lundi 3 octobre 2016

De quoi enjouer

 
Et pendant ce temps, comme prévu, la campagne est polluée. Pour aggraver son cas qui avait l'air déjà bien désespéré, elle s'invite sur Twitter, considéré comme l'espace le plus drôle, le plus réactif mais aussi le plus toxique des réseaux sociaux. La course à la présidence, toutes les présidences, déferle et entraîne des dégâts déjà irréparables, plaies purulentes qui ne se refermeront pas de sitôt, fractures, factures, ruptures... Autant de raisons pour feuilleter une bonne pâte d'histoire(s) glanées.
 

Le directeur du Shinborne Star a déchiré ses notes et ne publiera pas la vérité ; il lui préfère la légende. Plus belle que la réalité. C'est Ford. Eux aussi, ils ont fait fort, Antoine Aymond et Nemer Habib ; ils déchirent tant leur ouvrage publié chez Glénat, ce 5 octobre, entremêle sans s'écrouler histoire et faits : leurs vingt rencontres nous hissent sur les hauteurs d'Ovalie y respirer le "legend" air. 
 
D'entrée Arthur signe une invitation adressée aux Anglais à disputer un vrai test match, selon le rite écossais. C'est le premier. En 1871. Il fallait trouver cette missive et c'est bien envoyé ! Antoine et Nemer font œuvre d'historiens (c'est leur troisième opus) en ajoutant une foule de détails en folie. Plus loin, plus tard, 1905, on apprend que la fameuse erreur de typographie lançant les All Blacks pour l'éternité ne serait qu'une légende. Allons donc...
 
A l'évidence, le titre est tout trouvé. Matchs de légendes du rugby mondial... Voici en effet que les Gallois opposent pour la première fois leur Land of my fathers au haka maori bien avant que les Ecossais de Sole (qui n'était pas mineur) reprennent Flower of Scotland pour éteindre God save the Queen en 1990. Ici, l'épisode du tableau de Bannockburn est savoureux à souhait. On reprendra forcément une lampée de Lagavulin.
 
L'ouvrage regorge de trouvailles. Vous ferez votre Obolensky comme Campese face à la Nouvelle-Zélande en 1991, là même où les Irlandais auraient dû l'emporter face aux Wallabies sans la partition recomposée par ce diable de Lynagh qui n'était pas de Tasmanie. Vous découvrirez l'influence du Yom Kippour et de la dysrythmie circadienne sur les tournées au pays du long nuage blanc, écouterez le discours de Willie John, sorte de Tom Doniphon au pays des Springboks, tout en revivant la demi-finale du Concord Oval à travers la dynamique de Richard Feynman.
 
J'ai laissé mon téléviseur éteint pour une cure de zéro retransmission. Pour ce que j'en ai entendu, j'ai bien fait. Alors j'ai lu. Et avec plaisir ce florilège de test-matches disposés sur un siècle et demi. Me sont revenus quelques instants choisis, un thé servi chez Gareth Edwards, une bière avec Clem Thomas sur le port de Swansea, l'accolade de James Small à l'issue de la finale 1995, l'œil humide de Marc Dal Maso dans Brighton au soleil levant, les confidences d'Arnaud Costes et d'Heyneke Meyer, le café de Suzy et plein d'autres micro-histoires qui constituent le sens de ma quête.
 
On oubliera les scores puisque même un zéro-zéro sonne l'éclat. Faites-vous ce cadeau. D'autant qu'à l'ouverture les auteurs ont sélectionné Benoit Jeantet. Extraits : "Au milieu d'un flot de souvenirs, lesquels ont tendance à s'estomper tant soit peu, parce que le tamis de la mémoire a ceci de terrible qu'il filtre souvent les émotions au plus pressé d'une époque acquise chaque jour davantage à la vitesse, ce garçon parvenu à l'âge adulte, pense, malgré tout, toujours à ça."
 
C'est donc de "ça" qu'il s'agit. Un ça bien dense, gonflé d'instants comme ce vieux rognon de cuir qu'on fait luire à la graisse, de saillies lapidaires et de percées, de coups et d'essais. Un ça remis en mémoire dans l'intervalle, sorti d'un chaos d'émotions à naître dans le bon ordre, imagé, creusé, décalé, détaillé, enjoué. Parce que vous et moi nous cajolons un match de légende dans notre "ça". Tenez, je le place en bout de ligne : il faut enjouer.

269 commentaires:

  1. Ce commentaire a été supprimé par son auteur.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Dans mes plus lointains souvenirs, ceux de l'ORTF, je n'ai pu que rêver en noir et blanc de rugby jusqu'à l'apparition de la couleur ! Fallait -il donc s'enjouer de cette innovation tant les standards écossais étaient implantés depuis plus d'un siècle ? En fait, le Commonwealth avait anticipé en innovant une fois de plus en posant les jalons sur les terres australes et du pacifique plus propices à perpétuer une tradition séculaire qui avait du mal à résister aux guerres et aux "temps modernes" de Charlie Chaplin ! Tout ça pour dire que l'indépendance des écossais, des gallois et des irlandais fut acquise non sans mal. Et on l'entend dans ces hymnes la bravoure de tout un peuple rejaillir à l'unisson. Moi même, je fus pris de frissons, lors du tournoi 2007, à Croke Park, temple gaélique, ou toute une nation chantait "Ireland" une alchimie musicale qui laissait place à un silence déconcertant à chaque tir au but ! Contraste foudroyant couronné d'une victoire française grâce à Vincent Clerc. C'est "ça" le rugby, cette communion ou la tenue prend tout sens par les symboles qu'elle porte que ce soient la fougère, le poireau, le trèfle, la rose, le chardon, le kangourou, la gazelle, le jaguar ou le coq (pardon pour les autres) ... Tout ce qui se dit avant, pendant et après match n'est que fortuit, la vérité est celle du pré ou l'enjouement n'est pas toujours synonyme de gaieté ou de bonne humeur ! Il suffit de penser à la finale de 2011 ! Mais être enjouer n'est ce pas exprimer sa joie profonde, sincère et communicante du plaisir que l'on a à faire vivre la beuchigue ! J'ai le souvenir d'avoir vu un de nos entraîneurs professionnels s'amuser à bien savonner le ballon à chaque remise en jeu histoire de faire vivre le ballon toujours au détriment de l'adversaire jusqu'au jour la supercherie fut découverte ! Fallait-il en jouer de la sorte ? Ma foi, le rugby n'est pas qu'un règlement mais une école de la vie ou trop point n'en faut pour en jouer abusivement ... les chimères sont mauvaises conseillères et devraient se méfier de Pégase, toujours là, pour créer le décalage attendu qui va enjouer tout un peuple. Antoine, Nemer et Benoit l'ont bien compris semble t-il ....

      Supprimer
    2. Ce commentaire a été supprimé par son auteur.

      Supprimer
  2. Très honoré par ce beau billet. J'ai adoré écrire ce livre qui m'a en particulier permis de découvrir des hommes extraordinaires (car au rugby, quand on enlève le ballon...).
    J'espère que les lecteurs y trouveront aussi leur bonheur.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce commentaire a été supprimé par son auteur.

      Supprimer
    2. Antoine, j'ai lu 2003. Anatomie d'un sacre. Souci du détail. Impec. Même la pluie est au rendez-vous.

      Supprimer
  3. Avant d'en jouer, on en entend parler. Pour en parler, il faut côtoyer ceux qui connaissent. Ou alors lire.

    Chez moi, ça remonte à la fin des années cinquante. J'ai appris le Rugby par transmission orale avec les copains qui savaient et racontaient. Quand des copains racontaient, c'était pour parler d'un Toulonnais en Afrique du Sud dont on avait cassé la jambe.
    Toutefois, sans savoir, j'avais vu du Rugby au début des années cinquante. Un stade avec des gradins en bois, à coté du port où le tonton débarquait d'un bateau à voile. Un bateau de marchandise qui acheminait depuis Nice des sacs de farine.
    Le papa, le tonton ils connaissaient le foutebole, le petit garçon d'alors entendait parler d'un Robic ...Et depuis les gradins je voyais des gens courir derrière un ballon pas rond.

    Plus tard j'ai compris, en entendant chanter "Viens poupoule", j'ai su pourquoi le brin de Muguet, et plus tard encore découvert les débats amoureux ...
    Quand à lire, c'était Denis Lalanne. Le jeu d'avants avec Mias et les exploits d'un dénommé Pipette.
    Et là, j'ai envie de lire.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Effectivement, Papi (tu dois avoir un prénom non ?), on a tous ici commencé par lire Denis Lalanne. Et d'ailleurs c'est marrant (il n'y a pas de coïncidence dans la vie seulement du lien et du sens) mais les auteurs de ce livre d'histoire(s) ont dédié leur œuvre au "pape" du journalisme.

      Supprimer
    2. Allez, je commence par un bonjour à tous, j'insiste, bon jour.

      On se connaît déjà un peu, peu je vous l'accorde.
      Papillon de Nice, allias Christian de nissa, et le blog nicerugby.
      Christian est le vrai nom, il y a parfois kikou, Dupont du Las mon quartier de Toulon.
      J'ai fait mes classes contre La Seyne, Six Four pour un clin d'oeil à Collazo qui doit régaler Ritchie à la Rochelle et aussi La Valette, Carqueiranne ... Service militaire dans la marine avec Rugby à Rochefort. Paris ...
      Puis 10 ans en Afrique du Nord ...
      Oui, je suis Papi, mais pour les petits je suis Papé. Et mon papa va avoir 100 ans, en pleine forme, je me sens jeune.
      Et vous tous ici me donnez envie d'écrire car j'aime vous lire.

      Par ailleurs, comment écrire ici sans passer par tous les freins d'identification ... robot etc.

      Supprimer
    3. Papillon, j'ai mis cette défense glissée en place pour éviter d'avoir les habituels connards anonymes des forums ovales sur notre blog.
      Il vous suffit d'aller vous inscrire parmi les membres du club-house pour avoir plus de facilités de commentaires.
      Cdlt

      Supprimer
  4. Oui nos campagnes sont polluées, toutes nos campagnes, les électorales ovales ou nationales, comme nos terres de rugby, piétinées par les promoteurs du rugby «moderne» qui les ensemencent à la mauvaise graine et aux mauvais engrais pour y faire pousser de nouvelles espèces nourries de parasites de toutes sortes qui dénaturent toute l'histoire que les hommes ont mis tant de temps à bâtir. Toxicité à tous les étages et dans tous les sillons, abreuvés de poisons, de discours qui ne sont plus que rejet de l'autre, de bras qui n'accueillent plus mais repoussent, et insidieusement les fractures s'agrandissent, les différences s'ostracisent, les ruptures se consomment et les plaies ainsi occasionnées portent en leur germe la gangrène qui délite notre société et le rugby itou.
    Alors un cadeau comme ce livre est un bonheur dans le gris ambiant, ce lancement de jeu, et pas de je, que nous fait l'ouvreur Jeantet est une invite à respirer, à inspirer, à attaquer les lignes adverses en faisant fi des consignes de vestiaires, parce-que c'est bien de «ça» qu'il s'agit, et puisqu'il faut enjouer, en jouer, jouons-en, chacun dans sa tête ses émotions, ses rencontres, ses évènements marqueurs d'une vie, faisons les vivre, revivre, partager, et c'est bien d'un match de légende que nos causons ici, de ces événement épars, divers, vécus comme ceci ou comme cela, par celui-ci ou celle-là, mais qui font partie du même match, de la même rencontre, qui te construisent, te fortifient, t'emballent dans un papier cadeau de toutes les couleurs, ce «ça» qui nous réunit ici, entre quatre lignes ; lignes d'en-but, de touche, des 22, lignes de vie. Joli papier Richard, la poésie de Tautor pour te répondre me donne à penser que la partie va être belle avec de tels capitaines de route, allez on attaque dès la sortie du tunnel !!!!!!!!!!!!!!!!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. 1 heure du mat, sortie du tunnel, premier ballon, passe de Tautor et en avant la musique.

      Supprimer
  5. Papillon, Nini
    Vous n'êtes pas en reste question poésie et je me réjouis de vous lire 😉 ...l'équipe des "TOQAR" peut postuler au Goncourt ou au Fémina ...

    RépondreSupprimer
  6. Petit bonheur un lundi matin ! Doublement merci, Richard. L'eau à la source, c'est forcément meilleur que le robinet d'eau tiède de l'actualité. Certes, à chacun sa source et sa Manon, mais Denis Lalanne fut un sacré manipulateur de baguette de coudrier. Dans l'équipe de cinglés que nous avions créée la trentaine passée, plusieurs reconnaissaient être venus au rugby à force de dévorer les Interceptions et de relire Le Grand Combat. Souhaitons à Nemer et Antoine d'être aussi des déclencheurs.
    Lalanne n'a pas toujours eu la vie facile. Comme il avait le sourire clarkgablesque, était toujours sapé et possédait un vocabulaire de plus de cent mots, on le taxait d'égaré dans un monde qui n'était pas le sien. Hemingway chez les Sambas. Pire : il résidait à Biarritz, donc il écrivait pour les BO-BO.
    C'est probablement Denis Lalanne qui a fait exploser le carcan du strict rectangle vert, ses luttes, ses conquêtes, son score à la mi-temps. Avec lui, on a appris que les joueurs parlaient, que les gradins chantaient, que le jeu durait beaucoup plus que 80 mn. Nous en sommes les héritiers.
    Comme par hasard, un très gros morceau du cinéma mondial est héritier de John Ford. Ce n'est pas moi qui le dit, c'est Federico Fellini. Mais nous savons que sur le cercueil de Tom Doniphon fut déposé un cactus. Celui de la mort de l'Ouest et des funérailles du western. Je crains de voir un cactus sur la quatrième de couverture de Nemer et Antoine.
    Je crois que c'est précisément sur la Côte Basque que 15 "Tout Blancs" jouèrent jadis sans nul Maori identifié dans l'équipe. Ils exécutèrent un terrible haka. La culture, notre culture, venait de boucler la boucle.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce commentaire a été supprimé par son auteur.

      Supprimer
    2. Charles, effectivement Denis était malicieux. Mais le père de tous les journalistes de presse écrite ovale, c'est Robert Roy. C'est lui a retravaillé les telex de Lalanne en 1958. Il est mort trop tôt, sinon il aurait été le prince absolu. Seuls quelques connaisseurs soulignent son impact

      Supprimer
    3. Comme disait un éminent pyrénéïste, "on n'est jamais le premier..."
      La seule fois où j'ai entendu parler de Robert Roy, c'était sur le blog des niçois (qui est au point mort depuis mars dernier, d'ailleurs), dans un (vieux) post demandant le retour à la rubrique rugby de... P-M. Bonnot, y'a bien longtemps.
      Lalanne est effectivement La référence du bouquin de rugby, avec un sens de l'épique sans doute propre à une époque. En France tout du moins; il est regrettable que la littérature rugbystique anglo-saxonne soit si peu traduite et donc présente en France. Ça nous ferait du bien de lire un regard sur le rugby sorti de l'hexagone.

      Supprimer
  7. je me suis toujours demandé pourquoi un match de foot ne peut nourrir la légende comme un match de rugby. dépucelé aux émotions sportives avec l'épopée des Verts, de Cruijf et ses copains ou devant la majesté du Kayser de Munich, tout n'était que fulgurance d'un exploit personnel pour enquiller le ballon au fond des filet, trésor dont on se débarrasse. Au foot, on touche le cuir du bout des pieds, on se le donne pour mieux fusiller l'adversaire.
    Au rugby, la beuchigue, on se la travaille, on se la peaufine, on se la fait belle en confiant cette délicate mission d'orfèvre à des déménageurs de piano, des "Gros", des taiseux. Nous tous savons que les préliminaires sont essentiels dans la quête du désir, mais plus l'attente est longue, plus la libération sera belle.
    Jusque là, tout roule, on suppose la suite, on est impatient, on l'espère, on l'attend. Et puis non, une étincelle nommée O'Driscoll, Irvine, Edwards, Lamaison, Montgommery, Kirwan, Blanco, Sella, Guscott, et bien d'autres, vient provoquer un embrasement du théâtre qui se termine par ce geste symbolique d'enterrer le trésor dans le jardin de l'adversaire.
    les matches de légende ou les actions de légende, c'est non seulement la sublimation du joueur qui fait la différence, mais c'est aussi la réaction unanime de ses coéquipiers dans cette euphorie.
    Enfin, il n'y a pas de match de légende sans une dramaturgie particulière, celle qui nous soulève quand tout était perdu, qui nous laisse interdit devant notre poste ou dans les tribunes, ne sachant pas si nous sommes dans le monde réel ou si nous ne nous construisons pas notre propre réalité à cet instant.
    l'autre soir, nous étions à Biarritz dans une brasserie, et Philippe Bernat Salles était présent. J'ai alors présenté le joueur à mon fils comme étant l'ailier idéal pour Jonah Lomu. Il suffisait de voir la lumière dans l'oeil de mon fils pour comprendre les ressources que notre sport recèle, loin de la campagne.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Belle anecdote, Philippe. Avec son fiston, en plus. Le bonheur vrai. 1er essai au SdF, aussi.

      Supprimer
    2. Philippe

      Je suis d'accord mais qui a vu la coupe du monde 70 et l'EQUIPE du brésil , se souvient de l'équipe et pas un nom ne ressort en particulier même Pelé car ils étaient tous ROIS et je peux dire que cette équipe est vraiment une légende du sport !

      Et dans mon souvenir tout sport confondu , il n' y a pas eu plus grand , même dans notre Rugby ! c'est en tout cas ce que je pense !
      Bises à tous de Bastia où il règne grand beau temps !
      Corto

      Supprimer
    3. salut Corto,
      j'étais minot et je collectionnais les vignettes panini et on s'échangeait les Rivelino, Jairzinho, Paulo césar, Félix, Carlos Alberto. Je crois que je pouvais citer une grosse partie de l'équipe de Hollande, d'Allemagne, de St Etienne mais je voulais mettre l'accent sur le fait qu'il y a une espèce de montée d'orgues dans une action de rugby comparée à la fulgurance d'un but de foot.
      Mais, tu as raison, les grandes équipes de foot sont caractérisées par des mecs indissociables, et on oublie souvent Deschamps pour Zidane, Neeskens pour Cruyjf, Hoeness pour Muller, et les défenses de fer de chaque équipe.
      Mais, si on parle des matches de légende, on en trouve moins, non ?

      Supprimer
  8. Notre sport aurait il mangé son pain blanc ?

    Les audiences C+ en chute libre, moins de 200k spectateurs pour le match à 12H30 avec en plus des stades vides. A peine 400K pour le CRC moins que "jour de rugby".

    J'ai aussi remarqué que la plupart des matchs (sauf La Rochelle et Clermont) ne se joue pas dans des stades pleins.

    Nous avions déjà discuté sur l'argent roi dans le rugby.

    Mais nous avons un exemple flagrant que l'argent ne fait pas le bonheur. Un bon match de rugby reste un bon match de rugby quelque soit l'argent qui a été versé. Spectacle pour ne pas perdre au lieu de jouer pour gagner et pour s'amuser et les téléspectateurs et les fans.

    C'est ce que j'aime dans ce sport c'est que la prime n'achète pas l'effort. C'est avant tout, l'aventure humaine. Tu te dépenses pour tes coéquipiers pas pour ton chéquier.

    Maintenant, voyons comment le président de la LNR va réagir. Tout n'est pas rose avec Goze.

    Pour les livres sur le rugby, l'aventure de ce sport, c'est le match et la troisième mi-temps, peut être plus importante que le match lui même.

    Le rugby est une poésie pour notre littérature.
    Aventure d'hommes au bout du monde ou au coin d'un si joli petit village.
    Jeu de mots pour un jeu de maul.
    Petit touche d'écriture pour une touche ascenseur.
    passionné ou ascète pour des envolées de notre rugby à 7.
    Ecrire les traditions orales pour notre ovale
    Chevalier de la transformation pour les transformers
    Bagarre générale pour un petit Napoléon qui fourre où son nez ?
    délicatesse d'une passe
    dont personne ne se lasse
    Vers un but inavoué
    tel un preux ivanohé
    Touché l'en but adverse
    Avant qu'il te renverse.

    que l'aventure est belle et toujours aussi passionnante. il suffit de lire ce blog. Tautor, Nini, Ritchie, Gariguette, Philippe, Charles Paul, François et les autres pour s'apercevoir qu'une encyclopédie n'y suffirait pas.

    Le Gé

    et cette phrase si célèbre que j'ai moi-même testé.
    Si je n'avais pas eu mon nez, je l'aurais pris en pleine gueule".
    Mais aussi
    "qu'un match qui ne fait pas mal est un match raté"
    « Bon les gars, en face c’est que des c-ons, alors au premier regroupement, il faut qu’'ils discutent avec les taupes »
    « Isole toi si tu veux, mais jamais seul »
    « Les gars, attention à celui-là, il réfléchit avec les bras ! »
    « Les gars, si on est plaqué, on essaie de rester debout ! »
    « Le rugby c’est comme en amour, il faut donner avant de prendre… »

    C'est du Audiard à tous les matchs.

    RépondreSupprimer
  9. Il y a forcément des histoires savoureuses pour illustrer les valeurs du rugby. J'ai du lire un bouquin signé ou co signé Lalanne.
    Ma culture c'est aussi ma mémoire illustrée par les récits de couloirs de La Guille, dont tout le monde en a connu au moins un ou partie.
    Poésie rime avec rugby et badinerie car dans ce milieu on a le verbe facile. Je m'interroge juste sur les futurs rebondissements d'historiettes trucculentes avec toute l'aseptisation ambiante.
    C'est bien pour ça qu'il faut garder cette identité si on veut lire des suites. Et pas un pseudo rugby à la montpelliéraine sauce altradienne, en plus des autres typicités aujourd'hui bien fades la plupart du temps.
    Sinon, des matchs le dimanche à 12 h 30, pas top, le jour du saigneur. A cette heure là on ne s'enjoue pas comme ça. Sauf d'installer un immense buvette tapas, bière ou vin tout autour du stade, pour un grand apéro illustré.
    Maintenant, l'affluence n'est guère plus élevée en super 12 ou l'on voit aussi de grands stades clairsemés. Mais pour l'instant, le rugby n'a jamais rassemblé hebdomadairement et régulièrement bien sur plus de 20 000 p. par match, notamment en France, et même si c'est le but avoué du cheikhier.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce commentaire a été supprimé par son auteur.

      Supprimer
    2. Mais oui Sergio des historiettes et aussi les légendes j'a lu ça qui m'a fait comprendre l'importance de la transmission orale dans le rugby http://www.mezetulle.fr/propos-meles-sur-le-rugby/#guerriers-poetes-et-paysans-en-trilogie-legendaire-une-civilisation-et-non-une-culture-
      j'en suis à me demander si nous n'allons pas vers un rugby rêvé, un culte des héros et des actions d'hier tant le rugby d'aujourd'hui s'en éloigne .
      Alors que tous les matches ou presque sont accessibles sur le Net, ce sont ces évocations semi-réelles ( quelle est la part de vérité ? quelle est la part du souvenir qui enjolive forcément les choses ? ) ces évocations qui nous relient les uns aux autres . Troublant .

      Supprimer
  10. Tous les ans j'attendais avec impatience que Proserpine redescende aux Enfers pour aller courir à 15 sur un pré (et pas toujours ne herbe...). Des souvenirs j'en ai cueillis à la pelle et je suis convaincu que c'est grâce à eux que j'ai pu comprendre ce qui se tramait dans le secret des 80 vestiaires de cette époque. Ils étaient aussi nombreux pour des phases finales à rallonge et un bout de bois. Et parmi tous ces petits bouts de vie, il en est un qui revient à la surface : l'odeur de l'huile de camphre, dont je m'enduisais méticuleusement les genoux et les coudes, et surtout le ballon quand il pleuvait. Je tentais d'imperméabiliser le ballon pour notre buteur, sinon au bout d'un 1/4 d'heure il enquillait à 5 mètres, une gonfle qui pesait des tonnes.
    La question que je me pose au bord des terrains aujourd'hui : auront-ils dans 30 ou 40 ans, autant de réminiscences que nous tous? J'en veux pour preuve un mien neveu, qui vient d'arrêter la pratique de notre sport de brutes pratiqué par des gentlemen! Motif : "je m'ennuie, on fait toujours pareil, on respecte des consignes". Indice supplémentaire, il est âgé de 17 ans!!!
    Et en passant : regardez les dates que nous propose Richard...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je pouvais remonter à 1967, mon premier vrai souvenir. France - Nouvelle-Zélande. Un samedi. Cf "Rugbyland".

      Supprimer
    2. Pareillement P.P. je garde tjrs quelque part dans les narines cette odeur de camphre si particulière des vesiaires.

      Supprimer
  11. Robert Roy bien sûr. Je ne l'ai pas cité, coquetterie d'âge probablement. A l'époque et avant que la saison ne débute, L'Equipe sortait un opuscule d'une bonne centaine de pages, dont une par équipe de première division (64 !), photo de groupe, pedigree des probables titulaires et adresse du coiffeur. On en a tous un exemplaire dans le grenier. L'édito et quelques ITW étaient signés RR. Je me souviens par exemple d'un papier flatteur sur un p'tit jeune qui venait de signer à Toulon et que RR voyait bien aller très rapidement en EdF : André Herrero. A Lalanne le lyrisme, à Roy la science. Plus tard, Garcia reprendra le rôle. Mais, "de mon temps", quand on disait Roy, quelqu'un répondait Jules. Quand on disait Lalanne, personne ne parlait d'Astaffort.

    PS. Ma réponse à la question posée en tête de la colonne de gauche : Petits Bleus - Archiball La Rochelle 1974. Toute la 3ème mi-temps au saint-émilion 61.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu fais bien de lancer Ritchie sur Robert Roy j'espère qu'il va nous en parler plus longuement parce que c'était un sacré pistolet ! Je me souviens d'un quart d'heure RR éblouissant lors du Crazy ruck grenoblois ( Astaffort c'est pas plutôt Cabrel ? mais je ne connais pas bien la variété française) Sinon Lalanne le vrai, très lyrique ah oui ... mais un peu peau de vache non ? On a tous entendu parler du coup de pied de Lalanne . Bon d'accord je ne la ferai plus celle-là 😉

      Supprimer
  12. Oh puting, les Archiball ! Caris. Du savoir vivre. Sans doute les plus belles 3e mi-temps du monde.

    RépondreSupprimer
  13. Salut, et bien "ça" en contient des choses, et pas des plus tristes, ce "ça" donc que nous trimbalons ici de commentaire en commentaire, toujours vivant, toujours embelli par les souvenirs, toujours partagé pour le plus grand bonheur visible des autres, et ne serait-ce pas là le plus important de ce "ça" ???? Première apparition du "çà" pour moi 1965, Madagascar, 12 ans sous les baobabs, RFI en BRZZZZZ .... SHPOUIKKK .... CRRRRR mais audible quand-même, et ce P..... de SU.Agen Ferrassien qui terrasse un CAB de légende, celui des Villepreux/Besson/Marot/Roques/Puget/Fite et consorts, mon papa déçu. Un peu plus tard retour en France, vacances, fouille-grenier pour passer le temps, tombé sur "le grand combat", plongé dedans et jamais remonté depuis !!!!!
    Et aussi Pâques à Terrasson La Villedieu, match de gala équipe anglaise contre CAB, inoubliable Amédée Domenech en guest-star venu faire le beau et une petite pige en passant, gras comme un moine, les chaussettes en tire-bouchon plissées sur les mollets, mais dès la gonfle en mains redevenu LE DUC, impérial, sautant feintant courant, puis dodo/récup avant de retrouver la gonfle et recommencer, quel type.
    Comme dit Gariguette Astaffort c'est bien l'homme de la cabane au fond du jardin, bon un coup de Lalanne si c'est bien donné ça peut pas faire de mal, hein ????
    Je viens de lire la diatribe de Ch Urios l'entraîneur du CO : « … La mêlée, je n’y comprends rien… La mêlée, je m’en fous. Ça ne m’intéresse pas ! Je n’ai pas d’idée dessus… La supprimer ? Non ! Ou laisser faire les mecs se foutre des grandes tartes ! On a eu un bon arbitre depuis le début de la saison, c’était M. Garcès. Il nous a arbitrés la semaine dernière, et les mêlées étaient bonnes…» .
    AH AH !!!! Faut-il en conclure que chaque arbitre a son idée sur la mêlée ??? Grave non ??? Et si oui je comprends bien l'inutilité de travailler la mêlée, d'ailleurs travailler quoi, comment ??? Tiens, ça me rappelle ce mot de Graham Henry l'ancien entraîneur NZ: "la mêlée n'a d'importance que par ce que l'on va faire après". Et si on commençait à phosphorer un peu là-dessus dans nos sphères là-haut ???? HOULA …...... Pas gagné, hein ???

    RépondreSupprimer
  14. la melee n est ni plus ni moins qu un BAIKONOUR
    un pas de tir pour satelliser l attaque
    une rampe de lancement pour vite occuper une autre parcelle de l espace territorial
    aujourd hui on ne sort plus du lanceur saturne 8 que pour percuter les asteroides adverses
    la voie lactee nous tend les bras mais non on s obstine a ne pas s eloigner de l attraction terrestre
    litterature lien
    le tour du top 14 en 40 melees

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je me souviens des années si lointaines quand je jouais troisième ligne où tu pouvais te détacher de la mêlée pour aller embrasser tendrement le demi-d'ouverture adverse. que de joie de voler vers lui et de lui assener un plaquage destructeur.

      Puis, il a été décidé de fixer les 8 avants dans ce combat afin de laisser plus de liberté aux attaquants.

      Pourtant que d'amour dispensé pendant cette période, que de tapes amicales données par nos amis et adversaires pour fêter ce plaquage à retardement ou ce bras tendu (en signe de reconnaissance). Que de chaussures essuyées pour qu'elles reluisent au firmament de notre sport.

      Maintenant ce n'est plus une rampe de lancement mais bien une machine à pénalité. Autres temps autres moeurs.

      Même l'épreuve de force pour gagner des pénalités devient un arme de nos AB. qui croire ? qui reconnaitre ?

      Le Gé

      Supprimer
  15. Devinette, qui a dit :
    "On a appelé le rugby sport-roi, parce que nulle part ailleurs les belles qualités de l’homme, les qualités qui font l’homme, ne trouvent un terrain plus favorable pour se révéler"

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. AH RR bien sûr, entre autres phrases fortes celle-ci ne m'a jamais laissée tranquille, je l'ai si souvent écrite sur mes cahiers et répétée dans des vestiaires ainsi que suivie dans ma vie. Belle phrase aujourd'hui perdue dans un océan sans repères !!!!

      Supprimer
  16. Et celle là !
    "Un joueur qui porte un ballon contre sa poitrine s’avancera toujours dans un rayon de soleil. En rugby, le boulevard qui s’ouvre n’est jamais un boulevard de crépuscule, c’est celui de l’aube"

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. AH AH AB of-course, OH je ne connais pas toutes les phrases des uns et des autres, mais je le suis nourri et épaissi môme de ces gens dont on avait eu le bon goût chez moi de mettre en libre-service les écrits, et "ça" m'a imprimé comme qui dirait, celle-ci fabriquée dans les méninges de notre singe en hiver préféré me parle fort, mais je crains qu'aujourd'hui ce soit plutôt le ballon jalousement gardé dans les bi-tri-ceps sur-vitaminés pour s'embarquer dans des impasses inextricables, impasse sans passes, triste passe, la passe c'est plus c'que c'était !!!!!!!

      Supprimer
    2. trop fort Nini ! AB me régalait aussi en cyclisme de par son cynisme humoristique, sa lucidité matinale et par sa dextérité verbale à jouer des mots
      https://www.youtube.com/watch?v=MgGoQQmqyj8

      Supprimer
    3. "L"homme descend du songe" écrivait-il ...

      Supprimer
    4. "L'homme descend du songe... et du spiritueux" a t'on écrit à son sujet, ou c'est moi, alors !

      Supprimer
  17. J'cause pas occitan, mais j'ai toujours cru que Lalanne et Cabrel c'était synonyme. Excuses.
    De toute façon, celui qui en a le mieux parlé, c'est Beaucarne. "Si la Garonne avait voulu, lanturlu...".
    Attention, attention, achtung ! Quand on démarre sur Lalanne, Roy, Haedens, Blondin, on se met à pleurer, puis à boire, pis on dit pus qu'des conneries.

    RépondreSupprimer
  18. Attention Lalanne est bayonnais et Cabrel agenais poil au nez ! Le grand poète occitan, il est toulousain Pèire Goudouli ! connu pour son oeuvre le "Ramelet Moundi" (ôdes, quatrains, chansons à boire !) et l'ôde dédiée à Henri IV.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Non ! Tautor :-) (désolé, comment puis je te contredire, crime de lèse majesté. oh toi le pilier pas de bar mais, de notre site.)
      le seul, l'unique, c'est Nougaro, le Claude. C'était un coq, notre coq celui de nos maillots. un coq sportif qui aimait le rugby et un coq qui aimait aussi une pendule.

      CABREL, il ne mérite que sa cabane (pas le joueur) et encore, c'était mieux avant lui. :-) Puis Agen, ça fait race éteinte :-)

      Supprimer
    2. Gérard,
      point de pilier en ma personne ! Côté occitan c'est Goudouli, côté toulousain c'est Nougaro !

      Supprimer
    3. Ca y est, ça dérape au bar des d'Oc : teu joue pâs séur lié miots dé foïe, Tautor ? Goudouli : occitan...toulousain. Nougaro : occitan (jazzo)toulousain.
      Gérard, connais pas de joueur Cabrel, sauf subtil jeu de mot : Cabrol (Henri), rassure moi.

      Supprimer
    4. je confirme Tautor, quand je vois et me délecte de tes écrits je me sens petit padawan par rapport à toi. il y avait le retour du Jedi et avec toi c'est le retour du Lundail pour ta prose et celle de richard.

      Supprimer
    5. Ca y est, ça dérape au bar des d'Oc : teu joue pâs séur lié miots dé foïe, Tautor ? Goudouli : occitan...toulousain. Nougaro : occitan (jazzo)toulousain.
      Gérard, connais pas de joueur Cabrel, sauf subtil jeu de mot : Cabrol (Henri), rassure moi.

      Supprimer
    6. Sergio,
      je connais CAbrol de l'ASB sacré coup de chausson, et je connais le journaliste qui a aussi repris le flambeau mais en tant que Président

      Supprimer
    7. Sinon, Lalanne c'est plutôt le foot qui le passionne.

      Supprimer
  19. Gérard , vraiment très drôle , merci !

    Denis Lalanne nous a découvrir le monde par le Rugby
    Antoine Blondin nous a fait découvrir le monde par la nostalgie
    Kleber Haedens nous fait découvrir le monde sous les Tilleuls grâce à "Adios"

    L'émotion qu'a suscité ces écrivains est toujours en nous malgré l'âge et perdurera tant que nous resterons jeunes .
    Re Bises

    Corto

    PS qui a passé une soirée avec Christian Montaignac voyage aussi très loin et j'ai eu cette chance quelques fois

    RépondreSupprimer
  20. la cause de Goze est entendue. Il est l'élu, après Saint Paul de Tarse voici Saint Paul de Tartes (qu'il a beaucoup offertes quand il jouait)
    Quand tu call Goze, tu suis un régime soviétique. Coopératif ! certes.
    Comme disait Flaubert "Argent. Goze de tout le mal".
    Même si Mourad nous a dit que "très peu de Goze, peut avoir beaucoup d'effet".
    Il n'est même pas au comité ce que je trouve quand même étonnant.
    Le Gé

    RépondreSupprimer
  21. Le carburant de MB c'est de se faire des ennemis pour pouvoir se poser en victime ! Il a atteint son but et tout logiquement n'est pas élu au comité directeur
    Paul Goze si l'on accepte les règles et le fonctionnement d'un Rugby professionnel à fait le job
    Bon on est loin des matchs de légende ou des grandes plumes capable de transcender ces événements , ce sport et les hommes qui l'ont marqué
    On est passé à autre chose depuis un bon moment pour ce Rugby ci ! De la à penser que le Rugby amateur ne procure plus les joies et expériences que les uns et les autres ont vécu me paraît aller un peu loin . Chacun aura des contre exemples

    RépondreSupprimer
  22. apprenant l eviction de mourad BOUDJELLAH face a la baronie de la ligue
    je suis scandalise encore une fois l homme qui ose est rejete
    ayant plus d une fois critique le president de toulon pour ses errances ses notions economiques du rugby soit
    mais au moins son enthousiasme son jeu theatral me plaisait
    dormez en paix les larbins du pouvoir gavez vous des bonnes receptions et de vos mirobolandes indemnites festoyez
    il faut plus que jamais la cessesion de la fede et cette pantagruelique ligue

    RépondreSupprimer
  23. Le temps est venu de rappeler quelques vérités. Gozz le Hutt dirige la planète Owaly après avoir fait liquider le ménestrel Goudouly par son séide K-Brelle. L'ultime résistance s'est réfugiée sur la planète Kink 11 localisée dans la galaxie OK-Land.
    Tout ça est très bien expliqué dans un grimoire illustré que m'a dédicacé Bouj Delà l'Etoile blanche.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ouh, une écrivasserie bien élaborée, digne d'un 20 ans d'âge subtilement affiné

      Supprimer
  24. Bonjour à touz'é à toute,
    Bon LNR on goze on goze mais le rugby encore une fois s'est fait en... suqué grave.
    Je voudrais vous rendre compte du match de cet après-midi.
    Dès la sortie du chemin et rentrant dans ce vaste terrain de jeu ombragé et couvert comme un millenium d'épines de sapins et de feuilles de hêtre, je savais que la partie allait être difficile, jouer à l'extérieur ici n'a jamais été facile. Début de rencontre beaucoup d'observation, quelques alertes quelques leurres mais rien de significatif. Au bout de 10 minutes de jeu, là, devant moi, pack de 8 serré comme une bajadita, disposé en quinconce, la tête dans les épaules genre Patou, rien de très encourageant d'autant que protégés par un rideau de branchages limite hors-jeu. Bon, je balance quelques baffes ici, des coups de tatane là et des coups de bâton ailleurs, et j'attaque le pack plein fer, et un et deux ..... et 8, 8 cèpes tous plus jolis les uns que les autres, dans la besace, le reste de la mi-temps à gérer tranquillement l'avantage et en enquillant quelques menues cueillettes supplémentaires toujours bonnes lorsqu'il faut présenter ses statistiques le soir à la cuisinière !!!!!! Seconde mi-temps plus difficile, les lignes arrières adverses jouant sur la largeur et la profondeur, obligeant à de longues courses et turn-over épuisants. En équipe d'expérience, on laboure consciencieusement l'aire de jeu avec nos gros godillots, le bâton te me remue les obstacles et malgré ce jeu au large adverse, on contient bien la ligne et d'une aile à l'autre hop dans la besace quelques 3/4 ailes égarés isolés qui se font croquer. Fin de la partie, joli score final, et retour ici où je vais revêtir le QOTAR-cravate aux armes de notre académie pour une troisième mi-temps qui s'annonce gourmande.

    RépondreSupprimer
  25. Concernant Boudjellal, je ne pense qu'il soit ni sain ni logique qu'il représente des gens qu'il conchie. Trop versatile, éruptif, sanguin. Le pendant de Laporte, qui lui veut la FFR. Camou-Goze vs Boudjellal-Laporte : ses pôles denses.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Avec le pack qu'il a, pas pu passer la ligne d'avantage, putain. L'était attendu au coin du bois le gadjo. Ah, Toulon c'est plus ce que c'était.
      Gozez plus bas, camourait bien nous entendre. Fermez la porte, Jellal boude.

      Supprimer
    2. qu'il ne soit pas le président de la LNR Ok je plussoie (qui vaut mieux qu'un grand chez les autres).
      Mais qu'il ne soit pas au comité. Ca ne me fait pas du tout Mourad de rire.
      Camou-Goze ! désolé les résultats de ces messieurs ne penchent pas du tout en leur faveur. la FFR LNR pas bien avec eux.

      Supprimer
  26. La mémée, pardon la mélée a été revisitée pour éviter aussi les dangers de blessures cervicales. Témoin l'article "mortel démélé" sur le procès de 2 piliers Digoinais à la suite du décès du talonneur adverse montcellien. Pas eu de chance ce 19 novembre 2006, l'a pas eu assez de place pour entrer en mélée en face des 2 frères... LARGE : Fracture de 2 cervicales, tétraplégie, coma artificiel, décès suite à complication respiratoire. Fin du match pour la vie.
    Faudra peut être y jeter un oeil à nouveau, compte tenu de tous ces fautes et écroulements à répétition qui facilite pas le bien être des cervicales et des dorsales. La mélée c'est pas un centre de thalasso. Donc, on peut pas non plus s'en foutre. L'était énervé le Cricri. L'avait perdu ses lunettes.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Sergio
      un grand MERCI d'avoir relevé cette tragédie comme on relève une mêlée .... Aujourd'hui les familles ou les ayants droits demandent des explications voir des comptes. Fini les nébuleuses et foireuses explications à la mord moi le nœud avec des indemnisations grotesques ... la paraplégie ou la tétraplégie c'est un accompagnement et un soutien pour toute une vie ! Dans cette histoire pourquoi seuls les 2 frères sont condamnés ? Quid de la responsabilité de l'arbitre qui n'a pas appliqué la règle n° 20 de la FFR ? Quand on voit aujourd'hui qu'il y a 30 arbitres, 31 façons de truquer et 32 mêlées écroulées ou effondrées il y a donc 33 raisons de se poser les bonnes questions et une seule raison d'appliquer le règlement c'est la compétence. Comme pour les joueurs, une commission arbitrale devrait imposer des mises à pieds pour manquement au règlement.

      Supprimer
  27. En fait, c'est assez simple mais Mourad ne veut pas l'accepter. Avec 40 voix sur 104, il est clair que personne ne veut qu'il représente le Top 14 au sein de la LNR. Et franchement ça peut se comprendre. Sept candidats, six places. C'est lui qui reste debout. Il s'en étonne ? Avec tout ce qu'il buzz ? Les petites phrases ne font pas les grands programmes. Le plan de la LNR à objectif 2023 a été validé à la majorité par la LNR deux mois avant les élections. Bien joué politiquement par Goze, qui n'a pas attendu Boudjellal pour savoir quoi faire pour fédérer un pack composé d'intérêts parfois divergents. Je ne dis pas que Goze est un génie mais il a su renégocier les droits télé et construire un programme qui tient la route en favorisant la formation française et en tentant de développer le rugby hors des zones historiques dont il est pourtant issu. Boudjellal, lui, ne parle que de salary cap, d'argent, de pouvoir, et depuis trois mois s'est complétement discrédité avec l'affaire Galthié-Dominguez-Ford-Dal Maso-Delmas, et ce n'est pas fini...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et puis il n'a pas l'odeur du camphre dans les narines, Mourad, alors que le Goze, oui . Il aura beau dire, ça compte dans ce milieu . Compter rugby ce n'est pas pareil que conter rugby .

      Supprimer
    2. Et oui qu'on l'aime ou pas le Goze il s'est oint d'huile de camphre et à foule quelques pelouses donne et ramasse quelques marrons en pleine saison
      On le dit très différent de ce qu'il laisse paraître ?

      Supprimer
    3. Bah, Thomas Savare et Bouscatel n'ont pas non plus vraiment connu cette odeur, et pourtant ils ont été élus, eux.

      Concernant Boudjellal, comme le dit Ritchie, on ne peut pas demander à un milieu sur lequel on tape allègrement depuis 10 ans de voter pour soi.

      De toute façon, l'important pour Mourad, ce n'est pas le fond, c'est le haut-parleur et le bruit qu'il diffuse. Tous les démagos du monde ont compris depuis bien longtemps que ce qui frappe, ce n'est pas ce que dit le message, ce n'est même pas le message lui-même mais le bruit que ça fait quand on le gueule dans le micro tendu. Peu importe les insultes, le vocabulaire corporel, les jeux de mots "crématoires", l'odeur des paliers ou les menaces au Karcher, on ne retiendra que l'effet de l'annonce.
      Du reste, comme certains électeurs qui cachaient auparavant leur vote "honteux" sont maintenant fiers de le revendiquer à la face du monde, Boudjellal est au-delà de la contradiction et du paradoxe; son programme -ou ce qui en tient lieu- ne cherche même pas à masquer ses intentions parfaitement libérales d'instaurer un "rugby de marché" avec une économie du laisser faire-laisser passer qui ouvrirait plus encore les vannes au bénéfice des plus riches.
      Et quand on lit dans les mesures proposées une "revalorisation" de l'arbitrage, vu l'estime dans laquelle le bonhomme tient la confrérie depuis longtemps maintenant, et les marques fleuries qu'il a manifesté envers elle jusqu'à présent, on se dit qu'à côté de lui, Bernard Tapie c'est le Gandhi du foot...

      D'ailleurs Mourad Boudjellal l'a dit lui-même: s'il n'est pas élu au comité directeur, il abandonne le RCT pour se retirer dans un cabanon pêcher le rouget et se mettre au régime crétois. S'il met sa menace à exécution, je suis même prêt à lui apporter la bouteille de Cassis du Clos Sainte Magdeleine qui ira avec; restera plus qu'à confectionner patiemment un aïoli fait maison, et on sera les rois du monde.
      Allez Mourad, en plein cagnard, y'a quand même rien de mieux qu'une bonne ombre, pendant que les bouteilles patientent au frais.

      Supprimer
    4. bref ... le grand cinéma des élections commence à tous les étages j'aime mieux le cinoche, le vrai ! à propos de cinoche http://www.ladepeche.fr/article/2016/10/04/2432245-le-rugby-a-le-meme-potentiel-cinematographique-que-la-boxe.html

      Supprimer
    5. Pipiou,
      en bon toulousain que tu es, tu devrais savoir que Jean René Bouscatel a joué au ST et qu'il fut capitaine des juniors dans les années 68 à une époque ou ça camphrait encore !

      Supprimer
    6. Toulousain, toulousain... d'adoption, Tautor, d'adoption (mes clubs de coeur -en dehors de mon équipe chérie de bras cassés vétérans-, c'est le Stado tarbais et le Stade bagnérais de la grande époque des 2 finales).
      Dont acte pour Bouscatel (j'étais pas vraiment sûr de l'emploi de sa jeunesse, faut dire), qui a donc connu le vestiaire.
      Mais tu as compris que pour autant je n'en fais pas une condition sine qua non pour bien "gérer" le rugby pro au Comité directeur de la LNR.

      Supprimer
    7. tu dois connaitre,en bon Bigourdan, Lulu au col des Palomières une étape incontournable locale !! Au comité directeur, pas de camphre que de la vaseline spéciale gôle !

      Supprimer
    8. Le col des Palomières, ça me rappelle une anecdote perso montagnardo-rugbystique: après une journée de traversée bien hivernale entre la vallée de Campan et Bagnères (passage à plat ventre d'une congère de 3m. de haut au col de Lhéris cause rafales à 80km), la descente se fait tranquillement dans le brouillard sur le col des Palomières puis Gerde et Bagnères; à ce moment, s'élève dans la brume une voix étrangement proche: "Et la rencontre sera arbitrée par Mr X du Comité Y...".
      Quand on sort d'une journée de montagne hivernale pour tomber sur le stade Marcel Cazenave, le contraste est... source de bons souvenirs !

      Supprimer
  28. Pour revenir sur l'élection (???) de P.Goze à la présidence de la LNR, et la non élection de M.Boudjellal, pas trop d'accord avec certains commentaires, on ne peut pas se résigner à voir élection après élection les mêmes revenir en tête de gondole, en oubliant leurs turpitudes sous prétexte que l'autre ou les autres ne sont pas plus ceci ou moins cela. Faire bouger les lignes c'est aussi entraîner du mouvement, des changements, même si pas naïf je sais bien que celui-ci ou celui-là est nourri des mêmes principes et aux mêmes mamelles.
    Alors que Mr Goze reparte pour un nouveau mandat, je trouve ça triste, triste et désolant. Que le trublion du FLOP.14 ne soit même pas élu au Comité Directeur, là je me pose questions, un peu comme si tout le monde s'était ligué pour lui barrer la route, et ça ça ne s'appelle pas la démocratie, ce n'est pas un bon message, c'est l'expression de gens arc-boutés sur leurs petits-grands privilèges, pas décidés du tout à ne laisser ne serait-ce qu'une petite part du gâteau, en la matière les présidents des clubs pro ne se sont pas grandis. Enfin le rugby dans ce débat n'a pas, n'a plus, sa place, dans tous les échanges pré élections il n'a jamais été question du sport, du jeu. Par contre alors on trompinette à donf sur « l'augmentation spectaculaire des droits télévisuels du Top 14 avec un prévisionnel record de 97 M€/saison pour la période 2019-2023 », la hausse du budget de la LNR qui dépasse celui de la FFR avec 130 M€ YOUPIIIIII !!!! Enfin la nouvelle « convention LNR/FFR 2016-2010 » et le fameux « plan stratégique 2016-2023 », dont on voit bien la teneur et comment qu'il va nous emmener au titre de champion dès la prochaine coupe du monde les doigts dans le nez, j'entends d'ici les NZ AFS et AUS en trembler des genoux.
    En attendant nos nouveaux élus cooptés, les doigts feraient bien de se les sortir d'où qu'ils se les sont enfouis, parce-que franchement, perso, je vois pas bien les motifs de se réjouir de l'élection-bis du type.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu as raison sur la nécessité de ramener de l'air frais Mais ce n'est pas en insultant les gens que tu peux espérer gagner une élection et ce sont les Présidents du Top 14 et de la pro D2 qui votent non ?
      Je suis surpris que le mec soit surpris de ne pas être élu avec de tel comportement et en se déclarant à la dernière minute en bâclant un programme avec conférence de presse à la va vite
      Ne pas confondre La vraie nécessité de changement avec le foutage de gueule de l'outrage permanent
      Personnellement je ne me réjouis du statut quo ni de devoir parler d'un ambitieux mégalo parano
      D'ailleurs j'arrête

      Supprimer
  29. Plutôt d'accord, Nini,vont nous faire des p'tits neuneux rouquins, les consanguins de la Lnananere, mais bon, l'exité de la rade à gagné son plein de désamour, c'est son carburant, tout va bien.
    Pis d'abord m'en fout ( bon ben ferme la alors! Non mais attends, j'veux dire autre chose, alors......)
    L'ASM est l'équipe la plus disciplinée de notre meilleur championnat du monde de chez nous.
    Y aurait il un rapport avec ses incroyables malédictions printanières?
    En d'autres termes, le Rugby peut il se passer d'un peu de roublardise, d'un ouvreur un peu decalqué à retardement par exemple de temps en temps ( ah Gé, c'était pas souvent mais quel pieds hein ),d'un coup de crampons à une menotte qu'à rien à faire la ( bon, ça va, un tout petit, pis pas sous les poteaux, c'te blague )
    Allez , j'ai pas causé commotion, hein, mais n'en parlez pas à Tautor, quand même.

    RépondreSupprimer
  30. AH oui le 10 décalqué imprimé dégommé, le pied mais même à l'époque des entraînements du mardi et du vendredi et du jeu qu'allait pas vite-vite-vite, fallait le prendre le type, et puis si tu l'attrapais t'avais la patrouille qui te rattrapait fissa. En plus ce 10 d'en-face c'était toujours le beau gosse qu'était arrivé avec une fille qu'était toute belle qui mettait les pénalités et qu'était jamais essoufflé quand tu dégueulais tripes et boyaux pour essayer de le gaufrer !!!!!!!!!!!
    Je me rappelle une anecdote, PUC/Narbonne en nationale.B y'a un temps lointain, au RCN jouaient Codorniou et le Claude des Spanghero, retour blessures ou un truc comme ça. Au PUC y'avait de joyeux lurons mais qu'étaient aussi de sacrés bons joueurs, notamment deux 3èmes lignes-ailes de talent qui chaque dimanche prenaient leur lot de viande et s'en délectaient plutôt bien. Toute la partie les deux chasseurs l'ont pisté le Codor, l'ont attendu dans l'intérieur, guetté sur l'extérieur, lui ont couru après, l'ont même eu dans le viseur 3 ou 4 fois et ................ l'ont jamais touché, pfffuiittt passé, envolé, battu le destructeur d'ouvreur, juste senti le courant d'air du fantôme passer froler parti, quel talent le type, les deux qui ce jour-là ont sans doute battu le record des montées pour rien s'en rappellent sûrement. Le grand Claude, lui c'était autre chose, bon il avait tout l'après-midi moissonné les gonfles en touche, mais alors quel joueur de 3ème mi-temps, au repas dans la tradition puciste, son vis à vis à table lui a fait réviser toutes les combinaisons en touche et de sa position assise sur sa chaise, le Spanghero a passé tout le repas, sans jamais se lasser, à sauter comme un cabri pour attraper la serviette que l'olibrius d'en-face lui lançait et relançait, en lui disant à chaque fois "ouaahahhhh qu'est ce que tu sautes haut".
    Me demande s'ils se marrent nos joueurs pro dans les banquets d'après-match ????

    RépondreSupprimer
  31. OH je viens de lire un truc de ouf, veulent faire une journée de championnat les 23 et 24 décembre (calendrier, contrats diffuseurs ???). Et bin les joueurs y veulent pas NA !!!! Veulent bien jouer mais le 23, alors la LNR elle dit allez OK mais un match quand-même le 24 (droits télé ???? Gros sous ????) en s'arrangeant pour que équipes/horaires/trajets harmonieusement dispensés permettent à tout un chacun de fêter joyeusement Noël en famille!!!!!!!!!!.
    Et gariguette sur le gâteau mais tellement bonne, réflexion d'un type sur un forum: "Faisons jouer les équipes qui se déplacent le 23 pour qu'elles aient le temps de rentrer , et celles qui reçoivent le 24" !!!!!!!!!!!! Génial non ???? Mais où qu'on est, où qu'on va ??????

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ben oui et déguisons les en Père Noël aussi. Non mais je te jure. Que reste t'il de nos acquis, un souvenir qui nous poursuit, Noël fané, hein Charles, euh non Nini ?

      Supprimer
  32. Ritchie,
    A lire les Apôtres des "Quinconces", "TOQAR" s'impose sur la cravate ! Plus que des ingénus (es), des tribuns (es), nous avons des mousquetaires, que dis je ! des seigneurs du rugby et non des padawans , le verbe, le sujet, le complément, l'adjectif, l'interjection, l'aphorisme, la phrase, la synthèse symbolisent en tout point le camphre plus que la vaseline dans leurs écrits ! Laissons cette dernière à nos gouvernants pour se rapprocher de notre amour premier celui du pré, du placage, du tchic tchac, de la feinte, du crochet, de la roublardise, de l'accélération, de la passe, de l'intelligence situationnelle, de la poignée de mains, de la sueur du maillot, des mots et des maux, des sourires qui nourrissent nos âmes et comblent nos affects déçus de ce jeu moderne, aseptisé, et sans paroles. Qu'importe Goze, Boudjellal, et consors, le rugby, comme la syphilis, va mourir de sa propre mort, pour laisser place au terreau des "TOQAR" qui fertilise la pensée d'un grand nombre d'anonymes jusqu'au jour ou le cotylédon bourgeonnera pour la plus belle des fleurs celle de l'amour du notre rugby champêtre faisant oublier que les "fleurs du mal" ont existé ..... Oui, nous sommes Baudelairiens, résolument modernes, tournés vers l'avenir, nourris de romantisme (ou de romanée conti), imprégnés de classicisme mais aussi de symbolisme et rien ne viendra à bout de nos pensées ! N'est pas "TOQAR" qui veut et de vous lire j'en suis un peu plus convaincu tous les jours ! On ne sera jamais Roy, Lalanne, Blondin, Garcia, Lacouture ou Escot, qu'importe d'ailleurs, je retiendrais la définition de Jean Giroudoux "L'équipe de rugby prévoit, sur quinze joueurs, huit joueurs forts et actifs, deux légers et rusés, quatre grands et rapides et un dernier, modèle de flegme et de sang-froid. C'est la proportion idéale entre les hommes."

    RépondreSupprimer
  33. Et pour les filles, tu les as les proportions idéales?
    Allez la folle de Chaillot

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Toi le "sélachimorphe" du grand lac indien qui sévit devant ces dames je m'étonnes que ta verve soit en berne ! Comme la "diagonale du fou", les ou la proportion idéale n'est qu'une question de pratique ! non ? Ma foi, 15 gourmandes c'est mieux que 15 lignes !

      Supprimer
    2. Oui ben la Diagonale, on commence l'accueil Lundi, si vous avez des participants dans votre entourage, qu'ils se fassent connaître à l'airport, on s'occupera d'eux.
      Allez les fous

      Supprimer
  34. J'ai un copain qui entraîne ses filles sur les chemins encombrés des terrains de jeu de la modernité, il me glisse son crédo: "sur quinze joueuses, huit têtues et agitées, deux lianes et viles, quatre élancées et ardentes, et une dernière, modèle d'équanimité et le sang-chaud (-bouillant NDLR). C'est la proportion idéale". C'est lui qui dit, hein !!!!!!!
    Pour modérer mon propos , et ne pas m'attirer les foudres de gent féminine fréquentant cet espace, rappel des propos de la folle dans la susdite pièce: "Il suffit d'une femme de sens pour que la folie du monde sur elle se casse les dents".

    RépondreSupprimer
  35. So sorry mon pote vous demande de lire "gagneuses" au lieu de "joueuses", le coup est parti prématurément, ça arrive ...........

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ben oui, y a pas que les préliminaires ! Si tu prends le trou, faut aller marquer au bout en terre promise.

      Supprimer
    2. clavier précoce ? tu sais il y a des solutions pour ça... tu veux qu'on en parle ? 😉

      Supprimer
    3. la solution retour aux fondamentaux !

      Supprimer
  36. No soussaille Nini, notre gent féminine est d'esprit plutôt ouvert ( Bon, tu dis pas des polemisses sur Arnaud, quand même, hein)
    Allez, tiens, m' fait penser à la Pimprenelle, la vraie, qui me manques

    RépondreSupprimer
  37. AH AH bonjour, pas besoin ici d'envoyer un mémoire ou une encyclopédie, hein, tu juste suggères, subodores, attises, introduis à mots plus ou moins couverts un sujet que tu veux -qu'importe le flacon pourvu qu'on ait l'ivresse- et HOP ça part de tous les côtés, intervalles à gogo, redressage des courses et cadrages de torts de tors de Tautor, pas de butors ici, décalages en série là-bas sur les ailes, et de l'esprit -qu'est pas à vendre ni à revendre- qui déborde déborde et nous envoie en terre promise plus vite que la lumière, lumières ici toujours allumées, lanterne de partage qui te dit c'est ouvert, rentre mets tes chaussettes et ton maillot, on joue tout de suite, même que le Ritchie d'arbitre l'a pas de sifflet alors !!!!!!!!!!!!!
    Et pour le costume avec blason c'est QOTAR ou TOQAR ??? Pac'que c'est pas pareil d'arriver au cleubouze en QOTARnoeudpap ou en TOQARcravate et voudrais pas investir chez mon tailleur de Pierre pour des prunes, ni pour tout autre fruit d'ailleurs, et passer pour une poire devant vous autres, non mais hein des fois, m'enfin ......

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce commentaire a été supprimé par son auteur.

      Supprimer
    2. Nini
      il y a toujours un "QOTAR" dans l'équipe et je crois que Gariguette a deviné qui c'était !!! Dans "Faire sans eux" j'avais émis des idées sur les Quinconces, j'ai parlé de la "Quinconce Académie du Rugby (QAR) ou du "Rugby Academy of Quinconces" (RAQ), Jan Lou a rajouté "pourquoi pas la Quinconce Académie des Tendres Amateurs de Rugby la QATAR", j'ai remis une couche "Tendresses Ovalesques de la Quinconce Académie de Rugby "TOQAR", et Gariguette nous a gratifié de "RAQam les Rouges !" Alors je te vois bien arriver au cleubouse en "QOTAR noeudpap" avec la sonnaille, les clarines et le toupin autour du cou comme tes copines du Jura et moi en "cravate TOQAR" pour une fiesta mémorable avec les "Quinconces" !

      Supprimer
    3. A notre âge (ouh l'ancien) c'est plutôt des fleurs de bach dont nous avons besoin pour guérir de ces fleurs du mal qui poussent partout et nous rendent allergiques.
      La toquardise (poudre de toquar, espèce espiègle qui vit en quinconcerie) bonifie les cotyledons. C'est bien. Mais attention les "quotar", la mandragore n'a pas jadis attendu la syphilis pour se nourrir du sperme des pendus au pied des gibets.

      Supprimer
  38. Bel article à déguster, sans doute aussi beaucoup de leçons à en tirer, le rugby pro tire-t'il des leçons de quelque chose en ces jours ????
    http://www.lefigaro.fr/cinema/2016/10/05/03002-20161005ARTFIG00019--mercenaire-un-film-au-dessus-de-la-melee.php

    RépondreSupprimer
  39. Sale temps sur notre rugby, je parle du sport hein pas de ses à-côtés élections petites phrases et tout l'toutim.
    Donc sale temps, z'avez vu tous ces arrêts de « carrière » (carrière de rugbyman, je rêve …) pour des commotions qui se répètent à un rythme de plus en plus rapide. Avant, mais c'était avant, un type comme Le Mongol (AH AH qui c'est béotiens ???) pouvait dire «on fera de vilains vieux», on comprenait toute l'humanité dans ces mots, le bagage d'homme de devoir rempli jusque-là de toutes les qualités du combattant en décousant avec les cousins Britanniques et les voisins Landais avec la même pétulance et le même engagement au service du jeu. Demain les mousquetaires de notre époque pas si épique que ça feront de vilains jeunes, le cerveau à l'envers et le reste à l'avenant. Comme pas grand monde dans les sphères dirigeantes ne semble s'émouvoir de la répétition de ces problèmes, comme la course au toujours plus semble maintenant sans retour, ça ne promet pas d'améliorations, hein. En plus que de ces pépins physiques majeurs, que de joueurs inaptes 2, 3, 4 mois voire même beaucoup plus. Préparés comme des gladiateurs pour des lutttes de forte intensité, je suis surpris que tant de joueurs prenant un coup sur le ceps -qu'il soit bi tri ou quadri- souffrent soudain atrocement et soient obligés de s'accorder une pause. Le développement abusif et parfois tellement surdimensionné des muscles des joueurs ne laisse pas de s'interroger, bientôt on verrra comme dans d'autres sports la plupart des joueurs de rugby pro souffrir d'asthme et autres pathologies nécessitant le recours à des produits que l'on sait certes dopants mais dont on autorisera l'usage au nom de la « santé de ces malades », moi je crois plutôt au nom du spectacle, des contrats, des recettes et du train de vie de nos instances.
    En tous les cas laisser ces dérives s'installer me semble à tout le moins une aberration, une inquiétante compromission de nos dirigeants, une atteinte à l'intégrité des joueurs, une insulte à l'éthique que l'ovale représente pour la plupart de ses passionnés.
    Qui de l'intérieur poussera LE cri de gueule qui pourrait certes mettre le feu au monstre bicéphale LNR/FFR et ses affairistes mais serait salutaire pour le devenir de notre rugby et de ses serviteurs ????

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. j'ai lu "Le testament du Mongol" moi Môssieu, offert par l'auteur - l'aimable Christophe Schaeffer qui poétise à tout va sur son Blog "Folle sagesse" - alors tu penses bien que MICHEL CRAUSTE c'était fastoche !! D'ailleurs il n'est pas devenu le vilain vieux qu'il prédisait, il est très beau !

      Supprimer
    2. je crois plutot que c'est Walter qui a dit on fera de vilains vieux

      Supprimer
  40. AH et bin moi l'ai aussi moi Mâdâme, et pas offert hein, non non hé l'a fallu mettre la main à la popoche, bon élève Gariguette un bon point pour la qualité de la réponse mais pas recommencer à fayoter ave ces auteurs qui t'aimabilisent par ici et te poétisent par là, pffffffffffffff. Ouais Le Mongol un type hein, et l' fait un beau tout vieux en plus, les racines de joueurs comme LE Arnaud qu'on sait qui sait hein OUI OUI bon ça va !!!!!!!!!!!!!
    Bon avec le Tautor on sait comment qu'on s'habille pour la soirée des quinconces, et vous m'dâme ????

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. M'enfin ! En fraise des bois !! Mais j'aime bien aussi les bolets roses d'Allan !Et puis je ne fayote pas du tout avec Christophe vu que c'est un N°9 comme tu dois les aimer l'intelligence situationnelle en mouvement - et puis il joue de la guitare lui ! Ha ha ha !!

      Supprimer
    2. M'ont toujours énervé grave les gratteurs de cordes, en colo z'emballaient les gonzesses avec 3 accords en une soirée quand tu badais/bavais sur la grande blonde 3 semaines pour que dalle, et tu pouvais pratiquer l'intelligence situationnelle en mouvement, bernique, retour à la maison t'avais même pas l'adresse de la naïade !!!!!!!!!!!!

      Supprimer
  41. Bonjour,
    Je suis chauvin, je m'en suis rendu compte il y a longtemps, c'est une faiblesse que je combats, mais rien n'y fait.
    "Parce que Toulon" . Bien que j'y ai peu séjourné, je suis Toulonnais.
    Au point que : Je m'intéresse aux résultats de Pau parce que deux qui jouaient ici, sont là bas. Lyon m'est sympa parce que c'est Toulon bis. La Rochelle, parce que l'entraîneur est de chez nous ... C'est dire jusqu'où va mon chauvinisme.
    Qu'est ce qui a fait cette accroche ? Sûrement parce que j'y ai appris à jouer au Rugby et joué avec les couleurs de la ville.
    Dans cette ville, les mots grossiers ne sont pas " Putain, con " mais d'autres que je n'arrive pas à crier.
    Ma grossièreté suprême est "Pute borgne". Elle me suffit.
    Tout est enrichissant à lire ici, mais trop de culture en est intimidant et cloue la plume à ceux qui n'ont que les mots de la rue.

    J'en arrive à Mourad et au peu de sympathie qu'il suscite. Il a été écarté de la LNR parce que d'autres médiocres y perdraient leur place. Je ne vais pas énumérer les arguments contre lui, il suffit de les lire ailleurs.
    Son éviction n'est pas un bien pour le Rugby. Car le professionnalisme et ses règles vont s'imposer qu'il soit là ou pas.
    Comme les gens qui sont partis d'en bas, ses mots et comportements sont ceux de la rue et tranchent avec le costar-cravate. Sa jeunesse fait qu'il est communiquant, sa culture BD l'ont conduit à analyser l'image, savoir l'utiliser et choquer (Charlie Hebdo).

    Les résultats obtenus avec Toulon sont extraordinaires et jalousés.
    Il y est parvenu en ne faisant pas comme les autres en trouvant comment faire sans les copier. Le jeu chez nous est incapable d'éviter, c'est droit dedans. Mais c'est ainsi qu'on joue à Toulon. On destronche.
    Même s'il n'a jamais porté l'odeur du camphre et la vaseline aux oreilles, il est Toulonnais et pas aimé. Notre réputation sur le pré est sulfureuse. Et c'est la force de notre rugby ici.
    Je retiens aussi que c'était la première grande ville administrée par un Maire FN, quand lui l'Arabe, est arrivé à la Présidence du RCT. Et cela est important aujourd'hui, quand il dit qu'il est athée. Quand vous viendrez à Toulon, faites un tour dans la vielle ville, en faisant le marché chanté par Gilbert Bécaud.
    Puis dans deux semaines on reçoit les Sarrasins.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ca un côté sudaf finalement. Ca destronche plus que ça papillonne style camphre/vaseline. Heureusement qu'il y a le muguet pour adoucir.

      Supprimer
  42. Salut, franchement le Mourad qu'il soit Toulonnais ou d'ailleurs, de la rue et pas du boulevard, dans tout ce que l'on raconte ici ça ne rentre pas en ligne de compte, on voit bien comment il fonctionne, l'outrance ça va un moment mais ce n'est pas le bon moyen à mon avis. J'ajoute qu'en terme de sympathie et bien précisément il m'en inspire beaucoup, son bilan dans la bande dessinée et la qualité des gens qu'il éditait respect, dans le fonds de son propos il touche souvent juste mais n'utilise pas l'attitude qui obligerait les autres à l'écouter sérieusement, justement par cette outrance toujours portés en étendard qui fait que le discours est inaudible, et c'est bien dommage. Après, qu'il soit tombé dans un traquenard et un coupe-gorge lors de cette élection, pas de doute, les tueurs étaient bien armés !!!
    Personne ne nie les résultats du RCT sur la période des dernières saisons, c'est assez remarquable. Pour le jeu ça fait un bon moment que partout on pratique le non-évitement, droit dedans c'est malheureusement ce après quoi on pleure ici à longueur de mots, de maux.
    On ne peut pas non plus -à mon sens- faire le tour des tendances politiques des mairies des clubs FLOP.14 ou PRO.D2 pour déterminer la teneur et la consistance du club local.
    Je comprends bien ce viscéral attachement au RCT, je crois que je cultive tout pareil les mêmes choses pour le CAB. Pour en revenir au RCT dans mon esprit le rugby sans ce club n'existe pas, c'est un peu comme l'OM en fouteballon, et puis une équipe qu'a enfanté des Herrero, Gallion, Gruarin, Champ, Carrère, Ballatore et tant de figures pardon !!!!!!!!!
    Enfin bien sûr que tous nos échanges sont enrichissants, on les concocte avec nos mots, mots qui sont les mots de chacun, les mots de tout le monde, les mots avec lesquels l'on cause pareillement dans les rues, sur les boulevards, dans les barres et les résidences, notre belle langue d'OïlOc avec notre culture, perso ça ne m'intimide pas, je crains juste la remise des bulletins par dame Gariguette pour me mettre au piquet (heureusement Le ARNAUD joue au CAB, ça compense.

    RépondreSupprimer
  43. Christian,
    laisses toi bercer par les mots de la rue et oublies les maux de tête ! seul le rugby et ses valeurs comptent ici, la richesse c'est celle du geste, de la passe, de la camaraderie, du camphre, du rire et des pleurs, de la poignée de mains qui en dit souvent plus long que des phrases .... il y a eu les Valois qui ont régné sur la France puis maintenant les Varois qui jouent les conquistadors du rugby français. Pour preuve Coco s'est bien infiltré chez les huguenots de La Rochelle ! Comme quoi l'histoire est brouillonne, machiavélique, pleine de non sens et d'absurdité parfois, mais comme Newton elle retombe toujours dans le sens de la marche et de la logique ! étrange non ? Ne t'inquiètes pas pour Mourad, "chien qui aboie ne mord pas" dit-on je pense que son souci est ailleurs et pour faire de l'électoralisme il faut exister au sein des médias. Donc le rugby n'est autre qu'un parring partner pour que les gens ne l'oublient pas au lendemain du rugby ! Une fois le club vendu, à lui les affres de la politique varoise c'est là qu'il va comprendre ce que c'est que le camphre et la vaseline !! Le plus important c'est que le RCT reste ce phare immuable, comme en Bretagne, clignotant jour et nuit quelque soit les intempéries ! Regardes les "QOTARS" ils n'ont pas de la plume bien au contraire ils adorent reste à savoir s'ils sont plutôt oies ou canards !!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Plume d'ange voyons ! https://www.youtube.com/watch?v=lw-33ArEzZ0

      Supprimer
  44. merci Nini de ce commentaire , j'aime le RCT depuis cette finale de 71 ou André sort sur la civière et que le match bascule !
    j'aime le RCT parce que c'est un club de Pirates et de Boucaniers , qui n'aime pas Daniel Herrero ?
    Et aussi fou que soit Mourad dans ses commentaires et prises de position, j'aime cet homme qui a su mettre son argent au service de la passion , c'est comme en amour , que préférez vous une passion folle ou on côtoie les étoiles , ou un amour fade qui dure des années sans savoir pourquoi ? Moi je sais ce que j'aime , les vagues qui t'emportent , qui te laminent , qui te noient au lieu de la mer calme sans grand intérêt!
    Alors Mourad avec ses défauts est pour moi plus représentatif de la vie que plein de mecs sans odeurs ni saveurs !
    Il aurait donné a la ligue cette folie qu'il manque , et je pense qu'il n'aurait pas fait n'importe quoi ! Ne jamais oublier ce dicton , "heureux les fêlés , la lumière passe au travers de leur âme "
    Bises à tous de Bastia
    Corto

    RépondreSupprimer
  45. Ce commentaire a été supprimé par son auteur.

    RépondreSupprimer
  46. Franchement, les jérémiades de M. Boudjellal ne valent pas toute la place que vous leur accordez dans vos commentaires. Pour tout vous dire, j'en ai un peu marre de ceux qui pensent que ce qui leur arrive de mal est toujours de la faute des autres.
    Réflexion : les autres nous renvoient à nous-même, comme un miroir. Et ce qu'il reçoivent de nous vaut toujours plus que ce qu'on pense leur envoyer. Constat d'expérience...
    Concernant la LNR, si Big Jacky du Plessis, le Robinson des cimenteries, est passé, c'est qu'il y avait de la place pour quelqu'un de "différent", car les critiques de Lorenzetti, virulentes, concernant la LNR valent celles de Boudjellal. Ca n'a pas empêché JL d'être élu. Si MB est resté sur la touche, c'est parce que pas assez de dirigeants souhaitaient qu'il représente pour eux le Top 14. Sans doute parce qu'il passe son temps à se représenter...
    En revanche, j'imaginais qu'une chronique sur le rugby, le terrain, les matches de légende, allait vous inspirer, vous faire remonter le cours de votre mémoire, pour rechercher le match international fondateur de votre passion.
    Bon, allez, on se reprend et on parle ballon...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. mais Richard il y a eu tellement de matchs marquants. Par exemple le France-galles de 1964 avec tout ce que cela représente dans la VUE du rugby. Le France AFs de 1961 nul 0 à 0, mais grandiose pour tout le reste. Et tant d'autres

      Supprimer
  47. Voilà !!! Alors avant de passer au ballon , mais suis pas loin tu voir ,
    Aaron Smith confirmé bien qu'il est le demi de mêlée le plus rapide dans sa prise de décision
    C'est un instinctif !! Faut simplement qu'il se contrôle dans les Aéroports -)))

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Plutôt bon côté fermé. De l'intérieur. Comme dit mon copain Thomas Suteau, "assied-toi et donne !"

      Supprimer
    2. Chuuut ! Faut rien dire à Charles, il est persuadé que les All Blacks sont des saints ! ... Vous croyez que leur auréole est noire ?

      Supprimer
  48. moi, MB, depuis qu'il s'est ouvertement de la g... de Boni, notamment sur la vitesse de son magnétoscope, j'ai compris que ce mec n'avait aucune valeur du rugby. point final.
    les matches de légende sont souvent influencés par leur dramaturgie ou le dénouement final. Le France All Blacks de 99, serait-il toujours mon match préféré si le score était tombé en faveur des Blacks? pas sûr. Mais la science de la stratégie des coaches (Villepreux - Skrela), l'application sur le terrain, le sens de l'événement (dommage pour la finale), et le culte de la gagne après la souffrance de la première mi-temps, le genre de truc qui te tire les larmes, je n'en ai pas vu beaucoup.
    C'est aussi l'apothéose du jeu ouvert, du mouvement total, de l'abnégation et du soutien et la touche et la mêlée ne sont que des phases de lancement de jeu et non des stratégies pour ne pas perdre.
    Avec Titou Lamaison, au détour d'un tournoi en Espagne, on a évoqué ce match, c'est pour chacun, le jeu de rugby tel qu'ils se le sont rêvés. le match, quoi !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. AH oui le F/NZ de 99, surtout je suis d'accord sur la science de la stratégie des entraîneurs et l'application terrain des joueurs, je me souviens notamment d'un petit reportage où P.Villepreux passait les jours et nuits précédant la rencontre à étudier les positions des joueurs NZ dans les phases de jeu et imaginer un jeu au pied pour les mettre en difficulté (voir jeu pied Lamaison et les essais qui en découlent). Egalement idem pour le mouvement général, l'allant et l'abnégation collective, tous souquant ferme et de concert, dans la souffrance et la difficulté, avant que de toucher les vents favorables et voguer sur la crête des vagues de jeu, plein vent et voiles gonflées. Joli souvenir, quand tous les joueurs sont au diapason la partition est souvent grandiose, des leçons sans doute à tirer pur nos gestionnaires du rugby d'épicerie d'aujourd'hui comme notre EDF.

      Supprimer
  49. 1999. Oui. Mais pour le lyrisme, l'épopée, Codorniou, Rives, Gallion, Aguirre, Joinel, Dintrans, Dubroca... 1979, 14 juillet, le symbole en plus. Pour moi au sommet. 1ère victoire chez les All Blacks. Légende absolue.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Difficile de choisir.
      Philippe (Glatigny) a le courage de douter de notre impartialité selon si la France a gagné ou pas.
      Moi je voterais pour 1973 et le fameux match des Barbarians; j'ai lu il y a longtemps une anecdote sur l'arbitre (le français Mr Domec), grisé par le cours du match et disant aux joueurs "Plus vite, plus vite !", et rappelant son impression de terrain comme celle de 2 équipes ayant décidé, hors tout idée de compétition, de jouer simplement le meilleur rugby possible. Pour moi c'est le match symbole du jeu par excellence.

      Ensuite pour moi il y a 2 matchs de "coeur" qui comptent; d'abord un test perdu (25-17) de juin 1989 en Nouvelle-Zélande: 18-0 contre nous à la mi-temps, leçon de réalisme black et match a priori plié. Et puis 20 mn de rugby "total" (rythme, volume) qui préfigure ce qu'il deviendra ensuite, et un retour à 18-17 avec transformation à suivre; 2 points de plus et les Blacks avaient la tête au fond du seau. Et Bérot la manque... Le feu sacré était retombé.
      Le 2ème match qui m'a marqué, non cité dans le mini-sondage, c'est la mise en oeuvre de ce que préfiguraient ces 20 mn précitées, soit la demi-finale de la Coupe du Monde 1995 entre les All Blacks et l'Angleterre: au-delà de la surpuissance de Jonah Lomu, l'impression de voir en direct un match qui marque l'histoire du jeu.

      C'est d'ailleurs un manque pour moi: je ne connais pas de livre qui raconte l'histoire du rugby par l'évolution du jeu. Pas un florilège de matchs, d'époques et de joueurs, non, mais un livre d'analyse purement technique de l'évolution du jeu lui-même par les équipes et les joueurs qui y ont contribué, quelquefois de manière décisive.

      Supprimer
    2. j'ai juste en image sur ce match France NZ de 1999, Abdelatif Benazzi qui vient rebondir sur Lomu, lorsqu'il marque son essai. le mec, il fait un quintal et des poussières, il arrive pleine bourre sur Lomu, tu vois Benazzi, toi, il te fait la même, tu meurs sur un siège de la 4ème rangée, et là,non, c'est le grand Abdel qui retourne dans son bac à sable et Dieu sait qu'il a fait un grand match, ce jour-là.
      Quant à Barbarians - All Blacks, j'aime son côté vintage, avec Sid Going qui essaie d'entrainer ses coéquipiers dans un haka d'opérette tourné vers le public, les juges de touche en short et Blazer, les joueurs avec l'écusson qui pendouille sur les chaussettes, quand ils se mouchent, ils ont le beau mouchoir blanc dans la poche mais après, c'est l'essai de fou de Gareth Edwards, les crochets de Duckham, les cravattes de JPR Williams (du moins, celles qu'il prend), je l'ai en dvd,je vais le rerereregarder

      Supprimer
    3. Faut être compétent pour ça, ma chère, et je me garderai bien d'en avoir la prétention.
      Et encore, compétent est un mot faible: il faudrait réunir une documentation internationale conséquente, interroger les "acteurs" sur le terrain, en France, dans les îles britanniques, en Nouvelle-Zélande, en Afrique du Sud, Australie. Lire tout ce que le monde anglo-saxon a pu écrire sur le jeu, et puis avoir une vision historique du jeu sur le long terme, un regard global dans le temps et l'espace.
      Henri Laffont et Fred Allen revisités par un Fernand Braudel du jeu, en quelque sorte...

      Supprimer
    4. et bien c'est "matchs de légende du rugby mondial", écrit par Antoine Aymond (qui vient parfois ici) et Nemer Habib. Certes, deux amis. Mais sans cela leur livre est remarquable. Profond. Riche. Ca vient de sortir. Chez Glénat.

      Supprimer
    5. Pipiou plus on te lit, plus on se dit que tu peux le faire !! Et pourquoi ne l'écririez-vous pas tous ensemble ?
      Ritchie, l'Aymond-Habib je l'attends pour demain, c'est donc la veille de Noël ! (Oui on dit l'Aymond/Habib comme on dit le Kobbé pour l'opéra... bientôt une référence ? )

      Supprimer
  50. NINI colère 1ère partie .............. Bon et bien ce matin je lis ce que les cleubeus de fouteuballon les plus puissants, avec quelques affidés soumis, ont magouillé leur assemblée dans le seul but de garder toujours plus de pognon et surtout ne pas le redistribuer au monde amateur (z'en feraient quoi les pôôôvres de tout ce pognon, faut pas les habituer !!!!), et je me dis que tu transformes LFP en LNR et FFF en FFR on ne va pas tarder à y être, si d'ailleurs on n'y est pas déjà ??? AH mon rugby, jeu et enjeu culturel, partout où j'ai joué ou entraîné il jouait un rôle rassembleur, fédérateur, dans la ville ou le village il était un pôle d'attraction, un mélange des gens, des couleurs, des sensibilités, couches sociales mélangées en un seul bloc, il respirait la vie l'échange, socle de la société, culture de l'humanisme. FFR 400 000 licenciés 1900 clubs 32 comités territoriaux, c'est quand-même un sacré tissu. 1000 joueurs pro dans 30 clubs Top.14 Pro.D2, c'est tellement peu par rapport à la masse des pratiquants hein 0,25 % !!!. Mais attention ce petit monde se partage les 560 M€ budget du rugby pro : 129 pour la LNR, 327 pour les clubs Top.14 et 109 pour ceux Pro.D2, OH bon ça ne fait en moyenne QUE 14 M€ par club, une misère quoi !!!!. AH oui mais les autres alors ??? EH OH pas pousser hein, les autres -immense majorité- qui jouent dans les compétitions de la Féd.1 à la 4ème série, et bien ils se partagent le trésor de dame FFR 115 M€, OUAOUHHHH ça fait en moyenne 13 000 €/club !!!!!

    RépondreSupprimer
  51. .... 2ème partie !!!!!! Donc on revient à ce rugby moyen culturel d'épanouissement et ciment, entre tant d'autres, de notre société, et on fait le constat qu'il est maintenant organisé comme une machine à gagner beaucoup d’argent, accessoirement amuser les foules, principalement irriguer le rugby pro, quant aux notions du vivre en société, du bonheur des individus dans cette société, du vivre ensemble, bref de constituer un corps social intelligent et partageur, tombées dans les oubliettes du trésorier ….... Donc on voit bien que LNR et FFR n'ont pas les mêmes objectifs, sans parler des idéaux (OH le gros mot!!!!), ne s'occupent pas des mêmes personnes, voire ont des intérêts divergents ou opposés.. Ces deux institutions ne défendent pas les mêmes « valeurs », mais bien plus grave c'est que la LNR a pris le pouvoir et c'est pas bon pour notre sport, on (le pouvoir politique ministère des sports) a introduit un virus qui devait être au service de la FFR et on se retrouve avec un monstre qui a phacogyté le rugby français et mis la FFR sur la touche. Quand on regarde le rugby mondial on voit bien que l'on est une espèce à part, exception gauloise (mais à force d'être exception on devient anomalie …) où les clubs ont tellement d’importance que ça explique l’existence de la LNR, alors que partout ailleurs, Angleterre-Pays de Galles-Ecosse-Irlande-hémisphère Sud, ce sont les fédérations qui détiennent le pouvoir. AH pas de ça chez nous, nous on a 30 présidents de clubs qui gèrent notre sport avec avec une manne financière hénaurme, quand les autres, tous les autres galèrent tant bien que mal pour exister. Lorsque l'on lit le plupart des contributions de cette tribune offert, merci Ritchie, on entend bien que cette manière de faire et de gérer notre rugby fait du mal aux valeurs essentielles, que les écoles de rugby disparaissent ou périclitent, que les éducateurs qui avant bénévolaient avec enthousiasme trouvent d'autres terrains de jeux plus aimables et intéressants, que les clubs s'amenuisent, les ententes ne sont que pis-aller et signifient de toute façon toujours la disparition d'un club, notre équipe natione est indigente, reflet de notre filière formation qui n'a plus que son nom comme étendard, les clubs sacrifiant à la mode du « c'est mieux ailleurs même si c'est cher et puis ça rapporte plus », et fait fuir des passionnés mordus de toujours, les stades se vident de connaisseurs pour faire place au petit réservoir de supporters sectaires, la CULTURE ovale s'envole avec les chandelles que les joueurs montent dans le ciel à défaut de transporter la balle vers les poteaux, bref c'est pas la joie dans le royaume d'ovalie. Pendant ce temps-là à côté le club de 4ème série où j'ai oeuvré antan, il est à des années lumière de toucher ces fameux 13 000 €, et puis il lui faut acheter les papiers de mutation/licences, prévoir tous les envois postaux, achter les shorts chaussettes maillots, provisionner la pharmacie, s'occuper de raccomoder les boucliers et sacs, acheter des ballons, payer les droits pour jouer, oui oui, et rassembler les bonnes volontés pour repeindre le vestiaire, tondre la pelouse, s'occuper de tracer les lignes ….......... Et tous les petits trucs qui te prennent ton temps, ton énergie pour si peu de reconnaissance. Voilà voici le NINI énervé ce matin, pourtant hier belle récolte de girolles et le fagot content (l'aime les champis!!!) mais j'ai mal à mon rugby, docteur Tautor un remède ?????

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Nini,

      Il n'y a pas que la FFR qui subventionne les clubs, il y a aussi et surtout les mairies. Même Toulon reçoit 2m€/an de la ville, j'ai pris Toulon parce que j'ai vu sur un article le montant de la subvention (je pense que voire tous les autres doivent aussi en recevoir).

      Tout cela pour dire que cette opposition amateur/professionnel est improductive. Plus les clubs dit professionnels gagnent de trophées (voire l'équipe nationale qui est plus ou moins leur représentation) plus tu vois de gamins/gamines venir dans les petits clubs (l'un n'ira jamais sans l'autre).

      Je pense que même que la plupart des internationaux viennent de ces petits clubs. Il vaut mieux avoir un réservoir de 100 000 gamins que 10 000. Tu as certainement plus de chance de trouver une perle. Une économie sportive parfaite (donc voulu par les clubs) ne peut se passer d'une multitude de petits clubs qui drainent des gamins aptes à remplir le réservoir rugby de valeurs.

      Je ne crois pas à cette opposition systématique clubs professionnels (les méchants) contre le reste du monde amateur (les gentils).

      J'ai fréquenté le rugby depuis 1967 - 68 (j'avais 10 ans et c’est mes souvenirs les plus lointains) j'ai connu quelques internationaux de cette époque et l'amateurisme marron (des pardessus) était encore pire que le professionnalisme actuel.

      Pour moi, la nouvelle culture ovale française ne vient pas des clubs professionnels mais bien des différents DTN payés par la FFR.

      Dans l'école de rugby de mon fils en 96 (en l'occurrence, elle avait une superbe subvention de la ville Chevreuse), il y avait un jeune éducateur payé par le club formé par la FFR qui entrainait les gamins (il allait même 1 jour par mois à des sessions organisées par la DTN) . Il était excellent sauf que la DTN qui formait les éducateurs de l'époque avait décidé que les enfants ne devaient plus jouer au pied. Même les arbitres officiels (lors des tournois) interdisaient aux gamins de 7 jusqu'à 12 ans (je crois) de jouer au pied. En 2006, quand j’ai entendu les grands clubs dire qu'il était impossible de trouver des bons 10 en France, je me suis souvenu de l'école de rugby.

      J'ai entendu un grand joueur dire que seul la DTN (sous la responsabilité de la FFR), qui forme pour rappel les éducateurs agrées FFR, peut changer la façon de jouer et la culture de notre rugby (et appliqué celui que l'on aime sur ce blog). Ce n'est pas les clubs professionnels qui forment les éducateurs agréés des différents clubs (sauf si cela a changé entretemps).

      Je pense que nous devrions mettre les responsabilités là où elles sont vraiment. La seule façon, c'est de faire comme les AB ou les anglais. Que du plus petit club jusqu'aux plus professionnels, la même philosophie de rugby (l'identité française) soit enseignée et seule la DTN a pour le moment le pouvoir de le faire.

      Ce n'est pas l'argent qui pourrit le rugby, ni les présidents, mais bien le manque d'ambition de la FFR de fédérer l'ensemble des forces du rugby. Quand je vois les anathèmes que se lancent les candidats sur les notes de frais ou sur la malhonnêteté des uns et des autres. Je me dis que nous sommes loin de retrouver le rugby que nous aimons.

      Pour moi, amateur/professionnel même combat, les jeunes dans les petits clubs génèrent, de fait, les futurs spectateurs payants.

      Le Gé



      Supprimer
    2. La fédé, Gé, je croix qu'elle devrait d'abord aider les clubs dans le domaine administratif, comptable, avec des modèles de compta, une informatique performante, pourquoi pas une centrale d'achat, ect...,bref, être une aide plus qu'une contrainte ce qu'elle ne fait absolument pas.
      Pour la partie sportive je suis de ton avis , la DTN devrait être précise et omniprésente sur la formation jusqu'aux cadets.Que tout le monde apprenne à courir, s’entraîner, passer, plaquer, jouer quoi ,de la même façon,mais après, place à la créativité des différents formateurs, la diversité est une richesse, pourquoi s'en priver ?
      Allez Chevreuse

      Supprimer
    3. mais les structures sont déjà mises en place puisque chaque école de rugby doit être labellisée FFR. Pour cela, elle doit envoyer et présenter un dossier de labellisation très exigeant qui va être agréé ou retoqué par la DTN.
      A Tyrosse, comme nous n'avons pas de gabarit, on joue sur la circulation du ballon et on essaye de travailler le jeu au pied à partir des U8. On s'est fait retoquer parce que ça ne rentre pas dans les schémas de la DTN. On a donc réécrit notre dossier de labellisation (80 pages) pour faire plaisir et on enseigne ce que l'on pense être bon pour les gamins et le rugby.
      Un club qui veut organiser un tournoi de rugby chez les jeunes doit etre labellisé et ses educs agréés FFR.
      Mais quand ces gamins bien formés arrivent dans les centres de formation, dans les poles espoirs, vers 15 ans, la première chose qu'on va leur demander, c'est la muscu, leur apprendre les différents phases de jeu, où ils devront être sur le terrain et ensuite les faire jouer au mieux 60 minutes par match, puis 10 minutes par match, puis qu'ils se tiennent prêts au cas où.
      il y a donc vraiment un problème dans le passage amateur/pro. Mais en effet, la FFR est inféodée à la LNR, je crois qu'ils l'ont joué au whisky entre Goze et Camou, et il y a eu prolongations

      Supprimer
  52. Oui,nous les brise Mourad, mais c'est dommage car le garçon à quand même, mine d'un rien, sauvé un club et développé,après Toulouse,un modèle économique viable.
    Bon, Pipiou, on est donc deux à avoir voté 1973, quel souvenir.
    Au rayon émotion, contexte, et hors de toute considération purement" rugbylistique", la finale Narbonne /Béziers 1974,mon premier match au Parc, et la demie de Durban restent des musts pour moi
    Allez Chevreuse

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et bien nous sommes donc 3, et voilà déjà une première ligne, c'est un bon commencement !!!!!

      Supprimer
  53. Ce commentaire a été supprimé par son auteur.

    RépondreSupprimer
  54. de quoi en jouer, oui et sans faire de fautes. Hier soir j'ai regardé, un peu, Northampton contre Exeter, et j'ai surtout remarqué qu'il y avait très peu de fautes, sauf qq maladresses

    RépondreSupprimer
  55. Trop enjoué l'A. Smith (& Wesson). S'est emmêlé la plume d'ange à l'atterrissage, dans le duvet d'un nid toiletté. Sorry, my god ! pas fait esprés. S'est un peu brulé les ailes. L'auréole s'est noircie.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. ah ! le romantisme de la situation "Love in the chiottes !! " Y'a que Gainsbarre qui aurait pu écrire une chanson sur ce thème !! En tout cas les NeoZeds en sont tout retournés . Une question me taraude : il y a quand même un gonze qui est resté à guetter devant la porte et a chronométré l'exploit de l'infortuné Aaron puis s'est précipité pour avertir la Fédé !! Délateur, zélateur ? Va savoir !!
      Autre question : comment fait-on pour blanchir un AllBlack ?

      Supprimer
    2. M Hansen ! M Hansen ! y a Aaron Smith qui est en train de tirer une gonzesse dans les toilettes pour Handicapés !!! Et alors ? répond le sage. Bah il est pas handicapé !! il a pas le droit !! dit le délateur-branleur
      Bah oui, Aaron, tu penses à rien, j'espère au moins qu'elle était bonne et que ta carrière ne va pas en patir pour un furtif de porte cochère ! les valeurs du rugby se perdent, même au pays du long nuage blanc

      Supprimer
    3. Il avait une AUT en bonne et due forme : Autorisation d'Utiliser les Toilettes .

      Supprimer
    4. voilà, une AUT, pas une AUTH. entre nous, (enfin, l'expression "entre nous" est un peu déplacée), quand on voit la vie que l'on mène dans un aéroport, cette attente interminable, l'anxiété de monter à 10000 pieds, la crainte des turbulences, le plateau repas à affronter, et la peur de tromper son angoisse avec des médicaments bourrés de corticoïde (des mentos à l'orange), ne peut-on lui reconnaître quelques circonstances atténuantes, pour peu que sa copine officielle ait un peu d'humour ?

      Supprimer
  56. 73 , 79 saveur particuliere je passe devant le ballon du match --)) 87 l'essai de Blanco , 99 rien a ajouter sur vos commentaires
    Sélection Régionale Pyrénées / AB ou une légende est née , Jean Pierre Rives
    PUC Meudon victoire du challenge Menu ( Junior ) pour Meudon au bénéfice de l'essai et surtout une amitié indéfectible de ce groupe
    Je dîne avec deux ce soir dont clin d'œil pour toi Marco , Antoine Galibert kine de l'époque Fourroux
    Autres match de légende chaque fois que les Anglais perdent d'un point ou deux à la dernière minute ... je sais pas fair play mais bon faire taire le swing low ....

    RépondreSupprimer
  57. de quoi en jouer !
    du violon quand on ne connait pas l'instrument, les gammes et la partition, on se fait taper sur les doigts n'est ce pas Mourad ! être mélomane c'est écouter en silence la symphonie des notes, le tempo du chef d'orchestre et le jeu des instruments. A croire qu'il n'a pas l'oreille musicale et pourtant le rugby ça marche au sifflet et aux hymnes ! Il va falloir travailler le "Pilou pilou" !
    Son acolyte, Bernard,aboyeur patenté, prend le même chemin, ce lui du ridicule et du rejet ! Certes Goze n'est pas ma madeleine mais de là à l'affubler en "Gabon Ali Bongo", pour garder une note musicale la mesure est pleine et le crochet décalé. Tous ces présidentiables se trumpent allègrement et fourvoient le rugby et son image.
    Et voilà le retour des "corticoïdes" tiens tiens ! Bonne blague Bonne Mère c'est le médecin qui va charger ! Le coupable est tout désigné avec le consentement de la presse, des pointures médicales et des instances du rugby ! Comme si la dope n'existait pas dans notre sport ! Si certains journaleux mettaient autant de hargne à faire des enquêtes qu'à écrire? des pans de vérité tomberaient sur notre emblématique sport .... Ça sent le camphre mais pour qui ? Peut être qu'à force d'enquêter comme pour Amstrong on arrivera à faire jaillir ces oasis de produits dopants qui circulent sous le manteau et sous le couvert de non dits. Et comme par hasard, des joueurs de l'hémisphère sud ! surement allergiques au foie gras, au magret et aux sulfites des liquoreux nécessitant une piquouse en avant match pour ne pas faire de l'urticaire imputable aux pesticides versés sur les pelouses !! Bref s'il y a confirmation, Mourad sur tapis vert va récupérer Brennus ! Amstrong fut déchu sans preuve au moment des contrôles que sur des dénonciations, Le Racing doit se voir retirer le bouclier dans un souci d'éthique et d'équiter ! Tout ça à cause des narco trafiquants barcelonnais ! Vive le Camp Nou !!! arène frelatée ou le spectacle aux hormones n'a rien d'une tête de veau ! Je me disais qu'en regardant Paul Goze il ne devait pas prendre que des anchois !
    Alors Nini, tu me demandais le remède ! Tu as la réponse un peu de cortisone mais prudence sans la mélanger au 51 !

    RépondreSupprimer
  58. Le pillard à dit la vé-ri-té, il doit être éxé-cuté
    Allez Benezech!

    RépondreSupprimer
  59. Ce commentaire a été supprimé par son auteur.

    RépondreSupprimer
  60. Corticoïdes, corticoïdes, si je comprends bien ce sont des hormones produites naturellement, anti-inflammatoires et qui n'ont que l'innocente capacité de retarder l'apparition de la fatigue donc de renforcer l'effet de forme physique en ignorant la douleur. OH c'est bien ça, devait pas être gavé aux trucs le AA Smith, 10 minutes au lupanar poétique de l'airport wc, le vol a été bref !!!! Mais qu'est-ce qu'ils nous font les 3 zèbres du racing, sont marteau ou quoi ??? D'abord j'ai cru qu'ils s'étaient dopés, et avec l'aval de toute la chaîne du club -on ne me fera pas croire que dans le rugby pro tu peux tout seul te piquouzer en douce, avec tous les contrôles et la vie en vase clos-, et puis je suis soulagé par l'agent de 2 d'entre-eux, bon le 3ème c'est une question de temps, faut réveiller l'agent, le temps d 'écrire le mot d'excuse et roule ma poule !!!!! Mais non, on nous dit dans la presse «selon nos informations» que les fameuse AUT y'en a jamais eu. Mais si, finalement l'agent il insiste et il dit « qu'à sa notre connaissance (prudence...) tous les documents relatifs aux AUT étaient transmis» ….... Mais mais mais mais mais ….. Il ajoute (prudence) « être convaincu que le médecin du club a fait en sorte d'obtenir les AUT » …..... AH AH AH le voilà, on le tient le coupable, le capitaine Dreyfus de Colombes, l'oublieux le distrait qu'a laissé sur le coin de son bureau les papiers, AH l'imbécile, allez qu'on le pende et le découille le bougre, m'enfin !!!!!!!!!!!!!!!!!!!! En plus les analyses machin truc faites à Barcelone, pensaient bien être à l'abri de ces petits inconvénients là-bas au Camp Nou. Heureusement on apprend en filigrane que le Dan l'avait le mollet un peu flageolant et que pour passer les points c'était gênant et le Joe l'avait le genou un peu branquignol c'était embétant pour courir à l'essai, donc on te soulève le carter, un peu d'huile de koko, les chaussettes par-dessus et hop ni vu ni connu je t'embrouille. Par contre le Juan, silence radio dans la pampa, lui on sait pas encore mais le médecin doit pas être tout net dans ce cas là non plus, en tous les cas l'agent l'est pas au top, l'a du prendre un truc par le nez qui lui empéche de libeller son joli communiqué d'indignation que l'on attend avec délectation. Mais je lis aussi que le médecin peut administrer des corticoïdes par voie générale le soir, dire au joueur « c'est OK tu joues », et demander une AUT rétroactive !!!!! et c'est là que c'est génial, lisez bien AUT sur laquelle des experts (???) statueront sur la pertinence du traitement par rapport à la pathologie. MAGIQUE..... Bon, principe de la présomption d'innocence oblige on ne va pas condamner tout le monde en bloc, mais ne pensez-vous pas que notre rugby (pro) a vraiment pris la mauvaise route et qu'il va se ramasser grave dans un proche avenir ????

    RépondreSupprimer
  61. Nous y sommes donc.
    Sans avoir rien lu, je ne doute néanmoins pas que le club du Racing, les instances, les coéquipiers, les agents, le toubib, le milieu lui-même ne volent au secours des joueurs cités.
    Comme pour certain joueur de Toulon il y a peu, on va prendre le médecin du club comme le parfait lampiste, travailler sur la belle image sympathique des 3 joueurs en cause. Je ne doute pas qu’ils le soient vraiment, d’ailleurs. Comme tous les cyclistes pros qui sont obligés d’en passer par là pour simplement faire le métier qu’on leur demande de faire, ce ne sont pas des salauds sartriens.

    Mais cette belle image est maintenant écornée. Entre les frasques aéroportuaires de celui censé représenter un modèle de vie pour un pays tout entier, avec intervention télévisée du 1er Ministre himself (vous imaginez Valls faisant une conférence de presse après l’affaire Ribéry-Benzéma ?) et les révélations des pratiques « médicales » du haut-niveau, on ne pourra plus regarder un match de rugby du Top 14 (et d’ailleurs) et les performances des joueurs avec les mêmes yeux innocents.
    On continuera, bien sûr. On continue bien à regarder le Tour de France et Liège-Bastogne-Liège. Tant que le ballon reste ovale et que l’on peut en caresser le cuir le vendredi soir avec des copains qui ne connaissent que la bière fraîche et les cacahuètes de la 3ème mi-temps comme produits interdits, on aimera ce jeu.

    Il y a une belle formule de Tristan Bernard à l’arrivée des troupes allemandes en 1940 : « Jusqu’à présent nous vivions dans la crainte. Maintenant nous vivrons dans l’espoir ».
    Ce matin, le rugby est sorti du temps de l’innocence pour entrer dans l’ère du soupçon.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce commentaire a été supprimé par son auteur.

      Supprimer
    2. Mouais, tu tatillonne un peu: "angoisse" en lieu et place de "crainte", pour ne pas être précisément énoncé, ça n'en était pas moins correctement conçu (désolé, ça ne rime pas et c'est pas en alexandrins, mais je ne suis pas Boileau, moi. Juste un côté satire -sans Y- de temps en temps).

      Je te remercie néanmoins de la remarque: grâce à toi j'ai appris que Tristan était le papa de Bernard, et le grand oncle de Francis.

      Supprimer
    3. Ce commentaire a été supprimé par son auteur.

      Supprimer
  62. L'AUT c'est du déclaratif, avant, pendant le contrôle ou après ce qui met tout le monde à l'aise. Cela permet d'arrondir les angles et de fermer les yeux sur des pratiques illégales ou illicites. Tu t'arranges avec les copains de la commission dopage de la fédération et hop ! le temps se brouille, ni vu ni connu je t'embrouille ausse couilles je bafouille ! Ainsi tout le monde est clean et les sponsors sont contents ! Bientôt ce sera la faute de "la Poste" avec ces retards de courrier !!! C'est le facteur, vre mord ou sous l'emprise du cannabis, qui s'est trompé d'adresse ou alors il a trop forcé sur les doses de corticoïdes pour la sinusite pour guérir plus vite !!! Le médecin en cause sera le bon samaritain qui va charger pour tout le monde ou il sera couvert ! au choix !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Très bon, "l'hôte, c'est du déclaratif" ! avec le mouchard qui ne se fout pas de nos google, on préparerait presque nos mouchoirs .

      Supprimer
  63. Sous le contrôle du docteur du blog , la description que tu fais des corticoïdes Nini me paraît La bonne
    J'en fut un gros utilisateur dans ma jeunesse pour traiter des polypes sur les sinus pendant 4/5 ans , bien sûr au moment des crises seulement accompagné d'un régime spécifique
    La seule chose que je puisse dire c'est que je n'´ai pas vu d'amélioration significative de ma forme physique ni de mes qualités rugbystiques pendant ses périodes ou j'étais " charge " , traitement sur 3 semaines decrescendo
    Ceci étant dit je ne suis pas spécialiste et si c'est interdit c'est pour une bonne raison
    Prendre cette médication dans la durée est mauvais et j'ai eu la chance de tomber sur un Professeur qui m'a convaincu de tenter l'opération qui a été efficace donc fini le traitement
    Dans les milieux autorisés on en parle depuis longtemps . Est ce institutionalise ? Des cas isolés ?
    Cet article va t il être suivi d'une enquête approfondi par des invistigateurs crédibles ? Pas si sur .... et pourtant ce serait bien pour ce sport , les joueurs transformes par le volume musculaire qui voient leur corps grandir plus vite que leur tête
    Ce dont je suis sur c'est que l'on a pas trouvé le produit qui améliore la passe , le placement , la course intelligente , ca se verrait sinon

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. D'excellents articles parus en commentaire des révélations concernant Bradley Wiggins montrent que les corticoïdes ne sont pas un dopant "décisif"; plutôt une forme de complément (masquant ?) mais qui peut contribuer à améliorer de 5 à 10 % les performances.
      Rien d'exceptionnel donc, mais dans un contexte exacerbé c'est toujours bon à prendre.
      De toute façon le milieu du cyclisme (ou de l'athlétisme) nous montre depuis longtemps que le dopage, ce n'est plus un produit, mais bien l'addition sophistiquée de plusieurs qui répondent à des objectifs différents, associés à des produits masquant, et avec des techniques d'application variées.
      Les "révélations" concernant le Racing commencent à faire flop puisque même les autorités montent au créneau pour valider ce qui a été fait par le club. Dont acte.
      Mais en injectant des corticoïdes pour faire une infiltration standard, on instille aussi du doute. Et l'effet persiste à vie.
      Et puis ça fait aussi effet sur la mémoire: si la blessure que Dan Carter a traîné quelques semaines a beaucoup fait causer alors, je ne garde pas souvenir d'avoir entendu parler de problèmes concernant Rokoçoko et Juan Imhoff.

      Mais rassurons-nous, le Président du Racing vient de faire une déclaration dans Var-Matin; ah non, merde, Var-Matin c'est Mourad, pas Jacky...
      C'est vraiment le souk, au RCT: personne pour dire au Président que non, cette année, aucun joueur du club n'est cité après la finale dans une affaire de para-pharmacie...

      Supprimer
  64. Tout à fait d'accord avec toi Francois,
    Au fait Aroon Smith après enquête a pris un corps t'y Coït (interrompu par un monsieur Malveillant).
    Attention à MR. & MRS. SMITH, ça va flinguer.

    RépondreSupprimer
  65. on y est depuis longtemps, Pipiou, et je ne te crois pas si innocent des mirettes, mais bon, on fait comme si, quoi, ah non, pas nous, et nos valeurs alors!
    Dans les années 80 on à tous connus quelques mercenaires de l'Est parisien ( pas que mais ceux la étaient gratinés) qui fréquentaient assidûment les salles de muscu, y avait toujours un président pour les embaucher une saison,tout le monde la fermait.Et tout ça en honneur/ div 3.
    Ça à pas du s'arranger, et j'en connait qui prendraient du gazole au p'tit déj si ça pouvait aider.
    Pour le vélo, les articles d'Antoine Vayer ( aurtogrraphe pas garantie), dans le monde, ou l'éclat de rire général dans la salle de presse quand Froomy met en route, intéressant aussi.
    Allez, allons jouer avec les potes pour une bière ( enfin une, j'me comprends)et des cacahuètes,tant qu'on peut.

    RépondreSupprimer
  66. Allez les racingmen n'ont rien fait d'illégal, m'enfin puisqu'on vous le dit de tout côté. AH même si on peut se poser toutefois la question du notamment pourquoi pas d'AUT et choisir l'infiltration ??? Ce ne serait pas une manière de camoufler les choses ?? Non ?? Ah bon alors OK !!!!! Si seulement les instances du rugby, national comme mondial, se posaient les vraies questions à l'aune de cette affaire -qui n'en serait donc pas une au final-, les vraies questions c'est à dire les calendriers, les cadences exigées des joueurs, au mépris de leur santé. Les saisons durent 12 mois entre championnats, coupes, tournées, coupe du monde, englobant préparation et compétition. Ils se reposent quand les types, ils récupèrent quand ?? Compte-tenu des prévisibles préjudices subis si blessé ou un peu cassé - valeur marchande du bestiau, clauses du contrat, intéressement des agents, exigences des entraîneurs de clubs, avenir international …. etc etc, et bien JAMAIS, pas le temps. On nous parle de suivi médical, qu'est-ce qu'il fait le suivi médical devant l'exponentialité (ça existe??) des masses musculaires, devant ces joueurs blessés qui sont remis en 3 coups de cuiller à pot (y'a quoi dans l'pot??), devant les commotions de plus en plus nombreuses, de plus en plus violentes, qui pourtant n'entraînent que rarement un remplacement immédiat parce-que le coach, parce-que le président, parce-que ta place, parce-que le partenaire et le diffuseur. Y'a pas qu'chez nous, hein (mais ça console pas), quand tu vois que les NZ sont tellement dans le rugby du matin au soir et 24h sur 24 et 365 jours sur 365 que le joueur l'est obligé de se taper la donzelle dans les toilettes entre 2 avions, …................ On en arrive dans notre rugby à ce que s'est dramatiquement découvert un matin le cyclisme lorsque le malheureux Tom Simpson est décédé sur son vélo au Ventoux, on ne veut rien voir, rien entendre, the show must go on, alors demain un joueur tombera et ne se relèvera pas, plus, jamais, alors ils diront quoi nos présidents qui pérorent aujourd'hui, ils diront quoi nos entraîneurs qui complicent aujourd'hui, nos médecins qui bricolent les flacons et les fioles façon Merlin l'enchanteur, nos aimables diffuseurs et partenaires, ventrus et pansus de la manne qui tombe sans cesse, le ministère des sports qui ne voit rien, ne dit rien, n'entend rien ???? Merde, on va dans le mur, ça va péter et les amoureux qui clament à longueur de temps, à longueur de blog, leurs craintes de voir leur passion de toujours démolie, qui les écoute vraiment ?? Qu'est-ce qu'ils en disent nos candidats FFR, qu'est-ce qu'il en dit le nouveau-ex président LNR, qu'est-ce que l'on entend du côté de la DTN, de l'encadrement de l'EDF, des grands anciens, des petits nouveaux ??? ALLO ??? ALLOOOOOOOOOOO ??

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. A voir comment ça n'embraye pas quand on montre l'état dans lequel certains Sud-africains de 1995 se retrouvent, ou sur le problème des commotions que tu soulèves régulièrement ici, je me demande même si un décès susciterait une réelle prise de conscience.
      Je l'ai toujours pensé: le monde du rugby tombera de très haut le jour où suite à une info comme celle de ce matin, un des monstres sacrés cités s'assoiera derrière une table et un micro et dira devant caméras: "Oui je me suis dopé pour être performant sur le terrain".
      Et inévitablement, nécessairement, ce jour-là surviendra.

      Il ne s'agit pas de jouer les oiseaux de mauvais augure, les sempiternels "Je vous l'avais bien dit", simplement d'être logique et cohérent: pourquoi de toutes les gangrènes du sport de haut-niveau et des exigences "économiques" de plus en plus fortes qu'il subit, le rugby qui commence à pâtir et à se dénaturer sous certains de ses effets serait-il épargné par celui du dopage ?

      Alors oui ça ne fait pas plaisir, on risque même d'en apprendre des vertes et des pas mûres, mais derrière le décor du petit théâtre personnel que l'on se fait chacun de notre sport préféré, il y a forcément un envers qui n'est pas toujours beau à voir, comme partout ailleurs. A chacun de décider s'il veut rester ébloui (aveuglé ?) par les éclats de lumière sur scène, ou capable d'habituer ses yeux aux recoins d'ombre que cette lumière vive crée, pour voir.

      Supprimer
  67. Ce commentaire a été supprimé par son auteur.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonsoir du Côté Ouvert,
      alors comme ça je m'absente toute la journée sur Paris et quand je reviens c'est le bazar ? Carter sous cortico. Putaing, moi qui jouais ouvreur si j'avais su je m'en serais injecté dans le pied droit. En fait, j'en ai pris pour soigner une épaule luxée. Mais ça n'a pas amélioré ma passe. Injection dans la cheville pour l'un, dans le genou pour l'autre, et Imhoff je ne sais pas où c'était. Deux semaines avant la finale de Top 14. Pris par la patrouille. Comme lorsque je prends un coup de flash pour un dépassement de la vitesse autorisée et qu'à l'arrivée, je roule à 91 au lieu de 90. 90 euros, un point de permis en moins, ça fait râler (je reste très poli), je paye cet impôt indirect, je passe à autre chose et ça ne fait pas de moi un malade de la vitesse au volant ni un danger pour les autres.
      Mais voilà, ce coup de produits interdits touche des icones. Pas de cortico pour les rôles modèles. Leur devoir d'exemplarité doit être intégral. Remarquez : on ne sait pas de combien ils ont dépassé la norme autorisée. Qu'importe, ils sont hors des clous.
      Sans aucun doute, vu que tout a été fait dans les règles par le médecin du club (c'est ce qui est annoncé), Carter, Rokocoko et Imhoff ne seront pas sanctionnés. Mais cela importe peu à leurs yeux. Car ils le sont déjà, sanctionnés. Et lourdement. Par l'opinion publique. Il suffit de voir le déchaînement sur les réseaux sociaux. Ca fera tâche, quoi qu'ils disent ou fassent, poursuite au pénal ou pas. Même moi, tenez, j'ai pris deux gnons, alors que je ne suis pour rien dans cette affaire. Mais comme j'ai écrit en juin que le Racing 92 était un beau champion, je me suis fait agressé au lever du lit sur Twitter par deux crétins anonymes, bien sûr. Alors j'imagine l'impact encaissé par les trois Racingmen après ce corticogate. Le plus touché, c'est Joe, d'après...
      Je vois bien le déchaînement, l'occasion de regretter amèrement le professionnalisme et ses dérives, dopage inclus. Juste un dièse, j'ai lu il y a maintenant de cela quelques temps dans un hebdomadaire qu'Amédée Domenech (paix à son âme) avouait avoir pris des amphétamines avant le "fameux" test de 1961 (0-0). Faut-il donc débaptiser le stade municipal de Brive ? Vous voyez ce que je veux dire ? A ouvrir toutes les boites à pharmacies, on va trouver aussi les boulons qui maintiennent les statues de certaines idoles du passé. Après tout pourquoi pas... Allons y pour la course aux cachetons. Ca a été tenté, cela dit, dans quelques livres, Serge Simon a avoué, Jean-Pierre Elissalde aussi... Et au final ? Rien. Ce qui ne signifie pas grand chose, me direz-vous à l'aune de nos emportements, de nos jugements express, des avis de grands vents...
      La vraie question, telle qu'évoquée par Michel Anderson, pourrait-être la suivante ? Comment à l'heure du sport professionnel, soigner des sportifs de haut niveau dans le respect des préconisations sanitaires et médicales ? J'attends une intervention de notre docteur du club-house pour vous en écrire davantage... D'ici là, bons matches. Ou pas.

      Supprimer
    2. Ce commentaire a été supprimé par son auteur.

      Supprimer
    3. Ce commentaire a été supprimé par son auteur.

      Supprimer
  68. Beaucoup de mesure dans ton post, comme à l'habitude, et c'est vrai qu'il ne nous faut pas non plus jeter le bébé et l'eau du bain, moi je suis juste triste, et puis surtout je crois que l'on pose ici les bonnes questions, même si je pense qu'il n'est personne dans les instances dirigeantes pour les prendre à bras le corps et trouver des solutions.
    Quant à l'ordonnance à venir de notre toubib d'ici, je m'en méfie quand-même un peu, voilà qu'hier il me prescrivait pour soigner mon mal à mon rugby de ne surtout pas mélanger cortisone et 51, j'ai suivi son conseil pas bu de 51 depuis 24 heures mais gavé de cortisone en injection, poudre, cachet, je te me pète une forme d'enfer, j'envisage de descendre à Bordeaux voir si le CAB voudrait pas d'un joueur gonflé à bloc de bloc !!!!!!!!!!!! S'ils ne veulent pas, tant pis, je laisse tomber et j'entame le flacon de 51 qui me fait de l'œil sur l'étagère comme la d'moisell' hier à Aaron devant les toilettes de l'air-porc, et je vais pas non plus résister longtemps ..........
    EH pour Amédée, pas dire de bêtise non plus et vilipender une icône du temps jadis, hein, d'ailleurs moi qu'on ne peut soupçonner de chauvinisme coujou, 8 ans en 1961 me souviens que Le Duc qu'avait un appétit de tout assez conséquent devait faire très attention à sa ligne pour tenir son rang et en tête de mêlée et en tête de gondole, aussi pour se couper l'appétit prenait-il, à titre thérapeutique, quelques amphétamines, célèbre coupe-faim que même le doctaur du cleub pourra le confirmer.
    Sur ce bonne soirée et ..... Un 51 ............... A la votre !!!!!!!!!!!!!!!!

    RépondreSupprimer
  69. Ce qui est sidérant dans ce cas et d'autres au delà de la sphère Rugbistique c'est on sort l'info sensationnelle vite vite vite et on fait le boulot d'investigation après
    Je suis sur qu'il y a mille bonnes raisons de le faire " si c'est pas moi qui la sort ( l'information ... ) ce sera un autre " Ok vas y alors " et puis le boulot d'enquête est fait et tout le monde , tout le monde rame , les accusés , ceux qui doivent justifier que ca été fait " dans les règles de l'art " je reprend ici les mots du repsonsable dopage de la FFR, le RCT demande la dépossession du titre et surtout on a remis une pièce dans la machine à remonter le temps et de citer tout ceux qui ont pris ci et ca . Tout ca pour finalement prendre quelles mesures ? Merci Richard de remettre du calme et de poser la bonne et vraie question qui vaille
    En attendant le Rugby , un club , trois joueurs pour qui le mal est fait sans parler du ou des Rois de la polémique qui ne vont pas lâcher une si belle opportunité de faire du mal à l'autre

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. François, Nini, j'ai eu aussi la chance d'avoir une longue discussion avec un médecin ovale qui vient souvent déguster un bon pur malt au club-house et nous instruire, et parfois nous séduire par sa verve et son verbe.
      Si des traces de cortisones sont dans les urines après deux semaines, c'est que les lascars n'en sont pas à leur coup d'essai.
      Que sortir des clous, même un peu, c'est sortir quand même. Il n'y a pas de petit hors-jeu : tu l'es ou pas !
      Qu'en matière de produits interdits, il y a dopage. Et que derrière ce mot ne se situe pas obligatoirement l'envie de devenir Monsieur Muscle.
      Que jouer blessé grâce à des produits interdits, c'est considéré comme hors-jeu.
      Faire savoir au public que trois joueurs du Racing 92 ont disputé la phase finale sous corticoïdes au point que deux semaines après l'injection le produit courait toujours dans leur corps, ça peut être considéré de salubrité publique. C'est en tout cas informer en révélant quelque chose qui serait peut-être passé sous les radars. Cela fait un mois (au minimum) que la rumeur est dans l'air si j'en crois une source proche du dossier, comme on dit dans le métier.
      L'investigation c'est encore autre chose. J'ai œuvré sur le sujet. Pendant un mois. D'autres avant moi et d'autres après moi. Je peux affirmer : il n'y a pas de dopage organisé en France. Que des cas particuliers de joueurs (et davantage en Fédérales que dans l'élite) qui veulent gravir un échelon en prenant du muscle. Pierre Berbizier, quand il entraînait Narbonne, l'avait évoqué dans L'Equipe Magazine il y a de cela une douzaine d'années. Révélation qui ne fut jamais suivie d'effets.
      Le premier cas "officiel" de dopage remonte au 22 janvier 1991, au Pays de Galles. NOus avons ensuite, parmi les faits marquants, l'épisode springboks en 1997. L'Equipe (nous étions trois reporters) avait enquêté, sous la direction de Marc van Moere, sur l'utilisation de produits masquants très en vogue à cette époque. Débouchés ? Sur pas grand chose au final. Des suspicions, pas de preuves.
      L'exposition aujourd'hui des cas particuliers, aux répercussions cinglantes, aux échos tonitruants, aux suites en suspension, comme ceux de Carter-Roko-Imhoff, vont peut-être bouger les lignes, déplacer les curseurs, obliger les instances dirigeantes à déverrouiller ce qui reste cadenassé, à savoir quelques petites pratiques obscures, quelques injections en passant, ordonnances faciles, connivence acceptée, arrangements entre amis. Tout ça gentiment placé sous le parapluie du secret médical.
      Alors oui Carter, Rokocoko et Imhoff vont en vouloir à L'Equipe d'avoir appuyé là où ça fait mal, là où ça pique, dirait-on sans mauvais jeu de mots. Ils peuvent surtout en vouloir à une pratique médicale pour sportifs de haut niveau en Ovalie qui mériterait un autre encadrement.
      C'est ma conclusion du soir. Bonsoir.

      Supprimer
    2. Parce qu'il faut aussi évoquer la version des "pointés du doigt" par l'AFLD pour dépassement de taux, il s'agit d'un traitement validé par le médecin assermenté du Racing 92, quinze jours avant la finale, et qui ne demande pas d'AUT, la fameuse autorisation pour usage thérapeutique, mais juste une mention de soins. Le club savait que les quinze joueurs inscrits sur la feuille de match serait soumis au contrôle anti-dopage lors de la finale et n'avait rien à cacher.

      Supprimer
  70. prochaine franchises francaises
    BAYER XV
    STADE UPSA
    SIRVEN OLYMPIQUE
    DOLLYRACING CLUB

    RépondreSupprimer
  71. de quoi en jouer ?
    la chronique philosophique de notre ami Ritchie tourne au vinaigre en cette fin de semaine faute des bons ingrédients ! Comme quoi, être philosophe ou cuisinier n'est pas une mince affaire ! Un éclairage s'impose donc sur la signification d'un contrôle anti-dopage (CAD) positif quelque soit le produit utilisé. Les modalités du contrôle : le médecin contrôleur, avec les chaperons signifie au joueur dès la fin du match qu'il doit se soumettre à un CAD. Il doit se présenter très vite avec sa licence, une pièce d'identité et la présence d'un membre du staff médical et/ou d'un dirigeant du club en exercice.Après un tirage au sort des versapack contenant 2 flacons A et B, il est invité à uriner. Lorsque la quantité d'urines est suffisante, la répartition se fait entre les 2 flacons. La fiche du contrôle est rempli par le médecin contrôleur. Il est demandé au joueur s'il a eu recours à des médicaments, ou a un traitement invasif ou à une hospitalisation le dernier mois ou les trois derniers mois pour être plus exhaustif (temps nécessaire pour la disparition du cannabis). Cela est consigné dans une case et si un AUT a été délivré le médecin doit en apporter la preuve. Le joueur a le droit d'écrire ce qu'il veut sur le PV du contrôle et s'il n'y a rien à ajouter il signe engageant sa responsabilité ainsi que le médecin de club ou le dirigeant selon le cas . Normalement, pour les urines, du carboglace doit être à disposition immédiate afin de congeler les urines .... ce qui est loin d'être vrai dans la pratique..... bref, les échantillons partent à l'AFLD pour analyse. Si le contrôle est positif à une substance interdite, on parle de suite de dopage. Ce qui est excessif mais pas faux non plus. Exemple, vous sortez d'une soirée alcoolisée ou vous avez un peu bu. Un peu plus loin, la marée chaussée est là procédant à un contrôle alcoolémie et stupéfiants illicites. Si vous êtes au dessus du seuil, vous êtes déclaré positif avec les sanctions qui s'en suivent. C'est très binaire comme procédure. Est ce pour autant.qu'on peut considérer que vous êtes un alcoolique ou un toxicomane ? 2e exemple, contrôle positif au cannabis alors que vous n'avez pas fumé de joint depuis un petit moment. Vous faites appel de la décision et le laboratoire de toxicologie fait un dosage pondéral de la quantité de THC. Connaissant la cinétique d'élimination du produit ou du médicament, selon le dosage on sait à peu près à quel moment a eu lieu la prise !! Donc pour des traces de cannabis il est fort probable que la consommation remonte à assez loin ce qui veut dire qu'au moment des faits vous n'étiez pas sous l'emprise du produit illicite. Idem que que les produits dopants, un contrôle positif ne veut pas dire toxicomane ou addict au cannabis !

    RépondreSupprimer
  72. suite
    Mais ne soyons pas non plus béotien pour disculper quelqu'un d'un contrôle positif ! Il n'y a jamais de fumée sans feu !!! En l'état, pour nos trois joueurs, ils auraient subi une infiltration articulaire, péri articulaire ou intra musculaire dûment justifié par un médecin avec un contrôle positif. Le joueur a un mois pour demander une contre expertise c'est à dire de faire analyser l'échantillon B. 2 cas positif ou négatif. Le procès verbal de CAD positif est transmis au ministère et à la commission anti dopage de la FFR; cette commission doit se réunir dans un délai réglementaire pour écouter le joueur et le médecin sur la nature du produit utilisé. Ensuite la commission statue et adresse sa décision de sanction ou non à l'AFLD et au ministère. Ces 2 organismes peuvent ne pas suivre la décision de la commission fédérale et aggraver la sanction. Là ou le bas blesse en l'état, et c'est une spécificité française, pour toute infiltration de corticoïdes vous n'avez pas besoin d'AUT, autant que la tentation est grande pour tout le monde et que de s’engouffrer dans cette faille est plus que tentant.... Il est aise aussi de comprendre que vue les contraintes de ce sport et les lésions à répétition, le recours aux corticoïdes est facile et qu'à partir d'un certain âge vous pouvez devenir consommateur régulier puisque la loi vous y autorise. L'effet le plus pervers finalement c'est que rétroactivement vous pouvez justifier à la commission fédérale du dopage les traitements et la pathologie, nous sommes dans le déclaratif pur et absolu. Il est donc évident que nos trois joueurs sont positifs aux corticoïdes. Est ce le fruit du hasard, d'une pratique récurrente ou d'un geste unique et isolé là est toute la question ? La conscience de chacun est individuelle et soumis au secret médical. rentrons nous donc dans l'ère de la répression aveugle ? Ou sommes dans un système hyperprotecteur ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu as raison Tautor n'est pas Onfray qui veut. Là, plutôt, le dopage nous effraie. Et nos trois corticoboys vont se retrouver au frais quelques temps. En tout cas, merci pour cet éclairage soutenu. Que va-t-il se passer maintenant, une fois qu'on sait que Carter, Imhoff et Rokocoko étaient soignés aux corticoïdes. Si c'est autorisé et validé, si les infiltrations sont "légales", où cela nous mène-t-il ? Quid du secret médical ? Serment d'Hippocrate ou salement hypocrite ?

      Supprimer
    2. Onfray n'est pas le meilleur exemple, je lui préfère en terme de philosophe, essayiste ou penseur Mr d'Ormesson ! Les règlements sont toujours faits pour être contournés en toute légalité et c'est devenu une culture nationale ! Les exemples sont nombreux tant en politique qu'en sport que dans l'industrie (VW). Finalement tout ce remue ménage pour des corticoïdes dont l'utilisation se fait larga manu en médecine de ville est ce bien salutaire ? Quand je vois la faconde française à réélire un élu condamné et inéligible, on se dit que le socle de la morale est bafoué. Alors soignés, dopés ou non, faut-il s'émouvoir de pratiques cultivés par l'homme pour s'autodétruire ? Ma foi, respectons cette liberté inégalitaire ou tricheurs et bons samaritains jouent ensemble pour le grand plaisir d'idoines amateurs de vernis plus que de raison ! Ainsi vont les moeurs ne laissant que peu de place à l'imbécile heureux que je suis !

      Supprimer
    3. Ce commentaire a été supprimé par son auteur.

      Supprimer
  73. Allez assez de corticoïdes, amphétamines et familles, place au jeu, ne parlons plus de tout ceci, trop sale, pas beau, pas bon, de côté les améliorants de toutes sortes et parlons un peu championnat. J'attends avec gourmandise (Ritchie aussi sans doute !!!!) ASR RCT de cette journée, ça promet, je vois quand-même Toulon gros (trop gros ??) morceau pour les Rochelais, je les pense meilleurs à l'ext qu'à domicile les gars de la rade. Et je vois très bien (oui oui) le CAB faire un bon résultat contre l'UBB. RAC SF va y'avoir du monde au stade et devant les écrans pour jauger les bestiaux et évaluer chez chacun la prise des substances §§§

    RépondreSupprimer
  74. L'ASR, neuf changements pour recevoir le RCT ! Comment interpréter la chose pour ceux qui ont mouillé le maillot jusqu'alors avec les excellents résultats que l'on connait ? Est une tactique ou une stratégie militaire que de faire un turn over devant un des ténors du championnat ? L'autre jour, Ritchie, tu parlais d'une douce descente ....et je t'avais répondu tout dépend de l'envergure des ailes une mouette n'est pas un cormoran encore moins un aigle ! Comment mentalement un joueur peut-il progresser quand on lui casse les pattes alors qu'il est en pleine bourre ? N'est ce pas un choix tactique de perdre pour mieux gagner par la suite ? J'avoue que la logique m'echappe et que ma clairvoyance me fait défaut sur des enjeux ou le poker est une institution ! Quant aux parisiens, la guerre fratricide aura bien lieu mais dans quelle ambiance ?

    RépondreSupprimer
  75. Neuf tu es sur ? De toutes manières certains joueurs doivent se reposer qui ont déjà beaucoup donné.En face des gars comme Ollivon et Gorgodze sont dans ce cas et ne seront pas la :d autre part le turn over est général et accepté par tous.C'est le "haut niveau ".Par contre James est toujours la ;il manque de confiance et n'est pas actuellement à son niveau malgré quelques fulgurances ici ou la .Le staff a raison de le maintenir mais pas eternellemnt.
    Nini je ne pense pas que Toulon gagne ce soir :j y serai et te raconterai eventuellement

    RépondreSupprimer
  76. Tautor,
    L'équipe qui gagnera le championnat de France ou d'Europe n'est pas celle qui aura les 15 meilleurs joueurs mais bien celle qui va savoir gérer ses 35 joueurs. Tu motives aussi tes troupes en montrant que chacun à sa place même lors des grands rendez-vous.
    Je vois cela comme une grande intelligence de l'ASR.
    Mais je suis certainement un Béotien de manager. Je laisse Richard nous préciser son sentiment ou d'autres spécialistes de ce blog.
    Le Gé

    RépondreSupprimer
  77. Bien sûr d'accord avec ton analyse à ceci prêt que quand tu manques de temps de jeu dans les jambes sur un match important la performance va s'en ressentir

    RépondreSupprimer
  78. Ce commentaire a été supprimé par son auteur.

    RépondreSupprimer
  79. Ce commentaire a été supprimé par son auteur.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je me suis relu après, et la meilleure solution pour corriger est de supprimer après avoir préalablement copié le contenu à supprimer

      Supprimer
  80. Avant de venir donner de mes nouvelles et mon grain de sel, je voudrais surtout vérifier que Sylvie a bien noté que dans le magazine livré avec le midol de lundi, il y avait un long article sur Arnaud Méla. Je préfère avoir l'air bête en le rappelant, que de découvrir trop tard qu'elle serait passée à côté de ce chouette article que j'ai parcouru dans mon supermarché habituel :-)
    J'espère que ma rareté sur ce blog, n'est pas un mauvais signal sur sa pérennité, car je constate que je suis sans le vouloir à la manière de certains états aux USA, un citoyen test, dont les comportements sont similaires à la moyenne du comportement des français (à suivre pour les explications fumeuses)
    Longue vie donc à ce blog et à ses contributeurs, en espérant que mon "éloignement" de ces dernières semaines n'augure pas une fin tragique ; Ritchie nous ayant parlé de décembre pour évaluer et prendre une décision sur la continuation? de ce blog.
    Je n'ai pas encore trouvé le produit magique, numérique, qui permettrait de doper considérablement la fréquentation de ce blog et en faire un champion...Mais je cherche :-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. ben non ! tu sais le Midol par ici c'est une rareté et si tu sautes pas dessus dès le 1er jour, il te passe sous le nez donc je l'ai raté mais vais essayer de soudoyer mon marchand habituel on ne sait jamais .... merci ! tu sais qu'il est question de rebaptiser le Stade Amédée -Domenech - cf post de Ritchie - moi j'ai bien une idée pour un nouveau nom ...

      Supprimer
    2. tu habites bien Grenoble, non?
      Souvent c'est dans certains supermarchés qu'il reste du stock.
      Merde si tu peux pas avoir ce numéro avec AM en une (belle gueule)... Un collector...Il manque juste le poster au milieu :-)
      J'avais même pas réalisé qu'il avait un handicap (il boîte)
      Raison de plus pour nous retrouver tous un jour au stade Arnaud Méla quand le rugby aura implosé et qu'on retrouvera la ferveur d'antan dans les petits stades de Brive, La Rochelle, Bayonne......

      Supprimer
    3. nuance Letiophe, j'habite PRES DE Grenoble ... et ça change tout et puis ici ils sont tous bio, écolo et compagnie alors si le Midol n'est pas imprimé sur papier recyclé faut aller à Petaouchnock pour le trouver 😒... oui Arnaud boîte du pied mais pas du coeur 🏈

      Supprimer
  81. Ouaip,passons à autre chose,aprés tout the show ....comme on dit à Broadway.
    Pourtant le corps-p'tit-coit, j'aime bien moi.
    Sinon, Tautor, demandes donc à Jack,le gourou de Montpellfontein comment ça fait en Mai quand tu fais pas assez tourner,plus de jus, des doublures à l,Ouest.
    La gestion de l'effectif, c'est une des clefs, avec, heu...., ah non, on à dit qu'on en parles plus, alors !
    Gariguette, qui à dit " le rugby peut trouver sa place dans le sport pro mais ne doit pas ressembler aux plus granfs sports qui ne sont désormais que des spectacles" ?
    Allez, t'aurais pas trainé Lundi, tu le saurais!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Non mais camembert hein les retraités ! y'en a qui bossent ... plus un champignon valide le samedi parce que les papys sont déjà passés !! Pff ... Plus de Midol le lundi soir parce qu'ils ont fait la razzia !
      Et y viennent encore la ramener sur le blog ?? presque je m'énerverais 😈... C'est d'Arnaud Méla ?

      Supprimer
    2. Hi hi hi, les champignons c'est pas môa ici on en trouve qu'a Carrefour, dans les rayons d'la mort!
      Non, c'est de Benoit 16 !!!!
      Allez Nono 1er

      Supprimer
    3. Ca alors ! T'aurais dit l'actuel Papa Francesco vu qu'il est argentin ça pouvait se concevoir, mais Ben Sixteen ?

      Supprimer
    4. ben tu sais, c'est pas ma spécialité, et en plus faut que je surveille ma télé, Israel Dagg à décidé de me crever l’écran, depuis Durban.
      Vamos Argen-tina !

      Supprimer
    5. hou la la, marée noire sur Durban.
      Finalement, c'est Barrett, quelle surprise, qui à ruiné mon poste et plongé le kings Park Stadium dans la consternation,ça va trop vite, trop longtemps, le planchot déborde.
      Come on NZ

      Supprimer
  82. Ce commentaire a été supprimé par son auteur.

    RépondreSupprimer
  83. Bonjour, je viens de regarder Boks AB. Certes les Bocks (entre autres ils n'ont plus de demis) ne sont plus du tout ce qu'ils étaient, certes on parle de dopage en France (mais 2 anciens AB) mais à DURBAN prendre 57 points (et encore si Barrett ne fait pas le coiffeur c'est 9 de plus) c'est tout simplement la première fois que cela arrive aux gazelles vert pâle...
    Petit bémol : M.Garcès qui donne un carton jaune à ma 81èmr minute (je n'en conteste pas la validité) et fait reprendre le jeu. Le 9ème essai est inscrit à la 83ème. En résumé, le reprise du jeu ne s'imposait pas (50 à 15), la partie était achevée et le retour au vestiaire coulait de source... Que je sache, il pouvait parfaitement infliger une biscotte méritée et mettre fin à ce qui tournait à l'humiliation.
    PS : dans la foulée j'ai tenté le passage au TOP 14. Heureusement j'ai quelques cachets d'ALKA SELZER, sinon quelle purge. Vivement novembre!

    RépondreSupprimer
  84. La Croix de Guerre pour Pascal ! L'homme qui a osé écrire "Vivement novembre". En fait, je le pense aussi, mais c'est mal vu. Dernière info en provenance du pays du petit nuage blanc de Aaron, l'homme à la passe la plus rapide : Perenara, vu sortant seul des toilettes est accusé d'onanisme. Aura du mal à se justifier. Durban d'encore : le gouvernement envisage d'interdire le rugby.

    RépondreSupprimer
  85. Barrett un coiffeur, un peu capillotracté, non,même si un peu mou du genou face aux perches.
    Mais vrai,pas utile que Garcés prolonge la punition.
    Allez, tu crois pas si bien dire Charly, le gouvernement, la bas, l'est pas trop rugby

    RépondreSupprimer
  86. Durban un match de classe mondiale une apologie rugbystique avec pourtant des imperfections dans les passes ou dans les tirs au but mais bon c'est pour juste égratigner ... à passer dans les écoles de rugby, aux entraîneurs de top 14 et en boucle à GN histoire d'être fin prêt à une déculotté ... pour répondre à Gérard et consors, rotation des joueurs pour laisser souffler les cadres ! cqfd avec les AB ! Ce ne sont pas eux qui ont soufflé mais les boks ! dire que je me suis ennuyé devant les parisiens n'est pas un euphémisme ! "Rien de rien" comme dit la chanson, pas besoin de corticoïdes et en plus défaite injuste du SF vu le jeu produit ..... allez un effort je vais regarder l'ASR !

    RépondreSupprimer
  87. Sinon, Tautor, si y a des trucs que t'as pas compris, tu nous demandes, hein !
    Allez, si on peut rendre service 😀

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Loulou
      Traiter un joueur de coiffeur pourquoi 🤔🤔 😂

      Supprimer
  88. Pourquoi des Turn over de joueurs à la sortie des vestiaires?🤔🤔

    RépondreSupprimer
  89. Ce commentaire a été supprimé par son auteur.

    RépondreSupprimer
  90. Tautor,
    Pas de chance pas terrible le match. Heureusement que les AB sont géniaux . Vraiment trop beau. La quintessence du jeu de passes.
    Allez 2ieme mi-temps
    Le Ge

    RépondreSupprimer
  91. Le Geai
    Je rêve de voir au moins une action style AB
    Le Piaf 😉

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Une Aaron Smith ? ben faut déjà aller à l'aéroport ....

      Supprimer
  92. Australie Argentine pas tout à fait fini, mais tant pis :

    Comme un pauvre entraîneur,
    Hésitant sur son banc
    Entre attaque et défense,
    Il essaye des joueurs
    Kepu et Coleman
    Assumant en silence (ou presque...)

    versus

    Hombre dans la pampa,
    Ou comment d'une mêlée
    Un fou fait naitre une équipe
    Carburant à l'instinct.
    Alors il peut à Mendoza
    Rêver et changer,
    Donner de l'air à 15 types
    Enthousiastes et coquins.

    N'empêche qu'ils ont perdu...

    RépondreSupprimer