lundi 30 janvier 2017

Croquer n'est pas joué

Après le retentissant succès mondial des handballeurs, dimanche dernier, à Bercy beaucoup s'attendaient à ce que le rugby et sa sortie annuelle en smoking, à savoir le Tournoi des Six Nations, passent un peu inaperçus. Plus de trente ans que je suis les rebonds ovales et jamais, effectivement, je n'ai ressenti autant de distance entre cette compétition séculaire et son public de plus en plus élargi mais de moins en moins connaisseur.

La France ouvre à Twickenham, un stade qui a la particularité d'abriter un épervier sous sa tribune, surnommé Eric le Rouge en hommage à l'ancien capitaine de la Rose. Son rôle consiste à chasser les oiseaux qui voudraient trouver refuge sous les toits. Sur ce coup-là, je vous laisse chercher et trouver une métaphore qui correspond à ces vols qui échapperont complétement à l'oeil des supporteurs, samedi soir.

On aimerait que le XV tricolore s'inspire du handball français, six fois sacré sur le toit du monde, qu'il puisse transmettre autant de fierté que de joie, autant de passion que de respect. Gagnants ou perdants, que les Tricolores sortent du terrain fiers d'avoir tout donné, carbonisés mais solidaires. On souhaiterait qu'un peu d'intelligence tactique se mêle aux efforts les plus intenses. Que les Anglais souffrent jusqu'au plus profond de leur chair pour aller chercher le score.

Depuis 2010 et la dernière victoire française dans le Tournoi, Grand Chelem sous le capitanat de Thierry Dusautoir, j'ai l'impression que le XV tricolore donne beaucoup. Beaucoup (trop) d'occasions à l'adversaire de marquer, beaucoup de bâtons pour se faire battre. A vouloir offrir il s'expose ; à s'exprimer dans le jeu de passes il s'essouffle ; cherchant à séduire il se trouve des excuses. A tel point que Guy Novès - je ne connais personne qui déteste autant que lui la défaite - ne parle pas de gagner le Tournoi mais seulement «d'atteindre le plus souvent possible la cible

Cette litote témoigne d'un malaise profond : celui de la perte de confiance. Et de tout ce qu'il faut pour la regagner. Quand Jean-Frédéric Dubois, entraîneur des lignes arrière tricolores, affirme que «les Anglais ne sont pas des génies en attaque», il s'expose à une sacrée tournée de relances et, à moins qu'il n'utilise naïvement cette philippique pour aiguilloner des Anglais qui n'en ont vraiment pas besoin, vient de donner à son équipe des raisons de craindre un adversaire qui a fait du contre son arme favorite.

Avec une moyenne de trente-quatre points inscrits face à des nations du calibre de l'Australie, l'Afrique du sud et l'Argentine à l'automne dernier en autant de succès quand dans le même laps de temps nous peinions à réussir un drop-goal de misère face aux poteaux, je ne suis pas persuadé que les Anglais apprécient le jugement péremptoire du staff tricolore sur la qualité technique de leur ligne de trois-quarts. C'est ce qui s'appelle remettre de l'huile sur le Crunch.

Il y a quarante ans, le public crachait sur les avants français à leur entrée sur le terrain. Vingt ans plus tard, les tabloids faisaient leur choux gras des saillies de Brian Moore comparant les Tricolores à quinze Cantona, «aussi imprévisibles, aussi caractériels». Mais le premier joueur étranger que les responsables du Musée de Twickenham - prendez le temps de le visiter si vous faites le voyage, samedi - choisirent pour leur Hall of Fame ne fut autre que Philippe Sella.

Aujourd'hui, rien de cela. Il n'y a plus de Bastiat, de Cholley, de Palmié, d'Imbernom pour faire le coup de poing et marcher sur quelques mollets mal placés dans les rucks ; pas d'Eric Cantona pour enchanter les manieurs de fiel ; pas de Sella pour traverser le terrain à en faire fondre la défense anglaise. Erreur, pardonnez-moi, je pense à Wesley Fofana en 2013. Mais ça tombe vraiment mal, il est blessé. Et avec lui, entre les absents et les forfaits, de quoi composer une autre équipe de France.

Poirot, Chat, Ben Arous, Jedrasiak, Flanquart, Lakafia, Ollivon, Lauret, Parra, Bézy, Trinh-Duc, Plisson, Fofana donc, Dumoulin, Mermoz, Danty, Bonneval, Dulin, Médard... Rivaliser avec l'Angleterre et l'Irlande cette année ? Sur le papier, peut-être, mais pas au regard des systèmes de jeu élaborés à Londres comme à Dublin autour des turn-overs, du momentum, des contres sur les phases de conquête et du jeu au sol. Une équipe n'est pas composée que de noms.

Bon allez, hauts les coeurs ! Ce Six Nations peut tourner La La Land, bluette polychrome où il est conseillé de rêver tout haut, d'y croire pour peu qu'on soit bien accompagné, qu'on sache chanter, danser, jouer la comédie et aussi un peu de jazz au piano... Perso, ça me va. Olivier Magne, dans un entretien publié dans L'Equipe, lundi, concluait par ces encouragements : «Je veux revoir jouer les Français comme en novembre, libres de jouer devbout, de se trouver et d'être heureux ensemble.»

N'oubliez pas quand même qu'il y a autre chose qu'Angleterre-France dans la vie. On se retrouvera à 15h25 avec Ecosse-Irlande pour donner le ton de la comédie ovale, ce Tournoi toujours renouvellé et pourtant ancré dans un scenario immuable digne de Walter Scott. Comme un soupçon de pageantry dans le business.

199 commentaires:

  1. Phénoménal handball et rugby tout rikiki ? Holala, y'a du mou dans le mollet là ! Bon allez je convoque mon pépé à ta chronique ... Quoi ? Encore Pépé ? ben oui c'est que le Tournoi c'était du sérieux alors . D'abord il y a une seule télé et c'est chez lui ; alors toutes ses filles et ses gendres plus nous les petits nous sommes conviés que dis-je sommés de venir voir LE match . France - Angleterre ( c'est mieux dans ce sens ) avec Roger Couderc et les décors de Roger Hart ou Donald Cardwell je ne sais plus ... quoi c'est pas la même émission ? Et alors ! je vous en demande des réponses moi ? Donc Pépé, face au Poste, en bout de table, eh attention un match ça se regarde pas avachi dans le canapé à l'époque, non faut être bien calé sur sa chaise les coudes posés sur la table, la cibiche qui fait pleurer son bel oeil bleu ( je vous ai dit pour les yeux bleus de Pépé ?) personne n'a le droit de parler pendant que Bala et Roger causent ... A part nous les petits , surtout quand ON gagne, là Pépé est tout en rigolade, amabilités avec les gendres "Jean, reprenez un peu de Chartreuse ..." Mais SI ON PERD ... c'est l'imprécateur "je le savais ... c'était couru d'avance ... ces Angliches quels sales tricheurs . !! " oui l'Anglais est retors, nous on l'a bien compris à la mimique de Pépé, faut pas se fier à ces types QUI ONT BRULE JEANNE D'ARC ! Et qui surtout sont en train de nous fiche une bonne raclée ( les papas disent "branlée " et se font gronder par les mamans nous on s'en fout on apprend plein de nouveaux mots : oh le con, non mais quel con , fils de putes, regarde le ce nom de dieu de fils de .... ) Pépé déteste la vulgarité mais là il faut bien avouer que ces Rosbifs sont de SALES OUTILS ( ça c'est son pire juron ) . Bon la mi-temps les papas vont faire pipi, ça repart et là y'a du mieux parce que ce coquin de machin bidule leur a volé le ballon et file dans l'en-but avec tous les papas qui sautent sur place en disant "oui ... oui .... ouiiiii . " ( des fois c'est non parce qu'à l'arrivée ils font une "cagade" c'est mon parrain catalan qui dit comme ça ) et chaque année c'est pareil . Ca revient comme Noel et c'est mieux qu'un cadeau juste 30 types et un ballon . Et mon Pépé .

    RépondreSupprimer
  2. Ah, les madeleines de Gariguette!
    Au fait, j'peux venir à Treillensac, Tillinac ou je ne sais Couac, même si je ne poste pas, in-between ?
    (Ca me demande tellement de transpiration que cela serait inconvenant, en-dehors du pré et du vestiaire).
    Reste aussi un détail d'agenda à fixer.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Vincent Snaileater
      Tu viens, bien entendu
      Il est des noooooottreeeu

      Supprimer
    2. Alors tant pis pour les Quinconciens et ciennes...

      Supprimer
  3. A propos d'Ecosse , Jim Telfer a pour toi Jean Lou et pour d'autres donne son " sentiment " sur Eddie Jones et fait un compliment à GN et l'EDF
    On n'est jamais mieux servi que par les autres .. toujours bon à prendre de la part d'un Monsieur comme lui
    je n'avais jamais vu son speech aux Avants des Lions avant leur test contre l'AFS , grand moment de l'entendre et voir le visage des joueurs dont Martin Johnson " it is your fucking Everest guys " ...
    L'Angleterre est très forte , sûre d'elle encore plus arrogante que jamais avec Eddie Jones à leur tête
    Bien sûr que l'on aura de la difficulté à rivaliser mais je n'ai pas vu nos Bleus ne pas aller au bout de leur limite ni s'échapper , ça fait pas encore la maille mais on ne peut pas leur reprocher leur état d'esprit me semble t il
    Au Hand Ball nous sommes l'équivalent des All Blacks en Rugby dans les autres sports collectifs à part la pétanque on a du travail

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Sauf peut être la sarbacane, d'accord pas très collectif, mais universellement répandue chez les baveux de plus de 78 ans d'entre ondaine, furan et gier. Peut être pas moins confidentiel que le Hand, si l'on prend en compte les pratiques, sous d'autres noms, des Amériques, d'Afrique australe et d'Asie

      Supprimer
    2. Ah Telfer
      Et si tu connaissais son fils

      Supprimer
  4. Pardon, la black-box d'Uncle Billie de MS m'assigne tantôt ce pseudo ou bien SnoringIdiot ou même Vince, etc... alors que je suis tout simplement Vincent, de Sainté (petite bourgade dominée par la renommée Chazelle s/ Lyon, chère à l'érudit André)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. On devrait pouvoir se rencontrer un de ces quatre...?

      Supprimer
  5. ah Gariguette, là, tu me scotches, et ce n'est pas France - Ecosse. Chez moi, on ralait pour les rencontres avec les Gallois parce que du bleu et du rouge sur une télé en noir et blanc, bah...finalement on s'adaptait.
    Bon, la ferveur, souvent aiguillonnée par ce putain d'arbitre, anglosaxon évidemment, à qui je reproche plusieurs petites choses : une charentaise dans la télé, un claquage du mollet maternel (si, si), des fins de match ratées, télé éteinte, puis rallumée, des fois. Et ce centre, petit protégé de Ferrasse qui n'en touchait pas une, alors que Dourthe - Lux, c'était quand même le nec plus ultra. et cet enfoiré de Nigel Horton, ce qu'il nous a fait chier celui-là, (dire qu'il a été mon entraineur à Rouen et je revois mon père, rempli d'admiration devant le bonhomme) Et Beaumont, et cet ailier anglais, Duckham, fan des crochets intérieurs.

    Bon, maintenant, c'est une autre histoire, on n'est pas prêt, pas encore. Bon, faisons de notre mieux, évitons la branlée, et travaillons pour l'avenir.
    Le hand, ils ont pris la bonne habitude depuis fort longtemps de venir se préparer à Capbreton, comme le Stade Toulousain du temps de Guy Novès. Abordables, détendus mais professionnels comme les joueurs du ST de Guy Novès.
    Alors, Guy, plutôt que de s'embrumer dans les particules fines, vient te charger d'iode, d'embruns et de vitamine D sur la côte atlantique, ça sourit aux Rochelais, ça ne fait pas de mal aux Béglobordelais. Pour l'instant, on a envie de vibrer, juste de vibrer, et puis une petite victoire sur les Rosbifs, hein, c'est un peu notre Mont Blanc, avant d'attaquer l'Everest.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Effectivement moi aussi suis de la génération France-Galles
      Tu connais la chanson...
      1971-1990 c'était le must

      Supprimer
  6. J'ai vu "L'Equipe enquête" sur la chaîne susdite.
    Premier sujet parfaitement traité de mon point de vue. Atonio, ensuite, sympa. Pas du tout accroché avec Vincent Moscato...Pas net! Je ne sais pas pourquoi exactement. Au contraire du dernier sujet sur Guy Novès que j'avais déjà vu, d'ailleurs.
    Et le "Crunch", bien sûr. Mais rien de très nouveau. Du classique.
    Et pourquoi ces sujets rugby ne sont-ils pas traités par les spécialistes de ce sport?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah... vaste question
      Nous en parlerons à Treignac, André

      Supprimer
    2. je n'écoute jamais RMC donc ça fait un bail que je n'avais ni vu, ni entendu Vincent Moscato, j'avais le souvenir - enfin c'est un peu loin aussi ! - donc le souvenir d'un gars rigolard, pas fin fin mais pas con non plus ... là énorme déception : que d'aigreur! revanchard, médisant, et surtout pas drôle du tout l'humoriste ! Pas une once d'émotion, le journaliste-sic conscient de l'image désastreuse qu'il donne essaie même de rappeler ses bonnes actions passées ... peine perdue ! C'est terrible un tel cynisme . Alors par comparaison, la séquence Guy Novès et surtout le début sur la disparition de son père c'est déchirant . Pas encore vu les autres André mais même avis que toi ; il fallait des spécialistes pas des Gala boys .

      Supprimer
  7. L'épervier de Twickenham N'est pas un très bon chrétien.
    L'épervier de ces infâmes
    Chante comme un vrai païen.
    Il connaît tous les couplets
    Des filles de Camaret ........

    RépondreSupprimer
  8. Encore des souvenirs, vous exagerez !
    Ce qui me froisse le neurone, lors de mes passages hexagonaux, c'est ce pur étron de rmc dans le poste,m'y recolle 5mn de temps en temps,jamais déçu !
    Et le volubile Moscato y est roi, tout sauf un hasard ,André, non ?
    Public nombreux, parfait, on va pas pleurer.
    Peu connaisseur,ben oui, p'têt un peu notre faute, aussi à nous les autoproclamés du sérail.
    Deux bonnes décennies derrière, quand le grand Max defouraillait pom'poms et paillettes on était pas bien nombreux à oser sussurer que peut être, modestement, un petit match d'ouverture,le rappel, voir l'illustration de quelques règles de base ...., mais non, pas le temps, rien compris au concept !
    Bon ben tan pis, on a du public, c'est déjà pas mal.
    Allez, février 18, tu dis, Fanfan,ça me cause grave !

    RépondreSupprimer
  9. D'accord à peu près sur tout (rmc et les autres dont la vocation est de monter au maximum l'audimat pour le servir à des publicités d'autant plus debiles qu'elles sont ingéniées? (engineered) par des maquereaux talentueux...
    et même d'accord sur le soupçon (et demi?) d'humilité qui siérait bien aux cénacles très expert, dont le notre.
    Bémol toutefois à propos des vulgarisateurs comme Max (un type fascinant par son mélange de rouerie, d'enthousiasme parfois infantile et de deuxième degré parfois plus british que latin).
    Lui et qq autres à sa suite ont fait le job: remplir des stades (et des grands) avec les mamans, les ados et même des footeux, avec une esthétique adaptée même si éloignée de celle des bérets et des duffle-coats. La Féodalité FR avait même, coïncidence? , communiqué positivement vers les EDR. Mais pas vers les autres. Idem pour la LNR et les clubs qui se sont contentés des chiffres bruts de l'audimat et des courbes replètes avec insuffisamment de souci pédagogique.
    Et les amateurs éclairés, dont nous sommes, n'est-ce pas? n'avons nous pas trop souvent une attitude condescendante à l'égard des moins initiés ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le grand Max à bien secoué le cocotier tout endormi sous son grand pardessus, il mérite nôtre éternel respect.
      Pour autant il montrait la lune, d'aucuns regardaient le doigt ( mais ou que j'vais chercher tout ça! )
      En clair le sillon qu'il tracait, l'intérêt qu'il suscitait, aurait pu (du)être rugbylistiquement plus exploité.
      Allez les courbes repletes, je suis pour !

      Supprimer
    2. "En clair le sillon qu'il tracait, l'intérêt qu'il suscitait, aurait pu (du)être rugbylistiquement plus exploité". Je dirais pas plus, mais mieux... évitant ainsi le doigt dans la lune !!

      Supprimer
  10. Croquer à pleine dent l'anglais serait un programme délicieusement gustatif à l'heure de l'apéro français. Que l'anis emboucanne la rose, ne rendant plus Eric le rouge de mauvaise augure, pour une révolte française à la Dany le rouge. Et à la clé une victoire comme un trésor piraté à la Rackham le rouge. Une vanité rose biffée, songe d'un crunch. On n'a pas les noms, mais faudra mettre le coeur dans la confiance !!

    RépondreSupprimer
  11. Bonjour, pas pour vous ennuyer, juste pensées du jour.
    Seraient bien inspirés de nous mettre un peu de joie nos bleus de samedi contre la perfide Albion, l'est pas glop mon pays en ce moment.
    Nos handballeurs -au demeurant des as sans restriction- qui passent pour de joyeux lurons désintéressés que le seul ciment du collectif sublime dans les compét', pas glop car c'est oublier la manne financière qui arrose toutes vannes ouvertes la petite élite confidentielle du haut niveau, la filière de détection et formation qui est aussi déraisonnable et élitiste que celle du foot, et qui va construire, pour certains un monde qui ne sera que celui du petit ballon, et pour une majorité des futurs chômeurs qui devront s'inventer une autre vie. Nos grands démocrates de dirigeants de la politique qui d'un côté vitupèrent « AH, le vainqueur me revient pas, bon m'en vais chez le voisin, l'a une plus belle gueule », de l'autre le détricotage du gilet (bien rembourré) de Pénélope risque, contrairement à Ulysse débarquant à Ithaque, de couler le père François dans le marigot, pas glop non plus. Trouvez pas que le climat est quelque peu délétère en ce moment, après le fada et nouveau Custer qui à ce rythme va nous fabriquer une jolie belle xième guerre mondiale, le réchauffement climatique qui perd la boule et nous envoie les frimas de l'hiver -vous me direz c'est la saison-, tous les tarés de la planète qui jubilent du délitement général dans lequel, avec un peu d'adresse ils vont pouvoir faire leur marché, et cette ambiance de froid, de peur, de craintes, de monde qui fout le camp en enterrant un à un tous ses acquis, pourtant si durement gagnés et si souvent dans la souffrance et la douleur, je trouve pas les mots là mais ça fout la trouille et c'est pas non plus très glop non ????.
    La fameuse info en continu, le désir de faire l'actu, la course à l'audimat, au lecteur, l'époque de l'effet de l'immédiat sans analyse ni réflexion, tout demande-t'il à être ainsi diffusé, amplifié, commenté ?? Ne serait-on pas, ici, chez nous, en train de sacrifier et copier aux méthodes qui outre-atlantique ont accouché de qui l'on sait, tout ce remue-marécageux-nauséeux-polémiqueux, ébullitionné par les supports d'info qui ont besoin de toujours plus et plus encore, ne nous entraîne-t'il pas dans cette direction, les artificiers du moment sont ils bien conscients d'être en train d'allumer la mèche lente qui va faire péter le barnum, ces mêmes boutefeux qui demain se dresseront véhément contre ces murs qu'ils aident à construire, pas glop hein ??

    RépondreSupprimer
  12. Ca y est, ça se remet à puer l'Anglais. Ca c'est de l'effluve, c'est pas du petit bouquet de Top XIV. Y'a du yoyo dans le mercure. Encore un peu et on leur reproche d'avoir inventé le rugby. Faut dire qu'avec leurs tronches de petits mickeys Rooney, boulazéro et jambonneaux roses, sont glamours les yorkshires. Couillons jusqu'à amener leurs juments aux troisièmes mi-temps : pas déçues...
    N'empêche. Sadisme ou masochisme, il m'arrive encore de faire "21" sur ma zaping machine à caméra de recul et prise mp3. Dire que ça s'appelle L'Equipe... Bêtise crasseuse, vulgarité absolue, bouillon gras. Mais j'ai un ordinateur, les gars ! Avec un peu de pot, de temps en temps, j'accroche une émission sportive anglaise. Pertinence, compétence, un poil d'understatement vaniteux (certes), mais l'impression que, de l'autre côté de la Manche, on n'a pas choisi les plus abrutis pour causer au people. Juste de quoi les détester un peu plus. L'ambition n° 1 d'un english, mes biens chers frères et soeurs, reste perpétuellement de nous donner la leçon, bien poliment et avec la bonne dose d'humiliation souriante.
    Moralité : on ne les admirera que mieux quand on leur aura collé la branlasse.
    Georges ! Une autre Jenlain !

    RépondreSupprimer
  13. " I thought the French were pretty good in November and obviuously the Irish as well " a dit Richie mc Caw disant que le réveil pourrait être difficile mais bon il aime pas les Anglais Richie comme le Pépé de Gariguette et puis qu'est ce qu'il connaît au Rugby Européen Richie , je te jure on lui a demandé des compliments nous ? Non alors ????
    On est jamais mieux servi que par les autres ....

    Allez les autres !

    RépondreSupprimer
  14. j ai trouve TELFER railleur
    les anglais trop fiers de leur CITY(brahim)
    si ti veu ti peu je pense que nous allons voir un sacre match
    les anglais tres portes sur le jeu de 3/4face aux beaux mouvements apercus en novembre des francais tout cela nous presage du bien bon

    RépondreSupprimer
  15. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. "muscler l'évitement" fallait y penser ! très bon les charlots de feu .

      Supprimer
    2. Du Maitrank, ça va le bocal, c'est juste dégueu !
      Quand je pense que nos ancêtres se sont fait yech à inventer le Chateau Chalon ou la Coulée de Serrant, les bras m'en tombent, peux pu attraper le tire bouchon !
      Foin de Pénélope, bast de Donald,les rosbifs fastoche, le vrai défi du siècle c'est de savoir ce qu'on va bien pourvoir en faire du Zaza.
      Allez, je suis inquiét.

      Supprimer
    3. Zaza, sur ses charlots de feu...
      Le Maitrank, une recette de moine de plus, comme les bénédictins, chartreux, Eyguebelle, Lérins and co. Z'ont rien inventés et sont meilleurs au houblon. Préfère le Macvin ou vin de paille, par Toutatis !

      Supprimer
    4. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

      Supprimer
  16. Zarma, imagine : t'es dans les vestiaires et tu leur cause comme tu nous cause. Tu crois en sortir vivant ? Remarque valable pour le plupart d'entre nous, mais c'est plus rigolo avec Zarm'.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

      Supprimer
  17. En lisant Zarma il m'est immédiatement venu en tête, le beau livre de Didier Anzieu, "Le Moi-Peau".

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Intégration du "moi-peau" novésien plutôt que le "pi-peau" !!!

      Supprimer
    2. Tombé par hasard sur le crunch 2002 sur l'Equipe 21. 1er essai français Merceron suite à 1 intérieur de Galthié, suivi par Harinordoquy. Et vidéo demandé par le référé doctor Watson (pas ès rugby) pour 1 en avant imaginaire en applatissant. Le 2e essai qui aurait dû être nikel est un peu gaché par une passe tombé au sol car trop longue (y aura pas mal d'en avants dont sur 1 3e essai refusé) pour le destinataire qui devait à priori être sauté mais qui pourra quand même la récupérer. Et une défense très agressive et haute. Pas vus après les 2 essais british. Un gros Betsen, Imanol très bien, Merceron et F. Galthié aussi. Vu aussi David Bory, me rappelait plus de cet ailier (18 sélections). Bref de l'envie pour se faire du rosbeef bien saignant.

      Supprimer
    3. Présenté comme un clone de PSA (même physique, même attitude), ce Bory ne faisait pas son cinéma sur l'aîle.

      Supprimer
    4. je me suis laissée dire que parfois sobrement vêtu d'un masque et d'une plume il faisait son Jean Louis :-))

      Supprimer
    5. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

      Supprimer
    6. joli ça le "peau-aime" ! sinon il y a Malaparte, "la peau " y est bien moins poétique plutôt coriace, à lire avec un alcool fort sous la main ...

      Supprimer
    7. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

      Supprimer
    8. Et voilà, encore un Jean Louis dans le coup !
      Je signale que le premier coupable était un Polac, sont partout, vous l'avait bien dit.
      Allez Michel

      Supprimer
  18. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
  19. Il me semblait que le premier Français à figurer dans le hall of fame de Twickenham était FX Dutour.

    RépondreSupprimer
  20. Je ne voulais pas revoir ce match, France-Angleterre 2002...Autre chose à faire! Mais...Pris par le jeu....
    Émission correcte, sous ce vocable de "vintage"!
    Cette fois, deux "spécialistes": Eric Blanc et Pierre-Michel Bonnot. Et un participant de cette finale pour le grand Chelem, Serge Betsen.
    Eric Blanc, amusant, il y a quelques années, avec son langage de Titi Parisien. Un peu lassant à la longue...Et puis, un peu trop de "...je dirais"...Mais, bref. Quand il parle de rugby, il sait quand même de quoi il parle. Pas comme lorsqu'il se met au foot (contraint et forcé, me semble-t-il?).
    Pour P.M.Bonnot, que j'apprécie plutôt, il m'a semblé qu'il se retrouvait un peu comme Denis Lalanne lorsqu'il était invité par Roger Couderc à commenter un match en direct. Pas réellement à l'aise. Et pourtant, depuis le temps, il a eu le temps de l'analyser, ce match!
    Non, ce qui m'a le plus déçu, c'est le peu d'analyse entre le jeu d'hier et celui d'aujourd'hui. Ils ont un peu survolé la question, Eric Blanc en particulier, mais pas réellement approfondi la question. Mais ce n'était très certainement pas ni le lieu, ni l'heure, ni l'intérêt de cette émission! En particulier sur ce fameux temps de jeu effectif dont on dit qu'il est supérieur actuellement.
    Moi, j'ai vu beaucoup de jeu réel. Des mêlées qui ne traînent pas...des ballons rapidement sortis, des touches sans élévateurs et assez claires malgré tout. Des fautes,oui. De mains en particulier. Qu'Eric Blanc a bien noté. Mais les mi-temps tournaient encore autour des 40 minutes.
    Ce qui m'a le plus frappé c'est la place quasi inexistante et de l'arbitrage, et de l'entourage délirant des équipes actuelles. Pas d'arrêts intempestifs pour une raison ou une autre avec entrée de tout un staff inutile de porteurs d'eau et autres fonctions annexes. Pas de demande de vidéo pour un oui ou pour un non. Un peu d'aide des arbitres de touches, une ou deux vidéos, et puis basta. Du jeu avant toute chose.
    Comme disait Paul Verlaine, dans "L'Art Poétique":
    -"De la musique avant toute chose"....

    Si le temps de jeu est compté tant que le ballon reste su le terrain, avec une suite de percussions, de "pick and go" durant une ou deux minutes, alors, oui, le temps de jeu effectif est supérieur aujourd'hui. Mais pour quel intérêt? Du plaisir du jeu et l'agrément du spectateur, j'entends


    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

      Supprimer
  21. Z'avez les neurones branchés sur la force ! Faut p't'êt' dire merci aux English ?

    RépondreSupprimer
  22. Z'avez les neurones branchés sur la force ! Faut p't'êt' dire merci aux English ?

    RépondreSupprimer
  23. Ouaip, pas trop gouleyant le p'tit Blanc.Tiens, fait un peu penser au Perret et son ridicule argot de pseudo poète branchouillé.
    Intéressante cette ébauche de débat sur le temps de jeu,sur l'agrément du spectateur, aussi.
    Perso, si le spectateur est content, tout bien mais ce n'est qu'une conséquence; Le but du jeu c'est le plaisir du joueur ( qui rappelons-le à toute fin utile n'est pas la pour sauver la nation), la victoire aussi si possible.
    Alors si ça passe par des séances de petits tas interminables , tant pis, c'est le jeu, ça compte, demandez donc aux z'Irlandais.
    Mais fort heureusement la tendance semble s' être pas mal inversée, nombreux ont compris que le mouvement, la vitesse, la recherche du déséquilibre, donc un jeu plus diversifié est payant.
    Bref, sauf à être accro à la XXI Century Goze Corporation, la vie est belle et c'est tant mieux.
    Allez le temps de jeu.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

      Supprimer
    2. dis c'est quoi le pseudo poete.... n'importe quoi

      Supprimer
  24. Pour essayer de définir ma pensée, ou, du moins, de tenter de me faire mieux comprendre, je veux dire qu'à travers toutes ces analyses sur le jeu mon but n'est absolument pas de le confiner à une certaine époque, à un certain style... Je suis loin de refuser l'évolution (les évolutions) sociale(s) et donc les modifications obligatoires dans l'appréhension des sports.
    Ainsi, du cyclisme des origines, basé sur l'endurance, les grandes distances etc. et passé, au fur et à mesure des "progrès" techniques et sociaux, à des courses -du moins dans le domaine professionnel- beaucoup plus courtes, rapides, dynamiques et spectaculaires. L'influence de l'argent, des médias a nettement accéléré ce processus. Là ou je commence à coincer, c'est quand les modifications ne sont plus "naturelles", c'est-à-dire inhérentes au cyclisme lui-même, créées par son propre mouvement, ses propres désirs, ses propres observations...., mais par des forces extérieures au sport lui-même et nettement impulsées, orientées par des intérêts cachés et des motivations que je trouve, elles, douteuses. C'est, me semble-t-il, à ce moment clé, lié à un éloignement fabriqué par des éléments non vivants de l'activité, comme hors de la chair même d'un sport, mais introduit comme avec une seringue, et provoquant une réelle rupture, que la notion "d'Age d'Or", pour en reparler, apparaît.
    Bien sûr, c'est une partie de la nature humaine que de vouloir tirer la couverture à soi. Mais il n'est pas interdit, me semble-t-il, d'essayer de faire la part des choses, de tenter de séparer le bon grain de l'ivraie. Personne ne nous oblige à tout accepter, à gober tout cru ce que l'on nous présente, et pour en revenir à hier soir et à Hannah Arendt, qui "matchait" contre ce France-Angleterre "vintage", cette idée de la "banalité du mal" m'a toujours fortement intéressé.
    Notion extrêmement active dans la vie sociale et que l'on peut décliner sous un nombre considérable de formes. Dans le monde professionnel, par exemple, dans la politique, dans les idées toutes faites, dans les acceptations -petites ou grandes- de la vie courante, et qui souvent mènent à des situations catastrophiques, dramatiques, comme on peut le lire, entre autre, dans un livre de Douglas Kennedy, "A la recherche du bonheur", où il nous montre les dégâts du Maccarthysme.
    Bref, c'est avec cet état d'esprit que je tente d'analyser le rugby actuel. De chercher à comprendre ce qui a entraîné des modifications irrémédiables et telles, que la continuité entre les origines et le développement naturel des règles jusqu'aux années 90, s'est plutôt traduit, en 1995 précisément, par une rupture que par des évolutions successives et contrôlées dans le but d'amélioration globale du jeu et d'une plénitude recherchée pour les joueurs, oui, bien sûr et en premier lieu, mais aussi, et nous le savons très bien, pour celle du spectateur évidemment. Là, également, la notion "d'Age d'Or" peut prendre tout son sens. La vision d'un match comme celui de 2002, nous montre une plus grande liberté, légèreté -malgré le tension terrible, la violence dans l'engagement..- et du jeu lui-même et de tout l’entourage. Je n'en dirais pas plus, ce serait trop long.







    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. En ce moment nous ferions bien de ne pas banaliser ce qui se passe , il y a un glissement assez fort sur le mensonge comme mode de communication et la réthorique est très autoritaire voire guerrière et ce de façon publique . Si on en reste à la guerre des mots soit ... je crains que certains et des velléités de montrer leur muscle
      Donc oui André soyons vigilants et bien faire attention de trouver " les choses normales "
      L'histoire nous a montré ou cela menait quand les " normaux " se provoquent entre eux
      On a quelques beaux spécimens en ce môme' de vérité !

      Supprimer
  25. Mes failles techniques en informatique ont entraînées l'effacement de ma conclusion. cela aurait pu être un signe:
    -"Arrête toi là...Çà suffit!". Mais non, je veux retrouver mon questionnement.

    Simplement, pour conclure, se rappeler, par exemple, que, jusqu'aux années 1980 (je ne me souviens plus de la date exacte), il était possible de taper en touche directement de n'importe quel point du terrain. Il est à noter que, dans l'ensemble, l'afflux, l’amoncellement des lois, des protections, des interdictions, des contrôles divers et variés, associé au travail spécifique, scientifique des joueurs a limité les espaces de liberté des joueurs et de vie du jeu. Tout est meilleur, oui, certainement, mais dans un cadre tel que les automatismes et les schémas de jeu prennent le pas sur l'improvisation, l'imagination...Physique contre gestuelle? Espaces de liberté contre quadrillage du terrain? Staffs professionnels à profusion et spécialisés contre vision globale et ressenti d'un simple entraîneur quelque peu assisté? J'ai parfois l'impression que les joueurs -aussi bons que des champions d'athlétisme couplés d'artistes des meilleurs cirques- se retrouvent dans des couloirs, des sortes de tunnels qui doivent, à un moment donné déboucher sur une place commune pour que tout cet ensemble puisse se rencontrer, se retrouver.
    Il est vrai que la liberté totale ne donne pas forcément le résultat désiré.
    Pour en revenir aux touches autorisées sur l'ensemble du terrain, j'ai devant les yeux la vision d'un Rowlands (Clive, je crois, l'autre, Keith était seconde ligne), 1/2 de mêlée du Pays-de-Galles, lors d'un PDG/All-Blacks en 1964 (6 à 0 pour les AB de W.Whineray)), qui tapait systématiquement après chaque touche gagnée afin de serrer le jeu le long de ces satanées touches, comme un bon joueur de billard mène tranquillement une série américaine.
    Bien souvent, donc, la liberté et la beauté s'exprimeront mieux dans le cadre de contraintes bien choisies plutôt qu"en l'absence de tout cadre.
    Gagner quelques mètres. Les uns après les autres. Les reperdre et recommencer dès que possible. Voilà quel était l'objectif de Rowlands. On voit qu'à cette époque les schémas de jeu étaient liés aux qualités spécifiques des terrains et des équipes. Jouer dans la "cour de ferme" de l"Arm's Park avec deux solides secondes lignes et un bon buteur, ce n'était pas le même chose que de jouer contre la France fin avril, par 30° à Colombes. Aujourd'hui, entre terrains semi synthétique, gabarits tous identiques, qualités physiques et techniques semblables, les systèmes de jeu se rejoignent, c'est logique. Retrouver "l'inspiration"? Certainement difficile. Les touches successives, par ailleurs, n'étaient pas plus lassantes, ni mieux d'ailleurs, que les pick and go systématiques et infinis de nos amis Irlandais, par exemple.
    Les changement des règles imposent des changements de jeu. Le dégagement direct en touche uniquement dans les 22 mètres a forcément modifié le jeu. Comme le positionnement du 1/2 d'ouverture et des 3/4 à 10 mètres sur touche etc. Après, les entraîneurs et les joueurs s'adaptent. Le peuvent-ils encore aujourd'hui? La réponse à cette question est importante. Si oui, nous le verrons un jour ou l'autre. Si non, il faudra, en cas de désaffection autour du jeu, se replonger dans le règlement en général et aller vers une modification profonde des règles en particulier.
    Là commence le vrai débat, la réelle réflexion.
    Bonne nuit.

    RépondreSupprimer
  26. Andre, pour faire long : "L'esprit du jeu, l'âme des peuples"
    Sous titre d'un bouquin de l'ami Dany H (il en a beaucoup, d'amis, plus que de bouquins ...) qui est aussi un clin d'œil entre nous.
    Dommage que Ritchie n'ait pas beaucoup d'atomes crochus, semble t il, on aurait p'tetre pu l'intégrer aux Quinconces, occasionnellement. Et Pierrot V ? En plus, c'est pas loin de ses bases ...

    RépondreSupprimer
  27. pas encore de commentaires sur la compo de samedi? Bien la peine que le coach parle de mettre beaucoup de vitesse, derrière, car pour le devant c'est plutôt lenteur et compagnie, en plus , et on n'en a pas d'autres , en 10 c'est pas rapide non plus
    Ce qui pourrait être rapide c'est le remplissage de la valise...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. une compo de buffles oxydés peut être carbonisés par le crunch .. tout dépendra de la durée de la cuisson !!!

      Supprimer
    2. Bah, y'a-t-il chez nous actuellement un 10 qui soit plus "rapide" que Lopez ? Doussain, Bernard, Wiesnievski, voire Plisson ? Pas George Ford en tous cas, plus gestionnaire qu'attaquant l'intervalle au premier ballon.
      Et en 9, question vitesse, on n'est pas mal lotis avec Serin.
      La composition me paraît viable (c'est celle que j'aurais prise, Iturria excepté que j'aurais bien lancé dans le bain malgré son inexpérience).

      Les anglais sont logiquement favoris après leurs matchs de novembre, les battre chez eux serait une très grande performance, mais on l'a déjà fait, et en plus on adore ça. Il y a aussi pas mal d'absents chez eux, faut pas l'oublier.

      Ensuite, sur le pré, laissons vivre le match.

      Supprimer
    3. Je vais suivre Itoje en 3e ligne surement très instructif ! Comment avoir un 10 style "Lucky Luke" quand tu vois la vitesse de jeu du top 14 ! Même Colin Slade n'arrive pas à sortir du lot du moins sur la vitesse, plus sur le chic chac ou l'intelligence situationnelle ! Restons Serin !

      Supprimer
    4. Exactement ! restons Serin qui d'ailleurs communique bien sa joie de vivre et son bonheur d'être la malgré tout ce que l'on raconte ... Ca fait du bien et contraste avec les humeurs du moment , il va rentrer Iturria quand Noves en aura marre de voir Maestri aller au sol systématiquement
      Si en souvenir d'un ami cher qui ne se délectait jamais autant que de voir les Anglais à la dernière minute d'un point .. et faire taire les " swing low , swing charriot " Ca serait réjouissant

      Supprimer
    5. J'ai connu ce moment magique à Croke Park en 2007, temple du football gaélique, ou 82000 personnes étaient ivres de "Ireland, Ireland" quand Vincent Clerc marqua un essai dans les arrêts de jeu ! un silence foudroyant s'est abattu dans les tribunes laissant entendre quelques Cocoricos !!! Ce qui fut admirable c'était les félicitations et les poignées de mains instantanées de mes voisins irlandais ! Magic !

      Supprimer
    6. Oui !!!! Vu à la télé par contre mais l'expérience avec les Irlandais , Écossais voire Gallois est toujours très sympa ! Magic et pourtant passionnés les mecs , le fair play c'est eux pas les Anglais

      Supprimer
    7. la bière à "Temple Bar" nous a pas coûté cher ... invitation permanente que nous avons rendue "foie" de gascon !! Et les irlandaises question tétine Championnes non de diu !!!

      Supprimer
  28. Pourquoi pas, pour ma part?
    J'aime beaucoup ce type, sa "faconde", pour dire comme tout le monde. Mais ça me parait un petit peu compliqué malgré tout. Et puis, il prend peut-être beaucoup de place et il ne me semble pas que ce soit le but de cette rencontre. A une autre occasion, plus certainement.
    Pour Pierre Villepreux, je ne sais pas trop quoi dire d'autre que la même chose, mais pas tout-à-fait pour les mêmes raisons que pour D.H.!
    J'avais bien aimé l'entretien entre lui -Daniel Herrero- et Pierre Sansot,sur France Culture, dans les années 1990. et les écrits de ce dernier, d'ailleurs, en général.

    RépondreSupprimer
  29. Et puis, seraient-ils seulement intéressés par cette modeste réunion?
    Par ailleurs, ton intervention m'a permis de replonger dans Pierre Sansot -un joli petit texte sur le rugby, par exemple- et, surtout, de lire un assez remarquable article, très "parlant", de Robert Redeker, que je ne connaissais absolument pas.

    RépondreSupprimer
  30. Texte de 2007 de R.Redeker:
    -"La coupe de monde hantée par les spectres du Rugby".
    Et une reprise, en 2016:
    -"Une lettre à Guy Novès pour qu'il sauve le rugby français".

    RépondreSupprimer
  31. "a croqué, a craqué"
    "a croqué" Pépé, sa tribu et la télé en noir et blanc ! Ma foi le binaire a parfois du bon plus que la couleur car c'était "oui" ou "non" et pas "peut être" ... On s’ébahit devant l'arc en ciel, baguette magique s'il en est une, qui efface la turbulence et la violence de la nature pour laisser bien souvent l'homme dans le désarroi du bien matériel ! C'est vrai que ce tournoi des V Nations avait du charisme, de la gueule à une époque ou nous nous émancipions à la bonne franquette ! 2 CV, DS, musique rock'n roll, émancipation et pilule, bref le "génie" de l'après guerre au sommet de son art qui ne se sait pas encore ce que sera demain. Notre rugby des pardessus se réveillait au moment de la chandeleur pour distribuer des crêpes pur sucre et digérer la mousse accumulée de façon excessive ! Une époque ou l'amateurisme éclairé (personne n'était dupe) donnait un sens aux valeurs que portait le rugby dans nos cœurs. Chacun s'y retrouvait, avec la gouaille locale, les traditions bien ancrées, le béret, la moustache, la gauloise et le pif pour digérer les victuailles de la terre ! Les connaisseurs étaient nombreux, chauvins, partisans, et n’arrêtaient de déblatérer sur le match, l'arbitre , ce diable d'enfoiré, et ces anglais toujours aussi foireux dans les coups les plus tordus mais toujours blanchis par sa gracieuse Majesté ! Chacun évoquait alors tel ou tel joueur, non pas pour l'avoir vu car Anal plus n’existait pas, mais parce qu'il l'avait lu sur le Midol, l'Equipe ou journall ocal ! Oui c'était une époque ou les gens lisaient, s'enrichissaient de mots et de rêves sur des comptes rendus non pas torchés mais écrits avec passion, sincérité et engouement. Alors, oui, le rugby était beau, passionnant parce qu'on fantasmait après lecture sur les capacités de l'équipe et des joueurs. On ne savait rien ou presque des adversaires simplement ce qu'ils avaient semé l'année précédente et on supputait grave sur nos chances à venir. Bref, un rugby de contacts, de dialogues, de passionés qui étaient fiers de leur terroir mis en vitrine sur le petit écran. Et tout ça avec un Roger, dithyrambique, approximatif sur les règles du jeu mais tellement passionné par "les Petits" qu'on ne relevait même pas ses erreurs !!! Albaladejo avait la pudeur verbale de rectifier la logorrhée de son coéquipier. Le mélange était savoureux, plaisant , attachant et rendait le match encore plus palpitant. A croquer avec le replay comme on dit maintenant.

    RépondreSupprimer
  32. suite ....

    "a craqué" de voir et d'entendre tout et n'importe quoi aujourd'hui .... la culture a fait place à la finance rendant terne voir caduque notre rugby d'antan. Personne ne s'est enrichi de cette situation même si un joueur arrive à gagner 100 000 € par mois ou même un directeur sportif n'est ce pas Bernard !! Chacun est devenu égoïste de son image, de son savoir, de sa personne et ce n'est pas le semblant de valeurs retrouvées avec GN qui va inverser ce processus. Des dieux du stade nous sommes passés aux jeux du stade ou tout est ganot du maillot au stylo, du micro au porto ! Pire nous cultivons le "médiocritas" faisant croire que nous sommes parmi l'élite mondiale ! Nenni, nous sommes trop cupides, trop appauvris intellectuellement pour pouvoir aujourd'hui prétendre à être en haut de la pyramide. Bernard n'est pas Ramsès encore moins Cléopâtre bien qu'il en abuse ! Alexandrie, Carthage, Delphes, Athènes, Rome ont eu leurs heures de gloire laissant des ruines sans âme derrière elles. Aujourd'hui notre rugby n'est qu'une vaste panse de ruminants ou l'on entasse des berlingots d'euros. Point de lait, point de saveur, point de viande, que du tendron synthétique rompu au moindre effort, que des crinières sans tête et que de la "rappe" pour fond sonore indigeste. Fini la mélodie, le concert, la symphonie des "coqs" enhardis à la mode du "Pépé" ou aller au stade n'était non pas un chemin de croix mais une pléiade à la Ronsard, du Bellay et Cie (7) ou la "Brigade" savait encore lire, écrire et penser ! Bien heureux celui qui "a croqué et craqué " pour ce temps là hélas révolu ! Peut être que les "Quinconces" feront de Treignac un lieu de bataille comme le lac de Trasimène ou "Hannibal, pensif et triomphant, écoutait le piétinement sourd des légions en marche". Dixi.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tautor! t'as oublié : delenda est Cartago !

      Supprimer
    2. je ne suis pas certain ! mais l'histoire l'a fait à ta place ....

      Supprimer
    3. d'abord, c'est "Carthago delenda est"

      Supprimer
    4. Et tant qu'à faire selon Nietzsche (qu'était pas la moitié d'un pénible) : Ceterum censeo Carthaginem esse dependam

      Supprimer
    5. selon Schopenhauer c'est Delenda est MacDo ... à vérifier quand même ...

      Supprimer
  33. Tant pis pour vous : booked! @ the den teapot cottage (5' de l'hôtel du lac , mais d'ailleurs oú est le lac? Avalé par GoogleMaps ?)
    Bien sûr DH ou PV c'était pour rire, mais plus tard peut-être ou dans un autre format : c'est Ritchie qui a les clés.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Herrero aucune chance, en tout cas pas avec moi. Villepreux, pourquoi pas. Mais là on est dans un autre format. Ce n'est pas l'idée du prochain Quinconces.

      Supprimer
    2. C'était juste un joke avec André à cause d'un sous-titre (excellent d'ailleurs); ne le prend pas autrement, steuup!
      D'ailleurs je vais reprendre mon hibernation prosodique ...

      Supprimer
  34. L'âge d'or, la belle époque, après l'âge de pierre et maintenant l'âge des spectres. L'or, graal des sportifs est enterré par l'argent du sponsoring et du mécenat. Du sport devenu produit de consommation comme un autre avec tout ce que cela implique de marketing, médiatisation à outrance, productivité, profits, et les dérapages inhérents autant côtés affairistes que sportifs qui vont bien avec. Un monde qui ne peut pas se suffire de l'amateurisme, d'art de vivre. Puisqu'on est une fois de plus dans l'art de faire du fric. Fini la poésie du jeu, sa vertu est cotée en bourse. On a vendu la peau de l'ours pour des veaux d'or, cochons chromés. Une autre "pageantry". On peut effectivement préférer celle des foies gras, cassoulets d'antan aux hommes sandwichs actuels. "C'n'est pas si mal, et c'est normal, c'est le progrès" !!

    RépondreSupprimer
  35. Avez-vous vu la composition du XV d'Angleterre ? Cinq mastocs en deuxième et troisième ligne, des puissants, c'est-à-dire costauds et rapides. Ca promet d'être copieux sur la ligne d'avantage.
    Il me semble que la clé sera le déplacement des joueurs et l'occupation tactique du terrain.
    En revanche, j'attends avec impatience Ecosse-Irlande, qui sera vif.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. moi j'attends "Flowers of Scotland" l'ivresse naturelle d'un peuple !!
      https://www.youtube.com/watch?v=TR_OjTGmrBE

      Supprimer
    2. Toujours en âge d'or kilt cornemuse !! et âge d'orge malt aussi, single, of course.

      Supprimer
    3. et merci pour l'article "comment regarder un match" Ritchie, c'est lumineux !

      Supprimer
  36. j espere que le snipper Laporte ne va de suite officier
    que Maestri joue enfin avec maestria
    Pourquoi Noves s est cru bon d employer le terme commando pour motiver ses joueurs
    il faut se rappeler les fameux apports du stage GIGN de l illustre PSA
    Comme si pour faire son TRAVAIL il fallait un esprit kamikase
    decidement passe les entraineurs et persiste ces pratiques

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Fut un temps où le travail était plus une libération qu'un burn out, où la boulangère rivalisait avec l'orthoptiste, le facteur avec le lexicologue pour façonner une société au delà de la famille, mais aujourd'hui, juste place aux tradeurs pour ériger une nouvelle tradition . Bien reliés par le journalisme investi dans le préciputisme depuis un moment , comme la médecine préférant à la visite traditionnelle celles de ses visiteurs appointés . Chez Vangélis, y'a une continuité depuis les androïdes préfèrent les moutons électriques jusqu'au crépuscule des ombres en passant par El Gréco qu'avait rencontré un drôle de Guevara libérateur . Pour débrayer manquait le Régis ; mais pour la maestria, essaie de suivre Launchbury demain .
      https://youtu.be/aNbarKaDwv8

      Supprimer
    2. J'ai enfin eu le temps d'écouter Vangelis celui ci et celui de l'autre jour, quelles merveilles ...

      Supprimer
  37. Je ne pense pas que ce soit tout-à-fait dans ce sens là...

    RépondreSupprimer
  38. Peut être un'peu faibles des pattes de devant, les highlanders,non, mais une promesse de jeu, une opposition de style, assurément.
    Pour avoir un peu fréquenté,apprécié aussi, l'ami au foulard,je peux témoigner qu'il est quand même plus dans la représentation que le dialogue, hein.
    Intéressant, certes,mais p'têt pas vraiment l'esprit Quinquin.
    Allés Alexandrie, Rome......, Beaumont !

    RépondreSupprimer
  39. Bon eh bien comme chaque année à la même époque je m'en viens vous conter le nom de la Rose ( pardon Pépé, mais nobody's perfect !) Oui je soutiens inconditionnellement le XV de la Rose contre vents et marées je chante Swing low, swing chariot avec les Rosbifs bref I am a traitor ! Twicks est mon jardin (anglais) Itoje est mon héros Eddie Jones est ... non rien faut pas déconner quand même ! Donc demain à l'heure où la bière coulera à flots, je contemplerai avec satisfaction nos pauvres coqs s'incliner bien bas devant décidément plus forts, plus aguerris, plus combatifs et plus British qu'eux ! Dici . Gloria futurs victis et alea jacta est . Pace e salute 🏈🏈🎇🍺🍺🍓

    RépondreSupprimer
  40. Itoje déjà un grand 2e ligne mais là 3e ligne, s'il a du soutien, ça va buzzer grave !!! Je reconnais que mon adolescence m'a permis avec chance de passer plusieurs été en Angleterre à Windsor, Melksham and Guilford ou j'ai pu découvrir ce flegme so bristish mais aussi ce gazon que j'envie toujours quand je vois nos pelouses moutonnées à l'impact de la mêlée. Un souvenir de 4e ou j'étais en cours quand soudain plusieurs élèves se levèrent en plein cours y compris mon correspondant, attendant respectueusement d'avoir la parole pour dire qu'ils partaient à Wembley for the final !! "Marvelous" parce que j'en ai profité du vieux Wembley et moi qui avait suivi en 70 la coupe du Monde au Mexique je fus transis par cette ambiance indescriptible ... 70 le souvenir de la 1/2 finale Italie Allemagne avec Frantz le bras dans le plâtre, Gerd Muller devant et en face Boninsegna Riva et Rivera un délire total une orgie de jeu et de suspens pire que la finale du Brésil .... Ces années là j'ai entendu parler d'Elton John, ami de la tante de mon correspondant qui travaillait au Daily's Miror ... j'ai de suite percuté sur sa musique mais aussi sur les Stones et sur les Beatles !!! l'émancipation totale par rappport à Claude François, Johnny et Cies .... la découverte de London, de ses parcs, de Buckingham palace, de la relève de la garde, etc. et d'Oxford street !!! Bref que de bons souvenirs et je comprends que l'on puisse devenir "so british" un court instant !!! de là à oublier Jeanne d'Arc, Trafalgar, Waterloo ... Nenni bien sûr mais une fois de plus eux sont Champion du monde pendant que nous sommes champion du monde des commentaires et pronostics !!! Good luck Lady Gaga !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bon Alain, moi aussi j'étais en Angleterre pendant 2 ans dans un collège privé pour y passer ma 4eme et ma 3ème. Bon la 4ème, je dis rien, on est encore jeune et naif mais la 3ème, soyons sérieux, ce n'est pas l'architecture victorienne ni l'animation commerciale du Selfridges, Hamley's,his master voice, mais c'est bien le caractère déluré des petites British qui t'ont émerveillé Hein ! quelques années plus tard, petit match contre Oxford, le match, bon, à l'anglaise, du jeu, des baffes, des excuses et la haie d'honneur. Mais la soirée !!! mais la soirée !! mais nos plus belles soirées étudiantes de chez nous n'étaient qu'aimables veillées du patronage, à côté de cette débauche de liberté.
      bon, je m'égare mais faut leur rendre cette élégance, un peu issu de l'armée des Indes

      Supprimer
    2. Jamais vraiment compris comment un mec qui te prends pour Mesrine à 15h à cause qu'il manques la licence d'un gamin de 10 ans peut te sortir l'argenterie et le hors d'âge à 20.
      Si Miss Gaywiguetty peut m'expliquer,je propose qo'on sursoie à la lapidation!
      Allez embourber leurs putains de chariots cahotants.

      Supprimer
    3. parce qu'ils savent bien qu'au fond tout ça n'est pas très sérieux ! d'ailleurs le grand Will le disait déjà
      “Life ... is a tale
      Told by an idiot, full of sound and fury,
      Signifying nothing.” Macbeth
      Swing looooooooooow swing chaaaaaaaaaarioooooooooooooooot !

      Supprimer
    4. P'tain, j'ai cru que tu voulais parler de l'autre, Carling, l'empaffé de foire avec son good game de fin de match !! Bon, good game quand même, et sois forte, on sait jamais...
      JLou, amusant "gaywiguetty". T'avais aussi gaywiguetta, mais un peu trop David, devrait remixer les "chariote's" !

      Supprimer
    5. Oui ben Macbeth c'est plutôt "Flowers of Scotland ", la préférée de mon Madam,mais c'est pas le sujet !
      Et d'abord, today il serait occupé à Scotxiter grave, le mec , mais bon, l'explication tiends la route, on sursoie jusqu'à ce soir vingt heures.
      Allez, la vie est un jeu, mais le Rugby c'est sérieux!

      Supprimer
    6. Pour la lapidation, préférez les pierres précieuses ... question de standing https://www.youtube.com/watch?v=g__ANxxwKIk

      Supprimer
    7. oh ben c'est ballot : même les Bleuets se font laminer par les Rosettes 😇😈

      Supprimer
  41. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
  42. Bon. C'est le silence avant la tempête...?

    RépondreSupprimer
  43. Attention André
    "Leiv" toi et marche 😂😂😂

    RépondreSupprimer
  44. Parait que ça se vend...
    http://totalflanker.blogspot.fr/2017/01/arrogance.html

    RépondreSupprimer
  45. Quand tu lis la presse y inclus l'excellent article de PMB , tu te dis qu'il n'y a plus qu'à parier sur le score et que la glorieuse incertitude du sport n'existe plus
    Parier sur l'underdog reste une option risque mais jouissive si ça passe , par affection pour ces mecs déjà critiques avant d'avoir enfile le short je vais le faire
    Je verrai ça en différé donc le suspense sera entier
    Allez le petit Baille qui va se faire manger par Dan Cole et nos Bleus qui ont déjà entendu " good game " avant de commencer , j'espère que de savoir qu'ils ne peuvent compter que sur eux va les motiver
    Ah sans sous estimer Leiv et les dégâts qu'elle cause Ne vous Trumper pas quand même la grosse tempête elle souffle ici ....

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. c'est l'orage François ? celui de Brassens va te réconcilier avec la météo ! https://www.youtube.com/watch?v=dYIcGZ1rE1E

      Supprimer
  46. Merci 😌😌 c'est effectivement intense voire agressif
    On est en alerte rouge ( 1'er degré bien sûr ) et je crains pour un moment
    Vous êtes un des bons moments de la journée 😉😉😘

    RépondreSupprimer
  47. Bon ce n'est pas des U 20 que va venir la solution pour l'EDF .... en avance les Grands Bretons ...
    Lievremont a du avale sa sucette

    RépondreSupprimer
  48. Quel pnache ces écossais et Mr Hogg so nice un grand match en perspective 😉

    RépondreSupprimer
  49. Et l'écho... say it ain't so Johnny (Gray). Et oui, ça Driscoll plus derrière chez les Irlandais.

    RépondreSupprimer
  50. Magistral cette touche avec le 3/4 centre blue sue shoes

    RépondreSupprimer
  51. Merveilleuse Écosse, Mais ça va être long, quand même, la deuxième mi temps.
    C'est bô, hein le Rugby quand ça veux, j'en ai les mains moites et Romain Poite !
    Allez, du coup soleil sur Chevreuse, na !

    RépondreSupprimer
  52. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
  53. Du bleu au vert sans interruption Poite Poite 😉

    RépondreSupprimer
  54. Ben finalement pas vu passer, cette mi temps , mais suis bien content !
    Allez, good gamme for everyquinconçois et çoise .

    RépondreSupprimer
  55. Je l'avais dit Richard "Flowers of Scotland" quel fight spirit des 2 côtés... encore des matchs de ce calibre avec du jeu, de rares fautes fatales et du haut niveau ... S Hogg tout simplement brillantissime 🍻🍺🍺🍺

    RépondreSupprimer
  56. enfin l ECOSSE a eut gain de cause
    un match bien plaisant
    quelle generosite ces highland s men
    on attend le plat de resistance

    RépondreSupprimer
  57. Rêvons maintenant 😂 rose ou bleu comme à la naissance that's the question 🤔

    RépondreSupprimer
  58. Combatif mais toujours aussi maladroit désespérant

    RépondreSupprimer
  59. Réponses
    1. je vais être honnête : les Anglais jouent très mal ... mais même en étant des quiches dans tous les secteurs de jeu le bébé sera rose my friends ! on se croirait en Top 14 alors que le match précédent était super ; bon wait and see mais les Frogs auraient dû tuer le match il y a 20 mn en profitant des faiblesses des Brits .

      Supprimer
  60. Une fois de plus dominer n'est pas gagné 60 minutes dans les jambes pas plus absence de lucidité et des fautes du niveau de Top 14

    RépondreSupprimer
  61. Réponses
    1. https://www.youtube.com/watch?v=gWrhnhCPYIE

      Supprimer
  62. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
  63. Regardé ECO/IRL mais loupé le dernier ¼ d'heure, et vu en entier EDF/ANG. Sur ce que j'ai vu du premier, un vrai plaisir de regarder ce match, avec une équipe Ecossaise fidèle à ses valeurs et traditions et l'Irlande avec beaucoup de ballons et bien peu d'imagination ; installer les vertus défensives en références de ''jeu'' et de tactique principale ne fait pas forcément un fond de jeu, que du jeu latéral, pas de progression, on balance la balle de droite à gauche et vice-versa, à chaque aller-retour au passage du milieu du terrain boum une percussion pour ….. ?? On ne sait pas trop, et quand s'approche la ligne le seul crédo est le tas après le tas, le pick avant le go, pfffuuuiiiiii quelle litanie. Bon, je voudrais proposer à votre sagacité les points suivants : Je suis assez ''espanté'' par le physique des joueurs, et la transformation de certains, l'arrière Ecossais par exemple, Doussain et bien d'autres ont le cou qui a doublé de volume en 2 ans, je me demande jusqu'à quand leurs petits tendons vont tenir ce corps qui leur échappe, me font penser à Castaignède quand son passage chez lez British l'avait gonflé mais gonflé !!!!! J'ai du mal à bien saisir, dans le cas d'un avantage accordé, jusqu'à quel moment l'arbitre l'efface. Je pense que 5 voire 6 temps de jeu après, basta la faute, l'équipe qui a décidé de jouer et bien elle joue et l'avantage doit finir de sa belle mort dès lors que les bénéficiaires ont joué 2 fois le ballon. Intelligence et innovation des Ecossais sur l'essai de leur 3/4 centre ….. en touche, les joueurs sont tellement bourrins et branchés séances-vidéos qu'ils respectent les schémas jusqu'à la bêtise, les marquages et les blocs coulés dans le bronze. On -et même si ON est un con- ne cesse ici de dire et redire que le rugby est un jeu INTELLIGENT fait pour des joueurs INTELLIGENTS, alors !!!!!!! J'ai eu mal à chaque prise de vue des staff dans leur bocal de verre, avec les analystes vidéos super-connectés et les adjoints (chargé des avants, des arrières, du jeu au pied, de la défense, dont le rôle mystérieux m'échappe (s'il reste de la place devraient créer un poste d'adjoint chargé de la passe), vu la gueule que tirent les entraîneurs là-dedans ça doit pas être la joie, vois pas le rapport avec le rugby dans cet emprisonnement. Enfin, j'ai jamais trop été branché mêlée ordonnée, l'ai toujours considérée comme un lancement de jeu qui privilégie l'affrontement initial et vite pondre le ballon pour le faire respirer, mais si des és-docteurs d'ici en la matière pouvaient m'expliquer pourquoi les Ecossais ont été si souvent sanctionnés, pourquoi à ANG/FR aucune mêlée ne s'est déroulée moins de 2 voire 3 fois ?????? Le fameux match de 2007 dont on a causé cette semaine, c'est intro et jeu sans commandements absurdes, quand tu comptabilises le fameux temps de jeu à la fin, je l'ai fait, t'es kif-kif au même niveau sur les deux rencontres. Vu qu'on peut plus plaquer trop bas, ni trop haut, ni au milieu, je propose de supprimer le plaquage, on retrouverait alors ce joli jeu de mains qui fait voyager le ballon, itou pour la mêlée qui empèche irraisonnablement le jeu de se dérouler, enfin supprimer les essais, de toute façon ça n'existe plus que par accident, le fin du fin étant d'avoir un artilleur à la bonne mire épicétou. Enfin, prenant exemple sur Spedding, j'envisage fortement de supprimer la passe, geste osé et dangereux s'il en est.

    RépondreSupprimer
  64. le "staff" Gaulois, penché sur son projet et son cahier de tactiques, comme Pénélope s'ensommeillait sur son métier à tisser, à chaque match redétricote l'ouvrage en cours, reprenant cette antienne franchouillarde du « y'a du mieux, on va bien finir par y arriver, la défaite est prometteuse et la raclée formatrice », se glissant ainsi dans les -confortables- charentaises fourrées de leurs prédécesseurs, pour reprendre les bouts de fils éparpillés au vent des défaites encourageantes, les relier vite fait par une attache rapide avant le prochain match, et attaquer un nouvel ouvrage qu'on va voir ce qu'on va voir, non mais !!!!! On voit …............................. « Passe passe le temps il n'y en a plus pour très longtemps » !!!! Ceci dit longtemps que je n'avais pas été intéressé à ce point par le jeu proposé par notre EDF, mais pourquoi toujours ce désenchantement, comme si le FLOP.14 était un frein à l'épanouissement du collectif. Bien aimé le Picamoles très (trop) fort pour ses équipiers, toujours pas compris (pourtant j'essaye) ce que fait Chouly là-dedans (le sait-il lui???), également voudrait bien savoir ce que pensent les ailiers du FLOP.14 quand ils voient sélectionner l'ailier du VII sous contrat FFR, rêvent d'un même contrat peut-être ??? Enfin, comme on dit c'est prometteur, si si je vous le dis, mais si on vise la CDM prochaine faudrait peut-être écrémer, non ?? Mettre à la poubelle les fameuses listes élite et développement et revenir à l'essentiel. Bon, voilà, pas en colère, non du tout, pas déçu non plus parce-que j'en ai eu plus que je l'espérais, mais toujours en attente de réconciliation avec le rugby, le jeu du rugby, et mon EDF.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. curieux comme le prénom Pénélope revient à la mode tiens écoute Nini, https://www.youtube.com/watch?v=Y_HGqvccJPU après tout ce qu'il leur manque aux Bleus c'est ce qui manque à Pénélope ; une idée de l'aventure, vivre tout simplement un peu " de désordre dans les dentelles " ....ah Brassens quand même quel visionnaire !

      Supprimer
  65. Nini
    j'ai vu les deux matchs .. rien à voir ... des écossais appliqués, pragmatiques, réalistes, soutenant le combat 80 minutes, pas de fautes stupides, une paire de demis brillante, un buteur à 100% devant une équipe d'irlande potentiellement supérieure mais brouillonne, manquant de rythme, d'automatisme pendant une mi-temps par contre un demi d'ouverture beaucoup plus offensif que Sexton, Bravo à Vern Cotter qui sait sublimer un peuple et une équipe avec si peu ! Dommage qu'il aille à Montpellier, une hérésie à mon sens à ce niveau de technicité et de compétence ... dans le 2e match, 60 minutes de haut niveau avec toujours les mêmes lacunes incorrigibles issues du top 14 ... un plan de jeu à la GN qui a marché quelques temps au ST mais qui a besoin d'être dépoussiéré .... malgré de beaux mouvements ... Nos iliens devraient jouer au centre histoire de s'endurcir en défense et d'être plus impact player que Fickou ou Lamerat ....urgence d'avoir un buteur de classe mondiale qui sache aussi concrétiser la domination par des drops afin de soulager les avants .... Picamoles affûté depuis qu'il est en angleterre et il tient 80 minutes !! le seul ou presque !!! Je miserais bien une piécette sur "Flowers of Scotland" le we prochain ! Ils n'ont pas eu leur demi finale de coupe du monde mais peut être qu'un Tournoi des VI Nations pour Vern Cotter serait une juste récompense.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'en connais à qui on a promis la lapidation pour moins que ça ! Comment ? Soutenir l'Ecossais contre le fier Coq Gaulois ? Bon en même temps je suis tout à fait d'accord les Ecossais ont une élégance de jeu qui te réconcilie avec le rugby et si en plus c'est efficace . En plus historiquement on n'a rien à leur reprocher pas eux qui feraient un barbecue d'héroïne nationale, ah non ! Pas eux qui défieraient notre fier Empereur sur mer ou sur terre ! Et puis l'Auld Alliance, Walter Scott tout ça ... le whisky !! Plein de raisons de soutenir le tartan : http://www.liberation.fr/planete/2014/09/15/pourquoi-les-francais-aiment-l-ecosse_1099073
      Mais pas la cornemuse ! Pitié, pas la cornemuse !! 😍👸🏈🏆

      Supprimer
  66. Achetons un Kilt et une cornemuse !
    Allez les bleus et l'Avern et vive le Rugby quand même !

    RépondreSupprimer
  67. les anglais hesitant sans grande inspiration ni domination ont su fructifier et ils ont finis avec un jeu plus conforme a leur reputation
    pourle moins PICAMOLES depuis son extradition arrive a faire des passes et bonifie ses avancees que je jugeai steriles auparavant sur que le match fut plaisant sans etre un chef d oeuvre
    gare aux chardons et si la reussite les accompagne et cette maudite malediction les abandonne
    il va y avoir du riffifi

    RépondreSupprimer
  68. Ouais au moins le staff et les joueurs sont conscients de leur lacune ça nous change mais c'est le minimum pour progresser et gagner enfin !!

    RépondreSupprimer
  69. Etrange malédiction sur l'équipe SUD-AF championne du monde en 1995, puisqu'après le 3° ligne Ruben Kruger décédé d'une tumeur au cerveau en 2010 et du centre Tinus Linee en 2014 atteint de la maladie neurodégénérative dite maladie de Charcot, voilà le tour du demi de mêlée Joost Van der Westhuisen souffrant de cette même maladie. Oui sacré destin de merde, pour une maladie qui touche moins de 10 individus sur 100 000, c'est quand-même pas d'bol qu'elle se soit acharné gratuitement sur le joueurs de ce XV champion du monde !!!!!!

    RépondreSupprimer
  70. Petite chronique polémiste inspirée par la triste nouvelle du dessus et les golgoths sans poésie qui hantent les terrains de rugby d'aujourd'hui -comme ce ouiquinde de tournoi- et qui me laissent sceptiques sur l'avenir de mon sport et l'intérêt que je vais bien pouvoir lui trouver à ce rythme infernal de décérébration. Les gros plans sur les joueurs des rencontres interpellent à-minima tous ceux qui évoluent dans le milieu du rugby . Le dopage dans le rugby fantasme ou réalité ??? Jeux de maux en ne parlant pas de dopage mais « d'aide à la performance » (!!!) à l'aide de divers méthodes et adjuvants de quartiers -de viande- parfois autorisés, ou pas mais alors bénéficiant de la fameuse AUT, border-line qui penche vers l'illégal, in-fine dangereux pour la santé des joueurs ??? Alors dopage présent ou pas dans le rugby ??? Vaste marigot dans lequel les différents concernés ne sont pas toujours clairs !!!! Avènement du professionnalisme années 2000 l'AMA ''Agence Mondiale Antidopage'' alerte sur le recours par certains joueurs à des mélanges corticoïdes-cocaïne pour repousser les limites de la douleur, pratiques expérimentées en Angleterre et dans l'hémisphère sud. C'est dans cette même période que fleurissent comme colchiques au printemps les bienvenues AUT et que s'épanouissent sur les terrains des joueurs évoluant sous corticoïdes et ventoline, au point de fair dire à un toubib « il y a plus d'AUT que de joueurs sur le terrain ». Est-ce qu'aujourd'hui les choses ont changé, et si oui dans quel sens ??? Plus propre le rugby, ou plus pointus les contournements et déviances ??? Les cortico, les anabo, la vento machin et tous les trucs cachés, dissimulés, masqués, les sportifs de Ô niveau modernes cobayes sans assurance de ne pas être demain des cas cliniques étudiés par tous les carabins se destinant à la médecine sportive ??? Les staff médicaux des clubs et nations apprentis-sorciers ou collabo sans sourciller ??? Les joueurs qui arrivent avec quelques qualités dans un club et qui s'affirment prometteurs tant pour le club que pour l'équipe nationale, prennent en moyenne 10 à 15 kg en 2 ans, comment font-ils pour « exploser » ainsi physiquement ??? Ce qui n'est chez les pro, après tout, que le sacrifice et la soumisson à un système qu'ils adoptent et auquel ils adhèrent volontairement, devient plus problématique quand il inspire, par mimétisme, les niveaux amateurs où les joueurs prennent de biens gros risques en consommant des produits illégaux, fréquentant des salles ou des « préparateurs physiques » hasardeux mélangent allègrement programmes dantesques irraisonnables (à base de fonte principalement) et ''accompagnement'' par des poudres hyper protéinées. Si chez les pro, on le voit bien maintenant, on peut déjà parler de dopage organisé (oui oui je sais faut pas dire ça, y'a des mots plus jolis, chuuuut, oui bin oui mais …. ça reste du dopage ….), dans le rugby amateur les joueurs usent et abusent de produits illicites, sans suivi véritable, sans discernement, juste pour avoir de grosses cuisses et des gros ceps bi et tri, affolant, dramatique, tout ça pour suivre l'exemple du gros centre en FLOP.14 ou en EDF qui culbute tout ce qui traîne, ou du 3° ligne aux 4 poumons qui chaque semaine pulvérise ses « statistiques » défensives, et tant pis si le premier ne sait pas faire une passe et le second ne sait pas attrapper un ballon, et puis quoi encore voudraient en plus s'amuser les salariés, en plus des contrats, droits à l'image et congés payés ????

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Nini,
      Peu de champions, morts ou moribonds, ont eu l’honnêteté de dire qu'ils ont croqué pour de l'argent et pour la gloire. Question d'image pour lui même mais aussi pour les siens. Encore moins ceux qui distillent à longueur d'année à partir du "darknet" des conseils sur le dopage. C'est bien connu tout le monde respecte les limites de vitesse et tout le monde a un permis à 12 points !! Donc bien sûr "pas vu pas pris" !!! Aujourd'hui on ne sait rien parce qu'on n'a pas envie de savoir et que tout est fait pour ne pas savoir et que l'art premier est de contourner les réglementations pour continuer à tricher. Ça me fait penser à Guignol et le gendarme !!! Passons l'AFLD sous la coupe de la police scientifique et du ministère de tutelle et développons une filière de contrôle policière ! La musique va vite changer, les sanctions seront à la hauteur du délit et le casier judiciaire ne sera plus vierge !! S'il faut en arriver là pour avancer pourquoi pas, non ? On le fait bien et à juste titre avec les automobilistes entre autres délinquants ... Maintenant aussi grande peine de voir partir des étoiles du rugby qui ont fait rêver et qui ont payé au prix fort la cupidité et l'ignorance. Il est toujours illusoire de croire à un sport propre quand on voit les JO et les affaires de dopage en cours .... Soyons philosophe comme les Sumos !!

      Supprimer
  71. Ranghaine ...
    je viens de lire les articles d'avant match du "Crunch" ou chacun allait de sa plume pour une possible victoire de la France ! Toujours le même conte de fée des auteurs y compris sur A2 ou le manque de clairvoyance, d’honnêteté et de modestie sont absents. Lasse de lire des supputations inexorablement fausses, j'ose dire qu' "on ne peut péter plus haut que son cul, ni écrire plus haut que son style, ni crier plus haut que soi même" ! En clair il vaut mieux comme je le dis souvent "péter du cul que de la tête" ou puisque Brassens est de retour dire que "les gens avaient à cœur de mourir plus haut que leur cul" (https://www.youtube.com/watch?v=uamalhUvpRE). Par quel tour de magie peut-on passer d'un top 14 mièvre, d'une coupe d'Europe des clubs glauque au tournoi des VI Nations en ayant des prétentions ubuesques ? Même le druide de Pibrac n'a pas encore trouvé le recette ! Lui qui a porté sur les fonds baptismaux le ST jusqu'au sommet de l'Europe en 20 ans, comment aujourd'hui peut-on croire à son contraire en 4 ans ? Nous avons un échantillonnage de hétérogène de joueurs issus de clubs au parcours en dents de scie et l'élite ne se construit pas avec un milieu de tableau même si individuellement ces joueurs sont bons. Pour s'en convaincre il suffit de regarder nos adversaires et de voir que rares sont les joueurs de milieu de tableau à intégrer une sélection nationale. Notre rugby recule insensiblement sur tous les fronts, coupe d'Europe même si Toulon a gagné 3 fois avec des mercenaires, rugby à VII (10e à Brisbane), raclé des moins de 20 ans hier soir et notre top 14 en dessous de la ligne de flottaison. J'ai lu avec intérêt la posture de Christian sur la formation et sur sa vision du rugby actuel. Je salue son honnêteté et je partage sa douleur que de voir la rengaine médiatique de dire le contraire de ce qui est. Nous sommes à la cour de Bernard XIV, de Sieur Sa (SS) Majesté Mazarin, Cardinal de Bagouze, et rien de plus terrible que de ne pas participer aux banquets et festailles gaillacoises. Chacun est prêt, comme il se doit, à faire le baise main (de Judas) et la courbette qu'il se doit pourvu que l'on puisse entrer au château de Marcoussis. Rien ne change, les courtisans demeurent courtisans et les rois roi. Alors d'ou vient cette "haine intellectuelle" de faire croire ce qui n'est pas, de plagier les grands alors qu'on est petit ? N'ayons pas peur de la langue française, de sa culture, des ses mots et maux qui ont conduit à la révolution car là est bien le problème. Ou sont les Danton, Robespierre, Marat et consorts ? Ou sont les généraux napoléoniens pour assainir et remettre dans le sens de la marche (et non "en marche" !) un rugby français moribond ?Nous sommes exsangues à tous les niveaux et nous continuons à vendre une image fausse du "French Flair". Soyons plus modeste, plus mesuré, reconstruisons. Le terreau est là malgré les pesticides, la terre nous tend encore les bras, le monde amateur, certes partagé entre deux chaises, sera, à force de quolibets, reprendre l'initiative dans le bon sens. Je n'ose croire que les "anciens" vont sacrifier sur l'hôtel leur passion pour un brin de pouvoir et oublier par amnésie d'ou ils viennent. Cultivons et revenons à nos vraies valeurs, en particulier celle du coq qui chante les pieds dans la merde car c'est le seul endroit ou chacun se retrouve un jour ou l'autre !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. PMB les appelle "les tueurs aux doigts de beurre" bon c'est méchant ok mais tellement juste ! Le fighting spirit des Ecossais, l'arrogance des Anglais - putingue ! même sur une jambe (de bois) ils les battent encore ! - l'amateurisme des Italiens, le coeur / choeur des Gallois, la fierté Irlandaise .... on aura tout dit et tout écrit des autres sans jamais se regarder en face . Alors que dire aujourd'hui des Frenchies ? Oui c'est pas une raclée mais battus de 30 ou de 3 points c'est encore, c'est toujours une défaite . Non mais sérieux Doussain international, ça doit en faire grincer des anciens joueurs qui n'ont jamais approché le Graal ! Là on est déjà à se chercher des raisons de se satisfaire de cette prestation ; soyez assurés qu'en face les Brits vont en mettre plein la tête à leur équipe malgré cette (pauvre) victoire . Bien d'accord avec toi Tautor pour soutenir les clubs amateurs, les petits qui y vont encore avec des formateurs qui y croient mais le monde de l'EDF c'est plus ma tasse de thé .
      PS : J'ai coupé le son de France 2, aucun intérêt .

      Supprimer
  72. en vrac.Avez vous remarqué les biceps de qq avants anglais en U20, ils se préparent pour un concours de culturisme?....
    Combien de passes entre le 9 et le 10, sur attaque placée possible le 10 n'est jamais lancé à la reception quand exceptionnellement ça arrive. Suite à cette observation, je me demande à quoi ça sert les "vacances" à Marcoussis, et toujours des avants qui se mettent dans la ligne de 3/4, pour quel résultat? Et pour terminer sur la charnière qui n'a pas dutout peser, on finit sur la touche manquée suite à pénalité, c'est sublime.
    ET Monsieur l'arbitre, ça sert à quoi les relations Nord-Sud? depuis qd n'a t on pas vu autant de temps utilisé qui tourne autour du pb de la mélée fermée.

    RépondreSupprimer
  73. L'arbitre et les deux paquets d'avant sont responsables , quasi pas une mêlée jouable !
    Le soutien offensif n'est pas au point ! Ca nous fait mal en 2/3 belles occasions , c'est le refrain du on est pas loin .....
    Après si on pense comme Eddie ou d'autres que les Anglais ont mal joué tout seul ...
    J'ai vu un paquet d'avant dominé son adversaire qui les a empêché de mettre de la vitesse et une belle défense jusqu' à cet essai du centre
    J'en reviens sur mon point plus haut et le manque de soutien offensif sur de beaux breaks
    Effectivement Doussain n' à rien à faire la ce qui révèle à lui tout seul le manque de talent à ce poste
    Autre point de réflexion le banc Anglais à amener de la puissance au moment où tout le monde est bien fatigué , à considérer chez , pas fan spécialement de Bastaraud mais dans les dernières 15' why not

    RépondreSupprimer
  74. Personnellement, j'ai essayé de regarder les deux matches (un peu les U20, mais j'ai vite arrêté, pressentant la catastrophe) comme si j'avais 18 ans. C'est-à-dire sans trop d'"a priori", ni d'arrière pensée. Comme un amateur du jeu et un peu plus pour le second: comme un supporter de la France, en tout bien tout honneur. Avec l'esprit anglais: "fair play" et tout le toutim...
    Et bien, j'ai passé une belle après midi de rugby.
    Il m'a semblé voir des matches un peu comme toujours entre les Écossais et les Irlandais, avec des jeux relativement ouverts -pas trop de "boum-boum". Des initiatives en première main et des innovations astucieuses dans des zones rarement travaillées comme cet essai "amusant" du centre écossais lors d'une touche près de la ligne Irlandaise. Cela m'a fait bondir de joie et conforté dans l'idée que, si la volonté de jouer autrement (et non comme le conformisme général a tendance à le faire) se manifestait un peu plus, il y aurait certainement des surprises et des changements. A la fois dans les mentalités, mais aussi dans les gabarits et les méthodes d'entraînement. Certainement vers plus de technique collective que vers une recherche unilatérale de puissance (Ah, la volonté de puissance!). D'ailleurs, il existe quelques prémisses, quelques foyers de cette modification du jeu: chez les Écossais, donc, mais aussi chez les Argentins et, chez nous, à La Rochelle, il me semble.
    Le deuxième match. Tout a été dit. J'ai même regardé la 21. Le débat. Intéressant. Que des spécialistes éclairés, dont notre Ritchie, royal. Un certain optimisme de mon côté avec, cependant quelques questions, comme Dominici l'a souligné, sur la composition et l'utilisation du banc.
    Voila, rapidement mon sentiment.
    Maintenant, et bien que j'aime beaucoup ces Écossais, je vais prier sérieusement pour une belle et nette victoire de la France pour une multitude de raisons que tout le monde doit pouvoir ressentir sans plus d'explication.



    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. c'est ici l'Equipe du soir avec RE : http://www.lequipe.fr/lachainelequipe/video/la-grande-soiree/tous-sports-replay-la-grande-soiree-du-samedi-4-fevrier/x5ao3bc

      Supprimer
  75. Ecosse/Irlande, Angleterre/France, même combat à la base. Ecossais et Français n'étaient pas favoris et ont brouillé le jeu adverse qui n'a pas jamais pu se mettre en place correctement. Une volonté de jouer. Sauf, que le chardon a gagné, lui, et avec réalisme. Au bout du bout, j'ai trouvé des français avec une grosse envie mais globalement au maxi de ce qu'ils pouvaient produire. Même avec 2/3 occasions concrétisées dont celle de Lamerat, immanquable, encore plus impardonnable que Doussaint admonesté par Novès. Pourtant pas mauvais sur le match, mais sur cette action... Mais dès qu'ils ont baissé de pied en 2e MT, la tonicité et rapidité anglaise a pris le dessus d'où l'essai anglais y compris celui refusé où on revient de loin. Un banc plus fort que celui anglais. Picamoles homme du match, mouais, très bon dans l'avancée certes mais garde encore des ballons à exploiter différemment. Peux pas s'empêcher. Pas trouvé meilleur que son homologue Hugues qui a bien suppléé Vunipola. Perso, j'ai beaucoup aimé Gourdon qui confirme qu'il est le meilleur troisième ligne du moment et depuis un moment. Y a du Magne, Cabanne chez ce mec. Il a la vista. Il est au four et au moulin, en attaque pour faire la différence à la main et en défense. On a trouvé enfin une pépite. En face Itoge, bien aussi. Mais trouvé un peu surexcité, surmotivé ou un zest de pharmacologie dans l'air...
    Sinon, la gagne pouvait s'entrevoir avec l'essai tout fait de fin 1re mi temps. Perso, un petit hold up quand même si ça avait été le cas (une pénal facile ratée, l'essai refusé d'une babiole en touche). Encore du boulot, mais ça on le sait. Quand on lit tout la précision du travail, les ateliers, la recherche de nouvelles idées, d'intervenants de tous bords effectué par E. Jones (du mal à accrocher quand même avec le personnage). Entre autre, la consultant Sheyrille Calder dont j'avais parlé plus haut, qui s'occupe de la vision de sportifs actuels trop rivés sur leurs écrans et mobiles. Je désespère pas de voir du mieux français quand même.
    Serait bien de plus voir un Guirado frustré une fois de plus, comme en rade de Toulon. On attend les écossais. Ca peut être sympa... pour qui ??? Aux Français de voir. Y a du blason à redorer, avec la claque des U20, les filles qui n'ont pas tenu la longueur.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Comme dans tout staff de haut niveau il y a besoin d'un préparateur mental ou coach mental, pas issu du sérail forcément, mais avec une approche relationnelle autrement différente du manager ! Moi même j'ai souvent recours au coach mental pour solutionner des problèmes qui ne relèvent en rien de la pharmacopée ! J'ai passé une aprés-midi avec le staff de l'équipe de France de hand ball il y a 3 semaines, un moment de convivialité, de bonheur, d'écoute et de respect pour ce que chacun apporte à la contribution des autres ! A dans notre paroisse. méditer

      Supprimer
    2. ben justement Tautor, comment expliques-tu que ce mentor ( Onesta) d'un calme olympien, aux explications claires et mesurées, d'un abord jovial, qui a de l'humour et un humanisme presque palpable ....comment expliques-tu qu'il arrive à transformer les doux joueurs de handball en tigres féroces dès qu'ils entrent sur le parquet ? Parce s'il y a des tueurs bleus en France ce sont les handballeurs de l'EDF !

      Supprimer
    3. ah oui d'accord avec toi Sergio, Gourdon est formidable ... qui sait ? l'école de La Rochelle va peut être finir par faire de beaux petits avec de la grinta et un cerveau !

      Supprimer
    4. La cohérence , la continuité et la confiance qui se construit un palmares et avec seulement 2 coach
      Est ce que tu as vu de la cohérence et de la continuité depuis 20 ans dans le Rugby Francais
      ? Moi non ....et on parlait déjà de sortir Noves et sûrement encore si d'aventure on faisait un Tournoi moyen ! Tu te souviens des débuts d'Onesta , des sympathiques commentaires de l'Equipe et de Constantini ?
      Et soyons clair Onesta c'est le modèle pour moi
      et sa cohérence dans sa vision et le management des hommes sans parler de la transition avec Narcisse et Gilles
      Essayons malgré les défaites encourageantes de regarder les progrès , c'est ce qu'a fait Claude , oui je me permet , quand ça allait mal et qu'il était sous le feu des critiques avec ses joueurs
      Dans son bouquin tu vois qu'il a pas oublié ...

      Supprimer
    5. oui mais ça n'explique pas "tueurs" ; Karabatic explique son mental par le refus de perdre partout, à tous les jeux même au tarot il faut qu'il gagne . Pareil pour Omeyer . Mais les autres ? Il leur fait quoi le Claude ? Je me rappelle avoir vu Laporte - au RCT- hurler, se rouler quasiment par terre la bave aux lèvres pour susciter un sursaut chez ses hommes . Bon . J'ai du mal à imaginer GN faire un numéro identique, Onesta encore moins . Alors c'est quoi le ou les leviers pour la gagne ? Voilà je soumets cette interrogation à votre expertise . Bonne journée !

      Supprimer
    6. Ldy Gaga,
      un début de réponse avec Claude Onseta pour quoi il a des killers écoute
      https://www.youtube.com/watch?v=vtqbSPD5lVc
      puis pourquoi il est respecté et écouté à l'opposé de Laporte pas besoin de se mettre en colère !
      https://www.youtube.com/watch?v=c8xfw0H8kVA
      enfin une reflexion sur le manager qu'il est !
      https://www.youtube.com/watch?v=O2LGM8_s15c

      Supprimer
    7. une mini master-class en quelque sorte ! j'aime beaucoup le passage sur la nécessité de l'incertitude c'est plus de la philo que du coaching mais pourquoi pas ?

      Supprimer
  76. Pour bien commencer la journée sur vos recommendations je vais regarder Écosse Irlande

    Allez les Bleus

    RépondreSupprimer
  77. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
  78. Bravo l'Ecosse ! Grosse défense ! Et nos Irlandais a contrario deux fois pris sur la passe sautée
    Doivent être bien énervés ....
    Allez les Bleus !

    RépondreSupprimer
  79. Bon pour en finir avec le Crunch, c'est quand même les jeunes Brits qui ont fait le gros coup, avec un Max Malins ... malin comme tout . Moins de 20 ans ... ben on est mal parce que nous à ce poste c'est le désert .

    RépondreSupprimer
  80. Beaucoup question de Claude Onesta depuis quelques heures, le Tarn à l'honneur avec sa ville natale Albi et sa cathédrale toute semblable à une fortification dont la prise s'avérerait délicate. Alors l'ancien sélectionneur aujourd'hui manager de l'équipe de France de handball référence ??? Sans doute, si l'on regarde les résultats, le bonhomme est plus divers et bien plus complexe que ça, me semble-t'il, et à travers quelques articles de presse il s'avère surtout un redoutable individu déterminé à atteindre ses objectifs et envies, et dès lors que des obstacles se mettent sur son chemin, sa préhension des relations humaines ne fait pas dans la dentelle. Je ne dis pas que c'est pas bien ou bien, juste que l'on entrevoit à travers ses confidences un battant sans concessions, mais s'il concède une autorité elle ne lui semble pas innée mais agrégée et grandie pas les épreuves et les conflits de personnes. Je le cite : « Je me la suis payée cette autorité, avec le lot de compagnons (ou pas) laissés sur le bord de la route, au fur et à mesure, tu identifies les coquins, tu apprends à tuer. J'ai appris. Tu ne tues pas pour toi-même, par désir de combat ou de vengeance mais dans l'intérêt de la mission que tu portes. Et tu finis par t'en accommoder. Le fait de devoir se séparer de gens ou d'empêcher certains d'arriver pour se protéger est une nécessité. Est-ce que l'on peut parcourir une telle aventure, avec autant de concurrence, dans un environnement hostile, de manière candide et naïve, je ne le pense pas.» C'est pas mal, non ? Ceci explique que sa route s'est tracée par des luttes incessantes, et sur cette route pas de pitié, Daniel Costantini et lui ne se parlent plus, Sylvain Nouet son ancien adjoint idem, Jackson Richardson itou. Y'a dl'la casse sur la route, hein !!!!! Bon sûr qu'on n'est pas chez les bisounours, mais ça révèle la personnalité. Sa vraie réussite, à mon avis, plus que ses résultats pourtant grandioses, réside surtout d'avoir eu le talent de baliser le chemin de sa succession en mettant Dinard et Gilles aux manettes, se retirant sans interférer sur le terrain dans un rôle de guide et de transmetteur ainsi que de gardien de la tradition.
    Mais il a de multiples facettes, un côté pile en organisant chaque année avec des entraîneurs souvent étrangers au handball un rendez-vous annuel à Saint-Cyprien pour un partages d' expériences, d'échanges d'idées et d'initiatives, en s'occupant de jeunes en difficulté et de malades en rémission, et un côté face quand il intervient en entreprise pour plusieurs milliers d'euros.
    Oui un gars épais, bon, y'a pas ça en rayon côté ovale ??? Allez quoi, en cherchant bien du côté du Tarn justement ?????
    HEIN ??? QUOI ??? OOOOOH non, pitié pas le carton rouge, pas le carton, c'était pour mettre de l'ambiance dans la troisième mi-temps …...........

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Avec Jackson les ponts ne sont pas coupés mais CO dit qu'il a été une grande déception, ce qui est un peu différent . Pour Costantini il est encore plus clair et on peut le comprendre : http://www.petitbleu.fr/article/2016/12/30/64194-onesta-cartes-sur-table.html Au fait il a 60 ans demain le Claude . Pas commode ( demande à Fernande) mes meilleurs patrons n'étaient pas commodes, mais au moins tu sais où tu vas . Pas de carton rouge Nini, pourquoi d'ailleurs ? on n'est pas là pour ça juste pour le plaisir du partage .

      Supprimer
  81. Le carton c'était pour rire, bon ça m'a fait rire moi pas si mal.
    Revu le match d'hier, un peu plus de raisonnement et d'observation, moins d'emportement et de colère, mais quel degré de frustration vraiment, en observant toute cette domination, ces initiatives et ces occasions non concrétisées. Frustration certes mais la colère revient lorsque l'on comptabilise ces fautes bêtes et faites gratuitement sans même que l'Anglais les ait provoqué, fautes idiotes qui en une seconde te foutent en l'air 60 minutes plutôt volumineuses et prometteuses, en créant des occasions certes et revoilou la colère, des occasions oui mais pas de réalisme, pas de concrétisation, et l'équipe adverse dépassée, asphyxiée, presque soumise et résignée, un genou à terre et proche de la capitulation, qui se nourrit de ces imbécilités de niveau EDR pour retrouver du souffle et te faire cocu tout à la fin, AH M.... !!!!!!!!! Mais plus dans le détail des choses, en-dehors donc de cette frustration, des raisons objectives quand-même d'analyser la prestation de notre XV et d'en relever quelques insuffisances, pas pour tirer sur l'ambulance mais alimenter le débat -qui s'essouffle un peu au fur et à mesure des semaines !!!!- et peut-être faire remonter vers le haut quelques observations qu'ils oublient de faire -non j'rigole bien sûr s'ils y sont et pas moi, doit y'avoir une raison- ????.
    Moi j'en vois plusieurs, et prenant le rugby à l'endroit, en 1° ligne nos pilars qui ont débuté se sont fait amuser et manœuvrer comme des débutants, au-delà de la fatigue leurs remplacements ont changé la teneur des mêlées, d'ailleurs le coach d'Albion l'a pas changé comme c'était prévu son pilar après les changements EDF et le nouveau rapport de forces installé. Les 2° et 3° lignes anglaises ont loupé leur match pendant 60 minutes, et pourtant les nôtres n'ont pas montré un grand rayonnement, on est en droit d'attendre à ces postes autre chose, l'impact est moindre, l'ascendant physique jamais affirmé, pour quelques individualités de fort tonnage -Picamoles, Goujon, Guirado constants, Maestri par séquences- je pense qu'il y a au moins de l'égal et sans doute du mieux qui fait banquette.
    Question essentielle enfin, les cadors du FLOP.14 trempent-ils quotidiennement dans un jeu qui amène au niveau international ????? Au-delà du choix des hommes -qui peut toujours alimenter les discussions de comptoir- je pense que c'est la bonne question. Par exemple la charnière, chantier toujours commencé jamais achevé, pas grand chose à reprocher à Serin, il a bien fait ce qu'il avait à faire, accéléré le jeu en étant au plus près pour rebondir, il est jeune et n'a pas pris les initiatives que le jeu lui offrait, normal il va mûrir on en tient un bon là il faut le titulariser mordicus et ne le changer que si le jeu le demande. Lopez ...... Ce poste d'ouvreur c'est compliqué, FLOP.14 pas beaucoup de 10 frenchies, seule certitude Doussain qu'a pris 15 kilos en y laissant ses qualités de joueur exit, pour la suite comme pour Serin serait d'avis de défendre Lopez, en doublant les 2 postes par des choix pour demain (Dupont/Bernard/Irribaren/???). J'entame pas la discussion sur les lignes arrières, mon sentiment est que l'on est dans le trop de pas assez et le pas assez de trop, oui c'est pas clair, je cogite !!!!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Si tu fais un bilan de la 1ere journée du Tournoi tu vois bien que les cadors n'étaient pas au Top : les Irlandais battus, les Anglais pas loin de l'être et les Gallois qui mettent une MT complète à être dans leur match qu'ils finissent par remporter . Le maître mot des équipes c'est l'adaptabilité à une situation donnée, hier les Français ont loupé THE occasion de fiche une énorme rouste à des Anglais mauvais comme des Cauchons ( tiens Jeanne celle là elle est pour toi :-). Tant pis pour eux parce que ça ne va pas se reproduire deux fois . Alors le physique, le talent bien sûr qu'il faut un minimum mais si tu regardes le merveilleux match des Ecossais, moins forts sur le papier mais complètement DANS leur match dès le début et jusqu'à la fin, profitant de la moindre faute irlandaise, astucieux, rapides ... du Scottish Flair en barrique ! Moi j'en redemande .

      Supprimer
  82. "Tueurs" à savoir réalistes et opportunistes. Le problème c'est qu'il y a tjrs un secteur ou ça flanche et qui pèse sur le match. Là, en dehors le manque de réalisme récurrent sur 1, voire 2,3 occases, il y a surtout l'indiscipline quasi générale qui a fortement pesé sur le match. Les mots du staff sont forts. Mais collectivement, impardonnables pour le groupe qui a joué et qui se tire effectivement une balle dans le pied. Pas trop d'accord sur la loupe de Richard "pardonnables/impardonnables" qui se discutent, notamment pour Vakatawa, Lamerat, Nakaitaci et Maynadier. Et quand c'est pas la discipline, c'est les rucks, la défense, l'arbitre, la pluie, le vent, le public, le ballon, les vestiaires, l'hôtel, le car,... et j'en passe !! A quand une maitrise globale ??

    RépondreSupprimer
  83. Pas d'accord avec toi Nini sur la 3e ligne française. Picamoles reste malgré tout un de ceux sinon celui qui fait avancer, même s'il garde encore trop de ballons. Et Gourdon a été excellent autant en défense qu'en attaque et confirme.
    Par ailleurs chez les Brits, Itoje a été bon surtout défensivement et N. Hugues a été percutant.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Itoje est redevenu bon et offensif lorsqu'il est repassé 2e ligne pourquoi ? Quand à Launchbury (Zarmaou) plutôt fade le garçon pour ce crunch ! On a besoin d'un vrai capitaine qui sait lier les hommes et cela manque cruellement, trop introverti le notre, besoin de rencontrer un coach mental qui va le pousser au bout de lui même .... écoutez ! le maestro
      https://www.youtube.com/watch?v=Y2OO96Zkrbs

      Supprimer
    2. Je m'ai mal exprimé, en plus écrit Goujon pour Gourdon, so sorry !!!!!! Mais pour ma défense Monsieur le juge je confirme que j'ai bien dit tout le bien que je pense des Picatchou et Gourdon, ainsi que de Guirado -même si cette casquette de capitaine lui serre un peu les fesses- qui étaient les au top et au niveau d'une telle rencontre. Dont acte, SVP. J'attendais plus de réactions sur les postes de demis.
      Les cadors pas au top, le seront quand alors, et si donc pas au top peut-être se poser la question du pourquoi, overdose de rugby, d'entrainements préparatoires, d'enchaînements championnats/coupes/tournois/tournées, la récupération en annexe pas prioritaire, les contrats à honorer, les partenaires à glorifier, les présidents à contenter, les sélectionneurs à amadouer, bref les affaires à assurer ?????

      Supprimer
    3. Les 1/2 pour l'instant, Serin OK forcément et Lopez à confirmer, enfin ? mais prendre une autre doublure et arrêter avec ces doubles casquettes mêlée/ouvreur. Donc exit Doussaint...

      Supprimer
  84. Assez d'accord avec Tautor, deux matchs intéressants, différents mais nous avons passé une belle après midi, et ça m'arrive plus trop souvent avec mes vieux complices
    Fini le cuir, ( les ballons ça manquait pas )mais toujours les hommes, même ceux qui manquent étaient pas loin, sur !
    J'attends de revoir tout ça dans le calme, ce soir, mais malgré la prestation enthousiasmante des Scots,l'equipe qui vient de tutoyer, rudoyer aussi le monstre dans son antre devrait avoir de la marge.
    Allez, si d'aucun m'explique ce que fabrique Attonio dans cette galère. ...

    RépondreSupprimer
  85. Les cadors pas au RDV OK. C'est la première journée, z'étaient pas allés au WC avant, mais y avait du monde en face qui leur a mis le nez dans la mouise. Bon, les britts ont pu s'essuyer !!

    RépondreSupprimer
  86. Oui Sergio bientôt le match de référence ou nous ferions preuve de maîtrise globale
    Je pense au Staff et aux joueurs qui bossent et qui en ont vraiment besoin , plus que nous encore
    Picamoles Gourdon énormes pour moi !
    J'ai pris beaucoup de plaisirs et je persiste les Anglais ont été mauvais parce qu'on les a contre devant
    Ils n'ont jamais pu enclenché leurs fameux ballons portés et en défense c'est vrai il nous a manqué 10'
    Faut etre derrière ! Remmber Onesta !

    RépondreSupprimer
  87. Pour en finir avec la bonne analyse...
    http://renvoiaux22.fr/WordPress3/sorry-good-game-le-retour/

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. en synthèse Jeanne d'Arc, Trafalgar, Waterloo, le Brexit et le Crunch !! Nous n'y arrivons toujours pas !!! L'an prochain sûr nous allons inverser la marée en passant par le tunnel de la Manche comme voulait le faire Napoléon !!!

      Supprimer
    2. et la synthèse du boss ici : http://www.lequipe.fr/lachainelequipe/video/la-grande-soiree/tous-sports-replay-la-grande-soiree-du-samedi-4-fevrier-speciale-angleterre-france/x5aopg4 ( "on est champions du monde des défaites encourageantes" !! )

      Supprimer
  88. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
  89. Sur Tautor, vaudra mieux ça que faire la manche !!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. par contre sont de vrais manches ( oui elle est facile mais bon ...) je reconnais que la cagade en touche des Brits était pas mal non plus, ça vaut la Doussain's touch ou le cafouillage du coaching : "qui c'est qui sort ? Lamerat ou Fickou ? Ils disent Lamerat ... ah non c'est Fickou ... t'es sûr ? " J'aime bien so French !! J'ai appris ce soir ce que je redoutais , le surnom de Picamoles "King Louis" n'a rien à voir avec nos prestigieux souverains mais avec "kING lOUIE" du Livre de la Jungle ....
      snif ! https://www.youtube.com/watch?v=c9cWkUhZ8n4&t=150s bah ... après tout c'est chouette Louis Prima pour finir le weekend 😅😅😎🏈🎶🎶

      Supprimer
    2. Aurait pensé plutôt à l'autre, car Picamoles ça rappe au contact... (désolé, facile aussi celle là !!)
      http://www.bing.com/videos/search?q=king+louie&view=detail&mid=167A057A964C254DE8AA167A057A964C254DE8AA&FORM=VIRE

      Supprimer
    3. Logique pour Picamoles. Nous Français sommes les Bandar logs de Kipling...

      Supprimer
  90. Pourquoi Onesta n'a que des tueurs ou en partie ? C'est un vieux félin, sage, patient, qui attend sa proie, l'étudie, la désire, mais pas à n'importe quel prix, il mettra toute sa ruse pour gagner le combat. Point d'effort inutile, il cherche le point faible du joueur, son mental et appuie sur ses faiblesses pour qu'il devienne fort, enragé, killer ... par contre s'il sort du cadre, il est mis au vert en deux temps trois mots .... Nos joueurs ont un mental de nantis pas assez d'effort en club impossible de le reproduire à l'étage supérieur. Quand on mène au score, on se soude, on s'arqueboute, on traine, on ruse, on vide ses tripes, on sue pour le maillot mais on ne regarde pas l'autre jouer ..... Il va falloir aller les chercher un à un dans leurs failles et les pousser à bout, leurs montrer qu'ils ont de la ressource et des tripes insoupsonnées .... un coach que je connais a fait la chose suivante avec des joueurs de fédérale I à la demande de l'entraineur pour connaitre la valeur du groupe et leurs capacités : convocation à 5h du matin au terrain 8km au trop de légionnaire, puis pousser un 4x4 avec l'entraineur au volant sur 1 km sans s'arrêter puis douche froide ..Sur les 32, ont été éliminés ceux qui ne sont pas venus ou excusés par sms, puis les autres ... à la fin il en restait une quinzaine. C'est avec ce noyau dur qu'ils sont allés en finale du championnat qu'ils ont perdue hélas .... Peut être que Mourad qui voulait sucrer les vacances de ses enfants gâtés n'avait pas tord ....et on a vu leurs réactions !
    à méditer

    RépondreSupprimer
  91. Tiens Novès appelle Lacroix, bientôt toute l'équipe de La Rochelle va être sélectionnée !! Enfin un vrai félin musclé pas bodybuildé encore, instinctif et finisseur ! Maintenant il faut lui trouver un passeur à côté de lui !!! des noms ???? J'ai regardé la jeune pépite 3/4 centre de l'Irlande Ringrose, 20 ans, je crois, bien soutenu il va être monstrueux ce jeune tout le monde le compare à BOD ??? à suivre ..

    RépondreSupprimer
  92. pour enfin etre a la hauteur de nos v aleureux adversaires je propose de changer le nom de notre pays un franxit en somme
    devenons LECOQLAND

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ca fait pas un peu vente de poulets ??? Bon, s'ils sont francs excités et pas de 6 semaines...

      Supprimer
    2. Sinon, la morale est bien là : croquer n'est pas gagner et coquer non plus

      Supprimer
  93. On compare des choses incomparables sur plein d'aspects... La France est partie tellement loin qu'il faudra bien donner à cette équipe du temps pour grandir. Elle manque cruellement de leaders techniques et de coeur. Cela fait plaisir de voir que Lopes prend petit à petit de la dimension dans son costûme. Que Serin a l'aisance technique et la rapidité mais qu'il est loin d'un Parra pour ce qui est de la présence sur le terrain et du carctère. Qu'il manque du charisme dans les vrais leaders techniques de l'équipe : Picamoles, Fofana, Guirado. Il faut donner du temps pour que cette mayonnaise prenne. Techniquement, en tous cas, on rivalise avec l'Angleterre. Mais, eux, ont pris 4 ans d'avance sur la base de leur sortie de Mondial en 2011, par une équipe, qui, justement avait du caractère (Parra, Yach, toute notre 2ème et 3ème ligne, la Bûche, Rougerie). Donc, il faut donner du temps à Novês... l'année prochaine on pourrait jouer un Top 2 tournoi.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour illustre inconnu, Je veux bien croire qu'on puisse rivaliser techniquement avec les Rosbifs mais question mental on est loin du compte : ce match-là la France devait le gagner 100 fois et elle le perd, les Brits devaient le perdre 100 fois et ils le gagnent ! Toute la différence est là .
      et puis les Anglais ont un réservoir intéressant avec leurs - 20 ans ; ce n'est pas vraiment notre cas (cf la rouste que nos Bleuets viennent de se prendre) . Cela dit j'aime bien Guy Novès et je souhaite qu'il améliore encore l'EDF, ce qu'il a déjà fait est énorme mais il reste encore plein de défauts à gommer .

      Supprimer
    2. Tom Brady définit bien le leader talentueux capable de mener son équipe alors qu'elle était sérieusement malmenée . Pourtant nanti hein , s'inquiète pas depuis longtemps pour son compte en banque ... donc on est compétiteur où on ne l'est pas , on est " tueur " où on ne l'ai pas ...
      et en rapport avec un échange que nous avions eu avec Gariguette et Jean Lou il est arrive inconnu au bataillon dans les drats en provenance de l'université du Michigan
      Il est ou notre Tom Brady dont ses coéquipiers disent " nous on l'écoute , on le suit sans se poser de questions , il nous porte quand ça va pas , nous remet dans le chemin "
      Ça calme ...

      Supprimer
    3. Est et draft , p... de doigt !!!

      Supprimer
  94. Ouaip,les mecs sont bons, le coateche aussi et on va vers un bon Rugby.
    Mais on se heurte maintenant de plein fouet au boulet du top 14, peu de réserve à des postes clé, des joueurs pas habitués à négocier des situations gagnantes à la vitesse internationale, et à mon sens le gros zafair, un morceau des sacro saints P, le soutien offensif.
    Si les courses de soutien sont pertinentes ( bien, ça, pertinent,un vrai language de techenicien),tout le reste, les fautes, Doussain, l'autre Australien qu'aimait pas les mêlées, le coatechinge ( cherchez pas, today c'est comme ça ), on s' en fout, c'est dans la boîte, pis c'est tout.
    Allez , ce petit ouvreur Scotiche,à naturaliser, vite...

    RépondreSupprimer
  95. Dans le cadre de nos relations avec nos meilleurs ennemis, sur le mode je t'aime moi non plus, nous aurions quand même du & pu rendre un fier service à nos voisins Anglais en les battant, E. Jones étant en train de dilapider tout l'héritage de Lancaster en bénéficiant de surcroit de l'appui génétique du conservatisme ambiant auréolé d'une série de victoires en cache misère basée sur une économie de moyens où le dumping va bientôt se contracter en duping ; mettre Hartley le mors aux dents capitaine et aligner plus de 600 kg de pack de bidoche derrière sa 1ère ligne permet de s'aligner sur une course de chars à la Ben Hur bille en tête, mais certainement pas de prétendre s'aligner à une course de sauts d'obstacles, à moins d'avoir le droit de les renverser ... il y a là un bloc monolithique, une masse informe, un rappel à voir la préhistoire du jeu, mais aucun dynamisme, aucune lueur d'intelligence ... t'as vu le profil "complémentaire" de la 3ème ligne ! si Itoje était un Walter, ça se verrait . Aux Wasps, Launchbury dispose d'un talon façon Dintrans (ou Guirrado) qui lève la tête, mais aussi de flankeurs qui ne coulent pas de bielles dans l'activité de placement, appel d'air et souci de transmission ; son demi de mélée varie loin du métronome B. Young, seul à la charnière dans ce XV de la Rose où Ford ne sert à rien dans ce schéma de jeu, et on ne le verra sans doute plus . Derrière ? Joseph comme une âme de Guscott en peine bridé par les consignes, bientôt associé au nouveau Carling . Good game, donc effectivement, tant qu'on aura pas compris que vouloir faire du rugby de contournement ne sert à rien en étant incapable de manier la gonfle pris dans la côte de maille du galbe qui fait ressembler le maillot à un élastoplâtre . Disons que les Anglais, moqueurs, ou avec un humour qui nous échappe, aident à promotion du top 14, tout en oubliant pas de fabriquer des U20 !

    RépondreSupprimer
  96. les schémas de jeu ont une double finalité : marquer des essais et ne pas en prendre. En terme de stratégie, c'est assez succinct mais c'est comme en bourse : tu achètes quand c'est bas et tu revends quand c'est haut. Mais comme en bourse, 95% du boulot vient de la prise d'information, de l'analyse, de la tendance, bref de nombreux critères qui apportent la décision finale.
    En rugby, 90% de l'action est mise en place sur un schéma de jeu bien établi, en fonction de l'emplacement sur le terrain, au départ d'une mêlée ou d'une touche, et ensuite de la circulation du ballon jusqu'à créer une brèche.
    une équipe de match winners va poursuivre son schéma de jeu jusqu'à l'en-but. En France, selon le bon vieux schéma de nos stratèges du TOP14 à savoir les présidents, il faut pratiquer un jeu d'occupation, de quadrillage, comme ça, on est bien (hein, Tintin) on ne risque rien et ensuite, on score au pied, quelques essais pour le spectateur et puis voilà.
    En match du tournoi, sorte de match de coupe, on doit mieux gérer ces 5% pour aller à dame, garder la lucidité de passer quand il faut de rechercher le soutien, de faire vivre le ballon. On a l'impression que les mecs y vont en se disant que sur un malentendu, hein, ça peut le faire mais ça le fait pas. On écarte, on fait vivre le ballon, on retrouve un Picamoles lancé, un Gourdon intelligent et un Serin qui chante. Tiens on pourrait proposer Parra à l'ouverture, son poste de formation. Et les anglais s'en remettent au méridien de Greenwich pour ne pas perdre le nord.
    Il faut donc que nos joueurs s'habituent à franchir la ligne d'avantage (c'est l'équipe qui la franchit le plus souvent actuellement) et travaillent le jeu dans la défense de l'adversaire, notamment sur un soutien plus présent, plus latéral et axial à la fois (1 derrière et 1 de chaque côté) pour que le possesseur du ballon ait des solutions jusqu'au paradis. Tout le reste, on le maitrise, qu'on se concentre sur ce qu'il reste à acquérir, la gagne.
    Quand on revoit les essais "d'anthologie"(mais pas que lui) de l'équipe de France, c'est ce regain de lucidité dans les derniers 5% de l'action. Heymans qui fait visiter l'Eden Park à 4 All Blacks, Cambé qui joue les Ronaldo avec son pied pour balancer un caviar à St André, Dominici qui fait la nique aux All Blacks, Codorniou qui fixe 3 anglais pour offrir l'essai à Pardo (je crois).
    enfin, moi ce que je dis, c'est devant ma télé

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ben oui, sommes d'accord.
      On commence à retrouver une animation offensive disparue depuis....quasi le siècle dernier, sans rire.
      Retrouver sinon le réflexe ( ça se travaille depuis les minots, foutu pour cette génération ) au moins l'envie du soutien, ça devrait pourvoir s' arranger un peu en insistant.
      La lucidité, le bon geste, la bonne décision quand on est 10% au dessus de ses standards habituels hexagonaux ça va être plus long.
      Pour revenir dans le top 5, ça peut suffire,accrocher un gros de temps en temps pourquoi pas, mais remonter durablement sur la caisse, moins sur!
      Allés Chevreuse

      Supprimer
  97. Oui mais même devant ta télé f... pragmatic
    et ce qui dit Zarma intéressant aussi pas au sens interesting de l'Anglais qui comme tu l'as appris dans tes années de jeunesse veut dire " aucun intérêt " mais vraiment intéressant et compréhensible ...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. ... disons que dans leur école de la rigueur comme de l'imagination, les matheux Codor, Domi, St André, Lagisque ou Charvet, pour rester au dernier apprentissage des maths modernes, étaient plus enclins à étudier dans le pérenne la géométrie ou les rapports de fractales, qu'à bosser les écarts-types ou les écrêtements de la technique statistique .
      L'ironie, c'est que ça banquait en passant par la case Société Générale sans tradeur!
      "traddutore-traditore"

      Supprimer