lundi 21 novembre 2016

Small Blacks

Dès leurs premiers pas un ballon de forme ovale entre les mains, les petits néo-zélandais se retrouvent, filles et garçons mêlés, dans un cadre construit pour privilégier le plaisir du jeu. Car au pays des All Blacks, tout est fait pour que le jeune pratiquant tombe amoureux du rugby. Et qu'il y demeure fidèle pour le restant de son existence. Voici ce qu'écrit, entre autres, Ian Borthwick dans son magnifique et récent ouvrage sur le rugby néo-zélandais.*

Sport de combat collectif, surtout ne jamais oublier que le rugby est aussi un jeu de passes. Tout y est question de timing. Quand concentrer la défense ? Comment l’étirer pour mieux la franchir ? Cette alternance est la marque des grandes équipes, les multiples tests-matches nous le rappellent dans l'effervescence d'une méga confrontation Nord-Sud qui fascine et fédère pendant trois semaines en novembre.

Spécialistes, commentateurs, consultants, supporteurs, chacun se targue d'avoir encouragé une équipe de France pleine d'allant, d'envie, de talent, d'esprit, bordée d'initiatives, prête à tous les défis offensifs. Moi j'ai vu une demi-heure pendant laquelle elle a été surclassée dans le mouvement par une équipe bis australienne qui récitait sans faute son rugby fait d'angles de courses, de soutiens et de prises d'intervalles, une équipe de France s'en remettant à un drop-goal de son troisième ouvreur, le gaucher Camille Lopez, pour l'emporter in extremis, sans penser qu'il fallait lui porter le ballon côté droit par des rucks afin de lui ouvrir l'angle de tir...

Quand on voit l'arrière tricolore Scott Spedding vendanger  - sans même s'en souvenir une heure plus tard - un «cinq contre deux» gagnant plein champ en toute fin de match, samedi dernier, face à l’Australie, quand on regrette une fois de plus le ballon conservé par le centre Wesley Fofana dans le «money time», côté tribune officielle, alors qu'il avait un partenaire à droite et un autre à gauche, on ne peut que penser à l’action magique Barrett-Perenara distillée quelques heures plus tôt à Dublin pour le doublé de Fekitoa dans les derniers instants d’un furieux Irlande vs. Nouvelle-Zélande !

Tactique et stratégie pèsent dans l’approche et le déroulement d’une rencontre de haut niveau mais ce qui fait la différence, le moment où penche la balance du score et du destin, quand tout est serré, intense, fermé, c’est toujours et encore la technique individuelle. Regardez les passes dans le dos, ces ballons qui arrivent à l’épaule ou dans les chaussettes, et comparez-les aux prestidigitations qui déverrouillent les situations considérées comme inextricables. Que voyez-vous ?

Le rugby est une chanson de gestes, une scansion d’actions, un tableau de traits lumineux, contrastés, pleins et déliés. Dans ce domaine du micro-mouvement multiplié à pleine vitesse, les All Blacks sont maîtres du temps, de l’espace et du contour. Dès l’âge de cinq ans et jusqu'à onze ans, ils sont encadrés par des éducateurs formés en amont par les meilleurs techniciens nationaux. Pas de score, pas de championnat ; des catégories de poids, filles et garçons mêlés ; interdiction de jouer au pied et de plaquer. Tout le monde doit participer, personne ne reste sur la touche, même le plus maladroit, le plus chétif : l’équipe type n’existe pas. Cette vision édénique se nomme «Small Blacks», ou comment parvenir à ce que chaque petit kiwi s’identifie aux doubles champions du monde.

Les rugbymen en herbe passent ensuite en milieu scolaire, collège et lycée, là-aussi entraînés par des techniciens passés par le tamis fédéral, diplômés puis convoqués chaque saison pour être réévalués par l’élite du rugby kiwi. Priorité est donnée, encore, à la technique individuelle. C’est ainsi que les deuxième-lignes Brodie Rettalick et Sam Whitelock, références mondiales au poste dans un pays qui a vu naître Colin Meads, Andy Haden, Gary Whetton et Ian Jones sont capables de se comporter comme le meilleur des demis d’ouverture si la situation de jeu l’exige.

Ce jour de 1983 où je l’interviewais, le grand attaquant bayonnais Jean Dauger qui savait être poète m'expliqua qu'«une équipe, c’est un corps. La main ne fait pas ce que font les yeux, la tête, les jambes, le cœur… Chaque joueur a un rôle à jouer dans le fonctionnement du corps. Le créateur, c’est l’homme complet, il est ce corps. Plaquer, courir, percer, donner, attraper, recevoir, marquer, faire marquer, jouer au pied…» En voyant Beauden Barrett irradier de son talent l’Aviva Stadium, j’ai immédiatement repensé au propos de ce géant de la pensée ovale. Ils m’accompagnent souvent.

Ce samedi-là, disposé à m'éclairer, Manech avait ajouté : «Le don de l’improvisation donne la possibilité de créer dans la liberté, en dehors de toute contrainte. La recherche de la liberté par le corps chez les rugbymen et dans l’œuvre d’art pour l’artiste est libre de toute contrainte. L’art comme le rugby doit arriver au dépouillement, à la simplicité, au naturel, à la beauté.» Samedi soir, au Stade de France, à la nuit tombée, créée par des Tricolores qu'on espère enfin libérés de tout complexe et des All Blacks fidèles à leur identité, c’est bien une œuvre d’art que nous attendons tous.
* «All Blacks, au coeur de la magie noire», de Ian Borthwick. Préface de Thierry Dusautoir. Editions Hugo Sport.


200 commentaires:

  1. Bonjour à tous, tu soutiens à la plus grande raison que la technique individuelle est plus que primordiale elles est comme on dit en math une CNS pour operer à haut niveau. Je m'excuse auprès de ceux qui ne le voient pas jouer de revenir sur Iribaren. Bien evidemment j'ai regardé en entier Brive-Pau, et j'ai encore vu, la passe tendue de 10m ou plus, pas la passe courbe de Machenaud par exemple...., la passe juste où il faut, son jeu au pied du gauche millimétrique, sa défense, avec lui faut pas compter sur attaquer ou foncer dans la zone du 9, ça ne marche pas.Plus ses courses-placements. Je vous l'avoue aussi, mes yeux ont presque coulé, de rage, de ne pas le voir operer dans la sélection nationale, a t il fait des misères à GN quand il était à Toulouse? Richard aide nous....

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Iribaren c'est ton gendre ou petit fils ? rire presque trop vieux 26 ans ... laissons la place au jeune Dupont insolent de facilité, de technique et de rapidité

      Supprimer
    2. Pas faux, Tautor... Georges, désolé, mais avant de prendre Iribaren, y'a Dupont, Pélissié, Paillaugue et Escande. Cdlt

      Supprimer
    3. Des numéros 9, nous en avons une collection en France, tous très bons (pas excellent), ce que nous cherchons, c'est des éjecteurs très rapides et surtout qui ont une vivacité mentale et une analyse de la situation hors du commun. Je ne suis pas sûr que nous en ayons tant que cela. Les seuls qui seraient pour moi aptes à être à ce niveau et je suis d'accord avec Ritchie et Tautor, ce sont Serin et Dupont.
      Ce n'est que mon modeste avis
      Le Gé

      Supprimer
    4. Ah oui, et les 2 Laurent ils n'y connaissent rien... ils lui ont fait un pont d'or plus autre chose

      Supprimer
  2. Ernst disait "l'art est un jeu d'enfant" certes et Socrate disait " le travail réclame l'élite des humains". Autant dire que pour arriver au sommet de la pyramide comme Beauden Barrett, le travail fut une constante avant de parler d'art. Aujourd'hui l'édifice structurel et hiérarchique du rugby français nous permet-il de rivaliser avec la référence des "Small Blacks"? La réponse ne peut consister, par courtoisie ou par félonie, à parler avec un verre à moitié plein ou avec un verre à moitié vide. Disons tout simplement que la décadence du rugby français n'est pas le fruit de la grippe saisonnière mais d'un mal plus profond dans lequel on s'est englué par confort, par égoïsme et par fatalisme. Il est évident que notre tissu rugbystique est loin d'être soyeux faute d'ouvriers qualifiés, faute de ne pas avoir su anticiper les progrès de la technique et faute de ne pas avoir été à l'écoute de la jeunesse et des chamboulements sociétaux. Out le rugby à l'école, out les jeux dans la rue ou dans le pré, out la lecture, out l'éducation, out l'effort et la discipline .... place aux jeux visuels, à la musique sur les bonnets d'âne, aux loisirs, au cannabis, etc. formes nouvelles de concept médiocratique ou les valeurs sont balayées pour faire place à du vernis. Reconstruire le "French Flair" va prendre des décennies car très tôt l'enfant est éveillé aux plaisirs multiples et variés. Il suffit de s'en convaincre en regardant les catalogues de Noël et d'aller dans les grandes surfaces. Tout est fait pour le loisir et la nonchalance. Demander à un gosse d'aller faire du vélo, d'aller courir, d'aller marcher en montagne vous allez passer pour un tortionnaire ou un décalé du XIXe. Jadis, en pension chez les curés l'été, pour parfaire mon indiscipline scolaire, il y avait un homme, aussi doux que pugnace, le père Laguillony qui vous faisait lever tôt le week end pour aller crapahuter sur les sommets pyrénéens et qui dans la semaine vous donnait comme seconde leçon de vie un ballon de rugby pour faire pénitence. Le plus fainéant s'y filait sans rien dire et nous arrivions par l'effort, la discipline et la joie du groupe à faire une merveilleuse équipe. J'ai eu un instituteur Mr Béquié, joueur du Stade Beaumontois, qui passait son temps libre avec les gamins du temps de Marceau Ambal. Pour vous dire, qu'avec quelques bénévoles, curé ou pas, mais amateur de sport, de dépassement de soi même, les enfants étaient ravis de jouer. Bien belle la définition de Jean Dauger sur l'équipe et les qualités intrinsèques à chacun mais faut-il encore avoir en mémoire que le rugby nait du cerveau et qu'un cerveau ça s'éduque ce qui est loin de faire l'unanimité.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Belle intervention, Tautor ! Eduquer le cerveau, le plus important de nos muscules. Tellement d'actualité !!!

      Supprimer
  3. Je n'ai pas résisté excusez moi
    Le propriétaire d’un cirque a passé une annonce pour trouver un dompteur de lion.
    Deux personnes se présentent : un homme de bonne présentation, retraité, de près de 70 ans, et une blonde spectaculaire de 25 ans.
    Le patron du cirque, reçoit les deux candidats et leur dit :
    - "Je n'irai pas par quatre chemins : Mon lion est très fort et a tué mes deux derniers dompteurs. Ou vous êtes très bon ou ça ne durera pas une minute !
    Voici l'équipement : le banc, le fouet et le pistolet.
    "Qui veut commencer ? "
    La blonde dit : "moi j'y vais."
    Elle fait fi de l'équipement, du fouet, du pistolet, et entre rapidement dans la cage.
    Le lion rugit et court jusqu'à la blonde.
    Quand il arrive à moins d'un mètre, elle commence à se déshabiller et reste complètement nue, montrant son corps superbe. Le lion s'arrête immédiatement !
    Il se couche devant elle et lui lèche les pieds.
    Petit à petit il se relève et lui lèche tout le corps pendant un long moment !
    Tout y passe, les cuisses, les fesses, l'entre-jambes, les seins, le cou, la nuque, etc.
    Le patron du cirque n'en revient pas et dit :
    - "Je n'ai jamais vu ça de toute ma vie !"
    Il se tourne vers l'ancien et lui demande :
    - "Est-ce que vous pouvez en faire autant Monsieur ?"
    Et l'homme lui répond :
    - "Bien sûr... mais d'abord, sortez le lion !"

    RépondreSupprimer
  4. une Australie bis ? sans rire ? je ne sais qui le premier les a qualifiés ainsi mais vu notre passif contre ce pays, on aurait mieux fait de la jouer sur la retenue ?
    je note surtout, au delà du constat sur les difficultés rencontrés dans le jeu, un "problème" autour de l'arbitrage des ces rencontres :
    non, pas de grand complot contre nous (bien qu'un essai acrobatique mais invalide nous coute le match) mais un constat : le nord et le sud ne voient pas la mêlée de la même façon et là où nous y allons pour marquer l'adversaire (les commentaires de FG étaient désolants sur ce point) et obtenir une pénalité (que le règlement IRB prévoit) les sudistes n'y voient qu'un lancement de jeu comme un autre. Les piliers en mousse de l'Australie ne l'ont pas empêchée de gagner ce match parce que 1/ il y a 10 mêlées pour 150 rucks (ils ont donc clairment choisi leur zone de combat et nous ont fait la misère) et 2/l'arbitre NZ a fait de l'arbitrage sudiste : le ballon peut se jouer, jouez le, je me fout de savoir que les "goldens" aient écroulé la mêlée dans leurs 22, s'effacent à chaque fois, etc...
    On a manqué d'adaptation, focalisés que nous sommes par le "jeu" du "meilleur championnat du monde".
    On s'est déjà fait avoir contre l'Irlande (il y a 2 ans je crois) par un arbitre NZ qui nous a "vendangé" un essai de pénalités qu'on recherchait à coup de mêlée à 5 enfoncées parce que le ballon étant dans les pieds du 8, on pouvait le jouer et tant pis si toute la première ligne allait manger du trèfle.
    On aurait du s'en rappeler, ne pas s'entêter à les enfoncer (on l'a fait tout le match et pourtant ils étaient devant au score) et la jouer vite : on leur avait déjà mis 3 essais construits sur du jeu rapide (soit autant que les 4 années précédentes ...) Et au pire, on avait de quoi placer Lopez dans une meilleure position que celle qu'il a prise.
    ces 3 essais me font aussi dire que finalement, quand on les cherche, on les trouve les joueurs français capables de jouer debout, de se faire des passes (même les avants).
    Mais l'écart avec les NZ existera toujours : on ne joue pas au rugby à l'école.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. je rajoute juste une petite chose, même si le rugby se joue à l'école et la philosophie de jeu ne change pas, "le gros tu prends la balle et tu fonces dans les petits". Rien ne changera.
      En revanche, si seulement, dans les écoles de rugby, nous avantageons la créativité plutôt que la musculature (ou la taille et le poids). les joueurs changeront et notre rugby triomphera.
      Le Gé

      Supprimer
    2. Pour passer mes WE à "pousser" des petits taillés comme des allumettes, je ne peux que souscrire !! On voit encore trop d'éducateurs privilégier les gros cubes plutot que la recherche des espaces

      Supprimer
    3. Si peu à l'école, de moins en moins, mais sûrement pas (à ma connaissance) "le gros tu prends la balle et tu fonces dans les petits"
      Cf par exemple: http://ballovale.chez.com/

      Supprimer
  5. Mes bons amis,

    "La personnalité créatrice doit penser et juger par elle-même car le progrès moral de la société dépend exclusivement de son indépendance." Albert Einstein

    C'est ce qui nous manque en ce moment dans le rugby français, c'est la personnalité créatrice. Je vous donne 15 temps de jeu ! exécutez les sans réfléchir.

    Pas de création, quand tu vois un Bauden prendre un trou, tu ne te dis pas, "il est mal Barret", tu te dis "génie" car il a crée le trou et tu sais que les créateurs qui le suivent, savent ce qu'il va faire. Car c'est avant tout aussi des créateurs. Je ne crois pas à un trouble de la société, je crois surtout à un choix de joueurs.

    J'ai apprécié le discours de Ritchie sur Speeding, il crée le trou mais que fait il après ? qui le suit ? qui l'appelle ? puisque pas dans le cahier des 15 temps de jeu. Beaucoup de français ont troué mais personne ne suivait et ils se sont retrouvés dans la souricière.

    Le rugby est comme une Valse, il en existe à trois temps ou à mille temps mais à la fin c'est les danseurs qui font la beauté de la danse, leur interprétation toute personnelle.

    "Un Rugby à mille temps
    Un rugby mille temps
    Offre seule aux avants
    Trois cent trente-trois fois l'temps
    De bâtir un courant

    Au troisième temps de la balle
    Nous jouons enfin tous les trois
    Au troisième temps de la balle
    Il y a les 3/4, y a l'amour et y a de la joie
    Et le rugby qui bat la mesure
    Le rugby qui mesure notre émoi
    Et le rugby qui bat la mesure
    Laisse enfin éclater sa joie."

    Ritchie, je n'avais pas vu comme toi les mauvaises passes de l'EDF. Mais, j'étais tellement aveuglé par le jeu proposé pour une fois que mon analyse était biaisée. Merci de me remettre dans le bon chemin.

    Le jeu de Rugby ne pourra se faire que par des créateurs pas par des robots sur vitaminés.

    Le Gé

    RépondreSupprimer
  6. La vision édénique comme son nom l'indique se nomme "small blacks". Et du coup si les kiwis murissent bien, il est plus difficile de trouver des coqs qui chantent bien, du trèfle à 4 feuilles ou plus, ou que sais je encore. La culture black pour ce sport est unique. C'est pas de l'embrigadement, plutôt une identité nationale, voire un dogme religieux enseigné dès le plus jeune âge. Chacun son truc. Nous, on est plutôt cuisine, vin, foie gras, fromages, bref, épicuriens. Ca limite la place au sport en général, et au rugby en particulier. Et je ne parlerai pas jeux vidéos et visuels de Tautor. Là par contre, la jeunesse black y est également soumise. Mais la foi du rugby reste la plus forte. Au poiint d'en être artiste par la qualité de jeu exprimée. Certes, on peut établir des parallèles. Plutôt par l'exécution parfaite de techniques, gestuelles, par la vitesse, les replacements et soutiens, créant ou libérant ainsi des espaces. Les blacks en sont capables plus que les autres. Oui, globalement. Mais il y a la place de s'y référer, de s'y tenir pour éduquer des joueurs (je ne dirais pas à l'identique, chacun sa culture de jeu) capable d'être prompts aux bons gestes, à la vision, l'anticipation du jeu. Et par là, si certains irradient plus que d'autres, tant mieux. Mais faut changer de politique, c'est sur. Une qui met la place plus large au joueur, qui commence impérativement par une VRAIE ECOLE de/du rugby et qui laisse la place à la promotion de ses jeunes. Va falloir labourer profond.

    RépondreSupprimer
  7. Bonjour.
    Pour avoir de bons joueurs de rugby, commencer dès six ans, voire dix ? Hé bien non, je ne pense pas que ce soit ainsi qu'il faille agir.
    L'enfant doit se développer en bougeant, jouant ... au début à quatre pattes, puis sur deux pour marcher et il y a le reste du corps, tout le corps jusqu'à la main.
    Et la tête ? Sans elle comment imaginer la suite pour devenir adulte ...et peut être joueur de Rugby.
    Est-il bien de formater sa fille, son fils pour devenir championne ou champion ? D'un quelconque sport ? Pour gagner sa vie ? Où pour faire comme papa ancien joueur ?
    Ce n'est qu'après avoir fait du sport individuel (athlétisme, gym où on ne joue pas) que j'ai joué au rugby et me suis régalé.
    Pour conclure; quelle est la particularité du rugby qui aura fait que nous, les anciens joueurs, préférons ce sport à tout autre ?
    Doit on imposer cela à nos enfants pour en faire les champions que nous n'avons pu être ou avons été ?

    Quand à revenir à ce que nous avons vu ce WE.
    J'ai vu une grande différence dans le jeu pratiqué. Souvent, d'un coté le soutien pleine vitesse sur le porteur de balle, de l'autre coté ce soutien n'était pas là.

    Christian.

    RépondreSupprimer
  8. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
  9. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
  10. On entend parler de verre à moitié vide ou à moitié plein; mais c'est par rapport à un type de jeu "idéal" (ou tendant à l'être).
    Je préfère comparer ce qu'a fait l'équipe de France samedi et le jeu pauvre et restrictif qu'elle pratiquait, avec pas mal de joueurs identiques, lors de la dernière Coupe du Monde.
    Samedi on meurt à 2 points en marquant 3 essais contre 2, et les aléas de l'ovale auraient même pu nous faire gagner ce match. Je n'ose pas imaginer la branlée que l'on aurait pris il y a un an en Coupe du Monde contre l'équipe qui a perdu en finale avec les honneurs, certainement peu éloignée de celle à laquelle nous avons eu droit en quart de finale par le futur vainqueur de la-dite finale.

    Alors on peut être insatisfait, quitte à ne voir que nos défauts et pas nos qualités (les australiens aussi ont raté quelques passes, nous-aussi nous avons créé des décalages et pris des intervalles).

    Rêver au rugby "éducatif" néo-zélandais, et surtout à en appliquer les principes en France, autant s'imaginer transposer la Sécurité Sociale dans les Etats-Unis de Donald Trump...

    Un dernier point: samedi dernier, le billet de Richard déplorait ce rugby devenu "de collision" en mettant les blessés français en exergue.
    Hier, il n'a voulu retenir de cette revanche verte-noire dublinoise que les (magnifiques) courses rectilignes de Beauden Barrett. Mon éternel mauvais esprit fera remarquer que lors de cette partie, ce sont pas moins de 4 joueurs (3 irlandais et 1 all black) qui ont dû quitter le terrain, et pour des blessures tenant plus à un féroce engagement physique qu'à une rencontre fortuite avec une pâquerette.
    Comme quoi, même les All Blacks savent aussi pratiquer un rugby de collision...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. "Rêver au rugby "éducatif" néo-zélandais, et surtout à en appliquer les principes en France, autant s'imaginer transposer la Sécurité Sociale dans les Etats-Unis de Donald Trump..." c'est ce que je me suis évertuée à expliquer ce weekend sur l'article précédent . Ce n'est tout simplement pas la même culture, pas les mêmes réflexes : quels parents français supporteraient de laisser leur bambin chéri ( sauf cas de force majeure s'entend ) aux mains de vilains professeurs dans des pensionnats lointains et austères ? Quels parents français accepteraient d'envoyer leur bébé de 4/5 ans se coltiner les gros de 7 ans chaque semaine ? C'est peine perdue ! Ou alors il faut ruser on va "initier" de "façon ludique" mais surtout ne pas parler d'effort ou d'engagement total ! Comment dans ces conditions d'éducation assez gnan-gnan des gosses envisager un instant qu'ils puissent devenir de féroces guerriers sur les terrains ? Le mode anglo-saxon d'éducation est plus dur, il a été conçu pour pérenniser un modèle économique libéral, fabriquer des "killers" et ça passait (aussi mais pas que) par le rugby . Les "public schools" - en fait très privées ! - n'étaient pas des sinécures pour gamins aisés, loin de là c'était souvent des lieux de souffrance et d'endurance . Ca donnait de bons résultats sur les terrains et dans les entreprises . Et des enfants pas très heureux . Nous on a choisi le bonheur . Ca peut donner des éclairs de French flair quelquefois, certainement pas des générations de winners issus de winners .
      PS : mêmes remarques que toi Pipiou sur le match IRL/AB ça a cogné trés trés sec !

      Supprimer
    2. Mais si ce n'est pas la même culture, et si le système (éducatif, économique, politique, etc...) est bâti en ce sens, on peut quand même s'inspirer des moyens utilisés; en ce sens, et sans faire preuve d'utopie, on peut parfaitement concevoir que notre propre système éducatif se donne les moyens -à tous les sens du terme- de promouvoir le "mens sana in corpore sano" que les anglo-saxons cultivent depuis longtemps (et quand bien même ce serait pour préserver un statu quo social terriblement discriminant). Pour parler concrètement, accorder moins d'importance aux "humanités" classiques et aux matières-filières exacerbées dans notre société ultra-compétitive actuelle qu'au développement total d'un individu dans sa dimension corporelle, artistique, ludique, créative, etc...
      Les anglo-saxons sont sur ce point plus pragmatiques que nous, et, par exemple, si on porte au pinacle le système éducatif finlandais chouchou de PISA, c'est qu'il allie très tôt l'apprentissage de l'autonomie (et une autonomie "participative" en mélangeant petits et plus grands) et de confortables moyens (matériels, personnels) pour la mettre en oeuvre. Nous en sommes très éloignés, sclérosés par un système éducatif (culturel ?) qui plonge ses racines dans un 19ème siècle ferryste poussiéreux, de fond raciste bouffi de bonne conscience occidentale dont on retrouve les relents encore aujourd'hui.

      Mais pour en rester au rugby et au jeu, on peut faire remarquer qu'il y a 40 ou 50 ans, les néo-zélandais possédaient déjà ce rugby "éducatif" dès le plus jeune âge, et pourtant nous arrivions à rivaliser sportivement avec eux. J'en déduis qu'il y avait encore alors des valeurs communes à transmettre chez nos éducateurs et ceux des antipodes, et qu'elles arrivaient encore à susciter, chez eux et chez nous, cette improvisation et cette liberté que chante Jean Dauger.
      Les Néo-Zélandais ont conservé cette transmission, mieux, ils ont réussi à en faire l'amalgame avec la professionnalisation du rugby sans perdre leurs racines, dans une filiation, une préservation de leur identité de jeu qui persiste entraîneur après entraîneur, équipe après équipe, génération après génération.
      Nous, nous sommes passés d'un rugby de Papa où chaque village a son clocher, son stade et son identité de jeu, à un rugby professionnel où l'argent a pris le pas sur tout le reste, où un Président de club bling bling moque publiquement l'âge d'un mythe mondial du jeu. En Nouvelle-Zélande, le président d'une province qui se permettrait de déclarer publiquement que Colin Meads ou Bryan Lochore sont de vieux débris qui ne pigent rien au rugby d'aujourd'hui serait contraint à la démission immédiate par ses propres troupes.

      Supprimer
    3. tout à fait vrai : il y a 50 ans même chez nous la transmission était encore une valeur importante ! Sur ce sujet lire le blog ami KallyVasco article "on ne peut pas connaître on n'était pas nés ! " c'est édifiant !

      Supprimer
    4. Oui, Pipiou , on (je)s' exprime trop souvent par des expressions convenues , par paresse assurément.
      Il n'empêche,nous sommes d'accord, les intentions sont la, même si les garçons peinent, par manque d'habitude.
      De toute façon, (la précédente mandature nous la prouvé avec brio ), si tu veux exister à l'international, pas d'autre choix que le jeu.
      Sinon, Miss, la fameuse éducation anglo saxonne qui t'évertue , c'est celle des classes dirigentes, hein,dont on cause, ou bien?
      Allez France

      Supprimer
    5. Pourquoi ? Il y aurait d'autres classes que les classes dirigeantes ? Ha ben ça alors ! On nous dit jamais rien ! ...

      Supprimer
    6. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

      Supprimer
    7. Pleine forme !
      Quand j'ouvre les persiennes, depuis de matin , je vois une île ou les classes dirigentes ont enfermé un Monsieur pendant 27 ans, en vain.
      Tout ça pour dire, amie, que je ne crois pas trop à culpabilité de notre education en matière de rugby, le soucis me semble plus interne.
      Nous avons peu ou prou le plus gros réservoir de joueurs, la plus grosse économie aussi, et les petits Smith, De Villiers ou Hernandez sont tout autant impactés par la frilosité des esprits dénoncée par Tautor que les jeunes Dupont.
      Non, c'est notre système, notre fédération sclérosée, notre élite dévoyée qui sont les vrais coupables.
      Allez Chevreuse

      Supprimer
  11. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
  12. Sensationnel : encore d'accord avec le père Escot, encore d'accord avec le toubib ! Sensationnel : pour une fois, pas trop d'accord avec Pipiou ! L'histoire des rencontres Afrique du Sud - Nouvelle-Zélande est une théorie de "crunches" où les AB ont joué en général le rôle de durs de durs. Mais il a toujours été politiquement correct de montrer du doigt les tenants de l'apartheid. Comme disait je ne sais plus quel avant français (Mias ?) "quand tu joues les Springboks, tu vois les muscles, quand tu joues les Blacks, tu vois les os".
    J'en reviens à Richard. En Nouvelle-Zélande, les Dauger, Boni, Crauste, Mias et cent autres (dont André Quilis bien sûr et certainement Peuchlestrade, Ambal...) feraient ou auraient fait partie d'une façon ou d'une autre de la sphère dirigeante du rugby national. Pas seulement pour être assis à la droite du père lors des banquets, mais pour inspirer le jeu et ses pratiquants, des small Bleus à l'EdF. A l'échelle ovale, ces "trésors vivants", ces "patrimoines immatériels", n'auraient pas été dégoûtés par les luttes pour le pouvoir, mais chouchoutés pour rester dans la sphère active et pensante. Du côté de Wellington (où tout n'est pas parfait), reconnaître la valeur est le premier devoir, avant même l'application des "trois P". Sous le Nuage Blanc", tous gamin de dix ans, fille ou garçon, sait qui était Kel Tremain et ce qu'il lui doit. Les futures terreurs noires, de Barrett à Squire, s'inscrivent dans une tradition de respect et d'enrichissement du patrimoine. Chez nous, non seulement les gamins portent le bonnet d'âne si justement désigné par Tautor, mais la pseudo chaîne de télévision de notre quotidien sportif se pâme devant West-Ham - Everton ou San Antonio - Chicago Bulls avant de se gausser des ploucs désargentés du rugby, "sport mineur".
    Oui, par les temps qui courent, parler rugby, c'est parler éducation, santé, formation, temps libre, jeunesse, nation. C'est, au besoin, remettre en question les valeurs officielles de l'époque. C'est parler culture.
    Méfiance les amis : encore un effort et des gens comme nous iront au goulag. (ouais, je sais, j'ai encore trop bu de café).

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. En même temps moi j'irais bien au goulag avec les gens du blog ! Sûr qu'on arriverait à rigoler un bon coup, bon peut être pas tout le temps non plus ... ok j'arrête le café aussi ;-)

      Supprimer
    2. Le goulag je ne sais pas mais les températures baissent, le niveau de ma bouteille de vodka aussi... Vous êtes passés par là ?

      Supprimer
  13. Remarquable article.
    C'est la moindre des choses que de le dire. Aussi bien dans sa phase pédagogique que dans son analyse du matche.
    Et, à l'aune de ce coup d'envoi précis et délicat, tout le reste suit...
    Au fond, comme l’Équipe dont nous rêvons et parlons constamment.
    AB

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci André. C'est aussi un plaisir que d'écrire pour des connaisseurs, des passionnés, des commentateurs talentueux aussi si j'en lis vos proses... Alors du coup on joue libéré !!!

      Supprimer
  14. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
  15. Bien sûr que ce XV de France est encore loin d'approcher les canons de beauté sudistes. Bien sûr que trente minutes durant les Tricolores ont subi le jeu. Mais moi qui paie ma place pour aller au Stade, je n'ai pour une fois pas eu l'impression d'avoir gaspillé mes euros et, oui je l'avoue bien volontiers, je me targue d'avoir apprécié l'attitude de joueurs qui, il n'y a pas si longtemps, semblaient ne savoir que faire du ballon. Y compris Spedding, à qui le rythme du match a fini par faire perdre sa lucidité

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui,je comprends. L'ambiance, aussi. La vision du stade n'est pas la même qu'au chaud devant sa télé. Ce qui était mon cas. Mais franchement je suis comme Novès, je me suis emmerdé pendant la première période, j'ai crains au début de la seconde et j'ai espéré en tout fin qu'une passe, puis une autre, puis un drop, trouvent la bonne destination. Trois détails qui coûtent une victoire. Franchement pas emballé. J'ai vu pire. Mais bien meilleur. Performance moyenne du XV de France. Plutôt d' accord avec les notes de L'Equipe, dures mais qui reflètent la réalité. Une équipe de France qui joue, d'accord, qui tente, OK, mais qui réalise peu et mal ce qu'elle entreprend. Face à une équipe réserve améliorée australienne qui n'avait pas trop envie de se faire mal. Mais après, tous les goûts sont dans la nature. Amitiés

      Supprimer
    2. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

      Supprimer
  16. Je pense, Ritchie, qu'il faut être moins dur que çà.
    Je suis plutôt d'accord avec Antoine -que je ne connais pas encore- pour penser qu'une certaine attitude, un certain frémissement existent.
    Je crois que Guy Novès part de loin et, franchement, à l'heure actuelle, je pense qu'il faut un éducateur tel que lui, avec tout son poids, pour redresser la barre. Il a déjà obtenu deux choses: un temps de travail un peu plus conséquent et un style de jeu, lié à une équipe relativement constante, qui est à mille lieux des quatre années précédentes de S.A. ou, là, je pense que c'était réellement le néant!
    A priori, tout en l'appréciant totalement et depuis des années, je pensais qu'il était trop "vieux", usé. Personnellement, j'aurais choisi quelqu'un de plus jeune, plus dans le coup du rugby actuel, style Fabien Galthié. Mais, aujourd'hui, je réalise que non. Il faut un vieux singe, un vieux grognard comme lui pour tenter et espérer redresser le bateau....Par la suite, alors, oui, quelqu'un de plus jeune, sans doute.
    J'avais parié, au vue de ces quatre années pré-coupe du monde 2015 -nombreux amis pourront en témoigner- au seul vu du système de jeu et du "spectacle" proposé, que la France ne sortirait pas de sa poule. Pas par prétention, ni pour faire du sensationnalisme, mais simplement sur des arguments étayés qu'il n'est pas utile de déployer aujourd'hui.
    Le matche contre l'Italie a été miraculeux grâce à l'absence de Parisse, entre autre. Ensuite, redescendant de Paris, vu le matche contre l'Irlande sur grand écran, à La Palisse: là, pas de quartier. Tout-à-fait normal: la raclée de base et totalement prévisible! Gros public, effondré. Inouï, pour moi, cet aveuglement.
    Le 1/4, dit à mon ami Jean-Yves, la veille, que je voyais un score du genre 60 à 10.
    Vu le matche, dans un Pub, à Saint-Brévin-l'Océan. Beaucoup de monde et quasi QUE des spécialistes. Donné mon pronostic avant le début...Foutage de gueule...Silence et incompréhension au bout...!? Pas pour moi. La note exacte: pas la note bleue du jazz, non, la note noire d'un autre blues; sans aucune exagération, ni dans un sens, ni dans l'autre. Une grande justesse. Quasiment le seul matche des 4 années S.A. ou j'ai pris un plaisir sans partage à voir un matche de rugby. Grâce, en partie, à cette addition sanctionnant sans état d'âme, et 4 ans d'errance, et un état d'illusion inouï!
    Alors,oui, comme Antoine, j'ai pris du plaisir à ce matche. De la tension, parfois de la déception, mais pas d’ennui et, par dessus tout, si les petits cochons ne la mangent pas, je crois en ce projet, je crois en G.N et à ses collaborateurs, je crois en cette future équipe. Comme Didier Deschamps pour le foot!
    Pour conclure, je vais vous dire que, pour samedi, j'ai peur.
    Autant, pas en 2015, car j'ai été voir le 1/4 juste pour vérifier mes certitudes et, enfin, en finir de ce jeu,
    autant, ce nouvel affrontement de samedi, au vu de mon début de "croyance", m'inquiète par la crainte que la petite flamme de la bougie nouvellement allumée soit soufflée et éteinte un peu trop brutalement.
    Voila mon état actuel vis-à-vis de cette équipe de France à qui je souhaite, et espère, tout le bien qu'il est possible.
    AB

    RépondreSupprimer
  17. Humm. Si j'étais susceptible je prendrais assez mal le "tous les goûts sont dans la nature", qui résonne fort comme "vous avez le droit d'avoir des goûts de béotiens de la chose."
    Mais je ne suis pas susceptible. Enfin pas ce soir.
    Allez, je vous laisse, je vais relire la bio de Chabal.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Chacun fait résonner comme il le souhaite, Antoine. On peut aussi le voir comme "nous ne regardons pas les matches de la même façon, pour les mêmes raisons, avec la même connaissance du jeu, la même expérience, la même recherche d'émotions, en y voyant les mêmes choses, etc..." Et donc autant d'approche, goût étant pris au sens de ressenti. Mais ça tu l'avais compris. C'est comme pour la musique, certains voient la partition défiler devant leur yeux quand ils écoutent une oeuvre. Je connais un peintre amateur (mon épouse) qui voit les coups de pinceaux sur les tableaux de maîtres et donc perçoit l'oeuvre d'une autre manière que moi qui n'ai jamais ouvert une gouache... Et sa vision enrichit ma perception. Ou l'inverse.

      Supprimer
    2. En fait, quand je vois un match, je vois l'articulation générale autour du ballon, les déplacements des joueurs, les replacements. Grant Fox m'a dit un jour de 90 : pour compendre un match de rugby, il faut analyser minimum trois coups à l'avance. Comme au jeu d'échecs. Et donc en prenant cette grille de lecture, je constate que les Français jouent plutôt aux dames. C'est-à-dire s'adaptent à la situation mais sans la maîtriser, l'anticiper. A la différence des Australiens, par exemple, qui se sont déplacés non pas plus vite (sont pas champions olympiques du 100 m) mais plus collectivement, preuve de leur compréhension d'ensemble et de leur maîtrise du mouvement général. Graham Mourie expliquait cela par la leecture du jeu par rapport aux angles de courses via la position du ballon. Non pas où il était mais là où il allait être dans deux voire trois actions (on ne disait pas temps de jeu, et c'est là où je m'aperçois que je suis vieux).
      C'est pourquoi je me suis ennuyé pendant trente minutes, samedi, car j'ai trouvé les Français prévisibles. Et puis m'étant goiffré avec plaisir et appétit Irlande-Nouvelle-Zélande juste avant, j'avoue que le choc était thermique.
      Le vitesse d'exécution, la qualité gestuelle, la rythme générale : l'équivalent d'une division d'écart. Mais je ne veux pas désespérer Billancourt... ;-)

      Supprimer
    3. D'accords, Ritchie, mais notre manque de rythme,de compréhension du mouvement général, on sait d'où ça vient et on le denonce depuis longtemps.
      Monsieur Guy fait avec ce qu'il à et c'est plutôt mieux.
      Je sais bien qu'qu'on a le culte de l'homme providentiel qui va sauver la patrie à lui tout seul, sans bien sur désespérer Jolimont ,( mais non pas Fillon, Jeanne la pucelle 😂), mais on part de loin quand même.
      Moi je sortais de Italie /Sud Af,aïe aïe aïe!

      Allez l'ACBB

      Supprimer
    4. Jan Lou, tu l'as vu sur quelle chaîne, Italie-Afsud ?

      Supprimer
    5. Chaîne sport Sud Af, j'étais à Stellenbosch, je te dis pas l'ambiance , lourde, des rictus et des applaudissements dépités, pire que la semaine d'avant face aux Anglais.
      Allez,fait bô à Billiancourt?

      Supprimer
    6. Hum, Ritchie, franchement, tu les a trouvés "imprévisibles", les Irlandais ?
      Pendant de longs moments, ils n'ont fait que taper (très fort, certes) dans le mur. Et les Blacks ont relevé les manches et le défi.
      Sur le jeu de l'EDF, Billancourt peut aussi préférer voir les progrès que les défauts encore présents et apparents. Comme dit plus haut, on pourra donner un avis après le Tournoi. Novès a eu un an, un Tournoi, une tournée de juin amputée de ses meilleurs joueurs (mais qui en aura révélé d'autres) et 3 gros matchs en automne pour évaluer les dégâts, reconstruire sur les ruines et mettre en place quelque chose. Vu l'ampleur du chantier, ce n'était pas de trop pour remonter la pente. Dans tous les commentaires un peu chagrins sur le jeu de l'EDF, on semble oublier qu'il y a 1 an à peine, on vouait cette équipe aux gémonies, tout juste bonne à battre sans gloire la Roumanie ou la Géorgie. Après ce second Tournoi, d'un niveau plus relevé qu'auparavant, on aura le recul nécessaire pour appuyer là où ça fait encore mal, sur tous les plans du jeu, et Novès aura non pas des comptes à rendre, mais une responsabilité à reconnaître; que ce soit lui-même pour ce qui n'aura pas fonctionné, ou nous-mêmes sur les mérites de son travail, qui se seront -éventuellement- appliqués sur le terrain.

      Supprimer
    7. Ca oscille entre "l'hiver est arrivé" et "l'été indien". Stellenbosch... La route vers Franschhoek, via Lanquedoc, une petite gorgée de Rochelle. Des Hugenots de par chez moi...

      Supprimer
    8. Pipiou, oui oui, les progrès. Formidable. Mais il y en a marre des progrès. Quand tu dois gagner tu gagnes et point barre. Tu ouvres le score, tu marques et puis pendant trente minutes tu laisses juste la lumière allumée au fond du jardin. Avant de repartir pour mourrir d'un drop foireux et de deux passes oubliées. En matière de progrès sidérants, j'ai aimé le deuxième test de juin à Tucuman. Davantage d'allant.
      Médard, Fickou, Bonneval, Serin, Bonfils et un ban de feu, Plisson, Maynadier,Pointud, Galletier... Whaou... Samedi, j'ai trouvé le XV de France plus "plan plan", moins libéré, convenu, quoi. Mais je conçois qu'on puisse s'enthousiasmer. Mais je ne suis pas supporter. Ce n'est pas mon métier.

      Supprimer
    9. Comme dirait Antoine Aymond plus haut, "Si j'étais susceptible je prendrais assez mal le "Mais je ne suis pas supporter". Et où ai-je donc parlé de "s'enthousiasmer" et de "progrès sidérants" ?
      Je ne "supporte" pas l'Equipe de France (enfin, dans la mesure où ce qu'elle fait sur le terrain n'est pas...insupportable !), je suis simplement spectateur de son jeu. Qui me donne -ou pas- et plus ou moins, de plaisir à la voir jouer.

      Mais peut-être que ta façon de voir les choses -très professionnelle- est en phase avec l'époque. N'y a-t-il quand même pas une certaine contradiction à parler plus haut de filiation, du message de liberté, de création -de poésie ?- délivré comme une passe lumineuse par Jean Dauger, et à écrire ensuite "Mais y'en a marre des progrès. Quand tu dois gagner tu gagnes et point barre" ? Ça ne déparerait pas de la bouche d'un président de Top14 dépité que son équipe n'ait pas gagné comme il s'était habitué à ce qu'elle le fasse tous les dimanches. Et le progrès, non, y'en a pas marre; c'est tous les jours que l'on en fait. C'est même la base de tout système éducatif. Même celui du rugby néo-zélandais, même pour Beauden Barrett dont son entraîneur dit qu'il grandit encore...

      Supprimer
    10. Justement, Pipiou, pour gagner il fallait passer, le libérer, créer, au lieu de foncer tout droit. Et quand arrive la fin d'un match, il faut aussi savoir trouver la façon de l'emporter (cf Wilko en 2003). Pick an go du bon côté, passe rapide et précise, drop ajusté. Il n'est pas question de progrès, là, mais de justesse. De tout pour faire un match. Un match est une histoire. D'une heure trente. Il faut savoir y mettre une dernière phrase, une dernière phase. Le progrès c'est d'y parvenir.
      Quand j'écris "marre du progrès", c'est d'avoir à repartir de zéro à chaque fois, presque à chaque match et d'évoquer le progrès effectué pour masquer l'impossibilité d'ancrer les étapes franchies. Voilà. cdlt

      Supprimer
    11. Tu es plus impatient que je ne suis indulgent, quoi...
      Je te suis sur cette idée de "repartir de zéro à chaque fois". C'était le sentiment que l'on pouvait avoir sous la direction de Saint André. Mais il me semble que l'on n'en est pas là aujourd'hui. En espérant que la défaite annoncée (et probable) contre les All Blacks samedi prochain ne justifie pas un déferlement de commentaires du style "1 an de perdu pour rien".
      Mais pour ça, on avisera samedi vers 23H.

      (Un aparté: 2003, annus horribilis pour le jeu; un rugby ultra-défensif, voire destructeur, que les 2 finalistes représentaient parfaitement. Le drop victorieux de Wilkinson en finale, symbole d'un rugby ultra-réaliste et efficace, certes, mais je préfère garder le souvenir de la créativité de Carlos Spencer ou de Michalak)

      Supprimer
    12. J'apprécie l'exigence de Novès en équipe de France. Les initiatives, c'est le SMIC, dit-il. Il a raison. La justesse technique, le timing, le bon choix, l'altruisme. Regarder, analyser, donner : j'ai l'impression qu'il manque toujours un truc à ces Tricolores. Ils analysent sans regarder et donnent, ils donnent sans regarder, il regarde sans donner, bref.
      Je ne veux pas jouer au con, mais la justesse, c'est Codorniou (pour ne parler qu'à partir de l'époque où j'ai écris pour le journal L'Equipe grand format, ce qui fait de moi vraiment un vieux). C'est Cabannes, c'est Magne. C'est Cali, Acco, Deylaud, Sella. C'est Lamaison, Ntamack, Sadourny, Benetton. La justesse, c'est Harinordoquy, Yachvili... Aujourd'hui, c'est Serin, Gourdon, Goujon, Jedrasiak, Baille, Lamerat. Ce n'est pas Trinh-Duc, ni Parra, ni Lopez, ni Spedding, ni Guirado. Sorry. Mais il faut pister les profils et s'y tenir. Normalement, l'équipe de France aurait dû ressembler au maximum à celle qui a battu l'Argentine à Tucuman en juin. Conserver une flamme. Maynadier, Bonfils, Le Devedec, Pointud, Serin... J'y reviens toujours : l'impression de repartir de zéro à chaque fois, tous les quatre mois.

      Supprimer
    13. Sur ce point, je t'accompagne sans réserves.

      Supprimer
    14. Si ce n'est pas Trinh Duc ni Lopez qui est ce alors ?

      Supprimer
    15. Plisson. Et laissons-le s'épanouir à ce poste. En plus il bute. Il doit faire quoi de plus ? Passer l'aspirateur dans le vestiaire ? ;-)

      Supprimer
    16. Si ça peut le destresser pourquoi pas -))

      Supprimer
    17. le problème majeur de tous ces joueurs premio, c'est de pouvoir jouer tous les dimanches en club, secondo, d'être performant à chaque match et non en dents de scie, tertio, que le sélectionneur ne fasse pas réciter 50 combinaisons différentes du club ce qui n'est pas forcément rentable pour la performance du cerveau et quarto, de laisser la porte ouverte à la création, fondamental pour que le joueur soit épanoui .... de trop intellectualiser un temps de jeu rend le ballon gluant et le joueur plus idiot qu'il n'y parait ..... Arrêtons ce jeu à la "panzer division", plus destructeur que rénovateur, similitude du top 14, ou Von Rundstedt, brillant tacticien, a perdu faute de carburant entre autres choses ... Enfin, in memoriam, je citerai Cimarosti, 3/4 centre du FC Lourdes et du CO, créateur né, qui n'a pas eu une carrière internationale à la hauteur de son talent.

      Supprimer
    18. Ritchie, tu parles de Plisson.
      Je n'ai pas de tendresse particulière pour lui et pour son jeu, mais oui, j'ai regretté que Novès non seulement ne le garde pas, mais lui enlève publiquement une forme de confiance.
      Mais pourquoi donc Novès fait-il comme tous ses prédécesseurs ont fait avant lui ?
      Justement parce que, comme les autres, il est soumis à une pression systématique du résultat ("quand tu dois gagner tu gagnes et point barre..."). Même Lièvremont, après la liberté de tester des joueurs que lui laissait une DTN acquise au changement, avait dû en rabattre au Tournoi suivant pour en revenir à une orthodoxie du jeu à laquelle poussaient les médias, et à laquelle les joueurs cadres en place rechignaient (C'est même un peu l'histoire du jeu pratiqué par l'EDF depuis... 60 ans ou quasi, où tous les joueurs un peu "créatifs" -la justesse dont tu parles- étaient mal vus, où on a toujours préféré Bouquet à André Boniface, Andrieu à Charvet, Fouroux à Berbizier, Laporte à Villepreux-Skréla, Saint-André à Galtier, etc... D'où la sélection par Novès d'un Doussain très "propre", qui passe, défend, tape simple, peut jouer 9 ou 10, (passer l'aspirateur dans le vestiaire...), etc, etc... idem pour des joueurs "cadres" comme Chouly ou Picamoles qui ont blanchi sous le harnais mais représentent une forme d'assurance dans le jeu.
      Tu rayes plus haut d'un trait de plume certains joueurs, pourquoi pas; ils ont derrière eux une carrière en équipe de France qui permet de juger, même si on peut ne pas être d'accord. Mais les noms que tu avances à la place, sur une tournée (un seul match !) en Argentine n'ont pour l'instant rien prouvé qui puisse assurer d'un futur glorieux. Attendons qu'ils jouent une pluvieuse après-midi d'hiver à Murrayfield ou Dublin, et on verra alors (Lopez promettait beaucoup lui-aussi, et il s'est avéré que les promesses, pour l'instant, n'ont pas été tenues).
      Mais tu ne risques pas de les voir: Novès va "assurer", parce que s'il fait rentrer une charnière Serin-Plisson, une 1ère ligne avec 10 capes au compteur (en virant un capitaine exemplaire au passage), une 2ème ligne également sans expérience type Itturia-Jedrasiak ou autre Le Devedec, s'il remplace Spedding par ... (Dulin, Germain ?), et que d'aventure l'EDF se prenne une ou 2 branlées, pour le coup ça sera la curée et une explosion de clameurs vociférantes.

      Supprimer
    19. et donc que proposes tu, Pipiou, toi fin stratège toulousain, pour faire avancer le XV de France hormis la création telle le messie ?
      Pour ma part, je pense que nous avons de bons joueurs, voir de très bons joueurs nationaux mais qu'au niveau des clubs on n'a pas la culture internationale car les problématiques sont différentes et diamétralement opposées au jeu de l'EDF.

      Supprimer
    20. Lopez, c'est Taffary, voire Lucien Pariès...

      Supprimer
    21. Lulu étincelant de puissance et de non chalance mais pour les drops pas fainéant !

      Supprimer
    22. Comparer Lopez à Pariès, c'est flatteur pour le Clermontois qui n'en a ni l'humour, ni l'art du drop (d'accord avec Tautor), ni le crochet sur cinq mètres et le coup de ventre sur dix...

      Supprimer
    23. A Tautor: que l'on fasse jouer un groupe rajeuni, comme le demande Ritchie, mais sur la durée, sans lui mettre de pression sur des résultats, sans invoquer les mânes des grands anciens. Le groupe s'élaguera de lui-même, s'aguerrira dans des matchs rudes et en prenant des peignées, et s'il y a le talent, il s'exprimera. Mais on ne peut pas demander de la cohésion (de la justesse) sur le seul talent individuel sans prendre le temps de travailler. Une grande équipe, ça ne meurt jamais, mais ça ne se construit pas en 2 ans.
      J'aime prendre exemple sur l'Australie en 89 qui fait débuter chez nous 2 centres de 20 ans Horan et Little, ou Wilkinson revenant de la désastreuse tournée 98 aux antipodes avec 3 déculottées dont le fameux 76-0 contre l'Australie; il était pourtant titulaire dès le Tournoi suivant, et indéboulonnable après, pour la carrière que l'on sait.

      Supprimer
    24. O.K.
      Mais je voulais parler d'une similitude dans les gabarits, d'une part, couplé à une certaine difficulté au niveau international, d'autre part. Surtout pour Michel Taffary, d'ailleurs, que je me souviens avoir vu étincelant avec le Racing et très moyen, sinon limité au niveau international.
      A l'inverse de certains joueurs, relativement moyens dans les joutes parfois sinistres du championnat, et qui se révélaient totalement dans un air plus propice à leurs qualités. Comme des goélands...
      Pour rester dans les lignes arrières, j'ai le souvenir -Ritchie ne me contredira pas- d'un Henri Magois exceptionnel sous la pluie et devant l'Afrique du Sud....Dans les années 1968.

      Supprimer
  18. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. dommage c'était vraiment très intéressant

      Supprimer
    2. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

      Supprimer
  19. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
  20. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
  21. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
  22. Bon ben la mode est à supprimer ces commentaires. Interessant. Cinq de suite. Un record. Cela dit, si vous n'avez pas mieux à écrire que ce qui a été écrit auparavant mais que vous voulz montrer votre participation muette, c'est sympa aussi. ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

      Supprimer
  23. Picorais le Midol. Page 11, en haut à droit. Spedding à la fin du monde : "Je me suis battu. J'ai tout donné". Et un confrère observateur d'ajouter : "Tout donné... sauf le dernier ballon du match, à quatre contre deux..." J'aime.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Faudrait carrément leur coller une oreillette dans le chou fleur pour les obliger à donner le ballon, lui et Fofana pour commencer et quelques autres pour leur dire de plaquer,( mais non couillon, pas celui-là c'est ton partenaire !) et d'autres encore pour leur rappeler que le match a commencé, et puis aussi une lunette de visée pour les buteurs ... ou alors un cerveau chacun ?

      Supprimer
  24. Une femme commence une partie de golf, elle frappe sa balle et voit celle-ci heurter un homme qui joue son parcours pas loin d'elle. Elle le voit mettre immédiatement ses mains serrées entre ses deux jambes et tomber au sol. Elle se presse d'aller le voir. Il est tordu de douleur au sol dans la position fétale. Elle lui demande pardon et lui explique ensuite qu'elle est infirmière et qu'elle sait qu'elle pourrait diminuer sa douleur s'il la laissait faire.'Ooooh.. ..Nnooon. ...Non...Ce n'est pas nécessaire, tout va aller pour le mieux tout à l'heure' dit-il avec le souffle court. Mais elle insiste pour lui faire un traitement et finalement il se laisse faire. Gentiment, elle lui enlève les mains d'entre les jambes, ouvre son pantalon et place ses mains à l'intérieur en le massant .....délicatement... Après quelques minutes, elle lui demande
    'Comment vous sentez-vous ?'Ça fait du bien, mais j'ai toujours mal au pouce !.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah ben ça alors, Tautor, tu connais mon Madam !!

      Supprimer
  25. Carton rouge pour Tautor qui, avec beaucoup d'entrejambes, envoie aux oubliettes l'excellent échange Richard -Pipiou. Ayant longtemps présidé l'ONU et le parti radical, je puis dire qu'ils ont raison tous les deux ! Idem pour les appréciations des immenses Grant et Graham : on peut ergoter. Ce qui est vrai en NZ ne l'est guère ici (sinon, ça se saurait). En fait, Lopez a bien fait de louper son drop.
    PS pour Gariguette : le goulag est un endroit sérieux, bien fréquenté, interdit aux joueuses de golf.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'espère qu'il y a quand même quelques coquines et coquins dans le coin ! Sinon je suis assez d'accord avec Ritchie, ils m'énervent les éternels bizuths et je pense aussi comme Pipiou qu'il faudrait retrouver une créativité dans ce jeu . On leur pardonnerait toutes ces erreurs si parfois un éclair de génie fusait, on leur pardonnerait même de perdre les matchs je pense .

      Supprimer
  26. Désolé Charles! Mais tu voulais parler d'un carton de rouge non ? quid de ceux qui effacent leurs commentaires 🤔🤔 N'aurais tu pas mal au pouce par hasard ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. moi j'efface pas avec le pouce, je mets les coms à l'index comme le pape et les préservatifs ;-)

      Supprimer
  27. Un petit point de vue, pourquoi vouloir trop comparer avec la NZ, pour laquelle le rugby est la REPRESENTATION de cette nation quitte à y faire participer par importation des iliens voisins, cousins des autochtones. Que je sache le rugby en France n'est pas perçu par la majorité des gens comme nous représentant aux yeux du Monde, et donc intuitivement rien ne peut se dégager pour y parvenir

    RépondreSupprimer
  28. Oui , non effectivement c'était pas très intéressant
    La blague du golfeur m'a beaucoup amusé
    En fait pour revenir au jeu ce sont les 20 dernières minutes de la première mi temps et le premier 1/4 d'heure qui n'ont pas été à la hauteur et c'est beaucoup ! En y regardant bien il y a un joueur particulièrement qui touche beaucoup de ballon et qui passe systématiquement par le sol et la evidement la pieuvre Pocok se régale , ralentissement étc etc et pourtant vu la masse du Uini il pourrait rester debout mais non il y va tout seul . C'est à partir de la et quelques mauvais choix du 9 que l'on s'est empêtré
    Au passage beaucoup de fautes au sol sifflées contre les Kangourous , beaucoup de mêlée avec bras cassé , tu demandes jusqu'où tu dois aller pour que Le Bras casse deviennent pénalité et combien de faute au sol pour prendre un carton
    Je ne suis pas entrain de dire qu'on aurait gagné si mais ce serait bien de connaître et comprendre la façon d'arbitrer et s'adapter , arrêter ces efforts en même pour récupérer un bras casse
    Comme d'autres j'apprécie les progrès et l'envie de faire mieux , il y a eu de très belles actions y compris du Speeding qui si il a vendangé deux actions nous a aussi sauve la patrie

    RépondreSupprimer
  29. Madame Gariguette, Messieurs,

    Mettons nous d'accord et comparons nous à nos amis anglais, après tout c'est eux qui ont importé le rugby en France.

    Et là, c'est le drame.

    Quand je vois jouer, nos amis d'England, j'ai juste un peu honte pour nous pauvres français.

    Ce que je crois, et si on pense à l'image du ST (love :-) ), nous n'avons pas su mélanger/intégrer dans notre rugby différentes cultures (Af Sud, Iliens, NZ, Aussies,.. ) qui jouent maintenant dans nos clubs. Le rugby de mon club préféré devient indigent. Il n'a pas su dissoudre comme il le savait auparavant les quelques étrangers de l'école de rugby toulousaine ni les acclimater à l'école toulousaine (qui n'en a plus que le nom).

    et Notre rugby France fait la même chose. Nous avons pris le plus petit dénominateur commun le jeu de casse brique (pas très dur à comprendre par tout le monde quelque soit la langue de l'ovalie ou la culture rugbystique).

    Les anglais ont su transformer leur jeu et faire un mélange de leur jeu d'avants avec celui d'arrières des NZ/Aussies.

    ET Ils ont su aussi changer de président, d'entraineur et de philosophie quand plus rien n'allait. Nous c'est toujours les mêmes (héritiers d'héritiers) fils de pardessus et pardessus eux-mêmes.

    Je suis coupable d'avoir été un amoureux-supporter transi alors que depuis des années le jeu du ST se délitait. Ah la culture, elle peut disparaitre si elle n'est pas remise en question et devient une culture morte.

    Nous sommes certainement coupables d'avoir penser que le french flair allait rester alors que personne ne l'entretenait. Je suis coupable de n'avoir rien dit alors que je voyais des casses-briqueurs jouer dans l'école de rugby de mon fils. J'avais aussi un fils assez costaud. Je l'ai fait jouer demi d'ouverture pour qu'il touche des ballons et oriente le jeu alors qu'il avait comme moi un profil de 3ieme ou seconde ligne.

    Demandons aux futurs présidents, la future philosophie de jeu et comment ils souhaitent la mettre en place avec les DTN et écoles de rugby et comment vont ils le partager avec notre FLOP 14. Et votons pur celui qui nous plaira le plus.

    LE Gé Le coupable

    RépondreSupprimer
  30. Sommes d'accord, Gé, sauf que perso , je préfère parler de jeu en alternance, de rugby total, pourquoi pas, mais pas de french flair, dont je ne connais pas trop la signification.
    Et oui, François,l'entreprise de Novès me semble louable, mais je ne vois pas la place d'Atonio dans le jeu souhaité.
    On à parlé plus avant de la 3 ème ligne "24",qui ne semble mal équilibrée, j'ai l'impression que le sujet revient sur le pré, non ?
    Allez Ritchie, sur, l'édit de Nantes ( enfin sa révocation plutôt ), à fait beaucoup pour la région du Cap ☺

    RépondreSupprimer
  31. En balade, François, mais habitant la Réunion j'y viens souvent.
    Un pays merveilleux, nous en sommes tombés amoureux, mais bon, du Rugby, du vin, du golf, et en plus ils n'aiment pas les rosbif , forcément!
    Allez la Rainbow Nation

    RépondreSupprimer
  32. Réponses
    1. Un article juste sur midol, concernant les quotas appliqués aux Springboks.
      J'ai pu constater l'exaspération ici, et l'effet semble inverse au but recherché.
      Allez Chevreuse

      Supprimer
  33. "Passer par le sol" est la nouvelle interprétation du french flair appliqué à la truffe.

    RépondreSupprimer
  34. Charless
    "passez par le sol" j'appelle cela dans mon langage "gratte cul", certains ont eu des carrières fulgurantes !! Comme quoi la truffe ça mène à tout !!

    RépondreSupprimer
  35. Un couple de parisiens décide de partir en week-end à la plage et de descendre au même hôtel qu'il y a 20 ans, lors de leur lune de miel.
    Mais, au dernier moment, à cause d'un problème au travail, la femme ne peut pas prendre son jeudi.
    Il est donc décidé que le mari prendrait l'avion le jeudi, et sa femme le lendemain.
    L'homme arrive comme prévu et après avoir loué la chambre d'hôtel, il se rend compte que dans la chambre, il y a un ordinateur avec connexion Internet.
    Il décide alors d'envoyer un courrier à sa femme.
    Mais il se trompe en écrivant l'adresse.
    C'est ainsi qu'à Perpignan, une veuve qui vient de rentrer des funérailles de son mari mort d'une crise cardiaque reçoit l'émail.
    La veuve consulte sa boîte aux lettres électronique pour voir s'il n'y a pas de messages de la famille ou des amis.
    C'est ainsi qu'à la lecture du premier d'entre eux, elle s'évanouit.
    Son fils entre dans la chambre et trouve sa mère allongée sur le sol, sans connaissance, au pied de l'ordinateur.
    Sur l'écran, on peut lire le message suivant :
    "À mon épouse bien-aimée,
    Je suis bien arrivé. Tu seras certainement surprise de recevoir de mes nouvelles maintenant et de cette manière.
    Ici, ils ont des ordinateurs et tu peux envoyer des messages à ceux que tu aimes.
    Je viens d'arriver et j'ai vérifié que tout était prêt pour ton arrivée, demain vendredi.
    J'ai hâte de te revoir. J'espère que ton voyage se passera aussi bien que s'est passé le mien.
    P.S. : Il n'est pas nécessaire que tu apportes beaucoup de vêtements : il fait une chaleur d'enfer ici !"

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Comme ma voisine Rose a Souraide ou le fleuriste s'est gouré et à envoyer deux couronnes ( differentes ) avec le même message " à mon mari adore "
      Rose m'a dit pendant 1' je me suis dit le salaud il avait une double vie et je me suis vite rappelle qu'il n'est jamais aller plus loin que mon regard ..
      88 Primtemps , drôle , toujours positive et porte son regard sur nous même quand on est pas la

      Supprimer
  36. Tautor, au fond du car t'étais l'amuseur non ?!! Sinon, au travers les débats plus haut des uns et des autres, j'ai bien aimé quelques phrases. "les progrès, formidable. Mais il y en a marre des progrès. Quand tu dois gagner tu gagnes et point barre". "Plus impatient que je ne suis indulgent". Je serais plus dans la pensée de Pipiou que celle de Ritchie, du coup plus pragmatique et empressé d'un réalisme qui ne vient pas pour l'instant. Certes. Tu parles de joueurs que tu cites, de l'époque "french flair" (finalement j'aime plus trop cette expression). Mais ils sont aussi passés au travers. Z'ont fait le yoyo. Z'étaient Formidables, maintenant plutôt fort minables, stromaïen. "Penser que le french flair allait rester alors que personne ne l'entretenait". Pas faux, le Gé. Comme j'ai pu lire ailleurs, depuis la tournée estivale et samedi dernier, on a l’impression qu’il peut se passer quelque chose d’exceptionnel à tout moment, ce qui en soi est une définition du French Flair. Accordons leur du temps pour leur donner du crédit. Un peu de mansuétude,les taux sont propices en ce monent ! Sinon, même pas la peine de lorgner le match samedi. Une dernière concernant Scott Spedding, "il faut espérer que la saison des vendanges tardives est terminée". En attendant de faire mieux, vont être arbitrés par Barnes... et sais pas quoi en penser.
    Sinon si Fékitoa sanctionné, mais rien pour la rentrée dans le ruck de l'australien et vu une autre photo aussi ou un australien au sol tente de faire lacher le ballon à un franais en lui tirant la tête main sur les yeux. Y a pas photo, mais passée au travers de la commission de discipline.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu as lu l'article de B Lagacherie sur les All Blacks ? Moi je crois que c'est la fin, pas sportivement hein ! mais tu sais cette espèce d'aura qui flotte au dessus d'eux quand ils entrent sur le pré ben elle est moins brillante, l'haka fait plus le même effet que quand on était gosses, la fougère pâlit, les maillots sont délavés ( c'est quoi ce maillot super moche ??!!) y'a même des gros soupçons de dop... non ! pas ça j'peux pas l'écriiiire ! allez musique va, ça vaut mieux https://www.youtube.com/watch?v=0rWWH88oywE

      Supprimer
    2. D'un français à un black...

      Surtout ne m'approche pas
      Surtout ne me frôle pas
      Non ne vient pas me parler
      Ni même me regarder
      La lune rigole ce soir
      Les fous d'étoiles me sourient
      Avant qu'il ne soit trop tard
      Faut qu'j' trace que j'décolle d'ici

      Supprimer

    3. L'aura, la légende, c'est comme quand mon grand père regardait Carpentier a la radio, mon Papa Coudert en noir et blanc, et nous les hakas de notre adolescence, c'est mignon .
      Mais l 'ami Bertrand nous livre une esquisse plus pragmatique, formation, travail, fondamentaux,résultats.
      On s'en fout, dans vingt ans, on radotera aux minots que Beauden et ses potes, c'était autre chose, les derniers romantiques, et ça les fera rigoler.
      Retenons par devers nous l'Immanolien commentaire sur le jeu debout, et transmettons le derechef par R/C A/R à notre ami rochellois et néanmoins barbu ( pas que lui mais je l'ai un peu dans le pif en ce moment ), pour suite à donner.
      Allez, immortelle fougère?

      Supprimer
    4. Sur ! Debout élevé Uini ! Mama aussi une petite tendance à l'affalement aussi ... quand d'autres tombent aussi mais le ballon est déjà parti mais bon faut pas hesiter à l'écrire ils sont dopés à la passe et à la technique et ça on en a la preuve !
      Que fait la police merde !!!

      Supprimer
    5. ouais vachement pragmatique les All Black tiens, ils sont les seuls à trouver des WC handicapés - plus confortables - en cas de ...besoin ? non j'te dis Janlou z'ont pris un coup dans l'aura pour que les plumitifs y aillent de leur discrète mais efficace remise en question l'air de rien ... tu crois que l'Empire romain y s'est cassé la g ... en un jour ? Se seraient levés un matin en se disant "tiens serait-on t'y pas en train de chuter ? " Pareil pour les Blacks : y savent pas encore mais c'est fini, Chicago c'était les prémisses d'un effondrement total, ça va se craqueler doucement et puis pan ! un beau matin- ou peut être un soir - ça sera la crevasse .
      Samedi ça serait bien . 😅😅 😅

      Supprimer
    6. j'ai lu "Boucherie Ovalie". Excellent. Je ne connaissais absolument pas. Mais, est-ce que c'est bien ça qu'il fallait lire,

      Supprimer
    7. Le aider nous à racheter le RCT un délice ...

      Supprimer
  37. Tautor j'adore tes histoires, ne change rien surtout, ça fait une parenthèse décalée à nos échanges sérieux.
    Rire c'est bon pour la santé.
    À ce propos je vais m'AUToriser une consultation en privé pour savoir si dans mon cas une AUT est judicieuse afin de rejoindre sur le banc (de touche/des accusés ) Juan, Dan et Joe.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ouais, une AUT pour voir gagner l'EDF samedi. Juane crois pas. Da(m)n ation. Joeker...

      Supprimer
  38. alors là on lâche tout ce qu'on a en main oui même votre bourgeoise messieurs et on va s'instruire ici http://leonmazzella.hautetfort.com/archive/2016/11/23/dosiser-whisky-dans-l-express-paru-ce-matin-5878388.html parce que non seulement c'est bon à boire mais c'est très bien à lire et les brumes de Novembre se pointant (enfin !) à l'horizon plus besoin de sombre alibi pour se régaler, se réchauffer en mirant notre avenir dans l'ambre d'un excellent whisky quoi de plus naturel ? (après bien sûr vous pourrez reprendre vos occupations )

    RépondreSupprimer
  39. En 10, ne vous en déplaise
    Ce sera Camille Lopez
    Pas vraiment fort aise
    Reste plus qu'il soit ballèze
    Sur un ton dièse
    Pour rallumer la braise

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Moi j'aurais bien aimé Plisson
      Parce qu'il est très trognon
      Mais il met pas assez de gnons
      Alors on le prend pour un ....

      Supprimer
  40. Allez encore des bonnes nouvelles sur la formation, c'est pas encore demain que ça va s'améliorer "Activités physiques : un fort écart entre adultes et ados. L'étude de l'OCDE pointe aussi du doigt un fort écart dans la pratique du sport et des autres activités physiques (marche, montée des escaliers...) entre les adultes et les adolescents. Chez les adultes, la France figure à la 5e place européenne, avec un peu plus de 70% qui pratiquent au moins 2h30 d'activité physique d'intensité modérée par semaine, derrière la Suède (1ère), le Danemark, la Slovénie et l'Autriche. Or chez les adolescents de 15 ans, le pays tombe à l'avant-dernière place du classement : seulement 6% des filles et 14% des garçons ont une activité physique "modérée à forte" (au moins une heure par jour, avec augmentation du rythme cardiaque), alors que la moyenne de l'UE se situe à 10% et 20% respectivement...." Source Europe1 rubrique santé .
    C'est pas comme ça qu'on va se fabriquer des petits All Blacks ! ( et encore moins des Blackettes )

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. L'en pire rhum, hein, ça a commencé comme ça, les p'tits gladiateurs , à force d'écouter Europum I voulaient pû les Lions, ou alors avec de la créatum!
      Forcément, les parents courent...., mais où qui vont, ou qui vont ?
      Allez, bourgeoise, va être contente la Burgondoise !

      Supprimer
    2. Hé oui, la formation, mais laquelle ?
      Cela commence à la maison et selon où on habite.
      Dire, on sait; mais faire on ne sait plus.
      La télé, on nous abreuve. Aujourd'hui avec un téléphone on peut tout faire le cul assis.
      Comment aller contre ça ? Ceux qui s'y essaient sont marginaux.

      Supprimer
  41. N'ayant aucune envie de travailler ce matin, j'ai lu les sites de L'Equipe puis du Midi Ol. Sur le premier, Israël Dagg est qualifié de "centre". Fureur ironique de quelques commentateurs. Sur le second, Israël Dagg est qualifié de "centre". Moralité 1 : le rédacteur de l'AFP s'est gouré. Moralité 2 : qu'est-ce qu'on s'y connaît en rugby en France !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. allez un peu de joie pour accompagner les Bleus ! https://www.youtube.com/watch?v=L8aF3MmSDDQ

      Supprimer
    2. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

      Supprimer
  42. Moi aussi j'ai traîné, erré plus exactement, en suivant quelques pistes comme un indien Apache à la trace de maigres coyotes. Je ne pourrais pas trop vous dire comment j'en suis arrivé là, mais je suis tombé sur une pépite dont la lecture m'a réellement réjoui. On peut le trouver à ce titre:
    -"Les ambiguïtés identitaires du rugby français de 1958 à 1968: secrets et traditions de la famille rugbystique", par Joris Vincent, maître de conférence en sport, à la Faculté de Lille.
    J'en tire quelques réflexions:
    1 - que le rugby français a résisté à "l'étatisation" Gaullienne, mais semble avoir plus de mal avec le libéralisme et professionnalisme actuel.
    2 - que la description de la période étudiée peut correspondre incroyablement a ce que nous vivons aujourd'hui.
    3 - promotion du jeu, éducation, violence, professionnalisme (ou amateurisme) "marron", problèmes de l'intégrité physique des joueurs (traumatologie, dopage,...)demeurent les axes de recherche et d'étude.
    Je relèverais, en conclusion, une phrase -amusante et questionnante, pour moi) du président René Crabos, du 29 juillet 1957, à propos du professionnalisme.
    -..."tous les joueurs travaillent régulièrement, et qui plus est, occupent des emplois parfaitement honorables et solides. Effaçant le spectre des anciens joueurs devenant des loques de vie".
    Merveilleux.
    AB

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

      Supprimer
  43. Zarma,
    J'avoue,(j'en ai bavé, pas vous?) comme tu le prévoyais -d'ailleurs, apparemment, sans y croire- n'y comprendre rien. Mais ne veut rien nier, c'est vrai. Quoiqu'il en soit, et comme par une sorte de sensation transpirant de ton texte, j'ai beaucoup ri. Secoué de rire, même, et sans savoir pourquoi. Une sorte de drogue ressortait de tes mots, un halo sucré lié aux associations, aux consonances sans doute; une atmosphère certainement poétique, vibrionnante, excitant mes zygomatiques, secouant mes pauvres tripes. C'est déjà çà!
    Par ailleurs, j'ai continué sur le filon des STAPS et ai lu l'étude suivante:
    -"Le rugby n'est pas devenu un sport national grâce à la télévision", par Hubert Cahuzac.
    Remarquable, ces passages où les matches étaient vu en public, dans les cafés, dans les rues, devant les vitrines des marchands de télévisions (souvenir d'un superbe France-Angleterre, vu, avec un ami, devant une boutique dans une rue de Grasse...Je me souviens d'un super Roger Bourgarel et d'un écrasement des Anglais sous le soleil et la chaleur de Mai..), et, surtout, dans ce foyer Dacquois, où un père commente, détaille et explique aux enfants les tenants et les aboutissants du matche.
    Oui, je l'avoue (j'en ai bavé, pas vous?), j'en ai pleuré; à chaudes larmes. Secoué, comme auparavant du rire provoqué par tes mots. Mais, là, par un autre halo, une autre poésie. Par quelque chose de perdu, de dépassé, de fini.
    AB

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

      Supprimer
  44. Small blacks, small faces, baby blacks, baby boom boom, blacklabelisés, lobby black, black out ?
    Samedi soir, stade de France en alerte rouge avant marée noire ?? ou n'y verra t'on que du bleu ?
    Jeu distillé façon Aberlour "la bouche du ruisseau qui murmure" passé d'un coup de magie comme les noirs par une double maturation "double cask matured " ? Qui rappelle enfin le règne des Bourbons, fûts ile qu'il en reste. Bref "pure" rugby comme cette eau du Speyside, Garriguette.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. ça donne soif, one Bourbon, one Scotch , one beer please ! https://www.youtube.com/watch?v=97ECZMvbLxg

      Supprimer
    2. yeah !
      https://www.youtube.com/watch?v=x0q8Oho_RjM

      Supprimer
  45. C'est vrai, il ne faut comparer que ce qui est comparable (ce que nous ne faisons pas toujours), mais ce soir, grâce à de merveilleux Barbarians, j'ai sauté de mon siège dix fois par mi-temps. Quel bonheur ! En prime, le nouveau Gallion (ou Max Barrau, au choix). Merci, l'Equipe 21 (tout arrive).

    RépondreSupprimer
  46. On est forcément pour que l'EDF, le T14 est aussi un côté babass, pour le plaisir de tous. Ce qui parait incroyable, c'est le fossé qu'il y a entre ce visage et la triste réalité du rugby actuel. Mais ça a fait sauter tout le monde. Les Blacks ont quand même cet aspect là à côté de leur réalisme. Alors, qu'est ce qu'on attend pour être heureux.

    RépondreSupprimer
  47. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
  48. Charles, Sergio,
    Alors ! les Barbarians ça donne la gaule ! Et Dupont toujours aussi insolent de facilité, de puissance et de jeu ! Il devrait être au SDF contre les AB et pas ailleurs !! Il me tarde de voir Dulin raffûter Naholo ou Savea !!! et Lolo pezer sur le jeu histoire d'énerver Barret, Dagg and Cie .... Comme dit dans une précédente intervention, Hansen a réservé les colts et quasiment le must pour le SDF ! J'espère que Charles va sauter plus de 10 fois par mi-temps ce qui sera une perf mousse à la main !!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. y'a plus qu'à équiper nos Bleus du XV d'un maillot couleur Viagra comme les French Barbarians 🏈🚀

      Supprimer
  49. Kaino oublie dans un article des Blacks et pourtant ce type est un monstre de joueur et un vrai taulier mais bon suis pas journaliste
    Dupont il sera la pour le tournoi et pour la suite si le loup ne le mange pas ! Il bute ?

    RépondreSupprimer
  50. Dupont buteur ? est ce important ? A mon sens, Non. Louons nous d'avoir un demi de 20 ans hors norme qui est à bonne école avec Kockott ... mais que deviendra t-il au ST avec un système de jeu diamétralement opposé à celui du CO ? Exemple Bézy fulgurant le temps d'un printemps pour être dans la moyenne aujourd'hui. Le joueur doit-il s'adapter au schéma de jeu du club ou le club doit-il respecter les qualités naturelles du joueur ? Hier soir, nous avons eu un début de réponse sur un match ou les barbarians ont su montrer autre chose que du top 14 non ? A débattre avec les spécialistes du cru !!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pas pour moi mais il arrive que les mecs soient coincés à cause de ça car nos ouvreurs ne butent pas tous ( bien )

      Supprimer
  51. Comme le vigneron, il faut déjà avoir les bonnes vignes, bénéficier d'une bonne récolte, et avoir les bonnes barriques pour l'élevage. Le but étant bien d'adapter sa science à la qualité du produit pour qu'il donne le meilleur de lui même livré à la consommation.
    Maintenant y a ceux qui essaient de faire illusion, batonner pour faire croire que... Comme aussi d'acheter du raisin de même cépages que ceux de leurs productions d'appellation pour tirer plus de profits. Du quantitatif qui ne rivalisera pas vraiment avec du qualitatif.
    On retrouve un peu les mêmes principes et dérapages dans le rugby notamment. Mais il est sur que les shémas de jeu doivent se mettre en place en fonction des qualités naturelles des joueurs.

    RépondreSupprimer
  52. Je vous demande de m'excuser pour mes commentaires apparemment un peu déconnectés de l'actualité, mais qui me paraissent, quant à moi, toujours pertinents pour la compréhension du jeu.
    J'ai, donc, poursuivi mes lectures découvertes ces derniers temps.
    Pour ceux que l'origine et l'histoire des deux rugby XV et XIII, dans l'ordre, intéresse, je vous conseille cette étude:
    -"L'ovale en divergence. La dichotomie XV-XIII, les frères jumeaux du rugby", de Robert Fassolette (C.R.E.P.S. de Vichy-Auvergne).
    Bien que n'étant pas d'accord sur de nombreux points dans l’interprétation des faits, et, surtout, dans l'orientation apparente de l'étude, s'appuyant -assez finement, il faut le dire- sur des observations de Claude Lévy-Strauss, cette lecture est passionnante.
    Les faits, précisément, je les connaissais globalement, mais l'éclairage, à la fois historico-politique, d'une part, anthropologique, d'autre part, donne quand même pas mal de "blé à moudre" et de quoi réfléchir et papoter intelligemment.
    Bonne lecture....
    Bonne soirée.
    AB

    RépondreSupprimer
  53. Si Dupont se banalise au ST ou ailleurs, c'est à désespérer du Stade, de Mola et du Top XIV en général. On est bien parti pour. Au delà de son - étincelant - cas, j'ai vu d'autres Barbarians meilleurs que dans leur club. Il y a plusieurs siècles, j'écrivais ici qu'il fallait foutre la paix aux joueurs, ce qui n'empêche pas de perfectionner leurs qualités naturelles (Barrett progresse...). En fait, le plus navrant, est que nos talents acceptent d'échanger leur jeu et leur liberté contre une poignée de dollars. Certains dirigeants sont de véritables corrupteurs et pratiquent un esclavage soft. Et comme les entraîneurs reçoivent leurs consignes...
    Il n'empêche que ces Barbarians m'ont conforté dans la réelle profondeur de l'effectif français, comme dans la faiblesse du "banc" australien. N'ont pas fini de chercher des piliers. Donc, la question : une EdF "barbarisée" aurait-elle pu battre l'Australie le samedi précédent ?
    "Libérez l'équipe de France ! ", "Libérez l'équipe de France ! ". Et arrêtons d'encenser Novés.
    Une équipe se juge d'abord, même si c'est foncièrement idiot, dans la comparaison avec les autres XV de son époque ; donc, l'EdF de Jean Prat qui faisait match nul avec les AB à Colombes était-elle oui ou non plus proche de ses rivaux que celle d'aujourd'hui, pour laquelle on brûle des cierges afin qu'elle n'en prenne pas encore 60 dans la musette...
    "Libérez l'équipe de France ! ", "Libérez l'équipe de France ! "
    Il faut que j'arrête le café.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tiens tombé sur A. Boeuf qui citait Oscar Wilde : "On devrait toujours être légèrement improbable". Serait bien que ça arrive pour une libération de l'EDF devant le joug AB, juste pour une amusette barbare, pour en mettre dans la musette.

      Supprimer
    2. Si dupont se banalise au ST...faudra comparer avec Iribaren au Racing

      Supprimer
    3. Bravo Georges tu ne lâches pas le morceau
      A propos du Racing nous avions dans les années 70 un excellent demi de mêlée qui a été recruté par le Racing . Un 9 très instinctif très doué marquant très souvent au ras ... il a terminé à l'aile ... je ne dis pas ça pour Irribaren mais en référence à Dupont dont on a peur que le ST lui coupe les ailes -))

      Supprimer
    4. Georges,
      ton obsession bien franchouillarde montre à quel point le rugby français manque d'ouverture au sens propre et figuré ! Était ce bien Larrazet ? As tu vu Lazare "lève toi et marche" ?

      Supprimer
    5. chacun ses perceptions et ses perspicacités. Pour Larrazet, mon épouse et moi, pensons que c'est l'une des meilleures manifestation historico-culturelle de toute notre région, bien au dela du 82. 2 professeurs de la Sorbonne et Nanterre, ,la directrice du musée de Saint Germain, plus des chercheurs du CNRS et j'en passe L'an prochain ils font sur le footbal avec en guest star Serge Miranda....

      Supprimer
    6. Bravo à Larrazet de rassembler autant d'élites .. dire que j'ai traîné mes guêtres avec bonheur dans ce village enclavé entre la Gimone et la voie ferrée !

      Supprimer
  54. Réponses
    1. Je rajouterai aux "10 commandements de l'Equipe", un 11e : éviter qu'improbable ne soit pas français.
      Tombé aussi sur une pub pour Honda (voitures) de P. Papé : "La pratique du beau jeu passe par l'audace"...


      RépondreSupprimer

      Supprimer
    2. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

      Supprimer
  55. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
  56. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
  57. Pierre M Bonnot nous a , avec son style improbable bien résumé la situation
    On se sera déjà éviter les déclarations fracassantes , c'est déjà ça !

    RépondreSupprimer
  58. Sans Bergogne,
    Je viens de lire "les 10 commandements" sur l'Equipe@. Autant dire que nous sommes loin de Dieu encore plus de Moïse. Ces 10 recommandations devraient être le socle du top 14 avant même d'être celle de l'EDF, j'irai même plus loin dans mes propos, elles devraient figurées sur le tableau noir dans toutes les écoles de rugby. Est ce bien suffisant d'avoir 10 préceptes quand on joue les Blacks ? Me référant à Bonnot à propos de "la guerre des mondes", je dirai que, de remporter anecdotiquement une bataille c'est un peu comme aux échecs d'avoir su flairé un bon coup sans pour autant gagner la partie. A quoi bon de rappeler nos douzes victoires, synonyme d'un apostolat ou les Apôtres d'un jour s'éteignirent pour des lendemains mortifères alors que les Blacks ont eu de la constance depuis 1906 dans le résultat et dans la manière. Oui quoi de plus gaulois que d'être coq d'un jour sans pour autant être capable de prosélytisme dans le temps ! Notre 8e rang mondial, voir 9e bientôt, risque de nous crucifier sur nos intentions trompeuses qui cachent une misère profonde et constante depuis quelques décennies synonyme de décadence inexorable ou chacun essaie de faire croire son contraire. Plus qu'un concile, un conclave sera nécessaire, avec l'aide du Saint Esprit, pour refondre notre bible du rugby et ne pas se tenir qu'aux 10 commandements faute de quoi plus que l'enfer le purgatoire sera une vérité ou les fois (gras pour certains) voleront en éclats !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Guerre des mondes de Bonnot, les Bleus vus comme des superhéros par Bertrand Lagacherie, Beauden Barrett racontant que les All Blacks utilisent des drones pour visualiser leur jeu "vu de là haut " ....comme un parfum de Starwars qui s'emparerait brutalement de notre rugby franchouillard complètement dépassé semble-t-il par plus fort, plus intelligent et plus à la page . Deux mondes face à face celui des valeurs d'antan, et celui des startups du Bluetooth et de la réalité augmentée Pas si simple car le même Beauden Barrett raconte aussi sa grande famille ( 8 enfants dont 5 fils tous rugbymen) la vie à la ferme, les 4 km quotidiens en courant pour rentrer de l'école .... Et là les 2 mondes se télescopent : on croirait entendre les Spanghero du futur avec encore la terre collant aux crampons mais déjà la tête dans les étoiles . Bah ... finalement .... pourquoi pas ? Peut être pas "la guerre des mondes " mais une bonne vieille fusion à l'ancienne : on garde tout ce qui est bon et on jette tout le reste . Moi le 11e commandement ça serait :" ne jamais désespérer des hommes, ils s'adapteront toujours " . Allez bons matchs ...
      PS : cadeau ! https://www.youtube.com/watch?v=ox-ctqjrB5w

      Supprimer
  59. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Hello toutes et tous !
      De retour après deux jours off. Faut bien recharger les accus avant ce samedi de folie. Commencée, la folie, avec Angleterre-Argentine. Cinq cartons made in Gauzere, qui a pris ses responsabilités.
      Et maintenant sur deux écrans (le luxe, hein ?) Galles-Afsud (Poite) et Irlande-Australie (Garcès). Sont pas mals, les arbitres français. En tout cas, le signal est fort : l'arbitrage français est à l'honneur ce samedi. Ca méritera un débrief.

      Supprimer
    2. En tous cas, si tu veux faire un compte-rendu (parlons donc français) du match de ce soir, tu peux déjà garder le titre du précédent...

      Supprimer
  60. Bon ben pour les verts ça s' arrange pas, hein.
    Je comprends pas tout,mais les consultants,à la mi-temps, Nic et Victor, des gars du bâtiment, quoi,z'ont l'air un peu grognon!
    Allez les rouges,pourtant pas si saignants.

    RépondreSupprimer
  61. 1ère mi-temps

    On domine , on produit du beau jeu , on ne marque pas , vraiment dommage car je trouve l' EDF bonne ce soir !
    Quand aux blacks vous pourrez les encenser tant que vous voulez , je voudrais connaitre la teneur de l'eau qu'ils boivent , ils courent une fois plus vite que nous , il ne doit pas y avoir que H2O dans les bouteilles !

    on va voir la 2ème mi-temps , mais si on retire les moufles aux 5 m des blacks, on gagne !

    RépondreSupprimer
  62. fin de match

    je confirme , on doit gagner 100 fois comme la semaine dernière !
    pas impressionné par le AB mais vraiment un beau jeu chez nous , même si la finition était absente !

    RépondreSupprimer
  63. De mon côté je suis un peu perplexe par rapport à l'état d'esprit des Blacks.
    Un peu comme un joueur de Tennis nettement supérieur à l'autre, et qui, ne voulant pas gagner trop aisément (consigne supérieure de ne pas humilier la France?), lui laisse jouer tranquillement son jeu sans chercher plus. Faire juste ce qu'il faut, par ci par là, pour gagner, malgré tout. Et puis, comme l'a bien dit Raphaël Ibanez, un peu de suffisance en ne tapant pas une pénalité décisive et finale, pour choisir une mêlée
    Par ailleurs une assez bonne équipe de France. Chez les joueurs, j'ai bien aimé Vahaamahina, que je trouve "nonchalant", d’habitude, et yout le paquet. Excellente rentrée de B.Serin. C.Lopez, toujours relativement terne?

    RépondreSupprimer
  64. Pour moi le meilleur match de la journée c'est Irlande/Australie avec un excellent arbitrage de Garcès en plus . Alors le match France/ All Blacks en comparaison c'était ennuyeux et très frustrant d'assister à ces phases stériles dans les 5 m . Et puis cette impression que les AB n'y sont pas allés à fond, sans doute plus intéressés par une 3e mi-temps sympa à Paris . Alors oui une bonne note artistique comme d'habitude pour nos Bleus, au moins la valise sera légère ! Bonne fin de soirée .

    RépondreSupprimer
  65. Toujours plus vert chez le voisin se vérifie donc aujourd'hui aussi
    Et donc non seulement on perd , tu t'es ennuyée et les AB nous ont gentillement contrôle grâce au truc qui mette dans leur eau ( Marc plus haut )
    Je vais regarder ça tranquillement demain en rentrant de " Pura Vida " ,
    Bonne nuit

    RépondreSupprimer
  66. Surtout une obsession de tenir le tempo, donc un peu en sur régime d'où les maladresses et le manque de lucidité en attaque.
    Mais contre les blacks,même fatigués, si vous avez une autre méthode ?
    Allez, ça va venir ( enfin p'têt, l'ex garçons retournent dans le ronron exagonal !)

    RépondreSupprimer
  67. Non Gariguette , pour une fois pas d'accord ; match agréable mais frustrant car pas de score mérité pour nos frenchies ! du beau jeu de passe et de l'engagement !

    Je vais faire hurler certains , pour moi les Blacks c'est Lance Amstrong , des qualités sportives hors normes, de la technicité et des suppléments vitaminés !!!
    Comment peuvent ils finir un match comme ils le commencent ? et cette morgue de fin de match , c'est insupportable ! je n'aime pas les AB depuis 2011 et cette finale volé par la triche organisé autour de la mêlée !c'est mon point de vue , peut être que je me trompe , mais mon sentiment est bien présent , il est exactement le même que pour Séville 82 !!
    bonne journée

    Marc

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pourquoi pas d'accord ? je suis aussi frustrée que toi par le résultat des Bleus mais je persiste le match Irlande/ Australie était bien supérieur en termes d'engagement et de suspense, je viens de lire que les AB ont été puants toujours à chambrer, parler à l'arbitre etc .C'est quoi ce score en plus, pas foutus de nous en mettre 50 ? Sont en fin de règne les AB, la chute des faucons noirs c'est pour bientôt .

      Supprimer
  68. Les blacks ont été suffisants dans le jeu, B.B. gérant souvent au pied, mais certainement beaucoup plus dans l'attitude sur le terrain. Style tu toujour venir titiller. Toujours sur leur piedestal. P'tète qu'ils en gardaient sous le pied pour changer l'"H2O black" (ça m'effleure aussi M. Germain) pour un peu de houblon ou de la bulle made in France là, et fêter une tournée satisfaisante dixit Hansen. Les français ont bien beurré les biscottes mais en ont trop cassé pour réussir. Chiant après pour tremper dans le café. Mais ils semblent avoir en perspective une marge de progression intéressante. Je continue à faire confiance à G.N. là dessus, bien que sa réussite ne soit pas pour l'instant à l'instar de celle d'Hansen ou de Jones, voire de Schmitt. Il faudra garder la bonne motivation pour le tournoi in England et Irlande notamment. En celà, l'EDF aura grandi ou pas. L'EDF a plus a regretter de la défaite contre les wallabies où ils avaient la victoire à portée de pied entre autre. 2 erreurs contre les kiwis se paient forcément cash et suffisent à vaincre de froideur noire, on le sait. Sinon, Gourdon super : enfin un 3e ligne de la trempe de Magne ou Cabanne. La vraie révélation de cette automne. Dommage pour Lopez que je n'ai pas trouvé mauvais à défaut d'être exceptionnel. Il peut trouver ses marques quand même. Sur son interception, facile de lui tomber dessus. Au même titre que l'erreur de jugement de Nakaitaci aussi énorme sinon pire. Du pain béni pour les vautours noirs. L'EDF a su être audacieuse et envoyer du jeu (rendant le match intéressant, j'ai pas vu Australie/Irlande), ça a été physique aussi. Mais le manque de lucidité et de réalisme a tué son ambition. Allez courage, y aura pas toujours que les miettes dans l'assiette...

    RépondreSupprimer
  69. Assez d'accord avec vous les garçons , ce qui vous fait plaisir, j'espère!
    Un bémol sur la branchitude attitude, On a vu pire ( Moore, gold game, j'en oublie depuis des décennies ), on pourrait s' en passer bien sur mais ça fait partie du paysage, que celui qui n'a jamais pêché me jette la première bière.
    Et puis tiens, quelques gouailleurs dans ce top 14 de premiers de la classe,je dirais pas non, perso.
    Bon, Mamzelle, nostalgique des années Saint Andresques,ou bien?
    Pas le match du siècle, d'accord, la faute à des blacks en fin de course, mais la moitié du quart de ça en top 14, on serait contents.
    Allez, du caviard tous les jours, peut être 😇

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mais pourquoi pensez-vous que je ne suis pas d'accord avec vous ? C'est curieux ça, c'est juste parce que j'ai préféré le match des pas Français ? Moi je vous dis qu'on va souffrir avec les Irlandais aussi ( en plus des rosbifs ), ils ont battu les Sudafs ( bon ça c'est facile ces temps-ci), ils ont battu les Blacks ( remember Chicago) et ils ont battu les Aussies pourtant venus avec la grosse cavalerie . Voilà c'est tout . Et c'est pas l'EDF vue hier - oui ça progresse mais pas tellement dans le combat - ce n'est pas cette EDF qui pourra rivaliser avec eux en agressivité, voire même férocité . Les Irlandais ont goûté à la chair humaine, vont pas se mettre aux légumes ou aux croquettes .😇

      Supprimer
  70. Après la conspiration des arbitres anglo-saxons, l'usage de la dope. Avec de telles lectures du jeu, étonnez-vous qu'une île de trois-quatre millions d'habitants domine le rugby mondial depuis plus d'un siècle et qu'une nation de fins connaisseurs soit huitième.
    Il vaut mieux essayer de comprendre pourquoi une très encourageante équipe de France perd chez elle face à des touristes jouant trois ballons. Ou bien se pencher déjà sur un palpitant Tournoi qui nous promet à parts égales grand chelem et cuillère de bois.
    Au passage, il faut bannir les comparaisons du genre Barrett-Lopez. Insulter l'ouvreur français, qui donne le meilleur de lui, n'est pas très élégant. Rien n'a changé depuis l'époque (plus d'un demi-siècle...) où le Jabba le Hut d'Agen virait Jean Gachassin pour sa passe à Stuart Watkins.
    La France aussi est terre de traditions.

    RépondreSupprimer
  71. Sur le fond, rien à dire. Sur la forme z'escagasse un peu leur image entre branchitude, discussions avec les arbitres, mauvais gestes pas forcément sanctionnés, suffisance. Bien sur faut défendre la couronne, de la pression plus que dab à force. Mais c'est le juste retour des choses de la vie, heureusement. Heureusement aussi qu'ils se casseront la gueule de leur piedestal même en étant référent. Z'ont déjà fait un roulé boulé... et cette nuit p'tète un roulé bourré !
    Sinon la saint andresque attitude semble disparaitre, avec des joueurs moins chiens errants sur le terrain. Encore l'esprit novillero avant d'être matadors, Tautor ?

    RépondreSupprimer
  72. "Noir c'est noir"
    Autant résumé la situation par GN disant "qu'on est à notre niveau". Tout est dit dans ces quelques mots bien qu'on est vu un peu plus de cohésion, un peu plus d'intelligence de jeu, un peu plus de combat mais ça s'arrête là. Nos défauts, engendrés par le top 14 sont présents et rédhibitoires : actions inachevés, mauvaise lecture du jeu, trop de consommation d'énergie dans les rucks, pas assez de vitesse, passes approximatives, en avant trop nombreux, bref des tares qu'on n'arrivent pas à corriger pour être performant. En jouant en surrégime, on s'est épuisé alors qu'en face, la froideur, la lucidité ont fait oeuvre dans tous les domaines du jeu. 2 tests matchs à la maison ou nous rivalisons avec le top 3 sans pour autant gagner. En coupe du monde, il faudra montrer autre chose hors de nos bases. Bientôt le tournoi ! Aïe Ouïe ! les anglais et les irlandais à domicile, autant dire que nous sommes attendus avec des entraîneurs à la pointure internationale plus que GN au bilan somme toute négatif. Rêvons un peu, si nous voulons aller vers le top 3, il faudra "un grenelle du rugby" et très vite afin que GN puisse échanger avec tous les entraîneurs de top 14 et leur staff sur les tares à gommer, sur l'esprit du jeu, sur la vitesse de jeu, sur le temps de jeu des joueurs pour que l'a peu près devienne du certain ! Aurons nous cette culture, cette humilité nationale, pour mettre les oeufs dans le même panier ? <rien de moins certains à l'approche de la Présidentielle ou chacun s'occupe de lui même avant tout. Pour en revenir à Marc, "H2O" est le sponsor des anglais et peut être du Commonwealth loin de l’insinuation faite aux additifs. La forme physique physiologique dure deux mois environ chez un athlète. Autant dire que nous avons eu de la chance de rencontrer les Blacks maintenant, en fin de cycle plutôt que juste après le Four Nations le score n'aurait pas été de 3 essais à 1 à mon avis. D'ailleurs, Hansen, moqueur, a parlé de la "vieille EDF qui a joué tous les ballons et qu'il est satisfait du bilan comptable et du résultat acquis aussi tard dans la saison avec la fatigue". Les AB sont en vacances avec pleins de guirlandes à mettre sur l'arbre de Noël pendant que nous, besogneux, nous attendons le "Boxing Day" pour digérer les ortolans de l'automne.

    RépondreSupprimer
  73. Charles, Sergio,
    nos pensées se sont croisées ! "Novesllero" est loin de l'alternative. Rêvons, pour lui, qu'un jour Hansen lui donne l'accolade en lui remettant muleta et épée de mort. A force de volonté, de courage, de travail, de coup de cornes pendant les 3 ans à venir, notre impétrant pourra être élevé au degré supérieur de "matador de toros", les aficionados que nous sommes acclamerons dans un silence total le discours du toréro. Hélas, les faenas se ressemblent manquant de véroniques, de maestria, de banderilles, de chicuelinas, de manoletinas et d'une mise à mort sans descabille autant dire pure, simple et limpide. "Guitos" a besoin d'un mentor car la tauromachie est un monde sans pitié et fermé ou la sortie "a hombros" n'est réservée qu'aux meilleurs. Marcoussis n'est pas la "Monumentale" !

    RépondreSupprimer
  74. Hombre,
    "Mettre les oeufs dans le même panier" je plussoie aussi Tautor. C'est bien la culture black déjà, et le reste aussi. Et quand t'as pas la base, tu peux la jouer barbare riants ou "french flair" de temps à autre et éviter la gachass ou maintenant la Lopez (c'est pas péjor pour les 2) mais t'es pas dans la durée, c'est sur. Un jour peut être, les frenchies auront droit à çouper les 2 oreilles, fini le boxing day. Mais ça c'est "il était une fois" pour l'instant. "J'ai encore rêvé d'elle... je parle de la victoire suprême, contre les blacks, en finale de CPM, in fine.

    RépondreSupprimer
  75. Et bien moi je suis content ;souvenez-vous il y a un an ou nous en étions,très très mal.On parlait d'une équipe sans jeu sans caractère ,sans entraîneur .On peut constater les efforts accomplis sur ces trois points.Bien sur il y a tellement de choses encore a voir ou revoir.Mais l'essentiel est la,l'envie et le talent est revenu.
    Bernard Landais

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Même constat que le Landais: si un gugusse avait osé dire il y a un an après notre désastreuse Coupe du Monde qu'à l'automne suivant on perdrait de peu contre les 2 finalistes de l'édition, tout le monde l'aurait traité de charlot en le moquant surabondamment.
      J'en reste sur le constat de la semaine dernière: les intentions sont toujours là, c'est bien, elles sont toujours suivies d'un jeu plaisant avec prises de risques, mais qui manque cruellement d'efficacité et de réalisme.
      Gardons les intentions et laissons Novès et son groupe continuer à travailler le reste. A la fin du Tournoi, on pourra faire un premier point.

      J'ai quelquefois l'impression de constants grincheux; les All Blacks, il y a 15 jours, des Dieux du Stade, hier soir, une équipe suffisante, voire dont les succès s'expliqueraient par autre chose que l'eau claire. Faudrait savoir.

      Supprimer
  76. Tautor, le langage fleuri, volontiers occitanisant, lointain héritier des plus brillants plumassiers de l'ovale dont nous nous revendiquons tous plus ou moins ouvertement est un langage jouissif qui possède son revers : chaque image, chaque hyperbole prête à palabres. Je reviendrai donc sur l'expression "Grenelle du rugby", non qu'elle me choque puisqu'elle traduit un esprit plus qu'une méthode, mais parce qu'elle appelle à ces grandes messes si françaises dont il ne ressort qu'une maigre hostie à l'usage des disciples. Que peut-on espérer d'un Grenelle, sinon une manipulation de belle envergure avec ses apparents vainqueurs et ses apparents vaincus. Mon intime conviction est faite depuis longtemps : il faut patiemment et progressivement peser sur l'évolution de dizaines de milliers de mentalités, de l'accueil et de la formation de base jusqu'à l'EdF. Ce travail de fourmi ne pourra être impulsé que par les personnes les plus estimables (on en a vu dans les tribunes du stade de France), à qui l'on aura donné des orientations très peu directives. Pour rester sur les mêmes exemples, nous avons noté la semaine dernière encore que certains acteurs du Top XIV, pas spécialement remarquables, étaient comme sanctifiés par une simple chaussette des Baa-Baas. Il avait suffit de respirer pendant quelques heures un air autre que vicié. Comme par hasard, on notera que Charvet et ses complices marchent en dehors des chemins officiels de l'honneur.
    Dès la fin des années 50, je me suis demandé comment et pourquoi une île de pingouins servait de criterium mondial. Entre autres motifs, je me suis demandé si ces fils de Britos-Irlandais, plus ou moins mâtinés de Maoris (autres îliens) ne cherchaient pas à compenser leur extrême éloignement, leur atomisation entre des fermes souvent très distantes, leur faiblesse numérique, par un surcroît de perfectionnisme, un furieux besoin d'exister, individuellement et collectivement, sentiment que l'on ne ressent pas avec une telle acuité en Australie, île-continent mieux et plus tôt accrochée au reste du monde.
    Que certains d'entre vous se rassurent : la domination blaque va vers sa fin. Les vieilles sociétés se disloquent, les traditions s'érodent et le pognon se rendra compte un jour qu'il vaut mieux investir ailleurs. En attendant, ils s'offrent encore l'indicible plaisir de mettre nos ridicules en évidence. Voilà de quoi prendre en mêlée ces matamores de Français alors que trois points leur tendaient les bras. Mais que feraient trois points de plus ou de moins dans leurs statistiques ? Les "vautours noirs", comme dit imprudemment Sergio, ont aussi des attitudes de torero.
    J'ai toujours ressenti une vive empathie pour les grandes équipes nationales, chaque fois avec un motif différent et avant de me réjouir de la victoire des uns, je suis généralement triste de la défaite des autres. Vous savez ce que c'est que de perdre quand on a tout donné ? Samedi, comme tout le monde, j'ai trouvé leur victoire assez fade et notre défaite assez gouleyante. Mais rassure-toi, Tautor, nos Fêtes de fin d'année vaudront peut-être les leurs, puisque nous sommes en progrès et qu'ils ont perdu à Chicago.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Non pas imprudemment : je parlais de vautours,noirs en l'occurence, dans le sens où les blacks savent aussi attendre leur moment, à savoir la faute, l'erreur, pour rebondir et te planter un essai.

      Supprimer
  77. Et les fondamentaux du rugby à 15, vous en pensez quoi sur ce match? J'ai recompté. Touches et mélèes donnant action possible de jeu y compris bras cassé et pénalité.
    Touches 20 pour la NZ et 14 pour la France.
    Mélées 5 pour la NZ et 3 pour la France.
    Total 25 contre 17, ça aide beaucoup ce supplément de 8...
    PS: pour Tautor j'ai répondu à ta question plus haut

    RépondreSupprimer
  78. J'ai l'impression que les courtes défaites contre l'Australie bis et les All Blacks en quasi vacances et chambreurs sont en trompe l'oeil. Agréables pour le spectateur, mais pas vraiment encourageantes. Beaucoup de mouvement pour rien, des passes en veux-tu en voilà. Le rugby contemporain n'est plus "large-large" version ASM mais plus clinique, bien plus technique. Et là, même si c'est vachement sympa de montrer de l'allant et de l'envie, de prendre des initiatives (même les yeux fermés, n'est pas Camille ?), le SMIC, dixit Novès, n'est pas une garanti de progrès. On attaque l'Angleterre à Twickenham d'entrée de Tournoi. On va savoir.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ouais, mais même ça on ne le voyait pas avant. Donc, moins large-large, plus large-long. Une augmentation du SMIC rugby, plus technique/clinique et lucide. Progrès à attendre sur le tournoi, sinon rien. Mais pas évident avec l'Angleterre et l'Irlande chez elle. Va savoir...

      Supprimer
    2. A côté du large-large, on a vu notamment aussi du Kevin Gourdon, le meilleur des 30 apportant du plus dans l'axe. Valentinois/Grangeois et école rugby voultaine, dire qu'il finira pas rochelais ...!!

      Supprimer
    3. Opportune interrogation de Richard, bonnes précisions de Sergio. C'est pas encore ça, mais au moins il se passe quelque chose.

      Supprimer
    4. Opportune interrogation de Richard, bonnes précisions de Sergio. C'est pas encore ça, mais au moins il se passe quelque chose.

      Supprimer
  79. Je n attends rien de particulier a Twickenham et ce n est après ce seul match que l on saura ou pas .A la fin du tournoi oui nous ferons les comptes.Nous venons du fond de l'enfer ,nous sommes au purgatoire en attente du ciel. Ce n est pas en un ou 5 matches que cela va se faire.J espère aussi que Noves continuera son travail au cas ou Camou ne serait pas élu.
    Bernard Landais

    RépondreSupprimer
  80. Pour clore le sujet , il est de source sure que les pays du sud avaient a leur disposition des produits autorisés chez eux et interdits chez nous , est ce que je me trompe Tautor ?
    je pense que tous , vous avez vu ce reportage de France 2 sur les joueurs AF sud qui ont gagné le mondial en 95 et qui se meurent aujourd'hui d’empoisonnement !
    Vous pourrez m'expliquer ce que vous voulez , mais la musculature des AB ne s'est pas faite en mangeant du cassoulet et des merguez et malheureusement ils ont exporté leur musculature chez nous , et sans parler de dopage , je me demande ou nos joueurs ont été cherché leurs musculature, surement pas chez conforama ?

    Je suis désolé mais je ne bade pas les AB et comme écrit plus haut encore moins depuis 2011 ,car malgré leur technique irréprochable , malgré les 100 de rugby de la N Z , malgré leur éducation ; ils restent des joueurs suffisants et désagréable , l’apanage du champion qui sait qu'il est le plus fort et qui écrase les autres de sa suffisance !
    Je vais en faire hurler beaucoup mais je préfère de loin les anglais malgré tous leurs défauts et de plus ces derniers temps je trouve le rugby anglais très bon et agréable a regarder !
    Quand à nous je suis heureux de voir les immenses progrès fait en 1 an , nous qui nous emmerdions a regarder l'EDF , aujourd'hui nous prenons plaisir à la voir jouer !
    Et si le sort avait été plus doux , nous aurions gagné les 2 derniers matchs ;
    maintenant si ma tante en avait 2 , je l’appellerai mon oncle !

    Bonne soirée

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Marco,
      le dopage est un serpent de mer ou aucun n'a le courage de dire qu'il se dope. La société civile aujourd'hui se dope sous toutes ces formes et les exemples sont nombreux : la cocaïne (les tradders), le cannabis, l'alcool, le tabac, etc.... Il suffit de regarder les contrôles pour stupéfiants ! comme le dit le mot "stupéfiant" ! Seuls les sportifs de haut niveau échappent à cette liturgie. Grotesque ... regardes le profil de nos joueurs à 18-20 ans et la musculature qu'ils ont maintenant ! spectaculaire non ? le bienfait des acides aminés, des menus Mac Do et de la fonte à outrance ! Ben voyons, la charte de l'omerta est bien plus forte que tout le reste avec la complicité de la finance. Comme dans la société civile, "pas vu pas pris "et nous continuons à boire et à rouler et à fumer pour certains sans que ça n'émeuve personne. La tolérance paradoxalement est majeure et acceptée car demain tu peux être le prochain ! Oui nous avons progressé sous la houlette de GN mais rien ne dit que ce haut niveau n'est que le fruit de l'agriculture biologique !
      Forza Bastia !

      Supprimer
  81. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
  82. Charles,
    entre l'Occitanie et le Chti c'est une péninsule de rugby qui nous sépare ! Point de roc, point de pic, c'est un cap que nous cherchons ensemble. Par antonomase, l'hôtel du Chatelet (siège du ministère du travail) fut transformé en "accords de grenelle" en 1968 et la langue française nous a donné d'autres métamorphes dans le genre : "gavroche, don Juan, harpagon ou tartuffe" !! Alors je propose de parler des "entretiens de Bichat" sorte de formation continue médicale ou des interventions courtes sont soumises à débat pour l'ensemble de la profession (médecins, pharmaciens, chirurgiens dentistes, paramédicaux") pendant une semaine. D’ou par assimilation, la création des "entretiens de Marcoussis" ouvert à l'ensemble du rugby français ou chacun pourrait intervenir. Autant dire comme Cicéron "Neque enim disputari sine reprehensione potest" ce qui ferait peut être avancer les dogmes et croyances de chacun. Je ne crois pas à la décadence du rugby néo-zélandais parce que la culture n'est pas latine mais celle du Commonwealth et que l'indépendance du pays ne remonte qu'à un siècle. Le mouton et le rugby (bientôt le vin) sont les fers de lance des blacks. Autant dire qu'ils vont s'accrocher à leurs pépites pendant quelques siècles. Ils ont compris que la culture Maoris est incontournable et ils l'ont assimilée comme telle. Certes l'argent fera son oeuvre comme partout ailleurs mais ils seront toujours en avance sur nous parce qu’îlien avec des océans autour d'eux. Quand aux fêtes de fin d'année, pas de souci, Tartuffe sera là avec Gavroche plébiscitant Don Juan à la mode Harpagon ! Trinquons les Amis.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. ... et dire que tout cela finira en comité Théodule ! Sinon tu ne crois donc pas que tout ce qui monte doit redescendre comme disait ce coquin de Newton ? les All Blacks comme les autres ! Lorsque Ritchie nous avait conseillé de nous lancer dans l'uchronie j'avais imaginé que les All Blacks seraient un jour unanimement détestés . J'ai bien senti que j'allais trop loin, presque un blasphème ici ... mais l'idée progresse malgré tout, on sature un peu et d'ailleurs on commence à leur trouver des ..mais oui ! des DEFAUTS ! Vade retro Satanas ( et Diavolo aussi pour les anciens ) .. Quand les idoles vacillent, la chute n'est pas si lointaine ( j'aime bien faire l'imprécateur des fois, plus marrant que l'admiration béate ) Bon je ne veux pas non plus faire de la peine à Charles, Letiophe et Tautor, les plus Néo Zeds du blog alors j'arrête là mes délires . Sinon au cas où vous n'auriez pas compris : LES IRLANDAIS SONT EXCELLENTS !

      Supprimer
    2. Bonsoir, partant pour les entretiens de Marcoussis, demande respectueusement la parole pour une modeste intervention de 96 heures (je limite à ça, au-delà faut demander au procureur de la République de Paris) sujet " ... LE FAUX-REBOND DU BALLON OVALE ... " concept le rugby est un jeu" paramètre "le jeu appartient aux joueurs"
      Faire appel à Cicéron pour notre jeu ovale c'est gonflé !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

      Supprimer
    3. y'avait aussi Poincaré mais il a pas osé notre Tautor ;-)

      Supprimer
    4. Tautor, c'est bien connu : aucune entente possible entre l'Ile du Nord et l'Ile du Sud.
      Gariguette : ma supposée blackolâtrie est due au fait que l'équipe en noir me fait davantage bander que la lecture des pages roses et du dictionnaire des citations réunis.

      Supprimer
    5. Tautor, c'est bien connu : aucune entente possible entre l'Ile du Nord et l'Ile du Sud.
      Gariguette : ma supposée blackolâtrie est due au fait que l'équipe en noir me fait davantage bander que la lecture des pages roses et du dictionnaire des citations réunis.

      Supprimer
  83. Bonjour,
    Pas vu FR/NZ alors me suis rattrappé en replay, bon, alors on repart avec « une défaite encourageante » et les garçons bien que toujours en train de couler les fondations semblent vouloir rejoindre la surface du terrain, faudrait quand-même qu'ils en mettent un bon coup parce qu'à ce rythme-là à la fin du mandat des tenants actuels des manettes on aura pas beaucoup avancé en terme de contenu du jeu reNdu dans les rencontres.
    Oui je sais c'est très gaulois d'être toujours ronchon et critique rapport aux prestations de nos nationaux, m'enfin franchement j'ai vu une équipe NZ au bout du bout de ses ressources physiques, contenir sans trop de mal les assauts volontaires mais tellement désordonnés de nos joueurs, avec certes un allant bien sympathique mais un bien pauvre contenu tant tactique que technique.
    Nos adversaires marquent en profitant simplement de nos errements, puis tissent leur toile défensive au petit pas, et ce ne sont pas les innombrables ballons que l'on envoie de touche à touche puis le contraire qui vont donner du mal de tête aux autres, n'en déplaise à l'oracle de Jolimont.
    Bien sûr qu'on l'aime cette équipe, comme toutes les équipes de France depuis la nuit des temps, mais difficile d'avoir les yeux de Chimène pour ce rugby, des initiatives individuelles qui finissent sans cesse sur un couac collectif – ou le contraire-, le patron et son auréole à l'abri des critiques, des joueurs qui reflètent parfaitement le niveau de jeu de notre FLOP.14, et j'entends que l'on s'extasie sur une chistera -belle, pas le propos- qui fait d'un môme le meilleur demi de mêlée du moment quand dans l'animation terrain sa dimension est encore à l'état de gestation.
    Alors bravo pour n'avoir perdu que de peu contre le banc wallaby, que de pas beaucoup contre les Blacks qui n'en peuvent plus de jouer à ce jeu de forçats, de défaite encourageante en défaite prometteuse St-André avait fait son mandat tranquilllou, j'espère de tous mes vœux que le staff à la mode va nous faire plaisir avant la fin de son mandat, mais ce qui me navre le plus c'est que de voir les prestations des autres nations, on y prend facilement son pied, on y trouve plus d'émotions, on y voit bien plus de jeu , bref ça vous prend au corps quand notre XV, passé le chauvinisme et le parti-pris, n'inspire pas les mêmes sentiments.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Qui tu mettrais à la place de l'Oracle de Jolimont ? Va falloir y penser vite si Laporte est élu ce qui n'est pas impossible je ne vois " l'Oracle " et le nouveau Président cohabite mais bon les intérêts des uns et des autres ...

      Supprimer
    2. De quel oracle de Jolimont s'agit-il ? Delphes est bien loin François! Tiens tu as un prénom à la mode 😉

      Supprimer
    3. Ben j'en sais rien j'ai cru comprendre que Nini parlait de Guy Noves ?
      Oui mais c'est tout ce qu'on a en commun le prénom !😈

      Supprimer
    4. Alors Rentres au pays 😂😂😂 tu es attendu 😉

      Supprimer
  84. Au fait on ne devait pas parler des arbitres français ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonsoir,
      Moins on en cause meilleurs sont ils, à ce que je vois et entends ici et là !!!!!!!!!!! Doivent se croire en ouacances quand ils arbitrent des estrangers, et appréhender de revenir planter les harpions dans les enceintes du FLOP.14, où qu'immédiatement ils sont voués aux pires gémonies .........

      Supprimer
    2. Gariguette,
      meilleurs à l'extérieur qu'à domicile comme quoi il est complexe d'arbitrer un match de top 14 ! Au moins, une discipline ou l'on est dans le top 3 ! Félicitons les ils le méritent.

      Supprimer
    3. Tiens, à propos des arbitres français, y'a-t-il une bonne âme pour m'expliquer pourquoi Garcès n'a pas sifflé pénalité sur l'"interception" de Pocock réceptionnant carrément dans le camp irlandais en quasi-position d'ouvreur une passe de Murray, sur un maul après touche (ou sur un renvoi) ?

      Supprimer
    4. Parce que de maul il n'y avait pas (aucun Wallaby lié aux Irish), sayf erreur.

      Supprimer
  85. Viens enfin de voir le match , suis rentré au "Pays " ☺️Rien à rajouter franchement a tout ce qui a été dit ici et ailleurs , surtout ailleurs , non je deconne ..
    Les Australiens B et les Blacks en contrôle mais chez nous quelques mecs qui n'étaient pas au sommet non plus quand même
    Je n'ai jamais pensé que l'on gagnerait ce match j'aurai aimé que l'on marque une fois de plus pour que les NZ se sortent les doigts et avoir eu un match avec plus d'intensité
    On vient de très très loin alors sachons apprécier les progrès de l'équipe y inclus de quelque joueurs qui au contact de l'EDF et de son Staff se sont me semble t il bonnifies

    RépondreSupprimer
  86. Ah nini, la défaite encourageante. C'est notre crédo à nous, Français. On perd et on apprend. Ca fait un bout de temps qu'on apprend. Depuis quand, déjà ? On doit quand même être un peu cons, non, pour apprendre autant sans être capables de comprendre et d'appliquer. On tombe d'un drop, d'une passe interceptée. On se fait des passes et on est contents. Contents de perdre avec des passes. Mais au moment d'attraper le ballon devant l'en-but adverse, pffft, on le tombe.
    En fait on joue au rugby sur le rocher comme Sisyphe remontait le ballon. On recommence. Pour être heureux. Il ne faut surtout pas désespérer. Tenez, ouverture du Tournoi à Twickenham, balade à Rome (ils ont battu l'Afsud, sont fous ces Romains), réception de Vern Cotter, déplacement à Dublin (vous irez, vous, gagner à Lansdowne Road, surtout que ça n'existe plus) et pour finir welcome Wales. Oups...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'te l'dis, l'ami : on est équidistant du grand chelem et de la cuillère de bois.
      Samedi, on devait laver l'affront des 62 points, démontrer que les quatre années de vaches squelettiques touchaient à leur fin, donner des couleurs au bilan automnesque, honorer le public du stade de France, prouver à Novès qu'on comprend quelque chose à son discours, préparer le Tournoi, pousser sur la scène un 10 fragile face au monstre d'en face (deux ballons, deux essais), réunir Occitans et Chtis, et peut-être même désarmer l'islamisme.
      Vous avez tous joué : imaginez que vous portez le maillot bleu, que vous faites cliqueter les crampons dans le tunnel, qu'on vous a traité d'incapables, au mieux de médiocres, depuis des mois, que vous avez la tronche prête à éclater et qu'au bout, sur l'herbe, des All Blacks goguenards vous attendent...
      De quoi reprendre le cantique : foutez leur un peu la paix !

      Supprimer
    2. Ben voilà exactement ça, Charles. On va leur foutre la paix et passer à la nouvelle chronique.

      Supprimer