jeudi 28 novembre 2019

Au niveau

Dans une époque, la nôtre, où le "savoir bien vivre ensemble" devient un réel sujet d'inquiétude, de manifestations et de discorde, autant dire une inaccessible étoile pour reprendre la chanson de l'immense Jacques Brel qui, dégouté d'être entouré d'abrutis mesquins, était parti savourer le reste de sa vie sur les îles Marquises, que l'ailier de poche springbok Cheslin Kolbe soit élu par ses pairs meilleur joueur du Top 14 a de quoi nous conforter sur la capacité du championnat de clubs le plus lucratif du monde et de sa proche banlieue à hisser à force de rebonds favorables un laissé-pour-compte vers les sommets.
Depuis 1987, pour changer d'échelle, le XV de France explore les confins de la galaxie ovale à la recherche d'une martingale qui lui permettrait, à son tour, d'être sacré champion du monde. Le cherche-t-il vraiment, d'ailleurs ? Quand on considère la succession d'embrouilles déversées dans les hautes sphères de Marcoussis - ainsi qu'en témoigne à charges Sir Clive Woodward - on peut en douter. Ou du moins être happé par une sorte de fatalité : le trophée Webb Ellis n'est pas pour nous. Non pas qu'on soit incapables de le prendre par ses anses pour le hisser au-dessus d'une tête de capitaine, c'est plutôt le chemin qui mène en apesanteur à trois succès de rang en phase finale qui semble impossible à emprunter.
Décrocher la Lune, Anglais, Sud-Africains, Néo-Zélandais et Australiens s'y sont employés avec succès ! Il s'agirait maintenant, messieurs les Tricolores, d'aller un peu plus loin. Sur Mars... Voire devenir un seigneur des anneaux de Saturne. Vous avez comme moi remarqué, puisqu'on fatigue à tourner en rond sur la même planète qu'on a su rendre exsangue, à quel point nous avons besoin de savoir s'il existe d'autres formes de vie dans l'univers, et s'il est possible de coloniser le système. Proxima, Ad Astra, First Man, Interstellar, Seul sur Mars, Gravity, High Life, Passengers : depuis quelques années, les longs métrages sur le thème se succèdent au décolage, direction là-bas.
Ce qui m'amène à ce rapprochement en forme de piste d'alunissage : considérant qu'un voyage dans l'espace demande une préparation de très haut niveau, pourquoi le staff du XV de France ne s'inspirerait-t-il pas de l'entraînement haut de gamme des astronautes ? "Le rapprochement avec les sportifs, c'est le sens de l'engagement", a souligné Jean-François Clervoy - trois missions dans l'espace dans les années 90 - dans le quotidien L'Equipe, avant d'y ajouter "le sens du devoir, de bosser, de tout donner pour réussir, d'être au meilleur de vous-même..." Similitude qui exige d'être "complétement obsessionnel".
De son côté, Claudie Haigneré - deux missions dans l'espace en 1996 et 2001 - note qu'il y a "cette capacité à se concentrer sur l'objectif. A un moment donné, il faut être à 150 % dans la performance." Un dépassement de soi qui n'est pas sans écho avec les avatars tricolores : "Il faut pouvoir et savoir résister à des événements qui pourraient faire craquer quelqu'un de faible émotionnellement", assure Clervoy. La récompense ? "On découvre des potentialités qu'on ne soupçonnait pas en soi, comme certains sportifs quand ils passent un palier et découvrent quelque chose qu'ils ignoraient être capables de faire", dit Claudie Haigneré.
Comme la compétition transcende certains sportifs, de l'entraînement intensif des astronautes naît une forme d'état de grâce. "Après des dizaines et des dizaines de passages aux simulateurs, on a 5 sur 5. On est hyper prêt. Ce qu'on appelle être dans la zone." Mais, en France, le culte réservé à Raymond Poulidor, par exemple récent, roi des seconds, personnalisation parfaite "des projets qui n'aboutissent pas, des rêves avortés" pour reprendre Antoine Blondin, nous en dit long sur la psyché cocardière.
Il n'est que d'écouter les joueurs - disons du Stade Français - se plaindre de l'entraînement trop éreintant, de l'exigence du coach, de la répétition, alors qu'elle est un passage obligé pour atteindre la perfection... Pour eux comme pour d'autres, ce qu'on demande à un professionnel est trop tout : trop dur, trop astreignant, trop contraignant, trop rigoureux, trop métronomique... C'est pourtant à ce prix qui leur semble élevé qu'on devient, comme Cheslin Kolbe, un super héros.
"Un acteur, sur un tournage, a le trac. Pas lui. Il a une grande confiance en lui, pas de la prétention, mais il sait qui il est. Quand on a un problème dans l'avion, on a envie qu'il soit aux commandes." Il, c'est Thomas Pasquet. Un modèle à suivre au plus haut. Et c'est Eva Green qui, dans Le Parisien, en parle ainsi. Savoir qui on est : voici la clé. Elle n'ouvre pas, non, elle est l'ouverture. Maintenant que le gong signalant la fin de la fête japonaise a fini de vibrer, c'est bien de pilotes assurés dont le jeu tricolore manque le plus dans cette quête que l'on dit, au vu des résultats, inaccessible, et qu'il nous faudra bien un jour achever.

196 commentaires:

  1. Le titre qui me manque c'est The right stuff ... L'étoffe des héros...à partir de là on peut commencer non pas à rêver - quoique - mais à poser les bases d'un programme cohérent . N'oublie pas que tu as plein de paras ou ex paras sur ton blog ... pour s'envoyer en l'air ils ont la méthode ad hoc just ask . Pas trop le temps là mais je reviens ....

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je voulais juste évoquer les films récents. Mais oui l'étoffe bien sûr

      Supprimer
    2. C'est le seul film qui a les 2 aspects : l'entraînement et la transcendance ... certains des pilotes ont l'un ( rôle de Dennis Quaid ) d'autres ont le 2e ( rôle d''Ed Harris / Scott Glenn ) un seul a les deux c'est Chuck Yeager ( Sam Shepard ) .. Thomas Pesquet semble avoir les deux mais certains astrophysiciens déplorent son goût pour la com' ... pas facile tout ça ! J'aime beaucoup ce point de vue car suis fan d'astronomie . Au fait Wilkinson est une pointure en physique quantique... si ça peut aider ...

      Supprimer
  2. Un entraînement astraunomique pour un jour décrocher la lune

    RépondreSupprimer
  3. Savoir qui on est et jusqu'où peut on aller? That is the question ! J'ai souvent mis en avant le manque de charisme et de personnalité de nos joueurs majeurs en équipe de France.N' est ce pas nos entraîneurs ou nos dirigeants qui susciteraient ce manque d'émancipation sur le terrain.Les anglo-saxons ont une autre approche technique physique et psychologique de la compétition de haut niveau.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Les coaches sud-africains me parlent de dureté mentale.

      Supprimer
  4. Pour continuer dans la métaphore spatiale je dirai que ce qui se joue à la Fédé tient plus de Y a t'il un pilote dans l'avion ? Que de la Guerre des étoiles.

    Benjiasm

    RépondreSupprimer
  5. Je viens de regarder, en "replay", l'émission littéraire de François Busnel "La grande Librairie". Et, au programme, Hubert Reeves, Emmanuelle Pouydebat, Cyril Dion, Pierre Rabhi et Pascal Picq réunis sur le plateau pour réfléchir à comment "sauver la planète".
    Passionnant, bien sûr, et éclairant.
    Je pense qu'il n'est pas interdit d'apprécier la compétition. Je l'ai aimé à la façon des Britanniques ou, du moins, du cadre dans lequel ils l'ont envisagé: tout donner, tout faire pour gagner dans les règles et sous l'esprit du fair play. Et puis, une fois avoir fini de jouer, que l'on ait gagné ou perdu, tchao! Fini, on n'en parle plus.
    Alors, si je pense qu'il est parfois bon de tout mettre en œuvre vers un certain but avec intelligence et humanité dans le but de s'améliorer, je pense aussi -et cela aura marqué toute ma vie- que certaines pratiques sont incompatibles avec les cadres dont je parlais ci-dessus.
    En conséquence, et par exemple -juste un seul mais révélateur pour moi- j'apprécie fort peu les cris initiés (et malheureusement acceptés) par Monica Seles dans les années 1990 sur un court de tennis. Cris suraigus "d'orfraie" se poursuivant jusqu'aux hurlements d'un porc qu'on égorge de Maria Sharapova.
    Cela pourrait être une partie de ma contribution à la "prise de hauteur" suggérée par Richard.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Toujours bon pour relancer, André, grand tamis de ce blog

      Supprimer
  6. Le bon Virgile soulignait déjà qu’un « labor omnia vincit
    improbus » venait à bout de tout.
    Nos maquignons de Montgesty s’inspirent-t-ils des Romains qui, après tant d’années de troubles endémiques, retrouvèrent sous le règne de leur Auguste de l’époque le goût du travail et la simplicité des mœurs de leurs ancêtres...paysans ?
    À moins qu’après avoir si brillamment chevauché leur anémélectroreculpédalicoupeventombrosoparacloucycle, ( un Poulidorus genus, quoi ) nos Cosinus de la méthode, endormis la lune tout juste atteinte, ne deviennent, Barbenfouillis cosmiques, définitivement Tartarins de l’espace.

    RépondreSupprimer
  7. Schématiquement, faut de la sueur, de la matière grise et ce je ne sais quoi qui fait le lien entre le muscle et le cerveau genre des connexions particulières . Question : que manque-t-il à nos Bleus ?
    Accessoirement, il faut du pognon ( beaucoup ) . Une volonté . Une vision . Question : que manque-t-il aux dirigeants du rugby ?
    sinon pour la petite histoire - et vous allez voir elle est jolie - Toulouse est un haut lieu de l'astronomie depuis des siècles, et son Observatoire fut déplacé un temps à Jolimont, haut lieu du rugby ... Ces deux mondes devaient bien se rencontrer un jour ...

    RépondreSupprimer
  8. Will they be our "first men" in 2023?

    Sir clive l'a bien décrit, il faut convaincre les joueurs qu'ils peuvent le faire.
    JFK l'a démontré. Il faut mobiliser toute une communauté pour y arriver. Même considéré l'aide de l' "ennemi " ( Khroutchev alors, l'anglais Edwards aujourd'hui ;-) )

    Mais est ce que les joueurs en rêve ?
    Les u20 qui ont déjà eu la petite deux fois, oui, ils sont mordus!
    Le reste ... pas sûr...

    J'aime bien cette rubrique Ritchie. Inspirée, juchée de petites et histoires révélatrices et inspiratrices ...

    Il y a un côté en moi qui me dit que les joueurs français considèrent qu'être pro de rugby c'est s'amuser tout en étant super bien payé... un autre qui ose y croire,++ qu'un déclic peut se faire, une hasard heureux qui peut nous donner de la pénicilline mais celle-ci n'aurait pu apparaître sans un chercheur, son expérience et son bouillon de culture.
    La culture de vainqueur sur le toit du monde du rugby est plus un brouillon en France qu'un bouillon...
    Mais on a des chercheurs prêts à faire des expériences comme coach en EDF alors ... pénicilline il y aura peut-être ...

    RépondreSupprimer
    Réponses

    1. "Redonnez-leur ce qui n'est plus présent en eux
      Ils reverront le grain de la moisson s'enfermer dans l'épi et s'agiter sur l'herbe.
      Apprenez-leur, de la chute à l'essor, les douze mois de leur visage,
      Ils chériront le vide de leur coeur jusqu'au désir suivant;
      Car rien ne fait naufrage ou ne se plaît aux cendres;
      Et qui sait voir la terre aboutir à des fruits,
      Point ne l'émeut l'échec quoiqu'il ait tout perdu."
      C'est de René Char, Ritchie nous disait qu'il avait inventé le charisme ...

      Supprimer
  9. https://m.facebook.com/france2/videos/10155718115872598/?refsrc=http%3A%2F%2Fwww.google.com%2F&_rdr

    RépondreSupprimer
  10. Les astronautes et l'astronomie en général ont su et savent toujours rêver.

    Leur plus bel accomplissement a peut-être été celui de se défaire de la gravité ... gravity qui prend un autre sens en anglais ... tout ces aspects, personnes et cultures qui ont tellement d'inertie qu'il ne sert à rien d'espérer les changer et il ne reste plus qu'à se résigner de vivre avec ...

    La gravité de notre situation ne demande 'elle pas que l'on s'extirpe de la gravity paralysante de notre rugby et que l'on se remette à rêver ... comme les astronautes.

    Et si nous les observateurs, les amoureux du rugby nous mettions à rêver ... qui sait, c'est peut-être contagieux ! 😉

    D'humeur rêveuse ... la faute à Ritchie ... for today ...😁

    RépondreSupprimer
  11. Je voudrais revenir un instant sur la "psyché cocardière" et le culte des seconds (cf Poulidor ). Nous en avions parlé l'an passé à propos des héros et j'avais cité Boris Cyrulnik : ": "On n’est pas héros en soi, quelle que soit la culture, on est héros pour la signification qu’on prend dans l’âme des autres . Le récit dont le héros sera l’objet doit réparer le réel quand celui-ci n’a plus de sens pour un groupe donné. " Il évoque ensuite la Shoah, le procès Papon et poursuit : "A partir de là, les récits culturels ont changé. Alors que le héros était auparavant systématiquement du côté de la victoire, de l’épopée de la victoire, il a changé de camp. C’était désormais celui qui avait tout perdu, qui avait souffert et avait été humilié, et qui, malgré l’horreur, s’en était sorti qui a incarné ce statut. Car il n’ y a de héros, - d’héroïsation possible -, que portés par les récits culturels."
    Donc il semblerait que les héros ne soient plus les vainqueurs mais les vaincus .... ce qui était déjà en germe dans l'Iliade et l'Odyssée : tous faillibles ( talon d'Achille), presque tous vaincus mais ô combien héros quand même !...
    C'était ma conclusion à l'époque, aujourd'hui je peux ajouter que finalement nous avons parcouru du chemin et compris la nécessité du récit culturel . L'approche encore tâtonnante de Montgesty, largement inspirée par la geste AB, est peut être en train de fonder ce récit, et de ce récit devrait découler la possibilité d'une héroIsation . Bref un remodelage de la psyché cocardière ?
    Je suis d'ailleurs frappée par les blessures de nos héros potentiels ( Dupont et Penaud sur le flanc ), loin de les diminuer ils semblent grandis par l'épreuve . Bon je rêvasse peut être encore mais quelque chose mijote !

    RépondreSupprimer
  12. Non Gari tu ne rêvasse pas.. les blessures reposent les joueurs et ils reviennent à fond ... ils le disent eux-mêmes ... dupont, ollivon, jalibert.
    Juste pour le 6 nations? Et ça fait déjà râler les clubs...
    Ils auront besoin de temps de jeu quand même... bah, revassons, rêvons ... ça coûte rien!

    RépondreSupprimer
  13. Héros, rêve, engagement, dépassement de soi, investissement... va t on parler d Amour ^^?

    RépondreSupprimer
  14. Amour du rugby, de l'autre et de soi ...
    Savoir qui on est ... 😉

    RépondreSupprimer
  15. https://www-lejdd-fr.cdn.ampproject.org/v/s/www.lejdd.fr/Sport/Rugby/a-toulouse-les-rugbymen-collaborent-avec-le-centre-detudes-spatiales-3830354.amp?amp_js_v=a2&amp_gsa=1&usqp=mq331AQCKAE%3D#aoh=15749754352721&referrer=https%3A%2F%2Fwww.google.com&amp_tf=Source%C2%A0%3A%20%251%24s&ampshare=https%3A%2F%2Fwww.lejdd.fr%2FSport%2FRugby%2Fa-toulouse-les-rugbymen-collaborent-avec-le-centre-detudes-spatiales-3830354

    RépondreSupprimer
  16. https://www.stadetoulousain.fr/actu/8490/stade-toulousain-cnes-signature-dune-declaration-dinteret-commun

    RépondreSupprimer
  17. Savoir qui on est, est-ce seulement une question dont on a la réponse ?
    Se la poser, d'une certaine manière c'est vouloir dominer les choses, alors qu'on n'en finit pas de se découvrir soi-même. Et que notre maîtrise des évènements de ce monde est toute relative. Qu'est-ce qui est le plus important, savoir qui on est, ou savoir s'accepter comme on est ? Plus on avance dans la vie, plus la première question semble illusoire, plus la seconde s'impose tranquillement.

    Le pragmatisme anglo-saxon demande donc plutôt: savoir ce que l'on veut.
    C'est plus concret, et sans doute plus en rapport avec les axes de travail du staff de l'EDF. Shaun Edwards, frais débarqué, pas vraiment l'air de lorgner sur les étoiles, le dit: le talent est là, ce qu'il faut (restons concrets), c'est que dans le jeu, il y ait le niveau d'intensité nécessaire aux moments-clés.
    Pour l'instant ça manque; il faut donc s'en donner les moyens. Les joueurs comme le staff. Qui semble aller dans ce sens en décidant -enfin- de travailler sur la dimension mentale de la performance.
    Mola le disait dans l'Equipe du jour; on veut bien collaborer avec le staff de l'EDF, aller dans le même sens, mais il faut du répondant dans le travail en EDF. Sinon, aucune plus-value pour les joueurs, l'EDF et les clubs.
    On peut quand même se demander si la LNR est vraiment prête à cela, quand on voit comment elle en est encore à "couvrir" financièrement un des siens, tout ça parce qu'il est congénitalement incapable de fermer sa gueule quand on lui tend un micro.

    RépondreSupprimer
  18. "A Toulouse on pense que l'on travaille bien. Si le staff de l'EDF pense que le haut niveau demande du travail en plus, Ils pourront travailler ça au rassemblements de l'EDF" Mola ds l'equipe.
    Point 1: on est bons on a gagné le brennus donc l'EDF doit se mettre à niveau d'abord
    Point 2: viens pas frimer et nous parler d'international comme l'Himalaya à gravir
    Point 3: vu les résultats de l'EDF ces dernières années, c'est nous les clubs qui avont la compétence.

    C'est deux mondes différents... faut quoi ? Faire jouer Toulouse contre les ABs pour voir qui va gagner ?

    L'EDF qui semble pousser le curseur de son côté et vouloir intervenir dans les clubs et prêcher la bonne parole avant de prouver que c'est la bonne et les clubs qui pensent qu'ils savent tout et que les coachs de l'EDF vont pas venir ici se la jouer ... ils ont gagné quoi eux?

    On rêve déjà moins ... l'ego ... ce jeu de destruction ...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Voila tu as résumé en 2 post et on a oublié un point. L amour de l'équipe de france.

      En france, sur quoi on campe : son séant. Certain arrive pourtant à donner à cette position une certaine dignité, un aura de force tranquille. Tel le Bison.

      Supprimer
    2. Tres bonne idée ! Chaque joueur devrait lire une lettre de supporter de l'EDF par jour de rassemblement.
      Qu'est ce que l'EDF pour toi ? Et les supporters développeraient ...

      Supprimer
    3. J'ai reçu cette lettre d'un certain Charles De G ...
      Toute ma vie, je me suis fait une certaine idée de l'Equipe de France. .. Le sentiment me l’inspire aussi bien que la raison. Ce qu’il y a, en moi, d’affectif imagine naturellement l'EDF, telle la princesse des contes ou la madone aux fresques des murs, comme vouée à une destinée éminente et exceptionnelle. J’ai, d’instinct, l’impression que la Providence l’a créée pour des succès achevés ou des malheurs exemplaires. S’il advient que la médiocrité marque, pourtant, ses faits et gestes, j’en éprouve la sensation d’une absurde anomalie, imputable aux fautes des Français, non au génie de la patrie. Mais aussi, le côté positif de mon esprit me convainc que l'EDF n’est réellement elle-même qu’au premier rang ; que, seules, de vastes entreprises sont susceptibles de compenser les ferments de dispersion que son peuple porte en lui-même ; que notre pays, tel qu’il est, parmi les autres, tels qu’ils sont, doit, sous peine de danger mortel, viser haut et se tenir droit. Bref, à mon sens, l'EDF ne peut être l'EDF sans la grandeur.

      Supprimer
  19. Bonjour à tous
    les commentaires volent très haut dans les étoiles ce matin à mon réveil.
    Je voudrais quand même remettre les choses à leur place ; Poulidor taxé de second fut celui qui a gagné le plus de courses en France , même devant Anquetil , sa légende de second n'est du qu'à une seule course , le tour de France , d'accord c'est la plus belle , mais ne pas oublier toutes ces victoires ( plus de 140 ) qui montrent qu'il fut un champion hors pair et qui je pense n'a bu que de l'eau au vue de sa longévité de coureur et de vie ...il devrait plutôt être un exemple pour les sportifs du fait qu'il n'a jamais abandonné , qu'il s'est toujours battu mais que le sport lui a donné comme partenaires Anquetil et le très grand Eddy ...La performance n'est pas toujours dans la victoire mais dans l'accomplissement de soi et dans la recherche du meilleur de soi et personnellement j'ai toujours retenu ses victoires que ses places de seconds.
    Quand au dépassement de soi , je ne peux témoigner que de mon cas personnel (puisque gariguette en a parlé ) de parachutiste à Pau il y a si longtemps quand les voiles faisait 60m2; j'ai toujours eu la trouille de sauter mais jamais je n'ai hésité à passer la porte devant mes camarades du régiment, ils comptaient sur moi comme je comptais sur eux et le refus de saut aurait été la honte que je me serai infligé , alors oui j'avais une certaine trouille car il faut être légèrement demeuré pour passer d'un plancher solide a plus rien sous les pieds et tomber comme un sac de patates de 400 m de hauteur ...Je ne sais ce qu'est vraiment un héros mais ce que je sais c'est qu'une fois en l'air au bout de mon parachute le monde m'appartenais pendant 3 minutes et cette sensation de victoire sur ma peur décuplait mon bonheur.
    Il faudrait peut être que nos joueurs aient peur de quelque chose afin qu'ils se transcendent car on le sait tous Rome n'est tombé que lorsque les romains ont cédés aux délices de capoue..Le confort de leur salaires , du top 14 , du cocooning des dirigeants fait que pourquoi ils iraient chercher des sensations ailleurs alors qu'ils ont déjà tout...on ne peut leur en vouloir car pour la énième fois je le répète , ils sont sportifs de haut niveau mais pas forcément rugbymen dont le graal est la coupe du monde..
    Bonne journée

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. on va t'envoyer parler avec les Bleus, Marco !! tu expliques parfaitement ce que je rappelais de Cyrulnik sur un autre post : "on est héros pour la signification qu’on prend dans l’âme des autres " ...

      Supprimer
    2. Ahhh, l’âme des autres....
      Peu fier de son ascendance, le docteur Galthié, retourne à Marcoussis où il est accueilli par Laurent, Karim, Shaun et Raphaël, des serviteurs bossus et Thibault, un laborantin.
      Galthié décide de créer un être vivant à partir de cadavres. Ses serviteurs sont chargés de trouver le cerveau d'un génie pour l'implanter dans la tête de la créature. Malheureusement, ils se trompent et apportent à leur maître un cerveau anormal.
      “-...donc le cerveau que vous m’avez apporté n’est pas le cerveau de J. Maso ?
      - Heuuu non, Maître.
      - Et pouvez-vous me dire à qui appartient le cerveau que je viens d’implanter ?
      - Vous ne vous mettrez pas en colère ?
      - C’est bien connu, je ne me mettrai pas en colère.
      - Il s’appelle A. Normal, je crois. Ou P. Papé peut-être.
      -Ah.”
      Fabien, malgré cette fâcheuse péripétie, suivant les indications écrites de ses aïeuls, donne néanmoins vie à la créature.
      Il va alors l’exhiber, mais la créature devient violente et doit être enfermée. Elle arrive à se libérer, joue des coudes et flanque des coups de fourchette. En réaction, excédée, la foule des branquiblogueurs entame une émeute et se dirige vers Marcoussis.
      Laurent, Shaun, Karim et Raphaël s’exclament :
      “-....il risque d’y avoir du danger. Passez devant, Maître.”

      Supprimer
  20. Canal plus devrait avoir les droits de diffusion de la coupe du monde 2023. Vous verrez qu aussi bassement mercantile que ce soit, nos Poulets Depassés deviendront des Coqs de Guerre. Ha ha

    RépondreSupprimer
  21. et encore plus, ce BLOG est à une hauteur stratosphérique....

    RépondreSupprimer
  22. Bon, par ailleurs ce qui me gêne un peu c'est que Richard part de cas individuels pour essayer de les faire entrer dans un fonctionnement d'équipe; Combien y aurai t il de joueurs de rugby, potentiellement de haut niveau,, prêts à rentrer, au moins une fois par semaine, complétement "mort" après une journée d'entrainement terminée par un cross jusqu'au bout de l'épuisement

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Cette pensée m'a traversé aussi. Les astronautes sont de très fortes individualités mais ils ne vaincront pas la gravité sans une grande équipe derrière eux. Et ils savent vivre en équipe dans la station spatiale par exemple ... le parallèle est ainsi validé à mes yeux.

      Supprimer
  23. Un point de vue différent ici : https://www.usa.rugby/2018/06/from-eagle-to-astronaut/ ... où l'on apprend que c'est le fait d'être rugbyman ( en l'occurrence rugbywoman ) qui aide à devenir et rester astronaute . Je vous traduis un petit bout ...
    "Elle a expliqué à quel point l'entraînement en combinaison spatiale est épuisant. Qu'il pousse chaque astronaute à un point qui leur donne envie de s'arrêter, mais en tant qu'astronaute, il est essentiel de continuer. C’est exactement comme à la soixantième minute d’un match de rugby», a déclaré McClain en parlant du rugby. «À ce stade, vous êtes blessé, vous êtes épuisé et vous avez l’impression de ne plus rien avoir. Mais avec le temps, vous apprenez que vous avez encore des forces en réserve ."

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Rugby ... une question d'espace(s) ! 😉

      Supprimer
    2. https://www.youtube.com/watch?v=xugG-ACL9sM oui ben en fait ils jouent tous !! et une qui fait aussi de la philo, décidément ...

      Supprimer
  24. Si l'on part du principe que le rugby est une représentation presque idéale du monde dans lequel il baigne, on peut dire que de l'après guerre jusqu'aux années 1990, disons, il était conforme, du moins en France, aux populations ouvrières et paysannes. Ces populations étaient les deux grands pôles autour desquelles s'organisait la société de cette époque. La production et l'exploitation de cette production.
    Le monde a changé. Il s'est à la fois mondialisé, uniformisé et, au final, dématérialisé. Le rugby, bien évidemment a suivi cette nouvelle voie, cette nouvelle donne, cette nouvelle économie, ces nouvelles technologies, cette nouvelle philosophie.
    Or, aujourd'hui, l'heure est à une nouvelle approche du monde. Angle d'attaque radicalement différent au risque de taper de plus en plus dans un mur qui nous entraîne à la catastrophe. Que va-t-il en advenir de l'orientation du jeu? Cette question, je l'avoue, me passionne particulièrement. A la vue du nouveau jeu, peut-être pourrais-je envisager, en une démarche inverse, l'avenir de notre prochain monde.

    RépondreSupprimer
  25. Je n'ai jamais su faire comme Gariguette, par exemple, c'est-à-dire répondre juste en dessous d'une intervention. Ainsi de la dernière sienne; la lettre de Charles-de-Gaulle.... Chaque fois que j'ai tenté cette manipulation mon texte s'est toujours retrouvé au fond, en dernier de la liste. Ce n'est absolument pas grave mais c'est un peu énervant car il faut à chaque fois, dans ces cas là, signaler à qui l'on répond.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bah André on se retrouvera toujours quelque part ...😃

      Supprimer
    2. Sinon André il suffit d'écrire par exemple @André en tête de message et on arrivera à te suivre ...

      Supprimer
  26. XV de France à la recherche d’une martingale :
    Au casino, lorsque les mises étaient encore non réglementées, il fallait tout de même être extrêmement serein et avoir une grande confiance dans les calculs de probabilité pour se voir miser le plus souvent de façon exponentielle jusqu’à ce que cela finisse par « tomber ».
    Être rigoureux, méthodique dans un jeu de hasard ; un jeu dans le jeu qui apportait son lot d’adrénaline ; une hormone qui, bien dosée, est celle de la performance.
    Néanmoins, en faisant référence au casino, quoi penser de vouloir maîtriser l’aléatoire ; de pas laisser de place au hasard dans un jeu de hasard.
    Et en extrapolant, on peut s’interroger sur tous autres types de jeu.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Extrapolons donc !
      Ma balle n'est pas aléatoire, elle est allée dans le trou, pis c'est tout !
      Fô pas m'en vouloir, c'est la fatigue....toute une cohorte de rigoureux methodiques font déborder nos journées en ce moment ( Open de France de double).
      Même pas le temps de bloguer mais en terme de mental ces jeunes gens ont de quoi nous inspirer.
      Allez Chevreuse

      Supprimer
  27. Une parenthèse qui peut intéresser certains.
    Actuellement, sur France Musique, "Open Jazz" d'Alex Duthil du forum du Jazz à Vienne et qui traite de sujets liés à la diversité des genres, des lieus, des sources etc. pouvant se rapprocher des problèmes récurrents chez les rugbymen.
    En plus d'être sympa, intéressant ....c'est très beau.

    RépondreSupprimer
  28. Bon question altitude, vous êtes pas mal. Vous avez déjà bien exploré l'espace ovale avec le blog et pouvez envisager de sortir hors de la cabine. Mais attention, si vous n'êtes pas entrainés préalablement en piscine, et pas dans un foudre de vin.
    Ca jazze aussi, puisqu'André nous fait son boeuf (ouais facile, c'est la dépressurisation). Sinon, pour répondre à la question de Gariguette sur ce qui manque à nos bleus question élévation pour alunir un jour sur Oueb hélice, ben de la lumière à tous les étages, pardi. Donc bien savoir où sont les fusibles et s'ils sont tous en état. Et la convergence des élites dirigeantes aussi. Et pour jouer au casino, surtout de penser à quitter les gants. C'est plus facile pour poser les jetons. C'est déjà ça de maîtriser l'aléatoire.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. l'aller à Thouars c'est quand même pas si compliqué !

      Supprimer
    2. Pour l'instant, il y a le feu à Thouars...
      https://www.lanouvellerepublique.fr/thouars/thouars-un-gigantesque-incendie-ravage-une-usine-de-demantelement-de-vieux-wagons-sncf

      Supprimer
  29. Je regarde Racing UBB pelouse synthétique belles individualités très propre tout ça ... Parallèlement j'ai suivi Bath Sarracens âpre, temps pourri, terrain gras, joueurs mâchoires serrées, Farrell inspiré et inspirant on aurait dit Rives de la belle époque ... bref du sang de la sueur et des larmes, à l'anglaise, du rugby vintage et pourtant si moderne ... Le contraste est saisissant 👍🏈😃

    RépondreSupprimer
  30. Beau match pour l'instant UBB/R92. Bon niveau. Du jeu, ça s'envoie. On s'ennuie pas. Radra, Wata, Jaja, Riribaren the pass, Fifine, Cordero...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. 4 essais partout ben oui sur synthétique ça va mieux ! Jalibert excellent aussi et les Iliens ... Dantesques 💪❤

      Supprimer
    2. et oui, d'autant que lorsque Machenaud et entré, le rythme a beaucoup baissé... et donc, peut être, une des raisons de la défaite du Racing

      Supprimer
  31. Et paraîtrait que Mourad lache la voile du RCT, au profit de Bernard Lemoine (Tautor doit connaitre) qui posséderait maintenant 65 % des parts. Petit Bmol, le mec il a 80 piges... Mais l'avenir financier C'est lui🤔🙄

    RépondreSupprimer
  32. Ouais, Lemaitre maitrebdu moine. Ceci dit, connaît le milieu... du rugby puisque à pratiqué au niveau national et a eu été président de Mérignac. Même avec peu de cheveux sur le caillou,hibou,chou, genou, paraît bien conservé le gars.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. On reste dans l'espace un autre Lemaître était astronome réputé à l'origine de la théorie du Big Bang 😉

      Supprimer
  33. Il y en a(vait ?) un aussi qui faisait big bang au 100 m🏃‍♀️

    RépondreSupprimer
  34. Il y en a(vait) aussi un qui faisait un peu big bang au 100 m🏃‍♀️

    RépondreSupprimer
  35. Sinon, tout le monde au blaquefridé, ou cadeaux de Noël déjà ?🙄

    RépondreSupprimer
  36. Je suis né le 30 novembre. Le jour de la Saint-André. Comme c'est bizarre
    Aujourd'hui, chez des amis, fondue savoyarde sur whisky et vin blanc arrosé champagne associé à un gâteau aux fruits frais et café avec pistache, olives, saucisson et toasts au saumon. A moins que ce ne soit l'inverse.
    Je tombe sur l'article "Ondes gravitationnelles; le secret des origines" dans Télérama (ce soir à 22.30h.sur Arte). Apparemment passionnant bien que je ne sois ni féru ni réellement intéressé en ces domaines. Ce côté de recherche des origines me laisse relativement insensible; je m'en fous un peu, je dois le dire. Et pourtant, comme c'est bizarre, je suis souvent tourné vers le passé pour éclairer le temps présent et, éventuellement, prévoir le temps futur.
    Je lis:
    ..."qu'il sera peut-être possible dans trente ans de "mesurer les ondes gravitationnelles émises au moment du Big-bang". Un tel parcours permet de mettre en miroir temps humain et temps cosmique.".
    Comme je vous vois bien orientés vers les grands espaces, peut-être que ces quelques remarques pourront faire avancer votre réflexion, sinon le schmilblick!

    RépondreSupprimer
  37. Urios y va de son commentaire ...

    "c'est à la fin du bal qu'on paye les musiciens !" Rdv en juin Mr U.

    Heureusement que Mr Marti lui a offert des joueurs de luxe à commencer par Radradra qui n'a point besoin de U pour briller ...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. T'enlèves les Iliens du Top 14, y'a plus d'essais, là on s'est quand même régalé . Bon mon cher Rantanplan recommence à enterrer son nonosse n'importe où sur le terrain mais c'est une brave bête . UBB au dessus cette fois .

      Supprimer
  38. Je sais pas si la LNR va prendre de la hauteur après les élections. Déjà qu'avec P. Goze, ça dépassait pas la stratosphère. Mais si jamais Mourad parvenait à se faire élire... Un duo FFR/LNR Laporte/Boudjelal, et là mes canards, la chasse est ouverte ! Restera les élections FFR, et si F. Grill passait. Toujours est il qu'il risque d'y avoir des turbulences pour le(d) Zeppelin ovale tjrs en difficulté pour prendre de la hauteur.

    RépondreSupprimer
  39. Réponses
    1. Non, Joseph .
      Joseph Weber (né le 17 mai 1919 à Paterson et mort le 30 septembre 2000 à Pittsburgh) est un physicien américain, célèbre en particulier pour avoir fabriqué le premier détecteur d'ondes gravitationnelles, aujourd'hui connu sous le nom de « barre de Weber ». Il est considéré comme le précurseur de la recherche des ondes gravitationnelles, bien que son expérience n'ait mené à aucune détection de son vivant. La première detection a eu lieu le 14 septembre 2015. On lui doit également l'idée d'utiliser l'interférométrie laser dans ce domaine : interféromètres Virgo, LIGO, LISA.

      Supprimer
  40. Fils de ....
    https://www.lerugbynistere.fr/news/ces-huit-membres-de-lequipe-u20-anglaise-qui-sont-des-fils-de-1811191529.php

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. j'y pensais, et c'est donc l'occasion qu'il va falloir s'interesser de bien plus prés à Alexandre le fils d'Olivier, à part la touche il a le don d'observation de ce qui se passe et va se passer pour se trouver où il faut, remarquez son plogeon , samedi vers la fin quand il plonge pour ne pas gener la passe du 9 vers l'extérieur...

      Supprimer
  41. Certains joueurs hier m'ont paru hors classe, en astronomie on dirait de "classe spectrale" une classification des étoiles selon leur spectre de très chaudes à chaudes - non j'ai pas dit chaudasses ! - soit O B A F G K M pour se rappeler de cette classification, on utilise un procédé mnémotechnique ; la phrase "Oh Be A Fine Girl Kiss Me !"...
    Sinon comme en rugby, en astronomie on parle d'axe, on voit des bolides, et plusieurs centres galactiques alors qu'en réalité il n'en existe qu'un, certaines éclipses se terminent comme la célèbre éclipse de Plisson seulement observable à La Rochelle ... il y a aussi des nébuleuses, comme celle des relations opaques entre FFR et LNR ...des rétrogradations telle celle des Sarracens ... quelques trous noirs, et beaucoup, beaucoup de vieilles lunes !

    RépondreSupprimer
  42. Sinon la lumière n est toujours pas revenu au stade français. Ils ont vraiment du croiser un trou noir. Il faut faire intervenir Chandrasekhar pour qu il trouve la limite du phénomène

    RépondreSupprimer
  43. Sinon sur les trous noirs, Stephen Hawking (à titre posthume).
    Mourad est au bord sur sa rade...

    RépondreSupprimer
  44. « Quand l’ennemi semble plus fort que toi, agis de manière à échapper à son mode de compréhension »
    Danie Craven, Lochore, Villepreux, Rowlands....?
    Non, Werber, Bernard.
    Allez zut, a un "r" prêt je rentrais au club!

    RépondreSupprimer
  45. Mauvaise nouvelle pour commencer la semaine : le Top 14, Notre Top à nous qu'est le meilleur ... ce Top là ne fait plus band... pardon .... ne fait plus recette ! Tout fout l'camp et d'abord les meilleurs dont Radradra vers Bristol qui aligne 1,2 million annuel ( le double de son salaire de miséreux à Bordeaux ) pour le convaincre . Il sera Marquee Player hors salary cap . Pas de Marquee chez nous mais pas mal de barons quand même qui pompent allégrement les phynances - en péril d'ailleurs sauf à La Rochelle grace au public de Deflandre ..
    Et là il va en falloir de la transcendance d'astrophysicien amateur, parce que le trou noir il est devant nous ... Comment attirer des spectateurs avec nos écuries en mal de stars ? Même Dan Carter n'y arrivait pas confie Lorenzetti . Il faudrait d'autres Cheslin Kolbe . J'ai vu hier un Axel Muller qui comme son nom l'indique est Argentin, il joue à Brive et fait lever le stade . Simple passage d'une comète ou astre destiné à étinceler durablement ?
    Sinon il y a le championnat britannique, le Gallagher Premiership et là croyez-moi, vous aurez des étoiles plein les yeux !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. l'autre soir j'ai regardé, un peu, Sarracens contre Bath( je crois) et je n'ai rien trouver qui puisse m'y faire passer plus de temps!

      Supprimer
    2. Bath / Sarracens c'était un match dur par l'enjeu ; les Sarries doivent remonter un nombre de points très élevé, c'est une énorme pression ... en plus conditions meteo exécrables moi j'ai aimé pour la dramaturgie, chaque point enquillé par Farrell valait très cher mais bon il fallait connaître le contexte pour en apprécier l'âpreté ... On dit qu'ils veulent gagner tous leurs matches de Premiership, ça met la barre très haut !

      Supprimer
  46. Ben quoi, les lois, l'équité et toutes ces conneries c'est juste pour faire joli !
    Comme on est pas des protozoaires on a inventé des trucs pratiques,des paradis fiscaux, des Marquee's ,ça c'est bien les marquee's !
    Avec les Sarrie's on touche au sublime.
    Ça se voyait trop, fallait faire quelque chose, on a inventé une longue marche rédemptrice ,ça fonctionne à fond la caisse ( c'est le mot).
    Bon, les champions de la saison vont faire un peu la teuté,mais pour le même prix cette année on a en plus un challenge et des survivants, des martyrs !
    Allez, who are the strongest ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Les Français n'en ont pas voulu des Marquees ; ils ont voté contre à la LNR seuls Boudj et Altrad avaient voté pour . Et maintenant les Brits leur piquent toutes leurs pépites !! En fait de martyrs, c'est pas mal aussi chez nous avec les amendes ridicules qu'ils ne paient même pas au final . Je demande juste à voir un club français pénalisé à la hauteur des Sarries quand tu penses qu'au Stade Français y chougnent parce que les entraînements sont trop durs !! Imagine si on touchait vraiment à leur porte monnaie : infarctus du picaillon !

      Supprimer
    2. Oui et pour l instant au stade français, on a fait virer le coach mais euh... ha oui mais non, c est a dire que?!
      Alors c est l histoire d un groupe de type... nan mais sérieux hein..
      Alors les types...oué
      Bon voilà quoi.
      Et après... ben rien

      Supprimer
    3. Tout à fait Jan Lou...
      Le libéralisme débridé à l'anglo-saxonne il fait peur des fois ... contrat zéro heure ... bref, on va changer de sujet!

      En revenant au Rugby, à part Exeter et les Saracens, ils ne brillent pas trop les clubs de la perfide en Champions cup.
      Toulouse, Racing, Clermont se débrouillent pas mal!

      Autant bravo à l'équipe d'Angleterre pour son rugby bien léché, autant la différence avec la France au niveau des clubs n'est pas aussi grande.
      Elle l'était mais le top 14 est plus rapide je trouve depuis quelques années..

      Supprimer
  47. ..."s'il existe d'autres formes de vie dans l'univers,..." et "...se plaindre...de la répétition, alors qu'elle est un passage obligé pour atteindre la perfection...".
    Si ce n'est pas de la double contrainte, je ne m'y connais pas! Intéressant, bien évidemment et à approfondir certainement.

    RépondreSupprimer
  48. Bah, t'inquiètes pas, douce groupie Melanesque, on est toujours un peu à la ramasse du libéralisme débridé à l'Anglo-Saxonne mais on finit par y arriver.
    Et puis avec des Trojan horses comme Boudged et l'autre échafaudeur ça devrait pas traîner.
    Et pas besoin de bricoler un Sarriesthon non plus, ils vont s'en sortir par le haut.
    Allez Chevreuse

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu me connais Janlou : sous la rude écorce bat un cœur de rose 🤣🤣🤣

      Supprimer
    2. L’homme de la Pampa, parfois rude, reste toujours courtois mais la vérité m’oblige à te le dire : ton Albion commence à me les briser menu !.
      Allez, pour de rire hein, forcément Lino by Michel !

      Supprimer
    3. Et Janlou quand on lui en fait trop...

      Supprimer
    4. J'correctionne plus, j'dynamite, j'disperse, j'ventile."
      Allez Raoul

      Supprimer
    5. Je suis pas contre les excuses je suis même prêt à en recevoir, Janlou Si t'étais pas c'que t'es et si t'avais pas l'nom qu'tas, t'aurais pas dit la moitié de c'que tu viens de dire parce que j't'aurais emplafonné avant...😂😂😂

      Supprimer
  49. Si Mourad commence à retirer ses billes, c'est que l'avenir n'est pas rose, le chef d'entreprise avisé qu'il est, a bien compris qu'il ne peut pas vider son porte monnaie de 2 millions € chaque année.
    il fait appel à un jeune de 80 ans qui a fait fortune dans la poche à perfusion, c'est de bonne augure pour continuer à perfuser le club.
    matches pourris, stades qui se vident, ambiance de merde, chute des licences chez les jeunes, la marmite est pleine pour l'explosion ou l'implosion mais l'ère Laporte est devenue une ère glaciaire tant sur le jeu que sur le moral des intervenants.
    Mourad va se retirer ou partir à l'assaut du colosse LNR pour y remettre de la braise

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, enfin le nouveau président vient d’investir 4 de ses millions dans le futur centre de formation du club. J’imagine que ce vieux jeune homme fringant a un tout petit peu foi en l’avenir.

      Supprimer
    2. on vit dans des cycles et celui de Mourad est sans doute arrivé à son terme, mais quand on voit les tremblements sur le salaire de Radradra, on revient aux mêmes précédents que Carter au Racing et la structure des clubs est-elle suffisamment solide pour supporter l'inflation, sachant que les joueurs n'ont pas une valeur marchande pour équilibrer les hauts de bilan, mais simplement un grossissement de la masse salariale donc des charges et quand on n'a pas d'actif pour équilibrer le passif, ça passe par les capitaux propres

      Supprimer
    3. Quel avenir, c'est la question !
      L'avenir du sport, ou d'une entreprise de spectacle prometteuse?
      Allez Chevreuse

      Supprimer
    4. Je vous trouve bien moroses pour le coup.
      Lemaître est l’antithèse de Boudjellal et du bling-bling qui vous a toujours tant déplu ! Pas le style à dépenser sans compter; Pérenniser plutôt.
      Un article de Nice-Matin sur cet actionnaire un peu particulier qui ne prend la peine de clamer sur tous les toits qu’il investit 4 millions dans le centre de formation et recapitalise le club à hauteur de 10 millions.... :
      « Le succès n’est pas venu tout seul. Bernard Lemaître évoque même «une orgie de travail pendant 40 ans». Jusqu’à ce qu’il revende tout au groupe allemand Sartorius en 2007, à 69 ans, pour regrouper ses actifs au sein de la «Financière de la Seigneurie» et vivre de ses rentes à Marseille.
      Ce qui ne l’empêche pas aujourd’hui de figurer encore dans de nombreux conseils d’administration, et de s’investir physiquement au RCT deux ou trois jours par semaine: «Je ne crois pas être capable d’arrêter de travailler. Je ne le conçois pas…», sourit-il du haut de ses 80 printemps.
      Sa vraie surface financière? Il préfère la garder pour lui, par pudeur. Mais elle est très importante. Pour repère, en 2013, le magazine Challenges le plaçait en 386e position au classement des gens les plus riches de France. Aujourd’hui, sa fortune est estimée très largement au-dessus des 100 millions d’euros: «À une époque, j’étais très pauvre. Ce n’est plus le cas aujourd’hui et je n’ai pas besoin de tout ça.», précise, tout simplement, ce catholique pratiquant.

      Ses trois enfants mis à l’abri du besoin, Bernard Lemaître ne se contente pas aujourd’hui d’apporter et de «prendre beaucoup de plaisir au RCT, malgré des résultats encore décevants».
      En plein accord avec sa femme qui partage ses valeurs, il veut aussi essayer de «compenser autant que faire se peut, les misères humaines». Vaste programme. «Nous avons créé une fondation pour ça. On travaille aujourd’hui avec dix institutions spécialisées. Cela nous tient vraiment à cœur et nous en sommes fiers. Nous distribuons des sommes considérables, bien plus que pour le RCT…».
      Voilà qui est dit et situe un peu mieux Bernard Lemaître, ses succès, ses aspirations et sa générosité. La mort évidemment ne lui fait pas peur et il ne recherche à Toulon, ni la gloire, ni la reconnaissance, ni la lumière.
      Il veut juste vibrer encore un peu pour un projet qui lui tient à cœur et partager les fruits de sa réussite mais aussi sa grande expérience et sa rigueur d’ancien grand patron. Mourad Boudjellal et les supporters du RCT ne pouvaient trouver mieux… »

      Supprimer
    5. Suis d'accord Pom , ai lu son interview dans l'Equipe d'hier , j'ai bien aimé , sa vision , sa perspective et de considéré qu'à 8 ans on avait quand meme le droit d'avoir des passions et des projets . Effectivement une anti these qui me va bien
      Ce qu'on apprend sur Nice Matin n'est donc pas surprenant
      Plus jeune et en Pro D2 ce que fait Denis Philipon ( Fondateur de Voyage privé ) à Aix pour les jeunes est intéressant

      Supprimer
    6. considerer qu'à 80 ans et pas 8 bien sur -)))

      Supprimer
    7. Pom, François,
      je ne remets pas en cause l'engagement de bernard LEMAITRE n'est pas à remettre en cause mais j'essaye d’interpréter le départ de Mourad du club dans lequel il s'est pas mal investi sans doute un peu trop par moments.
      ce qui m'interpelle, c'est la structure financière des clubs pro qui me paraît bien fragile devant une possible inflation de la masse salariale avec comme contre partie, les partenaires, les recettes du stade et les droits télé.
      si le spectacle n'est pas au rendez-vous, il est certain que l'on pourrait arriver dans un effet de ciseau assez violent pour certains avec relégation financière possible. Et je pense que le Mourad est tout sauf idiot et que son engagement peut vite trouver ses limites.
      le rugby français était plutôt radical socialiste, il est devenu plus capitaliste, peut-il en assurer les vertus.

      Supprimer
  50. Oui, l'avenir a besoin qu'on lui susurre argent pour déclencher les bonnes ou meilleures conduites, réactions, pour déclencher une meilleure résilience aussi, bref de refaire bander ce club dont la libido sportive est en berne. L'argent oui, mais un peu plus d'altruisme serait aussi pas mal. C'est un peu comme dans le monde du plaisir. Tu paies pour en avoir.
    Et l'assaut au lasso de la LNR par Mourad n'annonce rien de bon, s'il se trouvait cow-boy suffisamment (suffis amant ??!!) adroit pour cela. Il n'empêche qu'il faudra continuer à se farcir ses méthodes de far west, éventuellement en interdépendance avec Bernie si ce dernier parvenait à remettre le couvert en FFR. Bonjour la vie des bovins dans l'enclos top 14. La chair et le plaisir vont en prendre un coup. J'sais pas s'il va y mettre de la braise, peut être plutôt de la b.... Genre dominance et soumission.
    Allez, un peu de sexy dans ce monde de brutes !!! Je sors...

    RépondreSupprimer
  51. Parfois aussi, de l'investissement, des billes dans ta vie, et plus rien... descente au rez de chaussée...
    http://www.leparisien.fr/sports/emilie-andeol-judokate-au-chomage-parfois-je-regrette-d-avoir-ete-championne-olympique-03-12-2019-8208591.php

    RépondreSupprimer
  52. Je viens de revoir, pour la ixième fois, "Manuel Agujetas, Cantaor". Çà remet les choses à leur juste place.

    RépondreSupprimer
  53. Qu'arrive-t-il à Galthié ? "j'étais un petit con... J'ai un peu le gros melon mais je n'ai pas de consistance, de projet. Je me la pétais, j'étais contacté par des clubs. ... j'étais un mauvais entraîneur ..." et ça continue des lignes et des lignes ! Toujours dans son plan com' d'humilité, d'autodérision ? Les confessions d'un enfant du stade et re-Montgesty blablabla ... C'est le problème avec les convertis : ils n'arrêtent pas de s'expliquer . Relax Fabien, on n'en demande pas tant .
    Juste tu gagnes le Tournoi et l'ardoise est effacée 😂😂

    RépondreSupprimer
  54. Moroses Pom, p'têt bien !
    Ce n'est pas tant ce brave homme, je n'ai aucune raison d'en douter, qui désaligne mes chakras .
    Le modèle économique mis en place par Boudjedal semblait plus vertueux que d'autres:
    De nombreux sponsors attendant en retour une notoriété, et pas le fauteuil du patron.
    C'est du commerce,on fait ça en 4 ème série avec l'épicier du coin .
    Là changement complet, un mécène s'achète la boutique et qu'il soit un brave industriel, un prince qatari ou un gangster russe , c'est le même principe, fondamentalement malsain.
    Allez, l'argent n'a pas d'odeur.

    RépondreSupprimer
  55. Malsain peut être ....dangereux surement le modèle Mourad et d'autres ayant montré leur limite
    Philippe tu as raison sur le modèle , qui plus est la transparence n'étant pas de mise nous n'avons accès ni au bilan ni au compte d'exploitation de ces sociétés , sans parler de salary cap à la gueule du client
    Prenons les bonnes nouvelles une volonté de developper du produit local qui en cas de chapardage se verra compenser financièrement sur les charges de formation de ce jeune .... De façon insidieuse on voit bien arriver ce qui se passe au Football , c'est à dire que le jouer est un actif qui vient renforcer le haut de bilan et la encore il faut des Princes russes et des gansters quatari ( ah non l'inverse ... ) pour faire la maille avec des poches profondes ...
    Mecenes , actionaires , cela ne nous a pas donné un championnat capable de rivaliser dans la durée au niveau Européen et International . C'est toujours la meme rengaine , l'utilisation de cet argent non odorant
    Continuons sur l'effort de formation de nos jeunes qui semblent n'être pas si mauvaise et à mieux coordonner , intégrer le formidable travail des éducateurs des clubs amateurs formateurs et ça ne pourra qu'aller mieux

    RépondreSupprimer
  56. Arrentons avec cet argent non odorant et absence de bilans. Lemaitre est parfaitement clean:il a vendu sa boite de poches plastic pour perfusions ou transfusions sanguines de mémoire vers 2007 pour plus de 300 millions;il ne me déplaît pas qu'il reprenne le RCT
    Bernard Landais

    RépondreSupprimer
  57. Bernard s'agirait d'être dans le meme match , en ce qui me concerne je ne parle de Lemaitre , voir les post plus haut en ce qui le concerne . Personnellement les gens qui réussissent en affaire ne me gene pas , bien au contraire ...... Philippe parle plus du modèle des clubs et il a raison quand il dit que ca risque de ne pas être tenable , pour le reste ce Monsieur et les autres font bien ce qu'ils entendent de leur argent . Pas confondre les sujets entre B LeMaitre et le modele économique du TOP 14

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. L’avenir pourra me contredire, mais pour faire le lien entre Lemaître et le « modèle économique » inflationniste du top14, les propos de cet homme ( et ses premières mesures....puisqu’il agit au sein du club depuis 1 an et demi....en aviez-vous entendu parler ? ) tendent à nous démontrer qu’il entend assainir et stabiliser les comptes du club, miser à fond sur la formation et assurer une gestion sereine, non ostentatoire et raisonnable financièrement.
      Vous allez me dire, ce n’est pas très toulonnais tout ça :-)
      Mais bon, à vous lire, ce ne serait pas très top14 non plus. Gasp ! 😬

      Supprimer
    2. Bon il connait aussi le milieu du rugby puisqu'il a pratiqué au niveau national et a eu été président de Mérignac, certes pas à l'époque TOP 14. C'est pas un enfant du sérail mais tout comme

      Supprimer
    3. Pas très Toulonnais je sais pas, Pom, mais que le système du mécénat ne soit pas le meilleur pour le monde du sport en général, ça j'en suis sur !
      Encore une fois l'homme et son intégrité ne sont pas en cause,mais qu'un investisseur puisse s' acheter un club comme une entreprise me gêne, beaucoup.
      Sauf à considérer qu'ils ne sont plus que des entreprises de spectacle.
      Allez, c'est précisément ça qui me fait.....

      Supprimer
  58. Ben c'est le cas depuis que le Rugby est passé professionnel ici et ailleurs , ça doit te gêner pour tout les sports pro et de fait oui on est dans l'entreprise sport spectacle , sauf qu'en ce qui concerne le Rugby on a pas le spectacle et qu'à force , bon je re embraye pas sur le modèle hein ....
    Le golf qui nous plait on est aussi un sport spectacle , tout les grands tournois sont la propriété de société , quand aux meilleurs joueurs , ils sont une entreprise à eux tout seul ...On peut le regretter mais comme disait l'Irish man à Jimy Hoffa "it is what it is "

    RépondreSupprimer
  59. Ben oui,c'est comme ça mais on est pas obligé d' être d'accord et de jeter des fleurs parce que ce coup-ci le sauveur " est un brave homme "
    Tu as remarqué, plus on a d'argent dans les clubs et plus ils sont en déficit .
    Si ces pactole servaient à former des cohortes d'enseignants ,d' éducateurs. ..
    Allez, on peut rêver.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Janlou je me régalais à l'avance de lire un article intitulé "le sport spectacle en danger" bigre me disais-je ça va se casser la gueule ? bon l'article est long et j'ai lu en Labit ha non pardon en travers ... et je tombe alors sur cette phrase "Néanmoins, à l’inverse, le désintérêt des pratiquants pour la compétition, voire pour la pratique sportive ne serait pas un obstacle pour l’intérêt porté au spectacle sportif qui appartiendrait ainsi de plus en plus au domaine du divertissement." ...Patatras !
      Néanmoins il y a quelques bonnes réflexions je mets le lien https://www.cairn.info/revue-reflets-et-perspectives-de-la-vie-economique-2015-3-page-5.htm#

      Supprimer
    2. un truc marrant les riches investisseurs privés - nos mécènes - sont appelés des "sugar daddies" par les Brits ... exactement comme les vieux chnoques qui se payaient des danseuses en 1900 ...

      Supprimer
  60. Qui dit spectacle dit spectateurs, et donc le faiseur de spectacle vit et gagne grâce aux spectateurs PAYANT. Que l'on sache que suivant cet axiome le rugby ne vit ou ne survit pas qu'avec la recette des spectateurs, même en y ajoutant les droits des diffuseurs. Alors que doit on faire pour continuer ce sport plus ou moins spectacle?

    RépondreSupprimer
  61. Ni dieu ni Lemaitre, Argent trop cher,
    Laissons les gens qui ont gagné honnêtement leur pognon (flouze) faire ce qu'ils veulent avec, sans jugement. et Comme POM je trouve cela très bien et je suis à 100 0000% d'accord avec Pablo.

    Si ils veulent le mettre dans le rugby tant mieux, j'ai 62 ans et depuis l'âge de 8 ans j'ai joué dans plusieurs clubs et il y avait toujours le bon président Mécène mis en scène (mais pas si sain ou saine que cela) surtout du temps de l'amateurisme marron.

    On n'attire pas les mouches avec du vinaigre.

    L'argent dans le foot a amené des éducateurs capables de générer des centaines d'excellents professionnels (en plus nous sommes copiés par les allemands quelle référence).

    Espérons que tout ce fric dans le rugby amènera les éducateurs pour que nous soyons la NZ du futur (je suis optimiste et j'y crois) Ne pas oublier que nous sommes 2 années de suite champion du monde de moins de 20 ans.

    Donc vive le pognon, les sugar daddies et autres si à la fin nous sommes champions et surtout que nous reprenions goût au rugby que nous aimons

    Money That's what I want.
    Your love cannot pay my Bill :-)

    Le Gé

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. ah mais je n'ai rien contre les mécènes - n'oublie pas qu'à Grenoble le FCG a vécu longtemps grâce à la manne de Serge Kampf ...- non ce qui me gêne c'est la phrase que j'ai citée, où l'on comprend que la PRATIQUE SPORTIVE et la COMPETITION risquent de disparaître au profit du spectacle seul . Lorsque l'on regarde un match à l'Arena on voit bien la tendance - et ce n'est pas forcément désagréable - mais s'agit-il encore d'un match ?
      Perso je ne dis pas "vive le pognon " il en faut bien sûr mais le sport me semble comme contaminé par le fric . Si tu observes l'Equipe tu as de plus en plus de pages dopage, trafic, pognon, tricheries ... la rançon à payer ?

      Supprimer
  62. Y a de tout et de rien dans cette réponse, le Gé. Personnellement je serrerais très nettement le jeu.

    RépondreSupprimer
  63. Bonjour à tous. Pourrait-on saisir la perche Eva Green offerte par Richard mais passée inaperçue ? Et que dire de sa maman, qui m'a tant fait rêver petit, de "Dernier Domicile Connu" à "Faut pas prendre les enfants du bon dieu pour des canards sauvages"... Quelle constance du charme et de la beauté dans la filiation !

    RépondreSupprimer
  64. Très intéressé par ta liaison vers Eva Green et sa mère (Marlène Jobert)bien connue des gens de mon âge. J'avoue avoir du mal à repérer la perche tendue dont tu parles..., si ce n'est à travers ta dernière phrase et l'idée de filiation....? Charme et beauté dans la filiation mère/fille = O.K. Mais entre l'ancien rugby et le nouveau! Je le vois mal.

    RépondreSupprimer
  65. Perso, je parlerai plus en terme de comparaison. En aéronauticospatial, on peut compter sur un Pesquet notamment comme pilote se confiance. En EDF, personne que Panurge. Un troupeau de moutons tjrs dans le danger de tomber dans le précipice en cas d'affolement. Aucun leader gagnant, à la tête froide.
    La transmission (en terme de filiation) s'il y en a eu par le passé tend à disparaître au point où les jeunes joueurs actuels ont de grosses lacunes sur l'histoire de leur sport et leurs célèbres ainés. Un peu comme s'ils étaient arrivés par accouchement sous X, ou issus de l'assistance publique. Bref, pas de perche inter générationnelle.

    RépondreSupprimer
  66. André Disons que le mot perche n'était pas forcément le bon. Mais c'était une occasion de parler de Marlène Jobert. Ces yeux sublimes soulignés de tâches de rousseur, ce nez mutin, cette voie dont elle a fait un métier, ce corps... Elle a toujours eu sur moi un effet fou.
    Pas de filiation/trnasmission évidente en terme de rugby effectivement (malgré les fils d'anciens joueurs en top 14-Ntamack), plutôt une ignorance du passé comme l'a souligné Sergio. Or, comment savoir où on va quand on ne sait pas d'où on vient ? Depuis un certain temps présent se construisait dans une dialectique avec le passé. Or le passé est ignoré, le présent n'est rien et le futur pas encore là. Bonne chance...
    Demain je vais voir Provence rugby/Valence-Romans, ça sent pas le match de l'année mais ça fera mon vendredi soir.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. eh bien nous voilà donc avec une muse de plus après Angharad, après la fille du Bambou bar (et Christine Boutin que je ne saurais oublier .... ) et dire que je me fais chambrer quand je parle d'Arnaud Méla !!! Sinon déjà deux rousses dans votre sélection messieurs ... autrefois on les brûlait comme sorcières et voilà t-il pas qu'on les encense ?!

      Supprimer
    2. Déjà converti, ça tombe bien. Ma préférée, Audrey Fleurot...

      Supprimer
    3. Sergio La dame du Lac, of course ! Tu as vu ses atours dans un mensuel français bien connu ?

      Supprimer
    4. ses atours ? me semble que s'il s'agit bien de ce mensuel, sa spécialité c'est précisément sans atours !!!
      et Julianne Moore ( scène de peinture dans the big Lebowski ) et Emma Stone, bien meilleures actrices que miss Fleurot, non ?

      Supprimer
    5. Ah, la magie d'Hollywood...

      (à midinette, midinette et demie ?)

      Supprimer
    6. Miss Fleurot se débrouille très bien également, comme une fleur qui s'ouvre sur la toile...
      Sinon, ciné..., file ya rien à voir !!! 🌞

      Supprimer
    7. Vous oubliez le théâtre.

      De toute façon, mes deux rouquines préférées, moi je les ai aussi à Hollywood, chez M'sieur Dwan.

      Supprimer
  67. erratum: voix, pas voie, bien sûr.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pas trop exigu le tonneau, pour 2 personnes ? ? 😉

      Supprimer
    2. Ce commentaire a été supprimé par son auteur.

      Supprimer
    3. Ce commentaire a été supprimé par son auteur.

      Supprimer
    4. Biogène... mais pas encore homogène !

      Supprimer
  68. Marlène Jobert, juste comme çà, pour en parler? C'est drôle. Du coup, je pense à Michel Jobert, l'ex ministre. Pas le même charme, peut-être, mais intelligent, çà c'est sûr. Tous les deux nés en Algérie...
    Et, pour Gariguette, c'est quoi cette histoire de tonneau?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est en rapport avec le pseudo "Diogène", le tonneau de Diogène ...https://fr.wikipedia.org/wiki/Diog%C3%A8ne_de_Sinope

      Supprimer
    2. Sinon André, nos amis blogueurs sont de vraies midinettes ( ça se dit midinets ? ) question ciné : il y a quelques jours j'ai proposé un petit jeu sur Fb ; il s'agissait de reconnaître des stars dont on ne voyait que la bouche ... bon ok il y avait aussi leurs prénoms ... sans vouloir balancer, il y en a quelques uns ici qui les ont toutes reconnues les Loren, Bergman, Bardot, Hepburn et compagnie ! Pas sûr qu'on arriverait aux mêmes scores avec des photos de parties de visage de rugbymen !

      Supprimer
    3. Gariguette "Midinets" ou simple bons vivants perspicaces qui ont l'oeil en toute circonstance ? (On va dire ça comme ça ahah) Cela dit je te rejoins sur les rugbymen pro, pas sûr qu'on fasse le même score. En voilà une idée de "quizz" !(sans tricher sur internet)

      "Pour moi, la beauté me ravit partout où je la trouve, et je cède facilement à cette douce violence dont elle nous entraîne (...) " Le grand Jean-Baptiste ne quitte jamais ma table de nuit. Et là je pense aussi à Charles Denner, dans l'Homme qui Aimait les Femmes.

      Supprimer
    4. Ah, Charles Denner, méritait d'être plus connu. Moins à l'aise dans l'aventure c'est l'aventure pour la jouer Aldo sur la plage... pas abandonnée !!!

      Supprimer
  69. Il semble que le rugby se laisse oublier assez aisément au profit d'autres sujets de méditation moins écrasés par les puissances financières et, malheureusement grégaires: littérature, cinéma...Même si,et bien sûr, l'argent y est présent, les espaces de liberté y sont plus vastes que dans le grand barnum que l'on veut nous faire gober. Que diable, du temps de Roger Couderc, il y avait le catch comme "sport" spectacle. J'ai ouïe dire que certaines chaînes en passent encore; du plus moderne, du plus clinquant, avec des femmes et des paillettes. Je trouve quand même désolant que comme étoile à laquelle accrocher sa charrue et ses rêves, orienter son axe de vie, on n'ait trouvé que ce genre de lumière.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bah certaines autres mettent des raviolis en boite ... pas sûr que l'étoile scintille davantage !

      Supprimer
    2. Ben oui, André,c'est l'essence de ce blog ,passer du profond au futile ,de Jobert à Toulon.
      Et tout ça a Fleurot moucheté.
      Si on ne discerte ici que sur le sport, le Rugby, ce formidable outil social qu'on abime un peu plus tout les jours en engendrant cent abrutis peinturlurés en tribune pour un joueur sur le terrain , reste plus qu'a avaler son bulletin de naissance ( au Chablis, moi,pour faire glisser )
      Allez, Couderc au catch à Palaiseau,souvenirs....

      Supprimer
    3. Ce commentaire a été supprimé par son auteur.

      Supprimer
    4. Littérature, cinéma, les espaces sont certes plus vastes et plus intéressants sur le fond, mais pas les mêmes circuits de distribution, en termes financiers bien sur. Pour autant, du moment où tu y mets l'oeil intéressé dessus, peut importe. Et dans la série "c'était mieux avant", oui, je préférais le catch de R. Couderc que les paillettes d'aujourd'hui... beaucoup trop axé sur les paillettes, justement. Comme en cinéma, où l'on axe beaucoup sur l'image tel des clips hyper graphiques, prenant le pas sur le fond, délaissé. On devrait jamais quitter Montauban, si tu vois ce que je veux dire.

      Supprimer
  70. Un peu d'histoire pour revenir à l'ovale et faire plaisir à André. Connaissait pas la barette, un riverain du rugby, prémices d'une même époque, ni le Dr Tissier, ancêtre confrère à Tautor, ayant voulu initier un sport ovale de masse...
    https://surlatouche.fr/la-barette-et-le-docteur-tissie/

    RépondreSupprimer
  71. Sinon pour rester dans l'axe profond, qui s' occupe du Nakarawathon ?
    Allez,me suis occupé du Balkani,chacun son tour !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. là, la tendance serait plutôt au roussethon Mouhahaha 😊😎

      Supprimer
  72. La saga des rousses continue avec un post de Pipiou tout là haut, nous disons donc Rhonda Fleming et Arlene Dahl sauf erreur ? Slightly Scarlett 1956, diable ça ne nous rajeunit pas ! Mais la roussitude ne connaît aucune limite , revenons au rugby moi je dis Lambey, Jolmes et Kitschoff. Sont moins glamour certes, mais meilleurs la balle en mains !

    RépondreSupprimer
  73. ah les rouquines... la modèle de "la naissance du monde" de G Courbet l'un des tableaux les plus connus, serait une rouquine....

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. c'est "l'origine du monde" , les derniers développements de l'étude de l'oeuvre disent que non elle était brune- et ça paraît en effet logique vu le tableau ... - à lire ici https://www.beauxarts.com/grand-format/lorigine-du-monde-de-fantasmes-en-devoilements/

      Supprimer
  74. T'as raison, Georges, faut revenir aux fon-da-men-taux !

    RépondreSupprimer
  75. Et je tombe à l'instant sur la nouvelle de la mort de Denis Lalanne.
    Le grand chantre du rugby français, avec un sens de l'épique inégalé.
    Son plus beau livre, crépusculaire, reste pour moi "Le temps des Boni".

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. les deux écrivains qu'il cite dans son itw https://www.lequipe.fr/Tous-sports/Article/Denis-lalanne-oui-j-ai-sublime-a-mon-insu/1035088 ce sont Joseph Kessel et Ernest Hemingway, ça explique pas mal de choses ...

      Supprimer
    2. oh que oui, le temps des Boni, merveilleux document. nous l'accompagnons et serons trés nombreux pour son dernier voyage

      Supprimer
  76. Ah....
    Denis Lalanne c'est ma première recherche dans l'Équipe tous les matins pendant trente ans, bon poids, juste avant Pierre Chany.
    L'impression sans avoir jamais rencontré ce Monsieur de perdre un parent.
    Allez,Georges, tu porteras notre respect.

    RépondreSupprimer
  77. Je copie ici un post lu sur le forum de l'Equipe et que j'ai trouvé bien pensé : "Denis Lalanne était plus qu’un journaliste sportif : c’était le dernier des « Hussards »; génération bénie d’écrivains de l’immédiat après guerre où l’on retrouvait à ses côtés Roger Nimier, Antoine Blondin, Kléber ( Haedens) , Michel Déon, Jacques Laurent, Christian Millau et d’autres que j’oublie. Tous amoureux de Rugby, de Tauromachie (et oui !) et...de bonne chère ! Tu vas diablement nous manquer, cher Denis..." Bien vu et bien dit !
    J'aimais bien quand on lisait la presse sportive avec le sentiment de lire de la littérature . J'aimais bien quand les journalistes s'enflammaient sur les matches au point d'en faire des poèmes épiques, aujourd'hui les comptes rendus tiennent davantage du rapport d'autopsie avec des détails cliniques et des data dont personne n'a rien à foutre . ( Pas les tiens Ritchie ! )
    Je n' ai pas lu leurs articles en direct mais plusieurs années plus tard dans des compilations, dans des interviews aussi . Et je les ai lus comme l'oeuvre de vrais auteurs . Certes parfois excessifs - et on pouvait en sourire - mais avec amitié et indulgence ; le style était parfois vieilli, pas l'intention, ni la flamme . Cette disparition, c'est comme si le sport perdait encore une fois après Cormier et Verdier, un de ses formidables hérauts d'âme .

    RépondreSupprimer
  78. Denis Lalanne faisait partie de cette caste qui n'est plus. Passionnel et passionnant par son écriture unique, il relatait le rugby avec une telle verve qu' on se fondait dans ses écrits. Merci Denis.

    RépondreSupprimer
  79. Guérison en vue pour Dupont depuis qu'il a résigné au ST car il était en fin de contrat et beaucoup de portes étaient ouvertes pour s'aproprier sa compétence qui finalement se sont refermées ... Bizarre la Médecine 😉😂

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et Régis Sonnes en bon vague à bons, qui envisage de partir à la fin de la saison en utilisant sa clause libératoire.
      Les Fidji seraient seraient sur le coup...
      Z'y arriveraient peut être

      Supprimer
    2. ça devient casse bonbons ces transferts incessants moi je sais plus qui joue où

      Supprimer
    3. Il doit étouffer au sein du staff, les Fidji why not? Y a pire comme destination 👙🎉🙈💄👠🎂

      Supprimer
    4. Y aller, c'est rien ... apparemment c'est en revenir que ça pose problème 😉😂

      Supprimer
    5. Ça dépend pour qui...
      Fidjchier !!😂

      Supprimer
  80. Doit bien avoir un Bambou Bar la bas ?🌊⛵🏄👣👣🌞🌞🏈🏈
    Allez Régis

    RépondreSupprimer
  81. Bon, quizzz,
    Qui a dit" Le Rugby doit rester l'art de bien passer sa jeunesse " ?
    A
    André Alvarez
    B
    Pas mieux
    Allez Bayonne

    RépondreSupprimer
  82. Et une transmission 9-10-12-13 dupont-jalibert-ntamack-vakatawa ca a de l avenir ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tout a fait d'accord!
      Jalibert semble intelligent, un très bon jeu au pied de pression, bon buteur et très rapide. Attaque la ligne brillamment... un peu comme Dupont, qui le fait moins à l'international car les defenses sont meilleurs et qu'il doit mener le jeu un peu plus qu'en club peut-être... jalibert apprendra aussi à reconnaître les bons espaces dans la défense qui valent la peine.
      Un deuxième 10 en 12 comme Émile, c'est une très bonne option surtout que N'tamack semble tenir en défense.
      Deuxième animateur des lignes arrières, très beaux angles de course, sens du détail car il fixe le défenseurs avec un timing qui frise la perfection
      Vakatawa, dur sur l'homme, un impact player agile, rapide et bon gratteur.
      Ma plus grande interrogation est pour le XV. On garde Medard pour tenir mais pour plus tard. Ramos? Pas top en EDF pour l'instant. Hamadoui? Un ancien U20?

      Devant j'ai bcp aimé Tanga du Racing ce week-end ... effervescent ! 😉

      D'après Midol, 9-10-12-13 ci-dessus semble être la vision du staff aussi ...

      Supprimer
    2. Tous ces garçons sont bons et mis dans de bonnes conditions n'ont rien a envier à quiconque.
      " dans de bonnes conditions ", Steph,c'est ça qui compte, et c'est moins facile qu'aligner des patronymes sur une feuille blanche.
      Allez Chevreuse

      Supprimer
    3. Très juste Jan Lou !
      Je suis plus enthousiaste pour ce début de mandat de l'EDF que je ne l'ai été auparavant mais je suis d'accord sur le concept de "bonnes conditions".
      C'est l'occasion ou jamais pour tout les acteurs du rugby de bosser ensemble ...
      Il y a déjà de la friture avec Toulon qui ne veut pas voir le nez d'un membre du staff de l'EDF chez eux ... donc interview des joueurs au café du coin .. bah ça fait marché le commerce ...

      Supprimer
    4. Auront ils l'art de bien passer leur jeunesse en EDF ??? Vous avez l'air de ne pas en douter. On verra aussi comment ça se déroule avec les boss(es)... Faut voir aussi si les Serin/Carbonnel sortiront du café du commerce.

      Supprimer
    5. Disons qu’à Toulon certains n’ont pas apprécié de ne pas avoir été ne serait-ce qu’informés par Galthié de ses visées sur T. Giroud...
      Par ailleurs si vous avez lu les dernières déclarations de Boudjellal datant de ce jour-même, il joue clairement l’apaisement, espère que ses jeunes pousses gonfleront à l’avenir les rangs de l’EDF (même s’il semble que l’on préfère y faire jouer en 10 un 12...) et que Galthié aura l’intelligence d’appeler Collazo afin d’aplanir les choses.

      Supprimer
  83. Ouais ben moi j'ai regardé les Brits et ça joue deux fois plus vite et avec des temps de jeu plus longs et sont plus beaux et les tribunes sont pleines ! Et toc ! ✌🤣🤣🤣

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Warning! Warning ! FAKE NEWS! 🤣

      Supprimer
    2. Juste une opinion, duement étayée et circonstanciée. Jamais dit que je serais objective et d'ailleurs qui l'est ici ? Hmmm ? 🙄🤥🤪

      Supprimer
    3. Et ils jouent toujours dans la boue ("sont plus beaux"), boivent de l'Indian Pale Ale avant les matchs"jouent plus vite"), appelle leur arbitre "Sir!" (Ca attire le public) et ils sont sur l'heure GMT+1 (bref, ils se mélangent et le temps paraît plus long)... tout cela est pure vérité !

      Supprimer
  84. Oui, il y a des prémices d'améliorations mais tout reste à prouver! Le brit edwards va les calmer un peu j'espère et apporter une vision plus pro.
    L'épisode Giroud a été plus proche de l'extraction commando que de la diplomatie scandinave en effet ...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. oui c'est marrant ces moeurs de sauvages, c'est pas en Angleterre qu'on verrait ça ... la vision pro d'Edwards ça ressemble diablement aux coups de pompes au cul des anciens, non ?

      Supprimer
    2. La méthode Jango Edward,pour la troisième mi-temps ?
      Allez Chevreuse

      Supprimer