dimanche 3 juin 2018

Etre bien entouré

Un de mes anciens collègues journalistes avait lancé il y a une vingtaine d'années, par provocation mais quand même : «Il faudrait faire disparaître Castres de la carte du rugby». Il en avait sans doute marre de prendre une voiture de location à l'aéroport de Toulouse et d'effectuer l'heure de trajet vers cette sous-préfecture du Tarn par une nationale incertaine pour taper le compte-rendu d'un match au milieu de supporteurs qui hurlaient : «Tous ensemble, tous ensemble». Au coup de sifflet final, samedi, au Stade de France, j'ai pensé à lui, qui ne mesurait pas à quel point Castres excelle dans le pied-de-nez.

A l'époque - début des années 80 - où la très grande majorité des soixante-quatre clubs de Première Division survivait avec ses recettes guichets et les subsides de la mairie, Castres allait bénéficier du soutien généreux d'un industriel du cru - à la façon du chapelier Jean Bourrel avec Quillan un demi-siècle plus tôt - pour remonter de la Deuxième division et se maintenir dans l'élite restreinte. Ce qui en fit un club à part, jalousé mais aussi cruellement ostracisé.

Phare de l'après-guerre dans le sillage de Siman et de Matheu, deux immenses internationaux, mais aussi de Coll - dont le célèbre café est longtemps resté l'épicentre du village - et de Pierre-Antoine, décédé trop tôt et dont la mémoire s'inscrivit jusqu'à il y a peu à l'entrée du stade, Castres avait ensuite lentement périclité et serait aujourd'hui, comme La Voulte, Narbonne, Carmaux, Dax, Bourgoin, Nice, Lourdes, Bagnères, Cognac, dans l'anonymat des divisions fédérales sans la manne Pierre-Fabre.

Par un renversement de valeurs, les Tarnais personnifient une forme toute relative de résistance à la mondialisation ovale outrancière entamée par Mourad Boudjellal à Toulon et portée à incandescence actuellement par Mohed Altrad avec Montpellier, en passant par Thomas Savare et Hans-Peter Wild au Stade Français, Jacky Lorenzetti au Racing 92, Laurent Marti à Bordeaux, sans oublier Pau, Clermont et La Rochelle, à savoir recruter un wagon de vieilles stars étrangères pour exister.

Qu'attendre d'autre d'anciens internationaux de l'hémisphère sud débarqués en Top 14 pour faire fructifier leur renom qu'un faible engagement quand il s'agit de se sacrifier pour un maillot, voire pour une idée. Sans parler de toute donner pour une ville, ce qui leur semblera à l'évidence toujours incongru ? N'allons pas chercher plus loin les baisses de régime de certaines équipes huppées depuis trois saisons. Champion de France, Castres a ainsi envoyé un message très clair.

Montpellier en a envoyé un autre, qui prolonge nos réflexions, ici, sur l'importance de la force mentale dans le sport, mais pas seulement. Comment expliquer autrement que par une faille psychologique devant la pression créée par l'événement les erreurs techniques du demi de mêlée international Ruan Pienaar. limite fautes professionnelles ? Sans parler de l'aveuglement coupable de Frans Steyn à refuser de négocier les surnombres et le manque d'implication des frères du Plessis et de l'ouvreur Aaron Cruden, pourtant tous grassement payés pour rapporter à leur patron ce Bouclier de Brennus tant convoité et satisfaire son ego.

J'ai aimé le cadrage-débordement de l'arrière Julien Dumora avant son essai, et le départ côté fermé derrière mêlée du numéro huit Ma'ama Vaipulu qui sonna l'heure du sursaut castrais. Deux gestes techniques qu'on croyait oubliés. Ca et les bières savourées la veille du match entre joueurs, sans provocation, juste pour le plaisir de partager quelque chose ensemble, un moment, une certaine idée de ce jeu et de ce qui le constitue. A la grande surprise du président Revol qui n'en croyait pas ses yeux. Comme disait Philippe Saint-André en 1994 à Edimbourg avant de vaincre l'Ecosse : «La pression, il vaut mieux l'avoir dans l'estomac que sur les épaules

Castres est désormais un symbole. Celui d'une compétition de vingt-six journées sur dix mois qui ne décerne aucun titre de champion et d'une phase de coupe en trois matches qui, elle, mène au Bouclier de Brennus. Celui d'un club décalé parce que malgré lui à contre-courant. Dans ce Top 14 qui s'annonce impitoyable la saison prochaine, trois villes n'ont jamais connu les joies d'un sacre : La Rochelle, Lyon et Montpellier. Les Héraultais y parviendront un jour prochain, à condition que leur boss, Mohed Altrad, l'homme le plus détesté du rugby français et de loin, ne se lasse pas avant terme.

Il est maintenant l'heure - matutinale - de regarder vers la Nouvelle-Zélande où le XV de France de Mathieu Bastareaud, capitaine tracassé, va jouer cartes sur table (je sais, elle est facile) pour tenter de remporter au moins un test-match sur les trois au programme du mois. Face aux All Blacks, le mental ne suffira pas. Il faudra, à l'image de Castres devant Montpellier, y mettre des valeurs hormonales en défense et de la précision en attaque. Et inversement. Vous dire aussi, que le «huit qu'on aime», William, est entré dans l'en-but lundi matin après un long combat. Parti heureux, touché par les marques d'affection qui lui ont été envoyé, entouré de ses anciens coéquipiers, dont notre ami et bloggeur Kudekask. Une pensée pour Florence, Marine, Lilou et Elisa, son épouse et ses filles.

217 commentaires:

  1. J'ai vu cet article avant même d'être alerté par un SMS. C'est dire que le hasard fait bien les choses parfois. Je l'aime tout particulièrement sans trop savoir pourquoi. Un condensé de ce qu'est le rugby d'aujourd'hui dans le meilleur et le pire avec quelques rappels historiques pour recadrer tout ça.
    En tout cas, cette fois ci je suis à jour et surtout je sais maintenant qui est William si bien entouré dans son combat.
    Je me demandais Richard, et encore plus ce midi, si tes collègues ou la rédaction ne regrettaient pas parfois de ne pas voir cette chronique publiée dans le journal.
    Tout à l'heure nous échangions par SMS avec un ancien de collègue de travail, mordu de rugby au point de joindre l'agréable à l'agréable en visitant certaines grandes villes et sous préfectures du Top 14 avec son épouse et son camping-car, au gré des dates des matchs à l'extérieur de l'UBB.
    Il m'écrivait "Bravo Rory". Nous avions pris l'habitude de nous surmommer parfois Rory et Scott pour certaines similitudes avec leurs caractères et faits de jeu.
    Je lui ai répondu:
    Tu vas avoir du mal à trouver une place de titulaire avec ce Dumora qui nous avait fait des misères à Bordeaux et a sorti encore un grand match.
    Incroyable ce jour sans de Montpellier. Je suis triste pour Vern qui risque de revivre le syndrome des finales ratées de Clermont. Il sera intéressant de voir comment Castres digère ce titre en comparaison de ce qui est est arrivé au Stade Français Racing et Clermont.
    Être dans les 6 désormais peut faire rêver à tous les possibles. Ça c'est bien...
    Donc à te lire Richard, Rory et Scott sont justement des exceptions, sans espoir dans leur pays, ils sont venus en France en adoptant sa mentalité au point de beaucoup donner pour le maillot, y compris celui de l'EDF et d'en être plus ou moins bien récompensés.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Letiophe, pour ce commentaire.
      Concernant mon employeur, il dispose avec Pierre-Michel Bonnot d'un chroniqueur de haut vol. Et comme le site de mon employeur ne voulait déjà pas garder mon blog (et les quinze autres), je ne pense pas que qui que ce soit du côté de Boulogne-Billancourt regrette mes écrits de ce type. C'est ainsi.
      Allez Rory

      Supprimer
  2. Je rejoins complètement Letiophe, en particulier pour "Un condensé de ce qu'est le rugby d'aujourd'hui dans le meilleur et le pire avec quelques rappels historiques pour recadrer tout ça."
    J'apprécie comme lui la qualité du constat et de l'analyse des raisons qui ont permis à Castres d'humilier une armada intrinsèquement plus forte.
    J'ai encore plus apprécié que ta chronique évitait (comme d'habitude) les imprécations anti-fric et anti-friqués ainsi que l'imagerie à la Astérix et autres prêt-à-penser auxquels peu de chroniqueurs résistent.

    Alors bien sûr, je me suis réjouis, comme nous tous probablement, avec force encouragements (et aussi un verre de coal ila bien tourbé) de la victoire du CO, avec la manière!

    Mais je me suis aussi souvenu de la saison insipide qu'il a fallu subir avant les phases finales et leurs 2 ou 3 journées de prémices... et même pendant celles-ci, de la pauvreté générale du jeu, à quelques éclairs près.

    Alors, pour revenir à ma vieille marotte, la cause du recours à ces vieilles gloires étrangères et à un jeu restrictif n'est-elle pas la même pour tous ces financeurs ? la croyance qu’ils s’achètent ainsi une assurance contre l’accident industriel de la saison ratée et son corollaire, la descente.

    Comme un retour arrière n’est évidemment plus possible, au contraire puisque l’économie du rugby est dans le sillage de celle du foot (cf ses « avancées » financières récentes), je ne vois pas d’autre solution que de passer au système des franchises où la priorité ne sera plus de ne pas perdre mais de gagner (les matches, mais aussi audiences média, spectateurs etc...), donc plutôt avec du jeu qu’avec ce que nous propose chaque année la saison régulière...

    À la Fede d’être assez forte pour négocier ce deal en défendant suffisamment l’ensemble du rugby non- pro et donc en obtenant que la LNR et ses franchises
    1) soient interdits de formation des joueurs,
    2) idem pour arbitrage, discipline et médical qui ne doivent rendre compte qu’à la Fede,
    3) ne puissent engager des joueurs qu’à partir de 23 ou 24 ans; jusqu’à cet âge, ils resteront dans les championnats fédéraux, y compris une élite semi-pro avec Salary cap.
    4) versent une vraie indemnité à la Fede ( % du CA des clubs et/ou des droits TV) d’au moins le double de celle actuelle - et suffisante pour financer la formation (centres de formations, CTR, etc) l’arbitrage et le suivi médical-.
    Ce deal n’est pas impossible à réussir, si Fédé et pouvoirs publics en ont la volonté politique, car LNR et ses franchises seront prêt à lâcher beaucoup contre la suppression du risque sportif.

    A défaut, il est à craindre que le jeu, son éthique et l'intérêt pour la vitrine de ce sport ne poursuivent leur descente aux abymes, l'exception Castraise devenant de plus en plus improbable...

    RépondreSupprimer
  3. Cette finale ravit évidemment les pro-CO, ils sont nombreux ici, et attriste les pro-MHR, y'en a moins, au-delà du résultat la rencontre soulève des interrogations et entraine des commentaires: comment une armada constituée de ce qui semble se faire le mieux en ce moment, talents et performances en sus, si brillante en demi, peut ainsi se trouer sur un non-match ?? Comment un monsieur comme V.Cotter, qui semble depuis le temps avoir bien compris et des tenants et des aboutissants de ce jeu, ne comprend pas au bout de 20 minutes d'altermoiements et de balbutiements, que n'importes lesquels des remplaçants sur le banc apporteront plus que sa charnière de stars aux poches pleines mais à la tête vide ?? Comment, après cette semaine où l'on a causé ici et là de l'importance de la prépa mentale et de l'approche si professionnelle du MHR en la matière, ne pas penser que de ce côté-là aussi ils sont passés largement à-côté ?? Comment enfin ne pas faire le parallèle MHR avec d'autres clubs de notre élite, aux présidents mégalos et fortunés, qui ont depuis longtemps oublié (s'ils les ont côtoyé un jour) les valeurs de notre sport ??
    Bon, ceci dit, très sincèrement, me gonfle un chouïa le "CO besogneux" "le "CO petit poucet" "le bon président", faut remettre les choses à l'endroit, le budget c'est 22M€ contre 26 chez "l'ogre", l'encadrement y est aussi pléthorique, les installations de la sous-préfecture pas misérables hein, les joueurs ne sont pas des chômeurs ou des seconds couteaux qui ont été recueillis par une bonne âme. La différence ne se situe pas dans l'approche du jeu, y'a pas plus de poète ici que là, la référence permanente au "petit" qui combat les "gros" crée en continu un fil conducteur, qui bien actionné et tiré au bon moment, permet effectivement de se surpasser. Mais quel avenir pour ce crédo, réducteur et qui s'use si on tire trop dessus, je ne sais pas, perso ça me branche pas trop les couilles et les hormones et étendards.
    A part ça, côté terrain, pas photo sur la rencontre, l'initiative au MHR et le contre et le combat au CO, je ne pensais pas que MHR pouvait être aussi approximatif, aussi pauvre, en un mot aussi bête dans la conduite du jeu, encore que de jeu l'en ont pas produit beaucoup !!!
    Le cad-déb de Dumora oui un beau geste, d'autant que le joueur enchaine son action sans le ballon, lorsque ce dernier lui arrive sur la prise de balle tout est fait et les MHR battus, d'ailleurs l'ailier MHR hors-norme m'a paru empesé et bien balourd tout le match.
    Un dernier mot, puisque notre EDF est en villégiature là-bas au pays du nuage blanc, se poser la question de quoi donc les rencontres de nos clubs, dans notre championnat, avec ses compositions d'équipes fomentées par des agents recruteurs, avec le jeu minimaliste mais consensuel produit, de quoi donc tout ce barnum du rugby pro en France bénéficie à notre EDF, existe t'il un rapport, même ténu, entre ceux-ci et ceux-là ?????

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Nini, pour répondre à ta dernière question, on va vite savoir. Samedi à onze heures.

      Supprimer
    2. Que va t on apprendre samedi(s) à onze heure, grands sachems ?
      - que nos joueurs -enfin ceux qui ne sont pas portés pâles- arrivent assez largement hors de forme, usés par une saison trop longue où la défense obsessionnelle leur a bouffé l'essentiel de leur énergie physiologique et mentale;
      - que leur formatage (cf supra) leur permettra peut-être de boucher les brèches pendant ...un certain temps...
      - qu'il faudra attendre le samedi suivant que les quelques renforts retardés par la finale viennent redonner à l'EDF son "vrai visage" ;

      - ou que..., sur un malentendu spychologique à la Urios, une embrouille ethno-conjugalo-gastrique chez plusieurs blacks ou une succession de faits de jeu aussi inattendus que miraculeux chez les nôtres (passes qui arrivent, libérations sans prendre le temps d'une tasse de thé, mauls productifs, ...) Jacques Brunel remplissent son objectif du tiers...

      Faut donc pas désespérer, Nini!

      Supprimer
  4. Permettez-moi de voler à tire d'aile au secours de la victoire. Jusqu'à samedi 20 h 45, je m'fichais un peu du résultat du match entre le vainqueur de la saison dite régulière et le vainqueur des phases dites finales. Depuis, je suis comme tout le monde : un insoumis du rugby appréciant que les réputés petits aient mis la rouste aux réputés géants. Le rêve ultime du Français moyen s'est réalisé : le petit a gagné.
    Notre incoercible ego gaulois provisoirement repu, on peut se poser une question sans être traité de rabat-joie voire de kaskuj (comme dit Michalak) : ne convient-il pas d'encenser les Tarnais avec modération (comme dit Evin), ces terribles kaskuj (comme dit Wisniewski) emmenés par un Kockott ou un Tichit qui sont des cartons rouges ambulants ? Samedi, une dérive que l'on peut condamner à tire-larigot a été dispersée façon puzzle par une dérive qu'il n'est ni gentil ni correct de condamner.
    Evidemment, c'est faire peu de cas des torrents de travail, de talents, d'envie puis de bonheur des p'tits gars qui ont ridiculisé les favoris comme dans un mauvais manga. Evidemment on peut préférer passer une soirée entre potes avec Revol plutôt qu'avec Altrad. Comme on peut préférer un retour de Jelonch à une naturalisation de Willemse.
    Mais que tout cela est loin de l'esprit dit quinconces ! Avoir choisi le moindre de deux maux ne saurait suffire. La défaite de Montpellier repousse d'au moins un an la victoire de Caterpillar sur Ferrari; comme elle offre aux laboratoires pharmaceutiques une honorabilité que lui refuse le cyclisme et autres sports de petits salauds de dopés. Une certaine conception du rugby qui nous est familière l'a emporté sur une conception abhorrée. L'honneur est-il sauf ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Charles, je ne te savais pas dépositaire de l'esprit des Quinconces ah ah. Pour cela, je veux dire connaître cet esprit, il faut au moins avoir été présent une fois à Treignac ou à Bordeaux ;-) Et d'ailleurs, j'aimerai bien savoir, à titre personnel, ce qu'on peut entendre par l'esprit des Quinconces, si ce n'est pas avoir envie de partager un moment d'amitié après sept heures de bagnole, un vin bourru (euphémisme) et une discussion sur l'horizon à la nuit tombée...
      Tu veux parler sans doute de l'esprit de Côté Ouvert, non ?

      Supprimer
  5. La victoire de Castres n'est pas celle du Petit Poucet, plutôt celle du Gros Poucet mais n'empêche .... à côté de l'hénaurme MHR dont on nous a dit, affirmé, assené avec forces chiffres et stats qu'il ne pouvait que vaincre, que valait au juste Castres ?
    Remontons le temps : le CO a-t-il assuré sa victoire hier sur le terrain ? Ou bien mardi à l'entraînement dont Urios certifie qu'il fut très dur ? Ou bien encore lors de cette ultime dégustation-partage de bières ? Plus tôt encore ? Lors des sessions théâtrales de juin 2017 destinées à renforcer la cohésion de l'équipe, du staff, des familles, de la ville ? Ou bien il y a 3 ans quand Urios en prit les rênes ?

    Quelle fut la trame, quelle fut la chaîne ; comment s'est tissé le chemin qui mène à la victoire . La trame c’est la base, la Raison, ou encore l’Esprit des peuples qui gouverne l’histoire en profondeur. Les motifs apparents sont brodés suivant une trame secrète qui ordonne le « tapis » . En d’autres termes, ce sont les passions des hommes, et les événements associés à ces passions, qui font avancer l’histoire mais en allant dans un sens « voulu » par la Raison. ( Hegel très très simplifié) . Tout s'est construit dans la passion castraise, une et unique .
    Regardez dans le même temps l'histoire du MHR, oh là encore des passions, des crises, mais quelle trame ? Valse d'entraîneurs, joueurs partis revenus ( Goosen) le président et ses caprices conspué partout ... et on voudrait qu'un tel cataclysme ambulant remporte la compétition ultime ? Les événements montpelliérains et leur agitation de surface n'ont pas créé les conditions favorisant une sérénité, encore moins un appétit pour la gagne . ( faudrait avoir l'avis d'Eric Blondeau )
    Castres au contraire, c'est une histoire lente, celle d'une civilisation, celle de joueurs du cru ... ou pas mais même leur légion étrangère s'y est enracinée ( Capo-Ortega ou Kockott) . Une histoire d'hommes relativisant les événements donc plus rationnelle au final . Castres a maîtrisé son Histoire, pas Montpellier .
    Pas de gros contre des petits, non, pour moi c'est l'histoire respective de chaque club qui a parlé .

    RépondreSupprimer
  6. Raté la finale en direct pour cause de soirée de musique grecque (chacun ses valeurs...), mais l'ai revue en différé en rentrant à la maison.
    Ben, de la première à la dernière des 80 minutes, je n'ai pas douté une seconde que le CO allait l'emporter ! Il suffisait de regarder les visages et les expressions corporelles des deux équipes : l'oeil brillant et joueur d'un coté, l'oeil égaré et les épaules lourdes de l'autre. Attention... concentrés des deux côtés, bien sur, mais les uns étaient contents d'être là, les autres y étaient parce que c'est leur métier. D'accord, Castres a joué une défense de feu, d'accord, ils font déjouer leurs adversaires, mais surtout ils se faisaient plaisir sur le terrain là où ceux d'en face faisait le job pour leur patron et la prime de victoire... D'ailleurs, regardez bien l'attitude des montpellierains à la sortie : à part Pieenaar qui pleure parce que son match est une faute professionnelle, les seuls qui semblaient vraiment affectés étaient les rares français de cette équipe, les Dumoulin, Ouedraogo, Fall, Picamoles... les non-mercenaires, quoi !
    Eh oui, le rugby, ça se gagne dans la tête et dans le coeur. Le rugby c'est d'abord un sport, et secondairement un métier.
    A part ça, hormis le cad-deb de Dumora, le match n'était techniquement pas terrible, mais tant pis, il a au moins montré que, au rugby comme dans toute activité humaine, sans envie il n'y a ni plaisir ni réussite.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. D'accord avec toi. Dès la première pénalité manquée par Pienaar, y'avait du souci...

      Supprimer
  7. Comme quoi, même avec les meilleurs techniciens, venus de l'étranger pour être payés cher de l'heure parce que ça serait la meilleure alternative, il n'est pas si facile que ça de monter 1 échafaudage qui ne se casse pa la gueule, au final.
    Et le final en boulet de canon du C.O., hier encore 6e, fait bien ressortir que dans les moments où il faut se trançender, le facteur humain est là pour sonner 3 fois. Urios mise beaucoup dessus pour monter son commando, en plus de ses stratégies à prendre de revers et faire tomber un adversaire supposé supérieur. Il démontre bien au monde entreprenarial l'importance de la dimension humaine à prendre en compte si on veut faire avancer le bateau. A trop spéculer on se brûle Les ailes. Les Boujellal, Lorenzetti, n'ont pas obtenu ce Graal sans difficulté. Altrad, Merlaing, Marty & CO y court tjrs après. Surtout parce que cet élément n'est pas suffisamment développé et mis en avant.
    Hallucinant MHR,
    de passer comme ça au travers de sa 1re mi temps et de rester mal voyant en seconde période. Vern doit se poser des questions en ayant perdu autant de finales. En tout cas, pas une assurance tous risques pour le gain du bouclier.
    Où l'on voit aussi que la cohésion, la solidarité ne se trouvent qu'au travers un effectif de joueurs impliqués dans la vie du club. Des maillons d'une chaîne et pas des boulons qui se dévissent dès qu'il y a un peu trop de vent dans les voiles. Et il y en aura en NZ. A t'on le meilleur équipage ? C'est une autre paire de manche. Pour le meilleur choix, il eut fallu une bonne fois se mettre à table. Mais pas de nuit, on voit rien et on se casse la gueule.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. un des soit disant meilleur technicien pour faire faire des up and under, ça doit faire cher l'heure d'entrainement. Par contre un technicien qui fait débuter, un dégagé du MHR, en l'occurence Tulou....

      Supprimer
  8. Depuis 6 ans le Castres Olympique est plus prolifique que le Stade Toulousain et bien d'autres. Combien de temps ces gaulois pourront résister à l'envahisseur ?
    Les clubs historiques descendent un par un (B.O bientôt?) tandis que le C.O se hisse toujours en élément perturbateur... Père, dur, Christophe Urios, bat chaque gros cador à l'heure : Toulouse, Racing et maintenant le Montpellier recrutement 5 étoiles et toujours vierge d'astre sur le maillot !
    Chapeau...
    Urios bientôt tout en haut (EDF) ?!

    RépondreSupprimer
  9. Une nouvelle fois, on peut commenter, symboliser, parler chiffres (d'affaires ou pas), mais la vérité d'un match, c'est sur le terrain quand l'arbitre siffle le début de partie. Qu'il y ait face à face des mercenaires sud-africains contre des p'tits gars ben d'chez nous, c'est toujours 15 types contre 15 autres.
    Et à ce jeu, les Castrais ont été plus forts.

    Où seraient-ce les Montpellierains qui l'ont été moins ?
    La "réponse" des Castrais à la puissance héraultaise était prévisible; j'ai donc été un peu surpris que le MHR de Cotter n'arrive pas à monter son niveau de jeu, surtout après avoir marqué -assez vite en 2ème mi-temps- l'essai qui les a ramenés à 6 points. Ils n'ont pas été capables, comme on aurait pu s'y attendre, de maintenir ensuite un gros volume de jeu contre des Castrais qui pour défendre ardemment (mais intelligemment: très vite en bas), ne se sont volontairement pas consommés dans les rucks pour contester le ballon, et donc se sont toujours bien replacés en nombre dans la ligne. La charnière de Montpellier n'a pas été au RV, Pienaar a raté son match, Cruden n'a pas pesé, le jeu au pied a été moyen, Nadolo est resté invisible sans ballons, seul Dumoulin a su avancer dans les intervalles que son compère Steyn a négligés.

    Le CO n'est sans doute pas un petit Poucet. Son rugby n'en reste pas moins de sous-préfecture, de celles énumérées par Ritchie ci-dessus qui ont fait la grandeur et l'intelligence du rugby français.
    Courage et intelligence: une bonne définition de valeurs qui fondent le rugby tout court.


    (et en plus j'avais bien choisi ma bière!)

    RépondreSupprimer
  10. Richard, je jure sur la tête de Vern Cotter que je ne me suis jamais pris pour le dépositaire de l'esprit quinconces (dont l'existence reste à établir), pas plus que la pensée que quelqu'un puisse en douter ne m'a effleuré. Et, n'étant jamais allé à Treignac, j'accepte comme équitable et juste d'être rétrogradé en deuxième division des blogueurs.
    Contrit, je demande humblement l'effacement de mon envoi précédent, sereinement replacé par un indiscutable "Oh, enfoiré !"

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah ah, pas mal, Charles. Il nous tarde de te rencontrer pour de vrai. Tu sauras qu'on chambre par amitié, ici. C'est ça l'esprit des Quinconces. Tout est permis du moment que ça joue.

      Supprimer
  11. Esprit quinconçais, je sais pas, juste une idée des choses que chacun exprime et qu'on retrouve quotidiennement sur ce site.
    Qui fait aussi que certains ont voulu voir de l'autre cotter, de quoi l'autre était fait, partager des réflexions et autres produits du cru. Voire très cru, par solidarité et cohésion... D'autres, pas. Mais pas de 2e division. Juste une différence entre ceux qui ont accepté de faire le pas et 1 certain nombre de km (en métropole bien sur, puisque certains sont continentaux) pour se rencontrer et ceux qui se sont abstenus, pour l'instant...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et c'est pas faute de l'avoir annoncé à l'avance. Vous le savez : 12 13 et 14 avril 2019. Et vous ne direz pas que vous n'étiez pas prévenus, que la belle-soeur ceci, la cousine cela, le mariage de Machin, la communion du petit de la voisine, le voyage organisé, l'agenda désorganisé, etc.

      Supprimer
    2. 2019 : on verra qui est Quinconces et qui ne l'est pas. Et puis c'est tout.

      Supprimer
    3. Je sais deja que je n'y serai pas Richie car en Arles du jeudi au dimanche ayant des responsabilités dans une fédération et je ne peux m'y soustraire (c'est fixé depuis plus d un mois).
      Bernard Landais

      Supprimer
    4. Pas flop Bernard. Tu leur diras que pour une fois ils feront sans toi et toc

      Supprimer
  12. Amis des artisans oyez, oyez, vu sur FR un reportage sur un maître ébéniste qui fait des ballons en bois le reportage en montre beaucoup plus que le catalogue - notamment un ballon style tatouage Kiwis de toute beauté - c'est ici http://www.lesballonsderugbyenbois.com/ballons-de-rugby-de-petite-taille
    A défaut de bout de bois, why not le ballon ? ( dédicace Altrad )

    RépondreSupprimer
  13. Bonsoir j'ai regardé le match en replay ce matin sans connaitre le résultat avant ce qui tient du miracle, j'ai vu d'un coté une équipe bien dans sa peau de challenger qui jouait son rugby de manière juste; pas un rugby exceptionnel non un rugby juste,mais vaillantard quand même et en face une équipe de joueurs perdus sur le terrain ,Piennar a tout raté,Cruden a joué la finale ? ah bon ! Meme Clermont les champions des finales perdues ne sont jamais passé à coté d'une finale comme ça. Vern Cotter grand entraîneur personne n'en doute mais question finales perdues il a exporté la loose à Montpellier. Que s'est il passé pour que le MHR se perde ainsi que son mental soit celui de juniors qui montent pour la 1ere fois à Paris . Désolant pour eux pour leur supporters et Bravo le CO.

    RépondreSupprimer
  14. Psssst , « mercenaire » a été utilisé plusieurs fois dans les commentaires :
    deux questions
    1) en quoi un sud africain (ou un îlien du sud ou même du nord ) serait il moins légitime à louer son talent a un club hexagonal qu’un français qui se propose lui aussi sur le foirail des mutations
    (Sauf bien sûr le « né natif », quoique ... doit il en plus faire don de salaire en plus de son sang si pur? )

    2) Êtes vous persuadés que ce sont vraiment les financeurs qui décident des préférences nationales de recrutement de leur cheptel?

    Donc ne serait-ce pas la formule de notre championnat (ou, exprimé l’economie de notre pratique d’élite) qui est incohérente et aboutisse à ce que des gens qui ont fait la preuve de leur pertinence économique et de leurs qualités d’entrepreneurs gaspillent en vain des fortunes sinon pour polluer gravement notre si valeureux rrrrrugby, dégrader intensément la morale de sportifs de très haut niveau et casser le joujou nostalgique des rugbyphiles authentifiés que nous sommes?

    Guariguette ramassera les copies et nous fournira sûrement un corrigé type où Caton l’ancien, Diderot, Nietzsche et bien sur le grand Willie, entre autre, ne lésineront pas à sortir du petit périmètre pour nous apporter leur Lumières




    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. N'importe quoi, jouent pas au rugby mais au foot les philosophes !! https://www.youtube.com/watch?v=Hh5Y_ogfo4A&list=RDHh5Y_ogfo4A&t=127

      Supprimer
  15. Il me semble que le L.O.U. a été champion de France en 1932 et 1933...

    RépondreSupprimer
  16. Exact, et... ?
    (Aussi finaliste en 1931)

    RépondreSupprimer
  17. Gariguette
    Aperçu le sculpteur de ballons. Aurait pas du en donner un à Pienaar.
    Jean Luc
    La défaite de Montpellier pose en effet plus de questions que la victoire de Castres. Urios a certainement raison de dire que ses lansquenets les ont fait déjouer, mais cela ne peut entièrement expliquer l'anesthésie générale. Difficile d'en sous-entendre davantage, il serait injuste de minimiser les bien réels mérites castrais.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est juste que 3 ou 4 demis bien mousseux sont plus efficaces qu'un préparateur mental bien verbeux 😂🍺🍻
      Allez, je veux des images d'Urios au bal de la Sous -Préfète!

      Supprimer
    2. Surclassé samedi soir, et de loin, par Caminati debout devant le Président, en bermuda-tee-shirt (par-dessus le marcel), et coiffé d'un magnifique bob appelé à devenir collector !

      Supprimer
  18. Comme quoi une repetition de matchs durs ne nuit pas a l envie des joueurs
    quel beau final pour ces castrais
    Urios triomphateur serein sans exces sur de son travail
    MR ALTRAD tu devrai renoncer a tes tubes d echafaudages pour caresser les cieux
    reviens a la bonne corde a noeuds pour redescendre sur terre
    faut il fermer le parc KRUGER et rapatrier ses pensionnaires loues au BARNUM 14
    dit DUMORA rejoue nous en du cadrage debordement
    je croyais ce geste fossilise
    en somme et en Meuse le rugby de tranchees au musee

    RépondreSupprimer
  19. Lu les bonnes feuilles du prochain Midol.
    J'aimais le joueur Marc, j'apprécie l'homme Lièvremont .
    Ses avis sur M.Camou, sur Laporte aussi , sur notre Rugby devraient nous intéresser.
    Allez Chevreuse

    RépondreSupprimer
  20. comment se motiver quand on joue contre une équipe sans lumière ? il faut comprendre les pros de Montpellier, qui s'attendent à se mesurer au grand Toulon et par miracle, se voient jouer contre une modeste équipe de Lyon ? tiens ! pan sur le bec ! et 40 points dans la musette, ça leur apprendra à ces usurpateurs d'événement de venir gâcher la fête.
    et de l'autre côté, s'attendant patiemment à ferrailler contre le grand Toulouse ou le prestigieux Racing, re-gâchage de fête avec un modeste Castres.
    il n'en fallait pas plus pour que les hérons de la farce se voient encore obligés de mettre une branlée à ces saute-ruisseau.
    Pas la peine de se préparer, on va pas batailler longtemps et comme cette finale n'a rien de prestigieux, un bouclier au rabais, un peu comme le bac en 68, on va même pas oser le ramener, on va passer pour qui, sur la place de la...comédie ?
    et oh surprise, on passe devant la glace, c'est une tragédie...
    Mohed est descendu sur le terrain à la fin du match pour communier euh non, pour signifier que les contrats de travail vont valser à l'intersaison. Mais qu'est-ce qui me piquent les pieds à travers mes Berlutti ? le terrain de jeu, ah oui, ça a piqué.
    En attendant, nos juniors ont perdu la finale du France en Balandrade contre le Stade Français, pureté des sentiments, tous les acteurs de la finale à chanter, danser ensemble...je crois toujours en l'homme, tant qu'il n'est pas d'affaires.
    Urios en NZ, ah oui, on a entendu Zidane en Russie, et si, à défaut d'encourager ceux qui oeuvrent, on leur foutait un peu la paix.

    RépondreSupprimer
  21. je ne sais si c'est l'esprit Quinconces mais c'est peut-être le seul endroit où j'ai lu autant de fois que ce n'était pas la victoire du petit poucet, des "vraies" valeurs, tout ça tout ça...
    Parce qu'il faut bien dire quand même que le CO jouit d'un privilège rare dans le flop14 : celui de pouvoir compter sur un mécène de 30 ans, avec tout ce que cela implique de stabilité, de confiance, d'assise solide, de bonne gestion, de réflexion.
    je n'aime pas ce club et surtout pas son dirigeant qui justement nous serine du petit poucet et du rugby de terroir à tours de bras, le tout mâtinée d'une fausse modestie aussi détestable que l'arrogance des autres tycoons, je n'aime pas le jeu qu'il produit (et ce désamour ne lui est pas réservé), je déteste Kockott et ses simagrées mais ce CO est le parfait champion pour notre championnat. c'est la quintessence du rugby actuel à la française, celui qui falli êter champion du monde en 2011, celui qui renverse l’Angleterre en mars dernier, celui du "meilleur championnat du monde" : une grosse défense agressive et bien "couillue" (je déteste cette expression mais elle exprime l'idée), un gros buteur fiable et des contre.
    Castres champion de France, 3 fois finaliste en 6 ans : le rugby français tient dans ces 2 phrases.
    pour parler du match, ça m'a fait la même impression que la première mêlée de la finale 2009 où Ledesma baisse les yeux face à Tincu : le CO a gagné dans sa tête en faisant la guerre à des mecs venus faire du sport. et toute proportions gardées, Cardiff 2007 fut du même tonneau.

    Après, et je rejoins pleinement Snaileater quant au remède, à l'export on est dégueulasse ! complètement à coté de la plaque de ce qui se fait ailleurs, Hcup, Super18, 4Nations et CDM. On est tellement en terme de rythme !!!
    Et pourquoi se farcir 26 journées pour en arriver à tout jouer sur 3 matchs ? on pourrait pas se limiter à 13 ?

    Bref, vivement samedi matin pour voir autre chose.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Assez raccord avec Lulu , p'têt la solidarité Francilienne, tête de chienne !
      Si ce n'est que je m'interdit d'adorer ou de détester un club en particulier.
      Si on juge, c'est déjà un grand mot, sur les faits, le CO à produit ce qui était nécessaire pour gagner le top 14 avec un entraîneur pur jus du ci devant sus-nommé , on ne peut l'en blâmer .
      Au risque de me répéter le Leinster ou les Sarracens en auraient fait du petit bois, mais c'est pas le sujet, quoique!
      Allez Chevreuse

      Supprimer
    2. oh ben moi c'est simple j'aime tout le monde comme Eddy
      https://www.youtube.com/watch?v=IdazMdGut0w

      J'aime les présidents, leur clairvoyance
      Leurs multi-talents, leur polyvalence
      Oh ! oui, j'les aime, j'les aime
      J'aime, j'aime, j'aime
      J'aime les touches et les pénalités
      Etes-vous bien sûr d'avoir tout raté ?
      Oh oui j'les aime, j'les aime
      J'aime, j'aime, j'aime

      J'aime aussi les clubs du top 14
      L'attachée de presse, la standardiste
      Je les aime, oh oui, je les aime
      Sans oublier ma petite LNR
      Qui sait, ô combien, combien je l'aime

      J'en rajoute pas, j'en fais pas des tonnes
      Mais j'espère surtout que je n'oublie personne

      Lèche-Top blues
      Je fais le lèche-Top blues
      Lèche-Top blues


      Je remercie aux phases finales
      Toute l'équipe sans qui le Top n's'rait pas star
      Oh ! oui, j'les aime, j'les aime
      C'est fou c'que j'aime
      J'aime tout' la clique rugbystique
      Ils sont si sincères et si sympathiques
      Oh ! oui j'les aime j'les aime
      J'aime, j'aime, j'aime


      J'aime le rugby et les clubs
      Tous ces beaux joueurs si bien habillés
      Je les aime, oh, oui, j'les aime,
      J'aime, j'aime, j'aime
      Vive le rugbyz et vive les tournées
      Y' a que la FFR qu'on n'a pas pu sauver
      J'en rajoute pas, j'en fais pas des tonnes
      Mais j'espère surtout que je n'oublie personne

      Lèche-Top blues
      Je fais le lèche-Top blues
      Lèche-Top blues


      Oh, à la prochaine transformation
      J'mettrai à côté, mais j'demand'rai pardon

      Lèche-Top blues
      Je fais le lèche-Top blues
      Lèche-Top blues


      A force de lécher
      Ma langue est râpée
      Mais j'aime le lèche-Top blues



      Supprimer
  22. mais ce n'est pas des petits poucets à Castres, à l'exemple de 2 grands , Bias et Caballero , même pas sur le banc, donc il y a de la profondeur. Et les veillissants du MHR, venus pour finir leur carriére, sont ils supérieurs à Tichit, Jacquet, Ortega(depuis 16 ans sur place), Kockot, Dumora et un peu qq autres

    RépondreSupprimer
  23. Lulu, OK Castres est juste 1 sous préfecture, pas 1 petit poucet, ni 1 petit poulet (Surtout le gros qui tient la basse cour). Mais tu dis ça parce qu'ils ont tapé ton Toulouse, oh Toulououse... ! Ça reste quand même la victoire d'un outsider qui a sorti... ce qu'il avait à sortir, dans la tête et ailleurs, pour dézinguer une armada qui se voyait peut être 1 peu trop beau au dessus du lavabo. Un autre état d'esprit qu'a su faire passer Urios. Et C'est quand même 1 peu de fraîcheur. Avec des joueurs clubs comme Capo O, Cabalero, Bias (excellents 3e l.), ou ex comme Urios et même le chiatique Kockott qui a su faire son nid et ramasser les oeufs. C'est certes pas l'idéal mais y a de l'idée quand même, dans laquelle l'EDF devrait puiser si elle ne veut pas être ridicule sous le long nuage blanc qui pourrait se transformer en grèle. C'est bien d'actualité...
    Urios en EDF, peut être 1 jour, mais en bi avec 1, va dire plus technicien peut être. Un peu à la Lolo's mais dans 1 autre style.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. c'est pas "mon" Toulouse ;)
      et je n'enlève aucun mérite à qui que se soit, bien au contraire, je pense qu'Urios en chef de bande est un type redoutable et que "ses" gars se jetteraient sous un train pour lui. UN type comme Capo, j'étais hyper content pour lui parce que depuis le temps qu'il colle à ce club, il mérite (si on peut parler ainsi) d'avoir son nom sur le bout de bois plus d'une fois.
      Ce qui me gêne c'est la fausse pudeur et la fausse modestie qui entoure ce club : 3 finales en 6 ans, toujours en barrage, toujours difficile à battre : c'est définitivement tout sauf une petite équipe !

      quant à l'EDF, il faut bien autre que des c... au niveau international pour exister. Et sans remettre en cause ni ses qualités ni rien son envie et encore moins son intelligence (je ne le connais pas donc ...), je ne suis pas sur que les ressorts qu'ilo utilise à merveille à Castres comme avant à Oyonnax aient la même efficacité en EDF avec des joueurs d'un autres calibre que ceux du CO (sans leur faire injure, ils ne sont pas tous, loin s'en faut, au niveau international)

      Supprimer
  24. " Montpellier le trou noir", "Montpellier a raté sa finale", Montpellier apathique", etc....... commentaires habituels et classiques, mais sommaires quand même en guise de première analyse ! Les raisons de l'échec ne sont -t-elles pas les raisons du succès Castrais, et donc soulignent les limites du MHR ???
    Les : "on n'y était pas", "on passe à côté", "on est sorti du match" etc... de Vern Cotter interrogent et questionnent, d'autant plus qu'on peut espérer qu'il a une autre analyse de cette défaite, en partie la sienne !
    Pas grand chose sur le jeu produit, (ou non produit exactement), la faiblesse des choix tactiques, de la production technique,d'une équipe constellée de joueurs majoritairement étrangers et que l'on dit souvent mieux formés que les joueurs français. Pour une fois, on ne fera pas la critique de notre formation fédérale !!!
    Pourtant, je ne doute pas un seul instant de la compétence de V Cotter, il a prouvé qu'il savait faire "bien" jouer une équipe (ASM ECOSSE). En attendant mieux, je mettrai donc sur le compte du choc d'une défaite imprévue (voir d'une difficulté à s'exprimer en français au micro des journalistes),...le peu d'explications qu'il a bien voulu donner dans sa première analyse "à chaud".Et si je reste souvent déçu de la grande majorité des analyses des entraîneurs après les matches, je dois dire que j'ai apprécié la justesse des commentaires et des explications (avant, pendant, après) de Urios et la confiance qui se dégageait de ses propos.
    J'espère qu'au moins sur ce blog on reviendra sur une analyse plus complète de cette finale, sur des évidences de choix de jeu , des priorités à mettre en place et des principes d'efficacité à souligner pour aller vers une meilleure production et espérer le succès.
    A Mr Altrad, et avec beaucoup de respect pour son investissement, je dirais que, au-delà de la quête des titres et des victoires, le rugby est une formidable aventure humaine avant tout,... et que l'histoire des clubs s'écrit sur la durée, dans une succession de matches où, vainqueurs ou vaincus, les hommes (joueurs et dirigeants) qui partagent et défendent les même couleurs créent des liens d'amitié qui résistent au temps qui passe et aux chemins qui divergent, ce qui est la plus belle des reconnaissances.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Christian d'abonder dans ce sens. C'est effectivement le seul constat qu'on peut faire sur cette finale, pas du meilleure niveau, au cours de laquelle le C.O. A eu la lucidité de trouver les bons ingrédients, comme y dit Urios, au travers le facteur humain inhérent à ce collectif.

      Supprimer
    2. J'abonde sur Urios et son approche tactique intelligente du match. Le cantonner à l'image d'un entraîneur meneur d'hommes, comme Alain Gaillard (*) avant lui, serait diminuer grandement ses mérites.
      De quoi sortir des hormones et autres attributs virils, sans lesquels certes rien n'aurait pu se faire, mais qui n'expliquent ni ne sont la seule raison du succès castrais.

      (*) lequel disait être stupéfait de voir la métamorphose d'Urios devenu "communiquant", lui qui était le prototype du taiseux avare de mots lorsqu'il était joueur en 93.

      Supprimer
  25. Je ne suis pas d'accord avec la fausse pudeur et modestie castraise. Que tu parles de Revol, je veux bien, il prêche pour sa paroisse. Mais après entraîneur/joueurs ils ont fait leur job intelligemment pour venir chiper la planche au MHR picétou. Car ils n'étaient pas favoris, guère plus en 2013, même s'il possède 1 groupe intéressant. J'entends à comparer du MHR, Racing, RCT, Clermont (jusqu'à 2016/17). D'où quand même 1 once de modestie. Ils connaissent leur étonnement vis à vis de ces écuries. Pour autant, ça reste 1 bastion ovale dans l'idée, même s'ils ne sont pas les plus costauds. Et ils ont su aller chercher la qualif. avant de renarder jusqu'au moment suprême.
    Sinon, au delà les ressorts qu'Urios utilise au C.O., c'est justement la capacité d'en trouver et avoir le charisme pour l'exprimer qui est intéressant pour l'EDF, au delà le choix du groupe pour la NZ dont je ne parlerai pas plus... pas plus que ces 3 matchs aux dates proposées. Mais c'est le paysage ovale professionnel actuel...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il n'y a pas que Revol qui en joue, de cette image du petit qui se bat pour survivre face aux "gros". C'est un truc qui revenait dans la bouche de pas mal de joueurs à la fin du match, on est un petit club d'une petite vile, blablabla. ça fait 30 ans qu'ils sont en "élite", 10 ans qu'ils sont en phase finales, font 3 finales depuis 6 ans dont 2 titres ! J'ai envie de leur dire "assumez vous, un peu bordel. vous êtes légitimement des clients pour le titre".
      C'est comme si depuis que des tycoons plus ou moins bien inspirés avaient claironné leurs ambition, c'était devenu "sale" ou honteux de s'afficher ambitieux.
      Et en interne, je ne pense que les mecs des Castres se voyaient sérieusement comme des "petits outsiders". ils n'auraient pas sorti le match qu'ils ont sortis sans être persuader d'être des champions.
      Ils jouent très bien le coup sur ces phases finales, rien à dire là dessus, leurs victoires sont tout sauf volées et tant pis pour les vaincus s'ils ont fait des bourdes (coucou le racing ) ou des mauvais choix.
      Je trouve juste dommage qu'ils n'assument pas leur force, c'est tout. Ça m'agace, ce manque d'ambition.

      Supprimer
  26. Pour moi, parler de "petit" ou de "gros" budget est un faux-problème.
    Un modèle économique s'est petit à petit imposé depuis les débuts du professionnalisme, dont le Stade Toulousain a été l'innovateur. Après le cap des années 2000, la logique de ce modèle a été poussée jusqu'au bout par des entrepreneurs plus ou moins étrangers au monde du rugby, Boudjellal le premier, puis Lorenzetti et Altrad, que les "institutionnels" comme Michelin ou Pierre Fabre ont dû suivre. Jusqu'au bout parce que tant qu'à investir, Boudjellal l'a fait très vite et en tapant très fort, faisant venir à prix d'or des vedettes mondiales sur la rade, alors-même que le RCT était encore en Pro D2. Le Stade, dans les années 90 et 2000, opérait avec sa force de frappe financière un recrutement sportif ciblé en faisait venir les meilleurs joueurs possibles sur ses points de faiblesse; mais ce recrutement restait dans une logique sportive.
    En venant au RCT, les vedettes du rugby mondial savaient qu'elles feraient nécessairement banquette. Parce que, toujours dans cette logique jusqu'au-boutiste, il fallait que chaque ligne soit doublée voire triplée, toujours dans l'excellence. Parce qu'en n'engageant que des internationaux, le club savait bien qu'ils seraient inévitablement appelés et donc absents à certains moments. Et surtout parce que leur apport sportif allait de pair avec leur image à monnayer. Les chiffres officiels sur les budgets des clubs du Top14 ne prennent pas en compte les recettes "annexes" comme tout ce qui relève du merchandising, boutiques, restaus, etc... d'autre part, le salaire de nombreux joueurs vient à la fois du club (et met donc en jeu le Salary Cap) et de sociétés distinctes dont les bénéfices n'entrent pas dans les comptes du club et qui permettent de contourner le système. Boudjellal a très bien expliqué cela dans le Midol il y a 4 ans quand il a détaillé très clairement l'économie du RCT. Bien sûr, chaque club a ses particularités. Boudjellal par exemple a su impliquer les collectivités locales plus que ne l'ont fait d'autres clubs. Le partenariat est plus ou moins institutionnel, implique plus ou moins et plus ou moins différemment le tissu économique local (du maillage de "petits" autour du club de La Rochelle décrit par Ritchie au "mécénat" Pierre Fabre pour Castres). Il n'empêche que tous les clubs du Top14 sont maintenant obligés d'en passer par ces fourches caudines, et de rentrer dans cette logique: il faut investir, et toujours plus chaque année. Faute de quoi, on descend, comme l'Usap l'a fait il y a 3 ans, faute d'"embrayer" financièrement après son titre de champion en 2009. C'est aussi la raison pour laquelle les déficits du Top 14 augmentent chaque année, jusqu'à devenir chroniques, avec des clubs qui vivent au-dessus de leurs moyens et nécessitent de courir chaque année au renflouement, faute de quoi la DNACG te renvoie au 3ème sous-sol.
    Il n'en reste pas moins que si un club comme Castres a peu ou prou un budget qui le situe dans la moyenne du Top 14 (11ème budget cette année, mais l'écart entre son suivant -Brive- est quasiment le même qu'entre Castres et le 6ème budget), la politique sportive du club ne peut être comparée à celle des grosses écuries. Non pas que Revol, comme tous ses collègues, n'ait pas comme but de gagner le Brennus, mais perdre la finale n'aurait pas bouleversé la conduite du club, remis en cause son économie au point que le capital augmente nettement, que le staff remette en question l'effectif (voire soit remis en cause lui-même) et le recrutement. Je ne suis pas sûr qu'après leurs défaites, Altrad ou Lorenzetti fassent preuve d'autant de magnanimité (sans parler de la perpétuelle commedia dell'arte toulonnaise...). Il suffit de voir comment la folie des grandeurs peut gangréner des clubs comme l'UBB ou La Rochelle cette année...

    RépondreSupprimer
  27. Bonjour à tous, alors ne pas désespérer de notre rugby, après tout une fois au fond du fond du trou y'a plus autre chose à faire qu'à remonter, donc raisonnablement vu que l'on est en passe - et dans notre championnat et dans les compétitions europe et inter - d'atteindre le fond profond du trou, ne désespérons pas, le meilleur est à venir, bon, enfin, au moins dans un premier temps un peu de moins mauvais puis un peu de plus mieux, clubs et EDF en route vers la remontada !!!!!!!
    Allez, sur cette finale quelques petites observations: le CO avait décidé d'être hyper-agressifs sur le porteur, pas une surprise, d'être très vite aux contest en grattant ou ralentissant, pas non plus de l'inédit, le mystère c'est que le MHR, contré dans ses primo-initiatives, n'a pas su changer sa tactique, devant une défense qui reprenait la largeur très très vite mais de façon ordonnée sans beaucoup se fatiguer (oui un peu quand-même) sur une ligne, en face pas de jeu au pied, pas de ballons très vite amenés vers les ailes où le CO aurait du courir pour défendre et où les espaces pouvaient se révéler, une sorte de ( désinvolture ?? Orgueil ?? Manque d'intelligence ?? Corsetés dans les consignes ??), plutôt d'absence et d'errance dans les têtes, comme ces touches non trouvées sur pénalités, ce maul très bien structuré que le CO amène vers la touche, comme la truite au bout de l'hameçon est amenée vers l'épuisette, et pas un seul qui change la direction et repart vers le terrain, on est mal embarqué et le maul va couler, bon on coule !!!!! Le CO était là et où tout le monde savait qu'ils allaient être, tout le monde sauf le MHR donc, on peut légitimement se demander c'qu'y z'ont fabriqué de la semaine, peut-être visionné et revisionné leur demi accomplie contre le LOU ??
    Suis pas fan du CO, mais ils ont parfaitement joué comme ils l'avaient décidé, on a l'impression que sortis de l'attente de touches pour des ballons portés et d'un énième essai déjà programmé de leur ailier body-buildé comme un cuirassier, et bien mis en échec sur ces points de jeu, derrière rien, pas d'imagination, pas d'adaptation situationnelle à un problème dont tout le monde du rugby toute la semaine avait bien saisi les contours, et puis cette charnière grinçante, AH les gonds pas glop hein, le 9 on l'a vu parce qu'il a manqué des points au pied, mais le 10 pas vu du tout, transparent.
    Je crois, vu d'ici mais le prisme parfois ….. Je crois quand-même que les types du MHR avaient déjà gagné ce match avant de le jouer, et ce manque de respect, à la fois de l'adversaire et du jeu, finit souvent en désillusion, ce jeu est un sport de combat et d'évitement, mais surtout un espace de sacrifices, de liaisons, de collectif, d'individus liés par une même force, une même idée, une même envie, les joueurs et l'entraineur du MHR, à mon sens, payent comptant l'atmosphère que leur président entretient à longueur de mauvais mot et de buzz ici et là, payent aussi sans doute le fait d'être gavés dans tous les sens du terme dansun championnat de faible niveau technique dans lequel on se donne l'illusion d'être des champions quand il suffit de tamponner plus fort pendant 9 mois, en oubliant que dans les couperets de la phase finale (Le 6° du championnat champion, z'en dites quoi, vous ???)suffit plus de tamponner pour avoir le laissez-passer.
    Dernière remarque (vous voulez bien ??), j'ai trouvé l'arbitre vraiment très bon, prenant ses responsabilités, laissant beaucoup d'avantages qui ont permis de donner un peu de rythme à la partie qui était quand-même partie en mode unique combat/collision, certainement l'acteur qui a fait le plus pour le jeu et bien cornaqué les autres qui, heu, le jeu, ah oui, mais bon, c't'une finale !!!!!!

    RépondreSupprimer
  28. Je reprends l’article de Richie et ne suis pas sur d'avoir bien lu ceci hier matin: William,notre 8 est entré dans l'en-but hier matin comme le dit si joliment et pudiquement Richard.Tristesse mais aussi soulagement car il a cessé de souffrir.Bien à toi Kude et à sa famille.
    Bernard Landais

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, il est parti au-delà même de l'en-but. D'après ses proches, il était heureux et a écrit un dernier texte en clignant des yeux. Kudekask doit l'avoir, nous en avons parlé. Emouvant.

      Supprimer
  29. Allez Brennus, le HUIT
    William, tous les 8 de France t'accompagne dans l'en-but y compris les "Quinconces" qui se mettent en HUIT et font la chaine pour que Charcot ne soit plus la plaie du rugby. Arrêtons d'être naïf, menteur avec soi même, tricheur avec l'adversaire car la maladie ne triche jamais hélas. Brennus latinisé par les romains à partir de "Brennos" chef guerrier gaulois qui a donné chez les celtes "Branos" symbole de l'esprit guerrier a triomphé des gladiateurs et de la cupidité lors de cette finale. Je vous ai lu depuis une contrée espagnole qui a donné vie à la dynastie des Borgia dont le palais est d'une beauté divine à visiter.Depuis 1999, je baigne dans ce rugby professionnel et j'ai la chance de côtoyer le CO depuis 2003. Autant vous dire que j'ai vu l'évolution avec Mr Pierre Fabre et après avec Pierre Yves Revol. Mr Fabre se faisait discret depuis sa loge et buvait les paroles de Mr Gérard Cholley, le référent rugby de Pierre Antoine. Il a su mettre en place des hommes de confiance qui 30 ans plus tard sont toujours là et se reconnaîtront s'ils me lisent. Pour l'avoir rencontré et discuter avec lui, il a donné son coeur à Castres et au CO mais aussi sa fortune sous forme de fondation pour être sûr que la fortune ne s'évapore pas avec de sulfureux dirigeants. Ce que je peux vous relater c'est que je suis parti de zéro avec Patrick A. pour construire la médicalisation de ce qui existe aujourd'hui. De l'amateurisme des débuts, il n'en reste que de beaux souvenirs. Aujourd'hui, le CO a su se mettre au diapason des grands clubs. Tout s'est fait à la dimension humaine, en famille, en toute simplicité avec écoute et respect. Mon plus grand souvenir fut quand un vendredi soir, en direct de Canal Plus, j'ai sauvé la vie de Trevor. 20 mn d'interruption de match enchaînant mêlées simulées sur pseudo blessure du rachis et détresse respiratoire. C Gajan et Guy Novès s'en souviennent pour les avoir sermonnés après match ! Le CO s'est construit au fil de l'Agoût, d'années en années, trouvant ses marques avec sérénité et ambition. Malgré la fortune de Mr Fabre, ce drnier n'a jamais dilapidé le moindre centime pour faire rire la LNR ou la FFR. Oui PY Revol n'est pas un débutant, encore moins un philanthrope mais un sportif accompli, marathonien, qui a su donner un sens au club et un axe. Ici pas d’esbroufe, pas de têtes qui dépassent mais tout un groupe (P. Fabre) au service de la ville et du rugby. Il suffit de côtoyer les supporters pour s'en rendre compte. Le respect est là même si les résultats ne sont pas là. Un signe. Alors pourquoi toute cette dithyrambique sur la sous préfecture du Tarn ? Pour répondre à Gariguette sur Achille, Hector ou Ulysse, Urois est probablement un savant mélange de ces trois personnages à l'image même de P Y Revol. Car, ne vous y trompez pas, rien n'est le fruit du hasard au club. Tout repose sur le travail et tout le bénéfice rejaillit sur le club et la ville. Il est loin le temps de Gary Wheaton idole monolithique du club. Certes quelques gladiateurs qui ne sont pas là pour faire une pige mais pour s'imprégner de la culture du club et celle de P Fabre le travail. Huit fois les gammes ont été revues et corrigées, HUIT fois les séquences ont été répétées, HUIT fois les combinaisons apprises mais le socle commun reste l'humain. Celui qu'on apprend pas au bord du terrain forcément, celui qui vous forge un homme. Demandez à C Urios ce qu'il a souffert pour son frère ? En vain. Alors aujourd'hui il est HUIT de cœur offrant la plus des victoires à tout un peuple mais aussi à la clef de voûte de la mêlée.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bien vu Tautor, voici l'article qui racontait l'éclosion du nouvel Urios ...https://www.pressreader.com/france/l%C3%A9quipe/20150911/281487865128848

      Supprimer
    2. Pour en avoir parlé avec lui, son éclosion s'est faite à Oyonnax. A Castres, il n'a fait que prolonger ce qu'il avait mis en place. Mais au niveau supérieur. Et il ne va pas s'arrêter là...

      Supprimer
  30. On a beau s'être préparé au départ de notre 8 de coeur, ça fait mal . Je suivais tous les jours les nouveaux témoignages de soutien et d'amitié sur un 8pourwill, et cette chaîne avait fini par sembler infinie . Courage à sa belle famille élargie de centaines d'anonymes qui ont su donner un peu de leur temps et surtout beaucoup de joie je crois, pour ces derniers instants si précieux . Merci à toi Jules pour nous avoir fait connaître William .

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Fabuleuse chaîne de fraternité pour l'accompagner jusque dans l'en-but. Il se savait perdu et voulait profiter à fond de ses dernières semaines. Kudekask a réveillé ce qu'il y avait de meilleur en nous.

      Supprimer
  31. D'abord Tautor il te faut dormir,à 1h25 on dort...Ensuite concernant monsieur Fabre ,c'est bien le personnage que tu decris.Une anecdote racontée par Didier Laguerre mon ami de FR3 qui faisait à ses débuts un reportage sur Castres ,un jour de match et pluie ,il est monté s'installer dans les premières places des tribunes à l'invitation d'un "vieux" comme il me l'a raconté ,il avait un bob usagé bizarre ,saluait tout le monde et tous le saluaient,et il se sont mis à discuter de choses et d'autres et surtout de rugby .Didier étant un comique parfois ,un pitre toujours, monsieur Fabre puisque c'est de lui qu'il s'agit ,a passé un excellent moment jusqu'à ce que Didier comprenne qui il était.Et après à chaque fois qu'ils se voyaient ,il me racontait quel homme simple ,direct ,bon public qu'il était.Une pensée pour le HUIT ,définitivement parti derriere sa mélée...

    RépondreSupprimer
  32. Allez, un petit jeu pour terminer cette saison domestique.
    Votre équipe-type du Top 14 d'aout à mai.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je me lance
      Dumora - Ashton, Combezou, Vakatawa, Kolbe - (o) Botica, (m) Couilloud - Gill, Nyanga, Babillot - Willemse, Nakarawa - Hamadache, Bourgarit, Priso.

      Supprimer
    2. Pipiou, Pimprenelle, Ni, Ni , Gariguette, Ritchie, Tautor, Barto, HUIT, Sergio, Le Gé Georges, Allan, Lulu,André.
      Tous les autres y compris Fagot rentrent à la mi temps.
      Allez, head coach , ben Christian, qui d'autre.

      Supprimer
    3. 👍👍👍🏈🏈🏈

      Supprimer
    4. Salut, c'est Fagot, heu, comment dire sans aboyer ni vous chercher des puces dans le pelage, pas signé aux Quinconces pour cirer le banc, hé ho, m'enfin !!!!!En plus NI et NI au centre, P..... pas d'bol pour les gazelles des ailes Pimprenelle et Gariguette qui vont avoir frisquettes aux cacahuètes sur leurs ailes reployées !!!!!!

      Supprimer
    5. merci Jan Lou , quel plaisir de coacher les Quinconces, mais avec toi comme adjoint, Pimprenelle à la mêlée et Gariguette en 10, pour l'intelligence du jeu, les choix tactiques , y'a pas mieux !!!

      Supprimer
  33. Équipe française, gladiateurs ou un mixe ?

    RépondreSupprimer
  34. Cela me"avait échappé Mme Altrad pleurant dans les bras de Mr Macron au nez et à la barbe de Brigitte ..salace
    https://twitter.com/Ph_Kallenbrunn/status/1003911660149575680?s=20

    RépondreSupprimer
  35. Dumora Thomas Wakatawa Fickou Camara (Fall) Botica Dupont Babillot William Nyanga Gabrillagues Flanquart Gomez Sa Chat Tichit

    RépondreSupprimer
  36. dumora
    battle dumayrou chavency thomas
    lopes couilloud
    babillot nyanga jelonch
    gabrillaques puricelli
    baille chat guillamon
    mon xv mercenaire francais


    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pas d'équipe type, mais un choix par postes dans les joueurs que j'ai trouvé intéressants, le(s) premier(s) ayant ma préférence.

      Arrières: Mogg, Dumora, Arnold
      Ailiers: Raka, Nadolo, Imhoff, Thomas, Battle, Kolbe
      Centres: Jordaan, Bastareaud, Penaud, Taumeopeau (chouette, il a signé à l'Usap...)
      Ouverture: Belleau, Sinzelle (ouais ouais...), Botica, Slade,
      Mêlée: Pienaar, Iribaren, Couilloud, Daubagna
      3ème ligne: Yato, Isa, Cros, Botia, Babillot, Puricelli, Gill, Tolofua
      2ème ligne: Donnacha Ryan, Willemse, Gabrillagues, Lambey, Atwood, Rebbadj
      Talonneur: Chat, Bourgarit, Fourie
      Piliers: Gomes Sa, Tichit, Priso, Aldegheri, Baille

      Supprimer
  37. le peuple de Castres et de toute sa proche région, faut surtout ne pas oublier cette proche région, c'est des fous de rugby et de supporters, croyez moi . Je pense aussi à tous les apports d'étrangers et de leurs descendants, des Italiens, des Espagnols, des Polonais,des paysans du Sidobre, en fait un grand melting-pot de COMBATTANTS.

    RépondreSupprimer
  38. Le MHR, trou noir
    Le jour du match, déménagement via Belfast, femme et enfants, Pienarr se retrouve avec Steyn dans une maison de location, situation bandante s'il en est une! Une sorte de congés sans soldes avant match. Merci Mohed, un patron XXL plein d'attention et de civilités comme sa femme ! Finalement, Vern, l'homme des vallées perdues, qui cherche conquêtes et gloires, passe d'année en année à côté de des objectifs, un Billy the kid mais jamais Joss Randall "Au nom de la loi".

    RépondreSupprimer
  39. Bonjour, mon quinze : Pierre Marsaud, Pierre Bessot, Claude Freyssinet, Jean Normand, Roger Fite, Marcel Lewin, Gérard Burguet, Jean-Pierre Delfour, Marcel Puget, Jean-Claude Roques, Serge Castiglioni, Michel Marot, Claude Besson, Pierre Besson, Pierre Villepreux

    Re-bonjour, AH mince, voici le bon : Serge Pasquier, Patrick Louchart, Jean-Pierre Dales, Jean-Claude Rossignol, Roger Fite, Michel Yachvili, Jean-Luc Joinel, Gérard Magnac, Michel Pebeyre, Jean-Claude Roques, Jean-Jacques Gourdy, Christian Badin, Jacques Coq, Jean-Pierre Puidebois, Alain Marot


    AH, bin zut alors, donc le quinze du quinze : 15 Corto MALTESE - 14 SPIROU - 13 et 12 MODESTE et POMPON - 11 FANTASIO - 10 Peter PAN (ça s'impose) - 9 Gaston LAGAFFE - 8, 7 et 6 les pieds NICKELE5 - 5 et 4 BOULE et BILL - 2 Achille TALON (le bien nommé) - 3 et 1 Les BIDOCHON ……
    entraineurs: QUICK et FLUPKE
    président: PICSOU


    Allez vive le quinze, et le 51 aussi !!!!!!!!!!!!

    RépondreSupprimer
  40. Urdapilleta/Kockott, non, personne, parce que z'ont touché le bout de bois, quand même !
    Allez, est ce que ce monde est sérieux?

    RépondreSupprimer
  41. Dumora - Thomas - Combezou - Penaud - Batlle -Botica - Dupont -Babillot(cap) - Puriccelli - Gill -Lambey - Flanquart -Baille- Bourgarit - Tichit




    RépondreSupprimer
  42. http://sport24.lefigaro.fr/rugby/top-14/actualites/top-14-l-equipe-type-des-internautes-912063

    RépondreSupprimer
  43. Dumora,
    Thomas (Ashton), Combezou, Penaud (Bastareau), Kolbé, (Imhoff),
    Botica (et de loin), Dupont (Couilloud parce qu'il a fait tte la saison),
    Gill, Isa (Puricelli p/sa qualité en touche), Babillot (Gourdon : j'suis obligé, l'est de La Voulte, et bon jusqu'à sa blessure)
    Gabrillagues, Lambey (Nakarawa)
    Gomez Sa, Chat, Baille
    Entraîneur : Urios et de loin surtout pour la faim de saison

    RépondreSupprimer
  44. Sinon
    Dumora, Ashton,Steyn,Bastareau, Thomas, Urdapilleta,Machenaud, Gill, Vito, Babillot, Nakarawa,Willemse,Tichit, Chat, Van Der Merve.
    Lespiauc, Priso, Gomes Sa,Ryan, Nyanga, Parra, Ramos.
    Allez Chevreuse

    RépondreSupprimer
  45. Finalement, L'Equipe a choisi un XV type du Top 14 en prenant comme critères des statistiques.
    Cela donne :
    Ashton - Nadolo, Bastareaud, Fickou, Nakosi - (o) Botica, (m) Couilloud - Gill, Picamoles, Puricelli - Maestri, Nakarawa - Hamadache, Bosch, Priso.
    Not bad.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Statistiquement le MHR devait gagner la finale 😉
      Suis devant le pinon d'el Ifach .... Sépia, linguado, boquerones, un chardonnay espagnol du plus bel effet, des mouettes, el sol y la vida ...Manana Alicante une provincia de rugby 🏈🏈🏈

      Supprimer

    2. "Voir un univers dans un grain de sable
      Et un paradis dans une fleur sauvage
      Tenir l’infini dans la paume de la main,
      Et l’éternité dans une heure."
      William BLAKE
      carpe diem ça se dit comment en espagnol ?

      Supprimer
    3. carpe diem, ça se dit 'donde es la sangria?"

      Supprimer
    4. Mon ami Tautor, l'as-tu escaladé le "penon d'El Ifach" ??? ... c'est mon coin de vacances en août tous les ans depuis plus de 30 ans ! à Altéa exactement ,coin superbe ! Si tu peux monter à Guadalest, il y a des pinxos extra !

      Supprimer
    5. Cinquante ans que je connais la Costa Blanca 😉👍🥂

      Supprimer
  46. Dumora,Kolbe,Penaud,Bastareau,Raka,Holmes ,Couilloud,Gill Nyanga,Babillot,Nakarawa ,Gabrillagues,Van Der Merve Guirado Poirot.Mais j'en suis pas sûr ..

    RépondreSupprimer
  47. Je voudrais dire qu’il y a beaucoup de gens de ce blog qui n’y connaissent rien au rugby.
    Sauf bien sûr gariguette et pimprenelle.
    Les autres et ils se reconnaîtront, ne comprennent pas qu’à part le ST point de salut.
    Donc je vous prie de tous revoir votre copie et d’apprendre par cœur ❣ la composition de ce grand club leST la quintessence du jeu de rugby et revenir après réécrire votre réflexion sur la meilleure composition.
    Je trouve que vous avez tous un esprit de sombre fan de rugby sans vision.
    Je m’étonne même que mon ami que dis je mon frère Tautor ose parler de Castres et de ces castrais (comme son nom l’indique).
    Je le croyais être une sommité que dis je La Référence et que lis je, une fable dythirambique sur cette équipe de castrais (comme son nom l’indique).
    Fabre c’est de l’homéopathie (pauvre Juliette), qui en a prouvé l’efficience ?
    Donc revenez vers le ST brebis égarées.
    Ne soyez pas un fan stupide qui écrit sur ce blog son amour inconsidéré pour un seul club.
    😊😊😊😊😊
    Vivie l’equipe Des quinconces et le 19 avril et si je dois faire 1 000 km pour vous voir je les ferai.
    Vous êtes la meilleure équipe du top 14 et que Christian et pierre nous coache et que richard nous donne le la .
    Vive le blog

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

      Supprimer
    2. Le Geai
      Si tu continues je te "Castres" 😂😂😂 et tu seras "Pie" mais lequel ? Tu as quelques jours de répit, trop loin 🏈🏈🏈

      Supprimer
    3. Mon ami Tautor,
      Quand tu parles de PI tu parles du cercle de mes amis des quinconces.
      Ou c’est diamétralement opposé à ta pensée comme le dit Euclide
      😊😊

      Supprimer
    4. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

      Supprimer
    5. aurais tu dépassé, avant cette contribution, un taux d'alcoolémie à t'envoyer au fossé si tu avais pris le volant?

      Supprimer
  48. PI 3,14 donc
    “Si tu n'as pas tout ce que tu veux, réjouis-toi de ne pas avoir ce que tu ne veux pas.”

    RépondreSupprimer
  49. C’est ce que a du se dire Fabien Galthie ....

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tout corps plongé dans l'eau trouble de la mer Mouraditéranée en ressort mouillé et contrit... Et Galthié reste pour une année de bénévolat à la formation. Comme 1 expiation de sa confession de ratage de coaching, péché ultime. A se rouler par terre comme des buses tombées du ciel sous les cribles de telles conneries. Bonne chance à Collazzo. L'a pas peur de finir les 2 pieds dans le béton. Et Tillous-bordes entraîneur des lignes arrières. Les tiroirs sont bien recalés. Sera ce suffisant ? Des hommes de main, ou à la main de Boudjellal.
      Et du côté du ST (si cher au Geai : si mon Geai si, si mon Geai si, mon Geai si tu voyais mon rugby, je pleure comme je ris, si mon Geai si, et mon coeur aussi... !!), l'aéopostale ramène le petit Mermoz qui s'était égaré à l'aéroport de Londres et hantait l'Angleterre depuis 2 years. Pour remplacer... David (sans Jonathan !), parti chez le faux Goliath du moment. Curieux de voir ce que va en tirer Urios... Et en attendant, les tables de nuit tournent tjrs dans l'air chargé du nuage blanc. De drôles d'éclairs dans le ciel ovale. Au secours M'am Irma, ta boule (de feu) devient folle ! Allez, par ces temps, l'espoir c'est rentrer sous la pluie et sortir sous 1 beau soleil (proverbe africain).

      Supprimer
    2. Même toi mon Sergio tu ne vois pas les cieux beaucoup plus bleus vers le ST
      Et ceux qui disent que je bois.
      L’eau ferrugineuse jamais et qu’un verre à la fois 😊😊

      Supprimer
  50. Muga 2014 entrecôte de vacha 3 anos 500 gr todo va bien 🏈🏈🏈

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et pour digérer et bien entourer dans l'estomac, Ojuro de Galicia ?? 👅👉🥃🏉

      Supprimer
  51. Amis des Quinconces, du rugby et de la langue française, ce soir penchons-nous sur une figure de rhétorique particulièrement savoureuse : l'oxymore . Soit l'alliance surprenante de 2 mots ex : un "silence éloquent" ou encore Laurel et Hardy ( ah non on me glisse dans l'oreillette que ça vaut pas, ça fait rien ils sont marrants ) .
    Mourad de la Rade nous en fait tous les jours des oxymores, dernier en date "Galthié bénévole" . Coquin de Mourad, toujours le mot pour rire !! Une curiosité : le mot anglais "moron" a la même racine qu'oxymore, un moron c'est euh comment dire ? un con ! De là à croire que Mourad nous prend pour des morons ...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Morons nous de rire
      Benne et vole non
      C’est ce qu’il a dit pour Gautier
      Benne le jeu de rugby et vole vers d’autres cieux
      😊🕺

      Supprimer
    2. J'en suis tout occis, more. Mourad corrompt la rade, de morons en formation de corons. Vole au secours de la rade et benne moi tout ça.

      Supprimer
  52. Bonjour à tous, bin content pour vous que le RCT existe avec ses travers et son ébullition permanente, ai compté en gros, les 3/4 des commentaires disparaitraient sans cela, ce serait dommage ….
    Tiens laissons tomber ces boucaniers de la rade, ce matin un grand, un vrai, un du terroir, de club de chez nous, le BO, sauvé du naufrage à grands coups de millions et de compromis tordus entre d'autres bandits.
    Le monde du rugby se réjouit, donc tant mieux pour ce grand club "historique" et ses supporters !!!! Maintenant, comment dire, juste m'expliquer un club, au vu et au su des instances, peut tricher depuis le début d'une saison, en ne présentant jamais, et pour cause, le budget annoncé, en défaut vis à vis de toutes les clauses du règlement, en usurpant la place au détriment d'autres clubs, sans doute moins "historiques", mais qui les imbéciles présentent des finances saines.
    Je sais bien que les valeurs du rugby, sa richesse, son terroir, ont foutu le camp dans ce nouvel horizon d'affaires à faire, mais que toute la belle et unie famille de l'ovale se réjouisse de ce pétinement de notre jeu m'attriste.
    Sans doute d'autres clubs, et des plus huppés, trichent impunément depuis des sisons avec leurs finances, au nom des intérêts économiques monsieur, bien sûr, rien contre le BO en particulier, mais vraiment notre rugby ressemble de plus en plus aux écuries d'Augias, pas d'Héraclès à l'horizon pour les nettoyer, détourner les eaux nauséabondes de notre rugby plus difficile que détourner ou dissimuler quelques M€, pas demain que terrains, vestiaires, en-buts et tout "l'environnement" redeviendront propres et sains.
    EDF, z'en pensez quoi de la compo, avant le match (parc'qu'après trop facile, hein)???

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Une équipe de substitution qui sur le papier semble prometteuse mais dont le potentiel reste incertain voir hétérogène. Par chance ils vont se frotter à l'équipe B des All Blacks une chance pour Jacques Brunel de redorer son blason.

      Supprimer
  53. Fuyons, mon Nini, les remugles biarrots sur lesquels il y a tant à taire, pour s'oxygéner sous le à jamais immaculé (mondain) nuage blanc !
    Z'en pense que dalle de la compo, mon Nini. Méme Brunel en bredouille. C'est 'l'homme en forme'. Ben ouais, autant éviter les grabataires. Sinon, forment-ils une équipe ? Pasqu'en face, y a une équipe ! Une vraie. On s'ra pas dans un rimaique de Castres-Montpellier avec la surprise de la victoire du groupe sur la compo.
    Notre chance réside peut-être dans l'indifférence que la tournée suscite là-bas. La multiplication des grands matches, la faible notoriété des Bleus, le coût de la vie et les nombreuses sollicitations ont pesé sur la billetterie. Et sur la mobilisation des Blacks ? A quoi ne faut-il pas se raccrocher, hein...
    Equipe B des AB, Tautor ? Manquent Coles, Read et Retallick. Les trois ou quatre autres que l'on peut glisser à la place des titulaires de samedi ne s'imposent pas indiscutablement. En outre, C. Taylor, S. Barrett et L. Whitelock feraient des titulaires de choix chez nous.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ça permettra de relativiser ceux qui voudraient... relativiser les choses.
      Au départ on était censés y aller avec la grosse équipe, mais avec les défections de partout, on y va avec un groupe très rajeuni et moins de cadres.
      Les absences néo-zélandaises rétablissent -un peu- l'équilibre sur ce plan.
      Et si on prend 3 tôles on pourra pas se cacher derrière le classique "ouais mais on avait plein de blessés".
      Manque plus qu'une épidémie de gastro dans la famille Barrett la veille du match, et on a nos chances...

      Supprimer
  54. EDF, JB nous dit qu'il pratique donc "La politique de l'homme en forme", pas une nouveauté vraiment et ça prouve une fois de plus que les qui se succèdent au poste n'ont qu'un but, engranger des succès le plus vite possible pour durer le plus longtemps possible, et surtout pas pour construire.
    Dans ce concept, quid du boulot de l'entraineur, créer, amalgamer, former, pour arriver à bâtir un groupe, un peu plus tard une équipe, avec éventuellement un plan de jeu, peut-être même un projet de jeu voire de vie.
    Tiens d'ailleurs, voyez quoi, vous, de différent dans la réalité entre les appellations et attributions d'un SELECTIONNEUR et/ou d'un ENTRAINEUR.

    En-dehors de notre esprit franchouillard qui fait que l'on supportera toujours les ceusses qui vont nous représenter, au vu de la compo, notre rugby est-il vraiment sérieux ????

    RépondreSupprimer
  55. Salut, je connais l'aura dont bénéficient chez la plupart d'entre nous les NZ, particulièrement les All-Blacks, ainsi que le grand respect envers leurs traditions, leur rugby, l'image qu'ils véhiculent à travers la planète par leur équipe de rugby, je suis mal à l'aise parfois devant l'expression de leurs particularismes.
    Je viens de voir un résumé de NZ/PDG des U.20, leur HAKA m'a très fortement impressionné, mais pas dans le bon sens du terme. Je connais la connotation de ce qui est une "coutume" de culture Māori, l'expression à travers cette danse de l'identité de ce peuple.
    Je connais aussi, pour avoir vécu quelques années dans le Pacifique, l'importance de ce cérémonial lorsqu'il s'agit de souhaiter la bienvenue lors de rencontres sociales et sociétales.
    Cette danse est donc d'abord et essentiellement un message amical et convivial, rempli de valeurs humanistes et amicales, dans tous les domaines, sportif comme tout autre.
    Mais ce que l'on voit de plus en plus, à travers l'expression par les All-Blacks sur les terrains de rugby, toutes catégories confondues donc, très franchement, ne me parait ni sportif ni amical, pour aller plus loin dans la réflexion je pense que ce que devient cette pratique, mise en scène dans le seul souci du spectacle et à des années lumières des valeurs portées par la danse initiale, n'a rien à faire sur un terrain de sport !!!!

    RépondreSupprimer
  56. T'as raison Nini, donnons des leçons à ce peuple qui, comme tu dis, n'a rien d'amical pour ses adversaires. On a jusqu'à samedi 9 h 30 pour ça, faut en profiter.

    RépondreSupprimer
  57. .... et oui, Nini, même le HAKA a évolué, c'est dire .....
    ...je pense également qu'il s'est transformé, mais pas dans le bon sens, c'est dommage, mais je ne suis qu'un vieux joueur, d'une autre époque, je ne l'interprète peut-être pas comme il faut....
    ...ce que je regrette aussi, c'est qu'aujourd'hui, il faut faire un simulacre d'opposition au Haka, se mettre en face, se rapprocher, montrer les crocs, faire les costauds, alors qu'avant,... on regardait cette tradition avec respect et admiration,.. pas forcément serrés les uns avec les autres,.. mais prêts quand même à l'affrontement !
    ... bon....maintenant, c'est pour la TV, pour attirer de nouveaux spectateurs, pour les sponsors, pour la pub, ......place au spectacle !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et oui....Cent pour cent d'accord avec toi, Christian?

      Supprimer
  58. Beau cadeau ce matin, la première !
    Souffle puissant, dos interminable , une caudale énorme et au revoir m'sieur-dames!
    A scruter l'horizon en vain j'ai cru voir l'esprit de Jonah, juste derrière, l' Australie avait du se pousser un peu.
    Il n'avait peur de rien, lui, sauf peut-être de ces Français bizarres , si imprevisibles,joueurs, opportunistes, qui y seraient allés à la nage la bas, derrière l'horizon, affronter sans cillier le pittoresque Haka pas encore perverti.
    Autres temps, équipe A' ou B, peu importe, suis pas sur que la petite demi heure de jeu Montpelliero-Castraise la fasse trembler, la bande à Beauden!
    Allez Chevreuse

    RépondreSupprimer
  59. occis mort se transforme en pleonasme
    BOUDJELLAH toujours dans sa bulle
    a BOULE ET BILL il devraiT les substituer par COLLAZO ET MIGNONI
    et que dire de ces tournees estivales le charme de jouer les AB a disparu
    mieux vaut des rencontres tous les 2 ans
    tous se plaignent des cadences infernales et le patron remet la sienne
    mais qui commande et qui paie
    droit aux vacances pour tous non
    ces joueurs vont revenir fatigues il faudra les menage au detriment des clubs
    encore n importe quoi

    RépondreSupprimer
  60. Le HAKA une version non commerciale et qui fait réfléchir sur la symbolique de ce chant ! Ecoutez pour s'en convaincre ....
    https://www.youtube.com/watch?v=OMBVzDC6sC0

    RépondreSupprimer
  61. Et la version française du HAKA ! un autre style qui fait aussi chaud au coeur !
    https://www.youtube.com/watch?v=puiXJfQc0vc

    RépondreSupprimer
  62. Ce qui fait chaud au coeur ce sont les 2 essais français U20 face aux sudafs.. Et un 3e, doublé pour Joseph. Sont partis haut de gamme, pour combien de temps ?

    RépondreSupprimer
  63. Moi je suis à 3 cana loin des 3 essais con jamon

    RépondreSupprimer
  64. Allez France/Baby blacks mardi prochain en 1/2 finale et pas passer pour des jambons

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ces gamins semblent avoir un gros potentiel offensif si j'en crois le Midol.
      C'est bien la le principal, pourvu que les gros cochons ne les mangent pas.
      Le conseil du doc Zan Lou :
      Qu'Qu'ils signent en Écosse, en Irlande, chez les Rosbifs même. ....
      Allez jeunesse.

      Supprimer
  65. .... me suis régalé en première mi-temps en regardant les U20 ,
    .... comme retrouvé un jeu offensif "à la française" (si j'osais),... priorité au jeu dans les intervalles, du mouvement, de la disponibilité, ..priorité à la passe avant la percussion systématique, (meilleure moyen pour déstabiliser une défense, même bien organisée)...alternance des formes de jeu (principe d'efficacité majeur) de la charnière, à bon escient (choix tactiques), .... bref, tout ce qui fait la beauté de ce jeu, même si les Sudafs ont montré en 2° mi-temps leur aptitude (comme toujours) à percuter, et à conclure sur du jeu à une passe, comme souvent (trop) maintenant, un peu partout !
    Les remplaçants français ne me semble pas être au niveau des titulaires, et le test des baby Blacks en demi permettra certainement de bien évaluer cette génération qui semble prometteuse !

    RépondreSupprimer
  66. Destin différent que celui de nos U20 en plein élan vers 1 finale de CDM et 1 avenir pro à venir, et celui de l'EDF, pros en plein élan dans une tournée où l'addition des patrons NZ est tjrs inflationniste et surtout n'en mettent jamais une, gratuite. Du devenir chez ces jeunes qui devront monter encore de niveau pour battre ces BBBlacks.
    Que vont devenir ceux de l'EDF à l'issue de cette tournée ? Suis plus que sceptique avec 1 Bastareaud capitaine. Rien à voir quand même avec la plupart de ses ainés prédécesseurs. Médard à l'arrière, loin d'être 1 assurance tous risques sur ballon haut, notamment. La défense oui, mais l'attaque, on fait quoi ? Samedi 9h35, 1er coup de froid ? Sinon, les glaçons on s'en servira pour l'apéro pour oublier !

    RépondreSupprimer
  67. Déjà bonne surprise de la dernière coupe chez les grands, voilà que les p'tits Géorgiens font mieux que de la figuration, c'est bien.
    Allez aider ces pays émergents.

    RépondreSupprimer
  68. Le test match sur Canal, O.K. Pourquoi pas?
    Mais si pas Canal? Il me semblait que tous les matches de toutes les équipes de France devaient être, quoi qu'il en soit et quoi qu'il arrive, sur une chaîne en clair?!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est pas d'aujourd'hui que les matchs de tournée sont retransmis sur C+. A mons qu'il y ait 1 différé sur A2 dans la nuit..

      Supprimer
    2. Et tu sais quoi, André ?
      Hé bin les matchs sont même plus commentés par Couderc et Bala !!

      On rigole, on rigole, mais bientôt y'aura même plus de rugby sur Canal (et comme c'est la dernière chose qui me fait conserver l'abonnement... (voire-même la télé !!))

      Supprimer
    3. En clair ?
      A cause que comme André je croyais naïvement que c'était la norme pour l'équipe de France.
      Allez Chevreuse

      Supprimer
  69. Bien. Merci pour l'info....
    Il y a avoir trop longtemps que je n'ai pas tenté de regarder les matches de tournée en direct...! Quoique, si je me souviens bien, l'année dernière, en Afrique du Sud, il me semble avoir vu les défaites Novésiennes...?

    RépondreSupprimer
  70. Amis bricoleurs, perdez vos complexes !
    N'oubliez pas que l'Arche de Noé a été bâtie par un amateur, et le Titanic, par des professionnels !

    RépondreSupprimer
  71. Sherlock Holmes et le docteur Watson font du camping.
    Ils montent leur tente et se couchent. Au milieu de la nuit, Holmes réveille Watson et lui demande :
    "Watson, regardez le ciel et dites-moi ce que vous voyez."
    Watson répond : "Je vois des millions d'étoiles."
    - Qu'est-ce que vous en déduisez ?
    - Astronomiquement, répond Watson, cela me dit qu'il y a des millions de galaxies et potentiellement des milliards de planètes. Astrologiquement, j'observe que Saturne est en Lion. Horairement, j'en déduis qu'il est environ 3 h 15. Théologiquement, je me dis que Dieu est tout-puissant et que nous sommes petits et insignifiants. Météorologiquement, je pense que nous aurons une belle journée demain.... Et vous, Holmes ?
    Sherlock Holmes reste silencieux une minute puis déclare :
    - Watson, vous êtes une burne. On nous a piqué la tente !

    RépondreSupprimer
  72. Elle est excellente ! Décidément ces Anglais ...

    RépondreSupprimer
  73. Vu la finale avec beaucoup de retard .... un seul être vous manque et tout est dépeuplé ... ce qui n’enleve rien bien sûr à la performance des Castrais et à la saison de Pienaar mais là ... il ne l’a pas donné à aucun moment le la ...

    RépondreSupprimer
  74. Bon allez, on va savoir. Coup d'envoi moins une heure !

    RépondreSupprimer
  75. ..... est-ce qu'ils mettent toujours un peu d'ALGIPAN les pros ????

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne sais pas, nous n'avons plus accès au vestiaire. Seul Tautor peut te dire...

      Supprimer
  76. Ah, l'algipan, l'huile camphrée... des odeurs tjrs présentes dans le vestiaire de mon cerveau.
    Sinon 67 %, voit 1 tournée sans victoire. Les grandes équipes ne meurent jamais qui nous disait déjà en 1963...
    Allez, met de l'algipan pour chauffer tout ça !

    RépondreSupprimer
  77. 1re attaque française, 1re faute de main...

    RépondreSupprimer
  78. Thomas-Grosso : bien joué ! Ca part plutôt bien. Mais il faut franchir balle en mains sur nos initiatives. Et ça, c'est pas gagné...

    RépondreSupprimer
  79. 20mn et 8-3 pour les Tricolores. Qui avait imaginé ça ? Et puis Beauden Barrett, quoi...

    RépondreSupprimer
  80. Thomas Basta en défense absents, la vitesse va faire la différence et très vite.

    RépondreSupprimer
  81. L'araignée tisse sa toile même si sa proie se défend

    RépondreSupprimer
  82. Il faut mieux gérer les peu de temps forts qu'ils ont.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Arrêter de commettre des en-avants...

      Supprimer
    2. 4 temps forts bleus gachés

      Supprimer
  83. Maheureusement déjà trop de fautes de mains pour inquiéter davantage les AB.
    Médard, où sont ses jambes ?

    RépondreSupprimer
  84. Le chef d'orchestre Mr Beauden Barrett

    RépondreSupprimer
  85. Allez belle défense. Mais reste 1 mi temps

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, certes, mais il y en a une de passée et le XV de France mène 11-8. Que demander de plus ?

      Supprimer
  86. Enorme défense bleue, complexe de supériorité all black. 11-8 pour l'équipe de France à la mi-temps. Whaou. Personne n'imaginait ça. Ils se débrouillent bien, les Brunel boys.

    RépondreSupprimer
  87. Prendre les points quand ils se présentent. Même les AB font cette erreur.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ils sont sûrs d'eux, les AB. Pas de l'arrogance mais des certitudes. Mais attention quand même...

      Supprimer
  88. Le secteur faible du moment : la touche. Déjà qu'il n'a pas trop de ballons.

    RépondreSupprimer
  89. Nous sommes pas loin du rouge , la vitesse fait la difference et le jaune va nous coûter cher ...

    RépondreSupprimer
  90. Putain défense de Thomas. C'est parti pour les AB...

    RépondreSupprimer
  91. Attendons mais on a fait illusion une mi temps

    RépondreSupprimer
  92. Et allez ça déroule. Trop vite maintenant pour les français à l'image de Gourdon et Basta qui peuvent que regarder de loin ce nouvel essai.
    14 pts à 15 contre de 14 = super efficacité.
    Et pas de carton contre les AB sur la commo de Grosso...

    RépondreSupprimer
  93. Bon ben voilà... 3 essais en supériorité numérique. Le test est terminé. La question maintenant c'est : quel total ?

    RépondreSupprimer
  94. Juste honteux la défense de Thomas à ce niveau. Ça puait le fermé... Le banc n'apporte rien en terme de fraîcheur et d'efficacité défensive (Au minimum). Z'ont pris le bateau qui coule. Lamentable. On dirait la Lituanie qui joue !

    RépondreSupprimer
  95. L'équipe B j'avais dit: je retire le B tellement c'est beau à voir et tellement nous sommes remis à notre place ... "On n'y est presque" va dire Brunel ... On mesure vraiment le gouffre et le petit niveau de notre rugby

    RépondreSupprimer
  96. L'arbitrage est juste une pantalonnade, les AB sont nettement supérieurs mais quelle incohérence : un carton jaune très sévère pour Gabrillagues avec pour conséquence 14 points et qq minutes plus tard un double plaquage ts dangereux avec simple pénalité...
    C'est déjà très difficile pour les Bleus mais là c'est maintenant impossible.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Jaune ou pas, c'est un rouge global pour le rugby français.

      Supprimer
    2. Oui c'est pitoyable le niveau du rugby français. L'absence de rébellion collective ou individuelle me chagrine beaucoup, la technique individuelle des 3/4 français est désespérante bien en-dessous du talonneur AB par exemple. Il y a encore 2 tests pour creuser encore le fond... et après vacances et retour de notre formidable Flop 14... ah je vois une toute petite lueur là-bas en Occitanie : des jeunes qui dans 3 jours peuvent ranimer la foi et l'espérance d'une sortie du trou. Mais s'ils en prennent une belle, ben y iront rejoindre les grands et les caciques du rugby français, une pelle à la main pour continuer à creuser...

      Supprimer
  97. Mais on perd pas que là dessus, malheureusement.
    Pauvre Pélissié...

    RépondreSupprimer
  98. À chaque fois qu’ils écartent, on est largués. Vivement la fin du supplice...

    RépondreSupprimer
  99. Je suis la rencontre sue les brèves de rugbyrama, semble que le fier vaisseau France de la 1° mi-temps se transforme en coque de noix qui prend l'eau de partout depuis la reprise, vos commentaires pertinents permettent d'étoffer un peu le ressenti, l'impression que les AB dès la décision de mettre du rythme ont complétement asphyxié l'EDF, et que notre XV à défaut d'une équipe ne comporte plus que des individualités qui privés de collectif errent sur la mer noire comme des ânes en peine !!!!!

    RépondreSupprimer
  100. Après 6 mois sans jouer ensemble, 3 semaines d'arrêt et juste 1 semaine de rassemblement, 1 mi temps pour se remettre dans le bain, retrouver les rails d' 1 jeu organisé, vif, et fructueux. Les français, eux, les cherchent tjrs, les rails.
    8 essais, contre 1 essai de rapide : naufrage collectif.
    Allez, on va presque y être, au fond !!

    RépondreSupprimer
  101. Vite vite leur envoyer de l'ALGIPAN et aussi de l'ASPIRINE, parce-que là bobo tête chef …….

    RépondreSupprimer
  102. Allez, rosé bien frais : apéro, j'oublie tout...

    RépondreSupprimer
  103. M.... 52/11 c'est lourd, enfin j'attends de lire que déculottée fut encourageante, et sur cette défaite on va pouvoir construire, mais si !!!!!

    RépondreSupprimer
  104. Interview de Bastareaud où les limites de son capitanat...

    RépondreSupprimer
  105. Nous voila remis à notre place sans fioritures ... Les carences sont énormes digne du top 14 ..."des coups de casque" pour Médard, "un autre visage" pour Bastareaud ... De la littérature soulante quand physiquement et techniquement on est largement en dessous ... Insupportable ce manque d'honnêteté global quand tu prends 8 essais .. manque plus que les commentaires insipides de Brunel. Seul Lièvremont est lucide.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Voila Brunel c'est fait ...j'ai de la pitié a l'entendre

      Supprimer
  106. Bon, ben, comme prévu. Rin à der. Quoi qu'un peu inquiet devant cette récurrente difficulté néo-zélandaise à entamer les matches. Sinon, on accuse l'arbitre et on passe avec brio de l'apéro de congratulation à l'apéro de consolation. Fermes sur nos valeurs, monsieur !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Valeurs de supporter en attendant les valeurs sur le terrain...

      Supprimer
  107. Jaune ou vert match alléchant surtout avec l'intro aborigène

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Vert, blanc, rouge, jaune, les bleus c'était les ritals qui jouaient ?!!

      Supprimer
  108. Match engagé loin d'être spectaculaire pour l'instant mais plaisant somme toute

    RépondreSupprimer
  109. Match physique, de haute intensité ou les jaunes passent au vert en fin de match ... TMO et l'arbitre gâchent la fête

    RépondreSupprimer
  110. Du coup, n'avaient pas l'air d'être bien entourés les frenchcess.
    Z'ont pas marre de prendre des leçons ? C'est qui qui fait réviser ?

    RépondreSupprimer
  111. Bonjour, pas vu le match, suivi en flash sur le net et avec vos commentaires, donc sans rentrer dans le détail des prestations individuelles et collective, et les discours d'après un tantinet surprenants, quelques interrogations et questionnements:
    - Visiblement nos sélectionnés jouent et récitent le rugby qu'ils développent dans le FLOP.14, et encore plus visiblement au très haut niveau international, et bien ça ne fonctionne pas, tout bêtement ce n'est pas au niveau de l'exigence requise.
    - Ceci pose -repose- la question légitime de notre formation «à la Française» pour les joueurs.
    - Ceci pose également questions sur les «intelligences» de nos meilleurs encadrants/managers/entraîneurs, leurs sens de la stratégie, leur faculté à s'écarter des dogmes trop bien établis pour inventer, contourner, dépasser des schémas technico-tactiques certainement sclérosés.
    - Ceci pose aussi des questions sur le niveau de notre championnat, au style uniforme, avec la seule et unique dimension du combat comme viatique (il est intéressant de noter que la pléthore de techniciens étrangers venus souffler le grand vent du rugby moderne adoptent dès leur entame de mandat la philosophie idoine).
    - L'affrontement direct, ça va bien un moment, pas de variation tactique, pas de tempo qui balance de ci de là et crée de l'indécision chez l'adversaire, une pauvreté technique et tactique donc, chez le joueur, donc dans le collectif, donc dans le bagage des encadrants, comment se sortir de ce marasme???
    - Si FLOP.14 anesthésiant, un système de provinces pourrait il sauver notre rugby???
    - Un rugby de mouvements, sa mise en place prend du temps, trouver des automatismes c'est long, c'est du travail, de la complicité, de l'envie, vouloir concilier cette ambition en s'appuyant sur notre championnat qui bourrine, qui petit tas, qui boum, qui bang, qui joueur à terre, qui percute et tamponne ….... IMPOSSIBLE !!!!! - Alors, qu'ambitionne t'on vraiment pour notre EDF, un petit ¼ à la CDM, quelques victoires en passant dans les tournois des 6 nations, et puis ?? Avec les joueurs que nous voyons aujourd'hui, pas d'espérance de plus mieux, voire de moins mauvais, une bonne partie n'ont rien à faire en EDF, pas méchants garçons mais pas le niveau, alors pourquoi ne pas faire monter très très vite les U.20, les frotter au haut niveau de grands, vont prendre des tôles, et alors??? Vont grandir, on écrèmera et en 2023 peut-être enfin, nous aurons une équipe de France qui sera une EQUIPE de rugby ???

    - Enfin dernier point, je ne sens pas chez les garçons d'aujourd'hui en EDF de l'envie, de l'orgueil, de la joie d'être là, ne serait-ce pas là, dans cette résignation, ce visible et nonchalant cheminement qi les mène au boulot, au terrain, que réside le mal ????

    RépondreSupprimer
  112. Quand je vois les U 20 je me dis que tout n’est pas à jeter dans la formation française , vitesse , justesse , belles attidudes et des jeunes avec un très gros potentiel
    Les dépositaires du Top 14 y inclus le nouveau héros Urios devrait se poser la question de comment retrouver un style de jeu permettant de rivaliser au niveau international . Si eux ne le font pas , ces jeunes seront passés à la lessiveuse de la stratégie qui gagne en Top 14 et leur talent restera au vestiaire

    RépondreSupprimer
  113. Quand Marco à regardé les deux footeux goguenard d'un oeil noir comme s' ils avaient été pillards à Montchanin , j'étais content de les voir s' éloigner, l'instinct de survie sûrement!
    Vu que plus un pékin de la bande veut donner aux œuvres monsieur Bolloré, faut un plan B, ce fût le Bar de la Marine, haut lieu de la diaspora ovale.
    Pour l'ambiance on à connu mieux ; Assommés, humiliés, vexés, un p'tit pour la route et direction la case, en silence.
    Nos moitiés avaient préparé un bon machon, ça nous à remis un peu d'equerre, on à causé de tout un peu, sauf de Rugby étonnamment!
    Bonne nouvelle, Marco prouvait pas venir, elles avaient vu large mais avec Lui c'est jamais assez large.
    Allez, j'vous raconte ma vie, envie de vous faire coucou, pas de causer match, demain p'têt!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mon Loulou
      Que je te comprends, une semaine en Espagne avec les pots de là bas, les tapas, la playa, quelques bonnes tables, l'ambiance des nuits Valenciennes. Et il y a trois jours nous croisons avec le frangin, des footballeuses, ivres de joie, chantonnant tout en s'étirantles jambes ... Gracieuses, polies, elles étaient ici pour un tournoi des provinces (Andalousie, Catalogne et Valencia). Quel bonheur de voir un groupe aussi joyeux que rieur, amusé de nos moqueries de jeunes premiers. Jamais vus les U16 ou U17 aussi gai lurons que ces demoiselles! Le match de ce matin m'a gâché outrageusement cette petite interlude pleine de vie ... Bon je vais visionner Bocks Rosbeefs en Replay. Cet Irouleguy m'a donné soif !

      Supprimer
    2. Tautor,
      Venons de finir sur un croizet-bages 1989 avec un Morbier et évidemment une trappe d'Echourgnac aux noix...
      Quand on commence par un petit dej sans gluten et qu'on finit comme ça on suit exactement le fil de la journée rugbystique, n'est-il pas ?

      Supprimer
    3. Frédéric,
      À défaut de fil à couper le beurre, on peut penser à te lire qu'au fil des bouteilles,l'acuité rugbystique n'a pu que se bonifier inversement proportionnel à l'EDF qui a fait croire que le Gaillac serait perlé pour finir par un inqualifiable picrate même pas digne d'être dans un vinaigrier. Pour le Croizet Bages, je valide sans retenue mais que vient faire le rosé au milieu ? J'ai l'impression que tu vendanges grave à table 😂😂👍🏈🏈🏈

      Supprimer
  114. Je vous invite à regarder le match entre les SudAf et les Anglish : 24-3 pour les Rosbeefs puis remontée fantastique des boks. Du jeu, des passes, du volume et du physique évidemment. Quelle intensité, quel régal. Mi-temps : 29-27 pour les Boks.
    En espérant que la 2eme période soit du même acabit. Je vais sortir un Rosé d'Irouleguy bien frais à l'entame de cette deuxième mi-temps à votre santé amis blogueurs...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah et surtout pas de vidéo jusqu'à présent...

      Supprimer
    2. Doit pas vouloir s'em...... les doigts car le 9 sudafs prend 1 placage haut à retardement. 1 pénalité mais prend pas la peine de visionner.

      Supprimer
  115. Comme à chaque fois, le dictionnaire des synonymes est chauffé à blanc. On peut même lire des compos rivales ! Avec Chat on en prend 52, avec Bourgarit on en aurait pris que 51, mais avec Pélissié c'est sûr on en prenait 53. De toute façon, plus de 50, que ce soit avec Coles, Taylor ou Harris.
    Rigoureusement interdit de mettre la formation en question. Nos p'tits gars en sortent tête haute, mais sortent du Top XIV tête basse. Entre temps, l'internationale cosmopolite a encore réussi son opération anti-France, avec la bénédiction active du trio maudit Laporte-Simon-Brunel, formé lui à Vichy.
    Gardons le dico des synonymes à portée : restent encore deux tests.
    Certes, et personne ici ne me contredira, je n'y connais rien. La preuve : ce samedi matin, je n'ai vu que deux tonnes de viande envoyées à l'abattoir en souvenir de Verdun. Merde, c'est les autres qui remportent le Gallaher ! Notre logiciel Foch revu Gamelin était pourtant formel : le casque Ardant doit nous protéger des Mauser. Seule explication digne : les Noirs sont dopés et l'arbitre acheté.
    'Marcel, remets-nous un jaune !'.
    Enfin, juste pour déconner : z'avez pas l'impression que les Néo-Zélandais aiment ce jeu davantage que nous ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ils en ont clairement une autre conception et de la constance dans leur vision du jeu et de ce que ça demande pour arriver à cette maîtrise depuis si longtemps , leur crise les font sortir meilleur et nous on s’y complet dans la crise

      Supprimer
  116. Grande pub de bière castlelager sur le terrain ainsi que d'autres autour.
    Ils ont le droit d'afficher des pubs d'alcool ??

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Alors que c'est tellement plus sympa de l'afficher sur la trogne !

      Supprimer
    2. incroyable cette invasion de pub sur la pelouse
      bientot on ne dira plus la ligne des 22
      mais la ligne coca
      celle des 40 sera reserve mac donald
      quand a la ligne maginot
      il y aun moment quelle a pirate les terrains
      bien sur LAPORTE CIE NOUS DIRA qu il faut cet argent des pubs pour rattraper notre retard sur les autres nations
      mais meme avec tout l argent de FORT NOX
      ils n y arriveront point
      c est la tete docteur qu il faut operer
      SLIMANI vendu sur canal comme meilleur pilier du monde
      voila l exemple le plus criant des pretentions et des cruelles realites
      notre rugby n est pas largue il est a la derive ou va t il s echoue
      lAMOCOCADIX DE LA FFR VA polluer tous les rivages
      CAPITAINE COUSTEAU REVIENT

      Supprimer
    3. Sinon, à 7, pas mieux. Notre rugby coule, bien loin du grand bleu. Plutôt cap'tain Couche tôt ! Bien besoin de Cousteau et ses fils pour protéger nos rivages polués par des huiles carburant à grand coup d'euros, la porte étant grande ouverte.

      Supprimer
  117. Allez la semaine prochaine les AB vont mieux démarrer et les Français mieux en finir ... avec le déni de réalités y compris en première mi temps , on a usé déjà 2 sélectionneurs le troisième est en bonne voie ...bien qu’’adoube et accompagné par les deux Lolos

    L’interview de Steve Hansen pourrait passer pour cruelle quand il dit il nous faut du temps pour nous mettre en train ( en gros )

    RépondreSupprimer
  118. C'est un journaliste qui interviewé Guy Noves : "Alors Guy, combien de branlées va prendre la France durant cette tournée ?". Il montre les 3 doigts pour la pénalité 😂😂😂

    RépondreSupprimer