lundi 6 février 2017

Fleur bleue

Il y a des samedi plus noirs que d'autres. Quand votre équipe nationale à 7 ne passe pas le cap de la phase finale, battue par le Russie qui comme chacun le sait est une grand nation de rugby. Quand votre XV après avoir mené à Twickenham, éteint le public et fait rêver ses plus rétifs supporteurs d'un succès historique se fait cueillir par le Rose à neuf minutes du coup de sifflet final. Quand votre relève encaisse neuf essais face à de tendres Rosbifs qui comptent déjà dans leur rang le clone de Wilkinson, celui de Launchbury et un gigantesque ailier d'origine fidjienne qui devrait rapidement apparaître dans les radars d'Eddie Jones. Quand vos filles et vos femmes, en tête à la pause 13-0 dans ce Temple qui baisse de rideau se laissent ensuite remonter de vingt-six points.

A la question «qu'est-ce que le haut niveau?», on pourrait répondre tout ce que le rugby français ne possède pas. Ce que les Falcons d'Atlanta n'ont pas également. Dimanche soir, en épilogue de ce samedi de frustration abyssale, le 51e SuperBowl m'apporta quelques pistes de réflexion que j'ai envie de vous faire partager avant la réception de l'Ecosse, laquelle se déplace à Saint-Denis la fleur au fusil. Absents, maladroits, peu inspirés et pour tout dire surclassés pendant trois quart-temps, les New England Patriots ont su trouver les ressources mentales pour non seulement revenir au score mais l'emporter au terme de la première prolongation en mort subite de l'histoire de cette compétition ovale, elle aussi.

J'emploie à dessein l'expression «ressources mentales» plutôt que tactique, physique ou technique. Car à mes yeux il s'agit là du problème central des équipes qui ne parviennent pas à élever leur niveau de jeu au moment crucial, ce temps d'excellence où la force psychique cimente toutes les pierres de l'édifice, à savoir les combinaisons, le timing, l'exécution, la précision, la pertinence. Pourquoi Lopez manque-t-il le but au tournant de la première période, face aux poteaux, qui aurait fait passer la France en tête à la pause ? Pourquoi Atonio, ou Chouly, ou Lamerat, Nakaitaci, Vakatawa, Serin, Machenaud, foirent-ils la passe ou laissent-ils échapper le ballon promis à l'essai ?

Parce que leur mental est défaillant. Parce qu'ils ne sont pas capables de se sublimer quand il le faut. Parce qu'aucune transcendance ne les tire vers le haut. Vers ce qu'ils ont de meilleur, dans la zone des 110 %. Ils ne cassent pas leur propre barrière mentale. Il est là, le haut niveau ; dans la capacité à se hisser soi-même, sans le recours des autres, au-delà de ce qu'on pense être sa limite. Le champion vit sur une hauteur qui n'est pas celle du commun. S'il a plongé sa charrue dans la terre pour creuser un sillon, c'est vers les étoiles qu'il regarde pour le tracer droit.

Un psychologue étoffe le staff du XV d'Angleterre. Psychologue, ce n'est pas un gros mot. Pas davantage que diététicien ou ostéopathe. Le rugby passe par toutes les mains, tous les regards. Et rarement par la qualité d'écoute et de discernement. Evoquer ses freins, ses peurs, ses attentes n'est toujours pas naturel chez le rugbyman français. Sans doute parce qu'exposer ses faiblesses manque de virilité dans un sport qui se drape de machisme. Hélas pour nous, les Anglais, comme les Ecossais, d'ailleurs, ont compris depuis plusieurs années que la performance est mue par l'équilibre mental et qu'il se travaille.

Entre un XV du Chardon fort de ses certitudes après son succès face à l'Irlande et une équipe de France plombée à Twickenham par ses doutes et sa frustration après l'épisode des «fautes impardonnables», dixit Guy Novès, j'imagine que la rencontre de dimanche au Stade de France se jouera sur la note confiance, sur le registre mental, et pas seulement en clé de sol, là aussi un domaine où excellent les Calédoniens de ce diable de Greig Laidlaw bientôt parachuté à Clermont. Vous avez apprécié, c'est forcé, l'invention écossaise de «la touche aux trois-quarts», système D qui déboucha sur l'essai de Dunbar. D'autres inventions sont à prévoir et le staff français n'a pas besoin de s'arracher les yeux sur l'analyse vidéo puisque par définition les nouveautés sont imprévisibles...

Le XV de France dispose-t-il de leaders ? De joueurs charismatiques ? D'éléments capables de transformer le jeu ? De briser les défenses ? D'un capitaine à la hauteur ? Comme le font remarquer tous les internationaux que je connais et fréquente assez régulièrement, les joueurs sont premiers sur le jeu. On le constate encore une fois sous Novès. Le système, qu'il nomme «projet», est là, visible depuis la tournée de juin dernier en Argentine. Mais sans les hommes pour l'exprimer dans ce qu'il a de meilleur, il reste un voeu pieu susceptible de générer d'énormes frustrations, comme ce fut le cas face à l'Australie en novembre et l'Angleterre en ce début février.

C'est le message que fait passer Eric Blondeau au sein du XV d'Ecosse depuis deux saisons. Blondeau, préparateur mental de Clermont en 2010 avec les effets positifs qu'on connait, Blondeau ancien d'Angoulême, de Poitiers et de Cognac. Lui et l'Anglais Jeremy Snape mettent les joueurs en situation de gérer les difficultés, l'inattendu, le stress, les situations de crise, les catastrophes, pour mieux aborder les tournants de match. On voit bien, à la lumière de cet éclairage, où se situe l'écart aujourd'hui entre le XV de France et ses principaux adversaires. Il n'est pas physique, pas (toujours) tactique, ni technique (encore que). Il est d'abord d'ordre psychologique. Ce sera la clé du match, dimanche, à Saint-Denis.


266 commentaires:

  1. L'inné ou l'acquis , pas la réponse et l'impression que pour certains ils l'ont depuis tout petit . Brady son calme , sa maîtrise au delà de son talent m'ont vraiment impressionné !!!
    Maintenant je suis aussi convaincu que ça se travaille et il n'y pas de mal à se faire du bien et forcément on fait des progrès
    Je suis convaincu qu'il manque à l'EDF ces deux ou trois mecs qui entraînent et rassurent les autres , les leaders avec les qualités évoquées

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pas certaine que les leaders aient vocation à "rassurer" les autres, à mon avis s'ils doivent les emmener quelque part ils doivent les sublimer, leur faire oublier leur sainte trouille, pour aller au delà du quotidien, du "normal" ... tu as vu le film de Tavernier "Capitaine Conan" ? en 14-18 il y avait des flopées de "leaders charismatiques" en fait des quasi-barges qui ont emmené leur équipe se faire trouer la peau et les mecs étaient contents ! Il y a une part de folie dans le fait de tirer les mecs vers le haut ou vers l'avant, c'est aller et les faire aller où personne ne veut aller pour y faire ce que personne ne veut faire . Bon évidemment un match ce n'est pas la guerre mais ça doit être les mêmes ressorts qui s'activent (ou pas ) .

      Supprimer
    2. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

      Supprimer
    3. J'ai dis " entraîne et rassure "
      Entraîne au sens amene avec lui et rassure par leur calme et leur autorité
      Je transmet les commentaires des co équipiers de Brady sur Brady c'est peu ou prou ce qu'ils ressentent ! Franchement Tom Brady n'a rien d'un Toreron formidable d'ailleurs dans ce rôle extra ordinaire . Brady il est calme , en maîtrise , donne la direction si je puis dire et leur montre par son comportement qu'il ne lache rien et bien sûr réussi les 2/3 gestes qui remettent son équipe que le bon chemin
      Peut être qu'au Rugby il faut un peu plus de Toreton , Je reste pourtant persuadé que ça se prépare en amont mais bon ... c'est une conviction hein loin d'une certitude

      Supprimer
  2. Tiens ! revoilà Alain Bauer quand on entend tirer à l'arme de guerre à 2 pas du Louvre . Et à la St'André, on ressort les casques à pointe pour donner du liant ! Heureusement quand même que les Scot's n'ont connu ni Carmichael, ni Mc Geechan, ni Teifer, ..., ni Jeffrey, ni Sole, ..., ni bientôt Russel . Seul l'esprit français sait donner du piquant au Chardon, c'est connu .

    RépondreSupprimer
  3. Tiens, une histoire de mental et de psychologue.Quand Murray fait appel à Lendl, la première décision d'Ivan c'est de l'envoyer chez son psy, après, on connait la suite...
    Mais je crois qu'il y a une différence entre la position mentale optimale de l'individu et cette espèce d'euphorie mentale qui est à l'intérieur du groupe.
    Me revient en mémoire une reflexion de Serge Miranda, salut à Tautor, qui dit qu'il savait quasiment après qq minutes de jeu s'il y aurait victoire ou pas, lui même étant dans l'équipe.
    Pour les curieux aller via google pour voir qui est Miranda, et j'en dirai plus en avril.

    RépondreSupprimer
  4. J'aime bien ce qu'Eric Blondeau écrivait dans Flair N°1, j'avais une crainte que ça parte dans les délires type commando marchons sur les braises en rigolant joyeusement mais ce n'est pas ça du tout . C'est une réflexion fine, engagée et engageante ; j'en avais d'ailleurs cité les grands principes de façon un peu hâtive et je vous renvoie volontiers à ce numéro 1 en vente dans toutes les bonnes épiceries ( de l'adjectif épicé) Alors oui suis d'accord à 100% avec toi Richard, ça va au delà de la motivation et des discours, c'est un vrai travail sur soi . Pas facile de l'admettre .

    RépondreSupprimer
  5. Bonsoir, je suis assez content que l'on y vienne carrément. Merci à toi Richard; non psychologue n'est pas un gros mot et ce n'est pas parce que l'on en consulte un que l'on est malade. Oui, les équipes très fortes, celles qui gagnent donc, ont des vertus individuelles et... collectives. Les psychologues dans le sport (mais pas que) servent à montrer à celui qui le consulte quels sont ses points forts et ses points faibles . Puis ensuite ensemble ils bossent dur pour atteindre un objectif programmé. Le joueur alors progresse sur bien des plans. Ensuite il y a un autre travail de psychologie de groupe qui tient de l'intelligence collective. IL va donner des solutions à l'équipe, qui comme le dit Lucien Mias n'est pas une sélection. Le psychologue fait partie du staff dans toutes les équipes de valeur mondiale, mais c'est souvent un homme de l'ombre, un homme (ou une femme ) du secret, du vrai.
    On a vu hier Brady meilleur que jamais à presque 40 ans et pas vraiment dans son assiette en arrivant en 2000 en sortant de l'Université. Il a beaucoup travaillé et sa technique et son mental. Je redis que j'aurais été meilleur au rugby si j'avais joué au golf avant, pour la raison simple que le haut niveau au golf c'est 75% de mental...Puisque nous avons tous Monsieur Google et Youtube écoutez en français les vidéos sur/et de Onesta et lisez ce qui se dit de Gilbert Enoka, ce qu'en pensent Graham Henry et Steve Hansen chez les All Blacks qui sont un bel exemple de notre sport favori (même si un vient de se faire pincer pour dopage.... C'est d'accord on en reparlera en avril en plus on aura des résultats supplémentaires.

    RépondreSupprimer
  6. bon, le psychologue ou sophrologue, d'accord. Mais, il faut bien un cerveau pour conduire les muscles. On a greffé des muscles et on a fait en sorte que le joueur n'ait pas à penser quand il se trouve à tel ou tel endroit du terrain.
    Et l'on en revient à l'intelligence situationnelle, j'ai 3 défenseurs, je suis seul, qu'est-ce que je fais ?
    Est-ce que je suis seul ? je cherche une solution, et toute l'équipe doit être en recherche de solutions.
    quand on regarde les joueurs, ils ne sont plus en phase de réflexion quand ils passent la ligne d'avantage, alors qu'on est au début de l'histoire de l'action.
    Le grand Ivan a bien compris quand il s'est pris une taule contre Chang et une autre contre Mc Enroe que le psy avait son importance. et d'un coup, il n'était plus dans l'acion mais dans la réaction, soit un coup de retard alors qu'il avait un coup d'avance. Samedi,c'était pareil, c'était la peur de gagner

    RépondreSupprimer
  7. Merci Richard pour cette mise au point cinglante sur nos visionnaires du rugby moderne. Apprenons à utiliser les outils et les compétences de chacun en toute humilité .... Qu'est devenue la cellule technique du temps de P CAMOU ? Ne confondons point testostérone et neurone !!! Le mal commence bien en amont du XV de France au niveau des ex sélections territoriales puisqu'aujourd'hui nous sommes dans des ligues ! Pour suivre les U16, U17, réservoir du rugby professionnel, on ne peut pas dire que les garçons aient de la corne aux doigts mais plutôt du coton. C'est à ce stade qu'il faut travailler le mental, non pas avec des casques sur les oreilles, non pas avec avec des smartphones ou de la musique rap and co !!!! mais en leur apprenant ce que c'est que le surpassement de soi même par l'effort, d'être capable de faire ce qui est impossible, de donner la main à son coéquipier pour faire une chaîne d'union, de construire une solidarité collective indestructible et d'être capable de se respecter soi même .... Nous en sommes très loin ... je dirais même que le problème commence plutôt par l’éducation et les valeurs transmises par les parents ! Et ces fondamentaux doivent être acquis ... malheureusement ce n'est pas dans l'air du temps et je ne vois pas comment un éducateur pourrait surseoir à ces carences fondamentales. ALors on peut avoir des bodybuildés en équipe de France mais quand tu n'as pas de jugeote ça ne vient pas tout seul et surtout ça ne s'invente pas ! Seul le travail permet de lisser le ou les handicaps ... c'est la la force d'Onesta et de son staff qui passent leur temps à pointer les lacunes de chacun des joueurs .. lors du dernier match de préparation à Toulouse ce sont des joueurs qui se sont mis à la séance vidéo pour ensuite restituer aux copains le match !! pas si évident que ça à faire et ma foi innovant en terme de se responsabiliser et de comprendre la problématique des entraîneurs ! Le langage devient symétrique et la progression se fait plus vite .... Peut être revenir à Freud !! ferait du bien à tous non ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui Tautor concernant l'utilisation des écrans et mobiles, nuisible à la vision générale pour les sportifs. C'est ce que font les anglais en faisant intervenir le Dr Sheyrille Calder

      Supprimer
    2. Sheyrille, originaire d'AFS, a commencé avec les boks me semblet-il avant que Sir Woodward ne fasse appel à ses compétences ... mais question vue je préfère Sheryl Crow tu t'en doutes ! Easy !!
      https://www.youtube.com/watch?v=ST7btkkoaNU

      Supprimer
    3. Alain, au Hand de la selection nationale, c'est un groupe homogène, qui, apparemment, vit bien ensemble peu de turn over , alors qu'au rugby ça n'arrete pas, le groupe n'est pas constant, donc je vois mal certains reprocher à d'autres leurs imperfections ou fautes, d'autant quà ce jour il n'y a pas de leaders naturels, voire de capitaine

      Supprimer
    4. Yes sir, Tautor
      https://www.youtube.com/watch?v=FseuxxcTlvA

      Supprimer
    5. Good choice Dear Sergio
      Sting much better than Amstrong !
      https://www.youtube.com/watch?v=dyihQtBes1I

      Supprimer
  8. D'où l'on voit qu'en sport de haut niveau correspond bien des moyens de haut niveau. Au fur et à mesure des générations, les pratiques, stratégies, coaching, formations sont arrivés chaque fois au bout de leur management et il a fallu trouver d'autres alternatives. Si le travail du mental se développe depuis un certain nombre d'années, il semble qu'en France on est plus de mal. Aucune véritable action de fonds sur cet aspect notamment dans le collectif (à part le travail d'Onesta où l'intervention ponctuelle de Noah avec le PSG pour une finale UEFA) pourtant de plus en plus essentiel. En son temps, Didier Cambérabéro avait taté de la sophrologie (pas pour se faire pousser les cheveux, il faisait dans l'implant aussi). Alors que les Blacks, les Anglos saxons en général sont plus réceptifs. Ca l'est depuis longtemps en sport individuel comme le golf, le tennis, où il faut gérer les temps forts comme les temps faibles. Là aussi, on ne travaille pas avec les compétences existantes, qui vont s'exercer à l'étranger dont Eric Blondeau par exemple. Maintenant, si travailler sur cette problèmatique est essentiel aujourd'hui ne serait ce pour arriver à dégager de vrais leaders, s'il y a du potentiel, il faut aussi se poser les bonnes questions sur la formation des générations à venir (que certains ont largement abordé sur ce blog), quand on voit le résultat des U20 sensés frapper à la porte du XV national. Pour samedi, faudra faire entendre à nos coqs que les pieds dans le fumier c'est d'autant mieux si tu y mets le nez du chardon dedans.

    RépondreSupprimer
  9. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
  10. "Fleur Bleue", de Charles Trenet passe juste à le Radio.
    C'est amusant...
    ..."Si Fleur Bleue
    Ne vous plaquait, çà c'est vache"....
    "Larmes aux yeux,
    Larmes aux yeux"....

    RépondreSupprimer
  11. On demande trop, trop vite. Le travail a commencé il y a 1 an. Avant : rien, pas de stratégie, du rugby Top14, fait de muscles. Novès a abattu un énorme travail avec la ressource qu'il avait. Je suis content de voir que Camille Lopez commence à remplir son costard. Et Serin n'a pas le charisme, le caractère d'un Parra ou d'un Yach. La 3ème ligne reprend du poids. Une équipe qui commence à toucher le haut niveau mais c'est déjà bien. Les anglais ont attendu plus de 4 ans, après le débacle de 2011. L'équipe de France est entrée dans le dûr après, quand les Rougerie, Bonnaire, Harinordoquy, Parra, la Bûche, Clerc n'étaient plus là, ni leur expérience, ni leur caractère. Il faudra attendre encore... et un Top 2 européen est encore jouable l'année prochaine. En attendant, apprendre. Et sentir la différence du très haut niveau, des gestes milles fois répétés.

    RépondreSupprimer
  12. motivation pour fleur bleu ! tenez écoutez
    https://www.youtube.com/watch?v=2DcEjRXUVWY

    RépondreSupprimer
  13. un peu de rire !!!
    copiez le lien https://www.facebook.com/lesaviezvousversionrugby/#
    dans recherche tapez : le rugby comme on l'aime et écoutez à quoi va ressembler Treignac !!!
    un site sympa si vous avez facebook

    RépondreSupprimer
  14. Bonjour, texte un peu long, 2 envois donc.
    Suis un peu partagé sur l'usage des psy dans le rugby. Résumer la réussite des uns par leur apport et l'échec des autres par leur absence ne me convient pas, et bien que le sport ait sacrifié au vocabulaire militaire dans son expression, je ne crois pas que préparer des « commandos » dans des situations extrèmes va faire de meilleurs joueurs de rugby aptes à répondre aux exigences de ce sport, aux faux-rebonds du balon, aux initatives adverses et aux décisions de l'arbitre. Très sincérement quand j'entends « gérer les difficultés, l'inattendu, le stress, les situations de crise, les catastrophes pour mieux aborder les tournants de match », ça me fout un peu les pétoches. L'écart aujourd'hui entre le XV de France et les autres, si je suis d'accord pour dire avec vous qu'il n'est pas physique (tout le monde est préparé de la même façon), il me semble qu'il est surtout d'ordres tactique et technique, et là il faut incriminer notre championnat (voir évolution de Picamoles), la clé des matchs elle est là, le ressort psychologique il est à la disposition de chaque individu, chaque compétiteur, je ne le vois pas comme le fil rouge à sublimer, à moins de considérer l'équipe, non plus comme la réunion d'individus libres, mais comme un monolithe pur et dur.
    La fameuse cellule technique de P.CAMOU, quel bilan, quelles traces, quelles prospectives ????

    RépondreSupprimer
  15. La suite, donc ............
    Ce fameux mental ça se travaille par le jeu, par la formation, par la répétition incessante des gestes et postures, la passe, le plaquage, le saut, le soutien, la course et tutti quanti ….. mettre les joueurs dans le dur bien sûr, dépasser le stade de la fatigue, se surpasser par l'effort, faire ce que l'on pensait impossible, s'appuyer sur les autres et construire avec les mêmes une solidarité qui construit le collectif, oui oui oui mille fois oui, mais pourquoi voloir faire intervenir là-dedans un supplément au menu avec de la psychologie appliquée ??? Vous croyez qu'ils ne sont pas psychologues l'entraîneur et l'éducateur, séance après séance, entretien après entretien, explications de terrain, de comptoir, de vestiaires. Et encore oui, le problème commence par l’éducation et les valeurs transmises par les parents, fondamentaux de la personne. Certes ce n'est pas dans l'air du temps mais l'éducateur de rugby, comme l'instituteur l'a toujours été, aujourd'hui est un passeur de ces valeurs. Dans les EDR et clubs les éducateurs, les entraîneurs sont des travailleurs sociaux qui font comme ils peuvent avec chacun ses moyens, croyez-moi même si c'est pas la panacée dans la lutte contre les carences fondamentales de l'éducation c'est déjà beaucoup mieux que si c'était moins bien.
    Sans orgueil déplacé, pas besoin d'Onesta de ses recettes et de son staff, pointer les lacunes de chacun des joueurs c'est le quotidien de tout un chacun en charge d'un groupe de sportifs, et à un moment de l'évolution du groupe que les joueurs prennent les clefs du camion ça me parait évident. Pas d'accord non plus pour dire que « le travail a commencé il y a 1 an », ce qui ferait croire que les années précédentes étaient les années zéro. Novès fait comme les autres, la ressource elle n'a pas changée, l'éducation rugbystique qu'elle a reçue est la même, son approche semble effectivement plus ambitieuse, dans le contenu du jeu qu'il souhaite mettre en place, que celle de ses prédécesseurs, mais il s'appuye sur les mêmes ressorts, physique primordial, unicité du tissu « terrain », pas de poésie, rendement maximal demandé, travail de pro exigé, pas de scories, rentabiliser l'occupation et les occasions, être professionnel !!!!. Lui et son staff ne vont pas révolutionner le jeu, peut-être dans la gestion des hommes sont-ils plus dans un affectif relatif, compte-tenu des nombreux jeunes joueurs en devenir qui sont là en apprentissage et qu'il convient de faire grandir dans la continuité, même si pour la réussite future je pense qu'il faudrait affirmer vite certains choix, des hommes comme du jeu.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Nini,
      rapidement, sur la préparation physique on n'est pas tous au même niveau loin s'en faut à mon sens, car quand on tient que 60 minutes et que les 20 dernières sont toujours aussi fatales pour l'instant on ne peut pas parler d'égalité. Le mental, je suis d'accord ça se travaille à l'entrainement et pendant les matchs mais ça s'apprend aussi. Tu ne deviens pas gagneur tout seul, tu as besoin de l'image de quelqu'un ou de quelque chose pour construire ton égo et pour donner le meilleur de toi même ! Tu le sais en tant qu'éducateur, entraîneur que certains il faut aller chercher leurs qualités cachées pour qu'ils les expriment. Encore le travail mais pas que ! Le mental fait parti de la plasticité du cerveau et là nous sommes tous inégaux ! La force musculaire ne pallie pas à toutes les carences loin s'en faut ! Connais tu tes limites mentales et les as tu toutes exploiter même à ton âge ? Je te réponds non ! Les neurones offrent des milliards de combinaisons et l'homme n'en exploite que très peu ! Alors ou est la limite ? "Connais toi toi même" devise gravée sur le fronton du temple de Delphes, reprise par Socrate qui disait "qu'une vie sans examen ne vaut d'être vécue" ! A force égale, pourquoi l'un est plus fort que l'autre ? Treignac nous apportera surement une réponse en ayant recours à Bacchus cela deviendra une évidence quoique ?

      Supprimer
    2. Nini, Il y a certainement des entraineurs qui auraient besoin d'un peu plus de psychologie et il faut pas forcément descendre bien loin. Heureusement, vu le nombre qu'ils sont (avants, arrières, préparateur physique) qu'il y en a au moins 1 qui peut sauver m la mise en faisant le tampon. Et je parle pas en amateurs... Mais il est clair que le haut niveau demande la recherche d'alternatives pour améliorer la perf. Et c'est pas pour rien que les Blacks, les britts s'y sont penchés dessus. Tu le dis, toi même " les entraîneurs sont des travailleurs sociaux qui font comme ils peuvent avec chacun ses moyens". Si le besoin et l'occase se présentent, pourquoi s'en priver.

      Supprimer
  16. Pourquoi tant de Gloire ?
    Non sans me rappeler les hommages appuyés sur Lomu, aujourd'hui place à VDW "Joost", grand 9 s'il en fut un et un seul en AFS connu et reconnu car il était là au moment de l'Apartheid et de Mandela ! Impossible à lui de passer à côté de cet événement sur la terre de ses ancêtres, dopé ou pas, l'histoire ne retiendra que l'homme et le résultat ... Machiavélique destin de la gloire à la maladie ou le combat n'a de sens que celui que l'histoire veut lui donner ou retenir ! Trop injuste de partir à 45 ans et de s'être battu pour tout un peuple ! Hélas le champ du cygne a frappé de façon inexorable repoussant derrière lui tous les sacrifices d'une vie consacrée au rugby ! Gardons, en la circonstance, l'image du joueur qui a porté avec fierté, combat et réussite le maillot de tout un pays et qui a écrit une page homérique de l'histoire du rugby de l'apartheid.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. oups ! le champ !! horreur non le chant du cygne bien entendu !!

      Supprimer
    2. je pense que certains joueurs sur developpes a l aide des labaratoires doivent trembler
      finalement pour se sublimer on prete allegeance a tout
      on en appele a la foi spirituelle politique medicale
      mais enfin ne peu t on pas se satisfaire de sa determination propre
      vive le bio rugby ricard et charcuterie et blagues de comptoir

      Supprimer
  17. Rien à rajouter ni à soustraire, juste s'associer à tes mots jolis. "Tous les sacrifices" en valent-ils la chandelle ????

    RépondreSupprimer
  18. Une question, comment être sur qu'un individu donne le meilleur de lui-même, si cet individu , au fond de lui, n'est pas certain d'être associé à un autre selectionné qui n'est pas là a la place d'un autre considéré comme "meilleur"

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Elémentaire selon l'alternative à 5 branches
      1- en se disant que la réponse, comme souvent est contenue dans la question
      2- en le regardant jouer
      3- en se disant que le chef a du voir plus loin
      4- en se disant que les absents ont rarement raison
      5- en allant consulter un psy .

      Supprimer
  19. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
  20. Jean rencontre Martine qui lui plaît pas mal. Il la drague et ils finissent par faire une sortie ensemble un soir.
    Pour ne pas louper son coup et conclure le soir même jean décide d'inviter Martine dans un bon restaurant.
    Ils s'installent, le serveur arrive et demande s'ils veulent un apéritif.
    Martine prend un cocktail maison.
    jean regarde discrètement la carte et en voyant 10 euros pour le cocktail, il se dit :
    "C'est cher, mais si je ne veux pas louper mon coup, il faut y mettre le prix!..."
    Le serveur prend alors la commande et demande ce que chacun désire comme entrée.
    Martine choisit des canapés de caviar sur leur lit de saumon frais.
    Là encore, après avoir consulté la carte, jean se dit :
    " Merde, 20 euros pour une entrée ! Mais bon, après ça, c'est sûr que ce soir je pourrai faire mon affaire. "
    Pour le plat principal, Martine choisit du chevreuil avec sa sauce grand veneur accompagné d'une salade complète.
    Jean commence à avoir des sueurs froides en voyant que le plat coûte 60 euros mais il se remotive en se disant que au moins, après ça, elle n'aura plus faim et il sera sûr de concrétiser le soir même.
    Arrive le moment de commander le dessert et Martine demande un assortiment de desserts.
    C'est l'horreur, ça coûte encore la peau des fesses et avec le champagne en plus, le pauvre Jean n'en revient pas.
    Il se dit : " Toi ma cocotte, tu passeras plusieurs fois à la casserole ce soir !
    Mais quand même, intrigué par son appétit, il demande à Martine d'une manière très habile :
    - " Et vous avez tout le temps autant d'appétit ?"
    - " Non, seulement quand j'ai mes règles ..."

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu verras, à Treignac, le resto est correct : pour 20 euros, t'auras droit à un canapé d'oeufs de lompes sur lit de saumon fumé .

      Supprimer
    2. Avec Novès, les joueurs de l'EDF jouent lancés, et franchissent la ligne d'avantage. Tu peux faire 100 kg, si tu prends le ballon en étant arrêté, tu recules.
      Maintenant, ils avancent à plusieurs, j'ai toujours l'impression qu'ils en sont étonnés et qu'ils perdent leurs moyens.
      Sans doute, parce qu'à un certain niveau, il n'y a pas de jeu écrit sur tablette pour aider les joueurs à s'organiser. ils sont donc perdus.
      si on prend les jeunes qui prennent une branlée contre leurs homologues, c'est aussi sans doute parce qu'à longueur de saison, personne ne leur fait confiance dans leur club. Leur maintien dans le groupe Espoirs est plus lié à leur discipline à appliquer les schémas de jeu qu'à tenter le truc que personne n'attend. Si le 9 fait une feinte de passe et prend le trou, les équipiers n'y sont pas parce que normalement, on aurait du ouvrir et créer un énième temps de jeu dans la zone du 10 adverse et là, ah bah, personne n'a suivi. le 9, soit il va à dame, soit il se fait croquer, le soutien est en retard, et dans les 2 cas, il se fera engueuler par le coach qui lui dira :"pas 2 fois".
      là, le capital confiance, il est dans les chaussettes.
      Ensuite, la gestion du match : comme les joueurs n'ont plus à réfléchir, ils ne peuvent plus réagir. Toute la saison, ils sont dans la gestion, alors quand il faut gérer un match couperet, ils ont la tête dans le fion dès qu'ils n'ont plus la maîtrise du match. Connaissez-vous une équipe qui caracole en tête chaque saison régulière et qui perd systématiquement ses demi ou ses finales que ce soit en coupe d'Europe ou en Championnat ? en Auvergne ? au pied du Puy de Dome ?
      Pourquoi des équipes pro avec un effectif pléthorique en sont à s'organiser pour le championnat inférieur à mi-parcours de leur championnat actuel ? avec des mecs qui se barrent et qui signent à qui mieux mieux ?
      Comment peut-on alors demander à leurs collègues sélectionnés de prendre leur fierté à bras le corps pour faire plus que le job ?
      Quand tu prends le maillot avec le coq, tu l'embrasses ce maillot, il doit te faire l'effet d'un masque vaudou, ce maillot !
      malheureusement, certains pour ce maillot ou le maillot vert de l'équipe d'AFS, sont allés trop loin, RIP Joost, mais l'idée de base est là.
      Techniquement, les français ne sont pas tant en retard, physiquement, non plus. Mais quand tu joues contre l'Angleterre, que tu domines, tu dois te sublimer pour un seul objectif : leur coller une branlée.

      Supprimer
    3. Cette étude le prouve : les chiens savent reconnaître les personnes dignes de confiance.

      C’est scientifiquement prouvé, les chiens savent si vous êtes digne de confiance ou non. Il a déjà été prouvé que les chiens possèdent de nombreuses capacités, comme celles d’interpréter nos expressions faciales ou de comprendre lorsqu’une personne leur indique un point précis. Cette fois, une étude publiée dans le journal Animal Cognition montre que les chiens donnent plus ou moins d’importance à vos ordres en fonction de votre comportement envers lui.
      Cette étude japonaise menée par Akiko Takaoka, de l’université de Tokyo, prouve que les chiens ont une intelligence sociale très développée, ce qui leur permet d’analyser l’attitude d’une personne et d’agir en conséquence. Pour le prouver, la chercheuse et son équipe ont dans un premier temps montré un récipient plein de nourriture à chaque chien, ces derniers ont couru vers ces récipients pour y manger leur repas.
      Les chercheurs ont ensuite répété l’opération avec, cette fois-ci, des récipients vides. Enfin, ces derniers ont remis de la nourriture dans les récipients, toutefois, au moment du repas, les chiens ne répondent plus à l’appel, estimant que les chercheurs ne sont pas fiables et ne méritent donc pas leur obéissance. Lorsque l’équipe fait appel à un chercheur inconnu des chiens et que celui-ci leur annonce leur repas, ces derniers suivent ses indications.
      Selon Akiko Takaoka, cette expérience prouve que les chiens sont capables de se servir de leur expérience personnelle pour interagir avec l’Homme. D’après elle, cette intelligence sociale serait apparue de façon évolutive au contact de l’Homme, notamment grâce à la domestication. La scientifique et son équipe comptent d’ailleurs réitérer l’expérience avec des espèces cousines telles que les loups, moins en contact avec l’Homme. Cette étude à venir aurait pour but, d’après la chercheuse, de mesurer l’impact de la domestication sur les chiens et sur leur intelligence sociale.
      Outre cet aspect, cette expérience montre aussi que les chiens aiment lorsque les différents aspects de leur vie sont prévus et prévisibles, si l’on en croit l’analyse de John Bradshaw, docteur à l’université de Bristol. D’après lui, s’ils sont dans une incertitude prolongée, les chiens peuvent devenir anxieux, peureux voire agressifs. Paradoxalement, ces derniers seraient fascinés par la nouveauté, ce qui expliquerait leur réaction lors de la troisième partie de l’expérience.
      Les chiens sont très sensibles à notre attitude envers eux, ils observent et écoutent attentivement leur interlocuteur pour ensuite évaluer sa crédibilité. Aussi, cette étude, selon Brian Hare, directeur scientifique à Dognition, une association mettant en avant l’intelligence des chiens, représente une preuve supplémentaire : « Ils évaluent les informations que nous leur donnons et se basent sur leur fiabilité pour les aider à atteindre leurs objectifs. Beaucoup d’espèces canines vont, par exemple, ignorer vos ordres lorsque vous exigez à tort et utiliser leur mémoire pour les berner. »
      Vous l’aurez compris, les chiens sont bien plus malins qu’on ne le pense et possèdent peut-être de nombreuses capacités encore insoupçonnées. Des psy tentent l'analyse .

      Supprimer
    4. chacun aura reconnu
      1- l'entraînement
      2- la sélection
      3- le match
      4- la 3ème mi-temps
      5- le débrief
      6- l'apport des média dans le "cherche"

      Supprimer
    5. la fiabilité des informations que je donne à mon chien tombe à l'eau dès qu'il y a une chienne en chaleur dans les parages. Psychologiquement, on fait quoi ?

      Supprimer
    6. on vire Clémentine et Isabelle du bord du terrain ! plus sérieusement il faut préparer ton chien à résister à ses pulsions naturelles - pauvre bête - et encore plus sérieusement pour en revenir à nos Bleus il faut les préparer à de nombreux scenarios ( non je n'écrirais pas scenarii suis pas snob du clavier) comme Cotter l'a fait avec ses gusses - répétitions de fins de matchs là où ça péchait avant - faire taper des touches à Doussain en lui ayant mis avant une pression d'enfer, par exemple :-)

      Supprimer
  21. Je vois que l'excellente question de Gariguette:
    -"C'est quoi le ou les leviers pour la gagne?"
    fait florès.
    Effectivement, très bonne question. Dans tous le domaines, me semble-t-il et, sans doute, dans la préparation psychologique, mentale ...
    Peut-on toujours parler de "causerie" d'avant match, après tout ce que je viens de lire dans les domaines de la motivation plutôt militaire pour ne pas dire guerrière?
    Je vais y réfléchir.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. je vois que cela t'intéresse alors voici un lien utile : https://www.youtube.com/watch?v=waMuqWY3gO4 pour faire connaissance avec Blondeau et puis ceci aussi plus proche du sport http://pfleurance.hautetfort.com/list/seminaire-6-le-manager-reflexif-et-l-usage-de-soi/1469086221.pdf regarder en particulier la diapo 29 avec le questionnement rugby ...

      Supprimer
    2. super ton truc Gariguette, je vais m'en inspirer pour mon équipe. Selon les modules de formation des éducs de la FFR, nous sommes des intervenants réflexifs, on nage dedans

      Supprimer
    3. merci Phiphi mais je n'y suis pour rien, c'est Eric Blondeau qu'il faut remercier et à titre indicatif son article sur Flair ( la mouche du coach) me sert professionnellement aussi

      Supprimer
    4. avec mes gamins de 13-14 ans, j'essaie des trucs pour les faire rentrer dans un match. On a mis de la musique dans le vestiaire, sur un match important, c'est un joueur de la 1 de Tyrosse qui a remis les maillots, j'ai fait la ballade du matin avant une demi-finale de Superchallenge, et je leur dis un petit mot à chacun, en aparté, pour leur donner cette confiance qui confine à l'importance. Important pour eux, pour l'équipe. Beaucoup se connaissent depuis la maternelle, alors on appuie là-dessus. Et sincèrement, je ne les ai jamais vus se faire la gueule, se facher. Ils ne se sautent pas dans les bras bêtement quand ils gagnent mais ils se soutiennent mordicus quand ils perdent. Alors, on cherche des trucs pour qu'ils progressent ensemble, ils sont en plus dans la même classe au collège et comme par hasard, c'est la classe qui a la moyenne générale la plus élevée de leur collège. le soutien scolaire, ils se le font ensemble

      Supprimer
    5. Superbe, Philippe...
      Sylvie, moi aussi il m'aide, Eric.

      Supprimer
    6. Oui, c'est aussi ça la préparation mentale individuelle et collective et pas forcément "on va les massacrer, leur marcher dessus"

      Supprimer
  22. Il y a surement plusieurs leviers ...et une dimension culturelle , l'Argentin , le Latin au sens large disons a des sources et mode de motivation ou en tout cas d'expression différente de l'Anglo Saxon qui n'en est pas moins un sacré guerrier mais que l'on ne voit jamais ou très rarement être dans l'exaltation , dans l'emotion . " Never explain , never complain "



    - Une technique avec des gestes milles fois répétés comme le souligne unknown plus haut , à la fois travail individuel et collectif
    C'est la base me semble t il pour avoir confiance en soi , confiance dans les autres
    Les fameux skills bossés jusqu'à plus soif , le travail personnel d'un Wilkinson ou d'un Carter pour citer les plus connus et chaque fois que je lis un interview de B Serin , il parle de ce travail qu'il fait seul ou avec un coach en dehors des entrainements collectifs . A noter d'ailleurs la difference de confiance en soi entre lui et Gael Fickou qui a le même âge et dont on sent confusément qu'il s'auto censure , qu'il a peur de faire mal et donc pas de prise de risque et finit avec des matchs " moyens " . Ceci dit titularisé pour le première fois d'entrée B Serin a plus géré que tenté ...

    - La connaissance de soi , points forts , points à developper dans la dimension technique , mentale et sociale au sens de l'interaction avec les autres . Important pour le joueur lui même pour sa progression personnelle mais aussi pour le Coach afin d'avoir la meilleure ou les meilleurs collectifs possible donc pas forcement le meilleur mais celui qui colle le mieux au projet de jeu et au collectif souhaité . C'est la que doit intervenir si nécessaire ce fameux travail avec un sophrologue ,un préparateur mental etc...

    - Dans un sport collectif , l'altruisme ( capacité à jouer pour et avec ) me semble être une qualité fondamentale , à relire les explications d'Onesta sur la façon de traiter le jeune Karabatic annoncé déjà comme une grande star et le message reçu 5/5 par le joueur et son impact dans le groupe

    - Le ou les leaders , ceux vers qui on se tourne , ceux qui sont sensés garder le cap , appeler à une adaptation rapide , ceux qui par deux trois paroles ou trois gestes techniques remettent le groupe dans l'avancée . Je pense à un Creevy , à un Mc Caw , à un Dusautoir de peu de mots mais comme les autres cités des compétiteurs hors pair . J'ai toujours en tête cette image de Martin Johnson passant voir chacun de ses joueurs en les regardant dans les yeux avec une détermination incroyable sans un mot ou quasi avant le début le début de la 1/2 finale en Australie . Il y a chez ces mecs la chacun avec sa culture ,s on style une capacité à transcender les autres et à rassurer dans les moments de tempête . Comment les Patriots ont remonté les 25 points de retard et gagner dans les prolongations , ce qui revient en boucle ici c'est Brady , Brady et Brady de part son influence sur le groupe , la ré adaptation tactique et la capacité à faire passer le message "yes we can " avec 25 points dans la vue . L'homme est calme , il ne hurle pas , il dirige organise et rassure avec les 2/ 3 gestes de classe qu'il faut au moment ou il faut

    - Le coach , le staff qui ont fait le boulot en amont , qui ont su responsabiliser les joueurs , leur donner confiance , leur permettre d'aller chercher le meilleur d'eux mêmes etc.... de se sentir dépositaire du jeu , de croire en eux , en leur collectif de prendre du plaisir , d'être encouragé à prendre des risques et d'accepter l'exigence comme ingrédient pour aller plus loin

    - La cohérence dans la durée , l'adhésion et l'appropriation d'un projet de jeu . Le Hand , je le redis 2 coaches en 20 ans voir plus et nous ?


    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci François, la confiance est en effet essentielle pour constituer une équipe quelle qu'elle soit en management comme en sport, c'est peut être aussi essentiel sur un blog d'ailleurs . ( on pourra utilement en reparler un jour ) Pour créer ce sentiment de confiance Blondeau dit qu'il faut les 6 leviers suivants en interaction : authenticité, loyauté, compétence, adaptabilité, cohérence et disponibilité ... je crois que tu as fait un tour complet du problème !

      Supprimer
    2. Merci , oui aussi sur un blog , en fait parout il y a de la relation entre individus , c'est mieux non ?
      On gagne du temps et je suis sur que tu le fais avec tes gamins , ils doivent adorer

      Supprimer
  23. LE MENTAL LE MENTAL Y'A QU'CA DE VRAI, LA PREUVE
    Ndlr « toute ressemblance avec des personnes existantes serait malencontreuse et fortuite, et ne saurait en conséquence engager la responsabilité du rédacteur ».
    Première partie.
    Vestiaire des Quinconces dimanche 14H15. Le côtcheu cause.
    ''Le mental, les gars, vous avez pas le mental, aujourd'hui faut qu'on l'ait''. Une voix dans les douches ''OK OK, mais c'est-y où qu'on le trouve ton mental ???'' ….. ''P..... les gars, ça se trouve pas sur les rayons des super marchés, entre les poudres hyper-protéinées et les compléments alimentaires, c'est de l'humain là dont qu'on cause, de l'épais, du de dans la tronche que ça bouillonne'' ….. ''La tronche, comme on rentre en mêlée côtcheu ???'' ..… ''AH Merde Nini arrête de m'prendre la tête tout le temps ! Bon, assis par terre papattes en rond, les gars. Faut vouloir, faut la volonté d'aller au-delà de ce que vous croyez, ignorer la fatigue, les coups, aller au soutien quand t'es crâmé, faut être solidaires, avoir envie ensemble, dans vos têtes je veux que ce soit clair, de l'envie, toujours un peu plus, plus loin, plus fort, c'est comme ça qu'on grandira, d'ailleurs aujourd'hui le match il est capital pour la qualif alors on va se préparer en conséquence''. Marc et Gérard pilars dans un coin du vestaire près du radiateur ''t'tsouviens quand il a fait venir un soprologue le Guitou, nous a mis la zique et éteint les lumières pour se concentrer, quand l'a rallumé on dormait tous, boudu quelle colère'' ….. ''Ca vous fait rire les guignols ?? Bon, alors pendant que vous vous préparez, pensez un peu à ce que vous allez faire sur le terrain''. Sergio et JanLou assis par terre contre l'armoire aux maillots ''c'est qui la pépée qu'est au comptoir du cleubouze depuis ce matin ??? … C'est la petite fille au pépé, la p'tite Gariguette … Ah oui, la copine à Dédé … mais non c'est la copine à Allan … ah !!! … Non t'as raison ça dépend, comme dans leur commerce un fait la tournée et l'autre tient le bar une semaine sur deux, la gamine elle joue un coup côté fermé un coup côté ouvert, adaptation situationnelle'' … .. Hé les deux manchots du centre, on vous embête pas ??'' ..… ''Méfachcagaloudrôlé, tiens t'as une nouvelle crème pour les mains ??? … Ouais c'est ma sœur qu'est crémière qui m' donné des chantillons … Tu m'ens files ? Merci'' ….. ''On va tous se donner à fond dans ce match, on va être fiers, bon allez on se serre un peu''. La porte s'ouvre '''lut lesgars'' ….. ''Merde Tautor t'as vu l'heur ?? C'est quoi ce retard ??'' ….. ''Repas de famille'' ….. ''ENCORE ??'' ….. ''C'est qu'on est une grande famille'' ….. ''Bon change toi aujourd'hui tu joues talon tu vas m'emmener tout ça'' ….. ''Où tu veux que je les emmène ??'' ….. '' OH NomdeD'leu !! Donc les gars on va rentrer pour se faire mal, pour le copain, pour l'équipe, le village, ces voyoux de Chevreuse vont pas venir faire les mariolles ches NOUS, première mêlée première touche premier plaquage boum boum boum qu'ils comprennent tout de suite qu'on est pas un terrain à conquire !! Allez on se resserre, Putain c'est quoi c't'odeur, Tautor t'as bouffé quoi ??'' ….. ''La mémée a fait des nèfles aur des croûtons aillés, j'en ai ramené quelques-uns, t'en veux ??'' …..

    RépondreSupprimer
  24. Seconde partie
    ….. ''André et Allan vos secondes lattes y sautent pas y prennent pas un ballon, et sous la mêlée soignez les, mais ajustez la mire, la dernière fois on a eu Tautor KO et Marc et Gérard borgnes, alors faites gaffes où vous envoyez !! Bon Ritchie pas pac'que t'as le numéro de Barry John qu'y faut faire n'importe quoi, je rappelle zone rouge rouge nos 22 on tape en touche, zone rouge de nos 22 aux 50 on tape des chandelles, zone rose des 50 à leurs 22 on tape par dessus, zone dans leurs 22 si on marque pas avec les gros tu peux ouvrir un peu les vannes'' ….. ''Mais …'' ….. ''Bon ça c'est fait, Christian t'arrêtes de jouer à la pompadour et de relancer tous les ballons, ça oblige les autres à courir et ça effrite le collectif'' ….. ''ça quoi ???'' ….. ''ça suffit !! Bon allez on inspire fort fort, on tient, on relâche !! NON Tautor tu respires pas toi, OH Putain on va mourir !! Allez l'arbitre a sifflé, on y va , on est ensemble les gars, ensemble, on donne tout hein, on se sauve pas, faut le mental, vous verrez le reste suivra !!!''.
    Vestiaire des Quinconces score 5/40 2 cartons jaunes/1 carton rouge dimanche 16H45 . Le côtcheu cause.
    ''Bon les gars, y'a du mieux, sur les fondamentaux on y était, mentalement on y était, vous aves fait de bonnes choses ensemble, mais on est trop pénalisé, Tautor tu m'arrêtes l'ail le dimanche, l'arbitre a été obligé de te mettre un rouge pour la bonne santé de tous les avants, les zigomars du centre c'qui vous a pris de vous bagarrer devant la tribune avec le curé qui confessait la péronnelle à pépé ?? Voilà ça a fait 2 jaunes, faut qu'on se discipline. Bon allez on y était quand-même sur plein de trucs, après va falloir qu'on essaye aussi d'y être côté rugby, mais c'est encourageant, en tout cas pas désespérant, allez je vais au cleubouze me saouler la gueule si votre copine Gariguette a laissé quelque chose au fond du fût''.
    JE VOUS LE REDIS, LE MENTAL, WHAT ELSE ???????

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et pour les citrons, ça va j'les ai bien coupés ???

      Supprimer
    2. Aïe Cotch con ! c'est toujours sur moi que ça tombe le rouge ! la prochaine fois j'achète pas du frelaté mais du bio non de diu ! et je vous file une aspergeade dont vous souviendrez histoire de vous souder la connerie dans le fût ! Comptes sur moi Cotch je vais les stimuler les dindons Marc et Gérard ils vont le cracher le trèfle et les deux quéquettes molles derrière, les 2 lattes grattes gonzesses Sergio et Jan Loulou qui pousssent comme des piafs, un petit DAC aillé va leur donner du mental ! Et les 3 gogolinos Allan André et François au lieu de s'occuper de leur mèche à la rolling stone et de se gratter le pissenlit il ferait mieux de lever le pif et de voir d'ou vient le vent ! EhCotch, je veux pas dire mais bon le Riri il aboye comme un intellectuel qu'on y comprend rien à sa gamme en latin pfff !! Et le Nini, nez au vent comme Ronron, toujours à socratiser avec les 2 grillons Cricri et Zaza qui regardent d'ou viennent les hirondelles putain en plus des piafs on a les étournos .. Cotch je crois qu'il faut queue cette fois ci tu fasse venir Garibraguette au prochain match, c'est trop grave ! Il faut qu'on pète partout à Treignac et qu'on reparte avec 15 jaunes et pour une fois Cotch tu gouteras au rouge pour pas être plus idiot que nous !!! Aïe !!

      Supprimer
  25. Gariguette, j'ai vu les deux sites.
    Malheureusement, je traîne dans ces domaines "psycha/psycho" depuis la nuit des temps -du moins de mes temps, disons depuis les années 60. En fac, en sport, personnellement, professionnellement, dans tous les journaux, débats et n'importe quel domaine de la vie quotidienne etc. et je suis sidéré de voir que rien n'a avancé, rien n'a changé et que l'on rabâche inlassablement ici ou là les mêmes scies. Je ne juge pas, je ne dis pas que c'est mal, mais quand je lis le magazine "Fémina" dans le "Progrès" du Dimanche matin, avec son Ruffo et tutti quanti, je vois mal la différence avec Blondeau et le réel intérêt de tout cela. Du moins sous ces formes.
    C'est comme dans les magazines de cyclisme où l'on parle au lecteur comme s'il était le n°1. Qu'il suffit de faire ceci ou cela pour devenir un excellent grimpeur ou autre!
    A l'usine, pour améliorer les relations humaines, on envoyait certains en stage de Sophrologie et d'Analyse Transactionnelle. C'était bien. C'était ciblé. Çà aidait, certainement. Quand je parle de "certains", je sous entends des postes particuliers, des personnes particulières.
    Dans ces années 60/70, dans l'émission "les dossiers de l'écran", on avait droit, avec l'animateur (Armand Jérôme, Joseph Pasteur....), au spécialiste de service, à un militaire, un politique, un prêtre et à un "candide" pour finir. Et puis, par la suite, les psy ont pris la place des religieux et des militaires, sauf cas particuliers, bien sûr. Tout çà c'est bien, mais, bon... Quel progrès profond, réel..? La preuve, on continue à ressasser ces vieilles histoires qui devraient être réglées et intégrées depuis longtemps déjà.
    Et puis, quel pourcentage d'intérêt cela touche-t-il? Ce besoin de coaches que l'on voit fleurir un peu partout ne signifie-t-il pas un affaissement sinon un effondrement des individus en tant que tel? Et puis encore, et comme pour tout le reste d'ailleurs, il est amusant -encore une fois- d'écouter ces discours donnés au parti qui l'écoute, évidemment, en imaginant le même discours seriné dans le parti d'en face. Les phrases dans les vestiaires sont à peu près les mêmes partout. La différence, à mon sens ne se fait pas vraiment là. Que cela existe, soit. Je me rappelle des nombreux tests que nous faisions passer et passions nous-mêmes (mon surnom de l'époque: "la bête à test" car j'acceptais toutes les propositions des étudiants plus avancés), en particulier de Q.I., dont on disait qu'il était totalement objectif et intouchable. Or, l'expérience a montré que l'on pouvait s'y préparer et progresser. Je rejoins là, et Zarma et Blondeau.
    Deux choses encore pour conclure sur ce sujet:
    1- Je n'aime pas beaucoup les discours généraux et généralistes.
    2- Je m'attelle plutôt à rechercher d'autres angles pour essayer de comprendre un peu le jeu. Et, éventuellement d'imaginer quelques pistes du style de celle d'Alex Dunbar, ce 3/4 centre malin comme un loup, placé en touche à deux mètres de la ligne et allant planter un essai aux Irlandais sidérés! Leur a-t-il dit:
    -Mon nom est Dunbar. Alex Dunbar!




    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. http://www.lequipe.fr/Rugby/Article/Eric-blondeau-les-joueurs-sont-en-symbiose/642395 il y a un an environ ...

      Supprimer
  26. Bon je vois que l'on est en phase de dénigrement à vrai dire je m'y attendais un peu - les psys et le rugby ça fait pas bon ménage - et je vais vous rappeler quand même 2 ou 3 choses les aminches : qui a dit que les Brits allaient battre les Bleus quoi qu'il arrive ? Qui a dit en plein match que le bébé serait Rose et pas Bleu ? Qui vous parle ici même du manque de guts, gusto, entrain, envie, mental puisqu'il faut bien le dire à propos des Bleus ? Qui vous serine que les djeuns c'est pas ce que vous croyez - merde alors les nénettes au bord de l'évanouissement parce qu'elles ont le BAC comme 99.5 % des copines ça vous fait pas marrer ? -
    Alors puisque personne ici n'a trouvé d'explication valable à cette série incroyable de défaites encourageantes ; regardons ce que font ceux qui ont des séries incroyables de victoires incontestables : les AB - à tout seigneur, tout honneur - et les Brits même si ça vous défrise un peu . La différence mes loulous, c'est une ou deux classes de talent pur - je vous laisse fixer le montant - ET un mental de bourrin, de tueur, de match winner .... là encore à vous de choisir votre peine . A vous lire !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ceci dit guéguette, tu te mouillais pas trop avec les rosbeefs qui recevaient. Et pour autant, même si pas au complet et l'EDF non plus, ils ont bafouillé leur rugby et auraient pu passer à la barre, au pire. Mais t'aurait pu faire de l'huile dans ton canap.
      Donc, je tempère quand même.

      Supprimer
    2. jamais fait de l'huile Sergio, j'avais une certitude absolue même en les ayant vus jouer comme des Cauchons ( remember mon post) le problème ce n'est pas les Brits, le problème c'est les Frogs : "look like Tarzan, play like Jane " je vous l'ai déjà dit plusieurs fois, avant c'était par manque de technique c'est en voie de guérison - gare aux rechutes cependant - là c'est un manque flagrant de mental .

      Supprimer
    3. Au prochain épisode plutôt bois de santal que flagrant de mental, regarde bien l'EDF faire de l'huile de chardon

      Supprimer
  27. Françpis la Barbe, well ..., mais sorti du filet pour frustré moyen, celui qui gagne par procuration, de celui du hand(icap ?), ou de celui de la ménagère de moins de 50 qui y voit l'immense avantage que le placage y est interdit, on en fait quoi du coq, de ses bravades et surtout du tas de fumiers qui va avec dans cette atmosphère aseptisée ? On fait confiance à Monsento, Bayer, ou Servier pour rester Français ?
    Non, les poulets ne sont pas que des bêtes à viande ! C’est ce qu’entend prouver la chercheuse géorgienne Lori Morino, en regroupant les résultats de plusieurs études sur cet animal familier. Et elles montrent que chaque individu a une personnalité propre et est capable de ressentir des émotions…
    Le poulet (Gallus gallus domesticus) est une espèce d’oiseau domestiquée par l’Homme depuis des milliers d’années. On retrouve classiquement l’animal dans les fermes et les basses-cours, mais s’il est apprécié, c’est pour ses œufs et sa viande, non pour son intelligence. Lori Morino, chercheuse à l’université Emory en Géorgie, prouve que le poulet est pourtant capable de bien plus que ça. Dans Animal Cognition, elle regrette : « L’intelligence des poulets apparaît comme avoir été sous-estimée et éclipsée par celle des autres groupes aviens », comme les perroquets qui miment la voix ou les corvidés qui fabriquent des outils. Surtout, la quête perpétuelle du rendement a poussé les chercheurs à s’intéresser davantage aux moyens d’améliorer la production qu’aux capacités cognitives du poulet…
    Pourtant, le recoupement des différentes études effectuées par Lori Morino met en évidence la distinction de plusieurs types de personnalités chez le poulet. Chez les femelles, on peut observer des mères particulièrement protectrices ou distantes, tandis que chez les mâles, on peut discerner les audacieux, les explorateurs et les vigilants. Vous avez oublié de nourrir les habitants de votre petit poulailler à l’heure habituelle ? Sachez qu’ils seront déçus ! Joie, frustration ou ennui font en effet partie du panel des émotions que les poulets sont capables de ressentir. Mieux : comme les souris, la poule et le coq compatissent les uns avec les autres !

    RépondreSupprimer
  28. (suite)
    Si le caquètement incessant des poulets sonne de manière agaçante à vos oreilles, pensez qu’ils sont en réalité susceptibles de produire 24 sons différents, dont plusieurs sont destinés à alerter d’un danger précis. La preuve en a été faite en laboratoire, alors que les poulets sont placés devant des images de prédateurs et d’autres animaux inoffensifs pour eux : les prédateurs aériens étaient signalés par un cri particulier, tandis que les prédateurs terrestres l’étaient par un autre. Une subtilité qui « suggère que la communication chez le poulet est volontaire et serait basée sur la cognition et une conscience sociale », explique la chercheuse.
    Pour améliorer leur nourriture (d’un point de vue quantitatif et qualitatif), les poulets sont capables de retarder le passage à l’action. Or, Lori Morino souligne que « plusieurs auteurs affirment que le contrôle de soi est un indicateur de conscience de soi-même ». Tout comme les chiens, les poulets sont dotés d’une mémoire épisodique leur permettant de retenir où et quand ils ont trouvé tel type de nourriture. Ils peuvent également aller plus loin en anticipant l’arrivée de nourriture et en estimant la durée du temps écoulé entre deux arrivées : des poulets étudiés étaient en effet parvenus à appuyer sur un bouton toutes les 6 minutes pour obtenir de la nourriture.
    Les capacités cognitives des poulets leur permettent également de reconstituer mentalement l’image tronquée d’un objet. Ainsi, la représentation d’un rectangle placée sur celle d’un poussin n’empêche pas le poulet de reconnaître le poussin. Une qualité qu’on observe aussi chez les humains, certains poissons, oiseaux ou insectes. Cette intelligence se développe tôt : dès 5 jours, les poussins sont capables d’effectuer des opérations de soustraction et d’addition, et, placés devant deux tas comprenant au maximum 5 objets, de déterminer dans lequel les objets sont les plus nombreux.
    Certains animaux sont privilégiés par les études scientifiques sur l’intelligence, tandis que les poulets, comme les poissons, sont plutôt laissés pour compte. Avec cette étude, Lori Morino remet en cause l’exploitation que nous faisons de ces oiseaux et leurs conditions d’élevage. Surtout lorsqu’on sait qu’ils posséderaient deux fois plus de neurones que les primates…
    Bon, nous avons l'avantage d'avoir André pour imaginer pouvoir faire un décompte .

    RépondreSupprimer
  29. On voit qu'être des "tueurs" oui, mais des chiens c'est mieux. Et ça nous ramène à Jean et Martine de Tautor. Si Jean avait été chien il l'aurait passé la Titine à la Trappes (à la cave). Et les chardons dans les poches, lui faisait sauter le repas (spèce d'écossais !!)

    RépondreSupprimer
  30. Et ben dis donc....
    Bon vu que je me fait yech à Orly, je vais vous faire une Nini, allez on deconne !
    En tout cas j'en suis pas encore revenu, z'enfants,grave hein.
    Quand je pense qu'on m'avait rien causé, laissé dans le noir, c'est pas hibou, hein.
    Le pauvre niais, l'as cru des décennies que le sport, ça servait à donner un esprit saint dans un corps sain, le pauvre fou.
    Ben non, le sport ça bousille le corps, fô des AUT,des ordonnances,des éspécialistes de tout,et ça abime l'âme aussi, sont tout tristes, pensifs, menez les cellules de soutien, les gouroux, les peripepa pardon je me goure toujours, les thérapeutes.
    Bon remarquez, y à pas que l' Edf, hein, regardez à l'EDF, par exemple:avant, ton chef y te faisait chiner, au mieux tu lui collait la CGT, au pire un grand pain dans sa tronche de cake, maintenant tu te suicide, forcément, fô une cellule de soutien pour les collègues.
    Z'avez pas fini les neries,au secours Tyrosse, Beaumont, et tout les vestiaires de l'Ovale, ils sont devenus fous.
    Allez, après tout c'est p'têt pour ça qu'ils se soignent.

    RépondreSupprimer
  31. Ah, j'oubliais, Mais l'avion est en retard, heureusement hein.
    Il faut ( ah !)aussi des stages commando comme la force de vente de chez Jacob Delafon, des tueurs les mecs.
    Forcément, avec tout ça, les rosbifs ils l'on échappé belle.
    Allez VDW

    RépondreSupprimer
  32. Oups, le temps de me retourner, un mardi, après avoir oeuvré à Marcoussis, Naka, Chouchou et Cyril et voici que vous êtes déjà à presque soixante commentaires. Largué je suis. Il va me faloir utiliser mes deux jours de repos pour vous lire.
    Je blague mais c'est super sympa de vous voir avancer ensemble, trouver des angles, créer des dynamiques, partir sur des pistes, imaginer...
    A plus

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ben oui, ça caquette dur dans le poulailler en quinconces. Y a du cognitif, du sportif, du rosbeef, du rouge vif, que ça déstabilise même le J.lou qui sonne le tocsin contre les faux seins de corps et d'esprit.

      Supprimer
  33. Alors les Ecossais on va les peler et les mettre à la raison ??? Méfiance, et respect, car sont attachants nos voisins, comme des chardons, leur histoire remplie d'anecdotes plus poétiques et empathiques les unes que les autres. Entre autres, voilà quelques bonnes raisons de les apprécier :
    - D'abord cet emblème du chardon, d'aucuns ergotent légende, et bien si légende quand-même trop belle : 1010 les vilains Vikings attaquent, profitant de la nuit, et pour éviter d'être trop bruyants enlèvent leurs chaussures. AÏE AÏE AÏE comme dit le Lomagnol, car marchant sur des chardons ardents leurs cris de douleur réveillèrent la garnison qui les massacra et sauva le pays de l'invasion. Bon la vérité historique là-dedans …...
    - Toujours le chardon, dans le temps jadis on raconte que les dirigeants du rugby écossais avaient « des chardons jusque dans leurs poches », pour stigmatiser leur propension à ne pas dépenser le moindre sou. Légende encore ????
    - Autre souci d'économie, dans ces temps-là les joueurs écossais payaient leur short et les bas. Le maillot bleu marine, lui, était fourni par la Fédération, en conséquence si les joueurs décidaient de l'échanger avec un adversaire à la fin d'un match, ils devaient le rembourser !!!!!! Tiens c'est une idée à creuser à la FFR pour ramener encore plus de pognon vers le secteur amateur !!!!!! - France - Ecosse 1947 Colombes, le capitaine écossais Geddes plonge en même temps que Lassegue sur le ballon dans l'en-but écossais. L’arbitre hésite et dans le doute va ordonner un renvoi aux 22, alors Geddes se relève et tout de go : « Il y a essai, le Français a touché avant moi ». Pas besoin de vidéo, essai accordé, victoire tricolore, et roule ma poule !!!!!!!!!!!!!!!!!!! - CDM 2003: Les Ecossais éliminés en 1/4 de finale, dans leur avion de retour un journaliste australien leur demande de dire deux mots pour encourager les anglais avant la ½ finale Angleterre-France …...... A l'unisson, les joueurs écossais se mettent alors à siffler …................ la Marseillaise !!!!!!!!!
    - Enfin et pour finir, ce KILT objet de tous les fantasmes féminins (oui masculins aussi). Alors quoi qu'y portent donc en dessous nos Ecossais ???? La tradition militaire veut qu'en-dessous bin y'a …. RIEN, et elle serait toujours respectée dans les régiments (à vérifier). Historiquement lors de l’inspection les soldats devaient passer au-dessus d’un miroir placé au sol, et il leur était interdit de monter à l’étage des bus !!!!!!! Anecdote encore plus épicée, 2004 le colonel Simon West du régiment des Highlanders d’Argyll et de Sutherland pose assis aux côtés de la Reine Elizabeth II, l'émotion lui fait oublier d’ajuster son kilt et il dévoile au monde entier sa virilité, tout sourire.
    Bon pas croire pourtant que ce pourrait être une faiblesse ce dimanche puisqu'aujourd’hui le port d’un sous-vêtement sous le kilt est autorisé, d'ailleurs jouent pas en kilts les types. Et puis comme ils disent en réponse à la question, les Ecossais portent sous leur kilt « The future of Scotland » !!!!!!
    Comment ne pas les aimer, à tout le moins les apprécier ????? Et puis 5 millions d''Ecossais, heureusement qu'ils ne sont pas plus nombreux, quand tu vois à quel niveau ils arrivent dans moult disciplines, sans doute encore un truc en plus du genre chromosome qu'on n'a pas.

    RépondreSupprimer
  34. Bonjour, si je suis d'accord avec Richard sur le rôle primordial du mental, carence décelée depuis plusieurs année au sein de l'EDF, la fragilité du banc tant technique que mentale m’inquiète, Doussain, Iturria...ne sont pas armés pour ce type de match et pour cette fin de match et je ne suis pas sur que ne pas les renvoyer approfondir leur capacité technique et mentale dans leur club leur rend service... Le capitaine me parait aussi manquer de recul, le joueur n'est pas en cause, mais a t on mieux en magasin et en réserve? Bernard de Riom

    RépondreSupprimer
  35. Cette histoire de mental qui serait la faiblesse de l'EDF, ça me laisse plus que dubitatif. En bref j'y crois pas.

    Je crois que l'on prend le problème à l'envers; si on était au plus haut niveau du rugby, on l'aurait, le mental. Certes, le mental (qu'est-ce que c'est d'ailleurs, le "mental", appliqué à un collectif de 23 bonhommes ?), ça peut faire gagner des matchs, mais c'est pas ça qui fait élever ton niveau de jeu.
    Et c'est ce qui me semble manquer actuellement à l'EDF pour battre les meilleures nations, même une Angleterre fébrile, peu inspirée et disciplinée.
    On a les bases, Novès semble avoir remis la charrue avant les boeufs, maintenant il faut aller plus loin dans le volume physique et le volume de jeu (mais pas comme les anglais qui font rentrer un banc puissant qui fait la différence), l'application du travail fait à l'entraînement et par suite la créativité du jeu. Il y a encore trop d'écart entre le jeu des lignes arrières pratiqué (récité) par les irlandais, les anglais ou les gallois, et le nôtre qui semble toujours fait au petit bonheur, et manque d'inspiration dans la ligne. Cette improvisation qui fut longtemps notre marque de fabrique (ou celle d'un Stade Toulousain relanceur et exploitant immédiatement un contre ou un ballon tombé), il faut qu'on la retrouve, mais quand on aura posé notre jeu.
    Pour l'instant nous n'avons pas atteint ce stade, quand on y sera, et le mental viendra naturellement, comme les touches ou les pénalités faciles.

    Dimanche, pour peu que le temps soit de la partie, ce sera un bon match entre des français revanchards et décidés à "conclure", et des écossais portés sur la relance et créatifs (les centres dans la touche, leurs combinaisons envoyant rapidement le jeu au large pour exploiter les jambes merveilleuses de Stuart Hogg).

    RépondreSupprimer
  36. Bonjour mes amis,

    Pour une fois, je ne suis ni d'accord avec Richard, ni d'accord avec Sylvie.

    Je ne pense pas que ce soit au niveau mental. Car pour jouer à ce niveau et surtout au rugby, si tu ne n'as pas le mental. tu ne fais pas long feu. Quand tu te retrouves devant un colosse de 100 kg lancé à fond et que tu vas le plaquer. Sans le mental, tu ne le feras qu'une fois.

    Souffrir sur un terrain sans mental, c'est une gageure au rugby.

    En revanche, la confiance de l'autre est pour moi, l'alpha et l'oméga de la réussite, c'est à dire, tu ne doutes jamais de ce que va faire le partenaire.

    SI on parle des AB, tous les joueurs font des exploits et tout le monde a confiance en sa capacité à passer à prolonger le mouvement.

    J'ai joué contre des anglais et ils ne doutent jamais de leur équipier. Ce n'est pas du mental mais de la confiance en l'autre.
    Nous, il nous faut tout régir, légiférer, prouver eux, confiance d'abord.

    J'ai été abasourdi par le nombre de fois où Speeding perçait et que personne ne le suivait comme si les joueurs n'étaient pas confiants dans sa technicité. Un anglais suivra toujours.

    Les anglais nous ont battus mais nous les avons aussi battus et pourtant le mental des anglais a toujours existé d'après vous.

    Je crois surtout à 15 ou 23 joueurs qui ne doutent jamais et qui se font confiance pour prolonger. Le rugby est une force collective et non pas une force individuelle au service du collectif. Le joueur fait parti d'un tout et seul la confiance en ses partenaires lui fera rejoindre cette force collective.

    J'ai eu plusieurs entraineurs et j'ai toujours eu plus confiance à mes partenaires qu'à leurs discours.




    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mais le mental se travaille autant sur un plan collectif (autres que les discours tradis des entraineurs) qu'individuel. A côté du "sental" avec ses équipiers.

      Supprimer
    2. Bon je groupe ma réponse pour Pipiou et le Gé : Il ne s'agit pas d'épiloguer ici sur les qualités ou défauts intrinsèques de l'EDF , seulement il faut bien constater qu'en CERTAINES OCCASIONS ils se sont montrés incapables d'assurer . Or ces occasions - appelons les "moments de vérité" c'est à dire dans un match le moment où ... je redonne la parole à Eric Blondeau : " C’est l’instant pendant lequel notre adversaire/partenaire/ coach/ « L’AUTRE » ….se fait une opinion sur notre prestation, notre niveau de qualité, notre motivation, notre engagement , notre adaptabilité, lucidité, notre valeur, notre combativité , notre détermination, notre cohésion, notre maitrise de l’événement…..etc … et surtout ….notre capacité à conserver l’INITIATIVE ….… ou pas !
      Pour cela, dans le PRESENT, ne pas faire des choses exceptionnelles mais …..faire des choses simples exceptionnellement bien " Et là Pipiou, plus question de niveau de jeu, il arrive parfois que le "minus" signe l'exploit ( ex VDW qui plaque la montagne Lomuh )
      Tu vois bien qu'il ne s'agit pas de dire que l'EDF n'a pas du tout de mental, ils en ont ... sur alternateur et pas du tout quand il faut . Pour la confiance je te renvoie à la mouche du coach dans Flair, c'est le sujet de son article .
      Et pour dimanche ça va surtout être très intéressant de voir si ayant identifié ces manques, au moins en partie, ils sauront trouver une ou des réponses - rappel : les Ecossais bossent depuis 2 ans sur leur mental ça ne signifie pas qu'ils vont nous mettre une raclée mais ce dont je suis sûre c'est qu'ils joueront en pleine conscience et confiance . Voilà mon avis que je vous livre en toute loyauté, authenticité etc etc .

      Supprimer
    3. Peut être que je ne comprends pas le message de Blondeau.

      Mais je l'interprète d'une autre façon. Mais certainement, j'ai tort.

      "C’est l’instant pendant lequel notre adversaire/partenaire/ coach/ « L’AUTRE » ….se fait une opinion sur notre prestation .."

      Sauf que pour moi, je me suis toujours dit, j'ai confiance en l'autre, il n'a pas à me le démontrer, il est autant voire plus engager que moi. Pourquoi douter, si je doute de lui, il doute de moi. Si j'ai entièrement confiance en lui sans réserve, il aura entièrement confiance en moi.

      Un coach m'a dit, tu ne changeras jamais les autres en revanche tu as beaucoup plus de chance de te changer toi même, donne ta confiance et de fait, les autres te la donneront. C'est un principe que j'ai toujours adopté.

      Et pour moi, c'est la différence, tu as confiance et tu pars te coltiner le maul et tu es sûr que les autres viendront ou bien tu attends que tes partenaires te le démontrent et ce fraction de seconde te fait perdre.

      Supprimer
    4. Oui mais avoir confiance c'est un sentiment, un ressenti ... ça peut disparaître très vite, ce n'est pas acquis . D'autant plus dans le haut niveau où les équipes évoluent ce n'est pas tout à fait comme des partenaires avec 10 ans de relation derrière . Bon je ne suis pas psy non plus et il y a certainement des paramètres qui m'échappent, n'oublie pas que je n'ai jamais joué au rugby ! Lis aussi comment Cotter a tissé un lien avec les Ecossais ( Equipe d'aujourd'hui) c'est un véritable travail de fond qui va au delà de la technicité pure . Je garde en mémoire ce superbe match contre les Irlandais et la joie de Laidlaw, des Gray, de Hogg ... Ils sont plutôt introvertis les Ecossais alors oui je crois qu'ils peuvent bâtir sur ce sentiment partagé d'avoir été au delà d'eux mêmes, bref d'avoir eu un mental de guerriers .

      Supprimer
    5. "La confiance est un état d’esprit et un mode de vie." – Iyanla Vanzant

      Supprimer
    6. Gérard, la confiance est à la fois collective et individuelle dans ce sport. Que chacun croient en les autres est une chose. Mais il y a aussi une part de toi qui doit croire en toi pour le jugement, le discernement. Les autres peuvent t'aider par leur soutien dans le jeu, mais si tu ne prends pas la bonne décision, comme Lamerat, et ben y a pas essai. C'est aussi le fruit d'un travail qui doit te permettre de te révéler au profit du collectif, et pas simplement une histoire de confiance l'un dans l'autre. Ca va au delà de ça. Globalement, c'est un acquis, ça ne doit pas disparaître sauf si le collectif se délite. Autre exemple à la André inconditionnel du cyclisme, quand tu vois les équipiers d'un leader d'équipe quel qu'il soit qui prépare le moment crucial de la course avant sprint ou en montagne, il faut un confiance collective pour travailler à l'emmener. Et il devra scruter, analyser pour prendre SA décision finale (la bonne) d'attaquer, de porter l'estocade sur le sprint ou pour se détacher en montagne, et apporter sa victoire à l'équipe, en couronnement, avec tous les aléas que cela peut comporter aussi.

      Supprimer
    7. Sur ce blog ,Gariguette , pas seulement , beaucoup pensent avoir identifié les faiblesses majeures pour faire gagner le jeu ambitieux initié par Novés.
      Le manque d'habitude à décider vite dans dès situations gagnantes mais rapides, les courses de soutien offensif,l'adaptation à un arbitrage différent principalement, voilà ce que ne leur offre pas leur championnat domestique.
      On peut considérer vu les moyens par rapport à d'autres que c'est un pur scandale, à tout le moins un rapport qualité /prix déplorable!
      Travailler ces lacunes purement techniques nous permettront de reprendre goût à la victoire, la confiance suivra inévitablement.
      Nul besoin de torturer le neurone, de fricasser le citron, de malaxer le cortex, d'eloigner encore plus l'élite de la masse et d'enfanter des mutants .
      Les écolos,les vrais, disent que la meilleure énergie est celle qu'on économise, le Blondeau c'est pareil.
      Allez, VDW un minus, t'as gardé le poste à Pépé?

      Supprimer
    8. Pas d'accord, bien sûr que la confiance disparaît, et ça va très vite : notamment là le père Lamerat il a créé un sacré doute chez ses potes ! ( et chez nous mais c'est moins grave) . Tu connais l'idée de confiance "aveugle" ?l'idée d'y aller "les yeux fermés" en toute confiance ? ben là ils vont ouvrir les yeux, ils vont se méfier ou tout simplement hésiter une fraction de seconde de trop, peut être retenir la passe vers lui ... que sais-je ? Blondeau dit que "chaque acte impacte le sentiment" après la peur s'installe . Il termine en disant que c'est très simple à comprendre mais très difficile à faire .

      Supprimer
    9. ah zut je répondais à Sergio et Gérard, bon Janlou j'ai mis des guillemets à "minus" c'était juste pour souligner la pure folie de son geste si tu compares son gabarit avec celui de Lomu ... sinon c'est incroyable comme le simple fait de parler neurones vous fait dégoupiller mais m'en fous je lâcherai pas l'affaire, on a un cerveau autant s'en servir . j'ai vu les progrès des Ecossais en 2 ans, et ça me branche davantage que le dopage et les corticos, le progrès humain grâce à la réflexion ça me botte ! ( de Nevers of course ... ça va à la Réunion ? pas trop de dégâts typhonesques ? )

      Supprimer
    10. Pour Sylvie, dans mon esprit, je suis certain que le mental peut se stimuler avec un ensemble de coach ou psy ou autres. Et je suis d'accord avec toi pour ce point. C'est une affaire personnelle.

      Mais à ce niveau, quelque soit le sport collectif d'ailleurs, tu as des joueurs hyper prêts mentalement (quelque soit le type d'entrainement pour l'avoir).

      Maintenant ce qui se joue au niveau international, c'est le niveau de confiance que tu as en tes partenaires. Faire la passe à l'autre parce que tu penses qu'il est en meilleure position que toi. Se sacrifier pour un offload.

      Pour Lamerat, pourquoi n'a t'il pas eu plus confiance en son ailier pour finir le travail. Il l'a vu puisqu'il le regarde et il s'est dit je vais bonifier mieux le ballon que lui.

      Et là, je te parle de neurone et d'état d'esprit. neurone pour voir, comprendre, se placer, se dépasser, être mentalement prêt et état d'esprit pour la confiance en l'autre.

      Je ne lâcherai pas plus. je pense que nous confondons mental d'une personne et confiance dans l'équipe (dans chaque joueur.

      Je ne crois pas que le mental d'une équipe est la somme algébrique du mental de chacun. La confiance de chacun pour l'autre c'est le mental de l'équipe.

      Supprimer
    11. Mais refusons encore et toujours d' opposer le muscle et le cerveau!
      C'est purement un travail intellectuel que d'emmener les joueurs vers l'excellence par la culture d'un jeu efficace par des moyens sportifs.
      Et si tu veux mon sentiment,ce qu'on reproche notre équipe aujourd'hui,la faculter de plier la feuille,c'est précisément ce qui à manqué à. ... ben oui, l'ASM, étonnant non ?
      Allez, petit typhounet, mais pour un retour au bercail belle séance de râteau,quand même merci.

      Supprimer
    12. Quand même virgule merci !

      Supprimer
    13. Avez-vous écouté l'Equipe du soir avec Richard et C Dominici ? A un moment Dominici a raconté qu'il préférait aller à la guerre - enfin ce ne sont pas ses mots exacts, je m'en souviens plus, mais c'est l'esprit- il irait donc à la guerre avec Cedric Heymans plutôt qu'avec Aurélien Rougerie ... et Richard a approuvé chaudement moi j'étais un peu perplexe ( j'irais bien à la guerre avec les deux ...euh non en fait j'irais pas à la guerre mais passons ...) en gros on comprenait qu'en CAS DE COUP DUR - je vous parlais de MOMENTS DE VERITE - le grand Aurélien perdait un peu ses moyens pas Heymans .( sur un match tendu c'est vers la 19e minute ici http://www.lequipe.fr/lachainelequipe/video/la-grande-soiree/tous-sports-replay-la-grande-soiree-du-samedi-4-fevrier-speciale-angleterre-france/x5aopg4) donc l'idée de Christophe Dominici c'est qu'il ne faut rien lâcher et qu'il doute des capacités de certains dans ce domaine, alors mental= ne rien lâcher, mental= avoir confiance, mental = ??? il me semble que c'est un mix de tout ça, j'ai pensé à cette remarque à cause de Rougerie ASM ... par association d'idées .

      Supprimer
    14. Si on reprend l'exemple Lamerat, ne pas donner le ballon à quelqu'un qui doit forcément aller à l'essai, qu'est ce que tu veux qu'il bonifie de plus ? A part l'en avant qu'est ce qui peut se passer d'autre pour son co équipier ? qu'il butte sur une taupe, qu'il glisse sur une grosse limace, belle estime du partenaire tu trouves pas. "Et là, je te parle de neurone et d'état d'esprit. neurone pour voir, comprendre, se placer, se dépasser, être mentalement prêt et état d'esprit pour la confiance en l'autre". En fait, on parle de la même chose : confiance à la fois individuelle et collective, bref différents leviers dont parle François qui se travaillent aussi et pas qu'une histoire de considération de personnes. Tu le dis toi même "Je ne crois pas que le mental d'une équipe est la somme algébrique du mental de chacun".

      Supprimer
    15. je l'ai déjà dit, il y a plusieurs semestres, Lamerat , il est bon, mais sans plus et ce qu'il a fait sur cette occase, c'est tout simplement LUI, avec ses forces et ses faiblesses. Pourquoi n'a til pas étè conservé au ST????

      Supprimer
  37. Sport individuel le Tenis expliquait son travail mental sur la gestion des temps faibles , des moments où il est bousculé et est prêt à lâcher . Il dit que c'est la ou il a vraiment progressé et c'est ce qui lui permet ´encore rivaliser au plus haut niveau
    Ici une ex championne d'aviron est devenu une coach célèbre de sportif sur l'amélioration de la performance et elle travaille beaucoup sur la dimension plaisir et ludique du sport , on fait un sport parce qu'on l'aime et qu'on y prend du plaisir sinon le dur labeur perd son sens
    Elle se dit incapable de manager un groupe mentalement ..:. Effectivement on compte plus sur ses partenaires et quelques leaders
    Bref tout pour dire qu'on a tous raison et qu'il n'y a pas qu'un seul levier pour se sentir fort
    Je ne redis pas ce que j'ai écris bien plus haut qui apparement était " barbant "

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Fédérer expliquait ...,
      Bref tout ça pour ..,,
      Faut que j'arrête d'écrire de mon tel -(((

      Supprimer
    2. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

      Supprimer
    3. François, pour être plus clair, ne parle pas dans ta barbe ; dans beaucoup de disciplines, et en sport de manière foudroyante, tu joues comme tu t'entraînes . Ou comme tu y es entraîné ... rien à voir avec la notion Provale de gestion de carrière corporatiste bien confortable que génère notre "élitisme" franchouillard . Regarde ces gonziaux, tu crois qu'ils passent leur temps libre en bagnole à rigoler d'avance du chien ou de la poule qu'ils vont "écraser " sur la route de Treignac ? Songer à fédérer, c'est nada pour eux . Peut-être qu'ils ne trichent pas . Ils jouent, mais à fond, et sur le maillot, y'a jamais floqué "Pschitt" ou "Secouez-moi",
      Sinon pourquoi s'aligner ?
      https://youtu.be/vLT3A0a3hoQ

      Supprimer
    4. Tu as raison François, il y a plusieurs leviers dans le travail sur la confiance, notamment en collectif et heureusement.
      Sur la route de Treignac, gouz gouz la irac, gouz gouz la irac, sur la route de Treignac, la joie éclate et fait crac !!

      Supprimer
    5. Tu ne le croiras pas mais j'ai travaillé chez Gilette étant jeune , au défaut d'être bien né , bien nommé autant te dire qu'il ne fallait pas parler dans sa barbe , pas des bon clients les barbus pour nous ... mais bon la barbe ne dit rien du barbu

      Supprimer
  38. j'appuyes le commentaire de Gerard S. concernant la confiance avec ses partenaires, c'est un sport d’équipes chacun des 23 ayant des qualités communes et différentes. Le soutien est essentiel........
    Bien aimé l’abnégation, l'intelligence et l'aisance de Gourdon( chez les beefs un top player), la complicité avec Serin, Picamoles et Lopez va aboutir.
    Merci à R. Escot, toujours aussi malicieux pour faire bouillonner les réponses des "loustics" et "gazelles" qui alimentent le blog.
    Amicalement, et bonne troisième mi temps à Treignac
    Bienvenu sur la dune

    RépondreSupprimer
  39. qq'uns évoquent l'intelligence des poules et poulets... Je vais vous dire, dans les temps anciens quand il y avait peu de voitures dans nos campagnes, ces volatives partaient n'importe ou , lors de leur passage, et souvent sous la voiture, maintenant , y a toujours et encore des gallinacées en bord de route, mais ils savent se ranger sur le coté...
    Et les questions de mental, se pose t il à ceux qui ont les capacités sportives pour bien réussir et qui ont échappé à la mine, aux durs labeurs des champs aux temps anciens ou à la mise de coté pour les "colorés" à l'exemple de Kopa,Poulidor, Hinault,Walter, Mimoun. A Treignac je vous parlerai d'un des plus grands gardien de but du Monde

    RépondreSupprimer
  40. de la Dune à la Lune en passant par le désert,
    la confiance, collective ou individuelle, le mental collectif ou individuel, qu'est ce que c'est quand tu es tout seul comme Speeding comme l'a dit Gérard ! Rien ! tu es comme un con à attendre et la fois d'après au lieu de créer tu vas réciter connement la leçon car tu veux pas te faire appointer par le staff et faire banquette pour le match suivant ! En fait ce mal, propre, à notre rugby, vient du top 14, de la vindicte des entraîneurs et des journalistes. Le joueur d'aujourd'hui est égoïste, il pense carrière, sousou, l'image qu'il donne de lui et le quand dira t-on de ses performances ... Comme beaucoup ne joue pas 80 minutes par match il y a déjà une carence à savoir qu'il est jugé sur ses performances propres, son rendement et le plus qu'il donne au jeu .. ensuite il y a le jugement de ses coéquipiers, enfin il y a les commentaires des journalistes .... Donc l'artiste n'est pas lui même, il reste emprunté de peur d'être mal jugé ... préférant respecter les consignes et si par cas il n'est pas à la hauteur par rapport à son adversaire, il va commettre une faute comme il a l'habitude tous les we ...... l'automatisme, le réflexe conditionné dont il ne peut se détacher en match international ! Ce qui explique le nombre de fautes stupides qui inondent tous les dimanches le top 14 .... qui servent à ralentir le jeu, à brouiller les cartes, à déstabiliser l'adversaire, etc. faut pas croire que les entraîneurs sont des "Angélique" qui ... n'expliquent que le bon jeu ! Le manque de régularité participe beaucoup à cet état physique et psychique ... il y a eu en novembre me semble t-il un article sur l'Equipe, montrant le temps de jeu de chacun des joueurs de l'EDF une hétérogénéité invraisemblable entre moins de 80 minutes et 5 matchs sur 6 effectués en top 14 ! Impossible de mettre du liant entre chacun car chacun a un objectif différent à ce niveau là (revenir, image de soi, primes de matchs, blessure, etc.). C'est comme une classe à plusieurs niveaux impossible de faire suivre l'ensemble et d'avoir de la cohérence dans les résultats non ? Lady Gagaribraguette nous dira sa version des choses ou Fifi le Tyrosslien !!! Quand je vois Guirado, il est tout sauf Capitaine ! faites lui passer le livre de RL Stevenson non pas "l’île au trésor", ni Dr Jekyll et Mr Hyde" mais "Voyage avec un âne dans les Cévennes" ou il découvrira ce que c'est qu'être "Modestine". Cette dimension d'équipe va être longue à venir probablement en ayant plus de temps accordé par les clubs pour que le fusionnel devienne une constante et non une anecdote.

    RépondreSupprimer
  41. Les Quinconces vont bientôt pouvoir postuler aux classements de Hong-Kong.
    Le Xv grand chelemard de Fouroux était un assez joli exemple de mental qui fonctionne. Leur secret ? Les Anglais sont des gros cons.
    Le secret des handbaballeurs est qu'ils ont appris très tôt, d'abord en famille, ce que signifie les mots discipline et esprit d'équipe, vérifiés en usine ou à l'atelier.
    Le Néo-Zélandais fait toujours confiance à son équipier. Mais, quand l'un marque, ils sont toujours au moins trois autour de lui.
    Van der Westhuizen, avant d'être un martyr épatant, fut un Afrikaner haï par la planète bien-pensante.
    Les Bleus ont troué plusieurs fois la défense anglaise samedi. Aucun soutien. Quand on perce on se coupe.
    Einstein lui-même n'utilisait qu'une petite partie de son (petit) cerveau. Ah, s'il avait connu Blondeau...
    Samedi : t'as vu le mental du Maori entré en seconde mi-temps, le temps d'aller se coucher entre nos poteaux ? Le mental lancé, y a qu'ça d'vrai.
    Lendl avait besoin d'un conseiller, contrairement aux apparences. McEnroe non, contrairement aux apparences. Songe : McEnroe psy de Lendl...
    Walkowiak + un psy = cinq tours de France.
    Boston-Atlanta, ou la haine de la défaite contre la peur de gagner. Voilà qui nous a ramené en 1865.
    Les Black Watch et les Gordons Highlanders n'ont rien sous le kilt ; les danseuses du (premier) cancan non plus. Chacun son truc (en plumes, of course).
    Dunkerque, la Bataille d'Angleterre, le Rio de la Plata, la poursuite du Bismarck, les Falklands... et le XV de la Rose. Va falloir booster le mental, les filles !


    RépondreSupprimer
  42. On va continuer d'adorer le FLOP.14, le jeu enfin remis au centre du terrain et des décisions fortes à-même de nous réconcilier avec ce jeu :
    Pour le match de Top 14 du dimanche après-midi, afin de permettre la programmation du Canal Rugby Club à l'issue de la rencontre, LNR et FFR coquins-copains bien mal inspirés, ont décidé que la mi-temps de ce match sera dorénavant de 10 minutes. Un grand progrès, en attendant sans doute, pour très bientôt, pour d'autres raison sonnantes et trébuchantes (et elles ne manquent pas) de réduire les mi-temps à 30 minutes, ou en cas de grève d'une catégorie de personnel de les prolonger à 60 minutes, temps d'antenne et de pub en conséquence.
    Les arbitres de Top 14 plus sévères dès la prochaine journée -notamment sur les coups portés à la tête des joueurs-, comprendre «un durcissement disciplinaire de certaines infractions, la modification des points d'entrée dans l'échelle de gravité de certaines sanctions» et «l'intégration de nouvelles infractions modulant ou complétant des infractions existantes». J'aime bien lorsque le législateur est clair et simplifie -''certaines infractions'' ''modif des points d'entrée dans l'échelle de gravité'' ''certaines sanctions'' ''nouvelles infractions'' et ''infractions existantes'' ça me va tout bien-, pas vous ???? Avec tout ça nos arbitres vont encore prendre plus de place dans la partie, la vidéo va chauffer, le public s'emmerder de plus belle et déserter encore un peu plus les stades, le jeu occuper une place plus réduite (l'en avait déjà plus guère), c'est dommage cet art de compliquer les choses. Maillot EDF avec logo CDM et bientôt sponsor, ça fait beaucoup causer dans les médias, dans les clubs et aux comptoirs (j'ai vérifié) tout le monde s'en fout c'est l'époque c'est le professionnalisme les autres le font tous, z'en pensez quoi ?????

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Nini,

      Autant je ne suis pas d'accord avec toi sur la relation que tu fais sur l'argent et le rugby dévoyé.

      Je pense surtout que le Flop 14 fait du mimétisme par rapport aux résultats de Toulon. Je parlerai souvent de présidents suiveurs et non de précurseurs. Tu prends moins de risque à faire jouer des Golgoths que des jours comme Lacroix.

      Tu verras que si La Rochelle et Clermont réussissent dans cette voie (et je l'espère grandement), ils vont être suivis dans très peu de temps. Tu peux regarder le MHR, il fait revenir Vern.

      Pour le reste, on a touché le fond, enlever 5 minutes de mi-temps pour une émission. c'est réellement se moquer des gens.

      Pour aller dans le même sens stupide, J'avais pensé à :

      1) mettre une pub à chaque interruption de jeu.
      2) Pour les pub de crème épilatoire, l'essayer directement sur le joueur qui marque des points pendant le match
      3) L'arbitre à chaque explication devra inclure un spot. Si vous aviez mangé du Gerblé, votre mêlée ne se serait pas écroulée.
      4) interrompre le match et garder le score pour que l'émission puisse commencer à l'heure.
      5) Chaque équipe, a un fond spécial derrière le dos afin que chaque jouer soit un écran de pub.
      6) Prendre un complément alimentaire avant le match et prouver à la fin que rien n'est détecté.

      Je vous laisse donner vos idées que nous pourrions donner à Canal Plus après notre symposium de Treignac.

      Supprimer
  43. pause de 10 mn et interdiction d'utiliser la vidéo.... Interdiction aussi de refaire la mélée, pénalité ou bras cassé de suite....

    RépondreSupprimer
  44. Bonsoir, je me suis un peu agacée ce matin d'un titre balourd plus que véritablement malintentionné dans l'Equipe, il s'agissait de rendre compte de l'arrivée d'un sponsor-maillot, le tout finement intitulé "la FFR se fait le maillot" bon ... après avoir un peu ronchonné je me suis dit que nous tenions là quand même le test ultime du mental de ces messieurs .
    Alors aidons le XV de France à surmonter ses peurs, attention certaines images peuvent choquer les âmes sensibles - Janlou attrape ton Nounours et serre le bien fort contre toi - https://www.youtube.com/watch?v=iSXx_A5bhXA ...
    et ça c'est peanuts les mecs : le maillot c'est 100 fois plus douloureux ! Courage les gars : c'est pour la France ! 🏈😈

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je voudrais apporter ma contribution sur ce sujet. J'ai quatre femmes à la maison. Et quand elle évoque le maillot et bien visiblement, ce n'est que souffrance. Pas sûr que les costauds du XV de France seraient capables de subir une épilation. Cela dit, ça pourrait être un test non ? Pour évaluer leur force mentale... et leur seuil de souffrance. Parce que y'en a, leur seuil de souffrance, il est bien bas.

      Supprimer
    2. Au poil ta réponse Ritchie :-))

      Supprimer
  45. Les coqs se feront le maillot quand les poules auront des dents !! Sinon j'aurais plutôt vu ce logo à la place de "France 2023". non ??
    http://img11.hostingpics.net/pics/357663J29ReveillezvousaveclechantduCoq.jpg

    RépondreSupprimer
  46. J'vais te l'envoyer mon Nounours,on à rien fait de mieux en Côte d'Or depuis la Romanée Conti, tu va en avoir besoin de la cellule sicologique 😈😈
    P'têt pas une bonne idée, finalement.....risqueraient de s'entendre !
    Allez la France marketée, sponsorisée , mais la France libéréeé .

    RépondreSupprimer
  47. La machine veut pas en une seule lecture, alors première partie .............. Je reprends le cours du mental et donc la préparation mentale dans le rugby, c'est quoi donc ? S'il suffisait d'avoir un mental à la hauteur (quelle hauteur, des normes, des niveaux???) pensez pas qu'on aurait déjà résolu la quadrature du cercle, et in-fine la maîtrise complète des passes, des plaquages, des faux-rebonds, des décisions arbitrales, des lignes de touche et de tous les accidents de jeu que l'ovale parsème en 8O minutes ??? La mise en place d'une vraie stratégie, se basant sur le développement d'un jeu technique et tactique initié, appliqué, répété, amélioré et bonifié, et la recherche d'une condition physique optimale permettant de concrètement réaliser ces objectifs, la place bien déterminée dans ce système des individus, le relationnel humain cultivé sans rigorisme ni copinage, enfin bref le jeu du rugby, et donc les actions, incontournables et primaires, secondaires et x.....aires des entraîneurs et préparateurs physiques ça ne vous paraît pas construire les conditions, sinon d'une réussite, du moins les conditions de l'atteindre, au-delà des aléas des résultats ….. Je crois que l'on intellectualise tout, mal d'époque, on raisonne, on philosophe et philologue sur tout et rien, dans tout sujet on ingurgite des raisonnements qui font certes plaisir aux raisonneurs mais ne font pas avancer le schmilblick entre 15H00 et 16H3O. Donc pour moi l’entraineur est l'alpha et l'omega du développement collectif et individuel d'une équipe, autour et dans son projet de jeu, qui est aussi projet de vie, puisque niveau pro on vit rugby 24/24 et niveau amateur 2 ou 3 séances plus tout le dimanche ce n'est pas du pointillé non plus. La démarche vers la préparation mentale, je la vois plus comme des actes individuels détachés du collectif, s'adressant à des individus/joueurs en exprimant le besoin (par ex un buteur qui va s'astreindre à maîtriser son stress, sa technique de frappe, sa concentration). Après, bien sûr on peut utiliser ces fameuses causeries de vestiaires d'avant-match, le mot du capitaine, les consignes de l'entraîneur, les exercices respiratoires, mais on tombe là dans l'expression collective et pour l'avoir vécu moult et moult fois, on sait bien que l'attention des uns et des autres n'est pas égale, certains s'en foutent comme de l'an 40 des consignes du coach, ne se sentent pas à l'aise dans un resserrement plus stressant que libératoire, d'autres n'ont pas envie de penser à leur première mêlée puisqu'ils y pensent depuis la veille.

    RépondreSupprimer
  48. Seconde partie donc …...................... Quand entraîneur tu fais répéter une phase tactique, et pour arriver à la réaliser de manière efficiente tu la fais recommencer encore et encore, l'équipe se regroupe autour de ce défi jusqu'à sa réussite, travail et réussite collectifs !!!!!. Si l'on ajoute à cette séquence un ''complément'' de préparation mentale, donc un travail individuel, il s'agit alors de demander au joueur de « visualiser » la phase de jeu pour optimiser son potentiel, son action individuelle dans l'action collective, et maîtriser du mieux possible les paramètres liés à l'action. Alors on forme un peu des robots, comme on installe un logiciel sur un pc on installe chez le joueur des programmes (tactiques) pré-établis et des comportements sériés et automatisés (temps de jeu, action). Le joueur se retrouve privé de ce qui fait le sel du jeu de rugby, l'initiative, formé à des automatismes en défense comme en attaque, là où le mental devrait permettre de sortir des impasses tactiques, sa formation au contraire lui empèche de se libérer des contraintes inculquées à longueur de séances. Ce fameux ''mental'', cette ''préparation mentale'' ne va pas guérir tous les maux, ''mentalement ça ne va pas" ça veut dire quoi exactement ? Si tu veux être performant il te faut allier puissance physique, technique et tactiques de jeux. Je pense très sincèrement que la coordination de ces 3 paramètres est primordiale, que l'investissement ''mental'' de chacun à l'intérieur du groupe est à la hauteur de sa personnalité, que sa ''sublimation'' est affaire personnelle, et que l'essentiel, sinon la totalité, de l'histoire se déroule dans la vie du groupe en-dehors et sur le terrain autour du jeu et du ballon.
    Voilà, peut-être un peu confus, espère pas trop vous avoir ennuyé.

    RépondreSupprimer
  49. Nini, tu te tortures trop le mental. Il ne s'agit pas de robotisation, mais d'un plus à apporter à la performance d'un sportif (autant sur un plan individuel que collectif), comme dans d'autres domaine d'ailleurs. Des leviers existent qu'essaient d'appliquer certains comme Blondeau, à la demande. Après, t'y crois ou pas. le mental dirige le corps et pas l'inverse. Pour mémoire, cette pensée aussi de F. Pienaar " « Rien ne peut sauver une équipe qui a une mauvaise approche mentale ».
    Sinon, sur la route de Treignac gouz gouz la irac, petites piqures de rappel sur la préparation technique, qui peut jouer sur le mental...
    http://www.lepetitballon.com/blog/cinq-erreurs-amateur-de-vin.html

    RépondreSupprimer
  50. Nini,

    tout à fait d'accord avec toi. je rajouterai qu'à l'image des AB, le geste technique maintes fois répété ainsi que certaines phases obligatoires de jeu, permettent de se concentrer sur la tactique. Si tu passes du temps à te dire comment je vais faire la passe ou penser qu'il est trop loin je n'y arriverai pas alors c'est du temps de moins pour la tactique et la prise d'initiative.

    Soit le joueur a confiance en son coéquipier et il sait ce que son partenaire va faire même dans du jeu débridé, soit il n'a pas confiance et l'entraineur va faire répéter les joueurs les 10 phases de jeu . Ainsi comme un robot le joueur va se positionner là où l'entraineur lui a dit de le faire.

    Et j'en reviens au problème du flop 14. Beaucoup d'entraineurs pensent que si ils prévoient tout, rien ne pourra leur être reproché. Tout était dans la vidéo, sur les PC et chacun avait bêtement à appliquer ce qu'ils avaient à faire (moins de reproche, tout le monde fait comme cela) et d'autres laissent l'initiative aux joueurs et instaurent ce climat de confiance pour jouer libérer. Il faut entendre la parole de Vaha. C'est ce qu'il dit et fait la différence entre Novés et le précédent. Maintenant de passer d'un mode robot à mode initiative/confiance ne se fait pas en 1 an pour une sélection. C'est certainement la différence entre une culture anglaise et une culture française (code civile, code du travail, code.....) tout est écrit, réglementé.

    Le nouvel entraineur de Toulon l'affirme, il lui faut plus d'un an pour dérobotiser des golgoths.

    C'est aussi pour cela que le ST a perdu son âme, il a voulu prendre des Golgoths robotisés qui ne savaient que faire des prises d'initiatives offertes.

    RépondreSupprimer
  51. Interview de R Gray dans l'équipe " état d'esprit "
    " travail sur des moments spécifiques " on mène de 3 points il reste 3' comment on gère ?"
    On a déjà tout dit sur le sujet non ?
    Allez Galles !

    RépondreSupprimer
  52. Ben oui, les gars, on dopé déjà les corps parce que les sportifs sont (c'est bien connu, au vélo tous des asmatiques ) des grands malades, et bien en plus maintenant ils sont neuneux et cons comme des valises, alors forcément y fô des spécialistes de toutes les spécialités qui ont un nom en ien ou en site, un truc qui pose son homme, quoi, qui rassure le président.
    Moi President je vous le dis :Voyez, pauvres joueurs, si on gagne c'est parce que je vous ai tout donné, si vous perdez malgré tout ça vous êtes vraiment une bande de peintres. ...
    Allez, mais où qu'on.....

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Dope, iste, clavier de plus en plus petit !

      Supprimer
  53. Rugby de toujours ............ Et pour longtemps j'espère.
    Il y a 15 jours rencontre de 3° série en Midi-Pyrénées, les deux équipes après l’échauffement rentrent dans leurs vestiaires respectifs pour se changer et se préparent à débuter la rencontre. La suite vaut son pesant de cacahuètes.
    L'arbitre pousse la porte de son vestiaire, siffle pour que les équipes sortent des vestiaires et rejoignent le terrain d’honneur, et retourne prendre chrono et stylo. Le préposé aux vestiaires, soigneur des hôtes du jour, se dépèche pour rejoindre son banc et ferme à clé tous les vestiaires pour des raisons de sécurité bien légitimes. Les deux équipes sont prêtes et comme de coutume attendent sur la ligne de touche du milieu du terrain. Attendent ….. Attendent …..... Et …........... Pas d’arbitre dans les parages. Les joueurs continuent alors leur échauffement et trottinent sur les largeurs du terrain en attendant. C'est alors que le portable du président du club qui reçoit sonne …............. C’est l’arbitre, qui explique qu’il est enfermé dans son vestiaire, et qu'il aimerait bien être libéré !!!!!!!!!!!!!!!!!!!! On libère M. l’arbitre qui explique que la porte était fermée … etc. La rencontre débute avec quelques minutes de retard, les locaux ont gagné, un coup de pot quand-même que le numéro de téléphone du président était mentionné sur la feuille de match, sans ça z'y seraient encore à faire du fractionné sur les largeurs, les types, pendant que l'arbitre à l'agonie attendrait désespérément que les préposés au nettoyage passent dans le coin !!!!!!!!!!!!!! Mais tactiquement ça paraît pas si bête, l’arbitre enfermé, peut-être passer le message au trio gaulois Croquignol/Filochard/Ribouldingue en charge de notre EDF ????? En plus, suis sûr que fermer la porte ça ne leur déplairait pas plus que ça à nos trois compères ….............

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Nini, l'arbitre arrive furibard dans les douches,plus de portefeuille, argent, papiers, tout disparu.
      Bon, gendarmes et tout le toutim.
      Épilogue :
      Le lendemain midi, visite de la voisine la plus proche, tout, absolument tout était dans sa boîte à lettres, et surtout la ......carte de commissaire du sus dit arbitre !
      Allez, tranche de vie chrevrotine des années 70.

      Supprimer
  54. Bon, copines et copains, je vous lis mais suis un peu dans le dur. Avant un match du Tournoi, il faut fournir de la copie. C'est pas que les points presse à Marcoussis soient fondamentalement passionnants et sujets à reportages formidables... Bref, faut faire avec ce qu'on nous donne et ce matin, Guy Novès s'est planté sur la composition d'équipe. Bloqué sur le deuxième pilier remplaçant à tel point que c'est nous qui lui avons soufflé discrétement le nom de Xavier Chiocci. Vous le croyez, vous ? A deux jours du match ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Incredible !!!!!!!!!!!! Mais alors sont humains, comme nous, ont des émotions, comme nous, se plantent, comme nous, bon alors tout est normal, ou alors c'est faute professionnelle et, après l'amende, va prendre la porte ...... en pleine G...... ???? Simon c'est comment Marcoussis, et si ''faut faire avec ce qu'on vous donne'' au moins l'adaptation situationnelle est-elle à la hauteur de la part de la gent journalistique, le bar est-il suffisamment équipé de remèdes contre l'ennui ???

      Supprimer
    2. Ca Chiocque évidemment. Manque plus que le chauffeur se fasse kidnapper et qu'y z'arrivent à la bourre. Y s'changent dans le car. 10' mn d'échauffement... Bon pour les médias mais pas trop pour le mental. Sinon le banc avec derrière juste un ailier/arrière, 1/2 de mélée et un demi emmêlé qui sait pas s'il est 9 ou 10 !! pas top gestion quand même. Les coachs marchent à côté de leur mental ou quoi ??

      Supprimer
  55. C'est l'emotion .....ou l'age comme nous -))

    RépondreSupprimer
  56. Oui surprenant ... a t on en magasin un centre ouvreur ? Au risque de choquer j'aurai mis Basta pour amener de la puissance en fin de partie ce qu'ils ont fait avec Tolo et à un degré moindre Ledevec

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Une statistique à commenter ; les Ecossais ont fait 242 placages contre l'Irlande, les Français 115 placages contre l'Angleterre ... on trouve d'autres chiffres inquiétants ici http://www.rbs6nations.com/fr/matchcentre/tout_sur_le_match.php?section=stats&fixid=204325#OXihwPmA3mvpe5oh.97

      Supprimer
  57. Tolo, et surtout Goujon , la stratégie pour ce match se dessine vers un défi plus frontal .
    Faire évoluer son jeu en fonction de l'adversaire si le projet de jeu global n'est pas chamboulé me semble logique.
    La sélection de Basta par contre aurait indiqué un changement de jeu plus profond,peu explicable.
    Je n'ai rien contre le garçon, précieux dans d'autres shemas de jeu, mais comprends mal sa présence.
    N' aurait il pas été plus logique d'impliquer un espoir comme Novès n'hésite pas à le faire souvent avec Ituria, ect . ..?
    Pour Ledevedec, il semble être, hors blessure ,indiscutable dans les 22,non ?
    A la relecture deux questions:
    Charles, c'est quoi la" planète bien pensante ", à propos de l'apartheid ?
    Sergio, l'Ecosse, l'ASM aussi , les deux plus célèbres perdants magnifiques des dernières années avaient ils une une " mauvaise approche mentale "?
    Allez Chevreuse.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ben certainement, surtout dans la capacité à exploiter jusqu'au bout leurs action pour l'Ecosse et gérer une culture de la gagne sur tout un match, ce qui a fait plusieurs fois défaut à l'ASM.

      Supprimer
    2. Ben nous sommes d'accord, et tu auras noté comme moi l'autre point commun de ces deux équipes!
      Je ne crois pas un instant à un déficit psychologique, et penserait même que ces joueurs de haut niveau sont plutôt mieux pourvu que le quidam lambda .
      Non, c'est la technique qui pêche à mon sens, ou plutôt le manque d'habitude du haut niveau, merci le top 14 dont nous sommes quelques uns ici et depuis un moment à dénoncer les méfaits.
      Rien de perso contre les psy, mais qu'on commence par le début, une thérapie purement sportive, et ça ira déjà beaucoup mieux.
      Allez, des demain ça serait bien!

      Supprimer
  58. ils ont eu l'air de dire qu'à conditions de progresser sur ci et ça il pouvait rentrer dans le schéma d'où l'intérêt de le tester pendant 15/20 '
    Si le Staff pense qu'il ne sera jamais dans le projet alors la c'est très vache pour le joueur et je n'étais perso jamais fan mais j'aurai pas aimé l'avoir en face -)))

    RépondreSupprimer
  59. Aperçu par intermittence nos bleuets comme y disent, en ces temps de disette on ne va pas cracher sur la victoire, mais Gaulois ronchon comme toujours, j'ai pesté contre tout ce déchet technique, notamment un jeu au pied à la Doussain et l'absence totale de compréhension du jeu de ligne et du décalage sur une simple passe, on revient intérieur goûlument retrouver le gros paquet de joueurs, et puis beaucoup d'individualisme et peu de liant et de reliance comme on dit ici. Dans nos petits clubs on couve ces hommes et joueurs en devenir en pardonnant leurs excès et leurs manques de jeunesse, les entourant pour qu'ils progressent dans les domaines de la vie et du rugby. Pour nos jeunes d'élite promis au grand destin de professionnels c'est plus sombre, et je m'étonne quand-même, si l'on met un peu à part quelques individus au bagage supérieur, de la faiblesse des techniques individuelles, problème de formation (et oui, je sais c'est une litanie, mais pourtant?????). Alors bien, laissons les grandir, mais quel temps de jeu, pour la plupart, vont-ils avoir dans leurs clubs, pour justement progresser ??? Autre question à amateurs éclairés d'ici, c'est quoi les critères de sélection de l'encadrement, qui choisit et quelles sont les références exigées ???

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. tu veux parler de l'encadrement en général ou de l'encadrement de l'EDF jeunes ?

      Supprimer
    2. trouvé ceci https://www.ffr.fr/Au-coeur-du-jeu/Entrainer-Encadrer/Formations-d-Etat c'est marrant on dirait de baratin de l'EducNat ... "praticien réflexif" ...

      Supprimer
    3. Guéguette, détectrice d'infos ! Ouais du baratin tout court. En France notamment, on aime bien finaliser, entériner des projets, programmes, "modes opératoires", sous forme très rédactionnelles, des mots qui interpellent histoire de se masturber l'esprit et pas que. De la "form'action" !!
      Vu aussi, en gros, les U20 à 2 visages comme leurs homologues d'ailleurs. 1re mi temps à côté du jeu, juste correct en défense pour quand même virer en tête devant des chardons assez ardents. Et 2e mi temps, pari libéré avec des passes dans l'avancée, beaucoup plus de liant, soldés par 4 essais et des écossais devenus chardons bleutés. S'en sortent bien avec le bonus offensif. Mais sur le fond... Bon pour le moral mais à voir pour la suite.

      Supprimer
  60. Pour l'encadrement, je pensais surtout celui de cette EDF jeunes. Pour revenir, avec le recul, sur mon jugement du manque de technique individuelle, ça rejoint mon questionnement sur l'encadrement, pour cette EDF on se situe où dans le schéma de FFR, encore dans la formation et plutôt dans une phase de perfectionnement et d'amélioration du bagage rugby des joueurs en passe d'intégrer le haut-niveau, ou on considère déjà que l'on a dans ce groupe le haut-niveau et que l'on est donc dans la compétition à gagner épicétou ????

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. l'intitulé du groupe -20 ans c'est "haut niveau jeunes" ça peut répondre à ta question ; pour l'encadrement une réponse officielle ici du DTN http://www.ffr.fr/index.php/Au-coeur-du-jeu/Direction-Sportive/Actualites/Retiere-Une-trame-commune ...

      Supprimer
  61. Je viens de lire, évidemment c'est beau et c'est bien, la pratique nous dira dans quelque temps si les objectifs sont atteints, à-priori l'ensemble est très cohérent, reste à voir la place et l'action des hommes dans toute cette trame.
    Retour sur le mental, m'a fait plaisir le DTN quand il dit : "Nous avons aussi travaillé sur la prise en compte de la dimension émotionnelle et mentale dans la préparation de la compétition parce que nous pensons que le premier préparateur mental, c’est l’entraineur !". Suis content de voir qu'il a suivi nos débats, qu'on ne cause pas dans l'poste pour que dalle et qu'il adhère à nos travaux de chercheurs !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je suis moins emballée que toi, pour moi ça ressemble au Soviet Suprême annonçant les objectifs du Plan, alors oui question cohérence c'est forcément mieux, question créativité ... je me demande si ça ne va pas enfermer tout ce petit monde dans une bulle d'auto-satisfaction permanente .

      Supprimer
    2. J'ai du mal avec la notion de mental collectif
      Le travail mental est individuel me semble t il et l'état d'esprit et la volonté collective par l'émulation du groupe et des quelques uns qui tirent ce dernier vers le haut

      Supprimer
  62. Bonjour,

    Premier envoi, attention c'est long!

    Avec son idée de faiblesse du mental de l'EDF, Richard nous a passé une drôle de gonfle à l'intérieur. Je viens à peine de vous lire parce que j'étais à fond dans les pages du Hors Série "Le Dauphiné" RUGBY entre Rhône et Alpes. Je me suis régalé. Il y a un article sur Guy Novès et sur tout le rugby régional. Une belle revue des effectifs et des clubs des professionnels et des amateurs. Ces derniers dans certains villages n'ont pas changé de ce que j'ai pu connaître (et je suis un grand voyageur). Pour les pros, la bonne nouvelle , c'est que Grenoble garde espoir de se sauver de la Pro D2 promise avec aux manettes un nouveau Président. Intéressant à lire moi qui croyais Grenoble déjà perdu. Le printemps va être intéressant...L'autre titre accrocheur, XV de France "Novès , c'est le patron". Et je reviens à nous car je trouve que l'on s'égare avec le mental. Je ne la connais pas mais Novès je l'apprécie depuis longtemps et j'ai pris soin de le dire quand il a été nommé l'an dernier. Il a l'avantage d'avoir une idée du jeu et de l'avoir montré ailleurs et déjà aux manettes . En un an avec son staff il a donné une ligne directrice. C'est ce qui manquait souvent pour notre EDF rugby. Pour le comment et mener à bien son projet il a besoin de gens compétents, des athlètes au mental efficace. Et là il constate quelques lacunes dimanche dernier il s'en plaignait encore. La première c'est que la passe "cette offrande que l'on fait au copain", à la grande vitesse d'aujourd'hui on n'en a perdu la culture. En fait on ne l'a pas acquise, car cela se fait tout jeune avec des gammes et du jeu à l'EDR, à l'école primaire ou dans la rue avec les copains. Maintenant c'est vrai avec les tablettes et les PS4 on n'y va moins. Vous avez oublié ce que l'on faisait avant de jouer, les parties à toucher dans la cour au collège, en attendant le car ou le train. Je ne dis pas qu'il faut revenir à l'ancien temps, loin de moi cette idée de vieux con mais je dois constater qu'un virtuose du piano , il bosse et la passe c'est de la virtuosité.

    RépondreSupprimer
  63. Suite et fin:

    Coupable d'oubli de son ailier Lamerat nous dit "qu'il doit se canaliser". Courageux devant la presse le bonhomme. Mais c'est par là que commence le mental. Le travail mental cela vient effectivement en bout de chaîne des qualités du sportif du haut (et du bas) niveau. Si tu domines une situation, tu seras efficace. Pour entrer dans la stratégie du coach tu dois être attentif, présent, écouter le plan de jeu, te l'approprier et imaginer quel rôle tu vas y avoir dedans. Pas simple en venant en sélection mais si tu sais le faire chez toi en équipe de club ce sera plus simple à reproduire en équipe de France.

    M. Laporte doit-il faire voter une loi sur le beau jeu de rugby français,prôner une politique d'ouverture? Ce sera long mais...

    De ce que je connais dans "travail mental", le mot important c'est travail car c'est individuel, que cela fait souffrir de répéter des gestes; pas comme un robot, mais dans un but précis: avoir confiance en soi pour prendre la bonne décision, exécuter le bon geste au moment opportun, dans le chaos ambiant. Cela veut dire que si tu n'aimes pas le jeu que l'on te propose et que tu n'y prends pas de plaisir ta motivation pour progresser sera sans doute en berne. quand tu en as fini avec toi il faut penser à l'équipe et donc participer au cerveau collectif, encore une autre paire de manche. Voilà comment je comprends que Guy Novès en plus de ses qualités de manager à besoin d'aides aussi nombreux. On ne peut tout connaître, l'intelligence d'un groupe se créé par l'échange et l'appropriation du projet par l'équipe. Cela prend du temps aussi.

    C'est pour cela qu'il faut que nous soyons patients et qu'ils faut que l'on attende un peu plus des gamins qui sont à l'école. Dans les villages du Dauphiné, il y a des gens qui ont une foi dans le rugby à toute épreuve et qui demandent de l'aide pour améliorer leurs compétences et leurs connaissances(c'est dans le journal). Je sais que ceux de Tarbes, Lourdes et Bagnères-de-Bigorre en ont aussi grandement besoin vu ce qu'ils ont réussi depuis 20 ans. Peut-être sommes nous trop exigeants, Richard , va falloir mettre tout ce qui est dit dans le blog dans un rapport et aller le porter à Marcoussis.
    En attendant essayons de passer un bon weekend devant les écrans que l'on ait matière à se réjouir lundi.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Comme quoi Michel, le mental est "ectoplastique" comme dit le capitaine Haddock !!! Aurons nous autant de mental à Treignac ? pour certaines choses probablement ! Pour le rapport ça va être dur question de mental !!

      Supprimer
    2. Mais sûrement très intéressant, je porterai de quoi boire de Gigondas et d'à côté pour comparer!

      Supprimer
  64. Tout à fait, je te suis dans ton commentaire sur le mental.

    RépondreSupprimer
  65. Michel,fort texte
    précision, le travail mental ce n'est pas la répétition, c'est la compréhension de nos freins.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je suis d'accord Ritchie, mais c'est la phase avant la compréhension de nos freins. Il y a une phase d'analyse aidée par de l'observation voire des statistiques...; ensuite pour se soigner et progresser, créer d'autres automatismes, de nouvelles situations de connaissance la répétition en favorise l'cquisition. Nous faisons alors des exercices d'endurance mentale.

      Supprimer
  66. 《Mais si tu sait le faire chez toi......ce sera plus facile en équipe de France 》
    Tout est dit , non ?
    Le frein le plus simple à soigner ( restons Ovale),c'est celui qui n'à jamais existé.
    Allez la Land of my Fathers

    RépondreSupprimer
  67. Quelle mi temps ! Que match ! Pas de freins la !
    Tout au mental -)))

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Communions, amis, c'est beau le Rugby, hein ☺
      Allez, jouez !

      Supprimer
    2. Swing low swing chariooooot ! bon je ne voudrais pas insister mais quand même le mental hein ? Super match ! 🏈🎶🐙

      Supprimer
    3. La volonté de rien lâcher, on est d'accord, vieux comme le Rugby , Walter aurait dis "c'est la moindre des choses",si tu y rajoute l'habitude de ces situations décisives, une once de réussite aussi, propre aux grandes équipes tu tiens le coquetelle gagnant.
      Le mental, ben oui, le tout reste de savoir comment l'obtenir, moi je crois que c'est par le jeu.
      Allez, à d'main, y fait tard ici.

      Supprimer
  68. fais chier pour les gallois !! Mais quel match !!! saurons nous mettre un jour autant de jeu même si j'aime beaucoup le jeu de l'EDF aujourd'hui

    RépondreSupprimer
  69. Oui sais pas qui met ce dégagement de merde chez les Gallois et ça c'est donne un cadeau dont ils n'avaient pas besoin ! Les Anglais ne lâchent jamais au cas où on l'aurait oublié depuis la semaine derrière

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. ça doit être Halfpenny ( il joue en Top 14 ceci expliquant peut être cela ...)

      Supprimer
    2. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

      Supprimer
  70. Lady Gaga
    Congratulations ! 80 minutes de mental des 2 côtés nous a gratifié d'un match passionnant et de haut niveau avec hélas une erreur fatale de Davies et "the luck" fut british fallait-il encore conclure l'action ! Bravo ... mention spéciale à Roger pour sa clairvoyance à propos de Launchbury au dessus de la mêlée au Millénium ce soir ... anecdotique Italie Ireland je suppose ne l'ayant pas vu .... Pourvu que demain nous ayons encore 80 minutes d'habits et de lumière à la sauce emmental ! De quoi nourrir nos 1ères Assises Nationales des Quinconces .....

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. oui c'est presque une démonstration de nos débats de la semaine : je ne crois pas que la chance y soit pour quelque chose à ce niveau d'engagement, c'est de la performance pure - ou alors une vérification de la phrase de Virgile "Audaces fortuna juvat" la chance sourit aux audacieux mais tu préféreras sans doute cette citation de Louis Pasteur "la chance ne sourit qu'aux esprits bien préparés" !
      PS : le Millenium s'appelle le Principality Stadium je sais on a du mal à s'y faire ...

      Supprimer
    2. dans mon cœur ça reste le "Millénium" .... je répondrais à Pasteur et à Virgile ceci “Le manque de chance est une faute professionnelle.” Pierre Desgraupes ....

      Supprimer
    3. Zut, avec ce splendide combat j'en suis revenu à l'Arms Park!

      Supprimer
  71. Je les ai trouvés moins arrogants les Rosbifs ( ou bien on s'habitue ? ) il me semble même avoir aperçu des mines réjouies à l'issue du match ; d'ici qu'ils se fassent plaisir maintenant !!! Champion toutes catégories d'aménité et bonhomie : M Garcès qui a su faire de ce match un moment unique d'harmonie, lui aussi se marrait beaucoup, le bonheur c'est simple comme un match de rugby ! Bonne soirée 🏈🎶

    RépondreSupprimer
  72. humbles et souriants ainsi que Jones ... tu as raison mention à "Mr Garcès" referee player !!!

    RépondreSupprimer
  73. Excellent Garces ! Pas une faute de goût ! Et Tautora raison c'est Davis qui gaffe et pourtant il avait bien jouer jusque là !
    Hormis cet ailier pas vu grand chose derrière chez les Anglais mais à la fin ça gagne
    J'ai trouvé que le 9 Gallois était souvent à la bourre et du coup privait nos vaillants Gallois de vitesse dans leurs moments de possession
    Bonne soirée

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui le 9 gallois R. Webb un peu lent et m'a semblé trop attentiste.

      Supprimer
    2. eh oui "à la fin ça gagne .." et tout le mystère réside dans cette phrase, pourquoi est-ce que ça gagne ? ou alors prenons le problème à l'envers : pourquoi est-ce que les Gallois ne gagnent pas ? quels sont leurs freins à ce moment du match ? pourquoi Davies - oui vous avez raison c'est bien lui - pourquoi rate-t-il son dégagement ? de quoi, de qui a-t-il douté ?

      Supprimer
  74. Z'en avaient un peu en 1re période (Jo Marler notamment), mais vu l'intensité du match de haut niveau quant à l'engagement. Sinon, on n'a pas vu non plus de grandes envolées dans un match bien cadenassé. Il en a fallu des temps de jeu pour amener les essais. Et un mental amoindri en fin de match sur ce coup de pied J. Davies donne le baton pour se faire battre, car pas de ligne de défense suffisante face à la relance anglaise pragmatique et implacable.

    RépondreSupprimer
  75. Je vous avoue que de la part d'un joueur de ce niveau je ne me l'explique pas bien , la fatigue qui lui fait perdre sa concentration ? Mais la combativité des autres reste intacte , fatigues pas faitgues ils vont puiser dans leurs ressources mentales ca , ça m'a l'air à peu près sur ... comme les Blacks qui menes au score bouscules viennent t'en planter 2 ou 3 en 10' et ça pour l'instant je ne l'ai pas vu ... cette capacité à être intraitable dans le fameux money time soit 10/15' avant que le rideau se ferme sur les Tragédiens

    RépondreSupprimer
  76. Bonjour, je vous rejoins sur la plupart des points commentés ici pour ce GALL/ANG bien épais, vrai match de rugby à-même de nous réconcilier un chouïa avec ce putain de jeu. L'arbitre meilleur acteur à mon avis, d'ailleurs pas de vidéo et de pan-pan-cul-cul pour se faire reluire sur les grands écrans, une main de fer dans un gant de velours, de l'intelligence et du bon sens qui font que naturellement les joueurs, et même le ballon adhèrent à sa philosophie, ce n'est plus très courant de nos jours.
    Quelle erreur de Davies, certes, mais arrêtons de lui chercher un mental friable, si apnée il a eu sur ce coup de chausson malheureux, c'est plutôt la fatigue accumulée par tous ces temps de jeu à défendre et à attaquer, le truc qui te descend dans les chaussettes parce-que t'as donné et redonné et puis c'est ce qui fait la beauté du jeu et crée les meilleures occas' les fautes et erreurs dans le courant du jeu que l'adversaire exploite ou pas. Là les Anglais ont exploité de la meilleure façon, mais je remarque aussi qu'ils n'ont jamais perdu le fil de la partie, toujours remettant le ballon le combat et l'affrontement sur le terrain, pas moyen d'y échapper pour les autres. Dans le jeu, j'ai trouvé le 9 Gallois vraiment handicapant pour son équipe, envie de rentrer dans le poste pour que l'élan d'un temps de jeu conquérant soit bonifié dans l'immédiat par la continuité, des occasions d'assommer le match z'en ont eu quand-même pas mal, ça tient pas à grand chose, hein, quelques ballons pas éjectés assez vite et un coup de saton loupé, les cannes un peu courtes sur l'interception, bon allez je viens d'entendre Novès, une semaine qu'on empile la formule "marre de terminer toujours avec les compliments du jury et la défaite en bandoulière, faut changer ça". Et bin ça tombe bien, v'là nos amis Ecossais, cornemuses et kilts au vent qui s'en viennent, vivement 16H00. Bon dimanche.
    Une remarque, comprend pas cette bêtise de ne pas prendre de profondeur pour attaquer, quand on voit ces joueurs se positionner, attaquants comme défenseurs, pour des situations de jeu répétées et que les uns et les autres connaissent par cœur, jeu à UNE passe + percussion, éjection, UNE passe + percussion ...etc.... alors que prendre de la profondeur et envoyer le ballon en fixant/donnant (si si c'est possible, z'ont qu'à essayer à l'entraînement verront que ça marche) ça va déplacer le jeu multiplier les dangers et amener de la variation dans ces compositions récitées par cœur et lénifiantes. Même pas un 9 coquin-malin ou un 10 chaloupant dans le rugby du jour, dommage, c'est bien et propre et lisse ce que font les équipes nationales mais ça manque tellement de poésie, toute la beauté d'un fier combat et toutes les vertus de ce jeu d'affrontement, comme la rencontre d'hier, n'auront jamais le parfum d'un mouvement où le ballon voyage, se passe et se repasse, traçant des arabesques respirantes dans lesquelles chacun, du 1 au 15 y trouvera son comptant de rugby.

    RépondreSupprimer
  77. Viens de lire que l’ancien all black S.Lauaki, qui a joué à l'ASM et au BO, est décédé à 35 ans des suites de graves problèmes cardiovasculaires. Il semble bien que l'on se dirige pour les proches années à une vraie hécatombe chez les joueurs de rugby de haut niveau, sans tomber dans la paranoïa peut-être que les instances en charge de la santé des joueurs feraient bien de se pencher sur cette trame qui semble se tisser petit à petit sans que personne ne s'en alarme vraiment ????

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Lauaki disparu ... difficile de savoir de quoi ? Problèmes cardiaques évoqués ... l'omerta laisse place à toutes les suppositions des plus folles aux plus simples. ... cela me rappelle Kunavore, en sélection avec les Fidji à l'origine d'un problème cardiaque grave au delà de toute transplantation ..... il a fait confiance à la médecine pour son plus grand malheur .... hélas le ST n'a pu rien faire ....

      Supprimer
  78. Bien d'accord, un vrai bon match de Rugby,engagé, incertain, rude, de longues séquence, de l'alternance, ce que le jeu moderne produit de meilleur ou presque.
    Les grandes envolées, compte tenu du rayon d'action de ces lascards, sauf à agrandir les stades, y a les Baa-baas de temps en temps, et encore !
    L'attaque en profondeur,le jeu devant la defense et pour les mêmes raisons je crois que c'est mort Nini,mais la y à débat,ou bien ?
    Allez, causons ballon .


    RépondreSupprimer
  79. Espère bien qu'il y a débat et que l'on va en débattre, béatement glorifier ce rugby de chocs, tamponnades, rucks, picks, and go and more and more, moi ça ne me va pas, si le combat est premier il ne doit pas être primaire et le rester, et même losqu'il atteint comme hier une certaine altitude ça reste de la lutte, force contre force, pas d'imagination, pas de respiration, pas d'émotions liées à l'espace, au jeu dans le désordre, les armées en ordre de bataille, à l'ancienne, sus à l'autre rentrons leur dans le chou Dieu choisira les siens !!!!!!!!!!!!!!!!! Basta de leurs chiffonnades, le pré est long, il est large, les en buts sont accueillants et molletonnés, pourquoi ne choisir que 3 m2 pour jouer ???? Pour la profondeur, pas d'accord, mais alors pas d'accord de pas d'accord, je viens de revoir quelques phases du match d'hier, pour les Gallois notamment pas moins de 6/7 actions où, après avoir bien tamponné, le jeu est libre à D comme à G pour déployer devant une défense qui s'est regroupée au ras du choc et un peu éparpillé au près sur la largeur, je persiste, ouvrir sur une ligne en profondeur amène la balle vite vers les 15 mètres, bat tous les défenseurs en ligne et y'a du danger autrement plus pertinent au bout du bout, que renvoyer un gros tout épuisé retamponner un gros exsangue, pour un bénéfice de 50 cm !!!! Je propose à Treignac de monter un atelier pour le prouver, Ritchie demander à l'équipe de Pompadour de venir jouer avec nous, là-haut z'ont de la culture ovale, et puis si on prend les ceusses du CAB, bien peur qu'ils n'aient pas été élevés aux mêmes biberons.

    RépondreSupprimer
  80. le rugby se joue avec les mains et se gagne avec les pieds, qui qu'a dit ça ????

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. la citation exacte ( de Guy Lagorce ) c'est "se joue avec les mains et se gagne SOUVENT avec LE PIED "... je pense quant à moi qu'il se gagne surtout avec la tête .

      Supprimer
  81. Je suis juste arrivé pour l'essai Gallois de Liam Williams. Là aussi, comme pour l'essai d'Alex Dunbar, contre les Irlandais, j'ai hurlé de joie.
    Un simple essai en première main sur une combinaison lumineuse, claire, limpide, sans percussion, tout en finesse, vitesse, adresse, technique individuelle et collective. Et un Jean Gachassin -1,60 m; 60 kg- l'aurait planté lui aussi sans aucun problème. Je reviendrais sur cette question par la suite. J'attends maintenant le retour d'une bonne ligne d'attaque lancée à fond avec arrière intercalé à la Villepreux, Lacaze, Aguirre, Sadourny etc.
    Par ailleurs, à un certain moment de la seconde mi-temps, j'ai vu les Gallois, sur un regroupement dans lequel aucun Anglais n'allait -ils étaient tous bien déployés en défense au raz du dernier pied du maul (ou ruck, je ne sais plus les termes)- ouvrir comme si de rien n'était et, bien entendu échouer. On m'a toujours appris, qu'avant d'attaquer, il fallait FIXER les défenseur pour libérer l'espace et, sinon créer immédiatement le surnombre, au moins arriver à l'égalité d'homme à homme.
    J’avoue que je n'ai pas compris. Je me plains assez souvent des percussions inutiles pour pouvoir regretter ce manque évident d'intelligence de jeu. Même pas intelligence, d'ailleurs. Plutôt une sorte d'automatisme découlant d'une situation de jeu bien comprise, analysée.
    Cette alternance jeu groupé, percussion et jeu déployé, passes et "combines", a fait défaut aux Gallois pour conclure.
    Mais c'est sans doute le signe de changements possibles. Après des années d'augmentation des masses et une orientation du jeu vers la percussion bête et méchante, il est possible que certaines équipes se retournent vers une volonté de jeu d'ouverture à tout va, aussi stérile et ennuyeux que les musculeuses séquences précédentes...? A suivre
    Par ailleurs, et malgré la domination des Gallois en début de seconde mi-temps, rien ne permettait de dire qu'ils allaient conclure victorieusement. Mon sentiment était l'inquiétude car j'avoue que, pour "x" raisons, j'aurais bien aimé une victoire Galloise. et cette sensation s'est avérée.
    Dernière choses, anecdotique, qui vaut ce qu'elle vaut. Mon ami et co-entraîneur de l'époque, Daniel Belly -un mathématicien, entre autres, diverses et nombreuses qualité- avait réalisé un assez grand nombre de statistiques et, en particulier, sur des matches de ce genre, c'est-à-dire intenses et serrés. Il me disait que, dans 70% des cas, l'équipe qui domine les 20 première minutes de la seconde mi-temps perd le matche au final. C'est exactement ce qui s'est passé hier et ce que je ressentais intimement moi-même.







    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Guy et les gars si vous nous lisez , tranquilles les 20' premières minutes de la deuxieme mi temps ok ?
      Par contre si vous pouviez scorer vite et beaucoup dans la première mi temps ça nous permettrait à toi compris de les vivre tranquilles ces 20' la !!!
      En tout cas les Blacks ont dû avoir ces statistiques la car ils accélèrent toujours dans les 20'dernieres minutes !

      Supprimer
    2. 3 mots de Jones "composure, grit, consistency" pour expliquer la voie anglaise http://www.englandrugby.com/news/jones-hails-england-grit-after-wales-win/?sf55773319=1 ben oui ça nous fait 3 C en français : calme, cran et cohérence à ajouter aux 3 p habituels : pousser, plaquer et courir - oui je ne m'en lasse pas ! -

      Supprimer
    3. Je préfère notre célèbre "les gars, n'oubliez jamais la règle des 3 P : Soutien,Conquête, Rythme ", parce que fidèle au dogme mais surtout un bel exemple de la pédagogie par le rire.
      Allez Dédé, on a pas oublié.

      Supprimer
  82. Chers auditeurs du disque du dimanche matin voici le dernier mouvement de la symphonie écossaise de Mendelssohn pour vous mettre en jambes et en kilt, à ne surtout pas rater l'ample mouvement ( de victoire ? ) vers 7'51 .
    Bon match à tous 🏈🎶🏈🎶
    https://www.youtube.com/watch?v=IQuPWR93Nkk

    RépondreSupprimer
  83. "Jouer n'est pas gagner" ... sur les rucks les anglais ne se consomment plus comme par le passé sauf dans de rares circonstances .... ils se rapprochent des blacks mais surtout hier le 9 fut d'une lenteur horripilante au point que le ralenti n'était pas nécessaire pour revoir les actions !!! C'est lui qui enfonce inconsciemment les gallois vers la défaite .... la fluidité d'une action style Dunbar ou Williams reste anecdotique du fait de défense en ligne et retranchée et du manque de vitesse pour déstabiliser l'adversaire ce qui renvoie au 9. Après un match reste un match, kilt ou pas kilt !

    RépondreSupprimer
  84. Dans la série " mes meilleurs souvenirs " chère à notre nordiste préfèré, un concert de rue à Inverness, tu cherches Calum Stewart, tu imagines les ruelles glissantes, les pubs qui débordent, les chopes qui cognent, les gens que tu connais pas qui t'attrapent par la taille, et si après tout ça t'es pas un peu en kilt dans ta teuté.....
    Allez, on a tous en nous quelque chose du grand Richie, cette volonté de visiter Nessy, ce désir fou de boire un bon Whisky, quelque chose du viel Andy 🎼🎼

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. ben c'est vrai ça et je me retrouve encore à souhaiter la victoire de "l'ennemi" du jour ! regardez comme l'Ecossais quoique court sur pattes est rapide et ne lâche pas le ballon https://www.youtube.com/watch?v=QMotH-fC5NM

      Supprimer
  85. Quant au pied Biggar fut court dommage le tournant du match !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bon en tout cas cette victoire Anglaise donne un peu de relief à notre défaite encourageante à Twick et Baptiste est plus rapide que Webb , notre capacité à franchir les défenses pas si mal , si cette fois ci pouvait y a avoir du soutien et s'éviter les coups de pieds défensif foireux , on peut faire quelque chose
      Allez les gars de l'EDF , un bon Dimanche pour les Quinquonces svp !!!!

      Supprimer
  86. Juste que les français tiltent devant les kilts, enfin j'me comprends. Un bonne pâté de chardons, un coup de Glen Ellis (OK c'est un blended) pour faire descendre tout ça et roulent les coqs.

    RépondreSupprimer
  87. Je ne fais pas à Lartaud ces commentaires sont toujours dans le dramatique et la critique
    Roger revient !!!!!!

    RépondreSupprimer
  88. Laborieuse 1e mi-temps pas franchement convaincante toujours des fautes de mains et rien de lumineux des écossais plus réalistes

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. De l'équité dans la maladresse. Sorti de Fickou légèrement au dessus, les autres sont à voile et à vapeur. Si on arrive à la renverser vraiment.

      Supprimer
  89. Sur ! Des deux côtés moyen ! Une victoire décourageante après les défaites encourageantes
    Va falloir que chacun arrête de vouloir faire la différence mais le faire collectivement bordel !

    RépondreSupprimer
  90. Pareillement. 30' d'errement pour 1 petit éclair. Sont plutôt dans le chocolat les coqs. Encore trop fleur bleue. Si c'était encore du bon labeur. Et petites causes grands effets avec cette pénal. jouée à la main et rendue à l'Ecosse qui marque dans le temps de jeu suivant. Idem pour la faute sur Wakatawa en l'air non pénalisée et derrière les français se font pénaliser au sol. Va falloir mettre toutes les hélices pour s'envoler vers un franc succès.

    RépondreSupprimer
  91. Hoogg cadrage débordement d'école sur Serin

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ouais, enfin le surnombre et le décalage était déjà fait. L'essai était imparable.

      Supprimer
  92. Waka ca serait bien qu'il se rattrape de sa bourde sur Hoggs

    RépondreSupprimer
  93. Réponses
    1. https://www.youtube.com/watch?v=ZsUXcmZso9g

      Supprimer
  94. Des jambons, en dessous de tout, d'un niveau très faible ce n'est pas le banc anglais 😉

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le doute à ete la toute la semaine et s'est bien mis dans la tête des joueurs ! On y revient !
      Faut gagner sinon ....

      Supprimer
  95. Je trouve que Gourdon aurait intérêt à s'expatrier et aller jouer en Ecosse avec des joueurs rapides comme lui, il se ferait au moins plaisir !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Gariguette sont pas terribles non plus les Écossais non plus

      Supprimer
  96. Comme ils disent en Provence "des pinsouls"

    RépondreSupprimer