lundi 12 septembre 2016

Sans le savoir

A l'image  de M. Jourdain qui fait de la varappe sans le savoir, il arrive que le rugby prenne de la hauteur. Mais ce n'était pas le week-end dernier. Si Taumalolo, ci-devant installateur d'ascenseur, avait eu la répartie dont Serge Simon fit preuve en 1998 au Stade de France, il aurait glissé à son vis-à-vis calé sur ses épaules : "Et où veux-tu que je te dépose ?". Cela dit, on se sait pas trop où ça mène puisqu'aujourd'hui le médecin-taxi des piliers serre les gonds de Laporte...
 
Dimanche, à l'heure de l'apéritif, ce Grenoble-Brive a fait beaucoup pour la notoriété de l'ovale. Fissuré, le grand projet qui doit porter ce Championnat que le monde nous envie sur le toit du monde d'ici 2023, et retour en trois coups de manivelle à l'époque pas si lointaine qu'on croyait rangée dans les tiroirs aux souvenirs, celle des vilaines générales dont Nice-Lavelanet en 1972 est l'artefact paléolithique, Toulon-Bègles de 1991 la référence absolue, et Bourgoin-Agen version 2005 l'application.
 
Je devine le sourire grinçant de Luc Ferry. N'a-t-il pas écrit dans Le Figaro du 8 septembre, jeudi dernier, que les sportifs le "bassinent  avec cette fiche pression dont ils doivent, parait-il, se libérer" ? S'il avait comme nous assisté à la minute de décompression des deux équipes au moment de déposer les cacahuètes sur la table basse du salon, il aurait vu que la pression, mieux vaut l'avoir en demis plutôt que les épaules.  
 
Ferry si peu féru d'activité physique titrait "No sport", se rappelant que l'expression est anglaise. Mais nous, Français, l'avons considérablement déformée. Il n'a pas tellement tort, cela dit, quand il souligne que "des transcendances, qui n'ont plus rien de divin ni de cosmologiques," sont "enracinées (...) au plus profond de l'humain, et souvent, il faut bien le dire, de l'humain le plus ordinaire, le plus "normal" qui soit."
 
A commencer par le fameux triptyque olympien citius, fortius, altius (plus vite, plus fort, plus haut). Avant d'illustrer la conquête de la performance à tous prix, elle constituait il y a deux siècles un programme pédagogique de haute volée, celui du collège d'Arcueil. A savoir développer à la fois les capacités physiques, intellectuelles et spirituelles des élèves. Plus vite les jambes, plus forte la pensée, plus haut l'esprit...
 
Quand on donne sur le sport du champ libre à un philosophe de faible amplitude, il faut s'attendre à ce qu'il manque de souffle à un moment ou à un autre. Question d'entraînement. Luc Ferry aura oublié que la poésie était inscrite aux épreuves olympiques anciennes, que Pythagore, pour qui tout était nombre - sans doute préposé au tableau d'affichage dans sa jeunesse - s'était illustré en boxe (on disait pancrace) au point d'être sacré champion. Sans parler de Jacques Derrida, qui se rêvait footballeur professionnel plutôt que déconstructeur. 

Mais pour ce qui est des "fans zones dévastatrices, des supporteurs braillards (est-ce pour cela que notre ministre des Sports s'est ému de ce billet ?), des hurlements des commentateurs sportifs, des médias tétanisés d'angoisse à l'idée de voir baisser l'audimat et des mercenaires immatures et cupides élus au rang de divinités quand les véritables créateurs de civilisation sont rejetés dans l'ombre," on ne peut que lui donner raison. C'est agréable quand ça s'arrête.

Reste que si le sport tel que l'entend notre société de consommation et de spectacle n'est plus un divertissement du corps et de l'esprit, ainsi que le suppose sa racine étymologique, il n'en demeure pas moins de grande valeur. En pointe parmi les penseurs, le philosophe Pierre Bourdieu mais aussi l'éthologue Konrad Lorenz ont redessiné la carte du sport, l'un à l'aune de la sociologie, l'autre de la psychologie.

Comme Taumalolo avec Monsieur Jourdain, je ne résiste pas au plaisir d'élever mon propos en vous livrant cette citation de Lorenz tiré de son ouvrage d'actualité, "L'Agression", contrepoint aux débordements de Lucre Ferry : "Il (le sport) éduque à contrôler consciemment son propre (celui de l'être humain) comportement de combat. L'esprit d'équipe confère une authentique valeur à de nombreux types de comportement social, motivés par l'agression. Les sports les plus durs, surtout lorsqu'ils demandent la coopération d'un groupe plus large, permettent aux nations de lutter l'une contre l'autre dans une compétition qui n'engendre nulle haine nationale ou politique."

En cela, la générale de dimanche nous ramène à l'essence de notre être, ce combat qui nous compose, cette agressivité jamais éteinte, ce feu brûlant de violence mal contenue, cette irruption volcanique qui fait "complètement" disparaitre "la patine de l'humanité", dixit Anton Oliver. Plus prosaïquement, elle raconte surtout à quel point ce Trop 14 déborde de tensions. On aimerait tant qu'elles s'expriment comme le fit avec talent, justesse et pugnacité Charles Ollivon en bout d'aile au terme de Toulouse-Toulon.

281 commentaires:

  1. Y a des lundis matin qui comptent. Jusqu'à dix. Le site de L'E et ce coteouvert.glop, c'est de l'agression au chant du coq ! C'est plus un billet, mon cher Richard, c'est la générale du clavier. N'empêche, quand j'imagine Ferry et ses binocles sous la mêlée, rigolade garantie. Le chouchou qui cafte à la maîtresse que ses petits copains se battent à la récré.
    La bagarre... Pas deux pareilles. Lavelanet-Nice (Hache ! patronyme ailé) et Toulon-Bègles n'ont pas grand'chose en commun, sinon les yeux au beurre noir ; mais Ferry voit mieux l'effet que la cause. Tout est dans le déclencheur. Existerait-il donc encore des raisons de se battre en 2016, à l'heure du robot ménager, de la limitation de vitesse et de la pneumonie d'Hillary ? Brive ressuscite t'il Neandertal ou annonce t'il des temps meilleurs ? Comment traiter la bouffe qui vient compenser une carence d'arbitrage récurrente ? Robespierre n'y aurait-il pas vu avec un mélange frissonnant d'horreur et de délectation l'expression la plus pure de la justice populaire, celle qui balaye les tyrans et tond les femmes...
    Bref, j'adore ce billet. Il regarde le rugby au fond des yeux, cite Anton Oliver et ose "Lucre Ferry" (qui travaille actuellement sur les entrechattes des petits rats). Avec ça, on doit aller titiller le score des tortues.

    RépondreSupprimer
  2. Charles, c'est pour des lectures comme les tiennes que j'écris de bon mâtin. Oui, cette générale et ses mécanos nous interrogent sur le rugby sous tension mais pas que. Danton à la commission de discipline, ce serait tranchant, non ?
    Anton, donc, antienne au refrain connu.
    Merci pour la passe à hauteur.

    RépondreSupprimer
  3. On attendait Don Quiescotte quittant les charentaises pour secouer les moulins... à paroles. C'est fait. Sérieusement, le Ferry(u) de culture ne badine (mais ou est Christian ?) pas en s'essayant à la polémique, sur le sport. J'en conclue juste qu'il ne semble pas amateur de houblon. Trop populiste, prosaïque. Préfère la bulle aristocratique du champagne. Son point de vue me laisse relativement indifférent, finalement. Juste qu'il s'est aussi exprimé par une "générale" en solo, made réal "tight-ass". J'en reste là(s). Pas une référence en soi. Je dirais qu'il faut utiliser les bas de contention à bon escient, pas pour se déguiser pour des hold ups médiatiques, ou financiers dans le sport... Je reste sur l'esprit d'équipe pour la patine de l'humanité.
    Sinon, la pression étanche la soif en s'exprimant via la générale. Des entraineurs qui règlent des comptes quand d'autres sont éjectables, des joueurs qui se plaignent, des atermoiements, des agitations sybillines dans les coursives, bref de la viande sur le grill, du du mou tortueux et polémiste pour les médias. Plutôt glauque 14 à la fin.
    Et dans tout ça, le rugby ? Au bas mot, une journée encore rebondissante en résultats et une générale, qui revient tous les 5/6 ans. Pas de quoi pleurer dans les chaumières non plus : 4 matchs à plus de 40 pts, 2 à plus de 30, par les chaleurs qui courrent, une équipe lachant en 2e à chaque fois. Des indices en fin de classement. Ca sera dur pour Grenoble, ça risque de l'être pour Bayonne, Pau, le LOU. A voir ce que donnera Castres.
    Les B(l)acks, du passé com-presse-ur qui revient la semaine prochaine...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. "Des entraineurs qui règlent des comptes quand d'autres sont éjectables, des joueurs qui se plaignent, des atermoiements, des agitations sybillines dans les coursives, bref de la viande sur le grill, du du mou tortueux et polémiste pour les médias. Plutôt glauque 14 à la fin." Bien dit, bien écrit, Sergio. Fort résumé.

      Supprimer
    2. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

      Supprimer
    3. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

      Supprimer
  4. Chers amis

    De tout temps , certains intellectuels trouvaient le sport indigne de l'esprit alors que d'autres y voyaient la sublimation de l'esprit par le corps !
    Le "mens sana in corpore sano " est vraiment la devise de ceux qui savent que l'esprit est lié au corps !
    Étant kinésithérapeute depuis 40 ans cette année et pour avoir passé 20 ans au service du handicap mental et psychique, je sais depuis longtemps que le corps devient l'expression de l'esprit ; combien de troubles psycho somatique expression de mal vivre qui se transforme en douleurs corporelles , ou combien d'esprit régénérés et sereins après l'effort !

    J'aime bien Luc Ferry et comme le dit Richard, il n'a pas tort en écrivant sur les dérives du sport ; je n'ai pas lu l'article et donc ne peut le commenter , en revanche , pour en revenir à la générale , elle a toujours été l'expression de l'égo des hommes " moi plus fort que toi " , elle a toujours été la soupape de l’agressivité incontrôlée et elle a toujours permis aux hommes de se regarder face à face ( les couards frappent dans le dos ) ; donc une générale n'est pas forcément négatif , il faudrait quand même savoir que les hommes ont ce besoin d'extérioriser cette violence sociétale contenue en eux , que leur esprit est parfois en surchauffe et donc que la générale permet d'éteindre ce feu couvant ! sinon de quoi serait capables ces mêmes hommes , voir Cécillon qui ne se battait plus sur le terrain et malheureusement a laissé sa violence sortir une fois de trop !
    l'homme aime la lutte,la guerre pour se sentir homme , maintenant je ne dis pas comment faire pour qu'il puisse se sentir homme simplement en faisant son devoir de travailleur et de père , qui sont a mes yeux largement suffisants pour se sentir un homme accompli !

    Je retourne a mes travaux qui sont d'apporter soulagement aux maux des patients et le soir , je dors sans aucune agressivité car "cuit aux pattes " tel la langouste moyenne ..
    Bises a tous et à Sylvie en particulier
    Corso Maltese

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Hello CorsoMarc
      moi aussi j'apprécie Ferry et son très facile "Apprendre à vivre", petit précis de philosophie à l'usage des néophytes. Il n'est pas Nietzschéen mais bon, personne n'est parfait. Mais là, sur le sport, il était quand même d'un niveau dissertation de troisième.

      Supprimer
    2. Merci pour la bise Corso, on n'en reçoit jamais trop ! :-)

      Supprimer
  5. ferry boat en touche
    quelle incompetence ces arbitre
    a aucun moment des troubles on ne les voient agir
    et les sanctions a mourrir de pleurs expulserle pilier grenoblois une honte
    lui peut saisir le tribunal de laHAYE (pas brigitte) pour genocide de piliers
    et le maestro a la video incapable de voir les fourchettes qu il utilise si bien aux receptions d apres match
    tant d outils perfomants pour une telle ratatouille
    que l on offre aux arbitres videos les jumelles de ZITRONE ILS NE MERITENT PAS MIEUX
    un grand bravo a GRENOBLE
    PLISSON avec son innocence jurant qu il voulait deblayer et non chatier
    qu il demande un caterpillar pour desherber son jardin
    avant l engagement au rugby suscitait lyrisme
    aujourd hui il n est plus qu un produit de gondole
    que seul l arrivage des AB ravive le rayon
    un aparte les commentaires du dernier bloc ne s afficherent pas probleme perso ou generalE(on y revient)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Hello Allan, juste sur les commentaires, ils s'affichaient mais il fallait cliquer sur "charger". Comme avec le 7ème de cavalerie.

      Supprimer
  6. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Allez, un dernier pour la route. Je vois que tu as capté (mais peut-il en être autrement te connaissant, ou pas, d'ailleurs) ce qui sous-tendait les Princes à la rue de la Comme Fou... Bien joué dans l'intervalle.

      Supprimer
  7. Je crois me souvenir que les philosophes grecs étaient comme tout bons citoyens de féroces guerriers - témoin Socrate et ses exploits lors de la guerre du Péloponnèse contre Sparte - l'entraînement sportif était lié à l'entraînement à la guerre, c'était même "étudié pour " ! Je ne crois pas qu'ils faisaient du sport pour avoir de belles gravures sur leurs poteries -leurs polaroïds - je crois qu'ils faisaient du sport pour se mettre sur la courge et le mieux possible tant qu'à faire . Question d'efficacité .
    Nous en avons souvent parlé ici mais le sport a aussi servi des causes souvent nauséabondes ( Jeux de Berlin, vitrine du nazisme, Benito et son goût pour le viril rugby etc ...) ce n'est pas seulement la belle école de la vie c'est aussi souvent l'apprentissage du combat - une équipe se transforme vite en escouade, en compagnie, en bataillon -
    Bref ... tout ça pour dire que le sport a de nombreuses facettes, l'intérêt de la chronique de Luc Ferry c'est de le ramener à sa juste proportion, sa conclusion : "... et pour avoir participé moi-même à des compétitions sportives, je ne puis m'empêcher d'admirer comme tout le monde les champions qui sortent du lot. Ce qui n'interdit pas de garder la mesure, de remettre les choses à leur place. Le sport n'est qu'un jeu pour grands enfants, les sportifs ont du talent, certes, mais point de génie, et ils n'apportent rien au progrès des civilisations. Zidane n'est pas Bach, ni Ribéry Einstein. Alors cessons de décérébrer nos enfants en leur faisant croire le contraire par une inversion des valeurs au plus haut point nuisible à la formation de leur esprit."
    Pour l'avoir momentanément oublié hier nos Grenoblois et Brivistes vont encourir la foudre de Jupiter - euh non Zeus, restons chez les Grecs - et pourtant ... pourtant .... savez-vous qu'aujourd'hui le FCG va mieux ? Comme si ces débordements avaient apaisé je ne sais quelles tensions internes à leur groupe si mal en point, les spectateurs eurent même le droit de fouler le terrain de Stade des Alpes - privilège très rare - en une communion finale avec leurs (demi) dieux retrouvés !
    Décidément le sport est un mystère : où est le Bien ? Où est le Mal ? Allez messieurs les philosophes du blog dîtes le moi !
    PS : Ritchie j'ai du mal avec Lorentz, un type qui a participé à la politique raciale des Nazis, même quand il me parle des oies je me méfie ...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

      Supprimer
    2. Gariguette, il me semble que le sport est bien plus qu'un "jeu pour grands enfants, que les sportifs n'apportent rien au progrès des civilisations." Et il me semble que peu de parents "décérébrent" leurs enfants "par une inversion des valeurs au plus haut point nuisible à la formation de leur esprit." Mes filles de 17 ans et 20 ans, et je rencontre nombre de leurs ami(e)s, et très peu d'entre eux me parlent de sport. Ils parlent musique, lectures, voyages, actions humanitaires.
      Quant à Lorenz, il a fait amende. Faute avouée.... A ce moment-là ne plus lire Céline, Giono, etc... ni écouter des symphonies conduites par Furtwangler ou Karajan, ni lire Heidegger.

      Supprimer
    3. Je crois que Ferry a oublié un mot c'est "actuels " .... "les sportifs actuels n'apportent rien au progrès des civilisations ". Rien de comparable par exemple entre un JP Rives - je parle de l'homme au delà du joueur - et n'importe quel acteur du Top 14 ... Pourrais tu avoir les conversations que tu as eues dans Rugby and art avec l'un des gars actuels ?
      Pour les enfants je crois que nous ne parlons pas des mêmes, si tu connaissais la misère intellectuelle de certains enfants ... Regarde un jour une émission de téléréalité ou les jeux télé, c'est ça la culture de beaucoup de jeunes et de leurs parents . Sans parler du foot mais au niveau "star/ pognon " pas du jeu que je respecte beaucoup .
      L'humanitaire je le pratique jour après jour, cette année il y a un Kosovar réfugié, un Rom, un Malien, et plusieurs autres nationalités de migrants dans mes cours : eux sont avides de culture !
      Pour Lorenz le personnage médiatique était séduisant _ trop peut être - et je lui en ai voulu de son passé, c'est peut être idiot mais travailler sur l'eugénisme pour un scientifique je trouve ça atroce même après le repentir.. c'est ma limite . Céline je lis encore parfois, Giono beaucoup les symphonies j'essaie de choisir un autre Direktor . Heidegger euh joker ! Pas facile hein ?

      Supprimer
    4. Thierry Dusautoir, Julien Pierre, Pierre Rabadan, Raphael Poulain, Vincent Clerc, Yannick Nyanga... Pour ta première question, Sylvie.
      Non, rien n'est facile et c'est ce qui en fait la profondeur. Il faudrait un peu de "loisir", d'oisiveté, mais à la façon de Sénèque. Si j'en crois Christophe...
      Au fait, le dico est terminé. Juste à relire une troisième fois pour éviter les pétouilles. Un vrai bonheur. De Adorno à Wittgenstein.

      Supprimer
    5. je te crois volontiers Ritchie mais vu d'ici ce n'est pas du tout évident.. à la limite je dirais même qu'il faudrait tous ces gars-là ensemble pour construire la complexité d'un JPR ... tu sais pas ? je vais relire "Rugby and art" que j'aime beaucoup pour essayer de me faire une idée, quelque chose a dû m'échapper ( Poulain aux Tontons ici : http://video.rugbyrama.fr/rugby/top-14/2016-2017/video-galthie-est-le-meilleur-technicien-en-france.-par-contre-humainement._vid899564/video.shtml)

      Supprimer
    6. "ils n'apportent rien au progrès des civilisations. Zidane n'est pas Bach, ni Ribéry Einstein."

      Un peu de mauvais esprit, tiens: Il a apporté quoi, Johann Sebastien Bach, au progrès des civilisations ? Y-a-t-il eu moins de guerres dans les 2 siècles qui ont suivi sa mort ? Sa musique a-t-elle adouci les moeurs de ses compatriotes ? Et a-t-elle eu une influence sur le progrès matériel aux 18 et 19ème siècles ?
      Allons plus loin: En élargissant considérablement le champ de la physique, les travaux d'Einstein n'ont-ils pas, indirectement, contribué à développer ce qui deviendra la physique nucléaire, avec les conséquences que l'on sait ?
      Ce n'est pas jouer du paradoxe (et mettre en cause -relativiser...- le génie d'Einstein), c'est mettre en question la notion de progrès des civilisations; la physique nucléaire a découvert puis mis en oeuvre la fission de l'atome. Découverte extraordinaire en terme de progrès matériel, mais la "civilisation" de l'homme y a-t-elle gagné ? Que ce soit sa nature humaine (dont on voit ce qu'elle a pu en faire) ou son avenir (notre monde -planète, civilisation, que sais-je encore-, vit désormais avec une épée de Damoclès permanente au-dessus de lui).

      L'article de Luc Ferry enfonce des portes déjà ouvertes par d'autres et depuis longtemps. Il cite d'ailleurs Robert Redecker, autre philosophe multi-cartes qui a travaillé plus spécifiquement sur le domaine du sport et sa corruption par l'argent et la médiatisation. Tirer sur le footballeur richissime et décérébré est même devenu un sport à part entière, c'est un peu trop facile.
      Du reste, et comme souvent en philosophe médiatique qui parle partout et de tout, Luc Ferry n'est-il pas au niveau de ce qu'il dénonce ? "... et pour avoir participé moi-même à des compétitions sportives, je ne puis m'empêcher d'admirer comme tout le monde les champions qui sortent du lot". Quel est là la différence ontologique avec le supporter de base, sinon une différence de degré et de distanciation, mais non de nature ? Sur le principe, c'est la même chose, même avec plus de "mesure".

      Luc Ferry est un intellectuel, un philosophe qui se trahit juste après: "Le sport n'est qu'un jeu pour grands enfants". Traduction inconsciente: Nous "adultes", "intellectuellement" adultes, laissons donc cela aux "enfants", les vrais, les supporters, les idiots et les naïfs qui galopent, sautent, courent, soufflent (s'essoufflent), dans un stade, sur un terrain, un vélo, en montagne, dans l'eau, l'air et le vent.
      Qui vivent.
      Eux.

      Supprimer
    7. En même temps ce n'était qu'une chronique destinée aux abonnés du Figaro, pas de quoi s'enflammer Pipiou . Juste un mot au passage sur Luc Ferry qui fut mon ministre et dont la liberté d'esprit m'a toujours plu . Le mammouth n'est guère facile à diriger ; lui avait trouvé un ton, volontiers provocateur, qui faisait réfléchir et en tout cas suscitait le débat - tiens comme ici d'ailleurs ! - J'aimais bien aussi son côté un peu dandy, une certaine élégance de vues oui il est parfois un peu poseur, c'est vrai mais sans cynisme ...
      Bon allons-y : oui j'avoue Bach est plus important pour moi que Zidane, je crois vraiment que Luc Ferry a raison sur ce point et je rejoins beaucoup de personnes comme Murray Perahia, par exemple, qui déclarait "Bach m'a aidé à comprendre que la musique est élévation par l'harmonie des voix qui chantent ensemble joie et douleur, la difficulté à vivre en société, la recherche d'une relation au spirituel ou au divin. Mettre l'accent sur le caractère abstrait de sa musique, c'est manquer sa chaleur, son humanité. Bach se demande comment être en paix, malgré les émotions et les douleurs. Et à la fin des Goldberg, on se sent réconcilié."
      Voilà j'ai peut être tort mais tant pis .

      Supprimer
    8. Pourquoi "tort" ?
      Moi-aussi j'aime (et je trouve essentiel) Bach et les variations Goldberg, également le sport et en faire, mais je ne me mets pas devant un choix; c'est l'un et l'autre. Les raisons sont peut-être différentes, le plaisir est égal. Ferry oppose les deux là où je ne vois aucune incompatibilité de nature à vivre les deux choses.

      En fait ce qui me dérange, et de plus en plus, c'est que les philosophes, penseurs, intellectuels divers ne semblent plus exister que médiatiquement. On leur demande leur avis sur tout, tout le temps, et comme d'une certaine façon ils ne peuvent (ni ne veulent ?) rester cois, ils multiplient donc les avis et analyses. Avec le temps, il devient extrêmement difficile non seulement de garder la même ligne directrice mais également de rester maître de son discours. Aussi bien Ferry (qui fut aussi mon ministre) aurait-il pu, maniant si bien les idées, concepts et mots, nous livrer un panégyrique du Sport dans lequel Zidane ou Teddy Riner deviendrait demi-dieu (mais pas Ribéry, faut pas pousser), avec un raisonnement "philosophique" imparable. Un peu comme un homme politique capable à quelques années de distance de donner un avis rigoureusement contraire sur une même question (tiens, regarde notre ministre des Affaires étrangères, hissant le drapeau tibétain sur le fronton de sa bonne mairie de Nantes il y a 5 ou 6 ans, mais devenu ministre incapable de rencontrer le Dalaï Lama en ce moment pour ne pas froisser nos amis -et surtout clients- chinois; la cause tibétaine, dans tous ça...).
      Le plus problématique, et à même de compliquer encore plus le tableau, c'est que le discours devient biaisé, déformé, on en extrait un seul mot pour faire dire ce qui n'a pas été dit, et pire encore, la propagande la plus contraire s'en empare pour conforter son propre discours (voir ce qui est arrivé à Onfray dont certaines interviews ont été reprises dans des vidéos de Daesh; on peut ne pas apprécier le bonhomme -qui compte au moins une apparition télévisée par semaine-, mais s'il ne mérite certainement pas cet "amalgame" (hé hé...), on ne peut s'empêcher de penser que s'il l'ouvrait un peu moins sur beaucoup de sujets, ce genre de mauvaise publicité aurait plus de chance de lui être épargnée...).

      Supprimer
    9. Tu as raison, tu te souviens sans doute de cette scène de "Ridicule"dans laquelle l'abbé je ne sais plus quoi interprété par Bernard Giraudeau démontre l'existence de Dieu puis se vante de pouvoir démontrer l'inverse tout aussi aisément, entraînant ainsi sa propre disgrâce ? Hé bien je trouve qu'on en est là, en plein dans la "Société du spectacle" de Guy Debord ( coucou André ! ) le propos compte finalement très peu, on a presque l'impression que certains textes sont de pure commande . Quant au fait qu'ils sont sollicités sans arrêt pour donner leur avis c'est aussi valable pour toute "vedette" actuelle - il est loin le temps où on lisait quasi religieusement les éditos du Monde - là c'est Nabila qui commente la politique étrangère, bah ... Ferry peut sans doute aussi parler de chansonnette, non ?

      Supprimer
  8. bonjour à toutes et tous. Bon on quitte le rugby et on entre en philosophies, domaine incommensurable , est ce que tous nos participants vont suivre?
    Une générale, mais non c'est simplement une demie générale , la savate étant resté au vestiaire il n'y eu qu'utilisation des régles du marquis d'Exeter, autrement dit que de la boxe anglaise.
    Il serai plutot interessant d'étudier le pourquoi de cette partie de mandoline, le role de l'arbitre, le rôle de la chaleur, comme à toulouse jouer sous le cagnard ne fait il pas un peu ou beaucoup dijoncter. A ce sujet , le media diffuseur a t il une responsabilité, même s'il est géné par nos excessives mutations climatologiques. j'en profite pour dire que le réchauffement climatique, en cette année 2016, je n'en ai pas vu l'influence, les cerises avaient 10jours de retards sur une moyenne et idem pour le chasselas par exemple.
    Et encore une fois, un chargé de la vidéo à vision ou intervention à géometrie variable, voir les doigts dans le visage
    irribaren me plaisait assez, il a beaucoup baissé dans mon estime et peut être pour sa carrière à plus haut niveau lors de ses moulinettes dans le vide, heureusement.

    RépondreSupprimer
  9. pour Sylvie et son allusion à Benito, il s'interessait aussi au footbal et à ses magouilles arbitrales, ne serait ce qu'en invitant, la veille du match, à manger et à boire l'arbitre de la finale coupe du monde 1934 entre l'Italie et la Tchecoslovaquie, et cela eu une influence certaine sur le résultat final....

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et c'est un Français, Julien Saby, qui a développé le rugby en Italie.

      Supprimer
  10. Après cultivons notre jardin, courrons dans notre terrain,

    je cours donc je suis, j'ai des cartes en main pour devenir meilleur et générer ma zenitude.

    Le rugby est il une affaire d'harmonie entre coéquipiers pour aller vers le graal ou de performance (le meilleur doit gagner n'importe quel coup est permis) même les fourchettes pour en mettre plein les yeux aux sponsors et s'assoir à la table d'Odin.

    "Le sport, c'est une question de techniques et de règles, de scores et de compétition, nécessitant tout un apprentissage : connaître les positions, incorporer les bons gestes. Et puis viennent, longtemps après, l'improvisation et le talent."

    Je vous conseille de lire "Thierry Tahon, Petite philosophie du rugby" et vous aurez quelques réponses à notre Ferry (qui nous mène en bateau)

    Le sport te coupe les pâtes et te fais riz enraciné dans le terroir caisse dirigé par l'argent.

    J'ai lu l'article de l'équipe (à ta demande Richard) sur Bouscatel dans l'équipe. 15k€ par mois pour voir le type de jeu proposé contre Toulon. je serai président je me dirais "il y a quelque chose de pourri dans mon royaume". Même si on ne fait pas d'Hamlet sans casser des oeufs, moi de regarder ce match, cela m'a cassé les noix.

    Pour les arbitres, est ce que les séquences vidéo passées et repassées dans les différents médium ne nous font pas être plus intransigeants sur les directeurs du jeu, je le pense. Ce ne sont que des hommes qui doivent réagir à la seconde et qui seront jugés par des personnes qui pourront regarder scruter pendant des heures une erreur sifflée en une poignée de secondes.
    soyons indulgents. L'arbitre fait partie du jeu.

    Merci pour ce beau post Richard.

    Et merci à tous pour cette petite madeleine de Proust que m'évoquent tous vos textes

    Le Gé


    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ho, le Gé !
      ton apport est comme une relance. Tes allusions aux philosophes aussi. Bon, écrire sur la philosophie, c'est aimer la vie. Certes, on s'éloigne du compte rendu mais de temps à autre, ça ne fait pas de mal de connecter un peu plus de neurones. Ya pas que le ballon dans le rugby, ya surtout les hommes autour. Et un peu de sagesse ne peut pas faire de mal. Tahon, oui, bien vulgarisé. Moi, j'ai adoré "Dieu aime-t-il le rugby", écrit par le papa (psychanalyste et ancien ailier de La Rochelle) de Thomas Lombard. A partager.

      Supprimer
    2. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

      Supprimer
    3. D'accord avec toi sur le fait que Ferry nous mêne en bateau, et que l'olympisme désintéressé, terre de ces générales en rugby, n'est devenu plus qu'un terroir caisse.
      "Un ballon perdu en mêlée, tu réfléchis pas, tu relèves". Aseptisation du sport oblige, celà ne devrait plus faire partie du patrimoine du professionalisme. "Mais l'humain" comme chante Zebda... Ben reste humain concernant l'agressivité, la violence mal contenue comme dit Ritchie. Faudra réfléchir pour autant à faire qquechose à propos de la pression, l'autre celle qui mousse pas mais qui fait quand même déborder le ciboulot.
      Dans un autre registre, le livre de François "les bas bleus", ou je dirais le rouge (Moncla), récits de vie et d'ovalie. Pas psychanaliste, mais témoin d'une autre époque... La ou y avait des générales. Aujourd'hui son visage me fait penser à Gabin. "On ne sait jamais le bruit ni la couleur des choses C'est tout c'que j'sais ! Mais ça, j'le SAIS...!"

      Supprimer
  11. Sylvie à du mal avec Lorentz, moi pas; Je sais depuis tout petit ou on range les ordures, même amendées, trop facile. Céline fût plus digne.
    Quand on pense que Ferri à dirigé le mammouth, ça fout les jetons, un peu.En même temps, on se souvient surtout des mini jupes de sa mousmée, de ses exigences domestiques aussi, c'est déjà ça.
    Tout ça pour dire qu'on a pas attendu cet irremplaçable sachant pour dénoncer les dérives du sport, plus encore du haut niveau, z'avaient un trou au Figaro, ou c'est le jour de la rubrique maronnier?
    Mais notre phare de la pensée tartuflesque, lui qui n'a jamais senti la sueur, pris la douche avec les potes, il va nous expliquer tout ça, pensez donc, pour un phyloraste de salon la sempiternelle opposition du muscle et du neurone, fastoche.
    Allez, comme disait l'ami Creton ( Michel), un soir ou les instruits la ramenaient un peu "un short de temps en temps, les mecs, ça peut vous faire que du bien "

    RépondreSupprimer
  12. Je lis ces premiers envois avec un intérêt particulier (ça atteint des sommets) et suis frappé par l'importance que continuent d'avoir les oppositions dans les argumentaires. Certes, il n'est pas scandaleux de trouver Jésus plus gentil qu'Hitler ou Mao, mais les jugements a posteriori me gênent toujours un peu. Lorentz, Nietzche, Heidegger et autres, s'ils étaient nés disons en 1970, nous laisseraient un héritage certainement différent, hérité d'une époque qui aura vécu plus d'événements signifiants que bien des siècles accumulés, en aura malgré tout tiré quelques enseignements et a rayé de la carte des croyances millénaires. L'abolition de la notion de races et celle de la peine de mort sont par exemple des faits récents. Le droit d'ingérence est encore pubère. A noter entre parenthèses que les personnes citées ont elles aussi contribué, peu ou prou, à l'évolution positive des mentalités. Songez que maintenant, certains pensent que les femmes ont une âme !
    Cela dit, je n'éprouve pas d'empathie notable pour nos chers boucs émissaires teutons et j'ai encore du mal à me régaler innocemment avec Céline. Mais si je dis qu'André Boniface est meilleur que Conrad Smith, j'aurai peur que tous les deux me prennent pour un sot.
    Oui, Socrate était hoplite à ses heures... Et BHL parachutiste.
    PS. Vous manquez de mansuétude. Moi j'ai cru qu'Irribaren avait un talent comique et une réelle aptitude au second degré.

    RépondreSupprimer
  13. Le Sport , la philosophie et ceux qui se sont égarés dans ce qui restera la tâche pour reprendre le titre du Roman de Philip Roth
    C'est frappant que vous soyez arrives à Lorentz , Céline ... Hier soir je dînais chez des amis Juifs Américains d'origine d'Europe Centrale et qui sont partis cet été sur les traces de leur passé et ont retrouvé qui quand dans quelles circonstances dans quels camps . Dans ce couple d'amis le pardon était chez elle , allant même jusqu'à dire que les Allemands d'aujourd'hui font ce qu'il faut pour " assumer " et vivre avec cette tâche , qu'elle trouvait que son pays ( les USA ) était loin d'avoir encore fait ce qu'il fallait sur le massacre des indiens et sur l'esclavage et qu'il y avait des leçons à apprendre , lui garde une distance marquée et n'a pas voulu aller voir mais l'attitude de son épouse et ses remarques le font réfléchir
    Elle m' a beaucoup émue et me fait beaucoup réfléchir aussi , elle a cette capacité rare à faire la part des choses . J'ai pris une leçon !
    Et la j'ai du mal à trouver la transition ... Ah si Jean Baptiste Serin ça fait plus philosophe que Luc Ferry vous trouvez pas

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. François,
      ce commentaire offre de larges perspectives. Anecdote saisissante. Le pardon n'est pas l'oubli. Vivre avec... Effectivement, leçon. Merci pour ce post.

      Supprimer
  14. La vie a voulu que je me rende trois fois à Auschwitz (le seul nom de Pologne dont je garde la forme allemande) et je ne suis pas près d'oublier qu'en marchant entre les rails qui mènent à Birkenau (ça fait deux), l'exclamation de je ne sais plus qui ''Hitler, c'est le Diable'' s'est imposée comme une évidence. Le XXème siècle a vraiment connu l'incarnation du Mal. Là-bas, on le sent, on le palpe, on le voit. Le diable, une évocation qui fait aujourd'hui davantage sourire que trembler, avait un visage. J'avais 18 ans et entrais là, tout d'un coup, à la fois dans l'âge adulte et dans la réalité de ce siècle de fer et de feu.
    Depuis, tout ce qui tourne autour de l'antisémitisme, même une simple allusion, me renvoie entre les rails ou face à cette salle où les chaussures d'enfants s'entassent jusqu'au plafond. Alors, il faut bien tenter de comprendre les ressorts cachés qui ont poussé tel ou tel grand intellectuel à dérouler le tapis au Diable. On excuse bien les maoïstes de 68, autres ''grands intellectuels''.
    A côté, les Rapetous et les Corsaires font figure d'intrus. Idem pour ce crétin de Custer et la Conquête de l'Ouest, menée avec le même esprit qu'Hemingway abattant des rhinocéros à quinze pas.
    Donc, aucun regret si la fréquence des "générales" est en baisse. Même si les causes sont impures (peur du gendarme, conflits d'intérêts), c'est une bonne chose. Le n° 9 de Brive a fait rire, mais les gars qui vont cogner sans avoir la moindre idée de la source de la bagarre ne sont pas drôles. Et je m'épargne l'évocation des tribunes, où les braves gens hurlent comme les "Boches" hurlaient leurs slogans. Le rugby exutoire ne me plaît pas. C'est bien beau "l'esprit d'équipe", mais se souvenir que l'on est avant tout une personne, c'est pas mal non plus.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

      Supprimer
    2. Charles, pour cette dernière phrase. Se souvenir que l'on est avant tout une personne. Pas mal... Je valide.

      Supprimer
  15. Ben oui, sommes d'accord, si ce n'est que les jugements, c'est un peu par définition à posteriori, quand même.
    Mi sa va 3 jours vérifier l'état des sentiers, because dans un mois, on va lâcher 6000 paires de pompes et les runners qui vont avec, des mecs sains, sympa, sportifs quoi. Si je vois Ferry je vous fait signe, mais c'est pas sur.
    Allez les fous de la diagonale.

    RépondreSupprimer
  16. Bonjour,
    Pas armé pour soutenir thèse ou anti-thèse sur Hitler, Mussolini, Lorentz, Céline ou Ferry, si vous permettez petit retour sur le terrain où ce ne sont pas forcément des bourrins que l'on trouve philosophiquant dominicalement de manière ovale. La générale de Grenoble, bof, un micro-épisode pas bien méchant, bon on peut le regretter, sanctionner raisonnablement et passer à autre chose, le souci principal et dont on ne cause pas beaucoup c'est quand-même ce calendrier, ces horaires de rencontres et la programmation imbécile et dangereuse qui ne tend qu'à multiplier les plages de pub et ainsi encaisser sur le dos des pratiquants des plus-values toujours plus juteuses. Ajoutez à cela les enjeux financiers pout tous, les contrats en cours à venir, les managers sur la sellette, les joueurs sur le terrain le banc ou en tribunes, les présidents mégalo, les publics de moins en moins connaisseurs mais de plus en plus sectaires supporters, au final on a les jeux du cirque, les dirigeants FFR/LNR n'ont pas d'avis et sont aux abonnés d'ânes et absents.
    De plus, côté jeu, les rencontres de cette dernière journée ne nous ont pas porté dans l'enthousiasme délirant, j'ai visionné quelques rencontres, la palme de l'ennui revenant à ce ST/RCT d'une pauvreté affligeante, le match CAB/FCG a été sauvé de l'oubli grâce à la générale, sans elle qui en aurait parlé tellement il n'y a rien à en dire ??? Le racing ne s'est pas déplacé à Michelin, et dans les autres rencontres si l'on en croit Ritchie heureusement que son cher ASR a été à la hauteur.
    Je me posais des questions plus avant sur l'hégémonie des NZ et les moyens employés pour ainsi dominer le rugby, le niveau de notre FLOP.14 malheureusement semble bien confirmer qu'il suffira aux tout noirs de simplement jouer au rugby pour avoir des temps d'avance partout, tristesse. Et la saison internationale qui se pointe laisse craindre le pire. A ce sujet, et sans attaquer les personnes mais simplement juger les prestations des joueurs, voir pas mal de joueurs de la liste élite au pauvre niveau qu'ils exposent, tout cadenassés dans leurs schémas et inaptes à la création, nouveaux robots des centres de formation pour un rugby toujours plus médiocre, que n'aurait même pas pu imaginer un Aldous Huxley, ça fout un peu la trouille.
    Enfin, quand j'entends et lis tous les commentaires autorisés, les digressions et analyses des anciens joueurs et techniciens reconvertis en pseudos-experts et passeurs de plats, je me dis que le noble Kléber Haedens résumait bien les chose lorsqu'il écrivait « Les plus fortes gueules appartiennent toujours aux plus petits connaisseurs ». Bonne journée et vivement l'embarcation Rochelaise dans les tumultueuses eaux Brivistes !!!!!!!!!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui. Vivement Brive-La Rochelle. A ne pas manquer. On parie sur une "générale" ?

      Supprimer
    2. Une tournée générale que La Rochelle prend le défensif

      Supprimer
    3. Ces histoires tournent mal, en général...

      Supprimer
    4. 🎉🎉🎉🎈🎈🎈🎈🎊🏮🎊🎊🎊💊💊

      Supprimer
  17. Nini, ton recentrage m'a fait penser à Henri Rancoule. Ton "abonné d'ânes" est à manipuler avec précaution et délectation. Notre éternelle question "que devient le rugby, notre malheureux rugby ?" n'a pas pris une ride le week-end dernier et je me demande quelle satisfaction Dominguez a pu en tirer, sinon de voir des Toulousains encore plus bourrins que les siens. Quand un innocent dans mon genre lit la composition des lignes arrières du Stade, il a beaucoup de mal à croire qu'ils n'ont pas su se faire trois passes. On peut aussi se dire que Mola et Dominguez nous ont enchanté balle en mains, puis, à force de "travail", qu'ils en sont arrivés à "ça".
    Mon UBB locale aussi en est arrivée à "ça". Ce n'est tout de même pas faire de la nostalgie de vieux schnock qu'évoquer les années ou même les supporteurs à belles œillères venaient admirer le jeu bordelais, "le seul qui fasse rêver". J'aimerais soumettre Ibanez et Le Bourhis au sérum de vérité... Et conseiller Serin d'aller signer au PUC.
    Contrairement peut-être aux apparences, je ne suis pas allblackolâtre, seulement persuadé que le salut vient de là-bas. Et pas des Godons aux gros culs et aux cranes rasés, séduisants comme leurs bouledogues. Alors, AB dopés, ça me gonfle. C'est l'éternel misérabilisme français qui s'ingénie toujours à salir le vainqueur, plante des aiguilles dans la poupée de Joubert et surtout, ne se regarde jamais dans la glace. Echappons à cette mauvaise pente ! Qu'un seul de nos Lopez, Fofana, Fickou, Plisson et autres génies disparus devienne Conrad, Ben Smith, Barrett, ou tout simplement Crotty ou Slade et nous en reparlerons. Tiens, on pourrait demander à Slade "comment faites-vous sans dopage ?". C'est moins dangereux que de le demander à Heyman.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Nini tes craintes sont fondées , il faudrait un miracle pour que les mecs arrivent à changer de schéma dans lesquel ils baignent toute l'année
      Charles l'a évoqué la semaine dernière tant qu'il n'y aura pas une vision partagée de ce que l'on est , ce que l'on veut faire et s'en donner les moyens on avancera pas , il parlait de l'Argentine qui a fait ce travail et qui malgré le pan pan cul cul progressent , je suis bien d'accord
      J'admire les AB tout simplement parce que leur jeu est complet , leur intelligence rugbystique de très haut niveau et que je vois très peu d'erreur dans les choix des joueurs , il y a très peu de faute de goût et l'on sent bien qu'il s'agit de donner vite à celui qui peut porter le ballon plus loin et enfin l'efficacité , la vitesse et la rapidité à scorer , ils ne ratent rarement l'occasion !

      Supprimer
    2. François,

      Je suis entièrement d'accord avec toi. L'EPO ou autre produit dopant n'a jamais rendu intelligent. Quand je parle du rugby AB, je parle d'intelligence situationnelle.

      J'ai regardé la match NZ/Argentine, j'ai été ébloui par leur façon de gérer ce match. On laisse les argentins s'escrimer, se fatiguer à avancer de 40 mètres 1 seule personne dans le ruck des AB qui se relèvent immédiatement. Puis à trente mètres de l'en but contre ruck intelligent. Puis une fois, les argentins épuisés, ils lancent la cavalerie. Je pense que Hansen est un gourou.

      Même leur façon de plaquer est géniale, ils plaquent le joueur et roulent sur le joueur pour entrer dans leur camp et quelques instants de gagner dans la pure règle.

      Je ne suis pas tout à fait d'accord sur le FLOP 14. Dans les lignes arrières clermontoise du 9 au 15, il n'y avait que des français et ils m'ont régalé.

      Pour Nini, l'intelligence d'un joueur est de savoir s'adapter et je suis sûr que nos petits français le feront. Surtout que maintenant, tous les 2 ans (voire pour Toulon , tous les ans), ils changent d'entraineur donc de système. Ils doivent avoir l'habitude.
      J'en ai déjà parlé mais quand je vois comment les Blacks ou Afsud sont affutés physiquement. Nous nous sommes plutôt dans la crème d'Issigny (Ah la cuisine française n'a pas que du bon).
      A vous lire
      Le gé

      Supprimer
    3. Regardez le Racing 92 sortir de schémas contre Michelin en demi-finale. C'est possible. Sur un match, en France. Mais pas sur la durée. A cause de la championnite.

      Supprimer
  18. Merci Ge , à propos des lignes arrières de Clermont
    Camille Lopez ? Je ne sais pas quoi en penser en fait j'ai un doute sur sa capacité à faire la maille internationale ? Il y a quelque chose qui me gêne dans ses attitudes

    RépondreSupprimer
  19. Pour Richard, un article de l'équipe.
    "La Rochelle et Lyon, avec seulement une moyenne de 11 JIFF alignés, en perdraient 6…"
    On m'aurait trompé à l'insu de mon plein gré.
    Ben Richard, que fait La Rochelle :-)
    A te lire
    Le Gé

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. 11 JIFFs pour LR et le LOU pas spécifiquement formateurs actuellement et qui sont les tortues en la matière. 12 pour d'autres, JIFFé pas bien la différence. Qui respecte le quota des 14 aujourd'hui ?

      Supprimer
    2. La Rochelle et le Lou recrutent là où c'est moins cher et rapidement efficace. D'après un copain qui travaillent "là dedans", les jeunes internationaux français sont hors de prix. Marché aux bestiaux.

      Supprimer
  20. C'est ce que je disais la semaine dernière : le bon louvoiement, la bonne fixation, le bon positionnement à hauteur ou en soutien, la bonne passe, le bon timing en l'air. Tout est assimilé depuis longtemps en blackie. Les Argentins travaillent à être à un bon niveau dans le four nations. Pour l'instant, si leur grinta leur permet d'être bon dans l'axe, de trouver des intervalles, ça ne déstabilise pas les blacks à même de faire le dos rond, les temps forts n'étant pas suffisamment bien gérés. Et au bout de 50 mn ils explosent. Dès qu'ils commencent à récupérer plus de ballons, les blacks eux avec leur "right thing at the right time" vont derrière la ligne. Et le compresseur se met en marche. Ce sont les seuls à intellijouer (comme dit Guariguette) avec effi(s)cience. Après, peuvent au moins prendre certains produits. La créatine est en vente libre en hémisphère sud. Et elle peut en masquer d'autres... que les suppléments alimentaires, boissons accélérant la récup, les poudres facilitant la prise de masse musculaire, les infiltrations pour la douleur, ... Ils ne sont pas les seuls. Et ça n'enlève en rien, au demeurant, la qualité de leurs structures de formation.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et à la continuité .. Si j'ai bien compris c'est l'adjoint qui remplacera Steve Hanens qui lui même à remplacer Graham Henry ! On pourrait penser que ça limite la capacité à innover dans le jeu et bien ça ne semble pas être le cas ..
      Si en plus ils arrivent à masquer leur programme " diététique " alors la ...

      Supprimer
  21. Bonsoir,
    Je relisais un texte d'Antoine Blondin avec cette belle maxime "La feinte de passe est le plus beau des poissons d'avril", et je me disais que de poisson d'avril de blagues et de rigolades notre rugby hexagonal en était bien dépourvu en ce moment. Alors oui je sais, pas toujours de pleurnicheries sur un sport qu'on a tant aimé, m'enfin bon justement on l'a tant aimé ce rugby d'intervalles, de cad-déb, d'aventures et de contre-attaques dans l'en-but, qu'on a bien le droit scrogneugneugneu de le vilipender dès lors qu'il nous emm.... souverainement dans sa logique d'occupation/Pourcentage/Rendement/gps et aviz'autorisés. Préfère les avis Tautorisés moi !!!!!!!!!!!
    Je feuilletai également quelques souvenirs de nationale.B avec le PUC, oui oui oui LE Paris Université Club avec son joli cri de ralliement « Apprendre, Participer, Gagner ». Je me disais que notre époque ne pourrait plus enfanter la folie de ribouldinguer dans le sillage du Gérard KROTOFF, faire exister l'émotion de voir le Roger BLACHON quitter ses esquisses de dessin et d'illustration pour l'équipe et l'équipe magazine pour venir titiller l'ovale sur le pré et au passage, comme par pied de nez, devenir champion de France de deuxième division en 1969, admirer tout baba et tout cool Graham MOURIE, capitaine All-Black de légende venir faire le flanker à Charléty en 1977/78.
    Tous ces gens ont semé des valeurs, enfanté des vocations, montré l'exemple, cultivé l'authentique avec une pincée d'humain, une pincée d'amitié et un gros bol de joie de vivre. Ces valeurs de l'ovale élevées et portées haut, comment mieux les illustrer que par ce cri du cœur et de l'âme de Christian BOIRON "On ne conserve pas des valeurs. On les transcende sans cesse. Sinon, elle meurent d’elles-mêmes".
    Voilà, séquence nostalgie fin.
    Pour Le Gé les lignes arrières clermontoises ne me font pas trop rêver, avec leur 10 qui lance l'attaque frein à main resté bloqué, le tombeau à ballons Fofana le regard au ras du gazon, et le relanceur Spedding toujours pris avec la gonfle sans penser que la passe fait partie du jeu, mais Coujou de foi, bonne comme mauvaise, les Jaunards ne m'inspirent guère, c'est comme ça, même si leur ailier, le Fidjio-Français NAKA.... semble marcher sur l'eau en ce moment après s'être libéré des contingences de l'ère St-André et des arpèges dissonnantes du triste compositeur Lagisquet.
    Si effectivement je pense que l'intelligence d'un joueur est de savoir s'adapter -et nous parlons du jeu-, je ne suis pas si sûr que nos petits français le feront, la seule adaptation -et non intelligence- situationnelle que je leur accorde, au vu du quotidien, c'est de bien assimiler les mœurs du monde professionnel et de ne pas voir plus loin, ce qui dénote par rapport à nombre de nos adversaires, qui ont certes épousé pareillement les mœurs modernes, mais en ne perdant pas leur histoire, leur héritage, bref leur rugby et ses valeurs.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

      Supprimer
    2. Boni boni
      être Tautorisé à Antoine Blondin est un beau poisson d'avril ! Moi qui aime le chocolat je suis gâté ! Je suis en pleine genèse philosophique entre les pensées de Luc et Richard et vos commentaires de classe philorugbystiques .... je comprends mieux maintenant pourquoi j'ai ramassé des bananes en philo !!

      Supprimer
    3. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

      Supprimer
  22. RE-bonsoir, surpris que tant de belles âmes s'indignent dès lors que parlant des All-Blacks on ne participe pas à la glorification générale et unanime, tout en étant admiratif du rendu de leurs parties depuis tant de temps, mais s'interrogeant légitimement sur ce qui fait débat, où faudrait-il adhérer à la pensée unique, hydre qu'ici j'avais compris que nous exécrions assez ??? Les NZ me font rêver comme tout un chacun et chacune par le jeu qu'ils pratiquent, flot ininterrompu d'initiatives, de courses, de continuité du jeu et du continuum du rythme, aucun doute là-dessus, mais quand je lis qu'ils ont " .... le bon louvoiement, la bonne fixation, le bon positionnement à hauteur ou en soutien, la bonne passe, le bon timing en l'air ...", je me pose la question, font quoi nos joueurs toute la semaine, s'ils apprennent pas à louvoyer, à fixer, à venir à hauteur ou en soutien, à faire des passes, à affiner le timing en l'air ????? Alors on n'en est plus au mais où qu'on est, ni mais où qu'on va, mais on est cons ou quoi ????

    RépondreSupprimer
  23. Ouais et en tout cas, ils le font pas bien pour l'instant ou à de rares exceptions près. Les Blacks, sur des périodes de domination tu le sens quand ils risquent de marquer. En repassant les actions on s'aperçoit de la précision des gestes, positionnements, de l'adresse. Ils tombent très souvent un minimum de ballons dans un jeu très aéré.

    RépondreSupprimer
  24. On les a battu 12 fois sur 57 rencontres de notre histoire commune !! Donc on peut se dire qu'on a de la marge de progrès et qu'effectivement on en fait pas assez pour pouvoir rivaliser surtout que l'écart semble s'être agrandi !

    RépondreSupprimer
  25. Je lisais sur leur site des ITW de Dagg, Savea, Ben Smith, Perenara et autres Retallick. Tous laissent transpirer leur joie de jouer, d'aller s'exprimer balle en mains avec les potes, de se perfectionner sans cesse (Dagg vantant son passage à l'aile, transformant en bénédiction ce que d'aucuns auraient pu considérer comme une sanction, Retallick détaillant tout ce que le jeu de Barrett apporte à un deuxième ligne). J'attends toujours qu'un sélectionné français parle du jeu, le sien, celui des autres, celui de l'équipe...
    Le plus efficace des dopages néo-zélandais, c'est le rugby, le plaisir, que l'on côtoie les meilleurs joueurs du monde sous le maillot noir ou les épatants Krotoff et Blachon sous celui du PUC. Même si je n'y crois guère, je veux me persuader que l'invraisemblable "tête" de Dagg pour l'essai de Romano était volontaire. Après tout, rien ne l'empêchait d'y mettre les mains. Avez-vous noté la stupéfaction de l'arbitre ?

    RépondreSupprimer
  26. Je t'avoue que je l'ai été aussi ! Incroyable mais vrai et oui il aurait pu mettre les mains par réflexe -))

    RépondreSupprimer
  27. François, Charles, Sergio, Nini, discutant avec un joueur d'un grand club (désolé, je ne peux pas donner de nom, même ici) au sujet des internationaux venus d'ailleurs qui peuplent notre championnat, il me dit ceci : "quand je vois arriver des jeunes (français), je suis stupéfaits. Ils n'ont la passe que d'un côté et sont pas déliés. En technique individuelle, ils n'ont pas le niveau. Ils arrivent à 16/17 ans et c'est trop tard pour les améliorer. Le mal est fait. C'est à se demander ce qu'ils font dans les écoles de rugby..."

    RépondreSupprimer
  28. Je poursuis : un père de famille de mes connaissances m'a un jour montré, fier, une vidéo de son fils, en me signalant que peut-être ce serait le prochain Dusautoir. J'ai vu un gamin de neuf ans casqué foncer droit ballon sous le bras sans se soucier de ses partenaires et avancer jusqu'à ce qu'il tombe. Un mini-ruck au-dessus de lui, le jeu arrêté. Et ça repartait avec un autre casqué qui fonçait droit, etc... J'ai eu de la peine.

    RépondreSupprimer
  29. Dernier point : vous me régalez de vos commentaires.

    RépondreSupprimer
  30. Quand je dénonce les carences des jeunes, issus des meilleurs clubs de Top 14 ou Pro D2 que je suis en U16 U17 qui sont des enfants immatures, certes polis et courtois mais d'une pauvreté rugbystique redoutable, d'un manque d'envie notoire et pour rejoindre Luc Ferry hélas d'une culture qui s'arrête au smartphone et au casque ! La culte ou l'inculture du maillot n'existe plus .... quand je lis ce matin les décisions de Paulo Gonze, Présidente de la Cataluna du topé quatorsé sur les jiffs, je suis dubitatif, ébahi par le degré de conneries crescendo qui inondent nos têtes pensantes à la recherche du buzz financier et à l'initiative désastreuse de tuer toutes initiatives qui pourraient nous sortir de l'ornière .... Il y a trop d'anguilles dans notre rugby et il faudra des squales pour faire du nettoyage ... Jan Lou je compte sur tes amis du Pacifique !
    Ma réflexion philosophique sur le "culte inculte" est en gestation ... patience

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est le culte de l'huitre bleue ?? (Blue Oyster Cult of course...)

      Supprimer
  31. Nous revenons toujours à la formation.

    je me souviens quand j'étais jeune, il existait des Lycées sport Etude notamment de rugby. Il y en avait dans ce temps là (année 75) Un par département où tous les super bons au rugby des petits clubs étaient réunis. Les après-midis étaient consacrées au sport.
    Un de mes amis s'y entrainait et me disait qu'il passait du temps sur les passes gauches droites des après-mdi entières à l'image de ce que font nos amis AB ou anglais. En ce temps là, il y avait aussi des entraineurs de Bègles qui passaient les voir.

    Pourquoi ne pas créer des centres d'excellence (autres que ceux du top 14) de ce type à l'image des écoles NZ ?

    Il est très difficile de donner un super formateur aux 1 400 clubs de Rugby en France.

    J'avoue que je ne suis plus la formation des jeunes mais du temps de mon fils (années 90-2000). En 10 ans, je n'ai connu qu'un très bon éducateur (Chevreuse) qui justement apprenait aux enfants à exécuter des passes vrillées gauche/droite et surtout de jouer avec son coéquipier.

    Après comme Richard l'a dit, les autres c'était "tu passes la balle au costaud et tout droit avec des cris de joie des spectateurs ou parents".

    Je voudrais aussi avoir votre avis sur le rugby par tranche de poids plutôt que par tranche d'âge.

    Le Gé

    PS : j'ai joué dans les années 70 et je peux vous dire que très peu de jeunes avaient une passe gauche droite. Je ne suis pas sûr que nous étions bien meilleurs que ceux qui sortent maintenant. Si vous regardez les matchs des années 80-90. Rien ne m'indique du surplus de bagages rugbystiques (oui quelques-uns mais pas tous). Je crois que nous nous faisons des idées sur nos anciennes générations.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Gérard
      moi aussi j'ai joué dans les années 70 , et je ne suis pas sur non plus d'avoir été bon gauche droite , mais ce dont je suis sur , c'est que les internationaux , eux savaient faire et c'est pour cela qu'ils étaient internationaux car meilleurs que nous !
      aujourd'hui le rugby est devenu un "sport" , alors qu'il était un "jeu" , aujourd'hui certains jeunes sont doués physiquement mais pas doué pour "jouer au rugby " ; ils savent pouvoir gagner leur vie de part leur qualités athlétiques, ne sont pas mauvais ballon en main , mais ne sont pas des joueurs de rugby !
      quand je regarde un match du top 14 , je peste et fulmine devant l'écran, de voir toutes ces passes vendangés sans donner du bon vin, mais plutôt une affreuse piquette ; c'est désolant !
      Quand je vois bastareaud et maanonu au centre , je me dis qu'ils feraient mieux de jouer seconde latte ..........et pourtant j'aime le RCT mais c'est d'une tristesse à pleurer et d'une indigence qui ferait pâlir un état du tiers-monde !
      Nos édiles sont du niveau des joueurs de 2ème division des années 70 avec des kilos et des muscles en plus !
      Bonne journée et bises à tous et une à Sylvie ; pourquoi Sylvie , simplement que c'est la seule femme à intervenir et qu'elle a droit à nos égards .....
      Corso Maltése

      Supprimer
  32. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je pense que nous sommes nombreux à avoir joué en senior dans les années 70. Pour moi, plutôt à partir de 79 ;-)
      A l'école de rugby du Stade Rochelais, nous apprenions le bagage essentiel : ramasser au sol, réception, passe, plaquage. Des répétitions. Sans arrêt. En revanche, rien sur le jeu au pied. Il fallait s'entraîner tout seul dans son coin en dehors des séances du club le mercredi aprem. Ce que j'ai fait.
      En minimes nous découvrions le jeu à XV, en cadets les combinaisons et mouvements collectifs. En juniors Crabos retour à la technique individuelle. Parce que nous avions un entraîneur, ancien centre, Loulou Courthès, passionné par la passe. En Reichel, le savant mélange technique individuelle et approche collective. Jacky Adole était un guide jusqu'à décrocher trois titres de champion de France avec des joueurs du cru élevés à la mamelle de La Grenouillère, notre plaine des jeux du mercredi... Malheureusement quand je suis arrivé en juniors il entraînait l'équipe première.
      Mais technique et tactique étaient mêlées. Toujours. Le physique ? Naturel. Tu étais costaud, rapide ou pas. Alors tu étais rusé, méchant ou bon au pied, grand ou petit. Et on te trouvait une place. Qu'est-ce que j'ai aimé cette période.

      Supprimer
  33. Marceau AMBAl, professeur d'"EPS au collège à Beaumont a su rameuter tous les enfants au rugby par passion, a mené Beaumont au fait de sa gloire avant d'aller à Agen pour être Champion de France en 76 .. un époque ou des hommes de sa trempe formait des joueurs de clubs et des internationaux à force de travail et de rigueur bien loin des masses physiques d'aujourd'hui avec un gps au cul ! Tous ces formateurs n'étaient pas que des techniciens mais aussi des humanistes ce qui manque par défaut dans notre rugby moderne

    RépondreSupprimer
  34. la formation ? mais surtout faire des passes des 2 cotés, je me souviens, au lycée à Montauban c'était souvent 2 fois 1 heure, aux récréations, de jeux à toucher ou ceinturer et gare à celui qui tombait la balle ou faisait une mauvaise passe...

    RépondreSupprimer
  35. Tout pareil qu'à La Rochelle , très tendance aujourd'hui... Bien que nous n'evolions pas au même niveau .. Le gros point chez nous en tout cas est que les Avants ne travaillaient pas ou très peu la technique individuelle . Hormis un ou deux mecs très doués qui savaient bien jouer les coups .... Ils valaient mieux ne pas les avoir dans la ligne d'attaque
    Sans tomber dans l'idolâtrerie comme dirait Nini je ne vois toujours pas de gros avec un bagage technique suffisant pour créer la différence dans un jeu le replacement exige plus de technique individuelle pour gérer un turnover
    Je n'ose plus parler des AB mais si merde ... Vous avez vu comme moi les passes sur un pas des Avants et dans le bon timing ! Chez nous qui ? Combien surtout ?
    Et Totaur oui les éducateurs avaient de l'humanité
    J'ai fait trois club et je suis bien tombé , éducation , passion , interet sincère pour les gamins que nous y étions , c'était l'impatience de se retrouver , la grande raison d'être de la semaine ... Alors le jour où nous sommes passés à deux entraînements par semaine , le nirvâna et le stage de rentrée , l'extase totale

    RépondreSupprimer
  36. Bon il manque des mots et j'ai fait à l'envers pour Tautor mais bon vous aurez capte l'essentiel -))

    RépondreSupprimer
  37. A La Rochelle, les avants étaient cultes. Depuis les minimes, ils travaillaient les phases de conquêtes mais surtout l'action suivante (on ne disait pas temps de jeu). Groupés. Huit comme les doigts de la main (je sais, y en a que cinq). J'ai un temps, en minimes, évolué troisième-ligne aile (parce que je ne courais pas assez vite pour jouer derrière. C'était impressionnant ce jeu millimétré. Chaque avant savait exactement quoi faire. Derrière, c'était plus "rustique". Chandelles, jeu au pied d'occupation, et arrière intercalé. C'est tout. Il a fallu que j'aille en universitaire pour connaître l'ivresse de l'attaque.
    Tout ça pour dire que ça bossait dur. Sans rouspéter. Et question technique individuelle, nous étions au point (à part le cadrage-débordement)... Les talents, à La Rochelle, derrière, se mesuraient à la capacité à effectuer une feinte de passe. Sans paumer aussi les partenaires. Tu avais intérêt à percer après sinon tu te faisais engueuler. Combien de fois, ouvreur en juniors, je me suis retrouvé ailier ou remplaçant le match d'après parce que je n'avais pas suivi les consignes. Ah les sacro-saintes consignes. Ici tu tapes haut et loin, là tu dégages impérativement en touche, là tu passes intérieur à tes avants, etc... Mes copains étaient tellement soumis aux consignes, qui ouvraient le droit de rester titulaire le match d'après, que lorsque l'un d'entre nous (nous n'étions pas nombreux à oser sortir du canevas collectif) déviait du plan, il n'avait pas de partenaires pour le suivre...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il faut dire aussi que nous n'étions pas une génération très douée. Notre talonneur Bernard a fait une carrière à Brive et notre troisième-ligne aile Mocqueur a disputé quelques matches en équipe première du Stade Rochelais à l'époque au JP Elissalde terminait sa carrière.

      Supprimer
    2. C'est tout. Les autres en séries régionales, et quelques un en troisième et deuxième division, ce qui fut mon cas deux saisons au Stade Poitevin.

      Supprimer
  38. Expérience de prof - semaine dernière, jeunes de seconde 15-16 ans - on fait des journées d'intégration à base d'ateliers, on teste leurs capacités physiques mais aussi de raisonnement, de sens pratique, de rapidité d'éxécution, bref d'intelligence situationnelle !
    Debriefing ( le même depuis plusieurs années ) les jeunes filles et garçons mêlés sont souvent mal latéralisés, ( je crois qu'autrefois on réglait ça en primaire) manquent d'adresse, perdent l'équilibre facilement (sur une slack-line ), plus étrange ils abandonnent très vite - aussi bien l'effort physique qu'intellectuel, s'ils ne réussissent pas du premier coup ils lâchent l'affaire ! On travaille à renforcer la confiance en soi mais c'est déjà bien tard ... J'en ai parlé un jour avec Tautor mais il y a 20 ans quand j'envoyais un gars au tableau je lui lançais la craie, toujours rattrapée sous les hourras de la foule en délire ! Aujourd'hui plus de craies, mais le feutre que je lance ils le manquent - et je fais même des chisteras histoire de corser le truc ! - Ils écrivent très mal, le poignet n'est pas souple, ils analysent mal les distances, les forces ... allez faire de bonnes passes après ça .

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Les mettre à la Pala ! , dixit Imanol et le jeune Ollivon
      qui il faut le reconnaître sont très adroits balles en main

      Supprimer
  39. "Ils abandonnent très vite, s'ils ne réussissent pas du premier coup ils lâchent l'affaire." Tellement vrai. J'ai bataillé avec mes propres enfants à ce sujet. Try, try and try again (cf O'Driscoll)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

      Supprimer
  40. Mesdames, Messieurs,

    Tu as très bien résumé l'affaire Richard, "J'ai bataillé avec mes propres enfants".

    Et oui ! étant donné que nous sommes tous les éducateurs de nos enfants. Nous sommes tous responsables et coupables.

    Je préfère donc me dire que c'est juste une question d'éducation et de formation et à tout âge, il est possible de s'améliorer. (je sais : Candide).

    Une chose, pour "maanonu au centre", même Laporte a dit qu'il avait un bagage au dessus de la moyenne et je pense comme lui.

    Maintenant, seul l'entraineur lui dit ce qu'il doit faire dans le schéma de l'équipe (qu'il doit impérativement respecté comme dit RIchard). Quand tu vois les passes et les Offload avec les AB, il est vraiment mal utilisé au RCT.

    Pareil, j'ai eu la chance de voir Bastareaud au stade Français et il savait faire des passes.

    Je me souviens de son premier match après la dernière coupe du monde avec Toulon (je crois que c'était contre Brive). Il avait des offloads des passes à droite comme à gauche. J'en étais moi même interloqué même le présentateur de C+). Puis, on lui demandé d'être plus lourd puis de casser le 3/4 ou la zone du 10 en face. Et donc devenir à nouveau coffre à ballons comme avec l'équipe de France.

    Le Gé.

    PS : quand nos enfants nous regardent avec les nouvelles technologies et les nouveaux jeux, il rigolent aussi. soyons donc indulgents

    RépondreSupprimer
  41. l"e Times, le Top 14 pourrait changer radicalement sa formule. Il est expliqué que des négociations seraient en cours pour que le championnat de France passe à une formule à 32 clubs soit une organisation en quatre poules de huit qui permettrait de gagner sept semaines. Le championnat Français débuterait alors seulement en octobre au lieu de fin août."

    Pour commentaire, est ce que quelqu'un est au courant ?
    Richard ? peux tu nous éclairer.

    Le Gé

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Gé, je suis de repos aujourd'hui et demain. Zéro pour cent rugby. Sauf pour mes copains et copines de Côté Ouvert, mais c'est un plaisir, pas un contrainte. Alors The Times, et bien on verra ça plus tard. Quelqu'un à la LNR me renseignera bien... Merci pour la piste... Mais j'en doute. Je veux parler des 32. Ils ont dû confondre avec le ProD3... Non, j'déconne.

      Supprimer
  42. En lisant tous vos commentaires du jour, on s'aperçoit bien évidemment comme déjà antérieurement que nous sommes aujourd'hui devant un problème de fond bien plus pénalisant que sur la forme. Les qualités zéle-andaises depuis des décennies ont continué de progresser favorablement face à l'évolution du rugby, parce que les bons choix se sont ou ont continué à se faire je dirais presque naturellement. Ce qu'on ne remarque pas chez nous. Et vous (je) êtes là pour en témoigner. De mauvaises options ont été prises à tous les niveaux de la formation jeunes à l'élite, qui déstabilise le jeu de rugby français en espérant qu'il ne le discrédite pas. Un peu incurie sans le savoir ?
    Si l'histoire a été Belle pour Sébastien, on ne peut pour l'instant se faire que des remake, avec ou sans HD, coloration d'images, histoire d'améliorer l'histoire. Quand vous parlez de "bio" ça ramène forcément à une déontologie naturelle qu'il ne faut pas oublier. Et qu'il faut réestimer en optant pour les bonnes alternatives afin de pouvoir évoluer favorablement. Nous en sommes éloignés. Pour l'instant, le top 14 à grand coup de finances et sa cohorte étrangère, cache la forêt même si on y trouve encore du Jiffe (espèce de champignons continuant de pousser sporadiquement tant que les conditions climaticorugbystiques le permettent). De la même manière qu'on perd nos cerveaux, que l'éducation nationale continue à s'éloigner de Ferry vers Ubu. Et en parlant d'enseignement, je reviens juste sur une époque (70 pour ne pas la nommer) où l'on pouvait voir des lycées présentant de belles équipes où sont passées nombre de joueurs devenus élite par la suite. Ce fut le cas d'un lycée romanais champion de France où plusieurs joueurs ont évolué à l'USRP régulièrement qualifiés pour les phases finales (1/4 finaliste en 76, 1/2 finaliste en 77). Je ne sais pas si aujourd'hui des établissements d'enseignements possèdent une équipe avec de jeunes talents évoluant en club fédéral. Ils ont dù lacher l'affaire. Le milieu scolaire n'est pas suffisamment impliqué dans le sport et le rugby en particulier, afin de promouvoir ces valeurs face à la greffe Iphone de la main où Facebook de l'esprit. Ca devrait aussi passer par là plutôt que "just a little sport".

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est vrai ça que fut une époque où des collèges et Lycée avaient de sacré équipes et fournissaient des clubs prestigieux et inversement d'ailleurs puisque ça jouait le Jeudi
      Pierre de Fermât à Toulouse , Michelet , Lakanal en région Parisienne , quelques écoles privées qui en avaient aussi de compétitive
      J'ai un ( mauvais ) souvenir qui corobore ce que tu dis ! J'étais aller voir les profs de gym des collèges et lycées du coin pour qu'ils fassent la promotion du Rugby et nous aide à monter notre école de Rugby
      J'ai été très mal accueilli voire de manière incorrecte
      J'aurai très bien pu entendre gentillement " pas au programme " ou " tout les sports co à égalité "
      Non just f... Off ..... You je l'aurai mal pris

      Supprimer
    2. dommage que tu n'ais pas pensé à celui où officiait l'actuel responsable du XV de France, à Pibrac....

      Supprimer
  43. Pierre de Fermat "La Violette" ! ça sentait bon

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ca sent la violette made internet, maintenant !

      Supprimer
    2. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

      Supprimer
  44. Bonjour, donc on cause de formation ici, et la teneur de nos propos n'est pas sans inquiéter pour le futur de notre rugby, le seul bémol étant que dans les instances en charge de ce dernier, on ne sent pas les mêmes inquiétudes ni surtout les désirs de changement dans la doctrine de nos filières qui, c'est le moins, ne brillent pas par leur bilan, européen ou international. Alors on s'insurge, on se souvient comment que c'était avant, on constate que le monde enseignant qui était la locomotive est sagement rentré au garage, on regarde la nouvelle génération d'éducateurs et entraîneurs sacrifier à la mode et aux canons en vogue instaurés par les diffuseurs et tenants du spectacle lucratif, on pense que peut-être revenir à des catégories de poids dans nos écoles de rugby pourrait faciliter les premiers apprentissages, bref on vilipend et puis on aime tellement ça que l'on digresse à loisir sur ce P..... de sport et de jeu qui n'en finit pas de nous attrister, quand toute la vie il n'a été synonyme que de joies, d'aventure humaine, d'anecdotes croustillantes, de feintes de passes et d'en-avant sur la ligne, de mêlées un chouïa relevée aux épices de naguère et d'entourloupes que l'on se sert et ressert avec gourmandise aux comptoirs des 3° mi-temps.
    Formation c'est un beau mot, dont le contenu est si vaste. Je pense que pour notre rugby de minots et pioupiou il doit s'agir le plus simplement du monde de leur faire acquérir les bases du jeu à travers l'apprentissage, répété jusqu'à la maîtrise, de tous les gestes techniques (passes, plaquages, sauts, courses, jeu aux pieds ….), des règles essentielles (en-avant, hors-jeu, tenu, jeu au sol ….) et des valeurs (collectif, amitié, respect ….). J'en cause d'autant plus que j'ai été éducateur en edr, pas meilleur qu'un autre et soumis aux réalités des générations qui se succèdent et n'ont pas le mêmes repères, mais j'ai remarqué que quel que soit le public, les enfants donc, en étant fidèle à ces concepts et ne lachant rien sur l'essentiel on arrive à former de bons petits joueurs au bagage essentiel pour qu'ils puissent ensuite évoluer dans les tranches d'âges supérieurs avec ce qu'il leur faut de fond de commerce.
    Il y a tant de gens dans la fédé et dans la DTN et dans les comités (régionaux et territoriaux et départemantaux) qui ont pour mandat la formation que c'est à se demander ce qu'ils foutent de leurs attributions, poliment parler s'entend !!!!!

    RépondreSupprimer
  45. Heureusement y'a findus certes, mais y'a surtout le gonze Goze qui nous apporte cette fraîcheur et cet enthousiasme si propres à notre sport avec quelques déclarations bien senties, je ne résiste pas à vous en livrer brut de décoffrage quelques-unes.
    Concernant les matchs joués à 12h30 : «  .. c'est un horaire expérimental auquel je crois personnellement, au niveau téléspectateurs. Après, les joueurs ils jouent aux heures où on leur demande… Il y a les gens qui financent le rugby ... ». Tout est dit, non ???
    JIFF, et oui on est dans la chasse aux Jiffs ça vous aura pas échappé, donc à partir de 2017-18, plus que 16 non-JIFF autorisés entre les contrats pro et contrats espoirs, et chaque équipe devra présenter une moyenne sur la saison de 14 JIFF sur ses feuilles de match. J'avoue que je suis un peu paumé sur ce problème, c'est toutes compét confondues (europe et national) ?? Pourquoi ne parle-t'on plus d'un quota de joueurs FORMES AU CLUB ?? Et le Jiff c'est quoi sa définition ?? Bon encore un truc bizarre, en plus 14 en moyenne sur la saison sur les feuilles de match, quand t'as déjà 8 remplaçants, un bon logiciel et tu mélanges tout ça va pas être difficile de programmer des rencontres à perdre pour mieux dans le duel costaud de l'après présenter une armada étrangère apte à gagner.
    Ce qui me fait aussi sourire, c'est le soudain réveil du gonze qui hibernait tranquillou depuis tant de saisons, et soudain l'érection revenue -pardon- l'élection donc, se réveille plein d'idées et d'appétit, gonze qui, si ma mémoire ne me trompe pas, fut président d'une USAP durement sanctionnée pour non respect de ses obligations financières deux saisons de suite, joli héritage que le type laissa en partant, AAAHHH les yeux dans les yeux et la main sur le cœur je vous le dis monsieur le président c'est pas moi, je connais pas l'USAP, ou alors y'a longtemps, ou bien j'ai oublié, où ça sentait pas bon, enfin j'ai changé …..

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. excellent Nini, je partage à 100 pour 100.
      "Goze Toujours, tu m'intéresses" . Quoique "Goze toujours, tu ne m'intéresses plus"
      mais c'est un mal français, (mâle français).
      Pas de renouvellement, toujours les mêmes qui te disent "tu verras demain, comme ce sera bien".
      Demain est un autre jour et j'aimerais bien que ce soit notre jour de gloire pour le rugby que nous aimons.

      Supprimer
  46. Culte ou Inculte,
    Telle sera ma pensée philosophique sur le « no sport » de nos contributeurs ….
    Par analogie aux initiales, je superpose le culte inculte à la notion de QI, ce fameux cuicui aussi versatile que futile, aussi décrié que vampirisé qui classe l’être humain en idiot ou en intelligent selon des tests appropriés. Autant dire par similitude que celui qui gagne semble plus intelligent que le perdant classé de fait comme idiot ou mauvais élève (clin d’œil aux AB) ! Raccourci obsolète et stupide de ma personne alors que Ferry stigmatise le sportif en parlant de "talent sans génie qui n’apporte rien au progrès des civilisations". En fait la remarque est plus subtile qui n’y parait opposant la parabole des talents de St Matthieu à celle des dix mines de St Luc pour certes un même résultat. Le "Talentum" sera celui qui s’est faire fructifier ce qu’on lui a transmis ni plus ni moins. Côté "Genius", si on passe de Kant à Nietzche, le premier définit le génie comme la faculté des idées esthétiques c’est-à-dire que la nature prescrit ses règles à l’art alors que le second cite le temps et la persévérance considérant que le génie n’est pas uniquement réservé à l’art. Mais quid du "Génie" de Voltaire ! La question de Lulu est de savoir si "le sport est à l’origine de la genèse des civilisations ?" Je dirais quelque part, probablement que oui et indirectement (fruit d’une conférence que j’ai faite sur "sport et dopage"). Pourquoi ? Tout simplement parce que l’homme pour survivre à l’espèce animale depuis la nuit des temps fit appel à ses facultés physiques d’athlète pour manger, exprimées par son talent de chasseur mais pas forcément par son génie. Le génie viendra de l’élaboration de techniques de chasse et de l’invention de nouveaux outils. L’expression du corps revient elle au talent ou au génie ou plus simplement à nos qualités intrinsèques non exprimées pour des raisons diverses et variées ? Nous avons tous eux dans nos classes des copains chétifs, bègues, maladroits, réservés et d’une scolarité modeste est-ce pour autant qu’ils furent mauvais en sport ? Je réponds non. J’ai le souvenir au collège de tournois de rugby organisés dans la cour entre midi et deux et j’avais, avec des bras cassés, constituée une équipe qui remportait les tournois (pas tous) sur la valeur intrinsèque et insoupçonnée de capacités physiques et mentales non exprimées. Et c’est bien plus tard que j’ai compris le rôle primordial de l’éducateur comme catalyseur de conscience.

    RépondreSupprimer
  47. suite ....
    De là à devenir une divinité comme "CR27" il y a un gouffre. Pour moi la divinité en sport n’est que l’exutoire d’une conscience refoulée dans laquelle on s’assimile par défaut sans pour autant aller au-delà du soi sportif. Et le génie me direz-vous celui qu’on attribue à celui qui réalise une action d’éclat qui va surprendre tout le monde est ce suffisant pour dire qu’il participe "au progrès des civilisations" ? Personne n’est dupe de cet aphorisme lancé par Lulu, ciselé par Riri et commenté par les Quinconces. Alors "Citius Fortius Altius" n’est que la résultante de la transcendance psychique et physique d’un être pour une cause. Nous sommes loin du génie d’Einstein ou de Bach de fait. Je pense que Lulu dans son raisonnement ne va pas au bout des choses et que bien plus que le talent, que le génie, il aurait dû mettre en exergue que l’on ne devient pas talentueux ou génial par le fruit du hasard mais par le travail, la réflexion, l’esprit d’équipe, l’abnégation et qu’un jour la confluence d’évènements improbables vous déclare génial pour le plus grand bien de l’humanité ! Je cite l’exemple de la pasteurisation résultante du hasard mais fruit passionnel de la réflexion inexorable qui conduit à la vaccination. Finalement qu’ets ce qui est le plus précieux le culte du talent ou le génie d’un inculte ? Ce qui est certain quasiment acquis c’est que le progrès des civilisations ne passent que par des QI plus près de l’intelligence que de l’idiotie mais parfois on a des doutes qui sont le moteur de notre pensée.
    Digression totale à la philosophie rugbystique, un joueur d’Arudy, (Promotion d’honneur pas celle de la légion) a pris un an de prison avec sursis et mise à l’épreuve pour un coup de poing à la face … quid de Grenoble Brive hormis du rouge qui fait tâche et des probables sanctions de terrain pour montrer qu’on ne badine pas avec l’esprit du sport ! Comme quoi La Fontaine avait raison pot de terre ou pot de fer bien plus que l’enfer !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

      Supprimer
    2. Roger,
      je ne pense pas que Pasteur aurait céder aux chants des cygnes ou des oies, d'un esprit caustique et non cosmétique il aurait validé l'esprit d'équipe. Je trouve que tes références féminines s'éloignent outrageusement de Marie ! ne cède pas au hasard de noms pompeux !

      Supprimer
    3. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

      Supprimer
    4. La chicorée c'est la santé Tautor, alors que le FCG accumule les blessés depuis 3 mois là sur le fameux match : que dalle ! Vu par ailleurs que le ST - plein de genoux bousillés ! - et le SF qui ont joué très proprement (sic !) ont plein de forfaits . A croire qu'une générale à grands moulinets ça fait moins de mal qu'un gros ruck à déblayages féroces ? J'en reste perplexe moi ... Pas envie de revoir ça à chaque match mais pas envie non plus de compter chaque semaine des blessures aussi graves ni aussi perfides - vous l'avez vu vous la béquille sur Serin ? j'avais cru qu'il s'était fait mal tout seul ... tu parles ! Bref il y a encore du boulot, éduquons, éduquons !

      Supprimer
  48. pour l ami goze
    il ya quelques GIFFLES qui se perdent
    des quotas des quotas
    bientot le prochain comite siegera a BRUXELLES
    IL SE MURMURE QUE CANAL AYANT UN CRENEAU LIBRE A 8HLE MATIN
    LES SIEURS LOBYISTES BLANCO GOZE
    SE DECLARENT ENCHANTES DE CETTE PROPOSITION
    PROMESSE D UN NOUVEL ESSOR
    ON EST BIEN LOTI(pierre)
    le genie avant s appelait aladin
    aujourd hui c est plutot allah bar tabac

    RépondreSupprimer
  49. bonjour à tous et à toutes,
    Après un trip de 2 mois en mer avec 2 copains en mer Baltique, coupés du monde médiatique, juste pour se laver l'esprit et oublier la marche du monde, un peu, nous voici donc de retour sur terre, avec le mal qui va bien je parle du mal de terre qui prolonge un peu notre périple).
    En fait, notre première destination était Rio, pour suivre les jeux au plus près puis compte tenu de l'évolution du sport de haute compétition, compte tenu du cynisme brésilien lors de l'organisation de cet évènement, nous avons choisi des destinations plus en rapport avec notre conception du sport même si le point le plus éloigné faisait face aux splendeurs architecturales de St Pétersbourg.
    Retour au bercail, retour au rugby et retour vers la misère intellectuelle vers laquelle tend ce sport de plus en plus. Exemple : mon fils de 13 ans, élève de 4ème, joueur de rugby à Tyrosse, joueur de la section rugby au collège de Tyrosse, est aussi élève du conservatoire de Bayonne en saxophone depuis 7 ans, solfège compris. A noter qu'avec le club plus la section sportive, cela lui fait 4 entrainements par semaine, soit 8 heures de rugby. petit problème : le solfège tombe en même temps que l'entrainement du mercredi de la section du collège. l'entraineur demande à mon fils de faire un choix, à défaut, il sera exclu de la section sportive. Au club, on lui demande de faire de la musculation pour prendre des kilos pour pouvoir jouer en superchallenge. il a 13 ans. à défaut, il jouera en équipe 3.
    Nous avons donc trouvé la solution : il opte pour la musique, et arrête le rugby pour se consacrer à un sport très enrichissant sur un certain nombre de facettes : le sauvetage cotier. natation, paddle et course à pied.
    quel rapport avec le sujet ? on demande à des gamins de faire des sacrifices pour une espèce de gloriole qui n'aboutira qu'à une forte frustration dans les années futures. Nos meilleurs jeunes sont recrutés par l'Aviron Bayonnais et se voient déjà professionnels. la première année, ils vont jouer, pour les meilleurs, 60 minutes par match, la seconde année, 10 minutes et la troisième année, ils se chercheront un autre club. Alors, la pression, à défaut de la déguster, ils l'acceptent avec l'espoir de jouer en pro. ils font du zèle, sur le terrain, à la salle de muscu et se pourrissent le corps.
    Lorsque le temps vient de jouer avec les pros, les meilleurs se voient intégrés dans le groupe pro jusqu'au...jeudi soir. Et chaque semaine la même supercherie recommence.
    Pendant ce temps-là, ils sont livrés à eux-mêmes, suivent en pointillés des études courtes, avec le secret espoir de se consacrer pleinement au rugby pro et c'est ensuite la course au contrat, si la blessure n'a pas flingué tout cela. Alors, oui, on fabrique des gamins décérébrés, aucun choix pour eux que de suivre un chemin de croix avec quelques éclaircies (sélection dans les équipes de jeunes) et souvent des objectifs revus à la baisse après 20 ans.
    moi, ce qui m'impressionne dans les générales, c'est la réaction du public qui exulte une violence par procuration en appelant au sang. De plus en plus, des salles de boxe sont aménagées pour que les jeunes cadres dynamiques se foutent un peu sur la gueule en toute sécurité. Pour autant, même si "une bonne générale, ça remet les idées en place", franchement, c'est mieux quand il n'y en a pas. En plus, sur les 250 coups envoyés, y en a 3 qui arrivent à destination. Donc beaucoup d'énergie pour rien. Alors, du jeu, encore du jeu et faisons en sorte de former des gamins avec une tête ou des mains bien faites, qu'ils ne finissent pas comme des cons quand le sport s'arrêtera

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. dis nous Philippe et bonjour aussi, tu parles de muscu plus ou moins forcé (sans e), peux tu nous dire s'il est demandé d'ajouter une nourriture plus ou moins favorable....?

      Supprimer
    2. Bonjour Phiphi, faudra nous raconter la Baltique . Ton fiston a bien fait de choisir la musique - hi hi hi c'est Bach le winner encore que....je ne sais pas si ça passe bien au saxo ! - sa chance c'est d'avoir un papa bien au fait des moeurs des clubs, ce n'est pas dit que d'autres parents aient la même force mentale . J'en ai vu passer quelques uns ici à qui on a fait miroiter des trucs mirobolants, après faut gérer leur désarroi et les aider à surmonter ce sentiment de déception . Il ne faut pas mentir aux enfants non en fait il ne faut pas mentir tout court . https://www.youtube.com/watch?v=pRJqsHBKP1Q

      Supprimer
    3. Hello Philippe et welcome chez toi ici. Exactement, faudra nous raconter la Baltique. Concernant ton fiston, j'ai trois filles mais si j'avais eu un fils, pas sûr qu'il soit devenu rugbyman. Encore que mes trois filles ont des petits (pas vraiment petits d'ailleurs) copains rugbyman, des gars bien pour ce que j'en connais. On n'échappe pas à son destin.
      Après jouer et jouer, rugby et instrument, c'est possible. Peut-être pas en passant par le conservatoire et la section études. J'en sais quelque chose. Prof particulier et club, ça passe. Sans doute est-il doué et là, effectivement, ça peut devenir compliqué. Mais rien n'est jamais perdu, tout se transforme...

      Supprimer
    4. Hello Sylvie, Georges, Ritchie, merci pour la bienvenue
      La Baltique en été, ce sont des nuits courtes, magiques, et l'accueil dans chaque port fut un vrai moment de fraternité, des soirées hautes en couleur, des mecs incroyables et les pièges de l'aquavit ou de la vodka
      Mon gamin a été diagnostiqué précoce et s'il s'en sort plutôt bien, c'est justement en conciliant des activités où l'intellect ne fait pas tout et où il est nécessaire de bosser pour progresser. Il est heureux avec ses potes et dans sa vie. Il se libère le mercredi pour jouer en scolaire avec la section et ne rate que l'entrainement du mercredi alors qu'il y va le mardi soir, le jeudi soir et le samedi matin. Mais le prof de la section est intransigeant. D'où le bras de fer.
      Pour répondre à Goerges, je ne sais pas ce qu'ils font exactement à la muscu, mais c'est au programme 2 fois par semaine. J'espère qu'il n'y a pas les compléments alimentaires, je vais me renseigner pour te répondre précisément
      Enfin Sylvie, je connais bien un petit grenoblois, Kévin Perrier, joueur en espoirs (le nom est bien choisi) qui frappe doucement à la porte des pros mais doit vivre la frustration quand on lui fait passer la porte dans l'autre sens. il est bien entouré, il est sain, équilibré, et accepte cette règle du jeu en espérant que le FCG le garde la saison suivante. Je trouve que c'est quand même dur à 20 ans de vivre ce syndrome d'Icare. Merci, pour cette belle interprétation de Bach, tiens, en retour, le quattuor Zahir, magnifique et une petite curiosité entre un saxo soprano et un violon
      https://www.youtube.com/watch?v=-8eixLcWo_4
      https://www.youtube.com/watch?v=fLFgbR7A-2g

      et en effet, Richard, le rugby fabrique encore des mecs bien, et là il faut vraiment garder le temple

      Supprimer
  50. L'éducation ou la formation de base pour jouer au rugby à des niveaux plus ou moins élevés.
    Et là je pense aussi à la disparition du monde rural tel qu'il était encore il y a 40 ans. d'une part la proportion de jeunes était encore importante, d'autre part s'occuper à la campagne c'était savoir être adroit de ses pieds, jambes, bras et mains ne serait ce que pour déambuler à travers champs, monter aux arbres, chasser les oiseaux à la fronde ou au "tiret" aider le papa quand il coupait du bois par exemple

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

      Supprimer
  51. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
  52. Voici le nombre de joueurs JIFF par club : bravo Clermont Toulouse Toulon
    "
    Bayonne: 14 (13)
    Bordeaux: 13 (14,25)
    Brive: 16 (15,25)
    Castres: 13 (13,75)
    Clermont: 18 (16,5)
    Grenoble: 14 (13,25)
    La Rochelle: 11 (12,75)
    Lyon: 13 (11,75)
    Montpellier: 14 (12,25)
    Paris: 14 (14,25)
    Pau: 14 (14)
    Racing: 15 (13,25)
    Toulon: 15 (15)
    Toulouse: 16 (15)

    Statistiques via allrugby.com"

    RépondreSupprimer
  53. Bravo, bravo, faut nuancer.
    Rien qu'une comparaison entre le nombre de JIFF théorique de l'effectif et le nombre de JIFF dans les 15 titulaires de départ fait déjà nettement baisser le ratio et resserre les moyennes.
    Ensuite et corrélativement, quand tu as les moyens de faire venir le gotha mondial en double exemplaire, tu as aussi les moyens d'avoir des JIFF en vitrine.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Des JIFF en vitrine, étrange, vous avez dit "étrange" ??...

      Supprimer
  54. Vu le cul "merdeux" (j'voulais dire inculte) à Lulu de son "no sport" et pour rebondir à la tautopasteurisation, j'me disais que contrairement à Loulou qui a largement prêté son nom à l'insu de son plein gré pas qu'à des cliniques mais aussi à des gymnases ou complexes sportifs non labellisé clinique... du c(sp)orps, j'vois pas bien utiliser analogiquement le patronyme du cousiné Ferry de loin. Enfin, j'dis ça, j'ai rien dit...

    RépondreSupprimer
  55. Ben dis donc, tu dégages trois jours, que de lecture, pour un blog moribond, pas mal!
    Dis donc, miss, pourquoi devrait on hiérarchiser Jean Sébastien et Zizou, les deux, ou plutôt ce qu'ils représentent ne sont ils pas essentiels, complètementaires à l'épanouissement de nos futurs bâtons de vieillesse?
    Plus de culture, moins de pokemons, plus de sueur que de jeux vidéo, beau programme non ?
    A propos de programmes, pourquoi ceux qui n'ont rien foutu, rien bousculé, qu'ils fussent élégants ou futur maire de Pau ( j'en oublie ), sont toujours vos ministres préférés.
    Bon, je taquine, mais pour me faire pardonner je t'envoie le site d'un paysan extraordinaire ( la miellerie de marla ) , un type qui m'a fait manger ses gariguettes dans la montagne,sous les tropiques, à 3 heures de sentier de la première voiture.
    Allez, y a de belles rencontres, j'y conduit le premier qui pose ses pompes sur mon caillou.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pour les ministres c'est parce qu'un mec qui parle et écrit un poil mieux qu'un autre moi j'aime bien faut dire que je ne suis ni corporate, ni politiquement correcte, ni consensuelle, je n'aime pas l'eau tiède, et puis je vais te dire c'est même pas Bach que je mets au dessus c'est Mozart et là le Zizou même pas à la cheville :-)

      Supprimer
    2. 🍓🍓🍓🍓🍓 juste un essai de smileys fraise ...pour voir

      Supprimer
  56. Roger
    J'avoue que je suis très déçu de ta façon de faire à supprimer systématiquement tes interventions, je n'ai pas le temps de lire ta pensée je le regrette profondément mais je respecte ce choix ... avoues que tu pousses le bouchon .... je vais en parler à Marie

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'dirais rien là dessus, un mirage...

      Supprimer
    2. Une intervention dans l'éther. Ca se défend. Les écrits s'envolent comme des paroles écrites sur du sable. Ca peut faire sens pour qui pense dans l'instant, sans prosélytisme. Je n'avais pas imaginé ça avant mais c'est la littérature de l'immédiat. Pas mal... Ou même pas mal.

      Supprimer
    3. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

      Supprimer
    4. Zarmaou,
      ravi enfin de te lire, Maria te embraçat !
      je connais bien cette porte pour avoir fréquenté pendant 8 ans le "Bahut" et être inscrits aux Anciens .... De plus, j'ai eu l'immense privilège de vivre pendant presque un demi siècle dans la maison natale de Pierre de Fermat à Beaumont ..... je pense que tu connais cette porte toi aussi !

      Supprimer
    5. La Maison et le Lycee ! La classe ..

      Supprimer
    6. Je corrige un quart de siècle ... pas la classe .. le destin ... je ne l'ai jamais dit à l'époque 😉

      Supprimer
  57. Les interviews de Michalak et de Carter intéressantes pour nos débats . Ils auraient pu poster ici ...
    Le déficit de formation , les incongruités du système Francais , le travail sur les fondamentaux de l'autre et le French flair dans le système actuel
    Valent le coup d'être lu car deux acteurs qui connaissent bien le jeu , son évolution et le système ...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

      Supprimer
    2. En revanche, je ne comprends pas que Fred Michalak attende d'avoir vingt-six ans et qu'un club lui mette un spécialiste du jeu au pied à disposition (en Afrique du sud) pour travailler ce secteur. Quand tu es international, tu bosses en plus dans ton coin. Là, j'avoue être surpris. Et c'est assez symptomatique d'une époque où les gens (joueurs, etc...) sont assistés.

      Supprimer
    3. P'têt que le fait d'avoir à 18 ans gagné presque une finale à lui tout seul avec 4 pénalités de 50 m l'a dissuadé de travailler la chose, et son entourage idem.
      Et p^'têt qu'il l'aurait fait si les vilaines habitudes du rugby français ne l'avaient pas trimballé de 9 en 10 pendant quelques années.
      Wilkinson est une exception point de vue travail; je ne suis pas sûr que Daniel Carter ait porté sa discipline personnelle à ce niveau.
      Mais il est clair que le talent est une chose, le travail une autre; moi c'est le gran Lourdes que je garde en référence, et ces après-midi à répéter la passe du 9 jusqu'à l'ailier jusqu'à ce que ça soit huilé et parfait. Quand on voit les obus vrillés dont on bombarde le partenaire, et souvent un bon mètre au-dessus des épaules, on se dit qu'il y a beaucoup, beaucoup de travail...

      Supprimer
    4. Alors de ce qu'on dit Carter bossait autant mais par contre boit beaucoup , beaucoup , beaucoup plus et ça c'est lui qui le dit !

      Supprimer
  58. Tu as 100 fois raison , à mettre en parallèle des propos de Carter et on comprend mieux pourquoi avec un talent brut identique l'un est devenu un des grands ouvreurs de tout les temps et l'autre un éternel espoir
    Le travail spécifique et la répétition des gammes encore et encore et encore

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

      Supprimer
    2. Dans le même ordre d'idée, je vois mal un pianiste concertiste attendre qu'on lui mette à disposition un répétiteur ou un tourneur de pages pour commencer à bosser ses gammes. Hallucinant. Il doit quand même y avoir un paquet de glandeurs chez les pros du rugby (ça doit être valable dans les autres sports aussi, bien sûr), des mecs qui viennent pointer sans essayer de progresser. J'dis ça, j'dis rien. Mais je ne vois pas beaucoup de joueurs faire des heures sup. Je me souviens de Wilkinson alignant une séance supplémentaire quotidienne de jeu au pied et tirs aux but, et une autre de musculation ou d'étirements-assouplissements-dextérité. Pendant que ces coéquipiers étaient au club-house à siroter un thé et se demandaient ce que ce fou pouvait bien trouver à aligner les séances en solo...
      Cela dit, chez les journalistes, je ne vois pas beaucoup de collègues interessés par l'histoire de ce jeu. Comme si chez les avocats, on pouvait se passer d'étudier le droit canon romain sous prétexte qu'il y a le Code Civil napoléonien.
      Il y a cependant davantage de juristes qui ont lu Cesare Beccaria que de journalistes de rugby Fred Allen.

      Supprimer
    3. Tiens, dans le même ordre d'idée, je vous fiche mon billet que l'ami Picamolle va enfin concrétiser son énorme potentiel loin du top 14.
      Allez, on en reparlera en Février

      Supprimer
  59. Et oui c'est une affaire de conscience professionnelle ou de conscience tout court ... Tu me diras pour ceux qui en ont ça permet de sortir du lot
    Merci de m'avoir permis d'élargir la culture avec Cesare !

    RépondreSupprimer
  60. Merci de revenir au jeu, car ça faisait un bout de temps que je ne comprenais même pas de quoi on parlait ici. D'autant plus que les JIFF, plus belle expression du génie français après les bandes molletières, je m'en tape longitudinalement. Le jugement sur Michalak, jamais totalement exempt d'une pointe de vacherie (qu'est-ce que vous voulez, moi j'ai bondi de mon fauteuil - de plaisir - sur certaines de ses initiatives), me ramène à Mont-de-Marsan. Dans ses 22, André Boniface convainc Caillau de passer pour une relance : après un rapide relais de Guy, André fixe et passe à l'aveugle, comme il savait pouvoir le faire avec Darrouy... le ballon roule en touche. Jouglen, qui remplaçait Darrouy, était tellement sûr que Caillau allait taper qu'il bavardait avec un copain spectateur ! Ce fut le nadir d'un junior doté de tous les dons, international B si ma mémoire est bonne, mais incapable de mémoriser que le travail et la concentration faisaient partie de la panoplie. Dans les vestiaires, Dédé ruminait ''je vais le tuer, je vais le tuer''. Alors, oui, il est possible qu'en Nouvelle-Zélande Michalak aurait rencontré son assassin.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Charles, on élargit un peu le jeu et le je. On va pas rester tout le match dans les rucks et aller de touche en mêlée, quand même, dans Côté Ouvert, il y a ouvert. Si tu relis ma chronique (faut toujours repartir de la zone 1), elle ne touche pas vraiment au rugby, ou alors de façon "générale" (je sais, c'est facile, je sors). Mais avant de sortir permet moi de te dire que ton anecdote avec Dédé est succulente. Je connais Jean Jouglen quand il jouait centre avec Patrick Nadal. Plutôt un défenseur qu'un attaquant. Intelligent mais pas très rapide. Sacré Dédé...

      Supprimer
    2. As-tu, Charles, été voir l'expo des frères Boni au musée de la Chalosse. Si non, ça ferme fin octobre. Cours-y vite, le bonheur est dans l'avant.

      Supprimer
  61. Bonsoir,
    Sacré merdier que la mêlée, où que plus personne comprend vraiment comment ça marche, comment ça devrait marcher, comment faire pour que ça marche. Je viens de lire les belles phrases du sieur Mannix, ci-devant manager de la Section Paloise, ça m'a laissé béat et pantois, il analyse la mêlée du Stade Français avec le nombre d'introductions pour eux et le nombre de ballons qui sortent en rapport, et les chiffres des adversaires du Stade Français, également très précis, mais s'il en cause « c'est pas pour critiquer » !!!!! …... Et puis ….. Concernant son équipe, il a cette phrase abracadabrantesque « Je n’ai pas nos chiffres en tête, mais pas beaucoup de ballons sont sortis cette année » Hallucinant. On apprend aussi « que tout le monde (??) est au courant et en parle » (de ces problèmes récurents en mêlée) mais « que c’est mieux qu’on ferme tous notre gueule et qu’on bosse correctement ». Et bien ça c'est une idée qu'elle est bonne, et je pense qu'il serait très judicieux que les acteurs -entraineurs, joueurs, arbitres- mettent ces jolis principes en application plutôt que se répandre dans les médias.

    RépondreSupprimer
  62. Re-bonsoir
    Je viens de regarder un peu Agen/Biarritz d'hier, hé bé !!!! C'est bourrin quand-même, hein, rien qui te soulève vraiment, des fautes de main incroyables pour des gens dont c'est le métier de jouer avec les mains, des cartons de toutes les couleurs, à croire que les arbitres n'ont plus que cet argument pour diriger une partie, ce qui à mon humble avis révèle simplement leur totale perte de maîtrise sur les reencontres qu'ils ne dirigent plus, mais tentent tant bien que mal de faire en sorte qu'elles aient l'air -sinon la chanson- du spectacle qui est vendu en package avec la pub-annonces-experts et vautours de toutes sortes tout autour.
    Mais à la vue de cet inepte spectacle (pour le rugby, on repassera ….), quelques réflexions si vous le voulez bien, que vous aurez d'ailleurs même si vous ne voulez pas :
    -La mêlée mérite assurément son nom, seul bémol le terme de « mêlée ordonnée » lui, semble obsolète. Devant la bêtise qu'est devenue cette pourtant si belle phase de jeu, je voudrais vous proposer quelques pistes : pourquoi ne pas appliquer quelques règles simples, à savoir pas de mêlée refaite, ou on joue ou faute (il y a 3 arbitres pour voir les fautes !!!), 3 coups-francs à la même équipe carton jaune au dernier fautif ou au capitaine, 6° faute carton rouge idem (l'arbitre vidéo au chômage 80% du temps peut bien comptabiliser les fautes), limiter la progression sur poussée en mêlée à 5m, au-delà sur ordre de l'arbitre on joue ou on est pénalisé (ça permet sur mêlée à 5m de pouvoir marquer un essai).
    -La passe, geste si simple, mais qui semble aujourd'hui tellement difficile à effectuer, à croire que le développement des biceps, triceps, deltoïdes et autres muscles -qu'on ne soupçonnait même pas- affectent des blocages psycho-physico-comportementaux qui empèchent le joyeux laboureur du rugby pro de quitter son sillon qui le mène inéluctablement à l'enlisement au lieu de prendre la poudre d'escampette en débordant sur les côtés du pré où pourtant l'herbe est plus verte. Donc la passe, passe à droite, passe à gauche, passe vissée, passe sautée, la passe et bin savent plus la faire les gladiateurs du stade, remarquez z'ont pas le temps non plus de faire des passes on le comprend bien dans des schémas de jeu qui ne vont pas plus loin que le premier temps de jeu bim/boum/pan/contact/percu, après lequel on envoie (on passe pas hein, on envoie) un autre premier temps de jeu de bim/boum/pan/contact/percu. La passe mon bon c'est une offrande, Jean Trillo a un petit texte magnifique sur la passe, passe de Codor à Charvet en finale la vie d'avant, passe de Dédé à Guy la vie d'encore avant, passe de Maurice à Roger encore avant, passes et passes de ballons sur les pelouses, ivresse des courses, beauté de je te donne tu reçois et de passe en passe conquérir la terre promise sans jamais tomber dans l'impasse, la passe comme le bâton de Moïse -selon la légende- ouvrant les défenses et les murailles et les océans, passe de mon enfance, passe témoin de vie d'amitié de partage d'amour, mais qu'est-ce qu'ils font de toi !!!!!!!!!!!!!.
    -Calendrier : coupe du monde tous les 4 ans, pourquoi ne pas décider pour la saison précédant et la saison pendant cette compétition de figer les championnats de France (pas de descente ni de montée FLOP.14 PRO.D2), de ne pas organiser de tournées hémisphères nord/sud l'année de la coupe du monde, pas de coupes d'Europe non plus cette même année ??? Et les sous, le pognon, les fifrelins, les bénéf's, les intérêts, j'entends les hurlements .......
    Voili voiça juste un peu de remue-méninges, sans doute pas la panacée, m'enfin on ne peut pas continuer à ingurgiter ce spectacle indigne sans essayer, à tout le moins, de l'améliorer, et retrouver cet émoi et ce frisson que jusqu'à ce jour je ressentais devant ce joli défi de 15 contre 15 le ballon au milieu. A de vous lire

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Rien a dire a part que tu as raison , malheureusement ... Par contre je te trouve un poil masochiste que de t'enfiler en différé Agen Biarrtiz, bon en même temps il faut creuser le sujet pour pouvoir en parler
      Sur les mêlées le top 14 à l'air d'être un cas particulier entre le nombre de mêlée jouées et le nombres de sanctions en découlant
      A mon humble avis on en fait une obsession maladive . C'est devenu le grand sujet de discorde , c'est culturel dit on ! Encore l'exception française ...
      Pour la musculation là aussi on voit bien où on a placé le curseur , costaud pour défendre , casser les défenses en affrontement direct ....
      Pour la faire courte c'est la course a l'armement pour un type de jeu bien spécifique ! Si comme je le comprend les jeunes sont formés pour pratiquer ce type de jeu et on est pas au bout de nos peines !

      Supprimer
    2. Si j'ai bien compris, Agen/Biarritz à la main, du jeu vilain. En mélée, ce qui cloche c'est "ordonnée", mais j'dis rien. J'me préserve, comme Simon. Une passe sinon rien, à la casse dans l'impasse et tu trépasses. Et un laissez passer ??

      Supprimer
    3. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

      Supprimer
    4. D'où la grande leçon All Black administrée par Dan Carter : travailler les fondamentaux, encore et toujours, la passe, la réception de passe, le jeu au pied, structurer le jeu sans perdre l'instinct "sur le terrain, l’opportunité qui se crée dans le jeu, c’est souvent celle que vous n’aviez pas prévue. Il faut la saisir, c’est ça l’instinct. Et c’est très lié à la confiance qu’on a en soi." ... je crois qu'on a plus ou moins fait le tour du sujet ici mais c'est tellement bon qu'on en reprend toujours une bonne rasade . On voudrait bien lui trouver des défauts à Mr Nice Guy mais y'a pas moyen ; la perfection au masculin, Gentleman Dan quoi !

      Supprimer
  63. Et concernant Michalak comme toi il m'a fait bondir et je me suis enfin et puis il y a eu 2003 ...
    Donc c'est pas une une pointe de vacherie c'est une pointe , que dis-je une enorrrrme frustration qui confine à la déception ! Je sais c'est de ma faute mes attentes étaient trop élevées
    Il avait du génie , beaucoup de talent , trop peut être ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. On lui a trop laqué les miches, jeune. Et il a grillé son talent. Faut pas trop chauffer, ça se mange rouge les p'tits magrets de canard. Au pire, on peut toujours le finir en bombine (recette ardéchoise plat du pauvre toutes sorte morceaux de viande avec dés pommes de terre, lardons, carottes, oignons, bouillon, thym et laurier... ah quand même !). Donc au LOU, des lauriers, roses, pour pêter dans la soie ?

      Supprimer
    2. Ouh là ça fait envie cette recette ardéchoise
      Avec quoi on accompagne ?

      Supprimer
    3. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

      Supprimer
    4. Une Syrah septentrionale bien sur, un moulin à vent voire un morgon, un médoc

      Supprimer
  64. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Etrange cette gestion du capitanat par le staf du MHR : faire tourner 4 capitaines. Sont tous si charismatique que ça ? C'est une distribution de récompense aux meilleurs chevaliers ou une nouvelle mode, sauce sudaf bien sur ?

      Supprimer
    2. ...surtout que la limitée légale pour les capitaines, c'est trois ! Demande à Georges : https://www.youtube.com/watch?v=L17rrZ-khMA

      Supprimer
    3. Vu le droit de vie ou de mort des coatéches vociferant oreillétisés sur tout ce qui respire à l'intérieur de la talenquère , sont à peine Maréchaux des Logis Chefs ( désolé, j'ai vaillamment défendu la patrie en buvant de la bière dans l'artillerie, les grades, c'est le seul truc qui me revient, avec le culte des teutonnes, quand même ), peuvent en décréter un wagon, ça bousculera pas la planète, non plus.
      Allez Chevreuse

      Supprimer
    4. quand je pense à l'IMMENSE Sergueiev, le capitaine de l'USM qui virait du vestiaire les coachs ou entraineurs bien avant d'entrer dans le couloir....

      Supprimer
  65. Fô pas faire des trucs comme ça, Nini, ou alors avec des lunettes especiales, sinon tu vas te brûler les yeux!
    Allez Fredo, belle p'tite carrière quand même, pas né au bon endroit, on peut pas tout avoir, t'es meilleur que Dan dans la pub.

    RépondreSupprimer
  66. Bonjour, pour le match SUA/BO pas de folie non plus, je n'ai visionné que des tranches du match, au départ je savais déjà que je n'allais pas déguster un grand cru, m'enfin de là à s'enfiler une telle piquette !!!!! Ce matin je survole les résultats et articles sur les autres rencontres d'hier PRO.D2, bin question jeu on ne parle que de buteurs et leurs pénalités à foison, de déchet énorme dans le contenu, de défenses en place et quand-même parsemés de ci de là quelques essais qui nous rappellent qu'il s'agit à ce jeu -aussi !!!!- de marquer des essais. Les promus, Vannes et Soyaux/Angoulême, font fort hein, regardant les compositions d'équipes je m'aperçois que leurs résultats semblent plus être l'efficacité d'agents recruteurs actifs dans les réservoirs hors-hexagone que celle de la formation et des filières idoines. Juste une constatation, on est content pour eux en lisant les résultats, mais bon on n'y arrivera jamais quoi, en plus ça doit coûter bonbon à pas mal de gens, y-compris les collectivités locales, ce jeu vaut il une chandelle ???
    Alors c'est vrai comme dit plus avant par d'autres que l'on radote un peu, mais ce n'est pas en subissant que tout ceci va reprendre formes humaines, donc s'indigner est aussi une belle soupape.
    Allez quelques heures encore pour voir la frégate du CAB envoyer par le fond le vaisseau ASR, les héritiers de J.GUITON et G-V DUPERRE vont pas nous refaire l'histoire, Coujou un jour Coujou toujours, en plus l'Arnaud de Gariguette sera de l'abordage, allez hissons le grand pavois et sus aux envahisseurs, coulés dans la Corrèze pour un retour en barquettes dans leur rade entre les tours de Saint-Nicolas de la Chaîne et de la Lanterne ... Bon match aux 2 équipes quand-même, allez CAB !!!!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je sais pas sur quelles gammes ils jouent les pianistes recruteurs en D2 pour trouver leurs déménageurs, mais quand on voit les résultats actuellement c'est surprenant. La aussi c'est ouvert. Et si les équipes se mettent au diapason du T 14. Bon, je vais chercher le "la" des blacks...

      Supprimer
  67. Match passionnant ou les enjeux seront plus important "Côté Ouvert" ! Est ce que le Coeur l'emportera sur la Raison ? Réponses mi Gaga mi Méla mi Riri mi Nini

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ou peut être un jeu de mélasse qui rendra pas gaga.

      Supprimer
    2. Sinon on se rochellise ou on se brivise ??

      Supprimer
    3. Comme dirait Charles, la blonde ou la brune ? Par égard pour notre hôte j'aimerais match nul pour le score final bon évidemment .... une petite tendresse pour qui vous savez ! Et surtout pas de blessés et du jeu ! allez les hommes !

      Supprimer
  68. Le meilleur maintenant AB AFS 😉

    RépondreSupprimer
  69. Réalisme boks 2 incursions un essai une pénalité c'est le moins pire

    RépondreSupprimer
  70. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
  71. Commentaires de Deltéral sobre et efficace appréciable sans vociferer

    RépondreSupprimer
  72. Comme l'Argentine ça sent la marée montante

    RépondreSupprimer
  73. Match complet quelques scories dans les passes et un Coles au sommet j'ai senti qu'ils en avaient encore sous la semelle

    RépondreSupprimer
  74. Combien de temps GN va t-il résister ? 49, 51 minutes .... nous sommes à des années lumières d'un jeu aussi huilé et je ne parle pas de nos joueurs par fatalisme ... les 3 nations de l'hémisphère sud etrillées ... le gouffre est énorme. ..peut être les rosbeefs capable de contester l'hégémonie AB

    RépondreSupprimer
  75. Est ce que vous avez remarqué sur nz/afs cette façon football américain de tenir l'adversaire dans son camp . Une habitude afsud.
    Trop forts les nz
    Pour les passes , quand vous avez de défenses aussi serrées et des 3ieme lignes qui courent plus vite que des 3/4, je ne suis pas sur que nos anciens joueurs auraient aussi bien exécuté leurs passes d'où ils proviennent.
    C'était mourad qui avait dit quand je regarde les matchs en noir et blanc, j'ai l'impression qu'ils jouent au ralenti.
    Et je suis complètement d'accord.
    Il est plus facile de faire de belles passes sans pression et au ralenti qu'au rythme actuel.
    Donc je vois les joueurs actuels je n'aurais pas tenu 3 plaquages ni le rythme pendant 15 minutes

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Les entraînements étaient moindres et la musculation anecdotique et l'esprit pro n'existait pas ... aujoud'hui on ne travaille pas le foncier hélas nous manquons cruellement de rates. ...

      Supprimer
    2. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

      Supprimer
    3. Oui, peu de comparaison possible tant le physique à explosé. Mais le premier P, celui de la cadence, de la vitesse, reste leur priorité.
      Celui qui jouera aussi vite qu'eux gagnera une fois de temps en temps; Pour ça il devra accepter qu'à puissance égale le facteur vitesse passe avant celui de force dans le travail en salle.
      Allez, et souvenez vous de la règle des 3P, Rythme, Soutien, Conquête 😀

      Supprimer
  76. On en vient à accorder plus d'attention à la plus ou moins bonne résistance de leurs adversaires qu'à la performance routinière des All Blacks. Quand il le faut - et pas n'importe quand - leur pack essore les Argentins et les Springboks... Y a trop de leçons, on retiendra pas tout. Surtout pas la vitesse, car pour jouer vite, il faut d'abord maîtriser un tas de trucs inconnus.
    PS. Quand je serai grand, je serai Ben Smith.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ouaip, Charly, on dit vitesse par soucis de simplification mais c'est plus compliqué.
      Disons juste que quand tu as un temps d'avance, ça aide, ça donne confiance, tu peux travailler la technique individuelle et collective serai ne ment.
      Allez Charles Ben ( perso j'aime bien Georges )

      Supprimer
  77. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

      Supprimer
    2. Jan Lou, la règle des trois P, dont j'ai eu l'occasion de discuter avec l'un de ses inventeurs, Fred Allen (l'autre était Charlie Saxton, en fait le vrai créateur, Allen étant le vulgarisateur), repose sur le triptype : position, possession, pace, soit position, possession, rythme. Dans cet ordre-là. Position en attaque, en défense, et au soutien, cad où se placer à chaque fois dans le jeu statique et dynamique ; possession du ballon dans les phases de conquête directe et indirecte, y compris le jeu au pied. Et enfin et surtout le rythme. Saxton écrit : accélérer à la prise de balle et au plaquage, ne jamais ralentir pour passer le ballon, vitesse partout (pour aller au ballon, au soutien, en couverture, en attaque, en défense...) Vitesse d'exécution et de déplacement, donc.
      Il faut croire que les All Blacks (en fait, All Backs (tous arrières) sans un correcteur de presse anglais) n'y dérogent jamais depuis les années 60...

      Supprimer
    3. Oui, Ritchie, à peu près d'accord,il s'agissait surtout d'un private joke avec mon vieux mentor Dédé, les 90 's pimpantes ( qui nous lit régulièrement ) .
      S'agissait bien sûr de trouver des mots sans P, faire rigoler les pré ados boutonneux, qu'ils impriment aussi. Ça a marché.
      A peu près d'accord , ah bon !
      Ben oui, depuis Saxon beaucoup sous le long nuage, mais pas que, ( le boss des Cheetahs nous le confirmait, me demande pas son nom, imprononçable ) Placent le Pace en Premier
      Allez les 3 R ( Rugueux Retraités Rugbymens )

      Supprimer
    4. Saxton, bécasse, intuitive de M..

      Supprimer
    5. Et depuis c'est toujours la même Sainson. Puis la magie retombe quand on voit les rouges et noirs à la peine, à la baisse comme Dussautoir et consorts. Plus un jeu de mains mais bien un jeu en vain, les toulousains, bien vu l'Equipe. Et trop de fautes qu'on risque de voir sur un certain nombre de match pour cette journée. J'ai vu UN beau geste, de Médard sorti de léthargie qui rentre sa course pour servir Pérez (qui doit se faire chier...) venant bien à hauteur. Les 3 P sont pas à l'ordre du jour pour l'instant.

      Supprimer
    6. si nous on a les 3 P : pluie, pluie, pluie

      Supprimer
  78. Bon allez, je me prépare pour Brive - La Rochelle. On part avec le pack B. Mais un gros banc. Il y a de la stratégie dans l'air...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Allez La Rochelle !
      Bernard Landais Rochelais

      Supprimer
    2. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

      Supprimer
    3. Espère qu'il n'y ait pas un gros blanc pour sortir un plan B !

      Supprimer
    4. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

      Supprimer
    5. Un gros banc pour un club ancré dans un port c'est hil hareng

      Supprimer
    6. Ritchie, un vrai marrant de la Baltique !

      Supprimer
  79. gros banc, gros plan, plan B ou C ou D, l'en faudra plus pour couler le voilier du CAB, allez maintenant ça va être l'heure, pas besoin d'échauffement suis déjà tout chaud bouillant, premier jus de houblon déjà armé, prêt à m'égosiller allez Germain Méla, allez Méla, mais Méla quoi !!!!!
    Ils partirent avec le pack B
    Les A sur le banc en souffrance,
    Affichant sur les écrans une mâle assurance.
    Ils partirent le pack B huit mousquetaires,
    Espérant du coach par un prompt renfort
    Venir les secourir si ça tapait trop fort,
    Mais à voir marcher ce CAB avec un tel visage,
    Les plus courageux abandonnaient tout courage,
    Car ça soufflait dru dans les coursives
    Plan B plan A plantée la goélette d'Aunis !!!!
    Bon .... Assez ri place au jeu et qu'il y en ait du jeu !!!!!!!!!!!!!! Allez CAB

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Les histoires d'amour finissent mal en générale.
      Germain : de chez nous puisque romanais. Son père jouait centre aussi à Romnans

      Supprimer
    2. En parlant de centre à damier, t'as du connaître Hervé Menu, un p'tit gars de chez nous qui a fini une belle carrière du côté de Guillermoz ?
      Allez Chevreuse

      Supprimer
    3. Oui, je m'en rappelle. Jouait Centre voire ouvreur il me semble. Doit être à peu près de la génération du père à Germain.

      Supprimer