mercredi 27 septembre 2017

Maison close

C'est passé inaperçu. Ou presque. Juste un faire-part de décès dans la presse une fois les portes fermées, les casiers vidés, les chambres closes. Comme si cette disparition était actée depuis longtemps. Bernard Laporte président depuis neuf mois, voici que disparaît le Pôle France. Et avec lui les Pôles Espoirs, anciens Sport Etudes, soit une certaine idée d'une tête bien faite dans un corps d'athlète, l'éducation au sens plein du terme. Exit donc de Marcoussis l'élite des jeunes, poussés dehors.

Il y a sûrement de bonnes raisons à ce que Marcatraz, comme la prison construite sur une île de la baie de San Francisco, soit laissé aux lierres et aux herbes folles, et je ne suis pas assez qualifié pour juger ici de leur bien fondé. Mais j'ai un lien particulier avec ce lieu. Marcoussis, c'est à quinze minutes de chez moi. J'y suis allé souvent. J'ai même assisté en 2002 au coup d'envoi du premier match, sous la pluie, un soir, entre deux sélections de je ne sais plus quoi sur le terrain d'honneur.

Deux ans plus tôt, j'avais effectué un voyage en Nouvelle-Zélande et découvert Palmerston North, qui était aux All Blacks ce que le domaine de Bellejame allait devenir pour les Tricolores : un laboratoire autant qu'une aire de jeux. Leur cœur de métier. Une première dans l'histoire ovale. D'autant que les techniciens néo-zélandais, Wayne Smith en tête, l'avaient adossé à l'université de Massey toute proche - une portée de drop -, spécialisée dans les études à distance de type CNED.

Désormais maire de Périgueux, Antoine Audi avait voulu le CNR de Linas-Marcoussis plus ambitieux que Palmerston North. Il y était parvenu. Dans tous les domaines. Hébergements - y compris de la FFR -, terrains, zones techniques... Les plans m'avaient franchement impressionné. Sans oublier la possibilité de rentabiliser les lieux en accueillant partenaires en séminaires et clubs en stages. Un outil sans pareil. Qui devait donner à termes au XV de France une avance sur la concurrence. 

C'était l'époque où florissaient sur le territoire les Sports Etudes, qui deviendraient ensuite Pôles Espoirs, et dont les lycées Lakanal et Jolimont, à Sceaux et Toulouse, étaient depuis longtemps les fleurons d'où sortirent de magnifiques générations de joueurs. Notre Ivy League de rugby. Ces jeunes diplômés prêts à évoluer dans l'élite étaient éduqués au rugby deleplacien, c'est-à-dire à l'intelligence en mouvement et ça ne datait pas de Marcoussis. Mais cet écrin avait pour mission de rassembler les meilleurs pendant un an, assurer leur suivi scolaire autant que sportif sur des bases élevées.

Et puis j'ai appris que ça avait fermé. En catimini. Que les clubs étaient plus équipés que la DTN, qu'on s'entraînait mieux dans les centres de formation du Top 14 qu'à Marcoussis, que ce système mis en place par Villepreux et Skrela était donc obsolète. Surtout, m'a dit Villepreux au téléphone la semaine passée, la DTN n'avait pas su franchir le cap en ne structurant pas une équipe de moins de dix-neuf ans engagée dans une compétition type Challenge Européen. Le basket avait su le faire. Le rugby, conservateur, n'y parviendra pas.

Le problème d'un outil, aussi magnifique soit-il, c'est qu'il faut savoir à quoi il sert, comment l'utiliser et si possible, le perfectionner une fois qu'on en a la maîtrise. Un outil, seul, ne fonctionne pas. Il est inerte. Petit à petit, il faut croire que Marcoussis est devenu un corps mort. Un outil demande à ce qu'on se pose en permanence la question du sens, de son sens. Pourquoi a-t-on créé un jour le CNR de Bellejame : pour construire l'avenir. Il y avait sans doute de bons ouvriers dans ce complexe de l'Essonne. Mais pas d'architecte.

Ah ça pour promouvoir une candidature et organiser une compétition mondiale - disons plutôt internationale, ce sera plus juste - pour s'en mettre plein les fouilles sans trop se creuser, briller sans éclairer, faire venir les enfants de Jonah défendre quelque chose auquel ils ne comprennent rien, se compromettre dans des affaires de gestion d'images et de fadettes, nous sommes champions, nous les Français. Heureusement, le ridicule ne tue pas sinon il faudrait faire candidater tous les ans de nouveaux dirigeants.

Déboule sans crier gare le jeune toulonnais Louis Carbonnel ! D'un trait de génie, Toulon l'emporte au Stade Français. Les clubs forment des talents, c'est indéniable. Même s'il s'agit d'un principe déjà dévoyé par quelques clubs, on attend des figures imposées aux JIFF qu'elles permettent de lancer des dizaines de ces petits Louis d'or. L'Espoir fait vivre... Mais si l'on prend Antoine Dupont et Baptiste Couilloud, pour ne citer que deux des meilleurs jeunes du Top 14, se rappeler que c'est à Marcoussis qu'ils ont appris le meilleur de leur rugby.

Last but not least, après avoir échangé avec les membres historiques de ce blog, le prochain Quinconces, troisième du nom, se tiendra à Treignac, en Corrèze, du vendredi 20 au dimanche 22 avril 2018. Le Gé, Sergio, Pimprenelle, Eric, Christian, Marc, Jan Lou, Lulure, Nini, Charles, Michel, Ritchie et Bernard sont partants.  Ca promet ! Vincent et Tautor devraient nous rejoindre en fonction de leurs impératifs familiaux. Mais nous sommes quarante inscrits sur le blog : alors quid de Al, Miguel, Graco, Dominique, Pierre, Philippe, Bruno, François, Fred, Jeff, Nico, Dagg, Denis et les autres ?

187 commentaires:

  1. Pour donner son avis , il faut connaitre , et sur ce sujet je suis ignorant !
    Mais est il inconcevable de pouvoir faire la formation au niveau club et au niveau fédéral ?
    Les deux entités ne peuvent elles pas s'entendre pour aider les jeunes pousses a éclore ?

    Le jeune Carbonnel a le mérite de nous rappeler le passé du RCT comme les fils de ...qui sont dans le championnat aujourd'hui!
    C'est beau de voir la flamme se transmettre de pére en fils et quelle fierté doivent avoir les papas de regarder leur rejeton perpétuer la tradition !
    Je retourne au taf
    bises a tous et toutes ....

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Va me ramène aux années 80 sur la rade... Bianchi Fourniols Roux Diaz ah la la

      Supprimer
  2. Je n'avais pas saisi de suite pourquoi le sms " je ne suis pas Marthe" mais je viens de me rappeler cette harpie qui avait fermer ces beaux lieux de perdition qu'étaient les maisons closes ou les jeunes s'éduquaient comme a Marcoussis aux joies de la passe ......

    RépondreSupprimer
  3. Maison close sur Côté ouvert, fallait oser ! Sinon ben ça continue ( voir mon post "grande lessive" sur le sujet précédent) . Bernie avait déjà fermé - ou contribué à fermer - des CREPS quand il était secrétaire d'Etat au sports, on trouve ceci dans le Monde : "Le litige entre Bernard Laporte et le mouvement sportif français provient en grande partie de la manière dont est menée la réforme des filières du sport de haut niveau, qui s'accompagne notamment de fermetures de centres régionaux d'éducation physique et sportive (Creps). Un chantier compliqué par la fusion en cours des directions départementales, de la jeunesse d'un côté et des sports de l'autre, impulsée par la révision générale des politiques publiques (RGPP)."
    là il ferme le Pôle France . Rien de nouveau donc . Curieux ce complexe de fermeture, est-ce lié à son patronyme ? Autre complexe repéré : celui du kangourou, avec les poches bien ouvertes . On aimerait juste qu'il ferme quelque chose parfois : sa grande g .... mais ça faut pas y compter .

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Élu il est... Il urne avec les loups.

      Supprimer
    2. c'est pas une raison ; être élu impose aussi quelques obligations envers ses électeurs ... là il se moque d'eux ... et par extension de tous les ovaliens

      Supprimer
  4. J'ai une question, est ce Dupont qui a fait Marcoussis ou Marcoussis qui a fait Dupont.

    J'avoue ne pas connaitre exactement ce qui se faisait dans ce lieu. Mais je me dis que Dupont, il a surtout été formé par des bons éducateurs puis peut être affiné à Marcoussis
    .
    Ce que je retiendrai du blog de Michel, c'est surtout et avant tout la formation permanente des éducateurs. Mais il y a un moment, les bons éducateurs, il faut aussi les rétribuer et les juger.

    Si nous voulons que les éducateurs soient bien formés et surtout up to date. Il faut que leur formation rapporte.

    J'ai écouté Robert Redeker qui disait que le football n'est pas devenu une société de spectacle mais un produit industriel avec des joueurs qui sont comme des actions qui en fonction de ce qui réalisent, ont leur valeur en hausse ou en baisse. Donc le club n'est pas une société de spectacle mais une société industrielle qui produit aussi des stagiaires qui peuvent être vendus.

    Je vais acheter son livre d'ailleurs car son approche sur le football me semblait judicieuse.

    Il en est de même pour la formation et là je dois dire que je suis d'accord avec Mourad, tant que dans le top 14 largement financiarisé, la formation ne sera pas prise comme un actif, nous n'aurons jamais de bons joueurs et donc aussi pas de bons éducateurs.
    Alors Marcoussis aurait été excellent si comme le dit Villepreux, il y avait eu une équipe en Prod D2 que les clubs auraient draftée comme le basket US ou bien former une élite seulement pour l'EDF qui aurait fait le 14ieme en TOP 14 (comme les Jaguar).

    Ce qui m'ennuie avec ce genre de centre, c'est qu'il forme des mauvais ou des bons, à la fin, il s'en moque. Depuis des années et des années, nous n'avons pas de bon numéro 10, je n'ai pas vu MArcoussis prendre le problème à bras le corps pour le résoudre.

    Pour ce que dit Gariguette, il existait avant Bonux anti redéposition. Il enlève la crasse du linge, il nettoie la crasse du beau linge, il retient la crasse avec ses petits bras et il en ressort du beau linge puisque la CRASSE s'en va avec l'eau du bain, ah non je confonds).

    Bonux n'existe plus ni GUYNUX. Mais la crasse existe toujours. D'ailleurs je ne sais plus si c'est la crasse ou les crasses. Gariguette ma prof préférée. Un avis.

    Ill parait que Laporte aurait dit, J'en ai marre ce coup ci, on le ferme. ou on la ferme des célébrités ou c'est l'ébriété. je ne sais plus.

    Le Gé

    RépondreSupprimer
  5. Putain! quelle transition...je suis un petit fils Richard! Pas de blague, Paulette ma mère était de Saint-Sulpice-de-Cognac.
    Je suis fier une fois de plus de vous dire que je suis un roi de la formation:je suis forgeron grâce à mon père. Et quand une pièce est formée, bonjour pour la déformer (vos voitures sont pleines d'objets forgés) . Pour ce qui concerne les Hommes et les joueurs de rugby en particulier je préfère celui d'éducation. L'éducation donne du sens, elle permet des choix, la formation impose entre le marteau et l'enclume...Elle fait des rejets qu'ensuite il faut araser...Pas le meilleur travail pour les ouvriers.
    Marcoussis à son début était un sommet mais comme il n'y a plus rien à y faire monter peut-être faut-il trouver d'autres idées. Dans ce blog, y en a déjà plein qui ont été soufflées.

    RépondreSupprimer
  6. Une fédération réellement maîtresse de son sujet devrait savoir manier la carotte et le bâton avec discernement, d'autant plus qu'elle dispose quand même de la légitimité des urnes, de l'état et je vous le rappelle à toutes fins utiles ( j'aime bien les clichés des fois)des numéros d'agrément.
    Jamais compris qu'elle baisse son froc devant les mécènes et autres sponsors, qu'ils soient estampillés gentils ( Kampf), ou méchants ( Altrad)
    Donc puisque le Grand soir c'est pas pour demain matin et que les clubs pro ont encore de belles semaines devant eux, il serait opportun ( j'aime bien...) de leur imposer quelques devoirs, aussi, des vrais, hein.
    Et d'abord de prendre en charge la ( dé) formation de ceux qui veulent absolument devenir des mercenaires,après tout, z'ont bien le droit, hein.
    Le monde amateur, lui,c'est de cadres qu'il à besoin.
    Plutôt que de former des joueurs à fonds perdu ( pas pour tout le monde), que Marcoussis nous fabrique des techniciens à la pelle, on en manque.
    Allez, un métier à inventer, l'innovation au pouvoir ( j'aim...Bon, ça va! )

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Difficile de baisser son froc tout en tendant les ( deux) mains pour recevoir l'aumône des vilains mécènes ; c'est un peu le problème, quand tu en croques après c'est délicat de menacer . Non mais sérieux, que veux tu qu'il impose maintenant le Bernard ? Parce que question "discernement" là y'a comme un défaut ...

      Supprimer
    2. En même temps, j'imaginais une fédé idéale,et les ideals quand y en a plusieurs et que ça devient des idéaux comme tes nouveaux petits protégés doivent maintenant le savoir,c'est vachement bien.
      Allez Marcatraz, Alcatraz, Lombardaz ....

      Supprimer
    3. Pas bête Jan lou le Marcoussis qui formerait des éducateurs. Allez je valide.

      Supprimer
  7. Si j'ai un peu compris ce que proposait Snealater sur le blog précédent, il semblerait que Bernie aille dans son sens... Après avoir dézingué le projet Grand stade (pour lequel la fédé est attaquée en justice par les communes concernées à propos du manque à gagner), voilà 1 bis répétita avec Marcatraz. On attend le prochain... Enfin, pour l'instant il démonte plus qu'il ne monte vraiment. Maintenant que la maison va être close, on attendra de voir si les clubs Topquatorziens réussiront à déniaiser aussi bien leurs jeunes...
    Et concernant ton allusion avec le complexe du Kangourou Garriguette, pas joli joli, vé. Allez, je sors...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Sergio, et Lulu, Christian et autres qui ont réagi à mes tentatives d'analyse,sur le thread precedent.
      -avec mes excuses pour répondre en decalage-
      Au-delà de discours et programmes de campagne, forcément populistes, surtout dans le contexte féodalo-federal où ont prospéré ses prédécesseurs, et malgré des errements tactiques et/ou purement fautifs et contradictoire, il me semble que la stratégie de fond de Laporte, Simon mais aussi Mondino et quelques autres est de traiter La priorité qui est de reprendre la main sur le cartel des capitaux-risqueurs du rugby d'élite que les successeurs de Blanco et de son DG Dagorne ont laissé phagocyter, à travers la LNR, l'esprit et la substance du rugby.

      Comme il est évidemment hors de question de revenir à un rugby purement amateur, qui de Quillan -au moins, suis pas historien, à la Voulte des Cambé n'a jamais existé, que l'industrie du sport-spectacle est devenue une réalité dynamique et médiatiquement/sponsoriquement bankable, mais dont le terreau ou l'énergie fossile est le rugbyputaingcong (la chair à champion et leurs éducateurs de M6 à M14ou M16, les parents, leur public - TV surtout -,...) il faut donc refondre le logiciel.
      Pour moi, et je pense pour l'équipe en place, l'approche ligue fermée malgré son côté tabou n'a pas d'échappatoire crédible, dans l'intérêt même du rugbyputaingcon. Et demandez aux investisseurs dirigeant les clubs "en vue" ce qu'ils en pensent de la glorieuse incertitude du sport. Demandez aux chers gros partenaires et aux collectivités territoriales quelle est leur préférence.
      (Sauf peut être La Rochelle dont l'enchanteur président semble avoir tissé pendant des années une belle ouvrage qui scintille maintenant de tous ses feux depuis deux ans...)

      Donc affaiblir la Ligue pour qu'elle n'arrive pas à dicter les modalités du passage aux Franchise à une Fédé affaiblie comme l'a laissée Camou mais reprendre le leadership de la transfo de l'organisation du rugby
      Pourquoi la formation notamment doit rester dans le giron "amateur" ce qui, a mon avis, n'implique pas que tout soit contrôle par la fédé ?
      Parceque la logique capitaliste des franchises et celle de leur Medef est philosophiquement incompatible avec celle de l'éducation (pour faire plaisir à Michel) ou de la formation, car sauf exception ce n'est pas à 18 ou 20 ans qu'on forme un joueur. Et si l'on ne veut pas prendre le risque de livrer dès 12/13 ans de la chair à déchets de champion aux académies, centres de formation intégrés des clubs super pro, et bien il suffit de leur interdire d'en gérer et/ou d'en financer.
      C'est dans ce sens que la fermeture provisoire du Pole France etait nécessaire : pour qui travaillait il (d'ailleurs peu efficacement) sinon pour les clubs pro et en prime presque gratuitement, aux frais du rugbyputaingcong .
      Est il nécessaire de développer pourquoi la formation des éducateurs, celle des arbitres et leur gestion, et la prévention et le contrôle médical ne peuvent pas eux non plus être "abandonnés" aux franchises, même pour leur propre usage.

      Cette mutation nécessaire de nos structures ne sera pas facile à concevoir et mettre en œuvre et peu de personnalités hors des tycoons de l'élite ne semblent émerger pour la prendre en main. Or quand il n'y a plus le ballon, il reste les hommes, n'est-ce pas ? - je sais ,c'est pas de moi mais oublié.
      Laporte/Simon malgré tout ce qui leur est reproché - à raison ou pas - sont ils vraiment remplaçables ?

      En tous cas la période est passionnante à observer !

      Supprimer
    2. D'une façon générale, j'aime plutôt les propos de "snaieater", mais là, NON!
      Tout çà ne m'intéresse plus. Mais plus du tout. Je n'en n'ai rien à foutre de tous ces discours politiciens. Je jouais au rugby pour échapper au monde ambiant et tenter de recréer une organisation qui me paraissait décente. Peut être dans un cadre qui m'échappait certainement, mais qui me permettait quand même de tenter de réaliser mes rêves. Je dis franchement NON, encore une fois à ce monde que vous me présenter comme être celui qu'il faut accepter si l'on veut être dans le coup, moderne, réaliste etc. Et, par dessus tout, gagnant. J'ai un peu gagné, et j'en ai été content, mais j'ai surtout beaucoup perdu et je n'en ai pas été bien plus mécontent que çà. Je ne vois pas le monde comme une structure uniquement guerrière telle qu'il me semble le lire de ci de là. Je n'aimais pas, il y a longtemps déjà, le XIII, pour certaine raison, le Football Américain,pour d'autre...et ce n'est pas aujourd'hui que je vais me mettre à apprécier un mixte de ces deux jeux chapeauté par un conseil d'administration , des commissions et tutti quanti.
      Comme disais Arthur:
      -"On n'est pas sérieux quand on a dix-sept ans".
      Et je ne compte absolument pas devenir plus sérieux aujourd'hui.

      Supprimer
    3. ..... oui, snaileater, je comprends tes arguments, l'analyse est claire, seulement les "présidents mécènes", ils s'en foute royalement de la formation !... et si les clubs n'avaient pas l'obligation fédérale de présenter des équipes dans toutes les catégories d'âge, ils n'auraient aucune équipe de jeunes !.... j'ai pendant 10 ans "bagarré" avec les pros (en tant que Dr Sportif de l'Association au CAB) pour le versement du montant annuel de leur "cotisation", seule source de revenus pratiquement, pour que l'Asso vive et fasse "son boulot" de former des joueurs !... et encore, ce n'était pas beaucoup par rapport à d'autres clubs, et pourtant, on a réussi à "sortir" quelques jeunes de qualité ! .. simple constat façile à faire, combien de dirigeants des structures pros (pas seulement les présidents) vont voir jouer les équipes de jeunes? .... cadets, juniors, et même espoirs??? ... COMBIEN?

      Supprimer
    4. Moi ce qui m'agace profondément c'est que cette situation rocambolesque du rugby est voulue, pire : organisée . On se croirait en Russie sous Poutine : vous n'en vouliez plus des cocos ? Eh ben vous allez bouffer du mafieux . On sait que le chef s'en met plein les fouilles, au passage on apprend que la plupart des "acteurs" du rugby font peu ou prou la même chose, et on continue ! On fait comprendre dans la Pravda - le Midol devrait s'appeler la Pravdol - que sans Laporte et consorts, c'est le chaos ( je n'invente rien relisez les derniers éditos de Verdier c'est ahurissant) Et petit à petit se dessinent dans la presse les contours d'un soutien à Laporte ?! Ici ou là ses amis - mais sont ils amis ou complices ? - se fendent d'une petite phrase, d'une décla reprise en boucle . Mais bon sang de bois ! Comment réorganiser un monde ovale avec des gugusses de cet acabit ? Autant demander à Al Capone de diriger le Trésor Public .
      Et je ne parle même plus d'éthique parce que là on est au fond et on creuse encore .
      Un espoir malgré tout dans ce que tu dis Vince, c'est la petite phrase sur La Rochelle : oui il y a encore des gens qui font entendre un autre son de cloche et parviennent à faire encore aimer le rugby . Ils auraient intérêt à se magner le c... pour rester audibles avant d'être broyés par plus gros et plus riches qu'eux .
      Maintenant explique-moi Vincent stp, pourquoi les franchises qui semblent inévitables selon la logique capitaliste actuelle, sont de tels dangers pour la formation, les jeunes, les finances etc

      Supprimer
    5. J'ai bien fait de pas faire "prof" parceque je constate que l'argumentation que j'essaie d'exposer n'est pas claire.
      Mais toi, Gariguette, que penserais tu qu'un gouvernement décide de confier le ministère de l'EN au président du MEDEF ?
      Regarde ce qui se dit de la détection et des centres de formation de poofballers : c'est cela que j'appelle des usines à déchets de champion : quel bénéfice en retirent les 90%, 95%, 99% laissés pour compte.
      Alors que, si le corpus de conventions (sous l'autorité du ministre) entre ffr et LNR mutant vers les franchises est suffisamment bien pensée et négociée, le rugbyputaingcong peut conserver ce qui est son âme, qui inclura du semi professionnalisme (voir pas demi) pour des championnats domestiques, avec une certaine porosité entre les deux pratiques.
      Si la convention interdit aux franchises de recruter des M18, voire par le biais de dispositifs juridiques à concevoir, retarder encore cet âge de 2ans par ex, tout le monde peut y trouver son compte. Les jeunes se formeront dans le rugbyputaingcong (avec le Gestalt qu'on aura su - ou pas retrouver/lui conserver) et les meilleurs ou les plus bodybuildés iront passer qq années dans les franchises européennes, dans l'hexagone, en Allemagne, Italie etc

      Je sais que ça va encore faire bondir qq' uns de nos amis des Quinconces mais les batailles de moulins à vent à la Cervantes ne me paraissent pas mieux contribuer à adapter notre sport préféré à une réalité dont nos rois faineants ont perdu le contrôle.

      Supprimer
    6. SVP, lire : les meilleurs ou les plus bodybuildés iront, ensuite, passer ...

      Supprimer
  8. Moins de maisons closes et toujours autant de burnes! Tautor vient de me mettre un carton bleu.

    Plus sérieusement, former des jeunes en club est louable, mais le but de Marcoussis n'était t'il pas de leq former collectivement selon un modèle de jeu pré établi et réfléchi en fonction des orientations que l'on veut donner au jeu français ?

    RépondreSupprimer
  9. Lulure II,

    si tu écris , c'est que tu vas mieux? Marcoussis c'était la Sorbonne, mais il n'est rien sorti de bon. Si l"esprit en est sorti avec quelques idées il serait sympa d'y en faire rentrer un autre pour aider le rugby...
    Pourrait-on par exemple y faire une injection de bon sens? Peut-être une vision? Un plan à moyen terme qui remplacerait un vide de pensée? Une illumination qui donnerait des idées aux clubs pour enfin jouer au rugby plutôt qu'aux auto-tamponneuses. Je viens de voir au moins 25 matches en Nouvelle Zélande et chaque fois sortir des tribunes avec la banane comme disent les jeunes.
    Ce que vous me dites du Top 14 ne me donne même pas envie de regarder. Comment ne peut-on pas aimer le rugby de l'hémisphère Sud? Vitesse, évitement, esprit d'équipe...Ce n'est qu'un exemple, pas question de l'imiter mais comment retrouver notre identité?
    Encore en décalage..., feinte de passe , je vais me coucher!

    RépondreSupprimer
  10. si je comprends bien, Marcoussis, c'était l'Ecole Supérieure du Rugby Français mais former des élites pour ne pas les utiliser, c'est comme si on forme des cuisiniers à l'école Bocuse et de les envoyer préparer des mac do, dans la célèbre junk food chain.
    Franchement, quand on songe que les jeunes issus des équipes de France tombent pour la plupart en fédérale 1 et fédérale 2, pas la peine de se décarcasser pour les faire progresser.
    redonner la main aux clubs pour assurer l'avenir du rugby français, c'est se préparer dans le tournoi FIRA dans les 5 prochaines années.
    Naïvement, je pensais que les instances fédérales étaient les garants de l'éthique du sport, un peu comme au judo, escrime, natation, etc..., j'y croyais. Maintenant, sans parler de la politique digne des dictateurs des satellites de la Russie, on abandonne les mômes à la pogne des hyperprésidents.
    Alors, si on ne légifère pas rapidement sur la composition des effectifs des clubs pro, on aura trouver une issue favorable au procès pour le manque à gagner du feu grand stade, par le fait qu'on jouera un France Espagne dans un grand stade vide.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. "Marcoussis, c'était l'Ecole Supérieure du Rugby Français mais former des élites pour ne pas les utiliser, c'est comme si on forme des cuisiniers à l'école Bocuse et de les envoyer préparer des mac do, dans la célèbre junk food chain."
      Exactement ça.
      Bon, il en sortait 2 par an pour le XV de France.
      Mais la plupart ne jouaient pas dans l'élite et donc s'étiolaient.
      Je ne pense pas que Marcoussis soit le souci, c'est le système qui est perverti.

      Supprimer
    2. Je plussoie Ritchie, et suis heureux que tu évoques la perversion du système

      Supprimer
  11. Ma lecture d'un dossier que je ne maîtrise pas à 100% est politique, au sens le plus simple du terme. Le sarkozyste Laporte (pour aller vite) est entre le marteau du libéralisme arrogant et l'enclume du fonctionnariat flatulent. Pour lui - et pas seulement lui - Marcoussis, c'était l'ENA du rugby, une machine qui ne jugeait pas utile de démontrer sa pertinence pour revendiquer une domination perpétuelle. L'intérêt supérieur du rugby français est ici hors sujet, ce n'est qu'une question de lutte de pouvoir, de gouvernance pour parler pudiquement correct. Ou bien la "promotion Voltaire" admet sa défaite, ou bien nous allons vers de belles empoignades. Laporte liquidant Marcoussis, c'est Louis XI étêtant les tours de ses féaux. Une Fronde peut en résulter. N'empêche, il leur a fait un coup jambon.

    RépondreSupprimer
  12. Hors de question de revenir à un Rugby amateur !!!!!!
    Allez, domage, c'est ,enfin ça devrait être la seule mission de la FFR

    RépondreSupprimer
  13. Mes amis,

    Vous ne trouvez pas que vos messages.

    "Les présidents sont les méchants et nous on est les gentils." est un peu dépassé.

    J'ai entendu un Mourad très fier du petit Carbonnel et de Belleau, de même quand tu voies le président Lacroix parler de Dupont, tu sens de la fierté.

    Le communisme avec les 200 familles est terminé, le "c'était mieux avant" est terminé.

    "There is a crack in everything, that's how the light gets in"Léonard Cohen

    Il ne faut pas que nous soyons dans une déplorable régression identitaire rugbytisque.

    Rien n'est perdu, quand on voit en Allemagne ou en Suisse que les apprentis sont formés par les entreprises et que les diplômes de ces entreprises valent autant voire plus que ceux des universités cotées, pourquoi cela ne marcherait pas avec le rugby.

    Je suis sûr que les présidents seront aussi fiers des joueurs qui sortiront de leur école de formation que leur équipe première.

    Ce n'est pas parce qu'il y a quelques dégénérés qu'il faut jeter le bébé avec l'eau du bain.

    Mile Davis a dit "quand vous jouez une note, seule la suivant permet de dire si elle est juste ou fausse". alors regardons comme cela va évoluer. Le professionnalisme est jeune dans le rugby et va se régénérer.

    Ce que je vois c'est qu'il y a encore 2 ou 3 générations qui se retrouvent dans les stades en famille, le grand père, le père et le fils ou la petite fille, j'aurais pu parler des grand mères, des mères et des petites filles sans avoir peur des hooligans. C'est peut être le seul lien où ils sont tous d'accord et ils arrivent à se retrouver.

    Et toute cette ferveur va rester, alors OK, le rugby connait des soubresauts, mais tous autant que nous sommes dans ce blog, nous avons grandement apprécié le geste du petit Carbonnel ou bien le drop de Belleau ou cette vista de Dupont et je suis sûr que tous les présidents aussi.

    Moi une chanson de Sting m'a fait changer "the Russians love their children too". On aime tous les enfants et surtout ce que nous leur transmettons pour qu'ils soient meilleurs que nous et nous sommes tous fiers de les voir gagner, réussir. Et cela quelque soit le président financier, rugbyman, grande entreprise, "they love their children too"

    LE Gé tout va changer.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ok, Gé, mais chacun chez soi et des droits et obligations pour tous.
      Et surtout une volonté de la fédé à imposer des réglementations précises et contraignante au secteur pro.
      Après, gentil, méchant, on s' en fout .
      Allez, j'ai toujours cru que les russes, ils les mangent, les gosses !

      Supprimer
    2. Le Gé,
      Boudjellal était à deux doigts de renvoyer Belleau de Toulon avant la demi-finale de l'an passé...
      Il a laissé partir Maestri et Fickou qui auraient dû être les joyaux du RCT.
      Quid de Belan ? Et d'autres ?
      Le petit Roux, par exemple, fils d'Yvan...
      Prenons le Racing : Chauveau m'a fait part la saison dernière son ras le bol de ne pas sentir de soutien de son président, lui l'enfant de Colombes... Il a failli quitter le R92.
      Et quand je vois le nombre de gamins du Stade Rochelais qui ont quitté le port vers d'autres horizons quand on recrute Ranger et Kerr-Barlow pour faire à La Rochelle ce que Montpellier fait avec les Sud-Afs.
      Atonio, Eaton, Vito, Kerr-Barlow, Ranger... Kiwi land sur les bords de l'Atlantique.

      Supprimer
    3. Richard, ces exodes ne sont ils pas justement l'illustration d'un manque de poigne et de contraintes ? Si on voit actuellement les Dupont, Carbonel & Co. sur les terrains, c'est qu'à force de devoir mettre des JIFF sur les feuilles, ben il faut bien mettre des jeunes français, qui n'ont aucune raison intrinsèque de n'avoir pas de talent.
      Le système n'est pas parfait, peut et doit être amélioré, notamment en remplaçant JIFF par sélectionnable je pense.

      Je rebondis sur le SR : je suis un peu agacé de le voir cité en exemple vertueux (je ne vise spécialement personne de ce blog), comme l'a été l'ASM en son temps pas si lointain : l'opération "kiwi plage" n'est pas payée en churros et chichis ! Aligner un équipe de TOP14 compétitive ne peut être le fait d'un petit poucet local tout gentil, à contrario des vilains tycoon.
      Ce ne sont pas des petits poucets tout gentils, eux aussi lourdent leurs Espoirs pour donner du temps de jeu à leurs stars, eux aussi ont des gros budgets. Qu'ils ont construit sur des bases solides et on l'espère pérennes, soulignons le.
      Mais sans les Tycoon et leurs armadas, combien C+ mettrait sur la table ??? Comme le soulignait malicieusement M.Boudgelal, les plus grosses recettes des clubs "du terroir" étaient les visites du RCT.
      On ne leur doit pas tout, ni tout leur passé mais sans ces mécènes, point de TOP14.

      Enfin, on ne m'enlèvera pas de l'idée que si Mohed l'appelait Pierre, on en serait là.

      Supprimer
  14. et si finalement LAPORTE n etait qu clone de TRUMP
    l un et ll autre a la tete de puissances
    mais agissant sans tete
    a qui la declaration la plus spectaculaire
    chacun veut vaincre sa (chi)COREE
    LAPORTE plus VRP que FFR
    aureole de chantre du monde amateur
    la meme gabegie que KISSINGER prix NOBEL de la paix
    si il est amateur de magouilles
    la seule formation qu il venere c est la tortue
    adoube par les collabos du MIDOLCEVITA
    il pavoise le gaillac
    la chute viendra
    canal te recuperera
    ou peut etre le monde du theatre

    RépondreSupprimer
  15. viens de recevoir FLAIR PLAY #5 . Voilà ce qu'il me fallait pour retrouver du goût au rugby ; une surprise, la présence de François Trillo . Tant mieux ! Et 2 Jeantet au lieu d'un et ... et ... abonnez vous !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il devrait y avoir le Quinconces de Treignac dans le #6...

      Supprimer
  16. Rien n'est jamais ni tout blanc ni tout noir et la vérité, s'il y en a une, se niche, entre les deux, dans les gris. Et de toute façon au-dessus des points de vue antagonistes des différents tenants.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Marcoussis donc : un outil sans pareil mais utilisé parfois à contre-sens. Ses objectifs de formation ont changé au moins à trois reprises depuis 2002 pour essayer de s'adapter à l'évolution du rugby moderne. Rarement en anticipation, mais plutôt pour suivre la mode, un coup dans le tactique, puis dans le physique, puis le technique.
      Difficile pour les mômes qui rêvent de devenir pros dans leurs clubs de suivre le triple cursus : études, pole France, club.
      De Fritz à Dupont, en passant par Basta et Chouly, Médard et compagnie, assez de talent pour abreuver le XV de France. Il aurait fallu creuser plus profond cette veine : un pole France pour le XV de France en associant les projets de jeu.
      Verhaegue, Tanguy, Roumat, Y. Camara, Macalou, Baille, Lambey, Ruffenach, etc... Regardez les compos du Top 14 et les gamins passés par Marcoussis, il y a de quoi composer quelque chose d'intéressant.
      Sans doute, comme le souhaitait la DTN, fallait-il réadapter les contenus mais pour cela imaginer quel sera le rugby pratiqué dans 5 ans. Alors qu'on n'est même pas capables de réfléchir convenablement, je veux dire en étant compétitif au plus haut niveau, à celui qu'on veut mettre en place actuellement. Et les tests de novembre vont être sans doute révélateurs de cette déliquescence. Et je veux bien me tromper.

      Supprimer
    2. Laisser les clubs de Trop 14 former seuls les jeunes joueurs, c'est prendre le risque de déformer la relève, constituée à des fins court termiste, montée au front et utilisée comme de la chair à canon.
      Et puis chaque club à sa façon de jouer, qui change tous les deux ou trois en fonction des résultats et des transferts d'entraîneurs. Il suffit de voir Montpellier, le Stade Français ou Toulon, par exemple.
      La vocation du Top 14 aujourd'hui n'est pas de former des jeunes mais de les utiliser. Grosse différence. Et comme l'écrivait Christian, on voit la difficulté qu'ont les associations des club de Top 14 à exister. De ce côté-là, je me fais du souci.

      Supprimer
    3. Fermer Marcoussis est un acte politique, ainsi que je l'ai lu ici écrit.
      Car demain, la FFR va reprendre la LNR et TOUT gérer.
      De l'école de rugby jusqu'au Top 14 (qui deviendra Top 12 ou Top 16 selon les vents électoraux).
      Et ça m'inquiète.

      Supprimer
    4. j'ai exactement la même impression et les mêmes craintes mais ça a plus de légitimité et de sens quand c'est toi qui l'écris . merci Ritchie !

      Supprimer
    5. Hello Sylvie. Ce blog est un partage. Ma "légitimité" n'est pas supérieure à la tienne, toi l'éducatrice, à celle de Christian, international et pédagogue, à celle de Tautor, médecin urgentiste du Top 14, de Michel, coach de la performance, de Pimprenelle, plongée dans les arcanes d'un grand club depuis toute petite, de Philippe, qui a formé tant de petits à Tyrosse, de Jan Lou, qui a plongé dans les volcans des regroupements, de vous tous et toute finalement. Et c'est pour ça que Côté Ouvert est un magnifique creuset que j'aime alimenter une fois par semaine car il devient un brasier ardent.

      Supprimer
    6. ^^Fermer Marcoussis est un acte politique, ainsi que je l'ai lu ici écrit.
      Car demain, la FFR va reprendre la LNR et TOUT gérer.^^

      Information? prévision? prémonition? jr suis d'accord avec la première ligne mais la 2ème est surprenante
      A plus tard ou demain...

      Supprimer
    7. Snaileater et Christian, présents au prochain Quinconces ?

      Supprimer
    8. ... présent, normalement, sauf imprévu de dernière minute (comme tout le monde), connais pas encore mon agenda de retraité, (toujours très occupé les retraités)alors, j'attends la date si possible, dés que tu peux, que je m'organise !

      Supprimer
  17. Bonjour à tous,
    Sans manquer de respect à quiconque des Quinconces, un peu lassé des imprécations de toutes sortes sur les dirigeants actuels de notre rugby hexagonal, même les propos sérieux sur la formation ou le comment qui pourquoi évoluer et faire évoluer notre jeu est noyé dans un torrent de critiques, qui même fondées et argumentées finissent par fatigue un brin. C'est comme en politik, après les élections, comme elles ne nous sont pas favorables et bien je crie au coup d'état (démocratique ????), non allez ne Mélanchons pas les choses et les genres, d'ailleurs exit le jeu depuis quelque temps de notre rendez-vous, on se croirait sur une pelouse de FLOP.14, de petit tas en petit tas on enterre le jeu déployé, les débordements sur les ailes et les relances des 22.
    Le rugby vient de rattraper le fouteballe et les autres, 4 défaites un nul le CAB se sépare de Carbonneau, prochaine défaite au-revoir Casadei et suivante adieu Godignon ??? Belles perspectives.
    Allez, dès la sortie du tunnel on attaque de partout ??????

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Nini, tu ne manques de respect à personne, ici tous les avis comptent et peuvent être partagés. Le tien aussi donc.
      La FFR est désormais aux mains de Laporte-Simon-Atcher parce que les clubs amateurs l'ont voulu ainsi.
      Ils souffraient des diktats du père Duzan et Camou, autiste, l'a payé. Comme dirait Boris Vian, en nous levant, nous avons le "blues de l'autiste", maintenant...
      Mais les clubs amateurs se foutent pas mal du rugby pro. Pourtant, c'est ce que visait Laporte. Rappelez-vous, toutes ces mesures touchaient le Top 14 et on se demandait s'il ne briguait pas la présidence de la LNR... Tout était déjà dit.
      Il a restructuré les divisions de Fédérale, les clubs amateurs sont derrière lui, ce sont ses divisions, il peut maintenant faire passer ce qu'il veut grâce le vote décentralisé (seul un quart des clubs s'étaient déplacé pour entériner ce changement révolutionnaire) et il en avait les larmes aux yeux, parce que c'est un affectif, Nanard.

      Supprimer
    2. Nous sommes des spectateurs qui regardons s'éloigner un voilier sans savoir quel est son cap, sa destination, ses escales. Nous voyons ses voiles se gonfler au loin et sa proue sauter entre les vagues. Et voilà. Et c'est tout.
      Alors je comprends Nini, nos propos de bord de plage vont finir par nous lasser. Et moi le premier il me semble que je devrais infléchir la teneur de mes chroniques pour tenter de vous réenchanter. Même si, venant d'Olivier Magne, Pierre Berbizier, Pierre Villepreux et d'autres, qui nous lisent, ces cris du cœur et cet appel à la raison, brises lames, semblent autant pertinents qu'impertinents.

      Supprimer
    3. "brise larmes" plutôt on dirait parce que question affectif .... les 3 noms que tu cites me touchent davantage que le crocodile cité avant ...

      Supprimer
    4. Sinon Nini, je me souviens que tu as eu aussi tes moments d'imprécation et qu'on aimait bien ça ! Il faut parfois forcer le trait et susciter des réactions sinon ça devient vite tiède, un blog . Mettre un peu plus de passion pour les uns, raisonner davantage pour les autres et la mayo prend mieux . Oeuvre collective avec tous les tempéraments et toutes les humeurs un bon blog ça doit fuser, rigoler, colérer, s'aimer aussi . Sinon ça roupille .
      Ritchie tu n'es pas responsable de la gabegie actuelle, infléchir la teneur de tes chroniques mais pour quoi faire ? Tes chroniques sont à leur place, bien pensées, bien écrites et nous amenant du grain à moudre ( ou pas !) . Comment disait -il Albert ? " Je demeure convaincu qu'un journaliste n'est pas un enfant de chœur et que son rôle ne consiste pas à précéder les processions, la main plongée dans une corbeille de pétales de rose. Notre métier n'est pas de faire plaisir, non plus de faire du tort. Il est de porter la plume dans la plaie." Voilà . Tu es en phase Ritchie . Totalement . Humainement aussi et ça c'est plus difficile .

      Supprimer
  18. Je comprends bien tout ça, il n'empêche que j'ai mal -quand je dis mal, physiquement, je suis rugby dans toutes mes fibres et j'ai la chair de poule-, j'ai affreusement mal pour mon rugby, pour la grande machine "moderne" que les instances inter et nationales ont enfanté, immense lessiveuse dans laquelle on ne lave que du linge bien sale qui ne ressort qu'encore plus sale, et pas d'antiredécomposition ici, pas des Coluche les types, pas des cloches non plus, non, juste des furoncles qui gangrènent tout ce qu'ils touchent.
    Mais Bordel de merde -oui oui je sais mais bon, hein, parfois- au-delà de hommes dont les projets peuvent nous hérisser, fatiguer, laisser songeurs, au-delà de ça, font quoi les vrais acteurs du rugby, les dirigeants, les entraîneurs, les joueurs, les arbitres, les soi-disants supporters, les anciens joueurs qui pantouflent consultants ou experts, tous juste bons à avaler la soupe fadasse qu'on leur vend à-travers les écrans publicitaires ???? Et bien, oui il nous reste le privilège et l'honneur de respirer ici le grand air du rugby éternel, pas passéiste mais bien réel, même brisé, même martyrisé, même outragé, mais rugby bien vivant, rugby à libérer d'urgence, rugby des Quinconces, quittons cette maison close pour des champs et des chants de beauté et d'ivresse et de joie, et de feintes en croisées déborder ces adversaires qui croient construire une ligne Maginot quand ce n'est qu'un barrage à contourner.
    Pour copier un membre éminent de ces lieux, et me donner du cœur à l'ouvrage, allez CAB !!!!!!!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. CAB sans Carbonneau, donc, qui s'en va. Ou qu'on fait partir. Dis-nous, Christian, tu dois savoir toi ? Il est viré ou il se barre de lui-même ?

      Supprimer
    2. .... devines ! ... on lui a fait comprendre, c'était mieux comme ça, hein ! ... ça fera moins de "bruit", bon il en fallait un, et puis, à sa décharge, il n'y a pas le matos pour jouer à ce niveau ( ils font avec leur budget), même si on peut toujours discuter sur les productions, mais de tout temps, quand l'adversaire va plus vite, plus fort et plus haut, c'est difficile, même avec le meilleur entraîneur !... avec les meilleurs joueurs, tu n'as pas grand chose à leur apprendre !... c'est quand même plus façile... bon, je sais, il y a d'autre problèmes, d'autre difficultés, le management entre autres, mais ....

      Supprimer
    3. Brive est brave mais pas CAB Laid pour jouer.
      Ou
      Alors avec Carbonneau ils sont carbonneaunisés.

      On lui a dit "rentre à la Casa des Images du beau jeux t'attendent.

      Il a répondu

      Tu me prends pour un Go go dit non ! Ah mais des fois, je te trouve bien gaillarde.

      Bon
      je sors je sors.

      Non Non pas sur la tête.

      :-)

      Supprimer
  19. Nini, une bonne part de l'intérêt de tes contributions, c'est que tu ne crains pas d'évoluer, à la différence de les ceusses qui restent engoncés dans le confort des préjugés. Continue.

    RépondreSupprimer
  20. Christian, le 5 Octobre au soir je passe et dors à Brive. Tournée de reprise golf, j'ai tout oublié avec le rugby; si tu es par là avec un peu de liberté ce serait sympa de se voir peut-être manger un morceau. tel: 0656891132.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Michel bonjour, m...., comme c'est dommage, je participe à la 2° édition de la MANVILLE LEGENDS CUP aux Baux de Provence, à l'invitation de Jo Maso, capitaine de notre équipe de 12 rugbymen les 4 et 5 octobre. Nous affrontons, comme l'an dernier les footeux Blanc, Leboeuf, Ginolla, Kombouaré (le capitaine), etc... va sur le site, c'est un endroit superbe et une compét' super sympa sur 2 jours. Vraiment dommage car j'aurai été heureux de t'accueillir en Corrèze!

      Supprimer
    2. Michel, tu as compris, c'est du golf...

      Supprimer
    3. Christian tu vas croiser le fer avec des footeux :-(
      Mais où va le rugby mes amis mais où va le rugby si même nos internationaux jouent avec des footeux.
      :-) :-) :-)
      Bon dimanche quand même Christian et ne perd surtout pas, nous comptons sur toi.

      Supprimer
    4. c'est effectivement un lieu magnifique https://www.youtube.com/watch?time_continue=79&v=OiwRXy6DmyM
      bon tournoi Christian et on croise les doigts !

      Supprimer
    5. ... merci les amis bloggeurs, mais le golf, c'est plus difficile que le rugby, enfin.. pour moi ! (j'ai débuté trop tard)... alors, le plus important....

      Supprimer
    6. En golf, un seul adversaire et de taille.

      Supprimer
  21. Michel,

    Je ne vais pas mieux, je vais bien, et je profite de la vie. Pour cela je suis parti en vacances dans les Alpes. Imagine sur ta droite une montagne avec à son pied un torrent. A gauche du torrent, un camping sauvage perdu au milieu de la foret, et à l’extrême gauche une autre montagne. Au fond de la vallée rien de plus original qu'une dernière montagne. Dans le torrent tu peux apercevoir des glacières où des bouteilles de rosé et de rouge se rafraîchissent. Gariguette, ne t'inquiètes pas, ces glacières sont biens calées par d'énormes pierres, celles que tu aimes tant. Au milieu des braises tu trouveras des patates, et au dessus, d'énormes côtes de bœuf (viande d'origine France, mon Tautor). J'aime ces journées ou ma seule activité consiste à couper du bois pour le feu.
    A mon retour, je replonge dans le blog pour vous lire tous. Des Alpes, je me retrouve en Nouvelle Zélande, plutôt pas mal.
    Alors oui, je n'écris pas toujours parce que je ne sais pas parler que du rugby. Et puis quand je vois la ministre des Sports Laura Flessel, à côté de BL après avoir demandé une enquête, je me demande si elle a pas déjà téléphoné aux juges pour leur dire de plaider à décharge. Quand je vois sur cette même photo, les enfants de Lomu pour faire miséricordieux, alors que l'organisation de cette coupe du monde sera accordée au pays qui rapportera le plus de fric, cela m’intéresse de moins en moins. je préfère me contenter de regarder les matchs le weekend.

    RépondreSupprimer

  22. Salut Tautor es commotion, voilà un sport de balle sans contact. Connaissait pas. La bise...
    https://www.youtube.com/watch?v=8ikSOVn-hq0

    RépondreSupprimer
  23. De mieux en mieux ! Le N°5 de Flair Play est magnifique.
    On y trouve (ou retrouve) François Berléand, Pierre Berbizier, Rodrigo Capo Ortega, Imanol Harinordoquy, Brock James, Sandrine Agricole, Yann Delaigue et Therry Dusautoir.
    Sans oublier les chroniques et textes de Benoit Jeantet, Sébastien Boully, Antoine Aymond (merci Antoine pour avoir remis "Jeu Mort" là où il est, c'est-à-dire au début), Léon Mazzella, Nemer Habib et Vincent Péré-Lahaille, soit la "Comme Fou" connue et appréciée de certains ici...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. et de Rugby Océan au Sables d'Olonne mon premier club de Rugby le RCS, j'avais 8 ans de 8 à 10 Ans. que de souvenir ?

      Supprimer
    2. une vraie réussite ( une de plus !) captivant ! très belle interview de Berléand et plus étonnant pour moi celle de Boudjellal est émouvante, je découvre un homme attachant, il adore Brassens et c'est un vrai bonheur de l'écouter en parler avec finesse et sincérité . @Benoît : elle est superbe ta Mathilde !

      Supprimer
  24. Pour faire le lien entre les deux derniers articles et une de mes marottes moi qui ne sais pas aligner deux mots d'anglais ; pourquoi ne pas créer un erasmus du rugby à l'échelle mondiale et permettre à nos jeunes espoirs d'aller passer un an en formation dans un club étranger avec un système de bourses. Au moins ils en reviendraient enrichis d'une expérience forte qui leur servirait dans le rugby ou ailleurs.

    RépondreSupprimer
  25. Rugby

    Terre de mes ancêtres, terre de ma patrie en danger, terre sans racine, comment peux tu épouser autant d'iconoclastes dont tu as rempli les poches sans que ceux-ci n'aient la décence de te rendre le fruit de leur passion ? Le ver a laissé place au fil à soie et certains savent mieux tisser un empire que de cultiver un champ. Tu as secrété trop de bombyx baveurs à souhait et aujourd'hui ils s’entre-tuent comme des mafieux oubliant que le l'ovale les a portés sur les fonds baptismaux.

    Aujourd'hui, tu n'es plu le symbole de rien uniquement un ballon ovale ou ovoïde, cousu d'or pour certains, passé du cuir au synthétique pour d'autres, tu n'as plus le goût du camphre, de la boue et de la sueur, tu es devenu un produit de consommation courante qui ne fait plus rêver loin s'en faut. Tu as perdu ton ego, ton image celle du combat, de la loyauté et de la vérité. Tu es devenu une chenille proliférante, une larve au service d'hommes qui ne te respectent plus, qui ne connaissent plus ton nom et qui voit en toi un World Juice Bank. N'oublie jamais d'ou tu viens, pense que tu fus la genèse d'un état d'esprit, d'une culture universelle et que les liens que tu as tissés ne sont pas que des lépidoptères de "merde", que tu as su transmettre des valeurs dans lesquelles nous nous retrouvons aux"Quinconces" et ailleurs. Tu dois te relever, comme on relève une mêlée, comme on guérit d'une maladie incurable car rien n'est meilleur que le combat soi disant perdu d'avance ! Les forces du bien sont là à côté de toi, ouvres les yeux, parle leurs, fais un signe et tu verras qu'une légion, une nation se rangera derrière toi pour redonner couleurs et prestige au nom que tu portes.

    Rugby n'est pas un mot galvaudé mais a une valeur humaine ajoutée hors du commun, une essence rare partagée par le plus grand nombre, prends en conscience maintenant, détruis tous ces bombyx, larves et chenilles nauséabonds, fais souffler le typhon pour les emporter à jamais loin de nos terres, donne ton nom à de preux serviteurs qui t'adulent et qui veulent transmettre ton nom et ta religion à leurs descendances, n'oublie pas que Rugby est synonyme de "Cœur" et non d' "argent" et que le plus riche sera tendre la main au plus pauvre comme à la fin d'un match ou le gagnant va serrer la main du perdant ne faisant qu'une poignée de mains nouée d'Amitié et de Coeur.

    "Le rugby, c'est l'histoire d'un ballon avec des copains autour et quand il n'y a plus de ballon, il reste les copains" JPR

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bravo mon ami Tautor,

      et je me joins à toi en chantant
      "
      Debout, les damnés de la FFR
      
Debout, les forçats du jeu de main 

      Le Rugby tonne avec son caractère,

      C'est l'éruption de la fin.
      
Du passé faisons table rase,
      
spectateur esclave, debout, debout

      Le rugby va changer de base,
      
Nous ne sommes rien, soyons tout.
      Refrain 

      C'est la lutte finale ;
      
Groupons nous et demain
      
Notre rugby natal
      
Sera le genre humain.

      Il n'est pas de sauveurs suprêmes

      Ni Laporte, ni Goze, ni Tribun,

      Joueurs, sauvons-nous nous-mêmes

      Décrétons le rugby en commun.

      Pour que tout physique rende gorge,
      
Pour tirer l'esprit du jeu beau,

      Soufflons nous-mêmes notre forge,
      Plus du « tout financier » plus d’argent mal dépensé
      La formation de nos jeunes en premier
      Et surtout toujours le rugby d’évitement
      Et la camaraderie toujours au firmament

      Refrain 
      C'est la lutte finale ;
      
Groupons nous et demain
      
Notre rugby natal

      favorisera le jeu de main

      Debout, mes amis du quinconce
      Debout, les humains de valeurs
      Quand notre beau rugby s’enfonce
      Battons nous de tout de notre coeur
      A Treignac, nous nous rejoindrons
      Avec les plus valeureux compagnons
      Le beau jeu et l’évitement notre base
      L’amour du jeu, notre belle phrase.

      Refrain
      C’est la lutte finale
      Groupons et demain
      Notre rugby natal
      écrasera cette perte fatale
      "
      Le Gé je combattrai aussi à la baie des cochons non contre les cochons. La Rêve évolution est en marche au quinconce

      Supprimer
    2. BRAVO BRAVO BRAVO !!!!!!!!
      Tiens, pour rire, anagramme de LAPORTE-SIMON, au choix du quidam et selon affinités : EMPLATRIONS / IMPLOSERONT / PALOTERIONS .......... A vous de voter !!!!! Moi j'aime bien OPALISERONT !!! AH AH .......

      Supprimer
    3. curieusement j'ai trouvé quelques trucs mais sont pas très marrants : Top normalisé , ou Option larmes ( quel programme ! ) ah si une anagramme rigolotte quand même avec les 2 noms ; Potins et Morale ... et là on nage en plein dedans !

      Supprimer
    4. saloperont j'aime bien
      somnolerait J'aime aussi vu le programme

      Supprimer
  26. Tautor, quinconcement des copains coquins en festins. Et surtout n'oubliez jamais... du grand Jo...
    https://www.youtube.com/watch?v=_Xa_1KxR-8M

    RépondreSupprimer
  27. Bonjour à tous, et spécialement à Christian. Je viens de jeter un œil, puis les deux, sur le site de la" MANVILLE LEGENDS CUP", ça me botte grave. Alors voilà la question, comme on dirait qu'y'a beaucoup d'anciens internationaux, comment donc qu'on devient ancien international, parce-que ç'a l'air bat !!!!! Alors, comme on se connait bien maintenant à travers nos échanges, même si je suis bien conscient d'avoir un gros handicap au départ et pas d'espoir de rebondir au birdie ni de faire miraculeusement un trou en un, donc comment donc qu'on devient ancien international ????? Je compte sur ton piston, ami CABISTE (un peu de lèche ne fait de mal à personne !!!!!!!), pour avoir cette P..... de carte d'ex machin-truc (ç'a pas l'air compliqué mais si t'as jamais été sélectionné ça parait quand-même ardu !!!!!!).
    En tous les cas, marcher de trou en trou, de bunker en sous-bois, de green en club-house, me parait plus épanouissant en ces jours que de trottiner de petit tas en petit tas sur un terrain de rugby, sans compter que le caddie là au lieu de le pousser au supermarché c'est lui tout seul qui te porte les courses !!!!!!!!!! Heureux homme. En tous les cas bon parcours.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Nini, Est-ce que tu vas parvenir à te libérer, ce coup-ci, pour venir à Treignac ?

      Supprimer
    2. Oyez oyez, ici les Vôôôsges, adresse aux Quinconces -anagramme de coquines, hein ...-, Nini sera chez sa fille, près de Brive, et participera au grand chambardement de Treignac, je répète Nini alimentera les sanglots longs des violons de l'automne qui blessent les cœurs des Quinconces d'une langueur monotone. Tout suffocant et blême, quand sonne l'heure, nous nous souviendrons des jours anciens et nous pleurerons.

      Supprimer
  28. Sans analyse et juste, donc, à partir du ressenti, cette lecture roborative de Sieur Tautor m'a grandement réchauffé le corps, le cœur et les esprits.
    Merci et bravo, cher Tautor.
    AB

    RépondreSupprimer
  29. Même si nous parvenons la plupart du temps à le masquer derrière des artifices créés par notre formidable culture, le désenchantement et ses corollaires sont ancrés dans chacun de nous. Tautor, le bon Tautor, même en se mélangeant un peu les fioles, n'en demeure pas moins notre oracle, ô désespoir. Ma quote-part : la vieillesse ennemie.
    Je répète néanmoins que la première qualité du rugby reste d'être un fascinant révélateur de l'état d'une société. Dis-moi si tu passes, je te dirai qui tu es. Qui n'a pas vu un golgoth vomir de trouille avant "d'y aller" tandis qu'un Guy Boniface connaissait l'orgasme à l'idée d'aller casser du gros ? Simple exemple un peu folklo, il y en a mille autres.
    Voilà pourquoi ce blog me fait parfois penser au café du Commerce des Insoumis. Rien de dépréciatif (rien de laudatif), j'en suis un membre presque actif. D'autant plus que je suis convaincu que chacun-chacune d'entre vous accorde plus d'importance à la crise de l'école, à la crise de la république, voire à la crise du monde pénitentiaire, qu'à la crise du rugby. Notre microcosme, qui oscille sans fin du zéro à l'infini, n'est-il pas dirigé par un ex sous-secrétaire d'Etat d'un gouvernement puérilement médiatique ?
    Je sens que je vais finir par écrire "on a le rugby qu'on mérite"...
    Depuis une cinquantaine d'années, je jette un oeil sur ce morceau d'Europe mâtiné d'exotisme paumé au fond de la dernière page de l'atlas, qui s'appelle la Nouvelle-Zélande. Coup de pot : ils jouent au rugby ! Mais leur histoire, à la fois jeune et ancienne, est un beau sujet d'observation (comme le furent un temps les Pieds Noirs ou les contemporains de Thomas Jefferson, Andrew Jackson ou William Penn) ; j'ai donc très logiquement pensé que les victoires des Blacks devaient davantage à leur saga globale qu'à la règle des Trois P. Aussi, sans dévaluer notre combat pour le beau jeu, la prévenante formation ou la bienveillante gouvernance, je demeure persuadé que nous devons d'abord lutter contre toutes les formes de médiocrité. Les théoriciens de la décadence m'emmerdent au point que je ne veux pas leur donner du grain à moudre.
    Si Hollywood s'en mêlait, nous aurions notre club, le Quinconces pastaga football-rugby club et nous verrions bien ce que ça donnerait.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Charles, nous t'attendons à Treignac, en avril prochain.

      Supprimer
    2. Excellent Charles.
      Mon désenchantement éventuel n'est en aucun cas rattaché à des idées de décadence; même si, le mot existant, le fait existe forcément parfois tout autant.
      Non.
      Je vais être bref.
      J'ai observé toute ma vie....et comparé par moment aussi. Un peu comme on fait de la lecture dite comparée.... Et si tout est égal à la fin, il y a quand même d'énormes différences d'un sujet à l'autre dans le temps et dans l'espace. Je suis volontairement extrêmement prudent dans mes propos ce qui explique ma volonté d'être particulièrement sibyllin.
      Ainsi, à l'observation du développement quasi exponentiel de la part de l'argent dans la marche du monde entraînant cette volonté de tout faire payer sous tous les meilleurs prétextes et les plus nobles raisons apparentes, je m'était dit, il y a déjà plus de 40 ans:
      -"J'ai connu l'eau gratuite, les logements, les transports, les campings etc. peu chers..., et puis, insensiblement, et pour les prétextes évoqués ci-dessus, observé la reprise en main de toutes ces petites choses permettant de vivre, de survivre éventuellement. Alors, que reste-t-il encore dans ce monde de gratuit?
      Réponse: l'air! Et donc, me suis-je dit, dans quelques années nous paierons l'air...Pas d'argent? Alors pas d'air! Démerdez-vous."
      Et, aujourd'hui, si on ne paie pas encore l'air sur une facture comme pour l'eau, l'électricité, le gaz et tutti quanti, observez et réfléchissez à ce problème. Par exemple, l'air conditionné, les fines particules, le filtrage des salles blanches.... et des centaines d'autres exemples que je pourrais vous donner et que vous connaissez vous-mêmes je suppose.
      Puis-je être heureux de ce développement/dévoiement des choses et ne puis-je ni penser, ni rien dire, ni rien faire et considérer que c'est l'évolution normale du monde et qu'il est de bon ton d'avaler la couleuvre tout en justifiant -en plus- son existence.
      Le monde, sinon dans son fond, du moins dans les apparences qu'il prend, a changé. Et oui, alors, le rugby, dans son microcosme, est un reflet du monde en son entier. Mais le reflet de la surface de ce monde: et qui ne me plait guère, cette surface! C'est sans doute mon côté un peu rebelle, mais je n'aime pas beaucoup me plier à des choses qui me révoltent. Et surtout imposées sans que je puisse en discuter.
      Voilà. C'est tout. Pour ce qui est de l'évolution du monde dans ses grandes lignes, c'est sans doute un autre problème.
      Par ailleurs, et pour passer à autre chose, le MANVILLE cité ci-dessus, m'a immédiatement fait penser à une usine dans laquelle j'ai travaillé durant un certain temps; en bout de chaîne, et qui s'appelait Johns Manville. On y fabriquait de la laine de roche et je peux vous certifier que l'on n'y pratiquait pas le Golf au moment de manutentionner cette "laine" plutôt chargée d'électricité.





      Supprimer
  30. anagramms
    LE TROP MAISON
    MA LOI EN SPORT

    RépondreSupprimer
  31. Rugby d'affaires ..?.. !!!! A cause que finale de ping-pong coupe Davis, pas de rugby Fr/Japon à Lille, alors Lens et son public du nord chaud-bouillant candidat, mais non, finalement rencontre sur le synthétique tout rutilant tout neuf nickel chrome de l'enceinte du joujou de Jacky de Paname ................... Copains ?? Coquins ??? Entre les invités/Partenaires et les invités/Affidés suis curieux de connaitre le nombre de spectateurs simples supporters. Quel monde !!!!!!!!!!!

    RépondreSupprimer
  32. Qué riphiphi au CAB !!! Comment ça qu'avec mon CAB serais un tantinet énervant ??? M'enfin, bon hein, y'en a qui stade toulousainent à longueurs de lignes, d'autres qui courtisent les filles de La Rochelle et d'autres z'encore qui chevreusent à loisirs, alors moi c'est CAB épicétou !!!!!!!!!!!
    Sérieusement (mais Est-ce que ce monde est sérieux ?????) le Carbonneau carbonisé, voilà t'y pas que le chef Godignon se fait porter pâlichon pour des semaines, because opération de je sais plus trop quoi. C'est super-pro, ça, l'avait pas le temps de mai à septembre de trouver un créneau ??? Visiblement ça tangue de la proue à la poupe sur le navire Coujou. Etonnant comme les dirigeants d'ici et d'ailleurs gèrent mal leurs affaires dès lors que l'on parle du sportif (le côté sportif de la chose) et non plus des contrats, sponsorings, droits d'images et retombées sonnantes et trébuchantes. Voir comment l'on n'a pas su retenir Méla ni insérer Péjoine dès la saison dernière c'est à pleurer. La vie c'est comme ça, hein, et le rugby tout pareil, surtout dans ce monde pro ou t'es toujours groupir, ou tu manges avec l'autre, ou tu vas aux toilettes après l'autre, ou tu vis ta vie avec les autres, les petites parenthèses famille comme des pauses où tu te reposes avant de remettre ça.
    Leçon pour les autres aussi, mais que personne ne retiendra, c'est comme ça, quand je vois que Mignoni a signé pour 5 ans et quand tu sais que 3 défaites et t'es bon pour le grand voyage, ça laisse songeur....... Drôle de sport qu'ils nous inventent là !!!!!

    RépondreSupprimer
  33. J'oubliais, lune montante, les cèpes sont sortis comme une armée d'envahisseurs, le Fagot et moi on les a cueillis dès potron-minet, pas de résistance, capturés sans un bruit, un échantillon est passé à la poèle, AH c'est bon !!!!!!!!
    Juste avant, un p'tit verre de coteaux du Layon (vous le recommande, vin sans prétention mais toujours pile-poil) et pendant la dégustation un Buzet château Bouscassé, Fagot s'est contenté d'un château La Pompe de l'année, tout va bien, bonne soirée à tous.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. apparemment t'es dans les Vosges, hé bien moi, les cèpes et autres, je les laisserai là où ils sont, Tchernobyl ne s'est pas arreté à la frontière.

      Supprimer
  34. Richard s
    j'ai regardé l'itinéraire pour aller à Treignac ; 6h et quelques minutes de Marseille , pas mal !
    Je ne peux me projeter si loin ( avril ) mais je vais faire en sorte de venir afin de connaitre visuellement tous ces beaux coquins !!!!
    Une question pourquoi Treignac ?
    Un de nos amis y habite t'il ?
    Bises et bon week end à tous et a Tautor en particulier ....

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Treignac parce qu épicentre

      Supprimer
    2. EPICENTRE et ses anagrammes ô combien révélateurs de la chose: comme "épicèrent" tout ce qui manque à not'rugby m'sieur, comme "épinceter" ah oui redonner de l'éclat à not'ovale m'sieur, et TREIGNAC comme "cintrage" et transformation d'un "...produit..." pour retrouver ce qui au départ n'était qu'un jeu, not'jeu m'sieur !!!!!!!!!!!!!
      Et puis quand-même, hein, pays des Coujou-(s)(x)???- et du CAB épicétou m'sieur !!!!!

      Supprimer
    3. En regardant où habitaient les bloggeurs de Cote Ouvert j'ai tracé des traits partout pour les relier et Brive semblait équidistant. Alors j'ai regardé autour de Brive un coin sympa et trouvé cette maison d'hôte, hôtel, gite, qui met à notre disposition une immense cuisine équipée, une immense salle, une terrasse pour déguster des cigares, etc... On peut même jouer à "toucher" sur une plage de sable dur le samedi matin.
      Quant au prix des chambres il est plus que raisonnable vu le cadre (lac)

      Supprimer
    4. Nini, roi de l'anagramme : en anglais avec Treignac tu fais CREATING ou REACTING et pour les fumeurs CIGAR TEN soit le Partagas N° 10 ... c'était écrit !

      Supprimer
    5. Marc
      Merci pour ta pensée mais aujourd'hui l'épicentre de la pensée c'est celle des "Quinconces" dédiée à Jan Lou orphelin de son père ... Soutenons le comme un pack ....

      Supprimer
    6. Richard, en dehors de l'épicentralité de TREIGNAC, il ne faudrait pas oublier l'hospitalité de l’hôte. Il nous a laissé disposer de son outil professionnel comme de sa propre maison, et rien que ça justifie le maintien de ce lieu de rencontre.

      Supprimer
    7. Oui, tous derrière Jan Lou !

      Supprimer
    8. De tout coeur avec toi Janlou ...

      Supprimer
  35. ce qui doit être fait , a été fait !

    RépondreSupprimer
  36. Jan Lou, Gariguette, Tautor : on fait corps avec vous. Liés. Soudés. Il y a des mauvais moments à traverser. Faire le dos rond, laisser passer. Lire. La lecture est une thérapie. Bibliothérapie. Il parait que la poésie aide à tenir quand ça tangue. Hugo.

    RépondreSupprimer
  37. En ce temps automnal, y a malheureusement de la grisaille. De tout coeur avec toi Janlou en ce moment difficile et soutien dans le ruck tourmenté, à Gariguette et Tautor.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tautor, Gariguette,

      De tout coeur avec vous, après un placage, on se relève et marque un si bel essai.
      l'équipe vous attend avec impatience pour que nos essais soient encore plus beaux.

      Supprimer
  38. Nini, chez nous c'est cep...tique. Donc achat sur le marché.
    Juste petite rectification, chateau Bouscassé d'Alain Brumont c'est Madiran et pas Buzet.
    Sinon le coteau du layon c'est pas non plus un vin sans prétention, sauf qu'on aime ou pas ce style de moelleux.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, oui, oui Madiran, mais voilà à trop abuzet de la dive bouteille on se mélange les flacons.... Merci d'avoir rectifié.
      De tout cœur avec les Quinconces en peine, groupons-nous et demain ............
      Oui Tchernobyl s'est pas arrêté en voyant qu'il allait abîmer notre beau pays de France, certes mais les cèpes sans doute pas plus mauvais que toutes les saloperies sur les étals, même s'il ne vaut mieux pas faire son marché ou sa cueillette muni d'un compteur Geiger !!!!!!!!!!!!!!

      Supprimer
  39. Vu que RCT a battu SR après une bonne et belle empoignade, si quelqu'un d'ici l'a vu, quelles impressions ????

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Toulon attaque en force, LR qui a repris le sens du vent mais échoue sur la plage devant l'embut avec son 2e ligne qui rentre sa course et vient pêter sur Belleau qui se laisse pas impressionner et d'un autre toul au nez. S'il avait essayer de passer plus extérieur, peut être que... Au final LR maté, dans un bon match. De l'envie, du suspens, bien quoi.

      Supprimer
  40. NINI
    toulon bien meilleur en 1ere mi temps
    on a meme vu un bastareau collectif passeur inspire
    par contre les rochellais bien timides se sont repris en seconde mitemps notament par ces 2 diables d ailiers pleins de crochets et d esquive
    une fin de match captivante et au final une belle victoire du rct et des cepes tions certaines pour les forcats charentais

    RépondreSupprimer
  41. Et maintenant Racing-Lyon. Après Afsud-Australie, très appréciable. Les Boks ont vraiment décidé de jouer tous les ballons, et leurs ailiers n'ont pas froid aux mains. C'est fou, ça, être capable en une année de passer d'une absence de style à un élan collectif assumé. Perso, je me suis régalé. D'accord, il y a du déchet mais c'est plaisant à voir.
    Maintenant, retour au Top 14 à Colombes dans le froid, la nuit et un stade presque vide entre une équipe à deux vitesses et une autre en composition mixte. A voir...

    RépondreSupprimer
  42. On dit rugby rugby, mais bon, même chez les pros ya des trucs chouettes.
    Quand on voit le capitaine Racingman Dimitri Szarzewski laisser entrer sur la pelouse de Colombes, seuls et devant, ses anciens coéquipiers François Van der Merwe et Virgile Lacombe, qui vont être ses adversaires quelques minutes plus tard.
    Moi, ça, ça me touche et ça me plait. Voila.

    RépondreSupprimer
  43. Enorme Iribaren. 5ème ballon et il s'échappe, et assomme Couilloud. Fort ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et en plus il ouvre le score...

      Supprimer
    2. Immense relance. 90 m. Imhoff : quel génie. Et la passe coudée de Vakatawa pour Dupichot. Une merveille. Dix minutes et déjà un régal. J'ai bien fait de rester...

      Supprimer
    3. Et à la pause c'est le LOU qui mène avec ce diable de Michalak à l'inspiration et Palisson à l'interception. Comme quoi on fait toujours de bonnes soupes avec les vieux...

      Supprimer
    4. Entre le miche à like et le polisson...

      Supprimer
  44. Au final
    Victoire du LOU
    Mérité
    Avec un supplément d'âme
    Esprit d'équipe
    Rugby quoi...

    RépondreSupprimer
  45. Ca fait plaize pour le LOU, pour la région, et j'aime pas le jeu du Racing en règle générale qui manque de collectif et s'appuie sur des individualités comme Imhoff ou Irribaren qui est allé se perdre dans cette équipe. Les Patous ont de plus en plus de difficultés à maintenir leur troupeau dans le bonheur du pré, et qui s'est bien fait attaquer par le loup.

    RépondreSupprimer
  46. Richard
    je ne savais pas que Don Diego de la vega dominguez avait eu un fils ; pas avec Bernardo je suppose ?
    Le fils joue à Lyon ? Une raison a cela ? Car si ma mémoire est bonne le père était estampillé SF!
    Bon dimanche

    RépondreSupprimer
  47. Via Mignoni
    Ce Piero a du talent

    RépondreSupprimer
  48. Richard. Notre Maison close est bien aérée.
    Nini. Lu avec gourmandise, à condition qu'il n'écrive plus "je vais être bref".
    Jan Lou. Venant de passer par là, je te souhaite beaucoup de peine, celle de l'hommage posthume.
    Coteaux du Layon. Un miracle de la nature. Et pas très cher.
    Anagrammes. Amusants et éburnéens (qui cassent les burnes).
    Treignac. Ma femme ne devrait pas accoucher à cette époque.

    RépondreSupprimer
  49. En retard mais mieux vaut que .... Jean Lou , Gariguette , Tautor bien entendu !

    RépondreSupprimer
  50. Petite info, comme ça, en passant.
    Record de pages vues (un peu plus de 18 000) ce mois-ci depuis que L'Equipe nous a mis dehors et que nous avons créé notre propre crémerie.
    Côté Ouvert est davantage qu'un blog : c'est un club-house.
    Merci à vous d'avoir tonifié ce concept unique, qui va du virtuel au réel.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Voilà qui fait plaisir à lire, Richard.
      Petit voeu en passant : que les simples lecteurs laissent un petit mot.

      Supprimer
    2. 18 000 à Treignac 🤔👍🏈🏈🏈

      Supprimer
  51. https://actu.fr/occitanie/toulouse_31555/toulouse-journaliste-revele-affaire-laporte-altrad-publie-enquete-derives-rugby_12747772.html?utm_campaign=Echobox&utm_medium=Social&utm_source=Facebook
    Quand Kallenbrunn pointe du doigt un rugby qui va compter beaucoup d'invalides pros ou amateurs ... Et il ne sait pas tout loin sans faut ....
    Charles, à tes côtés à titre posthume et pour l'accouchement dis nous on s'occupe des dragées et de la nounou pour Treignac ... 😉👍🥂🏈🏈🏈

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. L'accouchement, c'était du second degré et du mauvais goût mélangés. Amène malgré tout des dragées, j'fumerai moins.

      Supprimer
  52. 18 000 lecteurs, des tribunes quasi pleines à Wallon ou ailleurs ! une majorité silencieuse néanmoins qui n'ose prendre la plume pour le bien du rugby c'est bien dommage quelque part et je les exhorte à faire comme nous ou comme chaque fois qu'il pense rugby en lisant une revue, un journal, en se déplaçant au stade, en pratiquant comme joueurs, entraîneurs ou éducateurs ou pour le simple plaisir d'être ovalesque! Ecrivez, même si vous ne partagez pas nos avis, qu'importe, le rugby sera gagnant bien plus que le silence mortifère à bien des égards...
    Les "Quinconces", un blog devenu club house lui même transformé en stade ! Génial non ?

    Allez, plus de réticence, venez penser, réfléchir, construire le rugby de demain celui qui nous a quelque part guidé à un moment de notre vie pour notre plus grand bien. Partagez le.

    RépondreSupprimer
  53. Je vais être bref: j'aurais pas dit mieux, allez viendez, le vestiaire n'a pas de murs, le terrain pas de lignes, l'arbitre est d'une compréhension au-delà des mots et gros de devant comme fluets de l'arrière aussi prompts à la relance qu'à déguster un IROULEGUY de derrière les fagots, le staff médical rempli d'empathie et la gent féminine délicieuse. Alors, pas d'hésitation.

    RépondreSupprimer
  54. Comme tu as raison, Tautor le maieuticien, d'aider à accoucher les esprits silencieux ...

    En matière de management, il se dit volontiers, plutôt sous des cieux moins hexagonaux que le nôtre, qu'une décision assumée, même mauvaise, vaut bien mieux que pas de décision du tout.

    Il y a peut être un peu de ça sur le blog de Richard où le niveau des contributions, synergie consensuelle ou en réaction, demande un niveau élevé de disponibilité et surtout de surmonter sa propre réserve ou humilité.

    Au delà de ces blocages que je connais bien, il peut y avoir aussi qu'on estime à juste titre que l'on n'a ni les prérequis, ni l'envie d'ajouter un commentaire ou un avis sur des topics où l'on ne se sent pas légitime.

    Par exemple, sur toutes les thématiques que l'on pourrait lier à l'intelligence du jeu, que peut apporter mon vécu de remplaçant quasi statutaire en universitaire, puis en corpo, puis en séries - y avait encore des réserves, enfin qq'unes meme en 2ème voire 3ème série - et enfin chez les vétérans?

    Le rugby dont on parle ici est qd même celui de l'élite, qu'elle soit gallique, 6N ou SH

    Les topics ou je peux 'intervenir, même en rentrant par le côté, sont ceux qui abordent la thématique "sociétale" à défaut d'autre expression mais pas au sens de nos chers sociologues (blanc à gauche et noir, forcément noir dès que l'on peut classer item ou collectif à droite d'une bien-pensance globale).

    Or, l'évolution du positionnement économique, sociologique et même politique de l'élite du Rugby pris au sens large et des tensions et mouvements structurels qui le secouent et qui impactent les 99% de pratique non-élite me paraissent aussi mériter analyse et débats qui ne peuvent se limiter à critiques af-hominem ou "repli" désenchanté sur le rugby territorial et les pratiques des EDR.
    (Fin -provisoire ou pas- du pensum)

    Sinon en guise de clin d'œil à Tautor et de question à Ritchie : 18000 bloggers, c'est impressionnant mais on n'est pas tous ensemble aux Sept Deniers "le dimanche à quinze heures" . 18000 visites, Ritchie, c'est sur le derniers mois ou le cumul depuis "Exodus"?

    Et bien sûr en relance de l'en-but, en passe croisée avec Tautor, soutien à nos amis dans le dur, Gariguette et Jan Lou.

    RépondreSupprimer
  55. Attention quand même, ne vous emballez pas trop. 18 000 pages vues ne signifie pas 18 000 lecteurs.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je n'ai pas de statistiques sur les visiteurs uniques.

      Supprimer
    2. D'après ce que j'en sais, ça doit tourner autour de 6 000. Une très bonne affluence d'un match de ProD2. Ou alors un match du Racing à Colombes...

      Supprimer
    3. ou alors 10 lecteurs fidèles compulsifs qui cliquent 1800 fois 😎 Je passais juste dire ( surtout à Georges ) que j'avais voté Iribaren au moins 4 fois dans le sondage de Ritchie - ouais j'ai triché - et j'ai bien fait car il est de plus en plus imprévisible ... et par là même précieux 😎🍓

      Supprimer
  56. Même 6 ooo ne boudons pas notre plaisir !

    RépondreSupprimer
  57. 18.000/6.000. A mon actif, je compte six milliards de personnes qui déclarent se foutre éperdument de mézigue. Pas mal, non ? Evidemment, c'est difficile, mais tant que l'on ne mettra pas de critères qualitatifs, ces stats m'indiffèreront. On a compté seulement quelques blessés parmi les fans des Dogues, ce qui signifierait que Lille est la ville la plus intelligente d'Europe. Loin devant Bruxelles ou Bastia.
    Cela me rappelle les blogueurs qui soulignaient non sans commisération qu'en Nouvelle-Zélande les stades du Super 15 n'étaient pas pleins !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et le prix du cheval borgne, il t'indiffère aussi, Charles ?

      Supprimer
  58. Je sais, je suis lourd -autrefois, c'était un compliment pour un avant, mais maintenant il faut en plus courir le 100m en moins de 11" , ce qui n'a jamais été mon cas et 100 m d'une seule foulée sur un terrain n'a pas du m'arriver non plus-
    Donc je suis lourd mais ne comprend toujours pas les 18000 visiteurs : c'est de quand à quand ? Durant le mois de Septembre 2017 ou à partir de l'origine (pas du monde, faut pas pousser le peintre d'Ornans dans le buisson), donc depuis la migration céans ?
    Si c'est depuis la migration, c'est déjà beaucoup de visites, jusqu'à une centaine par jour en peak, c'est ça?
    Si c'est sur le dernier mois, c'est purement époustouflant : 600 par jours en moyenne...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est ça, Snail. Environ 650 par jours.

      Supprimer
    2. Treignac entre le 20 et le 22 avril c'est possible, Snail ?

      Supprimer
  59. Un petit (pas tellement après relecture) mot sur le sujet de la formation et de son devenir, pour témoigner de ma petite expérience locale d'éducateur.
    Je me suis joins à une bande de doux rêveurs il y a 5 ans pour monter de toutes pièces une EDR.
    Nous partîmes confiants avec 18 gônes (indice géographique) et par un prompt renfort nous nous retrouvâmes cette année avec plus de 140 inscrits, de U6 à U14.
    Au point d'être à saturation de notre tout petit terrain (les joies du milieu urbain footbalisé).
    On n'a aucune prétention autre que celle de faire aimer ce sport, comme on y a accroché à notre tour étant enfants, et c'est précisément cela qui nous amène autant d'enfants en si peu de temps.
    On a certes un bassin de population très important mais sociologiquement assez éloigné (pour rester mesuré) du "rugby terroir" des clichés (on est plutôt tofu et graines germées que confit et garbure) . Nous faisons également face à une offre alternative au rugby elle aussi très variée.
    Et pourtant bien que partant de zéro il y a 5 ans, nous avons quasi doublé nos effectifs tous les ans, avec comme leitmotiv de la part des parents, cette simple prétention affichée : faire aimer ce sport sans se préoccuper du résultat. des enfants sont là parce que les autres clubs du coin les ont refusé après des sélections (en U8 !!) ou ne le convoquaient pas aux plateaux parce que pas assez "bons".
    On pourra m'objecter que quand on n'a qu'une EDR et rien d'autre, on peut se permettre de tout miser sur le plaisir de jouer et qu'on n'a pas d'histoire à défendre. Peut-être. Mais les gosses de l'EDR ne sont pas là pour assumer la renommée glanée par (très) lointains ancêtres, ce qui amènerait un débat sans fins sur l'identité du jeu tel ou tel club mais ce n'est pas vraiment mon propos.
    Et si on a fait rire les premières années sur les plateaux, précédés par notre image de gentils "bobos" privilégiés, l'implication de nos gamins et de leur parents née du plaisir pris à jouer au rugby (le vrai, celui où les 10 joueurs touchent le ballon et ont le droit de se tromper sans être sortis du terrain) à amené des résultats sportifs qui ont effacé les sourires narquois.
    On a quasiment pas de "perte en ligne" d'une saison sur l'autre grâce à cette pourtant simple ligne directrice : prendre du plaisir à jouer au rugby.
    Sans fanfaronner (mais un peu quand même), nos gamins n'ont jamais pleuré à la fin d'un match. Jamais. Et pourtant, on a vécu des après-midi "compliqués" mais ils ont toujours tenté de jouer et de s'amuser.

    Vu d'un bord de terrain U10, la plaisir c'est la clé de la formation. C'est, à mon humble avis, le seul moyen d'assurer un vivier suffisant duquel pourront peut-être émerger ensuite quelques talents qui pourront jouer à haut niveau. Et sinon au moins ça fera de belles bandes de potes.
    A nous aussi, sur le terrain, de faire et de faire faire la part des choses entre ces qui se passe chez les "grands" et nos enjeux d'éducation.
    Vouloir redorer la vitrine, c'est bien mais ça ne se décrète pas : si les ouvriers ne fournissent pas les bons composants ou des composants incompatibles, le produit fini restera de mauvaise qualité.
    Je me prends parfois à rêver qu'un projet fédéral unifié voit le jour mais surtout qu'il soit appliqué pour de vrai.
    Je n'ai pas la prétention de faire sortir de mon EDR des futurs pro mais comment peut-on raisonnablement vouloir utiliser l'Equipe de France produisant un jeu séduisant comme vitrine si chaque club peu former ses joueurs comme il l'entend, qui avec une philosophie de jeu d'avants, qui "large-large", etc...


    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. LULU, on te voit à Treignac mi avril ?

      Supprimer
    2. Lulu,

      Je parle d'un temps que les moins de 20 ans ne peuvent pas connaitre.

      Mon fils jouait à Chevreuse et quelques fois j'entrainais les gamins quand l'éducateur n'était pas là.

      Mais je l'ai aussi suivi sur les plateaux de ses 7 à 14 ans tant que mon fils jouait à Chevreuse. Je ne me souviens pas que les enfants pleuraient, c'était plutôt bon enfant.
      Alors peut être qu'en 20 ans cela a changé mais c'est sûr qu'en plus de la pression de l'école si les éducateurs mettent la pression des résultats, je comprends la désertification des EDR.

      Petite anecdote
      Je me souviens d'un gosse qui jouait talonneur parce que son père jouait talonneur, il m'a dit, un jour, j'aimerais jouer 9, je lui ai dit "vas y mon gars " et les autres gamins n'ont rien dit, il n'était pas très bon mais je crois qu'il s'est amusé, nous avons perdu pas mal de balle, mais le gosse a souri car il avait essayé, puis a dit aux autres, "bon, je rejoue talonneur" et tout le monde s'est marré.

      L'éducateur comme tous les membres de l'EDR nous voulions qui prennent du bon temps, il y avait même des gouters le mercredi et le samedi après-midi où tout le monde restait même les parents.

      Supprimer
    3. Pour rendre aux césars ce que leur revient, c'est un discours très fort que nous on tenu nos formateurs lors de notre formation d'éducateur : ne surtout pas enfermer les gosses dans un poste, parce qu'on ne sa pas comment il vont évoluer et qu'on est là pour écouter leurs envies. On a des gamins taillé comme des crevettes malingres qui ne rêvent que de "pousser devant ", ben ils y vont. Ils se font renvoyer mais tant pis, ils sont contents.

      Supprimer
  60. Lulure de Paname,

    Que ça fait du bien de te lire, de sentir cette fraîcheur et cette humanité au service des enfants et du rugby, de savoir que le plaisir sur le gazon est le moteur du jeu et que les éducateurs prennent leurs pieds avec leurs chouchous et leurs parents ! Vous méritez plus qu'un trophée remis par Albaladéjo, Villepreux, Rives ou un de vos idoles ! Que notre presse spécialisée (Fair Play en particulier) montre qu'on n'a pas besoin d'une bétonneuse, d'un agent immobilier, de la télévision ou de sponsors, de rapetous ou de grigous pour éveiller des jeunes pousses à notre cher sport ovale ! De 18 à 140 en 5 ans, Chapeau bas Messieurs Dames ! Quand je vois à Beaumont de Lomagne que le club a fait le contraire en 5 ans avec l'école de rugby ... snif snif ...
    Vous méritez la médaille voir le prix des "Quinconces" tellement c'est ouf votre histoire ! Je suis que notre groupe est derrière vous et que pour Treignac nous allons cogiter grave sur les prix et médailles à décerner !!!

    Lulu, tu vas être lu par 6 000 "Quinconciens" au bas mot Bravo !!!

    RépondreSupprimer
  61. Belle philosophie de formation, qui commence "au près" et s'étend depuis "large-large".
    Mais c'est Paname. Et tu les attires avec des chocolats à la fin des entrainements, tes p'tits (l)U ??

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. alors pour détromper tout le monde, le "pseudo" n'est plus d'actualité suite à une mutation sur Lugdunum. mais j'ai la flemme d'en changer ;)

      Supprimer
    2. Tss tss, on avait bien compris, quand tu parlais de tes gônes (que tu travaillais désormais dans le bouchon, le tablier de sapeur, le tout arrosé par le Rhône, la Saône et le Beaujolais de rigueur...) !!

      Supprimer
  62. http://sport24.lefigaro.fr/rugby/top-14/actualites/professeur-jean-chazal-on-atteint-les-limites-de-l-organisme-878812
    Enfin quelqu'un qui dit un pan de vérité sur les commotions ce n'est qu'un début. Sera t-il fédérateur et pourra t-il éviter la triche ? Pas sûr .. à suivre sous peu .. j'espère qu'il nous lit car c'est ce que je dénonce depuis longtemps mais lui est Pr 😉👍🥂🏈🏈🏈

    RépondreSupprimer
  63. Pas le 1er qui dit la vérité. Mais, il faudra bien s'exécuter...
    Et ça aussi pour compléter : Paul Goze qui s'engage...
    http://sport24.lefigaro.fr/rugby/top-14/actualites/commotions-le-rugby-au-bord-du-k.-o.-878816

    RépondreSupprimer
  64. de commotions en commotions
    de collisions en collisions
    que reste t il du rugby d emotion d antan
    quel l on fonde toute cette stupide fonte
    debout la fronde(thierry)

    RépondreSupprimer
  65. "Bien sûr j'ai d'autres certitudes
    J'ai d'autres habitudes
    Et d'autres joueurs sont venues
    Les muscles bandés et les mains nues
    Bien sûr
    Bien sûr j'ai scandé leurs noms
    J'ai aimé leur rugby rébellion
    Et j'ai partagé leurs frissons
    Mais de commotions en commotion
    De coups de boule, de cout du sort
    Jamais encore je te le jure
    Je n'ai pu oublier ce sport
    Mais de commotions en commotions
    De coups de boule, de cout du sort
    Mon rugby avec sa vrai nature
    Je l’aim' encore
    Bien sûr du soir au stade blême
    Ce rugby vraiment que la haine
    Ces évitements que nous avons connus
    Maintenant faut mettre l’adversaire sur le cul

    Bien sûr
    Bien sûr Tautor c’est pas beau
    Mais le ST était en haut
    Et moi je trouvais cela beau
    Mais de commotions en commotion
    De coups de boule, de coup du sort
    Jamais encore je te le jure
    Je n'ai pu oublier ce sport
    Mais de commotions en commotions
    De coups de boule, de coup du sort
    Mon rugby avec sa vraie nature
    Je l’aim' encore
    Bien sûr j'ai arrêté de le regarder
    Avec ces monstres que tu ne peux éviter
    Entre ces jeunes de mauvais vieux
    Souvent pour rien, pas pour le jeu
    Bien sûr
    Bien sûr je suis au quinconce
    Tous les maux que je dénonce
    Je le dit avant que l’on m’enfonce
    Mais de commotions en commotion
    De coups de boule, de coup du sort
    Jamais encore je te le jure
    Je n'ai pu oublier ce sport
    Mais de commotions en commotions
    De coups de boule, de coup du sort
    Mon rugby avec sa vrai nature
    Je l’aim' encore"

    Le Gé le Lama Doué :-)

    RépondreSupprimer
  66. Ritchie, je te réponds en retard sur 2 topics plus hauts :
    Treignac : depuis nos SMS croisés, toujours pas d'info sur les dates de vacances de nos petites filles down-aside, et donc des nôtres; donc je confirmerai asap ...
    650 visites / jour le mois dernier ! tout à fait estomaquant !
    ce qui met en évidence l'intérêt suscité par ce flux d'échanges dans un cercle beaucoup plus vaste que celui des bloggers-contributeurs... et probablement aussi des gisements d'idées ou de points de vue pas encore partagés. Bravo à toi pour être à l'origine de tout cela.

    Pas le temps aujourd'hui d'aborder, en liaison avec l'actualité et les posts récents sur les commotions, les corrélations possibles entre évolution de la fréquence et gravité des accidents (ligamentaire, osseux, cérébraux), même chez les cadets, avec l'athlétisation de la population sportive, mais aussi avec la "dérégulation" économique et éthique du haut niveau, en France comme chez les autres sujets de la World Juice Cy. De plus, il y a des bloggers bien plus au fait de ces questions.

    j'ai toutefois le pressentiment que les gardiens de la règle se sont conduits de façon infantile, c'est à dire en réagissant en retard aux constats des dégats et non en anticipant l'adaptation des règles du jeu, évidemment, mais surtout celles des structures, laissant ainsi le champ libre aux appétits de sports spectacle des nouveaux financeurs (propriétaires, "partenaires", médias) galliques, celto-saxons ou de l’hémisphère sud.

    A l'exception remarquée de la Rochelle et de la Nouvelle Zélande, bien évidemment ...

    RépondreSupprimer
  67. Contrairement a ce qui a été dit l'interview de Tchale-Watchou dans le Figaro parait intéressante sur beaucoup de sujets du futur du rugby...des raisons d'espérer.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. D'accord avec toi Michel
      A tout à l'heure au pied de la statue de Danton...

      Supprimer
    2. http://sport24.lefigaro.fr/rugby/top-14/actualites/robins-tchale-watchou-ne-pas-subir-l-evolution-de-notre-sport-878819 pour juger sur pièce ...
      Je ne sais pas ce que tu désignes avec ce "contrairement à ce qui a été dit " mais pour ma part je
      le trouve très démagogique ; on dirait qu'il se prépare pour une élection ou un poste à la Fédé exemple " Il faut déjà commencer par faire un réel état des lieux. " classique ...et aussi une commission avec un comité ? Ou encore ceci "Maintenant, il faut traiter ce problème avec un peu de recul et de hauteur si on veut apporter des solutions pérennes. " LANGUE DE BOIS ! Et des contradictions à la pelle ainsi : "Chacun doit prendre sa part de responsabilités. A partir de là, on peut travailler ensemble et construire."Bien ça ..."construire " et puis ça ne mange pas de pain ... la suite me laisse perplexe : " Après un état des lieux, chacun pourra voir ce qu’il a à faire, quel est son pré carré " hou la ! "pré carré " ça va pas trop avec "construisons ensemble " ou bien je me trompe ?
      Je reste même pantoise devant des affirmations de ce type : "Le rugby n’a pas été capable ces 20 dernières années de créer une véritable star, une gueule. " je ne pense pas qu'on "crée" une star, elle surgit du fameux inconscient collectif ou alors c'est une créature "pub" genre Chabal et ses poils, du fabriqué pour vendre des produits .
      Sinon le reste c'est enfoncer les portes ouvertes " Souvent, les choses qui ne sont pas dites sont les plus importantes." gnagnagna ... Ca je l'ai lu dans ELLE au moins 200 fois ! ( oui j'aime la philosophie ! ) Sa conclusion est effarante de la part d'un syndicaliste -sic : " Si on joue moins, les dirigeants ne peuvent pas payer plus. S’ils paient plus, il va falloir qu’on produise plus, il n’y a pas de secrets." .... Alors que les joueurs se plaignent déjà des cadences infernales du Championnat !! Mais au juste il défend qui ? Plutôt eu l'impression qu'il s'écoutait parler . Et comme il use et abuse de tournures impersonnelles " il faut " "chacun doit " ... c'est assez insipide .
      Pas vu non plus de raisons d'espérer, plutôt un catalogue de lieux communs rebattus depuis des années . On attend un tribun, on a de l'eau tiède comme d'habitude . Mais bon ... le monde du rugby est frileux, il fera l'affaire ... puis des affaires .... comme tout le monde !
      PS : je me relis et me trouve un peu sévère ... bon OK il a de beaux yeux Robins !😉

      Supprimer
    3. Plutôt pas d'accord.
      Sur le plan des commotions, il est intéressant de comparer ce que dit Tchale-Watchou avec ce que dit le professeur Chazal dans ce même Figaro: pas vraiment le même avis sur la dangerosité du rugby actuel de haut-niveau...
      Ce qui me gêne, c'est cette forme d'acceptation de l'évolution du rugby; Tchale-Watchou: "on ne peut pas revenir en arrière en disant «c’était mieux avant». Par contre, on peut décider de ne pas subir l’évolution de notre sport. On peut décider d’être acteurs de cette évolution-là. Mais il faut qu’on se dise les choses et qu’on travaille de pair. Pas plus, pas moins. Il faut faire avec notre temps. Notre sport, son économie ont évolué, les gens veulent voir du show, du spectacle".

      Il me semble qu'à tenir ce discours-là, rien ne va changer. Faut être logique: "travailler de pair" avec un Boudjellal ou un Altrad, au vu de l'outrance économique et financière qui est la leur pour arriver à leurs propres fins (pas nécessairement liées au sportif), c'est illusoire et même naïf. Si cette évolution n'est pas clairement modifiée, au milieu de tout ça, l'avis des joueurs ne comptera pas, ils n'auront d'impact que par la rémunération de plus en plus élevée que leurs agents obtiendront des clubs (ou des impacts physiques sur le terrain que rien ne semble pouvoir faire diminuer); il y aura donc toujours plus de casse, plus de laissés en route, et un fossé de plus en plus large et profond entre le rugby pro (qui se "professionnalisera" de plus en plus dans les échelons inférieurs, avec toutes les dérives que ça entraîne), et le monde du rugby amateur, qui restera le seul dans lequel les valeurs de ce sport qui nous sont chères pourront éventuellement perdurer.

      Supprimer
    4. Encore une fois, je suis d'accord avec Gariguette, INSIPIDE.

      Quand nous voyons le 4 Nations, le rugby évolue dans le bon sens, nous sommes dans l'évitement plutôt que dans le casse brique.

      Si le rugby veut retrouver son âme et des licenciés et je pense que les NZ l'ont compris , nous serons obligé de revenir au jeu d'évitement et d'intelligence.

      Le rugby à 15 est un jeu d'échec, les AFSUD l'ont dévolu en un jeu de Football américain ou de XIII. Je me souviens de ces entraineurs qui n'avaient comme exemple la NFL et le 13 (d'ailleurs les nouvelles techniques de plaquage viennent de là)

      SI nous voulons que tous les gabarits reviennent au rugby alors prônons comme les AB ce jeux de mouvement avec ces lutins qui font des accélérations et contrepieds.

      Il va revenir et là les jeunes vont se retrouver dans ce rugby là.

      Pour les commotions je ne vois qu'une chose, interdiction de plaquer au dessus de la ceinture.


      Supprimer
    5. @gerard sainson, l'interdiction du placage au dessus de la ceinture, c'est une bonne chose qui aurait également pour heureuse conséquence de faire disparaitre cette pratique absurde d'anti jeu qui consiste à coffre le porteur de balle debout et çà tuer l'action pour "gagner" une mêlée.

      mais regardons également les positions des plaqueurs : combien de victimes de commotions sont en fait des plaqueurs qui se placent mal et se mettent en dagner ?
      La règle ne peut pas trop les sauver (quoique...) mais la formation oui.

      Supprimer
    6. Rassurez moi, j'hante pas les écoles de rugby, mais apprend on tjrs à plaquer aux jeunes (ados on va dire) et aux jambes. Je me rappelle avoir appris vers 14 ans : en file indienne, chacun plaquant celui de devant en prenant la ceinture et se laissant glisser jusqu'aux chevilles. Et après, des lignes attaques/défenses.

      Supprimer
  68. Les têtes vont tomber 👍🏈🏈🏈

    RépondreSupprimer
  69. Pas certain qu'on est un jour avec Robinspierre Tchalé Atchoum une mise en place un d'un comité de salut public des joueurs. Ses formulations semblent très mesurées effectivement. Entre attention et intention, mais pas de quoi faire tomber les tensions ! En England, ils sont proches de la grève, à devoir jouer plus. Ils ont pris leur sort en mains.
    Sinon, déjà 700 000 € de facturations pour le comité français d'organisation CPM 2023. Et Atcher prend 120 000 € via sa société prestataire pour ses conseils organisationnels et réglementaires... Pas de quoi dérégler la machine encore ?? La commotion sera pour après...

    RépondreSupprimer
  70. lu un bon article sur les stats et leur impact sur les joueurs (Equipe) réflexion de Galthié, "le rugby restera un sport d'hommes et non un sport de robots " . Soit .
    Mais les hommes sont-ils toujours des hommes ? je me pose la question ayant lu par ailleurs ceci http://www.francetvinfo.fr/sciences/high-tech/les-implant-parties-vivre-avec-une-puce-electronique-sous-la-peau_1694021.html .... et là j'ai vraiment flippé grave comme disent les djeuns ! 👾

    RépondreSupprimer
  71. https://m.facebook.com/story.php?story_fbid=2003067536639077&id=1642537042692130
    Regardez bien la vidéo les arbitres, l' entraîneur, les marmites tombent, ils sifflottent et quand les humeurs s'arretent il intervient avec flegme ...un peu comme les gendarmes 😂😂😂 et le Fédéral planqué quelque part mais le rapport va être salé comme d'habitude ....

    RépondreSupprimer
  72. il ne manquerait plus que le Fédéral planqué vienne du Labourd pour séparer la Basse Navarre et la Soule. En fait, une histoire de famille de vallée à vallée. Ils se disputaient les coins à cèpes de la forêt d'Iraty, sans doute

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Philippe, on te voit à Treignac en avril ?

      Supprimer
    2. Je l'ai noté sur mon agenda, je vais sans doute venir avec ma femme, fidèle supportrice de Morgan PARRA et Jean Marcellin BUTTIN, donc théoriquement, on est partant. Après une année très compliquée, l'année 2018 devrait nous permettre de gouter aux joies des Quinconces

      Supprimer
  73. La lutte contre la violence croissante est la priorité absolue. Même les matches sans "protocole commotion' ni carton rouge laissent des séquelles où l'on chercherait en vain - même avec la mauvaise foi propre à l'Ovalie - quel bénéfice le jeu en tire.
    Les causes, déjà abordées ici, débordent largement du sport et même si il est exact que le foot US et le XIII sont de mauvais maîtres, ils sont eux-mêmes victimes d'un mouvement général. A quand des combats Fer 7-Bois 3 au trou 15 ?
    La lutte sera l'affaire de tous, joueurs, entraîneurs, dirigeants, corps arbitral. La suggestion d'interdire les placages au-dessus de la ceinture est inapplicable, car inopérante dans nombre de phases de jeu. A ce compte-là, supprimons les mêlées, on s'épargnera bien des fourchettes, des uppercuts et des talonnages dans la gueule.
    Dans la pratique, il ne s'agira pas de prôner un rugby "doux," mais d'exiger une adaptation. Inutile de revenir sue l'évolution des morphologies ou des performances athlétiques, les deux causes profondes du phénomène, mais uniquement d'en tenir compte. Quand un petit génie s'est aperçu que les routes étaient parcourues par des milliers de bagnoles allant plus vite que les réflexes et la raison cumulés, il a inventé les panneaux de limitation de vitesse. Et personne ne s'en est offusqué, bien au contraire. Chez nous, plusieurs approches sont envisageables, pourvu qu'elles réunissent un consensus. La notion de "jeu dangereux" doit être revue et probablement élargie. Un exemple un peu morpion :
    Une année (dans les sixties...), je me retrouve dans une Poule où sept demis de mêlée sur huit étaient des enfoirés d'1m,70 et 70 kg. Ils allaient de provoc' en provoc', ne se rendaient coupables personnellement d'aucun geste mais finissaient toujours par faire disjoncter les gros. Ils n'ont manqué aucun match, ne sont jamais allés à l'infirmerie et ont remporté l'applaudimètre. Pourtant, c'était eux qu'il fallait virer à coups de pompe dans le derche. Ils ont fait plus de mal au jeu que tous les cad-déb' n'ont fait de bien.
    Les arbitres doivent recevoir des consignes fermes sur "l'esprit", au lieu de se fabriquer une réputation à peu de frais en sanctionnant, vidéo aidant, un geste réflexe. Là encore, un seul exemple : vous savez comme moi qu'il est une équipe nationale célèbre qui ne prend - très officiellement - en considération les troisièmes lignes côté ouvert à la condition qu'ils fassent au moins 199 kg et qu'ils courent le 100 m en moins de 11 secondes. Mais l'arbitre, lui, doit continuer à suivre Crauste, Moncla, Lira et Rupert ? Et veiller à ce qu'ils plaquent ou soient plaqués au-dessous de la ceinture !
    C'est l'esprit qui a créé le rugby, l'esprit qui nous y a amenés, l'esprit qui le sauvera.

    RépondreSupprimer
  74. Lire 100 kg et non 199. Vous aurez rectifié...

    RépondreSupprimer
  75. Entièrement d'accord avec toi, Charles.

    Les morphologies, on ne les changera pas, mais on peut aussi (ré)éduquer à un rugby où les petits gabarits auront leur place. Et pas à la marge comme maintenant.
    Les performances athlétiques peuvent aussi s'infléchir en travaillant beaucoup plus sur les courses, la résistance et la technique collective que sur la force pure en soulevant de la fonte à gogo. Quand on voit jouer les néo-zélandais, on voit de suite qu'ils ont intégré ça (*).
    C'est donc comme tu le dis une question d'état d'esprit.
    Dans la conduite du jeu par le corps arbitral, certes, mais aussi la conduite du jeu par des joueurs éduqués et entraînés à un rugby d'évitement, de position et de technique collective plus que d'affrontement purement physique et destructeur.
    Ça n'empêchera pas les chocs et les commotions, mais ça les réduira nécessairement.

    (*) je nuance tout de suite: même dans le rugby néo-zélandais, les commotions sont un problème. Qu'ils traitent comme tout ce qu'ils font avec le rugby: avec professionnalisme. Eux.

    RépondreSupprimer
  76. http://www.rugby365.fr/divers-rugby-genere-milliard-deuros-leconomie-francaise-6327850.html

    L'économie du rugby génère 1 milliards d'Euro.

    Il suffit de mettre 1% dans les EDR une taxe de 1% comme celles des billets d'avion.

    RépondreSupprimer
  77. Puisque effectivement les clubs ont un impact important et sont des acteurs de tout premier plan avec entre autre une mission sportive (forcément), ils devraient être sensibilisés ou se sensibiliser davantage et agir véritablement sur le devenir de ce sport en terme de violence...
    Et vaut peut être mieux miser des centaines de milliers d'euros là dessus que pour l'attribution d'une CPM, pour l'instant.

    RépondreSupprimer
  78. En fonction de l'augmentation des gabarits et de la cinétique des joueurs, il est louable de vouloir les protéger. Aussi, lorsqu'un certain joueur de Toulon est constamment en retard, d'où ses plaquages au niveau de la gorge, il est normal qu'il soit sanctionné. Par contre lorsque Ashton plaque l'adversaire en enroulant son bras autour de son épaule, sans même attrapper son coup, je comprends moins la faute.
    Lorsqu'un joueur est sanctionné pour plaquage à retardement après usage répétitif de la vidéo au ralentie, il y a parfois rien de scandaleux si la même action était visionnée à vitesse normale. On peut pas reprocher à un joueur d'anticiper, d'être "agressif" défensivement, et une fois lancé il n'est pas en mesure de changer de cible. A tel point que j'ai vu récemment MA'A NONU, non sans malice, demandé à l'arbitre s'il jouait toujours bien au rugby. Donc, à force de vouloir protéger les joueurs, il vont finir par jouer à "toucher". D'où je suppose l'idée d'un arbitrage "à l'esprit" pour éviter cela. Mais là, on ouvre la porte à toutes les interprétations et il faut bien admettre qu'il faut des règles, reste à savoir lesquelles.
    Je propose par exemple d'interdire dans les regroupements toutes percutions sur un joueur qui dispute le ballon (même en faute), et encore plus toutes percutions sur un joueur à proximité du regroupement, sans même y participer.

    RépondreSupprimer
  79. Pour ta toute dernière proposition, Lulure, soit venir percuter un joueur a proximité d'un regroupement, c'est à dire pas trop loin (quoique des fois...), comme dirait Boby Lapointe, hé bin c'est déjà dans la règle.
    Sauf que les arbitres ne sifflent que lorsque le soutien fait un plongeon de 3 mètres sous leur nez (et encore).

    Les rucks aujourd'hui, c'est comme les touches y'a 40 ans: tu fermes les yeux avant, tu siffles pendant, et quand tu revois les images après, y'a au moins 3 ou 4 fautes... le premier truc étant que contrairement à la règle, personne ne reste sur ses appuis.

    Donc il faut le dire et le redire, mais pour rendre le jeu plus clair et fluide, et moins "physico-physique" et dangereux, commençons donc par appliquer les règles existantes.

    RépondreSupprimer
  80. Merci Pipiou, pour moi maintenant c'est plus clair. Autre interrogation de ma part. Pourquoi pour maintenir un joueur debout, on peut lui faire une jolie cravate, alors que dans le jeu courant c'est interdit?

    RépondreSupprimer
  81. En école de Rugby, le réglement est de plaquer entre la ceinture et les chevilles. Pourquoi ? parce que, de face, on ne peut qu'accuser le placage, utiliser la vitesse du porteur pour le faire tomber. le problème, c'et que les pros ne se baissent plus pour plaquer, pour bien enquiller le mec, l'empêcher de passer et lui coller un beau défi quitte à se prendre un cul. Alors les petits font pareil, et là, soit l'arbitre connait les règles du rugby digest, et il y a faute, ou bien, l'éduc arbitre comme à la télé et c'est cartouche.
    Les morphologies changent, il est juste temps d'insister sur les techniques autorisées et sanctionner les autres.
    On dit que le rugby est un sport de combat, la boxe est un sport de combat et des Ray Sugar Leonard ou Oscar de la Hoya ont été champions du monde en évitant les coups contrairement à Tommy HEARNS Marvelous Marvin qui partaient à la confrontation.
    On peut aussi accepter le combat au rugby en jouant l'évitement et franchement, on n'arrête pas de dire aux gamins qu'il est préférable de passer à côté d'un arbre plutôt que de rentrer dedans, question de bon sens. Un peu comme les AB, actuellement

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il y a 2 types de boxeurs : les techniciens et les puncheurs. Quand un bon puncheur touche il écroule son adversaire, mais il s'ouvre aux coups aussi. L'évitement fait partie de la panoplie du technicien. Après c'est le bon rapport entre technique, punch et encaisser les coups.

      Supprimer
  82. Premier point d'un possible consensus : réclamer avec Pipiou l'application des règles existantes. Inutile sinon d'en proposer de nouvelles.
    Mais les règles ne feront jamais tout. Quand je vois (souvent) un "petit" s'agripper aux épaules d'un "gros" lancé et finir avec lui dans l'en-but, je me dis que ce gars n'a jamais vu jouer Gachassin. Il n'a pourtant enfreint aucune règle, d'autant plus qu'aucune ne sanctionne la mauvaise défense. Il a juste été con. Cette considération d'une haute valeur intellectuelle me fait penser au courage. Il en a toujours fallu un minimum, probablement davantage au défenseur qu'à l'attaquant et probablement davantage encore quand l'attaquant pèse son double quintal et abat le 50 m en moins de 7. Je suis convaincu qu'une étude (bien aléatoire) sur l'évolution du rapport courage/trouille nous éclairerait sur la violence actuelle. Il y a tout de même des matches où je me dis 't'as bien fait de raccrocher les crampons'. Ils me font réellement peur.
    Si le tabou de la peur était levé, bien des joueurs finiraient par reconnaître que c'est une trouille quelconque qui les amène à faire des gestes sanctionnables. Dans tous les domaines d'activité, sans exception, diminuer l'autre est sensé compenser ses propres carences. Au bureau, à l'usine, dans la rue ou sur le terrain. Rien de neuf là-dedans, sauf à rappeler que les performances physiques touchent désormais à un paroxysme. Il y a urgence.
    En outre, je me suis souvent demandé si les scores fleuves fréquemment enregistrés là-bas dans le sud n'étaient pas - aussi - dus au fait que les mecs sont parfois inarrêtables, sauf à mettre son intégrité physique en danger. "Encaissons cet essai, on leur rendra à la mise en jeu".
    Autant de raisons (il y en a d'autres) qui m'emmènent à parler d'esprit, donc inéluctablement à mettre la totalité des règles sur la table. Entre "jeu d'hommes" et "jeu de massacre", il doit y avoir un chemin. Seuls l'esprit le trouvera.
    PS. A cet égard, les errements de la formation initiale sont une terrible régression. Des siècles d'évolution pour en revenir à la loi brute du plus fort me choque. Quelle époque, ma bonne dame !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

      Supprimer
    2. Philippe,
      Charles,
      je retiens de vos commentaires 2 choses fondamentales : "il est préférable de passer à côté d'un arbre plutôt que de rentrer dedans, question de bon sens" et "dans tous les domaines d'activité, sans exception, diminuer l'autre est sensé compenser ses propres carences".
      "Des siècles d'évolution pour en revenir à la loi brute du plus fort " hélas, in fine, cela a toujours existé. Le monde animal en est un bel exemple et l'homme a du s'adapter à ce concept depuis la préhistoire. C'est pour compenser ses carences qu'il a créé des outils pour tuer les animaux plus forts que lui. Donc rien de neuf à l'ouest ! Aujourd'hui, pire que la force musculaire ou celle de la soi disante cervelle c'est l'argent qui pallie aux carences de l'homme et qui le rend fort (mon père appelait ça "des cons glorieux" ce qui voulait tout dire). Regardez tous les friqués du rugby français, sortez leurs l'argent, ils deviennent monsieur tout le monde et se noient dans l'indifférence. Hélas, le "monde amateur" trop crédule et trop cupide mais avide de pouvoir n'a pas compris qu'avec l'argent on achète tout y compris l'âme ! (voir l'âne bâté).
      De l'argent, on construit des ruines, il suffit de regarder l'histoire des peuples et des civilisations pour s'en convaincre. Loin d'être évangélique, notre rugby a besoin de foi, celle écrite sur ce blog ou ailleurs, celle de passionnés comme Lulu de Paname, celle de jeunes qui croient au jeu avant de croire à l'argent, celle qui vient du cœur et que l'on transmet sans compter. "Il ne dépend pas de toi d’être riche, mais il dépend de toi d’être heureux" Epictète.

      Supprimer
  83. Sinon, le basket français aussi se met en danger dans la gestion des joueurs étrangers...
    http://www.lemonde.fr/basket/article/2017/10/06/l-horizon-bouche-des-basketteurs-francais_5196890_1616663.html

    RépondreSupprimer
  84. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
  85. Si le placage "classique" aux jambes se fait plus rare, c'est aussi parce que les joueurs ne s'"offrent" plus comme avant et cherchent systématiquement le choc frontal. On comprend donc mieux l'"évitement" du joueur: non plus celui qui attaque, mais celui qui défend...
    En plus, défendre, ça a toujours été s'engager, et la tête la première. Vu la force des impacts (et la taille des cuissots de Tuisova), y'a de quoi hésiter sur l'orthodoxie du geste.

    Un autre point, c'est que maintenant tous les joueurs vont beaucoup plus vite; s'il y a tant de placages hauts, c'est peut-être aussi parce que les défenseurs sont souvent pris de vitesse. Or le bon défenseur, c'est celui qui est en avance sur le gars à plaquer: si tu es en retard, il a déjà pris de la vitesse, pour te déborder, te trouer ou te mettre... sur le cul à l'impact.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et pour être en avance, le défenseur doit anticiper, il se lance, et fini par faire un plaquage sans ballon, donc en retard, va comprendre....

      Supprimer