rien si cher que le pleur.

      Mais les pleurs en effet sont de nulle valeur :
      Car soit qu'on ne se veuille en pleurant tourmenter,
      Ou soit que nuit et jour on veuille lamenter,
      On ne peut divertir le cours de la douleur.

      Le coeur fait au cerveau cette humeur exhaler,
      Et le cerveau la fait par les yeux dévaler,
      Mais le mal par les yeux ne s'alambique pas.

      De quoi donques nous sert ce fâcheux larmoyer ?
      De jeter, comme on dit, l'huile sur le foyer,
      Et perdre sans profit le repos et repas.

      Joachim Du Bellay

      Supprimer
    6. Pour toi, Richard, ce texte de Christian Bobin "La mort tombe dans la vie comme une pierre dans un étang : d’abord, éclaboussures, affolements dans les buissons, battements d’ailes et fuites en tous sens. Ensuite, grands cercles sur l’eau, de plus en plus larges. Enfin, le calme à nouveau, mais pas du tout le même silence qu’auparavant, un silence, comment dire : assourdissant."
      Amitiés bien vives .

      Supprimer
    7. Désolé Richard, on ne devrait jamais plaisanter quand on ne sait pas...
      J'ai perdu une vieille amie il y une quinzaine pour la même raison, je sais à quel point la brutalité de ces décès est une insulte à l'affection qu'on peut avoir pour ceux qu'on aime, et à quel point elle nous conduit à regretter tout le temps qu'on n'a pas pris pour eux...
      On ne dit jamais assez qu'on les aime à ceux qu'on aime...
      De tout coeur avec toi...
      Amicalement
      Daniel

      Supprimer
    8. Merci Gariguette. Je vais lire ce passage mardi en hommage. Merci.

      Supprimer
  34. On a envie d'autre chose en Martinique, qu'une rupture d'anévrisme. Et pourtant...
    Dire que j'y étais il y a 1 mois et demi. Et j'ai pu en profiter. C'était la 2e fois . On dit qu'on y retourne toujours.
    Toute ma sympathie, Ritchie.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Sergio, essaye la Réunion la prochaine!
      Allez dans les îles

      Supprimer
  35. Pas de paradis ici pour te consoler de cet enfer. Mais beaucoup d'amitié.

    RépondreSupprimer
  36. La vie parait une saloperie certains matins, hier pour Ritchie, demain pour nous, et chaque jour pour des tas d'autres. Des gens quittent la vie, notre vie, hier soir un Monsieur a donné la sienne pour en sauver d'autres, je vois de la grandeur dans ce sacrifice, là où je n'entends dans le tintamarre des infos qu'un fait divers à décortiquer pour l'audience.
    Les Indiens d'Amérique, avant d'être victimes du génocide que l'on connait, ont laissé tellement de témoignages de ce qu'était la vie en communion totale des hommes avec la terre nature, petit texte d'un chef Shawnee, Tecumseh, qui résume bien mon état de ce matin ou le soleil brille majestueusement sur notre petit sphère en perdition:
    " Quand tu te lèves le matin,
    Remercie pour la lumière du jour,
    Pour ta vie et ta force.
    Remercie pour la nourriture
    Et le bonheur de vivre.
    Si tu ne vois pas de raison de remercier,
    La faute repose en toi-même "

    RépondreSupprimer
  37. bonjour les amis
    vos textes sont beaux et je partage vos pensées ! je dis presque tous les jours à ma fille que je l'aime et à mes amis aussi car je sais ce que c'est que de regretter de ne pas avoir dit a sa moitié que je l'aimais avant qu'elle ne rejoigne le seigneur ! Je sais que ce blog est ouvert mais partager ses sentiments est pour moi naturel et je n'ai pas de pudeur à dire mes joies et mes chagrins a mes amis , et même si on ne se connait qu'a travers la toile , nous avons tissé par delà la mer une complicité amicale depu0is longtemps
    Bonne journée

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce blog, c'est ça. Et vous le savez bien le rugby n'est qu'un supplément pour parler de la vie.

      Supprimer
  38. Ah, FLOP.14 le retour, drôle de journée qui vient s'imposer sans que l'on (je) n'en ai vraiment l'envie, après cette semaine sur le blog rempli d'ardues considérations et digressions philosophico-aristoticiennes, dans lesquelles parfois/souvent/toujours je l'avoue, je fus pantoisement largué, et resté planté sur ma ligne de touche comme un vulgaire 3/4 aile de l'EDF. Le retour de considérations plus technico-tactiques, sur des parties à enjeux vitaux pour presque toutes les équipes, me va plutôt bien. Alors ce soir un seul vœu, qu'Oyo et Agen fassent le plein de pruneaux, que le CAB fasse le plein de points, avec un petit BO (bonus offensif, pas Biarritz/O.P.A où les uns attendent de voir les autres se prendre les pieds dans le
    tapis, avant de ramasser les mises sur ce même tapis).
    Voilà, place au jeu, dans ce climat social pesant et dramatique, une petite parenthèse que les acteurs feraient bien de rendre joueuse et joyeuse, ce serait un joli message.

    RépondreSupprimer
  39. Mardi 14h30, ayez une pensée pour un homme bon et généreux. Philippe était son prénom.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. et beaucoup de courage à toute sa famille devant cette trés mauvaise surprise

      Supprimer
    2. Merci Georges, effectivement, les Escot de Toulouse vont avoir besoin de soutien.

      Supprimer
  40. Garriguette, Ritchie, j'aime bien cuila aussi de Bobin des bois :
    "Maintenant que tout ce monde à roulé
    Et que les ciels ont passé,
    J'ouvre un livre aussi beau que le chemin de la forêt,
    Où, devant la lumière d'une branche cassée net,
    J'ai vu Dieu rallumer son mégot...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Qu'on pourrait intituler tout simplement, passage à l'au deĺà, ou pas sage à l'ode là...

      Supprimer
  41. Je regarde LR UBB les internationaux sortent a la 60e sur un match qui a débuté a 100 a l'heure puis s'est consummé à un train de sénateurs ...

    RépondreSupprimer
  42. Ouais mais match vivant quand même 4 essai à 2 pour l'instant, même avec des imperfections.
    J'aime bien Retière. Belle vista. Multipostes, mais C'est à la mémé qu'il excelle le plus et pourrait être 1 concurrent potentiel en EDF si on lui donne sa chance à nouveau dans son club...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La mémé j'sais pas mais la mélée, sur.

      Supprimer
    2. Certes des essais mais un match de milieu de tableau sans plus malgre les internationaux en demi teinte.... Rêtière à la mêlée sûrement ...

      Supprimer
  43. Bonus offensif tiré par les cheveux. Pas de quoi pavoiser sur l'ensemble du match bref LR 3e provisoire... Allez SF ST avec Mr URSSAF

    RépondreSupprimer
  44. Un peu sévère quand même. Je crains plus pour SF/ST...

    RépondreSupprimer
  45. Mkejevu joker médical est sous utilisé au ST, garçon brillant plus comme centre sur comme ailier, va repartir à l'Usap dommage

    RépondreSupprimer
  46. Et Colby un des ailiers les plus intéressant, vista et intelligence. De l'autre côté, Mermoz tjrs pas bon défensivement et sur ballon haut. Plus d'EDF, normal.
    Les jardiniers, très bons aussi !


    RépondreSupprimer
  47. 1ere mi-temps ouverte, Camara au dessus du lot

    RépondreSupprimer
  48. Pas le cas de Plisspon à part son coup de pied à suivre

    RépondreSupprimer
  49. Du grand coaching SF. Macalou sur le banc et Qu'on fait rentrer à l'aile.
    Allo Meyer, gros bobo...!

    RépondreSupprimer
  50. Médard te fait mentir Sergio 😉👍 Macalou impressionant

    RépondreSupprimer
  51. Comme quoi le mental change la physionomie d'un match, Steyn va les faire gagner

    RépondreSupprimer
  52. Juste vu la fin le ST est là cette année ! Ça fait du bien

    RépondreSupprimer
  53. S.T. plus réaliste que S.F qui a couru au score et 2 interceptions qui font mal. Maestri qui pavoise pas et dit on va aller boire 1 coup avec eux. Sympa. Mais ils peuvent aussi!

    RépondreSupprimer
  54. Un grand match de deux équipes aux enjeux extrêmes, le SF à tout pour se maintenir avec un Président suisse pas bruyant mais opiniâtre. Bon le ST 2e, Didier Lacroix vise juste

    RépondreSupprimer
  55. super reportage sur canal sur le rugby des banlieues , des éducateurs formidables ! a voir

    RépondreSupprimer
  56. Excellent reportage sur le rugby des cités sur C+, le rôle fondamental des éducateurs mis en avant, éducateur à Massy qui va donner le goût de l'ovale à l'école et qui participe au conseil de classe .. Gariguette va cautionner, mais on sent aussi que c'est une volonte politique locale. Est soulevé le problème du club formateur, puis celui du club incubateur dépouillé trop tôt de ces meilleurs éléments ... À débattre à Treignac .. Pierrot nous dira son sentiment ....

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. On a enchaîné la même chose.... Rugby des cités, rugby des champs, ça sent pas la même chose, mais la base est tjrs la même : éduquer sur 1 sport, socialement, parentalisation... L'iďée était venue avec le football, où ceux qui réussissent prenne souvent le boulard. Mais le foot, c'est le foot. Le projet est en train de prendre forme à Valence, volonté sociale mairies en association avec le Valence Romans Drôme Rugby VRDR (F1 élite) et les écoles, qui va être porté à Paris. Où l'on voit une fois de plus toutes les vertus de ce sport. Le rugby au secours de la société, alternative sociétale...

      Supprimer
    2. A voir sur la durée : tous les accords rugby/lycée que j'ai pu suivre, ont démarré dans la joie et l'allégresse . Puis l'enthousiasme initial a périclité ; difficile pour un jeune de faire des études et une carrière sportive sérieuse en même temps . Le sport a toujours pris le pas sur l'école, c'est quand même plus marrant à 16 ans d'aller faire du sport avec les copains plutôt que s'assécher assis des heures en classe . Les autorités des clubs participent aux conseils de classe une fois, deux fois puis moins, puis plus car ils ont bien sûr plein d'autres responsabilités à assumer . Et un CC c'est chronophage . Les profs de leur côté ferment les yeux ( vous comprenez Madame, c'est une tournée en Afrique du Sud je ne peux pas rater ça ...) et quand les absences du jeune deviennent trop importantes ça commence à bien grincer ; sans parler des blessures et des zombies du lundi matin because le match + la 3e MT ... Bref le gamin doit choisir, il choisit toujours le rugby après la vie lui pose parfois un lapin - pas sélectionné, pas reconduit, dégringolé en division inférieure - et là le gamin devenu un vieux gamin se prend à penser ;
      "Bien sais, se j'eusse estudié,
      Ou temps de ma jeunesse folle,
      Et a bonnes meurs dedié,
      J'eusse maison et couche molle,
      Mais quoi? Je fuyoie l'escolle,
      Comme fait le mauvais enfant.
      En escripvant cette parolle,
      A peu que le cuer ne me fent." oui le vieux gamin pense en vieux françois ....)
      Bref j'ai connu ces moments où tout devait marcher et où tout partait en quenouille ; Sergio un de mes gaziers pensionnaire du FCG et de myself, s'est retrouvé à Valence - après passage en U20, Top14 il connait les charmes de la Fed1, mais soyons rassurés il a un métier pour plus tard car il a repris des études .🐙🍓🏈👍
      PS : euh les valeurs sociétales du rugby, autre débat ... fut un temps où les gamins des quartiers se sont mis à la boxe par ici, un peu comme les Blacks après guerre aux USA étaient tous boxeurs pour éviter la zone ... là encore sur la durée ça finissait souvent en zonzon ...

      Supprimer
  57. Oyo dernier Agen 11e, 3 points entre eux, fin de saison laborieuse ou les bonus vont compter double ... MHR CO du lourd, le tempo est donné Steyn ouvreur ... À quoi servent les arbitres de touche qui ne voient rien, toujours besoin de la video

    RépondreSupprimer
  58. Top 14 très grosse défense , grosse bataille dans les rucks et au contest et beaucoup de déchet technIque que ça attaque ... ça nous rappelle quelque chose

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Redondance rebondissante, à force, commotionante !

      Supprimer
  59. De tout coeur avec toi Ritchie,pas grand chose à dire ,juste à pleurer,et pour ne pas avoir exprimé tout ce que tu ressentais pour lui , s'en vouloir un peu .....on est tous pareils.Courage ,le positif remontera petit à petit .

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai eu la chance d'échanger régulièrement avec mon cousin Philippe. Il savait ce que e ressentais pour lui. Il savait qu'il était mon frère. Et c'était réciproque.

      Supprimer
  60. Ne passons pas à côté des choses simples, trois ados de soixante balais, un rayon de soleil , un joli petit stade bien plein et le libre Max .
    Même l'abruti du micro et les intellos de gradin ( tain, au SF z'ont pas changé !)n'auront raison de notre sourire facile, même pour les imbéciles.
    Et puis huit ballons écrasés quand même, léger vent de fraîcheur sur le Top 14 ou juste pour nous faire plaisir, c'est ça qu'il faudrait savoir.
    Vu que Jeannot avait soif, Roro faim et que j'avais envie de me laisser étourdir par les néons des manèges on est rentrés tard,très contents de nous.
    Allez, y en à même qui disent qu'ils nous ont vu voler.

    RépondreSupprimer
  61. Après Auch, Tyrosse, Perigueux, Bourgoin, voici Dax et Narbonne rayés du rugby de là-haut... À qui le tour l'année prochaine ? Bayonne ? Aurillac ? Suis pas un nostalgique et je suis content que des clubs comme Vannes ou Massy puissent guerroyer (pour combien de temps encore ?). Il n'empêche, ça m'attriste quand même...

    RépondreSupprimer
  62. Drôle de journée du FLOP.14, suivi les rencontres entre radio et la toile, si du jus et du jeu d'après ce que j'ai compris, sur les pelouses de la SP, du ST et du MHR, là comme ailleurs ça tombait dur et dru comme à Gravelotte, le combat érigé en icône, les enjeux divers et variés ayant assassiné le jeu depuis belle lurette, des feuilles de matchs remplies de joyeux lurons de là-bas et d'ailleurs mais pas de gens d'ici, pas s'étonner alors de notre EDF qui, finalement, n'est que le réceptacle de la dérégulisation (sic) de notre sport, du peu d'appétence pour toutes les équipes dans la prise -même minimum- de risques, rien qu'à voir sur les bancs ou en haut des tribunes (le plus loin possible de la pelouse) la gueule des encadrements, contrats en poche et relisant à chaque coup de sifflet les clauses libératoires du papier, les doctes attitudes des présidents qui savent compter, le "je m'en foutisme" des juges de touches déresponsabilisés qui ne servent plus à rien (ça doit coûter bonbon un arbitre de touche ce niveau, du pognon gaspillé ?? Des emplois fictifs ??? Des minimums sociaux ?? Des coquins/copains ??).
    Bon, ce championnat pas giron n'emballe pas vraiment, bien sûr le CAB gagne sa guerre de tranchées en attendant 4 autres batailles qui ne vont pas donner beaucoup d'oxygène au ballon, serait ce dernier m'envolerait vers d'autres cieux. Agen Oyo et SF ça tangue et ça rassure le supporter Coujou que je suis, mais pour les quatre cités, maintien ou descente, quelle projection sur l'avenir, avec des encadrements fragiles, des agents de joueurs qui ont déjà signé ailleurs pour leurs poulains, des dirigeants qui veulent rester au niveau pour maintenir le standing des sponsors/Partenaires/Diffuseurs/Soutiens ???
    Cet ap-m intéressant RCT/ASM et RAC/LOU, les carambolages, collisions en série et tamponnages ne devraient pas décevoir les tenants du combat, espère qu'une équipe saura comprendre que faire voyager le ballon et lui faire prendre les vents, les intervalles, les creux, le grand large, les extérieurs, est encore le meilleur moyen de se procurer des occasions d'essai (OH le gros mot), de s'amuser (OH !!!!) et de gagner (AH !!!!).
    Allez, 29 ans marié ce jour, le déjeuner comme une rencontre de rugby, le coup d'envoi s'annonce épicé, la mise en bouche bien moelleuse, les entremets raffinés, le plat principal consistant, les fromages aux goûts de terroirs et le dessert comme une arrivée en terre promise, tout ça avec un côteaux du Layon suivi d'un Beychevelle ................... épicétou.
    Bonne journée

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Madame est gâtée un Beychevelle😉 Et Fagot un nonos ?

      Supprimer
  63. IU dans CRC, regardez son new décolleté ...pas mal

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Viens de voir le corps du délit, je dis fake news, c'est un push-up bra, ça mosieur ... mais ce qui doit te titiller c'est plutôt la transparence du corsage - corps sage hmmmm ? plutôt pas mal - un truc rigolo c'est de suivre les yeux des intervenants ..... houlala que c'est dur de garder le regard au dessus de la ligne de flottaison ! Sacrée Isabelle ; elle fait plus pour le rugby que toutes les campagnes de com de la Fédé fada ! 😈💣

      Supprimer
    2. Push-up bras ou Wonder bras peut etre mais pour l'avoir vue de très près j'zi un doute ... Bon l'effet rosé de ce midi au golf 👍

      Supprimer
    3. oui c'est bien connu le rosé exagère la perspective ...

      Supprimer
  64. Je sens que l'ASM va ramasser ...

    RépondreSupprimer
  65. À une semaine de la coupe d'Europe mauvaise limonade pour les jaunards .. inexistant

    RépondreSupprimer
  66. Démonstration et correction ...l'ASM à sa place ...mais comment en arrivé t-on la ? Un parallèle avec l'EDF ?

    RépondreSupprimer
  67. Un grand Toulon ou un petit ASM ? Ou le retour de Galthié ou la soufflante de Mourad ? Le rugby est un mystere en Top 14.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mon frangin, clermontois, me susurre au téléphone que l'ASM brûle encore, seuls les volcans sont éteint en Auvergne, FLOP.14 de toute façon terminé pour eux ne reste plus que l'Europe pour sauver la saison des Jaunards. L'explication ne me convainc pas, 49 pions et laisser filer la rencontre sans y mettre aucun ingrédient, pas la meilleure façon de préparer le rendez-vous CE de la semaine prochaine.
      Le rugby est un mystère, de toute façon, et comment !!!!!!!!!!!!!

      Supprimer
  68. Quand-même, 49 au planchot, et surtout rien du côté de l'ASM qui pourrait laisser à penser que c'est un mauvais dimanche et que ça ira mieux demain.
    Comprend pas comment cette équipe s'est délitée en 2 mois.
    Comme à l'habitude c'est une maison close d'où rien ne transpire jamais, mais doit bien y avoir des raisons à ce naufrage, dans les vestiaires, les couloirs, le toujours si disert président aux abonnés absents, l'encadrement comme à l'habitude silence mutique, peuvent pas nous envoyer un pneumatique pour nous expliquer ???
    RCT à ce niveau c'est fort, très fort, c'était jusqu'à présent en mode jour/nuit et par alternance, si ça reste constant à ce niveau les gars de la rade va falloir se les peler.
    Suis pas sûr que les rodomontades du président aient un réel impact sur la performance sportive, plutôt enclin à penser que si la mise en place du projet Galthié a été longue, la mayonnaise maintenant a bien intégrée tous les éléments, comme on disait plus haut le projet et le plan de jeu plus fort que les individus, pour le RCT c'est patent bravo à l'encadrement de n'avoir pas changé en cours de route au gré des performances plus ou moins abouties.
    Pas plongé dans le décolleté dont il est question plus haut, ai manqué beaucoup ??? Et, sans ça, les experts présents pas trop déstabilisés par ce côté ouvert appétissant ??? Z'ont réussi à ergoter ou cafouiller dans l'intervalle, en venant au soutien main-main ????

    RépondreSupprimer
  69. Bémol dans mes louanges au RCT, 14 étrangers sur la feuille de match de 23, ou pourquoi donc le rugby des clubs ne profite t'il pas à notre EDF ????

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Comment dire ???? Pas de mots tellement c'est du bonheur, structuré comme le pack à 16 pattes de 1977, des tanins légers et suaves comme une course de Campaes ou Darrouy, une attaque franche et pénétrante comme une action lancée par Peter Pan et prolongée par les Boni, une longueur en bouche extraordinaire, qui dure et se transporte jusque z'au fond des papilles comme une chaloupée de Barry John, la partie disputée avec mon épouse se termina par un match nul, 3 flacons partout, sans débordements ni arbitrage vidéo. Le retour au bercail sur une mer démontée de traîtres trottoirs se passa sans encombre.
      Savez vous, braves gens que Beychevelle vient du fait que le duc d'Épernon, gouverneur de Guyenne et propriétaire des lieux au XVIIe siècle exigeait des bateaux qui passaient devant son domaine qu'ils affalent les voiles en signe d'allégeance. Ce qui donna le nom au domaine de «Baisse voile» qui deviendra Beychevelle.
      C'était la minute culturelle de Nini.

      Supprimer
  70. et dire que j avais prevu une victoire de clermont
    maudite boule de cristal
    un toulon applique et efficace
    les michelins relegues en fond de grille
    Bastareau enfin adepte de faire vivre le ballon
    surpriS aussi de la deroute de OYO
    un final prenant pour une fois

    RépondreSupprimer
  71. Richie , je te sais en partance pour Balma. Dans ta solitude, tu sais que tu n'es pas seul soutenu a droite et gauche par les Quinconces. Invisibles mais présents.Bien avec toi et ta famille,
    Bernard

    RépondreSupprimer
  72. Bastareaud a mis les pendules de Mourad à l’heure ...
    comme le Beychevelle , vieillit bien le Mathieu

    RépondreSupprimer
  73. Bon, ben l'ASM n'a pas mis la gomme👎. Ca fartait pas.🏄‍♀️Et Toulon à surfé tranquille les petites vaguelettes jaunes et bleues🏄‍♂️. Pas de mauvais temps à part celui évoqué par Mourad à son staff et ses joueurs.🗣🔊🔊 Il semblerait qu'à droite à gauche ça gère un peu🤝. Sinon, côté wonderbra pas de quoi se remonter la pile, ou grimper au coteau du Layon non plus ! Juste un peu de charme pour attirer l'oeil sur 1 T14 qui en a pas.👐🏈👄. Ca s'rait y pas du racolage sur voie publique ?!!🏌️‍♂️💓

    RépondreSupprimer
  74. Merci Nini. Les commentaires rugby qui entourent le tien étaient en train de me dégoûter définitivement de cette p..... d'Ovalie. D'autant plus que je venais de me farcir les réactions des lecteurs de Rugbyrama ! AH, les valeurs...
    Donc, parlons sérieusement : Ravi du plaisir, bien détaillé, que t'a procuré Beychevelle. Te souviens-tu du millésime ? Puisque ton épouse et toi-même apprécient le saint-julien, dégotte un Branaire (juste en face de Beychevelle) ou un Talbot, selon moi encore supérieurs et, si tu as réussi le casse de la Banque de France, offre-toi un Léoville (Las Cases ou Poyferré, monstres de classicisme, ou Barton, voluptueux. Sinon, il reste le gardien du temple : Ducru-Beaucaillou. Sans oublier Gruau-Larose, Lagrange, Langoa, Saint-Pierre. Anecdote : un fils du plus important producteur et promoteur de coteaux-du-layon vinifie avec bonheur - château Balac - à quelques kilomètres de Saint-Julien. Les vins de cette petite commune au terroir absolument homogène formeraient un sacré Top XIV.

    RépondreSupprimer
  75. Charles,
    tu nous fais la revue des Saint Julien ... j'apprécie en tant que descendant d’œnologues ... Mon grand père par homonymie a failli acheter le château Lagrange ... ce qui aurait changer ma trajectoire de vie probablement ...
    entre rugbyrama et Ducru mon choix est fait !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Réunir les Quinconces à Lagrange... Mettre le french blair dans un verre... Gaffe quand même, la p'tite route est hyper tortueuse (ce sont les parcelles qui dessinent) et peut, elle aussi, faire changer les trajectoires.

      Supprimer
  76. Bonjour à Tous

    J'avoue que mes préférences vont du coté de St Estèphe ; Haut Marbuzet ( pas mal de bouteilles dans ma cave) cos labory et j'ai trouvé un petit cru bourgeois de première qualité " Argilus du Roy" et cela pendant quelques jours de vacances seul ou j'ai promené ma voiture dans les vignes et rempli le coffre ... une bise

    RépondreSupprimer
  77. Saines vacances Marco;donc tu confirmes, on produit vraiment du vin dans ces contrées étranges, dont acte 😆
    Allez , faut qu'j'y vais, le gourou Denis doit bien avoir encore un Talbot 2005 qui traîne, affaire à suivre !

    RépondreSupprimer