samedi 3 février 2018

En attendant Guirado

Il reste encore des places à vendre au Stade de France, qui ne fera pas le plein pour l'ouverture de ce Tournoi, et plus d'un Français sur deux ne connaît aujourd'hui aucun des joueurs qui composent le XV de France. Une série de sept matches successifs sans succès plombe la montée vers ce France-Irlande qui, autour de moi, ne déchaîne pas vraiment de passion, à peine un intérêt poli. Et j'en connais qui l'année dernière encore allumaient leur téléviseur et ne savent pas, ce samedi, à quelle heure se dispute le match.
 
Nous en sommes là, assez bas, il faut l'écrire. Et si du côté des édiles fédéraux perquisitionnés et d'une FFR cernée par différents soucis, le silence radio est de mise, on attend le grand cri de révolte des Tricolores avec un mélange d'anxiété, de distance, de résignation et d'interrogation. Le XV de France a déjà connu semblable creux, dans les années 70 par exemple, mais n'a jamais suscité autant de désintérêt.
 
Parmi les baromètres que j'utilise, celui de l'amphithéâtre de Marcoussis est assez significatif. Nous n'étions que quatre journalistes de presse écrite samedi dernier pour le deuxième point presse des joueurs, à une semaine pile du coup d'envoi. Et encore quatre, mais pas les mêmes, vendredi midi pour le briefing de Guilhem Guirado. A tel point que le capitaine tricolore n'a pas souhaité prendre place derrière son pupitre et s'est assis dans une des travées, nous proposant de le rejoindre.
 
Paradoxalement, c'est au coeur de ce désintérêt des médias et du grand public pour cette équipe qu'elle n'a jamais été aussi agréable à suivre pour ceux qui en font profession. Visages avenants, confidences éclairantes, discussions impromptues, réponses intelligentes, pour la première fois depuis 2011 débarrassée de cette langue de bois des sportifs de haut niveau qui pollue tout. 
 
Avouez-le, il faut être gonflé ou alors à court de solutions - mais ce n'est pas le cas - pour lancer à l'ouverture, poste stratégique, un gamin de 19 ans face à la troisième meilleure nation mondiale et son chef d'orchestre madré Jonathan Sexton au moment où l'exigence d'une reconquête oblige à une victoire, impératif catégorique qui supplante toute envie de contenu.
 
Car il est là, le paradoxe de ce XV de France. Le Brunel's Band s'est mis dans les conditions de libérer le jeu et les chakras de joueurs hier tétanisés par la peur de mal faire mais demande un succès à n'importe quel prix pour briser très vite la spirale des défaites dans laquelle macère cette équipe tricolore qu'on a vue incolore durant toute l'année passée.
 
Marc Lièvremont - qui était pourtant bien parti en 2008 pour lancer son XV de France sur des chemins buissonniers -, Philippe Saint-André et Guy Novès se sont plantés dans les grandes largeurs à la tête de l'équipe nationale. Je vais me rendre au Stade de France ne serait-ce que par curiosité, voir si Jacques Brunel est capable d'écrire un prologue enchanteur avant que de se lancer pendant deux ans dans l'écriture d'un chapitre.
 
Jacques, c'est un humaniste, un vrai. Un mec qui fabrique son Armagnac, un terrien qui jouait la tête dans les étoiles, zébulon devenu altruiste, arrière de relance qui connait désormais tout du jeu d'avants et des subtilités renfermées dans l'univers des premières lignes. C'est un entraîneur qui a toujours su mettre l'humain au cœur de ses interventions technico-tactiques, un homme de mots choisis.
 
Alors, sous la pluie et dans le froid de Saint-Denis, devant un public venu par habitude davantage que par passion bleue, dans l'indifférence générale - n'hésitons pas à le dire -, le XV de France va livrer face à l'Irlande un de ses matches les plus importants. Pour l'image du rugby français plongé dans les "affaires" mais aussi pour ne pas descendre à la dixième place du classement IRB (ça fait vintage, je sais) - ce qui n'est encore jamais arrivé.
 
Pour l'espoir aussi que portent en eux Iturria, Jalibert, Chavancy, Palis et compagnie. Mais aucun des sélectionnés, pas même Guirado, ne figurerait dans une sélection mondiale, voire dans un simple quinze type du Tournoi avant le coup d'envoi. La France joue pour ne pas ressembler à l'Italie, désormais, alors qu'il y dix ans, elle était crainte des Anglais et hachait les Irlandais. En regardant le calendrier de l'édition 2018, on grimace à l'idée d'avoir à affronter la Nazionale à Marseille pour éviter une cuillère de bois.
 
En attendant, Guirado, capitaine fracassant, prédit une entame de match pleine de furia. Le monde à l'envers puisque le Fighting Spirit est une particularité irlandaise. Désormais, les Diables Verts ont du flair et, si j'en crois le talonneur toulonnais, nous avons d'abord du combat, c'est-à-dire de la sueur, des ecchymoses et des percussions, à offrir pour faire honneur au maillot, ce samedi en fin de journée.
 
Cette chronique s'autodétruira dans quelques instants - ou pas -, quand ce bon Nigel sifflera le coup d'envoi. Et vous retrouverai ici même dimanche soir pour un débrief avant d'aller passer la nuit blanche devant la finale de Super Bowl entre amis choisis, comme de coutume depuis 1985. Tom Brady, le Barry John des Patriots, dix-huit ans de carrière, a la possibilité de lever pour la sixième fois le trophée Vince Lombardi. Un homme ne fait pas une équipe. Mais il peut faire l'histoire.


77 commentaires:

  1. ce soir champagne ou piquette a table ......

    Richard , tu es un grand coquin , tu préfère le foot américain au notre ......

    Bon week end

    RépondreSupprimer
  2. Bon, c'est pas tout, mais faut être bien habillé pour ce genre de cérémonie. Ils seront avec l'ancien maillot ou le nouveau (encore un) est autorisé ? Bien que le maillot ne passe pas le joueur. Et ils rentrent tous avec 1 moustache ? Histoire de déplomber l'affaire et d'embrouiller le trèfle ? Ce sport serait il donc sur le déclin ou faut-il mettre ça sur le compte d'un hiver particulièrement pluvieux en IDF? C'est pas le no menés land mais y a la com qui merde, non ?
    Sinon, je vais aller me faire 1 visite dégust rhum chez HSE (Habitation St Étienne) et Clément, plutôt que le super bowl. Hier fait St James et Depaz (superbe propriété au pied de la Pelée).
    Pa ni problème pour ça !!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Sergio, on peut faire les deux. Je pense qu'il y aura un peu de nectar devant le foot US dimanche soir...

      Supprimer
  3. Bonjour,

    J'ai bien aimé ce papier, finalement c'est dans l'apathie générale que ce XV se lance dans cette nouvelle édition du tournoi. Après tout pourquoi pas, un groupe peut se construire dans et face à l'adversité. Si Brunel réussit à créer un groupe avec des jeunes bien encadrés on aura des belles surprises. Que valait un Farell, référence de Jalibert, à ses débuts? Ou un Sexton? Mine de rien on peut voir des espoirs qui deviendront, qui sait, des pointures. Voilà ma curiosité également, peut-être que l'on assistera à un déclic après toutes les casseroles récentes.
    Amitiés,
    Nicolas

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est à espérer, Nico. Effectivement, avant le coup d'envoi la curiosité l'emporte. C'est déjà une victoire ?

      Supprimer
  4. Bien trouvé ce titre à la Samuel Beckett -un Irlandais - pour mettre en avant notre rugby sans queue ni tête ; juste image de l'absurdité de la situation dans laquelle il se trouve . Nous l'observons en témoins muets ( en spectateurs) se demandant quand Guirado-Godot arrivera et si ce que nous projetons sur lui comme espoir(s) se réalisera ." On ne comprend rien, il n'y a rien à comprendre, mais on veut comprendre." Seul le théâtre permettait en effet de dégager quelques lignes de force ; des personnages tragico-comiques, une situation incompréhensible, des petits bouts de réel suivis de silences inquiétants . Et on fait quoi maintenant ? Hé bien on joue bien sûr ! Ca fait passer le temps ...https://www.youtube.com/watch?v=gH2z8iqXufE

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah Sylvie, toujours à la page. Beckett jouait troisième-ligne aile, me dit-on.

      Supprimer
  5. Question théâtre, on est pas mal, entre théâtre de bd et tragicomédie. Je préférais les décors de... Roger Hart que ceux de Bernie Simon.
    JB, on espéré juste qu'il nous mettra pas les boules.Au mieux un déclencheur. Sauf que les espérances débutantes ne sont pas encadrées et devrpnt compter que sur elles mêmes.Tout ne devrait pas être rose tout de suite.

    RépondreSupprimer
  6. "J'attendrais"
    Rina Ketty, Tino Rossi, Gill Barber, Dalida, Dave, Claude François, Ibrahim Maalouf, Max Raabe, autant d'interprètes, autant de styles, autant d'époques ou la musique fut reine d'un soir ne laissant qu'un refrain voir des paroles pour les plus nostalgiques ! Que dire de cette EDF qui ne fait plus battre le cœur de personne, qui ne fait plus recette et pour laquelle le seul stratagème est de faire de la communication à 4 balles en ouvrant les portes du pénitencier de Marcatraz ! Laissez moi rêver pour ceux qui s'engouffre dans cette antre ou règne la prohibition, le mensonge à tout va et l'illusion d'une révolution que ce soir ne sera pas hier ni demain ! En être réduit à jouer à "Qui veut gagner des millions" pour se changer les idées de la bouche de Teddy Thomas, il est certain que le fond du puits n'est pas loin ou pas ! Pépé Brunel, opiniâtre gersois, terrien à part entière, se félicite de tout et de rien et d'avoir vu sa conférence de presse sur l'Equipe me désole de tristesse pour lui ! Incapable de donner matière à son discours, on sent un homme serein, les bras coupés, assis face au vide sidéral, se disant au fond de lui même qu'il vaut mieux tenir un poste en EDF que d'être le 8e manager de France en top 14 pour l'instant. Tout ça pour dire que ce soir je serai avec ces dames à Wallon contre l'Irlande et que pour avoir partagé une soirée avec ces mêmes irlandaises, il y a quelques années, du temps de la splendeur de Brennan, arrivant fraîchement vainqueur de Brive, nous passâmes une soirée dans un pub irlandais mémorable avec I Maka et Y Delaigue jusqu'au petit matin, inondés de bières, de chants celtes et de filles de joies !! Pas eu besoin de leurs proposer Jean Pierre Foucault !!! Quand je lis dans la presse que Jalibert, qui n'a pas commencé à jouer, a déjà son successeur en la personne de N'Tamack je me dis que le petit n'a pas intérêt à se rater ... sous peine de second rôle à venir !!! comme Dupont .... "J'attendrais" de voir ce soir si l'envie me gagne de regarder en replay le match. Bon les filles m'attendent sans savoir que je vais leurs chanter du Ketty à moins que ce ne soit du Cloclo !!!
    https://www.youtube.com/watch?v=PxaA3mCrRFE










    RépondreSupprimer
  7. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
  8. Galles Ecosse 2 essais en 10 mn .... waouh incroyable pour l'instant du jeu de partout, les dragons sont de retour 😊

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Fallait pas manquer le première quart d'heure. Ce que j'ai fait, dans les embouteillages parisiens.

      Supprimer
  9. Cazalbou toujours aussi plaisant

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ca ne m'étonne pas. C'est le meilleur consultant rugby. Après Dimitri Yachvili et juste devant Thomas Lombard.

      Supprimer
  10. De nouveaux joueurs, un jeu aéré aux combinaisons nouvelles mais des fautes de mains ... Ne boudons pas le plaisir quand même

    RépondreSupprimer
  11. Ritchie

    si tu avais habité la province ou Bastia carrément , tu aurais tout vu ..pas d’embouteillage sauf a Ajaccio cet après midi ...ahahaha

    De plus tu es un grand coquin car tu préfère le foot des américains aux nôtres , mais comme je t'aime je te pardonne !

    Sinon c'est un excellent match pour repasser mon linge , de l'action , du jeu , du plaisir , donc chemises et autres se repassent sans difficultés majeures ...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La victoire galloise ne fera pas un pli ?

      Supprimer
  12. la "réserve" Galloise est très forte ...heureusement qu'ils ne sont que 3 millions d'habitants ...

    RépondreSupprimer
  13. Mourad doit se les bouffer en voyant Halfpennie ... Me voilà réconcilier avec ce genre de rugby et de jeu 👌👍🍾

    RépondreSupprimer
  14. tautor
    34 /0 ça se corse comme dirait jean guy Talamoni

    RépondreSupprimer
  15. Ça fait cher l'addition avec des jeunes et un Halfpenny dans un fauteuil de chef d'orchestre

    RépondreSupprimer
  16. Où sont passés les Ecossais de novembre ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. peut être étaient ils mieux préparés en novembre ? mais il faut saluer cet appétit de jouer des Ecossais même s'ils prennent une rouste !
      Beau match en conclusion, on s'est régalé ...

      Supprimer
  17. Warren Gatland est entrain de reconstruire une nouvelle équipe de Galles qui ne sera pas loin de la finale au Japon .... J'en prends le pari aujourd'hui

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. et un grand bravo à l'Equipe qui dans son baromètre du Tournoi met les Gallois plus bas que terre "le quinze du Poireau se présente au Tournoi en toute discrétion. "ben pour la discrétion on repassera !! 🍓😉💣

      Supprimer
    2. Y a pas que des Madame Soleil à la rédaction, non plus ;-)

      Supprimer
  18. Vous dire qu'il fait froid et qu'il pleut au Stade de France. Ballon glissant. Si j'étais ouvreur irlandais je monterais des Garryowen !

    RépondreSupprimer
  19. je viens de voir la compo que je ne connaissais pas , si on gagne avec ces joueurs je dis "Chapeau" Brunel

    RépondreSupprimer
  20. Belle ambiance ! vibrante Marseillaise. Mais bon, ça fait pas tout... Faut y aller maintenant. Guirado a promis le feu d'entrée. A suivre...

    RépondreSupprimer
  21. J'ai un peu honte, comme ça, entre nous. Première action française et hop en touche au bout de 26 sec. Première action irlandaise, magnifique redoublée, trois plaquages bleus manquées et trois points de Sexton. Oups...

    RépondreSupprimer
  22. Le feu 3/0 en 3 minutes, et deja l'empreinte verte

    RépondreSupprimer
  23. Bon, allez, 10e et un peu de mouvement bleu. Mais bon sang, les joueurs sont arrêtés quand ils recoivent le ballon. Y a pas un mec qui peut jouer lancé ?

    RépondreSupprimer
  24. Gourdon, non !!!! Pas ça, pas maintenant, pas comme ça...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. et maintenant Machenaud et Palis qui se regardent pour un ballon qui traine au sol. Madre mia...

      Supprimer
  25. Heureusement Jalibert ! Il ose, n'a pas de déchet.

    RépondreSupprimer
  26. Deuxième accélération irlandaise, à la 21e, et encore un but face aux poteaux... Les erreurs françaises ne sont même pas dignes de Fédérale 3. Quelle déception...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. et ce bon public de Saint-Denis qui fait partir une Marseillaise pour se réchauffer...

      Supprimer
  27. Toujours pareil on se consomme beaucoup au sol

    RépondreSupprimer
  28. Ca devient gênant, toutes ces fautes bleues...

    RépondreSupprimer
  29. Le visage dépité de Guirado ça veut tout dire, Slimani en travers mais putain a quoi ça sert ?

    RépondreSupprimer
  30. Protocole commotion du genou pour une fois d'accord avec Marteau 👍

    RépondreSupprimer
  31. par rapport au match précédent , c'est quand même pauvre , même de la part des Irlandais

    RépondreSupprimer
  32. Bon allez, je vous laisse j'ai un compte rendu à écrire... et je le commence maintenant. A plus tard.

    RépondreSupprimer
  33. Je fonce je ne passe pas
    Je fonce je ne passe a plat
    Je fonce je fais un tas
    Je fonce je n’avance pas
    Je fonce je perds pas
    C’est cela chef c’est cela chef
    J’avoue c’est bien pour lire l’ensemble blog ce genre de match j’aime bien
    Je peux me mette à jour
    Super une pénalité de sexe tonne

    RépondreSupprimer
  34. Chef chef j’ai tout plaqué tête baissée
    On 3 points chef
    Chef c’est bien un chef
    Le fil vert faut qu’y voir rouge
    Le fil bleu il voit la terre

    RépondreSupprimer
  35. Chef chef
    Une chandelle les verts y vont trinquer
    Chef chef humour
    Chef

    RépondreSupprimer
  36. Chef chef
    J’ai rien fait et y siffle le monsieur qui n’est pas la même couleur que les 30 autres
    Chef l’année de l’irlande Chef
    C’est l’an vert du décor
    Humour chef 👨‍🍳
    Humour

    RépondreSupprimer
  37. Chef
    Des verts j’en entends de partout
    C’est des verts hifi
    😊

    RépondreSupprimer
  38. Yes yes chef j’ai accéléré
    Et j’ai marqué
    C’est des verts oh lent

    RépondreSupprimer
  39. La France à genoux. Guirado médusé. La morale est sauve. Sympa d'être irlandais.

    RépondreSupprimer
  40. Never stop fighting till the fight is done !

    RépondreSupprimer
  41. Sur un malentendu disions nous, c'était pas loin !
    Laissons donc cette pauvre sélection tranquille par respect pour d' honnêtes travailleurs qui n'ont pas les qualifications requises.
    La déception c'est cette fameuse troisième équipe mondiale qui semble , pour ce soir au moins, bien quelconque.
    En place, certes, solide et seraine mais quel manque d'ambitions, pas une vraie occasion d'essai, peu d'actions tranchantes, c'est un peu court jeunes gens.
    Le vainqueur à toujours raison mais le sort à bien aidé sur ce coup,pas sur que ça le fasse contre plus armés!
    Allez, Nigel en petite forme, non plus ?

    RépondreSupprimer
  42. Logique victoire des Irlandais par ailleurs insipide moins pire que les Français vaillants mais pas au niveau international, le seul c'est Dupont qui a fait la différence pour Thomas ... Je plains JB, pour le grand chelem rate

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. ...va pouvoir garder sa moustache un an de plus ..!!!

      Supprimer
  43. Magnifique leçon de rugby, d'intelligence situationnelle, de pragmatisme, de précision technique, de volonté collective, d'engagement individuel au-delà de la zone de fatigue. L'Irlande méritait sa victoire. D'autant qu'Owens commet, il me semble, une erreur en autorisant Machenaud à rentrer alors que Dupont n'est blessé qu'au genou (pas de commotion). D'où l'ire des joueurs de l'Eire.
    Le drop de Sexton est la magnifique illustration de ce qu'est le rugby. Comme Jonny en 2003...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je vous écris cela des entrailles du Stade de France, qui sont en fait situées au rez-de-chaussée. J'attends les joueurs. Des deux équipes. Les Irlandais doivent fêter ça à la Guinness et les Français noyer ça dans une mauvaise piquette.
      Comment peut-on laisser filer une victoire au delà du temps réglementaire ? Vous avez quatre heures... Pendant ce temps-là, j'encre ma copie.

      Supprimer
    2. Les Français n'étant pas en possession du ballon, toute leur attention s'est portée sur le fait de ne pas faire de faute pour éviter à tout prix une pénalité. "Prendre" une pénalité n'était pas manifestement pas le seul risque pour engendrer leur défaite : dans cette configuration de jeu, se mettre à l'abri d'un drop en veillant à ce que le buteur Irlandais ne puisse disposer d'aucun espace pour ajuster un coup de pied aurait été judicieux. Si tel ne pouvait être le cas, par les règles même du jeu ou par trop de " focalisation " sur le seul fait de ne pas faire de faute, la stratégie employée dans les dernières minutes n'était peut être pas la bonne.
      Tenter de reprendre la possession du ballon, aurait impliqué pour les joueurs Français de vaincre leur peur de faire une faute en réalisant cette action de jeu. Peut être auraient ils du essayer d'avoir confiance...

      Supprimer
  44. Quand on voit le travail fait par Gatland, les résultats et la manière mise pour gagner avec des jeunes tout juste epoustouflant, les Écossais ont ete trop maladroits ... Attention a la montée en puissance des équipes. Pour nous, j'ai l'impression qu'on a tout donné ... Inquiétant

    RépondreSupprimer
  45. Au delà du temps reglementaire, les années ne se ressemblent pas. L'an dernier il a fallu toute la roublardise de Novès et de son medecin pour gagner ... Cette année, aucune intelligence pour récupérer le ballon et le garder au chaud 3 minutes pour gagner c'est une faute professionnelle

    RépondreSupprimer
  46. *Je vous pose la question de but en blanc : pourquoi avons nous tant de butors à la Fédé et pas de buteurs en EDF ?
    * Une consolation pour Papy Brossard, ce soir il a sauvé sa moustache .
    * Contre les Gallois on aura un Poirot, ça va les faire craquer
    * Halfpenny n'a plus les pieds carrés depuis qu'il a quitté Toulon, les tongs devaient le gêner
    * Fabien Galthié a enrichi son vocabulaire de 2 mots : momentum et résilients .
    * Pour finir, honneur à Rantanplan chien fidèle, allez double ration de croquettes !

    RépondreSupprimer
  47. Tiens un Gallois pour célébrer un Irlandais : music, https://www.youtube.com/watch?v=k3_KP6yUWEw
    and words ....
    Aw, Aw baby, Yeah, ooh Yeah,
    Spy on us Johnny use satellite
    Infrared to see us move through the night
    Aim gonna fire shoot us right
    We're gonna like the way you fight


    Now you found the secret code
    we use to wash away our lonely blues
    So we can't deny or lie 'cause you're
    the only one to make us fly
    Sexton, Sexton you're a sexbomb
    You can give it to us when we need to be turned on
    Sexton, Sexton you're a sexbomb
    And baby you can turn us on .....

    RépondreSupprimer
  48. Et puis pour arranger le tout, la France descendra lundi à la 10e place mondiale, derrière les Fidji. Du jamais vu.

    RépondreSupprimer
  49. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
  50. En direct de Wallon ou l'EDF vange les hommes en battant les irlandaises 24 à 0 4 essais à zero, une bonne 1ere mi-temps la 2e anecdotique ... De beaux mouvements, des essais construits, les hommes devraient en prendre de la graine
    En direct du ST pour les Quinconces,
    Tautor

    RépondreSupprimer
  51. Vous êtes vraiment très durs avec l'EDF: il y a du mieux même si au total l on compte une nouvelle défaite qui n a pas grand chose a voir avec le Japon.Nos joueurs ne sont pas les meilleurs mais au moins aujourd’hui hui ils ont ete vaillants:je me satisfais de çà parce qu ils ne peuvent pas montrer plus.
    Landais

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il y a du mieux Bernard ? Pas une attaque sauf quand Dupont est rentré, sur la défensive car domine dans tous les compartiments ...oui moins de fautes au sol mais quand tu vois le match Galles Ecosse etre au 10e rang mondial ma foi c'est heureux et non fortuit

      Supprimer
    2. D’accord avec toi, landais.
      Même si il n’y a pas eu le miracle attendu (ou redouté par les théologiens du négativisme), j’ai bien aimé l’engagement.
      Dommage que ce drop aussi talentueux que chanceux n’ait pas suturé les bouches de vieilles qui s’en donnent à cœur joie depuis novembre.
      Vivement Couilloud pour les prochains matches (et une nouvelle “chance” à Beauxis ?)

      Supprimer
  52. quelle maitrise ces irlandais incapables de tomber ou perdre le ballon durant 5 minutes
    et nous autres impuissants a se creer des occassions
    quelle deveine pour nos demis
    en fin de compte une issue logique

    RépondreSupprimer
  53. En termes de contenu, c'est un des matches de l'équipe de France les plus nazes que j'ai vu depuis 33 ans. Animation ? Zéro. De la lenteur, des mecs arrêtés qui vont percuter. Attristant pendant 71 minutes. L'essai de Teddy Thomas fait oublier 70 mn ? Pas sûr. Je suis écoeuré. D'un niveau proche du néant. J'étais colère en tribune de presse. Et en plus, ces cons de la FFR, ils n'ont pas voulu nous envoyer Thomas en zone mixte. Z'auriez vu Ritchie piquer une gueulante. Du coup, il est venu. C'était le seul rayon de soleil d'une soirée glaciale et en plus ils ne voulaient pas nous l'envoyer. Je rêve : ils sont aussi nuls en com que sur le terrain et en coulisses, dans cette fédé...

    RépondreSupprimer
  54. Eh ben ! y a pas que l'hiver qui grisaille !
    Quelle bouillie ce match... de la défense, de la défense, encore de la défense... D'accord, ça montre qu'ils y ont mis du coeur, mais ça montre aussi à quel point la France a été dominée par une Irlande pourtant pas bien inspirée ! Et en prime on perd les deux jeunes qui avaient été les seuls à montrer un peu d'imagination... Plus que la défaite, ce qui me navre c'est la piètre qualité du jeu proposé. De ce point de vue, je n'ai pas vu de progrès. Et Allan a raison, la dernière séquence des Irlandais en dit long sur leur maitrise, à mettre en parallèle avec le nombre de ballons perdus par les bleus dans les 22 irlandais.
    Brunel a sauvé sa moustache, mais si on prend la cuillère de bois il se coupe quoi ?

    RépondreSupprimer
  55. On ne va pas faire une équipe de pur sangs de joueurs aussi laborieux.mais c est notre équipe et à priori ce sont nos meilleurs joueurs.je me contente de suivre leur évolution sachant qu ils partent du fin fond. En face ils avaient lIrlande et un jeu parfaitement léché et maîtrisé depuis plusieurs années .Nous faisons avec ce que nous avons.
    Bernard Landais

    RépondreSupprimer
  56. Bonjour, et bien, pas fameux hein, entre nos bleus encore un peu verts et des verts un peu pâlots petite rencontre de rugby assez loin de ce que l'on peut attendre du haut niveau international. Bon, z'avez déjà tout dit, alors juste ajouter:
    - Arrêtez, dirigeants et coaches, de tenir un discours débile sur les ambitions de l'EDF, il faut savoir si l'on bâtit une équipe pour dans quelques saisons être au top du top, affirmer des ambitions démesurées dont on n'a pas les moyens c'est idiot. Construisons, patiemment, avec des jeunes en devenir, instruisons-nous de nos défaites et victoires, de nos manques et de nos qualités, mais cessons de croire et faire semblant d'être encore en haut de l'affiche, nous avons une toute petite EDF avec des joueurs qui découvrent le fossé entre FLOP.14 et international, laissons du temps au temps mais au-moins disons-le clairement et au boulot !!!!!!!!!!
    - La rencontre d'hier, côté EDF, rien dans le contenu, défendre ne suffit pas, aucune action avec de la vitesse, pas de prise d'initiatives ni devant ni derrière, des bons petits soldats appliqués à défendre et défendre, bien meilleurs sans le ballon qu'avec, mais quid du jeu, de prise d'intervalles, de franchissement devant de débordements derrière ??? D'une pauvreté à envoyer illico les entraineurs à confesse avant le bûcher !!!!!!
    - Je persiste en disant que certains s'installent au banquet sans carton d'invitation, l'ailier Vaka touriste égaré sur l'aile, jamais présent dans la profondeur, un ballon un tampon, attiré comme une mouche par le m....iel dès qu'un petit tas se forme au détriment de la garde de son côté, Slimani meilleur footballeur que pilar ou rugbyman, Machenaud d'une lenteur désespérante, jouer à la vitesse du racing pas glop.
    - Les jeunes, bin sont jeunes, et en plus ces couillons, se blessent à la chaîne, alors que t'as vu les anciens, pas fous, se préservent consciemment, hé ho l'est courte la carrière, manquerait plus qu'ça.
    - Allez, au travail les gars, dommage pour Dupont et Jalibert, mais ils reviendront, ce qui risque par contre de ne pas revenir, c'est la clairvoyance chez les dirigeants/encadrement, la moustache à machin on s'en tape et les discours convenus de truc et chose idem, on s'en gargarise la comprenoire depuis plus d'une décennie.
    - Comprend pas la passivité des joueurs sur la dernière action du trèfle de 5 minutes, pas un contest, on abdique la dispute de la gonfle pour juste "pas faire de faute", pas un qui se rebelle et qui met la tête les épaules et le reste pour se chicailler un peu, pas s'étonner ensuite de la sanction du drop.
    - Bref, alors on nettoie la sélection des ceusses qui la servent pas pour le mieux, et puis on montre autre chose qu'être bons plaqueurs et pleins d'abnégation dans la défense, mais ne pas s'attendre à être champions demain, plutôt après-demain, par contre pour le plaisir on repasser encore une fois, mais jusque z'à quand ?????????

    RépondreSupprimer
  57. Conjugaisons
    Richard Escot in l'Equipe "...Et Sexton, à la 83e, ajusta son drop. "Point final . Y'a pas à dire le passé simple ça vous finit bien un article, un match, une épopée . Après ça on peut rentrer aux vestiaires, la crête basse ou le sourire vainqueur, c'est selon . Avant cette conclusion formidable, l'auteur nous indique "les avants tricolores auraient dû être plus vigilants " ah le conditionnel passé .... le temps des regrets . Du Bellay en fit des poèmes ( vous savez bien "Heureux qui, comme Ulysse, a fait un beau voyage ...") Richard Escot, lui, compose un article ininterrompu depuis des années sur les regrets , les siens et les nôtres devant ces occasions à demi réussies -et donc ratées - ces jeunes mangés par l'EDF, cette ogresse insatiable .
    Regrets de ne pas, de ne plus y arriver; regrets de voir défiler des bons joueurs incapables de "s'équiper" c'est à dire de faire équipe, regrets d'y croire encore, puis moins, puis plus . Nos conjugaisons en disent beaucoup sur nos sentiments intimes, au fait "conjuguer" signifie "réunir ensemble", de cum, et jugum, union, proprement joug ( de conjugare latin ) En termes de grammaire, conjuguer un verbe, c'est en réunir toutes les formes dans un arrangement déterminé . En termes de rugby ça serait bien de réapprendre à conjuguer ; on aurait moins de regrets même si Alain Souchon en fit une belle chanson https://www.youtube.com/watch?v=ojiv_MDHD7A .

    RépondreSupprimer