mercredi 6 septembre 2017

Carte de visites


S'il est un joueur dont l'aura demeure immaculée, c'est bien Pierre Albaladejo. Toujours la parole mesurée mais l'intervention tranchante ; le mot choisi pour une idée noble et le ton étale comme l'est une mer de bons sentiments. Son invitation à venir partager le pain entre amis une fois sa statue inaugurée m'a touché. De cette journée ovale particulière nous reparlerons sans doute dans Côté Ouvert à mon retour des Landes. En revanche, ce que je souhaite partager avec vous tout de suite, c'est la colère maîtrisée qui est le sienne au sujet des glissements de terrain qui saccagent ce que nous aimons.

Selon certains chroniqueurs, l'éthique serait un gros mot facile à employer, difficile à définir et trop utile puisqu'on y fourre ce qui arrange ou dérange, selon. Pierre Albaladejo n'est pas de cet avis. Ecoutez-le : "J’ai été président de la commission d’éthique de la FFR pendant six ans, commission créée par Bernard Lapasset. Nous étions six membres, dont Marc Vienot  et le professeur Escande. Cette commission a été complétement négligée sous Pierre Camou. Quand on annonçait une réunion pour traiter des problèmes, et bien le problème il était pour la FFR de savoir s’il y avait une pièce de libre pour qu’on se réunisse. On nous a baladé partout dans Marcoussis. Tous les rapports que nous avons rédigés n’ont eu aucun retour. Tout le monde s’en foutait." Ce qui dit le peu d'estime que les instances dirigeantes ovales portent depuis longtemps à l'éthique.

"Un jour, poursuit Bala, on décide, Monsieur Viennot, le professeur Escande et moi, de rédiger un rapport dans lequel nous glissons une demande particulière qui était de pouvoir rencontrer le président de la FFR. Nous n’avons jamais reçu de retour. Alors j’ai envoyé, à titre personnel, une lettre au président et, là aussi, n’ai jamais reçu de réponse. J'ai trouvé cela humiliant. Alors je lui ai envoyé une lettre recommandée dans laquelle j’ai ajouté ma carte de visite. Il y avait écrit dessus : «C’est bien la première fois que j’envoie une lettre recommandée à un ami». Cette commission d’éthique a disparu sur un geste anti-éthique au possible de Pierre Camou. Ça s’est fini comme ça. Je trouve cela inadmissible" s'emporte finalement "Pierrot". Avant de rajouter, maîtrisant l'art de la chute : "J’ai digéré cet épisode car je vois qu’aujourd’hui, il se passe pire." 
La semaine dernière, Bernard Laporte était invité par un média à évoquer le présent et l'avenir du XV de France sur scène face à l'actuel entraîneur du XV de France. Avant d'être élu président, Laporte fut sélectionneur en chef à Marcoussis pendant huit ans. Dans la salle se trouvait un autre ancien technicien tricolore : Pierre Villepreux. J'ai donc appelé cet autre "Pierrot" pour qu'il nous raconte ce qu'il a entendu. "On y a parlé de formation, mais quelle formation ? Quelle méthodologie ? Comment fédérer dans les clubs ? Si on avait évoqué ça, on aurait avancé. Mais non, personne n'en a parlé." Même pas toi, Pierre ? Et personne pour évoquer en direct l'affaire Altrad ? "Ce n'était pas le lieu ni le moment. Je sentais bien que ce n'étais pas prévu. Il était difficile d'entrer dans cette discussion..."

Bernard Laporte a donc échangé avec Guy Novès pendant une heure sur l'estrade avant de dîner en compagnie. "Une méthode, il en faut une: ça fédère, souligne Villepreux qui fut DTN après avoir été entraîneur du Stade Toulousain (ici avec Robert Bru, Guy Novès, Jean-Claude Skrela et Erik Bonneval dans le vestiaire du Parc des Princes en 1985). Et si ce n'est pas la nôtre, alors que ce soit celle des autres, mais une, au moins..." Ce qui l'énerve, Pierre de Pompadour, c'est qu'on évoque la préparation physique, telle que voulue par le staff tricolore et Guy Novès cet été, comme s'il s'agissait de la panacée. "Parlons d'abord de construction du jeu et du joueur."

"Il faut exploiter d'autre ressources que le muscle, souligne Villepreux. A commencer par le cerveau. Le reste n'est que la conséquence de la compréhension du jeu et de son expression. J'insiste sur la connaissance du "comment" : elle se construit. Le jeu et les joueurs sont dans une réciprocité continuelle." Et quand nous évoquons cette affaire Altrad-Laporte qui pollue l'ambiance et nous fait passer, une fois de plus, pour des Bandar-Log, "tout cela va se dissoudre doucement, philosophe Villepreux. L'Etat ne prendra pas position, les inspecteurs de la Jeunesse et Sports vont apporter des éléments de réponse et puis voilà..." Et pas trop vite pour éviter de perturber le vote de l'International World Rugby Board au sujet de l'attribution de la Coupe du monde 2023.
Surtout, si j'en crois Pierre Villepreux quand il revient au jeu, Bernard Laporte aurait assassiné en direct ses cadres techniques. Sans doute pour mieux booster les deux cents techniciens qu'il va lancer dans la mêlée. Autres emplois menacés, les Pôles Espoirs. "Ils veulent les supprimer, précise "Pierrot", alors que c'est un bel outil. Et un beau projet que de mener des études tout en jouant au rugby. Désormais, les jeunes talents, et il y en a beaucoup, vont être dirigés vers les académies des clubs de Top 14, confiés au système professionnel." Silence. Puis il lâche, plus abattu que fâché : "C'est une régression".

Alors j'ai pris ma carte routière et tracé une ligne qui va de Palaiseau à Dax. Elle passe par Limeuil, en Dordogne, où vit Jacky Adole. Visionnaire, l'auteur de "Mon sac de rugby" (Editions Atlantica) a déjà dit beaucoup - c'était en 2002 - dans ses écrits au sujet des mœurs qui nous embrigadent. Mais nous parlerons aussi tauromachie autour de ce joyau d'ouvrage intitulé "La solitude sonore du toreo", signé José Bergamin (Edition Verdier), préambule à ce vendredi dont j'attends beaucoup. Il sera temps alors de retrouver mon ami Jean Guibert, ancien coach de Tyrosse et de Dax, puis rendre hommage à Bala au cœur d'une journée qui s'annonce riche en émotions. 

Il nous faut lutter sans cesse pour ne pas tomber dans le piège du pessimisme dans lequel nous entraînent un tas de lascars de basse caste soucieux de creuser leur terrier et d'y enterrer le plus gros butin possible. Qu'ils soient recouverts de leur chimère de grandeur pendant que nous cheminons vers ailleurs et que nos esprits battent l'amble. Samedi, sous la pluie, je vais m'asseoir samedi dans un coin de tribune à Marcel-Deflandre pour assister à une rencontre de rugby. Entouré de quelques amis choisis par Montaigne et La Boétie. Lequel écrit : "Comme il se peut faire que tant d'hommes endurent quelquefois un tyran seul, qui n'a de puissance que celle qu'ils lui donnent ?" 

122 commentaires:

  1. Bonjour Ritchie,
    Faire rentrer le jeune La-Boétie sur le terrain à ce moment de la partie, joli et pertinent coaching !!!!!! Que ne s'en inspirent nos dirigeants et techniciens du temps présent .......
    Au fur et à mesure de nos écrits, je vois que l'on parle sans cesse de ceux-là et ceux-ci, anciens joueurs qui ne trempent pas dans la sale mayonnaise d'aujourd'hui, comment penser que l'on n'ait pas su faire appel à eux quand c'était si nécessaire, et comment penser les faire arriver demain à la tête de nos instances, quand le goût et l'appât des prébendes et émoluments sonnants et trébuchants ne sont pas leur adn première ????
    " ... Lutter, sans cesse, pour ne pas tomber dans le piège du pessimisme ...", certes , mais c'est dur tu sais, et même au sein des petits clubs de série c'est parfois navrant !!!!!!!!!!
    Allez, ici en bas, le pré est toujours vert et la béchigue ovale, toujours des adversaires hors-jeu et truqueurs, toujours des arbitres à fort strabisme divergent, c'est encore le rugby, pour combien de temps ???

    RépondreSupprimer
  2. Et un septième membre (sur treize quand-même ...) de la commission d'appel de la FFR à se retirer suite aux "supposées" pressions de Bernard Laporte lors de la séance qui statuait en juin dernier sur le cas maintenant bien connu du MHR. 7 sur 13, 3 mois après !!!!! Z'ont subi de la pression ou pas ?? Z'on statué ou pas ?? Z'ont été sous influence à l'insu de leur plein gré ?? seraient pas un peu abrutis et ne nous prendraient-ils pas pour des couillons, des fois, un peu beaucoup ????????????

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Nini,
      il s'agit de monsieur Jean Ormières, magistrat à Perpignan qui a déclaré à L'Équipe « être pris dans une situation qui le dépasse et qui pose problème à (sa) hiérarchie ».

      Je pense qu'ils démissionnent tous pour ne pas se retrouver mêlés à un scandale que l'histoire soit vraie (et ils démissionnent trois mois après) ou fausses (sachant que ce n'est pas vrai, ils n'ont rien dit). Ils ne peuvent dans tous les cas que prendre des coups.

      Je peux comprendre que les gars ne veulent pas avoir leur nom attaché à ce "MERDIER".

      Supprimer
    2. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

      Supprimer
    3. Gérard,
      tous ceux qui démissionnent sont des avocats, magistrats en activité ! A croire que ces personnes, dont l'éthique ne fait pas de doute, à ceci près qu'ils sont depuis bien longtemps partis prenante de la Fédération et qu'aujourd'hui ils filent comme des voleurs de poules ! A l'anglaise. Pire est de se demander pourquoi confier une commission de discipline uniquement à des gens de robe qui se dérobent à la première occasion au risque d'entacher leur situation professionnelle ? Pour moi, ils sont complices depuis bien longtemps et maintenant il faut rendre compte ... Devenus abonnés absents pour la bonne cause, certains se présentent sur des listes des futures Ligues en toute quiétude sans prendre la porte !!! Drôles de paroissiens que je n'aimerais pas côtoyer dans le civil tellement ils portent haut les valeurs du rugby.

      Supprimer
    4. Et ouais, suffit pas que d'avoir la robe. Mais aussi la matière pour flatter le palais et ne pas être cour en bouche ... Des paroisssiens à l'image du vin de messe, ça dépend du curé !

      Supprimer
    5. le retour de Don Patillo ou Camillo !!évitons les larmes qui ne vont pas tarder à arriver !

      Supprimer
  3. Ritchie,

    Je te sens pessimiste, les hommes passent mais le rugby reste ce jeu d'équipe ou aucun ne peut devenir roi tout seul. Et les rois en France terminent la tête coupée.

    Je sais que mon sport "le Sport" avec un grand S comme Synergie, ne sombrera pas à cause de ses marins d'eau douce car les tempêtes que nous avons essuyées, n'ont jamais fait sombrer ce monument. Ils restent des Villepreux des Albaladejo pour nous faire rester dans la vague et revenir au port.

    Donc qu'ils se goinfrent, magouillent, s'enrichissent. Grand bien leur fasse. Il y aura toujours trente personnes sur le pré et une beuchigue à aller chercher et pour se la partager à quinze vers le paradis.

    Ce jeu formera toujours des humains superbes et quelques brebis galeuses. Mais ces superbes humains resteront. Tu en as des tas dans ce blog alors pourquoi s'affoler

    Le Gé

    RépondreSupprimer
  4. Une lettre de Dusautoir est parue il y a peu , lettre ouverte à son ami le Rugby , comment il y est venu , pourquoi il est resté , ce qu'il a reçu , donne et termine par un constat sur les dérives et un avertissement que nous faisons ici depuis un moment ....
    Il parle de jouer un rôle , pas tout de suite dit il .... bien avisé .... laisser du temps au temps ...
    Oui le Ge on peut rester garder espoir mais pour l'instant l'horizon est bien bouché pour les 4 ans , les signaux ne vont pas dans le bon sens , on ne voit même pas poindre un médiateur pour faire avancer la cause de la santé des joueurs .. Devant une situation aussi pourrie entre la FFR et la Ligue le Ministère de tutelle doit se montrer bien plus offensif . J'ai du mal à penser que le fameux monde amateur soit content de ce qui se passe , que ceux qui s'engage tout les jours par passion ne soient pas écœurés par tout ce bordel ... A qui appartient le Rugby à la fin ?

    RépondreSupprimer
  5. Inconcevable, effarante ignorance d'un prélat envers un de ses fédérés de l'époque.
    On peut dire que cet autre Pierre, encore un, lui a fait la moue comme il l'a fait au rugby, finalement. Différent de Bernie qui le vole où le viole en laissant trainer sa carte de visite... Alors qu'on attendait plutôt et enfin un envol.
    Celui de Pompadour, sa carte de visite on la connait depuis longtemps. Mais sa sapience n'est pas de mise, au milieu de vils plus que de preux, quand on a que des $ dans les yeux.
    Ca la joue plutôt maître brasseur de vent, que "dans le vent". Reste à savoir, Nini, si on va boire cette insipide pression jusqu'à la lie. Sinon, le fût chauffe et pour refroidir il va mettre un certain temps... Allez, je claque laporte et part aussi en ballade avec Jo.

    Tiens,la suite de la terre des Gaules... ou qui c'est qu'a la plus grosse !
    http://renvoiaux22.fr/WordPress3/laporte-goze-le-beaucoup-moins-drole-combat-des-chefs/

    RépondreSupprimer
  6. le monde du rugby incapable de lancer une enquete
    mais pret a faire une quete pour ce CHER benevole
    bientot va mugir autour des terrains
    ON EST TOUS BERNIE
    LA TORTUE EN MAUVAISE POSTURE

    RépondreSupprimer
  7. Pfff ! tout ça me rappelle ce feuilleton télé qui essaie de nous intéresser à la vie de la mafia napolitaine, avec un jeune loup maigroulet et calculateur qui essaie de dégommer l'héritier ventripotent et sanguin du vieux ponte emprisonné...
    Là, il n'y a pas de morts (enfin, pas encore !) mais il y a bien du fric, et encore du fric...
    Mais ou est le temps où un bon joueur se voyait récompensé par un poste de jardinier à la mairie...
    Heureusement qu'il y a ce blog où on convoque Montaigne et la Boëtie... Comme quoi on peut encore parler de rugby sans avoir une calculette à euros dans la main...
    Longue vie à "côté ouvert" !!!

    RépondreSupprimer
  8. Énorme respect pour le Pierrot de Pompadour, mais si tu as un master en intelligence situationelle et que la situation, justement, tu cours toujours dix mètre derrière, ça va pas être facile!
    La ré -athletisation des éleveurs de fonte topquatorsesques , au vu de la brillante prestation dernière ne sera pas du luxe, non ?
    Allez courir

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pour sur qu'à Pompadour ils n'élévent pas des chevaux de trait (et j'ai rien contre eux) comme à Marcoussis, où ça tire plus sur l'autre spécialité, le boeuf limousin. L'usage n'est pas le même...

      Supprimer
  9. Moi je sais ce que Laporte a dit à Noves :

    "Parce que c'était lui , parce que c'était moi "

    Merci à Richard de nous donner du sens littéraire dans cette auge merdique ....

    Bises à tous

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Laporte a effectivement un côté "les copains d'abord"...

      Supprimer
  10. C'est bien cela le danger, la "République des copains" est en train de tuer le sport que nous aimons, mais pas partout...de New Plymouth, les nouvelles sont bonnes. Le rugby vit sa vie, il faudra seulement changer les abonnements pour mieux le suivre à la télévision.

    RépondreSupprimer
  11. Bonjour Richard, as tu vu André Darrigade, comment va t il?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il est malade ?
      Ah ! André Darrigade ! L'idole de mon enfance...
      Je me souviens d'un jour de mois d'aout 1959. J'avais dix ans et je finissais mes vacances dans la margeride, en plein coeur de la Lozère. Comme tous les lundis, j'ai pris mon vélo et je me suis tapé les vingt bornes pour aller à Langogne acheter l'Equipe. En première page : "André Darrigade champion du monde !" Jambes coupées de bonheur, impossible de remonter sur le vélo ! Je suis allé m'asseoir à la terrasse du bistrot à côté du marchand de journaux, sous l'oeil suspicieux du patron, j'ai commandé une grenadine qu'il m'a fait payer tout de suite de peur que je n'aie pas de sous, et j'ai lu au moins vingt fois le compte rendu de sa victoire. Quand j'ai émergé, je me suis aperçu qu'il était midi, et je suis rentré plus vite que jamais je n'étais rentré en pensant à l'engu... que j'allais prendre en arrivant. M'en fichais complètement d'ailleurs ! Darrigade avait gagné ! Je crois que je n'aurais pas été plus fier de gagner moi-même !!!

      Supprimer
    2. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

      Supprimer
    3. Quand la seule richesse de cette époque était le vélo et le rugby, il fallait les jambes, la lecture, le rêve et l'imaginaire pour sublimer ... ça a bien changé.
      Merci Daniel et Bienvenue

      Supprimer
  12. Bonsoir à tous, si on mettait un peu de côté le cyclone FFR/LNR force.8, les membres -distraits- de la commission dont qu'on cause ici, pour revenir un peu au rugby ????
    Journée de FLOP.14 avec des rencontres intéressantes, le SR de Ritchie, même dans l'antre chaude-bouillante de Deflandre peut-il mettre à la raison l'ASM, j'en doute un peu mon n'veu, je mettrais bien 100 sous sur le CAB contre un Racing dont je ne comprends plus grand chose à son jeu au fur et à mesure que L.Travers l'explique, CO c MHR ça va piquer, on va voir si la bande à Cotter est si bien qu'on veut le dire, je vois bien le SF faire un coup à l'UBB, OYO envoyer de bon pruneaux au SUA et la SP terrasser le LOU, enfin je pense que le ST va prendre cher à Mayol, quoi donc d'aucuns d'ici en pensent de cette journée ????
    Hier soir, petit tour au terrain dans mon dernier club, sortaient la veille d'une séance muscu, la soirée consacrée à courir-pomper-courir-tractionner-fractionner, à la fin petit jeu de 10 minutes et mise en application de l'entraînement: courir-garder d'un côté-arracher de l'autre-du 10 au 15 des deux côtés nada, rien à se mettre sous la dent, tout à la fin jeu au pied long aussi inutile que débile, un gros devant l'attitude de relance d'un 15 un peu distrait sur les "consignes": " ... zone rouge, en touche ... en touche"......
    Vite fait passé cleubouze, picon-mousse pour la route, un P.....d'écureuil vif comme un 3/4 d'antan a failli m'envoyer dans les talanquères, pas passé loin, mais bien élevé au rugby d'avant, bien redressé ma course, resté droit plein axe et roule ma poule, l'écureuil prétentieux le nez dans le gazon du talus, et nini arrivé en terre promise les doigts dans le nez !!!!!

    RépondreSupprimer
  13. pourvu que le LOU se gave aPAU
    pour confirmer que LE CHEQUE BOUDEJELLAL ne su pas conserver sa pepite MIGNONI

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est bien aussi que les types aillent faire leur humanité vers d'autres horizons, dans d'autres environnements, avec moins de pression par rapport à l'ambition immédiate des cleubes et de leurs agents-partenaires-sponsors-joueurs-présidents. Le positif c'est que dans le cas de Mignoni il a du temps pour travailler, mettre en place, et il acquiert de l'expérience loin des remous du haut du panel. Bon pas se leurrer trop non plus il faut des résultats qui permettent à-minima de ne pas redescendre, mais qu'il retourne par exemple au RCT dans quelques saisons et il n'en sera que plus formé, plus capable et les épaules assez larges pour tenir une maison toujours dans l'œil du cyclone en tout cas jamais trop éloignée.

      Supprimer
  14. Le sondage/vote hebdomadaire de Ritchie sur les joueurs à statufier de leur vivant ouvre des pistes pour la direction de notre rugby. Dans cette liste, pour laquelle j'ai voté autre en pensant au Marquis de Pompadour, à part Sella et Blanco qui sont des affairistes trop mouillés dans des combines pas propres, les autres seraient des bons choix pour diriger les arcanes de dame FFR et demoiselle LNR, en y rajoutant quelques personnes genre le Marquis et d'autres types sur le modèle de Méla, Rougerie et consorts.
    Si toutes les combines mises à jour ne permettent pas de faire un grand ménage (et pourquoi le Ministère des sports n'exercerait-il pas une tutelle quelques temps, juste ce qu'il faut pour nettoyer les écuries de Marcoussis de toute la merde qui s'y entasse ???), qui en interne ??? L'article de Ritchie est symptomatique quand P.Villepreux dit "... Ce n'était pas le lieu ni le moment, on sentait bien que personne ne voulait mettre les sujets sur la table ...". Mais c'est quand que ce sera le moment ???

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mediapart enquête sur la clé de voûte du système et l'homme de l'ombre Atcher ... À mon avis, les peaux de banane sont de sortie, patience Nini comme le Marquis, le monde du silence fait son œuvre pour le bien du rugby 😉

      Supprimer
    2. "Mais c'est quand que ce sera le moment ???"

      Quand la France aura loupé la désignation pour la CDM 2023 ?

      Supprimer
  15. Pas ridicule les gauchos, mais maladroits devant le réalisme tranchant des AB ....

    RépondreSupprimer
  16. La machine noire est en marche avec un Barret au pied tordu 😉 ... L'addition risque d'être corsée au final

    RépondreSupprimer
  17. Incroyable ces gauchos ! Sera ce suffisant ? Hansen va régler la ligne de mire et le jeu à mon avis

    RépondreSupprimer
  18. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
  19. Eh! "les Quinconces" vous avez les doigts gelés ou le rugby ne vous passionne plus 😓😓😓👏👏👏

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Adichats, drole, si si toujours passionné et puisque le jeu reprend sa place louons le. Petit bémol, ne suis plus abonné à rien, donc régime sec rugby puisque tout est payant dans notre joli monde, je passe par le net pour voir ici ou là un truc ou deux, et puis sur ce blog convivial toujours un envoyé es-spécial pour nous faire partager l'ovale.
      Les doigts gelés, oui quand-même un chouïa, 7 degrés ici ce matin, le ciel célèbre les NZ en arborant la même teinte.

      Supprimer
  20. Jeté un œil vers la rencontre, sont en manque de points avec le pitoyable jeu au pied de Barrett mais bien sûr c'est pas pour son pied qu'il est là, cependant à ce niveau même si ça ne doit pas être l'essentiel un bon buteur ça compte. Par contre que 4 pénalités valent plus cher que 2 essais ça pose question.
    Ce sont plus les NZ qui la jouent "suffisants" cette partie, que les Pumas qui la jouent d'enfer.
    Tiens en insistant sur les fondamentaux voilà les tout noirs dans l'en-but. La fin de partie risque soit d'être passionnante et indécise, soit difficile à vivre pour les Pumas selon qu'ils aient la capacité ou non de mettre du rythme pour asphyxier les NZ, mais si la machine noire se met en route la chasse aux Pumas pourrait bien être giboyeuse !!!!!

    RépondreSupprimer
  21. Réponses
    1. C'est qui ce FIFITA, aussi bon qu'on le dit ???

      Supprimer
    2. 3e ligne des Hurricanes remplaçant de Kaino, trop libertin, qui se permet un essai cadrage débordement sur l'ailier ... Gros potentiel ... Et voilà 40 points sans coup ferrir avec tout le déchet inhabituel

      Supprimer
  22. Hélas les gaochos sont dans un jeu de défi physique mode top 14 mais pas d'évitement ... Impossible de revenir dans le match pour gagner sur ce tempo ... en face puissance et vitesse font plus que force ni que rage 😉

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La Fontaine à la rescousse, fallait y penser.
      Mais quand-même que cette pelote de laine (de mouton) NZ est compliqué à démêler !!!!!
      Alors certes il faut s'armer de patience et trouver le debut du fil sans toujours jeter un œil sur le chrono qui tourne, y mettre de la vitesse bien sûr mais encore faut-il avoir du carburant et être éduqué dans l'esprit que le jeu est multiple, puissance puissance et pourquoi que les NZ seraient plus puissants qu'les aut' puisqu'y sont tous élevés aux mêmes menus (là on touche un point sensible, chuuuuut, z'aiment pas qu'on salisse la légende les gens ....).
      Evidemment que la force plus la rage ça ne suffit pas.
      Ces NZ moi je les aime, toutes réserves connues dites, parce qu'ils révèlent aux autres leur insuffisance, leurs manques, et qu'au-delà de tout ils symbolisent ce qu'est le rugby depuis toujours, un jeu dans lequel tu ne peux pas ratiociner à gogo comme on le fait chez nous par exemple, un jeu qui a ses exigences, et confronté à lui il te renvoie minable dans tes cours d'école du FLOP.14.
      Allez c'est l'heure solennelle du p'tit jaune, m'en vais communier !!!!!!!!!!!!

      Supprimer
    2. Un petit Arbois de derrière les fagots!

      Supprimer
  23. D'un autre côté, l'absence des Quinconces ce samedi matin s'explique, le ouiquindeu qui s'annonce nous propose une journée de FLOP.14 de tous les espoirs, du jeu des étincelles, du ballon qui vole bondit et rebondit, des joueurs assoiffés de passes, des espaces dévorés, les bruits de chiottes remisés aux fonds des vestiaires en attendant d'être camisolés en cellules, des ex-futurs- mis en examen qui vont pérorer aux premiers rangs des diffuseurs-partenaires-arroseurs-, bref à-côté de cet évènement, le NZ/ARG du jour de la gnognotte !!!!!!!!!!!!!
    Tiens le Barrett essai, l'est meilleur à la mimine qu'à la savate le type.

    RépondreSupprimer
  24. Tiens encore un jeune à l'ouverture au MHR : un français Thomas Darmon 19 ans ... Merci Vern 😉

    RépondreSupprimer
  25. Début cafouilleux des aussies es et des bocks ....

    RépondreSupprimer
  26. Défi physique, mise en place laborieuse des schémas de jeu, déjà une commotion, 2 essais et rien d'autre snif snif

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Match nul de haut niveau mais avec beaucoup de fautes ou d'approximations, les deux avaient la possibilité de gagner ... Le match Bocks AB risque d'être prometteur 😉☀️🥂🏈

      Supprimer
  27. Entre les turpivicissitudes hexagonales et l'intrigant NZ-Argentine, le cerveau (ce qui en reste) n'a pas beaucoup hésité. D'ailleurs, je n'arrive pas à savoir si les démissions en rafale et au coup par coup de la commission de discipline (rien que d'écrire cette phrase, ça me fait rigoler) me passionnent ou m'indiffèrent. J'ai l'impression d'être un quidam déambulant dans les rues de Palerme à qui on demanderait de supprimer les mafias. IL n'empêche : dans un état digne de ce qualificatif, ces démissions feraient l'objet d'une enquête serrée. Je lisais (au lieu d'essayer de savoir si l'UBB va déborder le SF) un bouquin sur Rome au lendemain des ides de mars : les Romains ont écrit des milliers de lignes sur l'événement en manipulant des considérations sur la vertu, les valeurs, l'honneur, la justice et l'éthique comme on n'en a pas idée, ni à Marcoussis, ni à Pompadour, ni au tribunal de Perpignan et pas davantage sur le ligne Saint-Michel - Sarlat. Octave est arrivé et on a parlé d'autre chose.
    Autre chose, c'était Noir contre Ciel et Blanc. Ceux pour lesquels il s'agissait du match le plus important de l'année contre ceux pour lesquels c'était le moins important. Fifita, Lienert-Brown et Milner-Skudder avaient la permission de montrer qu'ils étaient sélectionnables, comme Barrett était autorisé à ne rien enquiller. "Tous Hansen !" comme dit Hollywood, également abonnée aux happy ends.
    N'en déplaise aux Quinconces au coeur argentin, les gauchos-pumas-jaguars sont d'abord des bourrins.

    RépondreSupprimer
  28. Richard dans les tribunes... On te sert un jaune ☀️🥂😂😂😂

    RépondreSupprimer
  29. 4 jaunes ☀️☀️☀️ chaud

    RépondreSupprimer
  30. 7 jaunes .... ou là état d'ivresse assuré !!!!

    RépondreSupprimer
  31. je viens d'ouvrir la télé , et je ne comprends pas comment à la 60 ème minute l'ASM peut prendre 48 points ? que s'est il passé ?
    bises à tous

    RépondreSupprimer
  32. Et voilà le 51 est servi Mr 😂👏👏👏🍾🏈

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Sinon, belle percée du vin jaune. La part des anges aura duré 40 mn...

      Supprimer
  33. Clermont commande le ricard mais prend l'eau. La Rochelle a fait couler le jaune. Michelin a bien déjanté et n'a jamais pu mettre la gomme devant les jaunes blacks. Ca doit faire un bout de temps qu'ils n'avaient pas pris 6 essais en 1re mi temps pour finir nain jaune.

    RépondreSupprimer
  34. Bala, c'est l'oeil expert et bienveillant sur les petits lors des tournois à Dax. Il est souvent là pour applaudir, encourager, remarquer et féliciter les gamins. Il est certain qu'un homme d'une telle élégance n'a rien à faire avec les vieux jetons ou les margoulins.
    On l'a assez dit, notre rugby est en train de racler les fonds des étangs landais et ne ramassent que la vase qui s'y est déposée depuis tant d'années avec les agissements des différents dirigeants quels qu'ils soient.
    et pendant ce temps-là, plus de 100 blessés dans les clubs pro depuis le début de saison, série en cours. on voit aussi des gamins de moins de 18 ans se faire opérer des croisés, ça craint vraiment. ça fait penser à certains joueurs de foot, tellement surentrainés (Batistuta, Van Basten, etc...) qu'ils ne peuvent plus marcher aujourd'hui.
    Cette course au surarmement, conséquence des agissements de ces ego surdimensionnés, fait vraiment peur pour l'avenir des gamins mordus de ce jeu.
    Tautor posait la question de savoir si on était passionné, oui ou non ? perso, je décroche, et pour tout dire, je suis soulagé que mon fils se tourne définitivement vers le sauvetage sportif, sport exigeant physiquement mais ne jouant certainement pas avec la santé de ses pratiquants.
    je suis toujours "côté ouvert", me joignant aux nostalgiques du rugby de l'autre siècle mais vraiment plus admirateur des gladiateurs d'aujourd'hui.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Hi, Fifi, le retour.....
      Soulage moi d'un doute cruel, on peut encore pratiquer à un modeste niveau en toute tranquillité, quand même ?
      Autre question, pour tous, depuis les Lions,les Blacks ne seraient ils pas un peu plus fébriles, un peu moins habiles par moment?
      Allez Chevreuse

      Supprimer
    2. merci Jean Lou, je suis en ce moment et pour quelques mois, du côté de Chartres, non loin de la forêt de Chevreuse, je pense.
      certainement, on peut encore jouer à un modeste niveau, mais celui-ci est très très modeste, puisque même les clubs de fédérale 2 vont chercher du lourd pour la saison, voire les clubs de fécérale 3. Pour ce qui est des Blacks, la concentration peut parfois faire défaut mais la mécanique collective est tellement bien huilée que le collectif surseoit aux carences individuelles et réciproquement.

      Supprimer
  35. Philippe
    CO MHR une nouvelle bouillie rugbystique du top 14 ... Picamoles content c'est bien le seul ...bref match à oublier hormis le résultat

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Salut Tautor,
      "je plussoie" (comme dit Richard) au propos de Philippe ci-dessus, et comme toi pour CO MHR, (j'étais invité par le CABRIVE au match contre le RACING, initiative "sympa" du club envers les anciens), j'ai assisté à une première mi-temps très très décevante (pour ne pas dire plus) d'un rugby professionnel dont on pourrait attendre des prestations de bien meilleure qualité. Je suis donc rentré chez moi à la mi-temps, j'en avais assez de la même" boullie" dont tu parles concernant CO MHR !

      Supprimer
    2. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

      Supprimer
    3. Ola Christian
      Ou quand la greffe ne prend pas malgré la bouillie bordelaise ... À ce rythme on aura jamais de fruits ... Je partage pleinement ta désillusion ... et le CAB est sur la très mauvaise pente .. qui l'eut cru il y a 6 mois 🤔 Comment est ce possible ?

      Supprimer
  36. Des tribunes on ne s'est pas ennuyé. Les AB ont pris ce match un peu par dessus la jambe . Aidés des journalistes du matin qui disaient que le match ne serait accompli que si les Pumas en prenaient 75. Autre chose aussi dite et plus intéressante, il ne faut pas jouer contre nature, savoir qui l'on est et le faire bien. Cela s'applique à bien des endroits. Les argentins ont joué comme des Argentins et cela leur a réussi un moment. Le haut niveau est très exigeant, on voit que la moindre erreur se paie cash, voir leur essai de fin de première mi-temps. les Blacks n'avaient pas envie de jouer le touche...Ils l'ont perdue. Des détails..., mais en France avec toute la chienlit politique, nous n'en sommes pas encore là.
    Hier soir on a vu des Pumas bien rentrer dans le match, mais le rythme des AB est si élevé (même quand ils perdent des ballons) qu'à un moment les joueurs ne peuvent plus respirer. Les Pumas souffraient de crampes à la fin.
    Fifita cela fait un an qu'il est comme ça. Revenez sur le match Hurricanes Lions et vous le verrez, il mange la soupe sur la tête de Kaino. Le minuscule McKenzie n'est pas mal non plus dans son genre arrière ou ailier, une passe décisive deux essais...Un ballon manqué , il pleuvait et le vent soufflait Sud Nord, il pelait.
    D'accord avec vous , c'est samedi prochain à Auckland que l'on va mesurer mieux les valeurs du sud contre SA. Je ne pense pas que le match commencera pareil.
    Hier soir encore Australie-SA n'était pas si mal.
    Le fin du fin est quand même le championnat national Mitre 10 Cup, un régal. Mais des différences importantes à haut niveau, je vous mettrai ça ailleurs, c'est un peu long mais révélateur... Je vous embrasse.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Michel,
      "il ne faut pas jouer contre nature, savoir qui l'on est et le faire bien" Là est bien le propos de notre rugby. Jadis du temps de l'hégémonie de l'ASB puis du ST, les 2 mentors ont su aller puiser des idées dans l'hémisphère sud pour les résultats que l'on sait. Hélas, notre culture reste territoriale, latine, sans titre majeur excepté le tournoi des V ou VI Nations ... Nous n'avons jamais su aller plus loin dans un titre majeur .... Si bien sûr finale ou 1/2 finale de coupe du monde mais pas Champion du Monde. Et à chaque fois, nous n'avons pas su tirer la leçon de nos échecs. Nous sommes les rois de la baguette de pain, orfèvres en cuisine et vins, mais en ovale nous régressons de jour en jour ! La matière première n'est plus présente, l'emminence grise se tarit de jour en jour (il suffit pour s'en convaincre de regarder notre championnat, poudre aux yeux avec une pléthore de gladiateurs), la fédération montre une image calamiteuse de gens cupides et abscons, la ligue professionnelle n'est que l'emblème de l'argent et le monde amateur se lamente sur ses choix. Revenons aux fondamentaux, comme à l'école, apprenons à lire, à écrire et à compter ! Faisons de même au rugby ! Soyons modeste, plus manuel qu'intellectuel, réapprenons nos classiques : la passe, le pied, le placage et l'esprit d'équipe .... Rien ne sert de construire une cathédrale quand on n'est pas architecte ! N'essayons pas de faire du black quand on ne l'est pas ! Développons la culture du travail, de l'effort, du respect et de l'écoute ... Aujourd'hui, vu la flambée des salaires, nous aurons bientôt des footeux aux pieds ovales ! Il est encore temps de vomir, de purger le système et d'assainirla formation pour espérer d'ici 20 ans être Champion du Monde !
      Continue surtout, avec ta compagne, de nous faire rêver d'un rugby qui est devenu quasi imaginaire chez nous !

      Supprimer
  37. Je voulais hasarder deux mots sur le coupe Mitre (leur Top XIV ou à peu près) qui offre souvent un sacré spectacle, mais je cède volontiers le micro (la plume, le clavier) à Michel. Si son premier commentaire est "un régal", nous allons avoir du mal à être en désaccord.
    Michel : une troisième ligne Squire, Fifita, Read te semblerait équilibrée ?

    RépondreSupprimer
  38. Un championnat appelé Mitre dans un pays où le rugby est une religion, voilà qui est logique...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La seule chose c'est que nous manquons de points cardinaux 🏈🏈🏈

      Supprimer
    2. Des magasins énormes dans toutes les villes pour équiper les travailleurs, 4,8% de chômage en baisse ce mois-ci. les gens compétents peuvent venir ici, ils en manquent mais pas au rugby.

      Supprimer
  39. Un gars rentre bourré d'une fête. Un flic l'arrête en voiture et lui dit:
    - Test d'alcoolémie.
    Le gars répond :
    - Et merde... Si je vous donne 10 € vous me laissez partir ?
    - Non.
    - Ok, alors 20 € ?
    - C'est d'accord, allez-y.
    Le gars repart, et, 5 minutes plus tard, il retombe sur un flic qui lui dit :
    - Test d'alcoolémie.
    Le gars:
    - Oh non, pas encore... Avec 10 € vous me laissez partir ?
    - Non !
    - Bon, alors 20 € ?
    - C'est d'accord. Allez-y.
    5 minutes plus tard le gars tombe une nouvelle fois sur un flic. Le gars gémit :
    - Oh non, encore un putain de test d'alcoolémie... Ecoutez, est-ce que pour 5 € vous me laisseriez partir ?
    - Non. Donnez-moi 100 € et je vous laisse partir.
    Le gars s'exclame :
    - 100 € ?! Mais les autres flics m'en ont coûté que 20 !
    Le flic sourit et réplique :
    - Oui, mais moi, en plus, je vous dit comment sortir du rond-point !

    RépondreSupprimer
  40. RCT ST Toulousain !
    pas inintéressant !!!!

    RépondreSupprimer
  41. Je reviens de La Rochelle donc... Quel match ! La veille 1350 capes et des épées à Dax, comme Jazy et Darriguade... A table avec Dede Boni Denis Lalanne et Henri Garcia. Que du bonheur...

    RépondreSupprimer
  42. Agréablement surpris de la prestation du ST même si le jeu n'est pas goyavesque 😉

    RépondreSupprimer
  43. Je reviens de La Rochelle donc... Quel match ! La veille 1350 capes et des épées à Dax, comme Jazy et Darriguade... A table avec Dede Boni Denis Lalanne et Henri Garcia. Que du bonheur...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Une 1re mi temps style Irma pour l'ASM !!

      Supprimer
  44. Du mieux avec Dupont incontestablement ... Trop décousu dans le rythme pour gagner, des fautes techniques trop nombreuses encore pour un top 14, il y avait la place de gagner, bon BD ... Belleau à suivre avec Dupont pour l'EDF

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et dire que le ST devait prendre cher à Toulon, pas grave Nini. A la ue de tes pronos plus haut et des résultats, j'sais pas si je ferai une grille de loto avec toi. Mais je plaisante.

      Supprimer
    2. Gros match du jeune toulonnais Rebbadj.
      Belleau s'installe, et Dupont confirme.
      Si seulement on les faisait bien travailler, le talent est là.

      Supprimer
    3. J'envoie juste des pronos qui correspondent plus à mes attentes qu'à des raisons objectives, plus pour susciter des réponses et discussions, qui d'ailleurs ne viennent pas, que pour jouer à la madame Irma du blog. Les résultats sont ce qu'ils sont, c'est vrai quand-même que je voyais le ST plus mal à Toulon, pour le CAB quelle déception, le dynamisme est au point mort, ma fifille au stade n'est pas partie à la mi-temps comme Christian mais s'est emm.... ferme, son diagnostic: " ... pas d'âme, pas de souffle, pas de collectif, y'a plus qu'la pression à la buvette qui fait d'la mousse !!!! ..." Triste.

      Supprimer
    4. Bonjour Nini, je vois que je ne suis pas le seul à faire ce constat, mais , pire, les analyses (avant et après) , du staff technique !!!! .... à ce niveau, je pense qu'il y a mieux à dire, quelle déception, surtout de la part de Godignon !!!

      Supprimer
  45. Pas vu mais bonne nouvelle !
    Philippe Fleys demandait si les NZ se sentaient rassures apres leur match contre l'Argentine
    J'aimerai avoir ce genre d'inquiétude .....
    Quel redevoir y compris en pilier ...
    mention spéciale pour Creevy quel joueur , quel capitaine , quel bonhomme !

    RépondreSupprimer
  46. Hier sur la route j'ai pris le café à Te Kuiti à côté de la statue de Sir Colin Meads, deux cars d'enfants équipes de rugby en déplacement filles et garçons sont venus se "recueillir", début d'éducation.
    Je ferai un tour prochainement sur celle de Pierre Albaladejo, pour un juste équilibre, celui de sont talent pour l'amour de ce jeu.

    RépondreSupprimer
  47. 'Piri Weepu se montre au passage très critique envers le système français qu'il accuse de favoriser la musculation au détriment des aptitudes techniques."
    Pas un exemple, le Piri , mais tellement juste !
    Allez Chevreuse

    RépondreSupprimer
  48. Je regarde des extraits des rencontres de ce ouiquindeu, quelques observations que nombre de correspondants font ici à longueur de temps, mais ce FLOP.14 devient inquiétant de tous les côtés : toutes les équipes s'appuient sur la force et rien que la force, le physique des joueurs est devenu anormalement développé, de défis en percussions, de charge en petits puis gros tas, on s'ennuie ferme. Aucune équipe n'est capable, même au bout d'antépénultièmes temps de jeu de transporter le ballon par des passes et prises d'intervalle, la plupart -pour ne pas dire toutes- des occasions d'essais sont le fait de la perte de balle par l'équipe adverse, et visiblement les fameux staff qui cogitent sur le rugby chaque seconde de leur existence sont restés bloqués sur le curseur qui fait boum puis boum et encore boum, le reste n'est que poésie cultivée par des passéistes nostalgiques et tellement éloigné des contingences matérielles du rugby d'aujourd'hui !!!!!
    A croire que nous d'ici, et d'autres d'ailleurs, sommes d'incorrigibles contempleurs du temps passé et qui ne revient jamais c'est bien sûr.
    Et pourtant je reste encore persuadé qu'il suffirait de peu de choses pour retrouver le plaisir du jeu: plastiquer la FFR et bombarder la LNR, quitter les diffuseurs payants, sélectionner nos meilleurs jeunes et les laisser mûrir quelques saisons -branlées et déculottées du début assumées-, enfin écarter tous nos techniciens du sérail, plus politiques et affairistes qu'hommes du terrain, créer un collège de sages -pas difficiles à trouver, tu prends tous ceux qui pensent au jeu et qui ne sont pas dans les cercles du pouvoir - et engager les techniciens qui ont des idées -y'en a plein aujourd'hui bloqués par les gens en place en manque d'idées eux-.
    Bref faut révolutionner, et pas un grenelle du jeu ou une conférence de truc machin chose, non non non, plutôt une action genre nuit du 4 août 1789.
    Le rugby Français est-il prêt à se faire hara-kiri pour mieux renaître de ses cendres ????

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Après cette 1re mi temps presque idyllique des jaunes et blacks rochelais, on se prendrait presque au rêve d'une généralisation d'open passes (point trop n'en faut non plus, de la fixation aussi), chez les autres. Clermont est capable également, mais pour le coup, ils ont été nettoyés ! voire l'UBB...

      Supprimer
    2. "éloigné des contingences matérielles du rugby d'aujourd'hui !!!!!", d'accord mais précisons de grâce et en majuscules EN FRANCE !
      je ne suis pas un adepte du "c'était mieux avant" même si je crois à l'expérience et l'importance de l'histoire, et prétends qu'on joue actuellement le plus beau Rugby jamais connu, malheureusement pas chez nous.
      Pas plus que de joueurs on ne manque pas de bons techniciens et ils sont en place,mais à l'exception d'un ou deux, ils n'ont pas les clés du camion.
      Et à ta question finale, ben non, tant que les stades seront pleins de braillards peinturlurés,les audiences de Canal suffisantes pour vendre des bagnoles et de la lessive,le grand soir c'est pas pour demain.
      Allez Chevreuse

      Supprimer
  49. Quand on nous présente jusqu'à la nausée un championnat du monde de boxe (sic) avec un spécialiste du combat de rue en vedette, ne pas s'étonner de voir et d'entendre des milliers de "fainéants" s'égosiller devant une séance de 80mn de rentre-dedans. Je déplore l'évolution d'un sport que j'ai admiré et tenté de pratiquer, mais je déplore infiniment plus l'évolution d'une société sans valeurs, sans repères, sans avoir même l'idée d'une remise en question. Nous sommes dans l'ère de la vulgarité toute puissante, comme l'ont si bien compris les propriétaires de la presse. Nini s'insurge, d'autres aussi. Moi-même..., comme disait WC Fields.
    Il n'est même pas utile de prêcher la grève des matches, on ne représente pas 1% des spectateurs.
    Alors, on se raccroche à quelques minutes offertes par le Stade Rochelais, ou par l'UBB, par un Dupont ou par un Dubois, qui finiront par se décourager et prendront comme tout le monde le chemin de la salle de musculation, là où se décide la compo de l'équipe.
    Brive en chute libre ? Qui en est surpris ? Au-delà d'un réel capital de sympathie, qu'offrent les Corréziens ? Toulouse pas encore de retour au sommet ? Où est la surprise ? Lyon plafonne ? Ben, ouais... Etc.
    Donc, j'attends les avis de Michel sur la Mitre, dernier rempart avant de me tourner vers le pentathlon moderne.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Brive, en chute libre ?... non, à son niveau, au niveau de son budget, (donc de son effectif )= CQFD "peut difficilement mieux faire" .... et avec le calendrier qui s'annonce (à Clermont, reçoit Toulouse, à Montpellier,, reçoit Castres) ..... ça va devenir très très difficile !!!

      Supprimer
    2. Le capital de sympathie est bien réel.

      Supprimer
  50. Mon Cher Charles , je t'ai répondu ce matin mais mon discours est passé à la trappe... Pour l'équilibre de la troisième ligne que tu as sélectionnée je suis d' accord, l'équilibre existe avec ces 3 joueurs. Kaino n'était plus dans le coup depuis un moment. L'autre qui fait tâche et encore samedi, je m'acharne mais c'est SBW. Vous avez vu Fifita , je le vois comme ça depuis septembre 2016. Vous avez vu Squire sur un match précédent. Read est incontournable. Un fédérateur, un organisateur, rassembleur pas cassant comme l'était McCaw. Magnifique de le voir rameter ses coéquipiers quand cela tourne mal..
    Le Mitre 10 est un laboratoire pas juste voire compliqué mais voulu par la Fédération et les clubs des régions en particulier pour servir les Franchises. Laboratoire de jeu et de joueurs. C'est le premier stade professionnel. Le jeu qui s'y joue est celui demandé par les dirigeants des All Blacks Et l'on y voit de belles empoignades. Un Waikato-Taranaki c'est un remake de Puke Rangiora de 1821, rien à voir avec nos chamaillerie de village. Laboratoire pour les joueurs qui abordent pour la première fois le haut niveau. Les jeunes joueurs jouent, Coles a déjà sa relève chez les Lions de Wellington, 19 ans doublure pour le prochain super 15. Hansen dispose de 3 joueurs de calibre international à chaque poste? Il prépare 2019 mais est contesté dans ses choix du moment.
    Alors que les joueurs ont la même formation de base, on voit les différences suivant les cultures de régions; certaines ont des structures que d'autres n'ont pas. Les caractères et l'histoire des villes jouent sur le caractère des joueurs.Je vous en dis plus sur mon blog...
    La concurrence est féroce entre les joueurs. Certains ont compris que c'était plus facile de venir en Europe tellement ils sont sûrs d'avoir du temps de jeu, alors qu'ici il leur faudra ramer pour en avoir un peu avec moins d'argent. Nous devrions avoir honte d'être ainsi trompés. Nous ferions mieux de donner des chances aux jeunes. Nous ne savons pas le faire ni dans l'industrie et pas dans notre sport favori.
    On essaie de cultiver le talent au rugby en Nouvelle Zélande (mais pas dans les autres disciplines je vous dirai pourquoi aussi). Leur système rugby est remarquable, piloté politiquement avec peu d'argent mais une organisation exceptionnelle. Toutes les équipes jouent pour jouer, marquer , jusqu'au bout. Pour les coaches ce sont les contenus des matches qui comptent. Les coaches sont désignés par les fédérations pour tous les clubs. Et le seul moyen de reconnaissance international de la NZ ce sont ses équipes de rugby. La fédération veille à ne pas casser ce jouet.
    Vous pouvez imaginer qu'ils sont dopés. En premier par la formation des enfants qui est essentielle (pour toutes les disciplines). Ils ont pour les adolescents les éducateurs (formés et en formation continue) et des moyens, terrains, équipes de réserve . Ensuite ils ont des exigences collectives claires par équipe de club supervisées par les cadres de la fédération régionale et nationale...
    Une éducation de joueur qui sait que sa vie sportive sera courte et que son avenir c'est d'avoir un métier, les joueurs et les éducateurs pensent à l'après...
    En termes de moyens, ils ont des préparateurs mentaux pour assister les joueurs. En plus des compléments alimentaires,ils ont des soins à l'hôpital pour récupérer de l'intensité des efforts. Le haut niveau est comme cela. C'est autorisé par la loi, ils en jouent. Selon mes informations il leur manque encore les diététiciens, par tradition avec de bons produits la NZ mange mal, trop de sucre, trop de viande , pas assez de poisson, pas de légumes, peu de fruits.
    On fait quoi pour jouer sur ce terrain?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. ... merci Michel pour ces infos,
      ... mais notre DTN n'ignore rien de tout ça ! .... et on attend quoi à la FFR? .... on voit un président sur FR3 aller se ridiculiser en faisant un entraînement dans des clubs en province, en attendant l'arrivée de 200 techniciens sur tout le territoire pour porter la bonne parole, amen !
      .... non mais, comment croire un seul instant qu'on va s'en sortir ainsi ???

      Supprimer
  51. mais on ne fait rien, chacun dans ses ambitions et recherches de reconnaissance. A moins de revenir au temps du bloc soviètique avec toutes ses déviations inexcusables.

    RépondreSupprimer
  52. On fait semblant.

    Y'a pas de miracle: dans le rugby comme en tout, si tu mets le paquet sur la formation et les moyens, tant humains que matériels, tu obtiens des résultats. Ce serait d'ailleurs intéressant, pour les gros clubs du Top14, de connaître dans le budget global du club la part des moyens de "fonctionnement" (infrastructures, salariés du club, investissement, centre de formation) et celle de la masse salariale de l'effectif des joueurs pro.
    Sinon c'est moi ou la description que tu nous fais du rugby néo-zélandais pourrait aussi s'étudier sous un autre angle ? le côté "nord-coréen" où rien ne dépasse, tout est sous le contrôle de la Fédération, formation, jeu, éducateurs, comportement, image, pour un but et un seul: le meilleur niveau donc le plus haut; avec en toile de fond l'arrière-plan "nationaliste" (pas dans le sens -et heureusement- où nous l'entendons), le seul par lequel l'île "existe".

    En d'autres termes, le joueur néo-zélandais est le meilleur du monde, mais par rapport à l'investissement, aux efforts, à la pression constante, aux sacrifices consentis, est-ce qu'il le vit bien, et est-ce qu'il est heureux ? (la question étant évidemment à poser en premier lieu à ceux qui ont fini leur carrière)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Un peu le même sentiment de "meilleur des mondes "en lisant Michel; mais on peut aussi penser que l'immense majorité des gamins qui ne feront pas la maille au plus haut niveau auront pratiqué sous les meilleures auspices.
      Ils en sortiront mieux armés pour leur vie future,et c'est bien la le principal
      Si révolution il doit y avoir, c'est de redonner au plus beau des sports, le nôtre forcément, son rôle educatif,sociétal...
      Allez, si en plus ça gagne !

      Supprimer
  53. La place du Rugby en NZ n'a aucune commune mesure avec celle qu'elle occupe en France , ceci étant dit regarder et s'inspirer de ce qui se fait de bien ailleurs n'est jamais inutile . Comme le souligne Christian la DTN sait tout ça ... Effectivement mettre 200 formateurs mais ou ? en collaboration avec qui ? et pour quel jeu ? Le milieu scolaire me rappelle des souvenirs douloureux à l'époque ou nous lançions une école de Rugby nous avions quelques camarades et moi fait le tour des établissements scolaires de la ville pour rencontrer les profs de gym leur parler de notre projet et de ne pas hésiter à en parler à leur élèves pour ceux qui seraient intéresses voire venir animer un atelier d'initiation , ça a été un franc succès , nous avons été très mal reçu , aucun d'entre eux n'a réagi positivement ... Nous avons du mal nous y prendre ...

    Je ne suis pas assez connaisseur des structures du Rugby pour émettre des suggestions qui fassent sens mais je ne peux pas croire que nous n'avons pas les compétences chez nous pour retourner la situation de la même façon que nous n'aurions plus les talents pour rivaliser ... Par contre les années d'immobilisme , de politique politicienne et de bataille d'égo sont autant de freins à la transformation de notre sport ( encore adoré car on y joue bien ailleurs sic Jean Lou ) et la .... je ne vois pas bien ...Dommage car je reste encore persuade qu'avec quelques ajustements on pourrait améliorer la situation ....
    Les NZ et Kim Jong Hansen incarnent un conservatisme moderne , gardien du temple , autorité , exigence mais dans une adaptation permanente et nous l'immobilisme et la guerre des chefs

    RépondreSupprimer
  54. Nous sommes prisonniers de notre "succes" topquatorzien. Succès vite écrit avec quand même quelques millions d'euros de déficit cumulé. Je ne vois pas d'issue dans la mesure où même l'Argentine, que le rugby français à aidé en son temps, est désormais devant nous en terme de jeu, de formation et d'organisation.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Notre rugby est schizophrenique. Clubs d'un côté, xv de France de l'autre et rugby amateur au milieu. Sur fond de pouvoir mal partagé et d'absence de vision à moyen terme. Triste. Mais comme nous n'avons pas encore touché le fond la vraie prise de conscience n'est pas pour demain... Et si World Rugby offre à la FFR l'organisation du Mondial 2023 le fossé entre le réel et le fantasmé va se creuser encore davantage...

      Supprimer
    2. il suffira d'attendre au mois de novembre, les tests. et ce sera la révolution. Les uns soumis, les autres révolutionneront
      Le Gé

      Supprimer
  55. http://www.rugbyrama.fr/rugby/nouvelle-zelande-un-rapport-denonce-l-usage-d-alcool-et-le-sexisme-des-joueurs-de-rugby_sto6323207/story.shtml

    Je pense que c'est plutôt le black swan les AB :-)

    Toutes les nations ont des problèmes. Peut être, nous un peu plus. mais l'herbe est toujours plus verte ailleurs.

    Je suis d'accord avec Christian, nous savons tout et même nos erreurs, il suffit de s'y mettre tous en bonne intelligence.

    Le Gé

    RépondreSupprimer
  56. Encore merci Michel (rappelle le nom de ton blog, j'ai la flemme). Est-ce parce que nous sommes tous - mais chacun à sa façon - d'incorrigibles Français, mais la comparaison avec la Corée du Nord me semble foutralement excessive. Je me contenterai de dire que, sur les gros plans des retransmissions, les Néo-Zélandais semblent se marrer davantage sur le terrain que les gars de chez nous, qui mettent un point d'honneur à arborer des gueules d'enterrement, quel que soit le contexte. Z'ont pas trop l'air de souffrir du stalinisme supposé, les Kiwis. En outre, j'attends que des Coréens du Nord viennent finir leur carrière, quelle qu'elle soit, en France (ou ailleurs). Il a l'air d'avoir réussi son coup, le gros bébé Kim : on parle beaucoup de son bled.

    PS. Gariguette, te souviens-tu de Dutein ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne suis pas Gariguette mais je réponds quand même grâce -ou à cause- de ce nom "Dutein" qui m'évoque tout un flanc de mon passé avec les frères Georges et Robert Duthen. Je viens de faire une rapide recherche et tombe sur un petit résumé de "Rugby d'Antan" (de Robert). Deux petites citations s'y trouvent qui résument parfaitement mon sentiment.
      La première de R.Duthen:
      -"Ce qu'il faut tuer en rugby, c'est le désir de vaincre à n'importe quel prix et par tous les moyens."
      Et la seconde, complémentaire, de Sir W.Wakefield:
      -"Ce jeu n'a jamais été destiné à être une occupation profitable permettant aux joueurs d'y gagner leur vie."
      Voilà bien ce qui explique mon profond désintérêt pour le rugby actuel. Désintérêt qui augmente d'une façon inversement proportionnelle au fur et à mesure de toutes les constructions monstrueuses bâties autour du cadavre de ce jeu.

      Supprimer
    2. Charles, je n'ai pas "comparé" le rugby néo-zélandais avec la Corée du Nord.
      Mais on peut le voir aussi sous un autre angle que les dithyrambes (j'ai vérifié dans le dico avant d'écrire...) que l'on lit dessus depuis quelques années (et y compris de ma part du reste).
      Tout ne peut jamais être noir ou blanc, et la recherche du meilleur niveau qui est la leur doit nécessairement s'accompagner de sacrifices, d'éléments laissés volontairement de côté. Du reste cette recherche du meilleur n'est pas une fin "positive" en soi: les clubs du Top14 recherchent bien la meilleure efficacité avant tout, et ce n'est pourtant pas synonyme de beau jeu, voire de jeu qui gagne, on ne le sait que trop.

      Je ne suis donc pas sûr que dans le rugby néo-zélandais le talent soit systématiquement promu (= que le système s'adapte plus au talent naturel que celui-ci ne se coule d'abord dans le moule). Un joueur aussi talentueux que l'était Carlos Spencer n'a peut-être pas eu la carrière internationale qu'il méritait pour ça; et si on parle toujours de ceux qui réussissent, j'aimerais aussi entendre parler de tous les talents du rugby néo-zélandais qui n'ont jamais eu la carrière internationale que leur talent méritait, et pourquoi (cette liste existe aussi en France, du reste, pour des raisons qui sont aussi propres à notre rugby et à son histoire).
      Tiens, ces problèmes des joueurs NZ de rugby de haut-niveau autour de l'alcool et du sexisme dont parle Michel, n'ont-ils pas un lien avec une forme de mal-être induit par la nécessité d'être des modèles de comportement et d'éducation pour toute une nation, et la pression qui va avec ? Qui s'ajoute à celle de la concurrence féroce du haut-niveau que Michel évoque ?
      Alors le rugby néo-zélandais est le plus fort du monde, mais tout ça a forcément un prix. Michel nous explique en ce moment le "comment ?", je ne voudrais pas qu'en se posant la question du "pourquoi ?", on ne découvre des réalités moins brillantes (et je précise que pour moi, l'éventualité d'un dopage organisé, de temps à autres évoquée ici, n'est qu'un élément parmi d'autres).

      Supprimer
    3. Si l'on croit F. Galthié, le T 14 se joue à 54 mètres-minute. Qu'est-ce que ça veut dire ? A partir du moment où le ballon est en jeu, c'est la distance parcourue en moyenne par les 15 joueurs de l'équipe. Le Pro 12, c'est 80, 90. Dès que tu vas en Super Rugby, t'es à 90. Au niveau international, t'es au-dessus. On est 33% plus lent que le plus lent des Championnats. En Top 14, tu as à peu près 120-140 rucks par match. Sur les autres Championnats, c'est 170-200. Ça veut dire que ceux du Top 14 sont très longs ! Et il parle championnat. Quand on voit les match des 4 nations, je ne sais pas à quel niveau ils sont mais ça doit performer dans le même sens voire plus. Et je rejoins Pipiou là dessus : Parce qu'à un moment, même si la lenteur provient du style de jeu en T 14, i l n'empêche que comparativement à d'autres et des matchs internationnaux hémisphère sud notamment, il faille une condition physique largement supérieure. Combien de mètre-minutes ? quelqu'un le sait ? Comment font ils ???...


      Supprimer
    4. ... et le cerveau?? ..... est-ce qu'il y en a un qui s'est posé la question de savoir comment le joueur fait et à quelle vitesse son cerveau réagit, avec quelles données (qu'il a "ingurgitées ou qu'on lui a fait ingurgiter) il analyse la situation problème qu'il doit résoudre au mieux, le plus vite possible, pour que d'abord il conserve ce ballon difficilement acquis, qu'ensuite il prenne les bonnes informations (de la situation), qu'il aille chercher dans sa mémoire motrice la meilleure solution, et qu'il réalise le geste juste et adapté pour poursuivre le mouvement dans le meilleures conditions de réalisation !!!! alors, on parle de quoi ??? ... 33% plus lent? ... de quelle vitesse???... de mètres-minute pour faire quoi???.... ah bon? ... excusez-moi, je suis certainement "has been" !!!... j'ai du mal à comprendre ...

      Supprimer
  57. L'image de la Corée n'est pas fausse (mais du sud) vous n'avez pas idée des taux de suicide à Auckland, ils sont du même tonneau que ceux de Séoul. Je vais en parler dans quelques jours. La boucle se boucle. Pour le rugby, je n'enjolive rien, je n'ai fait que la description du système. Il est comme il est et fonctionne depuis longtemps. Alcool et sexisme quand nous étions jeunes que faisait-on? Sauf qu'aujourd'hui ils ne sont plus au jaune ou au muscat nos gamins...Je vous ai dit ailleurs que les Néozélandais ne savaient pas se nourrir, ils ne savent pas boire non plus. Je suis en contact privilégié à L'université d'Auckland une "fête" d'étudiant fera des morts un jour (c'est peut-être déjà le cas, mais pourrait avoir été caché (nous sommes dans une société libérale...).
    Les joueurs sont sympas et ouverts, souriants, en Franchise ou All Black ils ont atteint leur rêve de gamin , ce dont je peux témoigner pour les avoir rencontrés à l'entraînement , en ville et à l'aéroport. Un Millner Skudder, Barrett ou Shiels, Withlock ou Read sont abordables partout.
    Ce que je sais Pipiou, c'est que "tout" le budget des clubs passe dans les salaires des joueurs en France. L'investissement technique est un peu sur les salles de muscu et pour le reste c'est famélique: locaux administratifs et d'entraînement, soins, assistance aux joueurs, souci d'éducation et d'amélioration. L'impression que vous me donnez c'est que les joueurs n'ont pas envie de travailler pour mieux jouer. Je pense que des entraîneurs et Novès en premier (que l'on sait travailleur et plutôt intransigeant) doivent s'arracher les cheveux.
    Ce n'est pas gagné surtout que l'on ne sait déjà pas où aller. Bonne nuit. Aujourd'hui America's Cup.

    RépondreSupprimer
  58. il ne faut attendre aucun mouvement revolutionnaire au sein du rugby francais
    un milieu frileux defendant ses privileges la franc maconnerie de ses dirigeants
    on ne peut notament sur ce blog que denoncer les abus les incompetences de cette sphere courtisane
    seul agrement du week end une tendance a faire des passes apres contact encore trop de percussions inutiles et systematiques aquand les passes avant contact
    de la fraicheur du dynamisme avec ces jeunes francais LACROIX DUPONT ET LE DEUXIEME LIGNE TOULONAIS
    Il y a un beau potenciel que disparaisse la fameuse liste de noves place aux forces vives

    RépondreSupprimer
  59. Tout est dit encore une fois. Tant qu'il n'y aura pas une vraie prise en mains... propres, avec une réelle envie (désintéressée) de faire évoluer l'ovale français vers l'excellence et pas qu'avec l'argent, rien ne se passera. Si l'argent ne fait pas le bonheur, il ne fera pas non plus le rugby. Il y contribue au plus.
    Sinon, on attend de voir Les rochelais face à Montpellier, puisqu'il semble que ces 2 là se dégagent un peu des autres. Bien qu'au cours de l'automne et l'hiver, avec l'absence des internationnaux, certains pourraient quand même d'être en difficulté.

    RépondreSupprimer
  60. Vous je ne sais pas mais moi je n'ai pas envie de verser dans la pessimisme ambiant, ce qui n'empêche pas toute lucidité. Le rugby d'élite traverse une mauvaise passe en France. Mais il y a d'autres sources pour s'abreuver, non ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Certes, le fleuve de l'élite est pollué, pourri, imbuvable, mais il est plein de petits rus gouleyants et emplis de fraîcheur, vrais havres de communion et d'odeurs de vestiaires huile camphrée et synthol, sans seringues ni pots belges dans les poubelles, et de petites auberges sur les rives, appelées cleubouzes pour s'y enivrer et rendre grâce à l'ovale et ses serviteurs.
      Depuis tout petit on me dit de regarder toujours vers le haut, c'est là que tout est pour le mieux, et bien pour mon petit jeu de couillons à balle ovale je suis bien dépité en ces jours, je vois bien plus de choses et suis plus en phase pour célébrer le rugby sur les terrains des séries territoriales, et ma foi c'est déjà pas si mal !!!!!!!!!!!

      Supprimer
    2. Pas de pessimisme, juste le constat que le rugby français de haut niveau affiche actuellement des carences criantes qui se vérifient dans nos confrontations avec les meilleures nations du monde. Actuellement, ce qui veut dire que la roue tournant, la situation pourrait ne pas être la même dans 10 ans; ce qui est valable autant pour la France que pour les All Blacks qui marchent sur l'eau depuis 6 ans.
      Le pessimisme, on peut néanmoins en faire preuve quand on voit que le mal qui caractérise le haut niveau en France imprègne de plus en plus les niveaux inférieurs, tant au plan économique (l'inflation de joueurs étrangers, des îles) que sur le plan du jeu lui-même (prééminence du physique, jeu restrictif).
      Et on peut aussi en faire preuve pour l'avenir à voir l'inertie avec laquelle ces problèmes actuels du rugby français sont pris en charge par les instances, quand ils ne sont pas niés.

      Ceci étant j'ai toujours été le premier à penser que le rugby ça se vit aussi et surtout au plus "bas" niveau. Applaudir l'EDF à la télé, c'est bien, mais prendre plaisir à voir un match en vrai, un beau geste, un bel effort ou une belle passe, même à un tout petit niveau de série, accoudé à la rambarde avec une binouze en main, ça n'a pas de prix (et je ne parle même pas du plaisir à pouvoir encore jouer, qui est incomparable).

      Supprimer
  61. Lacroix, Belleau, Irribaren, Dupont, d'autres encore on peut pas nommer tout le monde, ce serait une riche idée dans les têtes de nos techniciens d'en-haut de penser que peut-être ces gars-là pourraient apporter ce qui manque à notre quinze et qui fait pleurer les pôvres amateurs d'en-bas que nous sommes.
    Meuh non, liste élite et développement toujours ligne Maginot des sélectionneurs, rien ne doit dépasser, pas d'intrus dans nos tranchées, rester dans nos options mêle si mauvaises et puis envoyer à l'assaut les grognards épuisés par les cadences du FLOP.14, et puis rien ne change donc, tout pareil comme avant !!!!
    QUOI ?????? Des leçons à tirer ?? De quoi ?? Du dernier tournoi ?? De la tournée d'été ?? Des stages qui s'additionnent ?? Non mais, m'enfin, hé ho, restons sérieux .......
    Petit aparté sur mon CAB (et aussi celui de quelques autres, bon, ok), quelle étrangeté qu'une équipe change à ce point d'une saison l'autre. Méla Péjoine et Ribes partis, explication suffisante ?? Alors c'est que les autres, tous les autres, sont de petites personnes, de petits joueurs ?? Ce qui est frappant c'est la perte d'identité de l'équipe, on ne reconnait plus ce qui faisait sa force, plus frappant encore c'est que le staff est dans le déni, visiblement ça flotte entre toutes les composantes, peut-être bien que le ciment de l'affaire résidait dans les personnalités qui sont parties, mais alors ça soulignerait la légèreté de l'encadrement dans sa projection pour cette saison, voire les suivantes. Pas se voir trop beau quand tout est question d'une transformation qui passe ou pas, d'un ballon qui rebondit ou pas et de la réussite qui te sourit ou pas.
    En ce sens ce qui arrive au CAB est un exemple et un avertissement pour les autres, surtout pour ceux qui investissent à gogo et s'endettent à foison, ça fonctionne un temps, puis il devient obligatoire que ça continue à fonctionner, pas de baisse de régime, pas de ventre mou dans le championnat, toujours plus haut les partenaires plus fort les recrues plus vite l'argent, et bien sûr un jour ça casse.
    Je suis triste pour ce club ancré en moi su profondément, pour cette région qui respire au rythme de ses résultats, d'autant que le programme qui vient est plutôt copieux.
    Allez, portez-vous bien.
    Tiens le F.C.Auch repart en honneur, du coup il retrouve son nom de terroir d'origine -c'est le Caporal là-haut qui doit bien rire), par contre le G de Gascogne a foutu le camp, avec ses subventions, ses prébendes, la paille au cul et le feu dedans, Mort aux CONS !!!!!

    RépondreSupprimer
  62. Ben voilà ! C'est effectivement dommage de ne pas être " admiratif " du jeu proposé au dessus comme le dit Nini
    Pas de pessimisme mais de la frustration et comme toi Richard de la lucidité pour ne pas avoir d'attentes trop élevés .

    RépondreSupprimer
  63. Et ne jamais oublier que les valeurs que ce jeu instille à chacun nous le portons. Pour illustrer cela un message que je viens de recevoir de Mervyn, arrière, écossais d'origine et qui habite Oban (Stewart Island) avec Rosemary. Tous deux gèrent amoureusement le petit musée dont on vous parlé. Des gens remarquables. Merv vient de me passer un article du Otago Daily Times qui fêtait le Centenaire d'un match de rugby entre les néozélandais et l'armée française en avril 1917. Délicate attention:
    https://www.odt.co.nz/opinion/nz-won-rugby-battle
    Pour ceux qui ne connaissent pas l'anglais, Google traduction pourra vous aider.

    RépondreSupprimer
  64. Nini,
    Comme toi et beaucoup d'autres je me suis régalé à la lecture des articles signés Duthen, à une époque où, dans la foulée de l'Antoine, les troisièmes mi-temps des journalistes étaient réservées aux âmes fortes.
    Mais j'évoquais plutôt Dutein, deuxième ou troisième ligne international des années 70, dont une des plus grosses performances fut d'avoir successivement porté les maillots de Mont-de-Marsan et de Dax.

    Pipiou,
    J'évoque fréquemment les Néo-Zélandais et les AB en particulier, ne serait-ce que parce que je présente la particularité exotique de préférer regarder un beau match qu'un moche. Cela ne m'amène pas à considérer automatiquement que ce pays est peuplé de gens admirables en tous points. Tous les Européens y ayant effectué un séjour ont souligné l'étrange sentiment né de la situation géographique des îles et Michel, par exemple, a rappelé un taux de suicides révélateur. Chez ceux qui "s'adaptent", on constate une course vers l'hyper professionnalisme et le perfectionnisme que l'on retrouve dans tous les domaines. Pour oser une comparaison assez facile, je dirais que nous sommes un régiment d'infanterie et les Néo-Z la Légion. Ce devoir d'exigence est rude. Il casse les fragiles et pousse les zozos aux excès. C'est pourquoi j'hésite à te suivre à 100% quand tu évoques l'hyper talentueux Carlos Spencer. Sans compter que Merthens tenait fermement la barre. Corée du Nord : ne pinaillons pas, rapprocher le paradis kimiesque de la NZ n'est pas la preuve d'une objectivité sans tâches (litote).

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bernard Dutin, O.K.
      Excellent effectivement...Il a joué, en particulier, le second test de la tournée en N.Z. 1968. Une équipe remarquable qui aurait largement pu gagner les 3 test au lieu de les perdre...; parfois "bizarrement"! En troisième ligne:
      Greffe, Billières, Chenevay, Carrère, Dutin et Salut. Que du beau monde! Sans compter Dauga et Spanghero, sélectionnés en seconde ligne avec Cester et Plantefol! Je vous passe les autres, du même acabit.

      Supprimer
  65. Ce n'était qu'une image, Charles...
    (mais que j'assume avec une parfaite subjectivité !!)

    RépondreSupprimer
  66. Je suis d'accord avec Pipiou quand il dit qu'il y a de la casse. La course à l'élite ce n'est que ça. Je vous ai dit que depuis 1905 il y au tableau All Black 1045 joueurs...C'est très peu. Mais comment empêcher un gamin de 5 ans de rêver d'être All Black dès qu'il touche un ballon de rugby?
    La concurrence commence immédiatement dès le collège. Les joueurs sont dans le circuit compétition dès 13 ans au collège. A 15-17 ils sont poussés par les professeurs (notoriété et sponsors oblige pour la vie de l'école) et les superviseurs des clubs des environs à la recherche permanente des talents.
    Les All Blacks que nous voyons en ce moment entrer en jeu , aucun ne déçoit. Ils sont là pour manger celui qui est absent. Une attitude mentale qui dope à elle seule le joueur. Je vous parle là en tant que coach de golf et d'entraîneur de tennis. Dans ce dernier j'ai travaillé avec Georges Deniau. Aucun français n'a résisté à ses demandes, mais des australiens ou des suisses oui. Au prochain Quinconces, je vous propose une séance d'endurance mentale comme je l'ai apprise d'un Pro du circuit européen irlandais. Je l'ai pratiquée pour moi et je l'ai soumise à de jeunes professionnels français.Les jeunes ont pleuré mais ont compris ce que c'était que le haut niveau. Ils enseignent avec leurs tripes aujourd'hui et ont beaucoup de succès.
    Il faut se méfier des chiffres annoncés pour les analyses de GPS. Celles dont je dispose sont inférieures à celle annoncées. Pour les Hurricanes c'est en moyenne pour l'équipe 70-80. Pour les All Blacks c'est un poil supérieur. Mais pas supérieur à 100. Dans la mesure où l'on parle de moyenne il y a forcément des joueurs qui dépassent.
    Ce qui m'a été donné de voir c'est l'implication des joueurs. C'est impressionnant leur disponibilité et le peu de mots employés par les coaches au cours des ateliers. Mais dans leur tête ils ont les schémas depuis des années. Ils ont une formation qui même lorsqu'ils sont asphyxiés leur permet encore de réfléchir en plus d'avoir des gestes automatisés. Peut-être ce serait un test de QI à faire dans les équipes de rugby.
    Pour les rucks, regardez samedi prochain comment ils plaquent. Ils plaquent très bas pour stopper l'attaque et un autre s'occupe de récupérer le ballon. Très vite ils se dégagent pour se replacer en défense. C'est ce rythme qui asphyxie l'adversaire. Ce rythme existe déjà aux trois entraînements de la semaine. Ici on privilégie la vitesse de course , au sol et en replacement en défense et surtout en attaque. le soutien du porteur est presque "inné". Voir l'essai refusé à McKenzie et Fifita samedi dernier.
    Depuis leur plus jeune âge les NZ tous sports confondus ont des terrains et des moyens. Le sport fait partie de leur santé et de leur bien-être. Inscrit dans l'objectif de l'éducation...
    En plus des moyens techniques ils ont des soins. Dans leur vestiaire les joueurs ont des bains de récupération. En fin de semaine ils vont se faire soigner à l'hôpital si c'est nécessaire, le staff médical est aux petits soins pour les joueurs. C'est leur boulot , ils sont présents aux entraînements.
    Coles a mis 3 mois pour revenir d'une commotion à Wellington, reprise puis arrêt de nouveau. Malgré la pression les joueurs sont mieux protégés. Hansen a fait reposer Whitelock samedi dernier...c esera le tour de Retallic aussi je pense. On verra à la compo demain. Mais aussi bien Scott Barett que Romano ont été bons. C'est le moment.
    Je ne pense pas qu'il y ait un dopage organisé, ce n'est pas le genre du pays (et ils sont surveillés par les anglais qui en ont marre de les voir gagner). Mais pour 2019 je pense qu'ils sont en danger par le comportement de leurs journalistes et de leur public. Cela m'est apparu clairement mais en arrivant à Auckland (qui se prend pour la capitale) j'ai appris que j'étais chez les ploucs. Donc on verra samedi en attendant Novembre.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bref le haut niveau avec ses exigences , les charges de travail qui vont avec et le suivi qui en découle
      Comme tu dis c'est leur boulot et leur choix de s'y coller ou pas , ce qui est sur c'est que l'on ne peut pas y aller à moitié si l'on a une quelconque ambition de figurer au plus haut niveau , voir le documentaire sur Tedy Riner
      Apres , ça fait envie ou pas , ca fait rêver ou pas ... remettre le jeu avec son aspect ludique me semble important pour attirer les gamins , en tant que Père et Grand Père pas sur que même doué j'aurai envie qu'un de mes petits fils rentre dans ce barnum , je ne parle pas spécialement des NZ ou du Rugby ... , dernier US Open 5 mecs au tapis , compétition au rabais ...
      Au fait Michel tu parles plus haut des suicides , ça touche tout le monde ou une population en particulier ?

      Supprimer
    2. Ben oui, c'est ça le truc, que chacun selon ses possibilités, ses ambitions aussi puisse pratiquer dans les meilleures conditions.
      Ce sport avait chez nous une aura,on se la prêtait un peu aussi, c'est devenu un repoussoir, fait yech,bordel !
      Allez, m'foutraient en malpolisation ces cons la.

      Supprimer
    3. Attention Michel, je n'ai pas dit qu'il y avait nécessairement de la casse, mais que dans le rugby NZ, le maillot noir étant un Graal réservé à l'élite de l'élite, il y a beaucoup plus d'abandons en cours de route que d'heureux élus. Ce sont ceux-ci qui notamment m'intéressent, non pas que ce soient des ratés, mais comment ils vivent ça, cette pression et cette concurrence terrible. Il me semble que pour les joueurs du plus haut-niveau, auxquels on demande à la fois d'être les meilleurs et les plus exemplaires sur et en dehors des terrains, la pression doit être telle qu'elle ne doit pas forcément se vivre bien (ou alors s'évacuer par d'autres moyens pas forcément "exemplaires").

      Ce qu'il serait aussi intéressant de savoir, c'est comment le joueur de rugby néo-zélandais "de base" vit son rugby ? (comparativement à ce qui se fait chez nous).

      Sinon pour ce qui est du jeu lui-même, ce qui me laisse toujours admiratifs en regardant les All Blacks (et plus généralement les anglo-saxons), c'est leur discipline: pas de geste ou de course inutile, une forme d'intelligence de jeu qu'on voit trop peu chez nous (par exemple cette discipline du replacement systématique en défense autour des rucks: autant les joueurs AB vont y aller à fond pour venir gratter le ballon s'il y a la possibilité, autant si ce n'est pas possible ils se replacent très vite et restent disponibles; chez nous on bataille pour batailler, on fait des efforts inutiles, ce qui explique le moindre nombre de rucks et leur longueur). C'est un peu la même chose pour les mêlées: nous on les joue toutes systématiquement, avec le nombre et la perte de temps consécutive, les All Blacks semblent ne se concentrer que sur quelques-unes, les autres n'étant que lancement de jeu. Tout ça joue sur le temps de jeu effectif, donc sur le volume de jeu, et quand nos joueurs du Top14 arrivent au niveau international, ils ne peuvent plus suivre un rythme auquel ils ne sont pas habitués.

      Supprimer
  67. Serait intéressant que les 5 qui ont voté "autre" pour les éventuels statufiés nous dosent à qui qu'y z'ont pensé. Perso puisque j'en suis, je pensais au Pierrot de Pompadour.
    Bel échange ente Galthié, Mignoni et Elissalde sur l'équipe, et des pistes en pagaille !!!!!!!!!!!! Autre bel article sur RR Jeff Tordo, un monsieur qu'on a envie de suivre

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah ben dis donc, pas vu le sondage, sinon "Nobody" Earles serait pas resté fanny, non mais ho !
      Personne n' a rien volé sur cette liste, ( Piennar ?)mais Craven,Du Plessis, Going, Mias,un ou deux gros genre Price ,Papa, Fitzpatrick...
      Allez les souvenirs

      Supprimer
  68. excellent

    Rugby Club l'Aurence Limoges #craquage #CaVaChanterDimancheSoir

    RépondreSupprimer
  69. A lire aussi en cliquant un peu plus bas dans la Blogothèque
    Contre pied : "JO Paris, la victoire de Lapasset."
    Edifiant., s'il était besoin de le souligner. Mais remarquablement bien résumé et mis en perspective.

    RépondreSupprimer