lundi 31 octobre 2016

Pour le plaisir

Quel lien entre Flair Play, les élections présidentielles de la FFR, le rugby français amateur, les Côtes de Gasgogne et Michel Crauste ? Un passionné, Philippe Chalvet, ancien première-ligne du RC Plaisir jusqu'en 1984, dont il est le vice-président bénévole depuis quinze ans ; aussi secrétaire général du comité départemental des Yvelines de 2000 à 2010, et dont le grand projet, mené à bien, fut d'accompagner des enfants handicapés mentaux et physiques  à l'ensemble des matches de la Coupe du monde 2007 disputés au Stade de France et au Parc des Princes.

Philippe, je l'ai rencontré au travers de sa collection d'ouvrages commencée il y a une dizaine d'années sur le rugby, «plus de quatre cents références, des ouvrages de langue française, à partir du Grand Combat» jusqu'à La Confrérie des Gros qu'il trimballe avec lui chaque fois qu'il passe par L'Equipe afin de le faire dédicader par Jean-Chrisophe Collin.

Parce que la particularité de sa collection c'est que chaque ouvrage est dédicacé par son auteur. C'est ainsi que Philippe Chalvet tisse du lien. Supporteur inconditionnel du FC Lourdes, lui l'ancien pilier et talonneur de Plaisir, il a créé une relation privilégiée avec Michel Crauste. «J'ai rencontré Christophe Schaeffer après avoir acheté son livre, Le rugby raconté à mon fils...» En quête de dédicace. «Ce livre je l'ai envoyé à André Boniface, Guy Novès, André Herrero et Michel Crauste, qui l'a relayé auprès de ses amis, à Lourdes. Christophe et lui se sont rencontrés et de là est né Le Testament du Mongol, sorti l'an dernier

Vous imaginez bien que Flair Play, Philippe, il va aider à sa sortie (ne manquent que 5 % de budget pour lancer le premier numéro en décembre) en allant oeuvrer sur https://www.kisskissbankbank.com/flair-play-le-magazine-aux-regards-uniques-sur-le-rugby. «Car Christophe est un homme d'engagement. Et en plus on a joué dans le même club, Plaisir.» Plaisir, Fédérale 3. Ecoutez plutôt ce qu'il a à dire, comme Tautor avant lui, du rugby. A toi, Philippe !

Sur le rugby amateur en général, pour commencer ? «Hors des zones «historiques», trop de clubs font le yoyo d’une division à l’autre. Les assises financières sont difficiles à trouver. Des montées rapides sont suivies de descentes toutes aussi rapides. C’est épuisant pour les dirigeants et les joueurs. Qui plus est, il n’y a toujours pas de lecture de feuilles de match à code-barres. On remplit ça comme lors d’un tournoi de pétanque de quartier. L’informatique, ça soulagerait. Et ça gommerait les histoires de fausses licences. Entre autres...»

Concernant la crise du bénévolat, Philippe Chalvet alerte : «Il faut du sang neuf. Mais on ne trouvera plus quelqu’un au service d’un club pendant soixante ans. On vit dans la civilisation des loisirs. Le samedi, on appelle les dirigeants et on s’entend répondre : «Ah, non, je ne peux pas venir, je vais à la piscine… » Le rugby, c’est un sport d’engagement et pas seulement pour se balader habillé en Eden Park…» Les voilà habillés, du coup.

Au sujet du calendrier amateur : «Il serait souhaitable d'éviter de jouer de novembre à février, assure notre collectionneur. On n’attire personne. Ce serait plus sympa d’organiser le Championnat à partir du printemps, avec des saisons plus courtes et des distances moins grandes. Car on fait l’étoile, un coup au nord, puis au sud, puis à l’est. Pour un trésorier, c’est terrible. Le meilleur sponsor du club, c’est le propriétaire d’une compagnie de bus. Sur un budget, toutes équipes confondues, c’est 50 000 euros car un bus coûte entre 700 et 1000 euros à chaque fois.»

Concernant les élections : «Les clubs ont des difficultés à exprimer leurs difficultés, avoue ce dirigeant bénévole. Parce qu’à l’intérieur, on ne se rend pas compte de tout. Je regarde en quoi les candidats se distinguent. Mais les promesses sont électorales. Pas un ne dit : «La première année, je fais un audit des clubs. La deuxième année, j’obtiens une aide du ministère pour avoir des conseillers techniques,» et ainsi de suite. Il y a des effets d’annonce mais pas de langage de vérité. Mieux vaut cinq clubs dans un petit périmètre que dix. Mais il faut préserver les dix écoles de rugby. Si les cinq clubs élèvent leur niveau, on élèvera le niveau de formation et donc de technique individuelle. Cela dit, si on appelle formation se rentrer dedans en utilisant la différence de gabarit, c’est pas comme ça qu’on rattrapera le décalage qu’on a avec d’autres nations.»

Alors qui choisir comme président de la FFR ? «Les trois qui se présentent ne sont pas des hommes neufs dans le rugby, note comme nous tous celui qui s'occupe de tenir la buvette et de préparer le déjeuner, chaque dimanche, quand Plaisir évolue à domicile. Alain Doucet a été Secrétaire Général de la FFR pendant 14 ans. Pierre Camou, son seul fait d’arme c’est d’avoir rapproché Saint-Jean-Pied-de Port et Saint-Etienne de Baïgorry. Bernard Laporte, c’est un meneur d’homme, mais en dehors de ça ? J’ai l’impression qu’on est dans une logique de Clochemerle. Une élection, ça se prépare deux ans avant avec un projet explicité. Ca ne consiste pas à envoyer un courrier aux clubs.»

Nous avons terminé notre café, puis récupéré des pages Vintage à L’Equipe, Salut, Sitjar, Guillard, Fourniols, Lafond, Herrero, Conquet, Barrière... Philippe m’a offert une bouteille de Côtes de Gasgogne de chez Joël Pellefigue, un domaine jadis cultivé en vigne par les Romains. Merlot, Cabernet Sauvignon et Cabernet franc. Avec quoi me conseillez-vous de le déguster à notre santé et à celle de tous les bénévoles et passionnés qui peuplent le rugby ?

109 commentaires:

  1. Salut Richard

    Bois un coup de ce vin avec un livre d'Antoine Blondin et une pensée pour Jean Carmet
    Bises de Bastia

    RépondreSupprimer
  2. et si tu n'as pas sous la main Antoine Blondin , prends Kleber Haedens en pensant toujours à Jean Carmet !

    Bises de Bastia

    RépondreSupprimer
  3. en naviguant un peu sur le net , j'ai trouvé cet article de la dépêche sur Kleber Haedens ,je pense que les amis vont apprécier ! l'article parle de la maison ou lui et sa femme Caroline recevaient leurs amis !

    " Blondin y a vidé « quelques » bouteilles. André Daguin, Pierre Villepreux, le docteur André Brouat, Lucien Mias, Max Guibert y débattaient interminablement du jeu et des joueurs de rugby. « André Brouat m'assure que le jour où il faudra avoir au moins 2 mètres pour entrer dans la ligne d'avants, ils pourront faire tout ce qu'ils voudront sur le terrain, lui restera à la maison. » Aux dernières nouvelles, l'ancien trois-quarts centre tiendrait parole. Le géant béglais Robert Soro avait une idée singulière sur les repas d'avant match: « Si la partie se dispute sur terrain sec, côtelettes d'agneau grillées. Sur terrain lourd, au contraire, copieuses assiettes de civet de marcassin. Pour rencontrer le Stade montois sur son terrain, ortolans et salmis de palombe s'imposent quel que soit le temps. » Kléber Haedens écrivait toujours ses chroniques allongé dans son lit, la tête bien calée entre deux oreillers "

    RépondreSupprimer
  4. CHALVET president un homme sain dans un univers impitoyable
    des remarques pertinentes de belles innovations
    mais bien sur les bien pensants retorqueront tres tres interessantnous en tiendront compte prochainement un bel enterrement diplomatique ils loueront les benevoles en pensant quelle manque d ambition les anime
    plus que jamais le monde n est que l emanation de la ferme des animaux
    tous partant lutteurs emmerites
    et soudain l ambition la soif de pouvoir
    saborderont les sinergies initiales
    que les cochons se goussent de leurs succes
    et que vaillement lutte le cheval
    je prefere etre un vieux percheron fidele a ses engagements
    toujours pret a decocher une ruade a tous ces parvenus
    vive les benevoles
    je conseille donc un vin de paille

    RépondreSupprimer
  5. Ô plaisirs Messieurs Dames !
    en cette veille de Toussaint, quel plaisir de te lire Ritchie et de vous lire en taiseux que je fus ces derniers temps ... Demain sera le jour de la ou des"Béatitude(s)" celles des "Heureux, les pauvres en esprit, car le Royaume des Cieux est à eux." Oui "Heureux" , heureux d'appartenir à ce monde amateur et libre comme Philippe ou la croyance et le credo ne font q'un.... Samedi, après une victoire nourrie d'incertitudes, de vaillance, de combat des U16 et U17, j'ai repensé à notre conversation du repas de 11h sur le rugby amateur et sur le rôle crucial des bénévoles. Huit jours avant, en terre gasconne, chez d'Artagnan, sur le terrain Jacques Fauroux, ces mêmes jeunes ont moucheté le comté Périgord Agenais avec un plaisir non dissimulé. Bravo ! Mais encore plus "BRAVO" à ces vieilles grand mères et grand pères qui nous ont accueilli à bras ouvert pour ce buffet d'avant match. "Heureux les cœurs purs" du plaisir distillé à nous servir comme des princes sur les bords du Gers, faisant cuisine et service digne des grandes cantines d'autrefois. Comment ne pas me souvenir de ma Lomagne d'enfance ou l' amateurisme et le bénévolat représentaient une carte de visite en soi pour ceux qui suaient sans compter ... le rugby amateur était une vraie culture, né du sillon de la herse, du joug des boeufs et de la main rugueuse qui donnait sans compter sans même savoir que la béatitude avait pu exister par le passé. "Soyons dans la joie et l'allégresse car notre notre récompense sera grande dans le royaume des Cieux" Autant dire que le rugby amateur ne subsiste que par le bénévolat mais bon ne soyons pas candide non plus! En fédérale 3, budget de fonctionnement 150 000€ plombé par les déplacements pharaoniques, par les licences, etc ... et paradoxalement nouveaux vestiaires à Gaston Vivas (450 000 €, obole de la mairie) dixit le Président rencontré l'autre soir lors de la venue de Pierre Camou à Balma. Étrange sentiment à l'annonce de ces chiffres alors que nous venons de remonter de division d'honneur pour le plaisir. Dire qu'il faut faire une entente avec le village voisin Montech pour avoir une équipe de cadets et de juniors ! Autant dire que l'illusion n'est pas fictive mais bien réelle et que le bénévolat ne pourra jamais venir à bout de l'ubuesque. J'ai écouté notre Président, grand tribun, basque affirmé, homme de terrain plus près intrinsèquement des clubs amateurs que du professionnalisme mais obligé de tenir son rang. Etaient présents Mrs Novès, Pelous, Palmié, Blanco, Rancoule, Bouscatel pour les plus connus et des Présidents de clubs tous niveaux confondus. Hormis un seul, amateur pur souche ou presque, personne n'a pris la parole même pour le grand stade ! Comme quoi le "plaisir " se trouvait ailleurs mais pas là ou il devrait être ! "Heureux êtes-vous quand on vous insultera, qu'on vous persécutera, et qu'on dira faussement contre vous toute sorte d'infamie à cause de moi" le rugby a cette faconde de taire les problèmes au lieu de les cultiver ne cherchant qu'à montrer que ceux qui brillent pour mieux lapider ses détracteurs ! Oh bien sûr je ne fais pas allusion à Bernard Laporte, à Mr Doucet, ou même au fécond Mourad ! Je veux parler de cet argent, aussi subversif que vicié, qui tous les jours tue encore plus de bénévoles que de princes consors même si aujourd'hui Mr Savare n'y trouve pas son compte. Il devrait devenir bénévole et mettre sa fortune ou celle de sa femme au service du rugby amateur ce qui en ferait un Président aussi inattendu que peu expérimenté. Comme quoi le rugby est une chimère mais reste un plaisir quand on le vit.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Tautor, welcome back ! "Taire les problèmes a lieu de les cultiver" tu as raison mais on dirait qu'aujourd'hui ce grand silence finit par étouffer les acteurs du rugby . Ca craque de partout, les hommes d'abord : j'espère que tu as vu l'enquête de Stade 2 sur le dopage "l'enfer du décor" , les structures financières aussi (Bourgoin de nouveau en difficulté, le SF à vendre, le RCT plus ou moins à vendre aussi) les structures tout court avec cette campagne au point mort où plus personne n'a rien à dire, même plus le courage ( ! ) de s'invectiver ... Le constat de Philippe Chalvet raconté par Ritchie c'est le nôtre ici depuis quelque temps . JanLou finissait son dernier post sur l'autre sujet par "haut les coeurs ! " il a raison mais ils sont bien lourds parfois les coeurs ! Bah .. on prendra des vitamines ; on se dopera le mental oops ! j'ai dit "dopé" ? 'scusez moi ça m'a échappé . ;-)

      Supprimer
    2. Eh oui il est là, Tautor ! Quand tu racontes le meeting Camou à Balma, j'ai l'impression d'y être. Les soumis comptez-vous. D'après ce que je lis (montée des prez amateurs à Marcoussis par bus et train, vote décentralisé), Laporte sera président ? Je me dis aussi : quand Savare va partir, d'autres vont suivre. L'occasion d'un ordo ab chao ?

      Supprimer
    3. Enfin, notre ami Tautor de retour,

      Un avis de plus toujours aussi intéressant que ceux de Gariguette, François, Nini, Jan Lou et de tous ceux dont je me régale à lire tous les jours.

      Ce qui m'ennuie, c'est cet aversion de l'argent qui d'après beaucoup d'entre vous a détruit ce formidable sport.

      Il y a eu et y a toujours beaucoup de bénévoles géniaux mais il y avait aussi des profiteurs et beaucoup de joueurs ont profité du rugby pour avoir une ascension social. L'argent a toujours existé dans le rugby et beaucoup en ont gagné (sous la table) et tant mieux.

      Sauf que c'était petits meurtres entre amis, pour vivre heureux vivons cachés. Maintenant la plus petite information est révélée (filmée) dans Twitter, Facebook, internet, ... Rien ne sera comme avant car tout va se savoir dans l'instant.

      Alors nous sommes instantanément informés du la plus petite bassesse de joueurs de présidents, d'agents, de dopage, mais tout cela existait avant sauf que cela restait dans un cercle restreint de connaisseurs.

      Ce qui m'ennuie le plus et que je voudrais partager avec vous, ce n'est pas l'argent, c'est que beaucoup de joueurs du plus jeunes au plus vieux affirment que le rugby est un métier.

      Toutes les personnes que j'ai connues m'ont parlé de ce sport comme une passion (qui vient du verbe latin pati, qui signifie souffrir). Mais maintenant, ce mot METIER ("travail dont une personne tire ses moyens d'existence et qui définit son état et sa condition").

      JOUER AU RUGBY pour tirer ses moyens d'existence et définir son état et sa condition.

      Comment jouer avec cette préoccupation, comment prendre du plaisir et en donner ?

      Même si les clubs sont devenus des sociétés de spectacle, ce n'est pas une usine à jouer au rugby.

      Je peux comprendre que du plus jeune au moins jeune, tu te dopes si jouer au rugby devient ton seul moyen d'existence.

      Ce jeu ne sera jamais un métier ou cela, je suis d'accord avec vous, va le tuer.

      Le Gé

      Supprimer
    4. Ouverture intéressante le Gé, sur la passion du rugbyman, j'ai toujours eu du mal avec ce mot et j'ai mis du temps à comprendre que, comme tu le dis justement, la passion est une souffrance - on parle de la Passion du Christ - L'étymologie du mot nous renvoie en effet à un phénomène dans lequel la volonté est passive, on subit la passion . Rien à voir donc avec le sens moderne de passion plus en rapport avec une émotion positive. Curieusement ce sens classique prend toute sa force avec la passion du joueur de rugby, qui en parle comme d'un métier, dans lequel il subit plus qu'il ne se fait plaisir . Les deux ne me semblent pas incompatibles, un métier peut faire souffrir et être, avoir été surtout, une source de joie . Il peut conduire au burn-out par excès de passion, les syndrômes se déclinent aujourd'hui http://www.lemonde.fr/m-perso/article/2016/10/13/apres-le-burn-out-et-le-bore-out-voici-le-brown-out_5012742_4497916.html ... L'homme au travail souffre, on le savait sur le plan physique, on a pu trouver des solutions pour alléger les charges, les postures etc ... la souffrance psychique est plus difficile à apaiser . Lorsque le joueur dit qu'il fait un "métier" c'est, je crois, pour prendre de la distance avec ce qui pourrait devenir une souffrance, quand tu es trop investi, trop "passionné" tu peux te brûler ( burn) les ailes et l'âme . C'est doublement difficile pour les rugbymen car on - nous, le public, les partenaires, les sponsors, la Nation etc ... - leur demande de montrer de la passion et de l'engagement, véritables moteurs des champions de ce sport . Pris au milieu de ces multiples sollicitations comme dans une toile d'araignée, ils doivent trouver en eux des réponses . Le "métier" qu'ils prétendent exercer en est une . Mais qui le croit ?

      Supprimer
    5. Gérard, l'immédiatement a du bon mais pas que du bon. C'est une dictature chronophage et stressante. Image pour moi dont c'est le métier. Qui aime prendre le temps de la réflexion...

      Supprimer
    6. Ce n'est pas le métier qui est en cause, ni même le salaire qui va avec, c'est l'usage qui en est fait.
      L'argent devient comme l'alcool chez les jeunes: une fin, pas un moyen.
      Auparavant on faisait la fête et ce faisant, on picolait; et à la fin, logiquement, on était souvent bourrés.
      Maintenant, avoir fait la fête, c'est par nature être bourré, et le plus vite possible. Sinon "on s'est pas éclatés".
      Le fric, c'est pareil; avant, c'était le moyen de faire ce que l'on voulait, s'acheter ce dont on rêvait, aller là où on voulait. Maintenant, le fric-même est devenu le but: le plus possible, le plus vite possible. Sinon, c'est la logique de Séguéla, caricature ambulante -dents blanches sur bronzage permanent- de la réussite contemporaine: Rolex avant 50 ans, faute de quoi t'as raté ta vie. Peux pas m'empêcher de penser que malgré le fric qui lui a permis tout ce qu'il voulait, le gus a manqué l'essentiel.
      Dans le rugby, suffit de remplacer "Séguéla" par "Lorenzetti", "Boudjellal", ou autre Altrad et Savare, et "Rolex" par "Brennus", la logique est la même. D'où ce sentiment d'accélération, de "tout, tout de suite", avec des hommes, des amitiés, du lien, bref de l'humain, foutus en l'air par cette exigence absolue.

      Supprimer
  6. Bonjour à tous, avec François et JanLou nous étions restés "Ordo ab chao" ! Je vous remets mon dernier post d'hier soir, finalement assez en phase avec ce nouveau sujet de (grand) intérêt :

    Parfois à Toussaint c'est triste la vie, le ciel est bas, le temps est gris, morose, il pleut, il fait froid on s'enfonce alors dans une humeur chagrine à l'image du temps . Là il a fait un temps magnifique, des journées lumineuses, en T shirt sur la terrasse, alors pourquoi le rugby, lui, fait-il la gueule ? Pourquoi ces matches insipides ? Pourquoi ces joueurs clonés aux déclas idiotes ( l'équipe va bien, on prend un match après l'autre, c'est à la fin du bal qu'on paie les musiciens ... vous voyez le genre ? ) Pourquoi cette valse des entraîneurs, des présentateurs ( mince alors Trillo, le seul encore supportable à canal avec Bayle ! )? Pourquoi ces clubs en perdition et d'autres prêts à flancher ? Pourquoi ces révélations incessantes sur des dopés pas dopés mais qui le sont quand même mais faut pas le dire ? Pourquoi cette dépression saisonnière affecte-t-elle une fois de plus l'Ovalie ? Pourquoi chaque année - car le grand cirque recommence chaque année - faut-il une crise ( mais ça sera la dernière on le jure ! )? "Tout cela manque un peu d'horizon, aurait murmuré Dostoïevsky "... allez lire la suite chez KallyVasco, ça s'intitule "humeur du soir"

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Excellent, le Kally Vasco. Allez-y, c'est salvateur.

      Supprimer
  7. La vraie bonne nouvelle c'est que Tautor à enfin payé EDF, ou alors c'est Camou qu'a fait un geste !
    Du coup, paf, la connexion est de retour !Ça devait pas être confort de se chauffer au D4, l'hiver Lomagnol n'est pas clément.
    Allez, quel cabot l'artiste !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Jan Lou, notre Tautor avait besoin de souffler, de se ressourcer, de prendre un peu d'élan pour revenir plus fort. Il n'est pas cabot, l'artiste, juste à fond de sixième. Et puis dans la vie, il y a des moments où il faut se placer en retrait pour mieux prendre l'intervalle.

      Supprimer
    2. Bien sûr, mais c'est mon p'tit coup de coude , le clin d'oeil affectif, la branchitude attitude quoi 😊
      Allez Tautor

      Supprimer
    3. Gariguette,
      je viens de regarder "l'enfer du décor" et les commentaires du Président de Provale. Dans les deux cas, les joueurs ne sitent jamais la médicale par respect, par pudeur ou par complicité à croire que tout le monde peut se doper à l'insu de son plein gré selon l'aphorisme de Mr Virenque ! Qui ne triche pas aujourd'hui ? les hommes politiques nous avons la dose, les industriels de l'automobile nous ont enfumés VW, l'agriculture avec les pesticides (cancers, malformations) Monsanto and Co, et donc le sport ne peut échapper pas à cette dynamique institutionnalisée à tel point que le dopage d'état est devenu une référence (RDA et consors, Chine, Kenya, Russie aux JO, etc.). Qui ne triche pas sur la route ceux qui sont morts et tous les autres qui sont laissés au bord de la route (handicapés, orphelins, veufs et veuves, ..) et qui bien souvent n'ont rien demandé ou ont fermé les yeux sur des pratiques interdites : un joint, boire de l'alcool, téléphoner ou faire des sms en roulant symbolisent la triche humaine au quotidien. Et ce ne sont pas les modiques représailles qui vont changer le phénomène. Pire, n'est ce pas diaboliser la vertu quand on a recours au cannabis pour vous accompagner dans la souffrance ? L'exemple et le contre exemple ! A quoi bon de légiférer avec autant d'insouciance, autant d'amateurisme et en pointant du doigt celui qui a fauté mais jamais soi même ! "Fais ce que je dis ne fais pas ce que je fais" !! Alors oui le dopage existe mais "pas vu pas pris" arrange tout le monde. Quand je vois que des jeunes en sélections prennent des médocs pour pouvoir jouer le WE c'est ahurissant ! Finalement, nous sommes victimes des pratiques importées des hémisphères pour lesquelles nous sommes encore béotiens, peu vertueux et dont nos charpentes ne sont pas conditionnées à ce dopage, habituées au foie gras, magrets de canards et aux spiritueux ! Je finirais par un clin d’œil avec l'alcool à 90° longtemps remboursé par la Sécurité Sociale surtout au moment des vendanges histoire de bonifier la récolte ! Donc tout fait ventre ... le problème c'est l'addition au moment de passer à la caisse ! La Béatitude en ce cas ne fait pas d'exception !

      Supprimer
  8. Ce que dit P. Chalvet, du déjà vu, non ??
    https://www.youtube.com/watch?v=nBmeOgBdBzg
    Mais qu'il faut redire, ou réécouter. On fait pas canard et d'ailleurs pour le Côtes de Gascogne, avec les cépages dont il est fait, je vois que du canard pour accompagner.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. This ain't no technological breakdown, oh no : this is the road to hell ! https://www.youtube.com/watch?v=OA1V7cI28hI
      PS : coin-coin ;-)

      Supprimer
  9. Il y a du déjà vu franchement ch... et du déjà vu que l'on est content de revoir comme une ancienne amie , les amis , une belle œuvre d'art , un film culte que l'on se repasse encore et encore , un livre dans lequel on replonge avec délectation etc etc
    Le club amateur , ses bénévoles , les amitiés , l'arbitre seul avec sa pauvre épouse qui l'accompagne et qui se demande pourquoi il vient se faire insulter et elle qu'est qu'elle fout la ! Faut il qu'elle l'aime son héros impartial du Dimanche
    Cette répétion de pensées , de souvenirs avec les amis des Juniors voire ... autour d'un bon dîner , des mecs que tu revois au bout de 10/15 ans comme si tu étais hier , des histoires qui s'éloignent quelque peu de la vraie mais pour être encore plus belle ou les mais " mais " non c'était pas moi c'est ce con de machin qui le rate " je sais comment tu peux dire ça j'étais pas la pour ce match "
    Ces répétitions je ne m'en lasse pas
    Sans transition , dis donc Charles " reviens on a les meme à la Maison "
    Tautor is back donc ... qui d'autre , Philippe ? Pipiou , George's ?

    RépondreSupprimer
  10. Chaque semaine un peu plus, vos contributions reflètent selon moi l'air du temps, avec ses désenchantements, ses craintes, ses pudeurs et ce perpétuel fond d'espoir, qui feront écrire bien ou mal et surtout beaucoup sur l'état de la France au début de ce siècle. Avec l'esprit rugby comme fondation, le concret, le geste, l'acte s'invitent à coups d'épaule dans l'abstraction ambiante et réchauffent aussi bien que l'intéressant Pellefigue, un de ces vins qui m'ont toujours fait abhorrer la parkerisation des cerveaux, le besoin de mettre une note à une bouteille alors qu'elle mérite des mots, des mimiques, des regards. Déjà que je ne goûte guère les notes infligées aux joueurs...
    Le rugby s'effiloche. Par quel bout peut-on reconstruire ? Reconstruire pourquoi ? Pour être un jour champions du monde, pour être heureux ? pour enfanter à nouveau des Pardo, des Charvet, des Boni, des Crauste ou des Domenech ? Je n'ai hélas pas eu beaucoup de temps pour bavarder avec Guy Boniface, qui aimait aussi parler d'autre chose, mais je suis sûr que ni le mot passion, ni le mot travail ne définissait son besoin incongru d'enfiler un short trois ou quatre fois par semaine. Il aimait sûrement prouver à André qu'il existait très fort et aux autres qu'il était doué pour tous les aspects de la vie. Il vivait, Guy. Sa mort fut comme une fin d'un monde. Il laissait un énorme message, lui qui en aurait ri. Pour moi, le petit Boni était le rugby, peut-être parce qu'il ne prononçait jamais le mot.
    J'ai quelque scrupule à l'écrire ici, mais je crois bien que ceux qui illustrent le mieux ce vers quoi nous aimerions aller sont ceux qui n'en parlent pas. Ils sont. Dans un monde de "l'avoir", ceux qui "sont" souffrent en silence.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Reconstruire parce que nous sommes vivants Charles, et que c'est ça la condition humaine . Je sais que ce n'est guère le jour - encore que ... - mais Le cimetière marin ( tu sais
      "Ce toit tranquille, où marchent des colombes,
      Entre les pins palpite, entre les tombes ; ...) s'achève ainsi :
      "Le vent se lève!... il faut tenter de vivre!
      L'air immense ouvre et referme mon livre,
      la vague en poudre ose jaillir des rocs!
      Envolez-vous, pages tout éblouies!
      Rompez, vagues! Rompez d'eaux réjouies
      le toit tranquille où picoraient des focs ! "
      Rien n'est fini, tout se reconstruit "ordo ab chao" .

      Supprimer
  11. bonjour à tous, je trouve bizare.... qu'il y ai 61 votes pour le hall of fame et seulement 34 inscrits sur le blog??????

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. The election is rigged !!! Effectivement Bizarre surtout que je n'ai pas voté par exemple

      Supprimer
    2. ben moi j'ai voté plusieurs fois, pour Campese, pour Lomu, pour Gareth Edwards ... en changeant d'ordi ça passait nickel
      PS : et j'ai aussi voté pour "autre"

      Supprimer
  12. Ah le Plaisir de ces années la, le petit chemin pour remonter aux vestiaires municipaux, le temps de faire la paix, parce qu'en ces temps la , messieurs, un derby était un derby, non mais!
    Il me souvient un gratteur de six cordes qui m'à mis le Brésil dans la tête pour l'éternité chez eux, un nommé Pierrot,un chabadesque.
    Un exilé Peuch, le frère de l'autre, fût aussi longtemps aux manettes ,pas trop dans le contournement, non plus!
    Déjà vu, Sergio, tu crois , ben oui, mais pas assez !
    Tous, sauf Gilbert Montagné, comme dit l'autre , pour peu qu'ils aient déjà mis les mains dans le cambouis, te diront à quoi sert la fédé.
    Surtout pas à nous donner des outils d'aujourd'hui, des programmes de gestion uniformises, de compta, d'aide à la recherche de subsides, et par pure charité je te passe le volet sportif, demandes à Philippe.
    Alors déjà vu , p'tet,mais jamais assez rabâché, Sergio, sommes d'accord.

    Allez Plaisir, et ce que le rugby Francillien à de meilleur.




    RépondreSupprimer
  13. Ceux qui souffrent en silence aiment aussi à prendre la parole et à agir quand on leur donne l'opportunité de le faire et ce de manière constructive avec des résultats concrets ! La résilience et l'optimisme
    font des miracles
    Je crois que le pessimisme est davantage chez ceux du Monde de l'avoir car ils ( nous ? ) ont ( avons ) à perdre , ceux qui souffrent voient la plupart du temps l'opportunité avec un peu d'aide et de la bienveillance sincère !
    Je ne tire pas bien sûr pas une généralité de ce qui m'est donné de voir concretement mais ces expériences répétées et qui portent leur fruit , je l'avoue me donne beaucoup d'espoir ( Voisins malins , Bibliothèque sans frontiere , Mobile School , Acta Vista , la Varape , Mom'Artre etc etc etc .... )

    RépondreSupprimer
  14. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Walter Benjamin ? pour la citation mais sans certitude ...

      Supprimer
    2. J'aurais mis une piécette sur Teilhard de Chardin, mais comme le Zarma supprime plus vite que son ombre, même pas pu relire la citation...

      Supprimer
    3. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

      Supprimer
    4. Bien la pire US ! Non je ne l'ai jamais cru sérieusement mais entre la sale peste et le gros choléra ... Sinon pour la citation chapeau l'artiste ! Juste un truc la prochaine fois laisse tes posts un peu plus longtemps qu'on ait le temps de réfléchir posément . :-)

      Supprimer
  15. Le fiston Ford voudrait bien retrouver papa Ford, le joueur retrouver l'entraîneur, empocher un contrat lucratif et se dorer au soleil de Toulon en famille, mais le vilain sélectionneur de l'Angleterre -Eddie Jones- il dit pas question, les joueurs qui ne jouent pas en Angleterre ne sont pas sélectionnables pour l'équipe nationale, épicétou !!!!!.
    Bon, remarque : Eddie Jones l'est Australien, les British l'ont accueilli et les Kangourous ne l'ont pas empéché d'aller exercer ses talents à l'étranger, c'est un peu contradictoire cette rectitude vis à vis des autres que l'on ne s'applique pas à soi-même.
    Alors bon on chipote et il est pas joueur il est entraîneur et c'est pas pareil.... Ah, bon, pourquoi ????
    Ce genre d'oukaze, arbitraire et autoritaire, n'est-il pas en contradiction avec la liberté de circulation des personnes, et d'autre part avec quelles arguties juridiques un sélectionneur aurait-il le droit d'interdire tel ou tel à la sélection sous le prétexte qu'il exerce ses talents à l'étranger ???
    Ce ton très tranchant de E.Jones pourrait-il développer les mêmes envies d'autres nations, auquel cas notre joli FLOP.14, perdant ses couleurs arc en ciel retrouverait son teint gaulois, qu'en pensez-vous ???

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. bof ... ça marche dans les deux sens en fonction des intérêts du moment, exemple : http://www.rugbyrama.fr/rugby/four-nations/2015/l-australie-a-change-ses-regles-cheika-ne-s-est-pas-fait-prier-pour-rappeler-giteau-et-mitchell_sto4805068/story.shtml
      et ça aussi pour mieux comprendre la manoeuvre : http://www.rugbyrama.fr/rugby/coupe-du-monde/2014/coupe-du-monde-l-australie-change-sa-politique-et-ouvre-la-porte-a-ses-expatries_sto4687375/story.shtml
      C'est juste une question de pèze en fait, le tout est de savoir à partir de combien les Rosbeefs vont céder ; scénario possible le môme Ford décide de renoncer à jouer pour la Rose et puis après s'être fait un max de flouze sur la Côte, il va chouiner - remember Giteau ? - et là les Rosbeefs attendris par l'enfant prodigue lui font une loi rien que pour lui, na !

      Supprimer
    2. Le fiston Ford est sous contrat. Pas possible la saison prochaine de le pêcher (c'est comme ça qu'on dit sur la rade). Mourad na jamais parlé d'un Anglais. Je pense plutô qu'il lorgne vers la Nouvelle-Zélande, l'Afrique du sud ou l'Australie. Ya qui de libre, genre 27-28 ans, talentueux ?

      Supprimer
    3. Make your pick ! http://www.walesonline.co.uk/sport/rugby/rugby-news/20-best-young-rugby-players-11434158

      Supprimer
    4. Nini,
      personnellement, je n'en pense rien ! Mais que je sache Lancaster avait eu le mérite d'être clair à ce propos. Les AB doivent se marrer car eux ne transigent pas avec la déontologie nationale ! Quant à nous, on ne risque rien, les expatriés sont si rares que Novès n'a pas besoin de prendre position ! Ce serait même le contraire comment naturaliser des étrangers pour renforcer l'EDF ?

      Supprimer
    5. ben il y a Loulou Picamoles en expat' .. va falloir négocier Loulou contre Jojo ?

      Supprimer
    6. Ben Tapuai 27 ans, centre .... ah zut Bath l'a déjà chopé !!

      Supprimer
  16. et le Racing qui en remet une couche au sujet du secret médical. j'ai déjà dit que dans leur cas faut faire profil( peut être profit) bas. Je crois qu'à touyer la m....ça pourrait faire des bulles qui bien sûr remontent....De toute façon il y a des dépassements de taux et c'est quand même cela qui lance cette affaire

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. le secret médical partagé entre les joueurs et le médecin n'a pas été violé que je sache, le problème c'est la révélation au grand public de pièces médicales et de résultats d'examens. Voici le texte :
      Article 4 (article R.4127-4 du code de la santé publique)
      "Le secret professionnel, institué dans l'intérêt des patients, s'impose à tout médecin dans les conditions établies par la loi. Le secret couvre tout ce qui est venu à la connaissance du médecin dans l'exercice de sa profession, c'est-à-dire non seulement ce qui lui a été confié, mais aussi ce qu'il a vu, entendu ou compris".
      Par extension, la loi du 4 mars 2002 consacre un droit au patient : Code de la santé publique - Article L.1110-4 :
      « Toute personne prise en charge par un professionnel, un établissement, un réseau de santé ou tout autre organisme participant à la prévention et aux soins a droit au respect de sa vie privée et du secret des informations la concernant. Excepté dans les cas de dérogation, expressément prévus par la loi, ce secret couvre l’ensemble des informations concernant la personne venues à la connaissance du professionnel de santé, de tout membre du personnel de ces établissements ou organismes et de toute autre personne en relation de par ses activités avec ces établissements ou organismes. Il s’impose à tout professionnel de santé ainsi qu’à tous les professionnels intervenant dans le système de santé...
      Est ce plus clair Georges ?

      Supprimer
  17. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
  18. Dullin appelé pour remplacer Medard ! Voilà ça y est il va avoir sa chance de montrer qu'il est l'homme en forme !
    Nakaitaci va suivre , allez -))

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est tout le mal qu'on lui souhaite. Et le petit Dupont, il vaut bien Bézy, non ?

      Supprimer
    2. Bézy est à l'image des résultats du ST terne en ce moment. Dupont, pour avoir été à Pierre Antoine est meilleur que Kockott contrairement au choix d'Urios, il manque encore de roublardise et n'est pas un buteur de métier mais c'est un meneur et un instinctif hors pair capable de sortir du schéma de jeu imposé à tout moment !

      Supprimer
    3. Avé Tautor, d'accord avec toi. Mais minimum à laisser vieillir en cuve inox encore, le temps de voir s'il tiendra ses promesses. Rappelez vous de Pélissier très bon à Grenoble, qui cassait tout en arrivant à Montpellier puis s'est blessé et qu'on voit plus à Toulon. D'ailleurs, curieux que lorsque les joueurs changent de clubs ils se blessent souvent très rapidement.

      Supprimer
    4. A force de laisser vieillir les grands crus, ils s'éventent, prennent de l'acide (!!!) et deviennent plats et très ordinaires. Tant qu'à faire des choix pour la suite et l'avenir, dans un projet de construction dans le temps, pourquoi s'abstenir de faire des vrais choix et de s'y tenir. Des prestations même en demi-teinte ce n'est pas grave, se tenir au choix et faire évoluer les choses c'est bien. La plénitude du poste tu l'obtiens en additionnant les rencontres, certes, les joueurs doivent avoir l'épaisseur au départ mais si t'attends que cette plénitude arrive toute seule et bien le joueur il n'arrivera jamais à montrer ses qualités. Je pense à des joueurs comme G.Edwards, Farr.Jones Pichot, voire Laidlaw plus loin ou Galthié plus près, qui au début étaient plutôt chiens fous que patrons du jeu, si on avait tenu compte du même raisonnement on ne les aurait peut-être pas vu, après leur lent vieillissement sous le harnais, mûrissement interne et développement des arômes et senteurs, nous enchanter de la sorte.
      Le souci à ce poste XV de France aujourd'hui c'est l'insistance de choix -depuis la saison dernière- pas des plus heureux et le refus d'analyser les répétées piètres prestations de ces joueurs. Egalement il faudrait oublier un peu le couple demi de mêlée/buteur, les joueurs maintenant s'occupent plus de cornaquer les gros pour obtenir la pénalité que de regarder autour si un bon coup d'escampette à jouer ne s'offrirait pas à eux, et pire si l'intervalle vient à s'ouvrir il refuse 9 fois sur 10 de le prendre au nom de la sacro-sainte politique du rugby-pourcentage !!!!!

      Supprimer
    5. je parie encore sur Iribaren, un peu chien fou, bonne vision, et en plus, à mon avis le meilleur plaqueur du top14

      Supprimer
    6. je suis bien d'accord, seul souci l'horizon parait bien bouché devant lui, quant à l'attention du staff on n'en cause même pas !!!!!

      Supprimer
  19. Bien d'accord ! Il a tout d'un grand ! Quand je vois comment Bezy a ete en difficulté à la sortie du Tournoi , qu'il est à peine remis je laisserai Antoine (? ) Dupont s'endurcir un peu mais bon il est peut être plus solide mentalement que SB

    RépondreSupprimer
  20. tautor est de retour alleluhia
    maitre capello reprends du service
    que des aces por favor

    RépondreSupprimer
  21. Assez spécifique du poste, quand-même, tant il est sous les feux de la rampe .Deux belles actions de suite et on tiens le nouveau Pichot, trois mois de top 14 plus tard on ( mais on est un don, c'est bien connu) s' interroge sur " un garçon manifestement sur estimé qui tarde à confirmer "
    Ce petit Dupont semble quand même bien prometteur. Plus que les hiérarchiser, Urios doit se féliciter d'avoir 2 demis si complémentaire.
    Aller Chevreuse

    RépondreSupprimer
  22. Beaucoup de talents et de promesses chez nous
    De très bon dans toutes les grosses nations d'ailleurs qui effectivement ne s'occupe pas ou très peu de buter
    allez un souris de moins avec le 9 par contre je ne pense pas que l'on puisse prétendre à quoi que ce soit sans un 10 de qualité et la c'est morne plaine ( ou vide ) travail spécifique pour l'avenir ? Rien entendu à ce sujet ... les meilleurs 10 sont AB , Argentins , Sud Af dans notre championnat !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Analyse intéressante de la boîte à 9 par Berbizier, la dernière réponse est extra : "Voyez-vous un joueur se détacher parmi les demis de mêlée actuels ?
      Non. Tout dépend du jeu que l'équipe de France souhaite mettre en place. Et de la complémentarité du 9 avec les joueurs qui l'entourent. Moi, je dis toujours qu'un demi de mêlée est indirectement choisi par ses avants. Parce qu'il doit être le patron des joueurs qui sont devant lui, alors que le 10 doit être celui des hommes qui sont derrière lui. " l'Equipe
      A votre avis les avants du XV ils choisiraient qui en 9 ?

      Supprimer
    2. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

      Supprimer
    3. Parra ?
      Aboyeur, teigneux, un gros mental comme on voudrait en voir plus souvent...

      Serin semble être l'avenir du poste avec tout ce qu'il faut pour, vista, cannes et un bon pied (un peu Galthié à ses débuts), mais il faudrait le faire jouer régulièrement pour l'installer et l'aguerrir, comme Lièvremont avait imposé les 19 ans de Parra.

      Supprimer
  23. Un éjecteur , capable de varier autour , rassurant par ses choix et sa solidité mentale
    Les Avants je sais pas mais en tant qu'ancien 10 je prend Serin
    Ça me rappelle Fourroux qui nous disait quand il était sélectionneur ' ah tu crois que c'est moi qui fait l'équipe demandé à Tel pilier qui il préfère avoir au cul , demandé à truc qui il veut comme 9 demandes à Philippe si il préfère avoir Charvet ou Andrieux .. etc etc ... tout ça pour justifier ces choix quand il était challenger -)))

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La pensée Berbizier, c'est le B à ba en terme de 9 et 10. Après, y a certains 9 qui pointent le nez. D'autres qui l'on montré un peu plus. Le problème c'est la longévité en tant que joueur et patron des avants, qui devront de préfèrence être performants pour mettre leur chieur placé vers l'orbite. Comme le cabernet, il faut donc qu'il soit franc, du collier et dans la durée. Mais on voit trops souvent des 9 alternatifs dans la performance (Bézy, Machenaud, Pélissier (qu'on ne voit plus), Kockott, Parra même s'il revient). Mais pas de confirmation de titulaire indiscutable. Même s'il devait être chatouillé par un 2e. Celui que je sens le plus pour l'instant serait Serin, il me semble aussi. Quant au problème du 10, là aussi c'est l'alternatif et trop souvent l'alternance pour finalement la turpitude. Le problème, c'est qu'il faudrait aussi une ligne de 3/4 homogène et identique dans le temps à 1 voire 2 exceptions, en cas de blessure. Et un fond de jeu, d'entente entre eux sur lequel se baser.
      Sinon, pour ma question plus haut sur le déficit du Stade Toulousain, quelqu'un a des réponses ?

      Supprimer
  24. Pour le plaisir.....
    Quelqu'un a-t-il parmi vous le courriel de Rudy Gobert?
    Ben quoi? On sait jamais...
    Parce que dans
    http://coteouvert.blogspot.fr/2016/10/ordo-ab-chao.html?showComment=1477600312430#c7884833271670759352I
    J'étais à le recherche du rugbyman à 60000€ de salaire par mois...
    Rudy, c'est 60000€ par jour qu'il va "toucher".

    Alors certes nini (je crois car je retrouve plus ton commentaire) tu semblais assez critique sur cette mode des projets participatifs à toutes les sauces.
    Moi je trouve que pour une fois le numérique apporte une plus value pour faciliter des projets, mettre en lien des gens autour de projets improbables ou farfelus. Ça laisse libre de suivre ou pas malgré mon insistance ou celle de Ritchie.
    Justement de mémoire tu semblais regretter que des projets plus locaux ou ne faisant pas appel aux outils numériques et plus méritants étaient injustement "oubliés" ou "mal aidés ".
    Je crois que justement il faut informer de ces possibilités ceux qui n'ont pas accès à cette information.
    Bien entendu il y a bien d'autres formes de solidarités, et on peut regretter celles pratiquées autrefois dans villages. Car les nouvelles, par exemple les AMAP ( association pour le maintien d'une agriculture paysanne ) peuvent devenir parfois très "caricaturales".
    Je ne parle pas de ces dizaines de courriers et même coups de téléphone pour m'inciter à être encore plus généreux encore pour telle ou telle cause on ne peut plus légitime.

    RépondreSupprimer
  25. Je ferai aussi ici un lien avec une anecdote racontée par Ritchie sur les us et coutumes et sur ce que c'est d'être bien éduqué, poli ou pas. Venir avec quelque chose quand on est invité chez quelqu'un.
    Tout est relatif et même pas question de nationalité (Française, Argentine, etc....)
    Tautor le sait, je suis atypique sur ces aspects là. Et je me questionne et j'interroge.
    Personnellement, je déteste tout autant venir avec un cadeau quand je suis invité (mais ma femme est là pour rattraper mon manque d'éducation) que de recevoir un cadeau (en général ce sont des fleurs ou du vin, jamais un bouquin ou tout autre chose...)
    Bien sûr quand ce sont des amis ou de la famille, je suis encore plus "virulent". Evidemment j'aime par contre demander ce que je peux apporter tout comme demander qu'on m'apporte quelque chose de précis. Personnellement j'aime bien les desserts (un tiramisu), et je préfère des fleurs à une bouteille sauf si elle est amenée pour la boire. Là aussi vous savez que suivant les us et coutumes boire ou ne pas boire la bouteille apportée se discute. J'ai même connu un couple qui invité sur un bateau voisin à quai par les occupants de nationalité différente avait apporté un soir des petits gâteaux... Ils pensaient qu'ils seraient mangés au dessert. Mais non! Ils ont aperçu le lendemain matin leurs voisins manger les gâteaux au petit déjeuner.
    Enfin, ayant questionné donc autour de moi, sur mon attitude pour le moins curieuse, j'ai trouvé une personne "bien renseignée " sur les bonnes manières m'expliquer que le fait de porter quelque chose lors d'une invitation signifiait qu'on n'était pas "obligé" de "rendre l'invitation" et que ce pouvait donc aussi être mal perçu (je viens mais tu vois, je ne te dois rien).
    Tout ça pour dire que si Rudy Gobert m'invite pour finaliser avec moi sa participation financière à Fair Play, je viendrai sans rien...
    Je n'ai donc aucun tabou pour parler d'argent, mais vous aurez compris que franchement je préférais effectivement l'époque des enveloppes marrons. Car ces sommes astronomiques, ces transferts qui sont de manière très officielle avec toutes les justifications à la clé
    http://www.lequipe.fr/Basket/Actualites/Pourquoi-rudy-gobert-vaut-102-millions-de-dollars/744543
    Ça reste un tantinet indécent voire révoltant...
    Il existe bien des métiers, pratiqués pourtant avec passion qui mériteraient d'être mieux valorisés....

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Non ce n'est pas indécent ça ne fait que 93 millions d'euros ! La véritable indécence c'est de penser qu'un pain au chocolat coûte 15 centimes . Tiens quand tu iras chez Gobert apporte lui des pains au choc à ce prix, si, si ! Ca existe ! https://www.youtube.com/watch?v=RSPDeL5eV3k

      Supprimer
  26. pour les postes de 10 et 9 plethore de pas mal mais aucun vraiment se detache donc priorite a la forme du moment et fi de cette liste SCHINDLER pour proteger et preserver certains joueurs quant aux salaires mirobolants le meme degout que pour ces acteurs payes pour jouer
    il faut changer tous les contrats de travail
    chaque salarie est tenu de jouer et plus de travailler
    magnifique
    l egalite supreme
    MARX t es depasse

    RépondreSupprimer
  27. Macheneau, quand même, qui sort d'une saison aboutie semble le plus solide, et Serin pour gagner du temps de jeu,offrir d'autres options de jeu si besoin.
    Allez Chevreuse

    RépondreSupprimer
  28. Le vrai problème c'est à l'ouverture . Parce que là ça ne se bouscule pas au portillon . Plus un problème de mental d'ailleurs, faudrait un taulier et on a des danseuses . Looks like Tarzan, plays like Jane .
    Sinon ce matin chez le dentiste j'ai lu "Gala" ; pas si affreux que ça ( Closer je le lis chez le coiffeur et c'est bien pire, Closer, pas le coiffeur ) Donc Gala c'est joli, bien écrit, on y apprend des trucs : exemple, Jaoui et Bacri ne sont plus ensemble ! Là où j'hallucine c'est que ça fait déjà 4 ans qu'ils ne sont plus ensemble, moi on ne me dit jamais rien ... Et aussi un bel article sur Susan Sarandon pour ses 70 ans - gulp ! - et j'apprends qu'elle mène campagne contre Hillary Clinton !! Après il y avait des photos de tas de gens inconnus( de moi) connus de tout le monde apparemment . J'ai bien regardé : rien sur le rugby ou le sport en général .
    Vous croyez qu'on existe pour de bon ici ? On serait pas plutôt coincés dans une faille de l'espace-temps intersidéral de la 4e dimension ? Tiens pour vous filer encore plus la trouille : allez lire le WTF sur Smith et Carter sur l'Equipe.fr et surtout lisez les commentaires ( super ! sympa !) ben je vais vous dire c'est encore pire que Gala !

    RépondreSupprimer
  29. Plus ensembles, Seigneur-Jésus-Marie-Joseph , tu veux gâcher mes vacances!
    Quand je pense qu'on devisait gentiment Lambie er Poitreneaud hier sous l' orageux Gauteng, ( ici tu cause pas Blacks, ça les énerve )sans se douter du drame !
    Tan pis, du coup ce matin, direction l'école de rugby de Soweto, on va pas causer primes de match
    Allez, en même temps, si tu lis les forums de l'équipe, fô pas non plus s' étonner des quenottes qui grincent, hein 😆

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'était une démarche scientifique : je voulais mesurer les dégâts du CRC sur l'amateur de rugby . Hé bien c'est tout bon, sont complètement encartérisés, attention non que je n'aime pas Carter le joueur, mais l'icône de pub image de C+ ça commence à me courir sur le haricot .
      Et pis tu apprends beaucoup de l'état des gens sur les forums ; l'historienne qui a annoncé avant tout le monde l'éclatement de l'URSS ce n'est pas en discutant avec des collègues historiens qu'elle l'a senti venir, c'est en lisant les romans de gare très prisés des Russes et qui reflètent bien leur état d'esprit .
      Tu nous raconteras Soweto stp ?

      Supprimer
    2. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

      Supprimer
    3. Chère Gariguette,

      Il en va du rugby comme de la politique, les médias ne parlent plus de programme mais de personne, ils ne réfèrent plus à des idées mais à des comportements personnifiés.

      La rencontre entre certaines figures et un contexte de fortes mutations médiatiques semble particulièrement propice à la personnalisation de notre sport.

      Les journaux ne parlent plus de R92 mais de Carter et le R92 lui-même avance son petit génie comme la référence de l'équipe.

      Mais l’utilisation à outrance de Carter a également des conséquences importantes et non maîtrisées : collusion d’intérêts, « Gala-isation » du rugby, voire désacralisation du notre sport et de l'esprit d'équipe. (voir l'affaire des corticoides ! oups ! notre fer de lance marketing trainé dans la boue).

      Et ce que je reproche à notre jeu préféré : l'équipe, le système de jeu sont cachés par l'image d'un joueur (qui n'existe, en fait, que grâce à ses coéquipiers). Et l'argent ne fait rien à l'affaire. C'est seulement cette peopolisation qui tue l'un des fondamentaux du rugby, l'équipe et ses clubs historiques (ST, RCT, ASM,...).

      La peopolisation semble se caractériser par une propension à « personnifier » la vie de notre sport, il est préférable de parler d'une vie privée (certes pour certains séduisante) que de glorifier un club. L'influence d'une personne peut mieux se comprendre qu'une équipe, un maillot ou une nation.

      Il est certainement aussi plus facile de marketer Carter que le R92.

      Le Gé

      Supprimer
    4. Ben oui , bientôt le lancement de l'Arena 92 c'est que Tales ou Dambielle c'est moins vendeur
      Le Rugby pro est rentre dans le show-business dont acte , le problème c'est que ni les people ni le spectacle sont à la hauteur
      Carter j'aime beaucoup le joueur , pour le reste il est d'un ennui prodigieux

      Supprimer
    5. comme quoi l'actualité donne immédiatement raison à nos Posts :
      "Son père violent, la France, sa maladie... les confessions de Lomu dans son autobiographie" dans un Rugbyrama.
      France Dimanche de retour.
      C'est quand même grave.
      Le Gé

      Supprimer
  30. Pour revenir sur notre charnière, ce n'est pas tant le choix des joueurs en tant que tels, c'est comprendre pourquoi ils sont choisis et après qu'est-ce qu'on en fait des hommes ??? Ce qui frappe dans notre sélection c'est la manque total de cohérence dans le choix, les altermoiements et les changements d'une rencontre à l'autre, sans vraiment tenir compte de la réalité des prestations du terrain. On sent les joueurs désemparés, tâtillons, hésitants, reflet -j'en suis de plus en plus persuadé en regardant l'évolution de ce groupe- du manque de clarté dans ce que l'encadrement veut vraiment mettre en place, si tant est qu'une vraie ligne un projet et le rassemblement de tous vers celui-ci existent dans la tête de cet encadrement. En valeur de joueur, tout est subjectif, mais une fois tous essayés et après le rendu des copies, des joueurs s'imposent, c'est comme ça, il faut avoir ensuite l'honnèteté de dire à ceux qui ne font pas la maille de continuer à grandir, et donner les conditions aux élus (terme que Novès nous serine à longueur d'interviouve) d'être à leur meilleur, et quand ils ont un coup de mou pas les jeter tout de suite mais faire évoluer l'affaire, comme tout entraîneur le vit dans son quotidien. Aors vous allez me dire qu'ils ont fait des choix, des listes, et que finalement il s'agit bien de conserver les élus pour les faire évoluer. Et bien justement non, les choisis ne font pas l'affaire, on le voit bien, à la mêlée Machenaud et Parra sont au-dessus de tous les autres et Serin est certainement le futur titulaire. Alors au rythme des tournois et tournées, conservons ces 3 joueurs, en alternant les 2 anciens avec le jeune pourquoi pas, chacun y trouvera son compte, et nous aussi. Pour le poste d'ouvreur notre FLOP.14 en attirant tant d'étrangers ne travaille pas vraiment pour notre équipe nationale. Mais tenons le même raisonnement que ci-dessus, perso je trouve FTD un peu supérieur aux autres prétendants, derrière ça ne bouscule pas, le choix n'est pas bien large, sans doute Lopez qui a beaucoup évolué dans son rugby (à l'ASM ce qui le différencie de l'EDF c'est que son mental est costaud et rempli de certitudes, et visiblement il ne s'y retrouve pas en EDF, c'est le problème de l'encadrement de lui donner les conditions, c'est ça diriger des hommes leur donner des certitudes et les affirmer), et puis derrière ceux-là ????? Bon tout ceci ça fait causer, de tout temps les sélections sont refaites par tout un chacun, mais tout de même cette EDF est un peu désespérante, j'espère qu'ils me feront mentir dans les rencontres de la tournée qui arrive, j'espère.

    RépondreSupprimer
  31. Je relisais l'Albert (Einstein pas Ferrase) et je suis tombé, sans me faire mal, sur une jolie pensée que tous les penseurs et quôcheux de notre jeu ovale en charge de l'EDF et de nos cleubeus pro pourraient bien méditer (en la modifiant juste ce qu'il faut) : « Le projet de jeu c’est quand on sait tout et que rien ne fonctionne. La pratique sur le terrain, c’est quand tout fonctionne et que personne ne sait pourquoi. Ici, dans notre équipe nous avons réuni théorie et pratique : Rien ne fonctionne… et personne ne sait pourquoi ».

    RépondreSupprimer
  32. Pas très bien compris le reproche de cohérence d'une part et ce que tu proposes d'autre part , Pas de liste ? Pas de convention ? Les meilleurs du moment ? Parra et Lopez c'est ça ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Non non, pas tout à fait, mais pas de liste absolument, on voit bien aujourd'hui quel piège on se tend à soi-même avec ces listes qui figent tout, la pensée comme le reste. Je persiste et ne trouve guère de cohérence vraiment. Bon, après les meilleurs du moment ça ne me parait pas idiot, d'une part le gars qui éclate venu de nulle part ça ne court pas les rues et bien sûr qu'on le regarde et le teste, d'autre part les possibles sont archi-connus et rebattus, on va pas jouer aux quatre coins encore longtemps. Parra Lopez c'est pas mon choix, mais de tout ça franchement, lui plutôt qu'un autre au départ je m'en fiche un peu, ce qui m'intéresse c'est ce qu'ils font de notre XV national, c'est l'envie et la passion qu'il peut susciter, le plaisir bien au-delà de tel ou tel choix de joueur, mais bien entendu le jeu proposé reste premier quand-même et il est tributaire des joueurs, d'où l'importance d'un projet de jeu cohérent avec les joueurs les plus à-mêmes de le servir. C'est à partir de ce constat qu'on a le droit de penser différemment, non ??? Je ne sais pas si c'est plus clair, si jamais ça ne l'était pas je serais désolé alors d'être rangé dans la même catégorie que notre DTN et staff du XV EDF, inaudible et brouillé, et ce serait dommage.

      Supprimer
    2. On a surtout le droit de penser ce que l'on veut ! Et être prêt à en discuter et pas forcément être d'accord non ?
      Plus clair , oui après il me semble que le staff à un projet de jeu , Jeff Dubois ne renie pas ses origines ... Donc je te trouve sévère sur le manque de cohérence et l'absence de projet de jeu
      la liste ou les listes puisqu'il il y a aussi les "en développement " sont lies à la convention puisque les mecs ne sont sensés jouer qu'un certain nombre de matchs et être libérés x temps etc ... etc ... Bref la contrainte en fait c'est la convention qui reflète un compromis qui comme chacun sait ne satisfait personne ni les clubs pro ni le staff
      J'espère comme toi que l'EDF nous donnera à nouveau du plaisir

      Supprimer
  33. Gillian Galan est de MONTAUBAN, y a appris tout le rugby avant d'aller au Stade à ses 16/17 ans!

    RépondreSupprimer
  34. On devrait jamais quitter Montauban! ( aurait fait un bon talon, Lino, non ?)
    Point de South West Township, miss, la faute à une bande de juniors qui faisait la manche en tenue au robot ( si tu dit trafic Light, tu passe pour un rosbif et tu te fait pas de potes)pour payer leur voyage de fin d'année.
    Donc forcément arrêt, palabres et programme chamboulé.
    Résultat mon madam à ruiné son joli sweet en faisant griller des trucs pas bio avec la femme du coach, moi j'ai mal partout et surtout à la teuté!
    Mais ambiance bizarre, quand même, pour la première fois pas un black, un côté camp retranché, le Zan Lou renvoyé direct à ses chères études quand il a commenté le gabarit d'un ou deux golgoths ados pressentis pour les Lions, fait un peu yech !
    Allez, Aspro et dodo ☺

    RépondreSupprimer
  35. Attentif, Jan Lou, attentif...
    T'as oublié que dans South West Township, y'a South West.
    Du coup et pour résumer, t'as picolé, quoi... (et c'était quoi, le Madiran local ?)

    Bon réveil !!

    RépondreSupprimer
  36. A propos de chères études et quand tu seras revenu des bras de Morflée - t'as pris grave ? - dis-y nous voir ZanLou, ce que tu penses du dossier mêlées qui s'écroulent + talonnage de l'Equipe du jour . moi j'ai bien aimé le style "la mêlée pour les Nulles" vu que je n'ai jamais rien capté au truc en dépit des explications de mes brothers, démonstrations à l'appui ! Et là ça continue, toujours cette impression que les joyeux siffleurs se font plaisir en sanctionnant une fois l'un une fois l'autre, personne ne sait pourquoi . Et pourtant c'est un moment que je trouve captivant dans les matchs .
    Of course j'appelle aussi nos pilars et autres talons du blog à nous donner leurs avis de spécialistes !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pas lu , maitusais, la mêlée c'est déjà un édifice fragile avec 32 pattes qui veulent en découdre dans les règles, alors si tu rajoute les tordus,les mariolles,les cons, les revanchards, les techniciens du vice, les fiers à bras, ça devient vite le bronks !
      J'ai un immense respect pour les pilliers,les vrais, un poste à part, des mecs à part, quand ils se croisent trente ans plus tard ils se reniflent encore, se reconnaissent,mais la fierté mal placée de quelques uns, la triche institutionnalisée aussi nous à souvent coûté cher.
      Les brit's ont forcément sauté sur l'occasion, ils ont eu raison.
      Allez Chevreuse

      Supprimer
    2. Monsieur est connaisseur ! c'est exactement le contenu de l'article ( celui dont parle François ci dessous) avec aussi des commentaires de techniciens de la mêlée( Dal Maso notamment) sur leurs méthodes plutôt originales pour améliorer la tenue, la posture, le rythme ... enfin tout ce qui compose une "harmonie" . Excellent article où les pilars se transforment en danseurs équilibristes ... c'est finalement très poétique, avec une véritable philosophie autour de ce moment fort du combat . C'est de loin l'un des meilleurs articles de la semaine à mon avis . Ben non je dirais pas "humble avis" chuis pas humble ... manquerait plus que ça !

      Supprimer
    3. Pour l'harmonie, si la mélée devait être un orchestre ou une chorale, ben on repassera. Vrai méli mélo déclenché par trop de triche, certainement, puisque les spécialistes le disent. Quant on voit de grosses mélées où des piliers sensés avoir pignon sur mélée se laisse "berner". Trop souvent, tu sais jamais trop ce qui va se passer. Jamais sur de la force de ta tête de proue. C'est une "certaine poésie" mais sans ballerines. Ingrat comme job de mélée, mais tu tombes pas sur des ingrats. Et c'est pas la "sokatira" non plus. Encore heureux qu'à ce niveau il n'y ait pas plus de blessures graves que ça, même s'il y en a. Sont costauds les mecs. Je dirais pas la même d'un certain nombre de mecs au sifflet qui se laisseraient abuser...

      Supprimer
  37. Il y a une suite aujourd'hui sur " la triche "
    Pas simple pour les arbitres ....

    RépondreSupprimer
  38. Bonjour,
    pleins de bonnes choses à lire, toutefois j'en commente seulement deux, il me faut du temps pour écrire car je m'applique.

    - Le joueur vedette qui fait la Une des journaux ! Chez nous, à Toulon, pas de problème, on a le Président.

    - Le poste de Pilier, Je l'ai tenu deux fois ... alors que j'ai appris le rugby en deuxième ligne.
    La première fois c'était en junior; Sorgues recevait Toulon; ils nous attendaient car nous les avions reçus.
    Nos deux piliers droits sortis après en avoir pris "plein la tronche" , il fallait trouver un volontaire.
    Bien que le moins violent de l'équipe, je m'y mets. C'était avant la mi-temps qui me libère du joug vivant, le temps de m'en prendre quelques unes.
    Tout ce joue lors de cette mi-temps où les instructions furent très claires pour la suite "ça ne peut plus durer comme ça !".
    Je suis du genre obéissant, plus ouioui que nini, je me prépare à faire comme on me dit pour la première mêlée lors de la reprise.
    Elle ne devait pas se jouer, mais éclater : Ce n'étaient pas les têtes mais les genoux à engager, ce n'étaient pas les poings mais les doigts englués de Dolpic pour caresser les yeux du pilier en face.
    Le match se finit là ! La générale s'est faites avec les supporters de Sorgues, car les joueurs on les avait détronchés.
    Avant de rentrer en bus à Toulon, on est passé par l'hôpital d'Avignon.
    Je vous dis pas ma maman, la nuit en arrivant.
    Et les jours suivants au boulot "T'as eu un accident !"
    Puis dans le journal local, on apprend que le pilier adverse (dont je me souviens toujours du nom) jouait sous fausse licence en junior alors qu'il était senior. Radié à vie. Et le terrain interdit de match pendant une année.

    La deuxième fois, je jouais en senior j'étais junior ...
    Je raconterai plus tard.

    christian

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Alors là c'était de la danse moderne, du modern jazz ! Mais vous étiez des furieux là bas !! La suite ! La suite !

      Supprimer
    2. Plus un zeste de Carqueirane et un nuage de Chateaurenard et la ca devient hard rock !

      Supprimer
    3. @ Gariguette on est nombreux qui t'aimons.
      Furieux mais unis, nous l'étions; un peu fou je devais l'être, c'était mes débuts au rugby. Dans le même club je faisais Athlétisme et Gymnastique depuis l'âge de 12 ans. Je touchais au rugby à 17 et lors de ce match j'en avais 18, je débutais, fallait montrer mon courage et mériter la place.
      Cadrage et débordement, je ne savais pas faire; je pratiquais le demi tour - contact. On déroulait et débordait en s'arrachant la balle, cette offrande on n'attendait pas qu'elle arrive, il fallait aller se la chercher. C'est ainsi que j'ai aimé plus que tout ces groupements serrés l'un à l'autre. Les oreilles frottent, le nez renifle, les maillots résistent ou déchirent ... et d'un coup, sans savoir pourquoi, voilà que tu sorts du tas ! Alors là tu galopes les autres à tes trousses. Quel pied !
      Aujourd'hui, pour les spectateurs à la télé, c'est quoi ça, quelle horreur !

      @ François.
      Nous redoutions plus La Valette et La Seyne; que Hyères Carqueirane, et ... que nous aimions aller à Bastia.

      Supprimer
    4. Merci Christian, je n'avais pas lu ton post hier .Aujourd'hui les belles mêlées sont le fait d'équipes exceptionnelles - comme celles du match Irl/AB par ex - pour les autres, je crois qu'ils font ce qu'ils peuvent !

      Supprimer
  39. Bonjeur,
    Jamais joué pilar, faisais pas la maille, j'en ai juste rencontré au détour d'un "tas" en me faisant attraper avec la gonfle, et j'avoue que certains arguments m'ont engagé alors à nr pas disputer plus que nécessaire le gain de l'objet convoité. Plus tard en tant qu'entraîneur me suis un peu plus penché sur la question, et à ce titre j'ai connu l'ancien testament (où les gonzes rentraient en mêlée comme pour jouer leur vie) et le nouveau (où l'arbitre te récite tous les versets de telle façon qu'au moment de rentrer t'a perdu et la foi et l'envie, et tes repères et tes appuis).
    La mêlée c'est une alchimie complète qui met en rapport tellement de paramètres que je défie quiconque de bien saisir ce qui se produit à l'impact puis dans ces luttes d'appuis d'épaules de jambes et de bassins.
    Ce qui interpelle c'est qu'à haut niveau du rugby ^pro hexagonal, 1 mêlée sur 2 se joue sans coup de sifflet et donne donc derrière elle du jeu. C'est à la fois risible et dramatique, risible parce-que ça signifie que plus on légifère sur cette phase de lancement de jeu (!!!!!) moins on la maîtrise et moins on développe du jeu, dramatique parce-que le législateur chaque saison rajoute un paramètre qui au lieu de simplifier les choses les aggrave.
    Si je suis plutôt bien aise de voir supprimées ces rentrées en bélier et tous les coups fourrés qui se baladaient sous cette cathédrale, je suis peiné de voir qu'en fait on tente depuis des années de supprimer le combat, combat premier qui faisait de la mêlée -entre autres- une caractéristique de ce jeu, pour donner à croire que seul le ballon virevoltant et les golgoths jamais fatigués, mais si fatigants, entre deux pages de pub et un débat d'experts, sont la seule vérité d'aujourd'hui, rugby-audimat sans saveur ni couleurs et aux odeurs nauséabondes.
    Et en-dessous du niveau pro, les règles aberrantes qui changent quasiment d'une saison sur l'autre ne sont pas faites non plus pour faciliter la compréhension des acteurs.
    Regardons le temps dans une rencontre qui se perd entre les coups de sifflets de l'arbitre, le cérémonial des positionnements, les mêlées et les re-mêlées et tout le toutim, pour du spectacle c'est plutôt raté, non ???

    RépondreSupprimer
  40. Que Florent Wieczorek et Marc Dal Maso évoquent la sokatira en terme d'harmonie, OK. Sauf que le monde de la mélée est nettement moins idyllique, angélique, exemplaire en terme de jeu de force pure. D'ou l'adéquation qui ne peut être que difficilement en harmonie du moment où la situation ne le favorise pas.

    RépondreSupprimer
  41. Galles Australie ..... nous voilà pleinement rassures
    Devaient pas être chauds les Gallois -(((

    RépondreSupprimer
  42. Et les AB ont perdu ! Le public de Chicago a du se régaler avec 9 essais !
    Ces Irlandais 🍀 quand même !!!
    Rien vu malheureusement ..:

    RépondreSupprimer
  43. A l'intention des borgnes de l'œil gauche, je signale que M. André Quilis est le technicien le plus influent du rugby français. Alors, qu'est-ce qu'on dit ?...

    RépondreSupprimer
  44. Bonjour, ah oui André Quilis, grand chercheur dans la lignée de R.Deleplace, avec P.Villepreux et bien d'autres, issus de l'enseignement -pas un hasard-. Ces visionnaires ont lancé des travaux de recherche et d'étude sur le jeu de rugby, fin des années 1970, ont enfanté le fameux pavé "Rugby de mouvement rugby total", et à travers les travaux et stages -dont celui de Marciac avec René Castagnon (pas que du jazz à Marciac)- la vivante amicale des Enseignants d’Education
    Physique et Sportive a poursuivie sa quête dans l'évolution de notre sport, cette assemblée émettant et ce n'est pas un hasard des avis très critiques lors du passage du rugby dans le monde professionnel.
    Plus perso, j'entrainais des gamins à cette époque, un ami d'enfance de Quilis était avec moi, ce qui a occasionné un séjour entre Coursan, Narbonne et Gruissan, j'ai eu la même émotion dans les mini-séances et débats organisés alors qu'avec P.Villepreux dans d'autres occasions, ou quand le rugby devient simple et sans calcul quand on le prend pour ce qu'il est, un jeu de balle et de liberté, de mouvement et d'affrontement, un jeu d'échecs dans lequel tu dois imaginer la parade à la proposition adverse dans l'instant, avec intelligence, AH l'adaptation situationnelle qu'y disaient !!!!!!!!!!!!!!!
    Sacré type dont la contribution à notre sport est immense.


    RépondreSupprimer
  45. Les AB vaincus à Chicago, le FCG pas encore mort (et accessoirement Sainte Sylvie au calendrier) : 5 novembre jour de fête !! 🍀🏈💐🍓

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Un chouïa en retard mais BONNE FÊTE !!!!!!!!!!!!!!!
      Bon les NZ de toute façon pas imbattables sur le long terme, c'est bien que ce Soient les Irlandais qui l'aient fait. Chicago, non mais j'y crois pas à quand une rencontre internationale sur l'île de la Désirade ???? C'est n'imp...............
      Le FCG pas mort, suffit de pas grand chose parfois, à voir maintenant si la spirale négative est passée et s'ils vont continuer sur ce résultat.
      Des rencontres hier en FLOP.14 au bout de la nuit, au bout de l'ennui, au bout de la godasse du buteur, des fautes de poussins, des refus de jouer qui devraient être sanctionnées. Le CAB a gagné et le Fagot qui massacre chaque jour un mini-ballon aux armes des Coujoux en est tout frétillant.
      Allez on attend La Rochelle pour le bien-être de notre taulier, l'hiver vient de s'installer subrepticement à la faveur de la nuit dernière, le traître.
      Bonne journée à tous, ce soir les résultats de nos équopes franciliennes favorites ???

      Supprimer
    2. merci Nini, hier soir au lieu de s'emm... nnuyer devant Racing/MHR, on aurait pu se régaler avec le match des AB il était en direct surYoutube ! pas eu l'info hélas ! là j'ai mis les highlights , je te speak angliche vu que ton Prez il est même pas français !!

      Supprimer
    3. ..... "équipes" bien sûr, quelle époque épique que notre épique époque, où qu'on fait des coquilles sur le clavier qu'on faisait pas avec la plume sergent-major !!!!

      Supprimer
    4. HAAAAAAAAAAA et oui tout fout l'camp, au pays du magret des cèpes des pommes (mangez de spommes) de l'Amédée et de tous les poètes de ce jeu de couillons qu'ont si bien chanté les Fite-Rossignol-Besson-Marot-Puget-Villepreux et consorts, voilà donc sir S.Gillham à la tête de cette académie, rien contre rien pour, simplement le fait qu'il soit membre du directoire de Vivendi, vu la culture de cette entreprise, ça ne me laisse pas beaucoup d'espoir devant le type de gestion qu'il va non pas instaurer (pas crédule non plus avant lui c'étaient pas des troubadours) mais irriguer dans le tissu associatif du club.
      Bon, pour nos p'tits cœurs de poètes se consoler et se dire que l'on a encore des Méla dans nos équipes, de plus en plus rares certes mais sont là et nous avec, c'est bien non ???

      Supprimer
    5. je ne crois pas qu'il soit "sir" Simon, il n'est qu'OBE ( Officer of the British Empire ) il doit encore monter de 2 grades et devenir KBE ( knight of the British Empire ) et là il pourra ajouter" sir" devant son prénom, jamais devant le nom . Très intéressante sa notice bio sur wikipedia, après faut aller surfer sur la notice Vivendi, et ses ancêtres CGE et plus loin encore la Compagnie des Eaux de Paris ( sous Louis XVI) .. bref tout un pan de notre mafi ... de notre Histoire commune !
      Et puis ça va bien communiquer au CAB maintenant, Canal va les aimer - z'ont un peu commencé, non ? - allez une spéciale "Arnaud Méla " au CRC ? Chiche ?

      Supprimer
  46. les meilleurs morceaux des Irlandais / All Blacks ici : https://www.youtube.com/watch?v=JLJ8bTl4AmA juste pour avoir une idée de l'ambiance dans le stade, amazing !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et donc en entier pour les puristes
      https://m.youtube.com/watch?v=SQL9rjywJrg

      Supprimer
  47. Bonne fête !! Avec retard mais quand même !
    Merci pour le tuyau YouTube !! On oublie que c'est doucement mais sûrement une chaîne de télé ....
    vais regarder ça tranquille

    RépondreSupprimer
  48. Ben j'aurais pas mis 1 $ sur le trèfle, qui plaisante plus. J'aurais plus vu sur leurs terres avec un public chaud comme la braise. Certes à Chicago, y a de l'Irish. Peux être des blacks un peu condescendants après leur 18e victoire record ? affaiblis en 2e ligne n'ayant plus ses plaqueurs coureurs et 2 cartons jaunes ? surpris par l'arbitrage qui n'a pas laissé passé leurs fautes, sanctionnées plus qu'à l'accoutumée ? Y z'ont été là que 10 mm en mettant 3 essais !
    En tout cas les irlandais ont su les prendre à la gorge et ne pas lacher le morceau.
    J'aurais pas misé non plus sur le score des kangourous qui ont sauté trop haut pour des gallois au ras des pâquerettes. Curieuses surprises comme dans le sTop 14(vu sur l'Equipe)où des gros gagnent encore on ne sait comment, mais sans panache et sans spectacle. Grenoble a failli trouver du trèfle à 4 feuilles pour Ste Sylvie, dommage. Sinon la compo du groupe France évolue... vers quoi...

    RépondreSupprimer
  49. La glorieuse incertitude du sport et le rappel que finalement ces AB sont certes de très bon joueur de Ruby mais aussi des hommes qui peuvent se relâcher mentalement et la pan ! Cf Djokovic qui rappelle à tout le monde l'incroyable performance d'un Federer dans un sport ou le mental est sollicité de façon quasi permanente
    Vivement la semaine prochaine !
    Le groupe de l'EDF retour logique de Nakaitaci et après ..... Lors du choix des 23 ... quid de Huget , Plisson et des appelles de dernière minute devant ?

    RépondreSupprimer
  50. Vert, Noir, Impairs et Jeu !
    Magie de la magie que d’avoir vu s’affronter deux philosophies celle d’un "Huit" noir au traditionnel Haka. Ce fut "Casino Royale" ou la blinde était verte sur un tapis noir ne laissant rien au hasard d’un jeu soutenu, de haut niveau et sans complexe. "The black fighting spirit" nous a montré que les verts ont produit un jeu zélandien abouti sous la houlette de J. Schmidt, petit homme vert, qui a grandi dans les plaines enfumées du long nuage blanc. A tel point que le jeu "Panzer Division" qui ruine notre rugby national a disparu du tapis vert pour faire place à un rugby "mano à mano" dans une arène chantre du football américain ! Quelle symbolique d’avoir perdu par 33 pour le vénérable S. Hansen. "The Black Thursday" ne restera qu’anecdotique à mon sens mais révélateur d’un état d’esprit des deux côtés. Chez les Verts, "Foley" a galvanisé toute une nation vers le "high level" montrant que le rugby commence par le combat, par la passe, par le soutien et par la fierté de porter le maillot de tout un peuple. Chez les Noirs, la défaite va montrer aux Blacks qu’on ne peut pas être dilettante le temps d’un match de gala et que de voyager n’est pas toujours synonyme de surfer en haut de la vague ! Car, finalement, dans cette faena rugbystique zélandesque et irlandesque, la différence n’est que le fait notoire du jeu et du hasard sur certains impairs de TMO qui une fois n’est pas coutume n’était au top à contrario de M. Raynal qui fut impartial tel un croupier habitué à voir des blindes de haut niveau.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Presque à fronts renversés cette rencontre : le "8" en hommage à Foley plus touchant que ce haka trop vu et galvaudé à présent, le jeu débridé des Irlandais avec des Blacks, mais oui !, presque a-foley par cette green armada , des actions Green qu'on aurait cru signées des Blacks ! Je ne crois pas trop au hasard, l'impression d'un coach très rusé qui a super bien préparé ce match, de joueurs comme tu le dis si bien, galvanisés par ce décès . Et puis .... la glorieuse incertitude du sport, vraiment très glorieuse là, l'incertitude . Et quelque part c'est très émouvant qu'un deuil aboutisse sur un jour de gloire pour tout un peuple .

      Supprimer
  51. Yep ! Bien dit et bien écrit comme d'habitude 👍

    RépondreSupprimer